Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48La révolution par elle-même : sub...

La révolution par elle-même : subjectivité radicale et discours de l'action collective dans les énoncés graffités pendant l'occupation de la Sorbonne en mai-juin 1968

Émilie Devriendt

Résumés

Résumé : Dans cette contribution, je m’intéresse aux discours des acteurs et actrices du mouvement des occupations de mai-juin 1968 à Paris, tels que les murs, les vitres, le mobilier et autres supports en gardaient la trace au terme des deux premières semaines de l’occupation de la Sorbonne. À travers les 394 énoncés graffités qui constituent mon corpus, c’est la parole de l’action collective que je propose d’interroger, dans ses dimensions énonciative et pragmatique, indissociables de la situation d’action directe radicale où ces graffitis ont été produits : l’occupation d’un lieu du pouvoir, dans un temps limité, poursuivant la visée commune de détruire le « vieux monde ». Ce faisant, je m’efforce de cerner les points d’articulation énonciatifs et pragmatiques du collectif et de l’individuel, pour tâcher de caractériser la manière dont se réalise en discours la subjectivité révolutionnaire ou « subjectivité radicale », que le situationniste R. Vaneigem définissait en 1967 comme l’« unité des subjectivités fédérées ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seuls des tracts (Demonet et al. 1975) et affiches (Fraenkel 2015, Provenzano 2015) ont fait, à ma (...)
  • 2 Cf. aussi Lewino (1968, 2010), IS (1969), Artières (2015).
  • 3 Le graffitage politique constitue en lui-même une forme d'action directe, même s'il accompagne et s (...)
  • 4 Pour une chronologie détaillée des évènements pendant l'occupation, cf e.g. Perrot et al. (1968), D (...)
  • 5 Cf. e.g. Ross (2010 : 290), Duteuil (2008 : 12).
  • 6 Contrairement à la production collective des affiches (Fraenkel 2015 : 280), ou des tracts (Demonet (...)
  • 7 Cf. Appel de la Coordination des Comités d'action (in Perrot et al. : 249).

1J'étudie ici le discours des acteurs et actrices du mouvement de mai-juin 1968, tel que les murs et autres supports en gardaient la trace au terme des deux premières semaines de l'occupation de la Sorbonne. Mon corpus est constitué du texte de 394 inscriptions copiées entre les 26 et 29 mai par cinq technicien·nes d'un laboratoire de psychologie sociale associé au CNRS, publiées depuis (No Copyright 1998)1. Ce corpus illustre l'une des formes de la « parole libérée » (Tournier 2007 : 61) qui, d'après de nombreux témoins ou analystes (e.g. Castoriadis 1968, Certeau 1968, Lefebvre 1968, Perrot et al. 1968, Duteuil 2008) a caractérisé, pour ce qui est de leur aspect discursif, les pratiques d'auto-émancipation du mouvement. Quant à l'acte de graffiter, Viénet (1968) a pu définir cette « prise de possession des murs » comme « une des caractéristiques originales de la période des occupations »2. Je propose d'analyser les singularités de cette « parole de l'action collective » (Duteuil 2008 : 184), indissociables de la dimension d'« illégalité » constitutive de l'« action d'écriture » qu'est le graffitage (Fraenkel 2007)3, mais aussi de l'action directe d'occupation et de la situation historique où les graffitis ont été produits4. Quelle que soit l'analyse qu'on peut faire de cette période (mouvement culturel, mouvement politique5), et même si la Sorbonne fut déclarée dès le 13 mai ouverte à (et propriété de) tous les travailleurs, les principaux acteurs de l'occupation sont bien les étudiant·es, dans un contexte où eux-mêmes affirmaient leur « rôle révolutionnaire » – comme dans la Charte de la Sorbonne rédigée pendant la première semaine de l'occupation (Perrot et al. 1968 : 238 sq.). L'acte individuel et majoritairement anonyme de graffiter6 incite à en interroger les productions comme autant de témoignages de ces acteurs eux-mêmes, pour tâcher de caractériser la manière dont se réalise en discours leur subjectivité révolutionnaire, dans son anonymat et dans ou contre telle ou telle identification à une communauté – mais déterminée par une situation d'action collective radicale : l'occupation d'un lieu du pouvoir, poursuivant la visée commune d'ouvrir « la voie de la contestation révolutionnaire du régime » gaulliste7, pour détruire le « vieux monde ». Je m'attacherai d'abord à la représentation des acteurs sociaux et de la collectivité ad hoc de l'occupation. La partie 2 abordera les phénomènes d'interdiscursivité propres à approfondir la description de cette collectivité, à travers la (les) communauté(s) de références et de pratiques impliquées par l'énonciation des graffitis. La partie 3 approfondira la question de l'articulation des points de vue, individuels et collectifs, au fondement de l'énonciation révolutionnaire.

1. Représentation des acteurs sociaux et communauté ad hoc de l'occupation

  • 8 Pour cette autrice, l'interdiscursivité constitue un second paramètre : je l'aborde dans la partie (...)
  • 9 Il s'agit des deux premiers niveaux définissant l'énonciation collective selon Maingueneau. Le troi (...)
  • 10 C'est là une différence majeure avec les discours manifestants analysés par Grinshpun (2013) ou Ber (...)

2Dès lors qu'on cherche à « analyser les identités collectives en discours » (Koller 2009), la « représentation des acteurs sociaux » constitue un paramètre privilégié8 « car il indique qui fait partie de l’endogroupe, quel est le degré d’individualité représenté, jusqu’à quel point la représentation qu’on en fait est individualisée, et quel degré de précision atteint la représentation de ces acteurs sociaux » (§20). Quoique rares, certaines formes permettent de caractériser pour partie des « locuteurs empiriques » composant la collectivité transitoire des occupant·es de la Sorbonne et, le cas échéant, « l’acteur collectif » dont ils/elles participent (Maingueneau 2012 : 63 sq., Grinshpun 2013 :§17)9. On verra que la notion d'exogroupe ne renvoie pas seulement aux figures du pouvoir contestées dans la rue (fédératrices de la communauté), mais aussi à une collectivité d'occupation dissensuelle10.

1.1. Identification individuelle et identification collective dans les graffitis attribués

  • 11 Outre les « Katangais » et les « blousons noirs », dont certains graffitis portent la trace explici (...)
  • 12 Viénet (1968) indique avoir été lui-même l'auteur d'un des graffitis (ex. 32). Lewino (2010) attrib (...)
  • 13 On pourrait aussi postuler des sources collectives en fonction de la localisation des graffitis men (...)
  • 14 Je reprends la distinction et la notation proposées par Rabatel (par exemple 2012).

3Si la composition sociologique des occupant·es ne peut être cernée que de manière imprécise sauf à en souligner la proportion majoritaire d'étudiant·es11 –, l'entreprise s'avère d'autant plus difficile s'agissant de graffiteurs anonymes12. Les sources de plusieurs graffitis sont toutefois mentionnées par une signature13. S'il s'agit souvent de locuteurs/énonciateurs seconds (l2/e2), la signature peut aussi être celle du locuteur/énonciateur premier (L1/E1). On peut distinguer les signatures directes et les signatures indirectes (incluant un désignant auto- identifiant)14.

1.1.1. Énoncés auto-attribués

  • 15 Avec 10 occurrences (soit 15,5 % des graffitis attribués), cette signature est la plus attestée. S' (...)
  • 16 Comité révolutionnaire d'action culturelle.

