Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47I. Dossier thématiqueLe néologisme lepénien : un marqu...

I. Dossier thématique

Le néologisme lepénien : un marqueur discursif de haine dissimulée ?

Camille Bouzereau

Résumés

Dans une perspective d’analyse du discours reliant statistique textuelle et pragmatique, cet article a pour objectif d’apporter un éclairage sur le discours politique du Front National (FN) à travers l’usage du néologisme par ses dirigeant.e.s. Si le discours FN est un discours politique institutionnalisé, il reste discriminatoire sans faire l’objet de plaintes récurrentes. Dans ce cadre, cet article interrogera la notion de « haine dissimulée » dans le discours de Jean-Marie et Marine Le Pen. Nous étudierons, dans un premier temps, la disqualification « institutionnelle », puis la disqualification insultante, pour interroger dans un dernier temps la place que la politique institutionnelle laisse aujourd’hui aux discours de haine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notre étude recouvre l’intervalle 2000-2017, soit avant le changement de nom officiel du parti (le (...)

1De récentes études linguistiques démontrent que dans une visée de « dédiabolisation » (Alduy et Wahnich 2015), le discours de Marine Le Pen est plus « policé » que celui de Jean-Marie Le Pen (Baider 2015a : 229). Selon ces chercheur.e.s, cette « manipulation rhétorique » a pour finalité de « rendre audible un discours extrémiste » (ibid.). Le discours du Front/Rassemblement National (désormais FN)1 appartient effectivement au discours politique institutionnalisé, dans le cadre duquel les propos haineux sont normalement proscrits. Et si sa condamnation porte essentiellement sur un énoncé ou une formule, sans toujours parler de l’idéologie haineuse sous-jacente, il reste bien discriminatoire. Ce constat s’explique-t-il par le fait que la haine y serait systématiquement masquée ? Cet article entend ainsi étudier la notion de « haine dissimulée », au centre de la problématique de ce numéro, dans le discours des deux président.e.s du parti FN. Pour ce faire, nous suivons une approche en analyse du discours telle que décrite par Détrie et al. (2001 : 24), c’est-à-dire une démarche qui consiste à traiter « des unités textuelles dans leur rapport à leurs conditions de production », ainsi qu’à « analyser comment le sens se produit en interaction avec différents paramètres comme la situation, les sujets, l’interdiscours, l’idéologie, le genre du discours et le type de texte ». Plus précisément, concernant le discours FN, nous nous inscrivons dans la lignée des travaux récents réalisés dans une démarche à la fois quantitative et qualitative tels que ceux en analyse de discours française (Mayaffre 2012 ; Alduy et Wahnich 2015 ; Baider et Constantinou 2015, 2017), ainsi que ceux menés dans la tradition anglosaxonne de la Critical Discourse Analysis (Wodak et al. 2009, par exemple).

2La loi du 29 juillet 1881 concernant la liberté de la presse condamne toute provocation « à la discrimination, à la haine ou à la violence » (chapitre 4, article 24) ainsi que tout acte diffamatoire (article 29). Jean-Marie Le Pen a été condamné à 18 reprises pour le contenu de ses propos (apologie de crimes de guerre, provocation à la haine raciale, diffamation)2 et Marine Le Pen une fois pour diffamation en 2008.

3Par ailleurs, faisant suite à des propos soutenus en 2010 sur la comparaison entre l’occupation nazie et les prières de rue des musulmans, elle a été jugée pour incitation à la haine mais se trouve relaxée en 2015 par le tribunal correctionnel de Lyon3.

  • 4 Nous attachant exclusivement aux discours de Jean-Marie et Marine Le Pen, nous privilégions l’adjec (...)
  • 5 L’archive vidéo est disponible à l’adresse URL suivante : https://www.ina.fr/video/I00005232

4Dans la perspective d’un discours fondé sur la « haine dissimulée », on soulignera l’importance du phénomène néologique, souligné par plusieurs linguistes comme fondamental dans le discours lepénien4. Un article de Sablayrolles (2016) consacré au néologisme politique considère JMLP comme un « créateur prolixe » dans le domaine (2016 : 279). Repéré dans cet article (ibid. : 280), le néologisme « sidaïque » introduira notre étude parce qu’il a été étiqueté par des linguistes et des journalistes comme étant un support discursif de haine, sans faire l’objet de procès. En effet, partant de l’article de Cans (1988), qui parle d’« équation maléfique », Tournier (ibid. : 231-232) explique que ce nouveau terme est « antiphilologique » en ce qu’« en français aucune base à finale en a n’a été de manière naturelle suffixée en aïque », ce qui le fait conclure que cette « malformation » révèle d’autres « raisons qu’une simple volonté de dénomination scientifique […]. Né cousin immédiat de judaïque, le mot sidaïque est tordu de naissance par des connotations antisémites ». Le 6 mai 1987, lors de l’émission « L’Heure de vérité », Jean-Marie Le Pen utilise effectivement ce néologisme dans un contexte discursif discriminant en recommandant un « dépistage systématique des gens qui rentrent dans notre pays » ainsi qu’un isolement systématique des malades5. L’acte de (re)nomination peut donc servir une idéologie, porter un message haineux comme cette volonté de retrancher une partie de la population, et enfin imposer la haine dans la conscience collective. C’est face à ce constat que nous avons souhaité croiser haine et néologisme.

5La statistique occurrentielle (fondée sur l’étude de la fréquence d’un mot depuis Guiraud 1960) repère, par ailleurs, le néologisme comme étant caractéristique du discours lepénien (voir infra). Partant, notre propos sera de poser l’hypothèse que cette tendance n’est pas l’objet d’un hasard, et que le néologisme sert un propos politique et qu’il peut être considéré, le cas échéant, comme un support discursif de haine explicite ou de haine dissimulée. Ce phénomène linguistique permettrait d’une part, au locuteur.rice FN de se re-positionner sur la scène politique en tenant un discours systématiquement présenté comme non institutionnel, et d’autre part de faire émerger des propos haineux. Ce qui nous intéresse effectivement ici, c’est la raison pour laquelle certains néologismes lepéniens et leur contexte n’ont jamais fait l’objet de procès. La haine est-elle suffisamment dissimulée ou bien est-elle banalisée, dans notre société, selon la forme qu’elle prend ? Pour répondre à ces questionnements, l’enjeu de notre article sera d’examiner le continuum dans lequel s’inscrivent les néologismes lepéniens. D’une étude plus centrée sur la disqualification « institutionnelle » avec le néologisme « UMPS », notre article évoluera vers la disqualification insultante avec « RPS », et vers les néologismes discriminants, tels que « immigration-invasion » et « immigrationnisme », afin d’interroger la place que la politique institutionnelle laisse aujourd’hui à la haine.

