Navigation – Plan du site

Ahmadou Kourouma, un conteur traditionnel sous la peau du romancier

Mufutau Adebowale Tijani

Texte intégral

1. Introduction

1La littérature est généralement définie comme étant l’ensemble des productions littéraires d’une société, d’un pays ou d’un continent. De par sa nature, sa manifestation et ses spécificités, chaque littérature diffère des autres. En ce qui concerne la littérature négro-africaine, Kesteloot (1981 : 6) précise qu’il convient de distinguer «les œuvres écrites en langues européennes et la littérature orale qui s’exprime en langues africaines. » En effet, la littérature africaine a été d’abord orale avant d’être écrite. La littérature traditionnelle africaine est caractérisée principalement par son caractère oral. Elle constitue une littérature à travers laquelle la parole joue un rôle fondamental dans la transmission des valeurs socioculturelles d’une génération à l’autre.

2Avec l’arrivée des Européens en Afrique, la colonisation aidant, un petit nombre d’Africains ont eu l’occasion d’étudier en 0ccidental et de voyager à l’étranger pour poursuivre des études supérieures. C’est parmi cette élite qu’ont émergé les premiers écrivains africains comme L. S. Senghor, Camara Laye, David Diop, Ferdinand Oyono, Ahmadou Kourouma, etc. Cette littérature négro-africaine émergente d’expression française n’a pas hésité à mettre en relief sa nature militante  ainsi que sa révolte contre la discrimination raciale, l’assimilation, l’exploitation des Noirs et l’hypocrisie des colonisateurs. Parmi les écrivains les plus connus de cette littérature, Ahmadou Kourouma est certainement celui qui s’est le plus distingué d’abord par les thèmes qu’il aborde, ensuite par un style qui confère à ses œuvres leur  singularité.

3Ce qui mobilise notre attention c’est le fait que cet auteur met sous forme écrite la littérature orale africaine. Autrement dit, il s’agit, ici, de montrer comment Ahmadou Kourouma se présente, le plus souvent, tantôt comme un conteur traditionnel, tantôt comme un griot plutôt qu’un romancier.

2. Ahmadou Kourouma : un écrivain pas comme les autres

4Né à Boundiali en 1927 (il vient de mourir en décembre 2003), Ahmadou Kourouma est d’origine Malinké. Il était parmi les quelques enfants de son village à être envoyé à l’école pour acquérir l’éducation occidentale, ceci grâce à son oncle Nankoro à qui son père l’avait confié. Contrairement à la plupart des écrivains africains de son époque, dont le militantisme ne s’est révélé qu’à leur arrivée en France pour des études supérieures, Ahmadou Kourouma a fait preuve de son caractère militant très tôt alors même qu’il était en Afrique. En effet, « en 1947 dit-il, quand nous rentrions à l’Ecole Technique Supérieure de Bamako, nous étions politiquement préparés pour les agitations qui secouaient l’AOF. »1 Ainsi, à la suite de sa participation aux mouvements de contestations anti-coloniales, Ahmadou Kourouma, qui était d’ailleurs considéré comme meneur, fut non seulement expulsé de l’Ecole technique Supérieure, mais aussi renvoyé dans son pays natal, la Côte d’Ivoire.

5Nous pouvons donc comprendre pourquoi, quelques années plus tard, quand Ahmadou Kourouma décide d’écrire son premier roman, Les Soleils des indépendances, il ne manque pas de  se distinguer des autres écrivains négro-africains de par son style et son langage.  En effet, à la parution de LSI, beaucoup de critiques se sont  demandés si Ahmadou Kourouma écrivait en français ou s’il essayait de transposer sa langue maternelle (le malinké) en français. Nous n’allons pas reprendre, ici, le débat quant au type du langage utilisé par Ahmadou Kourouma, mais il convient de souligner cependant que malgré les diverses critiques et les cris au scandale, Kourouma ne s’est pas découragé et a gardé le même style et le même langage dans ses autres romans comme En attendant le vote des bêtes sauvages dans une moindre mesure et Allah n’est pas obligé. Alors qu’il admet volontiers qu’il traduit le malinké en français, Ahmadou Kourouma affirme également d’après Gassama (1978 : 227), qu’il n’est pas facile, pour un écrivain africain ni d’exprimer en langue étrangère (notamment en français) certaines situations ou réalités africaines, ni d’écrire en langue africaine quand il veut communiquer ses idées dans une langue étrangère.

