Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Blanches colombes, monstrueuses machines : le genre linguistique au miroir de la traduction littéraire chinois-français

Coraline Jortay

Résumés

Prenant pour point de départ le genre linguistique et ses glissements en traduction littéraire chinois-français, la présente contribution s’intéresse à son influence sur les représentations sociales de genre dans les textes source et cible et, partant, les identités narratives et le champ des interprétations des textes. Réfutant l’étiquette de « langue sans genre » souvent apposée au chinois, l’article effectue une rapide description des mécanismes linguistiques du genre en chinois et en français avant de s’attarder plus particulièrement sur le système pronominal du chinois, dans lequel de nombreuses distinctions sont une propriété exclusive de la langue écrite. Au carrefour de la traductologie, de la linguistique et des études de genre, l'analyse porte sur un corpus de textes littéraires représentatifs de la multiplicité et de la créativité des usages chez les auteur.es sinophones des 20e et 21e siècles pour mettre en relief les matérialisations du genre et sa normalisation en langue.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si le genre est une catégorie omniprésente et omnipertinente (Lazar 2005 : 3) dans la plupart des pratiques sociales, parmi lesquelles la litté­rature de fiction, cette dernière constitue un laboratoire privilégié pour ex­plorer les liens entre genre linguistique et représentations sociales de genre. Au 19e siècle déjà, les sœurs Brontë écrivaient sous pseudonyme pour contrarier l’habitude des lecteurs d’identifier le genre du narrateur à celui de l’auteur et expérimentaient avec un amalgame de narrateurs homodiégé­tiques masculins et féminins au sein d’un même texte (Schabert 2010 : 76-77). Plus récemment, lorsque Anna Garreta avec Sphinx (1986), Maureen Duffy avec Love Child (1971) ou encore Monique Wittig avec L'Opoponax (1964) ou Le Corps lesbien (1973), s’emparent du genre linguistique en littérature pour en repousser les limites, elles élargissent d’un même mou­vement celles de l’intelligibilité (Butler 2006).

2En effet, si l’on considère, avec Castro (2013) le langage comme un acte politique de médiation et de communication qui soit perpétue soit remet en cause les structures de pouvoir existant au sein de contextes socio-culturels plus larges, et la littérature et la traduction comme des cas particuliers de celui-ci, le genre linguistique participe de la construction de représentations socio-culturelles du genre, et s’inscrit dans une « vaste entreprise de remoti­vation du signe qui préside à l'entreprise littéraire » (Klein-Lataud 1996 : 148). Illustrant ce point, Jakobson (1963) déjà prenait l’exemple de « la » Mort (смерть, féminin en russe et der Tod, masculin en allemand) pour ex­pliciter la manière dont le genre grammatical peut influencer les personni­fications d’inanimés et les métaphores au sein d’une communauté linguis­tique donnée, ainsi que les problèmes potentiels qu’il pose aux traducteurs.

3Ainsi, prenant pour point de départ le genre linguistique et ses glis­sements en traduction littéraire chinois-français, la présente contribution s’attache à mettre en relief cette catégorie mouvante, hybride – souvent réduite à une lecture binaire « masculin-féminin » et « arbitraire-motivé » – pour explorer la manière dont elle influence les représentations sociales de genre dans les textes source et cible et, partant, les identités narratives et le champ des interprétations des œuvres. Pour ce faire, il est toutefois nécessaire d’abandonner l’étiquette de « langue sans genre » (Hellinger & Bussmann 2002 : 27) ou de langue à genre uniquement lexical (Ettner 2002 : 31) souvent apposée au chinois pour observer comment cette notion sémantique s’incarne (Abbou & Tse 2014 : 200) à différents niveaux linguistiques (lexical, mor­phologique, syntaxique), y compris en relation avec les catégories connexes telles que les classificateurs. Les glissements traductifs du genre s’établis­sent ainsi en conséquence du degré relatif de grammaticalisa­tion du genre linguistique (Huddleston & Pullum 2002 : 485) entre le chinois et le français.

4En effet, si « chaque langue découpe dans le réel des aspects différents (négligeant ce qu'une autre langue met en relief, apercevant ce qu’une autre oublie) » (Mounin 1963 : 48), loin de signer l’impossibilité de la traduction, l’analyse des stratégies mobilisées dans le cadre de celle-ci devrait mettre en évidence un mouvement des marquages de genre toujours imbriqué dans le social, puisque les différences linguistiques entre langues source et cible s’accompagnent de différences culturelles (et éventuellement temporelles) au regard desquels les traducteurs vont devoir décider ce qu’ils vont expliquer, désambigüiser, naturaliser ou exoticiser (Livia 2008 : 154). Ce type de confrontation fait écho à d’autres démarches de remise en question de la bicatégorisation masculin-féminin en contexte d’apprentissage de langue étrangère (Perry 2006), et permet de penser des formes hybrides au regard d’autres systèmes linguistiques.

5Elle se rapproche également de la « traductologie féministe de la 3e vague » esquissée par Olga Castro (2009) qui vise à replacer le genre au centre de l’analyse littéraire et traductive, analysant d’abord les représenta­tions discursives des hommes et des femmes dans les textes sources (toujours de manière contextualisée en gardant à l’esprit les interactions entre le genre et d’autres variables telles que âge, classe sociale, etc.) avant de se tourner vers les questions de traduction que ces représentations posent, toujours dans leur dimension discursive, en gardant à l’esprit les (im)possi­bilités (linguistiques et/ou culturelles) de représentation des mêmes référents dans la langue cible, et cherchant à les dépasser.

1. Corpus, données et périmètre de l’analyse

  • 1 Il s’agit de (par ordre alphabétique d’auteur) : 《天堂里的对话》de 残雪 Can Xue (première publication : 1988 (...)

6La présente analyse se base sur un corpus de textes littéraires de cinq romans et recueils de nouvelles1 qui, à divers degrés, représentent la diver­sité littéraire sinophone depuis l’émergence de la littérature vernaculaire en langue moderne au début du 20e siècle, tant d’un point de vue historique, géographique (le corpus reflète les différents usages graphiques en vigueur : caractères simplifiés en Chine continentale, caractères non-simplifiés à Taiwan, Hong Kong, etc.), des influences littéraires (féminisme, avant-garde, science-fiction, postcolonial...). Ces textes ont également été sélec­tionnés pour représenter une palette de traducteurs la plus large possible, appartenant à des générations différentes pour tenter d’observer la plus grande diversité possible de stratégies traductives.

7Notre étude portera plus particulièrement sur le système pronominal en contexte littéraire pour trois raisons principales : tout d’abord, parce que les pronoms portent « la trace des catégorisations auxquelles les sujets parlants soumettent les objets-de-discours » (Reichler-Béguelin 1997 : 39), y compris en matière de genre. D’autre part, parce qu’en chinois le marquage en genre est une propriété exclusive de la langue écrite (cf. 3.1.3.). Enfin, parce que le système pronominal semble souvent le plus productif en termes d’expéri­mentations littéraires avec le genre (Livia 2000 : 27).

