Skip to navigation – Site map

HomeNuméros46I. Dossier thématiqueDe « l’empêcheur de tourner en ro...

I. Dossier thématique

De « l’empêcheur de tourner en rond » au gendarme twitto : évolution de la représentation de la force armée sur son compte Twitter

Nina GatouiLLat

Abstracts

Abstract : This paper attempts to examine the discursive and iconic rhetoric at work on @gendarmerie, the official Twitter account of the Gendarmerie Nationale launched in January 2014. By crossing narrative and image analysis, one can observe a deconstruction of stereotypes about the agents of the criminal sphere, stereotypes that live for many years through multiple media coverage. The twitto gendarme is not just « a hindrance to go aroundin circles» : he communicates, sometimes shares fun contents with Internet users and presents the various prestigious facets of his profession, for instance helping victims.

Top of page

Full text

1Littérature, cinéma, séries télévisées, spectacle vivant… Depuis sa fondation en 1791 (Luc, 2002), la Gendarmerie Nationale fait l’objet de nombreuses médiatisations. Par son ancrage temporel et historique, cette force de police charrie un ensemble de représentations culturelles et psychologiques qui alimentent l’imaginaire collectif. L’appellation « empêcheur de tourner en rond » (Dieu, 2002 : 30) est ainsi apparue en référence à l’agent qui verbalise et veille au respect du Code de la route : un caractère répressif qui ressort fréquemment dans les divers traitements humoristiques de l’institution militaire.

  • 1 « Le Petit Journal » est un journal télévisé satirique diffusé sur Canal + de 2004 à 2017.
  • 2 Morel Sandrine. Twitter rend la police aimable. M le magazine du Monde, publié le 10.08.13 http:// (...)

2Mais en janvier 2014, une nouvelle figure émerge au sein de la société française : le gendarme twitto, c’est-à-dire usager de la plateforme Twitter. Grâce au détournement de l’émission du « Petit Journal »1 dès son lancement, le compte officiel @gendarmerie multiplie ses followers. À l’étranger, d’autres institutions se sont déjà essayées à la rédaction de tweets comme la Police espagnole en 20132. Certains spécialistes du marketing tels qu’A.M. Kaplan (2011) s’accordent à dire que la plateforme aurait renforcé la popularité des policiers auprès de la population. En France, Twitter séduit les internautes avec ses modes d’écriture dès sa création en 2006. Spécificité majeure : il s’agit de l’un des seuls réseaux sociaux dont l’accès soit public, c’est-à-dire que l’accès aux messages ne requiert pas d’abonnement ni de création de compte. Twitter constitue ainsi un vecteur de communication externe qui possède un potentiel de maximisation des audiences. Une autre spécificité réside dans le format de concision de l’écriture. Les tweets, signifiant « pépiements » en anglais, sont des messages limités à cent quarante caractères.

3Avec le lancement de ce compte Twitter, la Gendarmerie Nationale a recours à de nouvelles formes de visibilité et communique avec les internautes. Que dit cette institution militaire habituellement discrète (Bryon-Portet, 2011) et comment le formule-t-elle ? Quelles informations cette institution de la sphère pénale véhicule-t-elle ? Quels langages visuels et discursifs sont à l’œuvre dans ces messages systématiquement accompagnés d’une partie picturale ?

4S’intéressant à l’autoreprésentation de la Gendarmerie Nationale, cette étude interroge plus particulièrement les conditions de production des signes visuels et discursifs. Elle porte sur l’efficacité symbolique du discours institutionnel numérique via Twitter, une plateforme qui s’écarte des logiques communicationnelles traditionnelles militaires. En effet, l’armée, dont fait partie la Gendarmerie Nationale, est souvent décrite comme la « Grande Muette » (Ibid. : 157), en raison de sa faible proportion à échanger avec les citoyens.

  • 3 Mort de Rémi Fraisse : la thèse de la grenade offensive confirmée par les analyses. Publié le 31.10 (...)

5Le corpus se compose de vingt-neuf tweets émis par les auteurs du compte @gendarmerie entre le 23 mai 2014 et le 9 octobre 2014. Sa taille réduite se justifie par le choix d’une analyse approfondie des tweets, intégrant texte et image. Cet échantillon a été constitué empiriquement, il n’autorise que peu de généralisations et ne saurait illustrer la variété des messages émanant de l’institution, dont la moyenne s’élève à quatre tweets par jour. Cependant, il permet d’esquisser des tendances et de formuler une première série d’hypothèses pouvant être testées sur un corpus plus vaste. Tous les tweets d’@gendarmerie se composent d’une partie picturale et d’une partie discursive. N’ont été retenus que ceux accompagnés de photographies sur lesquelles figurent des gendarmes dans la mesure où l’étude s’intéresse à l’évolution des représentations. Quant aux bornes chronologiques, il a été estimé que l’adaptation au format nécessitait du temps afin que les auteurs des tweets se forgent un style d’écriture. L’étude ne commence donc pas au jour du lancement, le 21 janvier 2014. La date du 9 octobre a été choisie de manière arbitraire afin de ne pas inclure la polémique survenue suite au décès du manifestant Rémi Fraisse3au barrage de Sivens, lors d’une manifestation. L’objet de cette étude est d’interroger les rhétoriques du compte Twitter déployées par l’institution, elle ne porte pas sur la communication de crise et ses mécanismes de réponse.

