Skip to navigation – Site map

HomeNuméros46II . Actualités scientifiquesÀ propos de Style et sémiosis lit...

II . Actualités scientifiques

À propos de Style et sémiosis littéraire d’Ilias Yocaris

Michèle Monte and Université de Toulon

Full text

1Le livre d’Ilias Yocaris Style et semiosis littéraire, publié en 2016 par les éditions Classiques Garnier dans la collection « Investigations stylistiques » dirigée par Delphine Denis et Anna Jaubert, se propose de décrire le processus interprétatif qui conduit à attribuer telle ou telle propriété stylistique à un texte littéraire. Ce faisant il s’interroge sur le degré d’objectivation de ces propriétés et corrélativement sur les spécificités du style littéraire au sein des autres discours déployant également un style verbal. Je me propose de rendre compte du livre puis de développer quelques-unes des réflexions que sa lecture m’a suggérées.

2La très riche introduction commence par passer en revue les définitions du style littéraire qui ont été données au fil du temps dans différentes traditions critiques en les contextualisant, en les confrontant et en montrant à la fois leurs apports et leurs limites. La définition du style comme appropriation d’une norme littéraire, et, plus largement, des règles d’un langage soutenu, fonctionne comme repoussoir, en raison de sa dimension prescriptive et de sa fonction didactique, pour les autres défi tions qui, toutes, envisagent peu ou prou le style comme le résultat d’un choix, conscient ou non, au sein des possibilités offertes par la langue. Les clivages reflètent à la fois des partis pris idéologiques et des divergences méthodologiques. Les définitions qui voient dans le style une appropriation individuelle de la langue afin d’exprimer une vision du monde personnelle s’opposent à celles qui cherchent à décrire le style comme une somme de propriétés formelles attirant l’attention du lecteur sur l’objet verbal en lui-même, indépendamment de ce à quoi il réfère. Celles qui s’intéressent à la dimension pragmatique du style restreignent leur investigation à la relation texte/lecteur et aux dispositifs énonciatifs, alors que celles qui pensent le style comme une somme de choix discursifs n’évitent pas toujours le risque de penser le style comme un ajout à une matière référentielle identique. Les apories des différentes définitions (dont celle qui voit dans le style un écart par rapport à une norme) sont passées en revue, de telle sorte qu’émergent une série de questions incontournables : quelle part faire à la référence dans la description des faits de style ? Comment envisager le rapport d’une œuvre littéraire aux normes génériques et aux façons de dire de son temps ? Quelle est la part respective de l’intentionnalité et de l’attentionnalité dans les faits de style ? Comment distinguer les propriétés stylisantes de celles qui ne le sont pas ?

3Pour y répondre, Ilias Yocaris se propose de décrire le style comme « un évènement découlant de l’interaction entre les différentes composantes d’un texte donné […], les genres et/ou les mouvements littéraires auxquels il fait éventuellement référence, l’instance réceptrice, le contexte énonciatif, le cadre sociologique et historique » (p. 24). Il ne sera donc pas question dans le livre du style conçu comme un objet statique mais d’un processus de stylisation toujours susceptible d’être interrompu ou remanié. Les outils convoqués seront essentiellement ceux de la stylistique structurale (débarrassée cependant de sa polarisation sur la seule dimension métatextuelle des textes littéraires) et de la pragma-stylistique (Jaubert 1990, Rabatel 2008), revisités grâce à l’éclairage apporté par les travaux de Nelson Goodman (2005) sur l’exemplification ainsi que ceux de Bernard Vouilloux (2005, 2008) sur la dimension relationnelle du style.

4Le processus de stylisation consiste à attribuer une valeur à certains faits de langue. Ces valeurs peuvent être d’ordre esthétique, métalinguistique, positionnel ou référentiel. Le parti pris de Yocaris est de ne pas traiter des valeurs esthétiques, faute de disposer, à ce jour, d’outils assez opératoires (il s’en explique p. 65 et y revient en conclusion), et de se concentrer sur ce qui peut amener un lecteur à reconnaitre dans un fait de langue un fonctionnement verbal spécifique (valeur métalinguistique), à lui attribuer une plus-value sémantique (valeur référentielle) et/ou un rôle dans l’économie générale de l’œuvre de par son interaction avec son cotexte (valeur positionnelle).

