Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47I. Dossier thématiqueHomophobie et discours de haine d...

I. Dossier thématique

Homophobie et discours de haine dissimulée sur Twitter : celui qui voulait une poupée pour Noël

Nolwenn Lorenzi-Bailly et Mariem Guellouz

Résumés

Résumé : Le discours de haine, d’exclusion et de violence verbale semble prendre une part considérable sur Internet et les réseaux sociaux numériques, espaces de communication et d’expression mais aussi de circulation d’affirmations identitaires, point central selon nous de la formation d’un discours de haine. C’est au discours numérique que nous allons nous intéresser ici, et plus particulièrement à des tweets homophobes postés à l’encontre d’un père qui a souhaité contrer les stéréotypes sexistes et hétéronormés. Ainsi que le rappelle le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, sont considérés comme discours de haine toutes formes de haine fondées sur l’intolérance, ici la question du genre et de la sexualité. Si ces tweets font l’objet de menaces et de violence verbale fulgurante, c’est-à-dire impliquant des actes de langage menaçants et de condamnation, c’est à la haine dissimulée que nous nous intéresserons plus spécifiquement. En effet, notre analyse porte sur les processus discursifs implicites et les stratégies rhétoriques pathémiques qui participent à la construction d’un discours de haine dissimulée. Qu’est-ce qu’un discours de haine homophobe ? Quelles sont les manifestations linguistiques d’une haine dissimulée ? Que disent ces discours des identités en jeu ? Quelles en sont les spécificités numériques ? Cet article interroge ainsi le discours de haine dissimulée d’un point de vue discursif, argumentatif et pathémique en regard du cadre spécifique qu’est le discours numérique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Projet H2020, PRACTICIES, Partnership Against The Radicalization onlIne of Youths Subjects pour leq (...)
  • 2 Dans le cadre du groupe de recherche Draine, nous avons caractérisé le discours de haine directe pa (...)

1Depuis 2016, dans le cadre d’un projet européen de recherche H2020, Practicies, et du groupe de recherche Draine1, nous travaillons à analyser le discours de haine dans une perspective discursive, argumentative et pathémique (Amossy 2015 [2010] ; Bonhomme 2005 ; Maingueneau 2002 ; Plantin 1996). Nous avons défi le discours de haine comme étant la manifestation d’une volonté de nier l’autre dans son essence, voire de l’anéantir, s’actualisant linguistiquement par une violence verbale fulgurante ou une haine plus dissimulée (Rabatel 2015 ; Rinn 2008), proche de ce qui a été analysé comme de la violence verbale détournée (Lorenzi 2015 ; Moïse, Meunier et Romain 2015). De son côté, le Conseil des Ministres de l’Europe a défini le discours de haine comme « couvrant toutes formes d’expression qui propagent, incitent à, promeuvent ou justifient la haine raciale, la xénophobie, l’antisémitisme ou d’autres formes de haine fondées sur l’intolérance, y compris l’intolérance qui s’exprime sous forme de nationalisme agressif et d’ethnocentrisme, de discrimination et d’hostilité à l’encontre des minorités, des immigrés et des personnes issues de l’immigration » (Weber 2008 : 3). D’un point de vue sociolinguistique, nous retenons la définition de Nolwenn Lorenzi Bailly et Claudine Moïse selon qui le discours de haine s’actualise par des éléments discursifs de volonté de nier l’autre dans son essence, par une violence verbale, fulgurante, polémique et/ou détournée (Fracchiolla et al. 2013) et par l’actualisation linguistique d’émotions négatives2. De même que la violence peut être plus ou moins détournée, c’est-à-dire qu’un locuteur ou une locutrice peut user d’ironie ou encore d’hyperpolitesse tout en étant violent·e linguistiquement, nous considérons que la haine peut être dissimulée, certaines figures discursives pouvant contribuer à la véhémence de manière insidieuse (Rinn 2008). C’est à ce type de haine que nous souhaiterions nous consacrer, en regard de son mode d’interaction : ici, l’espace numérique. Les interactions en ligne revêtent des prises de parole particulières, la spécification du contexte numérique offrant un espace de parole instrumenté et polysémiotique (Paveau 2014) où l’image, le texte, les hyperliens et les technomots doivent être pris en compte dans le cadre de l’analyse afin de mettre la lumière sur les spécificités numériques du discours de haine. Après avoir exposé le contexte de l’événement que nous souhaitons mettre en exergue ainsi que le cadre théorique sur lequel repose notre analyse, nous questionnerons le discours de haine homophobe en regard i) du contexte discursif spécifique dans lequel il s’est manifesté, le réseau social Twitter et ii) des manifestations linguistiques spécifiques à une haine plus dissimulée.

Ce que nous nommons « l’affaire de la poupée »

  • 3 Juriste de formation, il est aujourd’hui Directeur Éthique et Affaires Juridiques de Qwant, un mote (...)

2Décembre 2016. Guillaume Champeau, alors journaliste et rédacteur en chef d’un journal numérique3tweete :

  • 4 Par souci d’harmonisation, mais également parce que la loi sur la reproduction des captures d’écran (...)

Mon fils (4 ans) voulait une poupée mais n’osait pas demander parce que c’est sur les pages « roses » du catalogue de Noël. #stereotypes4

3Père d’un jeune garçon de 4 ans, Guillaume Champeau confie son étonnement quant aux stéréotypes de genre qui perdurent dans les magazines pour Noël. En effet, son fils lui demande timidement une poupée pour Noël, mais il n’ose pas en faire la commande, celle-ci figurant sur les pages « roses » des catalogues. Or, le rose, c’est pour les filles ! S’ensuivent 2852 retweets et 597 commentaires qui vont offrir une dichotomie singulière à la lectrice et au lecteur. En effet, l’analyse révèle d’un côté une dénonciation des stéréotypes de genre et ainsi un soutien à Guillaume Champeau, face, d’un autre côté, à la croyance selon laquelle un garçon/homme qui aime le rose ne peut être qu’homosexuel, participant de fait de la construction d’un discours homophobe.

