Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Dossier thématique#Boutcha, #Mariouol, #Kharkiv : u...

Dossier thématique

#Boutcha, #Mariouol, #Kharkiv : une analyse des modes de production de sens des photographies de guerre au prisme des discours numériques

Valentyna Dymytrova
p. 69-85

Résumés

À partir d'une méthodologie hybride alliant ethnographie numérique, analyse du discours numérique et sémio-pragmatique, cet article identifie les modes de production de sens à partir de photographies de l'invasion russe de l'Ukraine, prises et commentées par des internautes pro-ukrainiens et pro-russes, sur les plateformes socionumériques Facebook et Odnoklassniki. Pour ces internautes, les images sont des prétextes pour discuter de l'actualité brûlante et de prendre position à ce sujet. Les hashtags, les émoticônes, l'éditorialisation des images et leurs commentaires constituent des opérateurs d'une communication idéologique, qui matérialisent le rapport des internautes à l'événement. Les images circulent sur les plateformes comme des symboles de la guerre, suscitant l'adhésion ou le rejet en fonction des identités politiques et des discours politiques et médiatiques auxquels les internautes sont exposés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article analyse les modes de production de sens à partir de photographies « choc » de la guerre d'Ukraine, relayées sur le web lors des premiers mois de l'invasion russe. Commentées ou évaluées, citées ou référencées, reprises en l'état, enrichies ou détournées, les photographies professionnelles et amateures deviennent des supports clés d'un modèle énonciatif fondé sur la conversation (Baudoin 2002), et s'inscrivent dans une dynamique du web affectif (Alloing & Pierre 2017). Elles se distinguent par la diversité des vues, tout en contribuant à construire une certaine représentation de la guerre.

2Le terme « photographie choc de la guerre » n'est-il pas un pléonasme dans nos sociétés pacifiées, qui semblent peu préparées au surgissement de la violence, tant celle-ci semble reléguée avec ses images dans les « coulisses de la vie sociale » (Elias 1982 ; Taïeb 2015) ? « Pour tenter de faire prendre conscience au téléspectateur de l'existence des faits de guerre, il faut choquer », déclare pourtant le photographe de guerre Gérard Rondeau (Gervereau 2006). Certaines images de guerre montrent directement la violence, alors que d'autres la laissent supposer ou imaginer (Jost 2006). Dans tous les cas, elles montrent ou font référence à une souffrance de l'autre, une « souffrance à distance », dans le cadre « d'une topique du sentiment », qui invite à s'identifier aux malheureux (Boltanski 1993). Selon Boltanski, la société occidentale depuis le xviiie siècle a en effet tendance à classer les personnes selon les catégories du bonheur et du malheur, dans le cadre d'une « politique de la pitié » qui se traduit par trois modes d'engagement face à la souffrance de l'autre : la dénonciation, le sentiment et l'esthétique. La dénonciation consiste à faire le procès du persécuteur ; le sentiment permet l'instauration d'un lien émotionnel entre le spectateur et le bienfaiteur ; l'esthétique, quant à elle, assure l'identification du spectateur au producteur de l'image plutôt qu'à la situation du malheureux. Si les sensibilités varient en fonction des individus et des cultures, les « images choc » (Tréhondart, Saemmer & Cordier 2022) se distinguent pour nous par leurs spécificités énonciatives qui conduisent à un certain type d'« expérience communicationnelle » (Odin 2011).

3Nous souhaitons restituer la dimension communicationnelle des images de guerre en prenant en compte à la fois leur dimension sémiotique et leur valeur comme acte de langage. L'image numérique sera abordée en tant que « moyen d'expression et composante médiatique » qui peut « cristalliser un regard polémique », car elle « entretient une relation ambiguë avec le "réalisme" qu'on lui attribue spontanément » (Marion 2003). En effet, quand on publie une image, on exprime une opinion et donc on prend position ; on se situe plus ou moins explicitement face à de l'altérité, que celle-ci soit réelle, virtuelle ou fantasmée. Les discours qui accompagnent la circulation des images de guerre sur le web constituent pour nous des traces de production de sens des images, nécessairement marquées par des savoirs culturels et des filtres idéologiques.

4Dans la veine de l'approche althusserienne, l'idéologie renvoie ici à un rapport imaginaire des individus à leur existence qui se matérialise dans des appareils et des pratiques (Althusser 1970). « Nous sommes constitués par les processus inconscients de l'idéologie, dans la position de reconnaissance ou de rencontre entre nous-mêmes et la chaîne signifiante sans laquelle aucune signification idéologique ne serait possible », comme l'affirme également Stuart Hall (2012).

5Quels sont plus précisément les modes de production de sens des images choc de guerre sur les plateformes socionumériques ? Comment s'intègrent-elles dans des interprétations idéologiques du conflit ? Cette recherche s'appuie sur une méthodologie hybride alliant l'ethnographie numérique (Hine 2000), l'analyse du discours numérique (Paveau 2017) et la sémio-pragmatique (Odin 2011).

6Après avoir présenté notre corpus et la méthodologie, nous analyserons la façon dont les internautes réinterprètent les images de la guerre en Ukraine en les redocumentarisant (Zacklad 2007). Nous nous appuierons pour ce faire sur le décryptage des modes d'éditorialisation de ces images, les émoticônes et les hashtags qui les accompagnent. L'analyse de ces traces techno-discursives de réception des images, couplée à l'analyse des commentaires dont elles font l'objet, permettra d'identifier les principaux modes de production de sens.

1. Corpus et méthodologie

1. 1. Une observation ethnographique entre bulles informationnelles, fausses informations, contenus sensibles et trolls

  • 1 Nous utiliserons par la suite les abréviations FB pour Facebook et OK pour Odnoklassniki.

