Skip to navigation – Site map

HomeNuméros46II . Actualités scientifiquesLa présence médiatique de Macron ...

II . Actualités scientifiques

La présence médiatique de Macron pendant la campagne présidentielle : une analyse discursive sur le traitement d’une candidature dans la presse

Albin Wagener

Abstracts

Abstract: During the French presidential elections in 2017, which has been shaken by discursive events and communicational disruptions, candidate Emmanuel Macron has sometimes been accused of being supported by certain medias, an accusation formulated by both adversaries and commentators. We intend to take a deeper look at the way general media have covered the topic Emmanuel Macron during this election, and are doing so by studying a corpus of 177 articles gathered in 15 general media (press, radio, news channels) in order to produce a systemic discourse analysis comprising three distinct steps : a textometric study, a semantic analysis, and a pragmatic observation of deictic spaces. This analysis will be used to describe the complexity of circulating representations within the selected corpus, in order to understand how Emmanuel Macron’s campaign is treated, which semantic contents are applied, with which pragmatic and cognitive intentions and effects.

Top of page

Full text

Introduction

1Au cœur d’une campagne présidentielle littéralement inédite dans la VeRépublique, prise entre le tourbillon de la fragmentation définitive des clivages politiques traditionnels de son système bipartite et la tempête accélérée du traitement médiatique numérique et des affaires qui la parsèment, nous avons décidé de nous intéresser au phénomène représenté par Emmanuel Macron, parfois décrit comme le candidat du système médiatique. Afin de pouvoir vérifier la crédibilité d’une telle hypothèse, souvent reprise par ses opposants, et sans aucun parti pris politique, nous avons décidé de rassembler un corpus d’articles en ligne de médias variés (presse, radio, chaînes d’information télévisées en continu) afin de pouvoir mesurer la façon dont a été traité le candidat Emmanuel Macron, et vérifier si la presse était aussi complaisante à son égard que certaines voix le laissaient entendre. L’analyse discursive du corpus que nous avons construit, constitué de 177 articles, est appro- fondie grâce à l’utilisation des logiciels Wordsmith et Iramuteq, et repose sur une méthodologie déjà utilisée auparavant (Lähdesmäki & Wagener 2015, Wagener 2015). Nous utilisons le modèle de l’analyse systémique du discours, qui repose sur une triple assise méthodologique : une molécularisation sémantique inspirée de la sémantique des possibles argumentatifs (Galatanu 2009), une proximisation cognitive et axiologique (Chilton 2004, Cap 2013) et un principe du discours comme outil susceptible d’actionner des représentations positives ou négatives en vertu de l’effet de manipulation d’information (Maillat 2013, Kopytowska 2015), que celle- ci soit volontaire ou non. L’ensemble de cette étude est également organisé autour du pivot constitué par la notion de nœud sémantique (Wagener 2012), outil qui permet ensuite de restituer la topographie sémantique du corpus et de ses sous-corpus. À la question de savoir si Emmanuel Macron peut ou non être considéré comme le candidat des médias pour l’élection présidentielle française de 2017, nous verrons alors que la réponse est loin d’être simple et, surtout, qu’elle regorge d’aspects relativement surprenants, aussi bien des points de vue sémantique que pragmatique.

1. Accéder aux représentations grâce à l’analyse du discours

1.1. Pour une théorie systémique du discours

2L’étude que nous proposons dans le présent article est ancrée dans la théorie systémique du discours, qui a pour objectif de pouvoir proposer un modèle épistémologique basé à la fois sur la complexité des phénomènes d’interaction et de communication (Wagener 2012) et sur la présence riche de l’interdiscours, en tant que lieu et substrat de circulation des représentations, en tant que constructions sociales et référentielles (Garric & Longhi 2013). Dans le cas qui nous intéresse, le discours médiatique qui traite de personnalités ou de phénomènes politiques se retrouve, de manière consciente ou non, directement relié aux problématiques de pouvoir et d’idéologie, dans le sens où il participe aux flux représentationnels qui influencent, confirment, infirment ou contestent les opinions majoritaires et minoritaires des citoyens. Ce faisant, les discours qui naissent dans un tel contexte ont un impact notable sur les individus qui les reçoivent (Kopytowska 2015 : 144) :

  • 1 « En effet, le processus de médiatisation de la réalité sociale implique le fait de faire des choix (...)

Indeed, the process of mediating social reality involves making choices as to what aspects of this reality will be proximized and to what extent. And most of these choices are discursive in nature. The motivations behind them and the implications they might have for the public perception of social reality matter. The former are inextricably linked with notions of power and ideology, while the latter impact on identity construction, negotiation and contestation, along with the (…) mediated quasi-status functions and collective agreement1.

3De ce fait, le discours est alors considéré comme un ensemble complexe de noyaux de sens, qui se retrouvent activés de manière visible ou moins visible par le déclenchement, volontaire ou non, d’effets pragmatiques concrets. Notre théorie systémique du discours est donc directement inspirée par la philosophie pragmatique du discours, et notamment la manière dont la diffusion des représentations de sens commun au sein des communautés de sens peut mettre en mouvement des référentiels et des actions données, particulièrement dans le contexte médiatico- politique évoqué dans la présente étude (Sarfati 2014 : 23) :

À l’échelle pratique réelle, un sujet-acteur participe de la formation sociale non pas par le biais de l’ensemble des institutions de sens qui la constituent, mais uniquement à partir de certaines des communautés de sens qui matérialisent chaque institution de sens. Du point de vue du sujet-acteur, l’ensemble restreint des communautés de sens dans lesquelles il est concrètement impliqué détermine son écosphère.

4Dans ce cas précis, la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle est traitée comme un phénomène nouveau et relativement original, quelle que soit la prise de position des médias, des journalistes ou des éditorialistes : ici, le discours du traitement médiatique porte moins sur les discussions programmatiques que sur le traitement de la campagne de Macron comme un événement discursif en soi, support de projection d’un certain nombre d’interdiscours qui se retrouvent au croisement des opinions politiques de droite ou de gauche. En tant qu’institution, la sphère médiatique traite de la candidature d’Emmanuel Macron comme un sujet à part entière, tout en l’isolant de la campagne présidentielle elle-même (Krieg-Planque & Oger 2010 : 93) :

En effet, dans l’institution, les locuteurs, sommés de répondre à des exigences complexes voire contradictoires, obéissent à une injonction plus générale : organiser la polyphonie, réduire la dissonance, produire la cohérence.