1. Cadre théorique, corpus et méthode

1.1. Cadre théorique sur le néologisme

6Parmi les divers travaux sur l’acte de nommer, nous nous rapprochons des approches développées en sémantique lexicale et en praxématique. Les concepts de nomination, de dénomination, de renomination et de néologisme y sont essentiels. Selon Kleiber – dont les recherches sont fondatrices dans le domaine – la « dénomination doit être envisagée comme une relation entre une expression linguistique x et un ou des éléments […] de la réalité x » (2001 : 23). Parallèlement, la praxématique considère la nomination comme un acte de catégorisation simultanément linguistique et sociale qui implique une prise de position de la part du locuteur au sein d’une communauté discursive (Détrie et al. 2001 : 205). Pour l’étudier, les praxématicien.ne.s la corrèlent systématiquement au concept de dialogisme : « la dialogisation discursive est inhérente à la catégorisation, et à l’expression d’un point de vue qu’implique toute actualisation lexicale » (ibid. p. 86). Dans la même lignée, nous considérons que la création lexicale est dialogique : si nommer « c’est déjà prédiquer sur ce qui est catégorisé en disant que cela existe » (ibid. p. 207), renommer c’est pointer qu’on se distancie des dénominations de l’autre dans son discours. Si comme le soulignent Charaudeau et Maingueneau (2002 : 401), en reprenant la formule d’Authier-Revuz (1995), le néologisme « fait partie des mots “qui ne vont pas de soi” », néologiser par composition ou affixation requiert une reprise de mots qui font partie de la mémoire discursive des auditeur.rice.s. Concrètement notre approche dialogique traversera nos analyses sur le néologisme partant du postulat que le néologisme politique dit implicitement « je nomme autrement que X ».

7Dans le domaine de la sémantique lexicale, Mejri et Sablayrolles (2011 : 4) distinguent quatre critères du néologisme : a) « l’apparition récente du mot dans le lexique », b) « l’absence du mot dans le dictionnaire », c) « l’instabilité formelle et sémantique du mot », ainsi que d) « la perception du caractère de nouveauté par les locuteurs ».

8Conjointement, Sablayrolles (2007) décrit plusieurs types de néologismes et cette distinction repose sur ses conditions d’émergence. Il distingue, par exemple, le néologisme par renomination sans nouveau signifiant du néologisme de nomination avec nouveau signifiant. Le premier est défi comme un « cas de renomination sans nouveautés objectives » (2007 : 89) et le second est considéré comme « la conséquence de la conscience d’une inadéquation et de la recherche d’exactitude » (ibid.). Elle peut être suivie de commentaires métalinguistiques ou d’une définition faisant office d’« acte de baptême » (ibid.).

1.2. Description du corpus et de la méthode suivie

  • 6 http://hyperbase.unice.fr/hyperbase/
  • 7 Soit aux discours des deux présidents successifs du parti : ceux de JMLP (2000-2010) et ceux de MLP (...)
  • 8 Cette base intitulée Campagne2007, sur la version web du logiciel, contraste le discours de Jean- M (...)
  • 9 Cette base intitulée Campagne2012 contraste le discours de Marine Le Pen avec ceux de Nicolas Sarko (...)
  • 10 Cette base intitulée Campagne2017 contraste le discours de Marine Le Pen avec ceux de François Fill (...)

9Notre corpus a été constitué de façon à répondre aux problématiques linguistiques d’une part, et aux exigences du traitement lexicométrique d’autre part (soit l’exigence de représentativité, d’homogénéité, de contrastivité et de clôture). L’objectif principal est d’apporter un éclairage sur le discours politique du FN à travers l’usage du néologisme par ses dirigeant.e.s. Ce corpus se divise en quatre bases de données disponibles sur la version web du logiciel Hyperbase, développé par le laboratoire Bases, Corpus, Langage (UMR 7320)6. La première base comprend les discours lepéniens sur l’intervalle 2000-20177 et les trois autres bases contrastent le discours lepénien à ceux de leurs concurrents lors des campagnes présidentielles françaises de 20078, 20129 et 201710. Afin de répondre aux critères de représentativité et d’homogénéité, ces bases contiennent conjointement plus de trois millions d’occurrences et comprennent différents genres discursifs (déclarations, conférences, débats, interviews, communiqués de presse, lettres).

  • 11 Et plus précisément dans la campagne présidentielle de 2012. En effet, la fonction SPÉCIFICITÉS sur (...)

10Notre démarche herméneutique – en ce qu’elle « reconnaît comme constitutive la détermination du local par le global » (Rastier 2011 : 31) – permet de passer des méthodes quantitatives aux analyses qualitatives. Méthodologiquement, cet article se positionne au croisement des statistiques et de la linguSistique (déclinée sur le plan sémantique, praxématique et pragmatico-énonciatif). La statistique occurrentielle a révélé la présence du néologisme « UMPS » dans les spécificités11 ainsi que la surexploitation de substantifs en -isme, comme l’indique le tableau ci-dessous :

Tableau 1 : Spécificités des substantifs en -isme et -iste

Tableau 1 : Spécificités des substantifs en -isme et -iste
  • 12 Ce que la communauté de statistique textuelle appelle également KWIC (Key Word In Context).

11L’étude en amont de cette liste de substantifs en -isme a révélé la présence de nombreux néologismes dans notre corpus. Parallèlement, la statistique co-occurrentielle (co-présence statistiquement significative d’au moins deux mots dans une même fenêtre textuelle, Mayaffre 2014, Blumenthal 2002) a révélé le néologisme « immigration-invasion » traversant le discours de Jean-Marie Le Pen sur l’intervalle 2000-2010. Notre propos sera dans un premier temps d’analyser ces néologismes en co-texte via cette statistique co-occurrentielle12, quand les résultats sont probants, pour suivre dans un second temps une méthode analytique consistant à étudier chaque néologisme selon cinq angles d’approche. En effet, nous partageons la vision praxématicienne qui stipule que

la néologie ne saurait être envisagée sous le seul angle […] lexicographique des unités codées en langue. Elle doit aussi légitimement être considérée dans la dynamique de l’acte de parole qui la réalise. Elle est en effet une forme novatrice de nomination – dont les motivations et le processus ne peuvent être saisis qu’à travers les rapports de l’énonciation aux contextes praxique, historique, social, interdiscursif et interactionnel d’émergence. (Détrie et al. 2001 : 202).

