Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Les commentaires d’articles nécrologiques en ligne publiés dans Le Monde.fr : entre éloge funèbre, journalisme profane et polémique

Michel Marcoccia

Résumés

Résumé : L’analyse de 199 commentaires d’articles nécrologiques publiés sur le site lemonde.fr montre que ce type de commentaires génère des discours assez hétérogènes s’inscrivant dans diverses logiques communicationnelles : rendre hommage au défunt, commenter l’activité journalistique et s’engager dans des polémiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’émergence des dispositifs de communication numérique a fait naître de nouvelles formes de discours funéraires, en particulier de discours visant à rendre hommage aux défunts. Rien d’étonnant : à l’évolution des médias correspond généralement une reconfiguration des productions discursives. Ainsi, l’évolution de la presse périodique au XIXesiècle a accompagné la ritualisation du genre de la nécrologie, comme le rappelle Adeline Wrona (2011 : 74). De même, dans son étude portant sur les 52 funérailles diffusées à la télévision française depuis ses origines, Lafon (2011) montre la manière dont les rituels télévisuels transforment des funérailles en événements médiatiques.

2De nouvelles formes de discours funéraires sont donc apparues avec l’internet. En particulier, le web participatif permet aux internautes d’exploiter de nombreux dispositifs : des plateformes de micro-blogage permettent de déposer des hommages aux défunts (par exemple la plateforme chinoise Weibo dont l’usage funéraire est analysée par Julliard, 2016), des pages Facebook mémorielles peuvent être créées après le décès d’un proche ou basées sur la page utilisée de son vivant, des « sanctuaires numériques spontanés » sont établis sur YouTube après des tueries de masse (Paton et Figeac, 2013), des cimetières virtuels permettent d’honorer la mémoire d’un proche ou d’une célébrité et de lui donner une sorte « d’immortalité post-moderne » (Gamba, 2007).

3Dans cet article, nous étudierons une forme particulière de discours funéraire numérique écrit : les messages écrits par des lecteurs-contributeurs en réaction à des articles nécrologiques en ligne. Ces messages correspondent à ce qu’il est convenu d’appeler des commentaires de lecteurs en ligne, même s’ils ne correspondent pas toujours au genre du commentaire à proprement parler. Depuis les années 2000, les sites de presse en ligne permettent et encouragent la participation des lecteurs. Les espaces permettant aux lecteurs/internautes de commenter les articles publiés sont sans doute les plus emblématiques de ces dispositifs participatifs. Parmi les articles de presse en ligne qui suscitent des commentaires de lecteurs/internautes, on trouve évidemment les articles nécrologiques. En nous inscrivant dans le champ de la pragmatique de la communication numérique, nous décrirons ces messages postés en réaction à des articles nécrologiques à travers trois questions. À qui ou à quoi réagit le commentaire (au décès, à l’article qui le relate, à un autre commentaire) ? Quels sont les formats de production et de réception de ces commentaires, en particulier qui sont les allocutaires mis en scène dans ces messages (le défunt, ses proches, le journaliste, n’importe quel lecteur) ? De quels genres discursifs et de quelles activités communicationnelles peut-on rapprocher ces commentaires de nécrologies en ligne (éloge funèbre, condoléances, discours d’information, polémique, etc.) ?

4L’analyse portera sur un corpus de 193 commentaires postés entre juin et août 2017, en réaction à dix articles nécrologiques publiés sur le site du Monde (< www.lemonde.fr >), relatant la disparition de diverses personnalités (dans les domaines de la culture, de la politique, des médias ou de la science). À notre connaissance, ce type particulier de commentaires en ligne n’a pas fait l’objet d’étude approfondie, à l’exception d’un article sur les réactions produites à la suite de la publication de trois nécrologies politiques dans le journal israélien Ha’aretz (Weizman, à paraître).

5L’analyse de ces commentaires d’articles nécrologiques permettra de montrer que ce type de message ne correspond pas encore à un genre stable et que cette activité particulière de commentaire peut s’inscrire dans trois cadres distincts : la production de discours funéraires (principalement l’éloge funèbre), le journalisme profane et la polémique.

1. Méthodologie et corpus

1.1 Cadre méthodologique

6La méthodologie adoptée s’inscrit dans les champs de l’analyse des discours numériques (Herring, 2001) et de la pragmatique de la communication numérique (Herring, Stein et Virtanen, 2013 ; Marcoccia, 2016). L’analyse des discours numériques (initialement CMDA ou Computer- Mediated Discourse Analysis) se focalise sur l’utilisation du langage dans les environnements numériques et caractérisée par l’adoption des méthodes d’analyse du discours (Herring, 2001). La pragmatique de la communication numérique (Pragmatics of Computer-Mediated Communication) s’intéresse à trois types de phénomènes : ceux qui sont au cœur de la pragmatique et de l’analyse des interactions (comme le cadre participatif, la dimension illocutoire du langage, la pertinence, les principes de politesse), ceux qui sont spécifiques aux univers numériques (comme l’usage des émoticônes, les abréviations, le « style texto ») et la question des genres numériques.

7Notre démarche allie l’observation ethnographique à l’utilisation de grilles d’analyse issues des courants pragmatique et interactionniste. Nous procédons en deux temps. Tout d’abord, nous utilisons une méthode d’observation persistante, telle qu’elle a été adaptée pour l’étude de la communication numérique par Herring (2004). Il s’agit de consulter régulièrement un « terrain » (les commentaires de nécrologie en ligne sur Le Monde.fr) sur une période longue avant de prélever un corpus sur lequel porte l’analyse (les 193 messages). L’observation persistante du terrain nous permet de garantir le caractère « typique » du corpus (mais pas sa représentativité, au sens statistique). Nous procédons ensuite à l’observation systématique de différents phénomènes langagiers et interactionnels, dans une perspective d’analyse pragmatique. Pour cet article, nous nous intéresserons essentiellement à deux aspects : les formats de production et de réception des messages et leur(s) valeur(s) illocutoire(s).

8Nous nous situons donc dans une perspective qualitative et non pas quantitative (car notre corpus est trop petit et sa représentativité discutable) sans nous interdire toutefois de donner quelques ordres de grandeur dans nos résultats, à visée plus descriptive qu’analytique.

1.2. Le corpus

1.2.1. Le Monde.fr : nécrologie en ligne et commentaires

9Notre corpus est constitué de 193 messages pouvant être définis comme des commentaires de nécrologies. Ils ont été produits « en réaction » à la publication d’articles nécrologiques sur Le Monde.fr (pour reprendre l’injonction placée en fin d’article, sur la page web : « réagir »). Le Monde.fr correspond à la page web du quotidien Le Monde, depuis décembre 1995. On y trouve la quasi-totalité du contenu du journal papier, accessible gratuitement pendant quelques jours et des archives payantes (sauf pour les abonnés) pour une partie des articles plus anciens. Parmi les articles mis en ligne, on trouve évidemment les nécrologies.

10Le Monde et le Figaro sont les deux seuls quotidiens nationaux qui ont une rubrique dédiée aux articles nécrologiques (« Disparitions » pour Le Monde et « Deuil » pour Le Figaro) ; ils s’inscrivent dans une tradition de la presse et contribuent à la stabilisation progressive de ce format journalistique depuis la fin du XIXesiècle (Makarova, 2003). Dans sa version numérique, Le Monde combine la tradition de l’article nécrologique à l’innovation que permet l’interactivité des sites de presse, en permettant aux lecteurs de réagir aux nécrologies en postant des messages de commentaires. On trouve le même type de dispositif dans le site lefigaro.fr, qui permet aussi à ses lecteurs en ligne de réagir aux articles nécrologiques.

11Ainsi, un lecteur/internaute du Monde.fr, intéressé par la disparition de la mathématicienne Maryam Mirzakhani, pourra non seulement lire la nécrologie qui lui est consacrée (avec le même contenu que dans la version papier) mais aussi les commentaires des lecteurs, comme l’exemple suivant, assez représentatif des messages disponibles sur le site :

  • 1 Les messages sont reproduits tels qu’ils ont été postés.

(1) MM12. Je regarde la photo de Maryam Mirzakhani en tête de cet article. La douceur de son visage et la profondeur de son regard rendent encore plus poignante la disparition d’un esprit si brillant à si un jeune âge. Avec elle disparaît aussi un formidable symbole : jeune, femme, scientifique, iranienne, enseignant aux États-Unis, première récipiendaire féminine de la médaille Fields… l’une de ces lumières qui nous aident à avoir un peu moins peur de l’obscurantisme.1

12Ce phénomène des commentaires de lecteurs est sans doute ce qui a permis aux sites de presse en ligne de se distinguer nettement de la presse papier. En effet, avec l’apparition et le large succès des commentaires de lecteurs, les pages d’accueil des principaux journaux en ligne se caractérisent par une forte polyphonie : on y trouve à la fois les discours « experts » des journalistes et les discours « profanes » des lecteurs-internautes, en relation de complémentarité, de dialogue ou d’opposition (Calabrese, 2014a). La répartition et l’importance respective de ces deux types de contenus sont très variables : dans notre corpus, les articles nécrologiques suscitent de deux à cinquante messages de réaction. Ces productions « profanes » contribuent par ailleurs à la « mise en conversation de l’actualité sur internet », qui est un phénomène médiatique contemporain majeur (Rieffel, 2014).

