Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Les mémoriaux numériques

Marie-Laure Florea

Résumés

Résumé : Cet article propose d’analyser un genre de discours émergent, le mémorial numérique. Il s’agit là d’un site web publié sur la page internet d’un journal afin de rendre hommage aux victimes d’un attentat. Nous montrerons comment ce genre de discours renouvelle deux autres formes de discours de deuil, la nécrologie et le monument aux morts, dans une forme hybride qui mêle la tradition biographique et hagiographique de la nécrologie et la perspective synoptique du monument aux morts. Par ailleurs, le caractère numérique du discours permet d’une part d’impliquer le lecteur, qui est invité à interagir, répondre, faire circuler le discours, et d’autre part, de créer du lien (au sens propre comme au sens figuré) entre les défunts du mémorial pour les constituer en communauté. À cet égard, le mémorial numérique vise à faire société autour du mort : si les formes sont inédites, on retrouve la fonction épidictique traditionnellement dévolue aux discours funéraires.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour objectif d’analyser un genre de discours émergent, celui du mémorial numérique. Il s’agit d’un site web publié sur la page Internet d’un journal afin de rendre hommage aux victimes d’un attentat. Ce site se décompose en deux parties : une première page (que je nommerai « page d’accueil ») recense les victimes sous forme d’une mosaïque de portraits et pointe vers des pages liées, qui proposent chacune une sorte de nécrologie des différents défunts (que je nommerai « portraits nécrologi­ques »). C’est la combinaison de cette page d’accueil et des portraits nécro­logiques, reliés par des hyperliens (Simon, 2015), qui constitue le mémorial. Dans la mesure où il s’agit d’un genre extrêmement récent, il paraît utile de fournir quelques exemples de pages d’accueil de mémoriaux numériques, sans entrer dès maintenant dans leur analyse, mais simplement afin que le lecteur comprenne ce dont il est question ici :

Figure 1. Mémorial paru sur le site du Monde suite aux attentats de Paris du 13/11/15

Figure 2. Mémorial paru sur le site de Nice-Matinsuite à l’attentat de Nice du 14/07/16

  • 1 J’ai mené mes investigations d’une part avec des mots-clés dans un moteur de recherche, d’autre par (...)

2Le corpus retenu pour l’analyse comprend les différents mémoriaux numériques que l’on a pu trouver1 en ligne suite aux deux grandes séries d’attentats qui ont frappé la France ces dernières années : les attentats du 13 novembre 2015 à Paris (mémoriaux sur les sites de l’AFP, L’Express, FranceTV Info, Libération, Le Monde, Le Parisien) et l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice (mémoriaux sur les sites de Nice-Matin, Le Monde, Le Parisien).

3L’objectif est d’étudier ces mémoriaux numériques dans une perspec­tive d’analyse du discours, sous le prisme du genre de discours, dans une perspective nécessairement plurimodale. Les conditions d’émergence du mémorial numérique le rendent propice à cette analyse sous l’angle du genre, qui est un dispositif textuel défini socio-historiquement, articulant fonctionnements langagiers et situation de communication (Maingueneau, 1998 : 36) : en effet, le mémorial se situe au croisement de pratiques sociales (en tant qu’avatar moderne de l’éloge funèbre) et d’un cadre institué (le site Internet d’un organe de presse), tout en étant situé dans un espace-temps précis (au lendemain d’attentats en Europe).

4Il ne s’agira pas ici de déterminer si le mémorial est bien un genre de discours : on postule que c’est le cas, pour diverses raisons que l’on se con­tentera ici de résumer. D’une part, le mémorial est conçu comme un genre de discours du point de vue de sa production : en effet, on observe fréquem­ment une autodésignation de ces pages comme « mémorial » (le terme appa­raît sur plusieurs sites, ainsi que comme texte support de nombreux hyper­liens pointant vers ces sites), or on sait que la nomination est un élément important de l’émergence d’un genre (Mellet, Rinck et Sitri, 2013 : 48). D’autre part, ce genre de discours est également perçu comme tel du point de vue de la réception : intuitivement, on pressent une similitude entre ces différents sites, comme le montre l’observation des trois exemples de pages d’accueil représentées supra, qui présentent des régularités formelles permettant de les regrouper sous l’égide d’un genre unique. Partant du pos­tulat que le mémorial est bien un genre, nous chercherons à définir ces ré­gularités, qu’elles soient compositionnelles (notamment en lien avec l’architecture hypertextuelle), énonciatives, pragmatiques, sémantiques ou stylistiques. Il ne s’agira pas tant de déterminer des caractéristiques spéci­fi­ques du genre (la plupart des caractéristiques étant empruntées à des genres connexes dont, on le verra, le mémorial est partiellement héritier, à l’instar de la nécrologie ou du monument au mort) que de mettre en évidence une convergence de traits prototypiques.

5On commencera par esquisser un bref historique de l’émergence du mémorial numérique. On s’attachera ensuite à caractériser le mémorial nu­mérique, en montrant qu’il s’agit là d’un discours d’un nouveau genre : son architecture complexe nécessite de l’étudier à deux échelles distinctes. Dans un premier temps, on l’analysera à l’échelle des portraits nécrologiques qui le composent, dont on verra qu’ils sont des avatars renouvelés de la nécrolo­gie. Dans un second temps, on s’intéressera au mémorial dans son ensem­ble, pour montrer que les liens intimes qui unissent chaque partie au tout permettent au mémorial de fonctionner comme un monument aux morts. Enfin, on étudiera les fonctions du mémorial, en se penchant sur sa finalité épidictique : à l’instar d’autres genres commémoratifs, il contribue à resou­der la communauté au moment où elle est particulièrement mise en péril en raison des circonstances.

1. Le mémorial : historique d’une pratique médiatique émergente

1.1. Les sources du genre

1.1.1. Une longue tradition commémorative

6Le mémorial se situe à la croisée de deux pratiques discursives bien dis­tinctes : le monument aux morts et les nécrologies de victimes d’attentats. En premier lieu, il est l’héritier d’une longue tradition commémorative (Ben-Amos, 2000 ; Clavandier, 2004 ; Namer, 2000), qui se décline essen­tiellement sous la forme des monuments aux morts, en particulier lors des deux guerres mondiales du XXe siècle (Bouillon et Petzold, 1999 ; Fasseur, 2010).

7Le mémorial numérique emprunte au monument aux morts d’une part sa dimension commémorative, puisqu’il s’agit de rendre hommage à des personnes disparues, et d’autre part sa structure générale, qui se présente sous forme de liste : dans les deux cas, l’hommage est destiné à un en­sem­ble de victimes décédées en une même occasion.

1.1.2. Les premières nécrologies de victimes d’attentats

8En second lieu, le mémorial emprunte à un genre de discours nettement plus récent, les nécrologies de victimes d’attentats. Ainsi, on a assisté dans les dernières décennies à la publication de portraits nécrologiques rédigés en hommage à des disparus ordinaires et anonymes, ayant été mis sur le devant de la scène par un décès notable, et en particulier, comme l’a noté Folker Hanusch (2010 : 50), des personnes tuées dans des attaques terroristes. Cela correspond à une mutation profonde dans les pratiques médiatiques : alors que pendant longtemps, les nécrologies ont été réservées aux personnalités célèbres, et que les personnes décédées lors d’un attentat n’étaient vues que comme un ensemble de victimes, il y a désormais une individualisation des victimes, à qui des articles distincts sont consacrés. Gérôme Truc, sociolo­gue spécialisé en Memory Studies, interviewé par Grégory Fléchet dans un article intitulé « Les sociétés connectées à l’épreuve du terrorisme », souli­gne que cette individualisation des victimes correspond à une des mo­dalités nouvelles de réponses aux attentats :

Ce qui importe également est que ces victimes nous apparaissent dans leur singularité individuelle, avec des visages et des noms. Si nous n’avions connaissance que d’un nombre de morts indistincts, notre réaction serait très différente. (2016 [en ligne])

9On peut ainsi citer ce portrait nécrologique d’Huguette Dupeu, tuée dans l’attaque du musée Bardo à Tunis le 18 mars 2015. L’article, publié sur le site de l’hebdomadaire Telerama, est introduit de la façon suivante par le journaliste, qui tient à souligner le caractère original du récit :

  • 2 Léotard Corentin, « À la mémoire d’Huguette, la « dame de la cantine » tuée par Daech », consultabl (...)

(1) Il n’y a aucune case prévue sur le site internet de Télérama pour ce genre de récit, mais il nous a semblé que ce portrait sensible d’une victime anonyme de l’Etat islamique méritait d’être lu.2

10Le commentaire métajournalistique sur l’absence de « case prévue » montre bien que l’on a affaire ici à un genre de discours émergent : le journaliste constate qu’aucune forme discursive ne semble disponible pour remplir une fonction pourtant rendue nécessaire par les évènements. À cet égard, on peut considérer que ce genre de portrait nécrologique constitue en quelque sorte les prémices du mémorial numérique.

  • 3 Le terme « nécrologie », tel qu’il est employé ici et au cours de l’article, désigne non pas le fai (...)

11L’article cité ici était individuel, portant sur une victime unique. Néanmoins, la dimension de sériation, qui sera centrale dans le genre du mémorial, s’adjoint parfois. Les premiers exemples remontent à l’attentat du World Trade Center le 11 septembre 2001 : à l’époque, le New-York Times avait publié les désormais célèbres « Portraits of grief » (Wrona, 2005 ; Jeanne-Perrier, 2007) : chaque édition du journal voyait la publica­tion de quelques récits de vie consacrés aux personnes disparues lors des attentats. Au bout de quelques mois, toutes les victimes avaient bénéficié de leur « nécrologie »3. On peut également citer « Lives cut short » (Josephi, Müller et Friske, 2007) : à la suite d’attentats à la bombe dans des disco­thè­ques à Bali le 12 octobre 2002, qui avaient fait 202 victimes, le journal The Australian publie sous ce titre les portraits des 88 victimes australiennes du drame.

1.1.3. Une synthèse de deux genres de discours

12Le mémorial effectue en quelque sorte une synthèse entre ces deux genres de discours, le monument aux morts et la nécrologie de victime d’attentat. En effet, chacun de ces genres de discours inspire chaque versant du mémorial numérique.

13Tout d’abord, le monument aux morts correspond à la page d’accueil du mémorial. Par rapport au mémorial numérique, il manque néanmoins au monument aux morts l’individualisation des victimes.

  • 4 Et comme c’est également le cas pour certains portraits nécrologiques qui ont pu être publiés dans (...)
  • 5 Selon la définition du CNRTL, (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales), < http://www.cnrtl.fr/​definition/​ >.
  • 6 L’hypertexte numérique étant par nature ouvert et dynamique, des cases restées vides peuvent être r (...)