12Les néologismes seront donc étudiés du point de vue morphologique (en décrivant le support discursif sur lequel il se manifeste), sémantique (production de sens), énonciatif (positionnements du locuteur face au néologisme, ethos), pragmatique en examinant leur rôle argumentatif dans le discours et enfin du point de vue dialogique (interlocutif et intralocutif, via les marqueurs métalinguistiques par exemple). Ces analyses linguistiques seront toujours traversées par nos questionnements principaux : renommer, dans le discours du FN, pour quoi faire ? Quelle est la relation qu’y entretient le phénomène néologique avec la haine ?

2. Néologismes au croisement de la disqualification et de la haine

2.1. UMPS : de la disqualification…

13Morphologiquement, « UMPS » est un mot-valise néologique qui respecte le critère de la « troncation à leur point de rencontre » (Bonhomme 2009 : 103) entre les sigles des partis UMP et PS. En exposant l’affaiblissement de la dissemblance entre les deux forces politiques traditionnelles, « UMPS » a pour visée de disqualifier les adversaires du FN, en les unifiant et plus globalement en mettant en relief l’unicité sous-jacente du système qui illusionne avec des nominations différentes.

  • 13 La co-présence du nuage de mots et du tableau d’occurrences répond à un critère de lisibilité. C’es (...)

14Notre approche de ce néologisme s’ouvre avec la statistique co-occurrentielle, partant du postulat épistémologique que la co-occurrence représente la forme minimale du co-texte en affirmant effectivement d’après Guiraud (1960 : 19) que le sens d’un mot « se définit […] par la somme de ses emplois », c’est-à-dire par la somme de ses co-occurrents. Le tableau et le nuage de mots ci-dessous reflètent ainsi les 25 principaux substantifs lemmatisés co-occurrents du néologisme dans le corpus lepénien, sur l’intervalle 2000-201713.

Figure 1 : Profil co-occurrentiel du néologisme « UMPS »

Figure 1 : Profil co-occurrentiel du néologisme « UMPS »

Tableau 2 : Profil co-occurrentiel du néologisme « UMPS »

Tableau 2 : Profil co-occurrentiel du néologisme « UMPS »

15Le substantif « système » est un des co-occurrents les plus spécifiques du néologisme avec un indice de spécificité évalué à +19,89. S’ensuit comme très régulièrement dans le discours FN un double lexique dont l’un renvoie à la critique des opposants avec les termes « candidat » (+19,51), « banque » (+19,65) dont les « promesse[s] » (+14,31) ne sont que des « mensonge[s] » (+11,04), en somme une « illusion » (+11,93). Parallèlement, le profil co-occurrentiel renvoie à l’idéologie du parti FN qui repose sur le « protectionnisme » (+13,66), sur la « souveraineté » (+18,85) de la « nation » (+13,75), représenté par le « rassemblement » (+37,58) national.

16« UMPS » apparaît pour la première fois le 30 août 2002 dans une déclaration publique de JMLP faisant écho au changement de nom du parti politique de droite en France (le RPR devient l’UMP). « UMPS » est un néologisme de nomination mais se présente dès son apparition comme un néologisme de renomination, c’est-à-dire que les locuteur.rices FN le présentent comme un terme renvoyant à une réalité déjà là. L’idée est de prouver par l’invention d’un nouveau mot que les deux partis se partagent déjà le pouvoir. Progressivement dans notre corpus, le terme ne se présente même plus comme un néologisme de renomination mais comme un terme dont l’usage est admis – notamment parce qu’il a fait l’objet d’une circulation dans la presse. En effet, de 2002 à 2015, les commentaires métalinguistiques, visant à le présenter explicitement comme un néologisme, s’amenuisent voire disparaissent. Il est néanmoins toujours question d’hybridation comme l’atteste le réseau sémantique ci-dessous référant au mythe « de la bête à deux visages » :

  • 14 Souligné par nous. Dans les exemples, les néologismes apparaissent en gras et en majuscule et leurs (...)

(1) « Chacun aura remarqué que face à la montée irrésistible de nos idées, face à une réalité qui vient chaque jour confirmer nos analyses, le Système, la bête à deux visages au nom étrange et inquiétant d’UMPS14 s’applique de plus en plus à nous singer. Ne pouvant plus continuer à nier l’évidence, ne pouvant plus longtemps défier la réalité qui fâche, les socio-libéraux de droite comme les libéro-sociaux de gauche feignent de rallier nos vues. » (Déclaration de Jean-Marie Le Pen, le 20 septembre 2006 à Valmy).

17Le terme « UMPS » s’inscrit dans la description des différences qui opposent le parti FN au système. Cette description critique l’incohérence discursive des opposant.e.s de JMLP dont les thèmes se rapprocheraient de ceux du FN dans la seule et unique visée électorale. Sur le plan de la production du sens, l’expansion « la bête à deux visages au nom étrange et inquiétant d’UMPS » animalise voire diabolise le système et le re-baptise du sigle-valise hybride « UMPS ». Parallèlement, la distance énonciative opère d’une part sur la formule introductive généralisante et objectivante « chacun aura remarqué » et d’autre part sur le syntagme « au nom étrange et inquiétant » qui dissimule l’acte de nommer en sous-tendant que le nom est déjà établi. L’ensemble de l’extrait vise à brouiller le connu, à renverser les normes qui font [trop] consensus. En effet, à travers le syntagme « les socio-libéraux de droite comme les libéro-sociaux de gauche », les items qui créent le parallélisme formel prennent en contexte une relation d’égalité. Sur le plan pragmatique, le message est simple : les adversaires du FN ne font qu’un, sous des masques différents. Ils n’ont pas de programme et leurs stratégies pour le simuler se résument au camouflage et au mimétisme du programme FN. Ainsi, l’effet pragmatique est de conduire les locuteur.rice.s à suivre le locuteur FN qui se distingue des autres par sa cohérence thématique sur le long terme.

18« UMPS » réunit donc les deux principaux adversaires du parti FN, dans la finalité de créer une seule frontière dans la sphère politique actuelle, celle qui oppose le système au parti frontiste. S’il est usuel de sélectionner ses ennemis pour trouver sa place dans la sphère politique, il semble également institutionnel de les disqualifier.