8Le présent article n’a donc pas pour ambition de traiter les questions d’un éventuel sexisme intrinsèque à la langue chinoise (voir à ce sujet Farris 1988 ; Moser 1997 ; Tso 2014), ni de constituer une analyse exhaustive et systématique des mécanismes linguistiques qui sous-tendent les difficultés de la traduction du genre des textes littéraires chinois en français. Il s’agira avant tout de faire apparaître les enjeux du genre linguistique au sein de l’écriture littéraire en essayant d’esquisser un panorama préliminaire des questions et obstacles que pose « le genre » au traducteur littéraire tra­duisant du chinois en français et de proposer une tentative de classi­fication de ces difficultés.

2. Le fonctionnement linguistique du genre en chinois et en français

2.1. En chinois

9Dans son article intitulé In Chinese, men and women are equal — or — women and men are equal?, Charles Ettner caractérise comme suit le genre en langue chinoise :

Lexical gender exists in many Chinese terms of address and reference, terms for males and females, and in certain pronominal forms. However, gender is not marked as a grammatical category, as Chinese is not a gender language (Ettner 2002 : 31).

10S'il est vrai que le chinois n’est pas une langue flexionnelle, et ne pré­sente par conséquent pas d’accord formel en genre entre, par exemple, un adjectif et le nom auquel il se rapporte comme en français, l’étiquette de « langue sans genre » (Hellinger & Bussmann 2002 : 27) ou de langue à genre où le genre lexical porte uniquement sur certains noms et certaines formes pronominales (Ettner 2002 : 31) paraît restrictive. De plus, étudier la traduction de textes littéraires chinois en français nécessite d’identifier les niveaux (en lexique, en morphologie, en syntaxe) où le genre linguistique est susceptible de s’incarner. Ainsi, sur la base d’autres travaux linguis­ti­ques existants (Farris 1988 ; Moser 1997 ; Tso 2014), on peut observer que les matérialisations linguistiques du genre tendent à apparaître à différents niveaux :

2.1.1. En lexique

11En chinois, de nombreuses classes de mots peuvent être porteuses d’une composante sémantique liée au genre :

Noms : 先生xiānsheng Monsieur, 女士nǚshì Madame, 保姆bǎomǔ une nourrice

Verbes : jià se marier [pour une femme], épouser [pour un homme], prendre femme

12Ces verbes posent une contrainte sémantique sur le genre du sujet et du complément qui leur sont associés. Ainsi, jià appelle un sujet féminin et un objet masculin, tandis que qǔ appelle un sujet masculin et un objet féminin. Ces deux verbes ont un usage syntaxique différent : qǔ, composé du composant phonétiqueprendre et du radical nǚ, est transitif (娶妻子qǔ qīzi prendre épouse) tandis que tend à être utilisé avec gěi à, donner. Ainsi, 她嫁給他 jià gěi  : elle épouse [à, donner] lui (Liu Danqing 刘丹青 1991). Ce dédoublement du verbe reflète également des considérations socio-historiques puisque la famille chinoise traditionnelle est patrilinéaire et patrilocale.

Adjectifs : 标致biāozhi belle [d’une femme] ; 貌美màoměi jolie [d’une femme]

Expressions figées en quatre caractères : 水性杨花shuǐxìngyánghuā volage [pour une femme] ; 亭亭玉立tíngtíngyùlì mince et élégante [d’une femme]

13La composante sémantique du genre est d’autant plus marquée que, dans les exemples ci-dessus, le caractère « homme/masculin » ou « femme/ féminin » n’est pas toujours présent : il n’y a donc pas nécessairement de marquage formel du genre.

2.1.2. En morphologie

14En morphologie, le genre linguistique s’incarne dans les préfixes compositionnels et dans les suffixes :

Préfixes : 学生 xuésheng étudiant.e ; 女生 nǚshēng étudiante ; 男生 nánshēng étudiant

Suffixes : 才人cáirén personne érudite, de talent ; 才女cáinǚ femme érudite, de talent ; 圣人shèngrén un sage ; 圣女shèngnǚ une sage

15Si la majorité des termes de fonctions ne sont pas marqués en genre – ainsi lǎoshī professeur.e ou 学者xuézhě chercheur/euse sont non marqués – le fonctionnement de certains préfixes et suffixes reflète des considérations sociales : la forme non marquée 护士hùshi infirmière porte le trait sémantique féminin, tandis que infirmier nécessite l’ajout du préfixe masculin nán (护士nán hùshi). À l’inverse, 医生yīshēng médecin, docteur prend le préfixe féminin dans le cas d’une femme médecin (女医生yīshēng), mais se suffit si le médecin est un homme (« male-as-norm principle »). Notons également que le marquage par préfixation ne concerne pas que les humains : ainsi les préfixes gōng et mǔ peuvent spécifier le sexe des animaux comme dans poule, poulet, gōngjī coq et mǔjī poule.

2.1.3. En syntaxe

16Le système pronominal du chinois contemporain marque la flexion en nombre à l’oral comme à l’écrit, tandis que la flexion de genre se marque à l’écrit uniquement, comme l’illustrent les deux figures suivantes, pour les graphies simplifiée (figure 1) et non-simplifiée (figure 2) respectivement :

Figure 1 : Système pronominal du chinois (graphie simplifiée en usage en Chine continentale)

  • 2 En graphie simplifiée, la forme neutre它 désigne la catégorie sémantique [non-humain] de manière gén (...)

Singulier

Pluriel

1epers.

je

nous
wǒmen

2e pers.

tu

vous
nǐmen

3e pers.

il

elle

[neutre2]

ils

elles

[neutre]
tāmen

Figure 2 : Système pronominal du chinois (graphie non simplifiée en usage à Taiwan, à Hong Kong et à Macao)

Singulier

Pluriel

1epers.

je

nous
wǒmen

2e pers.

tu [masc.]

tu [fém.]

你們 vous [masc.]

妳們 vous [fém.]

nǐmen

3e pers.

il

elle

[inanimé]

[animal]

[divinité]

他們 ils

她們elles

它們 [inanimés]

牠們 [animaux]

祂們 [divinités]

tāmen

17Ces tableaux appellent plusieurs remarques :

  • 3 Pour une analyse historique de l’introduction du pronom féminin de 3e personne en chinois, voir Hua (...)
  • 4 Notre traduction : “[not that] women and men were not previously spoken of as sexual beings or as y (...)

181. Le système pronominal du chinois contemporain est issu d’un processus de traduction-création historique effectué dans le sillage du Mouvement du Quatre Mai 1919, doté d’une forte dimension politique et idéologique. Dans les années 1920, le système pronominal du chinois a ainsi subi une refonte complète avec l’apparition du pronom féminin de 3e personnetā, qui a introduit une dimension de genre dans un système pronominal qui en était auparavant dénué. Par différentiation, s’est opéré un glissement sémantique du radical ren du sens d’être humain vers le mas­culin. Ce néologisme s’inscrit dans un contexte d’afflux massif de littérature étrangère en Chine, alors que les traducteurs étaient dépourvus d’un équivalent en langue chinoise du pronom féminin de troisième personne des langues européennes qu’ils traduisaient3 (Huang Xingtao 黃興濤 2009). Ainsi, un nouveau niveau de réalité symbolique est apparu en langue chinoise, non pas que « les femmes et les hommes n’étaient pas désignés auparavant en tant qu’êtres sexués ou que catégories relevant du yin et du yang, mais que les relations déictiques […] engendrées par une telle rupture au niveau formel dans la langue vernaculaire écrite ont permis au genre de modeler les relations sociales de pouvoir d’une manière qui aurait été auparavant inimaginable. » (Liu 1995 : 154)4. En littérature, par exemple, ce tournant dans la nomination déictique contemporain de l’avènement de la langue vernaculaire moderne, a permis une réorganisation de l’organisation déictique des textes autobiographiques ou autofictionnels autour du désir du narrateur masculin en « je » qui dispose désormais d’un tā clairement identifié (op. cit., 154-155). Dans le Taiwan colonial du début du 20e siècle, l’introduction du pronom féminin de 3e personne s’est faite quelques années plus tard sous la double influence des magazines littéraires écrits en chinois vernaculaire venus du continent et des textes littéraires occidentaux traduits dans la langue du colonisateur, le japonais (Chen Pei-Jean 陳佩甄 2016).