13Cette offre de participation des lecteurs à la production de contenus médiatiques est généralement basée sur quelques principes récurrents, qu’on retrouve aussi bien dans Le Monde.fr que dans Le Figaro.fr par exemple : l’utilisation de pseudonymes par les contributeurs, la nécessité d’une inscription ou d’un abonnement pour poster des messages (mais la lecture est libre), l’engagement par le contributeur de respecter une charte qui rappelle les règles de bonne conduite et les principes de la loi, la possibilité pour le modérateur de supprimer les messages jugés inacceptables (Touboul, 2006).

1.2.2 Description du dispositif

14Pour avoir une idée plus claire de ce type de dispositif et pour comprendre la manière dont il peut déterminer pour une part le type d’activités de ses utilisateurs, il parait utile de consacrer quelques lignes à son principe de fonctionnement et à son ergonomie.

15Lecture : on peut accéder à un article du Monde.fr de deux façons : en commençant sa navigation par la page d’accueil du journal du jour ou en cherchant un article dans une rubrique particulière. Il est de ce point de vue intéressant de noter que « Disparitions » est une rubrique du Monde.fr. En cliquant sur « Disparitions  », on a accès à un très grand nombre de nécrologies publiées dans Le Monde.fr depuis 2002, dont les premières lignes sont visibles. Les nécrologies sont en fait « redocumentarisées » (Zacklad, 2007) par Le Monde.fr, dans la mesure où elles sont extraites de leur contexte d’origine (la page web de l’édition du jour de leur publication) et réorganisées en collection. Cliquer sur les premières lignes d’une nécrologie permet d’avoir accès à sa version intégrale (au document) et, tout en bas de la page web de l’article, aux réactions postées par des contributeurs. Il est intéressant de noter que Le Monde.fr considère donc que les commentaires des lecteurs font partie du document.

16Écriture : pour poster un message en réaction à un article, le contributeur doit cliquer sur le bouton « Réagir  » qui apparaît en bas de cet article.

17L’action « Réagir  » fait apparaître les messages de réaction déjà postés par d’autres contributeurs et amène le contributeur dans un écran intermédiaire d’identification : il faut s’identifier comme abonné ou le devenir pour écrire un message. On peut considérer que l’affichage des réactions déjà postées invite le contributeur à les prendre en compte lorsqu’il veut réagir à une nécrologie et peut même l’amener à glisser d’une activité (réagir à une nécrologie) à une autre (répondre aux autres contributeurs). On verra que ces deux activités sont présentes dans le corpus. Une fois identifié, le lecteur pourra rédiger son commentaire, limité par le dispositif à 500 signes au maximum. Autre limite : Le Monde autorise trois messages au maximum par compte d’abonné en réaction à chaque article. Un autre format de production est proposé au lecteur : il peut réagir à un message posté par un autre lecteur en cliquant sur un bouton « Répondre  » (ou le « signaler comme inapproprié  » aux modérateurs) qui apparaît en bas du message.

18Trois observations peuvent être faites à partir de la description des fonctionnalités du dispositif.

19Tout d’abord, le dispositif permet au lecteur de s’engager dans deux activités différentes, désignées par deux termes différents : « réagir  » à la nécrologie (c’est-à-dire prendre l’article comme base de son commentaire sans nécessairement instaurer un échange avec le journaliste) ou « répondre  » à un autre lecteur (c’est-à-dire construire un échange). Deux structurations vont en découler : une liste « à plat », où une nécrologie (a) est suivie de X commentaires (b, c, d, etc.) ou une liste avec une structuration hiérarchique, où un message (a) est suivi d’une réponse (b), elle-même suivie d’une réponse (c), etc. La première correspond à un format de publication, la seconde à un format de conversation (Beaudouin, 2002). Ainsi, le dispositif ne garantit pas l’homogénéité des activités communicatives qu’il permet. L’affichage des messages traduit aussi cette hétérogénéité, du point de vue de la mise en visibilité de leur temporalité : il est à la fois antéchronologique (les messages de réaction à la nécrologie sont classés du plus récent au plus ancien) et chronologique (lorsqu’un message est posté en réaction à un autre message, il est affiché sous ce message).

20Par ailleurs, on observe que le droit de poster un message est réservé aux abonnés. Les bases de données du journal montrent que les abonnés du Monde ont certaines caractéristiques qui vont largement déterminer la nature, le contenu et la forme des messages. Ils appartiennent pour la plupart à des catégories socioprofessionnelles supérieures (médecins, diplomates, juristes, enseignants du supérieur, patrons de PME, etc.) et partagent pour l’essentiel des valeurs progressistes (Hopquin, 2017). Leurs messages seront rédigés dans un langage soutenu, avec un respect presque parfait des conventions orthographiques ; les valeurs défendues explicitement ou implicitement dans les messages seront celles de la « bourgeoisie éclairée ».

21Enfin, les messages des lecteurs sont modérés par une équipe spécialisée. La charte du Monde.fr indique que « les modérateurs suppriment les messages qu’ils jugent hors-sujet, diffamants, insultants, ou s’attaquant de manière violente et injustifiée au travail de notre rédaction ou à d’autres membres ». Hopquin (2017) révèle que, sur les 657 693 commentaires traités en 2016, 85 112 (12,9 %) ont été rejetés. Ainsi, l’absence de messages très polémiques ou injurieux dans notre corpus peut résulter pour une part de l’effet de cette modération (mais aussi certainement de l’automodération des contributeurs).

1.2.3. Description du corpus

22Le corpus a été établi le 3 août 2017, après une phase d’observation persistante des commentaires de nécrologie postés sur le site du Monde.fr entre le 15 juin et le 1eraoût 2017. Nous avons sélectionné les messages postés en réaction à dix nécrologies (sur les 75 publiées durant la période d’observation) concernant des défunts appartenant à des univers assez variés (art et spectacle, politique, sciences). Au départ, 195 messages ont été retenus puis 2 messages envoyés deux fois ont été supprimés. Le corpus final comprend donc 193 messages (dont un rédigé en anglais).

23Si l’on considère que deux pseudonymes différents correspondent à deux auteurs différents (ce qui est discutable : techniquement, un même pseudonyme peut être utilisé par deux auteurs et deux pseudonymes peuvent masquer un même abonné), les 193 messages ont été rédigés et postés par 166 contributeurs différents. 19 contributeurs publient plus d’un message. Certains, comme doctor feelgood ou Pierre-Marie Muraz (le commentateur des articles du Monde.fr le plus actif et le plus célèbre, selon Hopquin, 2017) réagissent à différentes nécrologies. Le tableau 1 reproduit en page suivante décrit la composition du corpus.

24On voit dans ce tableau que les messages de réaction sont postés peu de temps après la publication des nécrologies. Ainsi, l’efficacité des nécrologies en tant que messages initiatifs ne dure pas très longtemps, un peu comme les messages qui ouvrent les fils de discussion dans les forums : pour un dispositif de communication numérique asynchrone, on peut faire l’hypothèse que les utilisateurs considèrent que les messages initiatifs ont une durée de vie limitée et que certains messages deviennent obsolètes, à cause de leur ancienneté ou de leur contenu (Marcoccia, 2016 : 122).

Tableau 1. Corpus de 193 commentaires de nécrologies recueilli sur

Le Monde.fr le 3 août 2017 – Composition

2. Analyse de corpus : résultats 

2.1. Commenter une nécrologie en ligne : quel cadrage ?

25En invitant les abonnés à « réagir » aux nécrologies ou à « répondre » aux autres contributeurs, le dispositif ne propose pas à l’utilisateur un seul contrat de communication, c’est-à-dire un

cadre de contraintes qui oblige les participants à s’insérer dans une mécanique interlocutoire qui est gérée par un certain nombre de règles qui concernent le nombre de participants, la finalité de l’échange, l’identité des partenaires, leurs rôles respectifs. (Charaudeau, 1991 : 22)

26Si ce contrat est double, c’est sans doute à la fois parce que l’activité communicative proposée existe depuis peu de temps et n’est pas encore totalement standardisée et parce que la capacité qu’a le dispositif d’exercer une contrainte sur le contributeur reste très faible.