7Dès le 24 février, nous avons entrepris un carnet d'observation des contenus en lien avec la guerre en Ukraine circulant sur le web, notamment dans les segments ukrainiens et russes de Facebook et Odnoklassniki.ru1. Une observation ethnographique au sein de ces plateformes, qui se distinguent fortement en tant que dispositifs informationnels et de par leurs ancrages idéologiques, nécessite non seulement d'objectiver les biais liés aux aspects techniques qui définissent les conditions de visibilité et de circulation des contenus, mais aussi de prendre en compte les aspects idéologiques opposant l'Ukraine à la Russie depuis 2014.

8Faisant depuis 2021 partie de Meta Platforms, le réseau social américain Facebook compte en juillet 2022 environ 15 millions d'usagers actifs en Ukraine, dont 75 % âgés entre 25 et 35 ans2. Depuis son interdiction en Russie en tant qu'organisation extrémiste le 21 mars 2022, Facebook a vu son audience russe chuter à 5,5 millions3.

  • 4 <https://medianation.ru/blog/smm/odnoklassniki-stoit-li-prodvigatsya-cherez-etu-sotsset­v-2022-godu/#yakor_2>, [consulté le 10/09/2022].

9Créé en 2006 et très populaire dans l'espace postsoviétique, Odnoklassniki.ru est un réseau social russe qui fait partie de la société VK. Il affiche environ 40 millions d'utilisateurs actifs au quotidien, dont 64 % sont âgés entre 25 et 54 ans4. Suite à l'annexion de la Crimée et l'invasion du Donbass au printemps 2014, les appels à boycotter cette plateforme se répandent en Ukraine. Depuis 2017, Odnoklassniki est officiellement bloqué depuis le territoire d'Ukraine sur la décision du Conseil national de sécurité et de défense.

  • 5 Expression de l'auteure.

10En passant en moyenne entre 2 et 4 heures par jour sur le web, nous avons récolté et sauvegardé des contenus ayant connu une large diffusion et suscité de nombreuses interactions. Notre carnet d'observation comporte des captures d'écran et des notes en lien avec ces captures, qui ont pris la forme d'un écrit d'étonnement5 de 1100 pages pour la période de fin février à début juin.

11Avant de passer à l'analyse des résultats, nous souhaitons signaler quelques limites de nos observations ethnographiques, liées aux algorithmes des plateformes. En effet, le fil d'actualité se forme sur Facebook à partir des activités de consultation et d'interaction de chaque usager individuel. De fait, chaque usager se retrouve enfermé dans une bulle informationnelle (Pariser 2011), qui correspond à son historique de navigation, son comportement en ligne et ses affinités pour des sujets. Ensuite, Facebook opère à la fois une modération automatique et une modération humaine des contenus. Certaines images sont ainsi identifiées comme contenus sensibles et nécessitent le consentement de l'usager sous forme d'un clic pour être affichées. D'autres images sont identifiées par la plateforme comme fausses. L'usager peut évidemment y accéder mais il est informé de la distance critique à adopter face à de tels contenus.

12À l'instar de Facebook, Odnoklassniki permet d'accéder au fil d'actualité des groupes, des amis et des abonnés. L'usager peut filtrer les contenus en fonction de leur type (photos, vidéos, streaming, jeux, cadeaux virtuels), ou par rapport aux actualités les plus discutées. Le réseau social affirme ne pas assurer de modération automatique des contenus et encourage les utilisateurs à signaler les contenus non conformes à la législation russe et aux règles de fonctionnement du réseau6. Des contenus signalés sont alors supprimés et les profils des utilisateurs concernés risquent d'être fermés.

13Enfin, les commentaires des images de guerre sont marqués par des pratiques de trolling, à savoir des propos injurieux, provoquants et malveillants ou tout simplement hors sujet dans le but de susciter la polémique ou de rompre les échanges (Paveau 2017). Dans les segments ukrainiens et russes du web, il s'agit le plus souvent d'une modalité de production technodiscursive déployée par des trolls professionnels qui vise à rompre avec le discours dominant, dans une stratégie de lutte informationnelle (Volkov 2018). Le « caractère hérétique » du message, indépendamment de son contenu, confère au troll, qu'il soit professionnel ou amateur, « une dimension d'autorité dans le champ informationnel » (ibid.).

1. 2. Une représentation visuelle de la guerre

14« Immanquablement prismatique » (Gervereau 2006 : 9), la représentation de la guerre se construit à partir de points de vue qui parfois se recoupent, et à partir d'images qui sont toujours des reflets fragiles, dépendants de la manière dont elles sont interprétées.

15Comme tout sujet récepteur et comme tout internaute, le chercheur est lui aussi pris dans ses schémas de perception et d'interprétation idéologiques et ses bulles informationnelles. Confrontée à la disparité des matériaux collectés et face aux particularités du discours numérique natif (Paveau 2017), nous avons opéré un certain nombre de choix lors de la constitution du corpus d'images.

  • 7 Pour avoir des « traces d'usage » plus systématiques des images, nous avons utilisé la fonctionnali (...)

16En effet, les premières images de l'invasion russe se référaient systématiquement aux victimes et aux destructions dans la lignée de la prismatique guerrière (Gervereau 2006). En partant de ce constat, nous avons retenu quatre photographies selon plusieurs critères : leur récurrence, voire viralité, au sein des plateformes étudiées (et ailleurs sur le web7), l'identité du producteur de l'image (agence, administration, amateur), et les propriétés énonciatives qui les inscrivent dans une « topique du sentiment » (Boltanski 1993). Pour cela, nous avons pris en compte le champ lexical mobilisé dans le technodiscours qui accompagne la circulation des images sur le web.

  • 8 Le corpus comporte des matériaux linguistiques en ukrainien et en russe. Les traductions d'exemples (...)
  • 9 Les mots clés traduits en français du russe et de l'ukrainien sont : boutcha + main + manucure (Ima (...)