4Ces énoncés, attestant des signatures directes ou indirectes, sont les seuls à fournir des informations sur l'identité ou le « profil » des graffiteurs. Il peut s'agir de désignants individuels ou collectifs, ces derniers étant majoritaires. Les collectifs, parfois signataires de plusieurs (occurrences de) graffitis, se répartissent en groupes ou courants politiques (Les enragés15, anarchistes), comités d'action (Comité d'action directe, C.R.A.C.16, Comité d'Action rue Bonaparte), syndicats (« L'UNEF »), journaux (La feuille) ou corporation, comme ici :

  • 17 Sauf mention contraire, la transcription des éditions Verticales a été respectée, y compris dans la (...)

(1) Nous, les marins des U.S.A. nous sommes / avec les étudiants français / John17

  • 18 Les autres auto-attributions individuelles désignant de simples occupant·es se limitent à leur prén (...)

5Ce graffiti permet à la fois d'identifier L1/E1 par la signature directe (prénom) et de le catégoriser socialement, tout en mettant en évidence son rôle de porte-parole (informel) d'un groupe donné18. Les signatures individuelles directes se présentent dans quelques cas comme des catégorisations, y compris où le graffiteur (L1) ne peut qu'être dissocié de la source énonciative affichée, E1 (cf. partie 2) :

(2) La dure réalité du pavé / « un con de CRS »
(3) Il ne faut pas écrire sur les murs / parce que c'est amusant / signé : la loi

1.1.2.Énoncés hétéro-attribués

  • 19 Un aperçu global des noms propres et sigles indique que les désignants individuels sont majoritaire (...)

6Les autres signatures désignent des référents supposés connus. Dans ce cas, les graffitis sont des citations (éventuellement apocryphes). Elles permettent de saisir une communauté de référence propre aux occupant·es, ouvrant sur un régime d'interprétation des graffitis fondé sur la connivence entre co-énonciateurs. Les énoncés sont attribués majoritairement à des auteurs, poètes, romanciers, dramaturges (Breton, Ginsberg, Rimbaud, Baudelaire, Boccace, Sade, Gide, Prévert, Vallès, Tzara, Hugo), puis à des philosophes (Alain, Camus, Guillaume de Conches, Sartre), des théoricien·nes politiques (Marx, Rosa Luxemburg), des personnalités politiques (de Gaulle), des figures bibliques (Job, Julien l'Apostat), des journalistes (Charensol), des acteurs (Groucho Marx)19. Le régime d'interprétation des graffitis concernés est aussi bien mémoriel que d'actualité (Maingueneau). Voici un exemple quelque peu extrême de leur articulation et de la connivence énonciative qui l'accompagne, analysée dans la partie 2 :

  • 20 CLER : Comité de Liaison des Etudiants Révolutionnaires, ancêtre de la FER (Fédération des Etudiant (...)

(4) Au début c'était C.L.E.R. comme de l'eau de roche / J'avais un p'tit V.O. dans (la tête) / Maintenant il faut tirer le FER au CLER / Julien l'Apostat20

1.2 Endogroupe et exogroupe représentés dans les énoncés adressés

7Les termes d'adresse permettent d'identifier les destinataires immédiats de certaines (rares) inscriptions. Le principal est camarade(s) :

(5) Camarades, des grévistes / de Champigny sont / en train de mourir de faim / Mettez en relation / avec le comité d'occupation.
(6) Cours Camarade le vieux / monde est derrière toi.

  • 21 Certains emplois du nom enragé sont ambigus, pouvant désigner le groupe politique (Les enragés, ave (...)

8Cet « appellatif majeur » traduit selon Tournier (2007 : 21) « une volonté de fraternisation généralisée ». Sa référence est plus ou moins étendue : occupant·es de la Sorbonne (5), ou plus largement révolutionnaires (6), comme en attestent dans le corpus les adresses larges aux prolétaires ou enragés21 de tous les pays. D'autres cas d'énoncés adressés illustrent davantage l'hétérogénéité des groupes ou tendances politiques cohabitant dans l'occupation (cf ex. 4), en particulier leurs dissensions, signalant une opposition récurrente à l'égard de la gauche et de l'extrême-gauche bureaucratiques, comme dans cette adresse ironiquement lyrique :

(7) O politicards / Anars, Trotskars / et Stalinars / vantez-nous encore / vos mérites, / vendez- nous plus de / portraits de vos maîtres / ABREVEZ-NOUS de / nombreuses citations / Nous vous aimons

9L'énumération contraste ici avec un nous désignant d'autres occupant·es, mais extérieur aux différentes tendances dont politicards pourrait être l'hyperonyme. Ces oppositions sont aussi marquées dans les formes d'insultes (pour beaucoup non adressées) :

(8) Pauvre connerie estudiantine
(9) *LES SYNDICATS / SONT DES / BORDELS / L'UNEF est / UNE PUTAIN
(10) *Godard / le plus con des / Suisses pro-chinois !
(11) Les gaullistes / sont des vieux / veaux qui têtent / encore leurs mères
(12) Grimaud le salaud / Fouchet à la porte / Pierrefite mange des frites
(13) CRS = SS

  • 22 Et autres désignants : « les vaches », « les condés », « les enculés de la sûreté ».
  • 23 Sur l'extension plus ou moins large de ce désignant, cf. Tournier (2007 : 98).

10Outre ces exemples, le relevé des énoncés ou désignants insultants fait apparaître des cibles récurrentes : individuelles (Godard, De Gaulle, Salan, Massu…), et collectives (les CRS, les flics22, les Gaullistes, les fascistes, les prof(esseur)s, la FER, l'UNEF, les Staliniens23, les bureaucrates, les syndicats, les blousons noirs, les étudiant·es, les hommes…). Parmi elles, on trouve donc des références à des exogroupes variés, sous-groupes de la collectivité temporaire de l'occupation (ex. 8, 9, 10, voire 11), mais bien aussi des désignants renvoyant à un exogroupe constitué de figures de pouvoir ou d'autorité (ex. 11, 12, 13).

2. L'énonciation collective graffitée : interdiscursivité, communautés de référence et pratiques du détournement

  • 24 Perrot et al. (295) évoquent la « relative auto-censure » qui fit recouvrir certaines inscriptions (...)

11J'analyse ici les principales formes d'hétérogénéité énonciative repérables dans le corpus, afin d'approfondir la description des identités collectives représentées. Ces formes relèvent d'un régime de connivence qui implique la référence à une (des) communauté(s) de référence et, en particulier, un thésaurus d'énoncés commun au locuteur/scripteur et à son allocutaire (Maingueneau 2012, Grinshpun 2013), mais aussi une communauté de pratiques qui détermine l'énonciation : celle de graffiter se confondant avec la « prise de possession des murs » comme occupation, la réciproque n'étant pas toujours vraie24.

2.1. Les graffitis comme aphorisations

  • 25 Pour Maingueneau (2012 : 8), l'aphorisation est un régime d'énonciation produisant des énoncés déta (...)
  • 26 L'aphoriseur est l'« énonciateur qui est censé soutenir l'aphorisation » (Maingueneau 2012 : 32 sq. (...)

12J'envisage les énoncés graffités comme des aphorisations, celles-ci pouvant être primaires (slogans, maximes...) ou secondaires (extraites de textes)25. Dans cette perspective, tout graffiteur fût-il anonyme est un aphoriseur potentiel, côtoyant sur les murs les aphoriseurs célèbres, quelle que soit la fonction pragmatique ou le style des énoncés graffités26.

2.1.1. Aphorisations primaires

  • 27 Cf. un tract du CRAC (cité par Perrot et al. : 297) : « En […] cette apothéose de la phraséologie, (...)

