Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50/1Le raisonnement donné en partage ...

Le raisonnement donné en partage : schèmes argumentatifs et matérialité discursive

Ruth Amossy
p. 145-159

Résumés

L’article pose qu’une analyse des schèmes argumentatifs qui sous-tendent les énoncés, en apparence aux antipodes de l’analyse du discours, est nécessaire pour comprendre le fonctionnement des échanges verbaux et la logique qui y préside. On considère le raisonnement comme une structure abstraite et schématisable qui permet de passer de données à une conclusion par un processus d’inférence, et l’argument comme l’usage de ce même schème, au sein d’un cadre de communication, dans une visée de persuasion : d’où l’appellation de « raisonnement donné en partage ». Une première opération consiste, à l’aide de modèles fournis par les théories de l’argumentation, à extraire du discours un schème abstrait pour saisir un raisonnement dans sa logique propre. Une opération complémentaire consiste à le replonger dans la matérialité discursive pour l’examiner en contexte dans son cadre énonciatif, sa dynamique interactionnelle et l’ensemble de sa mise en mots. À travers l’exploration de cette mise en mots, l’analyse dépasse le plan des raisonnements abstraits ; elle dégage les significations qui se construisent explicitement et implicitement en discours, et les jeux de pouvoir qui s’y mettent en place. Cette démarche argumentative et discursive tout à la fois est exemplifiée par l’analyse d’un petit extrait de Le Rouge et le Noir de Stendhal.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Même si je l’ai moi-même abordée dans Amossy (2009) et Amossy (2021 [2000]).
  • 2 Déjà en 1990, Plantin soulignait (1990 : 171) : « L’analyse argumentative doit-elle se construire a (...)

1Vouée à explorer les aspects les plus divers du discours, la revue Semen a plus d’une fois abordé la question (encore trop souvent négligée par les sciences du langage) de l’argumentation et de ses modalités discursives. En témoignent non seulement les numéros 17 (2004) sur « Argumentation et prises de position » et 31 (2011) sur « Polémiques médiatiques et journalistiques » que j’ai eu le plaisir de co-diriger, mais aussi d’autres dossiers comme « Énonciation et responsabilité dans les médias » (22, 2006), ou « Modes de sémiotisation et fonctions argumentatives des émotions » (35, 2013). Pour ce numéro de Semen qui se veut un bilan critique, je voudrais revenir sur une question essentielle qui a certes déjà été abordée, mais dont il me semble qu’elle n’a pas encore été suffisamment élaborée1. Il s’agit de la difficulté de combiner une démarche argumentative en quête des schèmes abstraits qui sous-tendent le texte et en forment l’ossature, avec une analyse discursive qui s’attache à la chair des mots, à la matérialité verbale2.

2Je voudrais reprendre ici cette question en soulignant que l’approche des théories de l’argumentation qui partent à la recherche des arguments enfouis dans le texte va à rebours de l’analyse linguistique. En effet, l’argument compris comme schème argumentatif menant de prémisses à une conclusion ne peut être perçu et décrit que s’il est abstrait du langage dans lequel il est initialement immergé. Retrouver dans un texte un argument par la conséquence ou par la cause, ou encore un argument d’analogie, c’est rechercher une sorte d’épure de type abstrait. C’est donc s’inscrire en faux contre la mission du spécialiste voué à l’examen attentif du langage en situation.

3Il est néanmoins possible, et même nécessaire, de concilier les deux procédures. Cela me semble important pour les sciences du langage et de la communication dans la mesure où, pour étudier les échanges verbaux, il faut prendre en compte qu’ils donnent – de façon plus ou moins explicite et élaborée – des raisonnements en partage. En prenant la parole, chacun tente de rendre sensible à l’autre ses façons de penser – les raisons de ses jugements, de ses décisions, de ses façons de voir. L’analyse argumentative s’exerce à dégager les raisonnements souvent enfouis, ou présentés de façon lacunaire ou indirecte, qui président aux conclusions des interactants. Cette procédure permet de voir la logique qui guide les uns et les autres dans leurs choix et leur manière d’agir et d’interagir, ou encore dans la façon dont ils tranchent entre le vrai et le faux, adoptent une croyance, se rangent à une position.

4C’est la notion de raisonnement donné en partage qui est donc au centre de la présente réflexion. Sans doute cette notion demanderait-elle une élaboration plus poussée, car elle soulève la question du rapport problématique du raisonnement à l’argumentation – question sur laquelle beaucoup d’encre a coulé. Sans s’engager plus avant dans ces considérations, on posera ici que le raisonnement est une opération de la pensée qui permet de passer de données à une conclusion en vertu d’un processus d’inférence ; cette opération peut être schématisée de façon formelle. En d’autres termes, le raisonnement consiste en un schème abstrait artificiellement extrait de sa situation de communication ; il peut se résumer en une opération logique jugée valide ou invalide en soi. Le même schéma constitue un argument à partir du moment où il est présenté à un auditoire pluriel ou singulier dans le but de le faire adhérer à la justification de la thèse ou du point de vue défendus – c’est-à-dire lorsque, dans un cadre de communication donné, il est adressé à l’autre dans un but de monstration et de persuasion. Cette approche recoupe la proposition de Douglas Walton selon laquelle le raisonnement est une « sorte de structure abstraite » qui est typiquement « utilisée dans un argument », mais qui peut aussi l’être « dans d’autres contextes pragmatiques » ; l’argument étant pour sa part « un instrument de persuasion social, interactif et dirigé vers un objectif » (Walton, 1990 : 401).