192. En chinois, la flexion en genre des pronoms personnels est une distinction exclusive de la langue écrite, l’ensemble des pronoms de 2e et de 3e personne se prononçant respectivement indifféremment nǐ(men) et (men). Sur la base d’anecdotes personnelles, Moser remarque ainsi que le contexte de communication orale peut se passer de l’information de genre sur de longues durées (jusqu’à plusieurs semaines) avant qu’un locuteur ressente le besoin de désambiguïser (Moser 1997 : 10).

  • 5 Notons qu’il existe encore d’autres formes, plus rares, comme le您nín, correspondant au « vous » de (...)

203. Le système pronominal distingue des formes supplémentaires en graphie non simplifiée : a) un pronom féminin de 2e personne, dont l’usage est relativement récent qui, s’il paraît s’être généralisé dans l’usage courant et dans les médias, semble encore avoir un statut incertain en littérature. b) un détriplement du pronom neutre de 3e personne : pour les inanimés, pour les animaux et pour les divinités5.

214. Le chinois dispose également d’un système complexe de classifi­cateurs dont l’examen détaillé dépasse le cadre de la présente contribution, mais qui peuvent fonctionner en conjonction avec les marques de genre (notamment dans le cas du neutre). Ainsi, certains classificateurs sont réser­vés aux personnes (míng, wèi, deux classificateurs honorifiques), d’autres aux animaux (pǐ, classificateur désignant les équidés), tandis que d’autres encore sont d’usage indifférencié ( ge).

225. En chinois, les formes possessives des pronoms se construisent par l’ajout d’un de (par exemple : 我的 wǒ de : mon, le mien). À la diffé­rence du français, le genre linguistique d’une forme possessive reflète ainsi la valeur sémantique du genre du possesseur, et non le genre grammatical de l’objet possédé. Les formes de 3e personne sont donc touchées par un genrement des formes possessives.

2.2. En français

23Le français possède un système de bicatégorisation grammaticale du genre, ayant perdu presque toutes les traces de l’ancien système ternaire hérité du latin qui impliquait un genre neutre. Dans le cadre de celui-ci, certains éléments « donnent ou régissent le genre » tandis que d’autres « s’accordent en fonction de l’élément donneur » (Elmiger 2017). Pour la langue française, le genre semble ainsi être une « propriété morphologique du substantif dont la réalisation est contextuelle » (Chevalier 2013), c'est-à-dire que la grammaire unifie sous la même étiquette de « genre » un mar­quage morphologique en genre des substantifs (plus ou moins corrélé à une valeur sémantique dont ils seraient porteurs selon les cas) avec un phé­nomène d’accord qui relève de la syntaxe (la variation morphologique des déterminants, des adjectifs, des verbes, des pronoms de reprise par rapport au nom auxquels ils se rapportent) (ib). De plus, le genre linguistique en français est très redondant : la phrase « la vieille femme est assise » qui ne comporte pourtant que cinq mots présente trois accords en genre (Livia 2000 : 29) : au niveau du déterminant défini « la », de l’adjectif épithète « vieille » et de l’attribut « assise ». Ces mécanismes ayant été largement décrits pour la langue française, on ne s’arrêtera pas ici plus longuement sur les niveaux touchés.

3. Résultats : Genre(s) et traduction – un continuum

24Ayant esquissé ci-dessus les mécanismes linguistiques du genre en chinois et en français, et leur degré relatif de grammaticalisation, quelles en sont les implications possibles pour la traduction du chinois en français ? Le genre linguistique français étant omniprésent, l’on s’attendrait à ce que la traduction française doive principalement désambigüiser. En effet, dans les cas où le chinois possède une division plus fine du genre pronominal qu’en français (le cas dutu [fém.], par exemple), le caractère très redondant des marques de genre en français devrait permettre de compenser par l’accord des participes, des adjectifs, etc.

25En pratique, la majorité des occurrences du corpus ne posent pas de problème particulier de traduction, bien que la grande redondance des marques de genre en français due aux phénomènes d’accord rende l’expres­sion du genre linguistique plus « dense » dans le texte cible : ce qui était marqué en chinois uniquement sur le pronom se retrouve en français à tous les niveaux dans la phrase. Dans la plupart des cas où le chinois est plus précis (comme dans l’exemple du nǐ féminin), la marque de genre fait l’objet d’une transposition qui la reporte du pronom en chinois, vers d’autres éléments de la phrase française (participe, adjectif, etc.).

26Toutefois, quatre types de cas problématiques ont émergé de nos analyses : des difficultés de traduction d’origine anaphorique (le genre des différents pronoms personnels rend toute traduction littérale impossible, imposant une modification de la syntaxe), des difficultés d’origine séman­tique, des « variations de point de vue » (le texte littéraire exploite la varia­bilité graphique des différents pronoms de troisième personne pour mettre en relief des identités hybrides du genre), et enfin des cas où le texte source impose la non désambigüisation du genre pronominal. Ces difficultés peuvent être classées selon un continuum qui progresse d’un pôle « langue » (où les difficultés traductives liées au genre linguistique reflètent davantage des problèmes d’ordre syntaxique, avec un impact moindre sur les représen­tations de genre) vers un pôle « social » (où l’impact sur les représentations de genre au sein du texte cible est maximal), les deux étant toujours indéniablement liés.

3.1. Difficultés d’ordre anaphorique

27Les difficultés d’ordre anaphorique – ou référentiel selon les auteurs – où la traduction des marques de genre impose une modification de la syn­taxe dans le texte cible, ne sont pas spécifiques à la traduction chinois-français. Elles correspondent à ce que Laure Gardelle identifie pour la tra­duction anglais-français comme les cas où « plusieurs référents sont dési­gnés par des pronoms, associés à des genres différents en anglais mais correspondant tous à des formes de même genre en français. Il y a alors ambiguïté de la référence dans la langue cible, voire incapacité à sélec­tionner le bon référent » (Gardelle 2008). Seule une minorité d’occurrences pose problème. Généralement, elles apparaissent quand une grande densité de pronoms personnels est observée. En effet, en français, le pronom posse­ssif indique le genre grammatical de l’objet possédé, et non le genre du possesseur comme en chinois. Il faut alors compter sur le contexte et éventuellement compenser s'il y a perte d'information importante :

辗转回想前七年他发疟疾时,坐在他床前,替他母招呼药的情境。(Ling Shuhua 凌叔, 1997)

Il y a sept ans de cela, quand il avait attrapé la malaria, c’était elle qui, à la place de sa mère, s’asseyait au pied de son lit pour lui faire prendre ses médicaments. (Rabut & Pino 1996 : 159)

28Dans l’extrait ci-dessus, où le narrateur Ching-jen se remémore les bons soins qu’il a reçus par le passé de sa belle-sœur désormais décédée, on peut observer l’insertion d’une mise en évidence « c’était elle qui », qui permet une re-hiérarchisation de la phrase en mettant les syntagmes nominaux « sa mère », « son lit » et « ses médicaments » sur un pied d’égalité. Ce faisant, les traducteurs effectuent une transposition nominale de la structure verbale chinoise qui met les trois verbes en parallèle afin de résoudre le problème référentiel que provoquerait une traduction littérale (*elle s’asseyait au pied de son lit et remplaçait sa mère pour lui faire prendre ses médicaments).