5Le rôle qui est dévolu au lecteur dans ce processus qui requalifie en fait de style le fait de langue oblige à s’interroger sur l’interaction qui s’établit entre l’objet – le texte littéraire – et le sujet qui le lit ou l’analyse. Dans un chapitre très stimulant, Yocaris inscrit ses propositions dans le cadre épistémologique ouvert par la physique quantique, mais, contrairement au philosophe Michel Bitbol dont il reprend pour partie les analyses, il opte pour un relationnisme modéré (et non pas intégral). Il propose en effet de considérer que la relation transversale texte- lecteur est irréductible à toute représentation dualiste sujet/objet mais que les relations latérales qui en découlent (du texte au cotexte, à l’inter/paratexte et à son entour pragmatique) s’inscrivent « dans un continuum entre “contextualité” et “objectivité” » (p. 41). D’une part, en effet, tout texte se présente comme un objet doté de propriétés intrinsèques, et d’autre part, il n’existe pleinement que dans l’activité de déchiffrement de son lecteur, laquelle est tributaire des connaissances et croyances de celui-ci. Les faits de style apparaissent ainsi comme des propriétés émergentes d’un système holistique englobant ces différents paramètres (texte, lecteur, co(n)texte). Une démonstration très éclairante de cette position est faite en partant de l’analyse que propose Jean-Pierre Richard des portraits de Javert dans Les Misérables (Richard 1979) et en l’enrichissant par la prise en compte d’autres données co(n)textuelles.

6Le chapitre suivant, d’une centaine de pages, passe en revue de façon détaillée les trois types de fonctionnement textuel dont le style est la résultante. La force, me semble-t-il, de ce chapitre, tient, d’une part, à la richesse et à la clarté de ses analyses textuelles, d’autre part, à la prise en compte frontale de la multidimensionnalité du style. Plutôt que de proposer une analyse unitaire qui laisserait de côté tous les aspects dérogeant au modèle choisi (ce qui se produit avec les analyses privilégiant la dimension énonciative ou métatextuelle ou poétique – au sens jakobsonien – du style), Yocaris opte pour une analyse sur plusieurs plans. Le style peut se manifester dans trois types de fonctionnement qui sont passés successivement en revue :

– dans le fonctionnement épidictique (au sens étymologique de monstration), un constituant verbal quelconque se détache et se montre lui-même au lieu de référer simplement au monde. Ce processus de monstration met en jeu des phénomènes de saillance et de variation soit par rapport à une norme ou une règle grammaticale, soit par rapport au fonctionnement du reste du texte. Sont ainsi évoqués des néologismes, des figures de style, des modalisations autonymiques, ainsi que des propriétés formelles interprétées comme indices d’un auteur, d’un genre ou d’une époque (prédicats déterminatifs), tous phénomènes qui ne sont pas propres du style littéraire mais relèvent du style verbal en général.

– le fonctionnement holistique/systémique relève de ce que Jakosbon appelait la fonction poétique du langage : sont envisagés sous cet angle les phénomènes de surstructuration et surdétermination qui conduisent à ce que certaines unités fonctionnent à la fois dans l’ordre linéaire de la langue et sur un mode tabulaire, en relation avec d’autres structures présentes dans le texte ou l’entour pragmatique (intertexte, topoï). Ceci conduit à un épaississement du texte et à l’enrichisse- ment de sémèmes sous l’effet d’une norme idiolectale, phénomène déjà décrit par Rastier (1989).

7– le fonctionnement participatif consiste à ériger le destinataire en co-énonciateur « en l’induisant à attribuer à certains éléments verbaux une plus-value référentielle qui va au-delà du dit explicite » (p. 116). Il inclut tout d’abord la référence par exemplification (terme repris à Goodman) qui établit des rapports entre des prédicats littéralement exemplifier par n’importe quelle unité discursive (telle construction syntaxique, telle disposition rimique, telle construction narrative, etc.) et des prédicats exprimés qui enrichissent le contenu référentiel. Il inclut également tous les phénomènes de polyphonie énonciative, les procédés qui défamiliarisent le référent et les schématisations (au sens de Grize (1990)) qui entrent en résonance avec le projet global tel que le lecteur peut le reconstituer.

