Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Communication électronique et rap...

Communication électronique et rapport de places : analyse comparative de la formulation d’une requête administrative par courrier électronique et par courrier papier

Michel Marcoccia

Texte intégral

Introduction

1Le choix du courrier électronique ou du courrier papier pour transmettre un même acte de parole a-t-il des conséquences sur le rapport de places qui sera instauré ? Voici la question que nous traiterons dans cet article, en confrontant une hypothèse couramment admise (le courrier électronique n’instaure pas le même type de rapport de places que le courrier papier) à une étude de cas (l’analyse contrastive de la formulation d’une requête administrative par courrier papier et électronique).

2Dans le champ des études sur la communication médiatisée par ordinateur, de nombreux travaux affirment que le courrier électronique instaure un rapport de places plus « égalitaire » que le face à face et que le courrier papier (Dubrovsky, Kiesler & Sethna, 1991). Les caractéristiques situationnelles et génériques du courrier électronique auraient pour conséquence de mettre en place une relation assez peu hiérarchisée et relativement peu formelle entre les interactants. Dans cet article, nous testerons cette hypothèse à travers l’analyse comparative d’un corpus particulier : une requête administrative (demander un dossier d’inscription universitaire) adressée par courrier papier ou électronique.

3Après avoir présenté le caractère complexe de la requête du point de vue du rapport de places, nous procéderons à l’analyse contrastive d’un corpus composé de 83 courriers électroniques et 48 courriers papier. Ces courriers ont été envoyés au secrétariat d’une université par des étudiants désirant recevoir le dossier d’inscription à un DESS.

4Notre analyse portera sur différents éléments du courrier : l’ouverture, la formulation de la requête, la clôture. Nous analyserons chacun de ces éléments en tant que « taxème » (Kerbrat-Orecchioni, 1987, 1992), c’est-à-dire comme marqueur du rapport de places entre le destinateur et le destinataire.

5Les résultats montrent que le courrier électronique instaure indiscutablement une relation moins distante que le courrier papier, en s’éloignant du caractère formel de la correspondance administrative. Du point de vue de la relation verticale (autorité / infériorité, pour reprendre les termes de Flahault, 1978, p. 64-65), les différences entre le courrier papier et le courrier électronique sont moins évidentes.  Enfin, on notera que la différence de nationalité des destinateurs est une variable plus importante que le choix du médium. Ainsi, on verra que l’hypothèse de l’égalisation par le courrier électronique doit être corrélée à d’autres variables, comme par exemple le cadre institutionnel de l’échange, les contraintes génériques ou l’origine des scripteurs.  

1. Courrier papier / courrier électronique

6Pour définir les spécificités du courrier électronique, de nombreux chercheurs procèdent par comparaison avec des genres de dialogues préexistants. On considère généralement que le courrier électronique se situe entre trois usages et constitue un genre en gestation, empruntant à trois genres préalables : la conversation en face à face, la correspondance d’entreprise et la correspondance privée (Orlikowski & Yates, 1994). Le dialogue par courrier électronique serait, selon ces hypothèses, une pratique de communication hybride, déterminée à la fois par les conventions de l’échange oral et de la lettre (Baron, 1998). Le code utilisé est l’écrit, mais les échanges de messages entrent dans une structure de dialogue permise par la rapidité de la rédaction et de la transmission des messages. Comparée aux autres formes de communication écrite, la communication médiatisée par ordinateur favorise alors la production de messages brefs (Crystal, 2001), des « écrits spontanés naïfs » (Cusin-Berche, 1999), au style marqué par l’oralité (Yates, 1996) et par la présence de procédés de représentation du non verbal (Marcoccia, 2000a, 2000b).

7Dans une toute autre perspective, Orlikowski et Yates (1994) ont comparé le courrier électronique aux divers genres de la communication intra-organisationnelle. Ils identifient quatre sous-genres correspondant à quatre types particuliers de courriers électroniques : la note de service, la proposition, le dialogue et le scrutin.

