Skip to navigation – Site map

HomeNuméros46I. Dossier thématiqueLe métier de surveillant de priso...

I. Dossier thématique

Le métier de surveillant de prison :jeux et enjeux des discours et contre-discours en ligne

Aurélia Dumas, Mylène Costes and Université Toulouse Jean-Jaurès

Abstracts

Abstract : This article aims to identify the visions of prison officer within online discourses, in order to confront institutional discourses with prison officers’ counter-discourses and highlight the discursive strategies. The purpose is to show that the promotion of the job within institutional discourses mobilizes an affective communication which bases itself on logics of delight and pursues a strategy of legitimization of public action in front of difficulties in the profession. Yet, such discursive dynamics come up against narratives of suffering at work within online discourses, which constitute counter-discourses and therefore try to publicize the subject to turn it into societal question.

Top of page

Full text

Introduction

1Au-delà de la question institutionnelle relative au milieu carcéral et de ses mises en récit, faisant déjà l’objet de plusieurs recherches (Foucault, 1975 ; Combessie, 2009 ; Gros, 2010), cet article s’intéresse à la profession de surveillant pénitentiaire, à la fois du côté de la promotion du métier par les pouvoirs publics et du côté des récits du quotidien de travail par les agents eux-mêmes. Il s’agit ici de mettre en confrontation ces différents discours. Les discours publics sur les métiers liés à l’univers carcéral peuvent s’envisager tant comme un « lissage discursif » (Oger, Ollivier-Yaniv, 2006) face aux représentations médiatiques peu flatteuses que comme une tentative de la part des acteurs institutionnels de « neutralisation de la conflictualité » (Krieg-Planque, 2010) latente que peut receler la médiatisation récurrente des images de la souffrance au travail rencontrée par les agents dans l’exercice de leur métier. Il est ici question de montrer de quelle manière le recours à la figure du surveillant épanoui, à la faveur d’une communication affective (Martin-Juchat, 2008, 2014) de l’enchantement, fondée notamment sur la promotion d’une posture d’autorité (Huré, 2015), se trouve de plus en plus mobilisée dans la construction du discours public. Nous mettrons alors en regard ces productions discursives avec les contre-discours (Krieg-Planque, 2010, 2012 ; Auboussier, 2015) émis dans la sphère numérique par les surveillants pénitentiaires à travers leurs diverses prises de parole.

  • 1 Le concept de « figure », en écho aux travaux de A. J. Greimas (1973), réfère à des unités de conte (...)

2L’expression en ligne des gardiens de prison est-elle pour autant gage d’une appropriation de la prise de parole dans un milieu régi par la « culture du secret » (Bryon-Portet, 2013) ? Quelles articulations se font jour entre l’obligation du respect du devoir de réserve et l’expression de ces agents sur leurs conditions d’exercice ? Comment cette négociation se traduit-elle au sein des espaces communicationnels en ligne et quelles tensions sont alors perceptibles ? De premiers éléments de réponse apparaissent dans la faible quantité de blogs tenus par des surveillants de prison, en comparaison par exemple au nombre important de blogs diffusés par des personnels hospitaliers. De fait, pour avoir accès à leurs paroles, il devient nécessaire de s’adosser à des blogs ou à des portails d’informations administrés par des associations ou des collectifs de citoyens. Afin d’étudier le corpus constitué regroupant une dizaine de sites différents, il a été mené une analyse du discours, couplée dans l’étude de certains supports visuels issus des sites officiels à une analyse sémio-herméneutique (Bryon-Portet, 2011) que nous développerons par la suite, prenant en compte les modalités et les contextes de production des discours en ligne. Il s’est ainsi agi de mettre au jour les stratégies discursives des différents acteurs en présence, à travers l’étude de ces jeux de discours et de contre-discours et de questionner l’interdiscursivité (Charaudeau, Maingueneau, 2002 ; Charaudeau, 2006) qui les lie dans la construction de la (des) figure(s)1du métier de surveillant pénitentiaire.

  • 2 Comme le signale l’étymologie du terme issue du latin emovere, les émotions sont mouvements, qui pa (...)
  • 3 La publicisation correspond au processus social par lequel des questions d’intérêt général se trouv (...)

3Dans une première partie, nous présenterons plus avant notre corpus ainsi que la méthodologie mobilisée, touchant notamment à l’analyse de la communication affective au sein des productions numériques étudiées. Puis, nous verrons qu’il ressort de l’étude des émotions médiées et médiatisées2au sein des discours institutionnels des logiques d’enchantement qui s’inscrivent dans des stratégies discursives de promotion de la profession. De tels messages apparaissent pour le moins en décalage vis-à-vis des contre-discours en ligne produits qui présentent le récit des difficultés liées aux conditions de travail et au quotidien professionnel des surveillants de prison. Dans la mise en visibilité faite du métier, le discours institutionnel atteste ainsi un manque de reconnaissance - voire manifeste du mépris - (Honneth, 2000, 2004, 2006) vis-à-vis des problèmes rencontrés par les professionnels mais passés sous silence. Nous formulons ainsi l’hypothèse que le « lissage discursif » observé au sein des discours institutionnels s’inscrit dans des dynamiques de récupération des contre-discours produits et s’apparentent à une stratégie de légitimation des pouvoirs publics vis-à-vis de la prise en charge des problématiques qui traversent ce métier. Or, les espaces numériques font office de lieux privilégiés d’une libération de la parole sur le sujet et les contre-discours en ligne tendent à s’apparenter à des revendications d’ordre politique construites par des acteurs collectifs qui s’inscrivent dans des stratégies de publicisation32011) du sujet à destination des acteurs politiques. Ce faisant, il s’agira alors de questionner l’émergence d’un espace public sociétal à la faveur de ces contre-discours en ligne, qui nous paraissent s’inscrire dans une « lutte pour la visibilité » (Voirol, 2005) en contrepoint du discours institutionnel.

1. Éléments de méthodologie

1. 1. De l’étude des stratégies discursives en présence : les figures du surveillant pénitentiaire

4Dans la perspective d’étudier les discours et contre-discours en ligne, notre corpus se compose, d’une part, de trois sites officiels à savoir le site « Devenir surveillant pénitentiaire »4, le site des métiers du ministère de la justice5ainsi que le site de l’École nationale d’administration pénitentiaire6. Par ailleurs, dans l’optique de confronter ces discours institutionnels aux contre-discours produits par des surveillants de prison, notre corpus comprend également trois blogs et 32 publications en ligne constituées à la fois de posts issus de réseaux sociaux tenus par des agents eux-mêmes, selon une logique d’auto-publication, mais aussi de témoignages anonymes de surveillants relayés par des blogs ou des portails d’informations administrés, quant à eux, par des tiers. Ce corpus ayant permis l’étude de la prise de parole des surveillants pénitentiaires se veut donc multiple. Le prélèvement des documents s’est opéré du mois de mars 2016 au mois de mars 2018, les posts sélectionnés les plus anciens remontant à l’année 2008 jusqu’aux plus récents en date du mois de mars 2018. Dans un premier temps, nous avons souhaité nous diriger vers les blogs émanant directement des surveillants pénitentiaires afin d’être au plus près des discours des intéressés. Or, ces derniers se sont révélés peu nombreux, souvent non mis à jour. Cette faible proportion est manifestement à mettre en lien avec le devoir de réserve auquel doit se soumettre ce corps de métier. Soulignons au passage que nous n’avons trouvé qu’un seul cas où l’anonymat n’a pas été respecté dans une interview portant sur la dénonciation des conditions d’insalubrité dans la prison de Frênes. Pour notre étude, nous avons retenu le blog « Agent d’Étage » tenu par un surveillant pénitentiaire7mais notre corpus se compose principalement de blogs émanant d’associations et de la presse, qui tendent à relayer la parole des surveillants pénitentiaires. Nous retrouvons le blog de « Dedans-dehors » issu du site d’information Médiapart et tenu par l’Observatoire international des prisons8. Il s’agit de la version numérique de la revue produite par l’association. Il se présente comme un lieu de contre-discours vis-à-vis des approches médiatiques et politiques au sujet des prisons, auxquelles il reproche de donner à voir une réalité axée uniquement sur le fait divers et non sur le quotidien. À cela s’ajoutent le site « Actu pénitentiaire »9, très actif sur le sujet avec des billets quotidiens, qui se veut le premier site d’informations des prisons, mais également le blog « Actupénitentiaire »10qui relate le traitement dans les médias de sujets en lien avec les prisons, et le site « Carceropolis »11qui propose différentes analyses de l’univers carcéral réalisées par des bénévoles. Adoptant un angle d’approche différent, ce dernier site, émanant de non-professionnels, permet de donner la parole aux différents acteurs de l’institution pénitentiaire (détenus, familles, personnels). Nous avons également étudié le blog d’un journaliste indépendant12ainsi que le site de l’association pour la communication sur les prisons et l’incarcération en Europe (le site « Ban public »13). Enfin, nous nous sommes intéressées aux discours tenus par l’entourage des surveillants pénitentiaires, notamment les conjoints, au travers des contenus produits par l’association des « Femmes des forces de l’ordre en colère » (FFOC). Cette dernière dispose d’une page Facebook très active (plusieurs dizaines de posts par jour) : nous avons ciblé l’étude de ceux concernant les surveillants pénitentiaires14. L’intérêt de l’analyse de cette page réside notamment dans son nombre important de commentaires, qui proviennent parfois directement des principaux concernés à savoir les surveillants pénitentiaires eux-mêmes.

