Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47I. Dossier thématiqueL’amour qui hait. La formule « cr...

I. Dossier thématique

L’amour qui hait. La formule « crime passionnel » dans la presse française contemporaine

Giuseppina Sapio

Résumés

Résumé : Le présent article se propose d’analyser la circulation de la formule « crime passionnel » dans la presse française contemporaine. L’étude se développe à partir d’un corpus d’articles journalistiques, parus entre février 2017 et mars 2018, dans lesquels nous avons observé que la formule « crime passionnel » est prioritairement mobilisée pour désigner le meurtre ou l’assassinat d’une femme par son conjoint. Une analyse plus approfondie a montré comment la formule participe d’un processus d’évaporation de la haine des hommes contre les femmes, en inscrivant leurs gestes meurtriers dans l’imaginaire de l’amour passionnel. La circulation de la formule « crime passionnel » dans la presse est renforcée par d’autres éléments récurrents dans les récits journalistiques : le recours à des expressions similaires renvoyant à la fatalité du meurtre, l’emploi de chiffres, les discours rapportés des coupables. Notre étude vise alors à comprendre quel ordre du monde et des relations sociales la formule « crime passionnel » cristallise et continue de faire exister.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Un enregistrement de l’intervention de Me Randall Schwerdorffer, accompagné par son associée Ornell (...)

1La genèse de la présente étude s’inscrit dans la double polémique qui a éclaté dans l’espace médiatique autour de l’affaire Daval (Sapio 2018 [en ligne]). Le 30 janvier 2018, à la suite des aveux de Jonathann Daval, accusé d’avoir commis le meurtre de sa femme Alexia, MeRandall Schwerdorffer s’exprime publiquement sur son client : « ni meurtrier », « ni assassin », « ni un mauvais homme », mais « un type formidable » avec une « grande sensibilité », qui aurait été « rabaissé » par une femme à la personnalité « écrasante » et qui sera « jugé pour trois ou quatre secondes de sa vie » ; enfin, son « accès de violence » s’expliquerait par « des mots de trop, une crise de trop, qu’il n’a pas su gérer »1. Le caractère ambivalent de ce discours réside dans le processus – plus ou moins implicite – consistant à attribuer une part de responsabilité à la victime (« victim blaming ») et à mitiger ainsi la gravité du meurtre, en insistant d’ailleurs sur le soin apporté par le coupable au moment de l’occultation du cadavre (ce dernier aurait été « protégé, couvert, installé avec soin, presque comme si on l’avait couché, bordé »). Le discours de l’avocat provoque une vague de polémiques à laquelle une deuxième succède, lorsque Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les hommes et les femmes, réagit au discours de MeSchwerdorffer en inscrivant le meurtre d’Alexia Daval dans la catégorie des féminicides. Un nombre assez important d’articles de presse est alors publié avec l’objectif d’interroger la légitimité de l’usage du mot « féminicide », tout en reconnaissant l’ambiguïté d’expressions telles que « crime passionnel », « drame conjugal », « coup de folie », souvent mobilisées par les médias. Ces paroles publiques ont activé au sein de la sphère médiatique ce que Marie-Anne Paveau nomme des « évènements discursifs moraux », à savoir des métadiscours d’indignation morale qui ont le mérite de faire émerger un « “ordre du discours” touchant à la question morale et/ou juridique » (Paveau 2012 [en ligne]).

2Or, au-delà de ces « événements discursifs », que se passe-t-il au quotidien dans la presse française lorsqu’il s’agit de nommer les violences faites aux femmes ? Cet article vise à présenter les résultats d’une étude menée sur les articles journalistiques publiés tout au long d’une année et portant sur les meurtres et/ou les assassinats de femmes par leurs conjoints.

1. Un corpus disproportionné

3Le corpus étudié se compose de 97 articles de presse répertoriés grâce à Europresse, une base de données de presse généraliste, permettant d’effectuer une recherche par mots-clés, que l’on peut paramétrer d’un point de vue temporel (un an, entre février 2017 et mars 2018), spatial (des homicides survenus en France) et médiatique (la presse nationale et locale française).

  • 2 La base de données a été interrogée en indiquant « crime passionnel » entre guillemets, afin d’obte (...)

4Nous avons interrogé la base de données avec les mots « crime passionnel »2afin de rassembler tous les articles dans lesquels un homicide est qualifié ainsi, l’objectif étant non seulement d’identifier le nombre d’occurrences d’une telle formule, mais d’étudier de manière approfondie le contexte discursif qui l’entoure, les acteurs et les actants (victimes et coupables, journalistes, avocats, experts, témoins, etc.) des récits, l’imaginaire socio-culturel mobilisé et, surtout, les raisons politiques qui sous-tendent le recours à la catégorie « crime passionnel ».

5Les textes ont été ensuite répartis en différents groupes établis en fonction d’un critère de genre concernant les sujets impliqués (des couples hétérosexuels ou homosexuels) dans les affaires et le type de relation qu’ils entretenaient entre eux conjugale, amoureuse ou sexuelle.

  • 3 Aux 54 articles s’en ajoutent 6 qui n’ont pas été retenus pour différentes raisons : 3 d’entre eux (...)
  • 4 Aux 12 articles s’en ajoute un, non retenu car publié dans un journal belge.

6La redistribution permet d’observer un déséquilibre flagrant dans l’emploi et la circulation de la formule : le Groupe 1 réunit 54 articles3dans lesquels le meurtre ou l’assassinat d’une femme, tuée par son partenaire ou par son ex-compagnon, est qualifié de « crime passionnel » ; dans le Groupe 2, qui rassemble 12 articles4, la formule identifie les cas dans lesquels la victime est un homme, assassiné par sa conjointe ou par son ex-compagne ; le Groupe 3 contient un seul article concernant un couple homosexuel composé de deux hommes.

  • 5 « Le crime passionnel n’est pourtant nullement une catégorie juridique : l’amour était jusqu’en 179 (...)

7Afin de comprendre une telle disproportion, il est nécessaire de considérer que, aujourd’hui, le « crime passionnel » n’est nullement une catégorie juridique (Houel, Mercader et Sobota 2003 : 7)5, mais une dénomination héritée de la tradition journalistique, de la chronique judiciaire et de la fiction romanesque. Cependant, il convient de rappeler que l’article 336 du Code pénal de 1810 « excusait » les meurtres commis sous l’emprise de la passion, lorsque l’époux surprenait sa femme en flagrant délit d’adultère dans la maison conjugale. Depuis, le droit français a profondément évolué et si la proximité entre le coupable et sa victime était initialement considérée comme une circonstance atténuante dans le cadre des violences au sein du couple, elle est ensuite devenue une circonstance aggravante (article 222-13-6 de la Loi de 1994 ; Loi du 4 avril 2006).

8À la lumière de ces éléments, le déséquilibre que nous observons dans la répartition de nos articles n’a donc pas de valeur statistique, puisque « l’actualité du crime dans la presse […] ne reflète aucune des statistiques judiciaires connues, ni sa structure selon les mobiles, ni sa fréquence selon les sexes, ni sa distribution géographique » (Houel, Mercader et Sobota 2003 : 21). Cependant, l’usage réitéré de la formule nous renseigne déjà quant à la manière dont on continue de désigner les violences conjugales, mais surtout quant au caractère genré d’une telle dénomination, puisqu’elle est majoritairement mobilisée pour définir les meurtres dans lesquels les victimes sont des femmes.

9Pour chacun des groupes constitués, les articles retenus n’abordent pas seulement des cas où la victime est directement le partenaire, mais aussi des affaires dans lesquelles une personne proche de l’entourage de celle-ci est blessée ou tuée à des fins « punitives » par la/le coupable.

