Skip to navigation – Site map

HomeNuméros46I. Dossier thématiqueLa réponse en ligne du gouverneme...

I. Dossier thématique

La réponse en ligne du gouvernement français face à la menace terroriste. Les fonctions sémio-discursives d’une présence sur Twitter

Bérénice Mariau

Abstracts

Abstract : The arrival of institutions on social networks has offered new spaces and modalities of speech allowing both an affirmation and an evolution of their identity through these digital formats. These devices, allowing a certain responsiveness and circulation of messages, are then appropriate to the management of emergency situations such as the attacks that struck France on November 13, 2015 and July 14, 2016. Faced with an increased necessity for information, social networks assume different functions that this article proposes to questionne from a semio-discursive analysis of speeches posted on Twitter one month after the two attacks. At the heart of the fight against terrorism, three institutions are thus selected : the Ministry of the Interior, the Ministry of Justice and the Police. Between preventive, safety and homage speeches, a particular enunciative position emanates from these institutions on Twitter. In general, this presence through social networks makes it possible to describe the actions carried out by the institutions, to value their work and constitutes a form of response of the State in the face of the terrorist threat.

Top of page

Full text

« Le terrorisme vise la médiatisation, recherche la visibilité, convoite la postérité par l’image au-delà de son entreprise mortifère. Terroriser les consciences pour mieux soumettre la volonté ou susciter la reddition morale. Avec la télévision et internet, la visibilité obtenue est d’une telle ampleur et d’une telle immédiateté que la médiatisation s’avère consubstantielle au terrorisme. » (Lefébure, Sécail, 2016 : 366)

1L’immédiateté de la « terreur spectacle » (Dayan, 2006) qui s’immisce à travers nos écrans d’ordinateur, de smartphone et de télévision, entraîne rapidement un sentiment de sidération et de confusion face à l’ampleur d’actes de terrorisme qui ont pu toucher de près ou de loin une population. Pierre Lefébure et Claire Sécail soulignent, dans la postface de l’ouvrage collectif Le défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats, combien « les besoins des publics d’être informés sont, dans ces circonstances, considérablement accrus » (Lefébure, Sécail, 2016 : 369). Rédigée aux lendemains des attentats du 13 novembre 2015, cette postface – qui prolonge une analyse collective de la couverture des attentats survenus en janvier 2015 – rappelle combien les médias peuvent constituer des relais d’une terreur que les terroristes cherchent à inspirer.

2Les attentats du 13 novembre 2015 en région parisienne et du 14 juillet 2016 à Nice ont cristallisé la présence d’une menace terroriste forte en France et à l’international. Face à ces événements et à une demande d’information accrue émanant de la population lors de ces attaques, le gouvernement, à travers ses diverses institutions pénales, se trouve dans l’obligation de réagir. En parallèle des différentes actions menées, il se doit également de communiquer et d’élaborer un discours qui vient constituer une forme de réponse à la déstabilisation subie par le pays.

3Le numérique présente alors de nouvelles opportunités pour ces institutions, qui se rendent visibles à travers les réseaux sociaux, en diffusant des messages à vocations multiples. Informer des actions en cours, rassurer sur la présence des services d’ordre, renseigner sur les démarches à suivre pour les victimes ou les témoins, sont autant de fonctions assumées par ces prises de parole en ligne. Ces dispositifs numériques, en permettant une certaine réactivité et le partage des messages, sont ainsi propices à la gestion d’une situation d’urgence comme celle d’une attaque terroriste.

  • 1 Pour notre analyse, les « services de police » représentent la Préfecture de police de Paris et la (...)

4Le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice et les services de police11jouent alors un rôle particulièrement sensible et crucial suite à une attaque. En charge de la sécurité, de l’enquête et de la justice, ces institutions possèdent une identité propre notamment liée aux fonctions assumées. Cette identité s’incarne à travers les prises de parole en ligne qui concourent, par la même occasion, à l’évolution de cette identité et à l’image de la mission endossée par l’institution, et plus généralement par le gouvernement qui les supervise.

5Ainsi ces institutions se sont-elles dotées de comptes Facebook et Twitter afin de prendre la parole sans intermédiaire journalistique et de proposer d’autres formes d’interactions et de contenus. Ces comptes, qui présentent parfois des contenus redondants avec d’autres espaces d’intervention (retranscription d’un discours, d’une interview télévisée, communiqué de presse…), permettent néanmoins de centraliser différents types d’informations et de diffuser des messages spécialement conçus et adaptés pour une circulation en ligne. Les possibilités techniques des réseaux sociaux favorisent ainsi une intermédialité des discours institutionnels qui, circulant d’un média à l’autre, se trouvent façonnés par le format et la matérialité du média d’accueil, reconnu pour avoir sa « manière propre de re-présenter, d’exprimer et de communiquer le monde » (Gaudreault, Marion, 2000 : 22).

  • 2 Une fonctionnalité qui n’est pas présente sur Facebook et qui rend la recherche de messages datés d (...)

6Notre analyse s’est concentrée sur les comptes Twitter des trois institutions précédemment citées. Les fonctionnalités de la « recherche avancée » proposées par Twitter, qui permettent notamment de réaliser une recherche datée du corpus, ont facilité la sélection des messages à analyser2. Le réseau social de microblogage présente également une plus forte dimension institutionnelle que Facebook, qui avait pour premier usage le partage de contenus entre « amis ». Twitter est avantage perçu comme un réseau professionnel (Badouard, Malherbe, 2015 : 46), les journalistes y voient d’ailleurs un bon moyen de se tenir informés des dernières actualités et de recueillir les propos de personnalités publiques. En permettant notamment d’inclure directement un tweet dans une page web et de conserver l’accès à l’original, Twitter favorise également la circulation des discours avec la citation de tweets dans les journaux en ligne, renforçant ainsi l’institutionnalisation de cette parole à valeur performative.

  • 3 La première période d’analyse commence le 13 novembre 2015 et prend fin le 13 décembre 2015 au soir (...)
  • 4 Certains tweets mentionnent explicitement les attentats, alors que d’autres vont aborder la sécurit (...)

