Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Cimetières virtuels pour les animaux de compagnie : les traces d’un deuil ?

Nadia Veyrié

Résumés

Résumé : Dans cet article, les cimetières virtuels pour les animaux de compagnie témoignent de la place occupée par les animaux auprès des personnes. Quelles sont les traces déposées ? Quel sens peut-on y donner ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans Le Dictionnaire de la mort, ils sont ainsi définis : « Depuis 1995, des « cimetières virtuels  (...)

1Cimetières virtuels, blogs et réseaux sociaux permettent, aujourd’hui, d’exprimer la peine ressentie à la perte des êtres chers et même des célébrités. Mais quel est le sens de ces espaces ? Quelle place occupent-ils dans l’intimité du deuil ? Avec des mots et des images sur Internet, qu’est-ce qui est exprimé ? Dans cet article nous proposons d’étudier le deuil à l’ère du numérique à partir des cimetières virtuels1 pour les animaux de compagnie. Nous évoquerons, tout d’abord, la place singulière des animaux de compa­gnie dans la société occidentale à l’appui de quelques éléments socio-historiques sur l’émergence d’une sensibilité et d’un attachement à leur égard. Au vu de cette affectivité, la place accordée à leur mort et au devenir de leur dépouille mortelle sera mise en évidence. En effet, quels sont les espaces qui leur sont réservés ? Quelles sont les « traces numériques » qui sont déposées sur des sites nommés « cimetières virtuels » ? Enfin, nous comparerons quelques discours funéraires relevés sur des sites francophones.

2Nous émettons l’hypothèse que l’expression de ces traces témoigne d’une société consommatrice du numérique qui offre peut-être aux individus un espace en apparence plus singulier, plus intime, plus facile d’accès pour évoquer une perte des animaux de compagnie. Si notre société adule les animaux de leur vivant, leur deuil ne semble pas pourtant évoqué. Afin de répondre à ces questionnements, nous développerons notre réflexion au travers d’une socio-anthropologie de la mort qui, comme le démontre Louis-Vincent Thomas, s’attache à révéler la souffrance des individus dans une société qui craint le pouvoir égalisant de la mort :

Réduite à un événement pseudo-naturel, absurde, qui s’oppose à la rentabilité et offense les visées rationalistes, la mort est incongrue dans une société braquée sur l’efficacité et le progrès ; polarisée sur l’accumulation. (1999 : 76)

1. Animal de compagnie attachement et mort

1.1. La place de l’animal de compagnie

3Afin de mieux comprendre l’émergence des cimetières virtuels pour les animaux de compagnie, un contexte socio-historique propice à l’égard des animaux sera présenté. Aujourd’hui, ils occupent une place singulière auprès de nombreux Français. À ce sujet, Jean-François Digard souligne que le phénomène des animaux de compagnie n’est « ni entièrement nouveau ni limité à l’Occident » (1999 : 21). Toutefois, poursuit-il, c’est une véritable passion populaire qui se manifeste :

Ce qui est nouveau en revanche, c’est leur nombre et leur omniprésence ; c’est aussi les sentiments passionnés que de nombreux Français leur vouent et le statut privilégié qu’ils leur accordent, ainsi que les sentiments, également passionnés, de réprobation que cet engouement et ses excès suscitent chez les autres Français. (Ibid. : 24).

4Cette relation passionnelle entre l’homme et l’animal s’est construite au fil des siècles en fonction d’une distinction entre l’animal domestique et l’animal de compagnie. Des animaux qui étaient considérés comme domestiques et qui vivaient à proximité des hommes ont pu entrer dans leur espace intime (lieu de vie et dimension affective). Comme le souligne Damien Baldin,

le désir de posséder un animal de compagnie et l’affection qui lui est prodiguée sont d’excellents révélateurs de la révolution intime dans les sociétés occidentales. L’attention à soi, à ses sentiments, à son for intérieur, à son intimité se dit alors largement à travers la compagnie d’animaux. (2014 : 36)

5Les évolutions sociales permettent peu à peu aux animaux d’être considérés comme sensibles et aux hommes de développer une sensibilité envers eux. Les animaux de compagnie partagent alors le quotidien des hommes. Ils favorisent le maintien d’un rapport sensible à la vie dans une société où l’accélération (Rosa, 2013), le manque de temps et la performance occupent notre quotidien. Les animaux sont présents dans les familles, auprès des enfants, des personnes seules et isolées. Ils peuvent constituer les éléments stables d’une vie. Ils traversent une partie de cette vie des hommes et leurs épreuves. Les hommes sont eux-mêmes peinés et fragilisés par leur mort :

Voilà pourquoi la mort d’un chien n’est pas simplement une arrivée à la fin, mais la disparition d’un ami, la perte d’un être cher au sein même du monde des humains […] ; un chien, lui, meurt ou se meurt, précisément parce qu’il n’est pas pauvre en monde, mais au contraire co-configurateur du monde humain. (Brohm, 2008 : 125)

  • 2 Voir à ce sujet Rémy (2004), Porcher (2011) et Mouret (1999).