10Enfin, le Groupe 4 contient des articles livrant des réflexions à propos des mots utilisés dans la presse pour qualifier les meurtres conjugaux, plutôt polarisées autour de la question des violences faites aux femmes : 23 textes ont été comptabilisés (parus tout au long de la période choisie), dont 7 s’appuient sur la polémique qui a éclaté à la suite de l’« affaire Daval ».

11Une fois le corpus établi, une analyse sémio-discursive a été menée visant à faire émerger les enjeux politiques et sociaux liés à l’emploi de la formule (au sens d’Alice Krieg-Planque) « crime passionnel », l’objectif étant de comprendre quelle vision du monde la formule recèle et cristallise et, pour reprendre Jean-Pierre Faye (1972), quel procès d’acceptabilité elle vise. En d’autres termes, quel agencement des rapports de domination et quel état de la violence de genre la formule tente-t-elle de rendre acceptables ? Dans quelle mesure une telle formule participe-t-elle de l’évaporation, voire de l’évacuation de la haine et de la violence des hommes contre les femmes ?

1.1. Une approche « sombre » et « critique »

12Inspirée par une approche particulière de l’analyse de discours, la Critical Discourse Analysis (CDA), la présente étude se fonde sur la mise en œuvre d’une attitude critique par rapport au discours considéré comme étant à la fois « socialement constitutif » et « socialement constitué » pour reprendre les termes de Norman Fairclough (1997 ; cité dans Petitclerc 2009 [en ligne]). En d’autres termes, « le discours constitue des pratiques sociales et des situations tout autant qu’il est constitué par elles. En ce sens, il participe à la fois au maintien du statu quo dans la société tout autant qu’il contribue à la transformer » (Petitclerc, ibid.). Or, si le discours est entendu comme le « lieu majeur des luttes de pouvoir sociales » (ibid.), l’analyse se doit d’apporter un éclairage sur la manière dont les médias contribuent, entre autres, à la cristallisation d’une norme à travers les représentations qu’ils fabriquent des différents acteurs sociaux, les noms qu’ils leur attribuent, les rôles qu’ils leur assignent (Van Leeuwen 2009 [en ligne]).

13Il s’agit alors de déployer une attitude herméneutique, « sombre » et « critique » (Maingueneau 2012 : 11-14), visant à « dévoiler, à découvrir […], faire apparaître des relations invisibles que le texte était voué à cacher et qui en même temps le constituaient » (ibid., p. 11). Dans cette perspective, l’analyse possède une « visée dénonciatrice » (ibid.) et, au lieu d’engager une réflexion sur la politique, elle s’engage dans une opération de décorticage du politique, entendu comme ce qui est strictement lié au domaine du symbolique, concerne le vivre commun et consiste en « une mise en sens et une mise en scène » de la société, selon la formulation de Claude Lefort (1986 : 257). Autrement dit, le politique est entendu ici comme « l’ensemble des rapports humains dans leur structure réelle, sociale, dans leur pouvoir de fabrication du monde » (Barthes 1957 : 255-256). En interrogeant la formule « crime passionnel », c’est l’« ordre du discours » (Foucault 1971) que l’on interroge dans sa capacité à naturaliser notre rapport au monde ; c’est « ce qui va de soi » qui est questionné, c’est ce qui a « l’air de faire un paysage acceptable » (Foucault 1981 : 750) qui est arraché à son statut d’évidence et considéré, au contraire, comme « le résultat de toute une série de luttes, de conflits, de dominations, de postulats » (ibid.).

14Au vu de cette finalité humaniste et émancipatrice de la recherche, une réflexion s’impose quant à l’implication du chercheur et au danger qu’il encourt en finissant par adopter une posture surplombante et zélée par rapport à son objet. N’oublions pas que les chercheurs sont tout de même empreints de ce même « ordre du discours » qu’ils tentent de déconstruire et que « la science n’est pas hors du temps, de l’espace, de l’Histoire, de la vie sociale, culturelle [mais qu’] elle y participe pleinement de façon dialectique, en recevant les mouvements et en y contribuant » (Blanchet 2000 : 90). Ainsi, afin d’éviter qu’un tel point de vue puisse entraver l’activité analytique et que les conclusions de notre travail soient biaisées par une visée dénonciatrice prenant la forme d’un a priori, une recontextualisation historique de la formule « crime passionnel » et du genre journalistique du fait divers est nécessaire.

1.2. Le « crime dit passionnel » dans la presse

  • 6 Voir aussi : Tanguy J.-F., (2009), « Un crime passionnel dans la bourgeoisie provinciale à la Belle (...)

15Les récits autour des « crimes passionnels » s’inscrivent au sein de la tradition journalistique du fait divers qui « a colonisé, au XIXesiècle, les colonnes des journaux et [qui] depuis ne les a pratiquement pas quittées » (Chauvaud 2009 : 9). Au-delà de satisfaire une logique commerciale, grâce à leurs récits sériels (Ambroise-Rendu 1993 ; Kalifa 1995)6, les faits divers tentent depuis toujours d’apporter une réponse à l’exigence collective d’exorciser la peur de la mort ; dans ce sens, ils seraient les correspondants des mythes étiologiques de l’Antiquité (Dubied et Lits 1999 : 79-80).

16Au regard des études historiques menées sur le sujet, l’analyse de notre corpus a montré qu’il est possible d’identifier des continuités entre les premiers récits des « crimes passionnels » et les récits actuels. À titre d’exemple, on évoquera la tendance à couper, retranscrire et mettre en scène des réquisitoires et des plaidoiries, tout en les alternant avec des descriptions détaillées du crime et/ou de l’ambiance pendant le procès, ou avec des portraits des protagonistes de l’affaire, comme cela était le cas dans la Gazette des tribunaux (Chauvaud 2009 : 9-10) vers la moitié du XIXesiècle. De manière équivalente, le « crime passionnel » est, encore aujourd’hui, associé à la jalousie et à l’alcool et apparaît toujours comme « le moment paroxysmique mais imprévisible où la colère d’un individu déborde, et où la violence se déchaîne, parfois à la limite de la folie » (Durepaire 2009 : 92). Enfin, comme Roland Barthes le soulignait, les faits divers et, dans notre cas, les récits des « crimes passionnels » se structurent encore autour d’une relation de cause à effet – « un délit et son mobile, un accident et sa circonstance » (Barthes 1964 : 444) – vouée à attribuer un sens au désordre de l’existence tout en laissant, paradoxalement, une marge de manœuvre à la fatalité. En d’autres termes, la causalité que ces récits produisent est « en quelque sorte normale, attendue, [cependant] l’emphase […] se déplace vers ce que l’on pourrait appeler les dramatis personae (enfant, vieillard, mère, etc.), sortes d’essences émotionnelles, chargées de vivifier le stéréotype » (ibid.). Dans ce sens, « tout se passe comme si le crime passionnel se comprenait de lui-même, comme si ses motifs allaient sans dire » (Houel, Mercader et Sobota 2003 : 21) et c’est justement en raison de cette connivence, qui « masque le caractère socialement construit de la notion » (ibid.), que l’on préfère parler plutôt de « crime dit passionnel » (ibid.).

  • 7 Nous précisons que, pour des raisons liées à la faisabilité de notre étude, nous avons choisi de ne (...)
  • 8 Les trois articles de presse nationale qui emploient la formule « crime passionnel » sont issus du (...)

17Avant d’entamer l’analyse7, il est important de souligner que 51 des 54 articles8qui constituent le Groupe 1 sont issus de la presse locale et régionale, ce qui représente un élément significatif puisque, « même s’ils connaissent une érosion constante de leur lectorat depuis dix ans, les quotidiens régionaux et locaux vendent 4,5 millions d’exemplaires chaque jour contre 1,7 million pour leurs homologues nationaux » (Bousquet 2016 : 39-40). En d’autres termes, la présence récurrente de la formule s’inscrit dans une presse dont la diffusion est très large.

