Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Dossier thématiqueDu #Chadolf #Kitler au #NeinNeinC...

Dossier thématique

Du #Chadolf #Kitler au #NeinNeinCat : réinterpréter le nazisme au prisme des chatons mignons

Justine Simon
p. 87-108

Résumés

Dans un contexte de circulation débordante d'images violentes, cet article analyse les mécanismes d'appropriation, de reformulation, de partage et d'interprétation de l'imagerie de chats à la petite moustache noire ou à la patte avant-droite levée faisant référence au Führer du Reich allemand, qui envahissent les réseaux socionumériques. À partir d'une méthodologie hybride alliant analyse du discours numérique et étude de la réception, la vira­ lité du #Chadolf#Kitler est examinée afin de saisir les dangers et les enjeux de ces pratiques participatives, oscillant entre aliénation nazie mémétique et dénonciation de la violence.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cela fait plus de 10 ans que circule l'imagerie que nous nommons #Chadolf#Kitler sur les réseaux socionumériques. Ce phénomène correspond à un mécanisme viral d'appropriation, de reformulation et de partage d'images de chats assimilés au Führer du Reich allemand. Chat noir et blanc affublé d'une petite moustache et d'une coiffure à la Adolf Hitler, photographié ou décliné sous forme de mème, chat filmé en train de s'étirer comme s'il réalisait un salut nazi, montage vidéo avec bande-son de marche militaire allemande, etc. : les formats sont variés, évoluent avec les technologies, traversent les plateformes, les médias et aussi les frontières, et surtout… interpellent fortement. Comment des images de « chatons mignons » – images qui, d'emblée, sont loin d'être « choquantes » – participent-elles à la réinterprétation ambiguë du nazisme à l'heure actuelle ?

  • 1 Selon Dominique Serre-Floersheim, « l'antisémitisme revient, les chiffres le confirment. […] il est (...)

2Dans un contexte socionumérique de mobilisations fortes de l'extrême droite1 – le « continent noir du médiactivisme » (Cardon & Granjon [2010] 2013 : 8) –, les racistes, antisémites, misogynes, homophobes ne cessent de créer et de réinventer du contenu haineux en tentant d'échapper à la censure des plateformes mais aussi au signalement judiciaire pour incitation à la haine. Cependant, peut-on considérer que la simple publication d'une image de chat, retouchée ou non, puisse constituer une infraction ? Il existe toute une panoplie de stratégies permettant de se déresponsabiliser d'une intention malveillante sous couvert d'humour ou de satire. La forte circulation des images de #Chadolf#Kitler mérite ainsi une attention particulière : ces publications correspondent-elles à de simples plaisanteries ou se mettent-elles au service d'une mouvance néo-nazie ?

3Cet article étudie les différentes configurations communicationnelles dans lesquelles l'imagerie du #Chadolf#Kitler s'inscrit au sein de trois réseaux socionumériques ouverts au grand public (Twitter, Instagram et TikTok) : discours de haine assumée, discours de haine dissimulée, désamorçage de la haine grâce au second degré, dénonciation de formes de violence. À partir de l'étude de marques discursives, il examine comment des stratégies de l'image choc sont mises en place. Une expérimentation auprès d'étudiants prolonge cette réflexion.

  • 2 L'analyse du discours proposée dans cet article considère le discours comme plurisémiotique et hype (...)

4La démarche scientifique se construit au carrefour des sciences de l'information et de la communication, de l'analyse du discours numérique et de l'étude de la réception. Elle porte un regard critique sur l'évolution des logiques informationnelles et communicationnelles des réseaux (enfermements idéologiques, agressivité en ligne, infox, domination des GAFAM, mobilisations collectives, impératifs de visibilité, économie des émotions, etc. ; Allard 2021 ; Alloing & Pierre 2017 ; Badouard 2017 ; Gomez-Mejia 2016 ; Mercier 2018b). Elle a pour but de s'intégrer à un projet d'éducation critique aux médias en contexte numérique (Cordier 2020 ; Dagnaud 2013 ; Darras 2020 ; Jehel & Gozlan (dirs) 2019 ; Jehel & Saemmer (dirs) 2020 ; Saemmer & Tréhondart 2020 ; 2022). Elle accorde un intérêt prononcé au questionnement de la « culture participative » en contexte numérique (Bourdaa 2021 ; Gunthert 2015 ; Jenkins [2006] 2013.) ainsi qu'à l'écriture hypertextualisée (Paveau 2017 ; Saemmer 2015 ; Simon (dir.) 2018 ; Souchier, Candel & Gomez-Mejia 2019). La recherche articule plusieurs approches analytiques : sémiodiscursive, interdiscursive et argumentative2.

5L'article se compose de trois parties. Une première partie se consacre à la présentation de la méthodologie employée. À partir de marqueurs discursifs, il analyse ensuite les différents positionnements argumentatifs des discours socionumériques engagés pour ou contre différentes formes d'idéologies pro-nazies. Il synthétise enfin l'étude de réception menée auprès d'un public étudiant en soulignant la dimension énonciative et émotionnelle des discours.

1.Viralité du #Chadolf #Kitler : préoccupations méthodologiques

1. 1. Analyse de discours socionumériques : présentation du corpus #Chadolf #Kitler

6Plusieurs travaux se sont penchés sur les modalités d'écriture propres aux dispositifs socionumériques tels que Twitter (Bigey & Simon 2018 ; Jackiewicz 2018 ; Julliard 2016 ; Mercier 2018a.), Instagram (Ciranna 2020) et TikTok (Allard 2021). La première approche analytique du partage viral d'images de #Chadolf #Kitler s'inscrit dans la continuité de travaux portant sur le partage d'images en contexte socionumérique (Simon 2017 ; 2019a ; 2019b ; 2020). Le choix s'est porté sur ces trois réseaux en raison du caractère ouvert au grand public et de la place privilégiée donnée à l'image.

  • 3 Ce travail portant sur les chats nazis s'inscrit au sein d'une recherche plus large portant sur la (...)

7Un corpus de 447 publications a été construit à partir de Twitter (176), lnstagram (176) et TikTok (95) sur une période allant du 16 janvier 2012 au 27 mars 2022 (cf. annexe 1). Les déclinaisons des mots-clés suivants ont été utilisées pour effectuer les recherches : Chadolf, Catolf, Kitler, Kittler, Kittler cat, Kittler kitty, Führer cat, Hitler cat, Cat Hitler, Fascist cat, Gato nazi, Chat nazi, Nazi cat. Toutes les publications ont été réunies de manière chronologique dans trois fichiers spécifiques (un par réseau). Des captures d'écran (photo et vidéo) ont été réalisées et les liens ont été conservés3.

8Sans nous attarder sur la question de l'humour et des formes de références à l'idéologie nazie qui font l'objet de la partie 2, nous proposons un aperçu rapide des thématiques et des formes d'expression privilégiées au sein de ces trois réseaux. Sur Twitter, la problématique politique se détache clairement. Pour 18 % des publications, il est question des événements suivants : épisode de la quenelle antisémite de Dieudonné, gestion du parti FN par Jean-Marie Le Pen puis du RN par sa fille, chats de Marine Le Pen, candidature de Zemmour aux présidentielles de 2022, attaque de l'Ukraine. Une seule publication traite de politique sur TikTok, et aucune sur Instagram. Les autres thématiques abordées sont la maltraitance animale (quatre publications en tout), la crise sanitaire et le confinement (une publication sur Instagram et une sur TikTok), ainsi que le shopping (tee-shirts et figurines de #Chadolf#Kitler : six publications sur Instagram). Plus de 70 % des publications sur Instagram concernent la vie privée quotidienne des internautes (photos ou vidéos de leur chat personnel mis en scène avec 8,5 % de publications où la personne est photographiée ou filmée avec le chat). Les représentations de chats privés (originaux, uniques, et non de visuels de chats nazis circulant de manière mémétique) correspondent à 43 % des publications sur TikTok et 9 % sur Twitter.

  • 4 La mémétique est une expérience sociale au sein de communautés virtuelles de partages et de déclina (...)

9Pour ce qui est des mèmes de chats nazis, il existe deux usages distincts4 : l'un reposant sur un principe de « réplication » (mème statique circulant « à l'identique ») et l'autre de « variation » (mème remixé, altéré « par réplication »). Cinq images circulent de manière forte dans notre corpus selon ces deux principes (des noms ont été donnés à ces chats fortement repris ; cf. annexe 3).