27Ainsi, c’est par la manière de réaliser son activité (ici, de rédiger son message) que le contributeur définira la situation dans laquelle il est engagé, opérant ainsi un cadrage, au sens d’Erving Goffman (1991). Cette opération de cadrage ne se fait pas ex nihilo mais est déterminée par les contraintes de la situation et par les cadres primaires associés à l’expérience vécue.

28On pourrait penser que la dimension très ritualisée des discours funéraires limite la liberté d’agir des contributeurs. En fait, ce n’est pas ce que montre notre analyse de corpus et, d’ailleurs, ce n’est pas non plus ce que montrent différentes recherches portant sur un type de discours funéraire pourtant bien ritualisé : le message de condoléances inscrit dans un registre. Ainsi, analysant les registres de condoléances ouverts à la mort du président Pompidou, Pierre-Yves Baudot (2007) montre que la signature des registres peut être vue comme une réponse stratégique aux contraintes de la situation. De même, Rémi Darfeuil (2007), qui analyse les registres de condoléances remplis après la mort du président Mitterrand, montre que les messages laissés sont à la fois contraints par le conventionnalisme du genre mais aussi déterminés par l’attachement au défunt : loin de se conformer à un moule uniforme, ces messages laissent apparaître une grande diversité dans les formes langagières choisies pour exprimer la relation au disparu. L’analyse automatique de divers registres de condoléances, menée par Gérôme Truc (2011), montre aussi une grande diversité des formes textuelles auxquelles correspondent différents engagements dans l’acte d’écriture.

29Dans notre cas, rédiger un message de réaction à une nécrologie en ligne est une activité bien moins ritualisée que celle de la condoléance : elle laissera une marge de manœuvre au contributeur. Cependant, cette activité pourra correspondre à la modalisation de trois cadres primaires, qu’on pourra distinguer selon l’évènement qui provoque la production du message de réaction. Ainsi, le message peut réagir au décès qui est relaté dans l’article. Dans ce cas, l’activité du contributeur s’inscrit dans un cadre primaire, celui de l’hommage funéraire, auquel correspondent déjà des rituels (des formules, des gestes), des supports (les registres de condoléances, la presse écrite), des normes sociales (on ne dit pas de mal du défunt, par exemple) et des genres discursifs (l’éloge funèbre, la nécrologie). Le message peut aussi réagir à l’article en tant que tel, qu’il peut commenter, compléter, réfuter, évaluer, approuver. Enfin, le message peut réagir à un autre message posté par un contributeur, qu’il peut encore commenter, compléter, réfuter, évaluer, approuver.

30Dans notre corpus, il est difficile d’identifier de manière sûre l’évènement auquel le message réagit. Par défaut, tous les messages réagissent au décès relaté dans l’article dans la mesure où aucun ne se situe totalement en dehors de ce cadrage thématique.

31Un peu plus de 27 % des messages sont écrits en réaction à d’autres messages postés par des contributeurs. Ce format peut être explicite lorsque la structuration de la liste des réactions, telle qu’elle est affichée, montre qu’un message est « sous » un autre, ou implicite lorsque le contenu d’un message indique qu’il est posté en réaction à un autre message avec lequel il ne forme pourtant pas un échange.

32Seulement 10 % des messages sont des réactions explicites ou implicites à l’article nécrologique, lorsque l’article est clairement mentionné (comme dans MM12 « Je regarde la photo de Maryam Mirzakhani en tête de cet article »), lorsqu’il est fait référence à une information qui semble tirée de l’article (et qui ne semble pas faire partie de la culture commune, par exemple le nom de l’hôpital où la journaliste Véronique Robert a été transférée avant son décès, mentionné dans le message VR33) ou lorsqu’on trouve un marqueur montrant que le message est dans la continuité de l’article, par exemple lorsque le message commence par « et » (ML02 « Et aussi dans les séries TV… »), qu’il met en évidence sa complémentarité avec l’article (ML01 « citons également son rôle dans Pinocchio ») ou qu’il renvoie à l’article par l’utilisation d’une anaphore (comme « cette musique » utilisé dans le commentaire PH01 pour évoquer une œuvre mentionnée dans la nécrologie). En fait, le type d’activité proposée par le dispositif (réagir à l’article) ne se réalise pas de manière si nette. Le plus souvent, l’article a plutôt un rôle de déclencheur : il provoque la rédaction d’un message par lequel un contributeur rend hommage au défunt sans nécessairement réagir à l’article à proprement parler. Par ailleurs, avec les nombreux messages réagissant à d’autres messages, on observe une sorte de glissement de la plateforme de commentaires qui est utilisée comme un forum de discussions.

33On peut donc trouver trois formats différents et une diversité observée aussi par Laura Calabrese dans les commentaires postés sur les sites d’information : le commentaire peut « porter sur le discours d’expert rapporté par le journaliste, sur le discours des autres commentateurs, sur l’actualité ou sur des vérités générales » (2014b : 20).

34Ainsi, en réagissant à une nécrologie en ligne, un internaute peut s’engager dans trois types d’activités (qu’il peut combiner) : réagir au décès en rendant hommage au défunt (exemple 3), commenter l’article relatant ce décès en parlant du défunt ou en glissant vers d’autres thèmes (exemple 4) et discuter et débattre de ce décès (ou d’autres thèmes) avec les autres contributeurs (exemple 5).

(3) Message posté en réaction à la nécrologie de J. Moreau JM09. L’incarnation de la modernité à chaque époque de sa carrière. Lumineuse et non soumise.

(4) Message posté en réaction à la nécrologie de P. Henry, qui cite « Psyché Rock » comme œuvre emblématique du compositeur PH14. Psyché Rock ne reflète en rien son travail.

(5) Message posté en réaction au message d’un contributeur utilisant une formule religieuse (« Allah yarhamha ») pour rendre hommage à M. Mirzakhani MM23. Vous croyez pas qu’on peut sortir de ces bondieuseries qui polluent la Terre ?

35Pour ce qui est des discours produits, on sera pour le premier cas (exemple 3) dans le répertoire classique du deuil et de l’hommage funèbre et on ne s’étonnera pas de repérer dans les messages des contributeurs des formes et des procédés qui s’inscrivent dans ce répertoire : des discours expressifs et affectifs, des vœux de repos adressés au défunt, des condoléances et, avant tout, des éloges du défunt tels qu’on peut en trouver dans les nécrologies, les oraisons funèbres ou dans les registres de condoléances.

36Dans le deuxième cas (exemple 4), le contributeur inscrit son message dans une relation de réaction par rapport à l’article journalistique, qui peut être évalué (positivement ou négativement), complété ou corrigé. Les commentaires en ligne correspondent en effet à une production discursive particulière marquée par son caractère hybride, bien décrit par Calabrese (2014b) : ils relèvent parfois du discours d’opinion, parfois du discours d’expert, et comportent des marques de subjectivité propre aux énoncés subjectifs ou des marqueurs d’injonction comme dans les énoncés prescriptifs. Leurs fonctions sont diverses : exprimer son opinion, corriger ou compléter des informations produites par des experts. Enfin, ces productions sont hybrides car elles sont « vernaculaires » mais leurs conditions d’émergence sont les plateformes institutionnelles.

37Enfin, lorsque le contributeur décide de « répondre » à un pair il transforme d’une certaine manière le dispositif en un forum de discussion, c’est-à-dire en un service qui permet généralement aux internautes d’échanger des messages en poursuivant des finalités très variées : le débat et la polémique (comme dans l’exemple 4), mais aussi l’entraide pair-à-pair (à travers des échanges questions-réponses) et la construction de liens affinitaires (Marcoccia, 2011).

2.2. Le cadre participatif : qui s’adresse à qui ?

38La notion de cadre participatif, développée par Goffman (1987), vise à rendre compte du rôle de chacun dans l’interlocution à un moment précis d’une interaction. Il se décompose en un format de production (qui parle ?) et de réception (à qui ?).

39Dans notre corpus, le format de production est apparemment assez simple puisqu’on considère par défaut que les auteurs des messages sont ceux dont l’identité apparaît en haut du message. Il s’agit d’une identité déclarative, un pseudonyme choisi par le contributeur, qui constitue une part de l’identité numérique telle qu’elle est définie par Georges (2009). L’identité numérique a trois composantes : l’identité déclarative qui est composée des données saisies directement et volontairement par l’individu (le pseudonyme choisi, les messages produits), l’identité agissante, constituée par l’ensemble des activités de l’individu telles qu’elles sont répertoriées et définies par le système et l’identité calculée, qui correspond aux données quantitatives fournies par le système au sujet de l’individu (le nombre de message qu’il a postés, par exemple).

40Dans notre corpus, l’identité déclarative pourra être construite par le choix du pseudonyme et de manière générale par la manière dont le message est rédigé, qui constitue l’ethos discursif du contributeur.