6Passion et peine envers les animaux sont aussi perçues comme le fruit d’un anthropomorphisme, voire superflues en comparaison, par exemple, aux animaux d’élevage réduits à des choses au travers d’une mort anonyme en abattoir2. Peut-être révèlent-elles aussi – malgré cette « schizophrénie morale » soulignée par Gary L. Francione (2010 : 196) – une attention différente au monde. L’« amour fusionnel » et la sensiblerie (Pelluchon, 2011 : 171) envers les animaux de compagnie pendant leur vie sont souvent dénoncés comme un risque d’exclure les frontières entre les humains et les animaux. Or, l’émotion est présente à leur mort et post-mortem. Elle est censée être discrète, tue et silencieuse, comme si les humains qui mani­festent de la peine après la mort des animaux devenaient étranges. Pourtant, des espaces physiques consacrés à leur dépouille mortelle existent.

1.2. Animal de compagnie et dépouille mortelle : quels espaces ?

  • 3 Voir aussi Veyrié (2004) au sujet du projet de cimetière du baron Haussmann extériorisé à Méry-sur- (...)

7En France, ces espaces ont été créés grâce à la loi du 21 juin 1898 qui spécifie que les animaux domestiques peuvent être enfouis dans une fosse à cent mètres des habitations et recouverts d’une couche de terre d’un mètre. De ce fait, en 1899, Georges Harmois, avocat, et Marguerite Durand, jour­naliste, fondèrent la Société française anonyme du cimetière pour chiens et animaux domestiques. Ils rachetèrent une partie de l’Île aux Ravageurs à Asnières-sur-Seine et créèrent le cimetière du même nom qui accueille les dépouilles de chiens, chats, chevaux, poules, lions et autres animaux. Cette lutte pour un espace officiel consacré aux animaux de compagnie nous semble aussi révéler une autre manifestation du/de la « deuil mort romantique » (Ariès, 1977 : 401-550), qui, au XIXe siècle, permettait l’expression de la peine sans honte3.

8Dans L’Île aux chiens, rare ouvrage consacré à ce cimetière, Laurent Lasne en 1988 explique que les tombes, mausolées, épigraphes et petits objets témoignent d’une dimension affective envers l’animal de compagnie perçu comme un « compagnon fraternel » avec un désir de « soustraire [les animaux] à l’anonymat tentaculaire de la matière » (1988 : 17-18). En 1975, Louis-Vincent Thomas écrit :

L’habitude d’enterrer non sans solennité l’animal aimé ou respecté est vieille comme le monde. […] D’où également la pratique des nécropoles réservées aux animaux. Ainsi, la visite du cimetière parisien d’Asnières et la lecture des épitaphes sur les tombes prouvent à quel point, pour certains, l’animal fait partie de la famille et se trouve ainsi humanisé. (1994 : 94)

9En fait, à partir de ce lieu physique, une histoire peut être racontée. Des traces peuvent être constituées et déposées pour vivre la perte des animaux en laissant l’imagination plus libre que dans les cimetières humains. En 2009, à ce sujet, Bérénice Gaillemin précise que le visiteur sera surpris à la vue des petites tombes et mausolées qui révèlent une « quête obsessionnelle du “beau” décor, sorte d’horror vacui qui peut, de prime abord, être jugée “kitsch” » (2009 : 502).

10Nous ajouterons que malgré la loi qui réglemente l’enfouissement des animaux et le recours possible à un cimetière, le devenir de leur dépouille est moins soumis à une prise en charge telle que pour le cadavre humain. En effet, avec la mort des humains, un chaos social ne peut pas être envisagé. Le risque que les cadavres soient abandonnés est exclu. Il est le signe d’une guerre et/ou l’extermination des hommes qui ne laisseraient plus place au respect et au recueillement dans un espace consacré aux rites et au deuil. La mise en œuvre par la loi de la prise en charge du cadavre et les rites funéraires constituent de fait l’humanité. Pour les animaux, cette prise en charge est différente, elle semble plus discrète et rare.

11Force est de constater que les cimetières des animaux ne sont pas nombreux. Aujourd’hui, en France, il y en a une vingtaine qui sont gérés de manière associative, privée ou communale. De plus, si, par le passé, ces cimetières étaient défendus, l’engouement semble aujourd’hui absent. Ceci est d’ailleurs paradoxal en fonction du nombre croissant des animaux de compagnie. En ce qui concerne le cimetière d’Asnières, lors d’une visite en 2017, nous avons constaté qu’il était moins entretenu, les menus objets colorés et drôles déposés sur les espaces funéraires (et figurant dans le dépliant de présentation) avaient vieilli ou étaient pour certains cassés. La mousse cachait les mots et les phrases sur les tombes plus anciennes ou les monuments principaux du cimetière. Cette dichotomie doit être mise en lien avec un recul de l’intérêt accordé aux cimetières humains en comparaison aux siècles précédents. Ils ne sont plus des enjeux politiques de débats et des espaces dans lesquels le recueillement a une place symbolique essentielle dans notre société.

  • 4 Les animaux peuvent être enterrés dans un terrain privé soumis à une réglementation ou dans un cime (...)
  • 5 Sur les cimetières pour les animaux et le deuil, voir Veyrié (2011, 2012).

12De ce fait, nous souhaitons étudier la possibilité de recueillement et d’expression des personnes qui possèdent des animaux de compagnie en fonction de la loi4 et de vies urbaines qui ne permettent pas toujours de posséder un terrain privé5. Bien qu’il n’évince pas le choix des propriétaires quant au devenir du cadavre de leurs animaux (crémation, inhumation, dispersion ou enfouissement des cendres), le cimetière virtuel est plus facilement accessible. La place du virtuel dans notre société témoigne d’un nouveau rapport à la vie et à la mort. Les traces ne sont plus physiques, elles sont aussi présentes dans l’espace virtuel. Nous souhaitons comprendre cette évolution technologique afin d’interroger l’essence même de ces nouvelles traces virtuelles.

