Navigation – Plan du site

La parodie comme lieu d’altération interlocutive

Mongi Madini

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre de la théorie de l’altération interdiscursive initiée par Jean Peytard (1984 et 1992) autour de pratiques de la reformulation et du transcodage,  j’ai  pour objectif de contribuer à redéfinir la parodie. S’il convient de l’appréhender en tant que transformation de texte à texte comme le propose Genette (1982), il faut aussi considérer comme déterminante la dimension interlocutive.  On  a pu remarquer que les différents classements des pratiques de second degré sont des « modèles taxinomiques [qui] écartent théorie du sujet, de l’énonciation et de la réception » (Brisson, 1989 : 75) même s’il est souvent question de compétence du lecteur. Dans ce type de pratique textuelle, la relation interdiscursive ne se borne pas en effet à celle qui intervient entre producteur du texte de base et parodieur, mais ce qui importe aussi, c’est qui s’adresse à qui dans le texte parodique.

2L’émission qui constitue mon corpus 1 propose un « journal à la carte », c’est-à-dire supposant plusieurs présentateurs-types s’adressant à un public type, différent chaque fois, et produisant un texte qui change en conséquence. Elle montre que la parodie télévisuelle et donc pluricodique, se rapproche du fonctionnement fictionnel par une feinte spécifique qui fonde un contrat pragmatique « faisons comme si j’étais un autre » et « faisons comme si vous étiez un autre ».

3Les opérations de conservation/transformation obéissant globalement plus à un processus d’altération que de réitération, ne sont pas agissantes seulement sur un  texte ou un genre, ou un style (si on élargit aux pratiques imitatives) de base mais aussi sur l’interlocution. On dit  autrement parce que c’est à un autre  qu’on s’adresse. Ce que déplace la parodie ce n’est pas seulement le système de valeurs du texte en le décalant et en le dégradant, ce n’est pas seulement la matérialité du texte en le décalquant, c’est aussi un dispositif interlocutif et une représentation que peuvent avoir les partenaires les uns des autres.

4Je souhaite donc, à mon tour, opérer un déplacement de perspective à partir d’un objet exemplaire. Exemplaire d’un point de vue sociologique, la série parodique de Moi Je  sur Antenne 2 (1985) est révélatrice, anticipant sur l’essor des radios libres, sur le boom des chaînes spécialisées, sur l’évolution du langage standard sous l’influence des médias. Elle est exemplaire aussi d’un point de vue sémio-linguistique en ce que son principe de fonctionnement renvoie au fonctionnement de la parodie en général.

5Ma visée est de décrire et d’analyser un corpus télévisuel que je considère comme représentatif de certaines pratiques médiatiques humoristiques (notamment les parodies du Journal Télévisé par les Guignols de l’Info 2 ou les Inconnus)  et aussi de tirer de ces analyses des enseignements sur la manière d’aborder la parodie en général. J’insisterai sur des aspects déjà dégagés de la parodie notamment sa réflexivité qui incite à la réflexion, son ambiguïté constitutive (Hutcheon, 1981) tant par rapport à ce qui est parodié, qu’ici à l’orientation argumentative générale, ou par rapport au public ; mais l’hypothèse qui étaie l’ensemble de mon développement est que la pratique parodique repose sur l’altération interlocutive.

1. Le cadre interlocutif

6Un des modèles des éditions spéciales du Journal Télévisé (désormais JT) « à la carte », repose sur les fameux Exercices de style de Queneau ; mais ici les modifications ont toujours leur origine dans l’identité (sociologique et idéologique) de l’émetteur et dans la situation de communication privilégiée qu’il veut instaurer avec des récepteurs.  Ce sont en somme des « exercices de style » où  le principe de variation serait lié exclusivement  à la relation locuteur-interlocuteur3. Les éditions parodiques du Journal à la carte supposent une feinte interlocutive : le présentateur cible un public et s’adresse à un autre. En effet on n’est pas sur une chaîne spécifique mais sur une chaîne généraliste,  et on voit les quatre présentations différentes. Par exemple l’» édition spéciale intégriste » (JT5) n’est pas destinée aux intégristes catholiques mais à ceux qui ont, de l’intégrisme, une représentation à la fois informée et critique.

7Dans ces « éditions spéciales », tout se passe comme si chacun des locuteurs était solidaire de son discours jusqu’à l’adhérence, jusqu’à l’aliénation, comme si un locuteur était entièrement défini par un discours typique qui serait exclusif de tout autre et comme si un interlocuteur ne pouvait admettre, voire écouter, que ce qui lui ressemble. L’exagération caricaturale peut d’ailleurs faire considérer les éditions spéciales comme des charges (Genette, 1982).

8Si on reste à l’intérieur de la feinte parodique, ce qui est proposé c’est un JT dans lequel les téléspectateurs se reconnaissent. Si on sort de la feinte parodique en en prenant conscience, on découvre la portée critique de cette émission humoristique. Comme toujours dans « l’écriture au second degré » le récepteur doit à la fois reconnaître le modèle parodié et avoir conscience de la parodie. La double compétence est nécessaire. La parodie ne s’apprécie que du point de vue d’un « connaisseur » qui accepte le geste de désacralisation, de dérision. « Les pratiques parodiques se définissent » comme des « transformations déformatrices » mais il ne faut pas négliger « l’aspect monstratif de la parodie ; le fait que le parodieur nous montre avec [...] insistance l’action qu’il prend en charge » (Golopentia-Eretescu, 1989 : 51).

