Skip to navigation – Site map

HomeNuméros36IV. Compte-rendu de lectureManuel d’analyse du web, Ch. Bara...

IV. Compte-rendu de lecture

Manuel d’analyse du web, Ch. Barats (dir.), 2013, Paris, Dunod

Séverine Equoy Hutin

Full text

1L'ouvrage, dirigé par Christine Barats, a pour ambition d’aborder « concrètement les méthodes et les terrains pour l’observation et l’analyse du web » (p.5). Il en propose un panorama très dense et fourni. En tant qu’objet de recherche, le web a ouvert tout un ensemble de questionnements et suscite une demande de savoirs, de savoir-faire et de savoir-lire que cet ouvrage entend rassembler et unifier au-delà des appartenances, des écoles, des disciplines et des intérêts personnels de recherche.

2La liste des vingt-six auteurs, dont seize sont chercheurs en sciences de l’information et de la communication, témoigne de la coloration disciplinaire de cet ouvrage, mais on perçoit d’emblée l'effort de pluridisciplinarité qui le sous-tend avec des contributeurs issus de la sociologie, des sciences du langage et des sciences politiques. Cette diversité permet de construire un panorama ouvert, et cohérent avec la volonté affichée de l’ouvrage : offrir un observatoire de la diversité des terrains du web et construire un espace de partage des méthodes et des approches.

3L’introduction fournit les premières clés d’une lecture efficace d’une part en justifiant l’intérêt du « manuel » et d’autre part en laissant au lecteur la possibilité de « naviguer » dans l’ouvrage comme sur la toile au gré de ses centres d’intérêts disciplinaires, de ses hypothèses de recherche, de ses questionnements méthodologiques ou tout simplement au gré de sa curiosité de citoyen soucieux de comprendre comment se co-construisent corps social et technique, comme s’articulent « la dimension technique » et « ses manifestations, configurations et appropriations sociales » (p.7). Il n'est guère possible de proposer un compte-rendu complet de cet ouvrage en raison du genre que celui-ci adopte et de l’abondance des points de vue, des préoccupations et de la densité des problématiques développées dans les onze chapitres qui le composent. C'est pourquoi on ne retiendra ici que quelques idées clés qui permettent cependant de mettre en relief tout l’intérêt de la démarche pour la communauté scientifique.

4Le manuel s’organise en trois parties : la première s’attache à poser un regard croisé interdisciplinaire, soucieux de dégager la complexité et les spécificités des dispositifs, de comprendre les enjeux éthiques de la recherche sur le web, de considérer l’hypermnésie constitutive du web et de réfléchir sur la généricité et la catégorisation des informations.

5Le chapitre inaugural réinterroge le concept de « dispositif » dans une perspective qui vise à appréhender le complexe et les relations qu’entretiennent les éléments qui le composent. Insistant sur l’essor scientifique du concept, Laurence Monnoyer-Smith en reprend les fondements foucaldiens et les prolongements deleuziens pour éclairer et appréhender les phénomènes résultant de l’hétérogénéité du dispositif. L’auteure appréhende celui-ci selon quatre dimensions : lignes de visibilité, énoncés, lignes de forces et lignes de fuite. Cette dernière est considérée comme la plus pertinente et heuristique pour l’auteure qui souligne que « l’attention portée aux pratiques individuelles de détournement, recodage, réinvention, réassemblage technosémiotique nous invitent à reconsidérer la médiation technique comme une forme d’instauration symbolique dans laquelle l’individu ne perd pas systématiquement son âme » (p. 27). L’auteure s’attache à défendre une créativité humaine qui ne se laisse pas déborder par les logiques dispositionnelles et l’émergence des phénomènes inattendus dans les organisations complexes. Au final, un recours au dispositif en tant que concept invite à « tenir ensemble les différentes dimensions qui instituent les pratiques sociales dans un complexe technique et symbolique hétérogène dont l’analyse des différentes parties ne peut se concevoir que dans leurs relations et leurs médiations » (p. 28) mais permet surtout une pensée critique.