6Quelle méthode employer pour appréhender le tweet ? Au moment de l’étude, soit en 2015, il n’existait encore que peu de littérature à ce sujet, la plateforme ayant été créée en 2006. Le tweet étant un objet hybride, un angle pluridimensionnel a été adopté afin d’appréhender conjointement la partie picturale et la partie discursive. L’analyse d’image (Joly, 1993), l’analyse textuelle (Adam, 1999) et l’analyse des récits médiatiques (Lits, 2008) ont été combinées afin de saisir l’efficacité symbolique des multiples langages des tweets. Le choix d’une étude en termes de récit médiatique et non en termes de discours a été motivé par le fait que le temps de la réception des messages par les internautes n’est pas concomitant du temps de l’écriture par les gendarmes en charge d’animer ce compte Twitter, si l’on se réfère aux travaux sur la mimésis (Ricœur, 1983). Une grille a été établie afin de rassembler les différents résultats et de mettre en évidence les relations qu’entretiennent les parties picturales et textuelles. Les critères retenus sont notamment le champ lexical, la présence iconique d’armes, d’uniformes, les signes d’énonciation, la tonalité générale (dramatique, humoristique, informative…) qui émanent du tweet. Une attention est portée à l’intericonicité des images (Arrivé, 2015) car la Gendarmerie Nationale charrie de nombreuses représentations. Le corpus est lu sous une approche sémiologique appliquée à la problématique de la communication des organisations (Boutaud, 2001). Enfin, un entretien semi-directif s’inspirant de la méthode de l’école de Chicago a été réalisé à la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale avec le Chef du Bureau Médias en novembre 2014. Cet entretien semi-directif permet d’analyser le discours officiel de l’institution sur @gendarmerie.

7Cette étude reviendra tout d’abord sur les conditions de création, la stratégie d’appropriation de la plateforme voulue par les acteurs de cette présence numérique avant de s’intéresser à la réactualisation de la dimension répressive de l’institution. Elle mettra ensuite en exergue les langages mis en place par les auteurs du compte pour déconstruire le stéréotype du gendarme autoritaire et esquisser une représentation héroïque du prestige militaire avec une dimension humanisante du militaire.

1. Médiatiser les opérations des agents de l’ordre

8Quel type de contenu est partagé sur ce compte Twitter ? La bannière d’accueil indique : « Suivez l’actualité opérationnelle de la Gendarmerie Nationale ». On observe ainsi un premier changement de paradigme : l’institution militaire réputée pour entretenir une certaine culture du secret annonce qu’elle va partager des informations avec les civils. @gendarmerie a donc une visée informative et invite les internautes à suivre les opérations des soldats de la loi. Chaque tweet est marqué temporellement puisqu’il est automatiquement précédé de la date de son émission. Cette floraison de déictiques temporels atteste de la présence des agents de l’ordre sur le terrain.

  • 4 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias le 28 novembre 2014.

9Le lancement d’@gendarmerie n’a pas été créé « par effet de mode »4 : l’institution a déployé une véritable stratégie numérique. Certains membres de l’équipe s’étaient déjà acculturés au réseau social et à son format d’écriture concis dans le cadre privé. L’équipe s’est formée via des manuels didactiques et a bénéficié d’un accompagnement de l’équipe Twitter France, ce qui lui a permis de tirer des enseignements des expériences de forces policières étrangères. Puis, le personnel a rédigé des tweets à blanc pendant les deux mois précédant l’ouverture du compte, soumettant ses messages à un panel de gendarmes. Chaque membre de l’équipe s’est créé un compte personnel afin de se familiariser au format. Tout a donc été conçu pour garantir les conditions de succès de ce compte.

  • 5 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias le 28 novembre 2014.

10« Délivrer une information de proximité, une information utile au grand public »5. Telle est la fonction d’@gendarmerie selon le Chef du bureau Médias, l’un des initiateurs de sa création. Selon lui, l’équipe et le compte fonctionneraient comme une sorte de média. Twitter est comparé au « porte-parolat » de la Gendarmerie Nationale, voire à son « agence de presse ». Ce positionnement coïncide avec la bannière d’accueil d’@gendarmerie évoquée plus tôt. Dès sa création, l’équipe prévoyait d’animer ce compte « sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingtquatre ». De plus, le contenu est édité en vue de maximiser les reprises via le recours aux hashtags qui référencent le message dans un fil d’actualités.

  • 6 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias le 28 novembre 2014.

11L’organisation du bureau Médias a été repensée pour répondre à cette logique informative. Au moment de la création, deux rédacteurs se chargent d’alimenter la partie discursive du compte @gendarmerie. L’équipe s’est étoffée et a atteint quatre personnes pour suivre le rythme de production qui s’élève à quatre tweets par jour en moyenne. Quant à la partie picturale, elle provient en grande majorité du terrain. Des gendarmes transmettent des photographies ou l’équipe Twitter se déplace lorsque des événements prévus de longue date se produisent. L’un des postulats de départ ? Le compte ne peut fonctionner qu’à condition que l’équipe reçoive une délégation de confiance accordée par le directeur de la Gendarmerie Nationale. En effet, les circuits de validation classiques, formels, longs, ne coïncident pas avec la réactivité nécessaire à la publication de tweets. Le Chef du bureau Médias valide chaque tweet, une réorganisation majeure puisque la chaîne de validation est d’ordinaire plus longue dans cette institution militaire6.