14D’autre part, les nécrologies de victimes d’attentats correspondent aux portraits nécrologiques individuels vers lesquels pointe la page d’accueil. Il manque toutefois aux nécrologies individuelles une dimension « monumen­tale », que l’on retrouve dans le mémorial numérique. En effet, si l’on observe un parallèle entre ces portraits nécrologiques d’anonymes, victimes d’attentats, et les mémoriaux que l’on étudie ici, la comparaison s’arrête là : le concept du mémorial ne s’accommode pas d’une parution discontinue, comme ce fut le cas avec les « Portraits of grief » ou les « Lives cut short »4. Dans ces deux cas, on a affaire à une somme signifiante, mais pas à un mémorial, qui peut être défini comme un « monument commémoratif »5 et qui doit donc être formé d’un ensemble rédactionnel unique, concentré en un espace et un lieu singuliers, devenant ainsi un lieu de mémoire, au sens que lui donne Pierre Nora (1984), c’est-à-dire un lieu (qui peut être topo­gra­phique ou symbolique) qui vise à recueillir et conserver un souvenir qui fait sens pour une communauté. Cela se manifeste sur le mémorial numérique par la page d’accueil, qui recense l’ensemble des portraits nécrologiques individuels sous une forme graphique unifiée, dont les différents éléments pointent vers chacune des pages qui se trouvent ainsi reliées les unes aux autres6. Ainsi, il y a de toute évidence une filiation entre les deux genres, celui du mémorial semblant être une forme d’évolution des portraits nécro­logiques de victimes anonymes, une synthèse des différents éléments de cette somme, mais ce n’en est pas l’équivalent numérique.

1.2. Premières manifestations du genre

15Les véritables mémoriaux numériques apparaissent ultérieurement : ils se développent à l’occasion de la recrudescence des attentats terroristes en Europe en 2015. Jusqu’alors, le traitement médiatique des attentats n’accor­dait que peu d’intérêt aux victimes (si ce n’est dans le décompte macabre de leur nombre) : par exemple, l’analyse de la couverture médiatique des atten­tats à la bombe à Paris en 1995-1996 montre que les articles parus à cette occasion se préoccupaient avant tout des avancées de l’enquête, de la revendication des attaques et des mesures de sécurité adoptées, sans que l’identité des victimes ne soit révélée, et encore moins leur parcours de vie. Ainsi, à l’heure des balbutiements d’Internet, l’attention accordée aux victi­mes en tant qu’individus était négligeable.

  • 7 Valérie Jeanne-Perrier (2007 : 81) évoque un article du New-York Times suite à la tuerie de Virgini (...)
  • 8 Consultable sur < http://dossiers.lalibre.be/​memorial-bruxelles >.
  • 9 Consultable sur < http://www.telegraph.co.uk/​news/​2017/​05/​23/​victims-manchester-terror-attack/​ >.
  • 10 Consultable sur < https://politica.elpais.com/​politica/​2017/​08/​19/​actualidad/​1503144692_349410.html >.

16C’est seulement récemment que les premiers mémoriaux numériques se sont développés7, dans un contexte où les usages d’Internet se multiplient et se structurent, au point d’influencer notablement tant les pratiques médiati­ques que nos propres habitudes dans notre quête d’information. Cette appa­rition des mémoriaux est simultanée dans plusieurs pays d’Europe : les mémoriaux numériques fleurissent ainsi suite aux attentats en Belgique le 22 mars 2016 (32 morts dans l’attaque à la bombe d’un aéroport et d’un métro bruxellois), par exemple sur le site de La libre Belgique8, en Grande-Bretagne le 22 mai 2017 (22 morts dans l’attentat-suicide lors du concert d’Ariana Grande à Manchester), par exemple sur le site du Daily Telegraph9, ou en Espagne le 17 août 2017 (13 morts lorsqu’un un camion a été lancé sur la foule à Barcelone), par exemple sur le site d’El Païs10. Il y a donc une convergence des réponses médiatiques dans des circonstances tristement analogues.

1.3. Un genre foncièrement numérique

17Le développement du mémorial en tant que genre de discours semble donc lié au medium numérique. On peut dès lors postuler que l’essor d’Internet et des réseaux sociaux a influé sur l’émergence du genre du mé­morial numérique. En effet, en dehors de la concomitance des deux phéno­mènes, certains traits caractéristiques du mémorial piochent dans les évolu­tions numériques récentes, tant à l’échelle des portraits nécrologiques qu’à celle du mémorial dans son ensemble.

18D’une part, la présentation de chaque portrait nécrologique emprunte largement aux codes des réseaux sociaux, comme le montrent les deux captures d’écran suivantes :

  • 11 Page du mémorial de Nice Matin consacrée à Camille Murris, consultable sur < http://www.nicematin.com/​static/​memorial/​index.html#portrait-3 >.
  • 12 Page du mémorial du Monde consacrée à Milko Jozic, consultable sur : < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​12/​09/​milko-jozic-47-ans-enmemoire_4828077_4809495.html >.

Figure 3. Nice-Matin11 Figure 4. Le Monde12

19Sur ces deux pages, en haut, une image, accompagnée d’un nom et d’un âge, qui s’apparente à ce qui pourrait être un statut : « 27 ans pour toujours », pourrait-on y lire ; ensuite, un texte, en forme de récit de vie mêlé d’hommages, puis éventuellement des commentaires en bas de page : n’était-ce le fond noir, on pourrait croire à un mur Facebook. Les codes des réseaux sociaux semblent ainsi avoir imprégné la présentation de chaque page de portrait nécrologique.

  • 13 « Le 13 novembre 2015, 130 personnes ont été tuées dans les attaques terroristes perpétrées à Paris (...)

20D’autre part, à l’échelle du mémorial dans son ensemble, on note une dimension réticulaire du monument, qui joue de ce fait lui-même un rôle de réseau social (les journalistes du Parisien affirmeront d’ailleurs à propos des victimes qu’ils ont « souhaité les rassembler » dans le mémorial13). Cette mise en relation des victimes entre elles s’effectue par divers moyens : au travers des hyperliens tout d’abord, mais également des renvois expli­cites, sur les portraits nécrologiques, aux autres défunts, comme dans l’exemple suivant :

  • 14 Page du mémorial de Libération consacrée à Cécile Misse, consultable sur < http://www.liberation.fr/​apps/​2015/​11/​13-novembre/​ >.

(2) Cécile Misse est morte vendredi au Bataclan avec son compagnon, le musicien chilien Luis Felipe Zschoche (lire ci-dessous).14

21Ce principe des liens entre portraits nécrologiques est parfois systéma­tisé, comme sur le mémorial de FranceTV Info, qui présente chaque portrait sous forme de fiche signalétique, dont une mention, aux côtés de l’âge ou de la profession, est consacrée au « lien avec une autre victime » : ceci permet de circuler d’un portait à un autre en fonction des liens de parenté ou d’amitié.

22On verra ultérieurement que même lorsque des relations entre les victimes n’existent pas préalablement aux attentats, le mémorial s’emploie à recréer ce lien. Le mémorial est donc bien conçu comme une sorte de « réseau social » post-mortem, fonctionnant dès lors comme un genre dont l’émergence et le fonctionnement sont conditionnés par le support numérique.

2. Le portrait nécrologique

23Une fois esquissé cet historique du genre, il est temps de s’intéresser à la caractérisation du mémorial. Cela se fera en deux temps, en fonction des deux échelles auxquelles on peut le considérer. On commencera par l’obser­ver à l’échelle inférieure, celle des portraits nécrologiques qui le composent, avant de se pencher dans la partie suivante sur le mémorial dans son ensemble.

2.1. Un avatar de la nécrologie

24Les différents portraits qui composent le mémorial sont une variante de la nécrologie. En effet, plusieurs similitudes prégnantes permettent de voir dans ces portraits nécrologiques un avatar renouvelé de ce genre de discours : c’est sur ces ressemblances qu’on va se pencher maintenant.

2.1.1. Caractère biographique

25Tout d’abord, c’est le caractère biographique de ces articles qui les apparente à des nécrologies. Entre récit de vie et portrait, ces articles sont, à l’instar des nécrologies, à la croisée des visées descriptive et narrative. En témoigne par exemple l’abondance des constructions détachées à valeur descriptive qui pullulent dans les articles :

  • 15 Dans toutes les citations, c’est moi qui mets des segments en gras, en fonction des éléments analys (...)
  • 16 Page du mémorial du Parisien consacrée à Fabrice Dubois, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​faits-divers/​fabrice-47-ans-fan-de-rock-et-joueur-de-tennis-16-11-2015-5281141.php >.

(3) Il assistait au concert des Eagles of Death Metal en compagnie de deux amis. Agé de 47 ans et fan de rock15, Fabrice Dubois, employé dans le domaine du marketing chez Publicis, marié et père de deux enfants âgés de 11 et 13 ans, est tombé sous les balles. Résidant à Médan, dans les Yvelines, il était adhérent du Tennis Club de Villennes-sur-Seine.16

  • 17 Page du mémorial du Monde consacrée à Guillaume Le Dramp, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​11/​25/​guillaume-le-dramp-33-ans-enmemoire_4817247_4809495.html >.

(4) Juke-box ambulant, capable de chanter tout le répertoire français, amateur de cinéma, cet adepte de la sociabilité de rue pouvait passer des nuits à parler à des gens qu’il ne connaissait pas.17

26Dans l’exemple (3), qui constitue le premier paragraphe du portrait nécro­lo­gique de Fabrice Dubois, les premières phrases sont typiques d’une nécro­logie : l’accumulation des constructions détachées (en gras dans l’exemple) illustre la volonté de brosser un portrait aussi complet que possible, appuyé par de multiples indications spatio-temporelles qui vont permettre d’éla­borer parallèlement un récit de vie. On retrouve cette saturation descriptive en (4), qui s’effectue grâce à deux procédés connexes : d’une part, de nouveau, la présence de nombreuses constructions détachées (en gras), d’autre part, l’anaphore nominale « cet adepte de la sociabilité de rue ». Ces procédés sont caractéristiques de la nécrologie (Revaz, 2001 : 184), ce qui confirme la filiation entre ces deux genres.

2.1.2. Dimension hagiographique

27Par ailleurs, les portraits des défunts dans les mémoriaux numériques sont caractérisés par leur dimension hagiographique, comme le montrent les exemples suivants :

  • 18 Page du mémorial du Parisien consacrée à Magdalena et Marzena Chrzanowska, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​societe/​magdalena-et-marzena-revaient-de-la-cote-d-azur-18-07- 2016-5975487.php >.

(5) « Elles étaient formidables, très appréciées », a réagi le père Jan Antol, le curé de leur paroisse.18

  • 19 Page du mémorial de Nice Matin consacrée à Laurence Rasteu, consultable sur < http://www.nicematin.com/​static/​memorial/​index.html#portrait-54 >.

(6) Laurence Rasteu était une pétillante artiste niçoise de 46 ans. […] « C’était une belle personne. Une femme sensible », disent d’elle ses amis, qui ne cessent de lui rendre hommage sur les réseaux sociaux.19

  • 20 Page du mémorial du Monde consacrée à Anne-Laure Arruebo, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​12/​17/​anne-laure-arruebo-36-ans-enmemoire_4833847_4809495.html >.

(7) Elle avait la main verte et des doigts en or.20

  • 21 Page du mémorial du Parisien consacrée à Guillaume Decherf, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​faits-divers/​guillaume-43-ans-la-plume-du-rock-fauche-au-bataclan-15-11-2015-5278417.php >.

(8) Un proche le décrit comme « incroyablement gentil », « drôle » et faisant preuve « d'énormément d'esprit ». Dans les concerts franciliens, on croisait souvent ses cheveux longs, ses boucles d'oreille et sa bonne humeur. Et toujours avec plaisir.21

28On constate que dans ces portraits, le narratif est souvent prétexte à l’évaluatif. Les articles se transforment volontiers en panégyrique, l’éloge étant assumé tour à tour par des énonciateurs extérieurs convoqués par le journaliste et par le nécrologue lui-même. Ce fonctionnement, là encore, apparente ces portraits à la nécrologie (Makarova, 2003, 2006 ; Florea, 2010), et plus largement à l’éloge funèbre.