6Ahmadou Kourouma se distingue de ses pairs par son attachement à la langue et la culture malinké qui n’échappe pas au lecteur. Selon Osufisan (2000: 238),  Ahmadou Kourouma

est tellement enraciné dans sa culture qu’il entretient une relation symbolique avec celle-ci. Il a décidé, comme le feraient les Français, de garder et de faire vivre à jamais ses valeurs culturelles.  (Notre traduction)

7Grand défenseur de l’héritage culturel africain Kourouma s’appuie souvent sur la tradition orale pour transmettre ses messages. Une tradition orale qui sert, non seulement à véhiculer la civilisation africaine, mais qui constitue également, selon Kesteloot (2001 :13) :

La source inépuisable des interprétations du cosmos, des croyances et des cultes, des lois et des coutumes ; des systèmes de parenté et d’alliance ; des systèmes de production et de répartitions des biens ; des modes de pouvoirs politiques et de stratifications sociales ; des critères de l’éthique et de l’esthétique ; des concepts de représentations des valeurs morales. 

8Ainsi, nous constatons que le style de narration dans les romans de Kourouma s’apparente beaucoup à celui d’un conteur traditionnel africain, d’une part, et à celui d’un griot, d’autre part, comme nous allons le démonter, dans les lignes qui suivent, en nous appuyant sur ses romans dont Les Soleils des indépendances, En attendant le vote des bêtes sauvages et Allah n’est pas obligé.

3. Ahmadou Kourouma : le style du conteur traditionnel

9Dans la société traditionnelle africaine, la littérature  a toujours été orale. Selon Kesteloot (1981 : 6), c’est une littérature complète et importante qui

charrie non seulement les trésors des mythes et les exubérances de l’imagination populaire, mais véhicule l’histoire, les généalogies, les traditions familiales… 

10La parole véhicule beaucoup de valeurs dans la société traditionnelle africaine. Eno-Belinga (1965 : 9) explique que

son importance est grande, son étude ouvre des perspectives immenses sur le terrain de la connaissance, de la sagesse et l’état des techniques en Afrique noire. 

11En Afrique le poids de la parole se manifeste généralement à travers  les proverbes, les chants, les contes etc. En effet, la parole, selon Chevrier (1986 :13)

demeure […] le support culturel prioritaire et majoritaire par excellence dans la mesure où elle en exprime le patrimoine traditionnel et où elle tisse entre les générations passées et présentes ce lien de continuité et de solidarité sans lequel il n’existe ni histoire ni civilisation. 

12La transmission des valeurs culturelles africaines constitue l’un des principaux objectifs des longues soirées de contes dans la plupart des sociétés traditionnelles. Dans les romans de Kourouma, le lecteur remarque également le souci de l’auteur de transmettre les valeurs culturelles malinké à travers un style de narration qui s’apparente à celui d’un conteur traditionnel et se caractérise par la mise en abîme des paroles de la vie africaine, l’emploi des proverbes et des expressions africaines ainsi que le recours à la répétition et à la reprise.

3.1. La transmission des messages par la voix des autres 

13Dans la société traditionnelle africaine, l’une des fonctions du conteur traditionnel est d’être instructeur des pratiques sociales et culturelles. A travers ses dires, il se propose de mettre en valeur la structure sociale, le rôle des différentes composantes de la société et les diverses activités qui marquent la vie quotidienne des Africains. Parfois pour enseigner la morale ou pour faire passer son message à son auditoire, le conteur donne tantôt la parole aux animaux, tantôt aux êtres humains ou aux fantômes imaginaires.  

14Dans Le Soleil des indépendances, par exemple, c’est en conteur que Kourouma relate les différentes péripéties de l’histoire de Fama, le héros du roman. En fait, d’après Brahimi-Chapuis et Belloc (1986 : 133), on peut considérer tout le livre (Les Soleils des indépendances)  comme un hommage au goût du palabre et au plaisir de conter. 

15En effet, en décrivant la vie de Fama et de sa femme, Salimata, dans les détails les plus minutieux, ce sont les connaissances de la vie quotidienne africaine que Kourouma cherche, avant tout, à transmettre à son lecteur.

