Navigation – Plan du site
III. Comptes rendus de lecture

Sémir Badir, Épistémologie sémiotique. La théorie du langage de Louis Hjelmslev, Paris, Honoré Champion, 2014, 416 p. 

Driss Ablali

Texte intégral

1Quelques constats bibliographiques sont nécessaires avant d’entrer dans le vif de ce compte-rendu. Dans le cadre de l’histoire des théories lin­guistiques et sémiotiques, seuls trois ouvrages ont été consacrés entièrement à Hjelmslev dont les deux derniers sont de Sémir Badir (dorénavant SB). Après le travail de R. Lindekens, Hjelmslev ; Prolégomènes à une théorie du langage (1991), au début des années 2000, les Belles Lettres ont fait pa­raître dans la collection « Figures du savoir », un ouvrage sobrement intitulé Hjelmslev, dans un format éditorial accessible. Quatorze ans plus tard, chez Champion, SB nous livre enfin le livre appelé à faire date dans la commu­nauté des sémioticiens sur le projet intellectuel du linguiste danois, « La théorie du langage », qui « n’a connu presque aucun prolongement, et fina­lement très peu d’échos, en linguistique (Badir, 2014 ; 9).

2L’ouvrage s’organise en sept chapitres équilibrés et ordonnés, qui retra­cent le contexte de la théorie du langage, lui rendent « sa liberté de mouvement » et mettent en évidence ses objectifs, sa technique et les obs­tacles qu’elle doit surmonter en tant qu’épistémologie, non « linguis­ti­que, mais sémiotique » (p. 12), c’est-à-dire « une théorie de la façon dont s’acquiert la connaissance dans et par le langage » (p. 8), et qui est « un travail qui suppose un projet, un plan et un chantier de pensée consi­dé­rable » (p. 12).

3Le premier chapitre, intitulé « Données », peut être résumé par la question suivante, posée par SB lui-même ; « Si la recherche ne peut com­men­cer par la collecte, l’établissement et la présentation de données empiri­ques, par où peut-elle commencer ? » (p. 26). Pour y répondre, l’auteur fait un choix, justifié et argumenté, d’opter pour un autre ordre de données, négligé par les lecteurs de Hjelmslev ; « l’ordre des conditions » (p. 27). Plusieurs sections de ce chapitre, liées entre autres aux « données empiri­ques » à l’« interprétation intrinsèque et extrinsèque », au « réel » et à la « struc­ture », y sont présentées et démêlées, mais la clé de voûte de ce cha­pitre, que SB prend en effet à bras le corps, est bel et bien la « connotation » en tant que concept phare des Prolégomènes. SB, déclinant tout un savoir théorique et philologique, y pointe surtout les différents usages qu’en ont fait les linguistes dans le sillage de Hjelmslev, notamment C. Kerbrat-Orecchioni et S. Traini, pour montrer qu’ils ne sont pas recevables pour une critique de la définition hjelmslevienne.

4Le deuxième chapitre, « Théorie », s’attelle lui à l’épineuse analyse d’un texte de Hjelmslev, contemporain des Prolégomènes mais demeuré inédit de son vivant, le Résumé d’une théorie du langage, pour montrer la nécessité d’une rencontre ; « celle de la théorie du langage avec l’épistémo­logie » (p. 49). Pour célébrer cette rencontre, SB ciblera trois zones : « la première, à l’intérieur d’une discipline, à savoir la linguistique ; la seconde, autour du concept de théorie ; la troisième, en fonction du projet spécifique des Prolégomènes, qui est de présenter des prolégomènes à la théorie du langage » (p. 49).

5C’est dans le troisième chapitre, « Sémiotique », que sera posée la dé­finition hjelmslevienne d’une sémiotique au moyen d’une analyse minu­tieuse du Résumé comme genre textuel. SB y insiste beaucoup sur les con­traintes du genre (« pensée graphique », « l’uniformité de la dépen­dance », la numérotation des définitions, etc.), nécessaires, selon lui, si l’on veut comprendre la définition d’une sémiotique dans le Résumé comme une ana­lyse hiérarchique, avec deux fonctions, « l’une paradigmatique, établissant un système, l’autre syntagmatique, établissant un procès » (p. 121).

6Le quatrième chapitre, « Le texte », met l’accent sur l’un des concepts les plus commentés ces dernières décennies dans le cadre des théories tex­tuelles et discursives ; le texte. Hjelmslev garde le rare mérite de consi­dérer que l’objet de la théorie du langage est l’analyse des textes, rompant ainsi avec la tradition de son époque où la phrase était l’observable infran­chis­sable. Or dans les Prolégomènes, plusieurs acceptions de ce concept, « en apparence difficilement compatibles entre elles » (p. 142), cohabitent, aux­quelles s’attaque SB, encore une fois de façon méticuleuse, pour montrer la confusion à ne pas faire entre le texte en tant qu’objet de con­naissance et la question de la textualité dans le cadre de l’interprétation du texte.

