Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50/1Michel Foucault, lecteur de la ph...

Michel Foucault, lecteur de la philosophie analytique (Tunis, 1967)

Jacques Guilhaumou
p. 107-125

Résumés

La récente mise à disposition d’une partie des fiches de lectures de Michel Foucault sur le site numérique de la Bibliothèque Nationale de France (Gallica), en particulier ses notes sur la philosophie analytique du langage, permet d’aborder sous un jour nouveau la genèse de la méthode d’analyse du discours présente dans L’archéologie du savoir (1969) et sa mise en œuvre dans ses premiers cours au Collège de France. Le présent travail, après avoir présenté une vue d’ensemble de ses fiches particulièrement diversifiées en nombre d’auteurs et de thèmes, propose un cheminement de lecture au sein de ces fiches situant les contours de ce qu’il en est de la définition de l’analyse. S’y adjoint ensuite une présentation de la manière dont ces fiches différencient la philosophie analytique et la philosophie continentale. Il est alors possible de circonscrire un rapport étroit entre l’intérêt de Foucault pour la caractérisation analytique du sens comme fonction et son fonctionnalisme discursif complémentaire de la description archéologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En contribuant à l’espace de débat et de réflexion ouvert par la revue Semen dans le domaine des sciences du langage, j’ai proposé de nouvelles investigations dans mon champ de recherche, l’analyse du discours dans son lien à l’archive sociohistorique. Au début des années 2010, interpellé par un spécialiste de Michel Foucault sur la plausibilité du lien entre la méthode archéologique de Foucault et la pratique de l’analyse de discours, j’ai pris la décision de revenir vers Foucault, certes jamais vraiment quitté, sur la base d’une archive renouvelée, d’abord ses Dits et écrits, mais aussi l’intégralité de ses cours, et maintenant une partie de ses notes de lecture. En 2014, je publie dans Semen mon premier article à ce propos. Il y est question du retour réflexif de Foucault à lui-même sous la forme d’un récit de soi, thème récurrent de la revue. J’ai choisi présentement de continuer dans cette voie en présentant son espace de lecture de la philosophie analytique. Je quitte alors l’espace phénoménologique pour entrer dans le domaine des logiciens et de leurs interlocuteurs philosophes analytiques par le biais de notes manuscrites. La revue s’est déjà engagée sur ce terrain archivistique des notes manuscrites, à propos de Benveniste et la langue de Baudelaire. Foucault s’y situe de manière spécifique, dans la mesure où il circonscrit, par ses choix de traduction, un domaine linguistique distinct de la linguistique de l’énonciation, l’espace analytique du langage.

  • 1 La présente recherche a pour cadre l’ANR Foucault (2017-2020) et le projet Ffl (Foucault fiches de (...)

2Une partie des fiches de lecture de Michel Foucault est mise aujourd’hui à disposition des chercheurs par la Bibliothèque nationale de France, sur Gallica1. C’est le cas de la boîte 43 des Archives Foucault qui contient en particulier ses notes de lecture sur la philosophie analytique. Ces notes ont été prises lors de son séjour à Tunis en 1967, soit durant un temps de pause dans l’écriture de L’archéologie du savoir. Alors qu’il occupe une chaire de philosophie à l’Université de Tunis, Foucault, dans sa correspondance d’avril 1967, précise : « J’ai suspendu toute écriture pour regarder d’un peu près Wittgenstein et les analystes anglais », en espérant y trouver les « style et niveau d’analyse que je cherchais en pataugeant cet hiver » (DE, I, 30). Il bénéficie à Tunis de l’accès à la bibliothèque de son collègue Gérard Deledalle, spécialiste de John Dewey et de la philosophie analytique américaine. Ce chercheur est un bon connaisseur du positivisme logique du Cercle de Vienne et de la philosophie analytique de l’école d’Oxford dans la mesure où les travaux des auteurs concernés, de Carnap à Strawson, font débat aux États-Unis. De la prise de notes par Foucault des ouvrages et articles à sa disposition ressort un corpus analytique de 23 dossiers de plus ou moins grande amplitude, qui comprennent 313 fiches, classées sous 257 titres. Un corpus assez impressionnant, à vrai dire, qui contient des titres de fiches, des références bibliographiques des ouvrages lus et annotés par Foucault, et bien sûr les notes proprement dites, avec quelques citations littérales, mais pour l’essentiel des traductions de l’anglais ou le résumé de passages précis, dont la pagination est indiquée dans la fiche.

3Dans un premier temps, nous dégageons les traits majeurs de ce corpus, en particulier d’ordre quantitatif. Ainsi, la première partie de cet article présente et commente la liste de l’ensemble des ouvrages et articles lus et cités dans les fiches, que nous avons présentée sous l’angle bibliographique dans une « exposition virtuelle » (2021). Cette première partie précise la façon dont Foucault, d’un dossier à l’autre, dessine les contours de la philosophie analytique. Dans un second temps nous abordons, à l’aide du contenu de quelques-unes des fiches de lecture du corpus analytique, des exemples, ce que nous appelons des « exercices de lecture », de la manière dont Foucault, de traduction en traduction, circonscrit la spécificité du champ analytique. Cette seconde partie met en valeur ce qu’il en est chez Foucault de trois sortes d’exercices de lecture au sein du paradigme analytique. Il s’agit en premier lieu de cerner un cheminement de lecture qui permet de « Définir l’analyse ». Puis nous montrons comment Foucault, en quête du contour « actuel » de la philosophie analytique, s’attarde un temps sur ce qui différencie la philosophie analytique et la philosophe continentale. Enfin nous caractérisons ce qu’il en est du « sens comme fonction », à l’articulation entre le sens logique et le fonctionnalisme historiciste, suite à la lecture et à l’annotation de Frege, Christensen et Firth.

4De nos jours, les chercheurs prennent acte de l’importance majeure de la philosophie analytique, mais divergent sur l’ampleur de son espace et de son devenir philosophiques. Revenir à Foucault lecteur de la philosophie analytique présente certes un intérêt majeur pour comprendre sa méthode fonctionnelle d’analyse, qu’il convient de ne pas confondre avec le plus original de sa démarche, la description archéologique (Guilhaumou, 2020). Cependant, comme le souligne Hans-Johann Glock (2011), il n’est pas indifférent d’adopter une perspective historique sur la manière dont un auteur circonscrit le paradigme analytique, en l’occurrence Foucault. Certes sa lecture des philosophes analytiques est demeurée jusqu’à présent dans le silence des manuscrits inédits, mais elle refait surface avec l’objectif d’en comprendre l’enjeu historique à la fin des années 1960 (Maniglier, 2015). Cet enjeu peut être formulé au sein de son œuvre, de son historicité propre, en formulant une hypothèse sur son impact, point que nous n’aborderons qu’en conclusion par souci de marquer d’abord un temps d’arrêt sur les contours généraux et de spécifier quelques exercices de lecture permettant de circonscrire la manière foucaldienne d’aborder le paradigme analytique.