2. Virtuel et place des traces

2.1. Virtuel, rapport à la vie et à la mort

13Paul Virilio alerte quant à la place désoccupée par les nouvelles technologies du numérique qui s’imposent dans nos vies et à l’échelle internationale :

Aujourd’hui, les nouvelles technologies véhiculent un certain type d’accident, et un accident qui n’est plus local et précisément situé, comme le naufrage du Titanic ou le déraillement d’un train, mais un accident général, un accident qui intéresse immédiatement la totalité du monde. Quand on nous dit que le réseau Internet a une vocation mondialiste, c’est bien évident. Mais l’accident d’Internet, ou l’accident d’autres technologies de même nature, est aussi l’émergence d’un accident total, pour ne pas dire intégral. (1996 : 13).

  • 6 Voir à ce sujet Baudry (2015), Pène (2011), Wrona (2011) et Bourdeloie (2015).

14Par cet accident total, il démontre que nos vies sont de plus en plus dépendantes d’un corps virtuel à partir de cette « étrange lucarne » et de « l’espace de la réalité virtuelle » (Ibid. : 45). Il alerte ainsi quant à un risque d’évincement d’autrui et des corps charnels6. Les individus développent un désir de « se raconter » par le biais de cette lucarne. Il précise que

[…] s’ouvrent des sites mortuaires permettant aux familles d’internautes en deuil de se recueillir sur les tombes de leurs défunts, sans avoir à se déplacer […]. Ici, les techniques de communication ne permettent nullement de “communiquer”, elles ont seulement une fonction compensatoire, épargnant à chacun la pénible rencontre du “moi avec lui-même” qui encombre encore de tout homme.
(Virilio, 2002 : 58)

15Jean Baudrillard, pour sa part, explique que « dans l’optique du virtuel, le réel n’est plus que vestige. Il n’est plus qu’un cadavre de référence » (1999 : 59). C’est bien notre relation à la vie et à la mort qui est bousculée. Le virtuel vise l’annulation de la mort ou son recyclage :

  • 7 Ajoutons que la confrontation à la mort des individus dans un cadre privé n’est pas si fréquente da (...)

Déprogrammer la mort comme événement fatal, comme événement symbolique, et ne l’inclure désormais que comme réalité virtuelle, comme option, comme alternative dans le logiciel de l’être vivant. […] Car toutes ces fonctions sont devenues inutiles, le sexe, la pensée, la mort, ne disparaîtront pas purement et simplement, elles seront recyclées à titre d’activités de loisir. (Ibid. : 44)7

16Les cimetières virtuels pour les animaux seraient-ils un surplus à une économie de marché captive des attentions envers les animaux ? Paradoxalement, si la mort est détournée par l’attrait du numérique – qui n’est pas toujours marchand en ce qui concerne les cimetières animaliers –, c’est quand même la perte réelle de l’animal qui confronte aussi les êtres humains à la mort. Ainsi, les enfants peuvent perdre leurs compagnons au moment de leur construction identitaire. Leurs parents doivent leur expli­quer pourquoi les petits êtres qui les accompagnent dans leurs jeux et leur imaginaire ne sont plus là. Les enfants peuvent s’interroger quant au devenir du petit animal mort : où ira-t-il ? Il comparera peut-être avec sa représentation de la mort des êtres humains. Il en est de même pour les personnes âgées qui peuvent être fragilisées par la mort de l’animal qui leur tient quotidiennement compagnie et ne peuvent pas prendre en charge leur après mort. Ainsi, des petites traces permettent aux personnes d’envisager que la perte et le deuil prennent un sens différent peut-être moins isolé. Nous souhaitons désormais définir ce que nous nommons des traces et des petites traces pour les animaux morts.

2.2. Des traces en question

17En ce qui concerne les êtres humains, la trace fonde notre rapport à la vie et à la mort ; elle permet de conserver un souvenir des personnes mortes. En 1991, dans La Mort en question. Traces des morts et mort des traces, Louis-Vincent Thomas écrit :

Les traces restent donc, avant tout, des restes ou des témoignages que l’on confectionne souvent pour prouver que les individus ou les civilisations ont existé et qu’ils ne sont pas tout à fait morts […]. Avec elles s’introduit la dialectique Vie/Mort. Leur disparition signe la mort définitive de l’homme. (1991 : 498)

  • 8 Jean-Didier Urbain, pour sa part, souligne que « le lieu est essentiel au deuil. Il est essentiel [ (...)

18Il souligne que les hommes développent une quête de traces afin de survivre en assurant leur descendance, en laissant une œuvre et en exprimant une « liturgie du souvenir » (Ibid. : 510-512). Dans le cadre des cimetières virtuels, c’est cette dernière catégorie qui nous semble la plus pertinente à analyser et à comprendre. Ensuite, L.-V. Thomas réaffirme l’importance de la mémoire comme constitutive d’un symbolisme qui remédie à la peur du néant et du deuil des êtres chers. Il pressent que nous nous dirigeons vers une ère dans laquelle la technologie conduira à une forme de mémoire « dématérialisée » (Ibid. : 507)8.

