Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47I. Dossier thématiqueContre-discours au discours de ha...

I. Dossier thématique

Contre-discours au discours de haine djihadiste : de l’expression de la conflictualité à la fabrique du doute

Laurène Renaut et Laura Ascone

Résumés

Résumé : Cette recherche interroge l’émergence dans la sphère publique de plusieurs contre- discours (discours institutionnel, discours mémoriel, récits de repentis) au discours djihadiste en explorant les différentes modalités d’expression du conflit qu’ils façonnent. Cette étude propose une analyse des stratégies argumentatives et rhétorique, entendue comme « l’art de persuader par le discours » (Reboul 1991) afin de déclencher une action (Plantin 2011), adoptées dans ces trois types de contre-discours. Nous examinerons ainsi la manière dont le contre-discours institutionnel met en exergue un conflit qui prend la forme d’un combat (pólemos) contre l’ennemi absolu, Daesh, puis nous montrerons que le contre-discours mémoriel, par un lissage apparent de la conflictualité, vise plutôt à prévenir le risque de division post-attentats et lutter contre la discorde interne à la communauté (stásis). Quant aux témoignages de repentis, nous les envisagerons comme des récits agoniques, où la plus manifeste et paradoxale des représentations de l’agôn prend la forme d’un combat intérieur. Constitutives donc de l’ADN du contre-discours, nous chercherons plus précisément à montrer dans quelle mesure ces différentes mises en discours de la conflictualité participent à la fabrique du doute visant à déjouer un discours de haine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Toujours pas d’attentats en France. Attendez, on a jusqu’à la fin janvier pour présenter ses vœux ». Le dernier dessin de Charb était terriblement prémonitoire : depuis 2015, on ne compte pas moins de treize attentats sur le sol français. Face à l’ampleur de ces actes terroristes, les recherches menées sur la radicalisation djihadiste se multiplient (Khosrokhavar 2014 ; Benslama, 2016 ; Martini 2018) tandis que des acteurs variés (institutionnels avec la création du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation ou associatifs tels que Sauvegarde 93, Dialogues Citoyens et Entr’autres) se mobilisent pour élaborer des contre-discours visant à déjouer le discours djihadiste en tant que discours de haine.

  • 1 Depuis 2014, ce département diffuse essentiellement des revues : Dabiq publiée en anglais sous la f (...)
  • 2 La revue est accessible sur le site suivant : https://jihadology.net/category/dar-al-islam-magazine (...)
  • 3 Dans le huitième numéro de la revue, l’auteur cite l’imam Ibn al-Qayyim : « Le djihâd défensif est (...)
  • 4 Dar al-Islam 2.
  • 5 Dar al-Islam 7.
  • 6 La catégorisation de l’autre engendre ici une dichotomisation du monde qui amène constamment le lec (...)

2À cet égard, précisons que parmi les supports officiels de propagande diffusés par Al-Hayat Media Center1(le département Communication et Médias créé par Daesh), nous avons limité notre étude à la revue francophone Dar al-Islam2, dont les stratégies rhétoriques sont notamment étudiées par Salazar (2015). Cette revue nous semble particulièrement intéressante dans le cadre de ce numéro puisqu’elle développe non seulement un discours de haine explicite envers sa cible (l’Occident) mais pourrait aussi constituer un discours de haine dissimulée envers ses propres destinataires (un public adhérant à l’idéologie djihadiste) ; autrement dit, le destinataire de ce discours de haine explicite serait aussi paradoxalement la cible d’un discours de haine masqué. En effet, s’ils sont préservés de toute violence verbale, les lecteur.rice.s de cette revue font sans cesse l’objet d’un discours implicite d’exclusion au sein duquel la haine s’inscrit en creux. Parmi les moyens discursifs contribuant d’ailleurs à favoriser une montée en tension avec leurs potentielles recrues, on trouve l’omniprésence d’une menace indirecte (Ascone 2018) en cas de trahison ou de non-respect des lois édictées par Daesh. Le premier numéro de Dar al-Islam a ainsi pour objectif de « rappeler à ceux qui n’ont pas accompli l’obligation d’émigrer de la terre de mécréance […] qu’ils sont en immense danger dans ce monde et dans l’autre ». La haine envers la potentielle figure du lâche3s’exprime de façon sous-jacente par des interrogations négatives insidieuses : « Ne vas-tu pas secourir tes frères en jetant la crainte dans le cœur des adorateurs de la croix ? »4 ; ou des énoncés tels que « {Ceux d’entre vous qui n’agissent pas de la sorte seront refoulés au plus dur châtiment, et Allah n’est pas inattentif à ce que vous faites} »5 ; le glissement du pronom démonstratif ceux suivi du pronom personnel vous entretenant ainsi un discours implicite de rejet fondé sur une violence détournée (Moïse et Opréa 2015)6.

  • 7 Voir à ce sujet les travaux de Nicolas (2014 : 9) : à l’œuvre dans la propagande jihadiste, « le ra (...)

3Dans ce contexte, notre recherche interroge l’émergence dans la sphère publique des contre-discours qui apparaissent comme des réponses au discours de haine djihadiste, aussi bien explicite que dissimulée, dans la mesure où ils tendent à toucher le même destinataire, un public en voie de radicalisation. Nous nous proposons plus précisément d’étudier ces contre-discours en explorant les différentes modalités d’expression du conflit qu’ils façonnent. Conçu comme un discours de combat contre ce qui a été dit ailleurs, le contre-discours organise ainsi une relation sociale de conflictualité, raison pour laquelle nous avons placé cette notion au cœur de notre étude. Nous chercherons ainsi à montrer dans quelle mesure ces différentes verbalisations de la conflictualité participent à la fabrique du doute, thématique jusqu’ici inexplorée, en visant à délégitimer ce qui est présenté comme allant de soi. À l’étude du conflit en discours se greffe ainsi la question fondamentale du doute, un objectif au cœur de toutes les stratégies argumentatives anti-conspirationnistes visant à contrer la radicalisation (Nicolas 2014). En effet, ce chemin vers la radicalité s’accompagne d’un processus progressif qui conduit l’individu à dissiper ses incertitudes par rapport à la doctrine7. C’est pourquoi l’objectif d’un contre-discours réside dans la réintroduction de toute forme de questionnement, en tant précisément que point de contact avec l’autre. En d’autres termes, si la focalisation sur cet autre est un élément caractéristique du discours de haine, c’est pour mieux lui retirer sa légitimité à exister, donc pour détruire toute altérité et par voie de conséquence réprimer le doute. Ce lien est d’ailleurs pointé par Bouzar et Benyettou (2017 : 89-90) : « Douter, c’était trahir. […] Reconnaitre que nous avions des doutes serait revenu à reconnaitre que nous nous étions laissé influencer par les autres […] alors que le contrat de base consistait justement à se couper des autres ».

  • 8 Une description détaillée du corpus est présentée dans l’annexe.

4Cette contribution, qui nous invitera à questionner le concept même de contre-discours autant que la dialectique discours/contre-discours, s’inscrit au croisement des sciences du langage et des sciences de l’information et de la communication. Plus particulièrement, cette étude propose une analyse des stratégies argumentatives et rhétoriques, entendue comme « l’art de persuader par le discours » (Reboul 1991 : 4) afin de déclencher une action (Plantin 2011 : 17-18), adoptées dans les différents contre-discours de cette étude afin « de provoquer ou d’accroître l’adhésion des esprits aux thèses qu’on présente à leur assentiment » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1988 : 59 ; voir aussi Amossy 2008). Elle repose sur un corpus hétérogène8constitué de plusieurs types de contre-discours que nous confrontons dans l’optique d’examiner comment la tentative de déjouer des discours haineux se traduit dans ces contre-discours à travers l’expression de la conflictualité. Ainsi, nous montrerons d’abord dans quelle mesure le discours institutionnel, en tant qu’arme de guerre symbolique dans la lutte contre le terrorisme, construit un discours d’opposition fondé sur la mise en scène d’un conflit antagoniste. Dans cet axe, notre étude portera sur les articles du site stopdjihadisme et sur les deux clips Ils te disent et Toujours le choix. À l’inverse, nous interrogerons la manière dont le discours mémoriel, ou discours d’hommage aux victimes du terrorisme, élabore des contre-discours implicites au discours djihadiste, visant moins à cristalliser une opposition entre deux camps ennemis qu’à proposer une autre représentation du monde. Nous convoquerons à cet égard les 159 portraits nécrologiques publiés dans le journal Le Monde après les attentats de Paris puis de Nice et trois chansons écrites après le 13 novembre. Enfin, nous nous proposons d’explorer la nature contre-discursive des témoignages de repentis, en questionnant l’expression de la conflictualité intérieure à travers cinq ouvrages autobiographiques.

