Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Actualités scientifiquesCorporéité de groupe et effets pr...

Actualités scientifiques

Corporéité de groupe et effets pragmatiques de l'argument « faire corps »

Pascale Delormas
p. 131-144

Résumés

À travers la notion de « corporéité de groupe », on s'intéresse aux spécificités de discours iconotextuels diffusés lors de campagnes de promotion institutionnelles. La confrontation de dispositifs communicationnels privilégiés par un mouvement politique lors d'élections municipales ou par des structures universitaires en vue de recruter des étudiants montre une représentation de groupes d'acteurs, en lien avec la perception sociale du corps, qui repose sur une énonciation chorique. Un ethos fondé sur l'anonymat et le refus du leadership en cohérence avec l'idéal écologiste d'une démocratie participative se trouve ainsi conforté alors que l'ethos des universités comme « groupe en soi » est requis par une approche managériale propre au contexte culturel de l'histoire récente

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Mobilisée dans le champ de la littérature, celui de la philosophie ou celui de la communication, l'unité lexicale figée, « faire corps », témoigne d'une grande plasticité sémantique et cette métaphore est connotée positivement. L'expression « faire corps » s'entend comme un acte volontaire : « faire corps », c'est faire nombre et éventuellement parler d'une seule voix, c'est-à-dire « faire chorus » ; c'est se joindre à un projet ; rejoindre une « corporation » ou une institution, on « fait corps avec », par solidarité, pour soutenir un mouvement ou une action et on « fait corps contre » pour défendre le groupe d'un adversaire. Les valeurs positives qui lui sont attachées permettent d'envisager sa « dimension argumentative » (Amossy [2012] 2000 : en ligne), son « argumentativité oblique » (Rabatel 2000 : 249) l'imposant dans un discours de persuasion sans argument.

2La mise en scène iconique des corps d'individus impliqués dans un corps collectif a pour enjeu de renforcer la force illocutoire du message incitant à rejoindre celui-ci : il s'agit de « donner corps » par la représentation à une entité qui risque d'être perçue comme abstraite (Favier 2021 : 55) or la représentation des corps offre la possibilité d'établir une proximité sensorielle et émotionnelle et en cela l'investissement imaginaire susceptible de provoquer le ralliement est d'autant plus sollicité.

  • 1 Cf. Barats, Bouchard & Haakenstad (2018).

3On s'intéresse ici à la « densité particulière » de la mise en scène des corps lorsqu'ils sont impliqués dans des « situations dans lesquelles il est convenu d'être attentif aux propriétés et aux postures corporelles » (Bourguignon, Fabre & Granger 2021), par exemple dans des campagnes de communication électorale ou universitaire. Le choix d'un tel rapprochement permet de faire apparaître des spécificités en relation étroite avec les contextes sociopolitiques, l'institution universitaire obéissant comme les organisations politico-sociales que sont les mouvements politiques à la nécessité d'un positionnement clair pour un public cible, susceptible de les élire1.

4Pour exemplifier la notion de « corporéité de groupe », que j'introduis ici, j'ai analysé des prospectus diffusés pour la promotion du mouvement des écologistes dans la campagne municipale parisienne de 2020 (documents 1, 2 et 5) et des clips de présentation de l'Université Paris Est Créteil (UPEC) et de Sorbonne université (documents 3 et 4) visibles sur leur site en 2021.

  • 2 Pour une approche discursive des notions d'ethos individuel et d'ethos collectif, voir Paissa & Kor (...)

5La lecture d'images de groupes se faisant à un niveau local et à un niveau global, elle articule dès le stade de la perception ethos individuel et ethos collectif2. On constate une certaine unité quant aux dispositifs énonciatifs, le discours institutionnel reposant sur la mise en série de témoignages, comme autant de manifestations vivantes de la construction de sa réalité. Dans une troisième partie, il sera question des stratégies mises en œuvre en fonction du public visé : adéquat à une dimension socio-culturelle et géographique particulière (arrondissement parisien/ville de Paris/banlieue parisienne), le projet-identitaire – à faire valoir n'est pas le même.

1. Lecture locale et globale de l'image de groupe

6Reflet de compétences sociales, l'adéquation de l'image des corps avec les représentations de la fonction briguée ou valorisée est requise. Comme l'affirme Bourdieu (1977 : 51) dans son article « Remarques provisoires sur la perception sociale du corps », « le corps ne ment pas » et son commentaire s'applique autant aux corps regroupés qu'aux corps considérés dans leur unité :

Le corps en tant que forme perceptible « produisant, comme on dit, une impression » […] est, de toutes les manifestations de la « personne », celle qui se laisse le moins facilement modifier, provisoirement et surtout définitivement et, du même coup, celle qui est socialement tenue pour signifier le plus adéquatement, parce qu'en dehors de toute intention signifiante, l'« être profond », la « nature » de la « personne ». Le corps fonctionne donc comme un langage par lequel, on est parlé, plutôt qu'on ne le parle, un langage de la nature où se trahit le plus caché et le plus vrai, à la fois, parce que le moins consciemment contrôlé et contrôlable et qui contamine et surdétermine de ses messages perçus et non aperçus toutes les expressions intentionnelles à commencer par la parole.