7Le chapitre cinq, « Métasémiotique », est consacré à la typologie hjelmslevienne des sémiotiques dans le Résumé qui distingue l’analyse de la sémiotique connotative, d’ordre syntagmatique, de l’analyse paradigma­tique dénotative, qui s’exercerait dans celui de la sémiotique connotative. SB en conclut qu’« il n’y a pas d’analyse paradigmatique de la sémiotique conno­tative, car aucun critère théorique n’est disponible pour justifier la séparation de cette analyse vis-à-vis de celle qui s’exerce dans le cadre de la sémiotique dénotative » (p. 219). Quant à la question de l’usage d’une métasémiotique, SB reconnaît sans ambages que « si l’on peut admettre l’existence d’un métadiscours (à condition de faire dépendre sa distinction de la sémiotique connotative), il n’existe pas en revanche de métatexte. La métasémiotique est pourvue d’un plan de l’expression mais les textes qui l’emploient sont incapables de manifester ses spécificités formelles. Du point de vue de l’analyse métasémiotique, un texte de linguiste est un texte comme les autres ». (p. 243-244).

8Le chapitre six, « Le problème de l’expression », reprend les trois analyses des dernières pages des Prolégomènes, plus précisément celles qui fi­gurent dans le chapitre intitulé, « La structure fondamentale du langage », consacré aux feux de signalisation, au cadran téléphonique et au carillon. SB revient sur ces trois cas pour montrer un certain malaise qui se dégage à la lecture des analyses de Hjelmslev, jugées « mal conduites, au point de déranger l’argumentation théorique qu’elles sont censées illustrer » (p. 246). Le chapitre dans son ensemble s’attelle à ces fameuses analyses de Hjelmslev, synthétisées sous la problématique générale de l’expression, pour montrer les obstacles auxquels est confrontée la théorie du langage quand elle porte sur des « non-textes ».

9Le dernier chapitre, « La question épilinguistique », cherche à faire dialoguer le linguiste danois et le linguiste de la théorie des opérations énonciatives, Antoine Culioli, en ciblant deux concepts, le métalinguistique pour le premier, et l’épilinguistique pour le second, dans leur articulation au linguistique ; « La question qui se pose à la théorie du langage est celle de la place de cette articulation et partant celle de la pertinence d’un concept d’épilinguistique dans son système déductif » (p. 311). SB, après avoir montré comment l’épilinguistique est susceptible d’intervenir dans la hié­rar­chie sémiotique présentée au chapitre cinq, en vient à la conclusion selon laquelle ces deux théories sont compatibles mais doivent rester en même temps distinctes. Distinctes, car les rôles qu’elles accordent chacune à l’objet et la description ne peuvent être interchangeables. Cette ouverture sur la question de l’épilinguistique culiolien voulait aussi montrer comment la théorie du langage pourra accueillir des concepts non élaborés par le maître danois, en vue de savoir ce qu’elle « a à en dire et ce qu’elle peut en faire » (p. 312).

10Nous l’avons indiqué plus haut, il manquait un ouvrage de référence retraçant l’histoire complexe de la théorie du langage de Hjelmslev. Avec Épistémologie sémiotique, SB fait beaucoup mieux que pallier cette carence. Non seulement il propose une vision complète des nombreuses questions qui ont éclos et se sont développées dans le cadre de la glosséma­tique, mais il interroge aussi le rôle et la place de la théorie du langage dans le paysage actuel des recherches linguistiques et sémiotiques. Et c’est sur l’état de ce paysage que je voudrais terminer ce compte rendu en posant une question toute simple ; qui parle encore aujourd’hui de Hjelmslev dans les cursus universitaires en France ? Presque personne. Les cours d’introduc­tion à la linguistique, quand ils existent, se contentent d’associer le linguiste danois à la glossématique, projet annoncé depuis les années trente avec H. Uldall, et qui n’a jamais pu voir le jour, ou renvoient à des binarismes géné­raux ; expression vs contenu, forme vs substance, matière vs sens, conno­ta­tion vs dénotation, etc. Même si ce n’est pas le dessein de ces quelques lignes, rappelons-le, les travaux de Hjelmslev sont encore peu connus des linguistes et des étudiants qui suivent leur cursus. À quoi donc sert le livre de SB sur la théorie du langage dans un contexte universitaire où les travaux du linguiste danois sont peu évoqués de première main ? À quoi sert-il dans un contexte académique moribond pour la sémiotique ? C’est à partir et autour de ces deux interrogations que je voudrais donner ma propre lecture de l’ouvrage de SB, sans prétendre rendre compte de manière exhaustive de toute la richesse du propos.