13Ce sont les énoncés les plus fréquents (près de 78 %). Ces aphorisations (« parémies » dont proverbes, aphorismes, et surtout slogans) ont fait l'objet de critiques au sein même du mouvement27 qui, si elles s'appliquaient plus à la parole des AG qu'aux graffitis, confirment à tout le moins l'importance de ces formes dans la parole collective de mai-juin 68. Pour beaucoup inédites, les aphorisations primaires du corpus partagent avec les parémies connues plusieurs caractéristiques formelles. On peut distinguer, d'une part, les énoncés principalement assertifs ou prescriptifs, à référence verbale et nominale généralisante (cf 1.3.2) :

(14) L'enseignement instruit l'esprit / il est incapable de le former
(15) L'amour c'est comme / le fromage, il faut / qu'il soit bien fait

14et d'autre part les slogans, caractérisés par leur fonction de « mot d'ordre » ou d' « appel » (cf 3.2) :

(16) Légalisation du HASCHISCH
(17) VIVE MAO
(18) Mort aux / staliniens / mort aux / Flics
(19) *NE TRAVAILLEZ / JAMAIS ! / VIVEZ ! Un enragé

15Qu'il y ait ou non inscription énonciative, L1/E1 s'identifie par rapport à une altérité tantôt négative (ex. 14, 18), tantôt positive (ex. 15, 16, 17), ou les deux (ex. 19), profilant des types d'énonciateurs à travers les savoirs, convictions ou affiliations formulées.

2.1.2. Aphorisations secondaires

  • 28 Elles sont extraites de poèmes, chansons, discours de personnalités politiques, de figures biblique (...)

16Les citations prototypiques correspondent aux énoncés hétéro-attribués (20), la citation pouvant être apocryphe (21). Dans le cas des « particitations » (22), l'énoncé n'est pas attribué : entre autres propriétés, « le locuteur « particitant » n’indique pas sa source, ni même qu’il effectue une citation » (Maingueneau 2012 : 59)28 :

(20) Elle EST / RETROUVÉE / - quoi ? / L'ÉTERNITÉ / A. Rimbaud
(21) Ce n'est pas parce que J. L. Godard est un petit bourgeois / qu'il est ridicule, / c'est parce qu'il est ridicule / qu'il est un petit bourgeois / (Georges Charensol)
(22) Aimez-vous les uns les autres

17Dans ces inscriptions, l'énonciation est souvent complexifiée par le procédé du détournement.

2.2. Aphorisations détournées, « thésaurus d'énoncés » et communautés énonciatives

18Maingueneau & Grésillon (1984 : 114) définissent le détournement proverbial comme « un procédé discursif […] qui consiste à produire un énoncé possédant les marques linguistiques de l'énonciation proverbiale mais qui n'appartient pas au stock des proverbes reconnus ». Ce procédé est attesté dans le corpus :

(23) Quand les masses merdoient / les bureaucrates louvoient
(24) « A père bavard, fils actif »

  • 29 L'article cité ne mentionne pas l'usage de cette notion par l'IS, qui l'a pourtant théorisée. Cf. D (...)
  • 30 Voir Devriendt (2020), et Grinshpun (2013) à propos des discours manifestants, en particulier sloga (...)

19L'ex. (23) est un détournement de niveau 1 : il porte sur les « conditions génériques de l'énonciation proverbiale » et pastiche donc le genre proverbial (art.cit. : 115). (24) correspond au niveau 2 puisqu'il détourne un proverbe attesté (À père avare, fils prodigue). Les auteur·es insistent sur la double fonction du détournement : de captation (convergence sémantique entre E1et E0), de subversion (contradiction)29. Le procédé est très fréquent dans les énoncés graffités, en particulier les parémies relevant de matrices formelles – bien au-delà des (rares) proverbes – et dans les aphorisations célèbres30.

2.2.1.Citations et pseudo-citations

20Lorsque les énoncés sont (parti)cités à l'identique ou présentent des variantes a priori non signifiantes, rien ne permet d'affirmer le détournement ni, dans cette hypothèse, sa fonction de captation ou de subversion, son ironie ou sa littéralité – le détournement ne pouvant être postulé qu'au vu du lieu même de l'inscription (niveau 1), voire de l 'identité de l'aphoriseur :

(25) Voici qu'un vent salubre / se lève d'un bout à l'autre / de notre continent, dissipant les nuées [de gaz lacrymogène] / ébranlant les barrières / de Gaulle / (Université de Bucarest 18/5/1968)

21Le changement des conditions d'énonciation font dire à l2/e2, le contraire de ce qu'il disait, sans qu'un seul mot de la citation ait été modifié. Seul l'ajout a posteriori, noté entre crochet, oriente vers une lecture subversive, sachant qu'une captation de E0, due à la présence de graffiteurs « gaullistes », ne peut être totalement exclue.

  • 31 Le renversement est un procédé critique théorisé et pratiqué par Debord (1967 : §206) et l'IS, et l (...)

22Les pseudo-citations sont aussi des formes de détournement, énoncés faussement attribués, soit à des types d'énonciateurs, soit à des énonciateurs existants – comme dans les ex. (4) et (21). En (21), Charensol (vrai journaliste critique d'art) est le pseudo-aphoriseur d'un énoncé insultant Godard, cible privilégiée du comité Enragés-IS. Ce faisant, il s'agit à la fois de discréditer le vrai personnage, en tant que représentant maoïste d'une « Culture » honnie, et de capter le contenu (et la forme renversée31) de l'énoncé apocryphe, ce qui revient à subvertir le dispositif d'ensemble du procédé même de la citation. Avec la pseudo-citation de Julien l'Apostat (4), l'anachronisme signale le détournement de manière encore plus évidente, celui- ci trouvant sa motivation dans le rapport entre signifié du nom propre et transferts d'affiliations politiques. Dans les deux cas, le registre ludique où s'exprime la connivence entre co-énonciateurs, ne peut être dissocié du registre politique.

2.2.2. Particitations

23Ici, l'anonymat des graffitis joint aux opérations de détournement renforce l'effet de connivence. Par rapport aux détournements de seul niveau 1, la posture de L1/E1 (cf Rabatel 2012) est plus évidente à définir dans le cas (majoritaire) des particitations détournées « au niveau du signifiant », les procédés étant cumulables dans un même énoncé :

24• substitution de termes homophones :

(26) Le temps ne fait / rien à la FER / quand on est con / on est con

25• substitution de termes sans similitude phonique nette :

  • 32 Citation originale de l'abbé Meslier : « L'humanité ne sera heureuse que quand le dernier cardinal (...)

(27) Enragés de tous les pays, unissez-vous
(28)*L'Humanité ne sera heureuse / que le jour où le dernier bureaucrate / Aura été pendu avec les tripes / du dernier capitaliste32

26• ajout d'éléments à l'énoncé E0 :

  • 33 L'énoncé compte aussi une substitution homophone (les tas).

(29) les tas (de flics) c'est moi33
(30) JE PENSE GAULLISTE / DONC JE NE SUIS PAS / OU JE SUIS N'IMPORTE QUI

27• jeu avec la négation : je ne suis pas (30).

  • 34 L'énonciation est parfois complexe, comme on le verra infra à propos de (30), énoncé ironique où L1 (...)

28Sur le plan du signifié, ces énoncés peuvent marquer des postures différentes : il y a captation lorsque le contenu propositionnel de l'énoncé détourné est pris en charge par L1/E1, sans discrédit manifeste porté à l2/e2 (ex. 26 à 28), l'énoncé d'origine valant seulement pour renforcer l'adhésion. Il y a subversion quand le détournement vise à discréditer la source énonciative, tout en faisant valoir un point de vue (PDV) opposé à celui pris en charge dans l'énoncé original – ex. (29) et (30)34.