10D'autres formes d'imageries reposent sur des phénomènes d'interdiscursivité : détournements de chats connus du web - comme le Grumpy cat et le Nyan cat que l'on retrouve dans le corpus issu d'Instagram - ou références à certaines œuvres littéraires ou issues de la culture populaire. Parmi les différentes références culturelles détournées dans les mèmes, on retrouve Minecraft, Alf (Twitter) et Starwars (TikTok). Et en dehors des mèmes, d'autres références interdiscursives sont également reprises, comme par exemple l'œuvre Maus d'Art Spiegelman et la bande dessinée Le Retour à la terre de Manu Larcenet et Jean-Yves Ferry.

1. 2. Étude de réception d'un #Chadolf#Kitler : présentation de l'expérimentation

  • 5 Les Bachelors universitaires de technologie (BUT) sont les nouvelles formations en trois ans propos (...)
  • 6 La publication est accessible via le lien suivant : https://twitter.com/sandruisseau/status/1465668 (...)

11L'étude de réception menée en parallèle a été réalisée auprès de 63 étudiants inscrits en première année de BUT Information-Communication5. L'objectif était de confronter les points de vue dans une approche interprétative proche de la « sémiotique sociale » employée par Alexandra Saemmer et Nolwenn Tréhondart (2020 ; 2022 ; Bigey 2018). Une capture d'écran d'un tweet représentant un #Chadolf#Kitler a été partagée (le « Chadolf aux poils longs » présenté en annexe 3). Le tweet date du 30/11/2021 et émane d'un compte parodique, celui de « Sardine Ruisseau (parodie) » (ou @sandruisseau6). Géré par des militants d'extrême droite, ce compte vise à se moquer de la personnalité écoféministe de Sandrine Rousseau de manière railleuse et parfois agressive. L'image partagée résulte d'un processus de circulation mémétique. Reposant sur un phénomène d'intertextualité, elle représente un chat noir et blanc dont la robe et la posture évoquent le leader nazi (coupe de « cheveux » à la Hitler, tache noire au niveau du museau et patte droite levée). Au niveau du discours d' escorte, il est question de l’officialisation de la candidature d'Éric Zemmour à la présidentielle 2022 : « Depuis qu'il a entendu le discours de Zemmour, mon chat veut envahir la Pologne. Que puis-je faire pour le déconstruire de toute urgence ? » (métriques relevées au 2022-03-02 : 86 réponses ; 259 retweets ; 26 tweets cités ; 1 988 j'aime). La projection du discours de la personnalité politique exploite une formule stéréotypée de l'invasion de la Pologne (autre élément intertextuel très repris) et repose sur une personnification du chat qui serait influençable politiquement.

12L'expérimentation pédagogique avait pour but d'introduire par induction un certain nombre de concepts propres à la culture numérique (identité numérique, circulation de l'information, technodiscursivité, polémicité, web affectif). Les captures d'écran de publications ont été projetées sur un grand écran. Les étudiants avaient 5 minutes pour réagir par écrit sur chaque image. La saisie s'est faite directement sur Sphinx de manière anonyme, sous forme de réponses ouvertes. Pour chaque image, trois blocs de questions identiques guidaient la réception :

– Question 1 : À ton avis, de quel événement sociopolitique s'agit-il ? Peux-tu le contextualiser (date, lieu, personnes impliquées) ?

– Question 2 : À ton avis, pourquoi cette image (ou des images similaires) a-t-elle beaucoup circulé sur les réseaux sociaux ?

– Question 3 : Face à cette image, quel est ton ressenti ? Qu'en penses-tu ? Quelles sont tes réactions d'un point de vue cognitif, sensoriel, idéologique, affectif ? Aurais­ tu envie de liker le contenu, de le commenter, de le partager ?

13D'autres données annexes ont été collectées afin de pouvoir croiser les résultats (sexe, fréquence de suivi de l'actualité sociopolitique, fréquence de connexion sur les réseaux socionumériques et centres d'intérêt). Les 63 réponses aux trois questions correspondent à 3 448 mots. L'analyse de ce corpus de réponses est présentée dans la dernière partie de cet article.

2. Analyse de discours socionumériques : entre aliénation nazie mémétique et dénonciation de la violence

2. 1. Positionnement, matérialité, discours de haine dissimulée et humour : difficultés d'analyse des discours socionumériques

  • 7 Avec Ruth Amossy (2000), nous considérons l'argumentation comme faisant partie du fonctionne­ ment (...)

14Étudier les réseaux socionumériques invite à prendre en considération à la fois les éléments contextuels des publications (nature du compte, statistiques liées au compte, date de publication, géolocalisation, métriques, contraintes propres à la plateforme) et les éléments signifiants du point de vue de la construction du discours. En analyse du discours, ces données d'ordre socio-communicationnel sont considérées comme entrant dans un rapport de réciprocité avec la composition même du discours. Pour Patrick Charaudeau (2006a), le positionnement du sujet énonciateur dépend à la fois de ces contraintes situationnelles et des choix stratégiques qu'il opère au niveau de la construction de son discours selon l'enjeu de l'échange. En analyse du discours numérique (Paveau 2017), il s'agit de bien prendre en considération sa double composante, technologique et plurisémiotique. La dimension technologique englobe les contraintes et opportunités offertes par le dispositif socionumérique, les parties qui peuvent être modifiées ou enrichies par l'utilisateur (nom, image utilisateur, paramètres du compte), par la communauté (partage, commentaire, action sur les technoboutons) ou par la plateforme (suppression) ainsi que la transmédialité (partage en dehors du dispositif initial). La dimension plurisémiotique s'intéresse à l'unité technodiscursive de la publication combinant discours d'escorte et image. Interpréter le positionnement discursif et argumentatif défendu7 sur les réseaux consiste donc à analyser les procédés technodiscursifs en lien avec les conditions socio-communicationnelles de production et de réception. Ces conditions sont parfois extrêmement difficiles à saisir dans le cadre de notre analyse. Beaucoup de comptes utilisent le pseudonymat et ne donnent pas d'indications sur leur appartenance sociale ou géographique.

  • 8 TikTok est caractérisé par la pratique du mashup vidéo permettant la diffusion en boucle d'un monta (...)

15Au niveau de la construction du discours, les dispositifs socionumériques ne cessent de développer de nombreuses fonctionnalités permettant de mobiliser des contenus variés du point de vue de la matérialité plurisémiotique (à la fois au niveau de l'espace prévu pour l'insertion du texte – le discours d'escorte – qu'au niveau de 1'« image », au sens large) : liens URL, technosignes (hashtags et mentions), emoji, images fixes, compilations d'images, GIFs, vidéos, bruitages, musiques. Certaines plateformes, comme TikTok, offrent la possibilité de réaliser des vidéos remixées8. La variété et la nouveauté de certaines pratiques sémiodiscursives invitent à dépasser un cadre méthodologique traditionnel. Toute trace discursive, quelle que soit sa nature, peut être considérée comme une marque signifiante, et celle-ci est elle-même dépendante des contraintes instituées par le dispositif socionumérique dans lequel elle s'inscrit. Dans le cadre de notre étude, un certain nombre de marques ont été repérées comme signifiantes du point de vue de l'interprétation du positionnement argumentatif ; cependant, dans de nombreux cas (12 % pour Twitter, 25 % pour Instagram et 11 % pour TikTok), nous n'avions pas assez d'éléments nous permettant de donner une interprétation nette sur l'orientation des publications, et ce même en prenant connaissance de la biographie ou du fil de publications de l'internaute en question. Cette difficulté était liée au fait que les publications sont souvent conçues en format court, voire très court (un seul hashtag dans le discours d'escorte par exemple).

16Le discours de haine se caractérise, en outre, souvent par des stratégies de dissimulation, voire de langage codé. Le #Chadolf #Kitler est un exemple illustrant la possibilité de mobiliser une communauté raciste de manière à ce que la propagande ne soit pas repérée facilement par les algorithmes. Fabienne Baider et Maria Constantinou (2019) expliquent bien les difficultés méthodologiques que l'on peut rencontrer dans le cadre des études menées sur les discours de haine dissimulée, dans la mesure où ceux-ci ne sont pas explicitement discriminatoires : il s'agit d'une « manifestation discursive ou sémiotique pouvant de manière implicite ou masquée inciter à la haine, à la violence et/ou à l'exclusion de l'autre » (Baider & Constantinou 2019 : 12). Comment repérer un discours de haine lorsqu'il n'y a pas de marques claires et nettes ? Cette question paradoxale fait partie des difficultés rencontrées.