12« Twitter, le média de l’immédiateté » ? Cette affirmation par la plateforme sur sa page d’accueil mérite d’être nuancée. En effet, les événements ne sont pas montrés en direct, le temps de l’écriture n’étant pas concomitant au temps de la réalisation des événements, si l’on se réfère aux travaux de P. Ricœur (1983). @gendarmerie revendique pourtant ce caractère d’immédiateté. Le compte émet la promesse suivante à ses publics : raconter en direct les opérations des gendarmes. Cette immersion au cœur de l’événement contribue à renforcer la proximité entre l’institution militaire et les citoyens. En promettant de médiatiser en temps réel ses opérations, elle s’inscrit dans une logique de transparence et de partage d’une temporalité avec ses followers. L’acte de consulter la page @gendarmerie relève ainsi d’une forme de communion. L’institution semble ainsi encourager l’illusion que l’on puisse s’immerger dans le quotidien des gendarmes. Cette monstration visuelle permet de suivre les activités d’une partie de la sphère pénale. @gendarmerie se positionne en tant que média à part entière avec son efficacité symbolique. Désormais, l’institution assure au quotidien son autoreprésentation auprès des internautes, qu’ils soient inscrits ou non à Twitter. Ce faisant, le compte lui permet d’une certaine manière de s’affranchir des couvertures médiatiques classiques, mais aussi de maîtriser le moment où elle délivre des informations et in fine de renforcer le contrôle de son image.

13Comment s’articule cette narration « en direct » ? L’image prédomine, fonctionnant selon la logique de la captatio : il s’agit de surprendre et d’impressionner les publics en montrant le quotidien des soldats de la loi. Quant à la partie discursive, les ressorts classiques qui participent à dynamiser le récit comme les verbes d’action ne sont pratiquement pas employés dans le corpus étudié. L’impératif d’économie de mots explique en partie cette rhétorique. Mais la partie discursive remplit en fait une fonction de relais (Barthes, 1964 : 44) : elle fournit des éléments essentiels à la compréhension de la partie iconique du tweet.

2. Répression : la force armée en opération

14Aux origines, la Gendarmerie désignait un corps de cavaliers attaché à la maison du roi, de la reine ou des princes sous François Ier. Il s’agissait littéralement de soldats armés appelés « gend’armes ». La dimension répressive est ainsi nichée dans les origines étymologiques de l’institution. En 1791 apparaît un « corps militaire [...] chargé de veiller au maintien de l’ordre [...] sur toute l’étendue du territoire [...], de surveiller les armées de terre et de mer et de collaborer avec la police judiciaire » : la maréchaussée (Luc et Médard, 2013 : 6). Comme le souligne A.-D. Houte (2008 : 124), le gendarme moustachu inspire une peur instinctive plus ou moins perlocutoire au fi des siècles. Au moment de l’étude, en 2015, près de 100 378 gendarmes assurent diverses missions administratives (maintien de l’ordre, assistance et secours, circulation routière, police administrative), judiciaires (recherche des auteurs d’infractions, enquêtes judiciaires) et militaires (police militaire, prévôté et missions extérieures) en vue d’assurer la sécurité sur près de 95 % du territoire français. Du GIGN au Peloton de Gendarmerie en Haute Montagne, le terme de « gendarme » recouvre une diversité de services et de métiers.

15Parmi les nombreuses acceptions du terme de « gendarme » figure celle-ci :

  • 7 Définition proposée par le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales <http://www.cnrtl.fr/​lexicographie/​gendarme>, consulté le 21/</http>

Personne, groupe de personnes dont l’autorité, le pouvoir est ressenti comme contraignant ; qui exerce une action répressive.7

16Retrouve-t-on des références implicites ou explicites au caractère répressif de l’institution dans le corpus ? Plusieurs signes iconiques s’inscrivent dans cette dimension, à commencer par le logotype de la Gendarmerie Nationale. Revenant en anaphore au début de chaque tweet, cet élément réaffirme l’autorité dont les agents de l’ordre sont investis et rappelle implicitement qu’ils détiennent le « monopole de l’usage légitime de la force sur son territoire » (Weber, 2002 [1919] : 124). Ce logotype se compose d’une grenade en bois de cerf (Agulhon et Borbin, 1979), en référence à l’arme dont disposent certains gendarmes et fonctionne comme une synecdoque de ce corps social. L’emblème orne notamment les retroussis des uniformes et les képis. Cependant, cette grenade rappelle notamment la polémique autour du décès du manifestant Rémi Fraisse en octobre 2014. La Gendarmerie Nationale a recours à des armes de combat pour assurer l’ordre.

17L’uniforme revient également en anaphore dans le corpus. Tenue réglementaire portée par les hommes d’une même unité militaire, il participe à conférer de l’ordre en gommant les spécificités individuelles des gendarmes. Il remplit une fonction unificatrice mais également une fonction discriminante dans la mesure où les civils n’ont pas le droit de le porter. De couleur bleu outremer, l’uniforme s’inscrit dans une double logique d’identification : il sert à être reconnaissable de ses pairs et des civils. Malgré les différentes déclinaisons en fonction des unités, il a été conçu pour être visible de loin et comporte souvent l’inscription « Gendarmerie Nationale », un caractère ostentatoire supplémentaire. Sa couleur symboliserait le dévouement, en référence à la tradition chrétienne (Bauer et Pérez, 2009 : 35). Tout dans sa conception, des galons aux inscriptions, concourt à inspirer le respect. L’uniforme exercerait ainsi une efficacité symbolique, voire une forme de performativité sur les publics qui se transposerait sur Twitter. En effet, de nombreux civils modifient leur comportement à la vue de l’uniforme, qui par métonymie renvoie à l’institution pénale. Ces effets perlocutoires ont notamment été relatés par A. Lignereux (2012 : 164) dans la littérature française du XVIIIesiècle. Le port de cet habit répond ainsi à deux logiques antithétiques : d’une part, il rassure, d’autre part, il intimide les civils. La tenue de service annonce ainsi l’autorité dont est investi le soldat de la loi, contribuant à l’imposer dans l’espace social et dans les esprits.