末了一口,[…]心里另有一种说不出甜蜜的感触,不觉狂嗅了一下。她的腮飞红,微微笑了笑便睡倒。(Ling Shuhua 凌叔, 1997)

À la dernière gorgée, […] il avait ressenti alors une émotion d’une douceur inexplicable et, sans savoir pourquoi, il avait humé le parfum avec frénésie. Les joues de sa sœur étaient devenues cra­moisies. Il avait souri et s’était endormi. (Rabut & Pino 1996 : 159)

29Ici, les traducteurs recourent à un étoffement : 她的腮飞红, littéralement « ses joues étaient devenues cramoisies », devient « Les joues de sa sœur étaient devenues cramoisies » afin de désambiguïser la phrase et de préciser que c’est bien la belle-sœur du narrateur qui rougit. À défaut, une traduction littérale (« ses joues ») ferait référence aux joues du narrateur Ching-jen.

3.2. Difficultés sémantiques influençant l’interprétation du texte

30On parlera de difficulté sémantique lorsqu’une forme pronominale dans le texte source peut avoir plusieurs antécédents de genres différents, et que la non-prise en compte des différentes potentialités de traduction de cette marque de genre influence directement le contenu sémantique global dans le texte cible. Ainsi, dans l’extrait suivant, Ling Shuhua exploite la potentialité de la forme possessive 它的 (ta de son) :

四月中旬的下午,诗人幽泉与他的爱妻燕倩同坐在廊下,他手里拿着一本《词选》有意无心的翻看,她低绣一张将近完工的窗帘子。廊下挂了一个鸟笼,里头一只白鸽正仰头望着蔚蓝的天空尽力歌唱,好象代表它的主人送迎碧天上来往的白云。(Ling Shuhua 凌叔 1997)

Un après-midi de la mi-avril, le poète Source Mystérieuse était assis avec son épouse bien-aimée sous la galerie, tenant à la main une Anthologie de poèmes en vers inégaux qu’il feuilletait noncha­lamment. Elle brodait, tête baissée, un rideau presque achevé. Sous les tonnelles, une cage à oiseau était accrochée, dans laquelle une colombe blanche, la tête levée vers le firmament bleu, chantait de toute son âme, comme si elle voulait remplacer son maître [/sa maî­tresse], aller à la rencontre des nuages blancs. » (Jin, 2008 : 95-96)

31En effet, cet extrait évoque deux scènes parallèles, humaine et céleste, qui se répondent selon des codes littéraires symboliques classiques où la colombe en cage aspire à retrouver la liberté (Jin 2008 : 97). Ici, Ling Shuhua tire parti de l’ambigüité de la forme possessive 它的, qui peut désigner le maître de la colombe à la fois comme étant le poète Source Mystérieuse ou son épouse, pour porter un discours critique sur la condition de la femme. En effet, si on interprète l’antécédent de它的 comme étant l’épouse du poète, l’opposition entre la colombe tête levée qui aspire à s’envoler par la fenêtre et la femme, tête baissée, qui brode un rideau qui servira à occulter cette même fenêtre apparaît clairement. Ling Shuhua joue de ce type d’ambiguïtés pronominales pour porter un discours féministe tout en restant irréprochable vis-à-vis de l’intelligentsia masculine dont dépen­dait sa carrière littéraire. De nombreux travaux ont souligné la subversivité extrêmement subtile des écrits de Ling Shuhua (voir notamment Chow 1988 ; Hong 2009 ; Shih 2001), notre corpus comportant de nombreux exemples de ce type de jeu sur les pronoms chez Ling Shuhua. Toutefois, la traduction française ne semble pas tenir compte de la potentialité de traduction de它的主人 par sa maîtresse.

3.3. Variations de point de vue et formes hybrides

32Une autre problématique émergeant de notre corpus quant aux glissements du genre linguistique lors du processus de traduction concerne les phénomènes de fluctuation du genre pronominal pour un même référent au sein d’un même texte ou paragraphe. Ces fluctuations, qui traduisent des variations de point de vue, sont généralement employées pour mettre en évidence des identités et caractérisations hybrides entre animal/machine, humain/animal, ou encore humain/machine, faisant écho à la figure du cyborg d’Haraway (2007).

3.3.1 Animal/machine

33Comme décrit précédemment, le système pronominal du chinois dans sa graphie non simplifiée distingue trois pronoms neutres de troisième personne du singulier (pour les animaux, pour les divinités et pour les inanimés, tous prononcés tā). Dans l’extrait suivant, le personnage principal, Pa, un jeune adolescent doté d’une force surhumaine se bat contre un train, monstrueuses incarnation mi-bête mi-machine :

殺人的大鐵獸來到「番界」關牛窩了。十隻腳、四顆心臟,重得快把路壓出水,使看起來像一艘航在馬路的華麗輪船 (Kan Yao-ming 甘耀明 2009)

1. Traduction littérale : « L’énorme bête sanguinaire en fer avait atteint Kuan-niu-wo, sur les terres des « sauvages ». Elle avait dix pattes et quatre cœurs. Elle était si lourde que l’eau du sol écrasé sous son poids, en rejaillissant en surface, lui donnait des airs de somptueux paquebot voguant sur la route. »

2. Traduction sensible au genre pronominal : « L’énorme bête sanguinaire en fer avait atteint Kuan-niu-wo, sur les terres des « sauvages ». C’était un monstre à dix pattes et quatre cœurs, une chose si lourde que l’eau du sol écrasé sous son poids, en rejaillissant en surface, lui donnait des airs de somptueux paquebot voguant sur la route.» (Jortay – projet de traduction en cours)

34Dans cet extrait, l’alternance de (neutre [animaux]) et (neutre [inanimés]) introduit une variation de point de vue qui met tour à tour l’accent sur le caractère bestial ou mécanique de ce monstre mi-animal mi-machine qui charge à travers la forêt. Une traduction littérale (1) perdrait cette dimension, aboutissant à une reprise anaphorique par un pronom féminin de 3e personne du singulier (« L’énorme bête… Elle... ») qui oblitère la dimension hybride de la bête, caractérisée – dans le texte source – à la fois par son aspect physique, organique, monstrueux (« dix pattes et quatre cœurs ») et par sa ressemblance avec une machine que renforce le (neutre [inanimés]) utilisé pour les objets ainsi que le parallélisme avec le paquebot. Une traduction sensible au genre pronominal (2) procède à deux nominalisations pour tenir compte des sèmes codés dans les pronoms du texte source (deux neutres bien distincts, l’un renvoyant aux animaux, l’autre aux objets) pour aboutir à « C’était un monstre » et « une chose ».