  • 3 Par opposition aux schèmes de la logique formelle.

5Pour éviter les confusions terminologiques, il faut noter ici que les théoriciens de l’argumentation désignent généralement le raisonnement tel que défini ici par le terme d’« argument ». C’est le cas en particulier en logique informelle qui, selon la terminologie de Wenzel (1990), voit dans l’argument un produit, à savoir une construction prémisses/conclusion, abstraite de son processus de communication ; alors que la rhétorique le considère comme un processus lié à une démarche de persuasion. Précisons que les deux approches ainsi décrites par Wenzel tendent à être combinées, comme y insistent Marcin Lewinsky et Dima Mohammed (2016 : 2) dans leur présentation encyclopédique : « Aujourd’hui, les théoriciens de l’argumentation tentent d’intégrer les éléments logiques, rhétoriques et dialectiques dans une théorie globale. Un consensus émergent est que les arguments sont transmis à travers des schèmes d’inférence informels3 dans diverses situations rhétoriques » (je traduis).

  • 4 On s’éloigne du sens que prend souvent « argument » en français comme raisons qui mènent à une conc (...)

6Adoptant en matière d’argumentation une perspective rhétorique, on considérera donc dans la suite qu’« argument » est synonyme non de « raisonnement » tout court, mais de « raisonnement donné en partage ». Pour autant, on utilisera le terme d’« argument » qui est couramment en usage, tout en le désignant souvent lorsqu’il est pris dans le sens de schème abstrait (de raisonnement en soi, donc) par l’expression « schème argumentatif »4.

7Après un rappel succinct d’une ou deux définitions classiques de l’argument, et des modèles dominants de schèmes argumentatifs, on reviendra sur les procédures d’extraction de l’argument telles que décrites par les praticiens de l’argumentation. Puis on tentera, sur un exemple précis tiré de Le Rouge et le Noir de Stendhal, de voir le coût de ces procédures et de montrer comment on peut combiner l’analyse argumentative avec une analyse discursive aussi minutieuse que possible.

1. Préliminaires théoriques

1.1. La problématique

8Reprenons donc les éléments de cette mise au point. Nombreux sont ceux qui s’accordent aujourd’hui sur le fait que l’argumentation se construit dans le discours, et qu’il n’est guère possible de faire l’économie de sa matérialité langagière et de son énonciation en contexte. C’est depuis quelques décennies la position d’un ensemble de chercheurs qui, pour comprendre comment fonctionnent le discours et la communication verbale, prennent en compte les modalités au gré desquelles les interactants échangent des raisonnements et communiquent des façons de penser et de voir. La tâche s’inscrit aisément dans l’espace des sciences du langage quand on s’en tient à l’orientation argumentative des énoncés comme le font Anscombre et Ducrot (1988) ; ou quand on analyse la dimension argumentative du discours (Amossy, 2021 [2000]) – dans les termes de Rabatel, (2018) l’argumentation indirecte – qui s’élabore par des procédés divers dans la trame discursive. Elle s’avère beaucoup plus problématique quand on entend dégager les schèmes argumentatifs qui sous-tendent les énoncés et restent immergés dans les en-dessous du discours. On entre là dans un domaine dont se préoccupent généralement les théoriciens de l’argumentation plutôt que les spécialistes du langage : on pense à des théories de l’argumentation comme la logique informelle ou la pragma-dialectique (Eemeren et al., 2013 [1996])

9Pourquoi malgré tout chercher à intégrer l’analyse des arguments comme schèmes abstraits dans celle des énoncés en contexte ? C’est en fait la conception même de l’argumentation rhétorique comme construction verbale qui y engage. Si effectivement la tentative de proposer ou de réfuter un point de vue est indissociable du discours qui la porte, il convient de rechercher dans le discours le schème logique (dans le sens de la logique informelle) qui le sous-tend et le dynamise. Ne faut-il pas, en effet, reconstruire à partir des énoncés le raisonnement donné en partage en l’insérant dans l’ensemble de l’analyse linguistique, plutôt que de réserver cette tâche à ceux qui ne se préoccupent pas de sa mise en mots ?