7Les tweets sélectionnés ont été postés un mois après les attentats de novembre 2015 et de juillet 20163. Il s’agit surtout d’analyser une situation d’urgence pendant laquelle le besoin de communiquer est très fort. Nous avons alors passé en revue tous les tweets postés à cette période et retenu ceux qui avaient un lien plus ou moins fort avec l’événement4. La sélection du corpus ne s’est en effet pas faite par la recherche de mots-clés précédés d’un hashtag, une fonction proposée par Twitter et Instagram, car ces derniers n’étaient pas toujours utilisés et variaient également selon les tweets. Une lecture de l’ensemble des messages nous a permis de ne pas passer à côté de certains tweets et de mesurer également combien les attentats ont pu monopoliser le contenu des messages postés pendant les quinze jours post-attentats.

8L’espace numérique analysé ici vient ainsi compléter l’ensemble du dispositif discursif de ces institutions. Il permet certaines fonctionnalités et impose également des formats d’écriture spécifiques qui influent sur la forme du discours. Suite à une attaque terroriste, comment ces institutions pénales prennent-elles la parole sur des réseaux sociaux qui imposent un format d’écriture particulier ? Quelles sont les modalités énonciatives et les fonctions sémio-discursives de ces prises de parole en ligne ?

9Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux modalités du discours produit en ligne par les institutions. Nous analyserons ensuite les fonctions sémiodiscursives des messages postés sur Twitter par le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice et les services de police après les attentats qui ont frappé la France le 13 novembre 2015 et le 14 juillet 2016.

1. Multiplier les espaces et les modalités de discours

1.1. Faire « institution » par le discours

10L’institution, et encore plus lorsqu’elle est rattachée à un pouvoir politique, voit dans la production et la diffusion d’un discours un enjeu fort de communication et de légitimation de ses actions. Par le discours, elle rend visible ses fonctions et prône des valeurs en adéquation avec celles de la société dans laquelle elle s’inscrit. Alice Krieg-Planque souligne en effet l’importance du langage dans l’existence même de l’institution :

[…] l’existence d’institutions suppose un langage permettant la formation, l’expression, la transmission et la transformation de croyances et d’attitudes par lesquelles sont créées et organisées ces formes et ces structures sociales que sont les institutions : le langage est donc essentiel aux institutions. (Krieg-Planque, 2012 : 22)

11L’institution informe de ses actions et les justifie auprès des citoyens en montrant le bien-fondé de sa démarche. Le discours est alors consubstantiel aux actions menées et son élaboration peut même précéder l’action. Il vient en effet parfois répondre à un besoin urgent de réaction face à des situations multiples. Loin de s’opposer, discours et actions présentent au contraire des liens indissociables (Ibid. : 51).

Il est manifeste que nous savons, intuitivement, que les mots “font quelque chose’’. Dans le champ politique et institutionnel, nombreux sont les exemples qui attestent la force des liens qui unissent discours et action. (Ibid. : 51)

12Dans certains contextes, les énoncés peuvent ainsi être dotés d’une valeur d’action. La notion d’« actes de langage » introduite par John Langshaw Austin (1970) montre en effet que la parole peut « faire quelque chose ». Opposant dans un premier temps les énoncés constatifs, qui décrivent un état ou une situation, aux énoncés performatifs, qui reviennent à faire quelque chose dans un certain contexte, il dépasse finalement cette dichotomie pour parler plus généralement d’« actes de langage ». En fonction du contexte d’énonciation et du statut de l’énonciateur, les énoncés peuvent ainsi réaliser différentes actions.

13Émanant directement du compte Twitter d’un ministère ou d’un service de police nationale, les messages que nous analysons apparaissent dans un contexte propice à en faire des « actes de langage ». Parfois davantage dans le constat d’une situation ou, à d’autres moments, dans l’annonce d’une mesure de sécurité mise en place, les messages énoncés « font quelque chose » ; ils mettent des mots sur une situation qui a provoqué la sidération et décrivent des actions qui témoignent d’une réaction de la part de l’institution.

1.2. Pour une analyse du discours institutionnel

14Alice Krieg-Planque (2012 : 67) souligne alors qu’un acte de langage accomplit simultanément trois actes (locutoire, illocutoire et perlocutoire) pour lesquels les deux dernières facettes présentent un intérêt certain dans l’analyse des discours politiques et institutionnels. À travers leur analyse, il s’agit en effet d’envisager l’énonciation d’une suite organisée de sons ou de signes graphiques (acte locutoire) comme possédant une certaine valeur d’action (acte illocutoire) et comme étant capable de produire des effets sur le public (acte perlocutoire).

15Par exemple, l’annonce de la mise en œuvre de l’état d’urgence par le Président de la République après les attentats du 13 novembre 2015, notamment relayée par le compte Twitter du ministère de l’Intérieur (acte locutoire), présente une valeur d’action (acte illocutoire). Cette annonce souligne la prise de conscience par le gouvernement d’une menace et sa volonté d’agir avec la mise en place de mesures exceptionnelles face à ce danger. Cet acte de langage est alors susceptible de produire des effets sur le public (acte perlocutoire). Il peut rassurer, en étant perçu comme un dispositif garantissant une plus grande sécurité, mais il peut également inquiéter en étant vu comme contraire aux libertés fondamentales.

Capture d’écran 1. 2èmetweet du ministère de l’Intérieur après les attentats du 13 novembre 2015

  • 5 La notion de « texte » mentionnée ici suit la définition qu’en donne Donald Francis McKenzie, pour (...)

16L’analyse de discours ne peut, pour autant, affirmer que l’énoncé aura tel ou tel effet sur le public. Elle peut par contre chercher « à identifier et à caractériser ce qui, dans une prise de parole ou la rédaction d’un document, est à même d’accomplir une action » (Ibid. : 67). Patrick Charaudeau mentionne sur ce point, pour l’analyse discursive des émotions, que l’analyse du texte5permet de souligner les procédés rhétoriques propices au déclenchement de certains effets, mais qu’elle ne cherche pas à mesurer les émotions suscitées. L’analyse du texte s’intéresse alors aux effets visés ou supposés et non aux effets produits (Charaudeau, 2000 : 136). Jacques Fontanille rappelle dans ce sens qu’avant d’observer les effets produits, il est important de regarder le texte car « pour que l’énonciation argumentative soit persuasive » (Fontanille, 2007 : 6), elle doit « programmer, prévoir ou inscrire en filigrane les formes des émotions qu’elle entend susciter chez l’énonciataire » (Ibid.). L’émotion est donc déjà dans l’énoncé, « dans ses formes et dans ses structures » (Ibid.).