1.1. Jeux d’alliances sur Twitter…

4En effet, les premiers tweets sont bienveillants et encouragent Guillaume Champeau dans sa lutte contre les stéréotypes de genre. Mais très vite, ce sont d’autres types de réactions qui apparaissent telles que :

(1) soigne ton ptn de fils

(2) mdr prépare toi à ce qu’il ce fasse bien enfiler. Putain le cauchemar

5Le corpus sur lequel repose notre analyse, ainsi que l’indique le titre de cet article, a été recueilli sur Twitter, un site de microbloging, qui oblige par ses fonctionnalités propres à des formes de spécificités discursives. La contrainte des 140 caractères, la possibilité de commenter les retweets (techno-citation, Longhi 2013) les alliances textes/images, les technomots tels que les hashtag (mots dièse) ou les hyperliens participent à créer un univers de possibles qui façonnent la production discursive des locutrices et locuteurs. Les tweets, souvent abordés comme de petites phrases (Krieg-Planque 2011), sont des produits discursifs liés à des fonctionnalités technologiques et algorithmiques propres à Twitter que l’analyse gagnerait à prendre en charge. Il est intéressant de se questionner sur la spécificité potentielle des actes de langage menaçants, à l’instar de l’insulte ou du mépris par exemple. Peut-on donner une définition différente, sinon complémentaire, de l’insulte lorsqu’elle est numérique ?

6Les alliances s’observent dans les formes de solidarité, de soutien et de défense. Ces formes de solidarité s’actualisent linguistiquement par des tags qui consistent à identifier une personne en indiquant son pseudonyme précédé du symbole @. La personne ainsi interpellée recevra une notification qui lui permettra de prendre part, ou non, au fil de la discussion. Le tag est une des spécificités des réseaux sociaux où il est en effet d’usage de « taguer » d’autres usagers afin de les impliquer ou de les appeler au secours à des fins de connivence.

(3) @Fadewade @gchampeau @Seboss666 djdjksksiisjzs allez vous faire enculer

7Ici, l’internaute s’adresse non seulement à Guillaume Champeau – en rapport avec le tweet initial donc – mais aussi à deux autres usagers qui ont précédemment montré leur soutien. Visiblement, cet internaute semble être en désaccord et le manifeste en taguant trois twittos et en les insultant. Dans le cadre de cette analyse, nous avons retenu les tweets qui sont adressés directement à Guillaume Champeau. D’un point de vue énonciatif, nous considérons que les tweets sont dirigés vers Guillaume Champeau et/ou son fils, l’un et/ou l’autre étant interpellé directement par l’adresse @gchampeau, par le tutoiement ainsi que par l’adresse « ton fils ».

1.2.… et virulence des propos

8Les espaces médiatiques, et a fortiori Internet et les réseaux sociaux, sont des lieux de transmission et de mémoire qui offrent des circuits de diffusion aux insultes (Rosier 2018). En dehors de leur dimension amicale et sociale d’entraide, ils peuvent révéler une violence inouïe au cœur d’interactions socialement vives où l’on retrouve la présence massive de stigmatisations ad personam ainsi que la reconduction de stéréotypes conservateurs (Rosier 2008). Racisme et homophobie, grossophobie et putophobie, Internet peut s’avérer une scène de virulence inédite :

L’expression de la violence sur la toile offre un champ d’observation inédit par les gestes techniques qu’elle suppose, par sa diversité polysémiotique (mots, images, vidéos), ses mécanismes de circulation, de propagation et de réflexions sur la

9nature des violences même entre internautes. À ce « lieu » correspond une série de nouvelles formes d’insultes, ou plutôt une redénomination de pratiques qui se sont reconfigurées à partir des usages numériques. (Rosier 2018 : 53-54).

10Discrimination, disqualification, insultes ou discours de haine plus dissimulée, c’est ce nouveau « champ d’observation » que nous avons souhaité analyser via des tweets stéréotypes sexistes, discriminatoires et homophobes. Les tweets que nous avons retenus ne sont pas tous encore aujourd’hui visibles et accessibles sur Twitter, plusieurs ayant depuis été signalés et supprimés par la plateforme. Il s’agit de tweets annoncés comme « indisponibles » sur le fil de discussion en ligne. Twitter se garde en effet le droit de supprimer tout tweet qu’il jugerait à l’encontre de sa politique5. Mais c’était sans compter sur Guillaume Champeau lui-même qui se confie dans un article sur Medium6, et passe en revue ces tweets justement indisponibles :

Pour moi, c’est important que les cons puissent s’exprimer, sinon on ne saurait pas que la connerie existe, ou pas à ce point, et on ne saurait pas quoi leur répondre. Donc qu’ils s’expriment, qu’ils insultent. Tant mieux. Ça les rend visibles.

11Les processus qui participent à articuler, du point de vue discursif et sociolinguistique, homophobie, violence verbale et discours de haine dissimulée, parfois fulgurante, spécifiques au discours numérique, sont au centre de notre analyse. Pour cela, nous nous intéresserons aux processus argumentatifs qui, sous couvert de rationalité déductive, sont constitutifs d’un discours de haine dissimulée et qui amplifient les éléments de violence verbale fulgurante. Nous verrons finalement comment ces modalités discursives construisent un discours homophobe qui fait système social et politique avec ses propres enjeux de pouvoir idéologique.