29Dans tous les cas examinés, l'interdiscursivité renforce l'expression des identités collectives, comme on le voit encore ici à travers les acteurs (humains ou non) rejetés comme exogroupe (l'État, les flics, les gaullistes, les capitalistes, les bureaucrates, la FER), ou reconnus comme endogroupe (les « enragés » – et peut-être Brassens, Marx-Engels, Descartes).

2.3. Interactions graffitées et communauté d'écriture

  • 35 Cf. Lopez-Bouchet (2004).

30L'hétérogénéité énonciative se manifeste aussi dans les phénomènes d'interactions graffitées35. Il s'agit soit des interventions directes sur/dans le texte du graffiti, soit de l'inscription d'un énoncé distinct, dans un périmètre spatial plus ou moins proche de l'inscription initiale.

2.3.1. Interventions intra-scriptives

31Ces interventions sont signalées entre crochets dans la transcription des graffitis. Parmi les opérations recensées, toutes peuvent être vues comme des procédés de détournement de niveau 2, d’où l’on peut dégager différentes postures énonciatives :

32• ajouts :

(31) *Professeurs, vous nous faites vieillir [et vomir]
(32) [FUSILLEZ] COHN-BENDIT A PARIS

33• substitutions :

(33) *Les syndicats / [honteux] sont des bordels [des églises]
(34) ASSEZ / [D'ACTES] / DE[S] MOTS / DES ACTES

  • 36 ](33) illustre aussi un cas de commentaire (honteux) portant sur le signifiant d'un mot (ici bordel (...)

34En (31), le PDV est coénoncé. En (32) et (34) les opérations construisent deux PDV différents. En (33 – des églises), le PDV est sans doute sur-énoncé sur le mode ironique (accord sur le fond, désaccord sur la forme)36.

2.3.2. Interventions inter-scriptives

  • 37 La plus fréquente du corpus avec « CRS =SS » et ses variantes.

35Ici, l'interdiscursivité est « traçable » dans l'enceinte de la Sorbonne. Dans la série ci- après37, les variantes dialoguent entre elles pour coénoncer un même PDV :

(35) *Prenez vos désirs pour des réalités (Grand amphithéâtre, Rez-de-chaussée, hall et grand vestibule, p. 34)
(36) Je prends mes désirs pour la réalité / car je crois en la réalité de mes désirs (Grand amphithéâtre, Rez-de-chaussée, hall et grand vestibule, p. 34)
(37) Désirer la réalité / c'est bien / réaliser ses désirs / c'est mieux (Grand amphithéâtre, Rez-de-chaussée, hall et grand vestibule, p. 34)

  • 38 (35) est en effet une particitation, une occurrence étant signée par ailleurs. E0détourne déjà le s (...)
  • 39 Cf. note 31.

36Si l'on se fie à sa répétition à l'identique dans 2 autres occurrences, (35) correspond à E0, l'aphoriseur étant le groupe des Enragés38. Le dialogisme est ici lié aux conditions d'énonciation : les énoncés sont inscrits sur le même mur, (36) et (37) répondant à (35). En (36), l'assertion est une réponse à l'injonction et une validation subjective du mot d'ordre, justifiée par l'explication en car et son présupposé d'existence, exprimée dans le renversement du rapport entre réalité et désirs39. (37) achève l'entreprise de renversement (l'opposition c'est bien… c'est mieux est une négation polémique du stéréotype initial détourné par E0) dans un mot d'ordre sous-jacent explicitant le sens profond de l'énoncé graffité : la pratique prend le pas sur la théorie ou l'imagination, puisqu'elle les fait advenir.

  • 40 Cf. Provenzano (2015 : §34).
  • 41 Grinshpun (2013) parle pour son corpus de « communauté imaginaire humaniste ». Maingueneau (2004 : (...)

37À la communauté de référence soudée par un thésaurus d'énoncés commun ou postulé tel (phénomènes énonciatifs de connivence), s'ajoute donc une communauté praxique40 : celle de l'écriture murale, donnant à voir que les graffitis ne sont pas seulement lus et commentés, mais réinscrits, et parfois modifiés, selon des modalités et des finalités variées. Le thésaurus d'énoncés qu'implique le procédé d'aphorisation ne saurait donc se limiter aux « références » encyclopédiques (culturelles, politiques) partagées par la collectivité ad hoc des occupant·es de la Sorbonne, à dominante « intellectuelle » ou « humaniste »41, « militante » : ce sont aussi les inscriptions en tant que telles, dans la diversité de leurs formes et de leurs sources énonciatives, qui constituent ce thésaurus :

(38) BRÛLONS LA / SORBONNE / mais avant sauvons / les graffitis, c'est / un trésor à ne pas perdre

3. Subjectivité radicale, communauté politique, et énonciation révolutionnaire

38Pour Maingueneau (2012 : 60), dont j’utilise ici le cadre théorique sans le discuter plus avant (voir aussi note 25), « le Thésaurus et la communauté correspondante impliquent un hyperénonciateur qui leur donne leur unité et dont l'autorité garantit moins la vérité de l’énoncé – au sens étroit d’une adéquation à un état de choses du monde – mais plutôt sa validité, son adéquation aux valeurs, aux fondements d'une collectivité ». Si l'énonciation collective est toujours « tension entre une tendance à la fragmentation [...] » et « une tendance à l'unité (un seul hyperénonciateur pour tous) » (Grinshpun 2013 : §18), on peut chercher à déterminer l'« hyperénonciateur pour tous » des graffitis de la Sorbonne occupée.

3.1. Évidences (ortho)doxiques et généralisation

  • 42 Cf. Ali-Bouacha sur la généralisation (1993 : §25) : « Il s'agit [de] toutes les formes par lesquel (...)

39Les énoncés assertifs du corpus sont majoritairement généralisants42. Comme aphorisations, ils se caractérisent « moins par l'absence de repérages situationnels que par [leur] disponibilité énonciative qui le[s] rend à la fois itéré[s] et itérable[s]. Il[s] ne renvoie[nt] pas à un discours sans sujets mais au contraire à un discours de tous les sujets » (Ali-Bouacha art.cit. : §31). Dans les définitions (3.1.1) et prescriptions (3.1.2), L1/E1 profère donc un discours dont la « vérité » n'est pas la sienne propre mais celle de sa communauté de référence.

3.1.1. Définitions

40On l'a vu, cette communauté (et son hyperénonciateur), en particulier politique ou idéologique, est susceptible de varier pour chaque graffiteur. Les définitions font néanmoins systématiquement référence à une altérité négative, reposant sur une axiologie opposée à l'ordre dominant. Ce fonctionnement est illustré par les définitions interprétatives :

(39) Programme = propriété privée pour l'avenir
(40) *La liberté est le crime / qui contient / tous les crimes. C'est / notre arme absolue !

41qui illustrent une posture discordante opposant le PDV de L1/E1 à celui des « politicards » en (39), à celui de l'autorité en (40) où la structure présentative réintroduit un repère énonciatif, réinterprétant la on-vérité en nous-vérité.

3.1.2. Prescriptions

42La négation polémique est ici récurrente et s'appuie sur une intentionnalité tournée vers l'action contre un tiers, impliquant destruction ou transformation de l'existant rejeté :

(41) Au lieu de crier vive la mariée / On devrait brûler vive la mariée
(42) Mieux vaut mourir debout / que vivre à genoux

43Le PDV non pris en charge inclut potentiellement l'endogroupe – L1/E1 compris – comme groupe en devenir, soumis à la nécessité politique et éthique d'une transformation radicale (institution bourgeoise, domination), et auquel s'adresse la prescription, depuis un PDV surplombant. Dans la particitation (42), l'énonciation axiologique s'autorise « de tous les sujets » appartenant à cette communauté autre, dont l'aphoriseur l2/e2 de l'énoncé réapproprié : ici, le révolutionnaire mexicain Emiliano Zapata.