8En revanche, l’hypothèse selon laquelle le courrier électronique ne serait que la version numérique de la correspondance privée ne résiste pas à l’analyse. En effet, de nombreuses différences existent entre ces deux types épistolaires : le courrier électronique est généralement un écrit bref qui ne contient pas ou peu de formules d’adresse. Il permet le dialogue alors que la lettre est plus une mise en scène de dialogue ; le cadre spatio-temporel est créé dans la lettre, c’est une donnée fournie par le système dans le courrier électronique. Enfin, l’écart temporel entre la rédaction du message et sa lecture diffère dans la lettre et le courrier électronique (Labbe & Marcoccia, 2005). On peut néanmoins associer le courrier électronique au genre de la forme épistolaire brève ; il s’inscrit dans la continuité du billet, du télégramme, du pneumatique, du fax, etc.. Certains critères vont dans le sens de cette hypothèse : la brièveté, le style moins formel, un relâchement des conventions liées à la politesse, un jeu sur les codes graphiques et la manifestation de la séquentialité des messages (Labbe & Marcoccia, 2005).

2. Courrier électronique et relation interpersonnelle

9Partant des observations présentées plus haut, on peut fonder quelques hypothèses sur le type de relation interpersonnelle que le courrier électronique va instaurer plus favorablement que le courrier papier. Ces hypothèses ne défendent pas l’idée que ce rapport de places sera uniquement déterminé par le choix d’un dispositif technique pour transmettre son message, mais, que le genre et les contraintes situationnelles correspondant à ce dispositif technique fonctionneront comme des déterminations imposant un rapport de places susceptible de fonctionner (Flahault, 1978, p. 67).

10L’axe de la relation horizontale renvoie au fait que tout échange discursif va manifester ou créer de la proximité ou de la distance entre les interlocuteurs. Par rapport à cet axe, les caractéristiques du courrier électronique (style, brièveté, etc.) semblent favoriser l’instauration de relations moins distantes que le courrier papier. On dit généralement que le courrier électronique est informel (Baron, 1998).

11L’axe de la relation verticale renvoie au fait que tout échange discursif instaure ou manifeste une relation hiérarchique entre ses participants. Par rapport à cet axe, on affirme souvent que la communication médiatisée par ordinateur, par exemple par courrier électronique, permet d’instaurer une relation de type égalitaire. De nombreux travaux, essentiellement nord-américains, montrent que dans les dispositifs de communication médiatisée par ordinateur, les traits identitaires susceptibles d’impliquer une relation inégalitaire sont atténués au profit de mises en scène identitaires favorables. De même, Sproull & Kiesler (1986) montrent que la communication électronique facilite les échanges entre des groupes sociaux ayant au préalable une relation très inégalitaire. Ce phénomène (appelé equalization phenomenon) a été très largement étudié dans un contexte de communication intra-organisationnelle. Par exemple, Ducheneaut (2002) montre que le courrier électronique est un moyen de communication qui atténue les différences statutaires dans les organisations. Tan, Weil & Watson (1999), travaillant sur l’impact des technologies de communication à distance dans les prises de décision en groupe, soulignent que lorsque la différence hiérarchique ou statutaire est un facteur nuisible pour la prise de décision, l’utilisation de dispositifs de communication médiatisée par ordinateur permet d’atténuer ce facteur. De même, Dubrovsky, Kiesler & Sethna (1991) montrent que les groupes utilisant le courrier électronique sont moins marqués par une domination des participants occupant des positions hiérarchiques hautes sur ceux qui occupent une position plus basse. Ainsi, le niveau de participation devient plus équitable (la corrélation entre la position hiérarchique et la participation devient moins forte, voir Sproull & Kiesler, 1991, p. 59-60) et les arguments exposés par des participants occupant une position basse sont plus pris en compte qu’en situation de face à face (Sproull & Kiesler, 1991, p. 61-62). Parmi les facteurs expliquant ce phénomène, on peut évoquer le sentiment de sécurité provoqué par la distance, qui favorise l’expression d’opinions ou la manifestation de comportements que l’on sait minoritaires ou habituellement sanctionnés par le groupe. Par ailleurs, certaines caractéristiques stylistiques et formelles des messages numériques vont favoriser les formulations directes (de critiques, d’opinions ou de tout autre acte de langage) habituellement évitées par des locuteurs occupant une position basse.