  • 8 Le néologisme est forgé sur les termes anglais de « robot » et « cop », signifiant dans le registre (...)

18Ce symbole d’appartenance à l’institution gendarmique revient plusieurs fois dans le corpus : treillis militaire kaki, bleu outremer, noir, tenue RoboCop8. C’est par ce terme que les dirigeants de la Gendarmerie désignent la tenue de maintien de l’ordre que portent parfois les membres de la Gendarmerie Mobile. Il s’agit d’une sorte d’armure qui protège les gendarmes des projectiles des manifestants. Elle évoque ainsi les mouvements de contestation parfois virulents menés par les groupes sociaux au sein de l’espace public. Cette déclinaison de l’uniforme cristallise l’hégémonie dont dispose l’institution. En effet, le gendarme peut avoir recours à la force physique et user de son droit de tuer au nom de la loi. Twitter pourrait s’apparenter à un outil de renforcement de cette logique d’intimidation dans la mesure où l’uniforme bleu revient en anaphore dans les parties picturales. On émet l’hypothèse que cette tenue continue d’avoir des effets perlocutoires dans le corpus étudié dans la mesure où elle constitue une forme symbolique de dissuasion. Il en va de même pour d’autres signes iconiques telles que les nombreuses occurrences d’armes et coupes de cheveux courtes dans le corpus qui réactivent la dimension militaire et coercitive de l’institution.

19Figure de la sphère pénale, le gendarme contribue à la résolution des enquêtes. Le recours au registre judiciaire dans certains tweets illustre cette dimension : le gendarme interpelle les individus qui représentent un danger ou qui commentent une infraction à l’ordre public. Divers termes renvoient au champ lexical de la justice (« cambriolages », « garde à vue », « volées »), les poursuites pénales, les différents types de crimes et les risques encourus. Quant aux hashtags, ces déictiques spatiaux permettent aux agents de l’ordre de semer des indices de leur passage sur le territoire. Sur Twitter, l’émetteur renseigne le lieu d’émission du message. Dans le corpus étudié, il s’agit d’une référence géographique à l’événement qui est médiatisé. On peut estimer que les hashtags participent à entretenir l’ordre sur le territoire par le principe de la performativité du discours. À titre d’exemple, l’internaute peut être incité à modifier son comportement sur la route du fait qu’il ait connaissance de la présence des gendarmes via @gendarmerie. La peur du gendarme s’exerce à travers l’espace numérique. La visibilité numérique de l’institution renforcerait sa présence physique sur le terrain. Par ailleurs, le recours au hashtag « insolite » s’inscrit dans une volonté de maximiser l’audience : les opérations de la Gendarmerie Nationale ne sont plus seulement médiatisées sous un angle répressif mais également comme des opérations de maintien de l’ordre qui comportent une part d’originalité. Le quotidien du gendarme réserve une part d’inattendu, élément qui pourrait susciter des vocations parmi les internautes en quête d’un métier où la routine ne rythme pas les journées de travail.

Capture d’écran 1. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014

20« Avez-vous vraiment besoin de compléter l’album photo de vos vacances ? Prudence sur la route !  ». Cet extrait de tweet, accompagné d’une photographie d’un radar, prouve qu’il est possible de concilier rappel de la loi et humour. En effet, le radar est un référent culturel qui renvoie à la sanction financière et aux retraits de points sur le permis de conduire. L’expression populaire « empêcheur de tourner en rond » est ainsi revivifiée dans ce tweet sous une forme plus contemporaine, bien que le radar puisse être appréhendé comme une mutation de la peur du gendarme. On peut en effet estimer que celle-ci a quitté l’uniforme pour se cristalliser sur cet outil, voire sur la voiture de patrouille qui annonce par métonymie l’agent de l’ordre prêt à verbaliser. Cette hypothèse pourrait s’appliquer aussi bien au corpus qu’à la présence physique des gendarmes sur le terrain. De nombreux rappels à la loi rythment les tweets de manière implicite et explicite. L’institution communique également avec humour sur les manquements à la loi et sur des interpellations insolites, instaurant de la connivence avec les internautes. En investissant Twitter, la Gendarmerie Nationale assoit sa légitimité sur l’espace numérique avec une rhétorique parfois légère et adopte les codes langagiers des civils. Plus un message est humoristique, plus il a de chance d’être retweeté et in fine, que les messages de l’institution aient une plus forte visibilité et de potentiels effets perlocutoires sur les publics. Sur l’internet comme sur le territoire national, l’institution veille au respect des lois et rappelle implicitement aux Français qu’ils doivent se comporter en citoyens exemplaires.

3. Dépoussiérer le stéréotype du gendarme autoritaire

  • 9 Stereos signifie solide et tupos imprimerie (Doraï, 1988 : 46).

