Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50/1Semen au prisme de la textométrie...

Semen au prisme de la textométrie : quelques pistes pour explorer l’évolution de la revue

Marion Bendinelli et Séverine Equoy Hutin
p. 47-71

Résumés

Cette contribution interroge les dossiers thématiques de Semen en mettant à contribution les outils textométriques (TXM). Il s’agit là d’un regard parmi d’autres possibles, qui explore les lignes de forces traversant la revue sur le plan de ses objets, de ses socles théoriques, de ses orientations, des auteur.es et des disciplines qu’elle mobilise. L’article s’organise en deux points : la première partie est consacrée à une présentation de la démarche et la seconde privilégie trois axes de lecture-analyse de la revue. Une mise en réseau des publications est d’abord mise au jour. Puis la revue est explorée sous l’angle de ses parcours thématiques, disciplinaires et théoriques, et enfin, au prisme des auteur.es cité.es dans la revue.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : une lecture textométrique de Semen

1Les travaux d’analyse dite « outillée » ont connu un essor important : les méthodes et outils qui permettent d’analyser les discours articulent l’analyse statistique lexicale avec les problématiques qui relèvent de l’analyse de discours (Née, 2017). La textométrie explore bien des objets : discours politiques, médiatiques, littéraires… Pour cette livraison de Semen, il nous est venu l’idée de soumettre la revue à un « check up » ou examen textométrique. Comment lire une revue, son évolution, ses caractéristiques au prisme de la textométrie ? Quelle méthodologie adopter ? Ce sont à ces questions que nous proposons d’apporter quelques éléments de réponse en prêtant Semen à un tel examen.

2Cette « lecture » ne vise en aucun cas l’exhaustivité. Il s’agit simplement d’un regard parmi d’autres possibles, qui a ici pour objectif d’explorer et de mettre au jour des lignes de force qui traversent Semen sur le plan de ses objets, de ses socles théoriques, de ses orientations, des auteur.es et des disciplines qu’elle mobilise. Notre contribution s’organise en deux points : considérant que cette exploration nécessite, comme pour tout texte, une préparation particulière avec un travail préalable à l’analyse, nous expliciterons celui-ci dans la première partie de cette contribution. Puis dans la seconde partie, nous privilégierons trois grands axes de lecture qui mériteraient probablement d’être complétés, en eux-mêmes et par d’autres : une mise en réseau des publications, une exploration des parcours thématiques, disciplinaires et théoriques de Semen et, enfin, une recomposition du paysage de la revue par le biais d’un examen des auteur.es cité.es.

1. Présentation de la démarche

  • 1 Voir la description du projet : <https://anr.fr/Projet-ANR-06-CORP-0029> (consulté le 15/X/2021).

3L’approche textométrique appartient au champ de l’analyse assistée par ordinateur des données textuelles ; héritière des travaux lexicométriques des année 1970-1980, eux-mêmes situés au croisement de la recherche en statistique lexicale (par exemple Guiraud, 1960 ; Muller, 1977) d’une part et des méthodes en analyse des données (Benzécri, 1981) d’autre part, elle émerge en particulier dans les années 2000 dans le cadre de l’ANR Textométrie (ANR 06-CORP-00291) portée par Serge Heiden. La textométrie propose des modèles statistiques à même de rendre compte des lignes de force et des traits saillants qui structurent les données textuelles réunies et établies en corpus, en permettant tout à la fois de les décrire globalement – à l’échelle du corpus – et localement – à l’échelle des textes, de leurs partitions, de leurs unités (graphiques, lemmatisées, grammaticales…). Cette méthode permet ainsi d’embrasser l’intégralité des productions soumises à l’analyse et de les contraster les unes par rapport aux autres afin de dégager des profils plus singuliers.

  • 2 C’est dans un vocabulaire proche de celui recommandé par la TEI (Text Encoding Initiative – version (...)

4Considérer les publications de Semen comme un corpus offre plusieurs modes d’exploration et de mise en contraste des données. D’une part, le corpus peut être décrit par ses caractéristiques linguistiques classées par ordre de fréquence d’emploi. Cela permet de dégager les termes – et, indirectement, les thèmes – privilégiés, toutes publications confondues. D’autre part, les données peuvent être envisagées en rapport au contexte d’énonciation (années de publication des numéros, numéros eux-mêmes, auteur.es des articles, langue de publication) ; à la structuration interne des numéros (leurs rubriques distinguant à partir de 2009 les dossiers thématiques, les compte-rendus puis les varia) et des articles (leurs niveaux : résumé, corps du texte, citations, bibliographie, notes de bas de page ; la présence d’illustrations ou non) ; à la mise en forme éditoriale (format des sections du texte, choix typographiques, etc.). Il s’agit donc dans ce cas d’exploiter les métadonnées du corpus pour envisager les vocabulaires privilégiés par chaque sous-ensemble, et, à partir d’eux, les liens de proximité ou de distance caractérisant chaque sous-ensemble. Afin de pouvoir exploiter les métadonnées contextuelles, chaque publication a été établie au langage XmL2. Pour des raisons de temps et d’espace, nos analyses n’utilisent que les premières variables listées.

  • 3 Notons toutefois que les numéros 6 et 7, publiés respectivement en 1991 et 1992, sont à ce jour abs (...)

5Le corpus Semen comprend à ce jour toutes les publications parues depuis le premier numéro de la revue, en 1983, et telles qu’elles apparaissent sur la plateforme en ligne openedition.org (à l’exception des numéros 6 et 73). Pour les besoins de la présente recherche, nous avons resserré l’analyse autour d’un corpus d’étude composé de 417 publications, sélectionnées parce qu’elles figurent dans les dossiers thématiques des 49 numéros parus. Ce corpus atteint une taille de 3.795.588 occurrences, pour 106.513 vocables (ou formes différentes), parmi lesquelles 48.818 hapax (ou formes uniques), soit près de 46 % du corpus. Nous remercions à cet égard nos ingénieur.es d’étude qui se sont investi.es dans cette étape – Nicole Salzard, pour qui le corpus Semen a été l’un des derniers projets d’équipe conduit avant son départ en retraite fin 2020, et Tarak Djouad, qui a pris ses fonctions début 2021 et dont la finalisation du corpus a constitué l’une des premières tâches au sein du laboratoire.