2.2. RPS : … à la haine dissimulée

19Le FN a réussi un coup de force sémantique avec « UMPS », puisqu’avec l’avènement d’« RPS » (réunissant le sigle du parti Les Républicains à ceux du Parti Socialiste), le signifié n’est plus à débattre. En effet, ce néologisme vise à adapter le signifié, déjà admis avec « UMPS », au signifiant. Notons aussi qu’« RPS » va plus loin dans la disqualification puisque sa visée est insultante. Il désigne les adversaires non plus comme une forme bestiale mais comme une maladie sociétale. Ce mot-valise « RPS » est un emprunt à Florian Philippot qui inaugure, via Twitter, cette formule le 30 mai 2015 à l’occasion du changement de nom de l’UMP : « Bienvenue à l’RPS ! Ça gratte, ça démange, c’est mauvais pour la France. #Herpès ». Décrit explicitement dans son tweet, le mot-valise de Florian Philippot fonctionne bien s’il est prononcé comme le substantif herpès, désignant une maladie virale contagieuse.

(2) « Avec le PS et l’UMP, nous avons affaire à deux clans d’une même mafia politique qui s’appelle l’UMPS et avec le changement de nom en les Républicains s’appellent aujourd’hui RPS et, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je n’en ai pas envie pour la France ». (Déclaration de Marine Le Pen, le 10 décembre 2015, à Paris).

20Si c’est le contexte d’« UMPS » qui est disqualifi « RPS » porte en lui la visée insultante en soutenant l’analogie [mes adversaires = une maladie]. La locutrice savoure ainsi son néologisme sur un ton piquant d’autant plus qu’elle est contrainte de le faire. Les deux partis nommés clans appartiennent à la même mafia et l’adaptation du signifiant au signifié est dissimulée par l’usage du verbe pronominal « s’appelle », glosable par « qui s’autodésigne ». Ainsi, MLP prête ironiquement aux Républicains la responsabilité de leur changement de nom la contraignant ainsi à créer ce néologisme. Rosier (2012 : 4-5) décrit d’ailleurs un paradigme important concernant l’insulte, celui d’être un « marqueur de maîtrise langagière » :

Bien insulter, c’est faire montre d’un savoir langagier (connaître du vocabulaire), rhétorique (clouer le bec de l’adversaire, faire mouche) et pragmatique (insulter au bon moment et à bon escient). […]. L’insulte apparaît alors comme un procédé rhétorique, dans un contexte en tension, qui rompt avec une politesse verbale […]. Mieux encore, elle peut être « une insolence » au sens où l’entend Michel Meyer (1998), salvatrice et bienvenue, dans une société policée. (ibid.)

21C’est bien ici que se loge le néologisme « RPS » à travers lequel la locutrice vise pragmatiquement à renvoyer l’image de la seule politique qui ose piquer la société trop policée, fervente du politiquement correct.

22Avec « UMPS » et « RPS », JMLP et MLP réussissent à créer de nouveaux référents discursifs en argumentant qu’il s’agit d’une renomination. Ces néologismes ne se contentent pas de pallier une lacune de la langue face à de nouveaux référents. La stratégie néologique des Le Pen répond plutôt à un besoin de création de nouveaux référents, et plus particulièrement d’un nouveau référent : l’ennemi polymorphe. Par conséquent nous pouvons désormais poser que la stratégie néologique répond localement à une stratégie plus générale dans la nomination de l’autre : tous les autres sont toujours leurs ennemis, et nommer ou renommer l’ennemi c’est aussi lui donner son identité et donc prendre le contrôle de sa définition, de son idéologie, de ses actions, etc. Dans ces exemples, il s’agit bien de se construire un ennemi pour mieux exister et de se construire un discours radicalement neuf face aux discours usés des autres, autrement dit, de faire passer en coup de force un néologisme en justifiant que la nouveauté ne se présente qu’au niveau de la forme puisque le sens est déjà là. Ces deux néologismes ont donc pour finalité de nommer les choses, de laisser une trace dans le vocabulaire commun en s’imposant au-delà du discours FN. Ce positionnement fonctionne grâce à la frontière, notamment créée par le biais des néologismes, qui oppose le FN, représentant du « peuple français » à l’UMPS, puis l’RPS, représentant du système « mondialiste » et « immigrationniste ». En introduction, nous avons utilisé la notion de continuum pour décrire le système néologique lepénien. En effet, si la visée est surtout disqualifiante avec « UMPS » et insultante avec « RPS », ces néologismes balisent le terrain discursif en vue de l’avènement idéologique discriminant sur l’immigration.

3. Immigration-invasion et immigrationnisme : vers une haine institutionnalisée ?

3.1. Immigration-invasion : De la polémique autour du signe…

23Le discours lepénien sur l’immigration, discriminant en ce qu’il crée et oppose deux communautés d’individus entre elles, soit les Français et les immigrés, et qu’il appelle explicitement à en exclure la seconde communauté, a déjà fait l’objet de plaintes judiciaires15.

24JMLP reprend à l’extrême droite conspirationniste la thèse du « grand remplacement » telle que décrite par Renaud Camus, en affirmant que « l’immigration de peuplement » est la solution trouvée par les dirigeant.e.s pour répondre à la crise démographique (le substantif « peuplement » est évalué comme un co-occurrent proche du terme « immigration », avec un indice de spécificité élevé à +20,58). Dans le discours de JMLP, l’immigration a pour finalité de se substituer à la population actuelle (voir ex. 5) et se fait au moyen de « l’invasion ». La statistique co-occurrentielle a également révélé que le terme « invasion » ne concerne que la thématique de l’immigration (chez JMLP) : l’adjectif « migratoire » est calculé comme étant son co-occurrent le plus spécifique (+8,54).

25Selon la typologie proposée par Sablayrolles (2007), « immigration-invasion » est un néologisme de nomination par composition qui se fait par la présence du tiret reliant les deux termes. Par la création de ce mot composé, il y a attraction homophonique par la présence du phonème [a] et la fi e en [jõ] et attraction sémantique grâce au sème commun entrer dans (DHLF : 1259 ; 1875). Aussi, ces deux substantifs ont-ils été créés par dérivation : aux verbes migrare – désignant en latin s’en aller d’un endroit, partir – et à vadere – signifi marcher, aller, s’avancer – ont été ajoutés le préfixe in et le suffixe ion (servant à former des noms). La création de ce néologisme fait sens hors contexte et sa motivation sémantico-référentielle se justifie en ce que cette alliance lexicale porte en elle la réception polémique qu’elle va engendrer, soit le débat opposant ceux qui assertent qu’il faut bien dire les choses comme elles sont, non comme on nous les présente, et ceux qui refusent ces façons de les présenter.