5Pour mener à bien cette étude, une approche quanti-qualitative (Mayaffre 2014) a été adoptée : notre article s’appuie sur des analyses sémio-discursives (Charaudeau 1995) au service desquelles nous développons une approche outillée de l’analyse du discours avec l’utilisation du logiciel Tropes, développé par Molette en 1994. Basé sur la Grammaire du sens et de l’expression de Charaudeau (1992), ce dernier permet d’analyser un texte d’un point de vue sémantique : à partir d’un dictionnaire préétabli, Tropes identifie aussi bien les catégories grammaticales principales que les thèmes traités au sein du corpus et la manière dont ces thèmes sont liés entre eux. Les différents types de discours convoqués dans le cadre de cette étude ont ainsi requis une méthodologie d’analyse spécifique : en effet, si une approche uniquement qualitative a été adoptée pour examiner les trois clips de la campagne stopdjihadisme ainsi que les chansons constitutives du contre-discours mémoriel, le logiciel Tropes a été utilisé dans une approche complémentaire pour les corpus écrits conséquents tels que l’ensemble des numéros de Dar al-Islam, les récits de repentis et les 159 portraits du Monde, de manière à examiner aussi bien la forme que le contenu de ces contre-discours.

1. Le contre-discours institutionnel ou la mise en scène d’un conflit antagoniste : un monde en guerre

6« Combattre la radicalisation, c’est enfin – et c’est sans doute le plus difficile – construire de puissants contre-discours […]. C’est ainsi que nous gagnerons cette bataille ». C’est sur ces mots que Manuel Valls achève son allocution du 9 mai 2016, suite à l’annonce de son plan d’action contre le terrorisme. Le gouvernement français s’attelle en effet à construire des contre-discours depuis 2015 avec la création du site stopdjihadisme sur lequel se distinguent deux campagnes de communication : Ils te disent et Toujours le choix. Confiées au Service d’Information du Gouvernement (SIG), ces vidéos montrent bien que les instances gouvernementales ont investi le web comme un nouveau lieu d’affrontement symbolique contre Daesh. L’objectif : esquisser une parade aux messages de haine.

  • 9 Angenot (1989 : 9) défi it la périphérie du système discursif comme un espace aux marges des secteu (...)

7Si le contre-discours institutionnel est conçu comme une réponse aux djihadistes sur le terrain disputé du numérique, il interroge la dynamique traditionnelle des discours sociaux articulés autour du système centre-périphérie, lequel présente traditionnellement le contre-discours comme un discours d’opposition à un discours hégémonique. Or, l’activité métadiscursive de l’État français, autrement dit d’un acteur dominant, est en ce sens intéressante puisqu’en revendiquant la production de contre-discours, il tend paradoxalement à développer un « langage des périphéries »9(Angenot 1989 : 22), et donc à se positionner à la lisière du système socio-discursif autant que dans un rapport de force inévitable. À cet égard, si le contre-discours s’établit par définition « dans un antagonisme explicite » (p. 1), la rencontre entre discours institutionnel et contre-discours bouleverse ici certains codes discursifs traditionnels du discours institutionnel lui-même : lissage de la conflictualité et dépolitisation (Krieg-Planque et Oger 2010).

  • 10 L’ensemble de ces notions sont définies dans les travaux d’Orrieux et Schmitt-Pantel (2013).

8Le SIG, en activant des leviers communicationnels similaires aux films de propagande cyberdjihadiste, choisit ici le modèle de l’affrontement en délivrant un discours d’opposition fondé sur la mise en scène d’un conflit antagoniste, selon la définition qu’en donne Mouffe (2000). À cet égard, cette dernière distingue bien l’antagonisme (qui oppose les catégories ami/ennemi) et l’agonisme (qui introduit un rapport entre adversaires où l’existence de l’autre est légitime). Se dessine derrière cette distinction l’opposition du pólemos et de l’agôn. En effet, dans la culture grecque, le pólemos, qui d’un point de vue étymologique désigne le combat contre l’ennemi public (polémios en grec ou hostis en latin) renvoie à la guerre de la Cité contre les barbares, autrement dit à l’élément non-assimilable que l’on tente de repousser hors des frontières. La logique du pólemos est duelle (c’est l’autre ou c’est moi) et repose sur un véritable rapport de force. L’agôn, en revanche, trace la voie d’un combat qui obéit à des règles renvoyant à une forme de compétition ou de défi plus qu’à une guerre contre un ennemi à abattre. Si la lutte violente contre l’étranger est encouragée, le combat contre le semblable ou l’ennemi privé (ekhthrós en grec ou inimicus en latin) est quant à lui condamné, dans la mesure où il débouche sur une discorde interne (stásis) dont la forme la plus aboutie réside dans la guerre civile10. À partir de ce cadre conceptuel, nous verrons que le contre-discours institutionnel (axe 1) repose sur une mise en exergue du pólemos tandis que le contre-discours mémoriel (axe 2) vise plutôt à prévenir le risque de division post-attentats et ainsi lutter contre la stásis. Quant aux témoignages de repentis (axe 3), nous les envisagerons comme des récits agoniques, où la plus manifeste et paradoxale des représentations de l’agôn prend la forme d’un combat intérieur.

1.1. Disqualifier l’autre : la fabrique sémio-discursive de l’ennemi comme arme de guerre représentationnelle

9Interdite aux moins de douze ans, la première vidéo produite par l’État dénonce la nature manipulatrice du discours djihadiste en opposant les promesses des recruteurs de Daesh aux exactions commises par leurs membres :

1. Ils te disent : « sacrifie-toi à nos côtés, tu défendras une juste cause. »
En réalité, […] tu mourras seul loin de chez toi.

10Cette campagne gouvernementale, Ils te disent, déploie toutes les armes non militaires (mots, images et informations) d’une guerre de représentations, focalisée sur l’autre. Cette dernière repose sur des assauts représentationnels que nous nous proposons d’analyser ici sous le prisme du triptyque Discréditer-Culpabiliser-Renverser, au fondement du processus DCR (Destruction of competitive representations) (Del Valle 2009 : 123). Ces trois objectifs s’inscrivent dans une forme de « guerre symbolique, psychologique et subversive » qui précède ou accompagne le

11théâtre d’opérations militaire. Dans cette perspective, discréditer l’autre aux yeux des jeunes tentés par le djihâd repose d’abord ici sur une entreprise de diabolisation visant à déshumaniser l’ennemi. La formule prédictive : « tu découvriras l’enfer sur terre » décrit un lieu mortifère tout en faisant référence, par voie métonymique, au mal absolu, Daesh par définition.

12Or, si le spectre des nominations pour les occidentaux abonde dans le discours djihadiste, avec comme figure de proue mécréants (449 occurrences dans les neuf numéros de Dar al-Islam) et apostats (194), le mal indicible évoqué dans le contre-discours institutionnel fait l’objet d’un phénomène de pronominalisation. Les djihadistes sont en effet désignés par ils à six reprises, une manière de ranger l’opposant dans une catégorie impersonnelle et de constituer pour l’énonciateur un ensemble qu’il ne nomme pas directement. L’usage répété de ce pronom favorise non seulement la construction d’une opposition binaire (ils versus nous) mais tend aussi à exclure ce ils, en tant qu’imposteurs, pour se focaliser sur l’adresse directe aux jeunes avec le recours au tutoiement. Pour autant, si l’innommable n’est jamais nommé, il est sans cesse montré dans la vidéo (lequel constitue un discours pluri-sémiotique par excellence) à travers ses actes de barbarie. Au poids des mots s’ajoute le choc des images : cet autre qui allégorise la mort, l’horreur et la tromperie est représenté comme l’auteur de massacres ; images de guerre, crucifixion et corps décapités soutiennent un traitement spécifique de la violence dont la prise en charge par le gouvernement est toutefois à relativiser. En effet, si le SIG revendique le choix d’activer les mêmes codes que les films de propagande djihadiste en reprenant les images officielles de Daesh, le clip Ils te disent construit bien deux camps distincts : celui des auteurs de la violence qui choisissent de la montrer et ses détracteurs qui la dénoncent en ne la montrant que partiellement. La mise en scène paradoxale de la violence, présente bien qu’euphémisée, nourrit ainsi un mouvement de dévoilement : le discours révèle que ce ne sont pas uniquement les ennemis annoncés par Daesh qui en sont victimes, puisque les djihadistes s’attaquent aussi à ceux qu’ils prétendent défendre, notamment les civils.

  • 11 Le terme « stéréotype » réfère à des « croyances partagées concernant les attributs personnels d’un

13Pour autant, la diabolisation à elle seule ne suffit pas à décrypter les stratégies discursives de la communication gouvernementale. À la figure du mal se greffe la tentation du cliché par un processus de stéréotypisation11qui renforce une vision caricaturale du recruteur. L’attribut principal visé par ce phénomène est d’ailleurs le langage : d’un point de vue orthographique, les représentations des échanges écrits entre les acteurs de la radicalisation et véhiculées par la campagne gouvernementale Ils te disent participent d’un abaissement du niveau de langue. Même si les choix graphiques miment ici une orthographe basée sur l’oralité visant à produire un effet de réel et donc à mettre en scène la langue « des jeunes », les effets de ces choix pourraient amener certains récepteurs à catégoriser socialement ces jeunes locuteurs,

  • 12 Comme le note Bertucci (2013 : 50), une distinction doit être faite entre « langage des jeunes » et (...)