12L’hypothèse selon laquelle le courrier électronique va instaurer de manière privilégiée des relations moins distantes et plus égalitaires que le courrier papier est majoritaire dans les travaux sur la communication médiatisée par ordinateur ; on considère assez souvent qu’elle a une portée générale.

13Pourtant, deux objections peuvent être faites. Tout d’abord, quelques travaux, plus rares, défendent une hypothèse concurrente, selon laquelle la communication par courrier électronique ne modifie pas le rapport de places préalable, mais, au contraire, l’explicite. Lorsque les participants se connaissent préalablement ou que la question des relations hiérarchiques est pertinente (par exemple dans une organisation), la communication par courrier électronique peut fonctionner comme un révélateur ou une loupe grossissante des relations préalables, d’autorité par exemple. De même, lorsque la communication prend place au sein d’un collectif à l’intérieur duquel les positions  hiérarchiques sont fortes mais aussi mises en cause, la communication médiatisée par ordinateur va renforcer les conflits statutaires (Orlikowski, 1996).

14Par ailleurs, les méthodes utilisées pour valider l’hypothèse de l’égalisation sont rarement fondées sur l’observation empirique des messages mais plus souvent sur des techniques d’entretien, sur l’évaluation des échanges par rapport à des modèles normatifs de prise de décision ou sur une analyse de situations expérimentales.

15De notre point de vue, l’hypothèse selon laquelle le courrier électronique favorise une mise en places peu distante et égalitaire reste à valider par l’observation et la comparaison empiriques de corpus.

3. Corpus

16Notre analyse portera sur un corpus de 48 courriers papier et de 83 courriers électroniques. Ces deux types de messages correspondent à une même situation : des étudiants demandent un dossier d’inscription pour un DESS. Ces courriers ont été envoyés au cours du premier semestre de l’année 2003. Le destinataire est le secrétariat du département d’université proposant la formation à laquelle les étudiants désirent s’inscrire1.

17Notre corpus est en fait un échantillon prélevé à partir du dossier complet de demandes de dossier d’inscription, archivé par le secrétariat. On n’a gardé en fait que les courriers par lesquels les destinateurs réalisent l’intégralité de la requête.

18De plus, l’observation du corpus nous a amené à établir une distinction entre les courriers envoyés par des étudiants français et par des étudiants étrangers. Pour ne pas faire de déductions abusives à partir des patronymes, nous avons considéré qu’un courrier était envoyé par un étudiant étranger dès lors qu’il y avait une mention explicite de la nationalité ( je suis étudiante russe), de l’adresse, et/ou du pays où a été obtenu le dernier diplôme. Pour le courrier papier, on a 46 « français » pour 2 « étrangers » ; pour le courrier électronique, on a 56 « français » pour 27 « étrangers ».

19Ce corpus a évidemment un caractère très local, et les résultats de son analyse auront une faible portée générale. Il s’agit avant tout d’une étude de cas permettant de valider, réfuter ou modifier l’hypothèse présentée plus haut.

4. Méthodologie

20Notre méthodologie se situe clairement dans le paradigme de l’analyse des interactions. Plus précisément, nous nous inscrivons dans la démarche suivie par Kerbrat-Orecchioni (1987) qui, partant du concept de places défini par Flahault (1978, p. 58), propose une méthode d’analyse « taxémique » des interactions. Notre analyse consiste donc à identifier et analyser les taxèmes (ou marqueurs de relation) présents dans les courriers envoyés par les étudiants. Ces taxèmes sont considérés à la fois comme des constructeurs de la relation interpersonnelle et comme des indicateurs de la représentation que les auteurs des courriers ont de cette relation. Nous ne ferons donc pas d’interprétation abusive à partir de ces taxèmes. En effet, dire qu’un locuteur construit un rapport de places particulier par son énonciation ne revient pas à définir totalement ce rapport de places, qui est aussi déterminé par des contraintes situationnelles et interactionnelles.

