Navigation – Plan du site

Le processus de la répétition et le réel de la langue

Marie-Christine Lala

Texte intégral

1. Le cadre théorique de l’analyse

1La théorie du texte, qui a connu des développements dans les années 1970 (Barthes, 1980 : 1013-1017), semble faire un retour important avec l’intégration de nouveaux paramètres relevant des différentes conceptions de l’analyse du discours comme en témoigne actuellement la linguistique textuelle. Je situerai mon approche de la linguistique du texte dans le cadre de mes travaux d’analyse linguistique du texte littéraire et dans la continuité des acquis plus ou moins explicitement hérités de l’influence de Bakhtine.

2La notion d’espace me semble garder toute sa pertinence dans la théorie du texte — et c’est pourquoi j’introduis dans mon analyse du texte littéraire la notion d’espace topographique qui permet de rendre compte de la matérialité du langage sans la réduire. Le texte délimite en effet, pour le linguiste, le lieu pratique d’une investigation dans la langue, au même titre que le terrain pour l’ethnologue dans le domaine d’une culture. Dans le texte de Georges Bataille (1973 : 231) intitulé L’Impossible (ou La Haine de la poésie) le repérage des traces de « l’évanouissement du réel discursif » m’a conduite à analyser et interpréter en tant que marques linguistiques l’inscription du silence dans l’écriture. Cet excès de langage qui inscrit dans la langue la marque de « quelque chose qui manque » participe d’une opération linguistique — de l’opération de la mort dans l’écriture à l’impossible dans la langue. Cette opération de « l’oeuvre de la mort dans le langage » (Lala, 1981) me semble intrinsèquement liée à une propriété de la langue.

3On va donc envisager le texte comme un espace délimité et clos — et dans sa spécificité de texte littéraire — avec cette particularité que L’Impossible forme un triptyque, un texte unique composé de trois textes juxtaposés. On remarque que chaque texte fonctionne dans son unité et sa clôture propre, mais simultanément il semble que la clôture du texte global s’ouvre en un point où se rejoue l’inachèvement de chaque entité textuelle. Le texte se clôt et s’ouvre en un point, mais ce point se dérobe sans cesse et se marque, à force de répétition, comme un point de vide. Nous sommes alors contraint de le cerner afin de le saisir dans ce mouvement de fuite qui le caractérise.

4Cette approche du texte dans sa matérialité langagière implique la nécessité d’expliciter la relation texte/ discours. J’aborde cette question en partant de la théorie des « niveaux de l’analyse linguistique » de Benveniste (1962 : 119-131) qui permet d’envisager la relation forme/ sens dans la perspective de « l’au-delà de la phrase ». C’est de ce point de vue que les notions de microstructure et de macrostructure peuvent rendre compte d’une articulation sur trois plans :

51°) « niveaux de l’analyse linguistique » dans la phrase

62°) niveau de la relation entre la limite de la phrase et l’espace topographique du texte

73°) niveau de la relation texte / discours

2. La répétition : de la procédure à la mise au jour d’une opération linguistique ?

8Dans ce cadre théorique mettant à contribution la linguistique de l’énonciation, l’analyse du discours et la linguistique du texte, je voudrais à présent situer la problématique de la répétition car elle a surgi dans mes travaux comme une aporie productive, et finalement une donnée linguistique.

9Il s’agit de deux approches que je n’aborderai pas dans cet exposé — l’une linguistique et l’autre anthropologique— et qui mettent en rapport sous des aspects différents la notion de répétition et la problématique de marques linguistiques inscrites en langue et en discours :

101°) D’une part, les développements de la linguistique de l’énonciation m’ont permis de mettre au jour l’inscription et l’effacement de ces marques — dans les formes de langue et les formes de discours— en montrant le lien entre cette réitération de marques linguistiques de « l’évanouissement du réel discursif » (= excès de langage et /ou manque dans la langue) et une problématique de l’énonciation dans l’écriture.

112°) D’autre part, l’autre approche — que je situe dans le domaine d’une anthropologie linguistique— relève des aspects interdisciplinaires de mon travail que j’ai la possibilité de développer au Collège International de Philosophie, dans la perspective transdisciplinaire où s’articulent linguistique, psychanalyse et philosophie. Dans ce cadre, je continue à approfondir la question de la répétition sous l’angle des rapports entre pulsion de mort et négativité.