14voire à assimiler ce parler au « langage des cités »12. Cette possible interprétation semble d’ailleurs renforcée d’un point de vue phonétique par le parler des enrôleurs qui présente tous les indices prosodiques de l’accent dit « de banlieue ».

Figure 1 : Exemple de premier contact que le recruteur établit avec sa cible sur Facebook

  • 13 Le pré-discours est « un ensemble de cadres prédiscursifs collectifs (savoirs, croyances, pratiques (...)
  • 14 On nomme la partie pour signifier le tout, contrairement à la synecdoque généralisante, où l’on nom (...)

15À ces stéréotypes langagiers, s’ajoute un indice visuel récurrent dans la campagne Toujours le choix : le sourire du recruteur. En tant qu’élément de pré-discours13non verbal, ce dernier alimente la stéréotypisation du jeune djihadiste en s’inscrivant dans une logique synecdochique particularisante14qui construit une figure explicite voire ostentatoire du manipulateur : son sourire, volontairement mis en évidence dans ce clip, représente le marqueur d’un discours séduisant qui mise sur l’établissement d’une proximité immédiate avec les jeunes recrues de Daesh. À cet égard, le caractère récitatif du discours d’embrigadement, « Il faut aider les musulmans qui souffrent. […] On va t’aider, tu seras plus seule » et son traitement temporel lié au montage qui l’accole sans transition à une scène de rencontre avec la jeune Emma, semble d’ailleurs décomplexifier les ficelles de ce système de recrutement. En effet, ce qui dans la vidéo apparaît comme un basculement rapide et sans obstacle pour tout jeune adhérant à l’idéologie djihadiste, est en réalité un processus dont la durée et la trajectoire dépendent de plusieurs facteurs, psychologiques, culturels, sociaux, etc. (Moniquet 2015). De même, Haddad (2015 : 110) affirme que « cette conversion ne survient pas comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, mais prend la forme d’un lent processus ».

16À ces outils du discrédit, s’ajoute le ressort de la culpabilité sur lequel repose la formule :

2. Se radicaliser, c’est détruire sa vie, sa famille et celle des autres.

17Ce slogan soutient une fonction pathémique en renvoyant à la souffrance de l’en- tourage par une scène de dispute entre un certain Medhi et sa mère. Culpabiliser repose ainsi sur un processus de victimisation auquel le gouvernement recourt en multipliant les figures de victimes : le jeune radicalisé, ses proches et la population française comme victimes de la menace djihadiste. On compte 52 occurrences du lexème « victimes » sur la plateforme stopdjihadisme mais, dans le contre-discours institutionnel, la culpabilisation est causée par l’action menée au nom du djihad alors que dans le discours djihadiste elle naît à l’inverse de l’inaction face aux attaques subies par les musulmans :

3. Vas-tu laisser le mécréant dormir tranquille dans sa maison pendant que les femmes des musulmans et leurs enfants tremblent de peur, effrayés par le bruit des avions croisés au-dessus de leur tête nuit et jour. (Dar al-Islam 2)

18Dans les deux cas, l’objectif est de convaincre des actes immoraux commis par l’ennemi pour l’affaiblir. De cette façon, le processus de victimisation promeut et repose à la fois sur un discours inclusif en vue de susciter des émotions et favoriser des comportements collectifs.

1.2. Orchestrer la dissonance : une entrée en guerre informationnelle et cognitive

4. Ils te disent : « La vérité est ici »
En réalité, comme seules vérités tu découvriras l’horreur et la tromperie

  • 15 On compte 111 occurrences du terme « vérité », uniquement au singulier, dans la revue Dar al-Islam.

19Ainsi, le glissement du sens philosophique associé à la valeur universelle du terme vérité, « la vérité est ici », à une forme plurielle de ce terme abondamment utilisé par Daesh15, « comme seules vérités tu découvriras l’horreur et la tromperie », participe au détournement des significations.

5. Ils te disent : « Rejoins-nous et viens aider les enfants syriens »
En réalité, tu seras complice du massacre de civils

20À la figure de l’humanitaire convoquée par l’injonction « viens aider les enfants syriens », se substitue celle du criminel de guerre responsable de massacres. De même, la logique sacrificielle débouchant sur le paradis pour le martyr, « sacrifie-toi à nos côtés pour défendre une juste cause », laisse place à l’avertissement « tu découvriras l’enfer sur terre ». Comme ces extraits le soulignent, le contre-discours institutionnel repose sur une dénonciation des éléments de langage djihadiste à travers un processus de renversement des signifiés, notamment par inversion de la polarité bien/mal (« enfer » versus « paradis »), et donc par la négation des signifiants d’origine permettant de leur en substituer de nouveaux. Par ailleurs, on assiste à un bouleversement des représentations du jeune radicalisé lui-même ; le mythe du héros étant neutralisé par la construction d’une figure de victime manipulée par la propagande de Daesh.

21Du rêve à la réalité : telle est l’inversion principale qui soutient l’expérience d’une dissonance multisensorielle proposée par ce clip gouvernemental. D’un point de vue visuel, le montage saccadé juxtapose images en couleurs, pour les promesses des djihadistes, et images en noir et blanc pour la réalité. Une iconographie binaire met ainsi en lumière le fossé entre les espoirs suscités par les recruteurs et le réel. Concernant la bande sonore, une musique « mystique » d’Omar Omsen, l’auteur des premières vidéos djihadistes en français, représente un élément clé dans la propagande de Daesh, censé favoriser l’exaltation sur des thématiques aussi variées que l’émigration ou la foi dans le combat. Or, cette mélodie est entrecoupée par des grésillements qui font l’effet d’un réglage à la recherche d’une bonne fréquence, comme pour échapper à la parole officielle de Daesh. Lamentations de femmes et cris d’enfants accompagnent en outre les images de civils en souffrance.

22Cette mise en relief du contraste entre fiction et réalité nourrit donc différents modes sensoriels de perception pour réinstaurer le doute chez un public en voie de radicalisation. Dans cette perspective, l’orchestration globale de la dissonance vise à créer les conditions d’un état de cognition conflictuelle (distorsion ou dissonance cognitive) en confrontant ces jeunes à des informations incohérentes avec leurs croyances ; en déployant une stratégie de démasquage, elle tend donc à rétablir la vérité occultée par Daesh.

23Toutefois, si la guerre (pólemos) contre cet ennemi extérieur est menée au moyen d’armes tour à tour représentationnelles et informationnelles, elle vise plus largement à prévenir une guerre intérieure (stásis) au sein même de la cité ; celle de jeunes Français susceptibles de se retourner contre leur pays. Mais à quel moment le rebelle devient-il un ennemi ? C’est dans cette interrogation que résident peut-être les clés de compréhension du contre-discours institutionnel, lequel s’adresse en fait à l’ennemi intérieur mais aussi par voie de conséquence à l’ennemi public en puissance (polémios en grec ou hostis en latin).

1.3. Dissuader d’agir ou les ressorts illocutoires d’une guerre larvée : entre avertissement et menace

  • 16 Discours de Manuel Valls du 18 novembre 2016.
  • 17 Nous considérons la menace comme un mal annoncé par son agent à la cible de ce mal.

24« Le cœur du contre-discours porté par le gouvernement est de ramener ces jeunes […] vers la France qui les aime »16. Si cette intention formulée par Manuel Valls renvoie à une certaine bienveillance, le contre-discours institutionnel présente à demi-mot un rapport de force. En effet, la menace17, marqueur de ce bras de fer, a bien sa place dans le clip Toujours le choix, le jeune Medhi étant condamné à la prison après avoir fomenté un attentat en France. Cette menace est ici explicite (provenant de l’État lui-même), et coercitive, visant à contraindre les sympathisants de Daesh au respect de la loi, via une sanction judiciaire.

  • 18 On parle aussi d’acte de langage indirect raccourci pour un « acte de langage formulé indirectement (...)

25Pour autant, l’énonciation de la menace, avançant à pas feutrés, semble pouvoir se lire dans un prolongement de l’avertissement. À un énoncé donné, ne coïncide pas nécessairement un acte illocutoire évident (Adam 2005) et le discours institutionnel se caractérise d’ailleurs par un enchâssement de deux actes de langage (avertissement et menace) renvoyant à un phénomène de dérivation illocutoire18(Anscombre 1977), qui trouve son origine dans deux sources d’ambiguïté :

26– La première est liée au statut ambigu du destinataire (ami ou ennemi) qui nourrit une relation ambivalente entre l’émetteur (l’État) et la cible du mal (les jeunes en voie de radicalisation) ; relation elle-même déterminée par celle de ces jeunes avec l’agent du mal (Daesh).

27– La seconde concerne le floutage portant sur la hiérarchisation des intentions de l’émetteur : protéger les jeunes Français tentés par le djihad mais aussi assurer la sécurité nationale.