10Adopter cette perspective, c’est tenter de restaurer le logos dans les sciences du langage dans son sens rhétorique de parole et raison. Mais il n’est pas besoin pour cela de se lancer dans une taxinomie des arguments (comme le fait magistralement la nouvelle rhétorique [Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1970 [1958]) ou encore de dresser un catalogue des arguments fallacieux (comme s’y exerce la logique informelle). En effet, l’analyste du discours peut s’appuyer sur les descriptions classificatoires (nombreuses et variées) que lui lèguent les spécialistes de l’argumentation pour dégager de la trame verbale le schème abstrait qui structure le raisonnement, puis revenir à partir de là sur sa formulation en contexte.

1.2. L’argument : quelques modèles de schèmes

11La logique informelle, qui est l’étude des arguments et de leur validité logique, part généralement d’une définition globale telles que : « un argument est un groupe de propositions dont l’une, la conclusion, est dite s’ensuivre des autres, qui sont les prémisses » (Copi et Burgess-Jackson, 1992 : 11) (je traduis). La conclusion peut se situer à la fin, mais aussi au milieu ou au début de la séquence, elle peut être explicite ou implicite ; quant aux prémisses, il est bon de les différencier entre elles, surtout si, par exemple, elles apparaissent dans la même phrase. Tel est le résumé succinct qu’en donne le manuel classique de logique informelle cité ci-dessus.

12On trouve des reformulations de ces définitions qui font leur place à l’auditoire, en adoptant une perspective rhétorique qui insère l’argument dans une situation de communication : « Argumenter consiste à avancer une raison en vue de conduire un auditoire à adopter une conclusion à laquelle il n’adhère pas au départ » (Danblon, 2005 : 13 ; c’est l’auteure qui souligne). La nuance est d’importance, on l’a dit et on y reviendra. Cependant, en ce qui nous concerne ici, l’essentiel est qu’il on se trouve dans tous les cas face à un schème au sein duquel une conclusion est tirée de prémisses par un acte d’inférence (déduction, induction, abduction). Rappelons que l’inférence au sens logique est définie comme un processus dans lequel on arrive à une proposition et on l’affirme sur la base d’une ou plusieurs propositions prises comme point de départ du processus (Copi et Burgess-Jackson 1992 : 2 ; je traduis).

13Cette structure de base a été élaborée de façon plus détaillée, par Stephen Toulmin (1993 [1958]), dont on connaît le schéma devenu fameux :

et l’exemple tout aussi connu : D est la donnée, à partir de laquelle on tire une conclusion C sur la base d’une garantie G (série de raisons et de justifications), elle-même appuyée sur un fondement F, généralement implicite et qui sert d’assurance à la garantie, avec éventuellement une réserve R (conditions de réfutation), et un qualificateur Q qui indique la force attribuée au passage à la conclusion : Harry est né aux Bermudes (D) ; Il est donc un sujet britannique (C) ; il l’est vraisemblablement (Q) ; vu que ceux qui naissent aux Bermudes sont sujets britanniques (G) en vertu des lois relatives à la question (F) sauf si ses parents étaient étrangers (R).

14À cela s’ajoute le schème du raisonnement pratique selon Walton Douglas (2006), qui avance que la plupart des raisonnements qu’on retrouve dans les arguments de la vie quotidienne ne sont ni inductifs ni déductifs : ils consistent selon lui à sélectionner dans un ensemble d’alternatives la ligne d’action la plus appropriée aux objectifs de l’agent. Ces arguments reposent sur une prémisse concernant l’objectif à atteindre, une prémisse spécifiant le moyen de réaliser cet objectif, et une conclusion qui recommande d’accomplir cette action (2006 : 200). On aboutit au schéma suivant : J’ai un objectif O ; Accomplir l’action A est un moyen de réaliser l’objectif O ; Donc je dois accomplir l’action A. Walton (2015) y ajoute dans la suite les valeurs qui sous-tendent cet objectif, ou plutôt que cet objectif permet de réaliser :

Dans les circonstances R
Nous devrions accomplir l’action A
Pour arriver à une nouvelle situation S
Qui va réaliser un objectif O
Qui promeut une valeur V

15Walton y ajoute un ensemble de questions critiques (par exemple : Y a-t-il d’autres moyens d’arriver à l’objectif O ? A réalise-t-il la valeur V ? A ne nuit-elle pas à d’autres objectifs ou valeurs ? Cette valeur mérite-t-elle d’être promue ?) permettant de vérifier la validité du raisonnement. L’évaluation des arguments reste une tâche essentielle dans la perspective de la logique informelle.

1.3. Un travail d’élagage

16Ces schémas correspondent tous à des modes de raisonnement qui permettent de parvenir à une conclusion sur la base d’une activité menant de données initiales à une conclusion introduite ou non par donc. La métaphore de la chair verbale et de l’ossature qui caractérise l’activité d’extraction de l’argument est présentée en logique informelle par le terme de « dressing », qui consiste à comparer l’activité de l’analyste à celle du boucher qui traite les animaux « sur le sabot » de façon à produire de la viande de consommation (Woods 1995). La procédure nécessite avant tout d’identifier les prémisses et la conclusion, qui apparaissent de façon plus ou moins explicite ou, au contraire, restent dans le discours implicites et floues. Pour les clarifier, il faut, comme le résume bien l’article « Informal Logic » dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy :

– rejeter tout ce qui relève de la digression, ou de « bruits » à ne pas prendre en compte ;
– éliminer les questions rhétoriques et autres traits stylistiques qui obscurcissent le sens ;
– choisir entre différentes formulations pour les réduire à une seule ;
– compléter et éclaircir toutes les formulations incomplètes, vagues ou ambiguës (Groarke 2021 [1996]).