  • 16 Nous soulignons dans ces trois citations.

(3) « Les partis de la Bande des Quatre16 sont convenus d’appliquer les consignes du B’Mai Brith pour bâillonner le Front National, avocat du peuple et voix de la Nation. Les médias font de même et organisent le silence autour de ses activités […]. Chirac et Jospin ont même été, à la veille des élections régionales jusqu’à lancer du haut du perron de leurs palais officiels, l’anathème emprunté au MRAP communiste : racistes, xénophobes et antisémites. À la vérité, tout cela ne vise qu’à interdire au peuple français d’entendre les vérités relatives à L’IMMIGRATION-INVASION. Par une démarche parallèle, ce sont les pompiers et les médecins qu’on caillasse dans les banlieues. Le peuple doit mettre en échec ces manœuvres qui visent à le priver de sa liberté de choix en votant massivement pour ceux qui le défendent à tout risque. Il doit profiter des prochaines consultations pour renvoyer chez eux, tous les politiciens qui depuis 25, ans le trompent et le trahissent […]. » (Déclaration de Jean-Marie Le Pen, le 1er, mai 2001 à Paris).

(4) « […] l’immigration massive que nous dénonçons inlassablement depuis 30, ans et qui nous vaut l’injuste réputation d’être racistes et xénophobes, alors que nous ne sommes que patriotes et francophiles, est aujourd’hui la menace la plus grave qui pèse sur notre avenir. […] les politiciens ont fait pendant 30 ans exactement l’inverse de ce qu’il fallait faire. Je les accuse d’avoir été les complices d’une substitution délibérée de population et d’un véritable crime contre la Nation et le Peuple français. La situation, qui de préoccupante est devenue inquiétante, va évoluer de façon irréversible s’il n’y est pas donné de coup d’arrêt en 2002. Après, il sera trop tard. Car, et les deux phénomènes sont liés, si la menace extérieure, c’est l’Europe fédérale et la perte de souveraineté, la menace intérieure c’est L’IMMIGRATION-INVASION. » (Déclaration de Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2001 à Paris).

(5) « À la vérité, la lâcheté de l’établissement dirigeant n’a pas de limites : moi, j’ose dire que les problèmes de voitures brûlées, les problèmes d’insécurité en général, les problèmes d’engorgement immobilier et hospitalier, les difficultés budgétaires chroniques ne ressortissent essentiellement qu’à un seul problème fondamental, celui d’une IMMIGRATION-INVASION, coûteuse, prédatrice et destructrice de nos grands équilibres nationaux. » (Conférence de presse de Jean-Marie Le Pen, le 16 janvier 2009 à Lyon).

26Les occurrences (3) et (4) se manifestent à la fin du discours du 1er mai 2001 qui se clôt sur la vision lepénienne de l’immigration vs celle des « partis de la Bande des Quatre ». Le contexte sémantique fait des partis et des médias un système censurant le FN. JMLP commence donc par dénoncer cette censure politique faisant de lui une victime, afin que l’auditeur.rice s’interroge sur la raison de ces faits. La question est implicite, et la réponse explicite porte le néologisme : « À la vérité, tout cela ne vise qu’à interdire au peuple français d’entendre les vérités relatives à l’immigration-invasion ». L’ethos du locuteur est d’emblée posé : il s’agit du véritable analyste, victime du système. Au niveau de la production du sens, le locuteur affirme bien que la vérité se loge dans ce que révèle sémantiquement le néologisme « immigration-invasion ». Notons d’ailleurs que les occurrences (4) et (5) sont actualisées par un article défini en emploi de notoriété, rendant le référent unique dans sa catégorie. Sémantiquement, c’est comme si le locuteur parlait de la lune ou du soleil, il n’a pas besoin d’expliquer l’immigration dont il est question : il n’y a plus qu’une seule immigration en France, celle qui fait invasion. Et c’est cette vérité qui est cachée, interdite de prononcer. Dans ce contexte discursif, JMLP renvoie à l’ethos de l’analyste qui ose dire les choses telles qu’elles sont – explicitement amené en (5) par le commentaire métalinguistique « moi j’ose dire ».

27Dans ces trois exemples, l’effet illocutoire est de dénoncer les tabous, voire les mensonges à l’œuvre dans l’ensemble des discours politiques contemporains, attisant ainsi la colère, voire la haine des auditeur.rice.s contre les adversaires du locuteur, mais pas seulement. En effet, deux niveaux d’analyse cohabitent ici. En (4), JMLP anticipe la critique idéologique en refusant les étiquettes de « raciste » et « xénophobe » pour se rebaptiser « patriote » et « francophile ». Il reprend ensuite la thèse du grand remplacement en renommant ce phénomène « crime contre la nation » détournant de son sens la dénomination de « crime contre l’humanité ». En réalité ici, c’est l’ensemble du déroulement argumentatif qui œuvre pour l’instauration de l’idéologie haineuse. Les trois exemples sous-tendent deux niveaux sur la production du sens. Si le discours demande explicitement aux auditeur.rice.s d’exclure du pouvoir les adversaires de JMLP (le peuple doit « renvoyer chez eux » (3) les responsables d’« un véritable crime contre la Nation et le peuple français » (4)), il sous-tend également une haine dissimulée portée non plus seulement contre les responsables et le phénomène migratoire mais également contre les individus immigrés. Ce discours implicite se loge dans l’ensemble des associations. En (4), JMLP relie explicitement les termes « menace » et « immigration » et crée en (5) une relation de finalité entre les divers problèmes que subissent les Français et le phénomène migratoire. Il y a bien une double critique, un double ennemi. Si JMLP est la victime des responsables politiques, les Français sont les victimes de ces responsables mais aussi des référents auxquels renvoie le « on » dans la comparaison : « Par une démarche parallèle, ce sont les pompiers et les médecins qu’on caillasse dans les banlieues ». Si cette critique est double, comment ne pas voir à travers la disqualification banalisée des adversaires politiques une incitation à exclure les immigrés et donc à produire un discours haineux ?

3.2. Immigrationnisme : … vers un consensus autour du signifié

  • 17 Le contraste se fait donc dans chaque campagne par rapport aux autres candidats de l’élection.