2. Cadre théorique

12La violence verbale dit autant des acteur·trice·s sociaux·les que de la société dans laquelle ils vivent, de leurs émotions, de leurs représentations et idéologies et, enfin, des prises de pouvoir qui la sous-tendent. Si la violence verbale a longuement été analysée dans l’espace public (Moïse et al. 2008a), à l’école (Lorenzi 2015 ; Romain et Lorenzi 2015), au cœur de relations professionnelles (Moïse, Meunier et Romain 2015), elle est aussi un objet d’analyse important dans le cadre des réseaux sociaux, du point de vue de la menace (Laforest, Fortin et Bernard Barbeau 2017), de l’insulte (Rosier 2008), mais aussi de la construction des discours de haine numériques (Assimakopoulos, Baider et Millar 2017). Nous consacrons notre article à l’analyse d’un corpus numérique au cœur duquel de vifs échanges se déroulent entre les différent·e·s interlocuteurs et interlocutrices sur la question du genre, qui va basculer vers un discours homophobe. Au cœur de l’échange, les sujets produisent des représentations de soi et de l’autre par des jeux d’affirmation de soi et/ou de dénégation de l’autre.

13L’analyse que nous souhaitons mettre en exergue ici fait appel à une sociolinguistique critique des discours (Heller 2002 ; Boutet et Heller 2007 ; Moïse 2009) avec pour objectif de saisir les idéologies en circulation dans les discours et de prendre en compte les liens d’indexicalité qui les sous-tendent. Nous analysons les processus discursifs qui indexicalisent (Silverstein 2009) des enjeux de pouvoir entre les acteurs et les actrices de ces discours dans le contexte numérique. Les productions discursives ne sont pas considérées comme de simples effets de miroirs des rapports de force qui sous-tendent les interactions entre les internautes dans le cadre particulier d’échanges en ligne, mais elles sont analysées comme des agencements où se tissent des liens d’indexicalité entre le social et le langagier. Ainsi, les discours de haine homophobes ne nous intéressent pas en tant que révélateurs de pratiques sociales homophobes mais comme étant un processus constitutif de ces pratiques. Dans ce sens, la dimension interactionnelle est essentielle à analyser notamment du point de vue de la théorie de la violence verbale et de la montée en tension conflictuelle (Moïse et al. 2008a ; Fracchiolla et al. 2013). Au-delà de la perspective descriptive et de l’analyse conversationnelle (Kerbrat-Orecchioni 1990, 1992, 2005), le cadre théorique se fonde sur une conception actionnelle et pragmatique du langage (Austin 1962 ; Searle 1969), sur la théorie de la politesse (Brown et Levinson 1987) et de l’argumentation (Amossy 2008 ; Moïse 2012) ainsi que sur le concept de la préservation des faces (Goffman 1973) et l’analyse des actes menaçants (provocation, menace, reproche, insulte, etc.), les actes de condamnation (Laforest et Moïse 2013) et les qualifications péjoratives (Laforest et Vincent 2004). C’est enfin la construction de l’ethos qui nous intéressera. Si la notion relève de plusieurs conceptions divergentes (Amossy 2015 [2010]), toujours est-il qu’elles convergent autour d’une même idée : la présentation de soi et, plus largement, l’identité des locuteurs et locutrices. La production de soi est une image qui se co-construit dans un échange social déterminé et dans ce sens notre intérêt porte sur les actualisations linguistiques, les manières de dire.

14Tous ces points d’ancrage théoriques permettent non seulement de décrire la violence verbale mais également de la saisir au travers de ce qu’elle représente : les ruptures et les échecs de la conversation qui se situent dans des enjeux de reconnaissance et de protection des faces mais aussi ses effets pragmatiques qui participent à affecter l’autre, l’insulter, le blesser et le nier dans sa dignité et sa subjectivité.

15Les marqueurs discursifs constitutifs d’une violence verbale ont été longuement étudiés et analysés ces dernières années (Moïse et al. 2008a, 2008b ; Ernotte et Rosier 2004) mais la haine dissimulée semble plus complexe à saisir d’un point de vue discursif. Les stratégies énonciatives de distanciation du·de la locuteur·trice/de l’énonciateur·trice par le biais de l’humour, de l’ironie (Rinn 2008), le contournement du pathos par des figures rhétoriques telles que l’euphémisme ou l’hyperbole mais aussi la construction d’une parole didactique et « scientifique » caractéristique des discours complotistes représentent des modalités possibles de dissimulation de la haine. La banalisation de la construction des stéréotypes liés aux personnes LGBTQI+se repère dans des processus rhétoriques tels que l’humour (imitation des pratiques corporelles et esthétiques, caricatures, sous-entendus et implicites) mais également dans les discours scientifiques et psychanalytiques qui ont été longuement instrumentalisés afin d’alimenter le discours homophobe tout en le dissimulant. Il est important de souligner que ces mêmes processus de contournement ont été décrits comme des formes d’agency possible afin de résister à la vulnérabilité (Butler 1996). Nous sommes, dans ce cas, face à un glissement paradigmatique où discours et contre-discours se croisent (Auboussier 2015 ; Rabatel 2015) puisque ces stratégies énonciatives (re-sémantisation, humour, parole didactique) caractéristiques des contre-discours de résistance face à la haine sont désormais à aborder comme étant les marqueurs de dissimulation d’un discours de haine. Il semble que nous faisons face aux mêmes marqueurs et modalités linguistiques mais dont les visées illocutoires sont fortement différentes. Dans un cas, l’agency est un moyen de réaffirmation de soi en tant que sujet confrontant un discours de haine et dans l’autre cas, il s’agit de préserver la face en dissimulant sa haine. Ce glissement entre discours et contre-discours, entre haine fulgurante et haine dissimulée et entre agency et vulnérabilité permet de repenser la dynamique sous-jacente aux discours de haine et de prendre en compte leurs hétérogénéités, leurs contradictions et leur pluralité.