17Une fois les images sélectionnées, nous avons constitué une collection de posts Facebook et Odnoklassniki8. Pour cela, nous avons complété en juillet 2022 les captures d'écran réalisées au moment des événements avec des posts issus d'une recherche par mots-clés à l'intérieur de chaque réseau socionumérique en retenant les 20 premiers résultats pour chaque image9. Chaque résultat comprend le post et le fil de discussion avec les commentaires, dont le nombre varie de 12 à 75 en fonction du post. Le nombre total des posts et des commentaires analysés est de 3307.

Image 1 : figure de la mort

Image 2 : figure de la victime

Image 3 : figure de la destruction

Image 4 : figure de l'évacuation

Contenu

La main d'Iryna Filkina tuée à Boutcha

Femme enceinte après le bombardement de la maternité de Marioupol

Le théâtre de Marioupol après le bombardement

L'évacuation à la gare de Kharkiv

Photographe/ Agence

Zohra Bensemra/ Reuters

Evgeniy Maloletka/AP

Administration régionale deDonetsk

Sergii Naumovych/FB

Date de prise

2/04/2022

9/03/2022

16/03/2022

6/03/2022

Nombre de posts et de commentaires Facebook

440

522

580

360

Nombre de posts et de commentaires Odnoklassniki

320

410

450

225

1. 3. #Boutcha, #Mariouol, #Kharkiv : les premières images choc de la guerre

18La première image du corpus renvoie à la figure de la mort. En effet, la photographie prise à Boutcha par Zohra Bensemra de l'agence Reuters représente une main féminine gisant par terre, avec une manucure rouge.

Figure 1. Capture d'écran sur Facebook

19La deuxième image incarne la figure de la victime. Prise par Evgeniy Maloletka pour Associated Press, elle donne à voir une jeune femme enceinte au visage taché de sang quittant la maternité de Marioupol après le bombardement. Rapidement, la protagoniste est identifiée : il s'agit de Marianna Podgourskaia, une influenceuse beauté sur Instagram. Cette identification devient importante dans les interprétations de l'image et de l'actualité qu'elle est censée illustrer.

Figure 2. Capture d'écran sur Odnoklassniki

20La troisième image représente les ruines du théâtre de Marioupol après un bombardement. Elle a été diffusée par l'administration régionale de Donetsk, puis reprise par plusieurs médias avec une référence à l'agence Reuters.

Figure 3. Capture d'écran sur Odnoklassniki

21Enfin, la quatrième image montre l'évacuation de la population à la gare ferroviaire de Kharkiv. Publiée par Sergii Naumovych, le défenseur des droits ukrainien sur son compte Facebook, l'image a ensuite fait le tour des médias sociaux.

Figure 4. Capture d'écran sur Facebook

  • 10 Le mode est une construction théorique visant à structurer en ensembles fonctionnels les processus (...)

22Pour nous aider à analyser les modes de production de sens de ces images sur les plateformes, au fur et à mesure des lectures des commentaires, nous avons construit une grille en nous appuyant sur une démarche de théorisation empirique et inductive dans la tradition sémio-pragmatique (Odin 2011). Nos observables sont les posts, les commentaires, mais aussi des techno-signes comme des émoticônes et des hashtags. Nos unités d'analyse comprennent : langue de la publication, rapport à l'énonciateur, rapport à l'information, relation affective, évaluation de la situation montrée et prise de position. Chaque unité nécessite une prise en compte des embrayeurs, des déictiques spatio-temporels, du champ lexical mobilisé, des figures de style, des dénominations des acteurs et des marqueurs d'hétérogénéité discursive. La figure 2 regroupe les indicateurs sémio-discursifs que nous avons repérés au fil des analyses pour caractériser chaque mode10 de production de sens des images.

2. Les « opérateurs de communication11 » des photographies de la guerre

2. 1. Donner du sens à des images choc en les éditorialisant

  • 12 « Redocumentariser, c'est documentariser à nouveau... en permettant à un bénéficiaire de réarticule (...)

23Les quatre images ont été partagées par les internautes telles quelles. Cependant, elles ont également fait objet d'une « redocumentarisation12 » qui se manifeste à travers l'ajout de nouveaux contenus textuels ou iconiques, d'émoticônes et d'hashtags, qui invitent les récepteurs à réinterpréter le sens donné à ce qui est partagé.

24L'énonciation visuelle de certaines images encourage l'éditorialisation. Ainsi, le recours au hors-champ dans la photographie de la main de Boutcha pousse le lecteur à reconstruire imaginairement la protagoniste, tout en empêchant l'identification des catégories d'âge ou de profession. La manucure rouge de l'image qui renvoie à un bien-être urbain, calme et sans engagement et le fait que la victime ait été identifiée facilitent la construction du récit personnalisé et contribuent à un mode affectif de production de sens. Avec diverses variantes, les internautes reprennent les témoignages des proches d'Irina Filkina, notamment de sa fille, pour éditorialiser l'image. Cela active les modes de l'authenticité et du témoignage. En parallèle, d'autres contenus iconiques additionnels montrent la femme en vie, à côté de sa fille, ou en train de se maquiller. La trame narrative mobilisée se résume par la légende : « Elle voulait tout simplement vivre » (Lana ProPodo, FB, 5/04/2022). La juxtaposition des représentations iconiques de la victime avant et après l'invasion contribue à la dramatisation des représentations de la guerre et cherche à susciter l'empathie du spectateur.

25Toutefois, la même image se trouve réinterprétée au sein d'Odnoklassniki à la lumière de la trame narrative proposée par des autorités russes, qui qualifient les meurtres de Boutcha de fake news. Accompagnée d'autres photographies prises dans la même ville, l'image a circulé comme une illustration parmi d'autres de la soi-disante propagande des autorités ukrainiennes. Cette éditorialisation traduit la réception de l'image selon un mode dénonciateur. En rejetant l'image produite par l'adversaire, les énonciateurs rejettent la signification que l'autre lui attribue.