21Pour l’axe de la relation horizontale (distance / familiarité), on attachera de l’importance aux ouvertures des messages et aux termes d’adresse qui y figurent ainsi qu’aux clôtures et, particulièrement, aux formules de salutations ou de remerciements utilisées. La ritualisation des ouvertures et des clôtures d’un échange n’enlève rien à leur caractère taxémique. En effet, même si une formule comme « mes salutations respectueuses » est en partie désémantisée, elle reste néanmoins plus formelle et met en scène une relation plus distante qu’une formule comme « amicalement ».

22Pour l’axe de la relation verticale, il s’agira avant tout d’analyser la manière dont la requête (demander un dossier d’inscription) est formulée. Comme Flahault l’explique (1978, p. 39-40), un acte de parole modifie la position de l’interlocuteur et instaure un rapport de places particulier entre celui qui produit et celui qui reçoit l’acte de parole. La formulation de cet acte sera analysée comme un marqueur de la relation, selon qu’elle atténue, maintient ou renforce la valeur taxémique initiale de l’acte de parole.

23Nous posons ainsi une relation très nette entre le rapport de places et la question de la politesse, telle qu’elle a été conceptualisée dans le modèle de Brown et Levinson (1987). En effet, dire qu’une requête est atténuée ou renforcée revient à considérer sa formulation comme une stratégie d’adoucissement (softener) ou de durcissement (hardener).

24Nous parlons de requête chaque fois qu’un locuteur produit un énoncé pour demander à son interlocuteur d’accomplir un acte quelconque, dans notre cas envoyer un dossier d’inscription. On pourrait objecter qu’un tel acte de parole n’est pas lié à un enjeu relationnel ou hiérarchique et n’instaure pas de rapport de places particulier. En fait, Flahault permet de répondre à cette objection : « il n’est pas de parole qui ne soit émise d’une place et convoque l’interlocuteur à une place corrélative » (1978, p. 58). Considérer qu’une requête administrative instaure donc un rapport de places amène alors à définir la valeur taxémique d’un tel acte de parole. Cette valeur est difficile à établir sans tenir compte des données situationnelles. En effet, même si il s’agit, dans notre corpus, d’un acte de parole assez stéréotypé (demander un dossier d’inscription), une requête peut être vue comme une menace pour le territoire du destinataire (qui est dérangé par l’auteur de la requête) et, donc, un marqueur de position haute pour celui qui la formule. Cependant, une requête est aussi une menace pour la face de celui qui la formule, qui s’abaisse à quémander et, à ce titre, un marqueur de sa position basse. De manière plus simple, on peut dire qu’une requête peut être une injonction ou une supplique. L’analyse de la situation nous permet de considérer que, pour notre corpus, la requête place celui qui la formule en position basse, pour diverses raisons : l’enjeu (s’inscrire dans un DESS) rend le requêteur dépendant de son destinataire. Par ailleurs, il n’a pas d’autres moyens de satisfaire sa requête. De plus, l’individu produisant la requête a un statut social ne lui permettant pas de manifester une position haute ; il ne peut pas non plus sanctionner un refus d’obtempérer de son interlocuteur. Enfin, l’échange intervient entre un individu et une institution.

25Néanmoins, considérer que la situation de départ est inégalitaire ne dit rien de la manière dont la requête sera réalisée. En considérant donc que, dans notre cas, la requête met a priori son auteur en position basse, on analysera les atténuations de la requête comme un moyen de souligner cette position basse. Au contraire, une requête exprimée de manière directe sera analysée comme un moyen pour le locuteur de reprendre une position haute en inversant la valeur taxémique de l’acte de parole.

26Quels sont les critères utilisés pour décider qu’une requête est atténuée ou non ? Le caractère explicite ou indirecte de la formulation est évidemment un indice de la valeur taxémique de la requête. Cependant, comme le souligne Manno (2002), ces critères ne suffisent pas car l’indirection d’une requête ne l’adoucit pas nécessairement. Ainsi, une requête exprimée de manière allusive peut être considérée comme plus impolie qu’une requête explicite. En fait, il est nécessaire de combiner les critères de la direction / indirection à celui de l’optionalité. Plus une requête est optionnelle (plus elle laisse, en théorie, de liberté d’action à son destinataire), plus cela atténue son caractère potentiellement menaçant.