1. Une vue d’ensemble

5Au premier abord, la présence, dans les notes de lecture, d’un dossier « Positivisme logique », autour du Cercle de Vienne, et d’un autre sur la « Philosophie analytique » incite à croire que Foucault désigne sous la dénomination de philosophie analytique le courant « dominant » de l’école d’Oxford. Les autres dossiers, nombreux et divers, nous détrompent. Foucault accorde un intérêt majeur à l’ouvrage de Charlesworth (1959) sur la « Linguistic Analysis », de par sa nature synthétique, en en faisant usage sous 22 titres, du fait de l’ampleur et de la diversité en son sein des informations sur l’école d’Oxford et ses précurseurs. Mais il n’adhère pas à sa perspective restreinte, du fait de la quasi-absence de mentions du Cercle de Vienne. De con côté, Zeno Vendler (1966), dans son compte-rendu de Charlesworth, émet des doutes sur l’idée d’une méthode analytique unitaire excluant les philosophes qualifiés de « traditionnels », au risque d’y inclure les analystes viennois. Il critique la manière dont Charlesworth déshistoricise le paradigme analytique, tout en mettant l’accent sur le climat intellectuel régnant dans ce champ philosophique :

The Analytic philosophy is not a school, not a doctrine, not even one method. It is an intellectual atmosphere in which positivists and mathematical logicians, empiricists, semanticists and “ordinary language” philosophers are able to talk to one another, understand one another, dispute claims about doctrine and method, share an increased awareness of the philosophical importance of language, in one word, an atmosphere in which philosophy is carried on in the best philosophical tradition of not being bound by tradition, but examining whatever comes along without first tracing the pedigree or looking for a label. (Vendler, 1966 : 94)

  • 2 Je reprends les termes de la présentation par Jean-François Lyotard de La pensée américaine contemp (...)

6À lire les fiches de lecture, en considérant leur entrecroisement, on prend acte de l’adhésion de Foucault à une vision de la philosophie analytique dans les termes d’un champ diversifié. Foucault prend conscience au contact des précurseurs de la philosophie analytique longuement annotés de « la capacité qu’a toute phrase d’être enchaînée à une autre selon des fins hétérogènes », en opérant « un effort d’intelligence » au-delà d’un simple résumé de la théorie dite analytique2. Qu’il s’agisse du positivisme logique du Cercle de Vienne, autour principalement de Schlick, Carnap, Neurath, ou de l’école d’Oxford promoteur de la philosophie du langage ordinaire, autour de Searle, d’Austin, de Strawson, de Ryle, Foucault considère tous ces auteurs comme partie prenante d’un même paradigme de la philosophie analytique, irréductible au seul monde anglophone, compte tenu de la forte présence en son sein d’auteurs germanophones. L’émergence première de l’analyse logique et conceptuelle, en particulier chez Russell et Frege, puis le « linguistic turn » initié par Wittgenstein jouent un rôle fondateur dans le champ analytique, et tout particulièrement au sein du Cercle de Vienne. C’est seulement dans un second temps que la philosophie analytique passe sous la houlette des philosophes d’Oxford.

7Un tel paradigme unitaire suppose des interlocuteurs communs auxquels Foucault donne une place centrale dans ses notes de lecture. Ainsi en est-il de Russell, avec un dossier de 30 titres, de Wittgenstein avec un dossier de 23 titres, et 2 titres hors dossier, et de Charles Morris avec un dossier de 14 titres. Notons également, parmi ces interlocuteurs, la présence de Moore (4 titres) et de Frege dans un petit dossier (4 titres) et une fiche hors dossier. Par ailleurs, la plupart des auteurs majeurs de la philosophie analytique sont présents, et selon un relatif équilibre entre l’école d’Oxford et le Cercle de Vienne. Du côté d’Oxford, le dossier sur la « Philosophie analytique » (28 fiches sur 23 titres) en présente les contours, mais de manière diversifiée. Il commence par des notes en amont sur Moore, un des précurseurs de la philosophie analytique, et en aval diversifie l’horizon analytique avec des notes sur John Wisdom et son apport à la relation entre psychanalyse et langage ordinaire. Les auteurs majeurs ont leur propre dossier. Austin dispose d’un dossier « Austin » de 17 fiches de lecture sous 14 titres à propos de How to do things with words ; il est aussi présent sous trois titres hors dossier, ce qui fait un ensemble significatif de 17 titres. La présence de Strawson est tout aussi importante avec un dossier « Strawson » de 11 fiches, sous 11 titres, et, hors dossier, de 11 fiches sous 6 titres, soit 17 titres. Quant à Ryle, il se trouve, hors dossier, sous 12 titres de fiches. Austin et Strawson sont donc en première ligne. Mais Searle, attendu du lecteur français, ne dispose pas de dossier : il est présent, à propos des actes de langage, sous 5 titres au sein d’un dossier certes important sur « Les noms propres ». Foucault s’intéresse aussi à Toulmin (3 titres), Hare (2 titres), Nowell-Smith (1 titre) et Arthur J. Wisdom (1 titre).

8Le Cercle de Vienne est bien sûr présent dans le dossier « Positivisme logique. Histoire, problèmes généraux » de 14 fiches sous 12 titres. L’ouvrage édité par Ayer (1959), Logical Positivism, sert de support à la majorité des références bibliographiques de ce dossier. Par ailleurs, l’importance d’Ayer, promoteur du positivisme logique en Angleterre, est attestée dans le dossier « Ayer » de 13 fiches sous 12 titres auxquelles s’ajoutent en hors dossier 5 fiches, soit 18 fiches en tout. Foucault a en particulier lu et annoté, sous 9 titres, l’ouvrage d’Ayer (1956) traduit en français Langage, vérité et logique. Carnap a son propre dossier de 17 fiches sous 14 titres. Il est également présent hors dossier sous quatre titres, soit 18 titres. Schlick et Neurath, acteurs du positivisme logique, sont également pris en compte.

9La mention du « philosophe linguiste » danois Christensen (1961), sous 8 titres, s’inscrit dans le même espace analytique anglophone. Quant au linguiste anglais Firth, il intéresse Foucault par son abord du fonctionnalisme dans le langage, dans un dossier « Firth » de 7 fiches sous 5 titres. De surcroît, Foucault partage l’intérêt de Laurence J. Cohen (sous 3 titres) pour les philosophes analytiques. D’autres auteurs sont présents au titre de leur proximité avec la philosophie analytique. Côté américain, la présence de Quine sous deux titres est discrète, mais celle de Greenberg, sous trois titres, est plus affirmée dans le dossier « Langage et culture ». Foucault s’intéresse aussi au philosophe analytique américain Max Black, sous 4 titres, au regard de sa critique de Russell.

10Cependant le plus important, nous semble-t-il, réside, au-delà de la présence attendue des dossiers « Positivisme logique » et « Philosophie analytique », dans la prédominance du concept de meaning présent dans 30 fiches sous 25 titres du dossier « Meaning ». S’y ajoutent d’autres titres de fiches concernant la théorie du meaning d’auteurs majeurs (Firth, Russel, C. Morris, Wittgenstein, Carnap, Greenberg, Strawson, Austin, Ayer) et des titres de fiches où se trouvent les mots meaningless, signification, sens, soit 16 titres. Ce simple constat quantitatif qualifie un ensemble dominant de 41 titres, ce qui signifie que le terme de meaning est omniprésent dans les fiches de lecture, situant le problème du sens au centre des préoccupations de Foucault lecteur des philosophes analytiques. Nous pouvons y adjoindre, au premier abord, les questions du référent, avec le dossier « Strawson » de 11 titres, et de la référence, avec le dossier « La référence » de 8 titres, soit un ensemble de 19 titres. Les autres titres de dossiers de fiches de lecture montrent là encore la diversification des intérêts de Foucault dans ses lectures analytiques : « Events et propositions » (12 titres), « Langage ordinaire » (8 titres), « Truth » (8 titres), « Assertion et croyance » (8 titres), « Avowals » (6 titres), « Les noms propres » (5 titres), « Sémantique » (5 titres), « Langage et culture » (7 titres), « La causalité » (2 titres), « La référence » (9 titres) et « Langues formalisées » (2 titres), en lien avec les notes sur Ayer (12 titres). Enfin l’indexation de l’ensemble des titres des 23 dossiers met tout particulièrement en évidence la récurrence des termes de « philosophie », « analyse », « langage », « meaning » et « proposition(s) ».