2.1.3. Façons de dire la mort

29Enfin, certains patrons lexicaux ou syntaxiques typiques de la nécro­lo­gie (Florea, 2011) sont réinvestis dans les portraits des mémoriaux. C’est en particulier dans la façon de dire la mort que l’on trouve des similitudes. On observe en effet un recours fréquent au champ lexical de l’absence, signe du lien coupé entre le disparu et ceux qui restent :

  • 22 Page du mémorial du Monde consacrée à Suzon Garrigues, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​11/​30/​suzon-garrigues-21-ans-enmemoire_4820950_4809495.html >.

(9) Une chambre y est aujourd’hui vide.22

  • 23 Page du mémorial de Libération consacrée à Cédric Mauduit, consultable sur < http://www.liberation.fr/​apps/​2015/​11/​13-novembre >.

(10) Nous perdons, en ce jour, un de nos meilleurs collaborateurs.23

  • 24 Page du mémorial du Parisien consacré à Silan Aydin, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​espace-premium/​fait-du-jour/​silan-venait-feter-le-bac-18-07-2016-5975483.php >.

(11) La valise noire ornée d'un Mickey Mouse a été rapatriée en Allemagne sans sa propriétaire. Silan Aydin, 19 ans, une jeune Berlinoise, manquait à l'appel dans l'avion du retour vendredi.24

30On note également l’emploi de modalités de phrases originales, qui disent la mort en creux, tout en racontant ce qu’a été la vie :

  • 25 Page du mémorial de Nice Matin consacrée à Emmanuel Grout, consultable sur < http://www.nicematin.com/​static/​memorial/​index.html#portrait-15 >.

(12) Nous n'aurons plus l'occasion de vous déranger. Plus l'occasion de croiser votre regard ébène profond, votre sourire discrètement esquissé au coin des lèvres, votre voix calme et douce. Nous n'aurons plus l'occasion de jouer au chat et à la souris avec vous, entre devoir d'information et secret des enquêtes, dans une éternelle confrontation des prismes médiatique et judiciaire. Nous n'aurons plus l'occasion d'entendre vos critiques pour en avoir trop dit ce coup-ci, vos compliments pour avoir fidèlement relaté les faits ce coup-là.25

  • 26 Page du mémorial du Monde consacrée à Chloë Boissinot, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​12/​08/​chloe-boissinot-25-ans-enmemoire 4827110_ 4809495.html >.

(13) Qui, désormais, interrogent-ils, pour incorporer tant de gentillesse dans les sandwichs confectionnés ? Qui pour égaler sa patience lorsqu’il fallait couper une tranche de jambon « pas trop épaisse mais pas trop fine » sous l’œil de l’acheteur ?26

31Ici, la modalité de phrase, qu’elle soit négative ou interrogative, est une façon de dire la mort sans la dire, tout en étant prétexte à la narration d’anecdotes qui viennent enrichir le récit de vie.

32Enfin, c’est aussi parfois le temps des verbes qui rejette la vie dans un passé irrémédiablement révolu :

  • 27 Page du mémorial de L’Express consacrée à Mayeul Gaubert, consultable sur < https://www.lexpress.fr/​actualite/​societe/​attentats-de-paris-hommage-129-morts-autant-de-vies-brisees_1736616.html >.

(14) Mayeul Gaubert venait d'avoir trente ans. Il était juriste.27

  • 28 Page du mémorial du Parisien consacrée à Mathieu Giroud, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​faits-divers/​matthieu-39-ans-le-plus-solaire-de-nos-amis-16-11-2015-5281349.php >.

(15) Magnétique et naturel, brun, 1,84 m, Matthieu Giroud attirait l'attention.28

33Dans ces exemples, et dans les textes des portraits en général, l’utilisation de l’imparfait est une variante de la modalité de phrase négative : dire « il était juriste » revient à dire « il n’est plus juriste ».

2.2. Spécificités du genre

34On a montré que les portraits nécrologiques qui composent le mémorial s’apparentent très largement à la nécrologie, venant renouveler le genre de façon originale. Toutefois, le mémorial présente des spécificités par rapport aux nécrologies.

35En premier lieu, le défunt qui fait l’objet du portrait nécrologique est anonyme, dans le sens où son nom est inconnu du lecteur. Il s’agit là d’une différence fondamentale, dans la mesure où c’est précisément la célébrité du disparu qui le rend habituellement digne de figurer dans la rubrique nécrologique.

  • 29 Si les mémoriaux numériques qui constituent le corpus sur lequel s’appuie cet article ont été exclu (...)

36En second lieu, le portrait nécrologique d’un mémorial est dépendant d’un contexte spécifique : naturellement, les nécrologies ne peuvent être publiées que lors de la mort de la personnalité à laquelle elles rendent homma­ge, mais dans le cas du mémorial, cette mort est singulière, puisqu’il s’agit d’une mort violente et collective29. Ce phénomène est corollaire du premier : dans une nécrologie, ce qui mérite notre attention, ce n’est pas la mort mais le mort. Dans un portrait nécrologique de mémorial, à l’inverse, c’est la mort plus que le mort qui justifie la parution d’un article (non que le disparu ne soit pas digne d’éloges et d’attention, mais simplement car la tradition veut que l’on ne s’intéresse qu’aux défunts illustres, en postulant que leur vie a valeur d’exemple et est susceptible de nous inspirer, à l’instar de l’exemplum).

37En troisième lieu, c’est sur le plan génétique que le mémorial se distin­gue des nécrologies. Ce phénomène découle du précédent : alors que dans les nécrologies, la mort est généralement « prévisible », les portraits des mémoriaux retracent une vie que l’on ne s’attendait pas à voir interrom­pue. Les pratiques médiatiques sont par conséquent distinctes. Dans le cas de la nécrologie, la biographie de celui qu’on considère alors comme un « futur défunt » est généralement écrite en avance et remisée dans ce qui s’appelle cyniquement le « frigo » dans le milieu journalistique. Ce genre de fonc­tionnement est naturellement impossible pour le décès imprévisible d’une personne anonyme. Cette genèse distincte des deux types d’articles influe sur les formes que peuvent prendre les textes : alors que dans les nécro­logies, la structure est généralement très contrainte (un premier para­graphe consacré à l’annonce de la mort précède un récit de vie écrit à l’avance), celles des portraits des mémoriaux sont plus diversifiés, puis­qu’écrits d’une traite, ou en tout cas dans un temps plus resserré.

38Enfin, et c’est ce qui nous occupera dans la partie suivante, la dernière spécificité du mémorial repose sur la construction textuelle à deux échelles : contrairement aux nécrologies qui sont des textes uniques et autonomes, les portraits nécrologiques d’un mémorial n’existent qu’en tant que parties d’un tout.

3. Une mosaïque de portraits

39Pour poursuivre la caractérisation du genre, il est maintenant nécessaire de s’intéresser à l’échelle du mémorial dans son ensemble, pour comprendre cette architecture complexe qui le sous-tend.

3.1 Une construction redoublée

40Le mémorial possède une architecture à double échelle, fondée sur l’hypertextualité (Saemmer, 2015 : 15) : la page d’accueil, qui se présente comme une mosaïque des portraits des défunts, éventuellement accom­pa­gnée d’un texte, fonctionne comme une sorte d’index, comme le montrent les trois pages d’accueil reproduites en introduction. Cet index est presque exclusivement composé de « signes passeurs » (Jeanneret et Souchier, 1998), c’est-à-dire d’éléments cliquables permettant d’orienter le parcours du lecteur vers d’autres pages. Chaque portrait iconique de disparu (géné­ra­lement un gros plan sur le visage) est un signe passeur vers son portrait né­crologique. Cette page d’accueil est donc quasiment vide d’un point de vue référentiel, étant avant tout conçue comme un répertoire d’hyperliens destiné à baliser la lecture.

41Néanmoins, ce caractère hypertextuel de l’architecture du mémorial présente une spécificité : alors que l’hypertextualité est habituellement hori­zontale (permettant de circuler d’un texte à un autre), elle est ici verticale. En effet, l’ensemble est structuré de manière hiérarchique, puisque chaque élément (chaque portrait nécrologique) contribue à construire le tout (le mémorial). Cette complémentarité des parties qui se combinent pour former un tout est représentée de façon graphique sur la page d’accueil : les portraits des défunts sont autant de petits carrés qui, à l’instar d’une mosaï­que, s’assemblent pour former une figure d’ensemble. C’est également ce que révèle l’appellation de mémorial donnée à la page, souvent revendiquée sur la page elle-même (soit dans son titre, soit dans son adresse Internet, soit dans le discours d’escorte qui accompagne parfois la datavision) : un mémorial est une forme de monument aux morts, qui oscille entre l’échelle individuelle (chaque portrait nécrologique) et l’échelle collective (la page d’accueil).

42Les hyperliens fonctionnent souvent dans les deux sens pour permettre de circuler entre ces deux échelles : du collectif vers l’individuel, ce sont les portraits sur la page d’accueil, qui, on l’a vu, assurent la transition en tant que signes passeurs. De l’individuel vers le collectif, la transition est souvent assurée par un système qui permet de revenir en arrière : il peut s’agir d’une croix destinée à fermer le portrait du disparu que l’on a affiché, permettant ainsi de revenir à la page d’accueil dans sa version initiale (comme sur les mémoriaux de Nice Matin ou de Libération), ou d’un lien (comme celui, représenté infra, qui est présent sur le mémorial du Monde en haut et en bas de chaque portrait, annoncé par le texte « tous les portraits » et redoublé par un logo composé de petits carrés, qui rappelle la mosaïque de la page d’accueil).

Figure 5. Logo figurant sur chaque portrait nécrologique du mémorial du Monde

43Ces hyperliens, qui permettent de parcourir le mémorial en circuit fermé (tous les liens pointent vers l’intérieur du mémorial, que ce soit vers la page d’accueil ou vers des portraits nécrologiques), garantissent la complémen­ta­rité de ces deux échelles, individuelle et collective.

3.2. Un tout signifiant

44Cette complémentarité entre les niveaux individuel et collectif est signi­ficative de l’esprit du mémorial, qui est à l’image des victimes. Le mémorial peut se lire soit à l’échelle de l’ensemble, depuis la page d’accueil, en consi­dérant que l’ensemble forme un tout, soit à l’échelle d’un portrait nécrologi­que unique, qui, indépendamment de l’ensemble, forme un texte autonome. Il en va de même des victimes : chaque disparu était unique et méritait un hommage individuel, mais l’ensemble des défunts forme aussi un tout et méritait à cet égard un hommage collectif.

  • 30 Péron Didier, « La jeunesse qui trinque », consultable sur < http://www.liberation.fr/​france/​
    2015/1 (...)
  • 31 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « En mémoire du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​article/​2015/​12/​22/​en-memoire-du-13-novembre_4836254_4809495.html#OiiPMIBdbjlo5aTu.99 >.

