Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47II . Actualités scientifiquesPenser les mots, dire la migratio...

II . Actualités scientifiques

Penser les mots, dire la migration (sous la direction de L. Calabrese et M. Veniard) : une lecture subjective

Rose-Marie Volle

Texte intégral

Introduction

1L’ouvrage a paru en septembre 2018 et nous invite à « penser les mots » qui circulent dans les discours au sujet de la migration. Il s’agit essentiellement des discours relevant des débats publics même si les discours ordinaires peuvent être évoqués à la marge.

2Il se compose de deux parties : une première partie consacrée à un balisage théorique signé par les deux éditrices, Laura Calabrese et Marie Veniard (p. 9 à 31), et un ensemble de chapitres fonctionnant comme un dictionnaire de « sémantique du discours » (p. 33 à 197). Chaque chapitre est pris en charge par un chercheur et se concentre sur un mot ou un couple de mots pour lequel il ne s’agit pas de donner une définition mais de livrer « des trajets sémantiques de mots en discours » à partir de corpus oraux et écrits.

3Les mots, ainsi soumis au travail de la pensée, sont dans l’ordre de l’ouvrage : « accommodement raisonnable » (Maryse Potvin), « allochtone » (Antoine Roblain), « aventurier » (Cécile Canut), « communauté et communautarisme » (Michelle Lecolle), « diversité » (Laura Calabrese), « Dublins et dublinés » (Sandra Nossik), « étranger » (Benjamin Boudou), « Europe forteresse vs. Europe passoire » (Julien Auboussier), « exilé » (Sylvie Aprile), « Français de souche » (Sonia Branca- Rosoff), « intégration » (Christine Barats), « Islam vs. Occident » (Ida Hekmat), la famille des mots en « migr- » (Pierre Fiala), « migrant vs. réfugié » (Laura Calabrese), « multiculturel, multiculturalisme » (Marie Veniard), « race » (Émilie Devriendt), « réfugié » (Karen Akoka), « sans-papiers » (Salih Akin). Pour chaque mot, on trouve une notice de 6 à 8 pages avec une courte bibliographie.

4L’ouvrage adopte une perspective interdisciplinaire (sciences du langage, sociologie, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, histoire) au sein de laquelle l’ancrage principal demeure, nous semble-t-il, en Analyse du Discours.

1. De l’importance du cadrage théorique

5La première partie « Mot, discours et migration, une relation dialectique » assortie d’une bibliographie tient lieu de cadrage théorique. Cette partie s’adresse à la fois au néophyte, aux chercheurs d’autres disciplines mais aussi aux chercheurs en sciences du langage qui découvrent les points principaux caractérisant le positionnement théorique de l’ouvrage. C’est sans doute un des grands intérêts de ce travail que de pouvoir s’adresser à des lecteurs non chercheurs – nous pensons à tous ceux dont les professions relèvent d’une mise en mots de la migration : journalistes, responsables politiques, travailleurs sociaux, professionnels de l’éducation, du soin, du droit, acteurs du monde associatif – sans renoncer aux exigences scientifiques. Voilà donc un ouvrage qui s’adresse à tous ceux qui parlent des migrants, qui parlent aux migrants et qui se sont sans doute déjà interrogés sur les mots qu’ils utilisent.

6L’ouvrage part en effet du constat que les mots font débat voire même sont l’objet de polémiques au sein des discours sur la migration : l’été 2015 a été marqué par le débat médiatique portant sur l’usage du mot « migrant » auquel on opposait le mot de « réfugié » . Ainsi les différents acteurs du monde politique, médiatique, associatif s’attachent déjà à « penser les mots », ils sont conscients que toute parole se fonde sur les mots d’autrui, déjà porteurs d’une interprétation du monde et que chacun est appelé à se positionner en assimilant ou en refusant plus ou moins ces usages. Adopter un point de vue réflexif sur les mots n’est pas le privilège de la pos- ture scientifique mais bien le propre du langage avec sa fonction métalinguistique.