6Pour l’exploration du corpus, nous avons choisi le logiciel TXM (Heiden, Magué, Pincemin, 2010) pour des raisons institutionnelles et scientifiques. D’une part, il s’agit, dans la confection de ce numéro spécial consacré à l’histoire et à l’évolution de la revue Semen, de rendre hommage au travail des chercheur.es, membres des laboratoires – le GRELIS, le LASELDI puis ELLIADD – qui ont permis l’émergence de la revue et lui assurent depuis leur soutien : dans ces circonstances, il convient d’emprunter le logiciel TXM, développé au début des années 2000 dans le cadre du projet ANR précédemment cité, lequel réunissait alors diverses équipes de recherche, dont celle de Besançon. Depuis, si le périmètre des collaborations a évolué, ELLIADD continue de participer au développement du logiciel, notamment grâce au travail mené par Sébastien Jacquot, ingénieur d’étude du laboratoire. D’autre part, TXM offre la possibilité, par une interface ergonomique, d’explorer les données au moyen de diverses fonctionnalités statistiques de complexité diverse – de la mesure de fréquences brutes au calcul de spécificités et à l’analyse factorielle des correspondances (désormais AFC), dont nous rappellerons les principes plus avant dans le texte – en croisant le vocabulaire du corpus selon différentes variables : les années, les thèmes de chaque numéro, les auteur.es de chaque publication. TXM, qui autorise l’import de fichiers XmL, permet en effet de recomposer le corpus à la volée, en créant des partitions différentes en fonction des variables souhaitées – sous réserve que celles-ci aient préalablement fait l’objet d’une annotation idoine. Enfin, le logiciel intègre l’étiqueteur morphosyntaxique TreeTagger permettant de lemmatiser les données du corpus lors de leur import.

2. Quelques pistes de lecture

2.1. Des publications mises en réseau

  • 4 Il n’y a en effet pas eu de publications en 1984, 1986, 1988, 1996, 1997, 1998.
  • 5 Les taux d’inertie de chaque axe indiquent que le graphique permet de représenter un peu plus de 17 (...)

7En guise de première étape, nous avons soumis le corpus, partitionné selon les 30 années de publications des numéros4, à une analyse factorielle calculée sur le vocabulaire lemmatisé du corpus de fréquence supérieure ou égale à 50 (en supprimant au préalable les coquilles et symboles repérés), soit 4.239 vocables. Certes, une telle liste de lemmes comprend une part de bruit importante du fait de la grande dispersion lexicale ; toutefois, on s’attend à ce que des lignes de tension apparaissent par les jeux d’opposition et de proximité dont l’AFC est supposée rendre compte. Dans les Figures 1, 3, 4 et 5 reproduites ci-après, sont reportées en bleu les lignes (lemmes) du tableau de contingence sous-jacent et en rouge ses colonnes (années)5.

Figure 1. AFC sur tout le vocabulaire lemmatisé (fréq. ≥ 50 occurrences), axes 1 et 2 (vue points-colonne uniquement)

  • 6 Nous avons retenu ici les 74 lemmes au score de spécificité supérieur à 4, signifiant qu’il y a moi (...)
  • 7 Dans une moindre mesure, ces lemmes sont également statistiquement spécifiques aux n° 4 (Texte litt (...)

8En Figure 1, on constate une superposition des années 1991 (6. Texte, Lecture, Interprétation (Hommage à Thomas Aron) et 1999 (11. Vers une sémiotique différentielle) : la consultation des spécificités, c’est-à-dire du vocabulaire présentant un profil de ventilation statistiquement significatif (dans notre cas, un fort suremploi par rapport à la norme endogène du corpus) permet d’expliquer cette observation (Figure 2). Plus de la moitié des spécificités du numéro 6 (40/746) se retrouvent en effet partagées par le numéro 117: il s’agit des lemmes désir, rêve, mort, feu, re, corps, moi, angoisse, texte et chapitre par exemple, qui laissent transparaître des préoccupations littéraires et psychanalytiques.

Figure 2. Spécificités lexicales des dossiers thématiques (calcul sur lemmes, indices> 4) - Zoom sur les publications n° 6 (Texte, Lecture, Interprétation) et 11 (Vers une Sémiotique différentielle)

9Revenons à la lecture de la Figure 1. L’impression d’ensemble est celle de la présence de deux lignes de tension, en abscisse (axe horizontal) d’une part et en ordonnée (axe vertical) d’autre part, qui opposent les années. De ce fait, on peut distinguer quatre cadrans, que nous désignerons par leur orientation selon les points cardinaux.

  • 8 Il ne s’agit toutefois pas de penser que des lemmes proches les uns des autres sur l’AFC indiquent (...)

10Sur l’axe horizontal, l’Ouest (gauche) de l’AFC (formée par les années 2009, 2018, 2019, 2020) s’oppose à la partie Est (droite) formée des numéros publiés en 1987, 1989, 1991, 1992, 1994 et 1999 : un retour sur les dossiers publiés durant ces années révèle que cette opposition repose sur une tension entre des publications centrées sur le texte littéraire et d’autres qui ne le sont pas et qui concernent des réflexions épistémologiques sur des notions clés d’une part (au premier rang desquelles le(s) texte(s) et le(s) discours), des réflexions sur des objets de recherche originaux et/ou d’actualité, notamment numériques, d’autre part. Nous pouvons préciser ces premiers constats en consultant la répartition des points-lignes (lemmes) sur la représentation (Figures 3 à 5). Leur activation permet en effet de visualiser les réseaux sémantico-thématiques formés par les clusters lexicaux : en effet, un cluster témoigne d’un profil similaire de distribution de ses unités constitutives dans les textes du corpus8. Il en résulte que la proximité de points-colonne (années) et de points-ligne (lemmes) révèle une force d’attraction entre eux (la distance signifiant, quant à elle, une forme de rejet).

11Ainsi, le cadran Est, organisé d’une manière générale autour des numéros des années 1980 et 1990, concentre, outre les noms d’auteurs (Flaubert, Kafka, Stendhal, Simenon, Diderot, Proust, Aragon…) dont les œuvres ont été étudiées dans la revue, des vocables évoquant les thématiques littéraires (nature, famille, corps, plaisir charnel) – cf. Figure 3.

Figure 3. Zoom sur le cadran Sud-Est de la Fig. 1 (vue points-ligne uniquement)

12Sur l’axe vertical, l’opposition concerne les numéros de l’année 2012 (cadran Nord/Nord-Ouest) d’une part et les années 2018 et 2019 (cadran Sud-Ouest) d’autre part en raison d’une tension entre les objets qu’elles abordent. Ainsi le numéro 33 (Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire) et le numéro 34 consacré aux nouvelles épistémologies des disciplines du texte et du discours s’opposent aux numéros 44 à 47 portant sur les institutions pénales, le deuil en ligne, le genre ou encore la haine dissimulée. On peut ainsi voir sur le cadran supérieur un vocabulaire se référant à des auteur.es que certains considèreraient comme pivots (Saussure, Harris, Wittgenstein, Maldidier, Fairclough, Fraenkel, Paveau) et à des approches disciplinaires (sémiologie, linguistique, communication, grammaire, syntaxe, psychologie, interdisciplinaire, humanité, épistémologie) – cf. Figure 4.

Figure 4. Zoom sur le cadran Nord/Nord-Ouest de la Fig. 1 (vue points-ligne uniquement)

13À l’opposé enfin, le cadran Sud (représenté en Figure 5), où les publications de 2018 et 2019 semblent être rejetées à la marge de la visualisation, recouvre un ensemble de vocables socio-politiques, rappelant les objets interrogés dans les numéros 44 (le genre), 45 (le deuil en ligne), 46 (les institutions pénales) et 47 (les discours de haine dissimulée).