19Pour les animaux, nous pensons que les « petites traces » dans les cimetières réels réservés à leur égard sont des attentions que les individus s’autorisent à pratiquer après la mort des animaux : dépôt de petits objets ayant appartenu à l’animal, fleurissement des tombes, dispersion ou enfouissement des cendres, visites du lieu d’inhumation, etc. Quelle différence existe-t-il d’ailleurs entre ces traces, ces discours funéraires et les épitaphes sur les tombes et les tombeaux dans les cimetières pour les humains ? Est-ce aussi le besoin d’inscrire un deuil sur des sites comme un acte complémentaire et plus intime ? Avec les cimetières virtuels pour les animaux, le désir d’étendre un espace d’expression de la perte qui n’existait pas ou peu, devient réalisable. Toutefois, ces traces ne sont pas animées par une société qui les reconnaîtrait comme des éléments constitutifs de rites de passage et donc d’un deuil envers les animaux. Afin de témoigner de cette possibilité, nous allons désormais définir ces cimetières virtuels et comparer les discours qui y sont déposés.

3. Cimetières virtuels pour animaux et discours funéraires

  • 9 Consciemment, nous n’avons pas corrigé les fautes d’orthographe pouvant y figurer.

20Ces sites sont gratuits, bien que le don soit ouvertement proposé. Ils proposent un accès plus réservé ou ils sont souvent en libre accès, ce qui nous permet aussi d’en étudier les discours. Nous proposons de comparer les propos d’accroche des sites et les discours funéraires des propriétaires des animaux. Tous les extraits relevés sur ces différents sites ont été relevés en 20179.

3.1. Les discours d’accroche des sites

21Les discours d’accroche envers les personnes confrontées à la perte de leur animal sont assez précis quant au message qu’ils souhaitent transmettre avec une énonciation plus générique (« on »). Ainsi, le site Le cimetière animalier présente sur sa page d’accueil ces quelques phrases où apparaissent les termes d’« honorer la mémoire » des animaux :

Premier cimetière virtuel animalier gratuit, où l’on peut honorer son animal disparu, avec le plus grand respect.
Premier cimetière virtuel où l’on peut déposer des fleurs avec un message, comme les vraies elles fanent au bout de quelques jours. Inscrivez-vous et commencez à honorer la mémoire de votre animal décédé. Le cimetière virtuel animalier est d’utilisation totalement gratuite. (< https://www.lecimetiere-animalier.net/​ >).

22Le site français Le cimetière virtuel, quant à lui, est présenté par un couple (qui mentionne au passage le site de leur élevage de terriers écossais et de doberman). Le « nous » est alors employé car le positionnement est ici différent que sur le précédent. Le couple se dévoile directement impliqué en évoquant la perte de leur animal et un souhait, au départ, de lui « rendre hommage » également :

Pourquoi avoir fait un cimetière virtuel ? Nous avons perdu Lolie, notre première scottish-terrier, fin 2005. Elle occupait une grande place dans nos cœurs et au sein de notre famille. Dans un premier temps, nous souhaitons lui rendre un hommage, puis nous avons décidé de donner cette possibilité aux personnes qui étaient, comme nous, attachées à leur compagnon disparu. (< https://www.lecimetierevirtuel.com/​qui.htm >)

23C’est un discours qui associe les personnes en deuil en vue d’un partage d’émotion liée à l’attachement envers les animaux : « comme nous ». Ils créent un site pour les chiens (puis un autre pour le chat) qui, comme le précisent-ils, « connaît (malheureusement) un peu de succès. La communauté est composée de passionnés qui viennent très régulièrement visiter le cime­tière virtuel » (Ibid.). Effectivement, 2 860 chats et 5 727 chiens y figurent, soit 8 587 animaux. Une « communauté » peut être constituée avec des échanges possibles en plus du dépôt de fleurs comme ce site qui précise compter 7 898 membres de la communauté.

24Ce site est esthétiquement plus soigné que le précédent avec la photographie de l’animal à gauche de l’écran incluse dans un cadre qui imite la stèle d’une tombe et à droite les indications suivantes : « Il est né le… », « Il nous a quittés le… ». Dessous figurent les messages et la possibilité de « poster un message ou bien déposer une fleur ». Dans les messages, il s’agit en fait de quelques phrases, voire des textes, des membres de la com­munauté et de « simples visiteurs ». Certaines personnes déposent aussi des messages sur plusieurs tombes virtuelles.

25Sur un autre site Crémanimo, qui est une entreprise québécoise de crémation de l’animal, l’option du cimetière virtuel est ainsi décrite :

Par l’entremise de notre cimetière virtuel, nous souhaitons vous offrir un endroit où vous pourrez immortaliser l’image de votre animal ainsi qu’un message d’amour à son intention. Nous espérons ainsi que vous puissiez percevoir d’autres personnes ayant vécu la même douleur que vous et que de lire d’autres messages d’amour, vous permettra de constater que vous n’êtes pas seul. J’ai le désir et l’espoir que, peut-être, cela pourra aider à surmonter votre deuil (< https://www.cremanimo.com/​cimetiere-virtuel/​ >).

26Ces quelques mots sont signés par la personne qui gère le crématoire et qui se décrit comme une amoureuse des animaux. Elle emploie le « nous » (en tant qu’« entreprise »), le « vous » pour associer les personnes et, enfin, le « je » qui permet de personnaliser la direction de cette entreprise. Le terme de deuil est ouvertement prononcé. Une photographie de l’animal y figure (plus rarement avec leurs propriétaires), ainsi que la date de naissance, un texte décrivant l’animal, la peine et un cadre de commentaire en-dessous (qui n’est d’ailleurs pas complété par les internautes) au vu des pages des 286 animaux (chiens, chats, furets).