35Cette distinction pose également la question de la variation intralinguis­tique. En effet, le roman a fait l’objet d’une édition en caractères simplifiés publiée en Chine continentale (Kan Yao-ming 甘耀明 2010). Le système pronominal, dans sa graphie simplifiée, ne disposant que d’un seul pronom neutre de troisième personne ( qui désigne à la fois les animaux et les inanimés), le passage analysé ci-dessus se présente comme suit dans l’édition publiée en Chine continentale :

杀人的大铁兽来到番界关牛窝了。十只脚、四颗心脏,重得快把路压出水,使看起来像一艘航行在马路的华丽轮船(Kan Yao-ming 甘耀明 2010)

36Ici, le texte en graphie simplifiée recourt tour à tour au pronom masculin et au pronom neutre , perdant la dualité de la caractérisation bête/machine et modifiant la valeur symbolique du passage.

3.3.2. Humain/animal

37Une technique similaire est employée par Chi Ta-wei dans l’extrait ci-dessous pour caractériser l’identité hybride, changeante, de la femme-panthère évoquée par Momo lorsqu’elle se souvient du roman le Baiser de la femme araignée :

書中提及一名豹女──半人半獸,可以化身為豹子的女人。豹女在人性恆定時,可以很愉快地跟籠子裡的小金絲雀玩遊戲;可是當她獸性高漲時,金絲雀一嗅及她的氣息,便立即暴斃。[…] 豹子至少還能享有噬咬血腥的一瞬快感,牠的爪牙至少不是平白長出而無用武之地的奢侈品 (Chi Ta-wei 紀大偉 2011 : 63)

On parlait dans le roman d’une femme-panthère mi-humaine, mi-animale, une femme capable de se changer en panthère. Lorsque les sentiments humains de la femme-panthère étaient stables, elle pouvait jouer très joyeusement avec le petit canari dans sa cage ; mais lorsque les sentiments de la bête reprenaient le dessus, le canari sentait son odeur et la mort qui l’attendait. […] La panthère pouvait au moins profiter du plaisir éphémère de croquer un morceau de chair sanguinolente, au moins ses griffes et ses dents acérées n’étaient-elles pas seulement des parures inoffensives. (Chi Ta-wei et Gaffric 2015 : 88)

38De manière similaire à l’extrait précédent, l’alternance des pronoms elle et (3e personne neutre – animal) introduit des variations de point de vue. Ces anaphores viennent rappeler et renforcer la notion d’hybridité in­troduite par l’antécédent 一名豹女──半人半獸 (« une femme-panthère mi-humaine, mi-animale »). Toutefois, une traduction littérale des formes possessives dans 她獸性 « sa [fém.] bestialité » et 牠的爪牙« ses [animal] griffes et ses crocs » ne pouvant rendre ces variations de point de vue, le tra­ducteur les réintroduit à différents niveaux dans la phrase. Ainsi, 她獸性 est étoffé en « les sentiments de la bête » (qui fait écho à « les sentiments humains de la femme panthère » un peu plus haut) et 牠的爪牙 est traduit par « ses griffes et ses dents acérées », qui a le double effet de réintroduire une dimension humaine dans l’expression (par le choix de « dents » plutôt que de « crocs ») tout en permettant l’accord de l’adjectif « acéré » au féminin (puisqu’il a dès lors deux antécédents de genre grammatical féminin en français).

3.3.3. Humain/machine

  • 6 Dans Membrane, les androïdes n’ont pas de sexe, sauf si leur fonction le requiert, par exemple en v (...)

39Dans le roman (Membrane), les androïdes sont systématiquement désignés par le pronom (masculin/féminin/animal) associé à leur genre6 et ne font donc pas, a priori, l’objet de caractérisations hybrides de genre sur une base pronominale suivant les mécanismes décrits plus haut. Toutefois, l’analyse du corpus révèle que les variations de point de vue peuvent égale­ment être introduites par l’usage des classificateurs en conjonction avec le système pronominal.

40En chinois, un classificateur est un « mot qui doit intervenir devant un nom et derrière un démonstratif et/ou un nombre ou d'autres quantifieurs » (Peyraube & Wiebusch 1993: 51). Il comporte en outre une dimension sémantique en ce que « l'utilisation d'un [classificateur] spécifique consiste seulement à isoler certains objets remarquables. Les autres, quelque peu négligés, seront le plus souvent associés au [classificateur] général ge. Autrement dit, le rôle de qualification/catégorisation [des classificateurs] apparaît comme une marque. Celle-ci est souvent présente dans la langue écrite et a fortiori littéraire, pour des raisons stylistiques. » (op. cit., 57).

媽咪在< ISM >寄來的光碟日記中,看見默默的腦被置入一沒有面目的生化人技工內。沒有面目,是因為這位生化人技工不需參與人類的社交活動。看起來是一百貨公司中常見的塑膠模特兒,沒有什麼可辨的特色,只在頸部鏤刻了十位數字的工作號碼以供識別。(Chi Ta-wei 紀大偉 2011 : 130)

Maman avait lu dans le discojournal envoyé par ISM que le cerveau de Momo avait été greffé sur le corps d’un ouvrier androïde sans visage. La raison pour laquelle ce technicien était sans visage était qu’il n’avait aucun besoin de prendre part à la vie en société. *Il ressemblait à ces mannequins sans tête qu’on voyait dans les super­marchés, sans autre identité qu’un numéro de série gravé au niveau du cou pour pouvoir le reconnaître. (Chi Ta-wei et Gaffric 2015 : 184-185)

41Dans l’extrait ci-dessus, l’hybridité du genre est introduite par la con­jonction d’un antécédent 生化人技工 ouvrier/ouvrière androïde, qui est tour à tour caractérisé en reprise par le classificateur wèi (honorifique de respect utilisé pour les êtres humains), le pronom féminin de 3e personne et le classificateur (utilisé principalement pour les machines, ainsi que pour les cercueils et les corps morts). La traduction française ne semble pas, ici, avoir pu compenser l’information de genre.

3.4. Genre linguistique in absentia, formes épicènes et instances narratives

42Le dernier type de difficulté de traduction rencontrée dans le cadre de notre étude fait écho aux expérimentations littéraires sur le genre linguis­tique en littérature telles que menées par Anna Garreta avec Sphinx, Maureen Duffy avec Love Child ou encore Monique Wittig avec L'Opoponax ou Le Corps lesbien. Dans la nouvelle La lucarne de Can Xue, le genre du narrateur/de la narratrice autodiégétique est indéterminé (Solomon 1993 ; Wang 1995). Mais à la différence des œuvres ci-dessus qui sont résultat d’une démarche systématique et revendiquée d’effacement du genre avec une dimension militante, le genre du/de la protagoniste principal.e de La lucarne semble « accidentellement inconnu », résultat de la conjonction d’une narration en première personne dans une langue non flexionnelle, et d’un récit expérimental particulièrement nébuleux où le lecteur a peu de repères.