  • 9 Plusieurs travaux portent sur ces liens existants entre humour et incitation à la haine au sein des (...)

17Un autre frein à l'interprétation concerne les publications à visée humoristique9. Comme l'explique Patrick Charaudeau (2006b), l'acte humoristique s'établit dans une situation de communication où le contrat établi avec le public visé varie en fonction d'une relation existante. Le discours humoristique mobilise des procédés discursifs qui ont une « valeur sociale », c'est-à-dire qui dépendent de la situation de communication (identité des interlocuteurs, relation de proximité, disposition affective pouvant varier en fonction des états d'âme). La relation de connivence avec l'auditoire n'est pas toujours identifiable clairement : or, le fait qu'un discours d'humour soit qualifié de ludique, de critique, de cynique ou de polémique dépend aussi de la réception. Dans le contexte de viralité des publications socionumériques, la relation de connivence est encore plus floue et difficilement contrôlable : une simple plaisanterie peut être récupérée à des fins critiques, voire haineuses, et inversement. Dans le cas des mèmes, la difficulté est double, car non seulement le format est court (image fixe légendée, bulle de parole, mashup de quelques secondes) mais la compréhension du contenu dépend de la relation de connivence établie.

2. 2. Le #Chadolf #Kitler au carrefour de différents positionnements argumentatifs

  • 10 Cf. tableau récapitulatif en annexe 2 : a. L'image « choc » pro-nazie explicite, b. L'image « choc  (...)

18Cette deuxième partie synthétise les résultats d'analyse de l'ensemble des publications Twitter, Instagram et TikTok, selon une échelle de positionnement argumentatif en lien avec la question de l'idéologie nazie10. Dans environ un tiers des publications, on peut parler de visée argumentative pro-nazie (catégorie a. correspondant à un discours de haine) et dans un autre tiers, on peut dire que le discours assume un point de vue se rapprochant de l'idéologie nazie mais que les moyens discursifs utilisés sont détournés (catégorie b. : discours de haine dissimulée). Ces deux premières catégories correspondent à ce que nous entendons par image « choc », et sont au centre des parties suivantes.

2. 2. 1. Les discours de haine : l'image choc pro-nazie explicite

  • 11 Le mot-valise Nyanzi fait aussi peut-être référence à Stella Nyanzi, militante ougandaise, défenseu (...)
  • 12 Énormément d'infox circulent dans ce contexte conflictuel à des fins de propagande et le chat y jou (...)

19Nos observations permettent de dire qu'environ 16 % des publications partagées sur Twitter assument véritablement un point de vue extrémiste de type pro­ nazi. Les indices sont textuels (usage des mots non transformés « Adolf Hitler », « juif », « jew », etc.) et iconiques (imagerie d'archive représentant le Führer ou d'autres nazis en uniforme ; détournements d'images avec collage du brassard nazi sur la patte du chat montrant explicitement la croix gammée). La prise en charge est clairement assumée par des comptes anonymes faisant parfois apparaître le mot « nazi » dans leur pseudo ou exploitant la symbolique nationaliste du drapeau bleu­blanc-rouge. Le Nyan cat – mème créé par Chris Torres en 2011 – est détourné en #Nyanzi11, faisant apparaître à l'image une croix gammée et une tête de mort en arrière-plan (cf. annexe 4). Le chat nazi est un moyen de soutenir certains candidats (« Les chats avec Zemmour » avec le mème du chat que nous avons appelé « méchant » [cf. annexe 3], 2021-11-04). Certains twittos mettent en scène leur chat en position de salut nazi ou de geste de quenelle à la Dieudonné en signe de ralliement antisémite (2013-12-27). Certains contenus ont peut-être été créés par pure provocation (exemple d'une photographie d'un chat vivant, reposant sur un barbecue appelé « chat juif », 2020-06-03), mais d'autres expriment des formes de violence beaucoup plus marquées, notamment dans le contexte conflictuel de l'attaque de l'Ukraine par la Russie (exemple du partage d'une photographie d'un chat grillé sur un barbecue, 2022-02-2412).

20De manière moins forte que sur Twitter (9 %), on retrouve sur Instagram des images d'archives où des militaires nazis sont photographiés aux côtés d'un chat (2017-11-14). Des chats sont personnifiés en nazis avec l'ajout de brassards ou de foulards avec la croix gammée (2017-09-07). Une publication du 25 mai 2018 met en scène un groupe de chats portant tous ce brassard et dont la figure centrale se dresse patte levée en criant « Heil Hitler » (ajout d'une bulle de parole).

21Une grande majorité des publications de notre corpus partagées sur TikTok relève de la propagande pro-nazie (65 %). Certains discours constituent des appels à la haine explicites et performatifs, car fondés sur une volonté claire de nuire à un tiers (exemple de texte chanté et mis à l'écran : « You're gonna die [image du drapeau d'Israël]. I'm gonna kill you [image d'un #Chadolf/photo d'Hitler enfant] », 2021-11-09). Une autre publication met en scène un chat avec des coups de feu en bande-son. Le texte d'accompagnement incite ouvertement à commettre des violences : « supprime ou goulag » (2021-11-03). Le visuel mémétique le plus repris sur TikTok est celui du chat « méchant ». Son expression est beaucoup plus connotée que celle des autres #Chadolf#Kitler.

  • 13 « POV » est un acronyme utilisé entre autres sur TikTok, signifiant « Point of view ». L'expression (...)
  • 14 Tous les exemples mis entre guillemets sont repris tels quels, sans correction orthographique, sauf (...)
  • 15 La métaphore visuelle du chat nazi est filée grâce à un phénomène de narrativité. Le rat est la pro (...)

22Difficile d'identifier les responsables de ces discours de haine, ceux-ci utilisant tous des pseudonymes. Pour certains, on devine qu'il s'agit de collégiens ou de lycéens, car ils échangent à propos de leur cours d'allemand (exemple : « POV13 : tu passes devant la classe d'allemand », 2022-01-1314). D'autres communautés de partage semblent être stabilisées – en atteste l'usage de mentions de comptes « amis » renforçant la connivence (exemples : « @gabxxx #chatadolf », « reply to @tonxxx kitler », etc.). Au niveau du discours d'escorte, plusieurs stratégies permettent de s'engager idéologiquement et de créer de la complicité (comme avec les mentions). Le désir de visibilité est parfois très explicite avec l'usage du pronom personnel « je » utilisé dans les hashtags (exemple : #jeveuxpercer, 2021-12-15). Le contournement de la censure est aussi explicite : « Repost, car tiktok l'a supprimé + emoji de colère » (sous-entendu « je reposte », 2022-01-29). Hormis les hashtags cités précédemment #kitler, #chadolf, #nazicat, l'évocation du régime nazi se traduit par l'emploi des mots : #ww2 (pour Seconde Guerre mondiale), #ww3 (dans les publications coïncidant avec le début de la guerre en Ukraine en février/mars 2022), #germany ou #german, #arijec (aryen), #rat15. La musique a une valeur mémétique sur TikTok et sa puissance émotionnelle peut jouer un rôle important pour asseoir une idéologie.

23Une stratégie caractéristique de tiktokeurs pro-nazis est de reprendre une musique de fond de marche militaire allemande. Dans 24 publications, Erika – un chant connu pour avoir été chanté par l'armée allemande hitlérienne – est repris en mode normal ou altéré (découpage de l'extrait musical, ralentissement de la vitesse ou mélodie chantée). Certaines publications de suprématistes blancs créent encore des isotopies : le hashtag #arijec escorte l'image de chats blancs avec l'ajout du texte à l'image « Less white » (2021-10-11). L'emploi surprenant du hashtag #aliexpress n'est pas non plus anodin, il a un caractère raciste dans le contexte employé.

  • 16 Notons qu'au 11 juillet 2021 19 publications sur les 95 récoltées avaient été supprimées par TikTok

24Certains hashtags sont erronés, mais on peut supposer qu'il ne s'agit pas d'une simple coquille. Les hashtags déformés #meinkrampft, #natzi ou encore #hxtler constituent des formes de « crypto-langages » pour échapper à la censure (Saemmer 201916). Fonctionnant à la fois comme déclinaison isotopique et marqueurs affectifs, les emoji ont encore une valeur forte au niveau du positionnement : insertion du drapeau allemand, de chats fâchés, de diables ou de clowns agressifs. En lien avec le pathos, l'énonciateur met en avant sa colère ou cherche à faire peur. Le texte inséré dans l'image peut également être très incisif. Le niveau de violence varie. Pour certaines publications, on reste à un niveau métaphorique : « Je pourrais détruire tous les rats de ce monde mais je vais en laisser un peu pour que vous sachiez plus tard pourquoi je les ai exterminés » (traduit de l'indonésien, 2020-08-29).