17Il en est de même pour le potentiel d’action d’un énoncé. À travers l’analyse de discours, nous pouvons mettre en avant les possibles effets perlocutoires d’un énoncé, et dans notre cas d’un tweet, sans pour autant pouvoir mesurer si celui-ci a eu ces effets sur le public. Notre analyse s’intéresse alors à l’acte illocutoire, c’est-à-dire au potentiel de sens des discours énoncés par l’institution et mis en ligne sur Twitter.

1.3. Lire et écrire sur Twitter

18Prendre la parole sur Twitter nécessite l’apprentissage d’un ensemble de règles qui permettent à l’utilisateur de la plateforme d’être intégré et entendu par les autres. Marie-Anne Paveau (2012) parle en effet d’un certain nombre de normes et d’usages codifiés sur Twitter, mais aussi de comportements discursifs déconseillés pour faciliter son intégration.

  • 6 Pour la période analysée, les messages étaient restreints à 140 caractères. Depuis novembre 2017, i (...)

19La formulation des tweets s’opère alors dans un cadre énonciatif bien spécifique, notamment régi par l’imposition d’un nombre restreint de caractères par tweet6.

20Cette règle d’écriture autour de la concision des messages peut être en partie contrée par une fonctionnalité proposée par Twitter. La plateforme permet en effet d’insérer d’autres types de contenus comme des images, parfois de textes (articles de presse, infographies avec consignes de sécurité…) et de « “tweeter“ des liens de sites web que l’auteur du tweet recommande » (Longhi, 2014 : 171).

21Marie-Anne Paveau (2012) évoque alors une forme de « délinéarisation » de l’énoncé avec l’insertion de liens, de hashtags et d’énonciateurs/interlocuteurs multiples dans les tweets, qui représentent autant d’éléments « cliquables ». Cette fonctionnalité d’ouverture vers d’autres espaces est alors visuellement suggérée par la présence de « signes passeurs » qui montrent, par « des opérations sémiotiques » (Jeanneret et al., 2003 : 121) particulières et socialement reconnues, qu’il est possible d’agir directement sur le dispositif. Pour les tweets, ces signes sont clairement repérables puisqu’ils ont une couleur qui les différencie du reste du texte. Pour certains signes, le passage du curseur de la souris, ou du doigt pour l’application mobile, permet également de faire apparaître un soulignage, opération sémiotique montrant bien que le texte réagit et qu’il est « activable ».

22Les signes passeurs procurent alors au lecteur l’impression qu’il est face à de multiples ressources, qu’il est maître de son parcours de lecture en choisissant de les activer ou non. Il peut ainsi circuler à travers différentes pages de Twitter, mais aussi de sites internet institutionnels ou encore de sites journalistiques qui, dans un mouvement inverse, renvoient également régulièrement le public vers la plateforme.

23Cette « intermédialité négociée » c’est-à-dire cette interconnexion entre médias reconnus (Gaudreault, Marion, 2000 : 36) donne ainsi lieu à une « consommation réticulaire », à une « accumulation de fragments » (Lits, 2012 : 41), qui inscrit le lecteur dans un flux permanent. Le récit médiatique se co-construit ainsi par « accumulation de fragments narratifs, s’agrégeant peu à peu » (Ibid.), où l’identité narrative devient partagée, fluctuante et non clôturée. Les comptes Twitter analysés présentent notamment cette particularité, l’identité narrative s’y construit à travers la reprise de propos énoncés par différents acteurs du gouvernement et sélectionnés par les institutions. Chapeautant et orchestrant ces prises de parole, les institutions montrent que la réponse de l’État face au terrorisme est unanime, le discours produit semble émaner d’une décision collégiale.

24Cette parole à caractère officiel est d’ailleurs fréquemment consultée par les journalistes qui y voient une source potentielle d’information. Les journalistes font alors de la citation de tweets dans leurs articles une pratique de plus en plus courante. La parole sur Twitter circule dans d’autres espaces et devient accessible à des personnes n’utilisant pas nécessairement le réseau social. Julien Longhi souligne que cette fonctionnalité technique joue un rôle dans la conception des messages :

La dimension technologique des réseaux qui permet la circulation des discours a donc un rôle déterminant sur la matérialité même des productions, sur le sens qui est construit et transmis, ainsi que sur les dimensions pragmatiques et énonciatives du discours. (Longhi, 2014 : 173).

25Cette circulation, à travers la fonctionnalité de « partage » sur les réseaux sociaux ou au sein d’espaces journalistiques, est ainsi anticipée par les producteurs des messages, et notamment par les institutions, qui voient dans ces supports une opportunité d’élargir leurs occasions d’apparition. Julia Bonaccorsi souligne que cette circulation est également anticipée par le lecteur souhaitant partager du contenu :

En activant le signe passeur, le lecteur est pris dans la circulation en tant qu’il anticipe l’édition du contenu, fragmenté, dans un espace éditorial dont la réception est soumise à des règles (accès privé, restreint aux “amis’’, “suiveurs’’…). (Bonaccorsi, 2013 : 148)

26À travers le partage de contenu, l’utilisateur/lecteur devient en quelque sorte utilisateur/producteur puisqu’il participe à la diffusion d’un message qui, apparaissant dans un autre contexte, se verra réactivé. Par ce geste éditorial, il montre ce contenu comme digne d’intérêt pour lui, et potentiellement « ses followers », et l’intègre dans une stratégie communicationnelle plus générale. Le partage de contenu participe en effet à la construction/évolution de son profil en ligne et à l’identité numérique qu’il souhaite renvoyer aux autres utilisateurs. En partageant, par exemple, un tweet contre les rumeurs, qui a été diffusé le 14 novembre 2015 par la Préfecture de police, l’utilisateur peut vouloir se distinguer des personnes qui relaient des informations non vérifiées. Il se donne ainsi, par le partage de ce message, l’image d’une source fiable.