2. Nommer le mal

18La prise en compte du panorama médiatique dans lequel s’intègrent les récits sur les « crimes dits passionnels » n’implique pas uniquement une réflexion sur la responsabilité de la presse, puisque la formule est souvent employée par les journalistes dans un discours rapporté à l’intérieur d’une citation encadrée de guillemets. Sa circulation est ainsi liée à sa réitération au sein d’autres espaces, tels que les tribunaux ou les commissariats. Dans cette perspective, la formule « crime passionnel » répond pleinement à la définition élaborée par Alice Krieg-Planque, précisant que « le travail de création néologique, mais aussi le travail d’ontologisation et le travail de référenciation, […] n’appartiennent pas en propre aux journalistes : politiques et autres acteurs sociaux s’y consacrent également » (Krieg-Planque 2009 : 123).

  • 9 « J’appelle éthique de la nomination les normes et principes étayant les réglementations, pratiques (...)

19L’acte de nommer un phénomène n’est pas anodin, puisque le nom que l’on attribue fait exister et cristallise un certain ordre du monde et des relations sociales. Selon Catherine Ruchon (2018 : 104)9, la nomination engage la responsabilité énonciative des locuteurs et définit les contours d’une véritable éthique de la nomination, dont les principes fondateurs devraient être la sollicitude et le souci d’autrui. Pour le reformuler avec les mots de Sophie Moirand :

une éthique de la responsabilité implique en effet qu’on n’a pas le droit de se désintéresser des conséquences de ses actes de langage, et qu’il n’est pas sans conséquence de choisir, par exemple, entre jeune et racaille, entre étudiant ou anarchiste pour désigner les acteurs d’un événement ou de rapporter sans distance et/ou sans mention d’origine les énoncés qui circulent à propos d’un fait ou d’un événement (2006 : 58).

20Au sein des médias, la responsabilité (ibid. : 46-49) énonciative n’est jamais fonction d’un seul locuteur (le journaliste qui signe l’article, par exemple), mais elle est distribuée parmi les différentes instances du journal et, de manière générale, parmi les membres d’une communauté langagière. Ceci dit, il est aussi essentiel de considérer que les mots employés dans les articles ne font pas l’objet de la même lecture de la part de l’analyste et du lecteur du journal. Si le premier s’adonne à une lecture intensive des textes, le deuxième « lit vite, avec une attention flottante, en accompagnement de pratiques ordinaires (transports, attente) qui impliquent parfois des interruptions involontaires, et qui peuvent être définitives, dans le parcours du texte » (Krieg-Planque 2000 [en ligne]). Autrement dit, analyste et lecteur ne lisent pas les mêmes choses : ils « braconnent » (de Certeau 1990 : 239-255) différemment.

21Or, en constituant et en analysant un corpus, on rompt définitivement avec l’illusion de « regarder le journal par-dessus l’épaule d’un lecteur » (Mouillaud 1968 : 77) et on accepte le fait qu’un décentrage s’opère entre notre « posture » (1994 : 87-104) et celle de ce dernier. En d’autres termes, on n’occupe pas une position dans le champ, on « prend le champ comme objet » (1968 : 77). La prise en compte de cette différence est cruciale pour comprendre combien la réitération de certaines formules, par définition ambiguës, couplée à une lecture éventuellement distraite de la part des lecteurs, peut mener à une banalisation de la violence que celles-ci sous-tendent et souvent justifient.

22Les violences faites aux femmes, phénomène systémique que la formule « crime passionnel » occulte (littéralement) dans notre corpus, ont fait l’objet, dans le monde universitaire et militant, de nombreuses « luttes définitionnelles » (Delage 2017 : 9), ayant notamment permis de les extraire du domaine de la vie privée et de les propulser dans la sphère publique. « Violences contre les femmes », « violences dans le couple », « violences machistes », « violences sexistes » ne sont qu’un échantillon (Hernández et Kunert 2014 : 29-32) des nombreuses manières de nommer ce problème public et soulignent l’importance des enjeux politiques et idéologiques des usages de la langue. À cet égard, un exemple nous est proposé par Silvia Nugara qui, en analysant les locutions « violences faites aux femmes » et « violences domestiques », s’attarde sur leur ambivalence, puisque si d’une part elles permettent de « décrire et […] dénoncer implicitement les dégâts de la violence » (Nugara 2011 : 46), d’autre part, elles ne matérialisent pas, au niveau du signifiant, les responsables de cette violence.

  • 10 L’OMS distingue entre « féminicide intime » (commis par le conjoint, actuel ou ancien, de la vic- t (...)

23En 1976, Diana Russell et Nicole Van de Ven introduisent le terme « femicide », déclinaison au féminin du mot « homicide », afin d’identifier le meurtre sexiste d’une fille ou d’une femme par la main d’un homme, autrement dit pour signaler les situations où l’on meurt parce qu’on est une femme. Dans les années 1990, le néologisme est repris au Mexique par l’anthropologue Marcela Lagarde avec sa variante « feminicidio » donnant lieu à la circulation des deux formes dans d’autres contextes linguistiques, notamment en France avec fémicide ou féminicide ou en Italie avec femmicidio ou femminicidio (Nugara 2014 : 60), selon que l’on fait référence au contexte américain ou mexicain. Bien que signalé par l’OMS10comme un problème majeur de santé publique et bien qu’il ait reçu une reconnaissance juridique ailleurs (en Espagne en 2004 et en Italie en 2013, par exemple), le féminicide n’a pas été introduit dans le code pénal français : seule une définition est présente, depuis 2014, dans le Vocabulaire du droit et des sciences humaines. Ceci dit, la loi française indique comme circonstance aggravante les liens de proximité entre le coupable et sa victime.

24Dans notre corpus, les seules occurrences du terme « féminicide » se situent dans le Groupe 4, à savoir celui qui rassemble les considérations métadiscursives de la presse autour du lexique employé par les journalistes, où il y est indiqué comme le « bon mot » à utiliser. Au contraire, dans les articles relatant les faits divers (du Groupe 1 au Groupe 3), la formule « crime passionnel » apparaît de manière réitérée et polarise l’attention sur les circonstances atténuantes des crimes, puisqu’un « crime n’est supposé passionnel que lorsque la Justice trouve au criminel des circonstances atténuantes, voire légitimantes, et, plus précisément, considère que son geste exprime la passion (ou peut-être l’amour ?), dans des circonstances où tout autre personne, par ailleurs saine d’esprit, aurait pu, comme lui, se laisser emporter à tuer » (Houel, Mercader et Sobota 2003 : 6-7).

25Contrairement à l’idée reçue d’une presse sensationnaliste utilisant la formule « crime passionnel » dès les titres de ses articles, on observe que, en réalité, les occurrences sont assez rares : seulement six sur les 54 titres du Groupe 1 (dans lequel les victimes sont des femmes et/ou leurs proches) et aucune pour les titres des Groupes 2 et 3.

  • 11 « Poignardée à mort », Le Parisien, 6/4/2017 ; « À 17 ans, il égorge sa petite amie », La Provence,(...)
  • 12 « 33 coups de couteaux », L’Est Républicain, 21/10/2017.
  • 13 « Tuée à coups d’haltère », Le Maine Libre, 25/5/2017 ; « Le mari au couteau », Le Parisien, 9/11/2 (...)

26Cependant, si « le titre de journal institue un rapport au réel » (Mouillaud 1982 : 80), d’autres éléments sont convoqués pour dire autrement la formule et s’attardent sur les modalités11du meurtre, sur le nombre12de coups reçus et sur les armes13employées. Ce genre d’occurrences est moins flagrant dans les titres des articles concernant les hommes-victimes, exception faite pour trois références aux

  • 14 « Empoisonnement mortel », Nord Éclair, 16/2/2018 ; « Elle écope de 30 ans de prison pour avoir étr (...)
  • 15 « Ce n’est pas la chasse qui est interdite aux femmes, ce sont les armes ; c’est l’accès aux armes, (...)

