Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50/1Du compagnonnage avec Semen et de...

Du compagnonnage avec Semen et des évolutions qui s’ensuivirent

Alain Rabatel
p. 73-86

Résumés

Cet article évoque, à travers la notion de compagnonnage, les relations de l’auteur avec les équipes qui ont fait vivre Semen, puis traite des évolutions de ses recherches grâce à la revue. Un premier déplacement prend ses distances avec les approches locuteuro-centrées de l’énonciation en accordant une place croissante à la co-construction du sens, à propos de l’écoute, de l’intentionnalité, de l’interprétation. Un deuxième déplacement concerne la relativisation des approches focalisées sur l’analyse des signifiés – et de leurs signifiants –, au profit d’une automomisation des signifiants, à travers les notions de signifiance et de sursignifiance. Enfin, l’article plaide en faveur de réévaluations épistémologiques relatives à la nature des unités, aux limites des approches binaires systématiques et à la nécessité d’analyser des textes complets de façon holistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La revue est née sur un terreau universitaire qui, dans les années soixante et soixante-dix du sièc (...)

1Je remercie Semen de me donner la parole pour commémorer le n° 50 de la revue. Mon compagnonnage avec la revue date de 2004 (Semen 17), très vite suivi par des co-directions de numéros (Semen 22, 35, 38), sans compter des articles (Semen 30, 32, 39), des comptes rendus (Semen 38, 40) ou encore des publications conjointes aux Presses universitaires de Franche-Comté (notamment Rabatel 2010). Tout cela signe une proximité avec l’université de Franche-Comté, son histoire1, sa sociologie.

2Mais d’abord, il me faut m’expliquer sur le choix du terme compagnonnage, inattendu dans un article académique. Le compagnonnage correspond d’abord à une organisation d’artisans axée sur la formation professionnelle et l’entraide. Il renvoie ensuite au stage d’un compagnon auprès d’un maître, avant de poursuivre le tour de France de sa formation pour apprendre auprès d’autres experts, avant de réaliser un chef-d’œuvre conférant la maîtrise au terme d’une démarche d’excellence. Ces temps de formation, marqués, du moins initialement, par de fortes relations verticales de maître à disciple, étaient aussi caractérisés par des relations de solidarité et de devoirs réciproques entre compagnons et maîtres.

3Il se trouve que – sans pousser trop loin la métaphore – je pense notre métier en ces termes.

  • 2 L’écart des salaires des enseignants en France par rapport à ceux des autres pays développés dit bi (...)
  • 3 Évidemment, il s’agit d’une visée, et non d’un jugement sur ses travaux, qui serait obscène.

 L’enseignant-chercheur est de facto, un travailleur intellectuel, louant sa force de travail à un patron, l’État, qui le rémunère en prélevant une plus-value sur son travail. Celle-ci est difficile à quantifier2, en l’absence de transformation de matière ; mais la formation et la recherche font partie de ces biens immatériels dégageant une forte sur-valeur, car elles jouent un rôle notable dans l’émergence des futurs actifs et des innovations qui produiront directement ou indirectement des richesses matérielles.
– C’est aussi un travailleur, à la charnière de l’individuel et du collectif, recherchant l’excellence3, en se formant auprès de ses enseignants, de ses directeurs de recherche (mémoire de master, thèse, HDR), des lectures et rencontres, et faisant partager cet idéal auprès des étudiants. Dans le domaine des SDL, ses productions visent à construire des méthodes robustes et des savoirs scientifiquement attestés, relevant d’une tekhnè, à mi-chemin entre des savoirs pratiques et intellectuels confirmés par l’expérience et des démarches plus scientifiques – tout comme la médecine, en somme.
– C’est enfin, du moins dans ma conception – minoritaire dans le champ des SDL et de l’université – mais largement partagée dans le collectif de Semen, un travailleur solidaire. Tout cela donne du sens à la façon dont je suis engagé dans mon travail.

  • 4 Bel exemple de référent évolutif (Charolles & Schnedecker 1993) ou d’une identité en ipse (Ricœur 1 (...)

4Dans mon cas, la rencontre avec l’équipe4 de Semen a d’abord été le fruit des circonstances, à l’invitation de Ruth Amossy qui avait fait partie de mon jury d’HDR. Elle s’est vite transformée en choix assumé, ancré dans des options épistémologiques partagées : j’apprécie en particulier la posture intellectuelle qui cherche à articuler des cadres théoriques différents, mais complémentaires : linguistique et sémiotique (Semen 23), sciences de la communication (Semen 39, 41, 42, 43), linguistique textuelle et analyse du discours (Semen 3, 4, 8, 13, 14, 26, 27, 30, 31), rhétorique et argumentation (Semen 17, 32, 35) ; ouverture vers les interactions (Semen 34, 40), vers des corpus et des genres inédits (Semen 36, 37, 42, 45) ; prise en compte du lecteur, des processus interprétatifs (Semen 1, 9, 10, 24)…

5Plutôt que de faire un retour sur mes collaborations à la revue, je voudrais dire en quoi j’ai pu bouger sur un certain nombre de plans théoriques, à la charnière de l’individuel et du collectif :

– i : le premier déplacement prend ses distances avec les approches locuteuro- centrées de l’énonciation en accordant davantage de place à la réception et à l’écoute ;
– ii : le deuxième s’éloigne des approches focalisées sur l’analyse des signifiés
– certes, appréhendés à travers des signifiants –, au profit d’une plus grande atten tion aux signifiants et à leur autonomisation ;
– iii : le troisième concerne divers aspects épistémologiques – sur lesquels je conclurai brièvement.