28Le discours institutionnel construit une double représentation du jeune radicalisé, victime d’un discours d’embrigadement (au risque d’une perte de statut pour une cible rétive à la figure de victime) mais aussi potentiel ennemi s’il rejoint Daesh. De cette dualité représentationnelle découle l’ambiguïté de la relation entre l’émetteur et le destinataire des vidéos ; d’où l’importance de ne pas réduire l’avertissement à ce qu’il communique digitalement (à son contenu littéral) mais aussi d’évaluer ce qu’il communique analogiquement, donc sur la relation et le type d’interaction qu’il induit avec la cible (Watzlawick et Beavin 1967).

29Or, si l’émetteur institutionnel se contente de prévenir le radicalisé des souffrances auxquelles il s’expose (mort violente dans le clip Ils te disent et répudiation pour Emma dans Toujours le choix), il développe un ethos d’autorité qui contribue à faire du conseil une consigne par la convocation d’un univers punitif ; à commencer par la prédiction « tu découvriras l’enfer sur terre » renvoyant dans l’imaginaire chrétien au lieu de châtiment des damnés. Par ailleurs, l’impression de désengagement affectif de l’émetteur, comme s’il tentait d’objectiver sa prise de parole en gommant les marques de sa présence19, renvoie à l’une des caractéristiques du discours institutionnel qui, sous couvert d’une recherche de consensus impose un point de vue dominant. Ce phénomène, ayant pour conséquence de construire un rapport hiérarchique en valorisant l’expression d’un point de vue surplombant, véhicule une image froide de l’État, susceptible de nourrir (d’un point de vue perlocutoire) le sentiment de victimisation du jeune. À cet égard, la formule « tu seras complice de massacres », tout en défaussant l’État de sa volonté de punir, renvoie, par un terme juridique, aux moyens à sa disposition pour le faire. À la loi d’Allah dans le discours djihadiste s’oppose la loi de la République mise au service d’une stratégie de persuasion par la peur qui permet d’agir sur le comportement (Witte et Allen 2000). Précisons à cet égard que si le contre-discours institutionnel place la peur au cœur de la rhétorique des émotions qu’il déploie, c’est pour dissuader le jeune d’agir contrairement au discours djihadiste qui l’utilise comme un levier d’action. Dans le clip Toujours le choix, respiration haletante et frottement des mains sont d’ailleurs les leitmotivs de cette peur graduelle qui parcourt les trajectoires de Mehdi et Emma.

30Ainsi, le contre-discours institutionnel se situe à la frontière entre deux catégories d’actes de langage : l’avertissement qui contient la menace (véhiculant avec lui les conséquences en cas de non-respect de l’avertissement) et la menace, rétroactivement censée soutenir la réussite de cet avertissement (se dessinant en creux dans l’anticipation de sa non-félicité).

31Pour autant, ces campagnes n’excluent pas la notion de liberté comme le révèle l’intitulé, Toujours le choix, visant à encourager la responsabilité personnelle. Néanmoins, le choix se réduit ici à un renoncement (ne pas partir en Syrie) sans véritables alternatives. C’est dans cette absence de propositions que se situe peut-être la principale limite de ce discours en plus de son support lui-même, un site gouvernemental, potentiellement suspect aux yeux du public cible. De ce processus de labellisation institutionnelle, susceptible d’alimenter la vision conspirationniste de Daesh, découle le risque d’un renforcement d’adhésion au système de croyance initial. On peut d’ailleurs aisément déconstruire le système discursif binaire de la première campagne en inversant « ils te disent » par « en réalité » :

6. Ils te disent : « Comme seules vérités, tu découvriras l’horreur et la tromperie ».
En
réalité, tu vis dans un monde de mécréants impurs, la vérité est ici.

32Ces différents points nous conduisent à interroger les cibles de ce contre-discours qui, s’il n’a pas vocation à concerner les personnes les plus embrigadées, s’adresse plus largement aux familles, aux éducateurs et aux acteurs associatifs à sensibiliser. Conçu, en outre, pour occuper l’espace face aux discours de haine sur le web, il est aussi une réplique communicationnelle adressée aux hommes de Daesh ainsi qu’à l’ensemble des Français dans un contexte de guerre ; on compte d’ailleurs vingt occurrences du terme guerre sur la plateforme Stopdjihadisme dont le constat est implacable : « face à des actes de guerre abominables, la réponse de la France doit être impitoyable ». Or, si « la guerre contre les organisations terroristes » est déclarée, elle « ne se joue pas seulement au cœur des zones de conflits ». Le signal envoyé par le gouvernement est clair : le djihad n’a pas le monopole de la communication.

2. Le discours mémoriel comme contre-discours implicite au discours de haine : vers un autre monde

33Aux lendemains du 13 novembre 2015 et du 14 juillet 2016, le journal Le Monde publie les portraits de tous les disparus lors des attentats de Paris et de Nice afin de mettre un visage humain sur un décompte statistique insoutenable. À travers ce discours mémoriel, ce type de journalisme commémoratif élabore un contre-discours implicite au discours djihadiste visant moins à opposer qu’à proposer une autre représentation du monde.

34La logique d’affrontement (ils versus nous) régissant la communication gouvernementale, laisse place ici à un modèle de confrontation (idées contre idées). À l’affirmation particulière, qui ne se détermine que dans l’altérité et par opposition, se substitue donc la force d’une affirmation singulière qui naît dans le déploiement d’un contenu affirmatif (Breyer 2002).

2.1. Se raconter pour dire l’autre : du portrait nécrologique à l’allégorie de la République

35Le discours mémoriel se caractérise par un lissage de la conflictualité qui repose sur différentes stratégies discursives à commencer par une dissimulation des auteurs des attentats. Ces derniers sont ainsi exclus ou presque des portraits nécrologiques du Monde : on relève 28 fois la mention « les terroristes » comme marque discrète de leur présence. À cette absence s’ajoute le refus de toute violence verbale et donc de focalisation sur le discours de Daesh, la thèse de l’autre n’étant mentionnée à aucun moment.

  • 20 Le pronom à caractère réflexif « se » se comprend ici au sens collectif.

36Pour autant, dans la peinture de ces victimes se dessine partout en filigrane la figure de leurs bourreaux. Ces morts du Bataclan et de la Promenade des Anglais, c’est l’anti État-Islamique. C’est tout ce que les terroristes ne sont pas et tout ce qu’ils exècrent : la musique (660 occurrences), l’éducation (409), les loisirs (137), l’art (109), la science (24) et bien sûr l’amour (52). Si C. « était toute fine, […] son amour des gens dépassait la taille des plus gros monuments imaginables en rêves ». Quant à P., il est décrit comme « un homme d’empathie et d’amour » de même que J., surnommé « la boule de l’amour » par ses proches. Ce portrait de groupe représente bien le tableau d’une génération qui tisse un récit collectif ; celui de la France républicaine dont les victimes du terrorisme sont les allégories et des échantillons exemplaires. Chaque portrait dessine d’ailleurs la trajectoire d’un individu exceptionnel qui incarne ses valeurs dans son espace et sa diversité. Sur la voie de l’affirmation, celle de l’expression d’un contenu propre (ici les fondements républicains), l’ennemi ne s’impose pas. Il ne se rencontre qu’en creux dans un traitement spécifique de l’altérité qui s’opère sur le mode du miroir inversé. « Se raconter »20 passe donc ici par la construction discursive d’une identité commune qui s’emploie à dire l’autre sans le nommer et sans appeler à sa destruction.

37C’est pourquoi, ce Mémorial n’appelle en rien à la vengeance et rejette la haine, les 11 occurrences de ce dernier terme exprimant sans exception son refus : L. « chante qu’il marche loin des sentiers de la haine » et sa famille ajoute, « nous n’avons pas de haine envers ceux qui ont fait ça ». Il n’est donc pas un cri de guerre ni un mur des lamentations comme l’affirme la mère de J. :

7. Je ne veux pas qu’on en fasse une victime, ma fille était tout sauf ça.

38En s’opposant au modèle de martyrologie et à une vision victimaire des disparus, ces portraits sont conçus comme des contre-discours à l’idéologie djihadiste. Invitant à une autre vision du monde fondée sur la non-violence, ils constituent une réponse au discours de haine, en proposant un modèle de confrontation fondé sur une conflictualité en creux. À cet égard, la dynamique d’allégorisation qui traverse ces récits renvoie bien au refus d’un affrontement direct, l’Opposant/Proposant pouvant être attribué à des instances symboliques que sont ici les institutions républicaines : les modalités de figuration des actants participent donc à construire et transformer les représentations du conflit lui-même.