27modalités14du meurtre, dont un empoisonnement, qui convoque aussitôt l’imaginaire culturel et artistique de la femme criminelle utilisant des moyens différents par rapport à la force brute déployée par son correspondant masculin. Le mythe des femmes insidieuses faisant appel au poison pour tuer leurs conjoints a en réalité un ancrage historique dans la division genrée du travail qui, selon l’étude menée par Paola Tabet (1979 : 28)15, a impliqué de substantielles différences de genre dans l’accès aux instruments de travail et, par conséquent, dans l’exercice de la violence et dans l’accès aux armes.

28Pour revenir à la formule « crime passionnel », le fait que celle-ci ne circule pas exactement sous sa forme standardisée, mais qu’elle soit évoquée au travers d’autres mots, n’infirme nullement son statut de formule puisque « le procès d’acceptabilité accompli par les formules s’opère notamment par ce type de procédé : en jouant sur la polysémie des termes ou sur l’ambiguïté de certaines catégories » (Krieg-Planque 2009 : 47).

2.1. De drames et d’autres images

  • 16 Pour les articles issus des Groupes 2 et 3 (dans lesquels les victimes sont des hommes), moins volu (...)

29Les considérations suivantes s’appuient sur l’analyse des articles du Groupe 1 (cas de femmes tuées par leurs partenaires ou ex-compagnons)16.

30L’analyse du corpus confirme la stabilité de la formule « crime passionnel », dont les articles soulignent explicitement le caractère « standardisé » (« Un crime passionnel classique », L’Est Républicain, 28/1/2018), voire « archétypal » (« C’est l’archétype même du crime passionnel », L’Union, 3/7/2017), tandis que d’autres accentuent, par le biais de pléonasmes, le renvoi à l’imaginaire qu’elle sous-tend (« Crime passionnel incontrôlable », La Dépêche du Midi, 27/9/2017).

  • 17 Lorsqu’il s’agit d’un discours rapporté, nous expliciterons le locuteur.

31Cependant, la formule est généralement couplée à d’autres expressions, souvent empruntées par les journalistes à d’autres acteurs17(avocats, experts, magistrats, etc.).

32À titre d’exemples, on évoquera les variantes suivantes : « drame » (L’Union, 24/3/2017 ; Aujourd’hui en France, 17/12/2017 ; Sud Ouest, 4/9/2017, La République du Centre, 21/6/2017 ; Le Télégramme, 21/10/2017 ; Sud Ouest, 18/1/2018), « drame passionnel » (Sud Ouest, 4/9/2017), « drame à jamais » (La Provence, 16/12/2017), « enchaînement fatal des événements » (ibid.), « terrible drame » (La Provence, 17/12/2017), « tragique passage à l’acte » (La République du Centre, 21/6/2017). Or, si ces déclinaisons renforcent toujours la dimension tragique du fait, la fatalité du geste, ainsi que l’impétuosité du meurtrier, une lecture attentive des textes montre que, dans la plupart des cas, il s’agit d’un assassinat, dont le caractère prémédité est littéralement éludé par les mots au profit de l’évocation d’un imaginaire empreint de fatalité. De plus, bien que la préméditation se concilie mal avec le champ lexical de la passion, certains articles vont jusqu’à l’association explicitement contradictoire des deux. Dans un article de L’Est Républicain, le meurtre d’une femme, Aurélia Varlet, est d’abord désigné comme « la dérive pathologique d’un cerveau malade de jalousie et de possessivité » (28/7/2017) et, ensuite, recontextualisé dans un cadre plus complexe, puisque la victime avait déposé quatre plaintes pour enlèvement et tentative de meurtre contre son conjoint, ce qui soulève l’hypothèse d’une préméditation et inscrit l’événement dans la catégorie de l’assassinat.

  • 18 Discours de l’accusé. La même phrase est rapportée par Midi Libre, 11/5/2017.

33D’autres termes sont également convoqués pour alimenter l’imaginaire esthétisant de la violence, avec l’évocation indirecte de la notion artistique et culturelle de l’« amour fou » : on parle de « geste fou » (La Provence, 20/1/2018) ou de « geste fatal, sans retour » (ibid., 16/12/2017) ou avec la mobilisation d’une dimension chromatique, rappel métonymique de la passion qui occulte la raison : à cet égard, des articles relatent souvent le discours de l’accusé, qui dit avoir « vu rouge » (La Dépêche du Midi, 11/5/2017)18, avoir eu le regard obnubilé par un « voile blanc » (ibid., 11/5/2017) ou, encore, par un « point noir » (L’Est Républicain, 1/6/2017). Enfin, la haine est dissimulée par un amour qui « sort de ses gonds » (Le Parisien, 17/2/2018), qui déborde : le recours à l’imaginaire de la folie amoureuse fera plus particulièrement l’objet de l’analyse suivante.

2.2. La haine, ce « trop d’amour »

  • 19 « Le désespoir de Mickael l’a-t-il conduit à commettre l’irréparable ? Aujourd’hui, tout porte mal- (...)

34Dans son article « L’amour et les théories de la communication » (2014), Céline Morin souligne que « l’affaiblissement de la figure dominante du romantisme, exaltant la fusion des individus contre les mécanismes de reproduction sociale, a encouragé l’affirmation de théories communicationnelles de l’amour » (Morin 2014 : 282). En d’autres termes, l’auteur pointe le fait que l’idéologie sacrificielle de l’amour romantique décroît progressivement au profit d’une conception « communicationnelle » de l’amour, fondée sur l’intercompréhension. Cependant, les derniers bastions de la « codification » (Luhmann 1990) de l’amour comme passion opposent encore une résistance coriace à cette nouvelle conception, ce qui est particulièrement visible dans le domaine des violences faites aux femmes. En effet, le recours à l’amour romantique dans les récits des « crimes dits passionnels » s’inscrit dans la continuité de l’héritage d’une tradition journalistique, juridique et médicale admettant, pour des raisons différentes, la coexistence de l’amour et de la haine respectivement dans la narration, l’argumentation ou la compréhension des raisons ayant poussé le meurtrier à commettre l’« irréparable » (La Provence, 17/12/2017)19.

35Plus précisément, en se transformant en désespoir, égoïsme, jalousie, possessivité, orgueil, la haine s’évapore dans ces discours pour devenir une composante de l’amour (« C’est un crime d’amour-propre », Le Parisien, 16/2/2018). Diluée dans son correspondant positif, la haine n’est alors qu’une « simple » dérive de son opposé, dont elle emprunte certains caractères : l’unicité, la noblesse et, en quelque sorte, la beauté. Nombreux sont les exemples qui s’inscrivent dans cette mobilisation esthétisante de la haine, entendue comme le pôle extrême du continuum du sentiment amoureux : un article paru dans Sud Ouest se conclut avec les mots qu’un témoin, voisin de la victime, « murmure » (Sud Ouest, 18/1/2018) au journaliste (« Il l’aimait. C’est à la fois beau et très triste », ibid.), tandis qu’un autre, paru dans La Nouvelle République, rapporte le discours de l’avocat de la défense : « On peut tuer par amour. Il l’aime au point [qu’]il ne peut pas envisager un jour de plus sans elle » (La Nouvelle République, 21/2/2018).

36Souvent confiée au discours rapporté, la haine, inféodée à l’amour, se traduit en l’incapacité à vivre sans l’être aimé, elle est un « trop d’amour », dont l’issue néfaste prend l’allure d’un débordement accidentel : « Il était profondément attaché à son épouse. Il ne voulait pas la tuer. Il voulait juste qu’elle reste » (La République du Centre, 21/6/2017), plaide un avocat de la défense.

  • 20 « Je regrette cet excès de violence. Ma femme était toute ma vie », discours de l’accusé.