6D’une certaine façon, bien des évolutions étaient en germe dans mes premiers travaux sur le point de vue. Mais il y a un gouffre entre ce qui est en puissance d’être et ce qui est. Aussi le compagnonnage avec Semen, grâce aux axes forts évoqués ci-dessus, m’a-t-il permis d’aller au bout de mes idées – façon de parler –, ce que je n’ai pu faire qu’en étant incité à sortir de mon couloir…

1. L’énonciation, en tension entre production, écoute, réception et interprétation

  • 5 Des indices plus que des signes régis par la double articulation, à supposer que la double articula (...)

7Le premier déplacement, conséquent, concerne mon positionnement par rapport aux approches locuteuro-centrées de l’énonciation bien que je ne les aie jamais revendiquées. Je me souviens avoir été choqué qu’un des recenseurs de La construction textuelle du point de vue, au demeurant élogieux, ait fait état d’une théorisation centrée sur le producteur du PDV, et moins sur ses récepteurs. La critique m’avait semblée injuste, puisque je disais que l’effet-PDV résultait des choix de référenciation, et donc des instructions du texte, décodées en réception. Mais l’analyse des mécanismes de l’effet-PDV a pu laisser penser que le texte se réduisait à une somme d’instructions laissant peu de place aux initiatives des récepteurs. C’est en fait toute la question de la nature des instructions et de leur empan : s’agit-il d’une suite de contraintes incontournables à décoder – comme j’ai pu reformuler parfois la notion d’instruction – ou de règles de mises en relation, plus ou moins injonctives selon qu’on se situe au plan de la phrase ou du texte ? En effet, dès qu’on quitte le socle des phrases, pour aborder le plan transphrastique et qu’on s’intéresse à ce qui fait texte (Adam 2015), ces instructions deviennent des indications5 diversifiant les mises en relations et laissant place à des parcours de lecture multiples. De fait, plus j’ai avancé, plus j’ai mis en avant une dynamique des inférences donnant au récepteur une place éminente relativisant les instructions du texte, en raison de la complexité des principes d’organisation textuelle et aussi parce que ces principes ne sont pas les seuls à régir l’actualisation des textes. Ces clarifications ont entraîné plusieurs déplacements portant sur des théories convergentes.

1.1. Vers des approches dialogiques, interactionnelles de l’énonciation, une reconception de l’argumentation et de l’intentionnalité

8Articuler production et réception enrichit les approches discursives et dialogiques de l’énonciation, voire la prise en compte de la dimension interactionnelle dans l’énonciation, à travers le jeu des PDV et des voix, celui des postures énonciatives. Il en va de même pour les approches interactionnelles dialogales et dialogiques de l’ethos (Kerbrat-Orecchioni & alii 2019, Rabatel 2020), autour des éthè affichés, revendiqués, attribués, dans des interactions, des situations dialogiques symétriques ou dissymétriques.

9Parler, c’est anticiper sur ce que les autres peuvent dire, c’est constamment ajuster le sens en fonction des calculs sur ce qui vient d’être dit (par soi ou les autres), ce qui est à dire, sur l’orientation que l’on souhaite donner au discours en fonction des arguments et, plus largement, des représentations et schématisations (Grize 1990) à faire partager par les destinataires. Cela pointe vers un déplacement complémentaire, des conceptions de l’argumentation centrées exclusivement sur des arguments et la logique syllogistique, vers une conception plus large, intégrant les logiques inférentielles et abductives (Rabatel 2019a), toute une dimension argumentative plus efficace, aussi, parce qu’elle argumente sans paraître argumenter, souvent par la nature des choses en appui sur des phénomènes d’effacement énonciatif (Semen 17, 22, Amossy 2018, Rabatel 2018).

  • 6 Tout en envisageant qu’il puisse y avoir des tensions, des contradictions entre ces intentions.

10Ces inflexions invitent à dépasser les caricatures sur l’intentionnalité (Rabatel 2017 : 155-158), comme si celle-ci se réduisait à un vouloir dire antérieur et extérieur au langage, à un psychologisme extérieur à la linguistique ! Or il s’agit d’articuler une intention ancrée dans un vouloir dire, une visée, une planification avec une intention qui réélabore ces données au cours du processus de production, le tout étant ressaisi à partir de l’attention du récepteur à ce qui est dit, selon une logique attentionnelle qui recherche les intentions du texte (et de son auteur6), logique d’aval – indissociable d’une logique d’amont – qui est, en définitive, une autre façon de parler d’une dialectique de l’écoute.

1.2. Montée en puissance des phénomènes d’écoute

  • 7 Plurilinguisme interlangue ou à l’intérieur de sa propre langue, avec le jeu des registres, indexés (...)

11Parallèlement à ce premier déplacement, un deuxième concerne la place de l’écoute, la prise en compte de sa dimension active, voire interactionnelle, dans la production du texte. Écouter, c’est, ici, non pas s’écouter parler, mais écouter la parole, dans toutes ses dimensions incorporées, avec toutes ses charges symboliques. L’écoute peut prendre la forme de la « rencontre analytique », « faite de parole et d’écoute : écoute non de ce qui est dit mais de "ce qui se parle" dans ce qui est dit » (Green 2003 : 147). Indépendamment du cadre psychanalytique, elle est attentive aux voix et PDV marqués par le double encodage de la parole (Fonagy 1983, Léon 1993) ; au plurilinguisme7 ; au dialogue intérieur entre le soi du locuteur et celui de l’écouteur / interprète confronté aux expériences diverses des sédimentations de l’histoire (avec ou sans H majuscule) ou du contexte proche ; à la logique des signifiants, qui se prête à des évocations et mises en relation inattendues au regard de la grammaire ; aux affects, émotions et à leurs prolongements cognitifs ou actionnels.