39Pour autant, ce lissage du conflit semble paradoxalement nourrir la force polémique de ces portraits tout en la calibrant. En effet, à défaut de mentionner la thèse combattue, le discours mémoriel, en hyperbolisant ce qui sépare de l’autre, entraine un phénomène de dichotomisation (Dascal 2008), lequel exacerbe l’opposition implicite entre deux systèmes idéologiques irréconciliables. Le rejet de l’autre peut donc aisément éluder ses mots. Aux semeurs de « mort » (36 occurrences), ces textes de presse tentent plutôt de répondre par de véritables hymnes à la « vie » (165 occurrences) au service desquels s’inscrit le choix de la nécrologie ; ce genre de discours renvoyant par définition à un récit de vie (Florea 2011). Mettant l’accent (dans le texte et dans l’image) sur ce qui précisément ne meurt pas, ces portraits condensent l’existence des défunts par un détail concret qui, par voie métonymique, renvoie à sa vitalité avec comme leitmotiv leur « rire » (18) ou leur « sourire » (56).

2.1. Réparer les vivants : contre-discours et catharsis

  • 21 Voir à ce sujet les travaux de Perelman et Olbrechts-Tyteca (1988 : 59) : « Le but de toute argumen (...)
  • 22 Expression de François Hollande dans son discours d’hommage aux victimes du 13 novembre : https://w (...)

40Proposer une autre vision du monde, ici un projet commun de société, suppose la production d’un discours de rassemblement autour de ce dernier21. Or, rassembler nécessite au préalable de panser les plaies d’une communauté en deuil. Dans cette perspective, le discours mémoriel propose l’expérience d’une catharsis moderne qui se saisit de l’émotion pour lui conférer un mode d’expression favorable à la vie en commun. Dispensée du spectacle de la violence, puisque l’agresseur n’a pas sa place dans ces portraits, elle repose d’abord sur un processus de réparation de la vie tant physique que symbolique des victimes dans une dynamique sublimatoire. Leur convocation charnelle et la dimension polyphonique de ces récits soutiennent ainsi une entreprise de réincarnation visant à rendre hommage aux morts comme à « réparer les vivants »22.

41En premier lieu, on redonne une existence physique aux disparus par l’omniprésence de références au corps qui vient au soutien des identités : on retient « les mains en or » de C. ou les « cheveux aux vents » de M.

42Puis, des voix s’entremêlent (famille, amis, collègues) pour parler du mort et le faire parler via le procédé de la prosopopée. Citation et discours rapporté produisent un effet d’hyperréalisme destiné à rendre présent l’absent dans toute son humanité. Si C. est la seule à avoir perdu la vie parmi ses amis au Bataclan, « nul doute qu’elle n’aurait pas accepté qu’il en fût autrement ». L. disait à propos des migrants : « Laissez-les venir, il y a de la place pour tout le monde ici ! ». La voix, en renvoyant à la réalité du corps, soutient cette entreprise de réparation physique quand le traitement de la temporalité s’attèle à la réparation symbolique de l’existence du défunt : construits sur l’évocation d’un présent radieux et d’un avenir prometteur, ces portraits peignent non seulement les victimes de leur vivant mais aussi à l’apogée de leur existence ; comme si le remède à la révolte contre l’absurde résidait dans le sentiment d’accomplissement du défunt, mis au service d’une quête de sens face à la mort brutale. Ainsi, quelques minutes avant le drame, P. exprimait sa sérénité : « je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie ».

43Si cette paix intérieure se manifeste jusque dans les photos des disparus magnifiés par des clichés souriants, la violence n’est pas évincée de ces portraits ; elle est apprivoisée par des symboles. En tant qu’outils rituels, ces derniers sont les vecteurs privilégiés d’une représentation de l’absence et du manque dans une perspective de confrontation comme de mise à distance. Les dates du 13 novembre et du 14 juillet, de même que les lieux des attentats comme le Bataclan, disent la mort sans la nommer. Idem pour « les feuilles mortes » qui clôturent chaque couplet d’Un automne à Paris et qui métaphorisent les disparus dont le nom parsème d’ailleurs ce Mémorial. Références à l’interruption (« Son rire ne résonnera plus que dans nos têtes »), récits à l’imparfait, ou encore abondance du conditionnel sont en outre des marqueurs discursifs qui servent une euphémisation de la violence sans l’éluder.

  • 23 Titre d’une lettre d’Antoine Leiris aux terroristes.

44Autant d’éléments qui, en créant une communauté de compassion, inscrivent les lecteur.ice.s dans une identité collective et nourrissent donc la dimension politique de ces portraits. Supports de diffusion d’un patriotisme pacifique, ces communications produisent des énoncés normatifs implicites visant à renforcer l’unité nationale autour d’émotions positives. Le terme peur apparaît une seule fois : R. répétait à ses élèves « il ne faut pas avoir peur ». En fournissant des étendards aux adages « Not afraid » ou « Vous n’aurez pas ma haine »23, ces portraits développent bien un traitement cathartique des émotions destiné à combattre l’objectif principal des terroristes, la division menant à la guerre civile ou stásis ; autrement dit toutes formes de dissensions intestines. De cette façon, la nécrologie s’apparente à un « rituel du deuil moderne, visant à la fois à faire mémoire au disparu et à faire société pour les vivants » (Florea 2011 : 1). En permettant de sublimer la vie des défunts autant qu’à nourrir le lien social, elle construit donc un contre-discours en creux.

2.1.Du deuil post-attentat à la France de demain : la composition d’une liturgie laïque

Des hommages en chansons voient le jour après le 13 novembre 2015 notamment avec Ibrahim Maalouf et Louane qui composent Un automne à Paris à la demande du ministère de l’Éducation nationale. Le choix de la musique est particulièrement significatif : répondre à la haine avec et par l’objet de cette haine, revient à faire de la forme du discours elle-même une arme contre-discursive. Cette dernière est l’un des piliers de composition d’une liturgie laïque à la mémoire des attentats qui repose sur une confession de foi républicaine ; une déclaration publique de croyance en ses valeurs et une revendication d’appartenance passant par un hymne au patrimoine culturel français :

8. Dans la langue de Racine,
De Senghor, d’Apollinaire,
Nous chanterons
.

45Comme toute liturgie, elle est en outre ponctuée par des gestes symboliques qui construisent le corps de la communauté comme le chante Cali :

9. Je pose une bougie sur le rebord de la fenêtre,
Mon voisin aussi allume sa bougie,
On ne se lâchera pas la main.

  • 24 Cette notion de dialogue avec l’au-delà parcourt l’ensemble des chansons d’hommage aux victimes du (...)

46À cette scène de communion, se greffe un temps pour le recueillement en mémoire des victimes avec qui on dialogue pour établir une filiation entre le monde des morts et celui des vivants24. À la promesse de proximité dans les portraits du Monde s’ajoute donc celle de l’immortalité notamment dans Le vide de Slimane :

10. Aussi loin que tu pars Ton sourire en écho
Reste
sur ma peau

47Au fanatisme religieux répond ainsi une promesse de paix qui glisse vers une prière laïque dans Un automne à Paris :

11. Que jamais plus la terreur
Ne vienne souiller nos villes, […]
Et pour toujours.

3. Témoignage des repentis et contre-discours : du monde intérieur au citoyen du monde

3.1. Un récit introspectif d’utilité publique : l’expression de la conflictualité intérieure

48Suite aux attentats de 2015, de nouvelles voix s’élèvent pour faire contrepoids à la propagande de Daesh : celles des repentis du djihad, des acteurs aux premières loges de la radicalisation voire du terrorisme. Si les enjeux de ces témoignages sont multiples (entre confession, justification et conversion), nous nous attardons ici sur leur dimension didactique visant à prévenir des dangers du djihadisme :

12. Vingt ans après avoir quitté le tunnel mortifère d’un martyr radicalisé, je retrouve l’autre sens du martyr, celui du témoignage. Je dois désormais raconter ce que j’ai vécu […]. Pour expliquer de l’intérieur le mécanisme de la radicalisation. (Vallat 2016 : 5).

49Expliquer pour mieux comprendre ce phénomène et donc mieux le contrer, aucun combat ne pouvant se passer d’une connaissance de ce qu’il combat : « Je cherche à comprendre comment tout cela est arrivé pour avertir ceux qui passent par-là des pièges qui se referment quand il est trop tard » (Vallat 2016 : 7). Or, l’un des pièges principaux réside dans le sentiment d’une « scission de la personnalité » (Lauru 2004 : 89) qui mène progressivement à la dépersonnalisation.

50C’est dans cette perspective d’éclairage par une parole vécue que le récit de la fracture intérieure trouve sa place. Mis au service du décryptage des mécanismes de l’embrigadement, il est en effet l’un des fils conducteurs de ces ouvrages qui mettent des mots sur le monde intime, en crise, de l’individu en voie de radicalisation. À l’image du pharmacon grec (poison et remède), l’expression du conflit intérieur s’inscrit à la fois comme cause, symptôme, mais aussi facteur de désengagement donc comme solution. Offrant ainsi des clés de compréhension donc de déconstruction du discours d’enrôlement djihadiste, elle participe en ce sens à la stratégie contre-discursive déployée par ces témoignages.