3.2. Modalités énonciatives et nécessité du « devenir autre »

  • 43 Cf. Le Querler (1996).

44Le « devenir-autre » de L1/E1 est le propre de l'aphorisation (cf partie 2), mais ne se réduit pas à cette dimension. Il est étroitement lié à la modalité des énoncés graffités, où l'évidence d'une nécessité se décline en modalité déontique intersubjective (3.2.1), modalité ontique objective (3.2.2)43.

3.2.1. Auto-appels directs et modalité déontique

  • 44 « (…) l’auto-appel constitue une forme de demande de mobilisation et de rassemblement de ses pairs (...)

45La modalité injonctive est prototypique de l'acte d'« appel », caractéristique du genre du slogan44. Les énoncés verbaux à l'impératif permettent de distinguer deux catégories d'auto- appels directs. Lorsqu'ils sont adressés à nous, la nécessité d'agir est énoncée de l'intérieur :

(43) *Attention, / Les cons nous cernent / Ne nous attardons / pas au spectacle / de la contestation / mais passons à la / contestation du / spectacle
(44) Ecrasons l'infâme / Bureaucratie soviétique

46L'énonciation est ancrée dans l'actualité immédiate, que contribuent aussi à renforcer des prédicats présupposant l'existence d'un exogroupe hostile (les cons, le spectacle, les bureaucrates) et appelle à une transformation rapide de la situation existante.

47Dans les formes en vous ou en tu, les prédicats injonctifs signifient une tension vers une altérité sans objet, mais positive, propres à marquer l'intentionnalité pure de l'action :

(45) Magnez-vous !
(446) Donne ce que tu peux / ou / Prends ce dont tu as besoin

48Elles s'interprètent à la fois comme des injonctions à l'action immédiate, et comme des préceptes valables absolument : construction absolue du verbe se magner, particitation d'un énoncé communiste – De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. Ces mots d'ordre s'adressant à vous diffèrent des appels à nous : l'aphoriseur ne se situe pas avec les autres, bien que partageant leur ici-maintenant, mais ailleurs, altérité positive d'où il les appelle à agir.

3.2.2. Prédictions et modalité ontique

49Dans les énoncés assertifs où le verbe est au futur simple, l'action projetée ne repose plus sur une condition de réalisation dépendant des sujets (modalité déontique). Au contraire, son actualisation lui confère une valeur catégorique fondée sur une nécessité ontique objective :

(47) On gazera tous les CRS / et la clique / gouvernementale
(48) On crèvera / les organisateurs / de l'ennui

50La référence du pronom on se construit dans son rapport conflictuel à l'altérité négative d'un tiers (les CRS, le gouvernement, les bureaucrates), mais délimite de manière floue les contours d'un endogroupe incluant L1/E1, potentiellement ouvert au-delà des allocutaires immédiats, identifiable dans la seule évidence d'un but commun, implicite, seuls les moyens étant prédiqués (gazer, crever). Lorsque le but est explicité, l'effacement énonciatif (prédicat non agentif, forme passive) renforce le fonctionnement précédent :

(28) *L'Humanité ne sera heureuse / que le jour où le dernier bureaucrate / Aura été pendu avec les tripes / du dernier capitaliste

51La modalité ontique est surmarquée par la négation exceptive à valeur de nécessité, l'inscription énonciative passant par les subjectivèmes signifiant les moyens à mettre en œuvre (pendre, tripes) – au nom d'une « humanité » autre. La on-vérité qui sous-tend l'énoncé n'est pas celle de la « Sagesse des nations », ni celle de l'abbé Meslier (ou autre aphoriseur aboli dans sa réénonciation détournée) : elle ne vaut que comme PDV révolutionnaire, celui-là même qui, de fait, sous-tend l'énonciation des énoncés généralisants étudiés supra, puisque :

(49) Seule la vérité est révolutionnaire / (seule LA RÉVOLUTION EST LA VÉRITÉ)

3.3. « Au nom du possible »

  • 45 Le « romantisme révolutionnaire » qu'Henri Lefebvre définissait comme « opposition radicale à l’exi (...)

52La tension révolutionnaire analysée en 3.2 se caractérise tant dans la volonté de faire table rase du « vieux monde » (altérité négative) que dans la tension énonciative vers un futur- ailleurs, altérité positive inséparable de la tension entre individualité (du je) et communauté restreinte, ou étendue « à tous les sujets » (nous) – dès lors qu'ils sont « autorisés » ou animés par la révolution45.

3.3.1. Je est (se reconnaît dans) les autres, mais pas « n'importe qui »

  • 46 Cf. la définition de cette subjectivité chez Vaneigem (1967 : 317-318) : « […] par le réflexe d’ide (...)

53Les (parti)citation(s) contribuent à amplifier la référence du je (instanciable par « tous les sujets »), donnant à voir sa « plurivalence » – le propre de la « subjectivité radicale » consistant à « reconnaître sa présence chez les autres »46 :

(50) JE VIS QUE DANS / L'HISTOIRE ON / AVAIT LE DROIT / DE SE RÉVOLTER / POURVU QU'ON JOUAT / SA VIE. / J. VALLES

  • 47 Cf. note 46. Sur le lien entre refus d'identification sociale et subjectivation politique, voir aus (...)

54À l'opposé, la particitation détournée (30), dans son hétérogénéité énonciative comme dans son contenu propositionnel, est un auto-appel indirect à la désidentification47 :

(30) JE PENSE GAULLISTE / DONC JE NE SUIS PAS / OU JE SUIS N'IMPORTE QUI

  • 48 Cf. aussi (29), où moi désigne la source de tous les rôles sociaux : l'État (et son appareil répres (...)

55Dans l'énoncé cartésien original E0, le je est celui, universel, de la philosophie. Dans le premier ajout (gaulliste), il ne désigne plus qu'une catégorie de personnes identifiées au pouvoir. L'axiologie négative de l'adjectif est renforcée par la négation contredisant E0, qui associait la pensée à l'existence, dans l'emploi absolu du verbe être. L'ajout final fonctionne comme coordination identifiante, venant annuler cette construction absolue : le prédicat, attributif, signifie à présent « être tout le monde » de manière indifférenciée. L'ironie repose sur le fait que L1/E1 se différencie d'un l2/e2 prenant en charge E1– le PDV1 soutenu étant la négation de la pensée, de la vie et de la subjectivité même. Doublement subversif, le graffiti projette sur le mur de la Sorbonne occupée l'affirmation de tout ce qu'il entend abolir48.

3.3.2. Le nous comme « unité des subjectivités fédérées »

56Contrairement aux autres personnes, le nous n'est jamais sujet d'un prédicat en être asserté (ni énoncé identifiant, ni énoncé catégorisant), mais on le trouve à l'impératif :

(51) *SOYONS / cruels

57L'injonction est assimilée à la volonté collective, pour ne tendre qu'à la réalisation d'une qualité a priori individuelle et « immorale », la cruauté – laquelle ne peut se manifester que dans des actes, donc à un devoir-faire confondu avec un devoir-être. La référence à cette communauté d'être et d'action exprimée sous la forme d'une communauté de volontés apparaît aussi dans les énoncés au futur catégorique (cf. 3.2.1). Par contraste, l'usage de nous renforce l'ancrage énonciatif dans le présent de la parole inscrite, la référence personnelle étant moins diffuse qu'avec on, l'énoncé reposant toujours sur la conscience subjective et l'évidence présupposée partagée d'un présent tout entier tendu vers les possibles à réaliser. En (52), la multiplicité du collectif est explicitée sous la forme du cadratif initial :

(52) Au sein de nos contradictions présentes / règne une foi insurrectionnelle / que nul n'arrêtera.