Figure 5. Zoom sur le cadran Sud de la Fig. 1 (vue points-ligne uniquement)

14Il résulte de cette première AFC une structure en trois pôles qui ne reflète pas, on le voit, la chronologie des parutions. Toutefois, celle-ci en offre une lecture réticulaire : ainsi, on constate un jeu d’échos entre numéros, que ceux-ci se succèdent (le cas des numéros de 2009 et 2010 ou 2018 et 2019 aux positions proches sur la Figure 1) ou non au gré des dossiers thématiques traités. À cet égard, le cas des numéros des années 2003 et 2020 est révélateur de l’identité de Semen. En effet, le numéro 16 Rythme de la prose publié en 2003 occupe une place centrale, à mi-chemin des deux pôles s’opposant sur l’abscisse : cette place rend compte du fait que ce numéro présente une double identité – préoccupations théoriques pour le rythme et la métrique d’une part, applications à des objets non littéraires de l’autre (dictionnaires, Grammaire générale du XVIIIème siècle, parlers ordinaires). Les numéros publiés en 2020 (48. Acteurs et actrices du discours ; 49. Signifiant et matière) se situent quant à eux entre les deux forces structurant l’axe des ordonnées, signe que les objets interrogés intéressent la sphère sociopolitique actuelle – place des métiers invisibles (éboueurs) ou des paroles éclipsées (accusés de procès d’assise), discours de l’action collective (groupes militants) et discours de l’engagement individuel (élu.e.s en campagne électorale)… – tout en offrant une réflexion théorique pluridisciplinaire empruntant à l’analyse du discours, à la sémiologie, à la linguistique énonciative, aux études communicationnelles.

15Pas d’effet de ruptures donc dans l’histoire de la revue, mais plutôt des phénomènes d’écho, de renouvellement, de reprise. Ainsi, si l’année 2001 (13. Genre de la presse écrite et analyse du discours) semble, par sa position sur l’AFC, amorcer un virage en prenant ses distances avec les numéros en lien avec le champ littéraire, il ne s’agit que d’un virage négocié, tout en douceur : il est en effet à mettre en perspective avec les publications des années 1985 et 1990 qui annonçaient déjà l’intérêt de la revue et de ses fondateurs pour les médias, en l’occurrence audiovisuels (2. De Saussure aux média coordonné par Thomas Aron et 5. La médiacritique littéraire coordonné par Jean Peytard).

16Cette première phase d’exploration nous amène à considérer plus en détails la question de la circulation des thématiques et des objets traités dans la revue. À cet égard, la lecture de l’AFC commentée dans les précédentes lignes, en association avec celle de l’index hiérarchique du corpus – c’est-à-dire du tableau classant les unités du corpus par ordre de fréquence décroissante – nous amène à vouloir resserrer l’étude autour de l’analyse des seules formes nominales : noms communs et noms propres. Les premiers vont être explorés pour dégager des réseaux sémantico-thématiques, les deuxièmes pour mettre au jour les formes de continuité existant entre les ancrages disciplinaires revendiqués par les publications.

2.2. Semen : parcours thématique, disciplinaire et théorique

  • 9 Nous avons fixé, après différents essais, le seuil de fréquence minimale à 50 occurrences : il perm (...)
  • 10 La table a dû faire l’objet d’un pré-traitement afin d’éliminer les erreurs d’étiquetage morpho-syn (...)
  • 11 Le taux d’information représenté dans le graphique est d’environ 12,5 % : si l’on aurait pu espérer (...)

17Prenant pour définition de la notion de thème celle développée et intégrée en analyse outillée de données textuelles, nous considérons celui-ci comme « une idée suivie et développée dans le corpus qui prend corps par la chair linguistique que les locuteurs/interlocuteurs mobilisent et structurent à dessein dans le discours » (Ben Ahmed et Mayaffre, 2015 [en ligne]) ; il est donc articulé « à la matérialité discursive du corpus […] construit [et donc repéré] par la saillance et l’agrégation d’unités linguistiques (classiquement des mots) qui s’organisent sémantiquement » (ibid.). Afin de mettre au jour ces « saillances » et « agrégations » lexicales, nous proposons d’étudier la distribution des noms communs les plus fréquents du corpus et sous leur forme lemmatisée9, au sein des différents dossiers thématiques de la revue. Cette distribution donne ainsi lieu à une table lexicale10 – tableau à double entrée qui indique, en ligne, le nombre d’occurrences de l’item demandé (ici 1.873 noms communs lemmatisés) pour la variable interrogée (ici les 49 dossiers thématiques), représentée en colonne – laquelle est ensuite soumise au calcul de l’AFC. Les résultats sont reproduits en Figures 6 pour une vue des seuls points-colonne (distribution des dossiers publiés) et 7 pour celle des points-ligne (distribution des noms communs lemmatisés)11.

Figure 6. AFC sur les noms communs lemmatisés (fréq. ≥ 50 occ.), axes 1 et 2 (vue titres des dossiers)

Figure 7. AFC sur les noms communs lemmatisés (fréq. ≥ 50 occ.), axes 1 et 2 (vue noms communs)

18Ces deux visualisations de l’AFC font clairement apparaître le fait que les 1.873 vocables forment une masse compacte autour du centre de l’AFC, à l’exception des lemmes faisant référence à la mort et à ses formes de mémoire (mémorial, cimetière, défunt, deuil, décès, hommage, tombe, monument, cérémonie, mort, vivant, rite), à l’univers carcéral (détenu, prison, surveillant) et au monde du numérique (identité, contributeur, navigation, message, blog, accueil, plateforme), comme indiqué sur le zoom proposé en Figure 8.

Figure 8. Zoom sur le cadran Nord de la Fig. 7

  • 12 Remarquons que « numérique » étant dans la plupart des cas employé sous la forme adjectivale, le le (...)

19Ce cluster situé dans le cadran Nord de l’AFC est à mettre en lien avec les publications de 2018 (45. Deuil en ligne. Les discours funéraires à l’ère du numérique) et 2019 (46. Les discours des institutions pénales à l’épreuve du numérique). Ces deux dossiers partagent une préoccupation pour les dispositifs numériques de mise en visibilité (de soi, d’autrui ou de l’institution) au service d’un discours épidictique (commémoration, hommage) ou d’une campagne de communication institutionnelle ; ils se singularisent donc par leurs objets. Le rapprochement entre réseaux lexicaux et publications explique également la présence, dans ce cluster, des lemmes animal, compagnie, attentat, proche, portrait, victime, au travers desquels on retrouve les articles publiés dans le numéro 45, ou encore métier et administration propres au numéro 4612.