16L’analyse portera sur les tweets que nous qualifions d’homophobes, c’est-à-dire un discours dont les caractéristiques linguistiques rendent compte d’une aversion, d’un rejet, plus largement d’attitudes discursives hostiles envers l’homosexualité. L’insulte homophobe est dialogique. Elle réactualise tout un système (discours et actes) de rejet, de haine et de violence. Didier Eribon (2000) considère l’homophobie comme un agencement qui allie les pratiques socio-politiques et les pratiques langagières. Le discours homophobe n’est qu’un symptôme ou une répétition d’un système plus large, il représente une partie d’une pratique sociale plus globale.

17Un tweet personnel s’est ainsi transformé en un débat public où chacun se donne la légitimité d’exercer une violence sur l’autre. Les réseaux sociaux sont des champs où se négocient des rapports de pouvoir liés à des positions sociales de domination. En effet, la légitimité que se donnent les usagers pour exprimer des propos allant de l’insulte à la menace et à la haine (dissimulée) est elle-même constitutive d’une pratique admise par les usagers des réseaux sociaux numériques conçus comme des espaces de démocratisation et de circulation de la parole de tou·te·s et de l’exercice d’une citoyenneté numérique (Greffet et Wojcik 2014). L’effacement de l’identité et de l’état civil que permet le pseudonymat est en contradiction avec la prise en charge subjective et passionnée des objets de polémique. Ce paradoxe nous paraît être la clé de la légitimation d’un discours de haine (dissimulée) en ligne. Dans son approche écologique des discours numériques, Marie-Anne Paveau (2014) appelle à une analyse qui ne détache pas les corpus numériques de leur environnement technologique, condition nécessaire, selon l’auteure, pour une prise en charge de leur spécificité technologique. Ces discours médiés par l’ordinateur ne peuvent désormais être appréhendés sans la prise en compte du tiers technologique, lui-même pluriel, la plateforme, l’algorithme et les fonctionnalités de chaque espace numérique. Cette spécificité ne peut qu’inviter le chercheur à repenser les catégories « classiques » de l’analyse des discours et de la sociolinguistique afin de les mettre à la page des nouveaux corpus techno-discursifs. Y aurait-il une spécificité de la violence verbale quand elle est proférée et repérée sur un espace numérique ? Peut-on/doit-on parler d’une techno-insulte à l’instar de Marie-Anne Paveau qui conceptualise de nouvelles notions telles que techno-mots et techno-citation ? Le discours numérique possède en effet des caractéristiques qui lui sont propres en termes de violence verbale. La singularité de cette violence tient ainsi à la spécificité des espaces numériques où elle apparaît.

18Ruth Amossy met en exergue la pratique du flaming qu’elle désigne comme des routines violentes et habituelles des interactions en ligne, admises par les usagers, « le flaming semble faire partie du (bon) fonctionnement de l’échange » en ce qu’il est admis, voire attendu (2014 : 182). Toujours selon l’auteure,

Lorsque l’on se penche sur les flammes dans les forums de discussion, on s’aperçoit que les polémiques entre internautes revêtent souvent la forme de querelles personnelles. Celles-ci sont explosives alors même qu’elles mettent aux prises des individus affublés d’un pseudonyme qui restent par définition dans les limites d’une rencontre virtuelle. (Ibid. : 187)

19Soulignant cette contradiction, l’auteure explique que ces violences verbales en ligne sont le résultat de deux processus : la conversationnalisation et la subjectivation. En effet, le brouillage des frontières entre les espaces public et privé laisse libre cours à une liberté d’expression qui se transforme en « défouloir » de sentiments haineux et agressifs. Le brouillage des identités participe à son tour à la subjectivation, chacun défend sa cause en la prenant en charge ou en cachant son identité. Cependant, Amossy semble différencier ou même opposer l’univers du en ligne et celui du hors ligne. Nous les considérons, pour notre part, comme une continuité dialectique, comme des effets de miroir où chacun·e bouleverse le réel de l’autre. L’insulte numérique est une insulte augmentée, elle circule de manière expansive et sur des réseaux transversaux, sans limite de temps ou d’espace. Elle est traçable, archivable et investigable (Paveau 2014) et en ce sens, elle ne permet pas à l’insulteur·trice, mais aussi à l’insulté·e, un droit à l’oubli. Face à l’effacement, la capture d’écran, les outils d’archivage se dressent pour ancrer l’insulte numérique, non seulement dans le monde du manuscrit numérisé, mais surtout dans une historicité intertextuelle déterminée par les algorithmes et les intelligences artificielles.

20La spécificité de l’insulte numérique se donne à voir dans son contexte d’énonciation même. La violence verbale, telle qu’elle a été analysée en situation interactionnelle in situ, ne peut en effet être appréhendée de façon similaire lorsque les interlocuteurs·trices se font face et lorsqu’un écran « protège » d’une réaction simultanée. En effet, les enjeux de face et de sécurité ne sont pas identiques. En situation d’interactions en présence les interlocuteurs·trices ont des enjeux de face plus importants à respecter afin de ne pas aller jusqu’à la quatrième étape de la violence verbale (Moïse et al. 2008a ; Fracchiolla et al. 2013) : la violence physique. Si des menaces peuvent tout à fait être proférées sur les réseaux sociaux, encore faut-il que les personnes se croisent et se reconnaissent, ce qui est loin d’être évident. Nous pensons donc que le contexte en ligne est susceptible de favoriser les échanges violents ce qui confère aux actes de langage menaçants une spécificité discursive.