58À la différence du pronom, l'actualisation nominale (nos contradictions) permet de dissocier des sources et des effets pluriels de la « contradiction », et cette nominalisation, de surcroît au pluriel, thématise cette plurivalence même. L'adjectif présentes et la flexion du verbe régner ancrent la volonté révolutionnaire dans un présent valant seulement comme repère d'un futur où les contradictions seront nécessairement dépassées (la subordination syntaxique du prédicat négatif absolu renforce cette projection), amplifiant le sémantisme du nom foi. Les usages du nous diraient ainsi une « nouvelle collectivité révolutionnaire », définie comme « unité des subjectivités fédérées » (Vaneigem).

3.3.3. La révolution comme « puissance subjective »

  • 49 Je m'en tiens aux graffitis où sont attestés le mot (18 occs.) et son dérivé adjectival (5 occs.). (...)

59Reste à voir ce que dit d'elle-même cette énonciation radicale, d'où elle tire son autorité – ce qu'elle dit de la révolution49. Dans ses emplois référentiels, ce nom est à la fois un actant des procès signifiés et un acteur social (Koller 2009 : §20). Les énoncés concernés se caractérisent souvent par une forte hétérogénéité énonciative :

(53) Camarades, la révolution / légitime déclare amnistiées toutes / les forces armées du pays, / et demande à celles-ci de se / mettre au service du peuple…

60Ici, révolution est en emploi métonymique pour « révolutionnaires », équivalant à une personnification. Le discours indirect confère à L1/E1 le statut de porte-parole. L'appel à l'action (« se mettre au service du peuple ») trouve donc aussi son origine dans l'exigence de la révolution, source énonciative (et locutrice) explicite associée au PDV pris en charge. Le choix de l'adresse camarades et la P6 employée pour désigner les destinataires du message cité permet d'inclure L1/E1 dans ce groupe, se confondant avec ceux de l'énoncé citant, qui pourrait enchaîner sur une injonction adressée à nous (soyons au service du peuple). Même en l'absence de discours rapporté, ce jeu de PDV se vérifie :

(54) LA RÉVOLUTION / EST ICI ET / EST VOUS ! ! / VENEZ ET RÉPONDEZ-VOUS ! ! /VITE

  • 50 Cf. le célèbre ex. (6), où L1/E1 parle aussi du point de vue de la révolution en train d'advenir.
  • 51 Ou, comme l'énonce la Charte de la Sorbonne, « la classe révolutionnaire » (Thèse 30).
  • 52 L'adverbe ici ne désigne peut-être pas uniquement la Sorbonne, mais plus spécifiquement aussi le ta (...)

61La prédication initiale présente une nouvelle occurrence de l'emploi métonymique ou personnifiant évoqué supra : si la révolution est ici c'est bien qu'elle s'est incarnée en révolutionnaires (vous). L'injonction directe qui suit émane d'un L1/E1 qui n'est donc explicitement inclus que dans la situation d'énonciation, et pour cause : l'adverbe ici, situant la révolution, et l'impératif venez permettent aussi de situer L1/E1 au même endroit qu'elle, l'endogroupe (vous) étant et n'étant pas (encore) ici50. Seuls les subjectivèmes (ponctuation), en montrant l'exaltation, permettent de postuler la fusion de je et de vous en un « nous » indirectement désigné par « la révolution » (nous sommes la révolution51). Dès lors, l'injonction à « se répondre » coïnciderait avec celle de répondre à l'appel de la révolution elle-même, le cas échéant au moyen des énoncés graffités52.

Pour conclure sur la question posée en introduction de cette partie, il semble qu’on puisse définir la révolution, dans toutes ses contradictions, comme l'hyperénonciateur des graffitis de la Sorbonne occupée. Toute chose égale par ailleurs, il n’est pas impossible d’éclairer cette analyse par le constat situationniste formulé par Viénet (1968), au fondement de son interprétation historique et politique du mouvement : « Les conditions objectives de la révolution ont révélé leur présence dès que la révolution a recommencé à parler comme puissance subjective ».

« Nous nous situons par-delà »

62À travers ce parcours des énoncés graffités dans la Sorbonne occupée – « base rouge » et noire à la fois ouverte sur le monde et enfermée dans ses murs – c'est donc la « foi insurrectionnelle » qui ressort des « contradictions présentes » au sein des acteurs du mouvement formant la communauté ad hoc de l'occupation, constituée d'individus et de groupes plus ou moins identifiables : sociologiquement, mais aussi idéologiquement et politiquement, et surtout dans leurs pratiques communes mêmes : celle d'occuper, celle de « faire la révolution », et celle d'écrire sur les murs, « vandalisme critique » loin d'être largement pratiqué, comme l'indique la proportion de graffitis attribuables aux seuls Enragés/Situationnistes. Si les caractéristiques énonciatives des graffitis sont complexes, elles présentent aussi des fonctionnements unifiés. Ainsi, les endogroupes et exogroupes se recomposent et se contredisent du fait de l'hétérogénéité des énoncés, mais tous s'énoncent dans un double rapport à l'altérité : altérité négative du pouvoir (De Gaulle, les CRS, le gouvernement) et/ou de tous les obstacles institutionnels à l'action (notamment syndicats, gauche et gauchisme autoritaires) ; altérité positive du devenir-possible, fondée sur une praxis révolutionnaire consciente – forte de la certitude que le futur-ailleurs (l'histoire) est en train d'advenir ici-maintenant, voire déjà advenu par anticipation (« Nous nous situons par-delà »). Si l'on ne peut conclure à un sujet collectif unifié objectivement, il l'est toutefois par ce qui l'anime subjectivement (pour soi), cette « foi insurrectionnelle » commune où l'on reconnaît l'autre en soi : la parole investie par la Révolution, comme la Sorbonne par les révolutionnaires (cf. Certeau 1968). Si la révolution « ne se réduit pas à un langage » (Lefebvre 1968 : 82), l'étude du discours de l'action collective graffitée n'en révèle pas moins sa fonction transformatrice pour des sujets parlants/écrivants animés par une source transcendante-immanente, qu'on la nomme utopie concrète ou révolution.

Haut de page

Bibliographie

ALI-BOUACHA Magid, 1993, « Énonciation argumentation et discours : le cas de la généralisation », Semen [En ligne], 8, <http://semen.revues.org/3985>

ARTIÈRES Philippe, [2015] 2008, « “Je crie, j'écris.” Quand la révolution passe par la prise de la parole et de l'écriture », in ARTIÈRES Philippe & ZANCARINI-FOURNEL Michelle (dirs), 68 : une histoire collective, Paris, La Découverte, 373-377.

BERNARD-BARBEAU Geneviève, 2015, « De l’appel à mobilisation à ses mécanismes sociodiscursifs : le cas des slogans écrits du printemps érable », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 14, <http://aad.revues.org/1969>

CARLE Zoé, 2019, Poétique du slogan révolutionnaire, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

CASTORIADIS Cornélius, 1968, « Mai 68. La révolution anticipée », in CASTORIADIS Cornélius, LEFORT Claude & MORIN Edgar, Mai 1968, la brèche, Paris, Fayard, 119-194.

CERTEAU Michel de, [1994] 1968, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Seuil.

DEBORD Guy, [1992] 1967, La Société du Spectacle, Paris, Gallimard.

DEMONET Michel et al., 1975, Des tracts en mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Presses de Sciences Po.

DEVRIENDT Émilie, 2020 (à par.), « Dialogisme et points de vue en confrontation : comment appliquer les postures énonciatives à l’analyse des “détournements” ? », CoReLa [En ligne], Hors série.