20Observons à présent la structure générale de l’AFC en repérant ses lignes de tension, à nuancer toutefois par la dimension resserrée de la distribution des lemmes envisagés. L’axe des abscisses (horizontal) est construit sur l’opposition entre les lemmes gendarmerie et gendarme situés sur la droite du graphique, et les lemmes rythme et voyelle sur sa gauche. L’axe des ordonnées (vertical) est organisé par la tension existant entre surveillant et mémorial dont la position excentrée avait déjà été remarquée, et immigrant et purification. On voit ainsi se dessiner quatre espaces, quatre cadrans dans lesquels nous nous proposons à présent de « plonger ».

21Dans le cadran Sud-Ouest de l’AFC (Fig. 9) se profile un regroupement de lemmes faisant état de préoccupations pour les questions poétiques et pour la description linguistique de la matérialité langagière. Outre rythme et voyelle, on retrouve métrique, syllabe, accentuation, prosodie, signifiance, mètre, prose, vers, alexandrin, hémistiche, quantité, poète et poésie ; phonème, épithète, syntaxe, étymologie, morphème, métonymie, langue, répétition, prédication, scansion, grammaire, effacement, glose, syntagme, adjectif, substantif, verbe… Ce cadran de l’AFC recouvre un espace que l’on peut mettre en lien avec les numéros 16. Rythme de la prose, 24. Linguistique et poésie : le poème et ses réseaux, 33. Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire, 38. Pragmatique de la répétition, 15. Figures du discours et ambiguïté, 10. Sémiotique(s) de la lecture.

Figure 9. Zoom sur le cadran Sud-Ouest de la Fig. 7

22À son opposé sur l’AFC, un intérêt pour les polémiques, contestations et débats (en tant qu’objet d’étude ou notion), pour des thématiques sociopolitiques d’actualité semble se dessiner autour des lemmes débat, adversaire, conflictuel, meeting, leader, citoyen, opinion, désaccord, polémique, controverse, disqualification, opinion, argumentaire, démocratie, mondialisation, libéralisme. Également, ce cadran Sud-Est regroupe une hampe de lemmes se rapportant à des questions sociales contemporaines (immigration, races, les « invisibles ») : immigrant, purification, minorité, migrant, sans-papiers, éboueur.

23De même, on trouve sur cette partie du cadran, par d’autre de lemmes relevant tantôt de l’écriture et de la pratique de la recherche (chercheur, interdisciplinarité, discipline, université, explicitation, introduction, conclusion, statistique, terrain, objectivité, subjectivité, catégorisation), tantôt d’orientations disciplinaires (argumentation, sociolinguistique, psychologie, marxisme, archéologie), tantôt de notions, concepts ou entrées d’analyse (praxis, polyphonie, agentivité, interdiscours, dialogisme, présupposition, nominalisation, euphémisation).

Figure 10. Zoom sur le cadran Sud-Est de la Fig. 7

24On constate que ces orientations émergent dans les numéros 17. Argumentation et prise de position : pratiques discursives (2004), 21. Catégories pour l’analyse du discours politique et 22. Énonciation et responsabilité dans les médias (2006) puis s’installent sur des publications continues entre 2009 et 2011 avec les numéros 27. Critical Discourse Analysis (I), 28. Valeurs et enjeux des écrits de travail, 29. La Théorie du discours. Fragments d’histoire et de critique, 30. Les langages de l’idéologie. Études pluridisciplinaires et 31. Polémiques médiatiques et journalistiques. Le discours polémique en question(s). Puis un retour s’opère avec les numéros 40. Politesse et violence verbale détournée (2015), 43. Le rituel politique en discours. Émergences, variations, régularités (2017), 44. Le genre, lieu discursif de l’hétérogène (2018), 48. Les acteurs et actrices du discours (2020). On peut y voir une continuité dans l’orientation donnée par la rédaction en chef de l’époque (jusqu’en 2016) et considérer ainsi l’émergence de nouvelles thématiques avec les numéros 45. Deuil en ligne et 46. Les discours des institutions pénales à l’épreuve du numérique en lien avec le renouvellement de l’équipe rédactionnelle en 2016.

25L’espace situé en haut de l’AFC se divise lui aussi en deux cadrans, laissant apparaître tantôt des préoccupations littéraires et énonciatives (Fig. 11), tantôt un intérêt pour les médias (Fig. 12) – qu’ils soient écrits, audiovisuels ou numériques – dont les contributeur.rices s’attachent à saisir les enjeux matériels, discursifs et génériques (presse écrite, publicité).

Figure 11. Zoom sur le cadran Nord-Ouest de la Fig. 7

26On distingue en effet le vocabulaire des études littéraires avec les lexèmes conte, sonnet, roman, brouillon, manuscrit, lecture, écritures, strophe, poème, littérarité, transcodage, intertextualité, outre celui des univers fictionnels déjà mentionnés dans la section 2.1 (famille, corps, sentiment amoureux, nature, rêverie...). Cet ensemble renvoie à des publications qui se situent essentiellement parmi les dix premières publications et le numéro 18 consacré aux littératures africaines.

  • 13 Pour des raisons de mise en page, nous avons choisi cet angle de capture d’écran ; il ne permet tou (...)

27Le cadran « médias » et « numérique » (cf. Fig. 12) repose sur la présence des lexèmes qui renvoient à la presse et au journalisme (journalisme, reportage, tribune, journal, lectorat, journal, éditorialiste, rubrique), à la sphère du marketing et du discours publicitaire (buzz, brand, consommateur, forum, média, marketing, annonceur) et aux dispositifs numériques (dispositif, technologie, hypertexte, hyperlien, internet, like, web, site13). Les numéros correspondants (13. Genre de la presse écrite en 2001, 25. Le discours de presse au dix-neuvième siècle : pratiques socio-discursives émergentes et, 26. Médiaculture et médiacritique en 2008, 36. Nouveaux discours publicitaires en 2013 et 42. Le discours hypertextualisé en 2016) ont été publiés de façon cyclique et témoignent de préoccupations qui se réactivent dans la revue au gré des activités du laboratoire d’appui, le LASELDI puis ELLIADD, et des collaborations engagées par les membres du comité éditorial (Andrée Chauvin-Vileno, Marc Bonhomme, Jean-Michel Adam, Alain Rabatel).

Figure 12. Zoom sur le cadran Nord-Est de la Fig. 7

28Un zoom sur la partie centrale de la Figure 7 nous porte à observer la zone de l’AFC qui est structurée par les lexèmes sensibles aux deux lignes de tension (sur l’abscisse et sur l’ordonnée), ou bien repoussés par elles : en d’autres termes, on y observe les unités qui seraient partagées par les différents cadrans ou, au contraire, insensibles à leur attraction. Nous avons mis en évidence les lexèmes qui nous semblent pertinents et donnent du sens à cette zone de l’AFC, ici reproduite en Figure 13. Ces lexèmes renvoient à des interrogations sur l’écriture, la textualité et les dispositifs médiatiques, sur la posture analytique et critique qui fonde les recherches exposées dans les publications. Ils traduisent ainsi, au-delà des thématiques traitées dans la revue et des approches théoriques adoptées par ses contributeur.rices, une part de l’identité de Semen, son souci constant de réfléchir aux modalités de construction du sens à l’œuvre dans les textes et discours.