5Comme nous pourrons le voir au cours de l’analyse du corpus, malgré la diversité des points de vue exprimés, il semble bien que les différents médias produisent une forme de cohérence – non pas sur les avis politiques ou économiques à propos d’Emmanuel Macron, mais plutôt à propos d’une forme de traitement représentationnel qui semble, comme nous le verrons, relativement déconnectée de l’enjeu programmatique des élections présidentielles.

1.2 Analyse systémique du discours : une méthodologie

6Comme nous l’avons précédemment évoqué, la méthodologie d’analyse systémique de discours se base sur un triple ancrage, qui se base d’abord sur une analyse lexicométrique des corpus (Baker 2006), soit sur l’hypothèse selon laquelle la fréquence de certains termes, ainsi que l’importance de la fréquence de colocations de ces termes avec d’autres, révèlent les représentations contenues dans un corpus. À ce prédicat statistique s’ajoute la sémantique des possibles argumentatifs (Galatanu 2009), chargée de moléculariser les traits sémantiques des positionnements argumentatifs, et la méthodologie pragmatique de proximisation (Cap 2013). En fonction de cette triple assise, nous proposons la segmentation méthodologique suivante :

7– l’étude de la fréquence des occurrences lexicales et de leurs colocations, afin d’obtenir des résultats statistiques significatifs, grâce à l’utilisation de logiciels tels qu’Iramuteq et Wordsmith : ceci permet d’extraire des données à partir desquelles pourra se faire l’analyse systémique du discours en tant que telle ;

8– l’approche méthodique du sens dans les représentations, reliée notamment aux formes lexicales, à la fois en tant qu’entités isolées dans le discours, mais également en interaction constante avec un environnement sémantique qui produit des effets de circulation et de compréhension pragmatiques ;

9– la compréhension du positionnement du discours, notamment dans le rapport entre énonciateur et récepteur, plus particulièrement dans la réception cognitive et émotionnelle de ses complexités déictiques, axiologiques et modales telles que mises en scène au sein même des productions discursives.

10Le but de cette approche est de pouvoir mettre l’accent, in fine, sur l’émergence d’une topographie des espaces représentationnels du corpus et des sous-corpus (Bendinelli 2011 : 110) :

Les espaces représentationnels donnent une clef de lecture originale aux prises de parole qui les sous-tendent, car ils permettent de ‘voir’ le monde que le locuteur construit et les relations qu’il entretient avec les éléments qui le composent. Chemin faisant, ils offrent la possibilité d’identifier une partie des connaissances convoquées lors de l’interprétation. (…) La figure obtenue reconstruit un prototype des productions prises en compte, elle en subsume les éléments les plus représentatifs, indépendamment des variations thématiques.

11Afin de pouvoir proposer cette figure topographique et d’en isoler les grandes tendances de sens, il est nécessaire de suivre trois étapes distinctes que nous souhaitons respecter pour la présente étude :

12– dans un premier temps, la présentation des occurrences les plus fréquentes dans le corpus, ainsi que leurs singularités par variations de sous-corpus ;

13– dans un second temps, l’analyse des occurrences et de leurs colocations lexicales les plus fréquentes, afin de comprendre le poids des nœuds sémantiques qui jalonnent le corpus et ses sous-corpus ;

14– dans un troisième temps, enfin, l’étude pragmatique du texte, notamment à

15travers l’analyse des espaces déictiques et des particularités modales et axiologiques.

16Pour le cas qui nous concerne, cette méthodologie devra permettre de mettre en relief les particularités du traitement médiatique de la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle française en 2017, et notamment de la façon dont le candidat est associé à un ensemble de représentations précises, véhiculées dans les discours médiatiques, qu’il s’agisse de choix éditoriaux conscients ou moins conscients.

2. Occurrences, fréquences et colocations : l’étude du corpus

2.1. Présentation du corpus et analyse lexicométrique

17Le corpus que nous nous proposons d’étudier réunit 177 articles distincts, échantillonnés en ligne à travers 15 médias généralistes nationaux, qu’ils soient de presse, de radio ou de télévision (il s’agira ici de chaînes d’information en continu), répartis entre le printemps de l’année 2016 (le mois de mai) et le début de l’année 2017 (jusqu’à la fin du mois de mars) :

18– Le Monde : 12 articles
– L’Express
 : 13 articles
– Le Point : 3 articles (en raison de la limite d’articles disponibles gratuitement)
– Le Figaro : 13 articles
– Libération : 12 articles
– Le Parisien : 8 articles (en raison de la limite d’articles disponibles gratuitement)
 Huffington Post : 13 articles
– Slate : 14 articles
– 20 Minutes : 12 articles
– Les Echos : 13 articles
– RTL : 12 articles
– Europe 1 : 15 articles
– BFM TV : 14 articles
– LCI : 11 articles

19Ces articles ont été sélectionnés grâce à une recherche Google, en utilisant les mots-clés « Macron » et « présidentielle », en respectant le spectre temporel précédemment détaillé. Les résultats statistiques de base notifiés par Iramuteq font état d’un corpus totalisant 149241 occurrences et 9363 formes différentes. En fonction des médias, les articles sont plus ou moins longs, et traitent la candidature d’Emmanuel Macron de manières diverses : nous pouvons ainsi y retrouver des éditoriaux, des reportages, des analyses ou même, pour quelques-uns d’entre eux, des interviews. De surcroît, les 20 occurrences les plus importantes lemmatisées par Iramuteq mettent évidemment Emmanuel Macron au centre même du sujet, ce qui est somme toute assez logique : en revanche, comme nous le verrons, les environnements co-lexicaux de ces 20 occurrences sont révélatrices du traitement réservé au candidat du mouvement En Marche !