Si l’on s’intéresse aux procédés discursifs de mise en scène de soi, on doit évidemment donner une place prépondérante aux autonymes, c’est-à-dire aux noms donnés à soi-même pour se représenter, dont le choix répondra à diverses stratégies : utiliser le vrai, ou supposé vrai, patronyme (prénom ou nom), utiliser un pseudonyme pour manifester une affinité, pour mettre en avant un trait particulier de l’identité, ou donner un indice de localisation ou d’origine. Ce jeu de décodage trouve évidemment ses limites dans la mesure où de très nombreux pseudonymes sont uniquement basés sur la fantaisie des internautes. En tous les cas, le pseudonyme correspond bien à l’identité de l’internaute, c’est une identité choisie (Martin, 2006) et situationnelle (Waskul et Douglass, 1996).

  • 2 Ce pseudonyme est une référence au jeu de mot douteux de Jean-Marie Le Pen, « Durafour crématoire » (...)

41Dans notre corpus, trois stratégies sont présentes. Pour un peu plus de la moitié des messages, les auteurs utilisent des pseudonymes qui ne semblent pas avoir de lien avec l’état civil. La moitié d’entre eux correspondent à des pseudonymes dont la signification, la valeur symbolique ou l’implication psychologique des auteurs restent obscures (« Aloes », « hop », « doc feelgood », « azerty », par exemple). Certains correspondent plus clairement à une stratégie de mise en scène de soi, mettant en avant le caractère de l’auteur (par exemple, « Point barre » est le pseudonyme de l’auteur d’un message qui vise à mettre fin à un débat portant sur la bonne manière de désigner Jeanne Moreau défunte : « Madame » est-il un terme trop formel ?), son système de valeurs (« Insoumis ! », « Cynique », « empathie », « réaliste », par exemple), ses centres d’intérêts (« le cinéphile »), son « ordinarité » (« un citoyen », « John Doe »), son identité situationnelle (« un lecteur », « un lecteur de la nuit ») ou sa localisation (« Cap Ferret »). De manière intéressante, certains pseudonymes fonctionnent comme des petits résumés du message qu’ils accompagnent, de son contenu (par exemple « Shepard, le vrai » pour l’auteur d’un message d’hommage à Sam Shepard ou « Maire de Saint-Etienne » pour l’auteur d’un message qui signale que la nécrologie de Michel Durafour ne met pas assez en valeur ses réalisations en tant que maire de la ville de Saint-Étienne), de sa valeur illocutoire (par exemple « Help » pour l’auteur d’une requête, « Hommage » ou « simple témoignage » pour deux auteurs de messages d’hommage à Maryam Mirzakhani, « tristesse » pour l’auteur d’un message en réaction à la nécrologie de Simone Veil) ou de son style (par exemple « bête et méchant » pour l’auteur d’un message humoristique en hommage à Michel Durafour2). Dans ce cas, le pseudonyme peut déjà être considéré comme une composante du discours funéraire numérique, en particulier lorsque le pseudonyme peut tenir lieu de message (comme « merci », pseudonyme de l’auteur d’un message de réaction à la nécrologie de Simone Veil).

42Un peu plus de 40 % des messages sont envoyés par des auteurs qui n’utilisent pas des pseudonymes identifiables comme tels mais des prénoms et/ou des patronymes (comme les très actifs Pierre-Marie Muraz et Jean-Louis Escafit ; mais peut-on être sûr qu’il s’agit de leurs vrais prénoms et patronymes ?).

43Enfin, moins de 10 % des auteurs utilisent des initiales ou des diminutifs reconnaissables comme tels (par exemple « Isa » ou « Marco »).

44On peut donc noter qu’une partie importante des contributeurs semblent, sauf erreur de notre part, apparaître sous leurs vraies identités. Ce choix est apparemment le plus courant dans les commentaires du Monde.fr et est peut-être renforcé par la nature même des messages postés : pour un lecteur qui s’inscrit dans une démarche d’hommage au défunt, il semble normal de signer de son vrai nom (un peu comme sur un registre de condoléances) pour garantir la performativité de son acte (un hommage anonyme serait-il aussi efficace ?).

45Le pseudonyme n’est pas la seule mise en scène de soi observable dans les messages de notre corpus. Le texte du message contribue aussi à la construction de l’ethos de son auteur

par la façon dont il s’exprime, par les sujets qu’il choisit et sa façon de les traiter, par son niveau de langue et son style, le locuteur se présente à son interlocuteur et donne une représentation de sa personne. (Amossy, 2014b : 22)

46Dans notre corpus, le style des messages est plutôt homogène est renvoie assez nettement à un ethos de personne éduquée et bien informée. Ainsi, les messages sont presque tous écrits dans un style soutenu, en utilisant parfois même des figures de style assez poétiques, comme l’anaphore (SV32 « une vie tragique, une vie romanesque, une vie utile »), les conventions orthographiques sont respectées et les qualités dactylographiques évidentes. Lorsqu’un message s’éloigne de ce modèle, l’erreur est rapidement corrigée (le message SV45 « répare » le message SV44 « pourquoi pas un jour férié en hommage aux femmes à la place d’une fête religieuse, par exemple/En hommage, désolé pour la faute »). Certains messages s’apparentent au genre didactique, avec une description et une explication des faits claire et concise (6).

(6) Message posté en réaction à la nécrologie de M. Durafour MD07. Michel Durafour avait dit qu’il fallait exterminer le Front National à l’heure ou la droite était tentée par une alliance avec le FN. Ce à quoi le Canard Enchainé avait écrit un article sur le sujet avec le titre « Durafour Crématoire » Quelques jours plus tard lors d’un meeting JMLP a employé le jeu de mot douteux du Canard Enchainé.

47On peut par ailleurs noter que certains messages sont écrits par des contributeurs se faisant les porte-paroles des lecteurs ou du public en général.

(7) Extraits de messages postés en réaction à la nécrologie de Simone Veil
SV06. Toutes générations confondues, nous devons tant à cette femme exceptionnelle
SV09. Nous lui devons beaucoup

48Goffman (1987) analyse le format de réception dans les interactions en distinguant trois sortes d’auditeurs. Les destinataires directs sont les participants ratifiés auxquels le locuteur s’adresse effectivement, ainsi qu’en témoignent divers indices comme les termes d’adresse ou le contenu des propos. Les destinataires indirects sont des participants ratifiés, mais auxquels le locuteur ne s’adresse pas spécialement. Enfin, les participants non ratifiés se trouvent être en situation de lire les messages, mais leur présence est ignorée par l’auteur d’un message. Certains dispositifs de communication numérique ont un format de réception complexe dans la mesure où ils permettent de poster des messages qui peuvent être à la fois adressés à un destinataire direct particulier et lisibles par un public plus ou moins défini, composé de destinataires indirects ou non ratifiés (lorsque l’auteur du message n’a pas conscience de leur présence invisible). C’est le cas d’un forum de discussion ou de cette plateforme de commentaires de lecteurs, qui peuvent être définis comme des dispositifs de « communication interpersonnelle de masse » (pour reprendre l’expression utilisée par Nancy Baym (1998) pour décrire les forums de discussion).

49Dans notre corpus, plusieurs formats de réception sont observables. Plus de 60 % des messages sont adressés à la cantonade, avec quelques exemples d’adressage collectif (comme l’utilisation d’un impératif : PH14« Essayez Variations pour une porte et un soupir »). Dans ce cas, la publication et la communication de masse l’emportent sur l’échange et la communication interpersonnelle, comme si les contributeurs étaient conscients du fait que, par défaut, n’importe quelle personne connectée peut lire leurs messages de réactions. Ils s’adressent à un public, non pas à des destinataires. Lorsque ces messages ont une dimension argumentative (comme dans l’exemple 12), ce public peut être assimilé à une sorte d’auditoire universel, une instance réceptrice idéale (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 2008 : 40).