  • 8 Je n’évoque pas les ouvrages de Smadja 2021a, a, c, le présent article ayant été écrit avant leur p (...)

12Il n’est donc pas étonnant que ce déplacement ait été amorcé (dans mon cas) autour de l’extension de la problématique des PDV à la dynamique figurale (i.a., Semen 38, Rabatel 2021), et qu’il ait été fortement nourri par des livraisons de Semen consacrées à la pragmatique des figures, notamment Semen 15, consacré aux figures de l’ambiguïté, dirigé par Marc Bonhomme. C’est aussi autour de ces phénomènes d’écoute que j’ai remis sur le métier la question de la parole intérieure (Rabatel & Masi 2020) grâce aux travaux de Bergounioux 2004, Santone 1999, 2009, ou encore Prak-Derrington 20218. On entrevoit, à travers ces exemples, que l’écoute – d’abord l’écoute de sa parole puis de celles des autres, envisagées avant même qu’elles soient proférées, durant leur profération ou lors de l’analyse du résultat de la profération –, témoigne d’interactions entre soi et soi, entre soi et les autres, dont il est possible de rendre compte à travers la problématique de la co- construction des PDV et des postures énonciatives de co-, sur- et sous-énonciation (Rabatel 2017 : 59-86, Gaudin-Bordes, Monte & Salvan 2020).

1.3. Écoute et interprétation

13Un troisième déplacement, lié à l’écoute, revient à s’intéresser aux phénomènes interprétatifs (Semen 1, 9), et à les considérer, là aussi, dans une démarche interactive qui fasse toute sa place aux récepteurs / herméneutes : car comprendre le sens, c’est non seulement être capable de le reconstruire à partir des instructions du texte, c’est, comme le dit Strawson, être prêt à dégager les modalités et actes de langage des énoncés, par-delà leur dimension propositionnelle et véridictionnelle. Il y a là un double élargissement.

1.3.1.

14Le premier concerne les sources des actes de langage et modalités. Classiquement, la source est le locuteur (premier ou second). Cette approche mérite d’être complexifiée par en haut et par en bas.

– Par en haut, car le locuteur premier producteur d’un texte joue une multitude de rôles, qui ne se superposent pas.
– Par en bas, la complexification revient à s’intéresser aux sujets grammaticaux de l’action, et à les considérer non pas seulement comme des sujets dont on parle, mais des co-acteurs avec qui l’énonciateur premier interagit (Gosselin 2010, Gévaudan 2013). Il y a là un lien consubstantiel avec la problématique du point de vue (PDV) de Ducrot 1984, lorsque le locuteur raconte en adoptant le PDV d’un personnage, sans lui donner la parole, problématique qui est loin d’être réservée aux seuls récits.

15Il s’ensuit que les textes sont à lire selon une double portée :

  • 9 Cette démultiplication des instances modales va de pair avec une approche plus complexe des questio (...)

– d’un côté, ils dénotent une vérité censément objective du point de vue du locuteur premier qui évoque des objets-de-discours, convoque des sujets grammaticaux, et qui est reconstruite comme telle par le récepteur sur la base des instructions du texte 
– d’un autre côté, les textes sont comme des drames subjectifs auxquels le lecteur donne vie en se mettant à la place de tous les énonciateurs / sujets modaux, dont il faut restituer, par maintes inférences, les motivations à agir, à parler, dont il faut reconstruire les ressentis, les perceptions, les pensées, anticiper les paroles, leurs motivations à agir9 : car « On ne comprend vraiment que dans la mesure où on peut dramatiser » (Bourdieu, apud Michel 2019 : 170).

1.3.2.

16Interpréter, c’est aussi confronter le texte à sa propre situation, aux questionnements qui en découlent, et donc être en capacité de se donner la liberté d’envisager d’autres parcours interprétatifs que ceux que construit le texte, y compris en prenant en compte la diversité des parcours autorisés par le texte. Dans cette problématique générale, il faut au moins prendre en compte une intentionnalité multidirectionnelle (v. supra, 1.3.1), l’intentionnalité des récepteurs qui se font les interprètes des textes, cherchent à y reconstruire les deux niveaux d’intentionnalité précédents et à les combiner avec leurs propres hypothèses, leurs propres désirs, leur propre histoire.

17Car l’activité interprétative est toujours en tension entre le respect de ce que dit le texte, les contraintes qui obligent telle interprétation, interdisent telle autre, et les hypothèses de lecture qui découlent de sa propre situation, faisant des textes (plus particulièrement des chefs-d’œuvre), des objets de sens sortant de l’ordinaire, dans lesquels les lecteurs cherchent des enseignements plus que des renseignements (Rastier 2013). Les hypothèses de lecture varient en fonction de l’évolution des horizons d’attente, de l’évolution des modes de sensibilité, des normes, des codes génériques, rendant l’œuvre ouverte à jamais, en fonction de ses dynamiques d’actualisation (Eco 1965). C’est pourquoi le récepteur qui fait l’expérience du texte ne se contente pas de saturer la référence du message à l’aide de ses instructions, il cherche encore à interpréter ce que le texte offre comme clés pour penser son propre monde, voire imaginer d’autres mondes possibles :

On s’intéresse moins à ce qui s’est passé qu’à ce que l’homme est capable d’être, de faire et de devenir. On ne comprendrait pas ce pouvoir, si l’on ne voyait pas que le réel commence ici par le possible, et que la référence au monde s’inaugure dans le texte sans s’achever : ‘suspensive’, le mot est bon, je crois. C’est à cette référence suspensive qu’il appartient d’expliquer le pouvoir de refiguration du monde que possède l’écriture romanesque. (Jacques 2002 : 66-67)

  • 10 L’ensemble de ces processus interprétatifs avive les tensions ou contradictions entre intention et (...)