21« Empêcheur de tourner en rond », « gendarme moustachu » (Houte, 2008)... La Gendarmerie Nationale fait l’objet de nombreux stéréotypes et appellations populaires depuis sa création. On entend par stéréotype une représentation que la notoriété, la fréquence, la simplicité ont imposé comme évidence à l’ensemble d’une communauté (Boyer, 2008 : 102). Cette structure sociocognitive figée gouverne les imaginaires collectifs. À l’origine, ce terme désigne une plaque d’imprimerie coulée dans un moule, ce qui rappelle son caractère durable et la difficulté à le déconstruire9. Or, il s’agit de l’une des fonctions du compte Twitter comme le révèle l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias :

@gendarmerie […] permet de véhiculer l’image d’un gendarme loyal, proche de la population et capable d’humour.

22Les rédacteurs d’@gendarmerie forgent ainsi une rhétorique visuelle et discursive pour agir sur les imaginaires collectifs.

23Figure militaire, le gendarme n’en est pas moins un citoyen capable d’autodérision.

Capture d’écran 2. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014

  • 10 Ébel, É., (juillet-août 2013), La moustache des gendarmes. Gend’Info.

24C’est ainsi que les auteurs d’@gendarmerie ont choisi de reprendre l’une des parodies du « Petit Journal » qui possède un degré d’intericonicité avec la comédie Le Gendarme à Saint-Tropez. Cette parodie vise à tourner en dérision la profession, « incarnation de l’ordre social et souffre-douleur régulièrement moqué » (Le Pajolec, 2013 : 182). Ce faisant, les comédiens jouent avec l’imaginaire collectif des Français et le registre burlesque. Sur ce tweet, les deux comédiens Éric et Quentin endossent le képi et l’uniforme, des insignes militaires aisément reconnaissables. L’humour réside dans les artifices de la fiction comme la perruque. Le plat de pâtes, élément trivial, contribue également à désacraliser la profession. Mais un autre élément iconique se détache de cette mise en scène : le gendarme moustachu. Cette figure récurrente de la littérature, du vaudeville et du spectacle de Guignol rappelle notamment le personnage de Raymond, gendarme retraité de la série « Scène de ménage », diffusée quotidiennement sur la chaîne M6. L’institution a longtemps été désignée par la métonymie : « attention les moustaches ! »10. Or, les auteurs d’@gendarmerie corrigent l’inexactitude du déguisement des acteurs du « Petit Journal » et précisent dans la partie discursive que le port de cet attribut viril n’est plus obligatoire. La figure du gendarme moustachu est donc ancrée dans le passé. La partie textuelle de ce tweet use du logos pour démontrer que le stéréotype doit être actualisé via une tonalité humoristique et assertive. Twitter constitue un dispositif d’interaction propice à la déconstruction des raccourcis sociocognitifs dans la mesure où les internautes peuvent retweeter le contenu, le commenter, le « liker » et contribuer à diffuser ces stéréotypes déconstruits, comme le souligne l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias.

25Humour et sphère militaire, deux éléments antithétiques ? Le recours à une rhétorique légère marque une rupture dans le discours de l’institution : elle ne souhaite plus seulement se présenter comme une structure unifiée assurant l’ordre sur le territoire, mais également comme une institution composée de femmes et d’hommes capables d’autodérision. Le gendarme dialogue avec les followers, répond à leurs commentaires, ce qui participe de gommer le caractère militaire et rigide de sa profession. @gendarmerie est ainsi propice à casser les stéréotypes puisque le narrateur interne qui s’exprime donne l’illusion d’un dialogue quasi interpersonnel et réduit la distance symbolique qui sépare l’institution des publics. Le recours aux émoticônes permet de renforcer la connivence avec les citoyens, jouant sur une rhétorique discursive moins formelle.

26Une autre dimension ressort au fi du corpus : l’héroïsation des gendarmes. En effet, les qualités humaines des soldats de la loi sont mises en avant à maintes reprises. Le gendarme est ainsi un héros qui se distingue par ses capacités physiques, n’hésitant pas à se mettre en péril pour secourir les populations. Il s’illustre dans des concours sportifs, partage des référents culturels avec les publics comme l’émission « Le Petit Journal » et des passions (la moto, le cyclisme). Des communautés se forment ainsi sur @gendarmerie, fédérant militaires et civils. Alliant procédés discursifs et picturaux, cette stratégie contribue à tisser du lien entre militaires et civils.

27Un autre processus est à l’œuvre dans le corpus étudié : l’humanisation des gendarmes. Derrière les tenues militaires se tiennent des femmes et des hommes qui éprouvent des émotions. Les internautes peuvent ainsi s’identifier à « Benjamin », un gendarme souriant qui constitue un support de projection en échangeant sur les motivations qui l’ont conduit à rejoindre la gendarmerie. L’institution n’est plus cloisonnée : elle dévoile les coulisses des conditions de travail de ses agents de l’ordre qui apparaissent parfois en tenue civile. Le présent à valeur de vérité générale et l’exclamation « Pour nous, une journée de repos, ça sert avant tout à entretenir les motos ! » tendent à imposer la représentation du gendarme passionné par son métier.

4. La fabrique des héros du quotidien

  • 11 Extrait de la définition du Trésor de la Langue Française en ligne, consulté le 12.09.15 <http://ww(...)