DREYFUS-ARMAND Geneviève & GERVEREAU Laurent (dirs), 1988, Mai-68 : Les mouvements étudiants en France et dans le monde, Matériaux pour l'histoire de notre temps, 11-13.

DUMONTIER Pascal, [1990] 1995, Les Situationnistes et Mai 68. Théorie et pratique de la révolution (1966-1972), Paris, Ivrea.

DUTEUIL Jean-Pierre, 2008, Mai 68. Un mouvement politique, La Bussière, Acratie.

FRAENKEL Béatrice, 2007, « Actes d'écriture : quand écrire, c'est faire », Langage et société, 121- 122, 101-112.

FRAENKEL Béatrice, [2015] 2008, « Les affiches de Mai : l'atelier populaire des Beaux- Arts », in ARTIÈRES Philippe & ZANCARINI-FOURNEL Michelle (dirs), 68 : une histoire collective, Paris, La Découverte, 276-281.

GRINSHPUN Yana, 2013, « Discours manifestant et contestation universitaire (2009) », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 10, <http://aad.revues?org/1476>

GUILHAUMOU Jacques (& STEHLIN Thomas), 2013, Cartographie la nostalgie. L'utopie concrète de mai 68, Besançon, PUFC.

KOLLER Veronika, 2009, « Analyser une identité collective en discours : acteurs sociaux et contextes », Semen [En ligne], 27, <http://semen.revues.org/8676>

INTERNATIONALE SITUATIONNISTE [IS], 1969, Revue de la section française de l'I.S., 12.

LE QUERLER Nicole, 1996, Typologie des modalités, Caen, P.U. Caen.

LEFEBVRE Henri, [1998] 1968, Mai 68. L'irruption de Nanterre au sommet, Paris, Syllepse.

LEWINO Walter (& SCHNAPP Jo), 1968, L'imagination au pouvoir, Paris, Éric Losfeld.

LEWINO Walter, 2010, « Petites histoires de la grande époque. Un entretien avec Walter Lewino », Le Tigre, 6, 3-4.

LOPEZ-BOUCHET Fabienne, 2004, Inscriptions graffitées : approches (socio)linguistiques interactionnelles, Grenoble, Université Stendhal.

MAINGUENEAU Dominique, 2012, Les phrases sans texte, Paris, Armand Colin.

MAINGUENEAU Dominique & GRÉSILLON Almuth, 1984, « Polyphonie, proverbe et détournement, ou un proverbe peut en cacher un autre », Langages, 73, 112-125.

MARCOLINI Patrick, 2007, « L’Internationale situationniste et la querelle du romantisme révolutionnaire », Noesis [En ligne], 11, <http://noesis.revues.org/723>

NO COPYRIGHT, 1998, Sorbonne 68 graffiti, PAGÈS Yves (éd.), Paris, Verticales.

PERROT Michelle, REBÉRIOUX Madeleine & MAITRON Jean (dirs), 1968, La Sorbonne par elle-même. Mai-juin 68, Mouvement social, 64, Paris, Les éditions ouvrières.

PROVENZANO François, 2015, « Tel Quel à la rue : subjectivation et argumentation dans le discours théorique et dans l’affiche militante de Mai 68 », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 14, <http://aad.revues.org/1897>

RABATEL Alain, 2012, « Positions, positionnements et postures de l’énonciateur », Travaux neuchâtelois de linguistique, 56, 23-42.

ROSS Kristin, [2002] 2010, Mai 68 et ses vies ultérieures, Marseille, Agone.

TOURNIER Maurice, 2007, Les mots de mai 68. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

VANEIGEM Raoul, [1992] 1967, Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, Paris,Gallimard.

VIÉNET René, 1968, Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Seuls des tracts (Demonet et al. 1975) et affiches (Fraenkel 2015, Provenzano 2015) ont fait, à ma connaissance, l'objet d'études discursives. Le corpus de Tournier (2007), outre un volet constitué de tracts, comporte toutefois un volet constitué de graffitis. Je précise en outre que la thèse de Zoé Carle (Carle 2019), dont la soutenance est postérieure à la rédaction et à l’évaluation du présent article, consacre plusieurs développements aux slogans, notamment graffités, de mai-juin 1968.

2 Cf. aussi Lewino (1968, 2010), IS (1969), Artières (2015).

3 Le graffitage politique constitue en lui-même une forme d'action directe, même s'il accompagne et signe souvent d'autres actes de contestation de l'ordre existant. Pour Viénet (1968) il s'agit de « disposer des murs pour un vandalisme critique ».

4 Pour une chronologie détaillée des évènements pendant l'occupation, cf e.g. Perrot et al. (1968), Dreyfus-Armand & Gervereau (1988), Duteuil (2008), Artières & Zancarini-Fournel (2015).

5 Cf. e.g. Ross (2010 : 290), Duteuil (2008 : 12).

6 Contrairement à la production collective des affiches (Fraenkel 2015 : 280), ou des tracts (Demonet et al. 1975).

7 Cf. Appel de la Coordination des Comités d'action (in Perrot et al. : 249).

8 Pour cette autrice, l'interdiscursivité constitue un second paramètre : je l'aborde dans la partie 2.

9 Il s'agit des deux premiers niveaux définissant l'énonciation collective selon Maingueneau. Le troisième niveau (l’« hyperénonciateur » qui fonde l’ensemble des points de vue qui soutiennent les énoncés du discours, pour moi, « occupant ») sera abordé dans la partie 3.

10 C'est là une différence majeure avec les discours manifestants analysés par Grinshpun (2013) ou Bernard-Barbeau (2015).

11 Outre les « Katangais » et les « blousons noirs », dont certains graffitis portent la trace explicite, Perrot et al. (1968) mentionnent aussi des professeurs, des intellectuels, des ouvriers, des « touristes » de passage. Cette multiplicité est aussi celle des groupes et tendances politiques, ce que mon corpus illustre mieux.

12 Viénet (1968) indique avoir été lui-même l'auteur d'un des graffitis (ex. 32). Lewino (2010) attribue à Christian Sebastiani la plupart des graffitis réalisés par les Situationnistes. Les traces écrites de ces témoignages sont rares.

13 On pourrait aussi postuler des sources collectives en fonction de la localisation des graffitis mentionnée dans l'édition Verticales (salle des « anarchistes », local des « Katangais », etc.) et du plan de la Sorbonne occupée fourni dans Perrot et al. (1968 : 106-107) – travail non effectué ici.

14 Je reprends la distinction et la notation proposées par Rabatel (par exemple 2012).

15 Avec 10 occurrences (soit 15,5 % des graffitis attribués), cette signature est la plus attestée. S'y ajoutent 8 cas d'auto-attribution indirecte. 67 graffitis peuvent en outre être attribués à ce groupe (tous sont signalés d'un astérisque), grâce à des sources iconographiques ou textuelles, notamment Situationnistes (cf.. Viénet 1968, IS 1969). Si Les Enragés et l'Internationale Situationniste (IS) (dont la présence à la Sorbonne se limite à la période du 13 au 17 mai) ont constitué dès le 14 mai un Comité commun, l'IS quant à elle a revendiqué l'anonymat des inscriptions « dont cependant [ses] partisans étaient sans doute les principaux maîtres » (IS 1969). Cf. aussi Lewino (1968), Dumontier (1995 : 119-120, 154).

16 Comité révolutionnaire d'action culturelle.

17 Sauf mention contraire, la transcription des éditions Verticales a été respectée, y compris dans la casse. Seule la mise en page a été modifiée par nécessité, la barre oblique valant pour retour à la ligne.