7Les images de groupes donnent lieu à une lecture tabulaire et l'exigence de cohérence met en tension deux mouvements perceptifs entre vision de l'image dans sa globalité et vision partielle. Cette tension est décrite par René Thom (1983 : 77) à propos de l'œuvre d'art mais elle vaut pour les documents diffusés lors des campagnes et analysés ici :

Dans l'observation d'un tableau (ou plus généralement d'une œuvre plastique) l'esprit commence à cerner le contour de l'œuvre ; puis, dans un effort d'analyse, on va s'efforcer de discerner, à l'intérieur des centres, des sujets porteurs d'une certaine prégnance. L'espace total de l'œuvre se trouve ainsi découpé en domaines partiels, qui sont les zones de rayonnement d'un centre (ou plus généralement d'une configuration locale de détails prise comme un individu). On peut penser que ce découpage provient d'une sorte de prolifération du contour vers l'intérieur, prolifération plus rapide là où aucun détail particulier ne retient l'attention… C'est essentiellement le conflit de ces prégnances, […] qui va assurer l'unité de l'œuvre d'art.

8Dans le cadre d'élections municipales, le regard que l'électeur porte sur la photo de groupe des militants écologistes candidats au conseil d'arrondissement du xxème arrondissement de Paris est lié à la connaissance qu'il a des personnes qui le constituent car il est susceptible de les avoir déjà croisées dans son quartier (document 1).

Document 1 : carton d'invitation diffusé en amont du premier tour des élections municipales de mars 2019 à Paris

  • 3 Comme ne le montre pas l'image qui fige les présentations mais comme le montre l'analyse de l'inter (...)

9Le lecteur tentera de distinguer les individus dans le groupe photographié et de les reconnaître, mais il aura balayé l'ensemble de l'image pour cela et il s'attachera dans un second temps à repérer des traits saillants : les visages – pour y déceler un trait de caractère –, le style de vêtements portés – banals, modestes ou extravagants –, le respect de la parité, etc. pour juger de la conformité de l'ethos corporel et des idées promues ailleurs par le mouvement3.

  • 4 Cf. Maingueneau (2002 :133), article « Constituant (discours-) » : « La notion de "constitution" as (...)

10Une telle photo de groupe politique partage un certain nombre de caractéristiques avec la photo de famille, puisqu'elle rassemble des individus qui se réclament de la même famille de pensée : elle a, elle aussi, une dimension constituante4 dans la mesure où elle

réifie l'identité collective, elle constitue par l'art des poses et des mises en scène, une imitation, une extériorité objective, soucieuse de ressemblance. Mais [elle] ambitionne également d'être un rendu de l'air de famille, c'est-à-dire d'élucider ce qui en fait une communauté singulière, de donner à voir l'intensité de ce qui lie entre eux ses membres. Elle est alors une expression, un moyen de la reconnaissance. [Elle] est ainsi à la fois le témoin objectif d'un collectif qu'elle représente, un interprétant, un tiers médiateur, grâce auquel ce collectif apprend à se déchiffrer, à se comprendre comme un « nous » singulier. (Pierran 2010 : 168)

  • 5 Cf. Statuts du parti Europe Écologie Les Verts : https://ri.eelv.fr/wp-content/blogs.dir/295/files/ (...)

11À un niveau institutionnel, l'image du groupe politique doit répondre aux codes en vigueur : alors qu'on ne décèle pas de logique de places explicite dans la photo du groupe des militants de l'arrondissement étant donné l'affirmation toujours répétée dans la communication politique du parti Europe Écologie Les Verts que la politique est affaire de « démocratie à tous les niveaux », ce qui suppose « fédéralisme, subsidiarité, représentativité des élu/es, séparation des pouvoirs »5, l'affichage du portrait de chaque tête de liste d'arrondissement s'avère nécessaire dans le cadre de la campagne électorale du Conseil de la ville de Paris (document 2). Une collection de vignettes cherche à faire connaître les candidats de chaque arrondissement, son unité étant assurée par 1'adoption d'un même design, d'un même format textuel, d'une même phraséologie. Les contenus caractérisent de façon répétitive des « profils » conformes à ce qui est attendu d'un écologiste. Quelques traits majeurs se dégagent – l'ancienneté dans l'action, le travail dans des structures collaboratives et/ou d'économie durable, l'origine sociale et la formation universitaire ou professionnelle –, censés garantir le sérieux, les compétences techniques et administratives et le souci de l'égalité des citoyens. Tout est orienté vers le but qu'indique le mot d'ordre, « Rejoignez la campagne », inscrit sous la photo de chaque candidat.