  • 3 Foucault souligne assez souvent les titres de fiches. Nous avons fait le choix de tous les souligne (...)

11Il est tout aussi intéressant de marquer une autre spécificité bibliographique du corpus analytique. Foucault dispose, sur sa table de travail à Tunis, d’une série d’ouvrages collectifs contenant les contributions d’acteurs du mouvement analytique, des plus connus aux moins cités. Il s’agit principalement des ouvrages suivants dans l’ordre d’importance : sous 38 titres, Charles E. Caton (1963) et son ouvrage Philosophy and Ordinary Language ; sous 25 titres, Margaret Mac Donald (1954) éditant Philosophy and analysis ; sous 11 titres, l’ouvrage en français La philosophie analytique (1962) issu du Colloque de Royaumont qui a fait connaître le courant analytique en France ; sous 11 titres, l’édition par A. J. Ayer de Logical Positivism (1959) ; sous 9 titres, l’ouvrage édité par R.J. Butler, Analytical Philosophy (1962) ; sous 8 titres, le collectif édité par Max Black, Philosophy in America (1965) ; sous 6 titres, Language in Culture édité par H. Hoijer ; sous 5 titres, les Actes du Congrès International de Philosophie Scientifique (1935) de Paris I Sorbonne (1936) ; et sous 2 titres, l’ouvrage Trends in Modern Linguistics, édité sous la direction de C. Morhann, F. Norman, and A. L. F. Sommerfeld (1963). Et enfin sous un seul titre, les ouvrages sous la direction de Raymond Firth, Man and Culture (1957), et de Antony Flew, Logic and Language (1965). Il est intéressant, de mesurer la portée de l’annotation de ces ouvrages collectifs. Nous prendrons deux exemples, l’ouvrage collectif sur le langage ordinaire, au plus proche des philosophes analytiques d’Oxford, et celui sur le positivisme logique en grande part relatif au Cercle de Vienne. Dans le premier cas, l’ouvrage édité par Charles Caton comprend des contributions d’auteurs faisant part de leur perplexité philosophique face à l’idiome des philosophes. À ce titre, ces contributeurs s’interrogent sur l’intérêt du recours au langage ordinaire dans le but de « rendre compte du rôle joué par le langage ordinaire dans la genèse et la résolution des problèmes philosophiques » selon l’éditeur de ce livre. On y trouve des articles des plus éminents représentants de l’école d’Oxford, Austin, Ryle, Strawson, Toulmin, Baier, et d’autres philosophes anglais et américains que la présente méthode analytique intéresse, tout en s’attachant à des questions plus techniques. Des premiers, Foucault lit et annote, à partir de cet ouvrage, surtout Strawson (14 fiches), mais aussi Ryle (9 fiches), Linski (4 fiches), Cartwright (3 fiches), Austin, Searle, Hall, Linski, Toulmin/Baier dans une fiche chacun. Quant à l’ouvrage collectif édité par Ayer (1959), il sert de support, rappelons-le, à la majorité du dossier « Positivisme logique ». Dans ce dossier, il est question d’abord du fondateur du positivisme logique, Maurice Schlick, sous les thèmes suivants : Qu’est-ce que la philosophie (Schlick)3 (f0228), La logique et la nouvelle philosophie (M. Schlick) (f0229), Conceptions de la philosophie dans le positivisme logique (f0231), Contre le principe de vérification (f0232), Propositions atomiques (f0233), Le problème des propositions élémentaires (f0234-235), Discussions sur la vérité dans le positivisme logique (f0240-241). Deux fiches concernent Carnap, Les caractères de la nouvelle logique selon Carnap (f0237) et L’analyse du langage selon Carnap (f0230), en sus du dossier « Carnap ». Une fiche concerne Neurath : L’unification du langage selon le cercle de Vienne (f0238). Quant à l’ouvrage personnel d’Ayer, dans sa traduction française (1956), il est présent dans deux fiches, Possibilité d’un premier langage (f0236) et Les énoncés protocolaires (f0239).

  • 4 Les passages sous forme de […] sont des passages que nous avons omis dans la mesure où Foucault ne (...)

12Dans ce dossier, l’apport initial de Schlick (1959) sur « The Turning point in Philosophy » pose les bases, à partir de Frege, Russell et surtout de Wittgenstein, du « turning point » vers une philosophie dont Foucault retient la caractéristique centrale en traduisant le passage suivant de cet article4 :

  • 5 Foucault traduit statements par propositions.

Philosophy is certainly not a science […] The great contemporary turning point is characterized by the fact that we see in philosophy [Foucault omet de traduire ce début de phrase] not a system of cognitions, but a system of acts; philosophy is that activity through which the meaning of statements is revealed or determined […] The science is concerned with the truth of statements5, the philosophy with thy actually mean.

13Foucault précise ensuite, dans les termes de Schlick, ce qu’il en est du rapport entre science et philosophie en traduisant un autre passage :

The content, soul and spirit of science is lodged naturally in what in the last analysis its statements actually mean [Foucault résume: “dans ce que ces propositions signifient actuellement”]; the philosophical activity of giving meaning is therefore the Alpha and Omega of all scientific knowledge. (Schlick, 1959 : 56)

14Foucault conserve l’expression « giving meaning », dans son souci constant de répertorier les énoncés du meaning. D’un ouvrage collectif à l’autre, Foucault peut ainsi rendre compte de la fécondité des perspectives diversifiées des auteurs analytiques, qu’ils soient positivistes logiques ou philosophes du langage ordinaire, tout en insistant sur ce qui peut faire dialogue, et sans pour autant négliger ce qui l’intéresse dans le contexte de l’écriture de L’archéologie du savoir, en premier lieu le problème du meaning.

15Un autre point important concerne le fait que Foucault accorde une place centrale aux principaux interlocuteurs des philosophes analytiques, ce qui souligne une fois de plus son souci d’aborder le courant analytique au plus large. Il s’agit, sans étonnement, d’abord de Russell, autour du dossier « Russell ». Russell est présent dans 11 fiches sous les titres suivants : Théorie des types (f0285-286), Les descriptions définies (f0291-292), L’analyse de l’existence (f0296-297), Connaître la logique et connaître le monde (f0299), Critique de la théorie russellienne de la description) (f0300-301), Critique du paradigme russellien des « hétérologiques » (f0302-303). Wittgenstein y occupe une place équivalente avec un dossier « Wittgenstein » contenant 11 fiches intitulées : Différences entre Wittgenstein et les analystes anglais (f0622), Les concepts formels selon W[ittgenstein] (f0623-624), Les conditions logiques des propositions (selon Wittgenstein) (f0625), Les limites du langage et la philosophie (f0626), Unsinnig et sinloss selon Wittgenstein (f0627), Différences entre le Tractatus et les Investigations (f0628), Wittgenstein et le positivisme logique (f0629), La notion de language-game (f0630), La thérapeutique du langage selon Wittgenstein (f0635-636). Foucault s’intéresse aussi, à partir de l’ouvrage de Charlesworth, à Moore, dans les deux fiches intitulées La Réfutation de l’Idéalisme de Moore (f0559), L’analyse selon Moore (f0560-561), et à Wisdom dans les deux fiches intitulées Philosophie et psychanalyse (f0578) et Les paradoxes philosophiques de Wisdom (f0580). Par ailleurs, nous y trouvons deux fiches relatives à l’école d’Oxford.