45Cette volonté de la part des journalistes de créer une unité entre les défunts (que l’on avait déjà évoquée en début d’article) se lit très nettement, tant dans les similitudes et échos qui se dessinent entre les portraits indi­vi­duels que dans le discours métajournalistique qui accompagne fréquemment les mémoriaux (on y reviendra). En effet, les divers articles dans lesquels les journalistes expliquent leur démarche sont émaillés d’expressions génériques qui désignent l’ensemble des victimes (considérées indépendam­ment de ce statut de victimes et antérieurement à leur décès) : pour Libération, les personnes fauchées lors des attentats de Paris étaient ainsi « un biotope de jeunes urbains cools »30, tandis que pour Le Monde, elles formaient « une génération libre, joyeuse, grégaire, généreuse »31. Il y a donc une volonté de la part des journalistes d’agréger les défunts dans un ensemble commun : à cet égard, le mémorial ne se conçoit donc pas uni­quement comme un hommage à des personnes qui sont décédées au même endroit et au même moment, mais comme un monument érigé pour un groupe de personnes qui, bien que ne se connaissant pas pour la plupart, formaient une communauté.

3.3. Valeur métonymique de chaque défunt

46Dans la mesure où chaque défunt est membre d’une communauté, les disparus prennent une valeur de symbole : n’importe quelle victime devient emblématique de l’ensemble des victimes. C’est ce que montrent divers phénomènes récurrents.

47En premier lieu, on observe dans certains titres ou discours d’escorte la volonté de saisir une totalité par le biais de l’énumération d’une partie de ce tout, en particulier en matière de prénoms :

  • 32 L’Express, < https://www.lexpress.fr/​actualite/​societe/​attentat-de-nice-des-enfants-des-touristes- qui-sont-les-84-victimes_1812750.html >.

(16) Ludivine, Bruno, Mehdi... Qui sont les 85 victimes de l'attentat de Nice ?32

  • 33 L’Express, < https://www.lexpress.fr/​actualite/​societe/​attentats-de-paris-ils-s-appelaient-matthieu-asta-guillaume-lola_1735999.html >.

(17) Attentats de Paris : ils s'appelaient Hugo, Justine, Djamila, Patricia...33

  • 34 L’Express, < https://www.lexpress.fr/​actualite/​societe/​attentats-de-paris-hommage-129-morts-autant-de-vies-brisees_1736616.html >.

(18) Ils s'appelaient Lucie, Romain, Hyacinthe, Fabrice... Ils sont morts.34

  • 35 Libération, < http://www.liberation.fr/​france/​2015/​11/​15/​nicolas-anna-marion-gilles-anne-laure-ils-sont-morts-le-13-novembre-a-paris_1413563 >.

(19) Nicolas, Anna, Marion, Gilles, Anne-Laure... Ils sont morts le 13 novembre, à Paris35

48Dans ces exemples, on observe la volonté d’embrasser la totalité des victimes au travers de l’énumération de quelques prénoms représentatifs de leur diversité : le prénom joue ici un rôle métonymique voire antonomas­tique. Ce qui vaut pour les prénoms vaut également pour d’autres éléments présentés comme caractéristiques des victimes, qu’il s’agisse de l’âge, de la situation familiale, de la nationalité, de la profession :

  • 36 Nice Matin, < http://www.nicematin.com/​static/​memorial/​index.html >.

(20) Ils avaient 2, 15, 40 ou 80 ans. Ils étaient père, mère, grands-parents, fils et fille. Ils étaient niçois, français, marocains, russes, belges, américains, italiens, tunisiens, algériens, polonais, allemands, suisses, brésiliens, arméniens, ukrainiens, estoniens, roumains...36

  • 37 AFP, < https://making-of.afp.com/​les-destins-brises-du-13-novembre >.

(21) Ils étaient étudiant, banquier, garagiste ou serveur.37

49Ces quelques exemples montrent que de la diversité naît l’unité : on n’a plus besoin de saisir chaque élément de façon singulière pour saisir l’ensemble.

  • 38 On pourra le consulter sur le site < https://making-of.afp.com/​les-destins-brises-du-13-novembre >.

50C’est ce que montre également le choix de représentation graphique de l’AFP pour symboliser chaque victime : sur ce mémorial38, chaque lieu qui a été le théâtre d’un attentat est représenté par un ensemble de rubans qui représentent les différentes personnes tuées dans l’attaque. Par exemple, le Bataclan est représenté par une nuée de 91 rubans gris. Lorsque l’on clique sur un ruban, il se met en surbrillance et le bref portrait nécrologique de la victime correspondant à ce ruban apparaît. À partir de ce portrait nécrologique, il est possible d’accéder à un autre en cliquant sur un autre ruban. Il y a donc une véritable volonté de représenter les victimes comme un ensemble unifié et de faciliter la circulation entre les différents portraits nécrologiques.

51On retrouve la valeur métonymique du signe : chaque défunt pris dans sa singularité est représentatif de l’ensemble de la communauté.

52Ce parallèle entre l’individuel et le collectif se lit également dans certains patrons syntaxiques ou lexicaux qui seront utilisés indifféremment à l’une ou à l’autre échelle (sur la page d’accueil ou dans les portraits nécro­logiques). C’est par exemple le cas pour le recours très fréquent à la cata­phore pour entamer les articles, comme le montrent les deux exemples suivants, qui reprennent les deux premières phrases de deux portraits nécrologiques :

  • 39 Page du mémorial du Monde consacrée à Cristinel Coman, consultable sur < http://www. lemonde.fr/societe/visuel/2016/09/18/cristinel-coman-34-ans-enmemoirenice_4999570_3224.html >.

(22) Il était né à Roman, petite ville de Moldavie, dans l’est de la Roumanie, dans une région réputée pour sa pauvreté. En 1984, Cristinel Coman n’a pas 3 ans lorsque ses parents déménagent à Rovinari, ville minière de l’ouest du pays, à la recherche d’une vie meilleure.39

  • 40 Page du mémorial de Libération consacrée à Anne Cornet, consultable sur < http://www. liberation.fr/apps/2015/11/13-novembre >.

(23) Elle aurait eu 30 ans le 11 décembre prochain. Vendredi, Anne Cornet assistait au Bataclan au concert des Eagles of Death Metal, avec son époux Pierre-Yves Guyomard.40

53Dans ces deux exemples, qui sont caractéristiques, l’article commence par un pronom cataphorique (souligné) dont le référent (en gras) sera révélé seulement dans la deuxième phrase. C’est un procédé que l’on retrouve à l’échelle du mémorial dans son ensemble, dans le petit texte qui le présente fréquemment sur la page d’accueil. Là encore, en voici deux exemples :

  • 41 Page de lien vers le mémorial du Parisien, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​faits-divers/​memorial-attentats-de-paris-ces-vies-brisees-16-11-2015-5282193.php >.

(24) Ils étaient au restaurant ou à la terrasse d'un café. Dans une salle de concerts ou à un match de foot. Assassinés parce qu'ils aimaient la vie. Ils sont 130 à avoir péri dans la série d'attentats sans précédent qui a frappé Paris le 13 novembre. Toutes les victimes ont désormais été identifiées.41

  • 42 AFP, < https://making-of.afp.com/​les-destins-brises-du-13-novembre >.

(25) Ils s’appelaient Bertrand, Chloé, Halima ou Thierry ; ils étaient étudiant, banquier, garagiste ou serveur, la plupart âgés d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années. Tous ont péri lors des attentats à Paris le vendredi 13 novembre ou dans les jours qui ont suivi.42

54Dans ces deux exemples, on retrouve le fonctionnement cataphorique du pronom qui ouvre l’article. La référence de ce pronom sera élucidée ultérieurement (provisoirement par l’anaphore résomptive « toutes les victimes » ou « tous », puis de façon plus définie par les divers portraits qui composent le mémorial). L’usage de structures syntaxiques similaires montre bien la relation étroite qui unit la partie et le tout.

55L’analyse de l’architecture générale a montré que divers phénomènes, compositionnels, syntaxiques, lexicaux, contribuent à tisser des liens entre les dimensions individuelle et collective du mémorial. On peut donc dire avec Valérie Jeanne-Perrier qu’« avec le média Internet, et dans le récit de l’individu mis en liste, s'instaure une tension narrative de la mémoire collec­tive, entre le monument aux morts (liste de noms) et la stèle (hommage à une personne) » (2007 : 81).

4. Une finalité épidictique

  • 43 Ce sont naturellement là deux fonctions traditionnelles des rites de deuil, qui ne sont pas propres (...)

56En tant que monument aux morts, le mémorial numérique s’accompa­gne de la fonction traditionnellement épidictique (Aristote, 2007 : 191) des discours post-mortem : le mémorial vise à faire société autour du mort, à ressouder la communauté au moment où elle est mise en danger (dans la mesure où les circonstances de ces décès portent potentiellement atteinte aux valeurs fondatrices de cette société). Cette visée épidictique emprunte deux voies complémentaires : il s’agit d’une part de partager des valeurs communes et d’autre part de se rassembler entre vivants43.

4.1. Partager des valeurs communes

57Le mémorial est tout d’abord l’occasion de réaffirmer les valeurs com­munes partagées par l’ensemble des membres de la communauté. À ce titre, il appartient à la tradition épidictique, dont le but est « d’accroître l’intensité de l’adhésion à certaines valeurs […] en se servant de l’ensemble des moyens dont dispose la rhétorique pour amplifier et valoriser » (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1958 : 67). Cette adhésion est garante de l’homonoia, « l’effet de cohésion […] qui rassemble les citoyens autour des valeurs de la cité » (Danblon, 2001 : 35). Cette cohésion est souvent mise en péril à l’oc­casion d’un décès. La plupart du temps, c’est le cas quand un membre important de la communauté meurt : lorsque la figure qui incarnait les plus hautes valeurs de la société décède, le risque est grand que les membres de la communauté s’éparpillent, n’étant plus soudés autour de cette figure tutélaire. Mais, on l’a vu, ce n’est pas ce genre de mort dont il est question dans un mémorial : c’est le décès en lui-même, dans ses circonstances par­ti­culières, qui attaque les fondements de la démocratie. Le mémorial, tant dans sa structure globale que dans les portraits individuels qui le composent, vise donc à renouveler l’adhésion à ces valeurs fondatrices. Ce mouvement s’effectue selon trois procédés complémentaires.

4.1.1. Valeurs par consensus

58Tout d’abord, les valeurs partagées sont transmises positivement, en convergence avec les valeurs incarnées par le défunt évoquées dans l’article qui lui est consacré : c’est ce que l’on appellera les valeurs « par consen­sus » (Florea, 2017). Dans ce cas, les valeurs seront essentiellement trans­mises par le biais du récit de vie. Il s’agit là d’un mécanisme classique du discours épidictique, dont le fonctionnement repose sur la mise en scène d’« agents exemplaires » (Dominicy et Frédéric dir., 2001 : 11), qui sont « des modèles et des anti-modèles à partir desquels l’auditoire "reconnaît" des valeurs » (Herman et Micheli, 2003 : 11). En voici quelques exemples :

  • 44 Page du mémorial du Monde consacrée à Chloë Boissinot, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​12/​08/​chloe-boissinot-25-ans-enmemoire 4827110 4809495. html >.

(26) Qu’aurait-elle aimé que l’on dise d’elle ? « Rien ! » C’est un cri du cœur. Elisabeth, la mère de Chloë Boissinot, savait sa fille de 25 ans trop timide, trop discrète, trop attachée à la simplicité, pour goûter les hommages.44

  • 45 Page du mémorial du Monde consacrée à Valeria Solesin, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​12/​04/​valeria-solesin-28-ans-enmemoire 4824445 _4809495.html >.