Tableau 1 : 20 premières occurrences du corpus Macron

20Ce tableau révèle d’ores et déjà quelques spécificités, qu’il nous semble utile depouvoir détailler immédiatement :

21– Certains termes sont directement liés à la personnalité politique dont il est question : « Macron » (1898 occurrences), « Emmanuel » (1247 occurrences), « politique » (469 occurrences), « marche » (441 occurrences) ;

22– D’autres termes font état de son positionnement au sein du contexte d’une campagne présidentielle : « candidat » (739 occurrences), « présidentiel » (327 occurrences), « programme » (227 occurrences), « euro » (204 occurrences) ;

23– D’autres termes encore font état de son histoire politique : « ministre » (343 occurrences), « ancien » (262 occurrences) ;

24– Certains termes donnent plutôt des indications concernant le paysage politique autour de la candidature d’Emmanuel Macron : « françois » (324 occurrences, qui concernent à la fois Fillon, Hollande et Bayrou), « gauche » (296 occurrences), « droite » (287 occurrences), « premier » (249 occurrences, pour « premier ministre » notamment), « Fillon » (192 occurrences).

25– Un autre petit groupe de termes pose l’environnement national : « France » (296 occurrences) et « français » (292 occurrences) ;

26– Enfin, certains verbes apparaissent de manière préférentielle au sein du corpus : « aller » (211 occurrences), « mettre » (207 occurrences) et « voir » (205 occurrences).

27Tous ces lexèmes lemmatisés de manière automatique par Iramuteq peuvent être catégorisés comme ce que nous appelons des occurrences A : ils constituent les occurrences les plus immédiatement visibles dans le corpus, du fait de leur fréquence, mais doivent cependant être étudiés en fonction de leur environnement lexical et lemmatique immédiat, à savoir à travers les occurrences B. C’est précisément l’étape que nous proposons d’aborder maintenant, afin d’affiner plus avant notre analyse.

2.2. Environnement co-lexical et nœuds sémantiques

28Les réseaux discursifs représentationnels se tissent à travers le corpus grâce à l’articulation de plusieurs éléments lexicaux, mis en relation au sein d’un environnement déterminé ; pour mieux comprendre ce phénomène, nous propo- sons le croisement du comptage des vingt premières occurrences de lexèmes ou lemmes pour le corpus, avec une mise en relation de ceux-ci avec leurs environnements co-lexicaux directs. Pour ce faire, nous utilisons le logiciel Wordsmith, qui permet de déterminer très précisément les colocations lexémiques ou lemmatiques par un comptage simple ; ainsi, nous croisons donc les occurrences A (occurrences directement visibles à la fréquence la plus importante) avec les occurrences B (occurrences visibles grâce au calcul de visibilité des formes en co-location lexicale). Grâce à cette méthodologie, nous pouvons repérer les principaux nœuds sémantiques du corpus, ce qui nous permettra de tisser les réseaux représentationnels discursifs : dans cette opération, la lecture des occurrences B, qui n’apparaissent qu’indirectement mais sont pourtant capitales pour la compréhension des représentations, est cruciale.

Schéma 1 : topographie des colocations du corpus Macron

29Ce premier schéma permet d’obtenir une topographie d’ensemble de ces colo- cations d’occurrences, en produisant une représentation de ces croisements sémantiques du corpus ; en d’autres termes, il s’agit ici d’offrir une distribution graphique des croisements de données les plus saillantes. Concernant le traitement médiatique réservé à Emmanuel Macron, nous pouvons repérer au sein de la topographie du corpus que celui-ci est axé autour de plusieurs nœuds sémantiques principaux que nous exposons ici, en les limitant à une fréquence de 70 minimum pour le nombre de colocations totales (sachant que dans le cas des 177 articles sélectionnés, la variété et l’étendue de la topographie sont très importantes) :

30– « Emmanuel » et « Macron » : 1234 colocations ;
– « marche » et « candidat » : 163 colocations ;
– « ancien » et « ministre » : 144 colocations ;
– « François » et « Fillon » : 139 colocations ;
– « droite » et « gauche » : 113 colocations ;
– « François » et « Hollande » : 112 colocations ;
– « présidentiel » et « élection » : 103 colocations ;
– « ancien » et « économie » : 91 colocations ;
– « présidentiel » et « candidat » : 89 colocations ;
– « ministre » et « économie » : 87 colocations ;
– « candidat » et « Macron » : 85 colocations ;
– « programme » et « Macron » : 70 colocations.

31Cette classification hiérarchique descendante de douze nœuds sémantiques est établie à partir d’une lemmatisation totale des radicaux : verbes, adjectifs et noms communs se retrouvent ainsi agglomérés dans certains cas (« économique » se retrouve ainsi lemmatisé au sein d’« économie », tandis que dans le cas de « marche », il y a une séparation nette avec le verbe « marcher » afin d’éviter toute confusion sémantique dans le traitement des données). Ces douze nœuds sémantiques suffisent pour avoir une première épreuve représentationnelle du corpus traitant d’Emmanuel Macron dans les médias généralistes, mais devront être plus tard croisés à nouveau avec l’étude des espaces déictiques et le positionnement des différents acteurs de ces représentations les uns par rapport aux autres. Ici, nous pouvons d’ores et déjà remarquer, comme il était possible de s’y attendre, qu’Emmanuel Macron est d’abord représenté comme un candidat et ancien ministre de l’économie, avec un nombre de colocations relativement faible pour ce qui concerne le programme en tant que tel, tout en tenant également compte d’une étonnante et intéressante dyade « gauche » et « droite » qui semble isolée du point de vue des colocations et se retrouve ici auto-référencée en tant que nœud sémantique, tout en restant voisine de la molécularisation que nous proposons (d’où l’inclusion de liens secondaires hachurés) – tout comme d’ailleurs François Hollande et François Fillon.

Schéma 2 : molécularisation sémantique et nœuds sémantiques du corpus Macron

32Cette molécularisation sémantique nous indique d’abord qu’Emmanuel Macron est prioritairement, lorsque l’on considère l’intégralité du corpus, présenté de manière générale comme un ancien ministre de l’économie, candidat du mouvement En Marche ! aux élections présidentielles, disposant a priori d’un programme simplement évoqué, et relié à des contextes plus secondaires de clivage entre gauche et droite, ainsi qu’à des personnalités politiques nationales, notamment François Hollande, dont il a été ministre, et François Fillon, dont il a été longtemps le challenger pour la seconde place des intentions de vote. Cette vision tient bien évidemment compte de l’intégralité du corpus : en fonction des médias, et donc des différents sous-corpus qui constituent l’ensemble étudié ici, les molécularisations sémantiques bougent nécessairement, comme nous pourrons le souligner plus avant.