27La possibilité de « partager », d’« aimer » ou de laisser un commentaire donne également une impression d’interaction entre le public et l’institution. Une interaction particulièrement nécessaire lorsqu’il s’agit d’obtenir des informations et de répondre aux questions des citoyens concernés par les attentats. La mise en place d’une plateforme dédiée au recueil de témoignages après le 13 novembre, et relayée sur le compte Twitter du ministère de l’Intérieur, témoigne de cette volonté d’interaction, qui devient une nécessité dans ce genre de situation.

28Twitter représente ainsi, pour les institutions, un moyen de médiation avec un plus fort « contrôle » de la parole énoncée. Romain Badouard et Michaël Malherbe soulignent à ce sujet qu’« à partir de 2010, les réseaux sociaux sont devenus l’enjeu majeur de la communication en ligne de l’Union Européenne » (Badouard, Malherbe, 2015 : 46) ; leur développement manifeste une volonté à la fois de maîtriser la prise de parole institutionnelle et d’organiser cette prise de parole.

  • 7 Cette notion désigne l’usage de figures rhétoriques propres à susciter une émotion (Charaudeau, 200 (...)

29Ces enjeux sont toujours au cœur des prises de parole institutionnelles en ligne et ils sont d’autant plus forts lors de périodes sensibles comme les lendemains d’attentats. Cependant, contrairement à certains tweets politiques qui cherchent à faire réagir par la formulation de « petites phrases », les tweets institutionnels présentent, eux, une forme de sobriété où la dimension polémique est absente (Longhi, 2014 : 185). Nous ajouterons que la dimension pathémique7est très peu présente dans ces messages. Le tweet institutionnel, notamment post-attentat, est davantage dans le partage d’une information consensuelle et rationnelle. Cette parole se veut rassurante en étant principalement tournée vers les actions menées. Elle vient également réaffirmer les valeurs et le fonctionnement d’une société déstabilisée après l’attaque. Ces tweets répondent ainsi à une urgence de discours dans un moment de sidération.

2. Trois institutions au cœur de la lutte antiterroriste

2.1. Réagir après l’attaque

30Protéger, faire justice et punir sont les principales missions endossées par les institutions sélectionnées pour notre analyse. Le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice et les services de police jouent ainsi un rôle essentiel après une attaque terroriste. Ces trois institutions se voient dotées de missions bien spécifiques et complémentaires, afin de garantir le bon fonctionnement de la société, notamment d’un point de vue pénal.

31Les tweets postés par ces institutions juste après les attentats font, pour la plupart, explicitement référence à l’événement avec notamment la présence de hashtags qui évoquent, pour le 13 novembre notamment, une fusillade et des attaques (#Fusillade, #ParisAttacks). Certains messages postés juste après les attaques vont également présenter des mots-clés en lien avec la localisation de l’événement (#Paris, #Nice, #Nice06). Face aux incertitudes qui entourent les faits, l’usage de ces hashtags assez génériques, comme le lieu par exemple, permet aux utilisateurs de retrouver facilement, grâce à la recherche de contenu par mot-clé, des informations utiles au sujet de l’événement. Après les attaques du 13 novembre, il faut attendre quatre jours pour voir apparaître le hashtag « attentat ». Ce mot-clé, qui renseigne sur la nature de l’événement, est plus rapidement utilisé par les institutions étudiées après les attentats du 14 juillet. Il apparait dès le lendemain de l’attaque avec des hashtags comme « NiceAttentat » ou « Attentat ».

32Les tweets postés pendant la semaine qui suit les deux attentats font clairement référence à l’événement. Ils représentent une réponse directe face à l’attaque. Passée cette première semaine, nous observons un certain nombre de tweets qui ne font pas explicitement référence aux attentats. On constate alors une absence de mots-clés, précédemment employés pour parler des faits, et de termes comme « attentat », « attaque » ou « terrorisme » dans le contenu du tweet. Pourtant leur mise en ligne semble être la conséquence directe des attaques et d’une menace terroriste latente. Ces tweets vont en effet évoquer, photographies à l’appui, des mesures de sécurité prises sur différents lieux publics : marchés de Noël, frontières, aéroports, plages… Ils vont également présenter des photographies de ministres rencontrant des policiers, des gendarmes ou des sapeurs-pompiers, accompagnées de remerciements envers ces professions qui participent au maintien de la sécurité. Ces photographies des forces de l’ordre peuvent être également accompagnées de chiffres exposant les effectifs déployés pour la sécurité, l’enquête ou la gestion des victimes.

33Bien que ces messages ne fassent pas explicitement référence aux attentats, nous les prenons en compte dans notre analyse car ils représentent, à nos yeux, une forme de gestion de la menace terroriste quelques jours après les attaques. Par la mise en visibilité du dispositif sécuritaire mis en place dans le pays, le gouvernement tente en effet de montrer sa capacité à contrer le terrorisme.

2.2. Temporalité et évolution des prises de parole

34Entre le 13 novembre 2015 et le 14 juillet 2016, nous constatons plusieurs évolutions au niveau des prises de parole sur Twitter, selon les institutions, en termes de contenu, de temporalité et de rythme de diffusion. Ces variations peuvent être liées à différents paramètres comme la nature de l’événement et sa localisation, un changement de ministre pouvant amener à une nouvelle stratégie communicationnelle et/ou à une anticipation des besoins communicationnels identifiés après les attentats de Paris.

35Après les attaques du 13 novembre 2015, c’est la Préfecture de police qui diffuse en premier un message, à 23h38, annonçant en quatre tweets les premières consignes de sécurité :

Capture d’écran 2. Messages de la Préfecture de police après le 13 novembre 2015

36La Préfecture de police a en tout diffusé 53 tweets sur le mois étudié, principalement concentrés entre le 13 novembre et le 26 novembre 2015 ; la période suivante étant principalement occupée par la COP 21 qui se tenait en région parisienne.