51Ainsi, le tiraillement est d’abord présenté comme un levier sur le chemin de la radicalité qui passe souvent par une révolte intérieure symptomatique d’une volonté d’engagement :

13. La Yougoslavie se déchire. […] Tout juste sorti de l’armée, je me sens inconsciemment une âme de soldat. […] Au moment je reprends les études, je me retrouve dans un dilemme déchirant, […] la conscience en crise. (Vallat 2016 : 22).

Une fois l’engagement amorcé, l’écartèlement peut se lire entre les réserves restantes du repenti (sous la forme interrogative) et la ligne de conduite dictée par son environnement. C’est ce que relate L.P. à propos de son mari qu’elle rejoint en Syrie :

14. […] que va-t-il nous arriver ? […] Dans ma tête, un lancinant bras de fer s’est installé entre […] l’obligation de vivre en Terre sainte et l’envie de faire demi-tour. Deux petites voix se battent au fond de mon âme. (Pasoni et Lorsignol 2016 : 74).

52Puis le tiraillement se mue en un sentiment d’étrangeté à soi-même et d’irréalité. L’écriture de l’obligation, qui place le narrateur dans la position d’un sujet assujetti, glisse vers celle de la dépersonnalisation pour le transformer en sujet-objet. L.P. se sent devenir observatrice de sa propre personne :

15. Comme un automate, j’avance tout de même vers la sortie (Pasoni et Lorsignol 2016 : 12)

53De son côté, M.B. parle de lui comme d’un autre dont il aurait perdu le contrôle :

16. Je pars, mais j’ai l’impression que ce n’est pas vraiment moi qui pars
(Benchellali 2006 : 25).

54La conflictualité se manifeste ici dans la cohabitation douloureuse du narrateur avec une figure d’étranger, phénomène visant à pointer l’objectif de déshumanisation qui anime le discours de Daesh.

55Mais si l’irruption d’un autre en soi-même apparaît comme un symptôme de la radicalisation, le risque majeur réside peut-être dans l’aboutissement de ce processus caractérisé par l’annihilation progressive des clivages intérieurs : « mon cerveau fonctionne en mode automatique ». Qui dit dépersonnalisation dit déprise conflictuelle, un objectif au cœur du discours djihadiste visant à enrayer le doute :

  • 25 Propos tenus par Farid Abdelkrim dans le documentaire « La France face aux repentis du djihad » (Ém (...)

17. Il n’y a pas de place à la discussion puisque c’est Dieu, puisque c’est le prophète, puisque c’est l’islam, il n’y a pas à discuter.25

56À cette forme de robotisation, peut néanmoins se substituer un sentiment d’absurdité lié aux contrastes entre les attentes du repenti et la réalité en terre de Daesh :

18. Partout, il y a aussi des crucifixions. Je reste choquée par ce macabre spectacle. (Pasoni et Lorsignol 2016 : 109).

57Ce sentiment a toute sa place dans ces récits : déclencheur de la radicalisation, comme révolte contre l’absurde, il accompagne aussi le chemin d’une prise de conscience du non-sens du combat djihadiste. À cet égard, l’expression de la conflictualité, en tant que marqueur du doute et de l’altérité, représente aussi la voie douloureuse mais salvatrice qui le guide vers une identité renouvelée. C’est le cas de F.B. qui décrit sa souffrance liée à la mort de ses idéaux suite aux attentats de Mohammed Merah en 2010 :

19. Je sentais une déchirure à l’intérieur à la fois de mon esprit et de mon corps (Bouzar et Benyettou 2017 : 134).

58Dans cette perspective, ces ouvrages mettent en récit un certain type d’agôn, intérieur, qui relève d’un combat solitaire : ce dernier prend souvent la forme d’une agonie, c’est-à-dire d’une lutte entre la vie et la mort sur laquelle s’ouvre d’ailleurs le récit de Kasiki et Guena (2016) avec une course effrénée en scooter pour fuir Raqqa, mais il se décline aussi sous le prisme d’une quête d’identité douloureuse. En effet, l’écriture agonistique, à travers l’expérience de la radicalisation, traduit une forte angoisse identitaire. Le parcours du repenti passe par un combat contre lui-même et cela à travers de nombreuses épreuves, conduisant à une meilleure connaissance de soi ; l’objectif étant bien sûr de dépasser la logique d’affrontement (pólemos) avec la société à laquelle il revendique désormais son appartenance. Pour ce faire, il doit publiquement délaisser la figure de l’étranger pour endosser celle du semblable.

3.2. Récit initiatique et valse des identités : vers un dépassement du pólemos

59Le récit des repentis s’apparente à une aventure initiatique dont le narrateur est le résultat d’une transformation identitaire, nécessaire à une réconciliation avec lui-même comme avec le monde. Cette quête de soi est d’ailleurs placée sous le signe du chemin, leitmotiv de ces témoignages qui présentent une dimension épique en prenant la forme d’un voyage (d’où le titre Voyage vers l’enfer de D.V.) ou d’une odyssée intérieure (Mon Djihad : itinéraire d’un repenti de D.B. et F.B.).

60De ces ouvrages autobiographiques émergent ainsi tous les ingrédients du récit initiatique :

61– Un espace (la Syrie, l’Iraq ou la Bosnie) : « nous avons la sensation d’être dans un parcours initiatique. » (Vallat 2016 : 27).

62– Des épreuves dirigées vers une lutte pour la survie qui va jusqu’à l’expérience de la torture à Guantanamo pour M.B.

63– Des rencontres : un gardien de prison ou des voisins de palier juifs, mais aussi « la lecture en mode rafale » (Vallat 2016 : 4) ; autant d’adjuvants participant à leur transfiguration.

64– Une figure itinérante : le repenti lui-même dont le processus d’individuation se réalise dans une succession de personae (ou masques). Du collégien timide au Qamis, du salafiste au « personnage de jihadiste » (Bouzar et Benyettou 2017 : 43), mais surtout de l’émir des Buttes Chaumont au mentor des frères Kouachi, puis du prisonnier à l’étudiant, et enfi de l’apatride au patriote, le récit de F. B. est traversé par une valse d’identités qui mène à sa renaissance ; chaque persona symbolisant une avancée sur l’échelle de la connaissance de soi. La multiplication des masques rend précisément compte d’une stratégie agonique : le combat solitaire revêt ici la forme d’une quête d’identité qui tend plus vers une récompense (se trouver) que vers une destruction. D’ailleurs, si l’agôn introduit l’idée d’une épreuve pénible, il est aussi associé à la notion de récompense (directe ou détournée) en guise de reconnaissance des qualités du compétiteur (Marchais-Roubelat et Roubelat 2013). Ses règles diffèrent donc du pólemos dont la seule issue est l’éradication de l’autre et de toutes formes d’interaction avec lui.

De ce morcellement de l’identité narrative découle donc l’émergence d’une identité renouvelée qui conduit à la conversion du repenti (au sens de métanoïa, une nouvelle manière d’être et de vivre) : « Avant, j’étais une femme toujours insatisfaite. […] ici je suis une femme libre » (Pasoni et Lorsignol 2016 : 194). Cette conversion, qui ne peut s’accomplir que dans une mise à distance du Je narré (celui du djihadisme) par le Je narratif (Jeanmart 2006), invite au dépassement du pólemos entre le repenti et la société républicaine à laquelle il prête allégeance : « malgré mon passé, j’avais eu droit à une bourse […] c’était le moment pour moi d’être reconnaissant envers mon pays. J’étais fier d’être français. […] Moi aussi, je suis Charlie » (Bouzar et Benyettou 2017 : 146).

  • 26 Documentaire « La France face aux repentis du djihad », dans l’émission Le Monde en face sur France (...)

65Or, toute conversion ayant son attestataire, c’est le co-auteur qui endosse ici cette fonction ; il remplit aussi bien un rôle de formateur du converti que de garant de la sincérité du repenti et donc de médiateur. Ces récits à deux plumes livrent ainsi une parole accompagnée, au service d’une entreprise de réhabilitation visant à dépasser la dynamique d’affrontement entre le repenti et le monde, mais aussi à poursuivre un combat sur soi comme le soulève F.B. : « j’ai replongé plusieurs fois, c’est un travail que je continue à faire »26. Ce travail passe sans doute par l’indispensable glissement du remords (qui enferme dans le passé) au regret, tourné vers l’avenir et donc vers l’action. Or, l’action réside ici dans la voie du témoignage :

20. J’espère avoir l’occasion de raconter mon histoire dans les écoles. Ce serait pour moi une manière de me racheter et de faire ce que j’ai toujours voulu : aider les autres. (Pasoli et Lorsignol 2016 : 194).

  • 27 Nous entendons « discours alternatif » au sens d’un contre-discours qui ne se construit pas en oppo (...)

66Cette forme spécifique du témoignage et plus largement du genre autobiographique, en tant que discours alternatif27au discours djihadiste, est d’ailleurs en elle-même à questionner. En effet, les récits de repentis sont à envisager non seulement dans leur vocation à décrire le phénomène de radicalisation mais aussi à convaincre dans une visée de transformation du lecteur, et cela à deux niveaux, puisqu’ils semblent construire une double figure du destinataire :

67– Les personnes en voie de radicalisation, susceptibles de s’identifier au cheminement de ces ex-djihadistes et auxquels ces derniers s’adressent directement pour les dissuader de passer à l’action : « Les filles, s’il vous plaît, ne croyez pas la propagande de Daesh : là-bas les femmes ne sont que des ventres. » (Pasoli et Lorsignol 2016 : 194).