3. Lecture sémantique et pragmatique des données

3.1. Introduction des classes sémantiques

33L’étape statistique lexicale et lemmatique du début de notre étude est incontournable : néanmoins, elle ne saurait représenter la seule option analytique possible pour une opération scientifique qui se veut systémique et attachée à toutes les dimensions du discours, y compris les dimensions sémantiques et pragmatiques. Point d’entrée essentiel de l’analyse de discours, l’étape lexicométrique ou textométrique produit la récolte de la matière première discursive statistique, mais n’en constitue pas la fi ; dans un second temps, c’est bien l’interprétation de ces données, remises en perspective dans leur contexte d’énonciation et d’argumentation, qui permet de densifi l’analyse de discours. C’est dans cette optique que nous souhaitons à nouveau recourir au logiciel Iramuteq, dans la mesure où celui-ci propose de distribuer le corpus étudié en classes sémantiques, qui fournissent des indications sur les univers discursifs contenus dans le corpus et sur les spécificités des différents sous-corpus – pour le cas qui nous concerne, il s’agit ainsi des médias et des mois de publication. Iramuteq propose l’organisation des classes sémantiques par un dendrogramme, point de départ d’une nouvelle prospection analytique qui complète la visualisation des nœuds sémantiques que nous venons d’effectuer.

Schéma 3 : dendrogramme des classes sémantiques du corpus Macron

34Le premier constat à propos de ce dendrogramme est que les classes sémantiques sont, d’après l’analyse d’Iramuteq, relativement bien distribuées – chacune constituant en effet un quart des orientations sémantiques générales du corpus concernant le traitement médiatique d’Emmanuel Macron. Le logiciel invite donc le chercheur à se concentrer sur la distribution suivante :

35Classe 2 : première classe du corpus, et également classe-racine de l’ensemble des trois autres classes sémantiques, celle-ci a pour objet principal et quasiment exclusif la politique économique, avec des termes comme « euro », « impôt »,

36« taxe », « dépense », « chômage » ou « investissement ». Le fait que cette classe soit considérée comme celle dont toutes les autres vont découler n’est pas innocent, et indique qu’Iramuteq considère l’approche économique comme indissociable des représentations liées à Emmanuel Macron dans le traitement médiatique qui le concerne ;

37– Classe 3 : seconde classe du corpus, dans le sens où elle constitue le premier embranchement de la classe générale que constitue la classe 2, la classe 3 se concentre intégralement sur Emmanuel Macron lui-même, à la fois en tant que ministre et organisateur de meeting, avec une évocation faible mais visible du mouvement En Marche ! et une sorte de résumé calendaire de ses activités politiques récentes de campagne (rencontre avec Merkel, dépêches AFP, rumeurs sur sa liaison avec Mathieu Gallet, etc.) ;

38– Classe 1 : premier sous-embranchement du second embranchement de la classe 2, la classe 1 est attachée au contexte politique des élections présidentielles en France. Plus institutionnelle, elle décrit le contexte de ce que peut être une campagne électorale en lien avec la situation politique nationale, la relation entre les citoyens et l’Etat, et les différents enjeux liés à la campagne (l’évocation de Donald Trump, la politique européenne, les questions du libéralisme ou de la radicalité, ou encore celle de la VeRépublique) ;

39– Classe 4 : second sous-embranchement du deuxième embranchement de la classe 2, et dernière classe isolée par Iramuteq, la classe 4 dépeint l’environnement politique direct dans lequel se retrouve plongé le candidat Emmanuel Macron, notamment ses concurrents, et son positionnement entre la droite et la gauche (ou en transcendance de ces deux tendances, selon l’interprétation que l’on souhaitera adopter).

40Comme nous pouvons le voir, le dendrogramme structuré par l’analyse statistique sémantique d’Iramuteq complète utilement la topographie sémantique, en affinant considérablement la manière dont est médiatiquement traité le candidat du mouvement En Marche !, notamment à travers la hiérarchisation des classes sémantiques. En effet, le fait que la classe 2, qui représente la politique économique, soit considérée par le logiciel comme la classe-racine de l’ensemble du corpus témoigne d’une dépendance sémantique verticale entre les sujets économiques d’un côté, et l’ensemble de la question politique nationale de l’autre, qui nourrit les trois autres classes : qu’il s’agisse de la situation d’Emmanuel Macron lui-même (classe 3), du contexte politique de l’élection présidentielle (classe 1) ou de l’environnement politique de la campagne autour du candidat d’En Marche ! (classe 4), l’ensemble de ces trois classes, qui représentent pourtant près de 75 % de la distribution sémantique du corpus, découle généalogiquement du prisme économique par lequel les médias semblent traiter et nourrir les représentations liées à la candidature d’Emmanuel Macron aux élections présidentielles. Ceci peut être dû simplement à son profi d’ancien ministre de l’économie, mais peut également souligner la dominante des thématiques économiques dans la campagne présidentielle.