28L’investissement de Twitter par la Gendarmerie Nationale s’ancre dans une stratégie de modernisation de son image. Cependant, ce travail de dépoussiérage implique-t-il nécessairement de se défaire des représentations antérieures ? Comment actualiser cet héritage symbolique ? Cette remise en question soulève la problématique de l’identité gendarmique : que signifie être gendarme en 2014 ? Les auteurs de @gendarmerie exploitent un mode de narration visuelle et discursive développée dans la sphère publicitaire : le storytelling (Berut, 2010). Cette méthode permet notamment de répondre aux questions essentielles d’un groupe social : « qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? » (Lits, 2008 : 7) et de mettre en valeur ses racines. Comme en atteste le tweet extrait d’une capture d’écran du « Petit Journal », la force militaire reste fortement attachée à son patrimoine cinématographique. En relayant le détournement humoristique du film les Gendarmes à Saint-Tropez, l’institution prouve aux internautes qu’elle assume pleinement cet héritage, quand bien même cette production véhicule le stéréotype du gendarme autoritaire. Une autre figure s’inscrit dans la revendication de cet héritage historico-symbolique : le cavalier de la Garde Républicaine. Présent sur de nombreux tweets, il renvoie implicitement aux racines de l’institution en rappelant le « corps de cavaliers attaché à la maison du roi, de la reine ou des princes »11. Un autre gendarme lui fait écho : le gendarme à moto. On pourrait l’appréhender comme une actualisation de cette représentation picturale puisque tous deux maîtrisent leurs montures et se déplacent pour assurer l’ordre sur le territoire. Au sein du corpus, un tweet illustre explicitement la fierté des auteurs du compte Twitter avec la mention « retour sur 56 années de secours, d’assistance et d’enquêtes ». La partie picturale de ce tweet se compose d’un polyptique de quatre clichés en noir et blanc. Un jeu sur l’ethos professionnel est donc à l’œuvre : les ancêtres de l’institution sont présentés aux publics. La photographie et le principe de « l’ordre du ça a été » énoncé par R. Barthes (1957) sont ici pleinement exprimés. @gendarmerie comporte une dimension nostalgique et contemporaine à la fois : le temps passe, les photos se colorisent, les soldats de la loi émettent désormais des tweets mais leur dévouement vis-à-vis de la population ne faiblit pas. Chaque tweet peut être alors lu comme un rappel implicite ou explicite des valeurs de la Gendarmerie Nationale. Twitter se transforme en lieu propice au récit des événements marquants l’institution, à la célébration des ancêtres et à la revivification de ses valeurs.

  • 12 D’après une définition du Larousse XIXesiècle (D’Abzac-Epezy, C., Ebel É., 2008 : 10).

29Plusieurs tweets constituent des références implicites et explicites au mythe du héros au sens « d’un homme qui, par son courage, sa magnanimité, son génie, accomplit des choses grandes ou périlleuses »12. Le gendarme réalise des missions d’assistance dangereuses, veille à la surveillance et à l’arrestation de malfaiteurs ou de terroristes. Sur @gendarmerie, les agents de l’ordre assurent également la sécurité des cyclistes et des publics lors du Tour de France. « Être acteur de sa vie pour celle des autres » : cet extrait de tweet rappelle les slogans de campagne de recrutement et invite implicitement les internautes à passer les concours pour intégrer le corps gendarmique.

Capture d’écran 3. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014

30Pour autant, la partie discursive des tweets du corpus contraste avec la partie iconique. En effet, aucune mention des gendarmes en tant que sujet de l’action n’a été relevée. Les auteurs d’@gendarmerie ont recours à la forme passive pour rendre compte des actions de sauvetage, les victimes sont « hélitreuillées » sans que les sauveteurs ne soient mentionnés. La dimension du sauveteur est réactivée au travers de l’uniforme des gendarmes, lié à Saint Martin de Tours, militaire qui aurait divisé son manteau bleu en deux afin de venir en aide à̀ un pauvre, d’après la légende chrétienne (Bauer et Pérez, 2009 : 35). Dans ce tweet, c’est au travers de la photographie que s’effectue la mise en valeur de la bravoure du gendarme. Le gendarme est un sauveur qui progresse dans plusieurs espaces difficiles d’accès et hostiles comme la montagne et l’eau. Sur le tweet ci-joint, la force du courant suggère le danger des inondations et le risque de noyade. Si l’on poursuit la lecture de ce tweet sous un angle religieux, cette photographie comporte un degré d’intericonicité aux descriptions de l’apocalypse dans la Bible puisque la voiture est cernée par les eaux. Le courage du militaire y est illustré de manière explicite :

Dans l’accomplissement journalier du service, le gendarme peut être amené à se distinguer par son comportement face à une situation périlleuse, au cours de laquelle il encourt le risque d’être grièvement ou mortellement blessé (Dieu, 2002).

Capture d’écran 4. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014

31Avec son sabre, le cavalier se montre prêt à secourir les hommes politiques dont il assure la sécurité. Sens de l’honneur et du devoir, esprit de sacrifice, loyauté… Ce gendarme incarne les valeurs militaires.

32La mise en scène édifiante rappelle que les gendarmes risquent leur vie au quotidien en assurant des missions de secours auprès des populations. @gendarmerie est donc une sorte d’illustration de l’utilité des agents de l’ordre au sein de la société française. Le gendarme ne se résume pas à une figure austère de la sphère pénale qui réprime : il se distingue par ses qualités de dévouement. La fabrique d’un nouveau gendarme au fil des tweets présente les différentes facettes de son métier.