4. Discours de haine homophobe : entre virulence et haine dissimulée

4.1. Violence verbale fulgurante et actes de langage menaçants

21La violence verbale fulgurante a été définie comme un « processus de montée en tension interactionnelle » qui s’inscrit dans des « actes de parole repérables », rend compte de « rapports de domination », de « ruptures dans les rituels conversationnels » et de « phénomènes de construction identitaire » (Moïse et al. 2008a : 10). Ainsi la violence verbale fulgurante est celle qui se « voit » et est constituée d’actes de langage menaçants et ou de condamnation (Laforest et Moïse 2013). Ainsi en est-il de certains tweets pour lesquels la fulgurance ne peut faire l’objet de doute :

(4) danq 10ansil va se mettre des gods danq le cul et dans 20ans il va sucer des hommes habiller en cuir ce pd

(5) Ta gueule

6) Ton fi (4 ans) est déjà un petit pd à son age ? Vraiment incurable cette maladie…

22Les actes de langage à l’instar de celui d’insulter ont des effets, en termes d’ethos, mais aussi au plan perlocutoire. Ils peuvent en effet favoriser, ou non, certaines dispositions à agir (Rabatel 2015). Ainsi en est-il de ces deux tweets comportant des actes de langage menaçants :

(7) Faut faire attention si tu veux pas que son derrière souffre

(8) Si jle vois ton fils jlui met un penalty dans la face

23Le premier comporte une menace physique liée à un comportement sexuel tandis que le second renvoie à une menace explicite d’agression potentielle. Il est intéressant de mettre en avant que les actes de langage représentent une haine indirecte. Autrement dit, ce n’est pas l’homosexualité qui est directement visée mais le fils de Guillaume Champeau qui est menacé physiquement. De même, dans l’injonction « soigne ton putain de fils », l’injure ne porte pas directement sur l’homosexualité mais elle insinue l’urgence de soigner l’enfant qui en est déjà atteint.

24Ces tweets se caractérisent par un vocabulaire menaçant telle que l’expression « attention » mais aussi par l’annonce d’un acte physique de violence « je lui mets un penalty dans la face » ou une annonce implicite de viol. La menace a des effets perlocutoires (convaincre, persuader, faire peur) mais elle constitue en elle-même aussi un acte illocutoire dans la mesure où elle agit sur le monde. Au premier tweet, une internaute interviendra en demandant à son auteur s’il est en train de menacer un enfant de viol, ce à quoi il répond par la négative en affirmant qu’il s’agit là d’homophobie seulement.

25La polémique qui nous occupe ici est tissée par des violences verbales qui prennent place au fur et à mesure de la montée en tension interactionnelle. La violence verbale fulgurante s’observe à plusieurs niveaux : lexical, syntaxique, morphologique. En effet, des termes tels que « pd », « tantouze », « tapette » ou encore « zoulette » sont mis en avant parfois accompagnés de qualificatifs péjoratifs comme « petit » ou « pauvre » ce qui permet aux locuteurs·trices de diminuer davantage la valeur de l’homosexuel·le.

(9) c un pd la honte

(10) il finira pd le con

(11) Ton fils c une pauvre zoulette

(12) UNE futur tapette ton fils

(13) Mdrrrrrr ton fils va finir tantouze apprend lui direct à sucer des queues aussi

26Des affirmations sur l’orientation sexuelle de l’enfant sont partagées « ton fils est un pd » ou « GAYYYYYYYYYYYY » et des injonctions à le prendre en charge pour le rééduquer leur font écho « vraiment incurable cette maladie ». La sexualisation de l’enfant apparaît sous forme de menaces et est marquée par des références au minitel rose, aux prostituées et aux poupées gonflables, le recours aux impératifs, et aux verbes d’actes sexuels à connotation péjorative « enculer », « sucer ».

(14) Et si ton fils veut une robe et se maquiller tu serais d’accord ? En fait ton fils c’est un Futur pd et le plus drôle c que tu en ai fier

(15) Bientôt les gars mettront des jupes et des reins à cause guignol comme toi

27Le père et le fi s deviennent alors cibles d’attaques. Ce n’est plus l’objet de la polémique qui est discutée, à savoir les stéréotypes genrés des cadeaux de Noël, mais ce sont le père et son fils qui deviennent les sujets de la querelle et subissent ainsi un déferlement de haine, faisant d’eux des emblèmes de « l’immoralité ». Nous sommes face à un processus de subjectivation de l’objet de la polémique (Amossy 2014). La violence verbale fulgurante caractérise un discours homophobe qui bascule en discours de haine lorsque la violence ne porte plus sur l’objet mais bien sur le sujet.

28De fait, l’objectif de ces tweets n’est plus de dénoncer un comportement déviant mais de nier l’autre en tant que sujet. Tous ces procédés, sexualisation de l’enfance, menace de viol, insultes, humiliations, condamnations de l’être, contribuent à

29construire un discours homophobe de haine. Les un·e·s insultent les autres, permettant une continuité des querelles en dehors du premier cadre énonciatif imposé par le tweet initial. En effet, Guillaume Champeau choisit un effacement énonciatif et laisse la place à une trame dialogique qui se poursuit sur son profil twitter personnel mais en son absence. Le fil de la discussion s’autonomise et s’éloigne peu à peu du premier locuteur qui reste en toile de fond, souvent silencieux. Les violences verbales sur ce fil Twitter sont mises en scène via une interaction à la fois dialogale et dialogique. Chaque usage ou groupe d’usagers répond, interagit avec l’autre et les voix des un·e·s se mêlent aux autres. Cette polyphonie discordante se met en place à l’encontre de Guillaume Champeau et/ou de son fils et s’étend à toutes les personnes LGBTQI+ et à toutes les minorités. C’est la question homosexuelle qui devient l’objet de la polémique, ce qui intensifie les violences verbales et donne au corpus cet effet de discours de haine, parfois dissimulée sous couvert de valeurs morales et la mise en place d’un ethos préservé.