Pour cet autre site québécois, Incimal, qui correspond aussi à une entreprise de crémation animale (existant depuis 1993), un cimetière virtuel est aussi proposé avec 326 animaux déjà présents. Le deuil y est également ouvertement énoncé :

INCIMAL a créé ce cimetière virtuel afin que chaque propriétaire d’animaux puisse rendre un bel hommage à son fidèle compagnon disparu […]. Notre cimetière virtuel est un espace de commémora­tion empreint d’amour et de respect. En le parcourant, on comprend que nous ne sommes pas seuls à ressentir ce sentiment de deuil suite à la perte de notre animal. Nous vous invitons à partager l’impor­tance que votre animal a eu auprès de vous et de votre famille. (< http://www.incimal.com/​cimetiere-virtuel.html>)

27Propos subjectifs ou plus neutres, c’est la possibilité d’un espace de partage de la souffrance qui est proposée par le biais de ces sites. Nous souhaitons désormais étudier les traces déposées directement par les personnes qui ont perdu leur animal de compagnie.

3.2. Les mots du deuil envers l’animal compagnon

28À l’étude des discours des personnes déposés sur ces sites, nous avons souhaité constituer quelques axes qui témoignent de cette souffrance provoquée par la perte : la présence des animaux dans un autre lieu ; le souvenir de la rencontre avec l’animal de son vivant ; le besoin d’associer une communauté de soutien (famille, autres petits animaux) et l’allusion directe au deuil de l’animal.

3.2.1. La présence des animaux dans un autre lieu

29Pour certaines personnes, nous avons effectivement relevé un besoin de penser l’animal dans un autre lieu paisible et/ou sous une autre forme où propriétaires et animaux pourraient se retrouver, expliquant, comme pour les hommes, la transition entre le monde des vivants et des morts. Concernant les sites québécois, une allusion est souvent faite au poème « Le pont de l’arc-en-ciel » qui permet de joindre la terre et le ciel, les propriétaires et leurs animaux.

Il y a un pont qui relie le ciel et la terre. On l’appelle le pont de l’arc-en-ciel pour ses innombrables couleurs… Juste de ce côté-ci du pont de l’arc-en-ciel, il y a un endroit avec des collines, des vallées et des prairies. C’est là où va notre animal tant aimé lorsqu’il décède. Il y a amplement de nourriture, d’eau et les journées y sont toujours douces et printanières.

Les animaux qui étaient vieux et frêles sont jeunes de nouveau. Ceux qui étaient estropiés redeviennent intacts et forts et ils jouent ensemble toute la journée.

Cependant, une chose leur manque, c’est la personne chère qui les a tant aimé sur la terre… Alors, tous les jours, ils courent et jouent mais vient un jour où soudainement l’un d’eux s’arrête et regarde au loin !

Son nez frémit ! Ses oreilles se dressent et ses yeux brillent ! Et soudain, il court et se détache du groupe ! Il vous a vu, et quand vous vous réunissez enfin, vous le prenez dans vos bras et l’étreignez tendrement…

Il vous embrasse encore et encore. Et vous regardez encore une fois dans ses yeux pleins de confiance et vous savez maintenant que plus rien ne vous séparera. C’est lors que vous traversez ensemble le pont de l’arc-en-ciel… (< https://www.cremanimo.com >)

30Ainsi, voici les quelques mots déposés par une famille à la perte de leur chatte Bianca (2010-2017) :

Bianca notre grande fille, tu savais te faire aimer de tout le monde. Notre princesse affectueuse, tu nous as comblée de bonheur ; tu seras gravée à jamais dans nos cœurs. Va rejoindre Hercule et Maya au pied de l’arc-en-ciel qui seront toujours près de toi.

Ta famille qui t’aime très fort. […] Ton ami Léo et n’oublions pas ton chat Blacky (Ibid.)

31Ou encore pour Poutchy le chien (2004-2017) :

Mon brave et courageux Poutchy, Tu as été pour moi, un confident, tu as su me réconforter et me faire sourire dans les pires moments de ma vie. Nous étions complices, sans même parler tu savais écouter, à travers tes yeux je savais que tu comprenais.

Mon meilleur ami tu as toujours été à mes côtés, à me protéger.

Chaque souvenir de toi m’est précieux.

Ton départ à créer un vide immense, depuis le début toi et moi étions une famille, tu as été un exemple à suivre pour Cannelle et Micha, elles t’imitent beaucoup.

Amuse-toi, mon petit nuage, au pont de l’arc-en-ciel… Jusqu’à se qu’on se retrouve. Je t’aime mon grand garçon

Pour toujours & à jamais. Mélanie (Ibid.)

32De la sorte, au fil du site Le cimetière animalier, Chantoune rédige quelques mots pour Cannelle, une petite chienne. Elle se présente comme la grand-mère de Cooky qui semble être un autre animal. Voici ses quelques mots qui dénotent un accueil réservé à l’animal par les autres petits animaux décédés au Paradis :

Repose en paix petite Cannelle. N’aie pas peur notre gentil Cooky va t’accueillir et te présenter tous ses amis du Paradis.
(< https://www.lecimetiere-animalier.net/​ >).

33Dans ces discours, qu’ils soient plus classiques ou plus sensibles directement dirigés vers l’animal, quelques phrases énoncent les liens forts avec l’animal au fil de la vie et comme une nécessité de rendre cette affection, ce « bonheur » au travers d’un possible accueil dans un autre monde. Ces discours peuvent être reliés au souvenir de la rencontre avec l’animal (naissance, animal trouvé, acheté).