  • 15 Nous renvoyons ici à la finition proposée par Mahé Ben Hamed et Damon Mayaffre, s’appuyant sur le (...)

5Dans l’analyse du corpus constitué, notre objectif a été d’appréhender les différentes figures du surveillant pénitentiaire qui sont construites au sein de ces discours en ligne et ce, en vue d’identifier les stratégies discursives afférentes. Pour ce faire, il a été mené une analyse du discours, qui nous permet de dégager des thématiques15apparaissant de façon récurrente au sein de notre corpus (Charaudeau, Maingueneau, 2002). Dans l’étude de la relation entre discours et contexte, l’analyse du discours permet de donner à voir les stratégies discursives à l’œuvre :

(1) Les stratégies sont le fait d’un sujet (individuel ou collectif) qui est conduit à choisir (de façon consciente ou non) un certain nombre d’opérations langagières ; (2) parler de stratégie n’a de sens que par rapport à un cadre de contraintes, qu’il s’agisse de règles, de normes ou de conventions ; (3) on aura intérêt à retenir les conditions émises par la psychologie sociale, à savoir qu’il faut un but, une situation d’incertitude, une visée de résolution du problème posé par l’intervention de l’incertitude et un calcul (Charaudeau & Maingueneau, 2002 : 549).

  • 16 Ainsi que le stipule Marie-Anne Paveau, « […] pour étudier les productions langagières en ligne, la(...)

6Pour compléter notre recherche, nous nous sommes également attachées à l’étude des signes des émotions qui se voient mobilisés au sein des différentes figures du surveillant pénitentiaire et participent pleinement de l’appréhension des stratégies discursives en présence. En effet, il nous est apparu que le registre des émotions se trouve au cœur de ces différents discours, se faisant ainsi communication affective. Cette dernière se caractérise par la sollicitation mais également la codification des affects au sein des dynamiques communicationnelles modernes (Martin-Juchat, 2008, 2014), dont l’enjeu, nous semble-t-il, est d’interroger les stratégies discursives mises en œuvre. À ce titre, il importe de prendre en compte les contextes de production étudiés, ici les productions en ligne, qui participent d’un environnement singulier à observer dans l’analyse des contenus discursifs (Paveau, 2015)16. Dès lors, il s’est agi de développer une proposition méthodologique nous permettant de saisir la sémiotisation des émotions au sein de ces discours en ligne.

1.2. Proposition méthodologique d’analyse de la sémiotisation des émotions dans les discours en ligne

7Dans ses travaux, Raphaël Micheli développe un cadre d’analyse des émotions en discours que nous souhaitons prolonger dans l’optique d’étudier la communication affective que tendent à constituer les discours en ligne de notre corpus. Le chercheur construit une typologie des modes de sémiotisation de l’émotion qui consiste en une étude linguistique des émotions. Il détermine alors trois modes de sémiotisation à savoir : l’émotion dite, énoncée explicitement au sein du discours, aisément repérable ; l’émotion montrée, c’est-à-dire inférée via des indices à la fois de l’ordre du verbal et du co-verbal tels que des indices voco-prosodiques ou posturo-mimo-gestuels perceptibles au niveau des caractéristiques de l’énoncé ; et l’émotion étayée, qui participe d’une évaluation des émotions conventionnellement et socio-culturellement associées en fonction de types de situations sociales (« s’il y a une situation telle que le discours la schématise, alors il y a lieu de ressentir tel type d’émotion » (Micheli, 2013 : 29)). Nous reproduisons ici le schéma récapitulatif mis au point par le chercheur :

Image 1. Typologie des modes de sémiotisation des émotions (Micheli, 2013 : 20)

8Les trois modes de sémiotisation identifiés constituent des points d’entrée opérants dans l’étude linguistique des émotions mais il faut noter que l’enjeu du modèle d’analyse mis au point par le chercheur se situe du côté d’une appréhension du « langage émotionnel » (Micheli, 2013), qui reste donc centrée sur des dimensions discursives. Bien qu’elles soient prises en compte, les dimensions interactionnelles restent adossées à l’étude du langage chez l’individu considéré comme locuteur. Dès lors, au regard de notre corpus qui comprend des éléments visuels, nous avons opté pour une approche sémio-herméneutique (Bryon-Portet, 2011) qui vient compléter l’appréhension du mode de sémiotisation de l’émotion montrée, au-delà de l’étude de l’énoncé, et s’intéresse aux personnages, aux corps représentés, mis en mouvement, aux décors, etc. En effet, l’approche sémio-herméneutique invite le chercheur à observer et à décrypter les objets communicationnels, au sens large (textes, images, pratiques), comme étant porteurs de symboles à analyser au travers d’une prise en compte du contexte de production et ce, dans l’optique de mettre au jour les enjeux autour de leur mobilisation. Elle se propose d’articuler étude sémiotique et interprétative : l’analyse sémiotique des textes et des images s’accompagne ainsi d’une identification des stratégies et logiques qui ont partie liée à leur production.

9Une des principales difficultés de cette méthode d’analyse réside alors dans le fait qu’elle requiert chez le chercheur une prise en compte de la réalité socioculturelle des groupes d’acteurs étudiés, afin de pouvoir déchiffrer certains symboles et de déceler les positions énonciatives associées. Le recours à l’approche sémio-herméneutique, dans l’étude des éléments à dominante visuelle de notre corpus, a visé à identifier les signes des émotions produits en fonction des acteurs en présence, afin de percevoir les figures émotionnelles construites autour du surveillant pénitentiaire qui jouent comme prescriptions d’ordre émotionnel et participent des stratégies discursives mises en œuvre au sein de la communication affective élaborée.

10Une grille d’analyse a été constituée qui reprend les différents modes de sémiotisation de l’émotion dite, montrée et étayée en fonction du type de contenu (texte ou image) et du « genre » de discours (qu’il s’agisse de discours institutionnel ou pas). En support de l’approche sémio-herméneutique, l’étude des images s’est ainsi opérée suivant différents points d’entrée qui nous permettent de répertorier, d’une part, les signifiants, à travers une description détaillée des éléments présents au sein de l’image (personnages, objets, situations, décors, textes, etc.) et, d’autre part, les signifiés en lien, soit les effets de sens perçus mais également les émotions associées. Une dernière rubrique s’est attachée à la détermination des enjeux en fonction du contexte de production du discours et des groupes d’acteurs. Suivant cette perspective, il s’est ainsi agi d’étudier et de donner à voir les contours des communications affectives qui se font face dans les discours institutionnels et les contre-discours en ligne.

2. Discours institutionnels et promotion du métier de surveillant de prison : communication affective et logiques d’enchantement

2.1. Le surveillant pénitentiaire comme figure d’autorité

  • 17 « Même si par nature dialogique, le discours comporte comme qualité intrinsèque la capacité d’agir (...)