2. 2. 2. Les discours de haine dissimulée : l'image « choc » indirecte

  • 17 La simple création du mot #Kitler fait exister une réalité qui, avant d'être nommée, n'existait pas (...)

25La plus grande difficulté d'interprétation porte sur cette catégorie de discours de haine dissimulée. Une simple publication d'un chat aux allures d'Hitler peut être considérée de manière isolée comme une blague de mauvais goût. Le problème est qu'à force d'être répétée, et reprise de manière virale, elle peut se transformer en martèlement idéologique17. C'est la force de la circulation qui nous amène à penser que le #Chadolf #Kitler constitue, a minima, une plaisanterie, et de manière plus forte, une forme de violence banalisée. Comme le rappellent Émilie Devriendt, Michèle Monte et Marion Sandré (2018), des stratégies de désignation masquant l'idéologie raciste ont été mises en place dès les années 1970 par le Club de l'horloge – cercle idéologique d'extrême droite - pour remplacer le mot « race » par celui d'« identité ». Le #Chadolf#Kitler devient ainsi un nouveau paradigme désignationnel de banalisation de la violence, qui peut être analysé en tant que « formule » (dans le sens attribué par Krieg-Planque 2019). On pourrait même parler de « formule visuelle » (Simon 2017), car les différentes caractéristiques qui la définissent sont sa concision, son figement, son caractère polémique, et bien sûr sa circulation. Le mode de publication qui donne une visibilité publique aux #Chadolf #Kitler est aussi un argument allant dans ce sens ; nous ne sommes pas dans un cadre de circulation strictement privé. Et l'altération des signes linguistiques (transformation de « Adolf » en « Chadolf » ou de « Kitty » en « Kitler ») ou iconiques (personnification des chats représentés en nazis ou déformation de la croix gammée) est un procédé humoristique permettant à la fois de faire du second degré, mais aussi de fabriquer de la propagande en contournant la censure. Le pathos qui est créé dans cette forme de culture participative basée sur l'anthropomorphisme (Goudet 2006) se tourne beaucoup vers des pratiques de lulz (rire aux dépens d'autrui) en exploitant des émotions souvent très négatives (haine, colère, etc.). On se situe ici du côté sombre des fan studies… Ce régime de visibilité à l'échelle de la viralité dans lequel s'inscrit toute publication d'un #Chadolf#Kitler ne peut être ignoré et nous amène à penser qu'on s'éloigne d'un simple régime ludique inoffensif.

  • 18 D'autres jeux de mots circulent aussi dans les publications ou les réponses : « Chat fait peur » (2 (...)

26Sur Twitter, nous considérons que la moitié des publications de notre corpus sont des discours de haine à dimension argumentative plus ou moins faible. Toutes ne sont pas humoristiques. Les formes signifiantes de ces discours de haine dissimulée sont souvent réalisées au format court et parfois de manière beaucoup plus élaborées – ce qui génère des implicites. Elles sont aussi caractérisées par une énonciation laconique. Dans l'étude des discours d'escorte, il est important d'étudier les postures énonciatives des twittos qui font souvent entendre de manière plus ou moins discrète un accord ou un désaccord. Le jeu de mots « Adolf Litière » (étendu à un jeu portant sur l'image) circule par exemple beaucoup (à côté de l'image du « Chadolf Litière » ; cf. annexe 318). Il est notamment utilisé en soutien à la candidature de Zemmour, de manière explicite ou parfois de façon plus incongrue. Une publication d'un des mèmes circulants s'est faite en réponse à une image montrant un paquet de litière. Le compte @alexxx publie le 12 décembre 2021 une photo de ce packaging où il est inscrit « litière compacte blanche ». Le mot « blanche » est souligné au fluo. Le discours d'escorte est quant à lui composé d'un hashtag « LesLitièresAvecZemmour… » et de quatre emoji « mort de rire ». En réponse, @gerxxx partage le #Chadolf en l'introduisant : « les chats avec zemmour ». Le marquage de réaction humoristique est un moyen de désamorcer la dimension engagée et de se déresponsabiliser. Les hashtags #meme, #loi, #haha, #funny créent du recul. La formule mémétique « Gets me everytime » (« ça me fera toujours autant rire ») est utilisée par un twitto introduisant le hashtag #cathitler au-dessus d'une comparaison visuelle (stratégie elle-même très utilisée par les mèmeurs) représentant, à gauche, un chat à la moustache noire, et à droite, un portrait photographique d'Adolf Hitler (2012-12-10).

27Sur Instagram (29,5 %), l'image « choc » indirecte du chat nazi est aussi fortement représentée. Un montage photo sur Instagram représente une photo d'un personnage nazi qui regarde un maneki neko (littéralement « chat qui invite « : symbole japonais d'un chat porte-bonheur au bras droit levé) de couleur noire (2013-04-23). Une autre photographie montre un chat noir et blanc à l'air agressif. Le texte « Der Nyan Führer » est ajouté sur l'image et le discours d'escorte est le suivant : « Pendant ce temps, pas très loin de l'Allemagne (traduction de l'anglais) » (2013-09-18). Dernier exemple de forme d'humour qui traduit un engagement idéologique implicite : une photographie met en scène un chat en train de regarder la télé. Celui-ci s'étend devant l'écran montrant le Führer en position de salut nazi. Le texte est le suivant : « Ne jamais laisser votre chat tout seul/ Adolf Hitler 1939 #heil, #nazicat #nazi #nazimemes #adolfhitlermemes #adolfhitler #adolf #hitler #castofinstagram #cats » (traduit de l'anglais, 2017-12-04). Plusieurs publications Instagram correspondent à la valorisation de figurines de chats nazis. Le chat personnifié porte un collier orné d'une croix de fer, une casquette militaire avec l'aigle royal, une canne arborant une tête de mort ou encore un pistolet semi­ automatique de l'année allemande. Les hashtags #ToyLover #Kitler accompagnent ces photographies et nous invitent à penser qu'il y aurait des communautés de fans qui fabriqueraient et échangeraient des objets pop en référence au Reich allemand.

28Les mécanismes de l'humour sont aussi fortement utilisés sur TikTok (17 %) pour dissimuler le positionnement idéologique. Dans un post, un chat est filmé avec une voix off s'exprimant dans différentes langues : « Kitty kitty kitty » [texte à l'écran « In American : kitty kitty kitty », le chat dort], « not working », « tsits tsits tsits »[« In Hungarian : tsits tsits tsits »], « no » [« no+ emoji interrogatif »], « Stardenburdenhardenbart » [expression allemande utilisée pour attirer l'attention des animaux – voix très intensifiée, accent allemand exagéré ; texte à l'écran : « In German : Stardenburdenhardenbut ! », et à l'image, le chat se lève], « yea, German always works [idem au niveau du texte à l'écran]. Le discours d'escorte est « catolf » (2021-10-27).

2. 2. 3. Positionnement neutre

29Seulement 4 % des publications Twitter relèvent d'un engagement que nous qualifierions de neutre. Celles-ci émanent de comptes informationnels et présentent une actualité de manière désengagée. Rares sont les publications neutres sur TikTok (3,5 %) mais concernant Instagram, on relève différentes manières de parler de son chat (et surtout de soi) qui évacuent en quelque sorte le débat pro ou anti-nazi (34 %). Il s'agit de formes de désidéologisation qui souvent se font à travers la représentation de soi dans son intimité. La photographie en selfie avec un chat qui est nommé « kitler » s'est généralisée sans qu'il n'y ait d'engagement fort. Le registre privilégié est une forme de valorisation de soi à des fins de sociabilité avec les autres propriétaires de chats de ce type. L'énonciation est très centrée sur l'intimité de la personne (pronom possessif de type « my kitler », 2021-08-02). La dimension idéologique est neutralisée et l'objet du discours se réduit à la moustache. On assiste ainsi à un procédé de synecdoque, qui déplace le débat autour de la moustache d'Hitler à la moustache tout court (la moustache, la partie, est prise pour le tout, le chat à la moustache noire faisant penser à Hitler). Le mot « kitler » reste mais on associe son contenu à des publications ludiques variées. Plusieurs comparaisons visuelles se font de cette manière en accolant deux moitiés de visages qui n'en forment plus qu'un : à gauche, une figure célèbre ayant une moustache (Jack Sparrow ou Freddy Mercury), à droite un #Chadolf#Kitler.