28Conformément à notre volonté de décrire le système néologique lepénien et grâce à la recherche morphémique axée sur les préfixes et suffixes, rendue possible dans la version d’Hyperbase, nous avons repéré une sur-utilisation de ces suffixes en -isme et en -iste(s) sur chaque campagne17 parmi lesquels se logent plusieurs néologismes comme les termes « immigrationnisme » et « immigrationniste ». Ces termes néologiques avaient déjà été repérés par Alice Krieg-Planque (1999) puis par Fabienne Baider et Maria Constantinou (2017) comme étant des néologismes typiques du discours d’extrême droite. Dans quel contexte se manifestent ces néologismes ? Si la critique porte non plus sur l’action comme le sous-tendait le néologisme « immigration-invasion » mais sur l’idéologie, quel est le signifié porté par « immigrationnisme » ?

29Le suffixe en -isme « implique une prise de position, théorique ou pratique, en faveur de la réalité ou de la notion que dénote la base » (TLF) et, dans certaines conditions du discours, érige le dérivé en doctrine, système ou croyance, souvent avec une connotation péjorative. Aussi, comme le souligne Boyer (1997 : 35, reprenant Calvet 1984 : 88), la suffixation a une « fonction identitaire ».

30Dans le contexte du paragraphe, sur la base consacrée aux discours lepéniens, le profil co-occurrentiel du lemme « immigrationniste » révèle que les principaux noms et adjectifs associés sont les termes « oligarchie » (+5,04), substantif auquel se rattache le plus souvent l’adjectif néologique, et le substantif idéologiquement opposé en contexte soit le terme « nation » (+12,36), ainsi que d’autres adjectifs en -iste : « mondialiste » (+6,48), « européiste » (+4,99), « féministe » (+4,45). Parallèlement, le néologisme « immigrationnisme » se trouve associé à d’autres idéologies critiquées avec les substantifs : « libre-échangisme » (+4,77), « mondialisme » (+4,24), « mercantilisme » (+3,69), parfois même sous la forme de néologisme avec « européisme » (+5,22), et se trouve enfin corrélé à l’adjectif « anti-national » (+3,36). Le néologisme renvoie à la « doctrine » (+3,2) du « gouvernement » (+4,37) ou plus globalement du « système » (+2,05), faisant « consensus » mais qui se révèle selon les locuteurs FN être une « utopie » (+2,93) et « suicidaire » (+3,18).

Figure 2 : profil co-occurrentiel du néologisme « immigrationnisme »

Figure 2 : profil co-occurrentiel du néologisme « immigrationnisme »

Les paramètres requis sont manquants ou erronés.

Tableau 3 : profil co-occurrentiel du néologisme « immigrationnisme »

31Notre analyse en contexte consistera à illustrer que les deux campagnes présidentielles sont le lieu d’un discours discriminant sur l’immigration. Nous commencerons par un extrait du 7 avril 2012 :

(6) « Je suis l’exception française dans cette élection ! Mes amis, c’est la nation, c’est la nation qui nous sortira de l’ornière mondialiste et IMMIGRATIONNISTE. […] ne faites pas confiance à ceux qui nous serinent depuis trente ans avec leurs vieilles recettes […] ! Non, la France n’est pas trop petite, […] non, croire en la France n’est pas vouloir se replier sur soi-même, […] c’est même tout le contraire […]. Les nations du monde lèvent la tête et nous, nous la baisserions ? Bien sûr, comme l’ont compris la plupart des peuples du monde, la nation est la seule voie, c’est la seule voie de l’espoir […]. » (Déclaration de Marine Le Pen, le 7 avril 2012 à Lyon).

32Dans ce discours, le néologisme « immigrationniste », associé à l’adjectif néologique « mondialiste », qualifie le syntagme nominal « l’ornière » dénonçant une politique de routine dramatique pour la France. En contexte, l’idéologie « immigrationniste » est opposée explicitement à la vision du monde lepénienne reposant sur la protection des « nations ». Pour faire accepter cette prise de position idéologique, MLP crée un contre-discours anticipant les critiques doxiques qui pourraient lui être opposées. Cette anticipation contre-discursive se loge dans les structures introduites par les énoncés gnomiques négatifs : « non la France n’est pas ». S’ensuit une question rhétorique, « les nations du monde lèvent la tête et […] nous la baisserions ? », à laquelle la locutrice répond via un connecteur visant le consensus « bien sûr » et un énoncé à valeur de vérité générale et absolue, « c’est la seule voie ». Dans ce discours, il s’agit de la dernière référence à l’immigration. Précédant cet extrait, la thématique a été abordée dans le cadre d’énumérations, traitant des grands thèmes du discours frontiste, faisant de l’immigration un problème parmi d’autres : « nous ne supportons plus le racket du peuple Français : banques, marchés financiers, Europe, fiscalité, gabegie, immigration, fraude sociale ! ». L’immigration se trouve très vite isolée comme étant une véritable menace, ce qui permet à MLP de décrire son programme politique :

« Les Français ont conquis un système de protection sociale généreux dans son principe, mais il est menacé, il est menacé par l’immigration […]. La France doit supprimer les pompes aspirantes […]. Je lutterai férocement contre les faux papiers […] ! Alors oui, effectivement, je créerai un secrétariat d’état à la lutte contre la fraude, parce que c’est vraiment scandaleux de voir que l’on est volé comme au coin d’un bois […], il fera contrôler les trains de vie suspects. » (ibid.)

33On retrouve chez MLP l’association reliant « menace » et « immigration ». Opposant parallèlement la relation qu’entretiennent les Français et les immigrés avec le système de protection sociale – les Français l’ont « conquis » quand les immigrés viennent l’« aspirer » – MLP crée bien un clivage entre deux groupes d’individus. Notons enfin le double sens que prend en contexte la comparaison « que l’on est volé comme au coin d’un bois ». Recentrer sur l’individu n’est jamais anodin et permet au locuteur FN de comparer les faits divers que peuvent subir les Français au « vol » plus global concernant les aides médicales. Le contexte qui parle de l’immigration renvoie à l’amalgame immigrés = voleurs comme le faisait déjà la comparaison de JMLP associant implicitement les délinquants aux immigrés.