16Kourouma, tout comme un conteur traditionnel, ne manque pas également de passer par une tierce personne, qui joue le rôle de narrateur, pour divertir son lecteur. Ainsi, dans En attendant le vote des bêtes sauvages, c’est à un sora (griot) que Kourouma donne la parole. Tout comme dans la société traditionnelle africaine où le griot est bien connu pour sa liberté d’expression soit pour louer soit pour dénigrer les gens quel que soit leur rang social, nous constatons que dans cette œuvre, l’auteur parle par le biais du sora (musicien de la confrérie des chasseurs) pour conter l’histoire de Koyaga. Il n’est donc pas étonnant de voir comment le griot interpelle le dictateur sans être inquiété : « Président, général et dictateur Koyaga, nous chanterons et danserons votre donsomana en cinq veillées. » (p. 10)

17En donnant donc la parole au griot accompagné de son répondeur, un cordoua, c’est en conteur que Kourouma nous livre, sans hésitation, toutes les péripéties qui ont jalonné la vie et le règne de Koyaga. Remarquons également que le griot propose de raconter - disons plutôt de « conter »-  l’histoire en « cinq veillées » à la manière de longues veillées de contes  dans les sociétés traditionnelles africaines.

18Dans Allah n’est pas obligé, également, c’est le jeune Brahima qui sert de porte parole à Kourouma. C’est à travers les péripéties de la vie de Brahima que le lecteur prend connaissance des idées de Kourouma.  

3.2. Le recours aux proverbes et aux expressions africaines

19Dans les sociétés africaines, les conteurs traditionnels ont coutume de commencer leurs contes avec des proverbes ou des devinettes. Si les contes et les narrations pendant les veillées autour du feu sont toujours épicés de proverbes  c’est qu’ils permettent généralement de mettre en exergue les richesses culturelles africaines. Ainsi, Ahmadou Kourouma, tout comme un conteur traditionnel africain, ne cesse d’épicer ses romans avec des proverbes qui permettent au lecteur de découvrir et d’apprécier la beauté ainsi que les riches et diverses images que véhicule la langue malinké, la langue maternelle de Ahmadou Kourouma. D’ailleurs, Gassama (1995 : 51)  n’a pas manqué d’affirmer que :

Le langage d’Ahmadou Kourouma est celui de son peuple : le peuple malinké  est certainement l’un des peuples africains qui accordent le plus d’intérêt, dans la vie quotidienne, à l’expressivité du mot et de l’image, et qui goûtent le mieux les valeurs intellectuelles, donc créatrices de parole.

20Dans Les Soleils des indépendances-, par exemple, c’est avec la dextérité d’un conteur que Kourouma  imprègne le lecteur des scènes et des images de l’Afrique profonde. La couleur locale africaine se manifeste tout le long de l’œuvre à travers la traduction française des expressions africaines et l’emploi des proverbes. En guise d’illustration considérons les exemples suivants extraits de Les Soleils des Indépendances :

« Excité comme un grillon affolé » p. 14

« Impoli à flairer comme un bouc les fesses de sa maman… » p. 108

« L’esclave appartient à son maître ; mais le maître des rêves de l’esclave est l’esclave. » p. 145.

21Dans En attendant le vote des bêtes sauvages, également, c’est en conteur et promoteur de la tradition de son peuple que Ahmadou Kourouma conte l’histoire du dictateur Koyaga dans un langage à travers lequel le lecteur découvre la richesse de la culture Malinké. Ainsi, pour expliquer le fait qu’en Afrique les gens ont généralement confiance en leurs chefs, c’est en ces termes que Ahmadou Kourouma le présente au lecteur : « On ne regarde pas chez nous  dans la bouche de celui qu’on a chargé de décortiquer des arachides de la communauté… » (p. 182).

22Dans Allah n’est pas obligé, c’est en conteur bien enraciné dans les traditions que Kourouma utilise également d’innombrables proverbes pour faire passer son message :

« Un enfant n’abandonne pas la case de sa maman à cause des odeurs d’un pet ».  (p. 18).

Autrement dit, quelle que soit la condition, un enfant ne doit jamais abandonner sa mère ; il doit toujours être à ses côtés.

«  Un pet sorti des fesses ne se rattrape jamais. »( p. 28)

Pour signifier que quand un secret est livré au grand public, il n’est plus possible de le retirer du public.

«  Le chien  n’abandonne jamais sa façon éhontée de s’asseoir. »(p. 153)

En d’autres termes, les mauvaises habitudes ne disparaissent pas du jour au lendemain.