37Les meurtres et même les assassinats sont appréhendés comme des « excès de violence » (ibid.)20non maîtrisée. Réifiée, la colère prend la place du sujet violent dans le processus d’attribution des responsabilités du meurtre : on parle alors de

38« déchaînement » (La Provence, 16/12/2017), de « coup de folie » (gendarme, La Dépêche du Midi et Midi Libre, 11/5/2017), de « raz de marée émotionnel » (expert psychiatre, Le Parisien, 28/10/2017), d’« altération » (expert psychiatre, L’Est Républicain, 21/10/2017), de « malheur incompréhensible » (accusé, La Nouvelle République, 21/2/2018), de « geste de désespoir amoureux » (Sud Ouest, 18/1/2018). Les articles se détachent difficilement de cette conception de la haine comme composante (néfaste) de l’amour, ce qui alimente une interprétation fataliste et passionnelle des meurtres commis, dont on ne saisit que rarement le caractère systémique que, pourtant, une lecture plus attentive laisse émerger.

3. Une violence systémique occultée

39Dans le seul article du Groupe 1 (« Confusion des genres », L’Humanité, 10/1/2018) faisant appel à la catégorie de « féminicide », la journaliste produit une réflexion métadiscursive sur les mots employés par la presse, afin de souligner combien la formule « crime passionnel » est non seulement inadaptée à désigner les violences des hommes contre les femmes, mais aussi nocive, puisqu’elle occulte une violence systémique (Delage 2017 ; Romito 2005), qui n’épargne « aucun milieu, aucune génération, aucune nationalité, aucune religion » (L’Humanité, 10/1/2018) et s’inscrit dans « la spirale infernale des rapports de domination » (ibid.).

40Dans cette perspective, la formule « crime passionnel » possède un caractère à la fois discursif (Krieg-Planque 2009 : 93), dans la mesure où elle n’est pas une notion linguistique (ni juridique, par ailleurs), mais existe dans les usages que l’on en fait, dans la presse, dans les tribunaux, dans les commissariats ; de référent social (ibid. : 95), dans le sens où elle est un renvoi au monde et, par conséquent, aux idéologies et aux relations de pouvoir qui l’animent, dans le cas spécifique celles régissant les liens entre hommes et femmes ; et polémique, puisque la formule est

porteuse d’enjeux socio-politiques. […]. La formule met en jeu les modes de vie, les ressources matérielles, la nature et les décisions du régime politique dont les individus dépendent, leurs droits, leurs devoirs, les rapports d’égalité ou d’inégalité entre citoyens, la solidarité entre humains, l’idée que les personnes se font de la nation dont ils se sentent être les membres. […]. Les formules participent au poids de l’histoire, ce poids de l’histoire qui leste les destins individuels (ibid. : 103-104).

  • 21 Le terme est également utilisé par Le Parisien, 16/2/2018.

41En polémiquant autour de la formule « crime passionnel », opposée à la catégorie « féminicide », les acteurs de l’espace médiatique polémiquent autour d’une « vision du monde, d’une mise en description du réel » (ibid. : 104), en encourageant la société à une réflexion sur la systématicité du phénomène des violences faites aux femmes, que le discours journalistique évapore par le biais d’une mobilisation de l’imaginaire romantique, occultant les responsabilités des coupables ainsi que les enjeux socio-économiques et politiques des relations hommes-femmes. Certains articles tentent alors de faire vaciller la stabilité de la formule « crime passionnel » et, par conséquent, celle du monde qu’elle soutient, en relatant l’historique des violences subies par les victimes avant le meurtre, afin d’abstraire ce dernier du domaine de la fatalité pour le resituer dans celui d’un déterminisme social et politique. Dans cette perspective, la formule, au même titre que le mythe barthésien (Barthes 1957 : 265-266), craint l’intervention de l’histoire, puisque l’image naturelle du réel qu’elle propose s’effondre dès lors qu’on convoque l’ancrage social, culturel et politique des violences. Si le « système inductif » (ibid. : 241) que la formule instaure – au sein duquel la haine comme « trop d’amour » est une évidence – bloque tout questionnement quant aux responsabilités des coupables, la reconstruction du passé du couple, généralement confiée au discours rapporté des parties civiles, brise le caractère naturel, allant de soi, de la violence et réinjecte une composante réflexive. Ainsi, on évoque les « coups, les insultes, les tromperies » (partie civile, La Dépêche du Midi, 17/2/2018), on parle de femmes réduites à l’état d’esclaves (ibid.)21, on resitue diachroniquement le meurtre dans une temporalité longue (« 57 ans de domination machiavélique », id.), on assigne au coupable une responsabilité qui dépasse largement le geste commis (« Ce n’est pas un crime passionnel mais un huis clos dans lequel cet homme va murer sa famille. Nous sommes dans un dossier de famille violentée par un dictateur, un chef », Le Parisien, 16/2/2018). Or, qu’il soit un tyran ou un homme malheureux, les portraits des coupables que les articles esquissent peuvent également contribuer à la stabilité de la formule « crime passionnel » ou la remettre en cause.

3.1. Victimes et coupables

42Les coupables polarisent, plus que les victimes, l’attention des journalistes et font l’objet de descriptions non seulement psychologisantes mais aussi physiques (« un homme massif », témoin, L’Union, 24/3/2018 ; « le petit homme rabougri », La Dépêche du Midi, 17/2/2018), élaborées directement par les journalistes ou rapportées par des tiers.

43Contrairement aux cas précédents évoqués, où la reconstruction du passé du couple sert à inscrire le « crime passionnel » dans un contexte plus large de violences, la reconstruction du passé des coupables semble intervenir pour rendre « acceptable » le meurtre : dans un article de La Provence, on parle d’un « alcoolique notoire débordé par ses sentiments [qui] l’aimait, voulait se marier et a tout mis en œuvre, non pour la tuer mais pour la reconquérir » (La Provence, 20/1/2018), tandis que dans un article de L’Est Républicain (1/6/2017), les renvois à l’« alcoolisme et à la dépendance de stupéfiants », la « perte de tout emploi », la « jeunesse malheureuse », les tromperies de la femme, finissent par constituer autant d’éléments contextuels et factuels que d’alibis pour ce qui s’est passé.

44La fragilité et l’immaturité du meurtrier est soulignée à plusieurs reprises (« C’est un ado dans un corps d’adulte », La Dépêche du Midi, 11/5/2017 ; « Psychologiquement fragile, il fond en larmes », Courrier Picard, 6/11/2017 ; « Daniel A. n’aura cessé de geindre insupportablement », L’Est Républicain, 21/10/2017), en alimentant l’ambiguïté de la formule « crime passionnel » par la production d’un portrait de coupable irresponsable et incapable de donner un sens à ses gestes.

45Dans cette perspective, de très nombreux textes évoquent l’impossibilité pour les hommes de maîtriser leur sentiment : réifié, ce dernier devient, ontologiquement, une instance à part entière prenant le dessus sur l’individu et opérant un déplacement en termes de responsabilités. De multiples variantes sont employées pour dire ce « débordement » du sentiment chez le coupable : « l’accusé n’aura pas supporté que son amie le quitte » (Midi Libre, 18/1/2018), « le quinquagénaire ne voulait pas que son amie le quitte » (ibid.), « l’accusé n’a pas supporté que sa femme s’émancipe » (Le Parisien, 16/2/2018), « le meurtrier n’aurait pas supporté leur séparation » (Le Progrès, 28/5/2017), « elle l’avait quitté deux mois plus tôt. Il ne le supporte pas et veut que sa “puce revienne à la maison” » (La Nouvelle République, 21/2/2018).

46Ce dernier cas, où l’on rapporte les mots de l’homme, n’est pas rare (« Je suis quelqu’un d’abject », Le Parisien, 17/2/2018 ; « J’étais comme possédé », Le Bien Public, 24/1/2018 ; « J’étais très très énervé », Le Maine Libre, 25 mai 2017 ; « Il rédige une lettre indiquant “ne pouvoir vivre sans elle” », Sud Ouest, 25/1/2018) et contribue, certes, à incarner l’individu mais aussi à esquiver « la logique sociale au profit d’une approche psychologisante » (Chevret-Castellani 2017 : 344). Moins fréquents, les portraits des victimes ponctuent parfois les récits journalistiques, généralement à travers les mots des parties civiles.