34La visée du néologisme « immigrationnisme/immigrationniste » est de marquer l’opposition idéologique entre les deux partis politiques (l’UMPS et le FN). Et c’est ici aussi dans les diverses oppositions que se loge la stratégie discursive de haine dissimulée. Dissimulée parce qu’il n’est jamais explicitement dit de haïr telle communauté – jouant ainsi avec la frontière de la légalité. Prenons un énoncé du 1er mai 2012 : « Ils sont européistes et mondialistes, nous sommes nationaux et patriotes ! Ils sont contre la souveraineté nationale, nous sommes pour ! […] Ils sont immigrationnistes, pas nous ! ». Cet exemple porte le « carré idéologique » décrit par Van Dijk (2006 : 10) mettant en confrontation un EUX vs un NOUS à l’œuvre dans le discours d’exclusion. Et c’est bien ce que sous-tend sémantiquement l’extrait ci-dessus. Le FN oppose l’idée de « nation » portée par le « nous », à celle d’« immigration » portée par un « eux » renvoyant dans un premier temps aux oligarques. De même, le FN propose de substituer au « eux » référant aux immigrés soutenus par le système un « vous », celui des Français. Le néologisme se loge donc bien ici aussi dans une double opposition, dans un contexte discursif haineux.

35En 2017, ce double discours est toujours présent et tend à devenir un discours électoraliste :

(7) « La France n’a plus le goût des fausses alternances, […]. Gauche ! Droite ! Gauche ! Droite c’est le pas cadencé que le mondialisme, L’IMMIGRATIONNISME et le mercantilisme veulent vous faire adopter. Il nous conduit sur un tapis de roses vers l’abime ! » (Déclaration de Marine Le Pen, le 27 février 2017 à Nantes).

36Le néologisme « immigrationnisme » intervient en début de discours et s’inscrit dans une critique idéologique globale. Sur le plan sémantique, MLP connote négativement une politique d’ouverture à l’immigration en la rapprochant du syntagme

37« vers l’abime », soit vers une direction sans fond. Les responsables sont ici aussi les représentants de la gauche et de la droite, porteurs d’idéologies destructrices, et ceux qui en paient le prix sont les Français représentés par le pronom personnel « vous » objet de la périphrase verbale « vouloir faire adopter ». Cette position syntaxique représente le mépris des responsables pour les Français et MLP, en le dénonçant, se distancie énonciativement de cette position. Ici aussi le néologisme « immigrationnisme » est actualisé par un article défini en emploi de notoriété visant à le rendre consensuel.

38Si « immigration-invasion » et son contexte permettent à JMLP d’imposer une nouvelle idéologie, le discours sur l’immigration de MLP devient, quant à lui, un discours électoral : « sur tous les sujets relatifs à l’immigration ou la sécurité les Français sont d’accord avec nous jusqu’à 80 %. […] pourtant, cette adhésion ne se traduit pas toujours encore en intention de vote » (ibid.). Ce constat qui distingue la visée même des discours lepéniens rejoint les réflexions de Baider et Constantinou (2015 : 17). En effet, leur travail a notamment montré que le discours de JMLP visait plus à présenter le discours FN comme un discours hors du système, quand le discours de MLP vise à devenir un discours électoral.

39Si le discours du FN sur l’immigration a déjà fait l’objet de condamnations pour certains propos de JMLP, il ne fait que très peu polémique avec MLP, surtout durant la dernière campagne présidentielle qui, entendant combattre le terrorisme, a banalisé l’amalgame immigrés = terroristes. Cette présidentielle de 2017 avait néanmoins donné lieu à une poursuite judiciaire à l’encontre du candidat Nicolas Dupont-Aignan qui avait déclaré dans un tweet : « En 2016, les socialistes compensent la baisse de natalité par l’invasion migratoire. Le changement de population, c’est maintenant ! ». À l’audience, le procureur avait dénoncé une reprise de la « théorie complotiste et raciste née dans les tréfonds de l’extrême droite française », soit la thèse du « grand remplacement » de Renaud Camus18. Si le signe « invasion migratoire » avait donc fait l’objet du procès, Nicolas Dupont-Aignan a finalement été relaxé « sur le fond »19. Le néologisme « immigrationnisme » a également circulé dans le discours médiatique et scientifique, comme par exemple dans le titre choisi par P-A. Taguieff, pour un article publié en 2006 dans Le Figaro : « l’immigrationnisme, dernière utopie des bien-pensants ». Les associations discriminantes ne font donc pas toujours polémique et restent très peu condamnées dans les faits. Ce constat sera peut-être remis en question puisqu’au moment où s’achève cet article surgissent de nouveaux débats faisant suite aux attentats du 15 mars 2019 en Nouvelle-Zélande. Nous pouvons en effet nous demander si ces discussions ne permettront pas de condamner de manière plus systématique les propos discriminants jusqu’alors souvent traités juridiquement hors du cadre du discours de haine.

Conclusion

40Le cadre juridique actuel proscrit les propos haineux et discriminants mais reste faillible en ce que la haine discursive reste difficilement condamnable dans les faits. La dissimulation par le biais d’associations implicites ou explicites représente aujourd’hui un moyen discursif pour y échapper, et le Front National a su s’en saisir. Dans le cadre de notre étude, le phénomène néologique représente bien un indicateur, un marqueur de ce contexte discursif discriminant, voire haineux puisqu’il intervient toujours dans la critique d’un parti, d’un système, d’une communauté, d’un phénomène ou d’une idéologie. En somme, le néologisme lepénien sert à dénoncer une réalité jamais nommée dans les autres discours politiques. À travers le continuum consacré aux différentes visées pragmatiques des néologismes, nous avons observé que ces visées cheminent de la disqualification vers l’insulte pour aboutir à la discrimination ou à la haine. Face à ces résultats, nous considérons qu’un élargissement de cette étude du système néologique lepénien à la circulation de certains néologismes dans le discours politique contemporain pourrait être intéressant à effectuer.

Haut de page

Bibliographie

ALDUY C., WAHNICH S., (2015), Marine Le Pen prise aux mots. Paris : Seuil.

AUTHIER-REVUZ J., (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Paris : Larousse.

BAIDER F., (2015), « La parole inversée ? Marine Le Pen et son identité-ressource langagière », Nouvelles perspectives en Sciences Sociales, 11 (1), 217-252.

BAIDER F., CONSTANTINOU M., (2015), « Jean-Marie Le Pen vs. Marine Le Pen : un ‘ethos émotif’ différent ? », Studia Romanica Posnaniensia, 42 (4), 3-19.

BAIDER F., CONSTANTINOU M., (2017), « Europe and the Front National Stance : Shifting the Blame » in Karner C., Kopytowska M. (dir.), National Identity and Europe in Times of Crisis. Bingley : Emerald Publishing, 113-135.

BLUMENTHAL P., (2002), « Profil combinatoire des noms. Synonymie distinctive et analyse contrastive », Zeitschriftfür Französische Sprache und Literatur, 112, 115-138.