16Si notre énumération de titres-auteur et de titres-thème, décompte à l’appui des auteurs mis en fiche, peut sembler quelque peu fastidieuse, il n’est pas possible de contourner cette première étape de la recherche si l’on veut avoir une vue d’ensemble sur la perception par Foucault du champ analytique. Cependant, il convient maintenant de donner des exemples d’exercices de lecture, donc de la manière dont Foucault configure ses notes traduites autour de concepts précis.

2. Résumés d’analyse : exercices de lecture6

2.1. Définir l’analyse : de la « proposition » au « meaning »

  • 7 Ce titre renvoie à l’article de Moore (1903 : p. 176-193).

17Dans le dossier sur la philosophie analytique, Foucault titre sa première fiche La Réfutation de l’Idéalisme de Moore7 (f0559), à partir de la présentation de cet auteur par Charlesworth (1959). Il prend appui sur ce qu’il en est de Moore et de sa réfutation de l’idéalisme pour préciser la définition de l’analyse dans les fiches suivantes, et d’abord celle titrée L’analyse selon Moore (f0560-561). Dans sa présente critique de l’idéalisme néo-hegelien, Moore met l’accent sur les limites épistémologiques du recours aux « propositions synthétiques » dans l’idéalisme, compte tenu de l’enjeu central de la question du « Common sense » au sein de l’approche analytique. Il s’agit de donner une analyse correcte du meaning des propositions. En précisant plus avant que L’analyse concerne la conscience (f0562), titre de la fiche suivante sur Moore, Foucault note, en mélangeant une partie de la citation en anglais et l’autre partie traduite en français, que l’analyse se formule dans les termes suivants : « What I am concerned with is Knowledge only : penser correctement et arriver à quelque vérité aussi peu importante qu’elle soit » d’après les Principia Ethica de Moore (1903 : 63). Une autre démarcation de l’analyse avec l’idéalisme se précise dans la fiche L’analyse ne se reconnaît pas dans l’empirisme anglais (f0563). C’est à Hampshire que Foucault fait appel en lisant l’intervention suivante de ce philosophe dans un débat :

It seems inevitable that innovators in philosophy, Wittgenstein and the Vienna Circle no less than Descartes and Kant, should claim to discard all previous philosophy in the first moment of discovery; and then one goes back and lays the new discoveries along side the old. Something of the old survives, something is also eliminated, appears now irrelevant and unnecessary. I suspect that it is particularly the more rationalist philosophers – Aristotle, Leibniz, Frege – with their more formal arguments about existence and identity, who will seem least irrelevant or superseded in the near future; while the theory of knowledge coming from British empiricism – from Locke, Berkeley, Hume – will seem comparatively irrelevant, at least to contemporary interests. (Hampshire, 1955 : 515)

18Foucault, dans sa traduction, ne retient de cette citation que sa seconde partie :

Je soupçonne que les philosophes les plus rationalistes – Aristote, Leibniz, Frege
– avec leurs argumentations sur l’existence et l’identité qui sembleront le moins ‘irrelevant’ ou ‘superseded’ dans le proche avenir, tandis que la théorie de la conscience issue de l’empirisme anglais – de Locke, Berkeley, Hume – semble comparativement ‘irrelevant’, au moins pour les intérêts contemporains.

  • 8 Si Foucault suit ici l’ouvrage de Charlesworth en la matière, il convient cependant de préciser la (...)

19Qu’en est-il plus précisément, au sein du paradigme analytique, de la définition de l’analyse ? En quoi cette définition et ses corrélations peuvent rendre compte centralement de ce qu’il en est de la philosophie analytique ? Foucault répond à cette question en s’appuyant de nouveau sur Moore, ou plus précisément sur les citations de Moore reproduites et sur leurs commentaires formulés par Charlesworth (1959) dans Philosophy and Linguistic Analysis8. Ce philosophe considère qu’il importe, pour comprendre ce qu’il en est de l’analyse, de concevoir avec Moore « an introduction to his conception of Analysis » (1959: 15). L’« analytical proposition » introduit à ce qu’il faut entendre par « analyse » en tant qu’analyse des « propositions qui affirment l’existence du monde matériel ». C’est donc, note Foucault, la notion première de « proposition » (statement) qui permet de comprendre ce qu’il faut entendre par « analyse » en tant qu’analyse des « propositions qui affirment l’existence du monde matériel ». Et Foucault d’ajouter, avec Moore, que l’élucidation des choses extérieures opérée par l’analyse « ne consistera pas à faire comprendre le meaning, mais elle prend le meaning comme objet et elle essaie d’en donner une définition » (f0560). Il est possible, comme l’écrit Charlesworth (1959 : 22) « to give a correct analysis of its meaning », ce que Foucault traduit par « Mais il faudrait au pire l’analyse correcte » (f0560), sans retenir donc la mention du meaning.

20Nous voyons ainsi comment Foucault, dès le début du dossier « Philosophie analytique », lit, traduit, voire commente une partie de ce que Charlesworth perçoit, avec l’aide de Moore, de la définition de l’analyse. Nous pouvons alors comprendre les enjeux de l’attitude critique de Moore vis-à-vis des idéalistes et des empiristes à partir de l’exercice d’analyse autour de la phrase « Esse est percipi », reprise par Foucault dans la fiche La Réfutation de l’Idéalisme de Moore (f0559). L’idéalisme repose sur « The Idealist Fallacy », selon Charlesworth commentant Moore, soit « a logical fallacy », affirmant que « ‘esse est percipi’ is as a necessary synthetic proposition ». Moore précise que « The Idealist maintains that object and subject are necessarily connected » (cité par Charlesworth, 1959: 16). Foucault reprend la critique de l’Idéalisme par Moore via Charlesworth (1959 : 16-17), en la résumant : « En d’autres termes, il ne peut y avoir de propositions synthétiques qui soient nécessaires ». Et il suit d’autant plus cette critique qu’il souligne, à l’égal de Charlesworth, l’apport de Moore à la question centrale du « Common Sense ». Il en précise l’enjeu analytique : « Le ‘Common sens’ est ce qui doit être étudié par l’analyse », sans retenir plus avant l’apport de Moore dans les termes de Charlesworth : « Moore goes on to provide a tentative list of things of which Common sense ist most sure » (Charlesworth, 1959 : 20). Ce que Foucault retient plutôt de Moore, c’est une référence au concept de meaning dans la fiche L’analyse selon Moore (f0560-561). En effet, ce philosophe, dans A defense of Common Sense (1935), précise que les idéalistes confondent « the question whether we understand its meaning (which we all certainly do) with the entirely different question whether we know what it means, in the sense that we are able to give a correct analysis of its meaning » (cité par Charlesworth, 1959: 23). Ce que Foucault résume ainsi : « L’analyse ne consistera pas à faire comprendre le meaning, mais elle prend le meaning comme objet, et elle essaie d’en donner une définition ». Une fois de plus Foucault marque son intérêt majeur pour le concept de meaning.