11Au sein de notre corpus, le discours institutionnel correspond « au discours produit officiellement par un énonciateur singulier ou collectif qui occupe une position juridiquement inscrite dans l’appareil d’État, qu’il soit fonctionnaire ou représentant politique » (Oger, Ollivier-Yaniv, 2003). Dès lors, le discours institutionnel tend à se caractériser par les contraintes et les limites qui pèsent dans la fonction énonciative. L’ensemble des sites que nous avons étudié au titre du discours institutionnel sont issus d’instances institutionnelles qui tendent à la promotion du métier de surveillant pénitentiaire dans un contexte où ce dernier reste associé à des conditions de travail difficiles, comme en témoigne notamment la vague de suicides d’agents pénitentiaires rendue publique entre autres par l’enquête de l’INSERM de 2011 (Équipe PPCT, 2011). Si le discours institutionnel ne présente pas de « visée argumentative » explicite, il relève néanmoins d’une « dimension argumentative » (Amossy, 2008, 2018)17qui se fait persuasive, observable au niveau de la mobilisation des émotions ainsi que nous allons le voir. Le recrutement d’agents dans ce secteur constitue un véritable défi alors qu’une grande campagne nationale a été lancée en 2015-2016, en vue du recrutement annuel de plus de 2 500 surveillants de prison contre une moyenne de 900 en 2014. Il y a donc une nécessité publique de rendre ce métier attractif. De l’étude de notre corpus, il ressort que les discours institutionnels laissent apparaître la mise en œuvre de stratégies discursives inscrites dans des logiques d’enchantement. La notion d’enchantement correspond aux dynamiques de sublimation de l’expérience vécue, qui se font promesses d’attrait (Winkin, 2002). Il est question de donner à voir une image valorisante de la profession : le discours institutionnel offre ainsi une vision idéalisée du surveillant pénitentiaire, qui passe sous silence les difficultés rencontrées par les agents en exercice. Les discours institutionnels étudiés présentent tous le surveillant pénitentiaire en tant que représentant de l’ordre, symbole de force et d’autorité. Dans les images diffusées sur les sites, le surveillant pénitentiaire prend la pose, souvent de manière officielle, en uniforme au sein de collectifs de pairs (confer annexe, image 2). Se dégagent la solennité et le sérieux liés à la fonction. La représentation faite en appelle à un sentiment de fierté (émotion étayée), corrélé à la posture d’autorité que le surveillant pénitentiaire incarne. Le terme « fi » (émotion dite) se trouve énoncé dans le slogan de l’affiche (confer annexe, image 3), diffusée dans le cadre des dernières campagnes de recrutement et reprise sur les sites des métiers du ministère de la justice et « Devenir surveillant pénitentiaire » : « Fier de servir la justice ».

12L’impression de force qui se dégage de la fi du surveillant pénitentiaire construite est suggérée par la mise en scène du collectif auquel l’agent appartient. Au sein des sites, l’uniforme et les insignes, notamment l’écusson de l’ENAP (confer annexe, image 4), sont mis en avant, à travers des gros plans, se faisant symboles de l’esprit de corps qui fait la force par l’effet de nombre. Le discours s’appuie sur un idéal communautaire, dans des visées d’adhésion. Dans un fi m d’animation proposé sur le site « Devenir surveillant », le surveillant pénitentiaire se voit même représenté tenant dans ses mains des armes lourdes telles que des fusils à pompe (confer annexe, image 6). La mise en scène de la possession d’armes donne ainsi à voir le métier comme une expérience émotionnelle forte (émotion montrée). En tant que détenteur de pouvoir, symbolisé ici par l’arme à feu, le surveillant est celui qui inspire le respect. Il est révélateur à cet égard que le dessin animé réalisé représente les détenus, toujours seuls, la tête penchée et sans traits au niveau du visage puisque le personnage n’a pas d’yeux, de nez ou de bouche (confer annexe, images 7 et 8) alors qu’il dote d’un visage l’ensemble des surveillants pénitentiaires qui apparaissent à l’image, le regard fi et droit dans une posture d’assurance empreinte de charisme. La honte du détenu (émotion montrée) s’oppose ici à la posture de fierté du surveillant pénitentiaire.

13Par ailleurs, le discours institutionnel met l’accent sur l’importance du « rôle d’utilité publique », qui est énoncé à de nombreuses reprises au sein des sites et tend à valoriser le surveillant pénitentiaire dans ses fonctions. La mission du surveillant pénitentiaire est présentée comme « indispensable » (« Devenir surveillant ») et s’étend à la fois aux détenus, aux autres membres de son équipe mais également à la population française, dont il s’agit de garantir la sécurité (« vous assurez la protection des Français »). Le champ d’intervention et de responsabilité ainsi conféré vient renforcer la figure d’autorité construite autour du surveillant pénitentiaire.

2.2. De la figure du surveillant pénitentiaire épanoui à la stratégie de légitimation des pouvoirs publics

14Au sein du discours institutionnel, les sites promeuvent le métier de surveillant pénitentiaire et prennent les traits d’une communication affective se faisant discours d’enchantement par la médiation des émotions. Il ne s’agit pas tant d’émotion dite que montrée par le truchement de représentations visuelles du surveillant pénitentiaire : les sites mobilisent des photographies qui mettent en scène un ou des surveillant(s) pénitentiaire(s) dans l’exercice de leur métier. Le recours aux émotions se donne à voir de manière indirecte à travers les expressions des individus qui sourient et dégagent une impression de confiance et de sérénité (confer annexe, image 9). Les sites tendent en outre à personnaliser le discours de sorte à créer un effet de vérité et à instaurer une relation avec le visiteur du site. Ils tendent par ailleurs à favoriser les dynamiques d’identification et de projection chez le potentiel futur recruté. Sur l’ensemble des sites issus du discours institutionnel, le discours engage la subjectivité du récepteur en procédant par des adresses directes, parfois de manière continue. L’emploi des pronoms personnels « vous »/« nous » se fait révélateur d’un lien de proximité entre le surveillant pénitentiaire et son administration :

Vous pourrez consulter, sur les vitres dans le hall d’accueil, un affichage […]. Durant ce premier temps de rassemblement, nous procèderons à la remise de votre carte […]18.

15Sur le site « Devenir surveillant », des vidéos donnent la parole à des agents en poste : dans plusieurs petits films de quelques minutes, des surveillants pénitentiaires de différents grades ainsi que des anciens surveillants qui ont évolué au sein de l’administration pénitentiaire (une surveillante du greffe et une formatrice du personnel) répondent aux questions d’un interviewer qui vient les rencontrer sur leur lieu de travail. Ils expliquent les missions du surveillant pénitentiaire et racontent leur parcours. Le discours se fait ici récit de vie et les surveillants pénitentiaires qui témoignent sont présentés par leurs prénoms (« Nicolas surveillant pénitentiaire »). Si l’interviewer demande à certains des agents interrogés s’ils ont ressenti de « l’appréhension » (émotion dite) à travailler dans le milieu de la détention ou encore s’il s’agit d’un « métier difficile », les agents relativisent et mettent en avant la solidarité et la force du collectif de travail :

Je ne dirais pas que c’est un métier difficile, je dirais que c’est un métier sensible. (Muriel, surveillante principale)19

Je pense que c’est un peu normal d’avoir de l’appréhension après ça se gère bien avec le personnel avec qui on travaille, puis l’établissement même, la structure de l’établissement. (Nicolas, surveillant pénitentiaire)20

16De même, au sein du film d’animation, c’est un personnage animé dénommé Antoine qui se présente en tant que surveillant pénitentiaire (confer annexe, image 5) et explique les différents aspects du métier introduit par des qualificatifs élogieux :

  • 21 Extrait de la vidéo en ligne, URL : <http://devenirsurveillant.fr/​?video-n>, consulté le 15/11/17.

Bonjour, je suis Antoine, surveillant pénitentiaire. Je vais vous parler de mon métier, un beau métier, un métier juste.21

17L’accent est mis sur la richesse de la fonction et les possibilités d’évolution offertes. Les textes de présentation du métier et les différents témoignages vidéos des agents font montre d’épanouissement professionnel et illustrent le plaisir au travail (émotion montrée). Le discours institutionnel est axé sur les qualités humaines et relationnelles que demande le métier. Dans une représentation qui tend à allier les contraintes, le surveillant pénitentiaire fait à la fois figure d’autorité mais également d’écoute, d’accompagnant vis-à-vis des détenus, les deux thèmes se voyant l’un et l’autre tout autant valorisés au sein du discours institutionnel. La figure du surveillant pénitentiaire épanoui se construit ainsi dans l’expression des dimensions humaines du métier.

  • 22 Confer le rapport du CESE sur La présentation des risques professionnels, Brunet, 2013 :5.