5. Résultats

5.1. Analyse des ouvertures

27Les formules d’ouverture utilisées par les étudiants demandant un dossier d’inscription sont assez révélatrices de la distance instaurée dans l’échange. Ainsi, les courriers électroniques sont nettement moins formels que les courriers papier. En effet, alors que 96% des courriers papier s’ouvrent par un appellatif (comme Monsieur, Madame ou les deux), seuls 47% des courriers électroniques utilisent ce même procédé2. 35% des courriers électroniques débutent par une salutation (Bonjour), 18% ne comprennent aucune ouverture. Ces formes d’ouverture des courriers électroniques marquent l’autonomie relative de ce dispositif épistolaire par rapport au cadre générique du courrier administratif papier. Cependant, les étudiants étrangers respectent de manière plus marquée ce cadre générique et utilisent plus souvent un appellatif pour ouvrir un courrier électronique que les étudiants français. Ainsi, la comparaison entre les courriers électroniques et papier envoyés par des étudiants français est plus significative, dans la mesure où 46% de ceux qui envoient un courrier électronique se contentent d’un Bonjour, ce qui est très rare dans les courriers papier (seulement un cas).

28Par ailleurs, on peut considérer que l’absence d’ouverture peut marquer la volonté d’exprimer sa requête de manière plus directe. La proportion plus importante de courriers électroniques (18%) que de courriers papier (4%) sans ouverture peut être analysée comme un marqueur d’une relation de places mettant plus souvent l’auteur d’une requête électronique en position haute par rapport à celui qui a posté un courrier papier.

5.2. Formulation de la requête

29Pour atténuer le caractère directif d’une requête, on peut l’accompagner d’une pré-requête, séquence à l’intérieur de laquelle on apporte des éléments d’informations justifiant la demande qu’on exprime ensuite. Utiliser cette stratégie de préparation de la requête marque le fait que son auteur manifeste et tente d’atténuer son caractère dérangeant.

30Dans notre corpus, ces pré-requêtes s’articulent en deux sous-séquences : une mention de la formation préalable de l’étudiant (je suis actuellement étudiant en XXX) et de l’intérêt pour la formation dans laquelle il désire s’inscrire (je souhaite vivement intégrer votre formation). Contrairement aux hypothèses formulées plus haut, on trouve un nombre un peu plus important de pré-requêtes dans le courrier électronique (90%) que dans le courrier papier (81%). Cependant, cette différence n’est pas très significative et, par ailleurs, la proportion de courriers électroniques comportant une séquence de pré-requête est surtout très importante pour les étudiants étrangers (100%). Le fait d’être étudiant étranger oblige peut-être à contextualiser précisément l’objet de sa demande. En outre, la plupart des étudiants étrangers (88%, principalement originaires du Maghreb) mentionnent leur formation préalable en utilisant une formule stéréotypée (je porte à votre connaissance que je suis un jeune Marocain diplômé en XXX) qui correspond à un calque de l’arabe : je porte à votre connaissance est la traduction littérale de unhi ila ilmikum, qui est une formule usuelle de la correspondance administrative dans les pays du Maghreb3, elle-même sans doute inspirée des usages formels de la correspondance administrative française.

31Lorsqu’une pré-requête est présente, elle est plus longue dans le courrier papier que dans le courrier électronique. En effet, la seconde sous-séquence (présenter son intérêt pour la formation) est présente dans 56% des courriers papier et seulement dans 35% des courriers électroniques. En résumé, on trouve dans le courrier électronique un peu plus de pré-requêtes mais plus courtes que dans le courrier papier.

32Quels que soient les supports utilisés, on peut distinguer de nombreuses manières de formuler la requête. Certaines formulations n’atténuent en rien le caractère directif de la requête. Il s’agit des impératifs (Veuillez m’envoyer un dossier de candidature), des formulations explicites de la requête, portant sur l’acte de transmettre un courrier (Je vous adresse le présent courrier / je vous contacte afin de vous demander de m’envoyer le formulaire d’inscription), sur la demande elle-même (Je vous demande de m’envoyer le dossier d’inscription) formulée assez directement ou avec un désactualisateur modal (Je vous demanderais de bien vouloir m’adresser un dossier d’inscription), ou sur la volonté du requêteur (Je veux un dossier de candidature). On considérera que ces formulations mettent leur auteur plutôt en position haute par rapport à leur destinataire dans le sens où ce dernier est alors placé en face d’un ordre (Flahault, 1978, p. 40).