  • 13 La photographie instaure de multiples relations entre plusieurs instances : le sujet énonciateur (c (...)

26Le dispositif d'énonciation de la figure 2 représente la femme enceinte après le bombardement de la maternité de Marioupol et instaure les conditions d'une rencontre des regards du sujet regardé et du sujet regardant13. Cela renvoie à la problématique du miroir et de la spécularité, susceptible d'activer le mode affectif et celui de l'authenticité. Cette image est principalement éditorialisée selon trois manières :

1/ un encadré noir rajouté en signe de tragédie et de deuil ;

2/ une insertion dans une série des photographies produites par les mêmes photographes sur les mêmes lieux, avec une visée documentaire ;

3/ une juxtaposition avec de photos du compte Instagram de la victime.

27Si les deux premiers procédés sont utilisés par des publications sympathisant avec l'Ukraine, le troisième est propre aux deux camps, mais avec des visées différentes. Les pro-Ukrainiens comparent des images de la victime avant et après le bombardement pour mettre en exergue la violence de la guerre. Les pro-Russes se servent de la même éditorialisation pour dénoncer le spectacle orchestré par des autorités ukrainiennes. Là encore, les internautes trouvent dans l'énonciation visuelle de l'image des éléments pour activer le mode dénonciateur de production de sens : la victime semble très calme et sans émotion, ce qui contraste avec la situation dramatique montrée. L'éditorialisation de l'image s'accompagne dans ce cas de nombreuses reprises de discours des autorités et des médias russes qui cherchent à démontrer la manipulation par l'image. L'identification de la victime et la représentation de la jeune femme en tant que blogueuse avec des produits de maquillage ou avec des produits pour bébé facilitent la dénonciation en mobilisant l'imaginaire associé à la figure d'influenceur : stratégies de communication et de marketing et mise en scène marchande.

28La photographie des décombres en fumée du théâtre de Marioupol (fig. 3) met l'internaute face à la destruction d'un lieu culturel. Aucun sujet humain n'apparaît sur l'image, celle-ci représente uniquement les ruines, la fumée qui continue à monter et la nature intacte qui contraste avec le bâtiment détruit. Les différentes formes d'éditorialisation de cette image activent le mode moralisant. En effet, la photographie est le plus souvent reproduite à côté d'une image de satellite qui attire l'attention sur le marquage au sol signalant la présence d'enfants. Le discours accompagnant dénonce le cynisme du pilote russe qui aurait jeté deux bombes malgré cette signalisation. La reprise de cette photographie par des publications pro-russes s'accompagne d'extraits de discours officiels russes qui affirment que l'explosion du théâtre aurait été provoquée de l'intérieur, par des combattants ukrainiens qui auraient enfermé les civils dans les sous-sols du théâtre. Ces posts comportent souvent des extraits de témoignages vidéo de soi-disants « survivants » qui attribuent la frappe à l'armée ukrainienne.

29Enfin, l'image 4, celle d'une évacuation de civils à la gare de Kharkiv, met en scène une foule qui s'entasse sur le quai. La prise de vue en plongée accentue l'importance de l'évacuation. Deux types d'éditorialisation caractérisent la circulation de cette image. Le premier intègre l'image dans une série de photographies montrant des résultats de frappes sur l'administration et des immeubles résidentiels de la ville, en activant le mode documentarisant. La deuxième éditorialisation juxtapose cette photographie aux photographies historiques illustrant l'exode au début de la Seconde Guerre mondiale, en activant le mode moralisant. Les deux éditorialisations s'accompagnent de témoignages de personnes ayant quitté la ville et donnent lieu à un mode intime et à celui du témoignage.

30L'énonciation visuelle des images du corpus ne les inscrit pas systématiquement au sein d'une « topique du sentiment » au sens de Boltanski, susceptible d'établir un lien de sympathie entre le sujet regardant et le personnage malheureux/la situation dramatique. La pluralité d'opérateurs de communication, constitués de mixtes de textes et d'images, accompagne la publication et la diffusion des photographies de guerre sur le web en activant un palimpseste de modes de production de sens.

2. 2. Les images choc au prisme des affects numériques

31Socialement construites, les émotions manifestent le psychisme du sujet, à la fois singulier et culturellement déterminé. Elles relèvent de savoirs et de croyances (Charaudeau 2005), impliquent une dimension de pouvoir (Dymytrova 2013), et renvoient à une représentation de la norme sociale qui « pour un temps au moins doit faire croire que l'usager des médias se trouve confronté à une situation émouvante » (Tétu 2004 : 14). Si le choc suppose « une émotion violente et soudaine, coup soudain qui frappe quelqu'un dans sa sensibilité, son psychisme » (Larousse 2022), l'analyse des réactions émotionnelles est un indicateur important des modes d'appropriation des images, même si l'expression des « affects numériques » (Alloing & Pierre 2017) est limitée par les fonctionnalités des plateformes.

32En effet, plusieurs commentaires évoquent la difficulté d'exprimer ses ressentis aussi bien avec des mots qu'avec les émoticônes disponibles tant les images heurtent les sensibilités des internautes :

1/ « Comme il est difficile de choisir le bouton qui serait approprié » (V. Litvinov, Image 3, FB, 10/03/2022)

2/ « La main n'arrive pas à cliquer sur un "like". Il faut inventer un bouton pour tout cela : horreur, compassion, honte, impuissance… » (O. Doudko, Image 1, FB, 6/04/2022)

3/ « Quand je vois « cela », je ne peux pas appuyer sur le bouton « like ». C'est une horreur et une compassion… La GUERRE est en cours et la plus Horrible depuis 1945 (la guerre d'Afghanistan et de Tchétchénie l'ont été aussi) mais celle-làHorreur ((((((((((( » (I. Privalov, Image 4, FB, 7/03/2022).