7Or cette fonction métalinguistique ici exercée est corrélée à l’illusion d’une conception référentielle du langage qui envisage la langue comme un étiquetage du réel et autorise de penser qu’il y a un « mot juste », un « bien dire » opposé à un « mal dire » qu’il faudrait combattre. C’est en ce point que se situe l’apport essentiel de l’ouvrage : il propose de débattre de l’usage des mots mais sans céder à la thèse référentielle du langage. Bien au contraire, il envisage la non coïncidence des mots aux choses comme l’espace où se loge toute pensée, toute subjectivité et donc tout débat.

8L’ouvrage aborde ainsi la question du pouvoir des mots à partir de l’idée que les mots participent de la construction de la réalité sociale. Le propos devra donc se situer entre deux écueils : une conception du langage comme construisant entièrement la réalité et à l’opposé une conception du langage ne faisant que refléter une réalité déjà-là. La position intermédiaire suivie par les auteurs suppose que le langage construise et reconfigure la réalité dans les limites qu’imposent la langue (le vocabulaire et la grammaire partagés par une communauté) et les mots d’autrui : la mémoire des mots, de leurs usages passés (dialogisme), mais aussi les mots de l’autre de l’adresse. Le pouvoir des mots consiste donc dans le fait de choisir tel mot plutôt qu’un autre pour désigner telle réalité ou de négocier les effets de sens propres à tel mot pour imposer son mode d’interprétation du monde.

2. Des mots soumis au travail de la pensée

2.1. Retrouver le sens de la langue

9Ida Hekmat s’attache à dégager les enjeux de l’opposition « Islam vs. Occident ». Cette opposition selon l’auteure n’est ni discutée ni interrogée dans les débats publics, elle fonctionne au contraire comme une évidence, un prêt-à-penser qui fait consensus. Or les mots qui composent ce couple relèvent d’un lexique appartenant à des champs qui ne peuvent donner matière à comparaison/opposition : l’un spatial et l’autre religieux. L’opposition supposerait a minima de mettre dans la balance des termes qui peuvent se comparer. Or le figement de cette opposition et sa répétition font qu’il n’est plus possible d’entendre l’incongruité d’une telle opposition. L’auteure s’attache à montrer la pluralité de sens que prend chacun de ces mots à la faveur de déplacements métonymiques. Au final, l’opposition fonctionne sur des catégories implicites, nous vs. eux, et fournit une grille d’interprétation d’enjeux politiques majeurs tout en empêchant de penser la complexité de la réalité.

10Sandra Nossik s’intéresse aux mots « Dublins/dublinés » qui ont émergé pour désigner les personnes migrantes dont la présence sur le territoire est régie par le Règlement de Dublin. L’antonomase les « Dublins » fonctionne comme un mot écran en coupant le mot de toute mémoire : il n’y a aucun lien entre la ville de Dublin et les parcours spatiaux des migrants ainsi désignés. « Dublinés » apparaît plus tard, il fonctionne soit comme un adjectif, un participial nominalisé ou encore comme un participe passé dans un verbe conjugué au passé composé. Cette dernière dérivation morphologique passe par un détour par la voie passive, ce qui n’est pas sans lien, note l’auteure, avec le destin de ceux ainsi désignés. En coupant le mot de toute mémoire discursive, cette désignation fait disparaître les hommes, les femmes, les enfants qui vivent des situations dramatiques du fait de la réglementation de Dublin.

11Pierre Fiala à travers son analyse de l’évolution morphologique des mots relevant de la famille « migr- » dégage la confrontation entre l’ordre de la langue (morphologique, syntaxique, lexical) et les usages discursifs nés des rapports de forces sociaux. Dans la seconde moitié du XXe siècle, le mot « immigré » a supplanté celui d’« émigré » et tend actuellement à être remplacé par celui de « migrant ». Pour chacune de ces évolutions, Pierre Fiala retrace les idéaux qui reconfigurent selon le jeu des forces sociales l’image du migrant. En retrouvant et en soulignant l’évolution morphologique du mot, il permet de réentendre les rapports sociaux qui l’ont conditionnée. C’est une forme de lutte contre l’amnésie.