6Le chapitre deux considère les enjeux éthiques de la recherche sur le web. Guillaume Latzko-Toth et Serge Proulx s’intéressent à l’éthique comme démarche, au-delà d’un code de déontologie, et observent les cadres réglementaires et normatifs en France, aux États-Unis et au Canada. Les auteurs dégagent ensuite cinq propriétés fondamentales du web et examinent leurs conséquences pour l’éthique de la recherche : recherchabilité, ubiquité, persistance, mutabilité et invérifiabilité sont articulées aux questions de collectes de données, de l’obtention du consentement des acteurs, de la protection de l’anonymat ou au contraire de la reconnaissance nominative des rôles et des contributions, de la frontière entre public et privé au regard de l’accessibilité des données, du respect et de l’intégrité contextuelle auxquels doit se soumettre le chercheur. Le chapitre plaide pour une démarche, réflexive et critique de la part du chercheur, soucieuse de construire une réciprocité garantissant les droits et l’autonomie de la recherche.

  • 1 Les industries de la recommandation systématisent l’articulation entre logique commerciale et strat (...)

7Le chapitre trois pose la question de l’hypermnésie et considère notamment la menace et l’influence des industries de la recommandation sur les fondamentaux du web – stabilité, accessibilité, hypertextualité –. Partant du principe selon lequel toute civilisation repose sur une mémoire, Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot et Brigitte Simonnot proposent de penser l’environnement numérique sous l’angle de la notion de traces, qu’il s’agisse de traces explicites (productions publiées en ligne) ou implicites (le plus souvent prélevées à l’insu de l’internaute). Le traçage numérique, au- delà du mythe de la vérité, est réinterrogé du point de vue de l’exploitation de ces traces croisée à la question de l’éthique du chercheur. Si le web constitue une ressource pour le chercheur en ce sens qu’il permet un accès facilité à la production scientifique, qu’il constitue une mémorisation de la science, et qu’il regorge de données rendues publiques et exploitables, il ne faut pas oublier que cette masse est sous-tendue et exploitée par les industries de la recommandation1 : dans ce cadre, la constitution des corpus est dépendante de la question des modalités d’accès et de la validité des données mises à disposition par des sociétés régies par des logiques commerciales. C’est toute la question du devenir d’une société fondée sur cette hypermnésie qui est posée, notamment lorsque celle-ci est régie par un marché de la mise en mémoire et de son contrôle. L’archivage public des traces du web au service de la réflexivité individuelle, de l’appropriation des dispositifs et de la créativité apparaît alors comme une véritable nécessité.

8La question des genres et plus précisément de l’existence de genres web posée par Dominique Maingueneau dans le chapitre quatre apparaît tout aussi fondamentale : l’apparition d’Internet interroge en effet la notion de généricité en ce sens que la question des genres fait se croiser celle des pratiques sociales et des énoncés. L’auteur propose ainsi de confronter une conception « classique » du genre utilisée pour décrire les pratiques sociales d’une société (p.76) en testant sa pertinence sur le web. Ainsi le régime générique du web est observé à travers la notion de scène d’énonciation – composée des scènes englobante, générique et de la scénographie – que l’auteur teste par exemple sur une page web ou sur le cybergenre « blog ». La généricité apparaît comme un observatoire privilégié en ce sens qu’elle permet d’observer les mutations associées ici aux technologies de la communication. Le web et la textualité circulante (p. 90) qu’il impose semble brouiller les frontières génériques comme il fait éclater les territoires en inscrivant l’hypergenre et la scénographie au centre de son dispositif.

9La deuxième partie intitulée « contenus et usages du web : objet et cadres d’analyse » s’interroge à la fois sur les conditions de circonscription des corpus d’un point de vue méthodologique, sur la plurisémioticité qui caractérise les dispositifs, son appropriation par l’analyste et la construction d’outils permettant d’appréhender le complexe et de l’instituer en objet d’étude, scientifiquement valide.