(27) Ses amis l’appelaient Il Sole, « le soleil ». Une histoire de chaleur, bien sûr, mais surtout de rayonnement. Très vite, l’Italie, anesthésiée par les années Berlusconi, s’avère trop exiguë pour elle. Après le Canada, c’est à Nantes que cette « double pile bien chargée » s’installe pour mener ses études de sociologie. Génération Erasmus, elle s’entoure de toutes les nationalités et s’enrichit à leur contact.45

  • 46 Page du mémorial du Monde consacrée à Stella Verry, consultable sur < http://www.liberation. fr/apps/2015/11/13-novembre >.

(28) Stella était aussi une bonne vivante, elle voyageait souvent avec Quentin, allait au théâtre, aimait boire de bonne bouteilles de vin, prenait des cours de cuisine et se déplaçait à vélo dans Paris.46

59Dans ces trois extraits, les anecdotes ou les récits servent de support à la mise en avant de certaines qualités qui sont autant de valeurs : la modestie, la soif de découverte, la joie de vivre. De fait, les valeurs défendues sont rarement exprimées de façon explicite dans les portraits nécrologiques : un des modes privilégiés de mise en scène des valeurs repose sur l’évocation de la vie des défunts, qui incarnent en actes ces valeurs.

60La transmission des valeurs fonctionne par conséquent sur le modèle de l’exemplum, dans lequel un récit exemplaire est mis au service d’une argu­mentation (Borrego-Pérez, 2002 : 115). On retrouve notamment le rôle de la « typisation » (Herman et Micheli, 2003 : 11) :

Les personnages qui font l’objet de l’éloge ne sont plus de véritables individus, mais se haussent au rang d’un type. En effet, ils devien­nent les symboles de l’homonoia. (Danblon, 2001 : 30)

61C’est ce que nous avons déjà montré : la façon dont le portrait est mené tend à faire d’un individu un parangon, emblématique de toute une catégorie de personnes. De fait, ce sont souvent les mêmes qualités que l’on retrouve chez les divers disparus auxquels le mémorial rend hommage : on observe un appétit pour la vie, un penchant pour la générosité et le partage, un goût pour la culture et une ouverture sur le monde. Ainsi, dans la continuité de ce que l’on a observé dans la partie précédente, ces valeurs sont transmises simultanément par chaque portrait, mais aussi par les récurrences et les échos qui se font jour au fil des portraits différents, dessinant le portrait non plus d’un individu, mais d’une génération.

4.1.2. Valeurs par dissensus

62Les valeurs peuvent également être transmises par dissensus : elles ne sont plus revendiquées positivement, par imitation d’un modèle, mais négativement, par opposition à certaines valeurs que l’on rejette. On se doute que dans les circonstances particulières de parution des mémoriaux, ce mode de transmission et de partage de valeur va jouer un rôle fondamental dans les articles. Ici, les valeurs sous-jacentes ne sont plus celles qui ont été incarnées par le défunt au cours de sa vie : il s’agit des valeurs qui sont défendues par opposition à la façon dont ils sont morts. La valeur suggérée implicitement consiste à dire que la vie a du poids, que chacun est impor­tant, et que l’on ne se laissera pas faire par les terroristes. C’est autour de ce refus de la barbarie que le journal invite ses lecteurs à se rassembler. Là encore, c’est un phénomène que l’on retrouve à deux échelles, à commencer par l’échelle individuelle :

  • 47 Page du mémorial du Parisien consacrée à Nicolas Classeau, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​faits-divers/​nicolas-43-ans-un-militant-de-la-vie-16-11-2015-5281 219.php >.

(29) Il incarnait ce qu’abhorrent les terroristes : l’humour et l’amour de la musique. A 43 ans, Nicolas Classeau, directeur de l'IUT de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), a été fauché par la haine au Bataclan.47

  • 48 Page du mémorial du Parisien consacrée à Mathieu Giroud, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​faits-divers/​matthieu-39-ans-le-plus-solaire-de-nos-amis-16-11-2015-5281349. php >.

(30) « Il était beau comme un camion, il avait de l’appétit pour tout, même pour le hard rock. Ces imbéciles sont allés tuer le plus solaire de nos amis », peut-on lire dans un hommage sur Facebook.48

  • 49 Page du mémorial du Parisien consacrée à Élodie Breuil, consultable sur < http://www.leparisien.fr/​boulogne-billancourt-92100/​boulogne-billancourt-elodie-23-ans-est-morte-au-bataclan-16-11-2015-5282313.php >.

(31) A Boulogne-Billancourt, son beau visage éclairé par un regard pétillant se détache parmi les portraits des 89 victimes de l’attentat du Bataclan. Elodie Breuil, Boulonnaise de 23 ans, a péri vendredi dernier sous les balles des terroristes de l'Etat islamique venus verser un bain de sang durant le concert des rockeurs américains d’Eagles of Death Metal.49

  • 50 Page du mémorial du Monde consacrée à Quentin Boulenger, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​12/​13/​quentin-boulenger-29-ans-enmemoire 4830790 4809495.html >

(32) Quentin Boulenger pouvait épuiser par sa générosité à ne jamais dire non à un coup de main ou à une tâche supplémentaire, et se projetait ailleurs. Bientôt, assurait-il, le couple quitterait Paris, et sans doute sa Smart dans laquelle cet amateur de voitures rentrait son petit double-mètre pour sillonner la capitale. Le projet de vie qu’Hélène et lui partageaient a été brisé, écrit son père, « par une insoutenable injustice barbare et totalement étrangère au monde de respect des autres que Quentin aspirait à construire ».50

63Dans ces extraits, les journalistes exhibent l’incompatibilité radicale entre les valeurs incarnées par les victimes et celles des terroristes : à l’amour est opposée la haine, à la joie est opposée la bêtise, à la beauté est opposée la cruauté, au respect est opposée la barbarie. Les mémoriaux servent aussi à se dresser contre ces valeurs ou cette absence de valeur, et à rappeler que l’amour, la joie, la beauté et le respect continuent d’être entretenus malgré tout.

  • 51 On reviendra infra sur cette spécificité des mémoriaux, dans lesquels les auteurs développent un di (...)

64C’est d’ailleurs aussi à l’échelle supérieure, dans sa dimension collective, que le mémorial revendique ces valeurs : c’est ce que l’on peut lire dans cette réflexion des journalistes du Monde, qui reviennent sur le processus éditorial qui a conduit à l’érection du mémorial en hommage aux victimes des attentats parisiens51 :

  • 52 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « En mémoire du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​article/​2015/​12/​22/​en-memoire-du-13-novembre_4836254_4809495.html#OiiPMIBdbjlo5aTu.99 >.

(33) Progressivement, s’est révélé à nous un portrait de groupe, extraordinairement cohérent. […] Ce portrait de groupe, finalement, c’est l’anti-Etat islamique. C’est tout ce que les terroristes ne sont pas, tout ce qu’ils haïssent : la beauté, l’esthétique, la musique, l’art, le plaisir, la science, l’éducation, la diversité, la mixité, la tolérance, la liberté, l’égalité… et la fraternité. Comme Al-Qaida, à travers le World Trade Center et le Pentagone, avait visé les symboles de la puissance américaine, l’EI a visé ces symboles français que sont la culture et l’art de vivre.52

65C’est ce qui fait dire à André Gunthert que « l’absence de motivation des crimes est remplacée par une exégèse en termes de valeurs, rapidement complétée par une lecture symbolique des activités des victimes » (2015 [en ligne]). En effet, l’unité qui est conférée aux victimes par divers biais permet de les considérer comme martyrs, qui se sont sacrifiés pour défendre les valeurs fondatrices de notre société.

4.1.3. Valeurs transmises implicitement par le choix éditorial

66Une dernière modalité de transmission et de partage des valeurs, plus indirecte encore, tient au choix éditorial : on l’a vu, en 2015, en France, publier des portraits nécrologiques de victimes anonymes ne va pas de soi. Il y a donc là un choix fort de la part des rédactions, qui tient à la volonté de mettre en exergue les victimes plutôt que leur bourreau. Cette décision correspond à une option éthique qui répond à un débat agitant l’espace public depuis la couverture médiatique des attentats de janvier 2015. En effet, à l’époque, il avait été reproché aux médias d’avoir accordé une trop large place aux tueurs, notamment en affichant leur photographie à de multiples reprises, ce qui a publicisé leur geste et les a installés dans le rôle de martyrs qu’ils revendiquaient.

67Le choix de consacrer un mémorial numérique aux victimes d’un attentat marque un changement de paradigme dans le traitement médiatique de ce genre d’évènement. Ceci s’explique probablement, au moins en partie, par la prise en considération de ces critiques formulées en janvier 2015. Il y a donc une part idéologique au choix du mémorial, qui n’est pas tant dicté par la volonté d’informer, mais par le désir de donner du sens aux évènements et de revendiquer certaines valeurs. D’ailleurs, plusieurs commentaires de lecteurs, au bas de divers portraits, se félicitent qu’un tel choix ait été fait d’accorder une visibilité médiatique aux victimes plutôt qu’aux bourreaux. Ce rassemblement entre journalistes, lecteurs et proches des vic­times autour de valeurs partagées est le ferment qui permettra de redonner de la cohésion à une communauté fortement ébranlée par la remise en cause de ses valeurs.

4.2 Se rassembler entre vivants

68Aux côtés de la revendication de valeurs partagées, la finalité épidictique du mémorial est également assurée par la volonté de ressouder la communauté en se rassemblant entre vivants. Cet objectif se réalise essentiellement par le biais du discours.

4.2.1. Une explicitation de la démarche à l’intention des lecteurs

69Le premier élément qui va permettre de rassembler la communauté repose sur l’explicitation métajournalistique que les rédactions proposent de leur démarche. Il y a là une véritable prise en compte de l’interlocuteur (les lecteurs de presse) afin de rendre intelligible ce qui sous-tend une pratique qui ne va pas de soi.

  • 53 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « Un mémorial pour les morts du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​article/​2015/​11/​26/​un-memorial-pour-les-morts-du-13-novembre_4818363_4809495.html >.
  • 54 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « En mémoire du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemo (...)

70Dans cette optique, plusieurs rédactions développent autour de leur mémorial un large discours d’escorte (Simon, 2016) qui accompagne le cœur du genre de discours qu’est le mémorial. On peut par exemple citer le mémorial du Monde, qui produit deux pages annexes dont les liens figurent au pied de la page du mémorial : une justification en amont de la démarche adoptée et du principe du mémorial53, et une réflexion a posteriori sur le projet, sur sa réalisation et son influence54. Cette multiplication des discours d’escorte traduit naturellement la nécessité de parler, d’expliquer, de donner du sens, mais probablement aussi le besoin de légitimer le recours à une forme discursive nouvelle (liée à des évènements eux-mêmes considérés comme sans précédent).

71Ceci s’accompagne d’une volonté didactique avec un affichage clair des intentions des journalistes :

(34) Pour ne jamais oublier leurs visages, Nice-Matin a décidé de leur rendre hommage.55

(35) Le 13 novembre 2015, 130 personnes ont été tuées dans les attaques terroristes perpétrées à Paris et à Saint-Denis. Nous avons souhaité les rassembler ici.56

  • 57 Paged’accueil du mémorial du Monde, consultable sur : < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​11/​25/​enmemoire_4817200_4809495.html >.