37Pour le compte Twitter de la Direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes nous notons 30 tweets pour le mois suivant l’attentat de Nice. Comme pour le 13 novembre, les premiers tweets portent aussi sur les consignes de sécurité et sur les informations concernant la circulation. Plusieurs messages sont ainsi postés dans la nuit pour guider les Niçois et surtout pour leur ordonner de rester chez eux. Le contexte particulier de l’attentat, pour lequel la responsabilité de la police a été mise en cause, explique, par la suite, la présence de plusieurs tweets relayant les propos du Directeur départemental de la sécurité publique des Alpes-Maritimes dans lesquels celui-ci exprime sa reconnaissance et son soutien aux policiers niçois :

  • 8 « AM » est ici l’acronyme utilisé pour désigner les Alpes-Maritimes.

38Les policiers sont en deuil comme tous les Français. A cette souffrance s’ajoute/ la souffrance des attaques qui leur ont été portées dès le 14/07 au soir. /Je tiens à dire mon estime, mon admiration pour les policiers Niçois et des AM8qui ont fait un travail remarquable.

39Le ministère de la Justice prendra également la parole à ce sujet pour contrer certaines rumeurs évoquant un vol des vidéos de surveillance qui pourraient mettre en porte-à-faux les services de police. Le ministère annonce alors que toute la lumière sera faite sur les conditions de sécurité lors du feu d’artifice.

40Nous constatons, pour ce ministère, une grande variation au niveau du nombre de tweets. Pour le 13 novembre, 264 tweets ont été postés sous Christiane Taubira alors qu’après Nice, avec Jean-Jacques Urvoas comme ministre, nous relevons seulement 36 tweets. Ces variations s’expliquent par un usage différent de la plateforme qui, après le 13 novembre, relayait de nombreux discours de la ministre, segmentés en petites phrases. Avec le second ministre, nous notons plutôt l’insertion de tweets présentant des liens vers d’autres espaces numériques et des « images de textes », c’est-à-dire des textes insérés sous la forme d’images pouvant être celles d’un article reprenant les propos du ministre, des infographies ou un communiqué de presse. L’évolution de la gestion du compte Twitter peut ici être liée au ministre en place et à son équipe de communication, mais aussi à une réflexion menée par l’institution sur sa stratégie de communication en ligne.

41Après les attaques du 13 novembre, le ministère de la Justice a posté son premier tweet le 14 novembre à 4h46 du matin. Ce dernier renvoyait vers un numéro d’urgence mis à disposition des personnes en demande d’informations. Le premier message posté après Nice arrive, lui, plus tard. Le 15 juillet, à 14h15, un tweet annonce ainsi la visite du Garde des Sceaux à la Cellule Interministérielle d’Aide aux Victimes. Plusieurs tweets portent alors sur ce sujet et concernent principalement l’aide aux victimes avec notamment le détail des moyens déployés pour leur prise en charge.

42Pour le ministère de l’Intérieur, nous notons principalement une évolution au niveau de la réactivité et du nombre de tweets postés juste après les attaques entre le 13 novembre et Nice. Pour le 13 novembre, le premier tweet est posté le lendemain matin à 9h44 et renvoie vers un site permettant de témoigner ou de signaler une disparition. Le tweet suivant annonce la mise en place de l’État d’urgence et il sera rapidement suivi d’un relais d’extraits du discours du ministre. Dans l’après-midi, de nombreux tweets vont alors exposer les moyens déployés pour la sécurité et également donner des consignes de sécurité.

43Pour l’attentat de Nice, le ministère de l’Intérieur a été beaucoup plus réactif et actif sur Twitter après l’attaque. Dans la nuit du 14 au 15 postés. Nous pouvons supposer une anticipation des besoins d’information qui ont pu être établis après les attentats du 13 novembre. Pour le mois étudié, 92 tweets ont été relevés avec un plus grand nombre de messages spécialement conçus pour une diffusion sur les réseaux sociaux.

44Pour les trois institutions, nous constatons une concentration des messages les 10 jours suivant les deux attentats. Nous avons en effet très peu de messages ensuite, ces derniers étant principalement consacrés à d’autres « gros » événements comme les élections régionales, la COP 21, les incendies de forêt en période estivale… Une étude sur le long terme permettrait néanmoins de noter les quelques messages qui viennent témoigner d’une prise de parole plus éparse sur le sujet et réaffirmer l’engagement du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme.

3. Les fonctions sémio-discursives d’une présence en ligne

45À travers les différentes prises de parole des institutions sur Twitter, nous pouvons relever plusieurs fonctions sémio-discursives assumées par ces discours. Informer, éduquer ou rassurer par la publicisation des actions de l’État sont ainsi les grandes catégories soulevées qui peuvent, pour certains messages, se combiner. Un tweet peut en effet assumer plusieurs de ces fonctions en même temps. Il s’agit alors ici de dégager la nature des différents actes de langage plutôt que de tenter une classification catégorique des discours.

3.1. Informer et rediriger vers des services d’aide

46La fonction d’information et de redirection vers des plateformes et services d’aide se retrouve généralement dans les premiers tweets suivant l’attentat. Twitter permet alors, et cela surtout pour les services de police, de donner des indications aux citoyens sur les événements en cours et surtout sur les moyens mis à disposition des personnes touchées.