41Afin d’affiner cette analyse du dendrogramme des classes sémantiques, il nous semble important d’explorer la manière dont ces quatre classes sont associées aux variables du corpus tel que nous l’avons constitué, c’est-à-dire la temporalité de publication et le média de publication. Pour la temporalité de publication, la distribution référentielle est la suivante :

42– Classe 2 (politique économique) : juillet 2016, décembre 2016, mars 2017
– Classe 3 (Emmanuel Macron) : octobre 2016, février 2017
– Classe 1 (contexte de l’élection présidentielle) : mai 2016, juin 2016, octobre 2016, janvier 2017, février 2017
– Classe 4 (environnement politique de la campagne) : août 2016, janvier 2017

43Dans toute analyse de discours, l’absence de certains éléments est aussi importante que leur présence : ainsi, pour cette étude chronologique, nous devons constater l’absence remarquable des mois de septembre et de novembre 2016 en tant que référentiels des classes sémantiques, dans la mesure où ces mois se retrouvent équitablement distribués entre les classes et ne se retrouvent donc pas dans une aspérité précise structurée par le dendrogramme. De surcroît, cette distribution éclaire considérablement la manière dont a évolué le corpus dans le temps, et nous replace directement dans la notion d’interdiscours (Garric et Longhi 2013), liée à celle de postdiscours (Wagener 2016) en tant qu’ensemble des possibles discursifs qui découlent d’un contexte interdiscursif. Pour être plus précis, cela signifie concrètement que la manière dont les classes sémantiques s’articulent dans le temps, au sein de l’interdiscours lié à Emmanuel Macron tel que traité par les médias généralistes, présente une forme de logique intrinsèque lié à la fois à l’actualité politique dont doivent traiter les médias, et à la manière dont les médias eux- mêmes confectionnent l’actualité politique. En d’autres termes, cela nous permet de matérialiser la chronologie suivante :

44– Mai 2016 : contexte de l’élection présidentielle ;
– Juin 2016 : contexte de l’élection présidentielle ;
– Juillet 2016 : politique économique ;
– Août 2016 : environnement politique de la campagne ;
– (Septembre 2016 : contexte de l’élection présidentielle, politique économique, environnement politique de la campagne, Emmanuel Macron) ;
– Octobre 2016 : contexte de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron ;
– (Novembre 2016 : contexte de l’élection présidentielle, politique économique, environnement politique de la campagne, Emmanuel Macron) ;
– Décembre 2016 : politique économique ;
– Janvier 2017 : environnement politique de la campagne, contexte de l’élection présidentielle ;
– Février 2017 : contexte de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron ;
– Mars 2017 : politique économique.

45Cette rapide chronologie, qui ne témoigne pas d’une exclusivité de distribution sémantique mais d’une saillance préférentielle dans les médias concernés, nous montre l’évolution du traitement médiatique d’Emmanuel Macron : bien évidemment, c’est la candidature du candidat d’En Marche ! à l’élection présidentielle le 16 novembre 2016 qui permettra de démarrer une autre forme de traitement médiatique (d’où la présence de la totalité des classes sémantiques à cette période), même si les spéculations existaient dans la presse concernant une candidature de l’ancien ministre de l’économie, notamment en septembre 2016. Le traitement médiatique d’Emmanuel Macron, en mars 2017, semble se faire exclusivement sous le prisme économique.

46Comme nous l’avons souligné, la seconde variable de répartition des classes sémantiques mérite également un regard attentif. Ainsi, en fonction des classes, certains médias semblent plus disposés que d’autres à traiter de certaines thématiques, ce qui produit la distribution suivante :

47– Classe 2 (politique économique) : L’Obs, Le Figaro, Le Monde, L’Express, Le Point ;

48– Classe 3 (Emmanuel Macron) : 20 Minutes, Le Parisien, L’Obs, LCI, Le Point ;

49– Classe 1 (contexte de l’élection présidentielle) : Slate, Libération, HuffingtonPost ;

50– Classe 4 (environnement politique de la campagne) : Europe 1, BFM TV, RTL, Huffington Post.

51Cette distribution sémantique nous indique la manière dont les médias sélectionnés traitent de manière préférentielle Emmanuel Macron, et indiquent une absence relative du média Les Echos, soulignant par là-même le fait qu’il s’agisse du seul organe de presse qui semble couvrir de manière équitable les quatre classes sémantiques. Au-delà de ce contexte, on constate une focalisation importante par deux chaînes d’information continue et une radio sur l’environnement politique de la campagne – ce qui n’est pas totalement surprenant, dans la mesure où celles-ci invitent beaucoup d’analystes ou d’éditorialistes à commenter l’actualité politique de l’élection présidentielle. Concernant le contexte institutionnel de l’élection présidentielle, Slate, le Huffington Post et Libération sont les plus prompts à remettre le personnage d’Emmanuel Macron dans l’environnement de la VeRépublique ; la personnalité et le parcours d’Emmanuel Macron sont surtout évoqués par 20 Minutes, Le Parisien, l’Obs, LCI et Le Point. Pour terminer, la politique économique est surtout traitée, de manière assez prévisible, par l’Obs, Le Figaro, le Monde, L’Express et Le Point.

3.2. Distribution des espaces déictiques

52Pour compléter notre étude des représentations en circulation dans le traitement médiatique d’Emmanuel Macron, nous estimons utiles de nous attarder sur la façon dont les processus pragmatiques structurent cette circulation au sein du corpus. Afin d’obtenir une lecture de ces processus, nous choisissons de porter notre regard sur les espaces déictiques interne et externe au corpus, notamment à travers quatre axes (spatial, temporel, axiologique et modalisateur), dans le but d’approfondir l’analyse des classifications sémantiques et de compléter l’étude de la topographie sémantique du corpus. Ce modèle de spatialisation cognitif et pragmatique s’appuie principale- ment sur les travaux de Chilton, qui a théorisé cette approche avant de l’appliquer à de nombreux types de corpus, notamment politiques (Chilton 2004 : 57-58) :

  • 2 « Les entités, ainsi que les relations entre elles, peuvent être représentées comme physiquement né (...)

Entities and the relations among them may be represented as physically neces- sary, socially imposed or as morally imperative. There is a strong spatial element in this dimension also. (…) We are suggesting that in processing any discourse people ‘position’ other entities in their ‘world’ by ‘positioning’ these entities in relation to themselves along (at least) three axes, space, time and modality. The deictic center (the Self, that is, I or we) is the ‘origin’ of the three dimensions. Other entities (arguments of predicates) and processes (predicates) ‘exist’ relative to ontological spaces defined by their coordinates on the space (s), time (t) and modality (m) axes2.