(36) Nous refusant à les réduire à un chiffre, 130, et à un statut, celui de « victimes », nous avons voulu leur donner un visage, raconter qui elles étaient, leur rendre leur vie, à travers ceux qui les connaissaient et les aimaient. Les installer, aussi, dans notre souvenir.57

72« Décider », « souhaiter », « vouloir » : ces verbes témoignent d’une volonté de transparence sur les intentions, afin que le lecteur puisse prendre part à la démarche. On observe d’ailleurs une remarquable explicitation concrète des pratiques journalistiques mises en œuvre pour aboutir au mémorial en tant que produit fini :

  • 58 Page d’accueil du mémorial de FranceTV Info, consultable sur < http://www.Francetvinfo.fr/​faits-divers/​terrorisme/​attaques-du-13-novembre-a-paris/​un-visage-et-un-nom-pour-les-victimes-des-attentats-de-paris_1178443.html >.

(37) Franceinfo a voulu mettre des visages et des noms sur ces morts. Pour cela, nous avons rassemblé des informations à partir de sources multiples (communiqués officiels, presse nationale, presse régionale, familles, etc.) et choisi de les présenter sous la forme d'un mémorial virtuel.58

  • 59 AFP, < https://making-of.afp.com/​les-destins-brises-du-13-novembre >.

(38) La décision de recueillir des éléments biographiques sur tous les morts du 13 novembre a été prise le surlendemain des attaques. Ce travail de fourmi a mobilisé jusqu’à six journalistes. Il prend la forme d’une longue dépêche actualisée deux ou trois fois par jour sur le fil de l’AFP destiné aux clients français, au fur et à mesure que la liste s'allonge (toutes les victimes n'ont pas encore été identifiées). Pour des raisons juridiques, aucune photo de victime n’a été collectée, la base de données interactive – réalisée par le service Infographie de l’agence – permettant cependant de donner un aspect visuel au résultat final.59

73Cette mise en scène du journalisme en train de se faire aboutit à une proximité avec le lecteur, qui a le sentiment de vivre l’aventure du mémorial aux côtés des journalistes : à cet égard, on peut dire que le mémorial est un genre « corporalisant » (Ringoot et Rochard, 2005 : 78-79), qui invite le lecteur à suivre pas à pas la démarche du journaliste dans sa corporalité même. Il y a donc une nette volonté de la part des rédactions d’établir une cohésion, une complicité avec son lectorat, qui contribue à ressouder la communauté.

4.2.2. Hypertrophie de la fonction conative

  • 60 La fonction conative est caractéristique d’un discours centré sur l’allocutaire, visant à le condui (...)

74Cette mise en scène des journalistes au travail trouve son pendant dans l’incitation qui est faite au lecteur de participer à la démarche du mémorial. On observe en effet dans le mémorial une hypertrophie de la fonction cona­tive60, dans un genre de discours où on ne l’attendrait pas nécessairement, puisque le mémorial, on l’a vu, est largement héritier du genre de la nécrologie, qui est avant tout un genre écrit et peu interactif.

75Dans le mémorial, diverses stratégies sont mises en œuvre pour cultiver cette interactivité. Tout d’abord, on note l’espace de commentaires que l’on trouve parfois au bas de chaque portrait individuel. C’est par exemple le cas dans le mémorial de Nice Matin, où l’espace dédié aux commentaires est personnalisé :

Figure 6. Extrait du portrait de Bruno Villani sur le mémorial de Nice Matin61

76La phrase d’introduction des commentaires, personnalisée au nom du défunt, est fortement incitative : on retrouve la volonté de faire surgir la parole, ce qui aboutit, puisque plusieurs commentaires fleurissent au pied des articles, avec parfois même, comme ici, une circulation du discours, par le biais de commentaires qui répondent aux commentaires. La parole peut ici être considérée comme un rempart au « silence de mort » qui menacerait de s’installer suite au décès : c’est une façon de faire vivre la communauté au travers du discours.

77L’interactivité n’est pas exclusivement discursive : on observe de nombreux énoncés destinés à faire réagir le lecteur, énoncés parfois purement textuels, parfois accompagnés d’images. En voici quelques exemples :

  • 62 Page du mémorial du Parisien, < http://atelier.leparisien.fr/​attentat-de-nice-memorial-des-victimes >.

(39) Survoler les images pour en savoir plus.62

  • 63 Page du mémorial de FranceTv Info, < https://www.francetvinfo.fr/​faits-divers/​terrorisme/​attaques-du-13-novembre-a-paris/​un-visage-et-un-nom-pour-les-victimes-des-attentats-de-paris_1178443.html >.

(40) Cliquez sur les photos pour afficher le profil de chacun.63

  • 64 Page du mémorial du Parisien, < http://atelier.leparisien.fr/​sites/​longsformats/​hommage >.

(41) « Réagissez »64

  • 65 Page du mémorial de L’Express, < https://www.lexpress.fr/​actualite/​societe/​attentats-de-paris-hommage-129-morts-autant-de-vies-brisees_1736616.html >.

(42) Vous pouvez nous adresser de nouveaux témoignages à nsamson(a)lexpress.fr.65

78Parfois, il n’y a pas d’énoncé à proprement parler qui incite à l’interactivité mais divers procédés iconiques propres au fonctionnement d’Internet, par exemple un « + » ou des points de suspension qui s’affichent en surimpression sur le portrait de chaque victime sur la page d’accueil du mémorial lorsqu’on passe la souris dessus : il s’agit là d’autant de « petites formes » (Candel, Jeanne-Perrier et Souchier, 2012) destinées à inciter à cliquer pour avoir plus d’informations.

  • 66 Page du mémorial du Parisien, < http://atelier.leparisien.fr/​attentat-de-nice-memorial-des-victimes >.

Figure 7. Fragment de la page d’accueil du mémorial du Parisien66

  • 67 Tout le monde ne lit pas tout dans le même ordre ni de la même façon, ce qui fait que la circulatio (...)

79Le lecteur du mémorial est donc invité à devenir un écrilecteur (Paveau, 2017) : ce concept souligne que le texte numérique s’élabore autant lors de son écriture que lors de sa lecture, dans la mesure où la lecture est plus qu’une simple exécution d’un sens préconstruit par le concepteur du texte, puisqu’elle l’actualise d’une manière originale67. L’écrilecture permet donc au lecteur de participer, dans une certaine mesure, à une coconstruction du mémorial et de se sentir ainsi partie prenante de la communauté. À cet égard, la présence de hashtags (par exemple #NosAnges sur le mémorial de Nice Matin ou #EnMémoire sur celui du Monde pour Paris) renforce le rôle du lecteur, qui est incité à s’approprier les données et à les diffuser, devenant ainsi acteur de la circulation du texte au-delà des limites fermées du mémorial.

4.2.3. Une volonté de montrer le visage d’une communauté unie

80Ainsi, tant du point de vue du journaliste que de celui du lecteur, on observe une volonté d’interaction qui vise à reconstituer une base solide pour la communauté ébranlée. Dans les deux cas, il faut noter la volonté de montrer le visage d’une communauté unie. On assiste en effet à une remarquable convergence énonciative, tant dans les portraits que dans les commentaires.

  • 68 Page d’accueil du mémorial du Monde, consultable sur < http://www.lemonde.fr/​attaques-a-paris/​visuel/​2015/​11/​25/​enmemoire_4817200_4809495.html# >.

81Dans les portraits tout d’abord, on note que les portraits émanent souvent de la rédaction tout entière. C’est ce que montrent la signature collective (« La rédaction ») et parfois même certains commentaires visant à exhiber cette uniformité (« Les journalistes du Monde se sont rassemblés pour écrire ces portraits »68). Il y a donc une revendication de l’unité, pour souligner la consonance d’un discours conçu à l’unisson. Même entre les différentes pages d’un mémorial, il n’y a pas de conflit d’auctorialité : la page d’accueil et les portraits individuels ont la même source énonciative (même lorsque les signatures sont différentes, elles partagent la même ligne éditoriale, dans le sens où les points de vue portés sur les défunts sont non seulement compatibles, mais aussi convergents). Cette unité énonciative dépasse parfois les limites d’une rédaction, comme dans ce discours d’escorte du mémorial de La libre Belgique aux victimes des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016 :

  • 69 Page d’accueil du mémorial de La Libre Belgique, consultable sur < http://dossiers.lalibre.be/​memorial-bruxelles >.

(43) Pour dresser ce Mémorial, nous nous sommes inspirés de ce que le journal "Le Monde" avait réalisé après les attentats de Paris. La démarche nous avait semblé belle, respectueuse. Jour après jour, les journalistes français et les correspondants du "Monde" à l’étranger avaient brossé les grandes lignes des vies de ces jeunes attablés à la terrasse d’un café ou rassemblés dans le temple du rock parisien. Cette démarche nous avait paru à la fois pudique et essentielle.69

82De la même façon, les réactions des lecteurs au pied des articles sont généralement unanimement positives et contrairement à ce que l’on observe souvent dans les commentaires d’articles de presse, il y a peu de débat et d’affrontement, y compris en cas de désaccord. Ainsi, tant du point de vue des journalistes que de celui des lecteurs, on assiste à une volonté affichée de montrer une convergence des voix, qui illustre la solidité de la commu­nauté face à ceux qui l’ont attaquée.

83Au terme de ces analyses, on peut affirmer que le mémorial numérique est un genre de discours émergent, qui, en tirant profit des potentialités du numérique, et en particulier de l’hypertextualité et de l’interactivité, renouvelle les discours de deuil traditionnels. Dans le mémorial, des formes nouvelles (qui s’articulent notamment autour du lien entre les deux échelles de discours, qui constitue l’originalité majeure du genre) viennent répondre à des fonctions anciennes.

  • 70 Ces nouvelles formes de mémorialisation commencent d’ailleurs à faire l’objet d’une analyse sociolo (...)
  • 71 Les pouvoirs publics se trouvent d’ailleurs eux aussi confrontés à cette nécessité de renouveler le (...)
  • 72 Ces mémoriaux spontanés ont d’ailleurs souvent fait l’objet d’un archivage de la part des pouvoirs (...)

84On peut faire l’hypothèse que l’émergence d’un genre de discours inédit est une façon de réagir à des évènements eux-mêmes sans précédent. En ce sens, le mémorial numérique pourrait constituer le pendant linguistique des nouvelles formes de mémorialisation70 observées suite aux récents attentats ayant frappé les capitales européennes71. On pense notamment aux mémoriaux éphémères érigés sur le lieu des catastrophes, alimentés en fleurs, bougies, dessins et messages par les citoyens et les passants72 : ces mémoriaux spontanés partagent avec les mémoriaux numériques la volonté de créer du lien, et réutilisent des codes traditionnels pour proposer des formes nouvelles.

Haut de page

Bibliographie

ARISTOTE, (2007), Rhétorique (traduit par Pierre Chiron). Paris : Flammarion.

BAUDRY, P., (1999), La place des morts : enjeux et rites. Paris : Armand Colin.

BEN-AMOS, A., (2000), Funerals, Politics and Memory in Modern France 1789-1996. Oxford : Oxford University Press.

BORREGO-PÉREZ, M., (2002), « La réfutation des exempla de Bodin dans l’œuvre de Juan Marquez ». In BORREGO-PÉREZ, M., (coord.), L’exemplum narratif dans le discours argumentatif (XVIe-XXe siècles). Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, 113-126.

BOUILLON, J., PETZOLD, M. (1999), Mémoire figée, mémoire vivante : les monuments aux morts. Charenton : Citedis.

CANDEL, É., JEANNE-PERRIER, V., SOUCHIER, E., (2012), « Petites formes, grands desseins : d’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures ». In DAVALLON, J. (dir.), L’économie des écritures dur le we. Volume 1. Paris : Hermès-Lavoisier, 135-166.

CLAVANDIER, G. (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes. Paris : CNRS Éditions.