«  On suit l’éléphant dans la brousse pour ne pas être mouillé par la rosée. » (p. 173)  

Ce qui signifie que l’on se sent souvent protégé lorsqu’on est à côté d’une personne âgée ou lorsqu’on emboîte ses pas.

23Par ailleurs, tout comme un conteur qui ne trouve pas d’autres mots ou locutions pour exprimer ses idées en langue étrangère à son peuple (ici la langue française), Kourouma utilise fréquemment dans ses romans, plusieurs mots ou expressions africaines :

sora  (griot) ; cordoua (sorte de bouffon à qui tout est permis) ; etc.  dans En attendant le vote….

-   faforo (une sorte de juron) ; bilakoro (une sorte de juron) ; makou (étonné ou stupéfait) ; djogo-djogo (coûte que coûte) ; faro (malin) etc.  dans Allah n’est pas obligé.

3.3. Les répétitions et les reprises

24En Afrique, les conteurs accompagnent souvent leurs narrations avec des chants et des refrains. Les refrains, souvent repris par les membres de l’auditoire, permettent au conteur de vérifier si son auditoire le suit d’une part, et de réveiller ceux qui somnolent ou dorment, d’autre part. Les conteurs font aussi beaucoup de répétitions ou de reprises soit pour mettre l’accent sur un aspect intéressant du conte, soit pour attirer l’attention de l’auditoire sur un point important.

25Nous constatons que dans ses romans, Kourouma a l’habitude des répétitions, voire des reprises entières de phrases ou de mots. La répétition semble être un procédé d’emphase que Kourouma adopte souvent dans ses écrits. A travers la répétition, l’auteur ne valorise pas simplement sa personnalité de conteur traditionnel, mais il mobilise toutes ses aptitudes discursives. En effet, le lecteur qui constate que l’auteur se répète constamment dans une narration, doit prendre conscience de ces répétitions et se demander leur raison d’être.

26Une fois encore, nous allons nous appuyer sur Allah n’est pas obligé pour illustrer l’emploi de répétition dans les romans de Kourouma. D’abord, notons la répétition des jurons « faforo ! » ; «gnamakodé ! » et « walahé ! » tout le long du roman.

27 En dehors des répétitions de mots, Kourouma n’hésite pas également à faire la reprise de groupe de mots ou de phrases entières de manière rythmique dans un style dont les conteurs traditionnels africains ont le secret. Ainsi, dans Allah n’est pas obligé,  en parlant des bandits de grands chemins au Libéria et en Sierra Léone, Kourouma écrit : «  Ils se sont partagé la richesse ; ils se sont partagé le territoire, ils se sont partagé les hommes. Ils se sont partagé tout… » (p. 53 C’est nous qui soulignons)

28Plus loin, le lecteur découvre également la répétition de « prix cadeau » six fois dans un paragraphe de cinq lignes :

C’est pourquoi on trouve tout à des  prix cadeau Libéria. De l’or au prix cadeau, du diamant au prix cadeau, des téléviseurs au prix cadeau, des pistolets prix cadeau … et tout prix cadeau. (p. 54 C’est nous qui soulignons).

3.4.  L’enseignement  moral

29La littérature traditionnelle africaine vise également à enseigner la morale à travers les contes. Le plus souvent  à la fin de sa narration le conteur tire toujours une conclusion à travers laquelle il met en exergue la leçon que le conte cherche à transmettre. Du point de vue des divers thèmes abordés,  de la richesse de leurs contenus et des histoires contées, les œuvres de Kourouma peuvent être considérées comme de véritables outils pédagogiques pour enseigner la morale. En effet, même si à la fin de ses romans Kourouma ne nous dit pas explicitement les enseignements qu’il convient d’en tirer, le lecteur peut lire entre les lignes et découvrir, par exemple, qu’à travers l’histoire de Fama, Les Soleils des indépendances fait une peinture de la désillusion de l’homme noir pendant les turbulentes années des indépendances en Afrique, et incite à ne pas trop se fier aux illusions des dirigeants africains.

30Dans En attendant le vote des bêtes sauvages  Kourouma essaie, d’une part, de mener le lecteur « de  l’école de la dictature à sa pratique » (pour reprendre les termes de Laditan, 2000 : 269) et d’autre part, de dénoncer puis moraliser les dictateurs africains qui, par leur égoïsme et leur cupidité se refusent à engager toute réforme allant dans le sens de la démocratie.