43Ainsi, La lucarne a fait l’objet de très nombreuses tentatives d’interpré­tations et d’analyse : monologue schizophrène où le vieil homme et le « je » seraient une même personne (Solomon 1993), destruction du « je » et de toute possibilité de monde réel et physique (Wang 1995) ou temporel (Chen 1997), lecture freudienne où le « je » serait la fille du vieil homme (Solomon 1993), contrepoint littéraire à La véritable histoire d’Ah Q – qui cherche à détruire là où « Ah Q » cherchait à éduquer le lecteur (Posborg 1993 ; Solomon 1993). Or, dans sa traduction française (Can Xue 1992), Françoise Naour opte pour un « je » au féminin, qu’elle justifie ainsi : « est-ce un homme ou une femme qui, dans ‘‘La Lucarne’’ (8) dit ‘‘je’’ ? Aucun indice ne permettait de trancher le débat. Quant à l’auteur, consultée, elle répondit que ça n’avait aucune importance [...]. J’ai finalement choisi un ‘‘je’’ féminin parce que certaines scènes ne pouvaient être interprétées autrement : celle où le vieux, incinérateur de cadavres, tente de séduire ce ‘‘je’’ auquel il importe d’attribuer définitivement un sexe ! Une lecture psy­chanalytique révèle sans ambiguïté possible que ‘‘les raisins à l’odeur fétide’’ qu’il offre au palper du ‘‘je’’ sont, de toute évidence, des organes sexuels ! » (Naour 1992 : 53).

44Ce choix traductif restreint la multiplicité d’interprétations possibles en discréditant partiellement la thèse du monologue schizophrène où « je » est le vieil homme, ainsi que celle d’une destruction du « je » (en venant lui donner davantage de corporalité). Pourquoi, d’ailleurs, le vieil homme ne pourrait-il pas tenter de séduire un « je » masculin comme énoncé plus haut ? Ce choix traductif oriente ainsi le lectorat francophone en faveur d’une lecture freudienne – qui est stricto sensu moins probable, comme l’explique Solomon, puisqu’à l’époque où La lucarne a été écrite (1986) les théories de Freud n’avaient pas encore été traduites en chinois – et que Can Xue, dans les années 1980, ne maîtrisait pas de langues étrangères.

45Si « aucun indice » ne permet effectivement d’orienter la traduction dans l’une ou l’autre direction et que pour l’auteure la question n’a effectivement « aucune importance », l’on pourrait se demander : pourquoi trancher ? Le texte source ouvrant à une multiplicité de possibilités interprétatives qu’il appartient au lecteur de décoder, pourquoi ne pas s’interroger sur les manières de rendre le genre (ou plutôt son absence) quand celui-ci est sim­plement « accidentellement absent » ? Le genre linguistique étant omni­présent en français, quelles stratégies de traduction permettraient de rétablir le neutre « discrètement », sans faire basculer le texte français dans une langue militante qui n’est pas au cœur du texte chinois ? La mission du traducteur s’oriente alors vers la nécessité de ne pas refermer des pistes interprétatives et de ne pas en ouvrir que le texte source ne permettait pas à cause de caractéristiques morphologiques propres à la langue cible. En traduction française, l’obstacle sera donc double : il s’agira de trouver des compromis linguistiques qui maintiennent l’indétermination du chinois tout en sauvegardant la bonne réception du texte par le lecteur francophone ou, suivant l’expression de Camille Fort (2008), il s’agira ainsi de « traduire le neutre sans neutraliser le littéraire ».

46Un recensement quantitatif du marquage de genre de la traduction française de La lucarne fait apparaître un nombre restreint d’occurrences marquées au féminin (3,3% des 304 phrases de la nouvelle, ou 8,7% des phrases à la 1e personne et 7,1% des phrases à la 2e personne). D’un essai de retraduction empirique visant à effacer les marques de genre, il apparaît que la nominalisation du participe (4 occurrences) est la stratégie la plus produc­tive, suivie par le passage de verbes de temps composés (plus-que-parfait ou passé composé) vers un temps simple (3 occurrences), le passage de verbes à la voix active (2 occurrences). D’autres stratégies possibles (une occurren­ce chacune) sont le remplacement d’un participe par une locution adverbia­le, la nominalisation d’adjectif avec étoffement, la substitution de verbe demandant l’auxiliaire « être » plutôt qu’« avoir », le changement de focali­sation, la suppression du participe et la postposition du complément d’objet direct pronominalisé. De manière globale, toutes ces stratégies visent à éliminer les participes ainsi que les adjectifs non épicènes. Deux exemples de ces stratégies de re-neutralisation du texte français sont donnés ci-dessous :

我出走的时候腿老伸不直,一路跌着大跟头,跌得满身泥泞。其实谁都知道我的出走,这是个公开的秘密。(Can Xue 残雪 1988)

1. Traduction originale : Lorsque j’étais sortie furtivement, mes jambes avaient molli et j’étais tombée, roulant dans la boue. Tous savaient que j’étais sortie, c’était un secret de polichinelle. (Can Xue et Naour 1992 : 86)

2. Proposition de solution neutre : Alors que je sortais furtivement, j’avais senti mes jambes flancher, précipitant ma chute dans la boue. Tous étaient au courant de mon escapade, c’était un secret de polichinelle.

47Outre la substitution nominale (« tombée » devenant « ma chute »), le passage du verbe sortir (« lorsque j’étais sortie furtivement ») à l’imparfait de l’indicatif (« alors que je sortais furtivement »), qui permet d’éliminer l’accord de genre du participe, est rendu possible par la très grande fluidité temporelle de la langue chinoise, qui ne possède pas stricto sensu de temps grammaticaux, et où la distinction entre passages à l’imparfait et au passé simple en traduction est souvent ténue voire arbitraire.

这里有一种虚假的凶险气味,我闻到了这个,丧得抬不起头来。(Can Xue 残雪 1988)

1. Traduction originale : Là, flottait une énigmatique odeur de meurtre ; l’ayant sentie, je baissai la tête, démoralisée. (Can Xue et Naour 1992 : 91)

2. Proposition de solution neutre : Là, flottait une énigmatique odeur de meurtre ; l’ayant sentie, je baissai la tête, dans un mouvement d’accablement.

48Dans la phrase ci-dessus, l’enjeu traductif consiste à éliminer le marquage du genre induit par « démoralisée », qui correspond à jǔsàng dans le dernier segment de la phrase chinoise « 得抬不起头来 ». Ainsi, l’introduction du syntagme nominal « mouvement d’accablement » vise non seulement à éliminer la marque de genre en gardant un équivalent sémantique correspondant à l’idée dejǔsàng, mais également, avec l’ajout du substantif « mouvement » qui vient compléter le verbe « baissai », à renforce le caractère multiple des termes de mouvement présents dans la phrase chinoise (抬不起头来 ).