3.2.2 Le souvenir de la rencontre avec l’animal

34En ce qui concerne la rencontre ou l’arrivée de l’animal auprès des personnes, voici comment est retracée l’histoire de la chienne Chloé (2001-2017) par son propriétaire en utilisant une « nous » de la rencontre pour ensuite employer un « je » et un « tu » :

Tout a commencé un vendredi de 2001 avant la fête des pères, nous nous étions rendus dans une animalerie et j’avais dit à ma conjointe « on n’achète pas de chien aujourd’hui ». Une heure plus tard tu sortais dans nos bras et je te baptisais Chloé. Tu as été ma première petite boule d’énergie.

Tu es celle qui m’a sorti de la solitude durant les temps plus difficiles. Tu étais toujours prête pour une marche. Combien de fois avons-nous sillonné le Mont Royal et la rue St-Denis ? Que de beaux moments remplis de bonheur.

Tu seras toujours dans mon cœur. Amuse-toi bien avec ta petite sœur Mookie et un jour, on se retrouvera sur le pont de l’arc-en ciel. (< https://www.cremanimo.com >)

35De même pour une autre chienne nommée également Chloé (1998-2013), à qui on s’adresse directement par un « tu » :

Ma Belle Chloé un jour que je suis allé acheté de la nourriture pour Casper je t’ai vue la binette et tu ressemblais à la sœur volante avec tes belles oreilles et je ne pouvais plus te lâcher alors j’ai pris l’engagement te t’avoir dans ma vie pour toujours et ce fût les plus belles années de ma vie […].

15 belles années de bonheur avec toi Ti-Chien ton petit surnom tu es dans mon cœur à jamais et maintenant je dois apprendre à vivre sans toi et ce n’est pas facile, car tu me suivais partout, tu me manque prends soin de Chacha et Casper tes meilleurs amis, amusez-vous mes petits amours je vais tous vous retrouver un jour et nous allons tous être ensemble à jamais (Ibid.)

3.2.3 L’association d’une communauté de soutien

36Dans ces messages, nous trouvons effectivement souvent la présence de la « communauté familiale » humaine et constituée des autres petits animaux décédés ou vivants, comme Zoro (2010-2016), un chat, avec cette lettre à son intention :

Cher Zoro,

Ton départ précipité laisse un grand vide dans la demeure qui ne pourra être comblé. Tous les membres de la meute, y compris tes « maîtres » sont attristés par la perte du chef de groupe qui cadençait le quotidien de chacun par des attentions particulières à des moments précis de la journée. Ton acolyte Cachou a perdu tous ses repères depuis que tu n’y es plus, mais surtout le grand frère protecteur et cajoleur que tu étais. Vous étiez un duo inséparable. Comme tu savais veiller autant sur les humains que sur les félins de ton entourage, ton rôle d’ambassadeur du quartier ne laissait pas le voisinage indifférent. Tu comprendras alors que ton absence soudaine s’est rapidement fait remarquer. La vigile devra donc être assurée par une relève qui se voit chausser de bien grands souliers. Tel que tu nous l’as appris et, selon la règle officielle des félins, tous les membres de la famille s’épaulent et resserrent maintenant les liens entre eux pour reconstruire leurs forces et faire face aux aléas du monde extérieur de nouveau. Merci de ton enseignement.

Mon ami, malgré les doutes, nous gardons espoir de te retrouver un jour et sache que d’ici là, nous conservons dans nos mémoires et dans nos cœurs les plus beaux souvenirs de ton escapade dans nos vies.

De toute la bande (< https://www.cremanimo.com >)

Cette lettre met en évidence la leçon du chat décédé, « ambassadeur », roi de la rue, mais qui pouvait aussi révéler une solidarité dans la vie quotidienne. C’est peut-être à partir de cette « solidarité » que cette famille s’attache à faire un deuil.

37De même, pour Élie la chienne (2003-2015) évoquée par ce couple. Dans leurs propos, les valeurs et la ténacité de l’animal sont énoncées comme une transmission à leur égard :

Salut Élie,

Tu es partie depuis une semaine et tu nous manques énormément. La maison est vide sans toi. Nous avons toujours espérance, de voir ta frimousse à la fenêtre quand on arrive, mais ce n’est plus le cas. Ma puce, je voulais te dire que tu auras toujours une place de choix dans nos cœurs. De toi, nous allons garder de merveilleux souvenirs ainsi que de bonnes valeurs. À chaque fois que nous accomplirons quelques choses, nous serons tenaces comme toi tu l’as été et on sera courageux comme tu nous l’as si bien montré. Tu reviendras parmi nous, sous forme d’un petit ange pour prendre soin de nous comme tu l’as si bien fait tout au long de ta vie.

Nous t’aimerons toujours

Jules et Julie (Ibid.).

38Dans nombre de ces témoignages, l’animal admiré par les hommes peut être représenté comme un ange-gardien qui ainsi leur permet aussi de vivre cette perte un peu plus sereinement que les personnes apparaissent en famille ou seules. Associés à ces textes peuvent être déposés des bouquets de fleurs souvent en photographie. Sur le site Le cimetière virtuel pour les chiens, le chat Sacha, décédé en 2014 reçoit 160 bouquets de plusieurs personnes y compris à la date anniversaire de sa mort et 239 messages provenant essentiellement d’une seule et même personne avec des poèmes depuis 2016. Pour d’autres animaux, des messages entre les individus qui se connaissent peuvent figurer. D’autres personnes peuvent aussi s’associer à cette peine sans être des proches de la famille révélant souvent une peine envers les animaux et la joie qu’il apportait dans une famille. Les propos sont plus directs et plus longs que dans un réel cimetière pour animaux. L’expression de la peine est possible même si toute personne peut aussi facilement en prendre connaissance.