47Dans certains cas, les articles établissent une relation métonymique entre les femmes et leurs corps (« la vérité est dans le corps mutilé de cette femme », magistrat, L’Est Républicain, 21/10/2017 ; « la dernière image de ma sœur vivante, ce sont ses entrailles à l’air », La Nouvelle République, 21/2/2018), dans d’autres, les victimes émergent des discours des accusés (« Elle est devenue complètement hystérique », La République du Centre, 21/6/2017 ; « Elle m’a dit : “Je suis chez moi, je ne veux plus de toi ici”. […]. Je me suis senti humilié », Le Parisien, 16/2/2018), ce qui contribue implicitement à la diffusion du « victim blaming ».

48Au-delà de leur empathie (« rayonnante et attentionnée », Aujourd’hui en France, 19/12/2017, « douce », Le Maine Libre, 25/5/2017), les victimes sont aussi valorisées pour leur courage ; cependant, dans les textes, un lien de causalité entre la décision de celles-ci de se séparer de leur partenaire et le meurtre (« Elle a perdu la vie à cause de son courage et de sa franchise », partie civile, La Dépêche du Midi, 11/5/2017) déplace paradoxalement les responsabilités.

3.2. Des mortes qui comptent

49Dans le traitement médiatique des « crimes dits passionnels » dans lesquels les victimes sont des femmes, l’emploi de chiffres par les journalistes est prépondérant. Si, comme Jocelyne Arquembourg le souligne, en reprenant Paul Ricœur, « le récit, jamais éthiquement neutre, s’avère être le premier laboratoire du jugement moral » (Arquembourg 2005 : 35), on se demandera quel type de jugement élaborent ces écrits journalistiques fondés, entre autres, sur les chiffres.

50Roselyne Koren souligne que l’usage de chiffres dans la presse pose plusieurs problèmes : le glissement d’un questionnement éthique à un sentiment (de peur, de rage, etc.), la déshumanisation et la disparition du réel (« le vide chiffré qui remplace le réel » ; Koren 2009 : 77), mais aussi « la mise en scène sensationnaliste où le chiffre a essentiellement pour fin […] de “porter une surenchère” » (ibid. : 77).

51En relation à un autre problème public, celui des décès survenus en mer lors des vagues d’immigration, Guido Nicolosi et Ketty Panebianco indiquent que l’usage de chiffres contribue à une « dissimulation et une raréfaction des aspects matériels liés à la mort » (2015 : 161), tandis que, sur le même sujet, Emmanuel Blanchard prône la diffusion de chiffres puisque, même si imprécis, ils « donnent de la lisibilité à une situation trop souvent réduite à la fatalité ou au fait divers » (2008 : 30).

  • 22 « Les médecins légistes ont relevé “cinq ensembles lésionnels” causés par une barre d’haltère au ni (...)

52Il semble alors essentiel de contextualiser l’utilisation de chiffres dans les articles de notre corpus afin de mieux comprendre le discours qu’ils véhiculent. Dans les titres (18 sur 54) du Groupe 1, les chiffres renvoient à trois aspects distincts mais complémentaires : la sanction (le nombre d’années de prison), le meurtre (les coups assenés) et l’âge. Cette dernière catégorie, moins fréquente, a principalement l’objectif d’insister sur le jeune âge des victimes (« Adone reconnaît avoir tué son ex et leur fils de 7 ans », La Dépêche de Midi, 15/3/2017 ; « Yvelines : il poignarde à mort sa compagne de 18 ans », Valeurs actuelles, 4/4/2017) ou des coupables (« À 17 ans, il égorge sa petite amie avant de se pendre », La Provence, 16/12/2017). Parfois imbriquées, les deux autres catégories instaurent une sorte de proportion, dépourvue de tout fondement juridique, entre les coups portés à la victime et les années de prison, en induisant ainsi un questionnement ou, du moins, une réflexion sur la « justesse » de la sanction (« 33 coups de couteau : 25 ans de réclusion », L’Est Républicain, 21/10/2017 ; « Tuée à coups d’haltère : 30 ans de réclusion », La Maine Libre, 25/5/2017), réflexion parfois explicitée par le journaliste à l’intérieur du texte (« La peine est à la hauteur de l’horreur du crime commis », L’Est Républicain, 21/10/2017). La reprise des chiffres évoqués par les médecins légistes22demeure ambivalente puisque, si d’une part elle permet de visualiser les effets de la violence du coupable, d’autre part, les descriptions à la fois détaillées et « cliniques » des blessures mortelles finissent par produire une liste de mots, proche du compte-rendu d’autopsie, ne restituant pas la souffrance de la victime, exception faite pour cet extrait : « “Lorsque vous allez délibérer, imaginez ce que représentent 18 coups de couteau donnés avec rage”. Me Agnès Bloise commence à taper, lentement, des coups avec sa main sur le pupitre, pas les 18, mais c’était déjà bien long » (La Dépêche du Midi, 11/5/2017 ; Midi Libre, 11/5/2017).

  • 23 Voir à ce propos l’enquête « 220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société » de Libér (...)

53Enfin d’autres chiffres accompagnent depuis longtemps les discours sur les violences faites aux femmes, celui du décompte23des victimes, élaboré par des journalistes dans le but de dénoncer ce problème public, et celui contenu dans la phrase désormais célèbre : « Une femme meurt tous les trois jours sous les coups d’un homme », dont la réitération dans les médias peut nous interroger quant à l’effet de déshumanisation qu’ils finissent par produire.

54En relation à la formule « crime passionnel », l’emploi des chiffres s’inscrit dans l’ambivalence propre à la formule, dans la mesure où ceux-ci font flotter le lecteur entre une prolifération de détails matériels (démembrant littéralement les corps des victimes) et une désincarnation de ces dernières, dont la présence est déjà réduite dans les textes.

Conclusion : les hommes meurent-ils comme les femmes ?

  • 24 « Deux meurtres et un inceste aux assises dès mardi » : Midi Libre, 28/4/2017 ; La Dépêche du Midi, (...)
  • 25 Aujourd’hui en France, 4/7/2017 ; La Provence, 5/7/2017 ; La Provence, 8/7/2017.

55En guise de conclusion, on mettra en perspective les caractéristiques des récits journalistiques du Groupe 1 avec ceux des Groupes 2 et 3, constitués respectivement de 12 et 1 articles. La comparaison de ces derniers avec ceux du Groupe 1 a permis d’identifier une norme de genre statuant que, dans les « crimes dits passionnels », les rôles sont implicitement attribués et figés d’avance (les hommes sont les meurtriers, les femmes les victimes). Que les lecteurs ne se méprennent pas, il ne s’agit pas de postuler, à partir de la présente analyse, une supériorité statistique des meurtres commis par les hommes, mais de souligner que, dans l’ordre du monde que la presse fabrique, la formule « crime passionnel » est mobilisée prioritairement pour parler des violences faites aux femmes. Au-delà du nombre plus réduit d’articles (ce qui est en soi un élément significatif), deux affaires peuvent être évoquées en guise d’exemples. La première, reprise par deux articles24, concerne deux homicides distincts, l’un commis par une femme, l’autre par un homme : or, si le premier est qualifié de « meurtre par une personne étant ou ayant été conjoint », le deuxième est désigné comme « crime passionnel ». Quant à la deuxième affaire, celle de Jessy Travaglini, ayant tué la femme de son amant, trois articles qualifient l’acte de « crime passionnel à l’envers »25. Bien que l’on puisse déduire que la logique inversée du meurtre découlerait du fait que la femme n’a pas tué son partenaire, mais s’est vengée sur l’épouse de ce dernier, un doute subsiste quant à la formulation, laissant entendre qu’il y aurait une norme de genre définissant en amont les rôles des sujets impliqués. De plus, dans le Groupe 1, en aucun cas on ne parle de « crime passionnel à l’envers » lorsque l’homme tue son rival. Souvent tournée en ridicule, la femme criminelle fait l’objet d’une narration ironique, voire comique (« La quinqua déchaînée […] », L’Est Républicain, 3/6/2017 ; « Privée de câlins, elle poignarde son compagnon », ibid. ; « Papa j’ai fait une bêtise », La Provence, 5/7/2017), tandis que le seul article concernant un couple homosexuel détonne par le ton grave du journaliste et par le traitement approfondi et délicat de l’affaire.