Conclusion

49Dans la présente analyse, nous avons tenté de faire apparaître les enjeux du genre linguistique au sein de l’écriture littéraire et traductive en essayant d’esquisser un panorama préliminaire des questions et obstacles que pose « le genre » au traducteur littéraire traduisant du chinois en français. Quatre types de cas problématiques ont émergé de nos analyses : des difficultés de traduction d’origine référentielles, des difficultés d’origine sémantique, des variations de point de vue codant l’hybridité, et enfin des cas où le texte source impose la non désambigüisation du genre pronominal. Ce faisant, nous avons tenté d’observer comment la traduction littéraire permet de penser des formes hybrides ou neutres au regard d’autres systèmes linguis­tiques, gardant à l’esprit les (im)possibilités (linguistiques et/ou culturelles) de représentation des mêmes référents dans la langue cible, et analysant comment les traducteurs cherchent à les dépasser.

50Ainsi, si l’on considère souvent qu’en langue française, la « bi-catégo­risation nominale et pronominale fait peser sur les locuteurs et locutrices une double contrainte en les obligeant à parler d’eux et des autres au mas­culin ou au féminin, et donc à s’identifier et à identifier autrui à l’aune de ces catégories » (Coutant 2016), l’on peut également envisager que « les langues diffèrent essentiellement par ce qu’elles doivent exprimer, et non pas par ce qu’elles peuvent exprimer. » (Jakobson 1963 : 84). Cette distinc­tion entre obligation et potentialité est riche en perspectives pour la traduction littéraire. En effet, dès le moment où un texte littéraire traduit échappe aux contraintes du genre linguistique, ce dernier devient une possibilité stylistique, un choix de l’auteur et non plus une obligation dictée par la langue (Livia 2000 : 33) et permet d’interroger les limites de l’intelligibilité (Butler 2006).

51Enfin, par-delà le cadre de notre corpus de textes traduits, un nouveau pronom inclusif, orthographié ta (ta en graphie non simplifiée) a fait son apparition sur Internet et dans les milieux militants depuis une quinzaine d’années. Un siècle après l’introduction du pronom féminin de 3e personne en chinois sous l’influence des langues occidentales, amenant le glissement sémantique du pronom de l’universel vers le masculin, c’est paradoxalement par le passage à une graphie à composante alphabétique que s’incarne ce nouveau pronom inclusif « ta ». En effet, puisque tous les pronoms de troisième personne vus ci-avant se prononcent indifféremment tā en pinyin, cette graphie permet un pronom inclusif indifférenciable des autres à l’oreille mais qui laisse chacun libre d’y projeter la signification qu’elle ou il y met. Encore largement limité aux fanfictions contemporaines sur Internet, ce nouveau pronom, qui a toutefois fait une première apparition dans le numéro 5 du magazine littéraire钟山》Zhongshan en 2003 (nouvelle 《同居2002年》de  Fei), pose la question de la traduisibilité : quel(s) équivalent(s) français adopter si l’usage de ce nouveau pronom se généralise en littérature, et si ce type de texte vient à être traduit en français ? Il sera alors probablement nécessaire de faire un détour par des graphies alternatives voire de sortir du système graphique alphabétique (avec symbole en place de pronom ?) pour refléter les spécificités du chinois. In fine, il s’agirait une fois de plus de chercher à repousser les limites de l’intelligibilité par la littérature et la traduction littéraire…

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Can Xue, (1992), Dialogues en paradis. (F. Naour, trad.). Paris : Gallimard.

Can Xue 残雪. (1988). 天堂里的对话. 作家出版社.

Chi Ta-wei, (2015), Membrane. (G. Gaffric, trad.). Paris : L’Asiathèque.

––, 紀大偉. (2011), . In (21140). 聯經出版事業股份有限公司.

Jin, S., (2008), L’écriture féminine chinoise contemporaine du XXe siècle à nos jours -Trame des souvenirs et de l’imaginaire. [incl. trad. du Temple des fleurs de Ling Shuhua]. Paris: éditions Youfeng.

Kan Yao-ming, (à par.), Tuer les fantômes (C. Jortay, projet de traduction en cours).

––, 甘耀明, (2009), 殺鬼. 寳瓶文化事業有限公司.

––, 甘耀明, (2010), 杀鬼. 中国友谊出版社.

Ling Shuhua 凌叔华. (1997), 花之寺. 上海古籍出版社.

Rabut, I., & Pino, A., (1996), Le fox-trot de Shanghai et autres nouvelles chinoises. [incl. trad. de Ling Shuhua La fête de la mi-automne et Deux petits frères ] Paris : Albin Michel.

Zhang Ailing, (1999), La cangue d’or. (E. Péchenart, trad.). Paris : Gallimard.

––,張愛玲, (1983), 金鎖記. 女神出版社.

Sources secondaires

Abbou, J., & Tse, A., (2014), « Matérialité linguistique du genre en cantonais. Comment découper la réalité ? ». Cahiers de Linguistique. Revue de sociolinguistique et de sociologie de la langue française, 40(1), 199-215.

Butler, J., (2006), Trouble dans le genre: Le féminisme et la subversion de l’identité. (C. Kraus, trad.). Paris : La Découverte.

Castro, O., (2009), « (Re)examinando horizontes en los estudios feministas de traducción: ¿hacia una tercera ola? » [(Re-)examining Horizons in Feminist Translation Studies: Towards a Third Wave?]. (M. Andrews transl.). MonTI, 1, 59-86.

––, (2013), « Introduction: Gender, language and translation at the crossroads of disciplines ». Gender and Language, 7(1), 5-12.

Chen, J., (1997), « The aesthetics of the transposition of reality, dream, and mirror: A comparative perspective on Can Xue ». Comparative literature studies, 34(4), 348-375.

Chen Pei-Jean, 陳佩甄, (2016), « 翻譯國族 [她] 者: 台韓殖民時期女性第三人稱代名詞的創造與寓意 » [Translating « Her » into the Nation: The Invention of the Female Third-person Pronoun in Colonial Taiwan and Korea]. 臺灣文學研究學報, 23, 147-174.

Chevalier, Y., (2013), « Approches linguistiques du genre (gender) ». [en ligne] http://cle. ens-lyon. fr/plurilangues/approches-linguistiques-du-genre-gender–214114. kjsp Consulté le 31/10/2015.

Chow, R., (1988), « Virtuous Transactions: A Reading of Three Stories by Ling Shuhua ». Modern Chinese Literature, 4(1/2), 7186.

Coutant, A., (2016), « Masculin, féminin: l’indicibilité de la non-coïncidence sexe genre ». In S. Tomc, S. Bailly & G. Ranchon (éds.), Pratiques et langages du genre et du sexe : déconstruire l’idéologie sexiste du binarisme. Louvain-la-Neuve : EME, 121-143.

Elmiger, D., (2017), « Binarité du genre grammatical–binarité des écritures ? ». Mots. Les langages du politique, 113, 37-52.

Ettner, C., (2002), « In Chinese, men and women are equal–or–women and men are equal ». In M. Hellinger & H. Bussmann (éds.), Gender across languages: The linguistic representation of women and men. Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, t. 2, 29-55.

Farris, C. S., (1988), « Gender and grammar in Chinese: With implications for language universals ». Modern China, 14(3), 277-308.

Fort, C., (2008), « Traduire le neutre sans neutraliser le littéraire: Written on the Body de Jeanette Winterson et In Transit de Brigid Brophy ». Palimpsestes (numéro spécial : Traduire le genre grammatical: enjeu linguistique et/ou politique), 21, 75-83.