68– Les Français au sens large, qui par leur lecture sont censés permettre la performativité du repentir : « Pour finir, je remercie chaque lectrice, et chaque lecteur […] Car avec ce geste, chacun valide mon retour dans le giron de ma patrie » (Vallat 2016 : 92).

  • 28 Citation extraite du documentaire « Jihad : faut-il croire les repentis ? » dans l’émission Complém (...)

69Précisons que l’entreprise de persuasion à l’œuvre dans ces ouvrages est le plus souvent indirecte ou inavouée, nous autorisant donc à les catégoriser comme des discours à dimension plus qu’à visée argumentative (Amossy 2008) : le pouvoir persuasif de la narration réside ici dans la volonté du repenti d’imposer une cohérence à son récit et de structurer les circonstances dans une temporalité ou causalité afin d’en maîtriser le sens. Toutefois, dans certains cas, l’entreprise de persuasion est programmée et même revendiquée : « Je suis une arme de persuasion massive, […] insinuer un doute dans l’esprit d’un radicalisé, c’est une grosse victoire »28, affirme D. V.

  • 29 Extrait de l’article « Interview de l’épouse de notre frère Aboû Basîr Abdoullâh Al-Ifriqî ». Préci (...)

70Si l’argumentation ne s’impose pas dans le récit, il s’agit bien de réfuter son opposition avec la narration afin de saisir la nature contre-discursive de ces discours. Le genre du témoignage a d’ailleurs toute sa place dans la revue Dar al-Islam sous la forme d’interviews rédigées par des femmes qui relatent leur bonheur d’avoir atteint la terre du Califat : « Louange à Allah qui m’a facilité la route, je n’ai rencontré aucune difficulté […] Je ressens un soulagement d’avoir accompli cette obligation al-Hamdoulillah »29.

4. Conclusion

71Constitutive de l’ADN du contre-discours, l’expression de la conflictualité apparaît comme un outil de fabrique du doute, donc comme une arme contre-discursive à part entière pour déjouer un discours de haine qui vise à détruire tout questionnement et donc toute altérité. C’est dans cette perspective que nous avons analysé les différentes modalités d’expression du conflit à travers trois types de contre-discours élaborés par des locuteurs différents et à travers des genres de discours différents.

72– Le discours institutionnel, où domine la focalisation sur l’autre et donc la contre-détermination : mettant en scène un monde en guerre, il repose sur la logique du pólemos et légitime la destruction de l’ennemi absolu, Daesh. La modalité argumentative privilégiée est d’ailleurs polémique (Amossy 2008) puisque caractérisée par une violente attaque de la thèse adverse, l’objectif étant de défier les recruteurs djihadistes sur le web et d’inciter les jeunes à s’en méfier.

73– Le discours mémoriel qui propose une autre vision du monde en rendant hommage aux morts : il opère un lissage de la conflictualité pour rassembler autour de la République, prévenir de cette façon le risque de stásis et assaillir de doutes ses opposants par des portraits magnifiant les civils tués par le terrorisme.

74– Les témoignages de repentis qui sont le lieu privilégié d’un agôn intérieur et qui livrent le récit d’un monde intime morcelé en visant, par le récit d’un vécu, à instiller le doute dans l’esprit d’une personne en voie de radicalisation.

75L’objectif qui anime M.B va précisément dans ce sens :

  • 30 Ibid.

21. L’éloge du doute, ça n’existe pas chez eux. […] c’est ça qu’il faut essayer de bousculer30.

76Une difficulté semble alors se poser en amont du contre-discours lui-même : elle réside dans l’établissement d’une relation de confiance avec la personne avant de créer les conditions favorables d’une remise en question de son système de représentation ; un point qui interroge le choix des acteurs à intégrer au processus de désengagement et un enjeu majeur pour la réflexion à poursuivre sur les contre-discours à l’idéologie djihadiste.

ASCONE L., (2018), La radicalisation à travers l’expression des émotions sur internet. Thèse soutenue le 22 novembre 2018 à l’Université de Cergy-Pontoise.

Haut de page

Bibliographie

ADAM J.-M., (2005), La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours. Paris : Nathan.

AMOSSY R., (2008), « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation et Analyse du discours, 1, http://journals. openedition.org/aad/200

ANGENOT M., (1989), « Hégémonie, dissidence et contre-discours : réfléxions sur les périphéries du discours social en 1889 », Études littéraires, 22(2), 11-24.

ANSCOMBRES J-C., (1977), « La problématique de l’illocutoire dérivé », Langage et société, 2, 61-124.

BENSLAMA F., (2016), Un furieux désir de sacrifice. Le Surmusulman. Paris : Le Seuil.

BERTUCCI M., (2013), « Formes de la ségrégation langagière et sociale en banlieue », Cahiers internationaux de sociolinguistique, 4(2), 41-55.

BOYER H., (1997), « « Nouveau Français », « parler jeune » ou « langage des cités » ? Remarques sur un objet linguistique médiatiquement identifié », Langue française, 114, 6-15.

BREYER M., (2002), « L’ennemi n’est pas un objet pour la pensée », L’Autre, 3 (1), 155-159. CHARAUDEAU P., (1992), Grammaire du sens et de l’expression. Paris : Hachette.

CHARAUDEAU P., (1995), « Une analyse sémiolinguistique du discours », Langages, 117, 96-111.

DASCAL M., (2008), « Dichotomies and types of debate », in EEMEREN F.H., GARSSEN B. (dir.), Controversy and Confrontation : Relating Controversy Analysis with Argumentation Theory. Amsterdam : John Benjamins, 27-49.

DEL VALLE A., (2009), « Guerre des représentations et virus sémantiques », Géoéconomie, 5 (4), 119-145.

FLOREA M.-L., (2011), « Dire la mort, écrire la vie. Re-présentations de la mort dans les nécrologies de presse », Questions de communication, 19, 29-52.

HADDAD G., (2015), Dans la main droite de Dieu : psychanalyse du fanatisme. Paris : Premier parallèle.

JEANMART G., (2006), Herméneutique et subjectivité dans les Confessions d’Augustin. Turnhout : Brepols Publishers.

KERBRAT-ORECCHIONI C., (2005), Les Actes de langage dans le discours. Théorie et fonctionnement. Paris : Armand Colin.

KHOSROKHAVAR F., (2014), Radicalisation. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

KRIEG-PLANQUE A., OGER C., (2010), « Discours institutionnels. Perspectives pour les sciences de la communication », Mots, 94, 91-96.

LAURU D., (2004), « Dépersonnalisation, le doute d’exister ? », Figures de la psychanalyse, 9(1), 87-95.

LEYENS J.-P., YZERBYT V., SCHADRON G., (1996), Stéréotypes et cognition sociale, 214. Liège : Édition Mardaga.

MARCHAIS-ROUBÉLAT A., ROUBELAT F. (2013), « La sobriété et l’ostentation : règles, symboles et action stratégique », Stratégique, 104(3), 15-27.

MARTINI A., (2018), « Making women terrorists into ‘Jihadi brides’ : an analysis of media narratives on women joining ISIS », Critical Studies on Terrorism, 1-20.

MAYAFFRE D., (2014), « « Ça suffit comme ça ! ». La fausse opposition quantitatif/qualitatif à l’épreuve du discours sarkozyste », Corela, 15.

MOÏSE C., OPRÉA A., (2015), « Politesse et violence verbale détournée », Semen, 40.

MONIQUET C., (2015), Néo-djihadistes : Ils sont parmi nous, qui sont-ils ? Comment les combattre ?, Primento.

MOUFFE C., (2010), « Politique et agonisme », Rue Descartes, 67 (1), 18-24.

NICOLAS L., (2014), « L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout », Argumentation et analyse du discours, 13, https://journals. openedition.org/aad/1833

ORRIEUX C., SCHMITT-PANTEL P., (2013), « Lexique », in Histoire grecque. Paris : Presses Universitaires de France, 487-496.

PAVEAU M.-A., (2006), Les Prédiscours : sens, mémoire, cognition. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

PERELMAN C., OLBRECHTS-TYTECA L., (1988) (5e éd.), Traité de l’argumentation. Bruxelles : Édition de l’Université libre de Bruxelles.

PLANTIN C., (2011), Les Bonnes raisons des émotions. Bernes : Peter Lang.

REBOUL O., (1991), Introduction à la rhétorique : théorie et pratique. Paris : Presses Universitaires de France.

SALAZAR P.-J., (2015), Paroles armées : comprendre et combattre la propagande terroriste. Paris : Lemieux.