4.2. Vers une haine de l’autre plus dissimulée

30Néanmoins, de même qu’il existe une violence verbale détournée qui rend compte de relations de domination spécifiques (Moïse et al. 2008a : 10), nous pensons que la haine peut s’exprimer de manière plus dissimulée. La violence verbale détournée s’actualise dans des manifestations linguistiques à valeur illocutoire contraire, à l’instar de l’ironie, de l’hyperpolitesse ou de l’implicite, à des fins de manipulation. Dans ce cadre, il va y avoir un détournement de système en ce que l’acte de condamnation n’est pas directement ciblé. Ainsi le tweet suivant :

(16) J’aurai honte aussi a sa place

31Le tweet met en scène l’impossibilité qu’un petit garçon puisse désirer une poupée et banalise le sentiment de culpabilité dû aux assignations genrées intériorisées par l’enfant. En donnant raison à l’enfant et en se projetant dans son sentiment de honte ou de culpabilité, l’internaute tend à rendre acceptable les oppositions genrées. La haine de l’homosexualité n’est pas exprimée de manière directe et explicite mais passe par un procédé de détournement en dissimulant un reproche. L’auteur·e de ce tweet, en se mettant en avant par un « je » indique non seulement à Guillaume Champeau, mais à tous ceux et toutes celles qui pensent de même, qu’ils·elles devraient avoir honte de penser ainsi, à l’instar du jeune garçon. Pour autant, en prenant en charge son acte de parole, il·elle se met dans une position de contrition. Donner à une attaque une forme et une apparence linguistiques polies relève d’un désir de préserver sa propre face et crée un enjeu identitaire. Il s’agit alors de nuire à l’adversaire tout en préservant sa face et en séduisant un public potentiel. La haine de l’homosexualité, si elle est présente, n’est pour autant pas exposée explicitement.

32Par ailleurs, on observe des formules ironiques telles que « achetez lui une robe » qui tout en respectant les codes de la politesse infère implicitement une assignation de genre et un propos homophobe et sexiste dissimulé.

(17) n’oublie pas la couronne de princesse pour lui

33Les processus d’inférences et d’implicitations conversationnelles (Grice 1975) tout en s’appuyant sur l’ironie et/ou l’humour participent à détourner la haine dans la mesure où elles laissent une place importante au jeu d’interprétation entre locutrices et locuteurs. La dissimulation se repère aussi, comme nous l’avons évoqué plus haut, dans un discours qui se veut scientifique. La comparaison de l’homosexualité à une maladie, à éradiquer, ainsi que par la sexualisation et l’érotisation de l’enfant de 4 ans construite via des références à un lexique de la sexualité adulte en témoignent.

34La haine dissimulée se jouerait donc dans des enjeux de préservation de faces et dans ce que nous appellerons un ethos préservé. En d’autres termes, il s’agit pour l’internaute de mettre en scène au cœur du discours une image positive. Qu’elle soit individuelle ou collective, la construction de l’image de soi est toujours tributaire d’un imaginaire social. Il faut insister ici sur l’importance des enjeux de pouvoir que recouvre l’activation d’un ethos. Construire discursivement un ethos, ce n’est pas uniquement confi une identité communautaire et/ou sociale, c’est aussi s’affirmer en tant que locutrice ou locuteur, affirmer une distinction qui « classe le locuteur et lui permet de participer au cercle de ceux qui dictent les règles, le bon goût, les manières entérinées de dire et de penser, fondant ainsi une supériorité qui les place en position dominante » (Amossy 2015). Les valeurs seraient au cœur de la présentation de soi. Ainsi en est-il d’une discussion entre deux internautes. Après que le premier (L1) ait posté « il finira pd le con », ils seront plusieurs à lui répondre dont L2.

L2. Dis moi D., à la distribution des cerveaux t’es parti pisser ou bien ?

L1. tes parents ils t’ont pissé dessus par contre

L2. Non, mes parents m’ont appris le respect. Ce qu’il te manque visiblement.

35Lors d’une autre séquence argumentative un internaute fait le choix de le/la provoquer sur sa prise de position homophobe. Ce sont les valeurs à transmettre en éducation qui sont au centre de leur échange, des valeurs qui sont chères à l’insulteur, « les valeurs primordiales à la reproduction de [notre] espèce humaine ». L’argument est connu. C’est un argument de scientifcité puisqu’il s’agit de la question de la reproduction utilisé par les opposant·e·s au mariage pour tou·te·s. De fait, en utilisant un argument médiatisé et connu, le locuteur permet d’en biaiser la nature haineuse. La fin de leur échange se ponctuera par ailleurs par l’expression « chose abjecte » qualifiant ainsi l’homosexualité. Le discours scientifique utilisé comme une parole objectivante est certes repéré dans plusieurs tweets mais nous observons aussi un rejet de ce discours dans d’autres cas comme dans cet exemple où l’internaute renvoie aux discours produits par les sciences humaines et sociales afin de les discréditer :

(18) tu donnes le baton pour te faire battre, encourageant la théorie du genre et du ni homme ni femme

36Ou encore,

(19) Donc ton fils il avait lui-même déjà le bon raisonnement et les bons remords toi tes arrivé t’as tt niquer

37La réduction des théories du genre à l’effacement des binarités entre les sexes participe à ce dénigrement et tend à banaliser la violence subie par le père qui, en référant à ces théories, aurait lui-même encouragé les insultes qui lui sont adressées. Le tweet se partage entre la culpabilisation et le conseil, entre la politesse et le dénigrement. Ses effets perlocutoires sont flous et réussissent ainsi à dissimuler l’homophobie derrière un reproche reposant sur le discrédit des théories du genre.