8Il ressort de ce modèle que le style doit être envisagé comme émergeant à partir de n’importe quelle unité discursive, depuis le phonème jusqu’aux enchainements narratifs et aux manipulations énonciatives. Par ailleurs il convient de noter que les mêmes unités discursives peuvent être interprétées simultanément ou successivement selon différents fonctionnements : une métaphore attire l’attention sur la composante matérielle du texte mais s’inscrit souvent dans un système où elle se relie à d’autres faits de langue et sollicite par ailleurs le lecteur afin qu’il adhère à la schématisation sous-jacente. Yocaris conclut la présentation de ce modèle par des remarques générales très importantes. Selon lui, si ces fonctionnements ne sont nullement l’apanage du discours littéraire, ils sont portés dans les ouvrages littéraires à un degré de systématisation particulièrement élevé. Plus qu’ailleurs, le global y détermine le local, comme l’a toujours souligné Rastier (voir notamment 1998), en fonction d’une stratégie intégrative qu’il ne faut toutefois pas confondre avec une intention auctoriale : les stratégies doivent être « simulées » par le lecteur, « dans des conditions plus ou moins proches (ou éloignées) de l’objectivité selon le cas » (p. 170).

9Le dernier chapitre de la première partie s’emploie à décrire quelques manifestations de cette sursémiotisation à l’œuvre dans le processus de stylisation, pour peu que le lecteur mette tel fragment discursif en lien avec la totalité de l’œuvre et/ou avec son entour pragmatique, qui, fonctionnant comme opérateurs de signifiance, lui confèrent dès lors « une plus-value référentielle et sémantique » (p. 179). La démonstration est faite tout d’abord sur des exemples de discours figural puis sur une description extraite de La Curée, et elle est ensuite systématisée à propos d’un extrait de L’Origine rouge de Valère Novarina.

10La deuxième partie est, quant à elle, consacrée à montrer l’intérêt de la méthode pour analyser des œuvres appartenant au postmodernisme. Celui-ci est tout d’abord mis en relation avec le contexte historique et épistémologique de la deuxième moitié du XXe siècle, qui a fait vaciller les certitudes rationnelles de l’époque moderne et mis à mal le paradigme de la récognition (terme emprunté à Deleuze) qui la caractérisait. Sur le plan littéraire, le postmodernisme se définit par l’éclatement syntaxique, énonciatif, narratif, voire typographique, des œuvres romanesques concernées, l’instabilité de leurs référents, les frontières floues et constamment remises en question entre réel et représentation, unité et pluralité, les paradoxes et contradictions qui les jalonnent et l’autoreprésentation systématisée dont elles font preuve. Après un premier chapitre général empruntant ses exemples à des œuvres variées de langue anglaise, française ou espagnole, les autres chapitres étudient plus systématiquement le fonctionnement de La Route des Flandres de Claude Simon, de Terra Nostra de Carlos Fuentes, avant d’aborder l’étude d’une œuvre cinématographique, Epidemic de Lars von Trier.

11L’ouvrage se conclut par une définition du style littéraire comme surplus soit de la visibilité de certaines unités verbales, soit de l’organisation textuelle, soit de l’activité du lecteur, ces trois composantes pouvant entrer à parts plus ou moins égales dans le processus de stylisation selon les époques, les projets scripturaux et les compétences des lecteurs. Il s’ouvre sur le défi d’intégrer au modèle la prise en compte des valeurs esthétiques et par un rappel de la nécessaire instabilité de la démarche interprétative.