21Au-delà des expressions d’« analyse correcte », de « meaning comme objet », de « meaning of a proposition », les contours de l’analyse se complètent par la notion de « définition », de nouveau avec Moore. Ainsi, pour Christensen citant Moore à plusieurs reprises, et résumé par Foucault :

According to Moore, to define a thing is to ‘enumerate’ its ‘different properties and qualities’ [Foucault traduit ‘énumérer les parties’] and ‘their definite relations to one another’ […] Thus, for example, to define ‘horse’ is to say that ‘a certain object, which we all of us know is composed in a certain manner: that it has four legs, a head, a heart, a liver etc. etc. all of them arranged in definite relations to one another’ [Foucalt traduit: ‘relations réciproques définies’] ». (Moore, Charlesworth cit., 1959 : 24)

22Foucault résume donc en retenant que « définir » c’est « énumérer les parties » du présent cheval, en considérant ces éléments « tous arrangés selon des relations réciproques définies » (f0560). Cependant, Charlesworth ajoute: « That definition is possible only if there are certain ‘indefinable’ non-complex logical elements » et cite Moore: « Objects are all complex, all composed of parts, which may themselves, in the first instance, be capable of similar definition; but which must in the end be reducible to simplest parts, which can no longer be defined » (Charlesworth, 1959: 25). Ce que Foucault résume en notant « qu’un certain nombre de choses n’étant pas composées de parties, ne peuvent être définies ». Et de préciser : « Ce sont celles qui servent à définir les autres ». Foucault termine ses notes de la fiche 560 par une citation de Moore: « It seems to me very curious that language should have grown up as if were expressly designed to mislead philosophers » (Moore cit. Charlesworth, 1959 : 43). Charlesworth considère que Moore, avec l’idée que « The movement of Analysis », dans lequel les problèmes philosophiques sont « resolved by analysis of language », ou encore par la « correct analysis » (1959 : 11, 15, 23) introduit un clivage entre philosophes analytiques et philosophes continentaux, question qui fait débat.

2.2. La méthode analytique : de Vienne à Oxford

23Qu’en est-il de la différence entre la philosophie anglo-saxonne et la philosophie continentale ? La fiche En quoi la philosophie anglo-saxonne se distingue de la phénoménologie et de la philosophie occidentale continentale (f0566) en pose les bases. À ce propos, Foucault lit l’intervention de Ryle (1962) au colloque de Royaumont en s’intéressant tout particulièrement aux passages suivants :

Les penseurs britanniques ne se sont pas montrés enclins à assimiler les recherches philosophiques à des recherches scientifiques […] Les recherches conceptuelles diffèrent des recherches scientifiques, non pas selon une hiérarchie, mais selon leur type. […] Au sein même de la philosophie, la philosophie de l’esprit n’a pas reçu chez nous de position privilégiée. [ …] C’est la logique qui contrôle, ou mérite de contrôler les autres recherches conceptuelles ». (1962 : 68)

24Il en résume les termes d’une part en notant qu’« entre philosophie et science pas de hiérarchie : ce sont des activités de deux types différents », d’autre part en écrivant qu’il n’y a « pas de position privilégiée pour la philosophie de l’esprit. Seule la logique est considérée comme pouvant contrôler les autres recherches conceptuelles » (f0566). Foucault fait ici le choix de résumer à l’aide de marqueurs (« pas… pas… seule ») et d’une thématisation linguistique (« Ce sont… ») qui accentuent les traits différentiels entre la philosophie analytique et la philosophie continentale. Ainsi s’opère la transition vers la fiche suivante La théorie des concepts et la philosophie analytique (f0567). Toujours à propos de l’article de Ryle, Foucault lit et note les passages suivants :

Examiner ce que signifie un mot logique, ou un verbe agissant, c’est examiner en quoi il contribue aux propositions complètes où il figure. […] Son sens est une marque qui se peut abstraire, mais non une partie qui se puisse extraire, du sens global des diverses phrases qui la renferment. (1962 : 70-71)

25Il adjoint d’abord à la fin de la première phrase l’énoncé, « et non pas quel objet il désigne », insistant de nouveau sur l’importance du remarqueur « non pas » et la nécessité de le situer au sein d’une proposition, et non de manière référentielle par la désignation d’un objet. Puis il modifie la seconde phrase : « Le sens des mots est une marque qui peut s’abstraire (par compréhension avec d’autres phrases où il figure), mais ce n’est pas une partie qu’on peut abstraire ». En ajoutant le concept de compréhension, Foucault retient de la présentation par Ryle de la « Théorie des Concepts » chez Russell que cette théorie relève de la « compréhension » de la proposition appréhendée dans toutes ses parties, donc au titre du fait que « les concepts ne sont pas des choses isolables. Ce sont les aspects constituants du sens global des phrases achevées » (f0568). En fin de compte, Ryle attribue, avec Russell, une « fonction propositionnelle » aux concepts de nature logique dans la mesure où « le logicien formel peut assurément faire voir comment fonctionnent ‘et’ et ‘ne pas’ en les faisant défiler comme à la parade à l’intérieur des squelettes de phrases complètes » (1962 : 74). Foucault résume : « Il n’est pas possible de tenir des phrases propos signifiants à propos de ce qu’expriment ces mots logiques : on peut simplement faire voir comment ils fonctionnent » (f0568). Le présent exercice d’analyse souligne un aspect central de la philosophie analytique, le fonctionnalisme, en partant de son support initial, la « fonction propositionnelle ». Nous y venons dans le troisième exercice.

26Soucieux de cerner l’originalité de l’école d’Oxford par rapport au Cercle de Vienne, Foucault s’intéresse à Quinton (1955) dans la fiche 583 Opposition entre l’école d’Oxford et celle de Vienne. Il annote et traduit partiellement une citation de Quinton spécifiant le Cercle de Vienne :

  • 9 Foucault omet de traduire « of Russell and Whitehead » et la suite de la citation.

In the first place there is the formalist view of Carnap, and the Vienna Circle. They saw their task as the purification and reconstruction of language on the model of the Principia Mathematica of Russell and Whitehead9. This is the specially ‘antimetaphysical’ kind of analytic philosophy, and the proper bearer of the name ‘logical positivism’«  (Quinton, 1955: 512).

27Puis, il traduit ce que Quinton dit de l’école d’Oxford :

In the second place there is current Oxford Philosophy – the philosophy of ‘ordinary language’ – which is literal rather than formal in its bias; which seeks to remove philosophical perplexity [by the achievement] of a fuller understanding of the language we actually use. (Quinton, 1955 : 512)

28Du côté d’Oxford et de « la philosophie du langage ordinaire », l’approche du langage est donc « littérale plutôt que formelle ». Notons que Foucault omet l’idée d’achèvement en traduisant « the achievement of a fuller understanding of the language we actually use » par « en permettant une compréhension plus complète du langage dont nous nous servons actuellement », ce qui marque une certaine perplexité sur l’objectif final de la philosophie du langage ordinaire.