(8) Message posté en réaction à la nécrologie de S. Veil
SV01. sens commun et la manif pour tous sont les dignes descendants de ceux qui ont proféré des paroles ignobles lors la discussion de cette loi. La participation directe ou indirecte (ne serait-ce que par un conseil) à un avortement fait partie des 3 ou 4 motifs d’excommunication automatique dans le droit canon (avec l’attentat contre le pape, le sacrilège contre le St Sacrement) Un prêtre qui abuse des enfants n’est pas excommunié, pas plus que les trafiquants d’armes ou de drogue

50Un peu plus de 25 % des messages sont adressés à d’autres contributeurs, parfois de manière explicite en utilisant l’arobase, marque d’adressage typique de la techno-scripturalité numérique (par exemple « @insoumis »). Seuls 4 % des messages s’adressent aux journalistes ayant produit les nécrologies. Il s’agit de requêtes pour obtenir des compléments d’information (comme MM01 « Très mystérieux ce livre sur « l’histoire de Friedrich Gauss » (…) Pourrait-on en savoir plus ? source ? »), de critiques portant sur la forme de l’article (comme JCB01 « pourquoi pas une simple photo de cet acteur dont je ne me souviens plus du visage ? ») ou sur son contenu (comme MD14 « dommage que vous ne consacriez pas une partie de votre article à son action de maire de Saint Etienne, pour le pire et le meilleur… ») et de corrections (dans le message MD13, le contributeur corrige une date erronée dans l’article : « jeudi 27 juillet il me semble (il est écrit 27 juin) »). Le faible nombre de messages adressés aux journalistes montre que les contributeurs ne sont pas dupes du fait que l’échange journalistes - lecteurs, s’il est techniquement possible, est pratiquement inexistant dans les sites de presse en ligne (Atifi et Marcoccia, 2015 : 119). Enfin, on peut noter que seuls deux messages s’adressent aux proches du défunt (par exemple VR03 « Que les familles, collègues et amis des trois disparus sachent que leur travail, leur compétence et leur engagement ont rayonné et continuent à rayonner loin au-delà de l’espace francophone ») ce qui montre que ce dispositif n’est globalement pas utilisé comme un registre de condoléances.

51Certaines combinaisons vont dominer dans notre corpus. Ainsi, les réactions au décès s’adressent le plus souvent à tout le monde. Les réactions à d’autres messages s’adressent le plus souvent à leurs auteurs (mais pas toujours). Les messages qui réagissent de manière explicite ou claire aux nécrologies sont parfois adressés aux journalistes. Quelques cas sont particuliers. Par exemple, 46 commentaires sur 50 réagissent au décès de Simone Veil, sans mention particulière à l’article nécrologique. Seul 1 message commente la nécrologie (en termes élogieux). Seuls 3 messages sont des réactions à d’autres messages. Cela signifie que, dans ce cas, l’hommage adressé à la cantonade l’emporte sur tout autre type de discours, ce qui est sans doute une traduction dans notre corpus de l’unanimisme des opinions au sujet de Simone Veil.

2.3. Quelles fonctions ont les commentaires ?

52L’analyse des valeurs illocutoires principales des messages composant notre corpus nous permet de distinguer leurs trois fonctions essentielles : rendre hommage au défunt, commenter l’article et divers thèmes associés, débattre avec les autres contributeurs. Ces trois fonctions correspondent à trois types de discours : le discours funéraire (qui englobe l’éloge funèbre, l’expression des émotions, l’évocation de souvenirs, les remerciements adressés au défunt, les condoléances et les formules rituelles), le discours journalistique « profane » (discours informatif, « analytique » ou critique), et le discours argumentatif ou polémique. La répartition des messages dans ces trois catégories est inégale. Ainsi, plus de 50 % des messages correspondent à des discours funéraires, plus de 30 % s’apparentent à des discours journalistiques profanes et plus de 30 % s’inscrivent dans une dimension polémique. Certains messages peuvent appartenir à plusieurs catégories (ce qui explique que le total soit supérieur à 100 %), comme l’exemple suivant, qui comporte à la fois des condoléances et une digression en forme d’analyse politique :

(9) Message posté en réaction à la nécrologie de V. Robert
Toutes mes condoléances à la famille et aux proches. Occasion d’observer que si seuls les journalistes de terrain contribuaient à l’information, la collusion arrogante des idéologues des salles de rédaction et des cabinets ministériels se serait évanouie, et il n’aurait pas fallu attendre un nouveau Président pour remettre notre politique syrienne dans l’ordre du bon sens. Ces idéologues sont d’ailleurs à ce point pusillanimes que maintenant ils ne trouvent rien à dire à ce changement.

2.3.1. Réagir au décès : les rituels du discours funéraire

53Plus de la moitié des messages correspondent à des discours funéraires classiques, par lesquels les contributeurs peuvent réaliser différents rituels funéraires : en particulier faire l’éloge du défunt, mais aussi exprimer ses émotions, évoquer des souvenirs, remercier le défunt, adresser des condoléances ou produire des formules rituelles. Ces messages peuvent être assez proches de ce qu’on peut trouver dans un registre de condoléances. Par exemple, les sentiments exprimés à l’égard du défunt, les souvenirs d’évènements historiques ou personnels, les réalisations du défunt, ses qualités humaines, les valeurs qu’il incarnait, les réflexions sur les traces qu’il laissera dans l’histoire sont des éléments observés dans les messages inscrits dans les registres après le décès du président Mitterrand (Darfeuil, 2007) que l’on retrouve aussi en grand nombre dans notre corpus.

54Ces messages s’inscrivent aussi dans une sorte de démocratisation de la pratique de signature de registre, telle qu’elle est évoquée par Baudot (2007). Par ailleurs, ils peuvent aussi être rapprochés de ce qu’on va trouver dans les registres disponibles dans les sites d’avis de décès en ligne (comme < dansnoscoeurs.fr. >) qui, selon le texte de la page d’accueil, permettent « la publication des avis de décès, des témoignages et des condoléances ».

55Ainsi, plus de 40 % des messages appartenant au discours funéraire s’apparentent à des éloges funèbres. Il s’agit de louer le défunt, de mettre en avant ses qualités personnelles (par exemple JM05 « une actrice magnifique, à la voix si sensuelle et au talent éclatant », ML11 « Inoubliable », PH09 « inventivité et créativité »), exceptionnelles (SV06 « Toutes générations confondues, nous devons tant à cette femme exceptionnelle ») ou ordinaires (on vante la « discrétion » dont faisait preuve Sam Shepard dans le message SS06), les qualités de ses réalisations (HLR01 « admirable « Reprise » », JCB03 « séries de qualité »). Parfois, on fait l’éloge du groupe social ou professionnel auquel appartient le défunt. Ainsi, dans le cas de Véronique Robert (journaliste décédée quelques jours après avoir été victime de l’explosion d’une mine qui a également tué deux autres journalistes lors d’un reportage à Mossoul) : 12 messages sur 36 font l’éloge des journalistes de terrain en général (VR04 « Ces journalistes sont tellement courageux, passionnés et avides de nous donner des infos »), 13 messages rendent hommage à la journaliste et à ses deux collègues disparus. Et seulement 7 messages rendent hommage uniquement à Véronique Robert.

56Les éloges funèbres de notre corpus présentent des caractéristiques propres au genre funéraire : la juxtaposition apparemment paradoxale de qualités exceptionnelles et de traits ordinaires, que Delphine Dulong appelle « l’humanité de la grandeur » (1994 : 635), l’utilisation des figures de l’amplification et des hyperboles positives (PH13 « Homme adoré des avants-gardes musicales », SV42 « Une grande dame, sans doute la plus grande du XXe siècle »), l’évocation des traces que le défunt laissera dans l’histoire (SV17 « Un modèle pour les filles et les femmes de notre temps »), l’évocation de la proximité avec le défunt (HLRO2 « un ami précieux »), l’incarnation et la corporalisation du défunt par exemple à travers l’évocation du corps ou de la matérialité de la voix décrite par Florea (2011a) pour les nécrologies (JM05 « voix si sensuelle », MM12 « La douceur de son visage et la profondeur de son regard rendent encore plus poignante la disparition d’un esprit si brillant »), et les stratégies d’euphémisation pour parler de la mort (JM02 « Une personnalité s’en va », SV26 « Une femme s’envole »), telles qu’on peut les observer dans les avis de décès, par exemple (Hammer, 2011).

57L’adresse au défunt est aussi une figure assez utilisée dans notre corpus (dans 13 % des messages, comme JM07 « c’est avec une peine immense que j’apprends Madame Jeanne Moreau votre décès » ou SS04 « so long, Sam »). Ces phénomènes interpellatifs permettant d’intégrer le défunt dans un rôle d’allocutaire sont assez fréquents dans d’autres types de discours funéraires, comme la nécrologie (Florea, 2010) ou l’avis de décès (Hammer, 2010). On notera que le dialogue avec le disparu fait partie des activités proposées dans le cimetière virtuel de célébrités < jesuismort.com >, décrit par Wrona (2011).