2. 2. 4. Faible dénonciation de formes de violences

30Quelques exemples de faible dénonciation de formes de violences comparables au nazisme sont présents sur Twitter (6 %) et TikTok (3,5 %). La narration est un mode d'écriture propre à cette catégorie. On retrouve des publications qui déplorent d'une manière à la fois engagée et anecdotique les violences qui ont pu être faites aux chats (y compris aux chats ressemblant à des nazis). Nous ne sommes plus dans un registre ludique et drôle. Les émotions mises en avant sont plus du ressort dramatique. À titre d'exemple, un twitto se sert de la référence des chats nazis persécutant les souris juives dans l'œuvre d'Art Spiegelman pour s'offusquer de la présence d'un #Chadolf dans son jardin (2015-04-23). Une publication TikTok crée aussi de cette manière une forme de récit dramatique en filmant de loin un chat situé derrière la vitre d'une maison. Le zoom sur le chat accompagné d'une musique digne d'un film d'épouvante (« Scary Halloween Sound Effects ») inspire la stupéfaction. Et les hashtags renforcent la stupeur : #flippant #flippantquandmeme (2021-10-04).

2. 2. 5. Engagement fort contre le nazisme ou contre une idéologie extrémiste proche

31C'est principalement sur Twitter que des publications s'opposant à des discours proches de l'idéologie nazie ont pu être repérés (12 %). La plupart sont des dénonciations de la politique des partis d'extrême droite en France : le RN et le parti de Zemmour. La réponse est le dispositif privilégié par les twittos, qui créent ainsi une forme de contre-discours. Grâce à l'ajout de la mention, ce dispositif permet une interaction directe avec le twitto visé en utilisant la critique ou la raillerie. La réponse est un espace carnavalesque consacré – au sens bakhtinien – pour se moquer de personnalités politiques en mode direct, généralement grâce à la sur énonciation. Une publication se sert par exemple du dispositif interactif de la réponse, ayant recours à l'ironie pour critiquer un tweet montrant des chats en Russie avec le hashtag #RussianCats, entouré d'emoji de cœurs rouges. L'image insérée dans la réponse représente un chat allongé sur une parure de couette l 40x200 imprimée au motif croix gammée (« wow cute cat ! ! », 2022-03-05).

32L'analyse des discours socionumériques représentant un #Chadolf #Kitler a permis de distinguer deux types d'images choc corrélées à des engagements idéo­ logiques plus ou moins marqués. Qu'en est-il à présent de leur réception auprès d'un public étudiant ?

3. Diversité des formes d'interprétation à la réception d'un #Chadolf #Kitler

33Une seule image, correspondant à une capture d'écran d'un tweet, a été projetée (cf. annexe 3, « Chadolf aux poils longs ») lors de notre expérimentation menée en contexte pédagogique. Celle-ci a été structurée par trois blocs de questions posées en lien avec l'image projetée. Les objectifs étaient de savoir si les étudiants reconnaissaient l'événement politique en jeu dans l'image (la présidentielle de 2022 et la candidature de Zemmour), s'ils étaient capables d'analyser le contexte de publication (nature du dispositif, identité du compte, nombre de partages) et, surtout, comment ils interprétaient la publication du fait sa nature idéologique implicite. L'image est-elle considérée comme une image « choc » ? Dans l'idée où ils seraient susceptibles de rencontrer un contenu similaire sur leurs propres réseaux d'amis en ligne, il était aussi important de savoir quels gestes socionumériques ils étaient susceptibles de réaliser (aimer, partager, etc.) face à un tel tweet.

34Le degré de précision des réponses varie en fonction des étudiants. Certaines réponses sont très morcelées, d'autres beaucoup plus argumentées. Le degré de subjectivation est aussi très différent d'une personne à l'autre : des étudiants s'expriment de manière laconique et descriptive, d'autres mettent ouvertement en avant leur ressenti ou encore leur point de vue. Cette partie synthétise les différentes interprétations formulées par 63 étudiants âgés de 18/19 ans.

3. 1. Contextualisation de l'événement sociopolitique

35La majorité des participants ont su contextualiser l'événement. La nomination explicite du candidat tout juste déclaré n'est pas présente dans toutes les réponses (pas de nomination dans 22 cas ; 1 occurrence parlant d'« un homme politique »). Pour ceux qui ont identifié le candidat, sa nomination varie et donne de premiers indices de prise en charge énonciative : recul objectivant fort pour « Éric Zemmour » (21), plus faible pour « Zemmour » (17), prise en charge plus subjective pour « Z » (1) et « zézé » (1).

3. 2. Raisons d'une forte circulation

36Dans plus d'un tiers des cas, la raison avancée face à la forte circulation de l'image sur les réseaux est sa dimension comique (c'est tout simplement « drôle », « marrant », « rigolo » ; « Cette image a beaucoup circulé puisqu'elle est hilarante ! ! », réponse 23). Dix réponses mettent en avant l'objectif de dénonciation. Le tweet est considéré subversif dans le but de critiquer ou ridiculiser Zemmour (« La photo est drôle et la majeure partie de la population est contre le candidat Éric Zemmour donc cela participe au mouvement anti-Zemmour », réponse 54). Parmi ces réponses, Zemmour est qualifié d'« extrémiste » (5 cas), de « nazi » (2 cas) et de « dictateur » (1). Quatre étudiants pensent au contraire que la publication vise à populariser les idées du candidat et à faire le « buzz » (« Zemmour est le chouchou des médias », réponse 51 ; « Elle a beaucoup circulé, car les internautes sont friands des blagues sur Zemmour et Hitler », réponse 31). D'autres réponses mettent en évidence une réalité complexe, en lien avec la nature de ce qu'ils considèrent être une image choc : cette publication a énormément circulé parce qu'elle a pour but de « choquer les gens », parce qu'elle suscite la polémique (« Zemmour, sujet polémique, identification par rapport au chat, réaction positive comme négative possible », réponse 15), qu'elle parle du nazisme qui est un « sujet sensible » (« Car c'est à la fois choquant et comique, c'est aussi réel, cela a été beaucoup relayé, car c'est un sujet très discuté et controversé », réponse 48).

3. 3. Opinions, ressentis et performativité

37Au niveau du ressenti, les réponses montrent des postures variées, voire op­ posées. Un tiers des réponses avancent avoir ri ou souri (« je me suis amusée », réponse 3). Certains au contraire (5 cas) affirment ne pas apprécier ce type de publication (« [cette publication] ne me fait pas rire », réponse 6 ; « ces blagues-là ne me font pas rire », réponse 36 ; « je ne sais pas si cette comparaison est de mon goût pour les victimes de l'holocauste », réponse 35). Dans 4 réponses, les étudiants disent que la comparaison entre Zemmour et le nazisme fait prendre conscience d'une réalité (« ce tweet me fait encore plus réaliser qu'Éric Zemmour a de nombreuses idées qui ressemblent à celles de l'ancien régime d'Hitler », réponse 61). Dans dix réponses, on voit que le chat nazi choque les esprits (« je trouve que le contenu est choquant », réponse 40 ; « je suis choquée », réponse 59 ; « cette image m'interpelle, à cause du geste réalisé par le chat », réponse 63, « [le texte] peut sembler marrant mais lorsque j'y réfléchis bien, c'est extrêmement violent d'écrire de tels propos », réponse 49).

38Au niveau des engagements envisagés face à un contenu de ce type, 20 étudiants disent qu'ils likeraient le contenu (contre 7 qui avancent explicitement qu'ils ne partageraient pas). Le geste du like est pour certains cohérent avec l'émotion ressentie(« Je likerais le contenu, car je trouve cela drôle », réponse 42). Mais la diversité des significations alliées au like est connue. Le like n'a pas toujours la même signification d'un point de vue idéologique – ce qui peut paraître surprenant, car antagoniste (« La photo m'amuse, je l'aurais sans doute liké car je hais Éric Zemmour », réponse 54). Comme l'analysent Étienne Cande ! et Gustavo Gomez­ Mejia (2016), la « poétique du clic » varie selon les interprétations. Les étudiants lui assignent ainsi des valeurs différentes, voire opposées.