  • 13 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef de bureau Médias le 28 novembre 2014.

Le gendarme, c’est quelqu’un de loyal … engagé au service de la population […] quelqu’un qui est proche, il y a vraiment cette proximité sur les territoires, proximité avec les personnes, cette disponibilité de tous les instants, due au caractère militaire, mais je crois que c’est aussi quelque chose qui fait partie de l’ADN du gendarme. Et puis c’est quelqu’un qui est moderne13.

33Dans le corpus, les gendarmes sont ainsi représentés comme des modèles tant par leur courage physique que par leur force psychologique. Ils s’entraînent chaque jour pour atteindre ce degré d’excellence et sont médiatisés durant leurs entraînements. Sportifs, ils participent à des championnats comme le Tour de France. Le mythe du militaire est alors revivifié avec l’entretien des corps. Cette réactualisation va de pair avec le prestige militaire. Celui-ci est revivifié au travers des occurrences d’uniforme, les dorures des cavaliers ainsi que leurs chevaux. Ces éléments iconiques peuvent être appréhendés comme des signes de puissance dans la mesure où ils possèdent une certaine efficacité symbolique (Bryon-Portet, Op. cit. : 159) et impressionnent les publics. Le casque orné de crins de cheval de la Garde Républicaine comporte par exemple un degré d’intericonicité fort avec les casques des empereurs romains. Les symboles ancestraux de l’institution sont ainsi mis en valeur sur @gendarmerie. Le GIGN, souvent présenté comme un corps d’élite du fait des conditions de recrutement difficiles, cristallise la dimension prestigieuse de l’institution. En convoquant divers symboles, @gendarmerie contribue à exalter le sentiment d’appartenance à la force armée et d’entretenir le culte militaire.

34Photographies et légendes possèdent le même caractère grandiloquent observé dans de nombreuses campagnes d’affichage de promotion de l’institution. En effet, les apports empiriques de J. Freyssinet-Dominjon (2003 : 79) entrent en résonance avec la rhétorique visuelle à l’œuvre sur @gendarmerie puisque celle-ci s’inscrit dans une visée de recrutement. Cependant, elle permet également de stimuler le sentiment gendarmique, de revivifier le sentiment de fierté d’appartenance à l’institution en interne en diffusant des modèles vers lesquels tendre (Ibid.). @gendarmerie fonctionne ainsi comme une version numérique et quotidienne de la revue Gend’Info, un magazine diffusé en interne qui traite des actualités de l’institution. On peut dès lors penser que la plateforme numérique constitue un dispositif propice à l’actualisation des mythes de l’institution et à maintenir leur efficacité symbolique sur les publics. Susciter de nouvelles vocations, tisser du lien avec les internautes, entretenir le sentiment de fierté gendarmique… Le compte Twitter illustre au quotidien le travail de proximité qu’effectuent les soldats de la loi et la diversité de leurs missions opérationnelles pour assurer la sécurité des citoyens.

Top of page

Bibliography

D’ABZAC-EPEZY, C., ÉBEL, É., (2008), « La représentation du héros dans la culture de la gendarmerie XIXe-XXe siècles », Cahiers du CEHD, 35.

ADAM, J-M., (1999), Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes. Paris : Nathan.

AGULHON, M., CORBIN, A., (1979), « Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880 ». Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 34, 6, 1266-1268.

ARRIVÉ, M., (2015), « L’intelligence des images l’intericonicité, enjeux et méthodes », E-rea [En ligne], 13.1, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 13.08.2018. URL : https://journals.openedition.org/erea/4620

BARTHES, R., (1957), Mythologies. Paris : Seuil.

BARTHES, R., (1964), Rhétorique de l’image. Communications, 4, 40-51. BAUER, A., PEREZ, É., (2009), Les 100 mots de la police et du crime. Paris : PUF.

BERUT, B., (2010), « Storytelling : une nouvelle propagande par le récit ? » Quaderni, 72, 31-45.

BESSON (Général), ROSIÈRE, P., (1982), Gendarmerie nationale. Paris : Xavier Richer.

BOUTAUD, J-J., (2011), « L’outil et l’ethos. Quand sémiotique, communication et organisation progressent dans l’application », Communication et organisation, 39, 17-36.

BOYER, H., (2008), « Stéréotype, emblème, mythe. Sémiotisation médiatique et figement représentationnel ». Mots. Les langages du politique, 88, 99-113.

BRYON-PORTET, C., (2011), « L’approche sémio-herméneutique : une nécessité pour étudier les dispositifs symboliques des organisations et leurs enjeux communicationnels ». Communication et organisation, 39, 150-166.

DIEU, F., (2002), La gendarmerie, secrets d’un corps. Bruxelles : Complexes.

DORAÏ, M.K., (1988), « Qu’est-ce qu’un stéréotype ? », Enfance, Tome 41, 3-4, 45-54.

FREYSSINET-DOMINJON, J., (2003), « En bleu et noir… l’image visuelle du gendarme dans la communication affichée de la gendarmerie (1958-2002) », Sociétés & Représentations, 16, 77-94.

HECKER, M., RID, T., (2012), « Les armées doivent-elles craindre les réseaux sociaux ? » Politique étrangère, 2012/2, 317-328.

HOUTE, A.D., (2008), « La peur du gendarme : mutations d’une sensibilité dans les campagnes françaises du XIXème siècle », Histoire, économie & société, 27ème année, 123-133.

JOLY, M., (1993), Introduction à l’analyse de l’image. Paris : Armand Colin.