10Christine Barats, Jean-Marc Leblanc et Pierre Fiala proposent une approche textométrique du web qui entend montrer que « les outils quantitatifs et qualitatifs, ceux de la textométrie, de l’analyse de discours, de la philologie numérique apportent une contribution positive à la description de la « toile » » (p. 101). C’est donc la question des corpus et des outils qui traverse ce chapitre cinq. L’analyse dynamique des pages d’accueil d’universités par le biais d’une version adaptée de Textobserver (Webobserver) permet aux auteurs de montrer que les configurations révèlent des mises en scène institutionnelles dominées par l’attractivité, la séduction et la logique de marque (p. 113). L’approche menée permet de considérer la dimension sociotechnique et l’extrême diversité du web, de traiter des données textuelles de masse et de rendre visible tout le pendant idéologique et social qui traverse les discours circulants sur le web.

11Si, comme le constatent les auteurs, de telles méthodes d’analyse ne sont pas (encore) adaptées à la description de données multimodales, les approches sémiologiques développées par Julia Bonaccorsi dans le chapitre six permettent d’ouvrir le manuel sur la question de la multimodalité et des pratiques en interrogeant « les changements culturels et sociaux produits par les médias numériques » (p. 125). L’auteure aborde dans ce chapitre la complexité énonciative et sémiotique des écrits d’écran, la dimension documentaire du web d’un point de vue logistique et symbolique en considérant notamment l’architextualité qui caractérise l’ingénierie textuelle du web, les enjeux de visibilité, de médiation, de représentations, d’auctorialité et de modélisation que recouvrent les dispositifs de suggestion qui font le web. Ce sont les circulations intersémiotiques, les phénomènes de contextualisation et de décontextualisation et les métamorphoses qu’ils impliquent qui font s’interroger sur les usages, leurs traces dans la matérialité même des formes et la sémiotisation de la réception.

12L’approche ethnographique conduite par Josiane Jouët et Coralie Le Caroff vient compléter les chapitres précédents : rappelant que l’objectif d’une telle approche réside dans « la compréhension approfondie de dispositifs spécifiques de participation en ligne » (p. 148), les auteures soulignent le potentiel que détient le web en tant que terrain d’observation pour le chercheur. Le chapitre propose une grille d’observation de dispositifs en ligne dont les indicateurs démontrent l’imbrication du technique et du social (p. 149) et permettent de mieux observer les fonctionnements et structures des dispositifs, les modalités de participation en ligne et les configurations du lien social électronique. L’étude d’un débat en ligne permet d’aborder l’étape délicate de la constitution des corpus et de montrer que « les formes d’engagement des participants et d’expression dans leur rapport au politique » contrastent d’un site ou d’une plate-forme à l’autre et donc d’un dispositif socio-technique à l’autre. En conclusion, le chapitre s’interroge sur la position du chercheur et fait écho à la question éthique développée par Latzko-Toth et Proulx au chapitre deux.

13Le rapport au politique fait également l’objet du chapitre suivant mais de manière plus visible : Gersende Blanchard, Simon Garas et Stéphanie Wojcik s’intéressent en effet à la participation politique en ligne et appréhendent la diversité des espaces numériques de campagne, des acteurs et des pratiques en s’interrogeant notamment sur la méthodologie à adopter et sur la définition de la participation politique en ligne » d’un point de vue théorique. L’observation des dispositifs choisis par les candidats à l’élection présidentielle de 2012 comme manifestations de leur présence en ligne et instrument potentiel de mobilisation des internautes tout comme l’analyse des modalités de leurs appropriations par les internautes ne sont pas sans soulever des difficultés pratiques, éthiques et théoriques qui peuvent aller jusqu’à constater l’invalidité du concept de participation politique au regard des nouvelles formes d’engagement en ligne.