39Un dernier point concerne les possibilités de partage : 11 personnes manifestent explicitement leur envie de partager (« j'envoie à des potes », réponse 11), contre 13 qui justifient parfois très clairement pourquoi elles ne le feraient pas(« je ne souhaite pas divulguer mes avis ou pensées politiques publiquement sur Internet », réponse 36 ; « L'humour noir me fait rire, mais jamais je RT de tweet parlant d'Éric Zemmour, car je ne veux pas m'associer à cette personnalité politique », réponse 34). Le mode de partage en mode public ou privé n'est pas explicité, mais il est souvent question de le faire avec des amis (en privilégiant les liens forts). Certaines réponses vont dans le sens de l'engagement idéologique. La personne qui parle de Zemmour en utilisant le surnom « zézé » explique notamment qu'il « partage à un ami néonazi » (réponse 32). Une des raisons du non-partage est encore la peur de voir son compte suspendu (réponse 30). Une réponse indique enfin qu'elle ferait un signalement devant une telle publication (« Cela me choque. Même si c'est de )'humour, je trouve cela déplacé. Je signale immédiatement », réponse 16).

40Sur le plan de l'énonciation, la subjectivation du discours intervient à trois niveaux. La majorité des discours utilisant le « je » sont en lien avec la possibilité de performativité de leur geste (31 occurrences : je like/je ne like pas ; je partage/ je ne partage pas). L'usage de la première personne du singulier intervient ensuite pour exposer un ressenti (24 cas). Le « je » est enfin utilisé dans 14 réponses pour conceptualiser une idée ou un point de vue (« Je pense que cette publication est destinée à démontrer des opinions politiques à travers la représentation d'un chat pour attiser les réactions négatives avec de l'humour », réponse 36).

3. 4. Perspectives

41Cette expérimentation, bien que ne s'adressant qu'à un petit groupe d'étudiants, montre que le positionnement argumentatif n'est pas binaire (pro ou anti) et qu'une même publication peut susciter des réactions de natures très différentes : analyses, prises de position par rapport à une personnalité politique appréciée ou non appréciée, ou encore expression de ressentis (rire ou blessure). Cette étude de réception souligne la pluralité des filtres interprétatifs mobilisés : sociopolitiques, idéologiques, personnels – lorsqu'il est question du cercle d'amis – ou encore émotionnels. Comme nous l'avons précisé, une seule image de #Chadolf #Kitler a été partagée au public étudiant. Il serait intéressant de renouveler l'expérimentation à partir de publications plus nombreuses et plus diversifiées afin de mettre en évidence l'importance du mouvement participatif autour de ce phénomène, et aussi dans le but de voir si l'interprétation des étudiants privilégierait encore de manière majoritaire la nature simplement comique comme raison de circulation du #Chadolf #Kitler. Une image choc isolée de l'ensemble du processus viral ne permet en effet pas de se rendre compte de l'ampleur de la contagion des idées qui opère sur les réseaux socionumériques, mais peut néanmoins faire office de petit sismographe dont les tendances détectées restent à confirmer par de plus amples études.

Conclusion

42La double entrée analytique des #Chadolf #Kitler a permis de mettre en évidence une diversité de formes de réinterprétation du nazisme à partir de chats grimés en nazis. Une forte prise en charge argumentative est à noter, en particulier sur TikTok, où les potentiels sémiodiscursifs se multiplient au service de l'idéologie nazie. Les processus mémétiques de l'image choc participent à réunir des communautés de fans amateurs de l'anthropomorphisme et du lulz. L'humour associé à cette culture participative rend complexe l'interprétation des publications, comme la distanciation permet aux créateurs et relayeurs de se déresponsabiliser énonciativement et argumentativement. Le niveau d'engagement oscille entre figure assumée pro-nazie, positionnement du « bouffon » qui cherche simplement à faire rire, et simple partageur/répétiteur. L'effacement du point de vue dans les discours de haine dissimulée est en outre un procédé qui favorise la circulation et la viralité. Quant aux émotions suggérées, elles varient en fonction de l'image de soi que l'on veut donner : peur, colère, compassion ou simplement affection (comme dans le cas des représentations en selfie partagées sur Instagram). Le chat nazi est aussi un moyen utilisé pour dénoncer les idéologies de partis et de groupuscules d'extrême droite qui œuvrent depuis des années à la banalisation de toutes sortes de violences en cryptant leur langage.

43Allier analyse du discours numérique et étude de la réception présente des enjeux qu'il s'agit d'approfondir. Analyser des discours plurisémiotiques socionumériques est un véritable défi face à la diversité de leurs matérialités et la pluralité des réappropriations. À la lumière de l'analyse de réception menée, les filtres interprétatifs mobilisés par les sujets face aux publications sont multiples. Cette double entrée analytique permet de penser cette complexité croissante des échanges en contexte socionumérique.

44La mise au jour des formes d'engagement renforcées par la culture participative (lol ou lulz) dans un cadre d'éducation à l'image et de compréhension de leur circulation sur les réseaux socionumériques est enfin un objectif essentiel que nous poursuivons en tant que chercheuse mais aussi en tant qu'enseignante, dans un contexte de montée en puissance de discours de haine dissimulée, où les chatons mignons ne sont pas toujours aussi mignons qu'ils en ont l'air.

Annexes

Annexe 1. Vue quantitative générale sur le corpus de publications socionumériques (en nb)

Annexe 2. Récapitulatif des différents positionnements argumentatifs (en %)

Annexe 3. Représentativité de mèmes de #Chadolf#Kitler circulant par réplication (en %)

Annexe 4. Variation du mème Nyan cat : capture d'écran anonymisée d'un post lnstagram

Haut de page

Bibliographie

Allard Laurence, 2021, « Culture mobile "algo-rythmée" : TikTok comme scène globalisée des causes mobilisatrices #BlackLivesMatter, #digitalintifada », L'Observatoire, 58, 69-71, https://doi.org/10.3917/lobs.058.0069, [consulté le 12/07/2022].

Allard Laurence, 2016, « La remix culture : une poïétique ordinaire du web », in Kaplan Frédéric & Nova Nicolas (dirs), La culture Internet des mèmes, Lausanne, PPUR, 62-75.

Alloing Camille & Pierre Julien, 2017, Le Web affectif, une économie numérique des émotions, Paris, INA.

Amossy Ruth, 2000, L'argumentation dans le discours, Paris, Nathan Université.

Amossy Ruth, 2010, La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses universitaires de France.

Arrivé Mathilde, 2015, « L'intelligence des images – l'intericonicité, enjeux et méthodes », E-rea [En ligne], 13.1, https://doi.org/10.4000/erea.4620, [consulté le 12/07/2022].

Authier-Revuz Jacqueline, 1984, « Hétérogénéité(s) énonciative(s) », Langages, 73, 98-111, https://doi.org/10.3406/lgge.1984.1167, [consulté le 12/07/2022].

Badouard Romain, 2017, Le désenchantement de l'Internet. Désinformation, rumeur et propagande, Limoges, FYP Éditions.

Baider Fabienne & Constantinou Maria, 2019, « Discours de haine dissimulée, discours alternatifs et contre-discours », Semen, 47, 9-22, https://doi.org/10.4000/semen. l 2275, [consulté le 12/07/2022].

Bédard Megan & Girard Stéphane (dirs), 2021, Pour que tu mèmes encore. Penser nos identités au prisme des mèmes numériques, Montréal, Éditions Somme Toute.

Benveniste Émile, [1966] 1974, Problèmes de linguistique générale I et Il, Paris, Gallimard.

Bigey Magali & Simon Justine, 2021-Auj., Projet de recherche de sensibilisation à la culture numérique « #ChatonsMignons Image 10000201000000260000000AB07F2B1A0A5B2F31.pngTrop mignons… à regarder, partager, détourner… sur les réseaux socionumériques ».

Bigey Magali & Simon Justine, 2018, « Analyse des discours d'escorte de communication sur Twitter : essai de typologie des tactiques d'accroches et de mentions », in Mercier Arnaud & Pignard-Cheynel Nathalie (dirs), #lnfo. Commenter et partager l'actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Éditions de la MSH, 55-86.

Bigey Magali, 2018, « Twitter et l'inscription de soi dans le discours. L'Ethos pris au piège (ou pas) de la frontière sphère privée/sphère publique », Les Cahiers du numérique, 14, 55-75. https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2018-3-page-55.htm, [consulté le 12/07/2022].

Billig Michael, 2001, « Humour and hatred: the racistjokes of the Ku Klux Klan », Discourse & Society [En ligne], 12/3, 267-289, https://doi.org/10.1177/095792650101200300, [consulté le 15/12/2022].

Bonenfant Maude, 2015, « Le mème numérique : étude sémiotique des réseaux à partir des concepts de trace et d'indice », RISCP [En ligne], 12, 27-42, https://doi.org/10.4000/ communiquer.1295, [consulté le 12/07/2022].