Document 2 : prospectus diffusé dans Paris lors de la campagne des municipales de 2019

  • 6 On lira avec intérêt l'article de Laborde-Milaa (2015 : 165-177). Son analyse porte sur la diversit (...)

12Les vidéos que les deux universités, l'UPEC et Sorbonne Université, ont choisies récemment dans le cadre de campagnes de promotion supposent également un va-et-vient entre focalisation sur les individus et appréhension des traits communs constitutifs d'une communauté selon un mouvement dicté par la forme choisie : l'ensemble disjoint des capsules de présentation de l'UPEC est organisé là encore en une galerie de portraits (document 3). Le même slogan inaugural, « Vous faites l'UPEC »6, le même cadrage, le même choix générique de la mise en scène de soi, le rythme et la musique constituent un canevas formel dans lequel s'inscrivent les différentes interventions. L'internaute les visionne dans un ordre qu'il choisit à son gré au risque que la représentation d'une image globale soit différée voire non réalisée.

Document 3 : https://www.u-pec.fr/​fr/​universite/​actualites/​lupec-rend-hommage-a-sa-communaute-avec-une-grande-campagne-de-communication

13En revanche, la vidéo qui présente Sorbonne université (document 4) quoique faite, elle aussi, d'une suite d'interventions, se donne à regarder comme une unité constituée. Elle a fait l'objet d'un montage maîtrisé : les présentations de chacun des personnels sont articulées selon une alternance et une progression qui orientent l'interprétation.

Document 4 : https://www.sorbonne-universite.fr/​actualitessorbonne-universite-la-force-dune-communaute

2. Mise en scène des corps et choix énonciatifs

  • 7 Dufiet et Petitjean (2013 : 277-278) précisent que « c'est une énonciation collective […] formée de (...)

14La tension entre les deux mouvements contradictoires, diversité et congruence, dont il a été question plus haut se résout dans la configuration d'une « énonciation chorique ». Cette notion introduite par Dufiet (2005 : 384) est définie comme un « échange verbal [qui] ne dépend qu'apparemment des locuteurs singuliers que sont les personnages, et [dont] [l'] hétérogénéité énonciative n'existe qu'en surface ; alors […] apparait un sujet collectif dont l'expression est diffractée dans les diverses interventions des multiples locuteurs-personnages »7

  • 8 Cf. Rabatel (2007 : 91) : « La surénonciation est définie comme la co-construction inégale d'un PDV (...)

15Des locuteurs empiriques prennent en charge les énoncés de l'acteur collectif qu'est l'institution pour décliner des caractéristiques communes en vue de promouvoir les valeurs de l'idéologie écologiste ou celles de l'institution universitaire. En cela, les individus sont engagés dans un processus de soumission volontaire au collectif. Ce dernier aspect renvoie à la relation de subordination énonciative que l'on désignera en tant que « stratégie d'argumentation par "autorité polyphonique" » (Ducrot 1984 : 167) de la part d'un « surénonciateur »8 qui promeut l'anonymat des membres de l'institution au bénéfice de l'institution.

2. 1. Modalités de débrayage énonciatif

16Les dispositifs énonciatifs sur lesquels reposent les énoncés des quatre documents sont hétérogènes. L'usage de la non-personne dans les deux premiers renvoie au fait que chacun des individus s'identifie à travers une appartenance collective, excluant l'expression d'un « je ». Ainsi, l'énonciateur des énoncés du document 1, « Rassemblé.e.s pour Paris »/ « Rejoignez la campagne », est indécidable : il peut s'agir de l'acteur collectif, le parti, tout autant que des candidats dont les portraits figurent à la troisième personne.

17Les modalités d'adresse du document 2 obéissent aux critères du genre discursif du carton d'invitation. On peut lire que « Toute l'équipe des candidat-e-s du 20ème vous invite à l'inauguration de son local de campagne ». La délégation de candidats issus du parti Europe Écologie Les Verts et de mouvements qui lui sont proches s'exprime à la troisième personne mais la locution « toute l'équipe », substitut de « nous », signale de façon insistante la convergence des points de vue en dépit des sensibilités politiques différentes. Le message ne désigne aucun destinataire sinon les habitants du xxème arrondissement de Paris et il ne suppose pas d'engagement dans une quelconque action ; l'événement a un caractère bon enfant [« apéritif festif et dinatoire – enfants bienvenus » – et non « tolérés »)] et si le « local de campagne » constitue un lieu identifiable par sa fonction en lien étroit avec l'actualité politique, il doit être considéré comme un lieu ouvert à tous et éphémère.

18Dans la communication de l'UPEC (document 3) – celle d'octobre 2021 comme celle de février 2022 – et de Sorbonne Université (document 4), le cadre interlocutif est posé en amont des présentations des membres de la communauté.

19L'énoncé déclaratif embrayé, « Vous faites l'UPEC », renvoie à la factualité de la situation des personnels de l'UPEC et, par sa valeur performative, il semble entériner un fait potentiel, celui de l'inscription de l'étudiant dans l'université désignée. L'alternance du code écrit et oral renforce le caractère impératif et rigide du montage : les différents interviewés fournissent des réponses orales à des questions écrites qui émanent d'une source énonciative institutionnelle sous-entendue.