18Or, il s’agit bien d’une vision idéalisée du gardien de prison à travers laquelle le discours institutionnel affiche également une vision valorisante de l’institution elle-même et de son organisation. Autrement dit, à travers la valorisation du métier, le discours institutionnel poursuit une entreprise de légitimation des pouvoirs publics dans les rapports entretenus vis-à-vis de ses agents : il est donné une image rassurante de la profession, loin des discours qui peuvent émaner de la société civile quant aux conditions de travail difficiles des surveillants pénitentiaires. Rappelons que les surveillants pénitentiaires sont des agents qui appartiennent à la fonction publique, en tant que fonctionnaires d’État rattachés au ministère en charge de la Justice. À ce titre, l’État, en qualité d’employeur, est tenu à une obligation de prévention des risques professionnels (article L. 4121-1 du Code du travail). Cette dernière a été renforcée par la prise en compte des risques psychosociaux (RPS), qui recouvrent diverses manifestations (stress chronique, harcèlement moral et/ ou sexuel, agressions et violences externes et/ou internes, syndrome d’épuisement professionnel, suicides au travail22) et représentent des risques pour la santé mentale mais aussi physique et sociale. À cet effet, a été signé le 22 octobre 2013 un protocole d’accord relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique, qui rend obligatoire, depuis 2015, l’évaluation des RPS.

  • 23 « [L]orsqu’on argumente, on vise certes à justifier d’un point de vue, mais cette visée justificato (...)
  • 24 « La constitution de la visibilité publique, dans un processus avancé de fétichisation, mène à la d (...)

19Le discours institutionnel peut être saisi comme déploiement d’un argumentaire qui vise à éviter une remise en cause de l’État dans son rôle d’employeur vis-à-vis des conditions de travail des surveillants pénitentiaires. Bien qu’il ne soit pas fait directement référence aux conditions de travail difficiles des surveillants pénitentiaires, le discours institutionnel nous apparaît s’inscrire implicitement dans une visée à la fois de justification mais aussi de positionnement (Micheli, 2012), rendues observables dans le processus même d’enchantement à l’œuvre au sein du discours. Par là même, il s’agit pour les pouvoirs publics de justifier des bonnes conditions de travail de ses agents (« visée de justification »). Au-delà, on peut analyser l’entreprise d’embellissement de la réalité du quotidien de travail des surveillants pénitentiaires comme une manière de se situer par rapport aux contre-discours en ligne en vue de les contrer (« visée de positionnement23 »). La mise en visibilité du métier de surveillant pénitentiaire relève ainsi d’un processus de « fétichisation de l’information » (Voirol, 2005), sans rapport avec la réalité vécue par les acteurs eux-mêmes, qui se voient alors réduits à une mise en scène médiatique, les muant en des « apparences médiatisées »24. Le silence adopté, tout autant que la stratégie de captation (Charaudeau, 1994) mise en œuvre via la mobilisation des émotions, nous apparaissent comme des « observables en discours » (Krieg-Planque, 2008) du dialogue instauré avec les contre-discours en ligne. La censure apposée dans le discours institutionnel par rapport aux difficultés du métier peut être appréhendée en tant que « réponse » implicite aux récits des souffrances des agents pénitentiaires, par la dénégation qu’elle impose et qui vient contrebalancer voire contrecarrer les contre-discours diffusés. Dans le discours institutionnel, l’environnement de travail est présenté comme propice à l’épanouissement professionnel par effet d’embellissement.

20Le « lissage discursif » ainsi opéré au sein du discours institutionnel traduit une absence d’expression de reconnaissance, un « déni de reconnaissance », se faisant la manifestation d’un certain mépris porteur d’injustice (Honneth, 2010 : 115 ; Dubet, 2008). Il se veut performatif, inscrit dans des logiques d’enchantement quant à la qualité de vie au travail des agents, par effet de dissimulation voire de mystification, auxquelles les contre-discours des surveillants pénitentiaires apportent des témoignages contradictoires, prenant les accents d’une lutte pour la reconnaissance qui passe par la mise en visibilité des problématiques rencontrées dans leur quotidien de travail.

3. Les contre-discours des surveillants de prison

3.1. La prédominance de la peur

3.1.1. Quand la figure du surveillant devient celle de la victime

21La peur constitue une expression récurrente au sein du corpus et transparaît en tant qu’émotion dite et montrée. La prise de parole des surveillants de prison rend compte d’une certaine forme d’inversion des rôles, à savoir qu’ils ne se considèrent plus tant comme des représentants de l’ordre que comme des cibles voire des prisonniers. Il est intéressant de noter que cette posture se construit dans un discours faisant référence tant aux détenus qu’à l’administration centrale, dont ils se sentent, de part et d’autre, comme pris en otage. Si ce sentiment d’insécurité est à l’origine des dernières protestations qui ont eu lieu au cours du mois de janvier 2018 à la suite d’une énième agression de surveillants par un détenu radicalisé (trois surveillants du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil), depuis déjà plusieurs années, les surveillants pénitentiaires évoquent une non-prise en compte de leur sécurité par le ministère :

Toujours plus de détenus difficiles, toujours plus d’agressions et toujours moins de surveillants et de moyens.25

22On remarque que ce sont les prises de parole des conjoints qui portent témoignage de la peur quotidienne des surveillants pénitentiaires et permettent ici de contourner le devoir de réserve auquel les agents sont contraints. Le compagnon ou la compagne participe d’une libération de parole sur le sujet et se trouve doté(e) du rôle de relais voire de lanceur d’alerte. Un tel phénomène n’est pas spécifique au métier de surveillant de prison mais s’étend à l’ensemble des professions tenues à cette obligation (policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers). Récemment, en février 2017, a été lancé le collectif « Femmes des forces de l’ordre en colère » (FFOC), qui permet l’accès à un discours sur le quotidien des surveillants, notamment touchant aux conditions de travail (le manque d’effectif et de moyens, le rythme de travail, etc.) et aux violences dont ces derniers sont victimes. À la peur des agents répond la colère des familles (émotion dite dans le nom choisi par l’association FFOC) qui tendent ainsi à rendre compte des difficultés des surveillants pénitentiaires. Les messages témoignent d’une « lutte pour la visibilité » (Voirol, 2005) dans la dénonciation de l’invisibilité dont les agents font l’expérience quotidienne :

  • 26 Réaction suite à un post relatant l’agression d’un surveillant, page Facebook de FFOC, URL : https: (...)

Femme de surveillant, il est réellement temps que nos hommes soient reconnus. Toujours dans l’ombre, souvent mal compris voire oubliés ils cumulent les agressions et les conditions de travail déplorables. Nous tremblons lorsqu’ils prennent leur service car ils sont devenus des cibles vivantes pour les détenus. Il est temps de reconnaître les surveillants et leur famille.26

23Dans la construction de ce discours autour de la sécurité des surveillants, certains sites, à l’instar d’« Actupénitentiaire », mettent l’accent sur les cas d’agressions, de menaces. Les titres sont traités à travers le prisme du fait divers tel qu’on peut l’observer dans la presse quotidienne régionale, le détail des blessures subies par les surveillants ainsi que le taux d’interruptions temporaires de travail sont très fréquemment rapportés. Le style est simple, se concentre sur le détail des agressions, suivant des logiques informatives, et la force même du contenu repose sur l’effacement de toute expressivité, d’un point de vue discursif, au profit des faits qui parlent d’eux-mêmes :

  • 27 Extraits du site « Actupénitentiaire », URL : <https://actupenit.com/​2018/​02/​07/​-nancy-plusieurs- s (...)

Un détenu a tout d’abord craché sur un surveillant à plusieurs reprises, puis il l’a tiré de force dans la cellule afin d’en découdre.
Deux agents ont ouvert la porte mais le détenu n’a pas hésité une seule seconde et a bondi sur les surveillants.27

24En outre, les contre-discours, qui se construisent dans une interdiscursivité, s’appuient également sur des procédés employés à plus grande échelle par l’administration judiciaire. Nous pensons entre autres à la reprise détournée des bandeaux alerte enlèvement. Sur le site « Actupénitentiaire », ces bandeaux deviennent « alerte agression » et reprennent même une partie du code couleurs du dispositif alerte enlèvement (blanc et rouge) sur un fond bleu. Ces jeux de reprises donnent à voir le dialogue qui s’instaure entre le discours institutionnel et les contre-discours. Chaque titre informationnel y est précédé d’une mention de lieu. Cet indice géographique participe, par effet d’accumulation, d’une impression de généralisation des attaques à l’égard des surveillants de prison sur l’ensemble du territoire national. Le traitement adopté sur ce site reste néanmoins particulier dans la dramatisation des évènements énoncés ; le ton est à l’indignation face à l’inertie des pouvoirs publics qui sont pris à parti. Si les autres discours recensés en ligne tiennent un discours davantage construit sur le quotidien des divers acteurs de la prison, la thématique de la peur fait office de fil directeur et vise à présenter le surveillant pénitentiaire en tant que victime. C’est ici la thématique dominante observable dans les contre-discours en ligne.