11Je rappelle que le travail de SB offre une solide mise au point épisté­mo­logique, étayée par une double analyse philologique et textuelle, et des perspectives cherchant à penser la question de la théorie du langage « comme une utopie » (p. 12) dans toute sa complexité, avec une visée pros­pective touchant notamment au devenir de la théorie du langage dans ses liens avec les théories de l’énonciation. Il s’agit donc d’un opus éminem­ment précieux car il est publié à un moment où jamais le malaise de la pensée sémiotique n’a été aussi grand. Car si on compare l’ampleur des travaux menés avec et autour de Greimas jusqu’à la fin des années 80 avec la situation actuelle de la sémiotique dans le paysage des sciences humaines et sociales, on s’aperçoit qu’on a glissé du sommet vers les marges. Il n’y a plus de noyau dur de la discipline, commun aux sémioticiens, comme il n’y a pas de consensus sur l’objet même de la sémiotique, et encore moins sur les méthodes et les données, ce qui, en France du moins, a fragilisé la sémio­tique. En l’absence de figures et de courants dominants, le paysage sémiotique est aujourd’hui éclaté en une multitude d’écoles. Ces cinq der­nières années certains sémioticiens sentent plus ou moins confusément leur position menacée et dans les cas extrêmes le spectre de la mort de la sémio­tique commence à les hanter, certains vont même jusqu’à se demander s’il ne faut pas trouver à la sémiotique une nouvelle appellation. De façon aussi explicite que possible, la situation actuelle de la sémiotique est faite non d’une accumulation de savoirs exploités en continuité, mais d’une com­bi­naison d’apports latéraux et de superpositions, qui ne se recouvrent plus parfaitement, et qui véhiculent des positions épistémologiques et des réfle­xions méthodologiques souvent disparates, alors même qu’une trans-sémio­tique ou une intersémiotique suppose en réalité un minimum de bases com­munes. Et le livre de SB tombe à pic, car ce qu’il propose n’est pas seu­le­ment une réflexion pour faire sortir la théorie du langage de Hjelmslev des limbes, mais une recontextualisation de la théorie hjelmslevienne du lan­ga­ge dans son rapport aux autres savoirs et particulièrement aux sciences du langage en vue de montrer à quels types d’attentes sociales elle répond dans le contexte actuel des SHS. C’est sans doute le propre des périodes de crise que de permettre des alliances improbables ; « La seconde manière de clore ce travail serait de montrer en quoi il intéresse des problèmes actuels, par exemple une meilleure prise en compte du social, par le biais d’une sémoi­tique connotative, dans une approche formelle du langage ; ou l’articu­lation d’une sémiotique des textes avec une sémiotique des pratiques, à partir de la notion de degré de pertinence. Ce n’est pas l’histoire qui fait alors office de couperet mais le présent, ou un futur programmatique » (p. 363).

12Cette citation affiche clairement l’objectif premier de l’ouvrage de SB, celui de repenser la sémiotique actuelle dans le cadre de la « théorie du lan­gage ». Et pour mener à son terme cet objectif dans un opus de 416 pages, SB adopte une démarche soucieuse de l’inconfort que suscitent la lecture et l’interprétation des textes de Hjelmslev, souvent taxés d’hermé­tisme. Con­trairement à certains travaux de SB parfois réputés abstraits ou sans an­crage textuel, cet ouvrage plaide la cause d’une herméneutique de la clarté et de l’accompagnement, où l’auteur, tête à tête avec le lecteur, s’ima­gine toujours en contact direct et permanent avec lui. Dans tous les chapitres de l’ouvrage, le souci de la transmission d’une pensée claire est constant. SB explicite, commente, voire justifie chaque terme, chaque concept, revenant, mais sans s’y appesantir, sur les postulats de la théorie du langage. Et dès les premières lignes de l’introduction, le ton est donné ; « Avant l’enga­ge­ment dans la recherche proprement dite, deux chapitres cherchent à rendre possible l’ajustement nécessaire à l’interprétation. Ils interpellent le lecteur, comme le fait aussi la présente introduction, d’un « écoutez-moi » pour l’accordage, quand les chapitres suivants feront plutôt entendre, avec des preuves d’attention, un « suivez-moi » » (p. 14). C’est donc un travail de randonneur que nous propose SB, qui écarte la flânerie comme l’aventure pour proposer une marche par étapes, autrement dit une entre­prise sérieuse, supposant lecture de cartes et repérages de balises, ce qui n’exclut pas le plaisir de la découverte.

13Pour terminer, rappelons que l’un des buts avoués de cette « épis­té­mologie sémiotique » balisée était de montrer la vivacité, le tonus, l’actua­li­té et l’inventivité de la théorie du langage encore insuffisamment connue et prisée ; pari tenu. Et pour qu’il soit encore bien tenu, il faudra que SB, ou d’autres, lui donne un ancrage textuel et discursif en le confrontant à la résistance des données et des corpus, ou comme disait Greimas, il faudra maintenant « sémiotiser ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Driss Ablali, « Sémir Badir, Épistémologie sémiotique. La théorie du langage de Louis Hjelmslev, Paris, Honoré Champion, 2014, 416 p.  », Semen [En ligne], 43 | 2018, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/10738

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page