17En bref, il faut laisser de côté tout ce qui relève de la trame discursive, de l’échange verbal, de la construction des significations, et de la dimension argumentative qui se loge dans les énoncés. Dans sa présentation radicale, le résumé qui précède révèle la mesure dans laquelle l’extraction des arguments nettoyés de leur chair verbale va à l’encontre du travail de l’analyste du discours. On tentera donc de montrer comment la démarche qui dégage des énoncés un schème argumentatif peut être complétée par une analyse discursive qui l’examine en contexte dans son cadre énonciatif et sa dynamique interactionnelle, et qui explore les jeux de pouvoir et les significations qui se construisent explicitement et implicitement en discours.

2. Schèmes argumentatifs et trame textuelle dans un extrait de Le Rouge et le Noir de Stendhal

2.1. Le repérage des schèmes logiques

18On empruntera un exemple à Stendhal pour effectuer une première petite analyse argumentative fondée sur le repérage des schèmes logiques. Dans Le Rouge et le Noir, une chronique de 1830, Madame de Rênal apprend par sa femme de chambre que Julien, le jeune précepteur de ses enfants, manque de linge :

Tourmentée par l’idée de la pauvreté de Julien, madame de Rênal parla à son mari de lui faire un cadeau de linge : – Quelle duperie ! répondit-il. Quoi ! faire des cadeaux à un homme dont nous sommes parfaitement contents, et qui nous sert bien ? ce serait dans le cas où il se négligerait qu’il faudrait stimuler son zèle.
Madame de Rênal fut humiliée de cette manière de voir ; elle ne l’eût pas remarquée avant l’arrivée de Julien (Stendhal, 1927 : 62)

  • 5 Selon le modèle proposé par Doury (2021 [2016].

19Nous sommes ici dans le domaine du raisonnement pratique : la question qui se pose est de savoir s’il convient ou non de faire un cadeau au jeune précepteur des enfants, en l’occurrence de lui offrir du linge, dont apparemment il manque en raison de son grand dénuement. Voyons d’abord l’argument de Madame de Rênal, à savoir le schème qu’on peut reconstruire à partir de l’énoncé5 : « Tourmentée par l’idée de la pauvreté de Julien, madame de Rênal parla à son mari de lui faire un cadeau de linge » :

Prémisses -------------------------- Conclusion
Julien est dans le besoin………...→ Il faut le secourir
« la pauvreté de Julien » « lui faire un cadeau de linge »
                     Loi de passage (tacite)
Il faut aider les gens dans le besoin

20Dans les termes de Toulmin :
Symétriquement, les mêmes procédures s’appliquent au raisonnement de M. de Rênal.

Prémisses :---------------------------------- Conclusion
Julien est un précepteur zélé……..→ Il ne faut pas lui faire de cadeau
« un homme […]qui nous sert bien » « Quoi ! faire des cadeaux »
                                   Loi de passage (explicitée)
Il faut faire des cadeaux au personnel uniquement pour stimuler son zèle
« ce serait dans le cas où il se négligerait qu’il faudrait stimuler son zèle »

21Dans les termes de Toulmin :

22Le schéma de Toulmin montre bien que les fondements, le système de valeurs implicite sur lequel reposent les deux raisonnements sont différents. Celui de Walton met en évidence le fait que les objectifs poursuivis par chacun des deux époux ne sont pas les mêmes, et réalisent des valeurs différentes. Les raisonnements qu’ils échangent relèvent ainsi de deux façons de raisonner antithétiques. Le processus est certes le même – tous deux cherchent par une procédure menant des prémisses à la conclusion à privilégier une option particulière dans une situation concrète donnée, et à persuader le/la partenaire de sa justesse ; mais les prémisses, les valeurs et les objectifs qui les sous-tendent divergent, si bien qu’ils arrivent à des conclusions opposées et à la limite irréconciliables. Les raisonnements en principe donnés en partage (que chacun veuille faire adhérer l’autre à son point de vue est le but premier de l’échange) se déploient en parallèle, sans point de rencontre. L’analyse des deux modes de raisonnement permet de dégager l’opposition entre l’éthique de Mme de Rênal et les valeurs utilitaires de M. de Rênal, et manifeste le fossé qu’elle creuse entre les deux époux, fossé dont Mme de Rênal commence à prendre conscience (on y reviendra).