14Face à la dynamique temporelle et géographique que suscite le dispositif, la troisième partie aborde la question de la quantification, en termes de réseaux, de flux mais également d’observation des pratiques numériques : le chapitre proposé par Thomas Beauvisage dresse un panorama des outils et méthodes précisément pour observer les usages du web. L’auteur passe en revue les grands types d’approches comme par exemple les moyens industriels de la mesure d’audience, et s’intéresse aux solutions techniques, cognitives, ergonomiques… permettant de collecter des « traces numériques » de plus en plus nombreuses et mobiles, en soulignant leurs finalités et leurs intérêts pour la recherche en sciences sociales mais également leurs limites. Rendre compte des usages et tracer systématiquement les pratiques apparaît de plus en plus difficile. Mais, loin de s’en tenir à une approche descriptive et technique, l’auteur montre que le web conduit à un renouvellement des méthodes qui permettent de revisiter les problématiques chères aux sciences sociales notamment dans le cadre d’une mise en convergence des acquis disciplinaires.

15Sylvain Parasie et Eric Dagiral s’intéressent quant à eux aux données d’audience, c’est-à-dire aux « métriques du web » dans la perspective de leurs mobilisations en tant qu’objet sociologique : l’étude des publics du web, l’analyse des usages sociaux de ces métriques par les producteurs du web et l’analyse des dispositifs de mesure de l’audience en ligne sont appréhendées dans le souci de construire une écologie des pratiques concrètes de réception par les publics. Les métriques du web ne sont donc pas à considérer comme de simples reflets positifs des pratiques de fréquentation des internautes. Elles peuvent être appréhendées dans leur fonction performative en tant qu’elles agissent sur les contenus, les formats, les représentations que les concepteurs se font des publics et sur leurs interactions.

16Le dernier chapitre de cet ouvrage signé par Jean-Christophe Plantin propose de présenter les apports et limites de l’utilisation de « cartographies » de site web pour la recherche en sciences humaines et sociale. Cette présentation est assortie d’une comparaison critique avec les cartes géographiques en termes d’espaces de référence et de modalité de représentation (p. 233) qui met en avant des débats communs sur la place du cartographe, sur l’opposition fixité/mouvement, sur la connaissance des logiciels et sur la prétention à l’objectivité que peut induire le recours systématique à ces cartographies. D’un point de vue méthodologique, l’auteur en appelle à une prise de précaution nécessaire pour une bonne exploitation scientifique des graphes et rappelle en conclusion que « la possession d’une carte ne saurait remplacer l’exploration du territoire » (p. 240).

17Ce manuel est d’une richesse incontestable : la diversité des problématiques développées, des points de vue et des théories convoqués, l’étendue des bibliographies et les compléments proposés sous la forme de « zooms » au terme de chaque chapitre en font un outil qui ouvre sans conteste autant de pistes qu’il démontre l’étendue des territoires encore à explorer. Car le web constitue assurément un ensemble complexe et mobile que les chercheurs n’ont pas fini d’interroger. Au moins le feront-ils désormais à partir d'un ouvrage qui vise à juste titre à devenir un ouvrage de référence.

Top of page

Notes

1 Les industries de la recommandation systématisent l’articulation entre logique commerciale et stratégies de personnalisation. Ainsi, sur les sites de vente en ligne, la mémorisation de la navigation de l’internaute permet de faire figurer sur la page consultée un ensemble de recommandation d’achat. Cette pratique est également remarquable sur les réseaux sociaux par l’activité de « pousse bouton » (like ou +1).

Top of page

References

Electronic reference

Séverine Equoy Hutin, « Manuel d’analyse du web, Ch. Barats (dir.), 2013, Paris, Dunod », Semen [Online], 36 | 2013, Online since 30 October 2013, connection on 18 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/11776 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.11776

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search