29Ayer ajoute, dans la discussion générale du colloque de Royaumont, annotée dans Les deux grandes étapes de la philosophie analytique (f0576), qu’il s’agit, dans la suite de Russell, note Foucault, de se « débarrasser des expressions qui ne désignent pas quelque chose de réel », et « des expressions des choses dont l’existence est épistémologiquement douteuse », c’est-à-dire de « traduire les phrases dans lesquelles figuraient ces expressions en des expressions désignant les choses dont l’existence n’était pas douteuse, pour un empiriste ». Et d’en conclure – Foucault modifiant le début de la phrase – « C’était vouloir réduire [au lieu de : « Cela voulait dire réduire au moins dans l’idéal »] toute espèce de propositions à des propositions portant sur les données des sens ». Puis qu’« après Russell, on a abandonné l’idéal de la traduction (supposant un accord sur l’identité du signifiant) » (1962 : 338).

30Cependant, dans une certaine mesure, le Cercle de Vienne en considérant seulement « la fonction logique des propositions » du point de vue russellien, ne permet pas à ses protagonistes de « décrire les fonctionnements logiques très complexes de la vie quotidienne, non pour établir des règles, mais observer des usages » précise Foucault dans Reconstruction et description linguistiques comme programme de l’analyse. Les tâches de la philosophie (f0569). C’est avec Strawson (1962 : 111), s’interrogeant sur « le fonctionnement logique [des locutions] du discours naturel », que nous sommes ici renvoyés, note Foucault reprenant Strawson, à « des problèmes, difficultés et questions qui surgissent au sujet des concepts dont on se sert dans [bien] des domaines divers ; et non pas de problèmes, difficultés, questions qui surgissent à l’intérieur des domaines où ils s’emploient » (Strawson, 1962 :112). « Le programme de l’analyse » a pour objectif de situer, ajoute Foucault annotant Strawson, « les fondements naturels de notre appareil logique ; les chercher dans la manière dont les choses se présentent dans le monde », dans la mesure où « l’usage linguistique normal est [reste] son seul point de contact avec la réalité de ce qu’il veut comprendre : la réalité conceptuelle, car c’est le seul point d’où le vrai mode d’opération des concepts puisse s’observer » (Strawson, 1962 :118).

31Continuant à lire les Actes de Royaumont, Foucault annote Austin à propos de La méthode analytique dans son rapport au langage (f0575). La centralité de la question du langage dans la méthode analytique est précisée par Austin dans les termes suivants annotés, et repris partiellement par Foucault :

Ce que nous faisons d’ordinaire, ou peut-être même, dirais-je, spécifiquement, c’est de nous demander [Foucault résume par l’expression « On se demande »] dans quelles circonstances nous utiliserions chacune des expressions que nous avons relevées. [Foucault omet la suite : Nous avons devant nous une liste complète, mais chaotique, d’expressions en tout genre. À quel cas s’appliquera chacune d’elles ? »]. En d’autres termes, nous utiliserions la multiplicité d’expressions [Foucault omet la suite : « que nous fournit la richesse de notre langue »], pour diriger notre attention sur la multiplicité et la richesse de nos expériences. Le langage nous sert de truchement pour observer les faits vivants, qui constituent notre expérience, et que nous aurions trop tendance, sans lui, à ne pas voir. (1962 : 333)

2.3. De la fonction propositionnelle au fonctionnalisme dans le langage : la centralité du sens comme fonction

32L’intérêt que Foucault marque, au sein de Concept et fonction chez Frege (f0649), au concept de « fonction » permet d’introduire de manière logique le concept de « proposition ». Foucault lit, résume en le traduisant un passage de l’Introduction au Tractatus de Wittgenstein par Anscombe (1959 : 102-103) sur Frege. Cette philosophe attribue à Frege « the idea of conceiving a proposition as a function of the expressions contained in it comes from Frege ». Elle introduit, à un premier niveau, « the notion of a numerical function i.e. what is expressed by a numerical formula containing one or more ‘indefinitely indicating’ letters », par exemple la formule numérique x+y. Foucault traduit ce passage lui permettant de marquer le premier niveau dans l’avancée au-delà d’une approche strictement logique de la fonction, « la fonction numérique ». Une fonction numérique a une suite, si l’on peut dire. Anscombe précise, à un second niveau, ce qu’il en est, selon Frege, de la nature du signe occupant la place vide : « By an ‘argument’, we mean what is signified by the sign we put into the empty place ». Foucault résume le présent point de vue de Frege en insistant sur deux points, abordés par Anscombe dans la suite de son propos : « – On appelle argument ce qui est signifié par le signe que nous mettons à la place vide ; – On appelle ‘valeur de la fonction pour un argument’ le résultat qu’on obtient quand on remplit la fonction par son argument ». Il ne reste plus qu’à cerner un troisième niveau pour circonscrire ce qu’il en est de la complétude de la fonction. Anscombe conclut de son analyse du concept de fonction chez Frege: « This suggests an interesting definition of a proposition as ‘the result of completing a sign of a function by filling tip an argument-place, when the value of the result is a truth-value’ ». Foucault traduit : « Une proposition, c’est le résultat qu’on obtient lorsqu’on complète une fonction en remplissant la place de l’argument, et lorsque la valeur du résultat est vraie » et commente : « Une proposition, c’est donc une expression fonctionnelle complétée » (f0649). Qu’en est-il alors de la « fonction propositionnelle » ? Dans la fiche Les concepts formels selon Wittgenstein (f0623-624), Foucault reprend et traduit des passages du chapitre sur Wittgenstein dans le livre de Charlesworth (1961 : 81-83). Il y est précisé que le recours à la « fonction » relève « des concepts proprement dits », « homme » par exemple, dans la mesure où ces concepts « peuvent remplacer la variable x dans leurs fonctions propositionnelles (x existe par exemple) » par contraste avec les « concepts formels ». Après l’approche frégéenne progressive de la fonction comme expression de la proposition, la distinction « concepts formels » – « concepts propres » nous éloigne d’une conception purement logique, symbolique de la fonction.

33Foucault aborde ensuite ce qu’il est du « meaning » d’une proposition au moyen d’une fonction dans Le sens comme fonction (f0263). Il y annote, en les traduisant, des passages de l’ouvrage de Christensen On the Nature of Meanings. A Philosophical Analysis (1961: 23-24). À ce titre, il reprend et traduit: « The function characteristic of the office is defined solely as the right of certain actions, and consequently it can even be vacant » (1961: 23). De même pour l’affirmation : « meanings are independent entities », qui induit que « it is not clear whether they ought thus to be considered extralinguistic objects » (1961: 24). Foucault en conclut qu’« On peut hésiter à dire que les meanings sont linguistiques ou extralinguistiques » d’autant plus que « le sens est défini par les conditions dans lesquelles la production des expressions est juste ».

  • 10 Firth écrit : « The concept of context of situation […] goes on to describe language, in its primit (...)