58Comme M.-L. Florea le note au sujet des nécrologies (2011b), le discours funéraire accorde aussi de l’importance à l’héritage laissé par le défunt. L’éloge funèbre est l’occasion de donner un sens à l’histoire du défunt et peut devenir une « leçon de vie » (Dulong, 1994 : 634). L’éloge funèbre dans notre corpus ne sert donc pas seulement pas à rendre hommage au défunt mais aussi à interpréter ses qualités et son parcours au regard de valeurs sociales et morales. Emblématique du genre épidictique, l’éloge funèbre autorise « d’embellir la réalité à des nobles fins » (Sans, 2015 : 28). Ainsi, pour les abonnés du Monde, ces éloges funèbres sont l’occasion de défendre les valeurs sans doute emblématiques du lectorat qu’ils constituent : progressiste, cultivé, défenseur de la liberté (JM07 « insoumise », MM12 « l’une de ces lumières qui nous aident à avoir un peu moins peur de l’obscurantisme », SV39 « Cette femme fut l’instigatrice et le moteur d’une autre vision de la France, moderne et respectueuse », SV40 « Elle restera un exemple fort (…) pour tous ceux qui croient au progrès social »).

59L’expression des émotions est une des autres composantes de discours d’hommage aux défunts (Weizman, à paraître). Dans notre corpus, un peu plus de 17 % des messages évoquent l’émotion ressentie par le contributeur (VR01 « Nos yeux sont pour l’heure plein de larmes », JM07 « une peine immense »). L’évocation de souvenirs auxquels on associe le défunt joue un rôle comparable dans la mesure où il s’agit d’exprimer un élément personnel qui lie le contributeur au défunt (SS02 « j’ai toujours gardé en mémoire son rôle fabuleux dans « l’étoffe des héros » », PH01 « Je me souviens qu’on nous faisait danser sur cette musique en EPS dans mon collège alsacien vers 1971 »). D’une certaine manière, évoquer des émotions ou des souvenirs est un moyen pour les contributeurs de justifier qu’ils s’engagent dans une forme de rituel de deuil alors même que le défunt ne fait pas partie de leurs proches.

60D’autres procédés langagiers et activités communicatives qui contribuent à l’élaboration d’un discours funéraire numérique sont observables dans notre corpus. Il s’agit de formes assez ritualisées, comme les remerciements adressés au défunt (SV14 « Merci pour cette existence et cet amour de la vie »), les condoléances adressées à la famille (SV06 « Sincères condoléances à sa famille » ou, plus curieusement, au défunt lui-même (SV46 « Toutes mes condoléances à cette grande dame »), et les formules rituelles comme « RIP », « Nos hommages », « Paix à son âme », « reposez en paix » ou « Allah yarhamha comme on dit chez les musulmans », par exemple.

61Enfin, on observe quelques phénomènes de figement de l’expression et de contamination stylistique. Par exemple, 25 % des messages produits en réaction à la nécrologie de Simone Veil contiennent l’expression « grande dame ». Deux messages qui se suivent (SV40 et SV41) commencent par « une grande dame nous quitte ».

2.3.2. Commentaires et journalisme « profane »

62Dans notre corpus, un tiers des messages de réaction aux nécrologies n’appartiennent pas au discours funéraire mais s’apparentent plutôt à une forme de commentaire de lecteurs qualifié généralement de « journalisme profane ». Le commentaire de lecteur en ligne constitue une forme peu standardisée (Calabrese, 2014b) marquée par une forte hétérogénéité des registres et des procédés : les internautes peuvent produire autant des textes informatifs que des critiques du discours médiatique, étayés par des argumentaires proches du discours d’expert (Ibid. : 18).

63Dans notre corpus, ce discours s’apparente le plus souvent à un« discours journalistique profane » (pour reprendre l’expression de Hubé, 2008), par lequel un lecteur va confronter au discours d’expertise du journaliste un discours « profane » mais tout aussi documenté et argumenté. Cette forme d’empowerment des publics qui, grâce au numérique, mettent en avant leurs connaissances, leur expertise et leurs points de vue s’inscrit dans la valorisation de l’amateur (décrite par Flichy, 2010) et peut aller jusqu’à des formes avancées de journalisme participatif et citoyen.

64Dans notre corpus, ce type de rôle (le journaliste profane) se traduira par la production de trois types de discours : les messages informatifs, les glissements thématiques (essentiellement des montées en généralisation à partir du décès ou de la personnalité du défunt) et les messages au sujet des médias (généralement critiques).

65Plus de 12 % des messages sont strictement informatifs et ressemblent assez à ce qu’un journaliste pourrait produire : des descriptions des conditions du décès (VR05 « Aucun rescapé donc dans cette équipe de 3 journalistes victimes de cette mine (forme permanente de terrorisme aveugle dans la plupart des conflits armés contemporains). Y compris le journaliste irakien, dont il convient de mentionner qu’il est kurde (manière de démentir la confusion kurde =terroriste pratiquée notamment par les dirigeants turcs), ces 3 professionnels travaillaient de fait pour nous téléspectateurs français à travers l’émission Envoyé Spécial »), des références à des sources complémentaires (on trouve dans le message JM01 un lien pour accéder à une vidéo, SV06 « Pour les plus jeunes, relire cet été, sa biographie, Une Vie (2007, Stock) »), des compléments d’information par rapport à l’article nécrologique (par exemple, le message SS07 indique que le défunt est mort de la maladie de Charcot, alors que l’information était absente de la nécrologie), des rappels ou une synthèse de la biographie du défunt (MD01 « Un ministre d’ouverture qui avait réussi son passage à la fonction publique avec un protocole positif pour tous les agents »). Le message peut même avoir une fonction didactique lorsqu’il explique des éléments de la biographie du défunt, par exemple l’affaire « Durafour crématoire » (voir exemple 9, supra) ou l’importance de Pierre Henry (PH08 « Comme Boulez ou Xénakis il a su inventer un nouvel Art musical, avec les premiers équipements électroniques de l’époque, très loin des synthétiseurs modernes »).

66Ces messages de « journalisme profane » peuvent ressembler parfois à des nécrologies assez codifiées, combinant récit de vie et hommage (Revaz, 2000) :

(10) Message posté en réaction à la nécrologie de Simone Veil
SV05 : Giscard eut l’intelligence de repérer une femme qui n’était pas du sérail et de la nommer en raison de son caractère, de son courage à la tête du ministère de la santé pour mener contre les réactionnaires de son propre camp une grande réforme de société, qui sans elle et sans lui aurait vu le jour plus tard… cette femme de conviction qui ne caressait pas les autres dans le sens du poil devint Présidente du parlement européen… quel parcours !

67Ce type de commentaire journalistique « profane » peut donner lieu à d’importants glissements thématiques, en particulier à des digressions basées sur une montée en généralisation du discours. Dans ce cas, le décès devient juste une sorte de prétexte pour justifier un discours portant sur divers sujets : les causes psycho-spirituelles du cancer (MM04), l’existence d’un Grand Architecte Universel (MM07), les méfaits (et bienfaits) des religions (MV28), le rôle nuisible de la droite réactionnaire catholique (SV01), etc. Ces messages ouvrent souvent des débats. En particulier, les contributeurs sont souvent intéressés par la question du type d’hommage qu’il faudrait rendre (ou pas) aux défunts : faut-il « panthéoniser » Simone Veil (peu de contributeurs s’y opposent), les médias rendent-ils suffisamment hommage à Véronique Robert, peut-on utiliser des formules religieuses pour rendre hommage à une scientifique iranienne ?

68Si l’on peut considérer que ce « journalisme profane » peut être une forme de remise en cause implicite de l’autorité des journalistes professionnels, les commentaires de lecteurs sont aussi bien souvent le moyen de produire un discours critique explicite sur les médias (Weizman et Dori- Haconen, 2017). Près de 8 % des messages dans notre corpus s’inscrivent dans cette démarche. Il s’agit de critiquer l’article auquel on réagit, du point de vue de sa forme (JCB01 « pourquoi pas une simple photo de cet acteur »), de son contenu (MD14 « dommage que vous ne consacriez pas une partie de votre article à son action de maire de Saint Etienne, pour le pire et le meilleur… »), de sa « nécessité » (ML06 « Va-t-on avoir droit à un article du Monde chaque fois qu’un intermittent du spectacle californien casse sa pipe ? ») ou de l’expertise des journalistes (PH14 « Psyché Rock ne reflete en rien son travail », MM14 « Pourquoi cette triste nouvelle est-elle prétexte à nous rabâcher les anneries qui trainent dans les salles de rédaction des journaux, même chez ceux qui se considèrent comme des références : il n’y a pas de prix Nobel de mathématiques »). Les commentaires postés en réaction à la nécrologie de la journaliste Véronique Robert sont très largement consacrés à cette critique des médias, fondée sur une opposition entre les « vrais » journalistes courageux et les autres (VR15 « Il y a les journaleux en quête de buzz indécrottables et lassants. Et puis il y a ces journalistes »). Ces messages s’inscrivent dans une perspective de critique des médias de masse, très présente dans les commentaires de lecteurs de la presse en ligne (Calabrese Steimberg, 2016). Quelques messages font néanmoins l’éloge de la nécrologie qu’il commente (par exemple « PH12 - Quelques très jolies lignes pour ce grand Monsieur »).