Figure 13. Zoom sur le centre de la Fig. 7

29Les numéros qui gravitent autour de cette zone centrale de l’AFC témoignent par leur argumentaire des préoccupations que nous avons soulevées. Ainsi, le numéro 2. De Saussure aux médias publié en 1985 entend-il s’inscrire dans « l’étendue du champ couvert aujourd’hui par la sémiotique » (Aron, 1985 [en ligne]) en laissant la place à un questionnement théorique et méthodologique fondé sur l’étude de discours littéraires, paralittéraires et non littéraires, et à celui des chercheur.es confronté.es à leurs données. Le numéro 14. Texte, Discours, Sujet publié en 2002 donne la parole à des linguistes, psychologues et philosophes amené.es à répondre aux questions suivantes : « qu’en est-il aujourd’hui du concept de sujet lorsque [...] nous prenons pour objet un texte, ou un discours ? [...] De quel sujet s’agit-il ? Du sujet mis en scène dans l’écriture ? du sujet de l’écriture ? Du sujet lecteur faisant advenir l’un et l’autre ? Qu’est-ce qui s’inscrit, s’actualise du sujet dans un texte ? » (Schepens, 2002 [en ligne]). Se faisant l’écho de préoccupations « travers[a]nt les institutions universitaires », le numéro donne à voir les réflexions épistémologiques fondant des pratiques de textes ou inspirées par celles-ci, et propose de revenir « sur ce qui ‘fait sujet’ dans les interactions langagières » (Ibid.) par une étude des processus à l’œuvre dépassant les descriptions structurales. Le numéro 37. Approches discursives des récits de soi invite à « penser les expériences sociales au prisme de schèmes culturels partagés » (Nossik, 2014 [en ligne]) ou en opposition aux récits institutionnels conformistes, quand le 49. Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel propose de réfléchir aux caractéristiques d’une « textualité hybride de nature verbo-visuelle » (Colas-Blaise et Dondero, 2020 [en ligne]), mettant la notion de matérialité à l’épreuve de langages nouveaux (notamment de programmation), réunissant des chercheur.es d’horizons disciplinaires divers pour défendre la thèse selon laquelle « seule la mobilité des notions, qui, sans perdre de leur acuité, franchissent les frontières disciplinaires, permet de rendre compte du flux du sens, que le numérique ne fait qu’accroître » (Ibid.).

30Fortes des observations formulées au gré des Figures 7 à 13 et en revenant aux positions occupées par les publications (Fig. 6) sur l’AFC, nous pouvons enfin reconnaître aux numéros qui suivent une identité hybride, qui les situe au croisement des divers pôles thématiques et/ou théoriques relevés, assurant la continuité…
– ...entre les cadrans Nord-Ouest (Littérature) et Nord-Est (Médias & Numérique) :
     – 5. Médiacritique littéraire (1990)
     – 20. Rapport de place dans l’épistolaire (2005)
     – 41. L’Énonciation éditoriale (2016)
– …entre les cadrans Sud-Ouest (Poétique) et Sud-Est (Questions socio-politiques) :
     – 23. Sémiotique et communication (2007)
     – 32. Épistémologie et éthique de la valeur : du sémiotique au rhétorique (2011)
     – 35. Modes de sémiotisation des émotions (2013)
– … entre les cadrans Nord-Ouest (Littérature) et Sud-Ouest (Poétique) :
     – 12. Répétition, Altération (2000)
     – 19. Ordre des mots (2005)
– …entre les cadrans Nord-Est (Médias & Numérique) et Sud-Est (Questions socio-politiques) :
     – 47. Discours de haine dissimulée (2019).

31Ces observations permettent de conforter l’idée avancée dans la section 2.1. selon laquelle l’évolution de la revue, sa politique éditoriale, ne s’est pas faite par une succession de ruptures ou de sauts thématiques, mais bien dans un mouvement consistant parfois à réactiver des sujets privilégiés plus tôt (tel le numéro 41), parfois à pressentir le caractère central d’un objet qui s’imposerait ultérieurement (tel le numéro 5).

32Le schéma qui suit (Fig. 14) montre la présence de blocs thématiques (en bleu) et des disciplines (Linguistique, Stylistique) ou approches (textuelles, discursives, sémio-communicationnelles) que ces thématiques ont suscitées :

Figure 14. L’identité de Semen par ses thématiques et approches disciplinaires

2.3. Hétérogénéité et continuité : Semen et sa galerie d’auteur.es cité.es

  • 14 Nous avons donc éliminé la plupart des noms des auteur.es des œuvres littéraires étudiées tels Rimb (...)

33Nous avons souhaité, en guise de dernière entrée dans le corpus Semen, envisager les ancrages disciplinaires des publications à partir des noms d’auteur.es qui y sont employés1414 à 10 reprises ou plus. Des auteur.es sont-ils/elles en partage et en circulation dans Semen ? Observe-t-on des auteur.es « passerelle » ? C’est ce que nous proposons d’observer au moyen de cette dernière AFC, reproduite en Figure 15 et montrant les seuls titres des numéros publiés (points-colonne).

Figure 15. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue dossiers thématiques)

34Cette figure donne à voir deux lignes de force complémentaires à celles déjà repérées lors des précédentes explorations. D’une part, sur l’axe des abscisses, le numéro 33 consacré aux notes de Benveniste se trouve en marge de l’ensemble des autres publications (sur le centre) tandis que sur l’axe des ordonnées, le numéro 18. De la culture orale à la production écrite : littératures africaines occupe une position nettement excentrée sur la figure (cadran Nord). Ces positions sont à rapporter aux noms d’auteur.es qui sous-tendent l’organisation de l’AFC : Fenoglio, Laplantine, Benveniste, Coquet, Sapir sur la gauche ; Senghor, Hamon et Lüsebrinck sur le haut.

Figure 16a. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue des noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Ouest

Figure 16b. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue des noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Nord

35Pour aller plus loin dans l’interprétation, les trois figures (17, 18 et 19) qui suivent permettent de distinguer, dans le bloc compact qui s’étend le long de l’axe des ordonnées, différents sous-ensembles.

36D’une part, les publications laissent entrevoir un étirement sur l’axe des ordonnées qui met en lumière, sur la gauche de l’AFC, une série d’auteur.es assez hétérogène avec un premier ensemble composé de Dessons et Meillet (hors Fig. 17), Brunet, Meschonnic, Normand, Todorov et Guiraud et un second, plus compact, s’organisant autour de Kristeva, Jakobson, Heidegger ; auteur.es que l’on peut considérer comme des penseurs ou des piliers de leur domaine, de leur discipline ou pour les objets que leurs travaux abordent – texte littéraire, philosophie, linguistique (et histoire de la linguistique), stylistique, analyse outillée. Dans cet ensemble, c’est l’objet littéraire qui prime et il s’agit là essentiellement des numéros qui y sont consacrés (33. Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire en 2012, 16. Rythme de la prose en 2003, 24. Linguistique et poésie : le poème et ses réseaux en 2007, 7. Mouvance et variations du texte littéraire en 1992).