12Aujourd’hui, ma contribution à cette rencontre sur Répétition, Altération, Reformulation va consister dans l’examen d’une réalité linguistique problématique : celle d’un hypothétique “mécanisme de réitération” observé à partir des procédures qu’il pourrait conditionner au niveau du mot et de la phrase, là où la répétition semble se donner comme un fait de langue. Cette analyse nous amène à reconsidérer le rôle de la figure dans sa portée transphrastique, dans la mesure où elle est une « forme linguistique isolable » (Morel, 1982). J’examinerai donc ce problème : la répétition telle qu’elle s’inscrit dans la langue et dans le discours, en tant que forme linguistique repérable, peut-elle être circonscrite en tant que figure? le rôle qu’elle joue ne relève-t-il pas d’une véritable opération linguistique?

13Simultanément, je montrerai comment cette question recoupe le problème du réel impossible en tant que réel de la langue, dans les termes où le linguiste Jean-Claude Milner nous rappelle, après Lacan, que le fait de langue consiste en ceci que « dans la langue il y ait de l’impossible : impossible de dire, impossible de ne pas dire », puisque la langue « même si on l’imagine totalité dénombrable, est aussi nécessairement marquée d’hétérogène et de non superposable » (Milner, 1978 : 38). La langue est marquée de manque et d’impossible : la langue est marquée de ce réel de la langue qui fait autant problème pour le grammairien que pour le linguiste si en effet « le pas initial de la grammaire » demande de tenir le réel de la langue pour représentable... Dans ces conditions, le réel de la langue consiste bien en cette nécessité que « pour le sujet il y ait du répétable, et que ce répétable fasse réseau ». Tenir ce réel pour représentable, ce serait donc précisément savoir reconnaître le réel propre de la langue à ce qu’il a de répétable, et de plus savoir le constituer en réseau dans la langue de telle sorte qu’il y permette de voir des régularités là où l’excès et le manque déchaînent les plus grandes irrégularités de langage.

3. Le corpus en annexe

14Découpé dans L’Impossible de Bataille, le corpus se divise en quatre moments : parcours (1) à (4) — qui recoupent transversalement les trois volets du texte : texte I - texte II - texte III. À partir des occurrences de ce corpus représentatif — mais non exhaustif dans le cadre limité d’un exposé — nous allons procéder à la description et à l’analyse de la répétition (reprise, itération/ réitération) d’unités sémantiques dans le texte.

4. Hypothèse de départ

15Deux remarques préalables s’imposent :

161°) C’est délibérément que je ne parlerai pas d’isotopie sémantique (= effet de la récurrence syntagmatique d’un même sème) même si je suis amenée à dégager un parcours interprétatif (=sèmes) parce que je ne décompose pas systématiquement le lexème en sèmes constitutifs — et puisque je ne cherche pas non plus à dégager la cohérence sémantique ou thématique (tel n’est pas ici mon objet).

172°) Je ne parlerai pas non plus d’anaphore (reprise avec répétition du Sa ou du Sé) :

l’anaphore consiste non pas à répéter quelque donnée du texte antérieur, mais à situer l’interprétation de tout nouveau SN d’un texte relativement à la mémoire des interprétations antérieures
(Corblin, 1983)

18en cela, elle joue une fonction de rappel.

19Elle assure la dépendance/ cohésion interprétative qui dépasse les limites de la phrase; c’est là un procédé de continuité textuelle.

20En tant qu’elle assure ces deux fonctions (rappel / continuité), l’anaphore pourrait être convoquée dans cette analyse de l’interprétation « au-delà de la phrase ». C’est aussi délibérément que je la passerai ici sous silence — sachant qu’elle interviendrait d’une manière non contradictoire et complémentaire dans ces analyses, mais qu’elle ne peut pas rendre compte de la répétition en tant qu’opération linguistique.