25Le récit des attaques auxquelles ils sont sujets permet par ailleurs aux surveillants d’aborder les questions financières liées aux problématiques de santé qu’ils peuvent rencontrer. Dans l’ensemble, ils s’estiment mal pris en charge par l’administration lors des cas d’agressions et témoignent du fait qu’ils sont souvent contraints d’avancer les frais liés à la prise en charge de leurs soins, ce qui vient renforcer la figure de victime construite. Le non-soutien du gouvernement est aussi évoqué concernant les conditions même de travail. La surpopulation carcérale, les sous-effectifs mais aussi les conditions d’insalubrité qui s’appliquent autant aux détenus qu’au personnel sont fréquemment dénoncées. Les discours déplorent que les mauvaises conditions en prison ne soient évoquées dans les médias qu’à travers le prisme de la détention et non par rapport à leurs conditions de travail qui sont tout autant affectées par ces problématiques.

3.1.2. Une dénonciation de l’ultra-sécurisation prônée par l’administration pénitentiaire

26L’analyse des contre-discours fait apparaître de manière récurrente une dénonciation de l’aspect ultra-sécuritaire développé au sein de l’administration pénitentiaire et ce, pour répondre aux injonctions gouvernementales de lutte contre la radicalisation des détenus. Les surveillants pénitentiaires se voient contraints de modifier une partie de leurs pratiques professionnelles pour mettre en application ces mesures. Dès lors, ils estiment participer malgré eux au développement de certaines mesures attentatoires aux libertés individuelles et se plaignent d’être impliqués dans le recueil d’informations sensibles. Cette posture sécuritaire renforcée de la part des pouvoirs publics leur apparaît comme mettant à mal l’instauration d’un climat propice à l’accompagnement du détenu vers sa réinsertion :

Je me sens frustré de n’être qu’un porte-clefs, juste bon à ouvrir et (surtout) fermer des portes. Ce n’est pas vraiment ce qui est « vendu » dans la publicité du Ministère de la Justice pour mon métier.28

27À travers l’étude de notre corpus, on constate que les surveillants pénitentiaires ne se sentent pas en confiance et n’ont pas l’impression de bénéficier de l’appui de leur hiérarchie, bien au contraire. Au discours institutionnel qui met en avant l’esprit de corps et de solidarité qui émane du collectif de travail, s’opposent, comme en réponse, les récits d’exclusion voire d’isolement du surveillant pénitentiaire, d’où ressort un sentiment d’esseulement. Sur de nombreux blogs et sites étudiés, le discours dénonce le manque de soutien et les sanctions de l’administration pénitentiaire à leur égard, comme en atteste la sanction récente, en date de février 2018, de plusieurs centaines de surveillants à la suite des mouvements de protestation. De nombreux discours expliquent que les contestataires ayant contourné l’interdiction du droit de grève en posant des arrêts maladie ont vu l’administration centrale décider d’invalider tous les arrêts maladie délivrés durant cette période. De même, les discours construits et rapportés sur les sites étudiés témoignent d’une acceptation plutôt controversée des avantages acquis. Il en est ainsi de l’octroi de promotions en lien avec les agressions comme en février 2018 lorsque plusieurs surveillants ayant été victimes d’agression dans le cadre de l’exercice de leur fonction se sont vus promus au rang de premier surveillant. Cette mesure a été perçue par la profession tant comme une forme de reconnaissance de la difficulté de leur métier que comme une stratégie pour acheter leur silence, ce dont ils ne sont pas dupes : La célèbre prime à l’agression promise par la garde des sceaux29.

3.2. Surveillant pénitentiaire : une figure professionnelle malmenée

3.2.1. De l’ambivalence de la figure du surveillant pénitentiaire

28Dans les discours en ligne étudiés, se trouve souvent évoqué le caractère ambivalent de la profession, pour le moins générateur de tensions. Cela s’explique en partie par la dualité de la position professionnelle qui est attendue d’eux. Le surveillant pénitentiaire occupe une position sécuritaire, à l’instar du policier, auquel il se compare d’ailleurs souvent. Cet aspect de leur métier se voit régulièrement renforcé, par exemple avec la gestion du transfert des détenus ou leur accompagne- ment aux procès, charge qui auparavant incombait aux gendarmes. Mais à côté de cette fonction, le surveillant pénitentiaire se doit également de tenir une position qui relève davantage du social en vue notamment de favoriser la réinsertion des détenus. Son rôle s’apparente ici davantage à celui d’un travailleur social, d’un éducateur. Les deux postures apparaissent comme difficiles à tenir voire incompatibles. À plusieurs reprises, l’étude de notre corpus nous a confrontées à cette question qui, pour les agents, prend les traits d’une injonction paradoxale difficilement applicable au quotidien. Il semblerait que, pour les surveillants pénitentiaires, la définition de leur fonction ne soit pas clairement déterminée, ce que vient accentuer le manque de reconnaissance que ces derniers ressentent à tous les niveaux.

29Le sentiment de non-reconnaissance évoqué n’est pas propre à la catégorie des surveillants de prison mais paraît s’étendre à l’ensemble des personnels évoluant dans le milieu carcéral (Moulin, Sevin, 2012). Nous pensons entre autres au personnel travaillant plus directement dans la filière insertion tels que les CPIP (conseillers d’insertion et de probation) qui se mobilisent également pour une meilleure reconnaissance de leur travail. Les dernières réformes, notamment la multiplication des plans PLAT (Plan de Lutte Anti Terrorisme), affectent l’ensemble du personnel pénitentiaire, ce dont témoignent les discours en ligne étudiés. En ordonnant la multiplication des opérations de contrôle auprès des détenus, en imposant la vérification systématique du respect des interdictions et des obligations, ces plans participent d’un renforcement du caractère sécuritaire de ces métiers, rendant difficile pour le personnel de se concentrer sur la réinsertion ou la prévention de la non-récidive. Ces réformes entraînent ainsi une perturbation un peu plus marquée quant à la définition de leurs missions dans le cadre de leur travail.

3.2.2. Un sentiment d’invisibilité générateur de mal-être

30Le discours en ligne des surveillants rend compte d’un mal-être chez ces professionnels. La routine y est évoquée comme un ennemi qui participe à les rendre « transparents », selon leurs propres termes, auprès des différents acteurs, détenus comme membres de l’administration pénitentiaire. Des témoignages relatent les trafics mis en place par les détenus à quelques mètres des surveillants, constat du manque d’autorité de ces derniers. La présence des gardiens est comme intégrée à l’environnement carcéral au point que nombre de détenus n’y prêtent plus attention. Les quelques photographies qui circulent sur les blogs ou sites étudiés participent de la construction de l’image du surveillant comme un individu effacé, comme consumé, absorbé par le « décor » carcéral avec lequel il se confond. Le surveillant de prison est souvent donné à voir de dos, rarement en interaction avec des détenus, le plus souvent dans une posture de contrôle (visionnage des écrans, observation à l’œillet des cellules, observation depuis le mirador, fermeture de cellules avec l’image de la clé). Au-delà, ce sentiment d’invisibilité s’exprime également vis-à- vis du reste de la société civile et de l’ensemble de l’administration pénitentiaire. L’identification de l’homme à travers son seul uniforme pose problème et est perçu de façon pesante par les surveillants. Lorsqu’ils se croisent entre collègues à l’extérieur des bâtiments, vêtus de leur tenue civile, il n’est pas rare qu’ils aient du mal à se reconnaître :

À croire que le bleu joue la transparence sous nos teints palots de maton.30

31A contrario de la représentation faite dans le discours institutionnel, l’uniforme apparaît pour le surveillant comme difficile à porter, il ne fait pas l’objet d’une fierté particulière. Là encore, dans une dimension dialogique, il s’observe des jeux de réponse entre le discours institutionnel et les contre-discours par la reprise de thèmes communs. Par ailleurs, la conception elle-même des uniformes interroge. En effet, ces derniers sont conçus par la RIEP (Régie Industrielle des Établissements Pénitentiaires). Ce sont donc les détenus eux-mêmes qui fabriquent les tenues des surveillants. D’autres évoquent plus explicitement, de manière assez fréquente, l’enfermement du surveillant, comme si les murs de l’institution représentaient un véritable poids et leur étaient infranchissables. Cette posture les montre dans la même situation que les détenus voire les apparente directement aux détenus. À l’instar de ces derniers, le manque de relations avec l’extérieur est décrit comme pesant. Il s’opère comme une perte d’identité chez le surveillant :