53Ainsi, selon Chilton, les corpus de discours politiques sont particulièrement adaptés à l’approche qu’il propose : en effet, les positionnements des espaces déictiques y forment les bases autour desquelles vont s’articuler les mécanismes sémantiques et pragmatiques des représentations. Nous proposons donc, sur la base de ces travaux, de délimiter les espaces déictiques du corpus étudié dans cet article, afin de mieux comprendre la manière dont les auteurs parlent d’Emmanuel Macron, et la manière dont celui-ci est directement cité dans les articles. Pour ce faire, nous avons délimité quatre espaces déictiques distincts :

54– « Moi/Je/Mon/Ma/Mes » représentent l’espace déictique interne qui recouvre de manière importante les citations directes attribuées à Emmanuel Macron, et qui se retrouve principalement lié aux lemmes « pour » (51 colocations), « candidat » (32 colocations), « vous » (25 colocations), « vouloir » (21 colocations), « Emmanuel » (17 colocations), « croire » (15 colocations) ;

55– « Il/Son/Sa/Ses » représentent l’espace déictique externe qui recouvre la manière dont Emmanuel Macron est représenté dans les articles du corpus, et qui se retrouve principalement lié aux lemmes « Macron » (270 colocations), « candidat » (139 colocations), « programme » (97 colocations), « Emmanuel » (90 colocations »), « politique » (74 colocations), « marche » (67 colocations), « campagne » (62 colocations), « vouloir » (61 colocations), « projet » (57 colocations), « ministre » (51 colocations), « présidentielle » (49 colocations), « agir » (47 colocations) ;

56– « Nous / Nos / Notre » représentent un espace déictique nettement plus restreint, qui s’appuie notamment sur les citations d’Emmanuel Macron lorsque celui-ci évoque un collectif idéalisé, et s’appuie sur les lemmes « pays » (28 colocations), « pour » (24 colocations), « culture » (10 colocations), « histoire » (10 colocations) ;

57– « Ils / Leurs », dernier espace déictique identifiable dans le corpus, représente un pluriel assez vaguement défi assimilant surtout les électeurs potentiels ou les partisans d’Emmanuel Macron, en relation avec les lemmes « pour » (47 colocations), « vouloir » (13 colocations), « Macron » (13 colocations), « français » (11 colocations).

58De manière synthétique, une topographie des espaces déictiques peut alors être proposée, qui illustre précisément les pics de colocation sémantique que nous venons de mettre en relief.

Schéma 4 : topographie des colocations des espaces déictiques du corpus Macron

59Les espaces déictiques les plus largement représentés, et qui représentent les pôles de narration autour desquels se nouent les relations représentationnelles en circulation dans le corpus, sont d’abord « Il / Son / Sa / Ses », soit l’espace déictique externe (désormais EDE) cible des auteurs des articles du corpus, mais également « Moi / Je / Mon / Ma / Mes », soit l’espace déictique interne (désormais EDI) qui représente Emmanuel Macron tel que cité dans les articles, ce qui implique donc que les citations sélectionnées sont nécessairement à mettre en relation avec le contexte d’énonciation et d’argumentation des articles. L’étude de l’EDE est probablement la plus intéressante, dans la mesure où il est notamment mis en relation avec des verbes comme « vouloir » ou « agir » qui dénotent un mouvement d’agentivité politique. Nous proposons de représenter la tension entre ces deux espaces déictiques à l’aide du schéma suivant, en suivant les axes temporel (AT), spatial (AS), modal (AM) et axiologique (AA), en y incluant également la cible de la stratégie d’Emmanuel Macron telle que représentée dans le corpus, à s’avoir l’espace déictique externe absent (désormais EDEA) qui représente les électeurs potentiels.

Schéma 5 : modélisation des espaces déictiques du corpus Macron

60Nous pouvons ici constater que, dans le cas où Emmanuel Macron est cité dans les articles du corpus, il semble tendre à aller chercher les électeurs par le biais de la modalisation. Ainsi, l’EDI rapporté par les auteurs des articles est d’abord dépeint comme jouant sur des éléments plus émotionnels ou de sentiment général, plutôt que sur des références programmatiques ou techniques, comme le montre l’exemplier suivant :

(1) Je ne laisserai personne défendre notre culture en prétendant la rabougrir
(2) La dimension christique, je ne la renie pas, je la revendique
(3) J’aime tout le monde et j’explique au soir du 7 mai que je vais rassembler tous les français
(4) Je ne peux pas me résoudre à voir une France qui a peur, qui insulte, qui est fatiguée : je veux une France libre, libre et fière de ce qu’elle est
(5) Je leur demande ce petit effort pour leurs enfants et leurs petits-enfants

61Ces différents exemples soulignent une articulation plutôt émotionnelle, ou basée sur le registre du sentiment : ici, notamment, ce registre sentimental peut concerner le rassemblement, la fierté d’être français, l’appel aux générations futures, la culture et la dimension évangéliste (donc un registre de foi dans la candidature). Telle que citée dans les articles, la dimension technique est donc relativement absente. Cependant, lorsque nous évoquons l’EDE, celui-ci est dépeint sur des valeurs nettement plus axiologiques, situées dans une dimension moins émotionnelle mais plus politique et plus technique, en accord avec ce qui est traditionnellement attendu d’un candidat à l’élection présidentielle et de son programme, comme nous pouvons le constater dans l’exemplier suivant :

(6) Il pose un nouveau jalon dans la construction de son mouvement
(7) Il a commencé à ébaucher son projet de bataille économique et sociale
(8) Il s’est en revanche élevé contre le projet de suppression de 500 000 emplois dans la fonction publique
(9) Il veut créer un service public de la formation et de l’activité
(10) Il envisage un assouplissement des 35 heures par des accords négociés majoritaires

62Cette distribution des deux espaces déictiques d’Emmanuel Macron est fort intéressante : d’un côté, la citation directe de ses propos se fait en sélectionnant majoritairement des stratégies de modalisation affective, et de l’autre, ses propos rapportés ou la description de ses intentions politiques utilisent des stratégies axiologiques de distanciation et de technicité descriptive. Ces deux stratégies représentationnelles inscrivent deux tensions permettant d’atteindre l’EDEA, à savoir les électeurs potentiels : d’un côté une parole directe d’Emmanuel Macron, axée sur une approche affective ; de l’autre une parole rapportée par des tiers, et donc implicitement validée par ceux-ci comme une parole digne d’être rapportée, qui rend crédible de manière pragmatique la portée programmatique du candidat Emmanuel Macron. De ce point de vue, il y a très peu de critique des propositions du candidat dans la presse généraliste, y compris dans un quotidien comme Libération.