20L'institution Sorbonne Université invite tout un chacun à en être : le parallélisme syntaxique sur lequel est construit l'énoncé introductif « Découvrez la vidéo qui leur est consacrée, qui vous est consacrée », rapproche « vous » de « eux » et relève de l'injonction à agir en acceptant de visionner le message.

21Mais dans ces deux derniers cas, la prise de parole à la première personne relève du « débrayage énonciatif » (opposé au débrayage énonciatif) dont Greimas et Courtés (1979 : 79) donnent la définition suivante :

Étant donné que l'énonciation est l'instance de la personne, de l'espace et du temps, le débrayage peut être actantiel, spatial ou temporel. Il consiste donc, dans un premier temps, à disjoindre du sujet, de l'espace et du temps de l'énonciation, un non-je, un non-ici et un non-maintenant et à les projeter dans l'énoncé. Comme le je, l'ici ou le maintenant inscrits dans l'énoncé ne sont pas réellement la personne, l'espace et le temps de l'énonciation, puisque ceux-ci sont toujours présupposés, la projection de la personne, de l'espace et du temps de l'énonciation est aussi un débrayage.

22Le débrayage énonciatif est lié, en l'occurrence, au fait que les personnels interviewés, énonciateurs de rang 2, fournissent à travers leurs témoignages un étayage univoque de la revendication d'une identité commune. En effet, ils renvoient à un « non-je », un « non-ici » et un « non-maintenant » énoncés en tant que « je », « ici » et « maintenant » fictifs. Une telle fiction d'embrayage ne fait que donner l'illusion d'une interlocution.

2. 2. Leadership versus anonymat

  • 9 Ainsi Villaba (2022 : en ligne) à propos de l'échec aux élections présidentielles de 2022 de Yannic (...)

23La remise en cause de tout leadership dans le discours des écologistes est constant et en toute cohérence un certain anonymat est requis9. Si la question se pose dans l'action politique, elle n'a pas lieu d'être dans les campagnes de communication universitaire, le principe égalitaire n'y est pas revendiqué, chacun n'étant en principe que le représentant paradigmatique d'une classe d'acteurs au service de la communauté pour mettre le savoir à la portée de tous. En termes sémiotiques, les représentations visuelles des corps doivent être interprétées comme le signe d'une volonté d'agir à travers une figure – image fixe ou mobile – investie par des corps génériques, typifiés, donc interchangeables. Pour paraphraser Fontanille (2004 : 170), ceux-ci ne sont que la trace, le témoignage, la signature d'un investissement que le projet de formalisation rend possible, tel le moule donnant lieu à l'empreinte et comme l'exprime sa formule heureuse, « une figure de corps-creux répond à une figure de corps-chair via celle du corps-enveloppe », qui fait office d'empreinte ou de moulage ; la première est potentielle, la seconde est actuelle.

24Si la campagne pour le Conseil municipal de Paris doit se plier à la personnalisation imposée par le mode de scrutin (document 2) qui suppose un leader identifiable, en revanche, les modalités au niveau des arrondissements obéissent à d'autres critères. Conformément à la doctrine des écologistes qui préconise l'effacement de la personne et le primat du collectif, les candidats occupent explicitement des places de sous-énonciateurs : sur la photo de groupe (document 1), ils sont nommés par leur seul prénom – jusqu'à la candidate tête de liste de l'arrondissement – lequel entre dans une liste organisée de façon linéaire sous l'image fragmentée des corps – tête et tronc – rassemblés en une masse compacte. Une telle économie de moyens doit suffire à faire exister les individus et à établir une relation intersubjective fictionnelle avec l'électeur. Cependant, l'orientation politique du groupe est renseignée en dessous du trombinoscope par les patronymes et la fonction des personnalités élues au niveau national (mais dont l'image n'apparait pas).

25Pour donner davantage de crédit à un discours politique qui met en avant non pas les egos mais le bien commun et la préservation de l'environnement, des prospectus (document 5) ont été distribués qui contenaient des graines de légumes et de fleurs à planter.

Document 5 : papier à planter distribué dans le xxème, arrondissement de Paris pendant la campagne des municipales de 2019

26La référence textuelle et graphique au personnel politique dans ce cinquième document est minorée : alors que la campagne électorale bat son plein, la conviction s'affirme selon laquelle tous sont impliqués dans le combat pour un monde meilleur. La formule « Semons l'espoir à Paris, sauvons le climat » soutient l'idée d'un au-delà du politique, à travers un énoncé qu'il faut comprendre à la fois comme énoncé métaphorique (il s'agit de faire germer un mouvement durable pour un futur désirable) et non métaphorique (il s'agit de faire germer des graines). Le néologisme « papier à planter » renvoie le destinataire à sa responsabilité dans un registre injonctif (ce que n'induit pas la locution « papier ensemencé »). Mobilisé comme objet-tract et comme objet-graine, il revêt le plein statut d'un actant, il est incitation à faire corps avec la planète Terre à travers une action militante qui ne se limite pas à une doctrine. La force illocutoire du verbe étant insuffisante pour mener à l'action – le message risque de rester lettre morte – et parce que le corps auquel il est question d'adhérer déborde le corps politique, l'électeur est accompagné dans une démarche qui suppose sa participation physique à la lutte pour la protection de l'environnement et de la biodiversité selon un continuum supposé ne plus séparer l'être humain des autres vivants.