5. Pour conclure

38Analyser la violence verbale et le discours de haine en ligne implique des questionnements nouveaux. Qui s’adresse à qui ? Si les menaces par exemple sont en direction du fils de Guillaume Champeau, l’on peut penser qu’à seulement quatre ans, ce dernier ne sait pas lire et qu’il n’en est donc pas touché. Toujours est-il que son père peut tout à fait décider de porter plainte. Mais porter plainte contre qui ? Outre le fait de l’utilisation d’un pseudo, il n’est pas évident de remonter jusqu’à l’identité des menaceurs quand ceux-ci ne sont pas des trolls, ces derniers étant particulièrement actifs sur les réseaux sociaux. Si cela n’enlève rien au caractère homophobe des tweets, cela en déplace les enjeux. En effet, les trolls prennent pleinement leurs fonctions au cœur de l’émotion puisqu’ils visent à exciter le débat, à faire réagir, bref, ils font feu de tout bois. Ainsi, l’homophobie revendiquée serait « contextuelle », c’est-à-dire qu’elle n’est créée que dans une visée stratégique de réactions. Là serait peut-être la spécificité d’une techno-insulte, dans son champ d’énonciation.

39Le discours de haine dispose d’une force pathémique particulière qui, par le biais d’actes de langage menaçants à l’instar de l’insulte, de la menace ou de l’avertissement et d’un lexique très péjoratif, renforce la portée de ses arguments. Les montées interactionnelles entre les interlocutrices et interlocuteurs montrent que la force de persuasion via un contre-discours ne fonctionne pas, les un·e·s et les autres campant sur leur position, la victoire étant donnée à celui ou celle qui décidera d’abandonner.

40L’espace numérique est un champ où interlocutrices et interlocuteurs mettent à l’épreuve les normes interactionnelles. Le brouillage identitaire lié à l’espace en ligne en est probablement une raison. Ainsi, ce lieu permet de se rendre compte que l’amalgame entre homosexualité et criminalité / pédophilie et maladie est toujours ancré là où les discours scientifiques ont prouvé qu’aucun rapport n’existait. Les réseaux sociaux semblent être un espace où le « prêt-à-penser » s’installe. La haine de l’autre y est affichée, souvent aussi de manière insidieuse, sans avoir peur du qu’en-dira-t-on ni des possibles retombées, qu’elles soient judiciaires, administratives ou encore personnelles. Le discours de haine se fonde ainsi sur un face à face entre le soi et l’autre, en lien avec les processus identitaires et de construction du sujet.

MOÏSE C., (2012), « Argumentation, confrontation et violence verbale fulgurante », Argumentation et Analyse du discours, 8, 1-15.

MOÏSE C., AUGER N., FRACCHIOLLA B., ROMAIN C., (2008a), La Violence verbale. Espaces politiques et médiatiques. Tome 1. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY R., (2008), « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation et Analyse du discours, 1, https://journals. openedition.org/aad/200

AMOSSY R., (2015) [2010], La Présentation de soi. Ethos et identité verbale. Paris : PUF.

AMOSSY R., (2014), « La violence verbale : fonctions et limites. Les « flammes » dans les conversations numériques », in AMOSSY R. (dir.), Apologie de la polémique. Paris : PUF, 175-205.

ASSIMAKOPOULOS S., BAIDER F., MILLAR S., (2017), Online Hate Speech in the European Union : A discourse analytic perspective. Cham : Spring Briefs In Linguistics.

AUBOUSSIER J. (dir.), (2015), Discours et contre-discours dans l’espace public, Semen, 39.

AUSTIN J.L., (1962), How To Do Things With Words. Oxford : Oxford University Press.

BONHOMME M., (2005), Pragmatique des figures de discours. Paris : Champion.

BOUTET J., HELLER M., (2007), « Enjeux sociaux de la sociolinguistique : pour une sociolinguistique critique », Langage et société, 121-122, 305-318.

BROWN P., LEVINSON S.C., (1987), Politeness. Some Universals in Language Use. Cambridge : Cambridge University Press.

BUTLER J., [1997] (2004), Le Pouvoir des mots. Politique du performatif. Paris : Amsterdam.

ERIBON D., (2000), Papiers d’identité. Interventions sur la question gay. Paris : Fayard.

ERNOTTE P., ROSIER L., (2004), « L’ontotype : une sous-catégorie pertinente pour classer les insultes ? » Langue française, 144, 35-48.

FRACCHIOLLA B., MOÏSE C. , ROMAIN C., AUGER N., (2013), Violences verbales. Analyses, enjeux et perspectives. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

GOFFMAN E., (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1. La Présentation de soi. Paris : Minuit.

GREFFET F., WOJCIK S., (2014), « La citoyenneté numérique », Réseaux, 2, 184-185.

GRICE H.P., (1975), « Logic and conversation », in COLE P., MORGAN J.L. (dir.), Speech Acts. New York : Academic Press, 41-58.

GUMPERZ J.J., (1989), Sociolinguistique interactionnelle. Une approche interprétative. Paris : L’Harmattan.