56Pour terminer, dans le Groupe 4, les réflexions journalistiques autour de la légitimité et de l’adéquation du terme féminicide, par rapport à la catégorie « crime passionnel », surgissent à des moments précis : sur la période étudiée, une production discursive intense est relevée en correspondance de l’affaire Daval (7 articles), autour de la date du 25 novembre, instituée comme la Journée de la lutte contre les violences faites aux femmes (2) et, en juin 2017, lorsque Libération publie un dossier présentant une enquête sur le traitement médiatique des cas de féminicides dans la presse, menée entre 2014 et 2016 par trois de ses journalistes : Juliette Deborde, Gurvan Kristanadjaja et Johanna Luyssen. Ces événements constituent ce que Sophie Moirand nomme des moments discursifs, puisqu’ils donnent « lieu à une abondante production médiatique » (Moirand 2007 : 4) dont il « reste également quelques traces à plus ou moins long terme dans les discours produits » (ibid.).

57Cependant, comme nous le disions, un seul article du Groupe 1 (« Confusion des genres », L’Humanité, 10/1/2018) s’appuie sur un fait divers pour élaborer une réfl sur les mots employés pour dire la haine des hommes envers les femmes. Dans tous les autres cas, la formule « crime passionnel » est réitérée et/ ou déclinée par les journalistes avec d’autres termes. Cela souligne deux aspects à l’apparence contradictoires mais en réalité complémentaires et essentiels au « bon fonctionnement » de la formule, telle que Alice Krieg-Planque l’a théorisée : d’une part, le fi , à savoir la forme signifi relativement stable et concise de la formule qui lui permet « de circuler, […] d’être intégrée à des énoncés qui la soutiennent, la portent, la reprennent, la renforcent, la réitèrent ou la récusent » (Krieg-Planque 2009 : 73).

58D’autre part, l’« ensemble non-inventoriable d’équivalents » (ibid. : 82) supportés par la formule, autrement dit la présence d’autres « mots » circulant à sa périphérie qui, en étant des déclinaisons de celle-ci, permettent de la renfoncer et d’intensifier sa diffusion au sein de l’espace médiatique.

59Dans ce sens, la formule « crime passionnel » laisse exister un monde dans lequel on peut tuer une femme par amour et où la haine, transfigurée et esthétisée dans l’image du raptus (littéralement un ravissement), est entendue comme son prolongement naturel et acceptable. Ainsi, à l’issue de notre analyse, et bien que nous ayons étudié un corpus de presse contemporaine, nous rejoignons les considérations d’Anne Durepaire à propos des « drames conjugaux » de jadis, répertoriés par La Gazette des tribunaux, à savoir le fait que la presse renforce « l’idée que le couple est pris dans un lien indissoluble duquel on ne se délie que par un drame » (Durepaire 2009 : 98), tragiquement, fatalement.

Haut de page

Bibliographie

AMBROISE-RENDU A.-C., (1993), « Et la presse inventa le crime passionnel », L’Histoire, n° 168.

ARQUEMBOURG J., (2005), « Comment les récits d’information arrivent-ils à leurs fins ? », Réseaux, vol. 23, n° 132.

BARTHES R., (1957), Mythologies. Paris : Gallimard.

BARTHES R., (1964), « Structure du fait divers ». in (2002), Œuvres complètes II. Livres, textes, entretiens 1962-1967. Paris : Éditions du Seuil.

BLANCHARD E., CLOCHARD O., RODIER C., (2008), « Compter les morts », Plein droit, vol. 2, n° 77.

BLANCHET P., (2000), La linguistique de terrain : méthode et théorie. Une approche entho-sociolinguistique. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

BOUSQUET F., (2016), « Les territoires de la presse locale et régionale ». in Dragan I., Pellissier N., Roventa-Frumusani D., Journalisme et transformations sociales : des anciens aux nouveaux médias. Paris : L’Harmattan.

CERTEAU M. (de), (1990), L’Invention du quotidien. T. 1 Arts de faire. Paris : Gallimard.

CHAUVAUD F., (2009), « Le fait divers en province », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 116, n° 1.

CHEVRET-CASTELLANI C., (2017), « La médiatisation du burn out dans la presse écrite », Questions de communication, vol. 31.

DELAGE P., (2017), Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique. Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

DUBIED A., LITS M., (1999), Le Fait divers. Paris : Presses Universitaires de France.

DUREPAIRE A., (2009), « Les drames conjugaux à la fin du XIXe siècle dans la “Chronique” de La Gazette des tribunaux », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 116, n° 1.

FAYE J.-P., (1972), Langages totalitaires : critique de la raison narrative, critique de l’économie narrative. Paris : Hermann.

FOUCAULT M., (1971), L’Ordre du discours. Paris : Gallimard.

FOUCAULT M., (1981), « L’intellectuel et les pouvoirs. Entretien avec C. Panier et P. Watté ». in (1994), Dits et Écrits, tome IV. Paris : Gallimard.

GARNOT B., (2014), Une histoire du crime passionnel : mythe et archives. Paris : Belin.

HERNANDEZ ORELLANA M., KUNERT S., (2014), Quand l’État parle des violences faites aux femmes. Fontenay-le-Comte : Lussaud.

HOUEL A., MERCADER P., SOBOTA H., (2003), Crime passionnel, crime ordinaire ? Paris : Presses Universitaires de France.

KALIFA D., (1995), L’Encre et le Sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque. Paris : Fayard.

KOREN R., (2009), « Le récit des chiffres : enjeux argumentatifs de la “narrativisation” des chiffres dans un corpus de presse écrite contemporaine », A contrario, vol. 2, n° 12.

KRIEG-PLANQUE A., (2000), « Analyser le discours de presse », Communication, vol. 20, n° 1.

KRIEG-PLANQUE A., (2009), La Notion de formule en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.

LEFORT C., (1986), Essais sur le politique, xIxe-xxe siècles. Paris : Seuil.

LETHIER V., (2008), « Formes et fonctions du rubriquage d’un quotidien régional du XIXe siècle : Le Petit Comtois (1883-1903) », Semen, n° 25.

LUHMANN N., (1990), Amour comme passion : de la codification de l’intimité. Paris : Aubier.

MAINGUENEAU, D., (2012), « Que cherchent les analystes du discours », Argumentation et analyse du discours, n° 9, [en ligne].

MOIRAND S., (2006), « Responsabilité et énonciation dans la presse quotidienne : questionnements sur les observations et les catégories d’analyse », Semen, n° 22.

MOIRAND S., (2007), Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre. Paris : Presses universitaires de France.

MORIN C., (2014), « L’amour et les théories de la communication », Questions de communication, n° 26.

MOUILLAUD M., (1968), « Le système des journaux. Théorie et méthode pour l’analyse de presse », Langages, n° 11.

MOUILLAUD M., (1982), « Grammaire et idéologie du titre de journal », Mots, n° 4.

MOUILLAUD M., (1994), « Postures de lecteur », Quaderni, n° 24.

NICOLOSI G., PANEBIANCO K., (2015), « Les morts de Lampedusa », Communications, vol. 2, n° 97.