31Enfin, à travers Allah n’est pas obligé, Kourouma attire l’attention du lecteur sur les problèmes de guerres civiles en Afrique avec ses conséquences néfastes sur les diverses couches sociales. Ce que l’auteur condamne surtout, c’est le fait que les différentes factions impliquées dans les diverses guerres en Afrique (Libéria, Sierra Léone, Soudan, Congo Brazzaville, République Démocratique du Congo etc.) utilisent des enfants soldats pour commettre les crimes les plus affreux sur les populations innocentes. Ainsi, à travers l’histoire racontée par le jeune Birahima, l’objectif visé par Kourouma est d’éveiller la conscience sur l’épineux problème de l’éducation des enfants orphelins et de leur embrigadement par des rebelles assoiffés de pouvoir politique en Afrique.

4. Ahmadou Kourouma, le griot

32Alors que le conteur traditionnel joue à la fois les rôles d’informateur, d’animateur culturel et d’instructeur de pratiques socioculturelles, le griot est - pour reprendre les propos de Chevrier –

celui qui fait revivre le passé, il est le narrateur de l’histoire du monde, le détenteur de l’histoire du monde, le détenteur des récits relatifs aux fondations des empires, aux généalogies, aux faits et aux gestes des hommes illustres… 

33Force est de reconnaître  que dans ses romans, Kourouma présente également les caractéristiques d’un griot.

4.1. L’aspect socio-historique

34Dans la société traditionnelle, les griots sont généralement considérés comme des encyclopédies vivantes. Le griot est celui qui fait revivre le passé, celui qui informe les générations présentes sur la vie des générations passées et celui qui ne rate aucune occasion pour chanter les louanges des personnes vivantes ou décédées.

35Selon Chevrier (1986 : 25), « la tradition orale africaine remplit une fonction à la fois sociologique et politique. » Dans cette perspective, les œuvres de Kourouma peuvent être donc considérées comme de véritables livres d’histoire à travers lesquels l’auteur vise à renseigner le lecteur sur la situation socio– politique en Afrique.

36Dans Les Soleils des indépendances, c’est dans un style de griot que Kourouma relate l’histoire du peuple africain des années des indépendances. En effet, à travers l’histoire de Fama, le lecteur découvre les différentes facettes de la vie des Africains pendant la période qui a suivi les indépendances de leurs pays. Le style de griot se remarque aussi dans les louanges de Fama que Kourouma présente en ces termes :

Vrai Doumbouya, père Doumbouya, mère Doumbouya, dernier et légitime descendant des princes Doumbouya du Horodougou, totem panthère… (p. 31)

Doumbouya, le jeune prince du Horodougou ! … le mari légitime de Salimata ! … (p. 199)

37Dans ce roman, Kourouma ne manque pas de mettre en relief la place et l’importance du griot dans la société traditionnelle africaine. Ainsi, c’est au griot qu’il donne la parole quand vient le moment de juger Fama :

Il [le griot] demandait aux assis d’écouter, d’ouvrir les oreilles pour entendre le fils Doumbouya offensé et honni, totem panthère, panthère lui-même et qui ne sait pas dissimuler furie et colère. A Fama, il criait : vrai sang de guerre ! dis vrai et solide ! dis ce qui t’a égratigné ! explique ta honte ! crache et étale tes reproches !  (p. 14)

38Avec En attendant le vote des bêtes sauvages, c’est à travers du griot désireux d’informer son public, que Kourouma jure de révéler la vérité et rien que la vérité sur le passé la vie de Koyaga : « Nous dirons la vérité sur votre dictature. La vérité sur vos parents, vos collaborateurs… » (p.10)

39C’est donc en historien que Kourouma écrit En attendant le vote le vote des bêtes sauvages où il situe l’histoire de Koyaga dans une république imaginaire, la République du Golfe. L’auteur y parle du clan du dictateur Koyaga et informe le lecteur que le dictateur est issu d’une tribu des hommes nus qui vivaient dans des montagnes et dont les aïeuls étaient des « sauvages avec lesquels on ne trouve pas de langage de politesse ou violence pour communiquer ».  (p.12)

40Allah n’est pas obligé se présente à la fois comme un véritable réquisitoire contre l’abus et l’exploitation des enfants orphelins et un compte rendu très poignant des guerres fratricides en Sierra Léone et au Libéria. Comme le dit d’ailleurs Laditan (2001 : 234), dans cette œuvre,

Ahmadou Kourouma arrive à faire avaler au lecteur sans rechigner, un roman historique où sont égrenés  les vrais et les plus minutieux détails des deux plus fameuses guerres tribales de ces dernières années en Afrique de l’Ouest.