Capture d’écran 3. 1ertweet du ministère de l’Intérieur après les attentats du 13 novembre 2015

47Ces messages montrent la disponibilité des institutions et des services d’écoute mis en place. Ils redirigent vers les espaces appropriés aux besoins des personnes touchées par l’événement. Twitter permet ainsi une centralisation des différents éléments du dispositif de gestion de l’attaque. Le réseau social rassemble également plusieurs prises de parole institutionnelles sur l’événement. Certains tweets reprennent notamment les propos du procureur de la République qui fait état, lors de conférences, du déroulé des attaques et des différentes actions entreprises par le gouvernement. L’institution se positionne alors, à travers son compte Twitter, comme ce qu’Oswald Ducrot nomme le « locuteur » qui, en tant que responsable de l’énoncé, organise les différentes prises de parole :

Le locuteur, responsable de l’énoncé, donne existence, au moyen de celui-ci, à des énonciateurs dont il organise les points de vue et les attitudes. Et sa position propre peut se manifester soit parce qu’il s’assimile à tel ou tel des énonciateurs, en le prenant pour représentant (l’énonciateur est alors actualisé), soit simplement parce qu’il a choisi de les faire apparaître et que leur apparition reste significative, même s’il ne s’assimile pas à eux. (Ducrot, 1984 : 205)

48Dans le cas d’une reprise de discours d’une autre institution sur Twitter, nous pouvons supposer une forme d’assimilation aux propos tenus par les « représentants » du gouvernement. En relayant ces propos, l’institution s’associe alors à cette parole et donne l’image d’un État uni et coordonné autour d’une mission commune.

49Tous les discours évoquant le bilan des victimes, les détails sur le mode opératoire des terroristes et les avancées de l’enquête assument ainsi cette fonction d’information. Pour le dernier point, où les institutions vont évoquer l’avancée de l’enquête, nous pouvons également y percevoir la fonction de rassurer la population et de publiciser l’action gouvernementale. En effet, ces messages mettent en avant les capacités de l’État à identifier et à traquer les coupables.

3.2. Éduquer et mobiliser les citoyens

  • 9 La fonction conative est l’une des sept fonctions du langage mise en avant par Roman Jakobson (1963 (...)

50D’autres messages, qui ont également une dimension informative, vont plus spécifiquement indiquer un « bon » comportement à adopter dans une situation post-attentat. Certains apparaissent notamment tout de suite après les événements en donnant les principales consignes de sécurité à travers des messages à fonction conative9comme « restez chez vous », « limitez vos déplacements »… L’usage du mode impératif exprime la volonté d’agir sur le comportement du public et renseigne sur l’urgence de la situation. Il représente également un rare moment où l’institution s’adresse directement aux citoyens.

51Twitter permet alors de diffuser rapidement des consignes en cas d’urgence et d’indiquer les mesures à suivre dans ce type de situation. Dans cette catégorie, nous retrouvons également beaucoup de productions infographiques qui résument les différentes consignes. Certains messages à valeur conative peuvent alors présenter un ton plus pédagogique comme le tweet ci-dessous de la police nationale des Alpes-Maritimes qui emploie la première personne du singulier, créant une forme de proximité avec le destinataire : « je ne partage pas », « je ne retweete pas »…

Capture d’écran 4. Tweet de la police nationale des Alpes-Maritimes après l’attentat à Nice

52Ce ton diffère des autres tweets, plus formels et davantage centrés sur l’énonciateur. Les destinataires sont, eux, plus rarement mentionnés dans les messages. Certains tweets vont évoquer, à travers le relais de discours, les victimes ou leur famille. D’autres, comme souligné auparavant, vont employer la deuxième personne du pluriel pour s’adresser directement, sous le mode impératif, aux citoyens. Ils formulent alors des consignes à respecter (« Limitez vos déplacements »), des conseils pour s’informer (Fiche « S » : « Sachez démêler le vrai du faux ») ou des invitations à poursuivre la lecture (« retrouvez l’intervention du Procureur… »).

53Le tweet ci-dessous tente, pour sa part, de mettre fin aux fausses rumeurs en dissuadant les internautes de diffuser des informations non vérifiées. Posté par la Préfecture de police le lendemain des attentats du 13 novembre 2015, ce tweet représente le message le plus partagé pour la période étudiée.

Capture d’écran 5. Tweet de la Préfecture de police après les attentats du 13 novembre 2015

54Le fort relai de ce message témoigne des fonctions investies par le réseau social et par les followers. Par le partage de ce type de contenu, une forme de mobilisation s’organise pour garantir le « bon » fonctionnement du pays. Cette mobilisation passe également par certains discours qui impliquent fortement le destinataire dans les missions menées par l’État contre le terrorisme. Le verbe « agissez » dans le tweet ci-dessous, avec notamment un renvoi vers la plateforme « StopDjihadisme », souligne un partage clair de la responsabilité avec l’entourage de potentiels djihadistes. À travers ces messages injonctifs, les institutions visent à mobiliser l’ensemble de la société derrière l’action gouvernementale.

Capture d’écran 6. Tweet de la police nationale des Alpes-Maritimes après les attentats de Nice

55L’usage du « nous » inclusif permet également d’inscrire le destinataire dans le discours et de l’impliquer dans la lutte contre le terrorisme. Il peut également être révélateur d’une volonté d’union face à un ennemi commun pour « reprendre notre vie normale ».

Capture d’écran 7. Tweets de la Préfecture de police après les attentats du 13 novembre 2015

  • 10 Extrait du discours de Bernard Cazeneuve tweeté le 16 novembre 2015 par le ministère de l’Intérieur

56L’usage de la première personne du pluriel peut cependant, parfois, laisser planer certains doutes quant à la nature du « nous ». Lorsque le ministre de l’Intérieur déclare : « nous menons la guerre contre les terroristes à l’intérieur et à l’extérieur »10, nous pouvons en effet imaginer qu’il s’agit surtout d’un « nous » exclusif désignant les actions menées par l’État. Cependant, celui-ci peut également être lu comme un « nous » inclusif, le citoyen peut en effet avoir l’impression qu’il mène lui aussi une guerre contre le terrorisme puisqu’il en est notamment la principale victime.

3.3.Rassurer et publiciser l’action gouvernementale

57De nombreux tweets vont pour leur part décrire et montrer concrètement les moyens mis en place par le gouvernement. Ces actions, souvent accompagnées de photographies, ont pour fonction de rassurer sur les capacités gouvernementales dans la lutte antiterroriste. Nous retrouvons ainsi, dans cette catégorie, des photographies des forces de l’ordre en train de surveiller les frontières, les marchés de Noël ou tout autre lieu public, parfois en présence d’un Ministre les félicitant. Ces tweets peuvent être postés juste après les attentats ou quelques jours plus tard sans faire explicitement référence aux attaques. Ils démontrent de manière générale une forte mobilisation.