HELLER M., (2002), Élements d’une sociolinguistique critique. Paris : Didier.

KERBRAT-ORECCHIONI C., (1990), Les Interactions verbales. Tome 1. Paris : Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI C., (1992), Les Interactions verbales. Tome 2. Paris : Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI C., (2005), Le Discours en interaction. Paris : Armand Colin.

KRIEG-PLANQUE A., (2011), « Les petites phrases : un objet pour l’analyse des discours politiques et médiatiques », Communication & Langages, 168, 23-41.

LAFOREST M., VINCENT D., (2004), « La qualification péjorative dans tous ses états », Langue française, 144, 59-81.

LAFOREST M., MOÏSE C., (2013), « Entre reproche et insulte, comment définir les actes de condamnation ? », in FRACCHIOLLA B., MOÏSE C. , ROMAIN C., AUGER N. (dir.), La Violences verbales. Analyses, enjeux et perspectives. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

LAFOREST M., FORTIN F., BERNARD BARBEAU G., (2017), « Comprendre l’évaluation du tweet haineux par un spécialiste de la surveillance des réseaux sociaux », in MATEIU I.A. (dir.), La Violence verbale : description, processus, effets discursifs et psycho-sociaux. Cluj-Napoca : Presa Universitara Clujeana, 225-246.

LONGHI J., (2013), « Essai de caractérisation du tweet politique », L’Information grammaticale, 136, 25-32.

LORENZI N., (2015), Violence verbale à l’école. Étude interactionnelle et ethnographique, thèse de doctorat dirigée par Claudine Moïse, Université Grenoble Alpes.

MAINGUENEAU D., (2002), « L’ethos, de la rhétorique à l’analyse du discours », http:// dominique.maingueneau.pagesperso-orange.fr/pdf/Ethos.pdf

MOÏSE C., (2009), Pour une sociolinguistique ethnographique. Sujet, discours et interactions dans un espace mondialisé, HDR soutenue en novembre 2009, sous la direction de Philippe Blanchet.

MOÏSE C., AUGER N., FRACCHIOLLA B., ROMAIN C., (2008b), La Violence verbale. Des perspectives historiques aux expériences éducatives. Tome 2. Paris : L’Harmattan.

MOÏSE C., MEUNIER R., ROMAIN C., (2015), La Violence verbale dans l’espace de travail. Analyses et solutions. Paris : Bréal.

PAVEAU M.-A., (2014), « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires, https:// journals.openedition.org/itineraires/2313

PLANTIN C., (1996), L’Argumentation. Paris : Seuil.

RABATEL A., (2015), « Une analyse du discours du manifeste « Pour des universités à la hauteur de leurs missions ». Pour une alternative à la gestion libérale des universités et de la recherche en Europe », Semen, 39.

RINN M. (dir.), (2008), Émotions et discours. L’Usage des passions dans la langue. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

ROMAIN C., LORENZI N., (2015), « Des normes interactionnelles aux pratiques linguistiques relationnelles pour mieux comprendre l’interaction conflictuelle en classe », Bulletin suisse de linguistique appliquée, 15-29.

ROSIER L., (2008), Petit traité de l’insulte. Genève : Labor.

ROSIER L., (2018), De l’insulte... aux femmes. Saint-Gilles : 180° éditions.

SEARLE J. R., (1969), Les Actes de langage : essai de philosophie du langage. Paris : Hermann.

SILVERSTEIN M., (2009), « Pragmatic Indexing », in MEY J. L. (ed.), Concise Encyclopedia of Pragmatics, Elsevier, 756–759.

WEBER A., (2008), Manuel sur le discours de haine. Leiden/Boston : Martinus Nijoff Publishers.

Haut de page

Notes

1 Projet H2020, PRACTICIES, Partnership Against The Radicalization onlIne of Youths Subjects pour lequel Claudine Moïse est responsable d’un workpackage et autour duquel elle a constitué un groupe de recherche international en analyse de discours, DRAINE, coordonné par Nolwenn Lorenzi Bailly et Samuel Vernet.

2 Dans le cadre du groupe de recherche Draine, nous avons caractérisé le discours de haine directe par les phénomènes discursifs conjoints d’exclusion-négation-anéantissement, d’actes de condamnation et d’emphase pathémiques qui sont à relier aux procédés utilisés dans la violence verbale fulgurante.

3 Juriste de formation, il est aujourd’hui Directeur Éthique et Affaires Juridiques de Qwant, un moteur de recherche européen.

4 Par souci d’harmonisation, mais également parce que la loi sur la reproduction des captures d’écran n’est pas claire, nous avons fait le choix de retranscrire l’ensemble de ces tweets, sans rendre compte de leur polysémioticité. Nous les transcrivons tels qu’ils ont été orthographiés par leurs auteur·e·s.

5 Un accord selon lequel les réseaux sociaux s’engageaient à supprimer les messages haineux sous 24 heures a été signé entre la Commission Européenne et Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft le 31 mai 2016. Selon un rapport du 19 septembre, Twitter serait le réseau le plus laxiste, ce dernier ne supprimant que 15 % des messages haineux signalés.

6 L’article est disponible sur le lien suivant : https://medium.com/@gchampeau/voyage-au-pays-des-sexistes-et-homophobes-3706575ea544.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nolwenn Lorenzi-Bailly et Mariem Guellouz, « Homophobie et discours de haine dissimulée sur Twitter : celui qui voulait une poupée pour Noël », Semen [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2021, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/12344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.12344

Haut de page

Auteurs

Nolwenn Lorenzi-Bailly

Université Grenoble Alpes, LIDILEM

Mariem Guellouz

Université Paris Descartes, CERLIS

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search