3.2.4 L’évocation directe du deuil

39Enfin, le deuil prononcé directement par les personnes semble être plus rare. En effet, si nous notons des attentions et une souffrance envers l’animal qui relèvent du deuil, le terme ne figure pas vraiment comme dans les présentations des sites évoqués précédemment. On ne parle pas de travail de deuil ou de deuil effectué. Toutefois, voici quelques extraits où les personnes s’autorisent plus directement cet emploi.

40Un couple évoque ainsi au sujet de leurs chiens décédés :

Les chiens ne mentent jamais quand ils parlent d’amour.

Vous nous manquez tellement mais ce qui nous console c’est qu’un jour nous serons à nouveau tous réunis mes amours !

Merci pour votre compassion et votre chaleur humaine à tous les deux, nous avons beaucoup apprécié, car vivre le deuil de nos boules d’amour est si pénible mais avec vous on le vit mieux (< https:// www. cremanimo.com >)

41Un autre individu remercie aussi l’entreprise funéraire, ce qui est, semble-t-il, plus fréquent au Québec. Dans ce cadre, elle parle de son deuil quant à son chien Hatley (2012-2017) :

Samedi, le 24 mars dernier, nous nous sommes rendus en famille, assister à la crémation privée de notre chien Hatley. Hatley partageait notre vie depuis plus de 8 ans et était un membre entier et très présent de notre famille. Son décès subit, survenu le 18 mars dernier, nous a atterrés. Aussi étions-nous encore sous le choc lorsque nous avons franchi les portes de Crémanimo.

Avec douceur, patience, respect, vous nous avez accueillis, expliqués chacune des étapes à venir, encadrés et épaulés dans ce moment difficile. Hatley restera à jamais présent dans nos cœurs mais nous sommes repartis, soulagés, en ayant le sentiment qu’une partie de notre deuil venait d’être franchie.

Nous tenions donc à vous remercier du fond du cœur pour votre support. Ce moment restera pour toujours gravé dans nos mémoires
(< https://www.cremanimo.com >)

42Nous relevons que le deuil est, au Québec, plus librement évoqué sur les sites qu’en France du fait certainement d’une conception différente de la mort de l’animal peut-être plus acceptée et avec une commercialisation plus affichée. Dans cette perspective, nos propos de départ ont évolué quant à une approche culturelle sensiblement différente de la perte de l’animal et de l’expression possible de son attachement.

Conclusion

43En conclusion, cette étude des cimetières virtuels pour les animaux montre que le deuil s’exprime aujourd’hui au-delà d’un espace physique de recueillement par le biais d’un écran. Les personnes expriment leur subjectivité, leur vécu, leur deuil plus intime sur Internet souvent à la vue de tous, comme s’il y avait un besoin de resserrement et de partage émotionnel. Ceci n’est pas différent des cimetières virtuels pour les hommes mais n’est-ce pas aussi une manifestation d’un désir que la mort à la deuxième personne – le « tu est mort » qui provoque le deuil (Jankélévitch, 1966 : 27) – intègre la place singulière des animaux ?

Haut de page

Bibliographie

ARIÈS, P., (1977), L’Homme devant la mort. Paris : Éditions du Seuil.

BALDIN, D., (2014), Histoire des animaux domestiques (XIXe-XXe siècle). Paris : Éditions du Seuil.

BAUDRILLARD, J., (1999), L’Échange impossible. Paris : Galilée.

BAUDRY, P., (2015), L’Addiction à l’image pornographique. Paris : Éditions Le Manuscrit.

BOURDELOIE, H., (2015), « Usages des dispositifs socio-numériques et communication avec les morts : d’une reconfiguration des rites funéraires », Questions de communication, 28, 101-125.

BROHM, J.-M., (2008), Figures de la mort. Perspectives critiques. Paris : Beauchesne.

DIGARD, J.-P., (1999), Les Français et leurs animaux. Paris, Fayard.

FLOREA, M.-L., (2011), « Dire la mort, écrire la vie. Représentations de la mort dans les nécrologies de presse », Questions de communication, 19, 29-52.

FRANCIONE, G. L., (2010), « Prendre la sensibilité au sérieux ». In AFEISSA, H.-

S. et JEANGÈNE VILMER, J.-B., (textes réunis par), Philosophie animale. Différence, responsabilité et communauté. Paris : Vrin, 185-221.

GAILLEMIN, B., (2009), « Vivre et construire la mort des animaux. Le cimetière d’Asnières », Ethnologie française, 39, 495-507.

GAMBA, F., (2011), « Cimetière virtuel ». In DI FOLCO, P., (dir.) Dictionnaire de la mort. Paris : Larousse, 227-228.

JANKÉLÉVITCH, V., (1966), La Mort. Paris : Flammarion.

LASNE, L., (1988), L’Île aux chiens. Le cimetière des chiens. Asnières, 1899. Naissance et histoire. Bois-Colombes : Éditions Val-Arno.

MOURET, S., (1999), Élever et tuer des animaux. Paris : PUF.

PELLUCHON, C., (2011), Éléments pour une éthique de la vulnérabilité. Les hommes, les animaux, la nature. Paris : Cerf.