12Cet ouvrage frappe par sa rigueur et sa cohérence épistémologique et par la précision de ses analyses. Reprenant et prolongeant des travaux antérieurs (Goodmanet Vouilloux notamment), il montre qu’il est possible de dépasser les antinomies qui bloquent toute approche globale des faits de style : stylistique de la production et stylistique de la réception, stylistique énonciative et stylistique structurale, objectivité des faits de style et construction de l’interprétation, autonomie du texte littéraire et processus de référenciation inhérent au fonctionnement du langage, immanentisme et interaction avec le contexte. La matérialité de l’œuvre verbale y est prise en compte à tous les niveaux de structuration du discours sans que soit négligé pour autant le fait que l’œuvre propose au lecteur une expérience qui passe par la construction de représentations du monde. Le style y est ainsi pensé d’emblée comme un complexe morpho-sémantique, en écho à ce qu’ont montré les spécialistes de la littérature imitative (voir Bilous 2009). La multidimensionnalité du modèle permet de penser efficacement la gradualité du processus de stylisation ainsi que la diversité des manifestations de la littérarité au long des siècles et dans différents genres.

13Si l’on peut émettre une réserve, elle concerne le choix des exemples qui illustrent les différents types de fonctionnement : la majorité des exemples sont en effet empruntés à des poèmes de Rimbaud ou Mallarmé, des descriptions réalistes, des textes de Proust ou Céline où « l’extension des possibilités de la langue » (Riffaterre) est poussée à son paroxysme. Il aurait été intéressant de mettre le modèle à l’épreuve de textes relevant de ce qu’on appelle le style simple (des romans d’Annie Ernaux, par exemple), de passages dialogués ou narratifs possédant moins d’autonomie que des descriptions à forte fonction indicielle, ou de poèmes plus discursifs. De même, l’adéquation indéniable du modèle aux fictions postmodernes n’en prouve pas particulièrement l’efficacité : en effet, de telles fictions s’appuient sur des projets scripturaux explicites et sur une mobilisation consciente de tous les éléments de la langue, de sorte qu’il n’y a rien d’étonnant à ce qu’elles valident la totalité des composantes du modèle. Il serait plus probant de s’intéresser à des œuvres émanant d’auteurs revendiquant – plus ou moins sincèrement – une absence de planification ou une déprise par rapport au processus d’écriture. La prise en compte d’œuvres reposant de façon dominante sur un fonctionnement participatif (les derniers romans de Sarraute, par exemple) enrichirait également l’analyse.

14L’analyse des œuvres postmodernes, même si elle laisse parfois affleurer la critique (p. 277), gagnerait à souligner davantage deux problèmes inhérents à ces entreprises : d’une part, le fait que, pour mieux affirmer leur nouveauté, leurs auteurs n’intègrent pas à leur analyse critique des œuvres réalistes les acquis fondamentaux de la linguistique sur la subjectivité inhérente à toute représentation du réel, d’autre part, le fait que ces œuvres prétendent rendre compte de l’anomie du réel contemporain alors même qu’elles sont extrêmement concertées et donc en contradiction totale avec la contingence et l’instabilité des identités qu’elles affirment être le propre de notre actualité. On peut également douter que le réel ait paru à Cervantès ou Balzac aussi ordonné par les catégories rationnelles de l’entendement que Deleuze ne le laisse entendre : sur ce plan-là encore, il serait sans doute plus productif de penser que toutes les œuvres d’art, à un moment ou à un autre, s’affrontent à la part d’ordre et à la part de désordre inhérentes à leur époque et que leurs différences résident plutôt dans les moyens qu’elles mettent en œuvre pour rendre compte de ce mélange, selon qu’elles privilégient la mise en ordre du chaos ou la mise en question des pseudorationalités.

15Après ces quelques remarques de détail, je voudrais à présent revenir sur l’objet essentiel du livre pour souligner l’intérêt d’un modèle relationnel du style qui, certes, n’est pas nouveau – et Yocaris reconnait sa dette vis-à-vis de ses devanciers