Figure 17. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Ouest

  • 15 Nous reprenons ici volontairement le titre de l’ouvrage de Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible(...)

37Sur la Figure 17, la progression le long de l’abscisse vers le centre de l’AFC fait également apparaître un bloc d’auteur.es partageant un intérêt pour la poétique, la stylistique et les problématiques sémio-textuelles : Arabyan, Laufer, Favriaud, Rosenthal. On notera dans cette zone de l’AFC la présence de Merleau-Ponty, phénoménologue du langage, cité par des auteur.es ayant contribué à différents numéros pour sa manière de penser et d’interroger l’émergence du sens : F. Provenzano en 2011 (Semen 32) dans « L’argument littéraire dans Sémantique structurale. Usages rhétoriques de la sémiotique émergente » où il est notamment question de sémiologie greimassienne ; L. Greco en 2014 (Semen 37) dans « Mise en scène d’une transition scientifique et identitaire : expérience narrative, réflexivité et catégorisation » au détour d’une réflexion sur la corporéité et le vécu ; Ph. Jousset en 2003 dans « La prose sous la prose » pour une étude portant sur la signification visible et invisible15.

Figure 18. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Sud-Ouest

38La Figure 18 offre la possibilité d’observer un regroupement cohérent d’auteur.es partageant des préoccupations d’ordre sémiotique et communicationnel : Dondero, Fontanille, Mitropoulou, Colas-Blaise, Le Marec, Greimas, Souchier, Bouchardon, Candel, Saemmer, Boutaud, Odin, Nemo. Cette zone de l’AFC peut être rattachée aux numéros 49. Signifiant et matière (2020), 23. Sémiotique et communication (2007), 32. Épistémologie et éthique de la valeur : du sémiotique au rhétorique (2011), 41. L’énonciation éditoriale et 42. Discours hypertextualisé (tous deux 2016), clairement réunis par des préoccupations d’ordre sémiotique et/ ou éditorial, d’ailleurs, pour la plupart, rappelées dans le titre du numéro. Dans cette même zone, on retrouve également Hjelmslev et Bréal qui partagent avec ces auteur.es une réflexion sur le sens et la signification, dans une perspective plus linguistique toutefois.

39Le cadran le plus à l’Est (Fig. 19) recouvre des auteur.es étudiant les interactions verbales, notamment sous l’angle pragmatique ou ethno-communicationnel : Hutchby, Kerbrat-Orecchioni, Brown, Levinson, Fracchiolla, Filliettaz, Culpeper, Baider, Moïse, Laforest. Ce cadran recouvre pour partie les numéros 43. Le rituel politique en discours (2013), 47. Discours de haine dissimulée (2019), 31. Polémiques médiatiques et journalistiques (2011), 21. Catégories pour l’analyse du discours politique (2006), 27. Critical Discourse Analysis (I) (2009), 28. Valeurs et enjeux des écrits du travail (2009).

Figure 19. AFC sur noms d’auteur.es, fréquence ≥ 10, axes 1 et 2, vue noms d’auteur.es – Zoom sur le cadran Sud-Est

  • 16 Si la tension permet d’opposer deux ensembles d’auteur.es, représentatifs d’orientations théoriques (...)

40On observe un glissement progressif vers le centre qui s’opère dans le champ de l’argumentation. Ce champ est lui-même défini par une tension16, autour d’auteur.es se définissant par leur prise en compte des problématiques discursives et communicationnelles (avec notamment les notions de polémiques et de contre-discours), par leur sensibilité pour les problématiques interactionnelles ou encore par l’approche sémiotique : Peirce, Micheli, van Eemeren, Olbrechts-Tyteca, Perelman, Marty, Fiala, Doury, Boutet, Achard, Fraenkel, Grize, Honneth, Ricoeur, Wittgenstein, Passeron, Blommaert, Leimdorfer, Kress, Shlegoff, Labov, Goffman, Longhi, Amossy, Wodak, Paveau, Rinn, Fowler, Chilton, Charaudeau, Oger, Ollivier-Yaniv, Castoriadis. Dans cette longue liste, se côtoient des auteur.es qui sont volontiers mobilisés en Sciences de l’information et de la communication (par exemple Honneth, Voirol, Goffman), en analyse du discours et argumentation (Grize, Olbrechts-Tyteca, Perelman, Amossy, Doury), en sociolinguistique (Labov, Boutet) ou qui se situent au croisement des disciplines (Auboussier, Charaudeau, Oger, Ollivier-Yaniv). La liste des numéros spécifiquement concernés par ces auteur.es est assez large mais déploie une cohérence certaine : 13. Genre de la presse écrite et analyse du discours (2001), 25. Le discours de presse au XIXe siècle (2008), 22. Énonciation et responsabilité dans les médias (2006), 17. Argumentation et prise de position (2004), 35. Modes de sémiotisation des émotions (2013), 34. Texte, discours, interactions. Nouvelles épistémologies (2012), 45. Deuil en ligne (2018), 44. Approches discursives des récits de soi (2018), 46. Les discours des institutions pénales (2019), 48. Les acteurs et actrices du discours (2020).

41Aux abords du centre de l’AFC (Fig. 20), on rencontre un entrelacement d’auteur.es permettant de replacer l’analyse du discours, axe théorique faisant l’une des identités de la revue, dans ses diverses facettes – tournée vers les problématiques de l’énonciation, des rapports de force (sociaux, politiques, institutionnels) : Althusser, Foucault, Bourdieu, Maldidier, Pescheux, Tournier, Maingueneau, Moirand, Ducrot, Rastier, Branca-Rosoff, Chauvin-Vileno, Achard-Bayle, Bonhomme, Paveau, Authier-Revuz, Fuchs, Kleiber ; ou vers les problématiques touchant aux médias, incluant le numérique : Habermas, Jost, Coulomb-Gully, Harré, Baudrillard.

Figure 20. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Centre-Est

42Ce cadran orienté Centre-Est est organisé autour des numéros 29. La théorie du discours. Fragments d’histoire et de critique (2010), 20. Le rapport de place dans l’épistolaire (2005), 26. Médiaculture et médiacritique (2008) et 36. Les nouveaux discours publicitaires (2013).

43Observons enfin la distribution des noms d’auteur.es le long de l’axe des ordonnées. L’extrême Nord est, nous le rappelons, construit autour des auteur.es traitant des problématiques littéraires, discursives et/ou (inter)culturelles en lien avec l’Afrique. Descendant vers le centre de l’AFC, on retrouve un ensemble d’auteur.es que l’on peut rapprocher par leur intérêt pour les problématiques textuelles et pour la construction de la signification, qu’il s’agisse de l’interroger sous les angles littéraire (Migeot, Derrida, Durand) ou sémantique/linguistique (Adam, Charolles, Peytard, Rastier, Halliday, Bakhtine, Genette, Viprey).