18Ainsi la compréhension / interprétation de la référence au réel dépasse-t-elle le réel du monde représenté pour se fixer l’objectif de comprendre un réel problématisé « à travers des mondes possibles » (ibid. : 70), qui peuvent correspondre à ceux de l’auteur, du narrateur, de tel ou tel personnage (ou d’un ensemble de personnages), du lecteur en situation, voire des lectures antérieures10.

19La démultiplication des centres modaux, supports de la démultiplication des interprétations, suppose de déplacer le centre de gravité de l’approche empathique, traditionnellement situé dans les relations interindividuelles, vers des relations de sujet à groupes (Morin 1999, Nussbaum 2011), vers une démultiplication des déplacements empathiques, que j’ai nommée la mobilité empathique, considérant qu’il ne suffisait pas de faire œuvre empathique envers ceux qui sont des doubles du soi, proches de ses valeurs, mais qu’on gagnait à faire effort pour comprendre de l’intérieur des valeurs ou représentations, et, plus encore, des idéologies, des cadres théoriques de groupes auxquels on n’appartient pas, mais qui partagent notre espace et avec lesquels il faut faire société. C’est capital dans la sphère de la politique comme du politique, ou, comme disent les anglo-saxons, pour ce qui concerne les relations entre politics (fonctionnement des institutions, luttes pour le pouvoir), policies (décisions dans tel ou tel domaine régissant la vie des citoyens : politique économique, fiscale, éducative) et polity (principes fondamentaux concernant l’identité collective d’une société) (Leca 2012, Rabatel 2017, 2019b).

2. Le signe linguistique, l’autonomie des signifiants et la signifiance

20Parallèlement, j’ai progressivement obliqué des études centrées sur les signifiés (dans leur articulation aux signifiants) vers une approche tenant davantage compte de

– i : l’autonomisation des signifiants, i.e. la signifiance ;
– ii : la dimension pragmatique, performative et performantielle de la signifiance, i.e. la sursignifiance.

21Cette évolution a d’abord pris la forme d’un intérêt pour la question des figures, envisagée à l’aune de la problématique du PDV, et, plus précisément, de PDV en confrontation. Elle s’est ensuite nourrie du débat amorcé par Benveniste 1974, du sémiotique au sémantique et, surtout, de celui qui a suivi la publication de ses notes sur Baudelaire, (i.a., Benveniste 2011, Bedouret-Larraburu & Laplantine 2016, Semen 33). Ces publications posent la question de la signifiance, à travers le phénomène de l’évocation.

2.1. Quelques propositions en faveur de la signifiance

22Indépendamment des critiques portées à la représentation traditionnelle du signe chez Saussure – qui ne correspond d’ailleurs pas à ses notes (Rastier 2015 : 66, 72-74) –, on peut considérer le signifiant comme une unité du système associée à un signifié, avec ses propriétés segmentales, fonctionnelles, combinatoires (Poirier 2019 : 181), bref, comme une forme qui existe en soi et fonctionne de manière différentielle. On peut aussi le considérer comme un évènement qui ne fait sens qu’actualisé en discours, dans des énoncés attestés et dans des textes d’un empan significatif, les mots entrant dans des réseaux de relations syntaxiques et sémantiques si serrés qu’ils forment un corps continu selon la formule de Guillaume (leçon inédite du 25/04/1940, apud Poirier 2019 : 12). Les signifiants réclament alors une réanalyse car ils ne sont plus seulement des formes isolées ante actualisation. D’autant que l’actualisation du texte va plus loin que la simple actualisation des relations entre unités dans le cadre d’une phrase. Partant de là, les signifiants font l’objet d’une construction en deux temps : d’abord en donnant des instructions de sens ; ensuite en permettant une dynamique interprétative qui dépasse ces instructions premières, sans jamais les abolir. À ce deuxième niveau, ouvert par le texte et renforcé par sa clôture, la prise en compte de relations nouvelles entre signifiants forme des réseaux, des parcours qui sont à chaque fois la résultante d’une réanalyse et d’une interprétation dans l’actualité des récepteurs actifs. C’est la signifiance non plus comme forme préalable, mais comme aboutissement d’une interprétation (qui est elle-même un évènement expérientiel, situé, historicisé) confrontée à un évènement de parole.

  • 11 Voir notamment Jeandillou (2008), pour des approches diverses de ces dynamiques du signifiant.

23La signifiance revient à considérer que les mots et les énoncés actualisés en discours, via une écoute aussi attentive que flottante11, disent plus que la dimension informative du langage, qu’ils n’abolissent cependant jamais. Autrement dit, la signifiance est référentielle, énonciative, herméneutique. Elle se manifeste à différents niveaux, concernant autant les phonèmes, les morphèmes, les lexèmes (simples ou complexes), les phrasèmes, que les patrons syntaxiques ou les structures textuelles (Rabatel 2021). Elle repose sur des phénomènes de mimétisme ou d’iconicité (Peirce 1931-1958) et de (re)motivation. Les premiers relèvent du principe de la similarité iconique, les seconds renvoient plutôt à un fonctionnement par contiguïté, indexicale – encore que cette contiguïté n’échappe pas, en dernière instance, à des mises en relation d’ordre cognitif qui renouent avec l’iconicité, sous son aspect idéationnel. Ces deux modes de sémiotisation, iconique et indexical, peuvent donc fonctionner de façon superposée, engendrer des tensions entre logiques de la contiguïté ou de la similarité, selon la part plus ou moins grande accordée à la logique analogique. Dans ce cas, l’analyse repose certes sur des tensions entre des données internes aux textes, mais, en dernière instance, elle repose davantage sur les choix des récepteurs / interprètes.