BONHOMME M., (2009), « Mot-valise et remodelage des frontières lexicales », Cahiers de praxématique, 53, 99-120.

BOYER H., (1997), « Le statut de la suffixation en -os », Langue Française, 114, 35-40. CALVET J-L., (1994), L’Argot. Paris : Presses Universitaires de France.

CANS R., « Sidatique », Le Monde, 3 février 1988.

CHARAUDEAU P., MAINGUENEAU D., (2002), Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil.

DÉTRIE C., SIBLOT P., VERINE B., (2001), Termes et concepts pour l’analyse du discours. Paris : Champion.

GUIRAUD P., (1960), Problèmes et méthodes de la statistique linguistique. Paris : Larousse.

KLEIBER G., (2001), « Remarques sur la dénomination », Cahiers de praxématique, 36, 21-41.

KRIEG-PLANQUE A., (1999), « Vacance argumentative : l’usage de (sic) dans la presse d’extrême droite contemporaine », Mots, 58, 11-34.

MAYAFFRE D., (2012), Le Discours présidentiel sous la Ve République. Paris : Presses de Sciences Po.

MAYAFFRE D., (2014), « Plaidoyer en faveur de l’Analyse de Données Co(n)Textuelles. Parcours cooccurrentiels dans le discours présidentiel français (1958-2014) », in Née E., Daube J-M., Valette M., Fleury S. (dir), JADT 2014, 15-32.

MEJRI S., SABLAYROLLES J-F., (2011), « Présentation : néologie, nouveaux modèles théoriques et NTIC », Langages, 183, 3-9.

RASTIER F., (2011), La Mesure et le Grain. Paris : Champion.

ROSIER L., (2012), « Introduction », Argumentation et Analyse du Discours, 8, [en ligne] : http://journals.openedition.org/aad/1321

SABLAYROLLES J.-F., (2007), « Nomination, dénomination et néologie : intersection et différences symétriques », Neologica, 1, 87-99.

SABLAYROLLES J.-F., (2016), « Les néologismes du domaine politique », in Jacquet-Pfau C., Sablayrolles J-F. (dir), La Fabrique des mots français. Limoges : Lambert-Lucas, 279-293.

TAGUIEFF P-A., « L’immigrationnisme, dernière utopie des bien-pensants », Le Figaro, 9 mai 2006.

TOURNIER M., (1988), « Sidaïque. Philologie ou analogie ? », Mots, 17, 231-233. VAN DIJK T-A. (2006), « Politique, Idéologie et Discours », Semen, 21.

WODAK R., DE CILLIA R., REISIGL M., LIEBHART K., (2009), The Discursive Construction of National Identity, Edinburgh : Edinburgh University Press.

Haut de page

Notes

1 Notre étude recouvre l’intervalle 2000-2017, soit avant le changement de nom officiel du parti (le 1er juin 2018). Par conséquent, nous avons choisi de conserver la dénomination Front National dans cet article.

2 https://blogs.mediapart.fr/pessoa13/blog/050612/les-condamantions-et-mises-en-examen-du-front- national-et-de-ses-membres ; consulté le 2 février 2019. Source : Réseau No pasaran. Eddy Trivulce.

3 https://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-relaxee-apres-avoir-compare-les-prieres-de-rue-a-l-occupation-7780863026 ; consulté le 13 mars 2019. Rédaction numérique de RTL.

4 Nous attachant exclusivement aux discours de Jean-Marie et Marine Le Pen, nous privilégions l’adjectif de relation « lepénien[s] » signifiant « de[s] Le Pen ».

5 L’archive vidéo est disponible à l’adresse URL suivante : https://www.ina.fr/video/I00005232

6 http://hyperbase.unice.fr/hyperbase/

7 Soit aux discours des deux présidents successifs du parti : ceux de JMLP (2000-2010) et ceux de MLP (2011-2017). Cette base de données intitulée DiscoursLePen est accessible via l’URL ci-dessus, dans la bibliothèque des bases existantes.

8 Cette base intitulée Campagne2007, sur la version web du logiciel, contraste le discours de Jean- Marie Le Pen avec les discours de Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Ségolène Royal et Marie- George Buffet.

9 Cette base intitulée Campagne2012 contraste le discours de Marine Le Pen avec ceux de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Jean-Luc Mélenchon.

10 Cette base intitulée Campagne2017 contraste le discours de Marine Le Pen avec ceux de François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

11 Et plus précisément dans la campagne présidentielle de 2012. En effet, la fonction SPÉCIFICITÉS sur la base de données consacrée à la présidentielle de 2012 révèle que le néologisme « UMPS » est statistiquement caractéristique (avec un indice élevé à +5,8) du discours de MLP durant cette élection.

12 Ce que la communauté de statistique textuelle appelle également KWIC (Key Word In Context).

13 La co-présence du nuage de mots et du tableau d’occurrences répond à un critère de lisibilité. C’est par ailleurs un critère de représentativité qui nous a fait choisir de présenter seulement les 25 prin- cipaux co-occurrents.

14 Souligné par nous. Dans les exemples, les néologismes apparaissent en gras et en majuscule et leurs co-occurrents en gras. Aussi, certains syntagmes analysés sont en italiques.

15 https://www.lemonde.fr/societe/article/2005/02/24/jean-marie-le-pen-condamne-pour-incitation-a-la-haine-raciale_399429_3224.html ; consulté le 21 mars 2019.

16 Nous soulignons dans ces trois citations.

17 Le contraste se fait donc dans chaque campagne par rapport aux autres candidats de l’élection.

18 https://www.bfmtv.com/politique/invasion-migratoire-5-000-d-amende-avec-sursis-requis-contre-dupont-aignan-1412019.html (consulté le 5 septembre 2018).

19 http://www.leparisien.fr/politique/invasion-migratoire-dupont-aignan-relaxe-pour-ses-propos-de-campagne-06-06-2018-7756806.php (consulté le 7 septembre 2018).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Spécificités des substantifs en -isme et -iste
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10,0k
Titre Figure 1 : Profil co-occurrentiel du néologisme « UMPS »
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12448/img-2.png
Fichier image/png, 93k
Titre Tableau 2 : Profil co-occurrentiel du néologisme « UMPS »
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12448/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 2 : profil co-occurrentiel du néologisme « immigrationnisme »
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Bouzereau, « Le néologisme lepénien : un marqueur discursif de haine dissimulée ? », Semen [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/12448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.12448

Haut de page

Auteur

Camille Bouzereau

CNRS – Université Nice Côte d’Azur BCL – UMR 7320

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search