21Nous allons voir que la question de la continuité et de la cohésion textuelle peut se poser en d’autres termes — non exclusifs de l’approche par « isotopie sémantique » et « anaphore » — à partir de la répétition envisagée comme forme et comme figure. Nous allons procéder à la description de quelques formes à travers les parcours (1) à (4) où les processus de reprise ou de réitération d’un élément lexical manifestent une procédure de répétition. Si l’on peut entendre par répétition « l’observation d’une identité entre des segments répartis à divers endroits de la chaîne syntagmatique » (Ruwet, 1972 : 111), un premier niveau d’analyse considérant la reprise ou la réitération du lexème silence va permettre de dégager quelques observations faites strictement du point de vue de la répétition lexicale. On se demandera d’abord de quel ordre relève cette « identité » (signifiant identique ou signifié identique ?) — et si l’on peut dès lors établir des relations d’équivalence. Ensuite, on verra quelle est l’incidence de cette « répétition lexicale »sur le syntagme et ses implications au niveau de la syntaxe.

5. Structuration microstructurale par la répétition lexicale

22On examinera d’abord dans quelle mesure la répétition d’un même lexème peut relever d’une forme, et s’il ne convient pas dans ces conditions de parler plutôt de figure.

23Parcours (1) froid + neige + froid + neige2« silence »

24On peut décrire les occurrences et la récurrence de signifiants différents (froid / neige), analyser les sèmes rapprochés (9) de leurs signifiés (froid / « glacial » / « indifférent »/ « distant » ; neige / montagne « désolée » / « désertique »)

25Dans ce cas, on peut interpréter la répétition comme une reprise par itération d’un signifié unique (« silence »), selon le schéma (n°1) suivant :

26Sa + Sa + Sa (...) différents 2 Sé unique

27Cette répétition de signifiants différents met en relief la forme de réitération d’un signifié unique, forme de réitération que l’on interprétera comme une figure parce qu’elle permet d’introduire le caractère systématique d’un décalage entre ce signifié unique et plusieurs signifiants différents. Un effet de sens se produit du fait même de la condensation et de la mise en valeur d’un seul et unique signifié (« silence ») — qui se concentre en un point. Il est intéressant de souligner ici dans ce parcours (1) l’incidence entre parenthèses (= en ajout) du signifiant silence, mais sous la forme adjectivale : cette forme de reprise (ajoutée) par le signifiant dérivé lexical (silencieuse) du signifié jusqu’alors implicite (« silence ») tend à désigner ce signifié comme étant effectivement central mais dérobé.

28Notons que l’on peut également noter dans ce parcours (1) la représentation métaphorique des deux axes du langage à travers les signifiants : chemin / montagne / carrefour. Cela nous autorise à faire cette transposition au niveau de la configuration de l’espace topographique : la disposition des signifiants sur la page s’opère selon la contrainte de linéarité du signifiant sur l’axe syntagmatique horizontal, et cependant en un point (=au carrefour où se condense le signifié « silence ») s’articule la dimension de l’axe paradigmatique vertical.

29Parcours (2) silence + silence + silence + silence 2 « silence »

30Dans le parcours (2) nous observons que la répétition se fait par une itération en chaîne de plusieurs signifiants identiques (itération d’ailleurs renforcée par plusieurs reprises anaphoriques : ce silence) pour le même signifié unique (« silence »). Nous pouvons dégager la même observation et poursuivre l’analyse précédente selon ce schéma (n°2) :

31Sa + Sa + Sa + Sa (...) identiques 2 Sé unique

32Nous observons la surimposition — avec condensation et même intensification — d’un signifié global commun (« silence ») pour les signifiants identiques répétés, et bien que ces signifiants entrent en composition dans des syntagmes différents (silence de la neige / silence infini / silence de la mort).

33Le signifié unique (« silence ») est ainsi circonscrit, isolé et mis en valeur. Cette concentration s’accompagne paradoxalement de l’éclatement de ce même signifié en une constellation qui greffe sur le sème /» silence » = « absence de bruit »/ la notion d’une intensification (= d’un excès de silence) comme le signalent les signifiants : mort / exaltation /exorbitée.

34À l’issue des parcours (1) et (2) , nous voyons que le signifié a subi un double mouvement sous l’effet combiné de la répétition de signifiants différents (schéma n°1) et de la répétition de signifiants identiques (schéma n°2). Il y a en effet réduction du signifié à une « unicité de valeur de signification » et intensification de cette unicité plurielle à la fois éclatée et concentrée. Suivant en cela l’interprétation de Georges Molinié (1994), on peut comprendre que cette procédure conjuguée de réitération et de réduction « érige la répétition en une figure » de dimension transphrastique parce qu’elle opère comme une « forme linguistique isolable » qui joue le rôle d’un intensificateur — au niveau de la microstructure — d’une phrase à l’autre. La répétition ainsi identifiée, à partir d’unités linguistiques lexicales, comme forme et comme figure semble être le moteur d’une structure encore invisible, en mouvement — de la phrase au texte.