2.2. Les arguments au prisme de l’interaction et des rapports de pouvoir

23Les schèmes argumentatifs qui sous-tendent les énoncés doivent cependant être replongés dans la matérialité langagière pour que l’échange verbal acquière tout son sens. Tout d’abord, il convient d’examiner la façon dont l’interaction pose, et permet (ou empêche) de négocier des rapports de pouvoir. L’analyse du discours, en particulier dans sa version critique (CDA) a accordé une grande importance à la « distribution asymétrique des droits et obligations discursifs et pragmatiques » qui s’établit « en fonction du statut » des participants (Fairclough, 1995 : 47 ; je traduis). Dans Language and Power, les auteurs résument la situation en notant que « chaque fois que les gens interagissent, ils mettent en pratique, reproduisent et quelques fois résistent à des relations de pouvoir à travers le langage » (je traduis) (Simpson and Mayr, 2010 : 11). Cette approche vient corriger celle qui, comme les principes coopératifs de Grice mais aussi comme de nombreuses théories de l’argumentation principalement attentives à la force de l’argument lui-même, négligent le fait que, « pour que chacun des participants puisse contribuer de façon égale, il faut qu’il bénéficie d’un statut égal » (Fairclough, 1995 : 47). Une telle perspective sur l’interaction verbale est essentielle pour comprendre ce qui se joue aux niveaux argumentatif et social entre les époux de Rênal. Elle permet de montrer comment les rapports de pouvoir inscrits en discours déterminent l’interaction et donnent a priori l’avantage au raisonnement de l’un au détriment de celui de l’autre en-dehors de toute évaluation objective de la validité logique des arguments.

24On peut voir tout d’abord que Mme de Rênal s’en remet à son mari : « Tourmentée par l’idée de la pauvreté de Julien, madame de Rênal parla à son mari de lui faire un cadeau de linge ». Dans l’énoncé, le fait que le désir d’aider Julien semble déboucher spontanément sur la nécessité de s’adresser à son mari montre bien qu’elle en est dépendante ; c’est lui qui tient les cordons de la bourse (situation naturelle à l’époque). Le schème logique enfoui qui sous-tend cet énoncé est :

25Données : Mme de Rênal veut faire un cadeau au précepteur des enfants ; Conclusion : Donc elle doit obtenir l’assentiment de son mari (parler à son mari) ; Loi de passage : une femme mariée ne peut pas prendre de décisions d’ordre matériel sans l’accord de son mari.

26La loi de passage est tacite, et elle peut aussi être suppléée différemment : une femme mariée prend naturellement l’avis de son mari sur une question matérielle relative à leurs employés de maison. Le texte est ainsi lisible hors-contexte par le lecteur contemporain ; mais il ne prend tout son sens qu’en contexte (lequel rend la règle de passage, qui est d’ordre doxique, évidente pour le lecteur de Stendhal : elle va sans dire).

27Le rapport de pouvoir est renforcé par des éléments énonciatifs et stylistiques, en l’occurrence le ton péremptoire de M. de Rênal, et le fait qu’il assène ses conclusions sous forme de leçon donnée à sa femme, adoptant ainsi la scénographie du maître et de l’élève – situation asymétrique par excellence. Il use d’exclamatifs (« quelle duperie ! », « quoi ! »), d’une question rhétorique qui impose la réponse contenue en elle (« faire des cadeaux à un homme dont nous sommes parfaitement contents, et qui nous sert bien ? »), d’un déontique (« c’est dans le cas… qu’il faudrait »). Il ne mentionne pas le terme par lequel son interlocutrice justifie sa proposition (la « pauvreté de Julien » n’entre pas dans ses considérations). Le refus catégorique ainsi opposé à la demande, et la façon dédaigneuse dont il dénonce les façons de voir considérées comme erronées de sa femme, montrent bien que c’est à M. de Rênal que revient la décision ; il ne peut y avoir ni délibération ni même négociation possible.

28Le choix du qualificatif « humiliée » : « Qui a été abaissé (par quelque action) et qui paraît de ce fait inférieur ou méprisable (TLFi) » est aussi significatif. Que Mme de Rênal se sente « humiliée » ne semble cependant pas découler directement de la position inférieure dans laquelle la réponse de son mari la place (elle est bafouée dans sa proposition et privée de tout droit de décision). « Madame de Rênal fut humiliée de cette manière de voir » marque bien que c’est le raisonnement de son époux et le système de valeurs sur lequel il repose qui perturbent la jeune femme, sensible à l’éthique et au sentiment, et désireuse d’aider les autres. L’infériorité de ce système de valeurs matérialiste et utilitariste est indirectement formulée par le fait qu’il rabaisse celui qui l’adopte. Il est néanmoins intéressant de noter que c’est elle qui se sent humiliée, alors que « cette façon de voir » est l’apanage de son époux. L’humiliation rejaillit sur elle pour des raisons que le lecteur doit suppléer dans la mesure où elles restent tacites : parce qu’elle est liée à un homme qui a des vues pareilles, parce qu’elle dépend de son bon vouloir, parce que ces vues coupées de l’éthique du sentiment lui sont imposées, etc. Le fait qu’elle porte un jugement de valeur sur son époux et maître montre en même temps qu’elle commence à s’émanciper de sa tutelle et à réfléchir par elle-même, s’octroyant ainsi un rôle d’évaluatrice qui modifie (au moins virtuellement) les rapports de pouvoir.