58La plupart des photographies mettent alors en scène ce que Michel Foucault appelait des « corps dociles », désignant par cette expression la figure du soldat. L’auteur, qui a analysé l’évolution de cette figure entre les XVIIeet XIXe siècles, souligne alors combien l’apparence physique du soldat devient le principal signe de sa bravoure (Foucault, 1975 : 159-161). Le soldat est quelqu’un qui se reconnaît de loin, il porte « les signes naturels de sa vigueur et de son courage, les marques aussi de sa fierté ; son corps, c’est le blason de sa force et de sa vaillance […] » (Ibid.). Leur corps, une « machine dont on a besoin » (Ibid.) pour reprendre les termes de Michel Foucault, devient alors signe d’un contrôle social face au désordre.

Capture d’écran 9. Tweet après l’assaut à Saint-Denis le 18 novembre 2015

  • 11 Nous avons notamment mis en avant la forte représentation de la figure du « soldat » dans notre

59La figure de ces « soldats », qui se retrouve également dans de nombreux supports médiatiques, semble ainsi se rapprocher du concept de « transmédiagénie » théorisé par Philippe Marion pour les récits. Faisant dans notre cas référence à une figure, nous constatons une capacité d’étoilement, de circulation et de propagation transmédiatique de la figure du soldat (Marion, 1997 : 87) qui est également omniprésente dans d’autres médias comme la presse ou la télévision et pour d’autres types d’événements comme le fait divers notamment11.

60Les actions menées par l’État sont également publicisées par la diffusion de photographies montrant les ministres en séances de travail. Nous les voyons alors en réunion avec leurs homologues européens ou à la rencontre de différents acteurs impliqués dans la lutte antiterroriste. Les discours accompagnant ces photographies exposent à la fois, chiffres à l’appui, ce qui a déjà été fait et ce qui sera mis en place. Ils soulignent une prise de conscience antérieure, par l’État, de l’ampleur de la menace et un renforcement du dispositif déjà initié. Twitter constitue alors une vitrine du travail effectué par le gouvernement, une sorte de mise en scène des coulisses du pouvoir permettant de souligner les efforts déployés par celui-ci pour lutter contre le terrorisme. Ces messages ont ainsi pour fonction de rassurer le public sur les capacités du gouvernement à lutter contre l’ennemi.

Conclusion

61La production et la circulation de messages institutionnels sur Twitter répond, de manière générale, à l’idée selon laquelle « l’État se doit d’être plus proche de ses citoyens et par suite, que l’information représente un terme à part entière du contrat entre l’État et la Nation » (Ollivier-Yaniv, 1997 : 76). Ce terme du contrat est d’autant plus valable après un événement qui remet en question la sécurité, normalement assurée par l’État.

62Sur Twitter, nous constatons alors, comme Isabelle Hare l’avait souligné pour les médias français, audiovisuel et écrit, une surreprésentation de « l’usage de la force étatique (violence légitime) contrant une violence illégitime (celle des terroristes) » (Hare, 2016). Cette présence passe notamment par une forte publicisation de l’action gouvernementale et une exacerbation de « la ré-action d’un État aux logiques sécuritaires hobbesiennes » (Ibid.). Les institutions mettent alors en scène des « Figures collectives » (forces de l’ordre et armées) et des « Figures de responsabilité » (Sécail, Lefébure, 2016 : 367-368) qui, comme le soulignent Claire Sécail et Pierre Lefébure (Ibid.), viennent faire face aux images des terroristes.

63Après une précédente analyse sur des discours post-attentats d’une autre nature, et à dimension fortement pathémique puisqu’il s’agissait de portraits de victimes (Mariau, 2019), nous constatons que la parole institutionnelle sur Twitter est, elle, dénuée de pathos. Bien qu’elle présente une dimension solennelle, lorsqu’elle rend hommage aux victimes par exemple, elle formule néanmoins un propos rationalisé, surplombant l’émotion, pour proposer des actions à travers une parole devenue « agissante ».

Top of page

Bibliography

AUSTIN, J. L., (1970), Quand dire, c’est faire, Paris : Édition du Seuil.

BADOUARD, R. et MALHERBE, M., (2015), « La communication des institutions européennes sur Internet : 20 ans d’expérimentation politique », Communication & Langages, n° 183, 31-58.

BONACCORSI, J., (2013), « Approches sémiologiques du web », in BARATS, C. (dir.), Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, Paris : Armand Colin, 133-155.

CHARAUDEAU, P., (2000), « Une problématisation discursive de l’émotion. À propos des effets de pathémisation à la télévision », in PLANTIN, C., DOURY, M. et TRAVERSO, V. (dir.), Les émotions dans les interactions, Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 125-155.

DAYAN, D., (2006), La terreur spectacle. Terrorisme et télévision, Paris : De boeck-Ina. DUCROT, O., (1984), Le dire et le dit, Paris : Éditions de Minuit.

FONTANILLE, J., (2007), « Ethos, pathos, et persuasion : le corps dans l’argumentation. Le cas du témoignage. », Semiotica. Les émotions : figures et configurations dynamiques, vol. 163, 1/4, 85-109.

FOUCAULT, M., (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris : Gallimard. GAUDREAULT, A. et MARION, P., (2000), « Un média naît toujours deux fois... », Sociétés & Représentations, 9, 21-36.

HARE, I. (2016), « Médias et terrorisme : entre changement et continuité ? ». <hal-01409289>. JAKOBSON, R., (1963), Essais de linguistique générale, Paris : Les Éditions de Minuit.

JEANNERET, Y., BÉGUIN, A., COTTE, D., LABELLE, S., JEANNE-PERRIER,

V., QUINTON, P. et SOUCHIER, E., (2003), « Chapitre II. Formes observables, représentations et appropriation du texte de réseau ». In SOUCHIER, E., JEANNERET, Y. et LE MAREC, J. (dir.), Lire, écrire, récrire, Paris : Bibliothèque publique d’information, 93-158.

KRIEG-PLANQUE A., (2012), Analyser les discours institutionnels, Paris : Armand Colin. LEFÉBURE, P. et SÉCAIL, C., (2016), Le défi Charlie, Les médias à l’épreuve des attentats,

Paris : Lemieux Éditeur.