PÈNE, S., (2011), « Facebook mort ou vif. Deuils intimes et causes communes », Questions de communication, 19, 91-112.

PORCHER, J., (2011), Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle. Paris : Éditions La Découverte.

ROSA, H., (2013), Accélération. Une critique sociale du temps. Paris : La Découverte.

RABATEL, A. et FLOREA, M.-L., (2011), « Re-présentations de la mort dans les médias d’information », Questions de communication, 19, 7-28.

RÉMY, C., (2004), « L’espace de la mise à mort de l’animal. Ethnographie d’un abattoir », Espaces et sociétés, 118, 223-249.

THOMAS, L.-V., (1999), Mort et pouvoir. Paris : Payot.

Id., (1991), La Mort en question. Traces de mort, mort des traces. Paris : L’Harmattan.

Id., (1994), Anthropologie de la mort. Paris : Payot.

URBAIN, J.-D., (1999), « Deuil, trace et mémoire », Les Cahiers de la médiologie, 7, 195-202.

Id., (1998), L’Archipel des morts. Le sentiment de la mort et les dérives de la mémoire dans les cimetières d’Occident. Paris : Payot.

VEYRIÉ, N., (2012), Deuils et héritages. Confrontations à la perte du proche. Lormont : Le Bord de l’eau.

Id., (2011), « Des rituels funéraires pour les animaux ? Ou quand l’animal questionne l’altérité », Le Sociographe, hors-série, 4, 145-157.

Id., (2004), « Villes et cimetières. Du projet du baron Haussmann aux cimetières virtuels », Prétentaine, 16/17, 135-151.

VIRILIO, P., (2002), Ce qui arrive. Paris : Galilée.

Id., (1996), Cybermonde, la politique du pire (entretien avec Philippe Petit). Paris : Les Éditions Textuel.

WRONA, A., (2011), « La vie des morts : jesuismort.com, entre biographie et nécrologie », Questions de communication, 19, 73-90.

Sites10

Cimetierepourchat.com : < http://www.cimetierepourchat.com/ >

Cremanimo :< https://www.cremanimo.com/cimetiere-virtuel/ >

INCIMAL : < http://www.incimal.com/cimetiere-virtuel.html >

Le Cimetière animalier : < https://www.lecimetiere-animalier.net/ >

Le Cimetière virtuel : < http://www.lecimetierevirtuel.com/ >

Zanimaux : < http://www.zanimaux.com/ >

Haut de page

Notes

1 Dans Le Dictionnaire de la mort, ils sont ainsi définis : « Depuis 1995, des « cimetières virtuels » apparaissent un peu partout sur le réseau Internet. Selon Michel Kibbee, ingénieur canadien qui en fut le premier concepteur, « ce sont des espaces où les utilisateurs du réseau peuvent créer des monuments permanents aux morts et leurs proches » (www.cemetery.org) […]. Sur certains, on peut y déposer des représentations de fleurs, « allumer » des bougies, écrire et envoyer des dédicaces sous la forme de mini-films, etc., autant d’actions virtuelles permises par des images et des processus numériques élaborés mais somme toute assez simples » (Gamba, In Di Folco, 2010 : 227). Certains d’entre eux sont gratuits et d’autres sont proposés comme un service supplémentaire par les entreprises funéraires.

2 Voir à ce sujet Rémy (2004), Porcher (2011) et Mouret (1999).

3 Voir aussi Veyrié (2004) au sujet du projet de cimetière du baron Haussmann extériorisé à Méry-sur-Oise et qui a été abandonné.

4 Les animaux peuvent être enterrés dans un terrain privé soumis à une réglementation ou dans un cimetière pour animaux. L’article L226-2 dans le Code rural précise les conditions d’un enterrement chez soi : être en possession d’un terrain ; contrôler le poids de l’animal mort (moins de 40 kilogrammes) ; l’enterrer à 35 mètres des habitations et des points d’eau ; l’envelopper dans un linge ou une boîte mais pas dans un sac en plastique ; creuser un trou d’au moins 1 mètre pour éviter que les animaux le déterrent et le recouvrir de chaux vive. Si son poids dépasse, il faudra contacter un équarrisseur pour qu’il retire l’animal dans les 48 heures contre une rémunération.

5 Sur les cimetières pour les animaux et le deuil, voir Veyrié (2011, 2012).

6 Voir à ce sujet Baudry (2015), Pène (2011), Wrona (2011) et Bourdeloie (2015).

7 Ajoutons que la confrontation à la mort des individus dans un cadre privé n’est pas si fréquente dans les sociétés occidentales : « Si la mort est omniprésente dans les médias, il n’en reste pas moins que, dans nos sociétés développées, avec l’allongement de l’espérance de vie et le rétrécissement des familles à la famille nucléaire, les occasions personnelles de contact avec la mort sont rares » (Rabatel et Florea, 2011 : 17).

8 Jean-Didier Urbain, pour sa part, souligne que « le lieu est essentiel au deuil. Il est essentiel […] » (1998 : 196) comme trace (1999).

9 Consciemment, nous n’avons pas corrigé les fautes d’orthographe pouvant y figurer.

10 Les sites ont été consultés le 20 novembre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Veyrié, « Cimetières virtuels pour les animaux de compagnie : les traces d’un deuil ? », Semen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 24 octobre 2018, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/11623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.11623

Haut de page

Auteur

Nadia Veyrié

CERReV Université de Caen

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page