NUGARA S., (2011), « Féminisme et universalisme du Conseil d’Europe : le cas de la dénomination violence domestique à l’égard des femmes », Synergies Italie, n° 7.

NUGARA S., (2014), « Maux de mots : la formule “femminicidio” en Italie entre militance et consensus », Cahiers de Linguistique – Revue de sociolinguistique et de sociologie de la langue française, vol. 40, n° 1.

PAVEAU M.-A., (2012), « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen, n° 34.

PETITCLERC A., (2009), « Introduction aux notions de contexte et d’acteurs sociaux en Critical Discourse Analysis », Semen, n° 27.

ROMITO P., (2005), Un silenzio assordante. La violenza occultata su donne e minori. Milan : Franco Angeli.

RUCHON C., (2018), « L’être et le nom : éthique de la nomination dans le cadre du deuil périnatal », Langage et société, vol. 1, n° 163.

SAPIO G., (2018), « Féminicide, ce mot qui cogne », Nouveau Magazine littéraire [en ligne], https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/affaire-daval-feminicide-ce-mot-qui-cogne.

TABET P., (1979), « Les Mains, les outils, les armes », L’Homme, t. 19, n° 3-4.

TANGUY J.-F., (2009), « Un crime passionnel dans la bourgeoisie provinciale à la Belle Époque : l’affaire Berthe Leclair », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 116, n° 1.

VAN LEEUWEN, T., (2009), « Représenter les acteurs sociaux », Semen, n° 27.

Haut de page

Notes

1 Un enregistrement de l’intervention de Me Randall Schwerdorffer, accompagné par son associée Ornella Spatafora, est consultable en ligne : https://youtu.be/2gDbRhe6YrQ ?t =99 (consulté le 21/3/2019).

2 La base de données a été interrogée en indiquant « crime passionnel » entre guillemets, afin d’obtenir des articles contenant uniquement la formule. Cela a permis d’éviter une augmentation disproportionnée des résultats avec la présence d’articles contenant des occurrences des mots « crime » et « passionnel » apparaissant séparément dans le texte.

3 Aux 54 articles s’en ajoutent 6 qui n’ont pas été retenus pour différentes raisons : 3 d’entre eux étaient issus de journaux belges (francophones) ; un article (20 Minutes, 20/9/2017) abordait un cas de double homicide laissant un doute quant au(x) responsable(s) ; un autre (Le Point, 26/2/2018) évoquait la réouverture de l’affaire Seznec, datant de 1924 ; le dernier traite une histoire d’amitié entre deux hommes (La Provence, 20/9/2017).

4 Aux 12 articles s’en ajoute un, non retenu car publié dans un journal belge.

5 « Le crime passionnel n’est pourtant nullement une catégorie juridique : l’amour était jusqu’en 1791 une circonstance atténuante reconnue, mais elle a disparu des textes au moment où émergeait dans l’opinion publique la notion de crime passionnel ».

6 Voir aussi : Tanguy J.-F., (2009), « Un crime passionnel dans la bourgeoisie provinciale à la Belle Époque : l’affaire Berthe Leclair », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [en ligne], vol. 116 n° 1 ; Garnot B., (2014), Une histoire du crime passionnel : mythe et archives, Paris, Éditions Belin.

7 Nous précisons que, pour des raisons liées à la faisabilité de notre étude, nous avons choisi de ne pas étudier le rubriquage de l’information dans les journaux. Cela aurait certainement permis à l’analyse de gagner en ampleur et de restituer un regard global sur l’agencement et la hiérarchisation de ces récits dans la page et, plus en général, dans le journal, comme Virginie Lethier le rappelle dans « Formes et fonctions du rubriquage d’un quotidien régional du XIXe siècle : Le Petit Comtois (1883-1903) », (2008), Semen [en ligne], n° 25.

8 Les trois articles de presse nationale qui emploient la formule « crime passionnel » sont issus du Figaro, de Valeurs Actuelles et de L’Humanité.

9 « J’appelle éthique de la nomination les normes et principes étayant les réglementations, pratiques religieuses ou rituelles, individuelles, en matière de nomination ».

10 L’OMS distingue entre « féminicide intime » (commis par le conjoint, actuel ou ancien, de la vic- time), les « crimes d’honneur » (perpétrés dans le but de préserver la réputation d’un homme ou de la famille), « féminicide lié à la dot » (notamment en Inde, lorsque la mariée apporte une somme d’argent insuffisante à la belle-famille) et « féminicide non intime » (commis par une personne qui n’est pas en relation intime avec la victime). Lien : https://www.who.int/reproductivehealth/publi- cations/violence/rhr12_38/fr/ (consulté le 21/3/2019).

11 « Poignardée à mort », Le Parisien, 6/4/2017 ; « À 17 ans, il égorge sa petite amie », La Provence, 16/12/2017 ; « Crime passionnel, strangulation », Nice-Matin, 8/2/2018.

12 « 33 coups de couteaux », L’Est Républicain, 21/10/2017.

13 « Tuée à coups d’haltère », Le Maine Libre, 25/5/2017 ; « Le mari au couteau », Le Parisien, 9/11/2017.

14 « Empoisonnement mortel », Nord Éclair, 16/2/2018 ; « Elle écope de 30 ans de prison pour avoir étranglé la compagne de son amant », 20 Minutes, 9/7/2017 ; « Elle poignarde son compagnon », L’Est Républicain, 3/6/2017.

15 « Ce n’est pas la chasse qui est interdite aux femmes, ce sont les armes ; c’est l’accès aux armes, en tant que telles et en tant que concrétisation d’un développement technologique, qui leur est refusé ».

16 Pour les articles issus des Groupes 2 et 3 (dans lesquels les victimes sont des hommes), moins volumineux, un paragraphe de conclusion leur sera entièrement consacré avec une mise en perspective avec leurs correspondants féminins.

17 Lorsqu’il s’agit d’un discours rapporté, nous expliciterons le locuteur.

18 Discours de l’accusé. La même phrase est rapportée par Midi Libre, 11/5/2017.

19 « Le désespoir de Mickael l’a-t-il conduit à commettre l’irréparable ? Aujourd’hui, tout porte mal- heureusement à le croire ».

20 « Je regrette cet excès de violence. Ma femme était toute ma vie », discours de l’accusé.

21 Le terme est également utilisé par Le Parisien, 16/2/2018.

22 « Les médecins légistes ont relevé “cinq ensembles lésionnels” causés par une barre d’haltère au niveau de la tête de la victime – “chaque coup étant mortel” – mais aussi sept plaies par armes blanches dans le dos, causés par au moins deux couteaux. L’une des lames est même restée coincée entre deux vertèbres, provoquant une tétraplégie. Elle n’avait aucune chance de s’en sortir vivante ». (Le Maine Libre, 25/5/2017) ; « Sa femme […] a été poignardée à dix-huit reprises. […] “Elle avait deux plaies de défense, une à chaque main”, précise la légiste qui a jugé improbables les explications de l’accusé pour justifier la présence de l’arme du crime, un grand couteau de cuisine, planté jusqu’à la garde dans le thorax » (Le Parisien, 16/2/2018).

23 Voir à ce propos l’enquête « 220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société » de Libération. https://www.liberation.fr/apps/2017/06/220-femmes-tuees-conjoints-ignorees-societe/ (consulté le 12 octobre 2018).

24 « Deux meurtres et un inceste aux assises dès mardi » : Midi Libre, 28/4/2017 ; La Dépêche du Midi, 2/5/2017.

25 Aujourd’hui en France, 4/7/2017 ; La Provence, 5/7/2017 ; La Provence, 8/7/2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuseppina Sapio, « L’amour qui hait. La formule « crime passionnel » dans la presse française contemporaine », Semen [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2021, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/12324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.12324

Haut de page

Auteur

Giuseppina Sapio

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, LERASS

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search