3. Stratégie communicationnelle orientée vers des publics spécifiques

27Alors que la campagne des écologistes est censée s'adresser à tous, du fait de notre condition commune d'êtres humains, les deux campagnes universitaires révèlent une stratégie orientée vers des publics spécifiques et le diptyque conceptuel marxiste qui oppose « classe en soi » et « classe pour soi » semble pertinent pour comprendre le contexte communicationnel de structures qui cherchent à rendre compte de leur spécificité.

3. 1. « Groupe en soi » versus « groupe pour soi »

28Selon l'approche marxiste, un « groupe en soi » est un groupe social qui existe objectivement, les individus se définissant par leur position dans les rapports matériels de production. Ils ont des interactions entre eux mais ils n'ont pas forcément conscience d'une appartenance commune. En revanche, un « groupe pour soi » est un groupe dont les individus qui le composent ont conscience d'une appartenance commune et c'est le groupe pour soi qui va par la suite permettre une défense de ses intérêts propres.

29S'il n'est pas considéré comme un « groupe en soi » étant donné son hétérogénéité socioculturelle, le groupe politique des écologistes est un « groupe pour soi » du fait d'une sensibilité commune dont la campagne électorale se nourrit, la représentation du groupe actualisant un ethos préalable.

30Les communautés universitaires n'existent pas « en soi » ; les différents acteurs n'ont pas des conditions de vie et ni des styles de vie comparables et ils n'occupent pas une position équivalente dans le système académique. Et elles n'existent « poursoi » que par l'artefact d'une politique de communication qui inverse leur genèse. La présentation du site de Sorbonne Université est une bonne illustration d'un mouvement paradoxal. Par une sorte de coup de force et comme le suggère la double acception du terme « consacré », dans l'énoncé déjà commenté plus haut (« Découvrez la vidéo qui leur est consacrée, qui vous est consacrée »), on cherche à conforter l'existence d'une communauté qui souvent s'ignore.

31Comme les mouvements politiques qui aspirent à être élus avec le meilleur résultat, les universités défendent une identité qui permette de les distinguer étant donné le contexte concurrentiel dans lequel elles se trouvent. Les universités devenant des marques, elles sont obligées de procéder à des stratégies de positionnement et leurs campagnes relèvent de la promotion et donc du marketing. C'est ce que révèlent explicitement les propos métadiscursifs de l'administration de l'UPEC lorsqu'elle vante le travail communicationnel qu'elle mène pour que soit reconnue sa spécificité, en lien avec les publics vers lesquels elle se tourne :

L'UPEC marque un nouveau tournant dans la consolidation de son identité pour partager sa vision et ses ambitions […]. Dans un paysage de l'enseignement supérieur et de la recherche de plus en plus concurrentiel à l'échelle nationale et mondiale, l'UPEC réaffirme ainsi sa différence […]. Cette signature incarne un positionnement différenciant.

32Sorbonne Université avance un tout autre argument. Forte de sa réputation prestigieuse (« sa renommée mondiale » et « son excellence académique » sont mis en avant), elle ne cherche pas à défendre sa place, qu'elle pourrait maintenir sans effort. En revanche, la présentation d'une institution fantasmée comme élitiste se doit d'insister sur son ouverture à tous les profils – jusqu'à les énumérer avec précision – dès lors que les habite la libido sciendi :

[…] doctorante et doctorant, enseignante et enseignant, étudiante et étudiant sportif de haut niveau, scientifique, responsable d'institut ou de bibliothèque, alumni, partenaire international. Qu'importe leur statut, toutes et tous font vivre Sorbonne Université au quotidien. Toutes et tous ont en commun la passion de leur travail, de leurs études. […]. C'est désormais à votre tour de la découvrir [la vidéo] et de vous l'approprier, vous et l'ensemble de la communauté.

33Les présentations des deux universités ciblent des publics différents, en relation avec leur identité proclamée. Elles font appel aux représentations et aux affects des individus qu'il s'agit de séduire en leur donnant à imaginer un lieu qui leur correspond selon une relation en miroir, dans laquelle l'individu se reconnait.