33D’autres formulations renforcent même le caractère directif de la requête et, du même coup, la position haute de ceux qui les choisissent (Dans l’attente d’une réponse rapide de votre part / Pouvez-vous m’envoyer dès que possible).

34À l’inverse, de nombreuses formulations indirectes adoucissent la requête et atténuent son caractère directif. Il s’agit des formulations d’une condition de satisfaction (Pouvez-vous m’envoyer / Si c’est possible), parfois accompagnées d’un désactualisateur modal (Je souhaiterais connaître les modalités d’inscription) ou temporel (Je voulais demander le dossier de candidature). La requête peut être adoucie par une anticipation du remerciement (Je vous remercie de bien vouloir m’envoyer le dossier d’inscription) ou par la formulation d’une question de substitution (Je souhaiterais savoir comment me procurer un dossier de demande d’inscription). Enfin, le caractère directif de la requête peut être atténué par l’utilisation de procédés soulignant la position basse du requérant (J’ai l’honneur de venir solliciter votre haute bienveillance…). Ces formulations adoucies se caractérisent par leur indirection mais aussi par le caractère optionnel de la satisfaction de la requête. Il s’agit de montrer que le destinataire n’est pas obligé d’y répondre.

35L’analyse comparative des manières de formuler la requête dans le courrier papier et dans le courrier électronique laisse apparaître une différence assez faible, mais qui est néanmoins en accord avec l’hypothèse selon laquelle le courrier électronique permet de rétablir une relation plus égalitaire que le courrier papier.

36En effet, le courrier papier instaure le plus souvent une relation de places mettant l’auteur de la requête en position basse. Ainsi, 81% des requêtes sont atténuées alors que 19% sont exprimées de manière directe. Les résultats sont un peu différents pour le courrier électronique : 78% des requêtes sont atténuées, 22% sont exprimées de manière directe. La différence n’est pas significative mais elle l’est un peu plus lorsqu’on isole de l’échantillon les courriers électroniques envoyés par des étudiants français : 75% des requêtes sont atténuées, 25% sont exprimées de manière directe.

37La manière de formuler la requête ne diffère donc pas fondamentalement d’un support à un autre. Néanmoins, on doit noter que le dispositif technique et l’interface du courrier électronique favorisent la formulation directe de la requête dans le péritexte du message électronique. En effet, dans la zone « émetteur » du courrier, la rubrique « sujet » est toujours remplie et son contenu est toujours une formulation très explicite et très directe de la requête (Sujet : demande de dossier / dossier d’inscription). À l’inverse, on ne trouve que 56% des courriers papier qui comportent la mention Objet : demande de dossier. Ainsi, si l’on intègre le péritexte à notre analyse, le courrier électronique semble bien favoriser une formulation directe de la requête et, donc, une relation de places mettant l’auteur du message en position haute par rapport à son destinataire.

5.3. Analyse des clôtures

38Les clôtures observables dans notre corpus manifestent le style plus familier du courrier électronique par rapport au courrier papier. En effet, dans les courriers papier, les formules de clôture utilisées sont assez formelles : les salutations respectueuses, distinguées, sincères, meilleures, les sentiments respectueux, la considération distinguée et autres formules de politesse constituent 86% des courriers. Seuls 52% des courriers électroniques utilisent ce type de formules.

39On trouve en revanche d’autres types de formules dans le courrier électronique : salutations (5% des courriers électroniques, aucun courrier papier), cordialement, seul ou combiné avec des remerciements (11% des courriers électroniques, un seul exemple de courrier papier). Le remerciement (Merci d’avance, en vous remerciant…) est la forme la plus utilisée dans le courrier électronique (34%). On observe que par le courrier électronique, on établit une distance moins importante mais, en même temps, on atténue la menace que peut constituer la requête en l’accompagnant d’un remerciement final.