DANBLON, E., (2001), « La rationalité du discours épidictique ». In DOMINICY, M., et FRÉDÉRIC, M., (dir.), La mise en scène des valeurs. La rhétorique de l’éloge et du blâme. Paris : Delachaux et Niestlé, 19-47.

DOMINICY, M. et FRÉDÉRIC, M. (dir.), (2001), La mise en scène des valeurs : la rhétorique de l’éloge et du blâme. Lausanne : Delachaux et Niestlé.

FASSEUR, N., (2010), « Les discours de la commémoration et ses jalons monumentaux de l’entreprise : le cas de la SNCF », Flux, 82, 34-42.

FLECHET, G., (2016), « Les sociétés connectées à l’épreuve du terrorisme », CNRS-LeJournal, consultable en ligne : < https://lejournal.cnrs.fr/articles/les-societes-connectees-a-lepreuve-du-terrorisme >.

FLOREA, M.-L., (2017), « Nécrologies de « salauds » : défunts transgressifs, normes transgressées ? ». In GAUDIN-BORDES, L., MONTE, M. (dir.), Normes textuelles et discursives : émergence, variations et conflits. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, 109-130.

13novembre_4818363 4809495.html >.

Id., (2011), « Dire la mort, écrire la vie : représentations de la mort et du mort dans les nécrologies de presse », Questions de communication, 19, 29-52.

13novembre_4818363 4809495.html >.

Id., (2010), « Portrait d’autrui et image de soi : la construction de l’éthos dans les nécrologies de presse », Actes du XXVème Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes, Tome V, 63-72.

GENSBURGER, S., (2017), Mémoire vive. Paris : Anamosa.

GUNTHERT A., (2015), « Les visages des victimes, monument d’inquiétude », L’image sociale. Le carnet de recherches d’André Gunthert, < https://imagesociale.fr/2399 >, consulté le 09 mai 2018.

HANUSH, F., (2010), Representing death in the news. Journalism, media and mortality. New York : Palgrave Macmillan.

HERMAN, T., MICHELI, R., (2003), « Renforcement et dissociation des valeurs dans l’argumentation politique », Pratiques, 117-118, 9-28.

JEANNE-PERRIER, V., (2007), « Les portraits mis au net : analyse des tribulations d'un genre journalistique au filtre du web », Communication et langages, 152, 79-87.

JEANNERET, Y., SOUCHIER, E., (1998), « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, 6, 97-107.

JOSEPHI, B., MÜLLER, C., FRISKE, H.-J., (2007), « How private a death ? Obituaries in Australia and Germany », Hungarian Journal for English and Americain Studies, 12, 29-42.

MAINGUENEAU, D., (1998), Analyser les textes de communication. Paris : Dunod. MAKAROVA, A., (2006), « La fonction sociale de la rubrique nécrologique », Hypothèses, 10, 113-121.

Id., (2003), « Dits et non-dits des nécrologies de presse », Le Temps des médias, 1,108-118.

MELLET, C., RINCK, F. et SITRI, F., (2013), « Hétérogénéité des textes, hétérogénéité des genres », Pratiques,157-158, 47-59.

NAMER, G., (2000), La commémoration en France de 1945 à nos jours. Paris : L’Harmattan.

NORA, P. (dir.), (1984), Les lieux de mémoire. Tome 1. Paris : Gallimard.

PAVEAU, M.-A., (2016), « Des discours et des liens. Hypertextualité, technodiscursivité, écrilecture », Semen, 42, 23-48.

PERELMAN, C., OLBRECHTS-TYTECA, L., (1958), Traité de l’argumentation. Paris : PUF.

REVAZ, F., (2001), « La nécrologie : un genre rédactionnel ? », Semen, 13, 187-204.

RINGOOT, R. et ROCHARD, Y., (2005), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalistiques », Mots, 17, 73-90.

SAEMMER, A., (2015), Rhétorique du texte numérique. Figures de la lecture, anticipations de pratiques. Villeurbanne : Presses de l’enssib.

SIMON, J., (2016), « Présentation : le discours hypertextualisé », Semen, 42, 7-21.

13novembre_4818363 4809495.html >.

Id., (2015), « Le discours hypertextualisé : une notion essentielle pour l’analyse du web ». In SALEH, I., CARAYOL, V., LELEU-MERVIEL, S., MASSOU, L., ROXIN, I., SOULAGES, F., WRONA, A., ZACKLAD, M. et BOUHAÏ, N. (dirs), Le Numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper- objet. Londres : Iste Éditions, 3-20.

THOMAS, L.-V., (1975), Anthropologie de la mort. Paris : Payot.

TRUC, G., (2017), « Quel mémorial après un attentat de masse ? Trois capitales européennes face au même défi mémoriel », Mémoires en jeu, 4, 90-95.

13novembre_4818363 4809495.html >.

Id., (2016), Sidérations. Une sociologie des attentats. Paris : PUF. VAN GENNEP, A., (1909), Les rites de passage. Paris : Emile Nourry.

WRONA, A., (2005), « Vies minuscules, vies exemplaires : récit d’individu et actualité », Réseaux, 132, 93-110.

Corpus

1. Mémoriaux (Paris)

Mémorial de l’AFP : < https://making-of.afp.com/les-destins-brises-du-13-novembre >.

Mémorial de L’Express : < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentats-de-paris-hommage-129-morts-autant-de-vies-brisees_1736616.html >.

Mémorial de France-TV Info : < https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/un-visage-et-un-nom-pour-les-victimes-des-at tentats-de-paris_1178443.html >.

Mémorial de Libération : < http://www.liberation.fr/apps/2015/11/13-novembre >.

Mémorial du Monde : < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/11/25/ enmemoire_4817200_4809495.html# >.

Mémorial du Parisien : < http://atelier.leparisien.fr/sites/longsformats/hommage/ >.

2. Mémoriaux (Nice)

Mémorial de Nice Matin : < http://www.nicematin.com/static/memorial/index.html >.

Mémorial du Monde : < http://www.lemonde.fr/grands-formats/visuel/2016/10/06/le-memorial-du-monde-aux-victimes-des-attentats-denice_5009546_4497053.html >.

Mémorial du Parisien : < http://atelier.leparisien.fr/attentat-de-nice-memorial-des- victimes >.

3. Sites annexes (Paris)

L’Express, « Attentats de Paris : ils s'appelaient Hugo, Justine, Djamila, Patricia... », consultable sur < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentats-de-paris-ils-s-appelaient-matthieu-asta-guillaume-lola_1735999.html >.

Libération, « Nicolas, Anna, Marion, Gilles, Anne-Laure... Ils sont morts le 13 novembre, à Paris », consultable sur < http://www.liberation.fr/france/2015/11/15/nicolas-anna-marion-gilles-anne-laure-ils-sont-morts-le-13-novembre-a- paris_1413563 >.

13novembre_4818363 4809495.html >.

Id., PÉRON Didier, « La jeunesse qui trinque », < http://www.liberation.fr/france/2015/11/15/la-jeunesse-qui-trinque_1413680 >.

Le Monde, KAUFFMANN Sylvie et LECLERC Aline, « Un mémorial pour les morts du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/26/un-memorial-pour-les-morts-du-13novembre_4818363 4809495.html >.

Id., « En mémoire du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/12/22/en-memoire-du-13-novembre_4836254_480 9495.html#OiiPMIBdbjlo5aTu.99 >.

Le Parisien, « MEMORIAL. Attentats de Paris : ces vies brisées », consultable sur < http://www.leparisien.fr/faits-divers/memorial-attentats-de-paris-ces-vies-brisees-16-11-2015-5282193.php >.

4. Sites annexes (Nice)

Nice Matin, « #NosAnges : le mémorial de Nice-Matin aux victimes de l'attentat », consultable sur < http://www.nicematin.com/faits-divers/nosanges-le-memorial- de-nice-matin-aux-victimes-de-lattentat-66324 >.

L’Express, « Ludivine, Bruno, Mehdi : qui sont les 85 victimes de l’attentat de Nice ? », consultable sur : < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentat-de-nice-des-enfants-des-touristes-qui-sont-les-84-victimes_1812750.html >.

Haut de page

Notes

1 J’ai mené mes investigations d’une part avec des mots-clés dans un moteur de recherche, d’autre part à partir de divers sites de presse, ce qui fait que j’espère avoir recueilli le maximum de matière possible. Mon corpus ne prétend pas pour autant à l’exhaustivité, étant donné la difficulté à récolter des données complètes sur Internet (d’autant que l’accès aux données s’estompe avec le temps). Les adresses des sites des mémoriaux numériques du corpus figurent en bibliographie.

2 Léotard Corentin, « À la mémoire d’Huguette, la « dame de la cantine » tuée par Daech », consultable sur < http://www.telerama.fr/monde/a-la-memoire-d-huguette-tuee-par-daech, 124962.php >, consulté le 09 mai 2018.

3 Le terme « nécrologie », tel qu’il est employé ici et au cours de l’article, désigne non pas le faire-part de décès publié par les proches du défunt, mais l’article écrit par un journaliste reprenant la biographie d’une personnalité disparue pour en faire l’éloge.

4 Et comme c’est également le cas pour certains portraits nécrologiques qui ont pu être publiés dans la version papier de certains journaux dans les mois qui ont suivi les évènements. On pense en particulier au Monde, qui a publié dans sa version papier, au fil des éditions succes­sives, les différents portraits nécrologiques qui composaient le mémorial en ligne.

5 Selon la définition du CNRTL, (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales), < http://www.cnrtl.fr/definition/ >.

6 L’hypertexte numérique étant par nature ouvert et dynamique, des cases restées vides peuvent être remplies progressivement. Néanmoins, chaque case est prévue dès le départ et fait partie du tout, même si elle n’est présente qu’en puissance : le mémorial numérique diffère en cela du cimetière virtuel par exemple, qui est également conçu selon un modèle de page dynamique et ouvert à diverses extensions, mais qui peut être enrichi au fil des jours de nouvelles « sépul­tures » virtuelles, sans que celles-ci, naturellement, aient été prévues lors de l’ouverture du site. On voit ainsi à quel point l’unité du mémorial numérique est importante, comme on aura l’occasion de le voir de façon plus approfondie infra.

7 Valérie Jeanne-Perrier (2007 : 81) évoque un article du New-York Times suite à la tuerie de Virginia Tech (< http://www.nytimes.com/ref/us/20070418_VICTIMS_GRAPHIC.html >), qui semble être une des toutes premières manifestations du genre du mémorial numérique (en avril 2007).

8 Consultable sur < http://dossiers.lalibre.be/memorial-bruxelles >.

9 Consultable sur < http://www.telegraph.co.uk/news/2017/05/23/victims-manchester-terror-attack/ >.

10 Consultable sur < https://politica.elpais.com/politica/2017/08/19/actualidad/1503144692_349410.html >.

11 Page du mémorial de Nice Matin consacrée à Camille Murris, consultable sur < http://www.nicematin.com/static/memorial/index.html#portrait-3 >.

12 Page du mémorial du Monde consacrée à Milko Jozic, consultable sur : < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/12/09/milko-jozic-47-ans-enmemoire_4828077_4809495.html >.

13 « Le 13 novembre 2015, 130 personnes ont été tuées dans les attaques terroristes perpétrées à Paris et à Saint-Denis. Nous avons souhaité les rassembler ici. » (Le Parisien, « Attentats du 13 novembre 2015. Le mémorial des victimes », consultable sur < http://atelier.leparisien.fr/sites/longsformats/hommage >.