3. 2. Gens de partout et gens de quelque part

34La confrontation des deux campagnes universitaires pourrait renvoyer au clivage dénoncé par l'essayiste britannique Goodhart ([2017], 2019), dans Les deux clans, entre ceux qu'il appelle « ceux de partout » (les anywhere) et « ceux de quelque part » (les somewhere). Rappelons les termes dans lesquels sont distinguées ces deux catégories de population :

Il y a les diplômés de l'enseignement supérieur et les autres. Ceux qui ont des revenus confortables, et les autres. Ceux qui ont un réseau, et ceux qui ont juste une famille. Ceux pour qui l'immigration est une chance, et ceux pour qui elle est une mise en concurrence. Ceux pour qui changer, c'est bien ; et ceux pour qui changer, c'est perdre. (4ème de couverture de la traduction française de l'ouvrage)

35La scénographie des clips de la campagne de 2021 de l'UPEC montre une population constituée de « gens de quelque part », en l'occurrence ceux du site de Créteil. Celui-ci serait la métaphore de l'ancrage des individus dans une structure stable comme semble l'indiquer un cadrage face caméra, avec en fond, le lieu de travail dédié aux activités professionnelles de chacun – bureau, salle de cours, laboratoire, cage d'escalier. Le nouveau visuel, – filmé, lui – apparu sur le site en 202210, n'introduit pas de modifications profondes. Le dispositif spatial montre toujours une « mobilité contenue », dans les deux sens du terme, c'est-à-dire toujours locale et contrainte par des murs (protecteurs ?) : dans la première scène un étudiant danse dans un couloir, d'autres scènes montrent un dialogue entre deux étudiants dans un amphi, un groupe au travail dans une salle de cours, un chercheur dans un laboratoire… La campagne de l'UPEC de 2021 fait valoir que chacun pourrait y trouver sa place, celle de 2022 que l'on y trouverait sa voie. La nuance est ténue, l'identité de l'institution devant être maintenue, comme le manifestent explicitement les commentaires d'une ancienne Présidente de l'UPEC que l'on voit feuilleter des photos dans la dernière scène, réitérant les propos selon lesquels la politique poursuivie était et demeure un enseignement supérieur démocratisé.

36L'UPEC est une université jeune – sa fondation date de 1970 – et elle située géographiquement en banlieue parisienne. La désignation d' « université de banlieue » valant assignation, elle entend tirer profit d'une situation éventuellement stigmatisante pour attirer des individus issu de milieux populaires, qu'il faudrait encourager à passer le seuil de l'université étant donné le spectre de l'échec qui les menace dans les premières années de Licence. Le syntagme « Faire l'UPEC », en raison du registre de langue convoqué, comme la référence à la diversité, soutiennent l'expression de la volonté de proximité et d'engagement :

[…] l'UPEC, c'est une université engagée d'abord pour ses publics. La campagne met en scène six étudiants, enseignants-chercheurs et personnels administratifs de l'UPEC, illustrant ainsi la diversité des publics, des parcours, des formations de l'université, qui en font sa richesse. Les visuels de campagne mettent donc en lumière les vrais visages de l'université, sans filtre, avec naturel et spontanéité. […] Cette campagne de communication, imaginée et réalisée en lien avec l'agence Campus Corn, s'appuie, à partir du 6 octobre 2021, sur une campagne d'affichage dans le métro à Paris et en région parisienne (nord-est et sud-est parisien), et sur les différents campus de l'UPEC. (C'est moi qui souligne).

37La campagne de Sorbonne Université révèle un choix radicalement différent. La formule d'annonce « Sorbonne Université, des talents passionnés ici et ailleurs » renvoie aux valeurs de l'intelligence, de l'investissement intellectuel et de la mobilité (« ici » versus « ailleurs »). Les choix de mise en scène sont révélateurs de la volonté de mettre en avant le prestige de la Sorbonne : en introduction, la caméra balaie l'imposante architecture de la façade baroque de la chapelle Sainte-Ursule de la Sorbonne, s'attarde sur la plaque de rue parisienne, « Place de la Sorbonne », et la suite de « témoignages » est inaugurée par les mots suivants : « C'est un honneur d'enseigner et de travailler à la Sorbonne ». Les contributions successives manifestent la volonté de soutenir l'image que l'institution s'est forgée au fil des siècles. Les « acteurs » – au sens praxématique et théâtral du terme –, dont les corps sont en perpétuel mouvement, évoluent dans des contextes très différents : on les montre dans les différents sites de la Sorbonne, mais toujours dans des espaces ouverts et jamais face caméra ; ils sont seuls, en interaction avec des partenaires issus du secteur privé ou avec d'anciens étudiants satisfaits de leur cursus. En clôture, la présentation du service des relations internationales par la figure typifiée d'un professeur au fort accent allemand manifeste de façon appuyée l'ouverture sur le monde. Il s'agit bien de « gens de partout », c'est-à-dire de ceux que la vie a favorisés et dont les « talents » ne demandent qu'à s'épanouir.