KAPLAN, A.M., (2011), « Twitter ou le pouvoir de 140 caractères », L’Expansion Management Review, 140, 104-113.

LAMBERT, F., (2013), Je sais bien mais quand même. Essai pour une sémiotique des images et de la croyance. Paris : Éditions non standard.

LAMIZET, B., (2012), L’imaginaire politique. Paris : Hermès Science Publications.

LE PAJOLEC, S., (2003), « Cinégénie du gendarme ? La série du Gendarme de SaintTropez ». Sociétés & Représentations, 16, 131-143.

LE PAJOLEC, S., (2013), « Les gendarmes dans le septième art ». In LUC, J-N., MEDARD, F. (dir.), Histoire et dictionnaire de la Gendarmerie. De la maréchaussée à nos jours. Paris : Jacob-Duvernet, 182-191.

LIGNEREUX, A., (2003), « Rosser le gendarme dans les spectacles de marionnettes au XIXème siècle : une école de rébellion ? », Sociétés & Représentations, 16, 95-113.

LIGNEREUX, A., (2013) « La figure du gendarme au miroir des genres littéraires ». In LUC, J-N., MEDARD, F. (dir.), Histoire et dictionnaire de la Gendarmerie. De la maréchaussée à nos jours. Paris : Jacob-Duvernet, 164-174.

LITS, M., (2008), Du récit au récit médiatique. Bruxelles : De Boeck.

LUC, J-N., (2003), Chronologie sommaire de l’histoire institutionnelle de la maréchaussée et de la gendarmerie nationale (XVIIe-XXe siècles). Sociétés & Représentations, 16, 36-38.

LUC, J-N., MEDARD, F. (dir.) (2013), Histoire et dictionnaire de la Gendarmerie. De la maréchaussée à nos jours. Paris : Jacob-Duvernet.

LUC, J-N [dir], Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Actes du colloque du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle, 10 et 11 mars 2000, Paris : Publications de la Sorbonne, 2002.

MANNONI, P., (1998), Les représentations sociales. Paris : PUF.

MEYER, M., (dir.), (2012), Médiatiser la police, policer les médias, Lausanne : Antipodes.

PERINET-MARQUET, X., (2003), Militaire, juriste et protecteur : le gendarme des années 1950 et 1960 d’après la revue d’études et d’informations de la gendarmerie nationale. Sociétés & Représentations, 16, 65-75.

RICŒUR, P., (1983), Temps et récit. Paris : Seuil.

WEBER, M., (2002), Le Savant et le politique. (1919), trad. J. Freund, E. Fleischmann et É. de Dampierre, Paris : Plon.

Top of page

Notes

1 « Le Petit Journal » est un journal télévisé satirique diffusé sur Canal + de 2004 à 2017.

2 Morel Sandrine. Twitter rend la police aimable. M le magazine du Monde, publié le 10.08.13 <http:// www.lemonde.fr/m-actu/article/2013/08/10/twitter-rend-la-police-aimable_3459122_4497186.html>

3 Mort de Rémi Fraisse : la thèse de la grenade offensive confirmée par les analyses. Publié le 31.10.14 sur Le Monde.fr, <http ://www.lemonde.fr/planete/article/2014/10/31/mort-de-remi-fraisse-la-these- de-la-grenade-offensive-confirmee-par-lesanalyses_4516416_3244.html>

4 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias le 28 novembre 2014.

5 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias le 28 novembre 2014.

6 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef du bureau Médias le 28 novembre 2014.

7 Définition proposée par le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales <http://www.cnrtl.fr/lexicographie/gendarme>, consulté le 21/01/15.

8 Le néologisme est forgé sur les termes anglais de « robot » et « cop », signifiant dans le registre populaire gaélique « flic ». Il se réfère également au film de science-fiction éponyme sorti en 1987 dont le héros policier est doté d’une enveloppe cybernétique après avoir été abattu lors d’une intervention.

9 Stereos signifie solide et tupos imprimerie (Doraï, 1988 : 46).

10 Ébel, É., (juillet-août 2013), La moustache des gendarmes. Gend’Info.

11 Extrait de la définition du Trésor de la Langue Française en ligne, consulté le 12.09.15 <http://www.le-tresor-de-la-langue.fr/definition/gendarmerie>

12 D’après une définition du Larousse XIXe siècle (D’Abzac-Epezy, C., Ebel É., 2008 : 10).

13 Extrait de l’entretien réalisé avec le Chef de bureau Médias le 28 novembre 2014.

Top of page

List of illustrations

Caption Capture d’écran 1. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11838/img-1.jpg
File image/jpeg, 40k
Caption Capture d’écran 2. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11838/img-2.jpg
File image/jpeg, 24k
Caption Capture d’écran 3. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11838/img-3.jpg
File image/jpeg, 44k
Caption Capture d’écran 4. Capture d’écran du site <https://twitter.com/​gendarmerie> effectuée le 24 octobre 2014
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11838/img-4.jpg
File image/jpeg, 29k
Top of page

References

Electronic reference

Nina GatouiLLat, « De « l’empêcheur de tourner en rond » au gendarme twitto : évolution de la représentation de la force armée sur son compte Twitter », Semen [Online], 46 | 2019, Online since 17 December 2020, connection on 25 January 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/11838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.11838

Top of page

About the author

Nina GatouiLLat

Institut Français de Presse Université Panthéon-Assas Paris 2

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search