34En fin de parcours, si l’on peut dire, les notes de lecture de Foucault sur le linguiste Firth situent le fonctionnalisme du côté de l’anthropologie, de la culture. La fiche Le fonctionnalisme dans le langage (f0317) précise ce que Firth (1957) retient de la « méthode fonctionnelle » de l’anthropologue Malinowski, dans son abord du langage d’un point de vue ethnographique. Foucault lit ce que Firth attribue en la matière à Malinowski: « He goes on to describe language, in its primitive function, as a mode of action, rather than as a counter-sign of thought » (1957: 94), et traduit cette citation, en laissant de côté le concept antérieurement posé par Firth de « context of situation »10. Dans Firth Théorie du meaning (f0318), Foucault résume, là encore avec Firth (1935), ce qu’il en est de l’approche fonctionnelle du langage sous l’égide du concept de meaning en précisant que « Firth a toujours supposé que quels que soient les critères analysés par la linguistique, c’est toujours à du meaning qu’on a affaire ». Ici est affirmée, suite à la lecture de Frege, Wittgenstein, Christensen et Firth, la centralité du meaning dans le parcours que Foucault attribue au concept de « fonction ». Foucault cerne, sous l’expression « Conception fonctionnaliste », le lien du concept de « fonction » au meaning en traduisant, sans retenir la mention de la lexicographe, le passage suivant de Firth :

Each function will be defined as the use of some language form or element in relation to some context. Meaning, that is to say, is to be regarded as a complex of contextual relations, and phonetics, grammar, lexicography, and semantics each handles its own components of the complex in its appropriate context. (1935 : 54)

35Ici apparaît le concept de contexte qui se précise dans la fiche Firth Le contexte (f0320), en référence à un autre des articles de J. R. Firth (1950). Firth y précise que: « A key concept in the technique of the London group is the concept of the context of situation » (1950: 42). Foucault retient de ce concept non pas sa désignation, mais son « cadre catégorial défini », soit : « A. The Relevant features of participants : persons, personalities, (i) The Verbal Action of the Participants, (ii) The Non-verbal Action of the Participants. B. The Relevant Objects. C. The Effect of the Verbal Action » (1950 : 43), passage de Firth qu’il reprend, le reproduisant en partie en anglais, et le traduisant en partie en français en particulier pour l’expression « l’effet de l’action verbale », en écho peut-être à son concept d’« effet de savoir ». Firth y ajoute: « Contexts of situation and types of language function can then be grouped and classified ». Nous sommes ainsi orientés vers ce qui peut se formuler dans un nouvel exercice de lecture. Cet exercice concerne la relation entre le « fonctionnement du langage » et « le contexte » dans la perspective d’un historicisme fonctionnel que Foucault désigne, en tant qu’« effet de savoir », comme des « effets de contexte » (DE, I, 611).

Conclusion

36Glock (2011) nous met en garde contre un jugement hâtif sur le caractère ahistorique de la philosophie analytique. Foucault s’interroge, en ce sens, sur la nécessité de développer les traits les plus historiques de ce courant philosophique :

Les analystes anglais me réjouissent assez : ils permettent de bien voir comment on peut faire faire des analyses non linguistiques d’énoncés. Traiter des énoncés dans leur fonctionnement. Mais ce en quoi et ce par quoi ça fonctionne, jamais ils ne le font apparaître. Il faudrait peut-être avancer de ce côté-là. (DE, 1, 31)

  • 11 Il n’est pas fortuit, nous semble-t-il, que les dossiers de Foucault sur la philosophie analytique (...)

37Ses choix d’annotations en faveur de textes analytiques énonçant les frontières entre le linguistique et l’extralinguistique, du fait du va-et-vient dans « l’analyse » entre la « description » langagière et le « contexte », le situe dans une telle perspective historiciste. Avancer dans cette voie, précise Glock, suppose d’abord de situer le paradigme analytique dans la perspective d’un « historicisme intrinsèque » prenant en compte, en matière analytique, les apports de Leibnitz, Spinoza, Hegel11 et d’autres philosophes, et plus encore les concepts qu’ils nous font comprendre. On peut parler plus avant d’un « historicisme instrumental », ou plus exactement fonctionnel, visant à une autocompréhension des concepts, en lien avec le fonctionnement de pratiques historiques inhérent au concept de contexte, comme le souligne Bernard Williams dans un article au titre significatif « Why Philosophy Needs History » (2002 : 7-9). Il en ressort une multiplicité d’« articulations fonctionnelles » entre le linguistique et l’extralinguistique, et en premier lieu dans l’usage des concepts de « fonction » et de « fonctionnement » chez les philosophes analytiques.

38Notre présent travail permet ainsi de répondre à une première question : qu’en est-il de l’impact de la lecture foucaldienne des philosophes analytiques sur ses travaux ? Au regard de nos récents travaux sur Foucault (2020, 2018), nous pouvons désormais mettre l’accent, à l’intérieur du trajet du « pur » fonctionnalisme dans Les Mots et les Choses (1966) au fonctionnalisme historiciste des premiers cours au Collège de France du début des années 1970, sur l’insistance foucaldienne à marquer l’importance du fonctionnalisme analytique dans ses notes de lecture.

39Une autre question se pose : dans quelle mesure Foucault perçoit-il, à la lumière de ses traductions, une linguistique de l’énonciation dans la philosophie analytique, en particulier dans ses notes sur Austin ? Le lecteur français de la philosophie analytique n’hésite guère à situer les philosophes analytiques du langage ordinaire dans une telle perspective énonciative. Cela tient pour beaucoup au choix du traducteur français de How to do things with words (1962), sous le titre Quand dire, c’est faire (1970), de traduire « utterance » par « énonciation », et ce qui s’en distingue « statement » par « énoncé » tout en s’en justifiant dans une longue note (note 2 p. 169). Le mot énonciation désignerait, chez Austin, la production d’un acte linguistique. A contrario, Foucault choisit de traduire tout autrement, dans ses notes sur l’édition anglaise de l’ouvrage d’Austin, « utterance » par « expression », et « statement » par « proposition » sans les opposer. Ce choix est à vrai dire beaucoup plus plausible quand on sait que les philosophes analytiques, et Austin en premier lieu, ne cessent de dialoguer avec les logiciens en proposant de quitter l’espace formel des propositions logiques pour aller dans l’espace du langage ordinaire par une réflexion sur les propositions performatives. Par ailleurs, Foucault n’aborde Benveniste que dans une seule fiche de lecture, à notre connaissance, où il se contente de recopier le dernier paragraphe de l’article sur « De la subjectivité dans le langage » (1966), certes célèbre, où Benveniste insiste sur l’inscription de sa démarche linguistique dans « le cadre du discours ». Foucault prend donc ses distances avec la présence d’une linguistique de l’énonciation dans la philosophie analytique du langage. Or l’abord de la problématique de l’énonciation et de sa portée pratique en analyse du discours participe à plusieurs reprises des débats au sein de Semen. Foucault y contribue ici à sa façon.

Haut de page

Bibliographie

Actes du Congrès International de Philosophie Scientifique (1935) de Paris I Sorbonne, (1936), Paris, Hermann.

Anscombe G. E. M., (1959), An Introduction to Wittgenstein’s Tractatus, London, Hutchinson University Library.

austin J. L., (1962/1970), How to do things with words (1962), Oxford, Clarendon Press (trad. fse. 1970, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil).

Austin J. L., (1962), « Intervention dans la « Discussion générale » », La philosophie analytique, Colloque de Royaumont, Paris, Les Éditions de Minuit, 333-334.

Ayer A.J., (1956), Langage, vérité et logique, Paris, Flammarion.

Ayer A.J. (ed.), (1959), Logical Positivism, Glencoe, Illinois, The Free Press.

Benveniste E., (1966), « De la subjectivité dans le langage », Journal de psychologie, 30, juillet-septembre 1958, Paris, PUF ; réed. in Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 258-266.