2.2. De la signifiance et de la sursignifiance

  • 12 Sur ces PDV cumulatifs ou substitutifs, voir Rabatel (2020b), notamment les chapitres 2 (contrepète (...)

24La signifiance déborde la relation entre signifiés, signifiants et référents (Monneret 2003 : 4), car elle concerne également la relation locuteur / énonciateur et récepteur / co-énonciateur. Du même coup, la dimension pragmatique monte en puissance, avec des dimensions performatives ancrées dans l’illocution, d’autres ancrées dans une incorporation caractérisée par trois dimensions essentielles : la performance physique (et d’abord celle de la profération), la dynamique interactive et collective, et la ritualité, sacrée ou profane (Prak-Derrington 2020b). Ces trois dimensions, associées, performent la performance, c’est-à-dire qu’elles intensifient les effets performatifs, en termes de partage de croyances et de motivation à l’action. Il ne s’agit plus seulement de dire pour faire, ni même pour faire faire à autrui, mais de se mettre en action pour un faire collectif, réciproque et / ou réfléchi, comme on le voit particulièrement dans les discours religieux ou politiques. Ici, la sursignifiance repose sur une confrontation des PDV, donnant naissance à une vision complexe des objets-de-discours, moins par dilution ou saturation sémantiques que par une remise en cause des approches traditionnelles, dichotomiques des référents ou des signifiés, en sorte que dans la plupart des cas, les PDV – plus souvent cumulatifs que substitutifs (Rabatel 2020b12) – sont l’indice d’une mobilité empathique des locuteurs / énonciateurs, aptes à envisager des référents selon des PDV différents. Il s’ensuit que la complexité peut être intrinsèque ou extrinsèque, selon qu’elle est interne aux référents ou dépend des PDV des énonciateurs sur les référents / objets-de-discours. Ici, la sursignifiance a à voir avec une méfiance envers les logiques binaires dichotomiques, envers les contraires ou contradictoires, qui peuvent être tels dans l’absolu, mais cessent de l’être dans la relativité des PDV selon leurs usages ou les interactions nouées avec le milieu comme avec les autres. Il s’agit donc d’abord d’une sursignifiance idéationnelle, notionnelle.

  • 13 « Il faudrait alors un terme nouveau qui / serait pour le langage poétique ce que le ‘signe’ est au (...)

25D’une certaine façon, tous les niveaux de la dynamique signifiante amplifient la logique du « sémantique », par rapport au « sémiotique » (Benveniste 1974), tel que Benveniste la développe dans ses notes sur Baudelaire (Benveniste 2011 : 28, 130, 140, i. a.), à partir d’une dénotation d’émotion, pathémique, alliée à une forte puissance d’évocation, qui prend en compte l’ensemble du matériau, dans une approche translinguistique (Arrivé 2015, Rabatel 2015 : 112-118). Benveniste 2011 met en relation cette puissance d’évocation – la fonction eicastique du langage (Benveniste 2011 : 13813, Prak-Derrington 2020 : 42-44) – avec l’hypothèse d’une poétique générale au statut ambigu, vu le corpus uniquement baudelairien.

26Selon moi, cette dynamique d’évocation

  • 14 Entrevues par Malinowski, dont ni Benveniste ni Jakobson n’ont poussé très loin l’analyse.

– déborde vers la prise en compte de données performatives14 et performantielles
– en lien avec la voix, la parole vive, incorporée, dans des contextes ritualisés (Cassin 2018) – qui ne se manifestent pas qu’en contexte poétique (Rabatel 2015 : 113-118) ;
– questionne la double articulation du langage et peut aller jusqu’à inclure aussi la possibilité de dérèglements du sens (sous l’effet de visées subjectives, ludiques, critiques, voire délirantes) : c’est pourquoi j’utilise dans certains cas le terme de sursignifiance. Cependant, ce concept n’est pas une pure reformulation de la signifiose barthésienne (Barthes 1971 : 13), puisqu’il ajoute à ces possibles dérives une dimension performantielle capitale. Certes, celle-ci peut aussi intensifier la signifiose, par excès (tels les délires interprétatifs des complotistes) ou par défaut (comme quand on fétichise les textes et les interprète à la lettre dans les lectures sectaires). Mais ce serait dommage de réduire cette fonction performative et sa dimension performantielle à ses dérives (Cassin 2018). C’est là le deuxième niveau de la sursignifiance, dont on comprend qu’il fonctionne à merveille dans des discours ritualisés et dans des situations elles-mêmes ritualisées, qui confèrent une sur-valeur aux discours, sacralisent les textes – que ces derniers relèvent du sacré ou non.

3. Des déplacements épistémologiques versés au débat

  • 15 « Tout le travail du linguiste qui veut se rendre compte, méthodiquement, de l’objet qu’il étudie r (...)
  • 16 La notion de « texte complet » mériterait une problématisation poussée qui excède les limites de ce (...)
  • 17 Je ne plaide donc non pas pour une guerre totalement contreproductive entre méthodes quantitatives (...)
  • 18 Indices prosodiques, multimodaux, indispensables pour bien dégager les enjeux des textes, à partir (...)