12Ces trois chapitres ont en commun de mettre l’accent sur l’oubli de la langue qui est en jeu dans les rapports de force. Une sorte de désensibilisation à la langue, à sa structure, interdit d’entendre ce qui se joue réellement. En retrouvant le sens de la langue, la façon dont les mots se construisent selon des règles, des contraintes propres à la langue, il est possible de retrouver la mémoire et sans doute la parole.

2.2. Retrouver la mémoire des mots

13Sylvie Aprile, par son travail d’historienne, nous fait redécouvrir la mémoire du mot « exilé » que d’aucuns revendiquent contre l’usage du mot « migrant ». Dans l’Europe du XIXe siècle, l’exil est volontaire, c’est celui des élites qui s’opposent au pouvoir en place. Le terme d’« émigré », quant à lui, était celui qui était réservé pour décrire l’émigration nobiliaire pendant la Révolution française. Jusqu’à aujourd’hui, le mot d’« exil » entretient un lien avec l’idée de résistance au pouvoir en place. Il est lié à la figure de l’intellectuel, de l’artiste et connote donc l’idée de création, d’invention. Ainsi pour ceux qui revendiquent le mot « exilé » à la place de celui de « migrant » , il s’agit d’espérer un meilleur accueil pour les migrants en mobilisant une mémoire discursive qui rappelle la fécondité de l’exil pour le pays d’accueil.

14Karen Akoka s’est intéressée quant à elle à l’évolution de la catégorie « réfugié » au fil des siècles. La définition juridique du réfugié désigne un groupe persécuté qu’il s’agit de protéger, or ce groupe à protéger a toujours été défini en fonction de critères politiques qui permettaient d’en exclure d’autres. Jusqu’au début du XVIIIe siècle, le terme réfugiés était réservé aux Huguenots ayant fui la France catholique d’avant l’Édit de Nantes et d’après sa révocation. Or les Juifs et les Maures chassés d’Espagne un siècle avant les Huguenots n’ont pas bénéficié de cette catégorisation. Durant l’entre-deux guerres la Société des Nations désigne comme réfugiés les Russes mais aussi les Arméniens et les Assyro-Chaldéens. Elle n’en fera pas autant pour les Italiens, les Espagnols et les Juifs d’Allemagne qui fuient les régimes fascistes. L’auteure note qu’en cette période le communisme était davantage perçu comme un problème que le fascisme. De même dans la France des années 1950- 1970, il suffit de quitter un pays communiste pour avoir un statut de réfugié. Dans un contexte de Guerre froide, accueillir des personnes venant de Russie, Hongrie, Pologne etc. constitue une preuve de la supériorité du libéralisme et du capitalisme sur le communisme. Retrouver la mémoire des évolutions de la catégorie « réfugié » permet de se saisir de l’arbitraire de ces catégories et de la façon dont elles renvoient à un projet politique. Aujourd’hui l’opposition « migrant vs. réfugié » permet d’opposer une migration dite économique à une migration dite politique permettant de rejeter la première et d’accueillir la dernière.

15Laura Calabrese interroge l’évolution récente du mot « diversité » qui peut désormais désigner l’altérité, l’hétérogénéité d’une population au point qu’une personne puisse être définie comme « issue de la diversité ». Cette évolution récente est à resituer dans un modèle normatif gestionnaire propre au monde de l’entreprise dans lequel la diversité doit être promue comme argument marketing. Or ce mot va peu à peu gagner les sphères du politique, de l’éducation où il s’agit de lutter contre les discriminations. En France, la notion de diversité, indique l’auteure, remplace dans les usages la notion de minorité qui ne peut être mobilisée sans contredire le modèle républicain. La réflexion pourrait se prolonger en interrogeant la façon dont une tradition discursive propre au monde de l’entreprise se trouve en position de concurrencer la tradition issue de la Révolution française. Retrouver la mémoire des mots, c’est retrouver la capacité d’éclairer le débat d’une manière singulière.