16– mais qui est ici affirmé très pédagogiquement. On sait que les étudiants sont souvent perplexes devant des analyses menées par l’enseignant qui leur semblent hors d’atteinte de leurs propres capacités et que cela les rend enclins à les rejeter comme émanant de la pure subjectivité du lecteur ou à trouver légitime toute interprétation. Les outils proposés par Yocaris sont suffisamment robustes pour permettre à des débutants de construire une analyse qui ne sépare pas la référence construite par l’œuvre de la matérialité verbale qui la constitue, tout en ne faisant pas l’impasse sur leur nécessaire implication de lecteurs dans le travail interprétatif. C’est en effet cette implication qu’il faut les amener à problématiser pour optimiser la façon dont ils mettent en relation le texte et son entour pragmatique et pour éviter les dérives interprétatives tout en acceptant une pluralité d’analyses. On voit donc tout l’intérêt de ce livre dans la perspective d’une didactique de la littérature. Du point de vue disciplinaire, il permet de dépasser les frontières absurdes entre approches littéraires et stylistiques en faisant droit à la totalité de l’art verbal, et du point de vue didactique, il donne aux universitaires des outils précieux pour aider leurs étudiants à s’approprier la démarche d’analyse littéraire sans en réduire la complexité et en prenant à bras-le-corps la difficile question de l’objectivation de la démarche interprétative.

17Mais si, donc, l’on part, dans la description du processus de stylisation, de l’attribution par le lecteur d’une valeur à tel ou tel fait de langue, il me semble qu’une série de questions ne manquent pas de surgir dès lors qu’on s’intéresse au lecteur ordinaire. Celui-ci, en effet, ne se demande pas ce qu’est le style d’une œuvre mais plutôt ce qu’elle veut dire, pourquoi elle lui plait ou déplait, et, ce faisant, ce qu’elle ouvre en lui comme espace de sens et de questionnement. La démarche littéraire et stylistique peut dès lors être envisagée comme une façon de comprendre que si l’œuvre agit sur nous par ce qu’elle dit, elle le fait en disant les choses d’une certaine façon. Le monde référentiel construit par l’œuvre est à la fois dit et montré, pour reprendre la distinction de Wittgenstein (1961) que Yocaris a d’ailleurs mise à l’épreuve dans un article de 2011 et qu’il aurait pu rappeler dans son ouvrage. Ce travail de monstration est ce qui permet que la dimension argumentative de l’œuvre – son action sur le lecteur – passe par un faire sentir, un faire percevoir, et ne se limite pas à un discours sur le monde. L’attention sur le style même de l’œuvre détaché de sa référence ne se produit que pour certaines œuvres qui exhibent leur matérialité. En revanche, on peut penser que le lecteur ordinaire est susceptible, pour toute œuvre – comme il le serait, par exemple, pour une personne ou une architecture– de mettre en relation tel ou tel prédicat référentiel présent dans l’œuvre avec telle ou telle de ses propriétés formelles, amorçant ainsi une analyse stylistique que le lecteur professionnel mènera à son terme. J’incline à penser que l’on gagnerait, dans une tentative de définition la plus rigoureuse possible du processus de stylisation, à distinguer des étapes dans ce processus en partant de celles qui s’imposent à tout lecteur pour aller vers celles que ne met en œuvre que le spécialiste.

18D’autre part, il me semble que l’attribution à tel ou tel fait de langue d’une valeur métalinguistique, positionnelle ou référentielle déclenche presque per se un jugement d’artistisation dès lors que la scène d’énonciation englobante (Maingueneau 2005) est reconnue comme littéraire. C’est pourquoi je me demande s’il est possible de tenir les valeurs esthétiques, fût-ce méthodologiquement, à l’écart des autres valeurs stylistiques dégagées par Yocaris. Certes ces valeurs esthétiques sont difficilement modélisables, en l’état actuel des choses, mais elles doivent être considérées comme inhérentes au processus et l’on peut faire l’hypothèse que leur émergence et leur évolution est très sensible à l’interaction des différentes autres valeurs au fil de la lecture.