La prison fi par vous coller à la peau, vous sentez la prison, vous portez la prison, vous devenez la prison […]. Ce ne sont pas les murs qui vous engluent, c’est ce métier, c’est l’uniforme. Ce sont eux qui vous changent et vous donnent cette impression désagréable d’être transparent, de ne plus être vous-même mais juste un surveillant, un numéro…31

323.2.3. Quelle place pour la figure d’accompagnant ?

33Le mal-être des professionnels qui se dit au sein du corpus n’est pas étonnant quand on observe les difficultés de recrutement que connaît cette profession. Il est évident qu’il s’agit d’un métier peu attrayant, en témoigne le faible taux de poste pourvus (1 800) lors de la campagne de 2016-2017 qui visait pourtant 2 500 recrutés. Les motivations apparaissent davantage de l’ordre de l’utilité que d’un réel intérêt pour le métier. Dans les discours en ligne étudiés, nous n’avons rencontré que deux situations, émanant de surveillantes, qui évoquent un choix professionnel par passion.

C’est le côté contact humain qui m’a intéressée. Chaque jour, chaque personne, chaque cas ou situation sont différents […]. Le but premier de notre travail c’est la réinsertion.32
C’est vraiment par vocation qu’on s’est engagé dans ces métiers.33

34La lourdeur des protocoles apparaît comme un obstacle à l’élaboration d’un climat de confiance entre détenus et surveillants. En définitive, l’accompagnement personnalisé des détenus est faiblement rapporté notamment au niveau de la pratique du quotidien. Ce rôle d’accompagnement reste très peu évoqué au sein de notre corpus, qui ne compte que deux occurrences, et lorsqu’il est mentionné, il apparaît comme un idéal à atteindre et à défendre. Cet aspect de la profession semble valorisé du fait de son caractère plus consensuel, moins conflictuel par opposition aux fonctions coercitives auxquelles le surveillant pénitentiaire se doit pourtant de répondre. Il participe ainsi de la construction d’une image favorable du métier par le surveillant lui-même, sans pour autant que ce dernier puisse le développer dans son quotidien de travail, au regard du manque de moyens et de ressources ainsi que des conditions de travail auxquels les surveillants pénitentiaires doivent faire face.

Conclusion : des logiques de publicisation au sein des contre-discours en ligne à l’émergence d’un espace public sociétal ?

35À travers notre étude, il s’est agi d’appréhender les diverses figures du surveillant pénitentiaire qui sont données au sein de ces différents discours en ligne et dont nous avons vu qu’elles apparaissent comme autant de figures de la profession qui, bien que composites, se font écho. L’observabilité de la relation entre le discours institutionnel et les contre-discours en ligne se donne à voir dans un jeu de reprise implicite de thématiques-clefs, telles que les conditions de travail, les missions du surveillant de prison, le collectif de métier, l’uniforme, qui construisent des figures du surveillant pénitentiaire se faisant face et s’opposant. À la figure charismatique d’autorité présente au sein du discours institutionnel, qui promeut l’image d’un épanouissement au travail dans des logiques d’enchantement, répondent les contre- discours étudiés qui construisent une représentation tout autre du métier. Plusieurs fi du surveillant pénitentiaire tendent à se distinguer au sein de ces contre- discours, mais elles ont pour caractéristique commune de s’éloigner de la figure d’autorité forgée dans le discours institutionnel : la figure de la victime, soumise au régime de la peur, en tant que cible à la fois des détenus (agressions, insultes) mais aussi de l’administration centrale (non-reconnaissance, sanctions financières) ; la figure du surveillant invisible, au regard des autres acteurs de l’univers carcéral mais également, au-delà du seul cadre professionnel, sur le plan social et politique ; et la figure plus diffuse de l’accompagnant. Il paraît révélateur qu’à travers la figure de l’accompagnant, cette dimension sociale du métier, plébiscitée au sein du discours institutionnel, reste un point très sous-représenté dans les contre-discours, bien que porteur d’une symbolique forte venant donner du sens au travail. Les contre-discours construisent ainsi des images du surveillant pénitentiaire qui se rejoignent dans la représentation des difficultés au travail rencontrées par les agents tout en s’opposant au discours institutionnel.

36Par ailleurs, il faut souligner que les contre-discours en ligne provenant directe- ment des surveillants de prison eux-mêmes sont rares, le devoir de réserve n’étant pas étranger à ce constat révélateur des tensions auxquelles les agents peuvent être sujets. Dans les discours en ligne, le surveillant s’exprime peu, les témoignages existent mais sont relayés ou repris directement sur des sites collectifs, issus de la société civile. Ainsi, la culture du secret encourage-t-elle la mobilisation de la voix d’autres acteurs pour rendre compte du quotidien du surveillant de prison. Dès lors, leurs prises de parole s’apparentent à des contre-discours, qui relèvent de la dénonciation et visent à attirer l’attention de l’opinion ainsi que des pouvoirs publics quant aux conditions de travail des surveillants pénitentiaires. Émanant de la société civile, ces contre-discours peuvent ainsi être appréhendés comme une démarche de sollicitation d’une action politique, dans des logiques de publicisation.

37Dès lors, le « lissage discursif » qui s’observe au sein des discours institutionnels, suivant des logiques de réenchantement, peut être appréhendé comme une « réponse » à ces contre-discours produits. Dans une interdiscursivité qui se caractérise par un jeu de discours qui s’opposent, il se construit des fi émotionnelles pour le moins contraires, donnant à voir des communications affectives antagonistes. Aux récits de souffrance au travail des contre-discours est opposée, au sein du discours institutionnel, la figure du surveillant pénitentiaire épanoui, révélant les dynamiques de récupération du discours ici à l’œuvre. Dans une visée de justification et de positionnement, la stratégie discursive alors poursuivie relèverait d’une légitimation de l’État quant à la prise en charge des problématiques rencontrées au sein du métier de surveillant de prison, au regard des obligations qui lui incombent en tant qu’employeur en matière de prévention des risques professionnels. Il s’agit ici de montrer que le nécessaire est fait pour remédier à la situation des agents.

38De telles dynamiques tendent à questionner les mutations de l’espace public à l’œuvre, ici au profit de l’instauration d’un espace public sociétal. En effet, la notion d’espace public sociétal s’applique à un problème sociétal que des acteurs privés se sont appropriés et qui ont participé à sa publicisation jusqu’à l’intégrer dans l’espace public politique (Miège, 2010 ; De Oliveira, 2014). Or, les contre-discours en ligne étudiés opèrent une publicisation autour des difficultés des surveillants pénitentiaires, dont on peut penser qu’elle influe sur la construction du discours institutionnel. Il ressort que la stratégie poursuivie au sein des contre-discours tend à promouvoir les problèmes rencontrés par les agents pénitentiaires comme question sociétale qui en appelle ainsi aux pouvoirs publics et contribue à l’émergence d’un espace public sociétal. Si le discours institutionnel apparaît comme une réponse aux contre-discours en ligne, la stratégie de légitimation qu’il poursuit, inscrite dans des logiques de réenchantement, tend toutefois à montrer de la part des acteurs politiques une volonté limitée de faire du sujet un objet d’action publique. Et si, pour reprendre les termes d’Olivier Voirol, « la visibilité n’est pas gage de reconnaissance » (2005 : 113), néanmoins « il n’y a […] pas de reconnaissance sans visibilité » (Ibid.) Le poids du respect du devoir de réserve chez les surveillants pénitentiaires nous semble être ici à questionner comme facteur contribuant à limiter la constitution d’un espace public sociétal qui engage explicitement les acteurs politiques dans la perspective de lutter contre les situations de souffrance au travail des surveillants pénitentiaires. Il serait intéressant d’en étudier les évolutions au regard de l’ampleur des dernières manifestations consécutives aux violentes agressions d’agents.

Annexes

Image 2. Extrait du site de l’École nationale d’administration pénitentiaire, <https://www.enap.justice.fr/​node/​82>, consulté le 17 juillet 2018.