2.3.3. Une place pour la polémique

69Même si les messages de notre corpus sont moins violents et conflictuels que d’autres types de commentaires en ligne (par exemple les réactions à des articles sur l’actualité politique), un tiers des messages de notre corpus sont nettement polémiques. Ils consistent en des attaques ou des critiques, parfois agressives ou violentes, prenant pour cibles les médias et les journalistes (comme nous l’avons déjà montré) mais aussi les autres contributeurs (pour près de 24 % des messages) et, plus rarement, le défunt lui-même ou d’autres personnalités.

70Le commentaire de lecteurs en ligne semble favoriser l’expression du désaccord et l’impolitesse (voir Upadhyay (2010) ou Johansson (2015) par exemple). De manière générale, il est courant de considérer que la communication numérique écrite favorise la polémique (Amossy, 2014a), l’impolitesse et même la violence verbale et l’agressivité : elle favoriserait les conduites conflictuelles à cause d’un phénomène général de désinhibition et de non-respect des normes sociales, causé par le manque d’indices sociaux et par l’anonymat/pseudonymat (Marcoccia, 2016 : 137). Ainsi, des phénomènes comme le flaming ou le trolling favorisent le passage de la discussion argumentative à la polémique, et même à la violence verbale (Amossy, 2014a : 175).

71Le plus souvent les cibles des attaques sont les autres contributeurs. Leurs messages peuvent en effet donner lieu à des réactions par lesquelles un contributeur exprimera son désaccord, parfois de manière violente : le message d’un contributeur sera qualifié de « sottises » par un pair ; le message PH02, dans lequel est critiquée la musique de Pierre Henry, est qualifié de « ritournelle crétine » et son auteur reçoit en réaction le message injurieux « vous êtes abjecte » (PH05). Ces expressions de désaccord peuvent entraîner de véritables débats qui se poursuivent sur trois ou quatre messages, rarement plus. Ce phénomène est très courant. En effet, les commentaires de lecteurs se transforment souvent en forums de discussion, l’échange journaliste-lecteurs, généralement inexistant, étant remplacé par des échanges entre pairs. Différents sujets ont donné lieu à des échanges interpersonnels polémiques dans notre corpus : des débats métalinguistiques (quel terme utiliser pour désigner Simone Veil ?), politiques (critiquer les politiques, est-ce du populisme ? Pourquoi Jean-Marie Le Pen a-t-il été condamné pour son jeu de mots et pas le Canard Enchaîné ? L’Iran est-il un pays obscurantiste ?), sanitaires (le cancer a-t-il des causes psychologiques ?), esthétiques (peut-on critiquer l’art moderne ?), etc.

72De manière évidente, la personnalité du défunt ou l’existence de controverses qui lui sont associées détermineront en partie la possibilité que les réactions à sa nécrologie donnent lieu à des débats. Dans notre corpus, les messages consacrés au décès de Michel Durafour génèrent presque tous des désaccords et des polémiques alors que les messages en hommage à Sam Shepard ne suscitent aucun débat.

73Parfois, la cible des attaques est une personnalité, comparée défavorablement au défunt (JCB03 « l’époque des séries de qualité, maintenant c’est Hanouna », MD01 « Un ministre d’ouverture qui avait réussi son passage à la fonction publique avec un protocole positif pour tous les agents. On en est loin aujourd’hui avec Darmanin »), ce qui revient à produire une sorte d’éloge funèbre indirect.

74Enfin, on peut trouver dans notre corpus quelques messages contenant des critiques portant sur le défunt, mettant en cause sa popularité (dans le message MD03, on considère que M. Durafour est « surtout connu pour le jeu de mot suscité par son nom »), ses actions passées (MD05 « lorsqu’on appelle à l’extermination, il faut s’attendre à une réponse du même (ca)niveau »), la qualité de ses œuvres (PH02 « pour moi c’est de la musique qui pleure et casse le soin dans la musique »), etc.

  • 3 Ce commentaire est une réponse à PH01 qui critique la musique de P. Henry.

75L’hommage au défunt semble une occasion peu adaptée à la critique et ce type de réactions donne généralement lieu à des échanges portant sur les normes à respecter lorsqu’on commente un décès : il s’agit normalement de respecter les conventions sociales du de mortuis nihil, nisi bene (« des morts, rien, sinon le bien ») : VR23 « Ce n’est ni le lieu ni le moment de faire des amalgames, de la controverse. Du respect pour ces journalistes qui viennent de perdre la vie », PH033« la décence, c’est parfois aussi le silence »).

76Parfois ce n’est pas le défunt en lui-même qui est critiqué mais la place jugée trop importante accordée à son décès. On trouve ainsi quelques allusions à une sorte de règle de justice implicite selon laquelle tous les défunts se valent : VR18 « Je veux aussi exprimer ma pleine tristesse à ces morts invisibles dont peu de journalistes parlent (sans-abris (4 morts/jour), personnes qui n’ont pas les moyens de se soigner via des mutuelles). On ne peut pas focaliser le malheur de la mort sur une profession ».

77Enfin, un autre type d’activité communicative est observable dans notre corpus. De manière très rare, quelques messages ont une valeur de requête et initient des échanges questions-réponses, par exemple des demandes d’informations complémentaires sur le défunt (PH18 « Une pièce à conseiller pour découvrir ? »).

Conclusion

78Dans notre corpus, commenter un article nécrologique en ligne est une activité qui s’inscrit dans divers cadres d’expérience.

79Tout d’abord, le commentaire de nécrologie en ligne peut s’inscrire dans différents formats de réception et instaurer plusieurs allocutaires : le « public », le journaliste, un internaute en particulier ou le défunt à travers divers procédés interpellatifs (déjà décrits par Florea, 2010). Par ailleurs, le commentaire de nécrologie en ligne peut se rapprocher des discours funéraires les plus courants, appartenant au registre épidictique (l’éloge funèbre) ou aux messages écrits des registres de condoléances, combinant différents actes particuliers : exprimer ses sentiments à l’égard du défunt, se souvenir d’événements personnels, évoquer des valeurs associées au défunt, etc. Les procédés discursifs habituels de la nécrologie seront aussi mis en œuvre : récits de vie, évocation de « l’héritage ». Les commentaires de nécrologies en ligne peuvent aussi correspondre à un discours journalistique profane, c’est-à-dire un discours d’information documenté par lequel l’internaute exhibe une expertise d’amateur. Enfin, de manière plus inattendue, les commentaires de nécrologies en ligne ont parfois une dimension polémique, sans doute favorisée par le contexte de communication numérique. La polémique peut prendre pour cible une personnalité qu’on comparera défavorablement au défunt, un journaliste, un autre internaute ou, plus rarement, le défunt lui-même. Dans ce dernier cas, on observera de nombreux commentaires portant sur le cadre normatif de l’activité de commentaire et, particulièrement, sur l’attitude à avoir à l’égard du défunt (a-t-on le droit de le critiquer ?).

80On notera aussi que le commentaire peut porter sur le décès, mais aussi sur l’article de presse en tant que tel ou sur un commentaire produit par un autre lecteur/internaute.

81Ainsi, dans notre corpus, le commentaire d’article nécrologique en ligne génère des discours assez hétérogènes s’inscrivant dans diverses logiques communicationnelles : rendre hommage au défunt, compléter et/ou critiquer l’activité journalistique et s’engager dans des discussions parfois polémiques. On peut faire l’hypothèse que commenter une nécrologie en ligne est une activité à la fois instable (entre le rituel funéraire, le « journalisme profane » et la conversation numérique) et fortement influencée par des genres de discours funéraires stables et bien codifiés (l’éloge funèbre, l’épitaphe, etc.). Une analyse comparative de différents commentaires de nécrologies en ligne (extraits du Monde.fr, du Figaro.fr ou d’autres journaux en ligne) permettrait sans doute de saisir plus précisément l’homogénéité ou l’hétérogénéité de cette pratique discursive.

82Enfin, cette activité met en évidence divers phénomènes propres à la culture et à la communication numériques : le passage de la publication à la conversation, la dilution entre parole experte et parole profane et l’émergence d’un internet participatif, parfois alternatif ou agressif. Elle s’inscrit par ailleurs dans une tendance générale d’évolution des normes et des pratiques des rituels funéraires et de l’apparition de formes plus ou moins spontanées de mémoriaux numériques.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques4

AMOSSY, R., (2014a). Apologie de la polémique. Paris : PUF.

Id., (2014b), « L’ethos et ses doubles. Perspectives disciplinaires », Langage et Société, 149, 13-30.