27Je conclurai en soulignant que les déplacements théoriques précédents s’accompagnent d’un certain nombre de déplacements épistémologiques – et non de remplacements –, car dans le domaine de la linguistique, il est bon de confronter les cadres théoriques, et, surtout, de les articuler, ainsi que le rappelait Saussure 200215. Je pense à la nature des observables, notamment à la prise en compte de textes complets16. Cette dimension est assez peu travaillée dans les SDL. Elle est pourtant fondamentale. Certes, il est légitime de travailler sur des énoncés attestés décontextualisés (sans que les exemples fabriqués soient à exclure a priori) en fonction de ses objets d’analyse. Certes, il est souhaitable de travailler sur des corpus homogènes (sans que l’hétérogénéité soit absolument à proscrire). Certes, les fouilles numériques des grands corpus de millions d’unités dégagent rapidement des résultats intéressants, tout particulièrement au plan de leurs constellations lexicales et sémantiques ; mais ces grands corpus comme leurs méthodes d’investigation ne sont pas la panacée, du point de vue d’une analyse holistique des textes et des discours. En d’autres termes, si les instruments de mesure quantitative sont indispensables pour de premières approches, ils gagnent à être articulés avec des analyses qualitatives, qui font particulièrement sens pour l’étude des textes complets ; et inversement, ils contribuent à la vérification de la validité de ses hypothèses, ce qui n’est pas rien17. Toutefois, il n’en reste pas moins vrai qu’au niveau des textes (complets), la dynamique du sens intègre, outre l’étude des marques grammaticalisées, celle des « marqueurs », des indices18, qui ne font sens qu’en co(n)texte, en situation : cela complique certes l’ambition modélisatrice, mais rend davantage compte de la complexité d’organisation des textes et de celle, tout aussi importante, des dynamiques de leur interprétation. De plus, parler d’indices implique une analyse inférentielle qui étend de beaucoup la part de l’implicite du texte et requiert souvent le croisement des perspectives linguistiques et interdisciplinaires. Cela implique aussi qu’on ne se survalorise pas des approches binaires fondées sur le couple marqué/ non marqué – qui méritent réexamen, car ce qui est dit « non marqué » est bien mal nommé, ne serait-ce que du point de vue énonciatif et des variations sociolinguistiques (Rabatel 2017 : 182) – ; que l’on réévalue à sa juste valeur la notion de continuum. De fait, trop souvent les SDL ont eu une conception dichotomique de bien des dualités – e.g., langue / parole, signifié / signifiant, synchronie / diachronie, paradigme / syntagme, individuel / collectif, etc. –, et ç’aura été une contribution irremplaçable de Semen – pour s’en tenir à ce seul exemple – que d’aider à les penser de façon plus articulée.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.-M., (2015), Faire texte : frontières textuelles et opérations de textualisation, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Amossy, R., [2000] (2006), L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

Amossy, R., (2018), « Introduction : la dimension argumentative du discours – enjeux théoriques et pratiques », Argumentation et Analyse du Discours, 20, [En ligne], URL : <http://journals.openedition.org/aad/2560> ; DOI : 10.4000/aad.2560

Arrivé, M., (2015), « Lettre, écriture et poésie dans la réflexion de Benveniste », in Bédouret-Larraburu, S. & Laplantine, C., (éds), Émile Benveniste : vers une poétique générale, Pau, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, 49-64.

Barthes, R., (1971), « Écrivains, intellectuels, professeurs », Tel Quel, 47, 3-18.

Bédouret-Larraburu, S., & Laplantine, C., (éds), (2015), Émile Benveniste : vers une poétique générale, Pau, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour.

Benveniste, É., (1974), Problèmes de Linguistique générale, 2, Paris, Gallimard.

Benveniste, É., (2011), Baudelaire, édition établie par Laplantine, C., Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

Bergounioux, G., (2004), Le moyen de parler, Lagrasse, Verdier.

Cassin, B., (2018), Quand dire, c’est vraiment faire, Paris, Fayard.

Charolles, M., & Schnedecker, C., (1993), « Coréférence et identité : le problème des référents évolutifs », Langages, 112, 106-126.

Eco, U. [1962] (1965) L’œuvre ouverte, Paris, Seuil.

Ducrot, O., (1984), Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Fónagy, Y., (1983), La vive voix : essais de psycho-phonétique, Paris, Payot.

Gaudin-Bordes, L., Monte, m., & Salvan, G., (dir), (2020), Les postures énonciatives. Autour des propositions d’Alain Rabatel, Corela, Hors Série 32, [En ligne], <https://doi. org/10.4000/corela.11948>.

Gevaudan, P., (2013), « Les rapports entre la modalité et la polyphonie linguistique », in Gévaudan, P., Detges, U. & Atayan, V. (dir.), Modalität und Polyphonie. Modalité et polyphonie. Modalidad y polifonía, Tübingen, Stauffenburg, 39–59.

Gosselin, L., (2010), Les modalités en français. La validation des représentations, Amsterdam, New York, Rodopi.

Green, A., (2003), « La cure parlante et le langage », in Psychiatrie française. Les conférences de Lamoignon, Le langage 1, XXXIII, 3-4, 36-61.

Grize, J.-B., (1990), Logique et langage, Gap, Paris, Ophrys.

Jacques, F., (2002), De la textualité. Pour une textologie générale et comparée, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, Jean Maisonneuve.

Jeandillou, J.-F., (2008), Effets de texte, Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

Kerbrat-Orecchioni, C., avec la collaboration de Caillat, D. & Constantin de Chanay, H., (2019), Le débat Le Pen/Macron du trois mai 2017 : un débat disruptif ? Paris, L’Harmattan.

Leca, J., (2012), « L’État, entre politics, policies et polity, ou peut-on sortir du Triangle des Bermudes ? », Gouvernement & action publique, vol. 1, 59-82.

Léon, P., (1993), Précis de phonostylistique. Parole et expressivité, Paris, Nathan.

Michel, J.-P., (éd.), (2019), Bergounioux, Paris, Éditions de L’Herne.