  • 14 Odnoklassniki propose 5 icônes : « like », « like privé » (visible uniquement par l'auteur de la pu (...)

33La réaction émotionnelle exprimée avec des émoticônes est néanmoins souvent en phase avec l'orientation idéologique de la publication. Les interprétations pro-ukrainiennes mobilisent une palette émotionnelle allant d'un simple « like » (« j'aime ») aux émoticônes exprimant le soutien, la tristesse et la colère. Les publications reflétant des interprétations pro-russes au sein d'Odnoklassniki14 sont le plus souvent accompagnés de « like », de « Waouh », « Je suis triste », « Choc ! » et « Haha ». Potentiellement émouvantes mais présentées dans le champ informationnel russe comme des mises en scène du pouvoir ukrainien, ces images sollicitent des réactions d'approbation et d'adhésion aux interprétations proposées par le discours officiel.

34Potentiellement a-politiques, les émoticônes sont ainsi investis d'une valeur politique et deviennent des opérateurs d'une communication idéologique. Ils permettent d'inscrire son ressenti face à l'image dans une norme sociale et d'exprimer son identité politique en la distinguant de celle de l'autre.

2. 3. Les hashtags comme opérateurs de positionnement idéologique

35Marqueurs de métadonnées assurant la fonction d'indexation des contenus, les hashtags qui accompagnent les images indiquent systématiquement le lieu géographique auquel la photographie renvoie : #Boutcha, #Mariouol, #Kharkiv. De tels hashtags contribuent au mode documentaire de production de sens de l'image.

  • 15 La répression systématique pour l'usage du mot « guerre » a commencé immédiatement après l'invasion (...)

36D'autres hashtags indexent les images en fonction des interprétations que leur donnent les internautes et constituent des opérateurs d'une communication idéologique. Ils reprennent les dénominations de l'événement en fonction de l'espace médiatique fréquenté : #warinukraine, #war ou #войнавукраине (#guerreenukraine) pour des internautes pro-ukrainiens, #спецоперация, (#opérationspéciale) pour les internautes pro-russes, l'usage du terme « guerre » étant interdit en Russie15.

37Les hashtags fonctionnent comme des « marqueurs définissant une communauté » et une « position dans un débat » (Bottini & Julliard 2017). Par exemple, des hashtags en anglais sur Facebook appellent à arrêter la guerre (#Stopwar, #nowar), à soutenir l'Ukraine (#Standwithukraine ; #SaveUkraine ; #natoclosethesky) ou désignent l'agresseur (#RuSSiaKills, #putin_terrorist). L'usage de l'anglais exprime la volonté d'interpeler l'opinion publique internationale et d'obtenir des soutiens.

38Du côté pro-russe, les hashtags au sein d'Odnoklassniki sont en russe, la langue principale de cette plateforme. Ils désignent l'événement en suivant sa dénomination officielle : #спецоперация (« opération spéciale ») et fonctionnent comme des slogans patriotiques, par exemple #zaРоссию (« pour la Russie ») ou #zаНаших (« pour les nôtres »). La lettre « z » absente dans l'alphabet cyrillique est devenue un symbole propagandiste de l’intervention russe et un signe de ralliement au Kremlin. Des hashtags propagandistes comportent des dénominations disqualifiantes vis-à-vis des Ukrainiens et leur armée, comme par exemple #укрофашисты (« fascistes ukrainiens ») ou #укронацисты (« nazis ukrainiens »). Les hashtags en anglais qui côtoient ces hashtags propagandistes marquent des contenus considérés comme faux : #fake, #fakenews ou #stopfake.

39Toutefois, la langue du hashtag ne joue pas systématiquement un rôle discriminant par rapport à l'identité politique et le positionnement idéologique de l'énonciateur. Si l'usage de l'ukrainien exprime l'appartenance nationale, l'usage du russe est plus clivant. Il peut renvoyer aussi bien à une position pro-Kremlin qu'à une position engagée envers la libération de l'Ukraine. Car beaucoup ont fait un choix délibéré de s'adresser aux Russes en leur langue pour appeler à l'arrêt de l'invasion.

3. Une image face à une diversité des modes de production de sens

40Publiées et relayées par divers médias et individus, les images étudiées visent la communication d'informations sur le réel. Plus ou moins développés, intégrant des hyperliens, des images, des émoticônes et du texte, les commentaires des internautes portent aussi bien sur le fait ou l'événement que sur le contenu. Pour autant, ces photos appellent-elles à recourir au mode documentarisant au sens de R. Odin ? Ce dernier suppose la construction d'un énonciateur réel, interrogeable en termes d'identité, de faire et de vérité, mobilisant une conception du discours fondée sur la revendication de vérité et d'objectivité. Par exemple, le commentaire de l'image 2 renvoie à ce mode, considérant l'image en tant que preuve documentaire : « Quels documents meurtriers des crimes » (E. Zavelsky, Image 2, FB, 9/03/2022).

  • 16 Lorsque les internautes n'ont pas accès aux informations sur l'identité réelle ou fictive de l'inte (...)

41Toutefois, les images apparaissent souvent sans mention de nom du photographe et/ou de l'agence. C'est le sujet montrant qui porte aux yeux de sa communauté une certaine responsabilité concernant les contenus relayés. Cela rend d'autant plus important le discours accompagnant l'image, qui permet d'exprimer son attitude envers celle-ci et d'indiquer la signification conférée à l'acte de montrer. En effet, l'identité du sujet montrant, disponible grâce à son profil, et les relations avec sa communauté sont fréquemment interrogées par les internautes par le biais d'interpellations concernant sa situation géographique, son origine ethnique, son appartenance linguistique et culturelle16.