6. Combinaison entre structuration microstructurale et structuration macrostructurale

35Cette approche de la répétition s’appuie sur la théorie de « l’analyse des niveaux linguistiques » : à partir du niveau intermédiaire entre le phonème et la phrase — à partir du mot — la répétition est ici envisagée dans une dimension problématique pour la grammaire comme pour la linguistique dans la mesure où elle met au jour l’irruption dans la langue du réel impossible entendu comme une propriété de la langue. Là où elles cherchent des régularités dans la langue, elles rencontrent la réitération incessante d’un excès et/ou d’un manque porteur des plus grandes irrégularités de langage...

36Parallèlement, nous venons de voir que le statut de la répétition se joue entre rhétorique et linguistique, puisque la répétition investit — et en quelque sorte revisite — la notion de figure dans la perspective d’un « au-delà de la phrase ». À partir de la répétition, nous commençons ainsi à localiser, de la phrase au texte, la mise en évidence d’un point de vide dans la langue. Mes analyses de l’écriture de Georges Bataille m’ont permis d’en dégager quelques données — dans l’articulation poétique/linguistique — en montrant que la « catégorie de l’impossible » met au jour ce point d’excès et/ou de manque comme un point de rupture : l’impossible joue le rôle d’un révélateur de l’irruption du sujet dans la langue. La psychanalyse permet d’aller dans cette voie avec la notion de lalangue avancée par Lacan, et Jean-Claude Milner a su imposer sur le plan strictement linguistique la reconnaissance du « manque qui marque lalangue » en soulignant que, pour la linguistique, « l’exorbitant se concentre en un point, qu’elle suture : le sujet d’énonciation » (Milner, op.cit. : 45). Il me paraît essentiel de favoriser les développements de la linguistique dans cette voie en continuant d’élaborer la conceptualité forte qu’elle exige (Authier-Revuz, 1995).

37J’ai situé dans un premier temps l’analyse de la répétition que je propose ici au niveau d’une structuration microstructurale : ce qui vient d’être montré à partir de l’unité lexicale — au niveau du « mot » — pourrait également se poursuivre en « descendant » vers le niveau de l’analyse linguistique du phonème (Viprey, 1998) afin de vérifier l’hypothèse qu’il s’agit bien de la même opération linguistique.

38Pour pouvoir envisager la relation texte/discours, il faut dans un deuxième temps « remonter » — dans la perspective transphrastique ouverte — vers l’ « au-delà de la phrase » que l’unité textuelle problématise. L’articulation entre la structuration microstructurale et une structuration de type macrostructural peut permettre de montrer comment chaque unité — du phonème au texte — considérée à son niveau propre d’articulation linguistique et au niveau sémiotique dont elle relève se trouve également confrontée au réel de la langue comme impossible.

39Le parcours (3) établit une continuité entre le texte I et le texte II, tous deux traversés d’occurrences identiques qui se constituent en série : il s’agit de syntagmes construits dans la même forme de langue (syntagme nominal prépositionnel ou proposition relative déterminative).

401°) La série établit une continuité transversale d’un texte à l’autre, alors que ces deux textes sont séparés et juxtaposés, sans lien formel de l’un à l’autre, chacun reposant sur la clôture de son entité propre.

412°) La série est substitutive : le lexème silence est repris, mais il entre en composition avec un élément linguistique chaque fois différent :

silence de la neige
silence de la mort
silence de fin du monde
silence qui s’étend plus loin que l’espace concevable
silence de pierre
silence de mort
silence de fée
silence d’éternité
silence de mort
silence des larmes
silence du rire
silence de rêve

42Par ce procédé de répétition, avec commutation dans un contexte, plusieurs signifiants s’ordonnent en une série paradigmatique (neige / mort / fin du monde / pierre / fée / éternité / larmes / rire / rêve) et apparaissent comme des équivalents sémantiques substituables. Dès lors qu’ils entrent en composition avec un signifiant identique (silence), ils véhiculent un signifié unique (« silence »).