Monneret, P., (2003), « Présentation », Le mot comme signe et comme image : lieux et enjeux de l’iconicité linguistique, Cahiers de linguistique analogique, 1, 3-11.

Morin, E., (1999), Les Sept Savoirs nécessaires à l’éducation du futur, Paris, Unesco, [En ligne], <https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000117740_fre>.

Nussbaum, M., (2011), Les émotions démocratiques. Comment former les citoyens du xxie siècle ? Paris, Flammarion.

Peirce, C. S., (1931-1958), Collected papers of Charles Sanders Peirce, 8 vol., Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Poirier, M., (2019), Éléments pour une étude de la coalescence en espagnol. Contribution aux fondements d’une linguistique du signifiant énactivisante, thèse de doctorat en études hispaniques/linguistique, université Rennes 2.

Prak-Derrington, E., (2020), « La répétition figurale, une signifiance incarnée », in Magri, V. & Wahl, P., (éds), Répétitions et signifiance. L’invention poétique, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 29-47.

Prak-Derrington, E., (2021), Magies de la répétition, Lyon, ENS-Éditions.

Rabatel, A., (dir), (2010), Les reformulations pluri-sémiotiques en contexte de formation, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Rabatel, A., (2015), « D’un mode de signifiance sémantique pathémique-iconique fréquent en poésie à un mode d’énonciation subjectif-empathique », in Bedouret-Larraburu, S. & Laplantine, C., (éds), Émile Benveniste : vers une poétique générale, Pau, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, 111-137.

Rabatel, A., (2017), Pour une lecture linguistique et critique des médias. Éthique, empathie, point(s) de vue, Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

Rabatel, A., (2018), « Pour une reconception de l’argumentation à la lumière de la dimension argumentative » Argumentation et analyse de discours, 20, [En ligne], <https://journals.openedition.org/aad/2493>.

Rabatel, A., (2019a), « Interprétation, points de vue et inférences abductives », Versus, 129, 211-228.

Rabatel, A., (2019b), « Empathie et récit », Pratiques, 181-182, [En ligne], <http://journals. openedition.org/pratiques/5655>.

Rabatel, A., (2020), « La démultiplication des éthos dit et montré (ou la présentation de soi représentée, et ce qui s’ensuit en matière de prise en charge et de responsabilité énonciatives) », E-rea, 17-2, [En ligne], <http://journals.openedition.org/erea/9292>.

Rabatel, A., (2021), La confrontation des points de vue dans la dynamique figurale. Enonciation et interprétation, Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

Rabatel, A., (2021), « Postures énonciatives, interaction et dialogisme », Cahiers de Praxématique 75, L’autre en dialogue : hétérogénéité énonciative et genres de l’oral.

Rabatel, a. & Masi, S., (2020), « La théâtralisation de la parole intérieure chez Camilleri, entre dialogue interne ou extériorisé du locuteur / écouteur plurilingue et humoriste », Analele Universităţii din Craiova, Seria Ştiinţe Filologice, Anul XXIV Nr 1, EUC, Editura Universitaria Craiova/Annales de l’université de Craiova, Série sciences philologiques – langues et littératures romanes, Année XXIV, no 1/2020, [En ligne], 193-238.

Rastier, F., (2013), Apprendre pour transmettre. L’éducation contre l’idéologie managériale, Paris, PUF.

Rastier, F., (2015), Saussure au futur, Paris, Les Belles Lettres.

Ricœur, P., (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

Santone, L., (1999), Voci Dall’Abisso. Nuovi elementi sulla genesi del monologo interiore, Bari, Edipuglia.

Santone, L., (2009), Egger, Dujardin, Joyce. Microscopia della voce nel monologo interiore, Roma, Bulzoni.

Saussure, F. de, (2002), « De l’Essence double du langage », Écrits de Linguistique Générale, Paris, Gallimard.

Smadja, S., (2021a), La parole intérieure. Qu’est-ce que se parler veut dire ? Paris, Hermann.

Smadja, S., (2021b), Pour une grammaire endophasique, vol. 1 Voix intérieures : un moi locuteur-auditeur, Paris, Hermann.

Smadja, S., (2021c), Pour une grammaire endophasique, vol. 2 Une syntaxe, une sémantique et une prosodie de la conscience, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1 La revue est née sur un terreau universitaire qui, dans les années soixante et soixante-dix du siècle dernier, a joué un rôle central dans la diffusion des SDL et dans la formation de nombreux linguistes de premier plan, autour de B. Pottier, B. Quemada, J. Peytard, etc.

2 L’écart des salaires des enseignants en France par rapport à ceux des autres pays développés dit bien la part de spoliation dont ils sont victimes, une fois que d’autres paramètres (cotisations santé, retraite, impôts directs, etc.) sont pris en compte.

3 Évidemment, il s’agit d’une visée, et non d’un jugement sur ses travaux, qui serait obscène.

4 Bel exemple de référent évolutif (Charolles & Schnedecker 1993) ou d’une identité en ipse (Ricœur 1990) !

5 Des indices plus que des signes régis par la double articulation, à supposer que la double articulation épuise la notion de signe, voir infra, 2.1.

6 Tout en envisageant qu’il puisse y avoir des tensions, des contradictions entre ces intentions.

7 Plurilinguisme interlangue ou à l’intérieur de sa propre langue, avec le jeu des registres, indexés sur des façons de parler, des -lectes (idiolecte, dialecte, sociolecte, idéolecte, ethnolecte) ou sur des façons d’être, d’agir, des -types (ontotypes, sociotypes, idéotypes, sexotypes ou ethnotypes), etc.