2.3. Arguments et mise en mots

29Au-delà de ce qui se joue au niveau de l’interaction et des rapports de pouvoir dans l’échange des arguments, on voit donc qu’il faut se pencher sur la construction du sens telle qu’elle s’élabore dans la mise en mots. Au niveau du lexique, on peut ainsi relever le terme de « Tourmentée » : « Tourmentée par l’idée de la pauvreté de Julien ». Le qualificatif affectif est fort, il renvoie à un sujet qui est en proie à de véritables souffrances morales. Il appelle à son tour un déchiffrement, qui ne manque pas de déplacer quelques termes du schème argumentatif dégagé plus haut. Il interroge en effet sur la loi de passage qui mène du constat de la pénurie dont souffre Julien à la décision de lui faire un cadeau. Le topos « Il faut aider les gens dans le besoin » qui garantit le passage des prémisses à la conclusion, et le support qui lui confère son autorité, à savoir les valeurs de charité et d’amour de l’autre inscrites dans la morale et dans la religion chrétienne, est en effet concurrencé par un autre topos de type affectif.

30L’importance de l’affect ressort du lien immédiat qui lie le sentiment (le tourment) et l’action (l’adresse au mari) dans une formulation ou le premier apparaît comme une apposition (« tourmentée… ») qui passe sans transition à l’adresse (« elle parla à »). C’est de la force du sentiment que semble jaillir la décision de proposer un cadeau de linge, au point que Mme de Rênal peut paraître, au premier abord, emportée par un sentiment qui ferait l’économie de tout raisonnement (ce qui, on l’a vu, n’est pas le cas).

  • 6 « Peu à peu, elle eut pitié de tout ce qui manquait à Julien, au lieu d’en être choquée » (Stendhal (...)

31Le topos affectif peut s’entendre de deux façons : il peut relever du sentiment de compassion6, ou du sentiment tout court. Dans le premier cas, il s’agit d’un sentiment moral dont Martha Nussbaum (2002) décrit bien les tenants et les aboutissants en termes d’éléments cognitifs. Il faut que le sujet compatissant estime que la souffrance subie est grave, qu’elle est imméritée, et juge que le sort de la victime fait partie intégrante de son propre ensemble de buts et de projets. Le sentiment reste ici dans le domaine à la fois de la raison et de l’éthique. Dans le second cas, c’est la pauvreté d’un individu singulier, auquel elle voue d’ores et déjà un sentiment capable de la bouleverser, qui est à l’origine de son initiative. Le texte dit bien : « tourmentée par la pauvreté de Julien », il ne s’agit pas de pénurie au sens général mais de la situation d’un être nommé par son prénom (et non son nom de famille, Sorel, ou son état, précepteur). M. de Rênal par contre l’anonymise en parlant d’« un homme », et le réduit à sa situation de serviteur (de « domestique » comme on le voit ailleurs dans le texte), donc à un statut inférieur.

32C’est dès lors le sentiment qui est chez Mme de Rênal à la base de la loi de passage menant des données à la conclusion qu’il faut offrir un cadeau : quand on éprouve un sentiment pour quelqu’un, on veut lui faire du bien, dont le support serait une conception de l’affection (on se garde bien encore de parler d’amour) comme désir de faire du bien à celui qui en est l’objet.

33À noter que la dimension affective reste enfouie dans la mesure où rien n’est encore dit d’un sentiment qui porterait Mme de Rênal vers Julien, et dont manifestement elle n’a aucune conscience. Un amour naissant de cet ordre ne peut s’appréhender que dans l’implicite, en l’occurrence dans le tourment qui saisit la jeune femme à la vue du dénuement de Julien. Les formulations « Touchée par la pauvreté », ou « prise de pitié » auraient été plus évidentes ; c’est donc le choix du qualificatif sur l’axe paradigmatique qui est ici éloquent. Bien sûr, les divers schèmes argumentatifs ainsi dégagés ne s’excluent en rien mutuellement. Ils peuvent au contraire se superposer en laissant une marge délibérée d’indétermination.