4. Discussion

63L’étude de ce corpus à la fois riche et dense pose cependant un certain nombre de difficultés ou de questions, qui méritent d’être abordées à travers plusieurs hypothèses interprétatives. Reprenons d’abord les constats que nous avons pu porter à travers les différentes étapes de l’analyse systémique de discours :

64– une topographie sémantique qui traduit une molécularisation d’Emmanuel Macron autour de la question de la candidature, de sa fonction d’ancien ministre de l’économie et du programme, avec des évocations parallèles d’un écosystème qui comprend à la fois les clivages entre gauche et droite, et d’autres personnalités politiques importantes telles que François Hollande et François Fillon ;

65– des classes sémantiques qui semblent d’abord toutes abordées à travers le prisme de la politique économique et des problématiques qui y sont liées, mais qui se subdivisent ensuite entre l’évocation d’Emmanuel Macron lui-même d’une part, et la présence de l’environnement institutionnel (contexte de la VeRépublique) puis de l’environnement de la campagne (autres candidats notamment) d’autre part ;

66– des espaces déictiques massivement articulés autour de la parole directe d’Emmanuel Macron citée par les journalistes, sur le registre affectif, et la parole rapportée par les auteurs des articles, sur le registre plus technique et politique.

67Ce résumé sans doute par trop simple des trois principaux points de notre analyse discursive systémique mérite d’être interprété à travers le prisme de la pragmatique cognitive, et notamment la théorie de la manipulation de l’information développée entre autres par Maillat, qui s’applique particulièrement aux discours politiques et médiatiques (Maillat 2013 : 195) :

Manipulative communication is a twofold process by which a constraint that limits context selection is combined with a target utterance U in order to force the interpretation of the latter within a limited set of contextual assumptions and to effectively ensure that the interpretation is reached before a known, alterna- tive (contradictory) subset of assumptions is accessed. (…) Manipulation works on making a context C, in which U is strengthened and gives rise to contextual implications, much more accessible, thereby effectively blocking access to C3.

68Dans ce cas précis, une telle distribution des espaces déictiques pose question. Nous ne posons pas ici le problème de l’intentionnalité supposée ou non des auteurs des articles et ne souhaitons pas nous égarer dans des suppositions qui tiendraient d’une théorie un peu hâtive de la manipulation de masse, mais nous devons constater que la distribution de ces espaces a nécessairement des effets pragmatiques sur le lecteur :

69– d’un côté, lorsque les propos sont plus affectifs ou plus modalisés, c’est Emmanuel Macron en tant que personne qui s’adresse directement à son électorat putatif ;

70– de l’autre, lorsque les propos sont plus techniques ou politiques, c’est un auteur qui reprend des propos d’Emmanuel Macron, le plus souvent de manière purement descriptive (ou en tout état de cause sans formulation d’esprit critique), entraînant par ce biais un effet potentiel de validation intrinsèque du locuteur – en d’autres termes plus triviaux : si la presse en parle sans regard critique, le lecteur est en droit d’estimer que la proposition a été validée telle quelle sans avoir besoin d’être commentée, et qu’elle peut donc être imaginée comme crédible.

71Cet écartèlement des représentations, entre un Emmanuel Macron considéré comme une personnalité publique et un Emmanuel Macron candidat pourvu d’un programme se retrouve d’ailleurs dans l’analyse des similitudes sémantiques pro- posée par Iramuteq.

723. « La communication manipulatoire est un processus double dans lequel une contrainte limitant la sélection du contexte est combinée avec une occurrence-cible O, afin de forcer l’interprétation de cette dernière au sein d’un ensemble limité d’hypothèses contextuelles, mais également d’assurer de façon effective que l’interprétation soit atteinte avant qu’un sous-ensemble d’hypothèses alternatif (contradictoire) et connu soit atteint. (…) La manipulation rend bien plus accessible un contexte C, dans lequel O est renforcé et provoque l’émergence d’implications contextuelles, bloquant ainsi l’accès effectif à C » ; notre traduction.

Schéma 6 : analyse de similitudes sémantiques du corpus Macron

73Les modalités de calcul de l’analyse factorielle des correspondances, proposée par Iramuteq, sont basées sur un ensemble de liens sémantiques inférés par le logiciel : en effet Iramuteq distribue les thématiques sémantiques en fonction de leur proximité de colocation et des développements argumentatifs que celles-ci semblent nourrir les unes avec les autres. Ici, la question des éléments économiques se retrouve totalement isolée du point de vue de la distribution sémantique, et se retrouve en rapport quasi neutre, sans opposition claire, avec les autres classes, à savoir l’environnement à la fois politique et électoral de la campagne présidentielle (en bas à droite) et Emmanuel Macron lui-même (en haut à droite) – ces trois classes étant d’ailleurs très peu reliées entre elles. Il en résulte un constat : Emmanuel Macron n’est pas traité comme un candidat ordinaire au cœur d’une campagne présidentielle et de ses rebondissements, mais comme une personnalité politique « peopleisée », illustrée par des propos directs plus affectifs, là où les auteurs des articles médiatisés se concentrent sur les questions économiques, qui semblent dominer le discours à propos d’Emmanuel Macron ou autour de lui, en tant qu’objet discursif. De ce point de vue, Emmanuel Macron n’est pas le candidat des médias, au sens où il n’est pas abordé comme un homme politique pourvu d’un programme, mais plutôt comme une personnalité publique sur laquelle les auteurs d’articles médiatisés semblent projeter des représentations économiques desquelles les autres candidats et la campagne présidentielle en générale semblent relativement éloignés. S’il serait relativement cavalier d’en conclure que les médias participent à la fabrication de la crédibilité d’un programme Macron en lien avec les thématiques économiques qu’ils choisissent de traiter, il n’en reste pas moins que de nombreuses hypothèses contradictoires subsistent à l’issue de cette analyse discursive systémique, notamment en raison de la schizophrénie de traitement dont fait l’objet Emmanuel Macron et l’absence de regard critique des médias généralistes à propos de son programme, dont les propositions semblent simplement reprises et tacitement entérinées. De ce point de vue, le jeu est probablement double, mais pourrait constituer une explication au fait qu’Emmanuel Macron soit parfois considéré comme certains observateurs comme le « candidat des médias », même si d’autres travaux tendent, comme nous et en dehors du champ de l’analyse de discours de médias à propos de la candidature d’Emmanuel Macron, à constater le contraire – qu’il s’agisse d’une étude de tweets (Eyriès 2018) ou encore du déroulement de la campagne du point de vue politique (Strudel 2017).