Gardelle, L., (2008), « Le genre dans Alice in Wonderland/Alice au pays des merveilles : origines et enjeux énonciatifs ». Palimpsestes (numéro spécial Traduire le genre grammatical: enjeu linguistique et/ou politique), 21, 21-36.

Haraway, D. J., (2007), Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes. Paris : Exils éd.

Hellinger, M., & Bussmann, H., (2002), Gender Across Languages: The linguistic representation of women and men. Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

Hong, J., (2009), « Stereotyping and the Translation of Subjectivity: The Image of “the Little Girl” in Ling Shuhua’s Chinese and English Translations ». Translation Quarterly, 51/52, 70‑99.

Huang Xingtao 黃興濤. (2009), 「她」字的文化史–– 女性新代詞的發明與認同研究 [A Cultural History of the Chinese Character “Ta" (She) ––On the invention and identification of a new female pronoun]. 福州 Fuzhou: 福建教育出版 社 Fujian jiaoyu chubanshe.

Huddleston, R., & Pullum, G. K., (2002), The Cambridge Grammar of English Language. Cambridge: Cambridge University Press.

Jakobson, R., (1963), « Aspects linguistiques de la traduction ». Essais de linguistique générale. Paris : éditions de Minuit, t.1, 78-86.

Jin, S., (2008), L’écriture féminine chinoise contemporaine du XXe siècle à nos jours -Trame des souvenirs et de l’imaginaire. Paris : éditions Youfeng.

Klein-Lataud, C., (1996), « “Le soleil a rendez-vous avec la lune…” ou des problèmes posés par le genre dans la traduction vers le français ». TTR: traduction, terminologie, rédaction, 9(2), 147-164.

Lazar, M., (2005), Feminist critical discourse analysis : Gender, power and ideology in discourse. New York : Palgrave Macmillan.

Liu Danqing, 刘丹青, (1991), «  »«  »的语法对立和汉民族对婚姻的集体无意识 « Qu » yu « jia » de yufa duili he Han minzu dui hunyin de jiti wuyishi [Contrastes grammaticaux entre Qu et Jia et l’inconscient collectif du peuple Han par rapport au mariage]. In 文化的语言世界 Wenhua de yuyan shijie. Sanlian Shudian.

Liu L. H., (1995), Translingual practice: literature national culture and translated modernity, China, 1900–1937. Stanford, CA : Stanford University Press.

Livia, A., (2000), Pronoun Envy: Literary Uses of Linguistic Gender. Oxford : Oxford University Press.

––, (2008), « “One Man in Two is a Woman”: Linguistic Approaches to Gender in Literary Texts ». In J. Holmes & M. Meyerhoff (éds.), The handbook of language and gender, 142‑158. Oxford : Wiley-Blackwell.

Moser, D., (1997), « Covert Sexism in Mandarin Chinese ». Sino-Platonic Papers, 74, 1‑23.

Naour, F., (1992), « Traduire, dit-elle ». Perspectives Chinoises, (5/6), 51-54.

Perry, V., (2006), « Catégories du genre linguistique et performativité : pour une expérimentation des “identités contextuelles de genre” en classe d’anglais ». Ela. Études de linguistique appliquée, 2, 201-214.

Peyraube, A., & Wiebusch, T., (1993), « Le rôle des classificateurs nominaux en chinois et leur évolution historique : un cas de changement cyclique ». Faits de langues, 1(2), 51-61.

https://doi.org/10.3406/flang.1993.1302

Posborg, S., (1993), « Can Xue: Tracing Madness ». In A. Wedell-Wedellsborg & W. Larson (éds.), Inside Out: Modernism and Postmodernism in Chinese Literary Culture, 91‑98. Aarhus : Aarhus University Press.

Reichler-Béguelin, M.-J., (1997), « Anaphores pronominales en contexte d’hétérogénéité énonciative: effets d’(in)cohérence ». In W. Mulder, L. Tasmowski, & C. Vetters (éds.), Relations anaphoriques et (in)coherence, 31‑54. Amsterdam : Rodopi.

Schabert, I., (2010), « Translation Trouble: Gender Indeterminacy in English Novels and their French Versions ». Translation and Literature, 19(1), 72‑92.

Shih, S., (2001), The Lure of the Modern: Writing Modernism in Semicolonial China, 1917-1937. Berkeley : University of California Press.

Solomon, J., (1993), « Taking Tiger Mountain: Can Xue’s Resistance and Cultural Critique ». In T.E. Barlow (éd.), Gender Politics in Modern China: Writing and Feminism, 238-65. Durham : Duke University Press.

Tso, W.B.A., (2014), « Masculine Hegemony and Resistance in Chinese Language ». Writing from Below, 2(1).

Wang, B., (1995), « The Sublime Subject of History and Desublimation in Contemporary Chinese Fiction ». Comparative Literature, 47(4), 330‑353.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de (par ordre alphabétique d’auteur) : 《天堂里的对话》de 残雪 Can Xue (première publication : 1988), traduit en français par Françoise Naour sous le titre Dialogues en paradis (1992) ; 《膜》de 紀大偉 Chi Ta-wei (première publication : 1995), traduction Gwennaël Gaffric, Membrane (2015) ;《殺鬼》de 甘耀明Kan Yao-ming (traduction Coraline Jortay, projet de traduction en cours) ;《花之寺》de凌叔华Ling Shuhua (première publication : 1928), traduction Jin Siyan (2008) pour Le temple des fleurs ; Isabelle Rabut et Angel Pinot (1996) pour La fête de la mi-automne ; 《金锁记》de 张爱玲 Zhang Ailing (première publication : 1943), traduction Emmanuelle Péchenart, La cangue d’or (1999). Les références bibliographiques complètes des ouvrages composant le corpus sont données dans la section « sources primaires » de la bibliographie en fin d’article.

2 En graphie simplifiée, la forme neutre它 désigne la catégorie sémantique [non-humain] de manière générale, à la différence du chinois non-simplifié qui compte trois formes neutres, et où ce même caractère 它 recouvre cette fois l’inanimé (cf. Figure 2).

3 Pour une analyse historique de l’introduction du pronom féminin de 3e personne en chinois, voir Huang Xingtao黄兴涛 (2009). 她字的文化史—女性新代词的发明与认同研究 [Une histoire culturelle du caractère “Ta" (elle) – De l’invention d’un nouveau pronom féminin et processus identitaires], Fuzhou : Fujian jiaoyu chubanshe.

4 Notre traduction : “[not that] women and men were not previously spoken of as sexual beings or as yin-yang categories, but that the deictic relationship […] caused by such a split at formal levels of the written vernacular allowed gender to shape social relations of power in a language unimaginable at an earlier time”

5 Notons qu’il existe encore d’autres formes, plus rares, comme le您nín, correspondant au « vous » de politesse, ainsi qu’un pronom honorifique de 3e personne 怹tān, aujourd’hui tombé en désuétude.

6 Dans Membrane, les androïdes n’ont pas de sexe, sauf si leur fonction le requiert, par exemple en vue d’une greffe d’organe pour leur propriétaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coraline Jortay, « Blanches colombes, monstrueuses machines : le genre linguistique au miroir de la traduction littéraire chinois-français », Semen [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/10759

Haut de page

Auteur

Coraline Jortay

Aspirante FRS-FNRS
Université Libre de Bruxelles / EASt, Philixte, Striges

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page