Navigation – Plan du site

44 | 2018
Le genre, lieu discursif de l'hétérogène

Notes de la rédaction

 Le genre et le langage constituent deux dimensions distinctes mais imbriquées, par lesquelles les acteur-ices organisent et font signifier le monde social. Ce numéro de Semen s'intéresse aux interactions théoriques, méthodologiques et structurelles entre ces deux dimensions. Un tel projet implique une conception du genre non essentialiste (le genre n'est ni déterminé par le sexe, ni par un ordre social ou naturel immuable), et non dualiste : le genre engage divers rapports de sens et de pouvoirs entre les individus, ce qui ne peut pas se réduire à de simples dichotomies homme vs. femme. En tant que tel, le genre constitue donc un objet social complexe, polymorphe et hétérogène : il se construit depuis des positions énonciatives hybrides, dans des rapports de pouvoirs multiples, à travers des axiologies composites, et dans des réseaux de sens imbriqués.
C'est cette hétérogénéité que nous proposons de mettre au cœur de ce numéro. Plus qu'un outil, il s'agit d'un paradigme qui propose une lecture dynamique, contextualisée et historicisée des rapports sociaux et discursifs et qui permet de rendre compte des phénomènes de figement, de résistance, de domination et de réappropriation qui mettent en mouvement le genre. Les articles qui composent ce numéro proposent donc de considérer les hétérogénéités du discours et du genre à travers deux intersections : l'hétérogénéité des subjectivités genrées produites en langue et en discours, et la manière dont les hétérogénéités discursives contribuent à créer les significations et les représentations du genre.