19Une dernière remarque concerne la place très modeste du rythme dans le modèle de Yocaris : l’entrée « rythme » est d’ailleurs absente de l’index. Or je pense qu’à la lecture d’un texte, le rythme est l’un des premiers éléments du style qui s’impose au lecteur, suscitant en lui un certain état corporel. Malgré les travaux de Meschonnic (1982) d’une part, de Rastier (1989, 2011) d’autre part, nous ne disposons pas encore d’outils à la fois relativement simples et réellement opératoires pour décrire le rythme, mais il est certain que celui-ci intervient dans les trois fonctionnements dégagés par Yocaris : il est saillant aussi bien dans la prose travaillée que dans le vers, il contribue par ses variations et récurrences au fonctionnement holistique/systémique de l’œuvre, et il peut fréquemment être investi d’une valeur diagrammatique ou indicielle. L’absence de référence au rythme est, en fait, révélatrice d’une focalisation de l’ouvrage sur une réception de l’œuvre plus intellectuelle que sensorielle : même si la dimension ludique de l’analyse est affirmée en conclusion, le plaisir du stylisticien tel que Yocaris le dépeint réside plus dans le démontage de fonctionnements sophistiqués que dans la capacité à nommer ce qui, dans la matérialité verbale, suscite chez le lecteur surprise, trouble, émotion. De même que le style est un phénomène multidimensionnel qu’on ne saurait réduire trop vite à l’unité, de même les modes d’accès à la jouissance artistique sont divers et ils influent sur les moyens mis en œuvre par l’analyste pour les décrire. Il y a là encore une interaction sujet/objet intéressante à observer qui me permet de conclure ce compte rendu à la fois sur la conviction que cet ouvrage est une contribution importante à la description de l’œuvre littéraire dans sa spécificité d’art verbal et sur l’invitation à poursuivre la discussion avec son auteur concernant certains des aspects de sa théorisation.

Top of page

Bibliography

Références bibliographiques

BILOUS D., (2009), « La mimécriture : règles d’un art », Modèles linguistiques, n° 60, 29-53. GOODMAN N., (2005), Langages de l’art : Une approche de la théorie des symboles, tr. fr. J. Morizot. Paris : Hachette.

GRIZE J.-B., (1990), Logique et langage. Paris : Ophrys. JAUBERT A., (1990), La Lecture pragmatique. Paris : Hachette.

MAINGUENEAU D., (2005), Le Discours littéraire. Paris : Armand Colin. MESCHONNIC H., (1982), Critique du rythme. Lagrasse : Verdier.

RABATEL A., (2008), Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. Limoges : Lambert-Lucas.

RASTIER F., (1989), Sens et textualité. Paris : Hachette.

RASTIER F., (1998), « Le problème épistémologique du contexte et le statut de l’interprétation dans les sciences du langage », Langages, n° 129, 97-111.

RASTIER F., (2011), « Rimbaud « Marine » : rythmes et formes sémantiques », in C. Koenig et P. Judet de la Combe (dir.), La lecture insistante. Autour de Jean Bollack. Paris : Albin Michel, 337-364.

RICHARD J.-P., (1979), Microlectures. Paris : Seuil.

VOUILLOUX B., (1998), « Pour une théorie descriptiviste du style. Note sur deux propositions de Nelson Goodman », Poétique, n° 114, 233-254.

VOUILLOUX B., (2005), « Les prédicats stylistiques », in J-M. Gouvard (éd.), De la langue au style. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 319-355.

VOUILLOUX B., (2008), « La portée du style », Poétique, n° 154, 197-223. WITTGENSTEIN L., (1961 [1922]), Tractatus logico-philosophicus, trad. P. Klossowski. Paris : Gallimard.

YOCARIS I., (2011), « Vers une nouvelle conception de la sémio-stylistique : diction, monstration et schématisation dans les textes littéraires », in H. de Chanay, M. Colas- Blaise et O. Le Guern (dir.), Dire/montrer. Au cœur du sens. Chambéry : Université de Savoie, 159-195.

YOCARIS I., (2016), Style et sémiosis littéraire. Paris : Classiques Garnier.

Top of page

References

Electronic reference

Michèle Monte and Université de Toulon, « À propos de Style et sémiosis littéraire d’Ilias Yocaris », Semen [Online], 46 | 2019, Online since 17 December 2020, connection on 20 January 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/12167 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.12167

Top of page

About the authors

Michèle Monte

BABEL (EA 2649)

By this author

Université de Toulon

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search