41En effet, toute personne qui s’intéresse à l’histoire de ces guerres trouve, dans le roman, beaucoup de renseignements sur Samuel Doe du Libéria (p. 142-171) ou sur Foday Sankoh  (p. 175-180).

4.2. L’humour  

42L’une des fonctions principales du griot demeure certainement le divertissement. Que ce soit pendant les fêtes traditionnelles ou les grandes manifestations populaires, que ce soit lors des célébrations des cérémonies de mariages ou de baptêmes, le griot est celui auquel on fait appel pour divertir le public.  Ainsi, afin d’assurer la détente de son auditoire, le griot ne manque pas d’agrémenter ses propos avec des mots et expressions humoristiques. Comme l’explique très bien Camara Laye dans Le maître de la parole (1978), avant d’être historien et détenteur des vérités du passé, le griot, tout comme le conteur, est aussi et surtout un artiste qui crée des œuvres d’art et qui sait manier la parole.

43Dans ses romans, Kourouma n’a cessé de divertir le lecteur à travers un humour cinglant. Tout comme un griot qui captive l’attention de son auditoire au début de sa narration,  Kourouma ne manque pas d’être ironique à travers les titres de ses romans. D’abord, Le Soleils des indépendances, où le lecteur avisé remarque le pluriel de « Soleils » et d’ « Indépendances ». Ensuite, un titre comme En attendant le vote des bêtes sauvages attire ironiquement  l’attention du lecteur en l’amenant à se demander  si les bêtes sauvages peuvent réellement voter dans la société humaine.

44L’humour de Ahmadou Kourouma se remarque également à travers son style et l’emploi d’expressions très drôles. Dans Allah n’est pas obligé, par exemple, en racontant le traitement infligé aux voyageurs par les coupeurs de routes, Brahima nous apprend d’abord que tous les passagers étaient forcés à se déshabiller, puis il ajoute que :

Le passager totalement nu essayait s’il était un homme de mettre la main maladroitement sur son bangala en l’air, si c’était une femme  sur son gnoussou-gnoussou. (Bangala et gnoussou-gnoussou sont les noms des parties honteuses…)  (p. 59)

45Plus loin, pour décrire la peur qui l’envahissait face aux rebelles armés jusqu’aux dents, Brahima affirme : « … mes lèvres tremblaient comme le fondement d’une chèvre qui attend un bouc. » (p. 60).  Et quant à l’atrocité des rebelles, Brahima ou plutôt Kourouma n’hésite pas à la décrire en ces termes : «  […] et on tuait les gens comme si personne ne valait le pet d’une vieille grand-mère. » (p. 66)

46L’humour de Kourouma se remarque aussi à travers son choix des mots pour faire passer son message. Ainsi, dans Allah n’est pas obligé, voici comment il décrit feu Houphouet Boigny, ancien président de la Côte d’Ivoire :

Ce sage s ‘appelle Houphouet Boigny. C’est un dictateur, un respectable vieillard blanchi et roussi d’abord par la corruption, ensuite par l’âge et beaucoup de sagesse. (p. 179).

47Dans beaucoup de sociétés traditionnelles en Afrique, les griots ont la liberté de s’exprimer sur les sujets sociaux et sur les individus quels que soient leurs statuts. Ils ont aussi la liberté de jouer avec la parole et d’utiliser des mots et expressions qui pourraient paraître choquants pour des personnes étrangères à la culture de la société du griot.