8 Je n’évoque pas les ouvrages de Smadja 2021a, a, c, le présent article ayant été écrit avant leur publication.

9 Cette démultiplication des instances modales va de pair avec une approche plus complexe des questions de prise en charge (PEC), avec une quasi-PEC des sujets grammaticaux des énoncés (énonciateurs seconds non locuteurs), avec la distinction entre accord et désaccord explicites entre L1/E1 et instances secondes et les phénomènes de consonance et de dissonance, de l’ordre de l’implicite, et, enfin, avec la distinction entre PEC, pour les énoncés, et responsabilité énonciative, pour les textes, leur auteur étant responsable de leur organisation globale, des sources qu’il convoque, même s’il ne les prend pas forcément en charge : on est toujours responsable de ce qu’on dit ou pas, de ceux qu’on cite ou pas, auxquels on fait allusion ou pas. Voir Rabatel 2017 : 87-122. Ainsi, l’intérêt pour la réception n’implique pas une moindre inattention aux phénomènes liés à la production, qui s’en trouve complexifiée.

10 L’ensemble de ces processus interprétatifs avive les tensions ou contradictions entre intention et attention évoquées n. 6. Celles-ci se manifestent y compris lorsque le locuteur revient sur ses dires, cherche à les expliciter. Il construit une signification (dont on n’est pas assuré qu’elle corresponde à ses intentions premières), et cette dernière est loin d’épuiser le sens du texte, a fortiori du texte actualisé dans des époques différentes pour des récepteurs différents. Ainsi, les « explications » (pp. 717-865) de Jean de la Croix sur les trente-neuf quintils de son « Cantique spirituel » (pp. 697- 715, dans une présentation bilingue) ont beau être mille fois plus développées que le poème lui- même, elles relèvent d’une herméneutique qui appauvrit les sens possibles du texte, comme le signale le commentaire de J. Canavaggio dans l’édition de la Pléiade des Œuvres de Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, p. 1018.

11 Voir notamment Jeandillou (2008), pour des approches diverses de ces dynamiques du signifiant.

12 Sur ces PDV cumulatifs ou substitutifs, voir Rabatel (2020b), notamment les chapitres 2 (contrepèteries), 3 (lapsus), 4 (syllepses et antanaclases), 5 (devinettes), 7 (répétitions dans les litanies), 8 (répétitions et (sur-)signifiance), 9 (antimétaboles), 10 (ironie), 11 (humour), 12 (hyperboles), 13 (paradoxes), 16 et 17 (reformulations résomptives formulaires).

13 « Il faudrait alors un terme nouveau qui / serait pour le langage poétique ce que le ‘signe’ est au langage ordinaire. Je proposerais eicasme (eikasma) eicastique (eikasticoç). Un eicasme se décom- poserait en évoquant – évoqué eicasant – eicasé. » (Benveniste 2011 : 138 Feuillet 57, italiques de l’auteur)

14 Entrevues par Malinowski, dont ni Benveniste ni Jakobson n’ont poussé très loin l’analyse.

15 « Tout le travail du linguiste qui veut se rendre compte, méthodiquement, de l’objet qu’il étudie revient à la question extrêmement difficile et délicate de la définition des unités. Dans le langage, de quelque côté qu’on l’aborde, il n’y a point d’individus délimités et déterminés en soi, et qui se présentent nécessairement à l’attention. (Aussitôt qu’on suppose le contraire, comme il est naturel à première vue, on s’aperçoit bientôt qu’on n’a fait qu’isoler arbitrairement et sans méthode tel ou tel fait, uni en réalité à une foule d’autres, sans qu’il soit possible de dire pourquoi dans la masse on s’est cru autorisé à faire telle ou telle démarcation particulière.) » (Saussure 2002 : 26-27 ; v. aussi 96-97)

16 La notion de « texte complet » mériterait une problématisation poussée qui excède les limites de ce texte. On ne sait pas bien ce que seraient des critères universels de complétude d’un texte, d’un point de vue sémantique, structurel, formel, pragmatique. De plus, les textes s’inscrivent dans une histoire partiellement inachevée du côté de l’auteur et des récepteurs, tant pour ce qui concerne l’établisse- ment d’une version dite finale que pour les relations avec d’autres textes avec lesquels elle forme un ensemble pertinent, déplaçant la notion habituelle de complétude ancrée dans un seul texte vers un ensemble de textes réunis par un certain nombre de critères communs, aux plans sémantique, formel, structurel ou pragmatique. Néanmoins, il y a lieu de penser des unités de plus vaste empan que les énoncés, cohérentes et cohésives, rapportées à une totalité qui produit un effet de complétude, quitte à expliciter, à chaque fois, les critères pertinents d’un texte complet selon le genre, les visées de la production ou de la réception. V. supra, n. 6 et 9.

17 Je ne plaide donc non pas pour une guerre totalement contreproductive entre méthodes quantitatives et qualitatives, mais pour une meilleure articulation de ces méthodologies complémentaires – et sur ce plan j’ai bien conscience des limites de mes travaux !

18 Indices prosodiques, multimodaux, indispensables pour bien dégager les enjeux des textes, à partir de l’investissement des locuteurs dans leur discours, et qui ne font véritablement sens qu’articulés à la dimension verbale, première, et cependant jamais suffisante. De plus, leur prise en compte ne se limite pas à leur incorporation linguistique et requiert souvent celle de données extralinguistiques (Rabatel, en lecture).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rabatel, « Du compagnonnage avec Semen et des évolutions qui s’ensuivirent », Semen, 50/1 | 2021, 73-86.

Référence électronique

Alain Rabatel, « Du compagnonnage avec Semen et des évolutions qui s’ensuivirent », Semen [En ligne], 50/1 | 2021, mis en ligne le 14 mars 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/15824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.15824

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search