43Cette configuration/constellation que forme la multiplication de signifiants pour un signifié unique établit une tension entre une condensation (excès de langage/trop-plein du sens) et une dilution sémantique (évanouissement du réel discursif/évanouissement du sens) en un point de focalisation dans la langue : le processus de la répétition s’accompagne d’une amplification du point d’excès et/ou de manque qui se manifeste comme la structure d’un point de vide.

44Cette analyse se prolonge dans le parcours (4) où elle se confirme par un autre biais. À plusieurs reprises, les incidences de ce point de vide sont marquées typographiquement comme un point de silence :

45- Blanc à la place du lexème quand le « mot » fait défaut.

46- Rupture ou syncope du syntagme laissant un début ou une fin de phrase en suspens.

47- Un « chapitre blanc » entièrement traversé de lignes de points de suspension.

48Il se produit dans ce parcours un effet d’évidement et un marquage du point de vide au point même de la condensation/dilution. Le silence est figuré, voire représenté, dans le processus et le mouvement de la répétition comme un point d’altération de la forme et du sens. C’est ainsi que dans le parcours (4), on peut relever des occurrences de commentaire sur le sens ou l’absence de sens... ou de gloses telles celles-ci : « un tel silence est l’au-delà de la douleur »... « le silence n’est rien »...

49Il est à souligner que ce mécanisme de réitération et d’altération peut s’observer aux différents niveaux d’analyse linguistique de la phrase, mais aussi dans la dimension (transphrastique) de « l’au-delà de la phrase » — et transversalement du premier au troisième texte (L’Orestie). Il est intéressant de remarquer à ce titre que le texte de L’Impossible déroute totalement la cohérence car l’on ne voit au premier abord aucune nécessité de vraisemblance dans la juxtaposition des trois textes qui le composent. En revanche, une cohésion se dégage très nettement de par ce processus conjugué de répétion et d’altération. Tout se passe comme si c’était la cohésion textuelle ainsi paradoxalement assumée — de la microstructure à la macrostructure — et d’un texte à l’autre — qui procurait cohérence et unité à l’ensemble du texte.

7. La répétition : une opération linguistique ?

50Nous pouvons parler de « mécanisme de réitération et d’altération » en ceci que l’on observe les deux phénomènes conjugués :

511°) La répétition joue sur le paradigme des substitutions en mettant en oeuvre un principe d’équivalence dans la mesure où l’élément « équivalent » autorise à la fois une reformulation par substitution et la cristallisation, en un point de condensation, sur le signifié unique.

522°) Il y a « projection du principe d’équivalence de l’axe de la sélection sur l’axe de la combinaison » (Jakobson, 1963 : 220-221). Dans le processus de la répétition, le principe d’équivalence est sans cesse projeté sur l’axe syntagmatique où s’inscrit la marque d’une altération tandis que se décline le paradigme des transformations.

53À ce niveau de l’analyse linguistique, on peut se référer à Ruwet (op.cit. : 9-12 et 151-175) où il analyse la répétition comme une propriété fondamentale, commune à la musique et au langage poétique, et donc caractéristique de la spécificité du texte littéraire. Nous venons de voir que le statut de la répétition en linguistique hésite entre forme ou figure, et comme le processus de répétition fait jouer les deux axes du langage, on peut légitimement y voir une opération plus qu’une forme, et considérer qu’en tant que « figure », la répétition procède d’une opération linguistique d’altération et de transformation du sens.

54De ce point de vue, les analyses de Jakobson (op.cit. : 209-248) montrent très justement l’opposition diamétrale entre la poésie et le métalangage.

55Dans le métalangage, la séquence est utilisée pour construire une équation : on fait un usage séquentiel d’unités équivalentes en combinant des expressions synonymes en une phrase équationnelle de type A=A comme par exemple la glose citée précédemment : « un tel silence est l’au-delà de la douleur ».