14 Page du mémorial de Libération consacrée à Cécile Misse, consultable sur < http://www.liberation.fr/apps/2015/11/13-novembre/ >.

15 Dans toutes les citations, c’est moi qui mets des segments en gras, en fonction des éléments analysés.

16 Page du mémorial du Parisien consacrée à Fabrice Dubois, consultable sur < http://www.leparisien.fr/faits-divers/fabrice-47-ans-fan-de-rock-et-joueur-de-tennis-16-11-2015-5281141.php >.

17 Page du mémorial du Monde consacrée à Guillaume Le Dramp, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/11/25/guillaume-le-dramp-33-ans-enmemoire_4817247_4809495.html >.

18 Page du mémorial du Parisien consacrée à Magdalena et Marzena Chrzanowska, consultable sur < http://www.leparisien.fr/societe/magdalena-et-marzena-revaient-de-la-cote-d-azur-18-07- 2016-5975487.php >.

19 Page du mémorial de Nice Matin consacrée à Laurence Rasteu, consultable sur < http://www.nicematin.com/static/memorial/index.html#portrait-54 >.

20 Page du mémorial du Monde consacrée à Anne-Laure Arruebo, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/12/17/anne-laure-arruebo-36-ans-enmemoire_4833847_4809495.html >.

21 Page du mémorial du Parisien consacrée à Guillaume Decherf, consultable sur < http://www.leparisien.fr/faits-divers/guillaume-43-ans-la-plume-du-rock-fauche-au-bataclan-15-11-2015-5278417.php >.

22 Page du mémorial du Monde consacrée à Suzon Garrigues, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/11/30/suzon-garrigues-21-ans-enmemoire_4820950_4809495.html >.

23 Page du mémorial de Libération consacrée à Cédric Mauduit, consultable sur < http://www.liberation.fr/apps/2015/11/13-novembre >.

24 Page du mémorial du Parisien consacré à Silan Aydin, consultable sur < http://www.leparisien.fr/espace-premium/fait-du-jour/silan-venait-feter-le-bac-18-07-2016-5975483.php >.

25 Page du mémorial de Nice Matin consacrée à Emmanuel Grout, consultable sur < http://www.nicematin.com/static/memorial/index.html#portrait-15 >.

26 Page du mémorial du Monde consacrée à Chloë Boissinot, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/12/08/chloe-boissinot-25-ans-enmemoire 4827110_ 4809495.html >.

27 Page du mémorial de L’Express consacrée à Mayeul Gaubert, consultable sur < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentats-de-paris-hommage-129-morts-autant-de-vies-brisees_1736616.html >.

28 Page du mémorial du Parisien consacrée à Mathieu Giroud, consultable sur < http://www.leparisien.fr/faits-divers/matthieu-39-ans-le-plus-solaire-de-nos-amis-16-11-2015-5281349.php >.

29 Si les mémoriaux numériques qui constituent le corpus sur lequel s’appuie cet article ont été exclusivement conçus suite à des attentats, ce n’est pas une nécessité incontournable, et l’on pourrait envisager d’autres causes (par exemple une tuerie de masse, ou éventuellement l’ex­plosion d’une usine dangereuse et controversée, pour laquelle des responsables peuvent être accusés). Néanmoins, toute mort violente et collective ne pourrait probablement pas donner lieu à un mémorial : je pense que cela ne pourrait pas être le cas suite à une catastrophe na­tu­relle, par exemple. Il me semble qu’il est nécessaire également que cette mort soit causée par un acte volontaire, porté par une revendication qui va à l’encontre des valeurs fondatrices de nos sociétés. Néanmoins, le corpus étant aujourd’hui trop limité (et c’est heureux !) pour déter­miner ces paramètres, il ne s’agit là que d’hypothèses.

30 Péron Didier, « La jeunesse qui trinque », consultable sur < http://www.liberation.fr/france/
2015/11/15/la-jeunesse-qui-trinque_1413680 >.

31 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « En mémoire du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/12/22/en-memoire-du-13-novembre_4836254_4809495.html#OiiPMIBdbjlo5aTu.99 >.

32 L’Express, < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentat-de-nice-des-enfants-des-touristes- qui-sont-les-84-victimes_1812750.html >.

33 L’Express, < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentats-de-paris-ils-s-appelaient-matthieu-asta-guillaume-lola_1735999.html >.

34 L’Express, < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentats-de-paris-hommage-129-morts-autant-de-vies-brisees_1736616.html >.

35 Libération, < http://www.liberation.fr/france/2015/11/15/nicolas-anna-marion-gilles-anne-laure-ils-sont-morts-le-13-novembre-a-paris_1413563 >.

36 Nice Matin, < http://www.nicematin.com/static/memorial/index.html >.

37 AFP, < https://making-of.afp.com/les-destins-brises-du-13-novembre >.

38 On pourra le consulter sur le site < https://making-of.afp.com/les-destins-brises-du-13-novembre >.

39 Page du mémorial du Monde consacrée à Cristinel Coman, consultable sur < http://www. lemonde.fr/societe/visuel/2016/09/18/cristinel-coman-34-ans-enmemoirenice_4999570_3224.html >.

40 Page du mémorial de Libération consacrée à Anne Cornet, consultable sur < http://www. liberation.fr/apps/2015/11/13-novembre >.

41 Page de lien vers le mémorial du Parisien, consultable sur < http://www.leparisien.fr/faits-divers/memorial-attentats-de-paris-ces-vies-brisees-16-11-2015-5282193.php >.

42 AFP, < https://making-of.afp.com/les-destins-brises-du-13-novembre >.

43 Ce sont naturellement là deux fonctions traditionnelles des rites de deuil, qui ne sont pas propres au mémorial numérique mais que l’on peut considérer comme des invariants anthropologiques (Van Gennep, 1909 ; Thomas, 1975 ; Baudry 1999).

44 Page du mémorial du Monde consacrée à Chloë Boissinot, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/12/08/chloe-boissinot-25-ans-enmemoire 4827110 4809495. html >.

45 Page du mémorial du Monde consacrée à Valeria Solesin, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/12/04/valeria-solesin-28-ans-enmemoire 4824445 _4809495.html >.

46 Page du mémorial du Monde consacrée à Stella Verry, consultable sur < http://www.liberation. fr/apps/2015/11/13-novembre >.

47 Page du mémorial du Parisien consacrée à Nicolas Classeau, consultable sur < http://www.leparisien.fr/faits-divers/nicolas-43-ans-un-militant-de-la-vie-16-11-2015-5281 219.php >.

48 Page du mémorial du Parisien consacrée à Mathieu Giroud, consultable sur < http://www.leparisien.fr/faits-divers/matthieu-39-ans-le-plus-solaire-de-nos-amis-16-11-2015-5281349. php >.

49 Page du mémorial du Parisien consacrée à Élodie Breuil, consultable sur < http://www.leparisien.fr/boulogne-billancourt-92100/boulogne-billancourt-elodie-23-ans-est-morte-au-bataclan-16-11-2015-5282313.php >.

50 Page du mémorial du Monde consacrée à Quentin Boulenger, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/12/13/quentin-boulenger-29-ans-enmemoire 4830790 4809495.html >

51 On reviendra infra sur cette spécificité des mémoriaux, dans lesquels les auteurs développent un discours d’escorte visant à expliciter et légitimer leur propre pratique journalistique.

52 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « En mémoire du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/12/22/en-memoire-du-13-novembre_4836254_4809495.html#OiiPMIBdbjlo5aTu.99 >.

53 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « Un mémorial pour les morts du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/26/un-memorial-pour-les-morts-du-13-novembre_4818363_4809495.html >.

54 Kauffmann Sylvie et Leclerc Aline, « En mémoire du 13 novembre », consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/12/22/en-memoire-du-13-novembre4836254_4809495.html#OiiPMIBdbjlo5aTu.99 >.

55 Page d’accueil du mémorial de Nice Matin, consultable sur < http://www.nicematin.com/static/memorial/index.html >.

56 Page d’accueil du mémorial du Parisien, consultable sur < http://atelier.leparisien.fr/sites/longsformats/hommage/ >.

57 Page d’accueil du mémorial du Monde, consultable sur : < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/11/25/enmemoire_4817200_4809495.html >.

58 Page d’accueil du mémorial de FranceTV Info, consultable sur < http://www.Francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/un-visage-et-un-nom-pour-les-victimes-des-attentats-de-paris_1178443.html >.

59 AFP, < https://making-of.afp.com/les-destins-brises-du-13-novembre >.

60 La fonction conative est caractéristique d’un discours centré sur l’allocutaire, visant à le conduire à agir (comme ici en écrivant, en cliquant, en faisant circuler des discours préconstruits, comme le montreront les exemples suivants).

61 Page du mémorial de Nice Matin, < http://www.nicematin.com/static/memorial/index.html# portrait-4 >.

62 Page du mémorial du Parisien, < http://atelier.leparisien.fr/attentat-de-nice-memorial-des-victimes >.

63 Page du mémorial de FranceTv Info, < https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/un-visage-et-un-nom-pour-les-victimes-des-attentats-de-paris_1178443.html >.

64 Page du mémorial du Parisien, < http://atelier.leparisien.fr/sites/longsformats/hommage >.

65 Page du mémorial de L’Express, < https://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentats-de-paris-hommage-129-morts-autant-de-vies-brisees_1736616.html >.

66 Page du mémorial du Parisien, < http://atelier.leparisien.fr/attentat-de-nice-memorial-des-victimes >.

67 Tout le monde ne lit pas tout dans le même ordre ni de la même façon, ce qui fait que la circulation au sein du mémorial est différente pour chaque récepteur, du fait des manipulations nécessaires pour que le cheminement souhaité au travers des pages s’affiche à l’écran.

68 Page d’accueil du mémorial du Monde, consultable sur < http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/visuel/2015/11/25/enmemoire_4817200_4809495.html# >.

69 Page d’accueil du mémorial de La Libre Belgique, consultable sur < http://dossiers.lalibre.be/memorial-bruxelles >.

70 Ces nouvelles formes de mémorialisation commencent d’ailleurs à faire l’objet d’une analyse sociologique (par exemple Gensburger, 2017 ; Truc, 2016), notamment de la part des chercheurs et chercheuses du projet REAT (« Réactions aux attentats »), dont les travaux sont consultables sur le site < https://reat.hypotheses.org/ >.

71 Les pouvoirs publics se trouvent d’ailleurs eux aussi confrontés à cette nécessité de renouveler les traditions commémoratives nationales, au point que Gérôme Truc (2017 : 90) qualifie cet enjeu de « défi mémoriel » : quelles formes mémorielles adopter pour répondre à des morts inédites (ou en tout cas perçues comme telles) ?

72 Ces mémoriaux spontanés ont d’ailleurs souvent fait l’objet d’un archivage de la part des pouvoirs publics, qui pressentent le caractère essentiel et inédit de ces témoignages : on peut ainsi citer l’initiative de la ville de Paris, qui a mis en ligne les documents recueillis sur le site < http://archives.paris.fr/r/137/hommages-aux-victimes-des-attentats-de-2015/ >.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 2. Mémorial paru sur le site de Nice-Matinsuite à l’attentat de Nice du 14/07/16
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11602/img-6.png
Fichier image/png, 6,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Florea, « Les mémoriaux numériques », Semen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 24 octobre 2018, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/11602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.11602

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Florea

ICARUniversité de Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page