Candel Étienne & Gomez-Mejia Gustavo, 2016, « Le bouton like : poétique du clic, vertige des discours », Semen [En ligne], 42, https://doi.org/10.4000/semen.10623, [consulté le 15/12/2022].

Charaudeau Patrick, 2006a, « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives », Semen [En ligne], 22, https://doi.org/10.4000/semen.2793, [consulté le 15/12/2022].

Charaudeau Patrick, 2006b, « Des Catégories pour !'Humour ? », Questions de communication, 10, 19-41, https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.7688, [consulté le 12/07/2022].

Ciranna Serena, 2020, « Les évolutions du contenu textuel sur les réseaux socionumériques : une étude de la fonction staries d'Instagram », Semen, 49, 95-122, https://doi.org/10.4000/ semen.15221, [consulté le 15/12/2022].

Cordier Anne, 2020, « Déconstruire le mythe des digital natives, et au-delà. Cheminements théoriques et méthodologiques », in Jehel Sophie & Saemmer Alexandra (dirs), Éducation critique aux médias et à l'information en contexte numérique, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, 233-245.

Dagnaud Monique, 2013, Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presses de Sciences Po.

Darras Bernard, 2020, « Éducation à l'image, critique de l'artification et approche sémiotique », MEI, 49, 115-131.

Devriendt Émilie, Monte Michèle & Sandré Marion, 2018, « Analyse du discours et catégories "raciales" : problèmes, enjeux, perspectives », Mots. Les langages du politique [En ligne], 116, https://doi.org/10.4000/mots.23034, [consulté le 19/07/2022].

Genette Gérard, 1982, Palimpsestes, La littérature au second degré, Paris, Seuil.

Gomez-Mejia Gustavo, 2016, Les fabriques de soi, Identité et industrie sur le web, Paris, Mkf Éditions.

Goudet Laura, 2016, « Anthropomorphisme et sociolecte des mèmes Internet : lolcats et cat-lebrities », Babel : Civilisations et sociétés, 11, 59-84, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02118780/document, [consulté le 03/07/2022].

Granjon Fabien & Cardon Dominique, [2010] 2013, Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po.

Gunthert André, 2015, L'image partagée : la photographie numérique, Paris, Textuel.

Jackiewicz Agata, 2018, « De l'hypertextualité dans des tweets polémiques », in Simon Justine (dir.), Le discours hypertextualisé : espace énonciatifs mosaïques, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 83-106.

Jakubowicz Lucas, 2021, Un animal pour les gouverner tous, Paris, Arkhê.

Jehel Sophie & Saemmer Alexandra (dirs), 2020, Éducation critique aux médias et à l'information en contexte numérique, Villeurbanne, Presses de l'Enssib.

Jehel Sophie & Gozlan Angélique (dirs), 2019, Les adolescents face aux images trash sur Internet, Paris, Éditions In Press.

Jenkins Henry, [2006] 2013, La Culture de la convergence : des médias au transmédia, Paris, Armand Colin.

Jost François, 2022, Est-ce que tu mèmes ? De la parodie à la pandémie numérique, Paris, CNRS Éditions.

Julliard Virginie, 2016, « #Theoriedugenre : comment débat-on du genre sur Twitter ? », Questions de communication, 30, 135-157, https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10744, [consulté le 15/12/2022].

Krieg-Planque Alice, 2009, La notion de « Formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Mercier Arnaud, 2018a, « Hashtags : tactiques de partages et de commentaires d'informations », in Mercier Arnaud & Pignard-Cheynel Nathalie (dirs), #Info. Commenter et partager l'actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Éditions de la MSH, 87-130.

Mercier Arnaud, 2018b, « L'ensauvagement du web », The Conversation, https://theconversation.com/ lensauvagement-du-web-95190, [consulté le l 5/07/2022].

Paveau Marie-Anne, 2017, L'analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

Quemener Nelly, 2021, « "Respectabilité anti-système" et complot américano-sioniste », Communication [En ligne], 38/2, https://doi.org/10.4000/communication.14604, [consulté le 15/12/2022].

Quemener Nelly, 2009, « Performativité de l'humour : enjeux méthodologiques et théoriques de l'analyse des sketches dans les talk shows », Questions de communication, 16, 265-288, https://doi. org/10.4000/questionsdecomrnunication.364, [consulté le l5/07/2022].

Rabatel Alain, 2010, « Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d'Arrêt sur images », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 4, https://doi.org/10.4000/ aad.806, [consulté le 15/12/2022].

Saemmer Alexandra, 2019, « Le parler fransais des Gilles et John. Enquête sur les crypto­ langages militants au sein des plateformes », Hermès, La Revue, 84, 127-133, https://doi. org/l0.3917/herm.084.0127, [consulté le 15/07/2022].

Saemmer Alexandra, 2015, Rhétorique du texte numérique :figures de la lecture, anticipations de pratiques, Villeurbanne, Presses de l'Enssib.

Saemmer Alexandra & Tréhondart Nolwenn (avec la participation de Coquelin Lucile), 2022, Sur quoi se fondent nos interprétations ? Introduction à la sémiotique sociale appliquée aux images d'actualité, séries télé et sites web de médias, Villeurbanne, Presses de l'Enssib.

Saemmer Alexandra & Tréhondart Nolwenn 2020, « Remonter aux motivations sociales et politiques du regard. Éléments d'une méthode en sémiotique sociale », MEI, 49, 101-113.

Serre-Floersheim Dominique, 2022, Le discours antisémite sur Internet. La circulation de la haine en France aujourd'hui, Paris, Honoré Champion.

Simon Justine, 2021, « Partage social des mèmes : un remède en situation de crise sanitaire ? Analyse sémiodiscursive de détournements humoristiques en contexte numérique », in Bédard Megan & Girard Stéphane (dirs), Pour que tu mèmes encore. Penser nos identités au prisme des mèmes numériques, Montréal, Éditions Somme Toute, 75-99.

Simon Justine, 2020, « Les "Deux Marianne" : une image, des regards, des affrontements en contexte numérique », MEI, 49, 133-144.

Simon Justine, 2019a, « Quand la violence des images anime la polémique sur les réseaux socionumériques."Daesh c'est ça" : Étude des réactions aux tweets de photos d'exécutions de Daesh postés par Marine Le Pen le 16 décembre 2015 », in Fleury Béatrice & Walter Jacques (dirs), Violences et radicalités militantes dans l'espace public, Paris, Riveneuve, 311-333.

Simon Justine, 2019b, « L'infox par l'image sur les réseaux socionumériques. Détournements, Circulation et Mises en récit », Interstudia, 25, 41-52.

Simon Justine, 2017, « Analyse du buzz #RoyalDelacroix sur le réseau socionumérique Twitter à travers le prisme de la notion de dialogisme interdiscursif », in Pavelin Lešić B. (dir.), Structuration, Langue, Discours et au-delà, Tome 2, Mons, Éditions du CIPA, 387-398.

Simon Justine (dir.), 2018, Le discours hypertextualisé : espaces énonciatifs mosaïques, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Souchier Emmanuël, Candel Étienne & Gomez-Mejia Gustavo, 2019, Le numérique comme écriture. Théories et méthodes d'analyse, Paris, Armand Colin.

Volochinov Valentin Nicolaievitch (cercle de Bakhtine Mikhaïl), [1929] 1977, Le marxisme et la philosophie du langage, Paris, Minuit.

Wagener Albin, 2022, Mèmologie : Théorie Postdigitale Des Mèmes, Grenoble, UGA Éditions.

Yoon Injeong, 2016, « Why is it not just a joke? Analysis of Internet memes associated with racism and hidden ideology of colorblindness », Journal of cultural research in art education [En ligne], 33, 92-123, http://www.jcrae.org/joumal/index.php/jcrae/article/view/60, [consulté le 15/12/2022].