38Les campagnes de l'UPEC et de Sorbonne Université mobilisent l'une comme l'autre des représentations qui ont déjà fait leur réputation. L'ethos préalable sur lequel elles s'appuient confortant une image d'elles-mêmes, sans doute ne cherchent-elles pas à conquérir des publics dont les profils socio-culturels seraient différents de ceux qui les fréquentent déjà. En cela il est difficile de juger de leur efficacité.

Conclusion

39Dans cet article, on a montré comment l'expression « faire corps » peut être articulée dans une perspective argumentative à la mise en scène d'une « corporéité de groupe ». Comme on l'a vu à travers l'analyse de campagnes de promotion institutionnelle, la monstration du corps de locuteurs en nombre participe d'une stratégie de persuasion susceptible d'entraîner l'adhésion. Le corps physique d'un groupe identifiable par sa façon de parler, de se présenter et d'occuper l'espace a été abordé selon une approche sociologique. La représentation graphique et verbale des corps a requis une approche sémiotico-discursive pour faire état des choix de mise en scène, l'énonciation chorique permettant l'expression d'ethe individuels suffisamment divers pour parler au plus grand nombre mais suffisamment convergents pour qu'émerge un ethos collectif en cohérence avec des choix politiques.

Haut de page

Bibliographie

Amossy Ruth, [2012) 2000, L'argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

Amossy Ruth, 2018, « Introduction : la dimension argumentative du discours – enjeux théoriques et pratiques », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 20, <http:journals.openedition.org/aad/2560>, [consulté le 23 septembre 2019).

Barats Christine, Bouchard Julie & Haakenstad Arielle (dirs.), 2018, Faire et dire l'évaluation. L'enseignement supérieur et la recherche conquis par la performance, Paris, Presses des Mines.

Bourdieu Pierre, 1977, « Remarques provisoires sur la perception sociale du corps », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 51-54.

Bourguignon Abigail, Fabre Clément & Granger Christophe, 2021, « Lire les corps », Genèses, 123, 3-7.

Charaudeau Patrick & Maingueneau Dominique, 2002, Dictionnaire d'analyse du discours, Paris, Seuil.

Delormas Pascale, 2021, Compte rendu de l'ouvrage Du singulier au collectif : construction(s) discursive(s) de l'identité collective dans les débats publics [Paola Paissa & Roselyne Koren (dirs)], Limoges : Lambert-Lucas, 2020, <https://journals.openedition.org/aad/5388>, [consulté le 29 janvier 2023).

Ducrot Oswald, 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Dufiet Jean Paul, 2005, « L'énonciation chorique », in Betten Anne & Dannerer Monika (eds), Dialogue Analysis IX : Dialogue in Literature and the Media, Part 1 : Literature, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 383-393.

Dufiet Jean-Paul & Petitjean André, 2013, Approches linguistiques des textes dramatiques, Paris, Classiques Garnier.

Favier Elsa, 2021, « Se forger un corps "désirable pour le pouvoir". L'apprentissage d'une féminité dirigeante à l'ENA », Genèses, 123, 49-68.

Fontanille Jacques, 2004, Soma et Séma. Figures du corps, Paris, Maisonneuve & Larose.

Goodhart David, [2017] 2019, Les deux clans : la nouvelle fracture mondiale, Paris, Les Arènes.

Greimas Algirdas Julien & Courtès Joseph (dirs), 1979, Sémiotique : Dictionnaire raisonné de la théorie du langage. (Langue, Linguistique, Communication), Paris, Classiques Hachette.

Laborde-Milaa Isabelle, 2015, « "J'ai fait l'UPEC". Visage(s) et mise en scène discursive des institutions », in Angermuller Johannes & Philippe Gilles (dirs), Analyse du discours et dispositifs d'énonciation – Autour des travaux de Dominique Maingueneau, Limoges, Lambert-Lucas, 165-177.

Maingueneau Dominique, 2002, « Constituant (discours-) » in Charaudeau Patrick & Maingueneau Dominique (dirs), Dictionnaire d'analyse du discours, Paris, Seuil,133-134.

Paissa Paola & Koren Roselyne (dirs), 2020, Du singulier au collectif : construction(s) discursive(s) de l'identité collective dans les débats publics, Limoges, Lambert-Lucas.

Pierron Jean-Philippe, 2010, « La photo de famille. Entre ressemblance et reconnaissance », in Le divan familial, 24, 167-181.

Rabatel Alain, 2000, « Un, deux, trois points de vue ? Pour une approche unifiante des points de vue narratifs et discursif », La Lecture Littéraire, 4, 195-254.

Rabatel Alain, 2007, « Les enjeux des postures énonciatives et de leur utilisation en didactique », Éducation et didactique, 89-116.

Thom René, 1983, « Local et global dans l'œuvre d'art », le Débat, 24, 73-89.

Villaba Bruno, 2022, « Une écologie trop "policée" : les raisons de l'échec de Yannick Jadot », entretien avec Mathieu Dejean et Fabien Escalona, 13 avril, <https://www.mediapart.fr/joumal/france/130422/une-ecologie-trop-policee-les-raisons-de-l-echec-de­yannick-jadot>, [consulté le 29 janvier 2023].