42Le mode documentarisant suppose également de pouvoir répondre à la question concernant le « faire », à savoir comment l'image a été obtenue. En effet, les conditions de prise des images et leur véracité sont systématiquement interrogées par des internautes qui soutiennent l'intervention militaire. Les images sont alors qualifiées de « fake » et de mises en scène programmées afin de manipuler l'opinion publique. Les internautes remettent en question la fiabilité de l'information en reproduisant des explications et des arguments apportés par les autorités et médias russes : « Si son corps était resté dans la rue pendant un mois, on ne la reconnaîtrait plus, le corps se décomposerait… C'est encore un fake pour accuser les Russes… » (SFSL – Svobodnyi Forum, Image 1, OK, 9/04/2022).

43Ainsi, deux attitudes face aux images se dégagent de nos analyses : l'adhésion et le rejet. Si la première relève de l'identification positive, la deuxième renvoie à l'identification négative, qui repose sur une logique de dénonciation ou de dénégation. Par exemple, un internaute répond ainsi à un commentaire qualifiant l'image 3 de fake : « On sort des corps des enfants des décombres. Googlez : il y a des photos et des vidéos. Ce sont des Ukrainiens qui ont fait ça pour remporter plus vite la victoire ? » (Ira Zemer, Image 3, FB,16/03/2022). Les images de la guerre comportent une dimension performative de persuasion, susceptibles d'amener les internautes à exprimer et à affirmer leur identité politique en les engageant moralement.

44Ces modes de production de sens cohabitent avec le mode affectif, activé par des émoticônes mais aussi par des commentaires, à l'instar de celui-ci : « Pas de mots. Mon âme saigne… Comment est-ce possible ? ? ? » (Vybor, Image 1, OK, 6/04/2022). À son tour, le mode de l'authenticité caractérise les commentaires dans lesquels les internautes cherchent dans leurs propres vies ce qu'ils ont en commun avec le sujet montrant ou le sujet montré et s'identifient avec ces derniers. Une relation affective interdit alors tout questionnement en termes de vérité : « Et moi, je vois cela et mon cœur bat trop fort, car j'entends une alarme anti-bombardement ! J'ai moi aussi le vernis rouge aujourd'hui… » (Chesnyi razgovor, Image 1, OK, 25/05/2022).

45Le mode de l'authenticité côtoie le mode intime lorsque les commentaires des images se réfèrent à des situations personnelles : « Quand je regarde les photos, j'ai peur de voir les visages des proches et des connaissances » (Svetlana Panina, Image 2, FB, 9/03/2022).

  • 17 Cette fusion des mots « russe » et « fasciste » dénomme d'une manière péjorative ceux qui soutienne (...)

46À côté de ces modes de production de sens, nous retrouvons celui du témoignage, qui se manifeste par un investissement affectif fort et la construction d'un énonciateur questionnable en termes d'identité et de vérité. À travers leurs commentaires, les internautes témoignent de ce qu'ils ont vu en tant que protagonistes de l'événement : « Je suis médecin et je travaille avec des patients de Chernihiv, Kharkiv, Mariouol… Que voulez-vous me prouvez ? Qu'une meuf rachiste17 sait mieux ce qui se passe dans mon pays, mieux que moi ou les gens qui ont quitté leurs villes détruites ? » (Meduza.io, Image 1, FB, 7/04/2022).

  • 18 Une dénomination péjorative de V. Poutine.

47Enfin, le mode moralisant intervient fréquemment dans les discussions en ligne suscitées par les images de la guerre. Il interroge l'énonciateur non seulement en termes d'identité et de faire, mais surtout en termes de valeurs. Les raisons de publication d'une image sont interrogées par les internautes, qui cherchent à savoir quelle valeur ils doivent conférer à l'image et son discours accompagnateur : affirmation d'une identité politique, acte de propagande, révélation d'une vérité cachée ou dénonciation. Par exemple, un internaute reprend la justification de l'intervention avancée par des autorités russes ainsi que le vocabulaire propagandiste(« territoire historique », « nazisme ») dans le commentaire de l'image 4 : « Nous sommes Russes ! Et nous sommes fiers de ce nom, nous sommes fiers de notre Patrie et de notre Armée ! On ne changera pas de voie et on ne s'arrêtera pas à mi-chemin… Alors les Russes en avant ! Il faut mettre fin au nazisme en Ukraine une fois pour toutes. La Russie a le droit de mettre de l'ordre sur son territoire historique. Et malheur à celui qui cherchera à empêcher la Russie » (Chrezvychainyi i polnomochnyi Z, Image 4, OK, 7/03/2022). Les images des victimes ne semblent pas provoquer dans ce cas d'effets d'identification. Au contraire, nous observons des discours rejetant l'autre et le stigmatisant avec des formules telles que « nazis » ou « proaméricains », véhiculées par la propagande russe. Inversement, un internaute pro-ukrainien reproduit des éléments de discours des autorités ukrainiennes (« crimes », « génocide »), tout en utilisant la dénomination péjorative populaire de V. Poutine : « Ils pensent que le monde entier vit et tue comme eux et qu'on les remerciera pour des crimes contre les enfants et la population civile. Le génocide du peuple ukrainien a lieu à cause de leur silence et du soutien qu'ils expriment à leur "Puilo"18 » (Olia Poliakova, Image 2, FB, 9/03/2022).

48Nos analyses identifient ainsi plusieurs modes d'appropriation des images, com­ prenant des registres personnels comme le mode intime, le mode affectif, le mode du témoignage ou le mode de l'authenticité, ainsi que des registres se prêtant à des controverses et des polémiques comme le mode documentarisant, le mode dénonciateur et le mode moralisant (fig. 5).

  • 19 #Pourlavérité.
  • 20 #PourlaRussie.