56Inversement, en poésie, et dans le langage poétique, c’est l’équation qui sert à construire la séquence. La spécificité du genre en poésie, et jusqu’à un certain point les manifestations latentes de la fonction poétique (dans le texte ou l’écriture littéraire), rendent cette propriété évidente : « les séquences délimitées par des frontières de mot deviennent commensurables, un rapport est perçu entre elles, qui est soit d’isochronie, soit de gradation. »

57Il y a un marquage du trait unaire (isochrone) pris dans le mouvement de sa réitération, et simultanément des degrés sont enregistrés, de l’ordre de l’intensité :

La mesure des séquences est un procédé qui, en dehors de la fonction poétique, ne trouve pas d’application dans le langage. C’est seulement en poésie, par la réitération régulière d’unités équivalentes, qu’est donnée, du temps de la chaîne parlée, une expérience comparable à celle du temps musical.
(Jakobson, op.cit., 221 — souligné par nous)

58Le texte littéraire reste le champ d’investigation par excellence de cette spécificité du langage poétique qui met en relief les propriétés de la répétition comme opération linguistique. Les effets conjugués du sens et de la perte du sens entrent en jeu dans les altérations et les transformations à la base de la constitution du sens. L’impossible réel de la langue se traduit paradoxalement dans cette opération linguistique où le mouvement de l’excès (intensification/amplification et altération/transformation) reste lié à la régularité de la répétition.

Conclusion

59La répétition obéit au critère linguistique de régularité dans la mesure où l’on peut se demander ce qu’il y a de plus régulier que le répétable... Cependant, au creux de cette opération de répétition — dans la tension et l’intensité— il y a la manifestation du réel de la langue comme impossible de langue. La répétition souligne sans doute ce paradoxe nécessaire : dans cette « distance de la langue à ce qui l’excède » (Milner, op.cit. : 95-96) le linguiste peut alors envisager l’impossible de langue comme critère linguistique, le critère du réel de la langue. Pour le sujet, il y a du répétable et ce répétable fait réseau. Peut-être est-ce à reconnaître cela que nous engage la répétition... la répétition en tant que forme, mais surtout en tant que figure et opération linguistique... Il s’agit de reconnaître l’impossible propre de la langue à ce qu’il a de répétable pour le constituer en réseau. Et de pouvoir examiner à partir de là comment c’est « la variation elle-même qui est systématique » :

[…] toute la question est de savoir si la langue supposée la même se définit par des invariants ou au contraire par la ligne de variation continue qui la traverse […]
(Deleuze, 1980 : 118-119, cité par Peytard, 1998)

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER-REVUZ J. [1995] Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réfexives et non-coïncidences du dire - Larousse.

 BARTHES R. [1980] « Texte (Théorie du) », Encyclopedia Universalis (T.15 pp.1013-1017).

BATAILLE G. [1973] Oeuvres Complètes,  Gallimard (tome V).

BENVENISTE É. [1962] « Les niveaux de l’analyse linguistique », Problèmes de linguistique générale, Gallimard (tome 1).

CORBLIN, F. [1983] Le Français moderne (pp. 118-133).

DELEUZE G. [1980] Mille Plateaux, Minuit.

JAKOBSON R. [1963] Essais de linguistique générale, Minuit, Point, 220-221.

LALA M-C [1981] « L’oeuvre de la mort et la pensée de Georges Bataille, à partir de L’Impossible ( ou La Haine de la poésie) », Université de Paris VII, Thèse de Doctorat de Troisième Cycle non publiée.

MILNER J-C. [1978] L’amour de la langue, Seuil.

MOLINIÉ G. [1994] « Problématique de la répétition », Langue Française 101, « Les figures de rhétorique et leur actualité en linguistique » (pp. 102-111).

MOREL M-A. [1982] « Pour une typologie des figures de rhétorique] points de vue d’hier et d’aujourd’hui », DRLAV 26 (pp. 1-62).

PEYTARD J. [1998] « De l’Altération discursive : regards sur le “carrefour” Mikhaïl Bakhtine/Gilles Deleuze ». Communication au Colloque International Répétition, Altération, Reformulation, Besançon.

RUWET, N. [1972] Langue, musique, poésie, Seuil.

VIPREY J-M. [1998] « Pour un traitement textuel de l’allitération », Communication au Colloque International Répétition, Altération, Reformulation , Besançon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Lala, « Le processus de la répétition et le réel de la langue », Semen [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 13 avril 2007, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/1898

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Lala

Université Paris-III

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page