Black M. (ed.), (1965), Philosophy in America, Ithaca, Cornell University Press.

Butler R. J., (1962), Analytical Philosophy, First series, Oxford, B. Blackwell.

Caton C. E. (ed.), (1963), Philosophy and Ordinary Language, Illinois, University of Illinois Press.

Charlesworth M. J., (1959), Philosophy and Linguistic Analysis, Pittsburgh, Duquesne University Press.

Christensen N. E., (1961), On the Nature of Meanings. A Philosophical Analysis, Copenhagen Munksgaard.

Firth J. R., (1935), « The Technique of Semantics », Philological Society, 34-1, 36-73.

Firth J. R., (1950), « Personality and Language in Society », The Sociological Review, 42-1, january 1950, 37-52. URL : <https://onlinelibrary-wiley-com.lama.univ-amu.fr/ toc/1467954x/1950/a42/1>, (consulté le 05/I/2021).

Firth J. R., (1957), « Ethnography Analysis and Language with reference to Malinowski’s Views », in firTh F, (ed.), Man and culture, London, Routledge, 93-119.

Flew A., (1965), Logic and Language, New York, Série Garden City.

Foucault M., (1994), Dits et Écrits, Paris, Gallimard.

Foucault M., (2017), « Foucault Fiches de lecture Boîte 43 », BNF, Gallica. Voir sa présentation et l’accès aux fiches sur <https://eman-archives.org/Foucault-fiches/collections/show/502 « ou » Boite_043 | Hegelei · Foucault fiches de lecture (eman-archives.org)>, (consulté le 05/I/2021).

Glock H.-J., (2011), Qu’est-ce que la philosophie analytique ?, Paris, Gallimard.

Guilhaumou J., (2014), « Une approche phénoménologique du récit de soi. Michel Foucault et la généalogie historique des signes », Semen, 37, 133-150.

Guilhaumou J., (2018), « Michel Foucault et le moment dynastique : de l’Ancien Régime à la Révolution française », Écrire l’histoire, Dossier Révolution, 18, Paris, CNRS Éditions, 89-96.

Guilhaumou J., (2020), « Le dit et le discours dans Les Mots et les Choses. L’émergence du fonctionnalisme discursif », in Nouailles B. et Petit A. (dir.), Foucault hérétique. Les Mots et les Choses, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 47-74.

Guilhaumou J., (2021), « Michel Foucault, lecteur de la philosophie analytique. Approche bibliographique », Foucault. Fiches de lecture. URL : <https://eman-archives.org/Foucault- fiches/exhibits/show/j-guilaumou-philo-analytique « ou » Michel Foucault, lecteur de la philosophie analytique. Approche bibliographique. (J. Guilhaumou)>, (consulté le 20/II/2021)

Hampshire S., (1955), « Philosophy and Beliefs », Twentieth Century, 157.

Houer H. (ed.), (1954), Language in Culture, Chicago, University of Chicago Press.

Mac Donald M., (1954), Philosophy and Analysis, Oxford-New-York, Basil Blackwell.

Maniglier P. (dir.), (2015), Le moment philosophique des années 1960 en France, Paris, Presses universitaires de France.

Morhann C., Norman C. F., Sommerfeld A. L. (eds.), (1963), Trends in Modern Linguistics, Utrecht, The Netherlands Sprechtrum Publishers.

Moore G.E., (1903a), « The Refutation of Idealism », Mind, 12, 433-453.

Moore G.E., (1903b), Principia Ethica, Cambridge, Cambridge University Press.

Moore G. E., (1925), « A Defense of Common Sense », in muirhead J.H. (ed.), Contemporary British Philosophy, II, London. Réimprimé in moore G. E., (1959), Philosophical Papers, Londres, Georges & Allen Unwin.

Moore G.E., (1959), Philosophical Papers, Londres, George Allen & Unwin.

Philosophie analytique (La), (1962), Colloque de Royaumont, Paris, Les Éditions de Minuit.

Quinton A.M., (1955), « Philosophy and Beliefs », Twentieth Century, 157, 495-521.

Rajchman J., West C. (eds.), (1991), La pensée américaine contemporaine, Paris, Presses Universitaires de France.

Ryle G., (1962), « La phénoménologie contre The Concept of Mind », La philosophie analytique, Colloque de Royaumont, Paris, Les Éditions de Minuit, 65-84.

Schlick M., (1959), « The Turning point of Philosophy », in ayer A. J. (ed.), Logical positivism, Glencoe, Illinois, The Free Press, 53-59.

Strawson P. F, (1962), « Analyse, Science et Métaphysique », in La philosophie analytique, Colloque de Royaumont, Paris, Les Éditions de Minuit, 105-118.

Vendler Z., (1966), « Recension of John Maxwell Charlesworth, Philosophy and Linguistic Analysis », Foundations of Language, 2-1, 94-97.

Williams B., (2002), « Why Philosophy Needs History », London Review of books, 24-20. URL : <https://www.lrb.co.uk/the-paper/v24/n20/bernard-williams/why-philosophy-needs-history>, (consulté le 05/III/2021).

Haut de page

Notes

1 La présente recherche a pour cadre l’ANR Foucault (2017-2020) et le projet Ffl (Foucault fiches de lecture) en collaboration avec la BNF. Cette ANR est l’un des projets de l’UMR Triangle. Ses résultats sont présentés sur les sites <http://eman-archives.org/Foucault-fiches/exhibits> et <https://ffl.hypotheses.org/>.

2 Je reprends les termes de la présentation par Jean-François Lyotard de La pensée américaine contemporaine (Rajchman et West (dir.), 1991, 26-27).

3 Foucault souligne assez souvent les titres de fiches. Nous avons fait le choix de tous les souligner.

4 Les passages sous forme de […] sont des passages que nous avons omis dans la mesure où Foucault ne les traduit pas, ou les résume.

5 Foucault traduit statements par propositions.

6 Nous avons choisi, dans de nombreux cas, de citer d’abord le texte original en anglais des passages d’ouvrages ou d’articles lus et traduits par Foucault, de manière à pouvoir commenter ses choix de traduction.

7 Ce titre renvoie à l’article de Moore (1903 : p. 176-193).

8 Si Foucault suit ici l’ouvrage de Charlesworth en la matière, il convient cependant de préciser la recension très critique de Zeno Vendler (1966). À vrai dire, Foucault reste prudent dans la mesure où il retient plus, de cet ouvrage, des citations de Moore que les analyses de Charlesworth

9 Foucault omet de traduire « of Russell and Whitehead » et la suite de la citation.

10 Firth écrit : « The concept of context of situation […] goes on to describe language, in its primitive function, as a mode of action, rather than as a counter-sign of thought » (1957 : 94

11 Il n’est pas fortuit, nous semble-t-il, que les dossiers de Foucault sur la philosophie analytique se trouvent dans la boîte 43 intitulée « Hegelei », donc côtoient des dossiers sur Kant, Hegel et les jeunes hégéliens, le jeune Marx inclus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Guilhaumou, « Michel Foucault, lecteur de la philosophie analytique (Tunis, 1967) », Semen, 50/1 | 2021, 107-125.

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Michel Foucault, lecteur de la philosophie analytique (Tunis, 1967) », Semen [En ligne], 50/1 | 2021, mis en ligne le 14 mars 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/15988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.15988

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search