Mode documentarisant

Énonciateur reconnu comme réel

Partage de l'image sans commentaire/modification Émoticône d'approbation

Hashtag avec des déictiques spatio-temporels (#marioupol) Revendication de vérité et d'objectivité

Mode dénonciateur

Doute sur l'identité de l'énonciateur

Ajout des contenus iconiques et textuels (par ex., bandeau « fake ») Émoticône de désapprobation (par ex., « Colère, "Choc !") Hashtags signalant le contenu mensonger (#fake, #zаправд19) Champ lexical de la colère/l'énervement

Références à des discours des personnalités politiques et des médias Dénonciation de propagande

Mode affectif

Énonciateur reconnu comme réel Diversités des émoticônes

Hashtags émotionnés (#terror, #horror, #PrayforUkraine) Champ lexical de l'émotion

Usage de majuscules et de signes de ponctuation Compassion

Mode de l'authenticité

Énonciateur reconnu comme réel Diversités des émoticônes Hashtags émotionnés

Champ lexical de l'émotion Revendication de vérité et d'objectivité

Identification avec l'énonciateur ou le personnage représenté

Mode intime

Énonciateur reconnu comme réel Diversités des émoticônes Absence d'hashtags

Embrayeur de personne Champ lexical de l'émotion

Références à son vécu personnel et subjectif

Mode du témoignage

Énonciateur reconnu comme réel Embrayeur de personne Déictiques spatio-temporelles

Références à ses proches et à ses connaissances Partage du vécu personnel et subjectif

Mode moralisant

Énonciateur reconnu comme réel

Hashtags slogans (#StopPutin, #StandwithUkraine, # zаРоссию20) Lexique injurieux

Parole rapportée (autorités, personnalités publiques, médias) Références à des événements et personnages historiques, des faits culturels

Polémique et dénonciation

Figure 5. Indicateurs sémio-discursifs des modes de production de sens des images

Conclusion

49La mise en perspective de l'appropriation des photographies de la guerre d'Ukraine par des internautes pro-ukrainiens et pro-russes de Facebook et d'Odnoklassniki illustre une lutte pour la signification, tant les discours qui leur sont associés divergent en fonction des positions prises. Les mêmes images vont tantôt chercher à « faire preuve » en montrant les conséquences dramatiques de la guerre sur la population dans le cadre d'une « topique du sentiment », tantôt chercher à nier la guerre en dénonçant une manipulation par l'image ou en remettant la responsabilité de la situation sur l'adversaire.

50Les discours numériques autour des images de la guerre expriment la confrontation des identités politiques et manifestent une conflictualité propre à l'espace public. En effet, les images analysées s'intègrent parfaitement dans les cadrages et les interprétations idéologiques antagonistes du conflit en cours. Les discours accompagnateurs abondent en citations des responsables politiques et des médias propres à chaque belligérant. Les hashtags, les émoticônes et les éditorialisations des images en fonction des interprétations que leur donnent des internautes constituent des opérateurs d'une communication idéologique, qui matérialisent le rapport imaginaire des individus à la guerre en cours. À travers ces opérateurs, les idéologies interpellent les internautes et les « recrutent comme leurs "auteurs", leurs sujets essentiels » (Hall 2012).

51En représentant un « événement morcelé » (Lamizet 2006 : 135), les images choc analysées se présentent comme des prétextes pour discuter d'une actualité brûlante et prendre position. Elles circulent sur les plateformes comme des symboles de la guerre, suscitant l'adhésion ou le rejet des internautes en fonction des identités politiques dont ils sont porteurs et des discours politiques et médiatiques auxquels ils sont exposés. Les images choc scandent ainsi l'espace numérique de représentations identifiables, interprétables et reconnaissables en mettant en œuvre les représentations de l'idéal politique et de l'engagement qui fondent les identités politiques (Dymytrova 2011).

Haut de page

Bibliographie

Alloing Camille & Pierre Julien, 2017, Le Web affectif : une économie numérique des émotions, Paris, INA.

Althusser Louis, 1970, « Idéologies et appareils idéologiques d'État », La Pensée, 151 (repris dans Positions, 1976), Paris, Éditions Sociales, 67-125.

Barthes Roland, [1980] 2002, « La chambre claire. Note sur la photographie », in Barthes Roland, Œuvres complètes, V, Paris, Seuil.

Beaudouin Valérie, 2002, « De la publication à la conversation : lecture et écriture électroniques », Réseaux, 116, 6, 199-225.

Bonino Antoine, 2017, « L'autorité sans l'auteur : l'économie documentaire du web selon Google », Communication & langages, 2/192, 47-65.

Bottini Thomas & Julliard Virginie, 2017, « Entre informatique et sémiotique. Les conditions techno-méthodologiques d'une analyse de controverse sur Twitter », Réseaux, 4/204, 35-69.

Charaudeau Patrick, 2005, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

Dymytrova Valentyna, 2011, Identités politiques, discours et médias : le cas de la Révolution orange, Thèse de doctorat, Université Lyon 2.

Dymytrova Valentyna, 2013, « La construction sémio-discursive de l'émotion dans la presse écrite », in Vacher Béatrice et al. (dirs), Communication et débat public : les réseaux numériques au service de la démocratie ?, Paris, L'Harmattan, 203-211.

Elias Norbert, 2012, la solitude des mourants, Paris, Christian Bourgois éditeur.

Gervereau Laurent, 2006, Montrer la guerre ? Information ou propagande, Paris, Isthme Éditions.

Hall Stuart, 2012, « Signification, représentation, idéologie : Althusser et les débats poststructuralistes », Raisons politiques, 24/48, 131-162.

Hine Christine, 2000, Virtual ethnography, London, Sage.

Jost François, 2006, « Les images du 11 septembre sont-elles des images violentes ? » in Dayan Daniel (dir.), 2006, La terreur spectacle. Terrorisme et télévision, Bruxelles, De Boeck-INA.

Lamizet Bernard, 2006, Sémiotique de l 'événement, Paris, Lavoisier.