Image 3. Affiche de promotion du métier de surveillant pénitentiaire, <http://www.metiers.justice.gouv.fr/​surveillant-penitentiaire-12629/​postuler-sinscrire-au-concours-12633/​surveillants-penitentiaires-28974.html>, consulté le 17 juillet 2018.

Image 4. Extrait du site de l’École nationale d’administration pénitentiaire, <https://www.enap.justice.fr/lecole>, consulté le 17 juillet 2018

Images 5, 6, 7 et 8. Extraits du film d’animation de présentation du métier de surveillant pénitentiaire, <http://devenirsurveillant.fr/​>, consulté le 17 juillet 2018.

Image 9. Extrait des vidéos de présentation du métier de surveillant pénitentiaire, <http://devenirsurveillant.fr/​ils-parlent-de-leurs-metiers/​?n=G%C3%A9raldine>, consulté le 17 juillet 2018.

Top of page

Bibliography

Références bibliographiques

AMOSSY, R., (2008), « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation & Analyse du Discours, n° 1, [En ligne], <https://journals.openedition.org/aad/200>, consulté le 17 juillet 2017.

AMOSSY, R., (2018), « Introduction : la dimension argumentative du discours. Enjeux théoriques et pratiques », Argumentation & Analyse du Discours, 20, [En ligne], <https:// journals.openedition.org/aad/2560>, consulté le 17 juillet 2017.

AUBOUSSIER, J., (2015), « Présentation », Semen, [En ligne], 39, <https://semen.revues.org/10463>, consulté le 15 novembre 2017.

BEN HAMED, M., MAYAFFRE, D., (2015), « Les thèmes du discours. Du concept à la méthode », Mots. Les langages du politique, 108, [En ligne], <https://cairn.info/revue-mots-2015-2-page-5.htm>, consulté le 17 juillet 2017.

BRUNET, S., (2013), « La prévention des risques psychosociaux. Avis au Conseil économique, social et environnemental », [En ligne], <http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2013/2013_12_prevention_risques_psycho.pdf>, consulté le 15 novembre 2017.

BRYON-PORTET, C., (2011), « L’approche sémio-herméneutique : une nécessité pour étudier les dispositifs symboliques des organisations et leurs enjeux communicationnels », Communication & Organisation, 39, 151-166.

BRYON-PORTET, C., (2013), « La culture du secret et ses enjeux dans la « Société de communication » », Quaderni, [En ligne], 75, <http://quaderni.revues.org/410>, consulté le 15 novembre 2017.

CHARAUDEAU, P., MAINGUENEAU, D., (2002), Dictionnaire d’Analyse du discours, Paris : Seuil.

CHARAUDEAU, P., (1994), « Le discours publicitaire, genre discursif », Mscope, 8, Versailles : CRDP, 34-44.

- (2006), « La situation de communication comme lieu de conditionnement du surgissement interdiscursif », Tranel, 44, 27-38.

COMBESSIE, P., (2009), Sociologie de la prison, Paris : La Découverte.

DE OLIVEIRA, J.-P., (2014), « La communication publique à l’appui d’une stratégie de repositionnement de l’État dans l’espace public. Le cas de la lutte contre le sida et de la question homosexuelle », Questions de communication, 26, 235-265.

DUBET, F., (2008), « Injustice et reconnaissance », Esprit, 2008/7, 7, 144-159.

ÉQUIPE PRÉVENTION ET PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES (PPCT), (2011), « Étude-Action relative à la prévention du suicide des personnels pénitentiaires », rapport remis le 17 juin 2010, INSERM, U897.

FOUCAULT, M., (1993), Surveiller et punir, Paris : Gallimard.

GREIMAS A. J., (1973), « Les actants, les acteurs et les figures », in CHABROL, C. (dir.), Sémiotique narrative et textuelle, Paris : Larousse., 161-176. GROS, F. (dir.), (2010), « La prison », Pouvoirs, 2010/4, 135, 5-14.

HONNETH, A., (2004), « La théorie de la reconnaissance : une esquisse », Revue du Mauss, 23, 133-136.

HONNETH, A., (2006), La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris : La Découverte.

HONNETH, A., ([2000], 2010), La lutte pour la reconnaissance, Paris : Le Cerf.

HURÉ, I., (2015), « Des magistrats sans autorité face aux victimes. Le cas des débats télévisés sur la récidive criminelle », Mots. Les langages du politique, 117, 101-115.

KRIEG-PLANQUE, A., (2008), « La notion d'« observable en discours ». Jusqu’où aller avec les sciences du langage dans l’étude des pratiques d’écriture journalistique ? », dans BRUGER, M. (dir.), L’analyse linguistique des discours médiatiques. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec : Éditions Nota Bene, 59-81.

KRIEG-PLANQUE, A., (2010), « La formule « développement durable » : un opérateur de neutralisation de la conflictualité », Langage et société, 2010/4, 134, 5-29.

KRIEG-PLANQUE, A., (2012), Analyser les discours institutionnels, Paris : Armand Colin.

LHUILIER, D., (2005), « Le sale boulot », Travailler, 14, 73-98.

LHUILIER, D., AYMARD N., (1997), L’univers pénitentiaire. Du côté des surveillants de prison, Paris : Desclée de Brouwer.

MALOCHET, G., (2009a), « Les surveillants de prison : marges du travail, travail sur les marges », Idées économiques et sociales, vol. 158, 4, 42-49.

MALOCHET, G., (2009b), « Peut-on former les surveillants de prison ? », Éducation permanente, 179-1, 59-71.

MARCHAND, J.-L., DOURLAT, T., MOISAN, F., (2015), « Description de la moralité des agents et ex-agents de l’administration pénitentiaire. Analyse de la mortalité par cause entre 1990 et 2008 », Saint Maurice, Institut de veille sanitaire, [En ligne], <http://invs. santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Travail-et-sante/2015/Description-de-la-mortalite-des-agents-et-ex-agents-de-l-administration-penitentiaire>, consulté le 15 novembre 2017.

MARTIN-JUCHAT, F., (2008), Le corps et les médias : la chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux, Bruxelles : De Boeck.

MARTIN-JUCHAT, F., (2014), « La dynamique de marchandisation de la communication affective », RFSIC, 5, [En ligne], <http://rfsic.revues.org/1012>, consulté le 15 novembre 2017.

MICHELI, R., (2008), « La construction argumentative des émotions : pitié et indignation dans le débat parlementaire de 1908 sur l’abolition de la peine de mort », in RINN, M. (dir.), Émotions et discours, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 127-140.

MICHELI, R., (2010), L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français, Paris : Les Éditions du Cerf.

MICHELI, R., (2012), « Les visées de l’argumentation et leurs corrélats langagiers : une approche discursive », Argumentation et Analyse du discours, 9, [En ligne], <https://jour- nals.openedition.org/aad/1406?lang=en>, consulté le 15 novembre 2017.

MICHELI, R., (2013), « Esquisse d’une typologie des différents modes de sémiotisation verbale de l’émotion », Semen, 35, 15-39.

MIÈGE, B., (2010), L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble : PUG.

MOULIN, V., SEVIN, A.-S., (2012), « Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir », Le travail humain, 75, 2012/2, 147-178.

OGER, C., OLLIVIER-YANIV, C., (2003), « Analyse du discours institutionnel et sociologie compréhensive : vers une anthropologie des discours institutionnels », Mots. Les langages du politique, 71, [En ligne], <http://journals.openedition.org/mots/8423>, consulté le 15 novembre 2017.

OGER, C., OLLIVIER-YANIV, C., (2006), « Conjurer le désordre discursif. Les procédés de « lissage » dans la fabrication du discours institutionnel », Mots. Les langages du politique, 81, 63-77.

PAVEAU, M.-A., (2015), « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives », Itinéraires, 2014-1, [En ligne], <http://journals. openedition.org/itineraires/2313>, consulté le 15 novembre 2017.

ROMEYER, H., (2011), « Approche communicationnelle de la notion de publicisation », Habilitation à Diriger des Recherches, Université Stendhal, Grenoble.

VOIROL, O., (2005), « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, 129-130, [En ligne], <https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2005-1-page-89.htm>, consulté le 17 juillet 2018.

WINKIN, Y., (2002), « De la pertinence de la notion d’enchantement », in SIMONIN, J. (dir.), Communautés périphériques et espaces publics émergents, Paris : L’Harmattan.