34Pour M. de Rênal, au contraire, tout élément affectif est exclu d’emblée. Julien est « un homme qui nous sert bien », et que (on l’a dit) le maître de maison ne prend même pas la peine de désigner par son nom : les êtres de la même catégorie sont pour lui interchangeables. Il ne voit dans l’autre que le domestique et ce qu’on peut en tirer. Le précepteur qu’il paye doit remplir au mieux ses tâches et apporter du profit à son maître ; c’est un rapport de forces où la personne est instrumentalisée, et où sa dimension purement humaine passe à l’arrière-plan. Ne pas maintenir ce rapport c’est pour M. de Rênal jouer à ses yeux le rôle peu reluisant de dupe (« quelle duperie ! »), à savoir d’une personne qui se laisse facilement abuser. Le choix d’un terme fortement péjoratif comme « duperie » marque bien le dédain avec lequel la proposition de son épouse est rejetée. C’est précisément sa candeur, sa naïveté, que l’homme expérimenté rompu aux affaires (il est maire de Verrières) reproche indirectement à sa femme. Ce qui est à ses yeux méconnaissance des règles sociales menace de transformer les maîtres en personnes qui se laissent aisément abuser et exploiter. Il entend en conséquence corriger cette erreur de jugement par une leçon sur les rapports de classes. Le locuteur opère ainsi une distribution des rôles où l’homme est le maître, et l’épouse l’élève dont on attend une parfaite docilité. En adoptant un ton supérieur envers sa femme, M. de Rênal entend souligner son autorité, mais se construit à son insu un ethos de donneur de leçons.

2.4. Arguments et genre de discours

35L’étude des raisonnements donnés en partage doit bien sûr tenir compte du genre de discours : en l’occurrence, le discours romanesque avec son double dispositif d’énonciation – ou, si l’on veut, son double cadre d’argumentation. Il y a d’une part le cadre dans lequel les époux Rênal tiennent leur dialogue, en s’adressant l’un à l’autre ; ce dialogue n’est néanmoins que partiellement reproduit en discours direct, les mots de Mme de Rênal sont transmis en discours rapporté sous forme synthétique. Il y a d’autre part le cadre narratif dans lequel ce dialogue est enchâssé, où le narrateur écrit à l’intention du lecteur dans le texte (pour ne pas parler du 3e cadre, où l’auteur dont le nom figure sur la couverture, Stendhal, s’adresse au public des lecteurs empiriques). La tentative de persuasion mutuelle menée par les deux époux est mise en scène par le narrateur, qui poursuit à l’intention du lecteur dans le texte une entreprise rhétorique à part entière. Il y met en balance un mode de raisonnement fondé sur des valeurs éthiques et sur le sentiment, et un raisonnement calculateur animé par des objectifs utilitaristes ancrés dans la toute-puissance de l’intérêt personnel. Il y contraste un rapport à l’autre dans son humanité et sa singularité individuelle, et un rapport à l’autre réduit à son rang social et instrumentalisé. Le second est exposé plus pleinement, et doté de ses justifications ; mais il est dévalorisé par la façon dont le narrateur le met en mots en faisant parler son personnage. Le premier est exposé en filigrane, et se loge dans l’implicite ; il ne fait pas partie du système social et du régime de rationalité dominant– mais il est valorisé en tant qu’alternative qui n’est formulée qu’en creux.

36De plus, une peinture des rapports entre les sexes en ces années 1830 s’esquisse dans le dialogue des deux époux, et dans la relation que chacun entretient avec la loi sociale dominante et l’éthique, avec la raison utilitariste et le sentiment. En même temps, c’est toute une critique de son époque qu’offre le narrateur à travers ce minuscule épisode. La rationalité capitaliste avec ses normes utilitaires, son instrumentalisation de l’humain et ses rapports de classes est ainsi donnée à voir dans un dialogue en apparence anodin inscrit dans la vie quotidienne.

Conclusion

37En conclusion, le texte permet d’induire du petit dialogue mis en scène par le narrateur le fossé qui sépare les deux époux (éclairage porté sur l’univers fictionnel), la coexistence dans le même contexte sociohistorique de deux façons de voir et de deux logiques contradictoires (éclairage porté sur le monde contemporain du roman), la supériorité accordée aux mode de rationalité des dominants (éclairage porté sur les rapports de pouvoir), la nature d’une vision féminine ancrée dans l’éthique et le sentiment que l’ordre matérialiste et utilitariste refoule dans l’impuissance (éclairage sur la condition féminine). L’analyse argumentative et discursive permet de retrouver ces différents niveaux et de voir comment ils se construisent et s’imbriquent dans le texte de Stendhal. Pour ce faire, elle s’appuie sur une reconstruction des schèmes de raisonnement pratique qui sous-tendent le discours romanesque, pour bien montrer comment dans un dialogue en apparence trivial se jouent des modes de rationalité différents, et incompatibles. Extraire les schèmes argumentatifs permet de comprendre comment les deux protagonistes posent le problème, définissent leurs objectifs et choisissent les moyens de les réaliser. On y voit sous forme d’épure les buts, les valeurs et les principes doxiques qui sous-tendent le raisonnement de chacun(e). Cependant, les schèmes qui modèlent le raisonnement que les époux se donnent en partage (ici sans succès) doivent être replongés dans le cadre d’énonciation, l’interaction verbale et l’épaisseur du texte pour bien comprendre l’échange entre les deux protagonistes, ce qui s’y joue explicitement et implicitement, ce dont le narrateur veut persuader son lecteur à travers la communication avortée de Madame et Monsieur de Rênal. En même temps, on l’a dit, c’est seulement en dégageant les schèmes argumentatifs qui se construisent dans le discours qu’on peut voir comment les sujets parlants raisonnent, déploient des logiques alternatives en contradiction et négocient leurs différences dans un contexte socio-historique particulier, et dans le cadre contraignant d’un rapport de pouvoir donné.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth (2009), « Argumentation in Discourse : A Socio-discursive Approach to arguments », Informal logic 29:3, 252-26.