TRIMAILLE C., BILLIEZ J., (2000), « Enjeux des désignations de sociolectes urbains générationnels », in CALVET L.-J., MOUSSIROU-MOUYAMA A. (eds.), Le plurilinguisme urbain. Paris : Didier Érudition, 209-228.

VAN DIJK T.A., (2006), « Politique, idéologie et discours », Semen, 21.

WATZLAWICK P., BEAVIN J., (1967), « Some formal aspects of communication”. American Behavioral Scientist, 10 (8), 4-8.

WITTE, K., ALLEN, M., (2000), « A meta-analysis of fear appeals : Implications for effective public health campaigns », Health education & behavior, 27(5), 591-615.

Sources primaires

BENCHELLALI M., (2006), Voyage vers l’enfer. Paris : Robert Laffont.

BOUZAR D., BENYETTOU F., (2017), Mon djihad : itinéraire d’un repenti. Paris : Autrement.

KASIKI S., GUENA P., (2016), Dans la nuit de Daesh : confession d’une repentie. Paris : Robert Laffont.

PASONI L., LORSIGNOL C., (2016), Au cœur de Daesh avec mon fils. Bruxelles : La boite à Pandore.

VALLAT D., (2016), Terreur de jeunesse, le témoignage d’un ex-djihadiste. Paris : Calmann-Lévy.

Haut de page

Annexe

Annexe : corpus

Haut de page

Notes

1 Depuis 2014, ce département diffuse essentiellement des revues : Dabiq publiée en anglais sous la forme de 15 numéros, Dar al-Islam rédigée en français qui fait l’objet de 10 numéros et depuis septembre 2016 Rumiyah déclinée en huit langues (anglais, turc, ouïghour, pachtoune, russe, alle-mand, indonésien et français) qui compte 13 numéros. On retrouve aussi des vidéos et enregistrements de chants à destination des musulmans non-arabophones afin de promouvoir l’idéologie djihadiste.

2 La revue est accessible sur le site suivant : https://jihadology.net/category/dar-al-islam-magazine/. Composée de neuf numéros, la revue compte 229 762 mots.

3 Dans le huitième numéro de la revue, l’auteur cite l’imam Ibn al-Qayyim : « Le djihâd défensif est visé par tout un chacun et ne s’en détourne que le lâche qui est blâmable aussi bien par la loi que par la raison ».

4 Dar al-Islam 2.

5 Dar al-Islam 7.

6 La catégorisation de l’autre engendre ici une dichotomisation du monde qui amène constamment le lecteur.ice à éprouver la frontière entre le ils et le nous et donc à prouver son appartenance au groupe (Van Dijk 2006). Or cette frontière est abolie dès lors qu’il n’est plus en accord avec l’idéo- logie djihadiste mais également s’il n’agit pas au nom de cette idéologie, devenant ainsi l’ennemi lui-même : « Celui qui insulte les compagnons […] alors nul doute de sa mécréance et nul doute sur la mécréance de celui qui s’abstient de le déclarer mécréant ». (Dar al-Islam 3)

7 Voir à ce sujet les travaux de Nicolas (2014 : 9) : à l’œuvre dans la propagande jihadiste, « le raisonnement conspirationniste crée un espace qui semble ouvert au doute et à l’argumentation, alors même qu’il rend l’expression de l’un comme de l’autre impossible. La finalité de ce type de discours n’est nullement d’assumer le doute, ni d’en faire une ressource dans la démarche argumentative. Au contraire, tout semble fait pour lui retirer sa dimension pratique, mais aussi pour dissiper la part d’incertitude […] qui permet à la liberté de choix d’opérer. Douter de tout pour ne plus douter du tout ».

8 Une description détaillée du corpus est présentée dans l’annexe.

9 Angenot (1989 : 9) défi it la périphérie du système discursif comme un espace aux marges des secteurs de légitimité et occupé par « toutes sortes de groupuscules qui opposent aux idées et aux valeurs dominantes leur science, leur historiosophie, leur herméneutique sociale et même (au moins de façon embryonnaire) leur esthétique, groupes dont l’axiome fondamental est de mettre de l’avant cette rupture radicale dont ils se flattent ».

10 L’ensemble de ces notions sont définies dans les travaux d’Orrieux et Schmitt-Pantel (2013).

11 Le terme « stéréotype » réfère à des « croyances partagées concernant les attributs personnels d’un

groupe humain » (Leyens et al. 1996 : 11).

12 Comme le note Bertucci (2013 : 50), une distinction doit être faite entre « langage des jeunes » et langage dit des « banlieues », malgré une confusion fréquente : en effet, « si on en revient à la perspective sociolinguistique, la notion de français des banlieues, dans la mesure où elle recouvre les mécanismes de minorisation-stigmatisation et la ségrégation spatiale, semble pertinente et plus adaptée à l’objet visé que celle de langue des jeunes, même s’il y a une porosité dans le lexique en particulier. » Pour autant, des travaux ont récemment montré que le terme « banlieue » est souvent associé au langage de jeunes de banlieue (Trimaille et Billiez 2000), qui assimilerait cette façon de parler à un sociolecte générationnel (Boyer 1997).

13 Le pré-discours est « un ensemble de cadres prédiscursifs collectifs (savoirs, croyances, pratiques), qui donnent des instructions pour la production et l’interprétation du sens en discours » (Paveau 2006 : 21).

14 On nomme la partie pour signifier le tout, contrairement à la synecdoque généralisante, où l’on nomme le tout pour signifier la partie.

15 On compte 111 occurrences du terme « vérité », uniquement au singulier, dans la revue Dar al-Islam.

16 Discours de Manuel Valls du 18 novembre 2016.

17 Nous considérons la menace comme un mal annoncé par son agent à la cible de ce mal.

18 On parle aussi d’acte de langage indirect raccourci pour un « acte de langage formulé indirectement, sous le couvert d’un autre acte de langage » (Kerbrat-Orecchioni 2005 : 35).

19 Hors mentions du site www.stop-djihadisme.gouv.fr et du logo gouvernemental.

20 Le pronom à caractère réflexif « se » se comprend ici au sens collectif.

21 Voir à ce sujet les travaux de Perelman et Olbrechts-Tyteca (1988 : 59) : « Le but de toute argumenta- tion, avons-nous dit, est de provoquer ou d’accroître l’adhésion des esprits aux thèses qu’on présente à leur assentiment : une argumentation efficace est celle qui réussit à accroître cette intensité d’adhésion de façon à déclencher chez les auditeurs l’action envisagée (action positive ou abstention), ou du moins à créer, chez eux, une disposition à l’action, qui se manifeste au moment opportun ».

22 Expression de François Hollande dans son discours d’hommage aux victimes du 13 novembre : https://www.youtube.com/watch ?v =lqTtAsiiCFc

23 Titre d’une lettre d’Antoine Leiris aux terroristes.

24 Cette notion de dialogue avec l’au-delà parcourt l’ensemble des chansons d’hommage aux victimes du terrorisme et renvoie à une fonction essentielle du portrait nécrologique (Florea 2011). En effet, si elle est destinée à commémorer les morts autant qu’à rassembler les vivants, la nécrologie vise aussi dans une perspective plus individuelle à « s’accompagner soi-même face à la mort » : « En perpétuant le souvenir du défunt au sein de la communauté à laquelle il appartenait, on se projette dans sa propre mort, qui devient non plus une rupture irrémédiable avec les vivants, mais une autre façon d’interagir avec eux : le lien social devient lien mémoriel » (Florea 2011 : 60).

25 Propos tenus par Farid Abdelkrim dans le documentaire « La France face aux repentis du djihad » (Émission Le Monde en face) sur France 5 : http://www.les-docus.com/la-france-face-aux-repentis-du-jihad-2-2/

26 Documentaire « La France face aux repentis du djihad », dans l’émission Le Monde en face sur France 5 (http://www.les-docus.com/la-france-face-aux-repentis-du-jihad-2-2/)

27 Nous entendons « discours alternatif » au sens d’un contre-discours qui ne se construit pas en oppo- sition à un autre discours, c’est-à-dire un discours autre qui ne se dirait pas contre-discours. Ici, la forme spécifique du témoignage, où la conflictualité est intérieure et non dirigée contre, s’inscrit bien dans cette définition.

28 Citation extraite du documentaire « Jihad : faut-il croire les repentis ? » dans l’émission Complément d’enquêtes sur France 2.

29 Extrait de l’article « Interview de l’épouse de notre frère Aboû Basîr Abdoullâh Al-Ifriqî ». Précisons que l’article n’est pas signé et donc anonymisé.

30 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Exemple de premier contact que le recruteur établit avec sa cible sur Facebook
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/12504/img-2.png
Fichier image/png, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurène Renaut et Laura Ascone, « Contre-discours au discours de haine djihadiste : de l’expression de la conflictualité à la fabrique du doute », Semen [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2021, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/12504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.12504

Haut de page

Auteurs

Laurène Renaut

Université Paris Seine, Laboratoire AGORA –EA 7392

Laura Ascone

Université Paris Seine, Laboratoire AGORA –EA 7392

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search