Figure 21. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Centre-Nord

44Ces préoccupations paraissent concerner les numéros 3. La réécriture du texte littéraire (1987), 12. Répétition, altération, reformulation dans les textes et les discours (2000), 19. L’ordre des mots (2005) ou encore 38. Pragmatique de la répétition (2015), ainsi que ceux centrés sur la problématique de la lecture : 1. Lecture et lecteur (1983), 6. Texte, Lecture, Interprétation (1991), 9. Texte, Lecture, Interprétation (1994), 11. Vers une sémiotique différentielle (1999).

  • 17 Morin, présent dans cette même zone, masque l’homonymie de ce patronyme – Edgar Morin cité dans Sem (...)

45Situé.es en position intermédiaire entre le cadran Nord et le cadran plus central, on retrouve les auteur.es suivant.es : Riutort, Almeida et Haillet d’une part, qui s’intéressent à l’expression des opinions et points de vue, Calvet et Barry de l’autre17 que l’on cite volontiers pour leurs travaux sur l’oralité, l’interaction, l’altérité discursive.

46Ces quelques éléments d’analyse mériteraient d’être encore affinés. Mais nous retiendrons que les contributions se répartissent en sept sous-ensembles que le tableau ci-après formalise et qui fait apparaître les recompositions esquissées dans les commentaires précédents.

Conclusion

47Ces pistes exploratoires nous engagent sur la voie de quelques constats : tout d’abord, les AFC produites proposent un ensemble de visualisations qui montre que, si des numéros peuvent apparaître en marge et pourquoi pas se constituer en « horizon » de publication pour Semen (par exemple le numéro 18 sur les littératures africaines publié en 2004), des parcours et des réseaux (thématiques, objets d’analyse) se laissent saisir, qui témoignent non pas de ruptures ou de cloisonnements mais de mouvements, de rebonds et de résurgences. La traversée des auteur.es a permis quant à elle de montrer qu’il existe un socle partagé (et non un socle commun) qui entremêle les publications tout en laissant entrevoir des ressources bibliographiques et des approches différenciées s’organisant autour des notions de texte et de discours.

48Sur le plan méthodologique, se pose également la question des modalités de traitement statistique des textes scientifiques : un corpus de revue est-il un corpus comme les autres ? Peut-on l’appréhender avec les mêmes logiques et avec les mêmes grilles de lecture que les textes journalistiques, politiques ou littéraires ? Certes, un retour au texte plus systématique, qui figure parmi les fonctionnalités du logiciel TXM, aurait probablement permis, dans une étape ultérieure, de progresser dans ces voies et de produire des analyses plus fines des occurrences en les rapportant à leurs contextes d’emploi. C’est là que se situe une des limites de notre travail.

49Il s’avère enfin que les études empruntant à une méthodologie outillée – lexicométrie, textométrie, logométrie, statistique lexicale… – sont peu ressorties dans notre exploration du corpus Semen. Ces travaux se sont intéressés à des phénomènes à la frontière du linguistique et du discursif comme la répétition (E. Brunet en 2015), au discours politique (V. Magri-Mourgues en 2015 ; M. Guaresi en 2018 et 2020 ;

50L. Bilat et J.-M. Leblanc en 2017 ; hors dossier thématique, A. Wagener en 2017) ou à des pratiques d’écriture médiatiques (en 2020, L. Bilat et S. Le Lay, L. Calabrese et M.-H. Hermand). Semen s’est aussi proposé à plusieurs reprises d’envisager la place de ces méthodes en analyse de discours et dans ses liens avec les sciences politiques et/ou l’histoire, à travers la contribution de J.-M. Viprey en 2006, ou les entretiens menés respectivement par Ph. Schepens avec P. Fiala en 2006, et, hors dossier thématique, par V. Lethier et O. Roynette en 2019. Autant de pistes qui pourront revenir dans les années à venir au gré des propositions de dossiers thématiques et que Semen pourra explorer.

Haut de page

Bibliographie

Aron Thomas, (1985), « Avant propos » Semen [En ligne], 2. URL : <https://journals. openedition.org/semen/3544>, (consulté le 20/X/2021).

Ben Hamed Mahé et Mayaffre Damon, (2015), « Les thèmes du discours. Du concept à la méthode », Mots. Les langages du politique [En ligne], 108. URL : <http://journals. openedition.org/mots/21975> ; DOI : <https://doi.org/10.4000/mots.21975>, (consulté le 19/X/2021).

Benzécri Jean-Paul, (1981), « Introduction I », Pratique de l’analyse des données, Linguistique et Lexicologie, Paris, Dunod.

Colas-Blaise Marion et Dondero Maria Giulia, (2020), « Présentation », Semen [En ligne], 49. URL : <http://journals.openedition.org/semen/14233> ; DOI : <https://doi.org/10.4000/ semen.14233>, (consulté le 20/X/2021).

Guiraud Pierre, (1960), Problèmes et méthodes de la statistique linguistique, Paris, Presses universitaires de France.

Heiden Serge, Magué Jean-Philippe, Pincemin Bénédicte, (2010), « TXM : Une plate- forme logicielle open-source pour la textométrie - conception et développement », 10th International Conference on the Statistical Analysis of Textual Data - JADT 2010, Jun 2010, Rome, Italie. pp. 1021-1033.

Muller Charles, (1977), Principes et méthodes de statistique lexicale, Paris, Champion. Née Émilie, (dir.), (2017), Méthodes et outils informatiques pour l’analyse des discours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Didact méthodes.

Nossik Sandra, (2014), « Introduction : Le récit de soi entre conformisme et émancipation », Semen [En ligne], 37. URL : <http://journals.openedition.org/semen/9860> ; DOI :<https://doi.org/10.4000/semen.9860>, (consulté le 20/X/2021).

Schepens Philippe, (2002), « Textes, Discours, Sujet », Semen [En ligne], 14. URL : <http://journals.openedition.org/semen/2430> ; DOI : <https://doi.org/10.4000/semen.2430>, (consulté le 20/X/2021).

Haut de page

Notes

1 Voir la description du projet : <https://anr.fr/Projet-ANR-06-CORP-0029> (consulté le 15/X/2021).

2 C’est dans un vocabulaire proche de celui recommandé par la TEI (Text Encoding Initiative – version P5) que les métadonnées ont été rédigées.

3 Notons toutefois que les numéros 6 et 7, publiés respectivement en 1991 et 1992, sont à ce jour absents de la plateforme : dans ces deux cas, il nous a été nécessaire de procéder à la numérisation des numéros à partir de leur format papier, puis à l’océrisation (reconnaissance automatique des caractères) des fichiers pdf ainsi générés, phase menée au moyen du logiciel ABBYY Finereader 9.0.