Haut de page

Notes

1 Selon Dominique Serre-Floersheim, « l'antisémitisme revient, les chiffres le confirment. […] il est désormais diffusé massivement à la faveur d'Internet et des nouveaux médias sociaux, et touche donc un public extrêmement large, diffus et difficile à cerner » (2022 : 12). Parallèlement, jamais le vote de l'extrême droite n'a été aussi puissant qu'aux présidentielles françaises de 2022, et la propagande néo-nazie s'intensifie dans le contexte actuel de guerre contre l'Ukraine. La configuration du militantisme d'extrême droite est complexe et s'organise en sous-groupes (électoralistes, réactionnaires, activistes, néo-nazis, etc.). Un des objectifs communs est la banalisation de la violence à partir de différentes thématiques (antisémitisme, islamophobie, sexisme, homophobie.). Les stratégies de néomilitantisme ne cessent de se diversifier (médias, réseaux socionumériques, youtubeurs). Le choix des mots et des images n'est pas laissé au hasard (comme pour le même Pepe the frog, devenu le signe viral de la fachosphère ou les « mignonneries » de Marine Le Pen avec ses chats). Comme l'analyse Lucas Jakubowicz (2021), le potentiel affectif des animaux est devenu une arme de communication massive en politique

2 L'analyse du discours proposée dans cet article considère le discours comme plurisémiotique et hypertextualisé. Le discours est ainsi élargi à toute production faisant l'objet d'un acte d'énonciation pouvant mobiliser simultanément plusieurs codes tels que le verbal, le visuel, le sonore, l'audiovisuel et l'hypertextualité. La dimension dialogique du discours est analysée du point de vue de l'usage des indices d'énonciation de personne et de l'hétérogénéité montrée (Arrivé 2015 ; Authier-Revuz 1984 ; Benveniste [1966] 1974 ; Volochinov [1929] 1977). L'argumentativité du discours est, quant à elle, étudiée à partir de l'étude des paradigmes désignationnels, des positionnements argumentatifs et de la construction discursive de l'ethos et du pathos (Amossy 2000 ; 2010 ; Bigey, 2018)

3 Ce travail portant sur les chats nazis s'inscrit au sein d'une recherche plus large portant sur la viralité des chats sur les réseaux socionumériques. C'est en réalisant le corpus de « chatons mignons » que l'ampleur du phénomène #Chadolf#Kitler a été découverte. Le corpus des 447 publications dont il est question ici a été réalisé parallèlement à celui des publications de chats en général et ne correspond pas à la même période. Tous les résultats des recherches n'ont en outre pas été incorporés au corpus, car donnant parfois des milliers de résultats. Dans ces cas précis, nous ne gardions que les premiers résultats apparaissant par ordre chronologique faisant apparaître un chat. Pour donner un aperçu de cette viralité du phénomène #Chadolf#Kitler, prenons l'exemple d'Instagram, cette plateforme permettant de visualiser les statistiques des hashtags utilisés. En date du 27/03/2022, les recherches effectuées à partir des dérivés suivants ont donné un total de 62 200 résultats : #kitler (arrondi 48 000), #hitlercat (5 000), #kitlersofinstagram (4 300), #kitlercat (2 000), #kittler (1 000), #kittlers (800), #cathitler (500), #chadolf (100), #kittlerthecat (100), #fuhrercat (100), #gatohitler (100), #gatonazi (100), #fascistcat (100).

4 La mémétique est une expérience sociale au sein de communautés virtuelles de partages et de déclinaisons de contenus technographiques. Le mème, en tant que technographisme (Paveau 2017), est une production plurisémiotique numérique native. Son processus de sémiose se réalise à partir d'une combinaison de composantes variées : verbales – orales ou scripturales–, visuelles – fixes ou animées–, et sonores – bruitages ou musiques. Le mème se caractérise par son fort potentiel de réappropriation par « réplication » ou par « variation » (Bonenfant 2015). Les « mèmes sémiodiscursifs dialogiques » (Simon 2021) sont des mèmes réalisés à partir de références culturelles partagées accessibles au plus grand nombre. La particularité du partage de mèmes sur les réseaux socionumériques est que ceux-ci sont accompagnés d'un discours d'escorte (Genette 1982 ; Rabatel 2010) pouvant être hypertextualisé (cas des technodiscours : Paveau 2017 ; Simon (dir.) 2018). Plusieurs études spécifiques récentes portent sur les mèmes (Allard 2016 ; Bédard & Girard (dirs) 2021 ; Jost 2022 ; Wagener 2022).

5 Les Bachelors universitaires de technologie (BUT) sont les nouvelles formations en trois ans proposées depuis 2021 par les Instituts universitaires de technologie (IUT).

6 La publication est accessible via le lien suivant : https://twitter.com/sandruisseau/status/1465668039219851268.

7 Avec Ruth Amossy (2000), nous considérons l'argumentation comme faisant partie du fonctionne­ ment discursif. Tout discours, même s'il ne cherche pas à persuader de manière explicite, repose sur la tentative, plus ou moins consciente et avouée, d'agir sur l'autre.

8 TikTok est caractérisé par la pratique du mashup vidéo permettant la diffusion en boucle d'un montage compilant animation d'images fixes ou animation vidéo et insertion d'une bande-son réalisée à partir de son(s) et/ou de musique(s).

9 Plusieurs travaux portent sur ces liens existants entre humour et incitation à la haine au sein des espaces socionumériques (Billig 2001 ; Quenemer 2021 ; Yoon 2016).

10 Cf. tableau récapitulatif en annexe 2 : a. L'image « choc » pro-nazie explicite, b. L'image « choc » indirecte, c. Positionnement neutre, d. Faible dénonciation de formes de violences proches de l'idéologie nazie, e. Engagement fort contre le nazisme ou contre une idéologie extrémiste proche.

11 Le mot-valise Nyanzi fait aussi peut-être référence à Stella Nyanzi, militante ougandaise, défenseuse des droits des homosexuels et des femmes. Autre piste d'interprétation, en kinyarwandais, inyenzi veut dire « cafard » et c'est ainsi que les Hutus désignaient les Tutsi durant le génocide.

12 Énormément d'infox circulent dans ce contexte conflictuel à des fins de propagande et le chat y joue un rôle singulier. Photographié aux côtés de soldats de l'armée ukrainienne, il est notamment instrumentalisé pour dénoncer leur engagement supposément nazi. Le nazisme est brandi comme moyen de manipulation.

13 « POV » est un acronyme utilisé entre autres sur TikTok, signifiant « Point of view ». L'expression est caractéristique de l'une des invitations au challenge où la personne représente une scène qu'elle est censée vivre sur le vif en caméra subjective.

14 Tous les exemples mis entre guillemets sont repris tels quels, sans correction orthographique, sauf pour les mentions citées reconstruites avec les trois premières lettres du nom du compte, suivies de trois xxx : @gabxxx.

15 La métaphore visuelle du chat nazi est filée grâce à un phénomène de narrativité. Le rat est la proie du chat et constitue symboliquement une insulte antisémite. La connotation du terme « rat » est également de manière plus globale très péjorative et a du sens du point de vue interdiscursif car ce terme est utilisé dans la propagande nazie. La métaphore du parasite est aussi fréquente dans les discours néo-nazis (Baider & Constantinou 2019 : 15).

16 Notons qu'au 11 juillet 2021 19 publications sur les 95 récoltées avaient été supprimées par TikTok.

17 La simple création du mot #Kitler fait exister une réalité qui, avant d'être nommée, n'existait pas. Et l'exposition de chats noirs et blancs donne une connotation idéologique à une réalité ordinaire qui pouvait ne pas avoir d'importance particulière auparavant. Nelly Quemener (2009) analyse cette performativité de l'humour à propos des sketches dans les talk shows. Dans la lignée de la pensée de John L. Austin et Judith Butler, elle insiste sur le fait que si quelque chose ou quelqu'un n'est pas nommé, il n'existe pas. La performativité de l'humour du #Chadolf#Kitler doit ainsi être analysée en prenant en compte la force du contexte sociodiscursif de culture participative.

18 D'autres jeux de mots circulent aussi dans les publications ou les réponses : « Chat fait peur » (2012-04-10) ; « Facha » (2012-09-13) ; « Heil Litter » (2020-08-02) ; « Il fait fureur ton chat » (2020-08-14).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Annexe 1. Vue quantitative générale sur le corpus de publications socionumériques (en nb)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Annexe 2. Récapitulatif des différents positionnements argumentatifs (en %)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Annexe 3. Représentativité de mèmes de #Chadolf#Kitler circulant par réplication (en %)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Annexe 4. Variation du mème Nyan cat : capture d'écran anonymisée d'un post lnstagram
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/18912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Simon, « Du #Chadolf #Kitler au #NeinNeinCat : réinterpréter le nazisme au prisme des chatons mignons »Semen, 53 | 2023, 87-108.

Référence électronique

Justine Simon, « Du #Chadolf #Kitler au #NeinNeinCat : réinterpréter le nazisme au prisme des chatons mignons »Semen [En ligne], 53 | 2023, mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/semen/18912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.18912

Haut de page

Auteur

Justine Simon

Université de Franche-Comté, ÉLLIADD/CREM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search