Top of page

Notes

1 Le concept de « figure », en écho aux travaux de A. J. Greimas (1973), réfère à des unités de contenu qui tendent à l’attribution de rôles et de fonctions actanciels perceptibles au niveau du discours. Les figures ainsi forgées dans le discours participent de l’élaboration des représentations qui « construisent une organisation du réel à travers des images mentales elles-mêmes portées par du discours » (Charaudeau, Maingueneau, 2002 : 504 et 263-264).

2 Comme le signale l’étymologie du terme issue du latin emovere, les émotions sont mouvements, qui participent de la mise en relation des individus mais également de leur mise en action. Inscrites au sein même des systèmes d’échanges, les émotions se trouvent médiées par des corps, des objets, des espaces sociaux, etc. Médiatisées, les émotions se voient également mobilisées au sein des pratiques médiatiques telles que la tenue d’un site internet, d’un blog ou encore l’usage des réseaux socionumériques, autant de discours en ligne qui intéressent cet article.

3 La publicisation correspond au processus social par lequel des questions d’intérêt général se trouvent mises en visibilité et en débat au sein de l’espace public (Romeyer, 2011).

4 <http://devenirsurveillant.fr/>

5 <http://www.metiers.justice.gouv.fr/surveillant-penitentiaire-126/>

6 <http://www.enap.justice.fr/>

7 <http://agentdetage.unblog.fr/>

8 <https://blogs.mediapart.fr/observatoire-international-des-prisons-section-francaise/blog>

9 <http://actupenit.com/>

10 <http://actupenitentiaire.blogsport.fr/>

11 <http://carceropolis.fr/>

12 <http://prisonenquestion.blogspot.fr/>

13 <http://prison.eu.org/>

14 <http://www.facebook.com/FdFdOeC/>

15 Nous renvoyons ici à la finition proposée par Mahé Ben Hamed et Damon Mayaffre, s’appuyant sur les travaux de François Rastier : « Le thème, c’est une idée suivie et développée dans le corpus qui prend corps par la chair linguistique que les locuteurs/interlocuteurs mobilisent et structurent à dessein dans le discours. Un thème, c’est un « contenu » graphique ou lexical, certes, mais qui s’anime (au sens fort) sémantiquement ou prend sens à la faveur de parcours de lecture » (Ben Hamed, Mayaffre, 2015 : 8 & 10).

16 Ainsi que le stipule Marie-Anne Paveau, « […] pour étudier les productions langagières en ligne, la connaissance des contextes numériques est nécessaire. En effet, Internet, et le Web en particulier, ne constituent pas de simples supports pour une production scripturale qui s’y transposerait, mais bien des environnements qui configurent structurellement les écritures de manière spécifique. » (Paveau, 2015).

17 « Même si par nature dialogique, le discours comporte comme qualité intrinsèque la capacité d’agir sur autrui, de l’influencer, il faut différencier entre l’entreprise de persuasion programmée et la tendance de tout discours à orienter les façons de voir du/des partenaires. Dans le premier cas, le discours manifeste une visée argumentative : le discours électoral ou l’annonce publicitaire en constituent des exemples flagrants. Dans le second cas, il comporte simplement une dimension argumentative ». (Amossy, 2008 : 9).

18 Extrait du site de l’École nationale d’administration pénitentiaire, URL : <https://www.enap.justice.fr/enap-entree-en-formation-des-eleves-surveillants>, consulté le 15/11/17.

19 Extrait de la vidéo en ligne, URL : <http://devenirsurveillant.fr/ils-parlent-de-leurs-metiers/?n =Muriel>, consulté le 15/11/17.

20 Extrait de la vidéo en ligne, URL : <http://devenirsurveillant.fr/ils-parlent-de-leurs-metiers/?n=Nicolas>, consulté le 15/11/17.

21 Extrait de la vidéo en ligne, URL : <http://devenirsurveillant.fr/?video-n>, consulté le 15/11/17.

22 Confer le rapport du CESE sur La présentation des risques professionnels, Brunet, 2013 :5.

23 « [L]orsqu’on argumente, on vise certes à justifier d’un point de vue, mais cette visée justificatoire s’accompagne d’une visée de positionnement du discours par rapport à un autre discours ». (Micheli, 2012 : 18).

24 « La constitution de la visibilité publique, dans un processus avancé de fétichisation, mène à la disparition des acteurs, de leur action et de leur parole, au profit d’images abstraites sans rapport avec leurs référents ancrés dans l’expérience et leurs contextes d’expression. […] [Les professionnels de l’information] opèrent une sélection dans les opérations de fabrication des apparences médiatisées - qui fonctionnent comme une censure implicite - ils canalisent et restreignent le champ des faits dignes d’entrer dans l’univers de médiatisation » (Voirol, 2005 : 106-107).

25 Extrait du blog « Agent d’Étage », URL : <http://agentdetage.unblog.fr/>, mis en ligne le 23/12/13, consulté le 15/11/17

26 Réaction suite à un post relatant l’agression d’un surveillant, page Facebook de FFOC, URL : <https://www.facebook.com/pg/FdFdOeC/reviews/>, mis en ligne le 24/01/18, consulté le 15/03/18.

27 Extraits du site « Actupénitentiaire », URL : <https://actupenit.com/2018/02/07/-nancy-plusieurs- surveillants-blesses-par-deux-detenus/>, mis en ligne le 07/02/18, consulté le 15/03/18.

28 Extrait du site « Ban public » URL : <http://prison.eu.org/spip.php?page=imprimer_article&id_ar- ticle =11256>, mis en ligne le 14/11/08, consulté le 15/11/17.

29 Commentaire extrait de la page Facebook de FFOC, URL : <https://www.facebook.com/pg/ FdFdOeC/reviews/>, mis en ligne le 21/02/18 consulté le 15/03/18.

30 Extrait du blog « Agent d’Étage », URL : <http://agentdetage.unblog.fr/2013/11/11/des-tenues/>, mis en ligne le 12/11/11, consulté le 15/11/17.

31 Extrait du blog « Agent d’Étage », URL : <http://agentdetage.unblog.fr/>, mis en ligne le 23/12/13, consulté le 15/11/17.

32 Entretien d’une surveillante pénitentiaire, URL : <http://actupenitentiaire.blogspot.fr>, mis en ligne le 14/02/16 consulté le 15/11/17.

33 Réponse d’une surveillante pénitentiaire à un post Facebook de FFOC, URL : <https://www.face- book.com/pg/FdFdOeC/reviews/>, mis en ligne le 26/05/16 consulté le 15/11/17.

Top of page

List of illustrations

Caption Image 1. Typologie des modes de sémiotisation des émotions (Micheli, 2013 : 20)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11937/img-1.jpg
File image/jpeg, 38k
Caption Image 2. Extrait du site de l’École nationale d’administration pénitentiaire, <https://www.enap.justice.fr/​node/​82>, consulté le 17 juillet 2018.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11937/img-2.jpg
File image/jpeg, 39k
Caption Image 3. Affiche de promotion du métier de surveillant pénitentiaire, <http://www.metiers.justice.gouv.fr/​surveillant-penitentiaire-12629/​postuler-sinscrire-au-concours-12633/​surveillants-penitentiaires-28974.html>, consulté le 17 juillet 2018.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11937/img-3.jpg
File image/jpeg, 23k
Caption Image 4. Extrait du site de l’École nationale d’administration pénitentiaire, <https://www.enap.justice.fr/lecole>, consulté le 17 juillet 2018
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11937/img-4.jpg
File image/jpeg, 16k
Caption Images 5, 6, 7 et 8. Extraits du film d’animation de présentation du métier de surveillant pénitentiaire, <http://devenirsurveillant.fr/​>, consulté le 17 juillet 2018.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11937/img-5.jpg
File image/jpeg, 70k
Caption Image 9. Extrait des vidéos de présentation du métier de surveillant pénitentiaire, <http://devenirsurveillant.fr/​ils-parlent-de-leurs-metiers/​?n=G%C3%A9raldine>, consulté le 17 juillet 2018.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/11937/img-6.jpg
File image/jpeg, 32k
Top of page

References

Electronic reference

Aurélia Dumas, Mylène Costes and Université Toulouse Jean-Jaurès, « Le métier de surveillant de prison :jeux et enjeux des discours et contre-discours en ligne  », Semen [Online], 46 | 2019, Online since 17 December 2020, connection on 26 January 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/11937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.11937

Top of page

About the authors

Aurélia Dumas

Communication et Sociétés Université Clermont Auvergne

Mylène Costes

LERASS

Université Toulouse Jean-Jaurès

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search