3. Politiquement correct vs. liberté de re-signification

16La force de cet ouvrage est de se dégager de toute visée normalisante en réfutant l’idée du « bon mot », « du mot juste » qui s’appuie, comme nous l’avons vu, sur une conception de la langue réduite à un étiquetage référentiel. Cette illusion est bien celle du « politiquement correct » qui tente d’asseoir par toute une batterie de normes langagières une police du discours. Or on peut s’interroger sur la prégnance de ce modèle dans les discours qui luttent contre les discriminations. Au contraire, en réaffirmant la non coïncidence des mots et des choses, l’ouvrage de Laura Calabrese et Marie Veniard maintient ouvert ce qui au cœur du fonctionnement langagier garantit le mouvement perpétuel d’une symbolisation toujours recommencée. Nous ne parlons jamais qu’à partir des mots d’autrui que nous retravaillons afin de produire une parole singulière.

17La lecture de cet ouvrage n’a cessé de résonner pour nous avec l’ouvrage du philosophe Jacques Dewitte, Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit. Essai sur la résistance au langage totalitaire, publié aux Éditions Michalon en 2007. De ses lectures d’Orwell, de Sternberger et de Klemperer pour le nazisme, de Wat pour le communisme, Dewitte repère le fonctionnement d’un langage totalitaire dans sa façon de chercher à déterminer la relation entre le mot et la chose afin d’annuler la place du sujet dans le langage. Il décrit deux formes de langages totalitaires. Une première forme impose une correspondance univoque entre un mot et une chose avec pour objectif d’évincer toute polysémie. C’est, nous semble-t-il, le fantasme à l’œuvre dans les visées du politiquement correct quand il se pique de proscrire tel ou tel mot ou d’élire le « bon mot » seul capable de dire vraiment la réalité. Dewitte repère une autre forme de langage totalitaire qui répond au projet de coupure de tout lien entre les mots et la réalité. Dans la langue communiste que décrit Wat, l’asservissement s’appelle « liberté », la faim « le bien du peuple » , et dans la LTI de Klemperer, le mot « fanatique » devient positif en dépit de l’usage qui en avait été fait jusqu’alors. Ce langage se fonde sur un principe d’arbitraire radical : le lien entre le mot et la chose n’est plus soumis aux limites qu’imposent les contraintes de la langue et la mémoire des mots. Se trouve alors détruit le matériel langagier qui donne au sujet la possibilité d’une parole singulière. En donnant les moyens de retrouver le sens de la langue, de retrouver la mémoire des mots, cet ouvrage ouvre la voie aux paroles singulières et à l’exercice d’une liberté quant à la re-signification des mots qui disent la migration.

18Le chapitre consacré au mot « aventurier » écrit par Cécile Canut rend compte de ce pouvoir de re-signification qui s’exerce à partir des mots entre les langues et entre les traditions discursives. Le mot « aventurier », appartenant à une tradition discursive repérable dès le XVIIIe siècle, est une autodénomination qui circule actuellement en Afrique dite francophone et qui trouve différentes déclinaisons dans les langues africaines. L’analyse d’un corpus oral montre un sujet qui puise dans une tradition discursive de l’aventurier pour s’inventer une identification qui ne relève pas d’une appartenance fermée à une communauté mais d’un désir sans objet, qui est mouvement vers… Or cette identification s’élabore dans l’« équivoque heureuse » , selon les mots de l’auteure, du langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose-Marie Volle, « Penser les mots, dire la migration (sous la direction de L. Calabrese et M. Veniard) : une lecture subjective », Semen [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/12840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.12840

Haut de page

Auteur

Rose-Marie Volle

Université Paul-Valéry Montpellier 3, DIPRALANG (EA 739)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search