6. Bilan et conclusion

40L’analyse comparative de notre corpus permet de valider assez clairement l’hypothèse selon laquelle le courrier électronique favorise l’instauration d’une relation moins distante et plus familière que le courrier papier. C’est peut être le seul point sur lequel on peut penser qu’il existe bien des conventions d’usage du courrier électronique, préconisant la mise en place de cette relation apparemment familière (voir par exemple, Angell & Heslop, 1994). De ce point de vue, le courrier électronique peut être défini comme une forme de communication écrite informelle (Charlier, 2000).

41En revanche, l’hypothèse selon laquelle le courrier électronique favorise une relation égalitaire reste à confirmer par d’autres études. En effet, même si l’on observe dans notre corpus plus de formulations directes de la requête dans le courrier électronique – et donc une égalisation du rapport de places préalable – ce phénomène reste assez marginal.

42Cependant, il faut noter que les usages du courrier électronique offrent une plus grande variation que le courrier papier. Le courrier électronique porte sur des formes de communication qui ne sont pas encore stabilisées. Lorsque le courrier électronique s’inscrit clairement dans le cadre générique de la requête administrative telle qu’elle est habituellement transmise par courrier papier (et conventionnalisée par des ouvrages comme Verdol, 1997, par exemple), on ne trouve assez logiquement pas de différence notable du point de vue du rapport de places entre ces deux supports. En revanche, lorsqu’on observe des usages langagiers qui sont spécifiques au courrier électronique, ceux-ci instaurent toujours un rapport de place plus égalitaire. On peut donc imaginer que la stabilisation des usages du courrier électronique se fera dans le sens de l’hypothèse de l’égalisation. De la même manière que le billet a incarné la crise de la sociabilité bourgeoise au XIXe siècle, le courrier électronique symbolisera peut-être la manière dont les relations sociales sont redéfinies, particulièrement dans les organisations ou entre l’administration et ses usagers (Labbe & Marcoccia, 2005). Par ailleurs, on doit noter que ces conventions d’usage du courrier électronique sont très largement inspirées d’un modèle nord-américain de la sociabilité et de son inscription dans le monde de l’entreprise (Atifi & Marcoccia, à paraître).

43La différence entre les courriers électroniques envoyés par les étudiants français et étrangers est de ce point de vue assez significative. En effet, on peut faire l’hypothèse que lorsqu’un étudiant étranger appartient à une société à ethos hiérarchique, son utilisation du courrier électronique emprunte à la correspondance administrative traditionnelle son caractère formel et inégalitaire. Inversement, l’instauration d’une relation de places assez égalitaire signale l’adhésion à une sorte d’idéologie de l’internet, héritée de la culture nord-américaine et de l’idéologie managériale. L’effet égalisateur des dispositifs de communication médiatisée par constitue un des lieux communs des discours produits au sein des entreprises sur l’utilisation du courrier électronique (Edenius, 2002). Ainsi, l’instauration d’un rapport de places plus égalitaire par le courrier électronique ne nous dit rien des propriétés de l’outil lui-même mais nous renseigne sans doute beaucoup plus sur le système de valeurs de l’auteur du message. De la même manière, le choix du courrier électronique pour adresser une requête administrative et son effet sur le rapport de places que son utilisateur veut instaurer avec son destinataire sont sans doute révélateurs de la manière dont certains usagers veulent redéfinir leurs relations avec le service public.

Haut de page

Bibliographie

Angell, D. & Heslop, B. [1994], The Elements of E-mail Style, Reading MA : Addison Wesley Publishing.

Atifi, H. & Marcoccia, M. [à paraître], Communication médiatisée par ordinateur et variation culturelle : analyse contrastive de forums de discussion français et marocains, Les Carnets du Cediscor, 9.

BARON, N. S. [1998], Letters by phone or speech by other means: the linguistics of email, Language & Communication, 18, p. 133–170.

Brown, P. & Levinson, S. [1987], Politeness. Cambridge : CUP.

Charlier, P. [2000], Courrier électronique et communication interne et externe des organisations. Quelques éléments d’analyse et de réflexion, Exposé fait au siège de l’entreprise Siemens.

www.comu.ucl.ac.be/reco/grems/philweb/Siemens.htm

Cusin-Berche, F. [1999], Courriel et genre discursif. In Anis, J. (ed.). Internet, communication et langue française, Paris, Hermes, p. 31–54.