LITS, M., (2012), « Quel futur pour le récit médiatique ? », Questions de communication,

21, 37-48.

LONGHI, J., (2014), « L’hybridation du discours institutionnel à l’épreuve du numérique : renouvellement et reconfi de la parole institutionnelle ». In LONGHI, J., SARFATI, G.-E. (dir.), Les discours institutionnels en confrontation. Contribution à l’analyse des discours institutionnels et politiques, Paris : L’Harmattan, 167-189.

MARIAU, B., (2014), Écrire le fait divers à la télévision. La rhétorique émotionnelle du drame personnel au journal télévisé de TF1, thèse de doctorat, dir. SOUCHIER, E., CELSA, Paris-Sorbonne.

MARIAU, B., (2019), « Le Mémorial du “Monde“ aux victimes des attentats du 13 novembre 2015. Le portrait numérique comme objet de mémoire, de deuil et d’émotion », Sciences de la Société, « L’événement politique en ligne », pp. 77-92.

MARION, P., (1997), « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en Communication, 7, 61-88.

MCKENZIE, D. F., (1991 [1986]), La bibliographie et la sociologie des textes, Paris : Éditions du Cercle de la Librairie.

OLLIVIER-YANIV, C. (1997), « Avant-propos : L’État communiquant, des formes de la communication gouvernementale », Quaderni, 33, 75-83.

PAVEAU, M.-A., (2012), « Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter », La pensée du discours [En ligne], 27 février 2012. URL : http://penseedudis- cours.hypotheses.org/8338

Top of page

Notes

1 Pour notre analyse, les « services de police » représentent la Préfecture de police de Paris et la Direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes. Pour les attentats du 13 novembre 2015, nous avons analysé le compte Twitter de la Préfecture de police de Paris qui est chargée de coordonner l’ensemble des services de sécurité de la zone. Cette structure n’existant pas pour Nice, nous nous sommes tournée vers le compte Twitter de la Direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes après l’attentat du 14 juillet 2016.

2 Une fonctionnalité qui n’est pas présente sur Facebook et qui rend la recherche de messages datés de deux ans beaucoup plus complexe.

3 La première période d’analyse commence le 13 novembre 2015 et prend fin le 13 décembre 2015 au soir. Ce corpus est composé de 419 tweets dont 53 messages de la Préfecture de police de Paris, 264 du ministère de la Justice et 102 du ministère de l’Intérieur. La seconde période débute le 14 juillet 2016 et s’arrête le 14 août 2016 au soir. Pour cette période, nous avons 158 tweets dont 30 messages de la Direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes, 36 du ministère de la Justice et 92 du ministère de l’Intérieur.

4 Certains tweets mentionnent explicitement les attentats, alors que d’autres vont aborder la sécurité des lieux publics ou le contrôle des frontières, sans pour autant utiliser le mot « attentat ». Nous reviendrons sur ce point plus tard dans l’analyse.

5 La notion de « texte » mentionnée ici suit la définition qu’en donne Donald Francis McKenzie, pour qui le terme « texte », inclut « toutes les informations verbales, visuelles, orales et numériques (…) » (McKenzie, 1991 : 31).

6 Pour la période analysée, les messages étaient restreints à 140 caractères. Depuis novembre 2017, ils peuvent aller jusqu’à 280 caractères.

7 Cette notion désigne l’usage de figures rhétoriques propres à susciter une émotion (Charaudeau, 2000).

8 « AM » est ici l’acronyme utilisé pour désigner les Alpes-Maritimes.

9 La fonction conative est l’une des sept fonctions du langage mise en avant par Roman Jakobson (1963 : 216). Celle-ci est notamment centrée sur le destinataire et vise à déterminer chez celui-ci un comportement affectif, ou à modifier ses conditions d’existence. Le message peut alors faire naître un certain comportement chez le destinataire.

10 Extrait du discours de Bernard Cazeneuve tweeté le 16 novembre 2015 par le ministère de l’Intérieur.

11 Nous avons notamment mis en avant la forte représentation de la figure du « soldat » dans notre

recherche doctorale sur l’écriture du fait divers à la télévision (Mariau, 2014).

Top of page

List of illustrations

Caption Capture d’écran 1. 2èmetweet du ministère de l’Intérieur après les attentats du 13 novembre 2015
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-1.jpg
File image/jpeg, 12k
Caption Capture d’écran 2. Messages de la Préfecture de police après le 13 novembre 2015
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-2.jpg
File image/jpeg, 40k
Caption Capture d’écran 3. 1ertweet du ministère de l’Intérieur après les attentats du 13 novembre 2015
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-3.jpg
File image/jpeg, 32k
Caption Capture d’écran 4. Tweet de la police nationale des Alpes-Maritimes après l’attentat à Nice
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-4.jpg
File image/jpeg, 48k
Caption Capture d’écran 5. Tweet de la Préfecture de police après les attentats du 13 novembre 2015
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-5.jpg
File image/jpeg, 20k
Caption Capture d’écran 6. Tweet de la police nationale des Alpes-Maritimes après les attentats de Nice
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-6.jpg
File image/jpeg, 60k
Caption Capture d’écran 7. Tweets de la Préfecture de police après les attentats du 13 novembre 2015
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-7.jpg
File image/jpeg, 32k
Caption Capture d’écran 8. Tweets du ministère de l’Intérieur après les attentats de Nice
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-8.jpg
File image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-9.jpg
File image/jpeg, 36k
Caption Capture d’écran 9. Tweet après l’assaut à Saint-Denis le 18 novembre 2015
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11886/img-10.jpg
File image/jpeg, 43k
Top of page

References

Electronic reference

Bérénice Mariau, « La réponse en ligne du gouvernement français face à la menace terroriste. Les fonctions sémio-discursives d’une présence sur Twitter », Semen [Online], 46 | 2019, Online since 17 December 2020, connection on 25 January 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/11886 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.11886

Top of page

About the author

Bérénice Mariau

Institut Catholique de ParisChercheuse rattachée au GRIPIC, Sorbonne Université

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search