Top of page

Bibliography

Bibliographie

BAKER P., (2006), Using corpora in discourse analysis. Londres : Continuum.

BENDINELLI M., (2011), « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », ASp, n° 60, 103-123.

BOUDON R., (1995), Le juste et le vrai. Paris : Fayard.

CAP P., (2013), « Proximization theory and critical discourse studies : a promising connection ? », International review of pragmatics, n° 5/2, 293-317.

CHILTON P., (2004), Analysing political discourse. Theory and practice. Londres : Routledge.

EYRIES A., (2018), « Le twitt-politique : l’élection présidentielle française de 2017 sur les réseaux socionumériques », Pouvoirs, 164/1, p. 87-97.

GALATANU O., (2009), « L’analyse du discours dans la perspective de la sémantique des possibles argumentatifs : les mécanismes sémantico-discursifs de construction du sens et de reconstruction de la signification lexicale », in Garric N. et Longhi J. (éds), L’analyse linguistique des corpus discursifs. Des théories aux pratiques, des pratiques aux théories. Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 49-38.

GARRIC N. et LONGHI J., (2013), « Atteindre l’interdiscours par la circulation des discours et du sens », Langage et société, n° 144/2, 65-83.

KOPYTOWSKA M., (2015), « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, n° 11/2, 133-156.

KRIEG-PLANQUE A. et OGER C., (2010), « Discours institutionnels. Perspectives pour les sciences de la communication », Mots. Les langages du politique, n° 94, 91-97.

LÄHDESMÄKI T. et WAGENER A., (2015), « Discourses on governing diversity in Europe : critical analysis of the white paper on intercultural dialogue », International journal of intercultural relations, n° 44, 13-28.

MAILLAT D. (2013), « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, n° 59/2, 190-199.

SARFATI G.-E., (2014), « L’emprise du sens : note sur les conditions théoriques et les enjeux de l’analyse du discours institutionnel », in Longhi J. et Sarfati G.-E. (éds), Les discours institutionnels en confrontation. Paris : L’Harmattan, 13-46.

STRUDEL S., (2017), « Emmanuel Macron : un oxymore politique ? », in Perrineau P. (éd), Le vote disruptif. Les élections présidentielle et législatives de 2017. Paris : Presses de Sciences Po, 205-220.

WAGENER A., (2012), « Connexions sémantiques et contextique relationnelle : pour une modélisation complexe des interactions humaines », Nouvelles perspectives en sciences sociales, n° 7/2, 67-104.

WAGENER A., (2015), « Discrimination et jeux en ligne : analyse discursive critique du ‘problème russe’ de Dota 2 », Semen, n° 40, 149-160.

WAGENER A., (2016), « Prédiscours, interdiscours et postdiscours : analyse critique de la circulation des possibles discursifs », Revue de sémantique et de pragmatique, n° 39, 95-110.

Top of page

Notes

1 « En effet, le processus de médiatisation de la réalité sociale implique le fait de faire des choix à propos des aspects de la réalité qui seront proximisés, et de la manière dont ils le seront. La plupart de ces choix sont, par nature, discursifs. Les motivations qui s’y logent comptent, autant que les implications que celles-ci ? peuvent avoir pour la perception publique de la réalité sociale. Les premières sont inextricablement liées aux notions de pouvoir et d’idéologie, tandis que les secondes ont un impact sur la construction, la négociation et la contestation de l’identité, en même temps que les fonctions médiatisées quasi-statutaires et l’assentiment collectif » ; notre traduction.

2 « Les entités, ainsi que les relations entre elles, peuvent être représentées comme physiquement nécessaires, socialement imposées ou moralement impératives. Il y a également un élément spatial fort dans cette dimension. (…) Nous estimons que, lors du traitement du discours, les individus ‘positionnent’ d’autres entités dans leur ‘monde’ en ‘positionnant’ ces entités en relation avec eux- mêmes sur trois axes (au moins), à savoir l’espace, le temps et la modalité. Le centre déictique (le Moi, c’est-à-dire je ou nous) constitue ‘l’origine’ de ces trois dimensions. D’autres entités (les arguments de prédicats) et processus (prédicats) ‘existent’ relativement aux espaces ontologiques définis par leurs coordonnées sur les axes de l’espace (e), le temps (t) et la modalité (m) » ; notre traduction.

Top of page

List of illustrations

Caption Tableau 1 : 20 premières occurrences du corpus Macron
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12123/img-1.png
File image/png, 40k
Caption Schéma 1 : topographie des colocations du corpus Macron
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12123/img-2.jpg
File image/jpeg, 48k
Caption Schéma 2 : molécularisation sémantique et nœuds sémantiques du corpus Macron
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12123/img-3.png
File image/png, 6.5k
Caption Schéma 3 : dendrogramme des classes sémantiques du corpus Macron
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12123/img-4.png
File image/png, 19k
Caption Schéma 4 : topographie des colocations des espaces déictiques du corpus Macron
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12123/img-5.jpg
File image/jpeg, 24k
Caption Schéma 5 : modélisation des espaces déictiques du corpus Macron
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12123/img-6.png
File image/png, 9.4k
Caption Schéma 6 : analyse de similitudes sémantiques du corpus Macron
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12123/img-7.png
File image/png, 46k
Top of page

References

Electronic reference

Albin Wagener, « La présence médiatique de Macron pendant la campagne présidentielle : une analyse discursive sur le traitement d’une candidature dans la presse », Semen [Online], 46 | 2019, Online since 17 December 2020, connection on 26 January 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/12123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.12123

Top of page

About the author

Albin Wagener

PREFics (EA 7469) / FluxLab Campus Tech / Université de Rennes 2

By this author

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search