Crystal, D. [2001], Language and the Internet, Cambridge, CUP.

Dubrovsky, V.J., Kiesler, S & Sethna B.N. [1991], The equalization phenomenon : Status effects in computer-mediated and face-to-face decision-making groups, Human-Computer Interactions, 6[2], p. 119-146.

Ducheneaut, N. [2002], Social impacts of electronic mails in organizations, Information, Communication & Society, 5[2], p. 153-188.

Edenius, M. [2002], Discourse on E-Mail in Use, Global and Organizational Discourse about Information Technology, 2002, p. 73-89.

Flahault, F. [1978], La parole intermédiaire, Paris, Seuil.

Kerbrat-Orecchioni, C. [1987], La mise en places. In Cosnier, J. & Kerbrat-Orecchioni, C. (eds.). Décrire la conversation, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 319-352.

Kerbrat-Orecchioni, C. [1992], Les interactions verbales, Tome 2. Paris, A. Colin.

Labbe, H. & Marcoccia, M. [2005], Tradition épistolaire et médias numériques : du billet au courrier électronique. In Betten, A. & Dannerer, M. (eds.), Dialogue Analysis IX – Dialogue in Literature and the Media, Selected Papers from the 9th IADA Conference, Salzburg 2003, Vol. 2, Tübingen, Niemeyer, p. 281-292.

Manno, G. [2002], La politesse et l’indirection : un essai de synthèse, Langage et société, 100, p. 5-47.

Marcoccia, M. [2000a], Les Smileys : une représentation iconique des émotions dans la communication médiatisée par ordinateur. In Plantin, C., Doury, M. & Traverso, V. (eds.). Les émotions dans les interactions communicatives, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 249-263.

Marcoccia, M. [2000b], La représentation du non verbal dans la communication écrite médiatisée par ordinateur, Communication & Organisation, 18, p. 265-274.

Orlikowski, W., & Yates, J. [1994], Genre repertoire: the structuring of communicative practices in organizations, Administrative Science Quarterly, 39[4], p. 542–574.

Orlikowski, W. [1996], Improvising Organizational Transformation over Time : a Situated Change Perspective, Information Systems Research, 7[1], p.  63-92.

Sproull, L. & Kiesler, S. [1986], Reducing social context cues: Electronic mail in organizational communication, Management Science, 32[11], p. 1492-1512.

Sproull, L. & Kiesler, S. [1991], Connections. New ways of working in networked organization, Cambridge MA, MIT Press.

Tan, B., Wei, K.K. & Watson, R.T. [1999], The Equalizing Impact of a Group Support System on Status Differentials, ACM Transactions on Information Systems, 17[1], p. 77-100.

Verdol, J. [1997], Correspondance facile. Modèles de lettres, Paris, Hachette.

Yates, S.Y. [1996], Oral and Written Linguistic Aspects of Computer Conferencing : A Corpus Based Study. In Herring, S.C. (ed.). Computer-Mediated Communication. Linguistic, Social and Cross-Cultural Perspectives, Amsterdam / Philadelphia : John Benjamins, p. 29-46.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions les secrétaires de ce département, qui nous ont fourni le corpus et apporté les informations contextuelles nécessaires à son traitement.
2 L’utilisation de pourcentages répond uniquement à des objectifs de lisibilité des résultats. En effet, les corpus étant de tailles différentes, les pourcentages s’imposent pour exprimer des comparaisons pertinentes. Néanmoins, nous sommes conscient du caractère fragile de ces pourcentages, puisqu’ils sont établis sur la base d’un nombre de messages limité. Par ailleurs, dans cette même perspective de lisibilité, nous avons systématiquement « arrondi » ces pourcentages.
3 Nous remercions Hassan Atifi pour ces informations.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Marcoccia, « Communication électronique et rapport de places : analyse comparative de la formulation d’une requête administrative par courrier électronique et par courrier papier »Semen [En ligne], 20 | 2005, mis en ligne le 02 février 2007, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/semen/1075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.1075

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search