Amossy, Ruth (2021 [2000], L’argumentation dans le discours, Paris, Colin.

Anscombre, Jean-Claude et Ducrot, Oswald (1988), L’Argumentation dans la langue, Liège, Mardaga.

Copi, Irving M., et Burgess-Jackson Keith (1992), Informal Logic, NJ, Prentice Hall.

Danblon, Emmanuelle (2005), La fonction persuasive, Paris, Colin.

Doury, Marianne (2021 [2016]), Argumentation ; analyser textes et discours, Paris, Colin.

Eemeren Frans H. van, Grootendorst Rob, Snoek Hoekemans Francesca (2013 [1996]), Fundamentals of Argumentation Theory, NJ/London, Lawrence Erlbaum.

Fairclough, Norman (1995), Critical Discourse Analysis. The Critical Study of Language, London, Longman.

Groarke, Leo, « Informal Logic » (2021 [1997]), The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Fall 2021 Edition), Edward N. Zalta (ed.), URL : <https://plato.stanford.edu/archives/ fall2021/entries/logic-informal/>.

Lewinski, Marcin & Dimma Mohammed (2016), The International Encyclopedia of Communication Theory and Philosophy, Klaus Bruhn Jensen and Robert T. Craig (Editors-in-Chief), Jefferson D. Pooley and EricW. Rothenbuhler (Associate Editors), NJ, Wiley- Blackwell, 1-15.

Nussbaum, Martha (2002), Upheavals of Thought. The Intelligence of Emotions, Cambridge: Cambridge University Press.

Perelman, Chaim et Olbrechts-Tyteca Lucie (1970 [1958]), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Plantin, Christian (1990), Essais sur l’argumentation, Paris, Kimé.

Simpson, Paul & Andrea Mayr (2010), Language and Power. A resource book for students, London & NY, Routledge.

Stendhal (1927), Le Rouge et le Noir. Chronique du xixe siècle (édité par H. Martineau), Paris, Le Divan.

Toulmin, Stephen (1993 [1958]), Les usages de l’argumentation, Paris, PUF.

Walton, Douglas (1990), « What is reasoning, what is an argument? », The Journal of Philosophy 87:8, 339-419.

Walton, Douglas (2005), Fundamentals of Critical Argumentation, Cambridge University Press.

Walton, Douglas (2015), Goal-based reasoning for argumentation, Cambridge University Press.

Wenzel, J. W. (1990). « Three perspectives on arguments: Rhetoric, dialectic, logic ». In R. Trapp & J. Schuetz (Eds.), Perspectives on Argumentation: Essays in Honor of Wayne Brockriede, Prospect Heights, IL: Waveland Press, 9-26.

Woods, John (1995), « Fearful symmetry », Hansen, Hans and Robert Pinto. Fallacies. Classical and Contemporary readings, University Park, Pa., Pennsylvania State University Press, URL: <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6212441w/f96.item> (consulté le 10/X/2021).

Haut de page

Notes

1 Même si je l’ai moi-même abordée dans Amossy (2009) et Amossy (2021 [2000]).

2 Déjà en 1990, Plantin soulignait (1990 : 171) : « L’analyse argumentative doit-elle se construire autour d’un noyau dur « logique », précédé d’un moment critique où l’on élimine les ambiguïtés du langage ordinaire […] ? ».

3 Par opposition aux schèmes de la logique formelle.

4 On s’éloigne du sens que prend souvent « argument » en français comme raisons qui mènent à une conclusion ; on adopte cependant la position de Marianne Doury quand elle écrit : « L’unité de travail de l’analyse argumentative est la séquence argumentative. Elle est composée de (au moins) un énoncé-argument et de (au moins) un énoncé-conclusion, le passage de l’un à l’autre s’appuyant sur une loi de passage ou topos » ; « Aussi l’argument n’est-il pas l’unité de base de l’argumentation, mais la séquence “argument-conclusion” » (Doury, 2021 [2016] : 29 ; c’est l’auteur qui souligne).

5 Selon le modèle proposé par Doury (2021 [2016].

6 « Peu à peu, elle eut pitié de tout ce qui manquait à Julien, au lieu d’en être choquée » (Stendhal, 1927 : 62).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruth Amossy, « Le raisonnement donné en partage : schèmes argumentatifs et matérialité discursive »Semen, 50/1 | 2021, 145-159.

Référence électronique

Ruth Amossy, « Le raisonnement donné en partage : schèmes argumentatifs et matérialité discursive »Semen [En ligne], 50/1 | 2021, mis en ligne le 14 mars 2022, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/16170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.16170

Haut de page

Auteur

Ruth Amossy

Institut de Tel-Aviv

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-comté
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search