Haut de page

Notes

1 Cf. Barats, Bouchard & Haakenstad (2018).

2 Pour une approche discursive des notions d'ethos individuel et d'ethos collectif, voir Paissa & Koren (2020) et Delormas (2021).

3 Comme ne le montre pas l'image qui fige les présentations mais comme le montre l'analyse de l'interdiscours (au sens de Pêcheux), les interventions des uns et des autres tiennent compte du niveau national – le parti étant lui-même traversé par différents courants d'idées – comme du niveau de la ville de Paris, de l'arrondissement et de celui des groupes locaux ; les interventions publiques de sympathisants jusqu'aux interactions suscitées par les opérations de porte-à-porte dans les quartiers doivent converger et donnent lieu à des ajustements permanents.

4 Cf. Maingueneau (2002 :133), article « Constituant (discours-) » : « La notion de "constitution" associée à "constituant" joue en effet sur deux dimensions inséparables : la constitution comme organisation textuelle et la constitution comme acte juridique (acte de constitution d'une entité juridique et constitution comme texte établissant les normes d'une collectivité) ».

5 Cf. Statuts du parti Europe Écologie Les Verts : https://ri.eelv.fr/wp-content/blogs.dir/295/files/2016/07/Statuts-Nationaux-V4-juin-2016.pdf, p. 3.

6 On lira avec intérêt l'article de Laborde-Milaa (2015 : 165-177). Son analyse porte sur la diversité des scénographies dans le cadre desquelles s'illustre l'hypergenre du portrait qu'exemplifient les campagnes de promotion de l'UPEC de 2011 et 2012.

7 Dufiet et Petitjean (2013 : 277-278) précisent que « c'est une énonciation collective […] formée de locuteurs qui sont tous identiques et qui profèrent ensemble les mêmes énoncés. […] les énonciations autonomes des différents personnages s'associent les unes aux autres et forment une cristallisation énonciative assimilable à une structure chorique ouverte ».

8 Cf. Rabatel (2007 : 91) : « La surénonciation est définie comme la co-construction inégale d'un PDV surplombant jouant le rôle de topique discursif. La sousénonciation consiste en la co-construction inégale d'un PDV dominé : le PDV sousénoncé repose sur le fait que le cadre de prédication est présenté comme appartenant à un locuteur/ énonciateur antérieur, tandis que la prédication elle­ même, qui émane du locuteur sousénonciateur, est présentée comme découlant de ce qui précède, en sorte que le locuteur n'est pas pleinement l'énonciateur du PDV, il le présente comme étant référé à une autre instance (un individu, une norme, une institution, la vérité), faisant entendre que ce PDV est d'abord celui d'un autre avant d'être le sien. »

9 Ainsi Villaba (2022 : en ligne) à propos de l'échec aux élections présidentielles de 2022 de Yannick Jadot tient-il les propos suivants : « Il y a une dimension d'incarnation dans l'élection présidentielle, une fonction charismatique qui est étrangère à la culture politique des écologistes. Yannick Jadot a eu un peu de mal à trouver le bon ton. Il s'est montré assez véhément à Strasbourg face au président sortant, dans un cadre qui n'était peut-être pas le plus approprié, puis cette véhémence a disparu. On l'a même vu adopter le code vestimentaire de la cravate après des remarques entendues au cours de ses prestations médiatiques ».

10 https://www.u-pec.fr/fr/universite/actuaiites/%C2%AB-vous-faites-!upec-%C2¾BB-1universite­devoile-son-film-de-marque

Haut de page

Table des illustrations

Légende Document 1 : carton d'invitation diffusé en amont du premier tour des élections municipales de mars 2019 à Paris
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/19027/img-1.png
Fichier image/png, 362k
Légende Document 2 : prospectus diffusé dans Paris lors de la campagne des municipales de 2019
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/19027/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Légende Document 3 : https://www.u-pec.fr/​fr/​universite/​actualites/​lupec-rend-hommage-a-sa-communaute-avec-une-grande-campagne-de-communication
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/19027/img-3.png
Fichier image/png, 101k
Légende Document 4 : https://www.sorbonne-universite.fr/​actualitessorbonne-universite-la-force-dune-communaute
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/19027/img-4.png
Fichier image/png, 129k
Légende Document 5 : papier à planter distribué dans le xxème, arrondissement de Paris pendant la campagne des municipales de 2019
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/19027/img-5.png
Fichier image/png, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Delormas, « Corporéité de groupe et effets pragmatiques de l'argument « faire corps » »Semen, 53 | 2023, 131-144.

Référence électronique

Pascale Delormas, « Corporéité de groupe et effets pragmatiques de l'argument « faire corps » »Semen [En ligne], 53 | 2023, mis en ligne le 06 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/semen/19027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.19027

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search