Marion Philippe, 2003, « Médiagénie de la polémique. Les images "contre" : de la caricature à la cybercontestation », Recherches en communication, 20, 127-153.

Odin Roger, 2011, Les espaces de communication, Grenoble, PUG.

Pariser Eli, 2011, The Filter Bubble, Londres, Penguin Books.

Paveau Marie-Anne, 2017, L'analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

Taïeb Emmanuel, 2015, « Faut-il montrer les images de violence ? », <laviedesidees.fr>, [consulté le 10/09/2022].

Tétu Jean-François, 2004, « L'émotion dans les médias », Mots. Les langages du politique, 75, 9-19.

Tréhondart Nolwenn, Saemmer Alexandra & Cordier Anne, 2022, « Appel à contributions Semen n° 53 : L'interprétation des images choc : signes, filtres, idéologies », <http://crem.univ-lorraine.fr/recherche/appels-a-contributions/1interpretation-des-images-choc-signes­filtres-ideologies>, [consulté le 10/09/2022].

Volkov Roman, 2018, « La stratégie du troll : que visent les objectifs de la lutte informationnelle russe ? », Revue Défense nationale, 5/810, 128-132.

Zacklad Manuel, 2007, « Réseaux et communautés d'imaginaire documédiatisées », in Skare R. et al. (dirs), A Document (Re)turn, Frankfurt am Main, Peter Lang, 279-297.

Haut de page

Notes

1 Nous utiliserons par la suite les abréviations FB pour Facebook et OK pour Odnoklassniki.

2 <https://plusone.com.ua/research/>, [consulté le 10/09/2022].

3 <https://www.rbc.ru/technology_and_media/20/03/2022/62349dae9a7947e973dbb666>, [consulté le 10/09/2022].

4 <https://medianation.ru/blog/smm/odnoklassniki-stoit-li-prodvigatsya-cherez-etu-sotsset­v-2022-godu/#yakor_2>, [consulté le 10/09/2022].

5 Expression de l'auteure.

6 <http://odnoklassnikihelp.com/pravila-polzovaniya-odnoklassnikami/>, [consulté le 10/09/2022].

7 Pour avoir des « traces d'usage » plus systématiques des images, nous avons utilisé la fonctionnalité « Recherche par image » de Google Search Image en la configurant par langue (russe et ukrainien) et zone géographique (Fédération de Russie et Ukraine). Tout en acceptant l'opacité et les limites de l'algorithme de Google (Bonino 2017), nous avons réussi à avoir une certaine idée de la notoriété et de la circulation des images (entre 1200 et 2790 résultats pour chaque image et dans chaque langue)

8 Le corpus comporte des matériaux linguistiques en ukrainien et en russe. Les traductions d'exemples ont été assurées par nos soins.

9 Les mots clés traduits en français du russe et de l'ukrainien sont : boutcha + main + manucure (Image 1), bombardement + maternité + marioupol (Image 2), bombardement + théâtre + marioupol (Image 3) et évacuation + gare + kharkiv (Image 4).

10 Le mode est une construction théorique visant à structurer en ensembles fonctionnels les processus de production de sens (Odin 2011 : 46).

11 Le terme « opérateur de communication » désigne « tout ce qui, dans un espace donné, sur l'axe de pertinence retenu, est utilisé par les actants pour permettre la communication » (Odin 2011 : 89).

12 « Redocumentariser, c'est documentariser à nouveau... en permettant à un bénéficiaire de réarticuler les contenus sémiotiques selon son interprétation et ses usages à la fois selon la dimension interne et externe » (Zacklad 2007).

13 La photographie instaure de multiples relations entre plusieurs instances : le sujet énonciateur (celui qui a pris l'image), le sujet montrant, le sujet regardant et, éventuellement le sujet regardé (Barthes 1980, 2002).

14 Odnoklassniki propose 5 icônes : « like », « like privé » (visible uniquement par l'auteur de la publication), « Je suis triste », « Waouh » (en russe « Ouh ty », une interjection qui exprime une grande surprise proche de l'admiration pour quelque chose d'inhabituel), « Haha » et « C'est mignon ». L'espace des commentaires dispose d'une plus large palette d'emojis parmi lesquels « Choc », « Tristesse », « J'adore » ou « Super ».

15 La répression systématique pour l'usage du mot « guerre » a commencé immédiatement après l'invasion, le 24 février 2022. Elle se traduit par l'adoption, le 4 mars, des lois interdisant les « fake news » concernant « l'opération militaire spéciale ».

16 Lorsque les internautes n'ont pas accès aux informations sur l'identité réelle ou fictive de l'interlocuteur (comptes fermés, trolls), en particulier lorsque celui-ci défend une position différente ou opposée, l'énonciateur n'est pas questionnable en termes d'identité et de vérité, ce qui remet en question l'interprétation de l'image selon le mode documentarisant

17 Cette fusion des mots « russe » et « fasciste » dénomme d'une manière péjorative ceux qui soutiennent le Kremlin

18 Une dénomination péjorative de V. Poutine.

19 #Pourlavérité.

20 #PourlaRussie.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Capture d'écran sur Facebook
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 2. Capture d'écran sur Odnoklassniki
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 3. Capture d'écran sur Odnoklassniki
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Figure 4. Capture d'écran sur Facebook
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentyna Dymytrova, « #Boutcha, #Mariouol, #Kharkiv : une analyse des modes de production de sens des photographies de guerre au prisme des discours numériques »Semen, 53 | 2023, 69-85.

Référence électronique

Valentyna Dymytrova, « #Boutcha, #Mariouol, #Kharkiv : une analyse des modes de production de sens des photographies de guerre au prisme des discours numériques »Semen [En ligne], 53 | 2023, mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/semen/18837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.18837

Haut de page

Auteur

Valentyna Dymytrova

Université Lyon 3, ELICO

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search