18 Les autres auto-attributions individuelles désignant de simples occupant·es se limitent à leur prénom ou initiales (Aurore, Katia, KIT, PB).

19 Un aperçu global des noms propres et sigles indique que les désignants individuels sont majoritaires (plus de 60 %). Les référents sont principalement contemporains (71 %) et français (56,5 %). À la différence des signatures, les personnalités politiques y sont un peu plus représentées (24,5 %) que les différentes catégories d'auteurs (20,5 %). Enfin, les groupes et tendances politiques, comités d'action, syndicats, sont les désignants collectifs majoritaires et représentent plus de 17 % de l'ensemble.

20 CLER : Comité de Liaison des Etudiants Révolutionnaires, ancêtre de la FER (Fédération des Etudiants Révolutionnaires), groupe trotskyste tout comme VO (Voix Ouvrière).

21 Certains emplois du nom enragé sont ambigus, pouvant désigner le groupe politique (Les enragés, avec ou sans majuscule) ou les révolutionnaires dans leur ensemble. Cf Tournier (2007 : 44-45).

22 Et autres désignants : « les vaches », « les condés », « les enculés de la sûreté ».

23 Sur l'extension plus ou moins large de ce désignant, cf. Tournier (2007 : 98).

24 Perrot et al. (295) évoquent la « relative auto-censure » qui fit recouvrir certaines inscriptions murales (ex. 68). Cf. aussi Viénet (1968) à propos de l'ex. 32, dont le nettoyage avait été voté en AG

25 Pour Maingueneau (2012 : 8), l'aphorisation est un régime d'énonciation produisant des énoncés détachés/détachables de textes et genres de discours. Ces énoncés sont eux aussi nommés aphorisations. Je n’évoquerai pas ici les questions que soulève l’usage de ces catégories appliquées aux graffitis, et en particulier à ce corpus – questions qui font l’objet d’un travail en cours.

26 L'aphoriseur est l'« énonciateur qui est censé soutenir l'aphorisation » (Maingueneau 2012 : 32 sq.). Le principe de l'aphorisation inédite est que tout L1/E1 peut devenir autre, donc l2/e2, dès lors que son énoncé vient à être répété ou commenté.

27 Cf. un tract du CRAC (cité par Perrot et al. : 297) : « En […] cette apothéose de la phraséologie, promise à un certain Golgotha, la PENSÉE jaillit. Mais quelle pensée ! Dictons, formules, maximes, apophtegmes, sentences, proverbes, slogans… etc. se bousculent au portillon des dents. […] ». Castoriadis (1968), s'il critique les routines du langage gauchiste, évoque aussi des « mots d'ordre géniaux, efficaces, poétiques [qui] jaillissent de la foule anonyme ». Cf. Certeau (1968), Guilhaumou (2013).

28 Elles sont extraites de poèmes, chansons, discours de personnalités politiques, de figures bibliques, de citations historiques, mais renvoient aussi à l'ensemble des écrits et interventions orales du mouvement. Seul un travail philologique d'ampleur (et des témoignages oraux) pourrait rendre compte de cette circulation.

29 L'article cité ne mentionne pas l'usage de cette notion par l'IS, qui l'a pourtant théorisée. Cf. Debord (1967 : §206 sq.), Vaneigem (1967 : 342-345).

30 Voir Devriendt (2020), et Grinshpun (2013) à propos des discours manifestants, en particulier slogans et affichettes.

31 Le renversement est un procédé critique théorisé et pratiqué par Debord (1967 : §206) et l'IS, et leurs épigones.

32 Citation originale de l'abbé Meslier : « L'humanité ne sera heureuse que quand le dernier cardinal aura été pendu avec les tripes du dernier homme d'État ».

33 L'énoncé compte aussi une substitution homophone (les tas).

34 L'énonciation est parfois complexe, comme on le verra infra à propos de (30), énoncé ironique où L1/E1 feint de prendre en charge le PDV cité. Pour une étude détaillée des postures énonciatives dans les énoncés graffités, et pour une discussion du cadre théorique de Rabatel ici ponctuellement mobilisé, voir Devriendt (2020).

35 Cf. Lopez-Bouchet (2004).

36 ](33) illustre aussi un cas de commentaire (honteux) portant sur le signifiant d'un mot (ici bordels). L'énonciation est sans doute aussi ironique. D'autres interventions commentent tout ou partie de l'énoncé original – à la manière de notes de lecture marginales.

37 La plus fréquente du corpus avec « CRS =SS » et ses variantes.

38 (35) est en effet une particitation, une occurrence étant signée par ailleurs. E0 détourne déjà le stéréotype « prendre ses désirs pour la réalité » pour en subvertir l'énonciation et le sens profond : il s'agit de faire advenir ses désirs dans la réalité, et c'est donc le désir qui devient la norme de toute pratique.

39 Cf. note 31.

40 Cf. Provenzano (2015 : §34).

41 Grinshpun (2013) parle pour son corpus de « communauté imaginaire humaniste ». Maingueneau (2004 : 123) évoque « une instance d'hyperénonciation innommable, celle qui soutient le patrimoine artistique, culturel… d'une communauté ».

42 Cf. Ali-Bouacha sur la généralisation (1993 : §25) : « Il s'agit [de] toutes les formes par lesquelles un énonciateur/locuteur est amené à proférer un énoncé “toujours-vrai” à l'intention d'un co-énonciateur/allocutaire ».

43 Cf. Le Querler (1996).

44 « (…) l’auto-appel constitue une forme de demande de mobilisation et de rassemblement de ses pairs à une même cause, et l’hétéro-appel vise la modification du comportement de l’opposant. » (Bernard-Barbeau 2015). Contrairement aux manifestations revendicatives, l'occupation d'un lieu implique une forte proportion d'auto-appels.

45 Le « romantisme révolutionnaire » qu'Henri Lefebvre définissait comme « opposition radicale à l’existant au nom du possible » (cf. Marcolini 2007 : §17) me semble caractériser en partie l'énonciation analysée ici.

46 Cf. la définition de cette subjectivité chez Vaneigem (1967 : 317-318) : « […] par le réflexe d’identité, on renforce sa plurivalence dans l’unité des subjectivités fédérées ». C'est le « mouvement inverse de l’identification », où l'« on perd son unicité dans la pluralité des rôles ».

47 Cf. note 46. Sur le lien entre refus d'identification sociale et subjectivation politique, voir aussi Provenzano (§4).

48 Cf. aussi (29), où moi désigne la source de tous les rôles sociaux : l'État (et son appareil répressif).

49 Je m'en tiens aux graffitis où sont attestés le mot (18 occs.) et son dérivé adjectival (5 occs.). Révolution est le mot plein le plus fréquemment attesté du corpus, suivi par CRS (17 occs.).

50 Cf. le célèbre ex. (6), où L1/E1 parle aussi du point de vue de la révolution en train d'advenir.

51 Ou, comme l'énonce la Charte de la Sorbonne, « la classe révolutionnaire » (Thèse 30).

52 L'adverbe ici ne désigne peut-être pas uniquement la Sorbonne, mais plus spécifiquement aussi le tableau noir de l'amphi Guizot sur lequel l'énoncé a été inscrit : celui-ci caractériserait donc comme révolutionnaires les inscriptions en elles-mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Devriendt, « La révolution par elle-même : subjectivité radicale et discours de l'action collective dans les énoncés graffités pendant l'occupation de la Sorbonne en mai-juin 1968 », Semen [En ligne], 48 | 2020, mis en ligne le 26 juillet 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/13405 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.13405

Haut de page

Auteur

Émilie Devriendt

Université de Toulon, EA 2649 Babel, équipe S.E.T.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search