4 Il n’y a en effet pas eu de publications en 1984, 1986, 1988, 1996, 1997, 1998.

5 Les taux d’inertie de chaque axe indiquent que le graphique permet de représenter un peu plus de 17 % de l’information contenue dans les tableaux de contingence, c’est-à-dire les tableaux de données (fré- quences observées, fréquences théoriques et écarts à l’indépendance) préalables au calcul de l’AFC.

6 Nous avons retenu ici les 74 lemmes au score de spécificité supérieur à 4, signifiant qu’il y a moins d’une chance sur 10.000 pour que la fréquence d’emploi observée soit liée au hasard. Le seuil de banalité est établi à +2/-2= ;

7 Dans une moindre mesure, ces lemmes sont également statistiquement spécifiques aux n° 4 (Texte littéraire et référenciation - 1989), 9 (Texte, Lecture, Interprétation - 1994) et 14 (Texte, Discours, Sujet – 2002).

8 Il ne s’agit toutefois pas de penser que des lemmes proches les uns des autres sur l’AFC indiquent systématiquement et uniquement qu’ils apparaissent ensemble et dans les mêmes textes.

9 Nous avons fixé, après différents essais, le seuil de fréquence minimale à 50 occurrences : il permet de disposer d’une masse de vocables conséquente sans pour autant générer trop de dispersion (bruit) sur l’AFC (Fig. 6 à 13). Pour ce même motif, nous avons opté pour une consultation des items lexicaux sous leur forme lemmatisée, synthétisant ainsi leurs variantes morphosyntaxiques sous des entrées canoniques.

10 La table a dû faire l’objet d’un pré-traitement afin d’éliminer les erreurs d’étiquetage morpho-syntaxique (cas du nom propre Saussure ou de l’adverbe Quant comptabilisés parmi les noms communs), les formes abrégées propres à l’écriture scientifique et éditoriale (« p. », « eds. » utilisées pour « page » et « éditeurs » dans les références bibliographiques), les unités lexicales en langue anglaise visiblement liées à l’existence de passages cités en langue originale (way, these, they…), les sigles et acronymes liés au langage informatique ou internet (https, html, jpeg, org, com) ou encore les connecteurs et adverbes circonstanciels tels que si, pour, fur, abord que nous avons estimés non pertinents pour définir l’identité éditoriale et thématique des publications. Certes, tout pré-traitement des données textuelles peut être sujet à critique – pourquoi conserver telle ou telle forme, et éliminer telle autre ? – mais il s’avère nécessaire afin de réduire le bruit que peut engendrer un trop grand nombre de formes disparates.

11 Le taux d’information représenté dans le graphique est d’environ 12,5 % : si l’on aurait pu espérer atteindre un taux plus élevé, la forme générale de l’AFC et les interprétations auxquelles elle peut donner lieu nous invite tout de même à poursuivre notre description.

12 Remarquons que « numérique » étant dans la plupart des cas employé sous la forme adjectivale, le lexème n’apparaît pas dans les AFC que nous présentons dans cette contribution, alors qu’il s’avère bien, comme précisé dans le corps du texte, que les discours numériques ou en ligne ont fait l’objet de plusieurs articles et dossiers depuis 2015.

13 Pour des raisons de mise en page, nous avons choisi cet angle de capture d’écran ; il ne permet toutefois pas de repérer les lexèmes web et site localisés hors-capture mais bien dans ce cadran.

14 Nous avons donc éliminé la plupart des noms des auteur.es des œuvres littéraires étudiées tels Rimbaud, Camus ou Le Clézio.

15 Nous reprenons ici volontairement le titre de l’ouvrage de Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, Gallimard, 1964, coll. « Tel », p. 121.

16 Si la tension permet d’opposer deux ensembles d’auteur.es, représentatifs d’orientations théoriques distinctes, il faut cependant noter que ces deux ensembles ne sont pas hermétiques : un même article peut en effet emprunter aux deux.

17 Morin, présent dans cette même zone, masque l’homonymie de ce patronyme – Edgar Morin cité dans Semen pour sa réflexion sur Mai 1968, Céline Morin pour son travail sur l’amour et les théories communicationnelles, Aurélie Morin enfin pour son étude du mot démocratie dans le discours politique canadien (avec Cécile Sourd).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. AFC sur tout le vocabulaire lemmatisé (fréq. ≥ 50 occurrences), axes 1 et 2 (vue points-colonne uniquement)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Figure 2. Spécificités lexicales des dossiers thématiques (calcul sur lemmes, indices> 4) - Zoom sur les publications n° 6 (Texte, Lecture, Interprétation) et 11 (Vers une Sémiotique différentielle)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-2.png
Fichier image/png, 197k
Légende Figure 3. Zoom sur le cadran Sud-Est de la Fig. 1 (vue points-ligne uniquement)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Figure 4. Zoom sur le cadran Nord/Nord-Ouest de la Fig. 1 (vue points-ligne uniquement)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 5. Zoom sur le cadran Sud de la Fig. 1 (vue points-ligne uniquement)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Figure 6. AFC sur les noms communs lemmatisés (fréq. ≥ 50 occ.), axes 1 et 2 (vue titres des dossiers)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Figure 7. AFC sur les noms communs lemmatisés (fréq. ≥ 50 occ.), axes 1 et 2 (vue noms communs)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Figure 8. Zoom sur le cadran Nord de la Fig. 7
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-8.png
Fichier image/png, 72k
Légende Figure 9. Zoom sur le cadran Sud-Ouest de la Fig. 7
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Figure 10. Zoom sur le cadran Sud-Est de la Fig. 7
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 11. Zoom sur le cadran Nord-Ouest de la Fig. 7
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Figure 12. Zoom sur le cadran Nord-Est de la Fig. 7
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Figure 13. Zoom sur le centre de la Fig. 7
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Figure 14. L’identité de Semen par ses thématiques et approches disciplinaires
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 15. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue dossiers thématiques)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 16a. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue des noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Ouest
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 16b. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue des noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Nord
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 17. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Ouest
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 18. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Sud-Ouest
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 19. AFC sur noms d’auteur.es, fréquence ≥ 10, axes 1 et 2, vue noms d’auteur.es – Zoom sur le cadran Sud-Est
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Figure 20. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Centre-Est
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Figure 21. AFC sur noms d’auteur.es (fréq. ≥ 10 occ.), axes 1 et 2 (vue noms d’auteur.es) – Zoom sur le cadran Centre-Nord
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/16284/img-23.png
Fichier image/png, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Bendinelli et Séverine Equoy Hutin, « Semen au prisme de la textométrie : quelques pistes pour explorer l’évolution de la revue », Semen, 50/1 | 2021, 47-71.

Référence électronique

Marion Bendinelli et Séverine Equoy Hutin, « Semen au prisme de la textométrie : quelques pistes pour explorer l’évolution de la revue », Semen [En ligne], 50/1 | 2021, mis en ligne le 14 mars 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/16284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.16284

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search