48Dans la plupart de ses œuvres, c’est en vrai griot que Kourouma utilise des expressions, extraites de la langue africaine (bien sûr),  qui ne manqueront pas certainement de choquer le lecteur non averti. Jugeons plutôt cette façon de parler (ou d’écrire comme c’est le cas ici) à travers  ces exemples :

Impoli à flairer comme un bouc les fesses de sa mère, arrogant comme le sexe d’un âne circoncis.  (Les Soleils des indépendances, p. 108)

Faforo (Sexe de mon papa) !  (Allah n’est pas obligé,  p. 13)

Bilakoro (garçon non circoncis) !   (Allah n’est pas obligé ) p. 13

Faforo (cul ; bangala de mon père) ! Gnamokodé (putain de ma mère) !  (Allah n’est pas obligé p. 233)

5. Conclusion

49Ahmadou Kourouma n’est certainement pas un écrivain comme les autres écrivains africains. Avec un style qu’il veut unique et particulier, avec les thèmes qu’il aborde ainsi que la façon dont il les aborde, Kourouma se présente à la fois comme un éveilleur de conscience et un faiseur d’histoire. A travers ses oeuvres, il essaie toujours de « faire passer le message » dans un langage simple,  clair et direct dénué de toutes ambiguïtés.

50Kourouma est aussi un Africain de souche qui est très attaché à sa culture malinké et à la culture africaine en général. Cela explique son emploi de la narration à la manière des conteurs traditionnels africains.

51Ainsi, tout au long de cet article, nous avons essayé de mettre en relief le fait que Kourouma, romancier de premier ordre, est aussi  un conteur traditionnel et un griot, en particulier dans les trois romans trois romans cités ici. Tout comme ces deux importants personnages, garant de la tradition orale africaine, Kourouma se présente tour à tour  comme celui qui met en valeur la parole dans la société, celui qui met en relief des valeurs culturelles africaines, l’historien, l’humoriste et le faiseur de morale.

52Et comme Brahimi – Chapuis et Belloc (1986:133), n’hésitent pas à le dire, dans ses romans, Ahmadou Kourouma « s’efforce […] de prendre en compte sur un ton très personnel d’humour drolatique, des mutations historiques brutales, convulsives, improvisées. »

Haut de page

Bibliographie

BLACHERE Jean-Claude (1993) NÉGRITUDES. Les écrivains d’Afrique noire et la langue française,  Paris, Editions L’Harmattan.

BRAHIMI-CHAPUIS Dene ; BELLOC Gabriel (1986)  Anthologie du roman maghrébin, négro-africain, antillais et réunionnais d’expression française (de 1945 à nos jours), CILF-DELAGRAVE.

CHEVRIER Jacques (1986)  L’arbre à palabre : Essai sur les contes et récits traditionnels d’Afrique noire, Paris, Hatier.

ENO-BELLINGA M. S. (1965) Littérature et musique populaire en Afrique noire, Editions Cujas.

GASSAMA Makhily (1995)  La langue d’Ahmadou Kourouma ou le français sous le soleil d’Afrique, Editions ACCT et Karthala.

KESTELOOT Lilyan (1978) Anthologie négro-africaine. La littérature de 1918 à 1981, Les nouvelles Editions Marabout.

KESTELOOT Lilyan (2001) : Histoire de la littérature négro-africaine, Editions Karthala – AUF

KOUROUMA Ahmadou (1970)  Les Soleils des indépendances, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, 1968.

KOUROUMA Ahmadou (1998)  En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil.

KOUROUMA Ahmadou (2000)  Allah n’est pas obligé, Paris, Editions du Seuil.

LADITAN Affin O. (2000)  « De l’école de la dictature à sa pratique dans En attendant le vote des bêtes sauvages d’Ahmadou Kourouma. » in NEOHELICON XXVII/2, 2000, N° 27, Budapest, p 269-285.

LADITAN Affin O. (2000) « Allah n’est pas obligé » d’Ahmadou Kourouma ou la romance de la vérité » in NEOHELICON XXVIII/2, N° 28, 2000, Budapest, p. 233- 242.

LAYE Camara (1978) Le maître de la parole, Paris, Plon.

OSUNFISAN Yetunde (2000) “ I write the way I like: Ahmadou Kourouma’s Language of Revolt” in Ade Ojo Sam & Oke Olusola (éds.) Themes in African Literature in French: A Collection of Essays, Lagos, Spectrum Books Limited, 2000, p. 221- 241.

Haut de page

Notes

1 Essai sur les Soleils des indépendances (d’Hamadou Kourouma) (1977), La Giraffe, p. 10 – 11.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mufutau Adebowale Tijani, « Ahmadou Kourouma, un conteur traditionnel sous la peau du romancier », Semen [En ligne], 18 | 2004, mis en ligne le 02 février 2007, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/1220

Haut de page

Auteur

Mufutau Adebowale Tijani

Village Français du Nigeria - Centre Inter-universitaire d'Etudes Françaises Ajara - Badagry

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page