ATIFI, H., MARCOCCIA, M., (2015), « Follow-ups and dialogue in online discussions on French politics : from Internet forums to social TV ». In FETZER, A., WEIZMAN E. et BERLIN L., (eds.), The Dynamics of Political Discourse : Forms and functions of follow-ups. Amsterdam : John Benjamins, 109-140.

BAUDOT, P.-Y., (2007), « Épitaphes oubliées : les registres de condoléances à la mort d’un Président de la République », Mots. Les langages du politique, 84, 71-84.

BAYM, N.K., (1998), « The Emergence of on-line community ». In JONES S.G., (ed.), Cybersociety 2.0 : Revisiting computer-mediated communication and community. Thousand Oaks CA : Sage, 35-68.

BEAUDOUIN, V., (2002), « De la publication à la conversation. Lecture et écriture électroniques », Réseaux, 116, 199-225.

CHARAUDEAU, P., (1991), « Contrats de communication et ritualisation des débats télévisés ». In CHARAUDEAU, P., (ed.), La télévision. Les débats culturels “Apostrophes”. Paris : Didier- Érudition, 11-35.

CALABRESE, L., (2014a), « Rectifier le discours d’information médiatique. Quelle légitimité pour le discours profane dans la presse d’information en ligne ? », Les Carnets du Cediscor, 12, 21-34.

Id., (2014b), « Paroles de lecteurs : un objet de recherche hybride en sciences du langage », Studii de lingvistică, 4, 13-27.

CALABRESE STEIMBERG, L., (2016), « Le discours (très) prescriptif des internautes sur le journalisme et les journalistes. Une étude des commentaires en ligne ». In HARE, I., RAMPON, J.-M., TETU, J.-F., TOUBOUL, A., (eds.), Informer avec internet. Reprises et métamorphoses de l’information. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, 141-157.

DARFEUIL, R., (2007), « Valeurs et sentiments. L’image de François Mitterrand au lendemain de sa mort à travers l’analyse des registres de condoléances remplis par les sympathisants anonymes », La lettre de l’Institut François Mitterrand, 21, 11-15.

DULONG, D., 1994). « Mourir en politique. Le discours politique des éloges funèbres », Revue française de science politique, 44(4), 629-646.

FLICHY, P., (2010), Le sacre de l’amateur. Paris : Le Seuil.

FLOREA, M.-L., (2011a). « Citer la voix, citer le corps. Comment la nécrologie fait parler le mort ». In JAUBERT, A., LOPEZ, J. M., MARNETTE, S., ROSIER, L. et STOLZ C., (eds.), Citations I : Citer à travers les formes. Intersémiotique de la citation. Louvain : Harmattan-Academia, 211-227.

Id., (2011b), « Dire la mort, écrire la vie », Questions de communication, 19, 29-52.

Id., (2010), « Interpeller l’absent : le rôle de la convocation du disparu dans les nécrologies », CORELA [en ligne], Hors-série 8, < https://journals.openedition.org/corela/743 >.

GAMBA, F., (2007), « Rituels postmodernes d’immortalité : les cimetières virtuels comme technologie de la mémoire vivante », Sociétés, 97, 109-123.

GEORGES, F., (2009), « Identité numérique et représentation de soi : analyse sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0. », Réseaux, 154, 165-193.

GOFFMAN, E., (1991), Les cadres de l’expérience. Paris : Seuil.

Id., (1987), Façons de parler. Paris : Minuit.

HAMMER, F., (2011), « Le faire-part de décès et la confrontation avec la mort », Questions de Communication, 19, 53-92.

Id., (2010), « Interpellativité et appellativité. Une étude pragmatique de l’avis de décès », CORELA [en ligne], Hors-série 8, < https://journals.open edition.org/corela/754 >.

HERRING, S.C., (2004), « Computer-Mediated Discourse Analysis : An Approach to Researching Online Communities. ». In BARAB, S. A., KLING, R., GRAY, J. H., (eds), Designing for Virtual Communities in the Service of Learning. Cambridge/New York : Cambridge University Press, 338-376.

Id., (2001), « Computer-mediated discourse. ». In SCHIFFRIN, D., TANNEN, D. et HAMILTON, H., (eds.), The Handbook od Discourse Analysis. Oxford : Blackwell Publishers, 612-634.

HOPQUIN, B., (2017), « J’adore “Le Monde” et j’adore le critiquer. Les commentateurs du Monde.fr à confesse », M Le Mag « L’époque », 5-6 mars 2017, 1-4.

HUBÉ, N., (2008), « Le courrier des lecteurs. Une parole journalistique profane ? », Mots. Les langages du politique, 87, 99-112.

JOHANSSON, M., (2015), « Bravo for this editorial : writer’s opinions in comment sections ». In FETZER, A. WEIZMAN, E. et BERLIN, L., (eds.), The Dynamics of Political Discourse : Forms and functions of follow-ups. Amsterdam : John Benjamins, 219-243.

JULLIARD, V., (2016), « L’hommage aux défunts.cn. La semaine de la Toussaint chinoise à Shanghai sur Weibo », Études de communication, 46, 129-146.

LAFON, B., (2011), « Les funérailles télévisées. Confrontation distanciée à la mort et naissance de figures tutélaires », Questions de communication, 19, 113-141.

MAKAROVA, A., (2003), « Dits et non-dits des nécrologies de la presse », Le temps des médias, 1, 108-118.

MARCOCCIA, M., (2016), Analyser la communication numérique écrite. Malakoff : Armand Colin.

Id., (2011), « Épilogue : pourquoi s’intéresser aux forums de discussion ? ». In E. YASRI-LABRIQUE (ed.), Les forums de discussion : agoras du XXIe siècle ? Théories, enjeux et pratiques discursives. Paris : L’Harmattan, 277-286.

MARTIN, M., (2006), Le pseudonyme sur Internet : une nomination située au carrefour de l’anonymat et de la sphère privée. Paris : L’Harmattan.

PATON, N., FIGEAC, J., (2013), « La commémoration des « mauvais morts » au sein de sanctuaires spontanés numériques », Les Cahiers du numérique, 9 (3-4), 241-270.

PERELMAN C., OLBRECHTS-TYTECA L., (2008 [1958]), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (6e éd.). Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles.

REVAZ, F., (2000), « La nécrologie : un genre rédactionnel ? », Semen, 13, 188-204.

RIEFFEL, R., (2014), Révolution numérique, révolution culturelle ? Paris : Gallimard.

SANS, B., (2015), « Enseigner le genre épidictique », RIFL, RetSpe, 20-32. TOUBOUL, A.-L., (2006), « Interactivité des sites de presse : relégation et exploitation de la parole profane ». In CHARTRON, G., BROUDOUX, E., (eds.), Document numérique et société, Actes de la conférence DocSoc 2006. Paris : ADBS, 279-289.

TRUC, G., (2011), « Analyser un corpus illisible ? Le logiciel Alceste confronté à des registres de condoléances », Langage et société, 135, 29-45.

UPADHYAY, S.R., (2010), « Identity and impoliteness in computer-mediated reader responses », Journal of Politeness Research, 6(1), 105–127.

WASKUL, D., DOUGLASS, M., (1996), « Considering the Electronic Participant : Some Polemical Observations on the Ethics of On-line Research », The Information Society, 12(2), 129-139.

WEIZMAN, E., DORI-HAONEN, G., (2017), « Commenting on opinion editorials in on-line journals : A cross-cultural examination of face-work in the Washington Post (USA) and NRG (Israel) », Discourse, Context & Media, 19, 39-48.

WEIZMAN, E., (à paraître), « Commenting on In-Memoriam Columns : Juggling with Deliberative and Epidictic Norms », Internet Pragmatics, 1.

WRONA, A., (2011), « La vie des morts : jesuismort.com, entre biographie et nécrologie », Questions de communication, 19, 73-90.

ZACKLAD, M., (2007), « Réseaux et communautés d’imaginaire documédiatisées ». In SKARE, R., LUND, W. L., VARHEIM, A., (eds.), A Document (Re)turn. Frankfurt am Main : Peter Lang, 279-297.

Haut de page

Notes

1 Les messages sont reproduits tels qu’ils ont été postés.

2 Ce pseudonyme est une référence au jeu de mot douteux de Jean-Marie Le Pen, « Durafour crématoire » : « choisir la crémation serai un joli pied de nez aux le pen ».

3 Ce commentaire est une réponse à PH01 qui critique la musique de P. Henry.

4 Les liens ont été vérifiés en décembre 2017.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Marcoccia, « Les commentaires d’articles nécrologiques en ligne publiés dans Le Monde.fr : entre éloge funèbre, journalisme profane et polémique », Semen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 24 octobre 2018, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/11611

Haut de page

Auteur

Michel Marcoccia

Université de Technologie TroyesInstitut Charles Delaunay, équipe Tech-CICO (U.M.R. CNRS 6281)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page