2. Transformation et imitation

9Je n’ai utilisé jusqu’ici que le terme de parodie alors que l’on se trouve, comme c’est souvent le cas, face à une forme mixte qui se situe entre parodie et  pastiche. Le n° 42 de Pratiques (1984) par exemple, consacré à l’écriture-imitation, explore différentes combinaisons  et atteste leur productivité. Il  s’agit  ici d’une parodie d’un genre télévisuel qui s’appuie d’une part sur une parodie stricto sensu soumettant  un texte source à des modifications linguistiques et iconiques repérables, d’autre part sur une imitation du JT et enfin sur une charge de discours stéréotypés considérés comme caractéristiques de certaines positions idéologico-verbales. Les dits, le dire  (intonation, débit...), l’être, ou plutôt le paraître (vêtements, postures, mimiques, gestuelle..) sont imités et répétés, proposés avec insistance à l’identification.  

10Une description plus précise de la séquence dans son ensemble fera mesurer sa mixité constitutive. Le  premier document (JT1) du journal télévisé standard, authentique et quotidien, utilise les extraits de plusieurs journaux télévisés d’Antenne 2 entre le 16 décembre et le 11 janvier (il est fait référence, par exemple, aux réveillons), ou plus exactement les annonces des informations de ces journaux télévisés. Ce qui est conservé globalement dans toutes les éditions, ce sont  les rubriques d’un journal. Alors que le JT1, le journal standard, est présenté par Bernard Rapp, le parodieur est le même acteur dans toutes éditions mais il change de  » look ». Chaque édition est comme un condensé de journal puisqu’elle dure seulement quelques minutes. Elle garde la juxtaposition des rubriques et l’effet d’encadrement, même si toutes les rubriques de JT1 ne sont pas conservées dans toutes les éditions (on trouve cependant comme constante des cinq éditions la politique étrangère, le fait divers et le sport). Cette sélection différente de l’information contribue à donner une impression de « vrai journal » comme si les présentateurs étaient partis des communiqués de presse de l’AFP.

11J’ai choisi un certain nombre de critères descriptifs qui permettent la comparaison des différentes éditions et le marquage de la forte identité de chacune d’elles. Un tableau récapitulatif 4 synthétise les remarques. Ces critères sont les suivants :

12-contenu informatif (rubriques présentes)

13-lexique (registre, présence de noms propres, expressions stéréotypées défigées ou non)

14-syntaxe ( type de phrases, pronoms...)

15-organisation discursive ( macrostructuration, représentation des interlocuteurs, appartenance générique)

16-scénographie TV ( caractéristiques du JT, médaillon, jingle) 5

17Il est à noter que ces données caractérisent l’émetteur visant un récepteur et aussi le JT comme cadre de la parodie-imitation. On va reconnaître le branché, le militant etc. mais une image de leurs interlocuteurs se dessine dans le texte et l’image TV, notamment du fait des adresses, des gestes indicateurs, des mimiques...

18Des phénomènes d’interdiscursivité et d’intradiscursivité s’interpénètrent. Les « éditions spéciales » participent à un relais d’inter-discours en tant que parodies (du JT 6), et en tant que le JT s’inscrit lui-même dans la production télévisuelle comme un genre fortement codifié. On est à l’intersection de plusieurs genres du discours. L’appartenance générique est marquée notamment par la structuration discursive : salutations, rubriques. En même temps, cette structuration est déterminante au plan de l’intradiscours propre à chaque édition — par des effets de reprise et d’échos qui assurent sa cohérence (ex. JT2 « ciao les petits loups »/» salut les branchés ») et au plan de l’intradiscours commun à toutes les éditions parodiques (outrance, spécialisation lexicale...).

3. Série parodique et cohérence imitative

19Pour rendre compte de la forme mixte et de la circulation discursive qui caractérise mon corpus, je distinguerai, pour les besoins de l’analyse, deux entrées : la série parodique (qui met l’accent sur l’altération) et la cohérence imitative (qui met l’accent sur la répétition). La série parodique se définit en termes de transformation et de  comparaison. L’imitation repose sur un faisceau de traits appartenant à différents niveaux et codes qui vont converger (par exemple pour JT5 musique de messe, « latin », costume de prêtre du présentateur). Facteur de cohérence interne, elle produit l’identification du discours stéréotypé qui lui-même se pose en décalage par rapport au discours standard.

3.1. Série parodique

20Les transformations se présentent et par rapport à un texte-source, et les unes par rapport aux autres. La conservation des rubriques du journal permet de faire ressortir l’empreinte du locuteur. Chaque édition est un microdiscours qui tend à s’autonomiser, à se démarquer de la matrice commune (JT1), et en même temps, les éditions produisent un effet global qui est la série des faux journaux. Chaque fois qu’il y a une identification forte du locuteur, il se pose comme autre par rapport au précédent 7.

21La compréhension ne tient que partiellement au contenu sémantique de l’énoncé isolé. Elle s’instaure principalement dans l’interdiscours. On le constate avec JT2 qui donne au début un peu l’impression d’une traduction terme à terme de JT1 et surtout avec JT5, le cas limite de l’intégriste. Il semble qu’il s’exprime en latin (mais mélange en fait plusieurs idiomes) et n’est pas compréhensible au plan strictement linguistique, surtout dans une réception télévisuelle spontanée. On ne comprend cette séquence (dont on perçoit pourtant la construction et même telle ou telle allusion) qu’en tant qu’ensemble pluricodique et en fonction des interrelations avec les autres séquences de la série. Mais à vrai dire, même si l’idiome (la langue française) ne fait pas obstacle pour les JT2, 3, 4, les énoncés sont difficilement décodables d’emblée, ce n’est pas le contenu sémantique lexical qui est le plus important. Ne pourrait-on en dire autant de la pratique télévisuelle ordinaire ? En d’autres termes que comprend-on, que retient-on du JT ?

22Dans la série comparative, c’est telle ou telle composante de l’ensemble qui va avoir valeur différentielle : par exemple c’est seulement  pour JT3 que le nom de la chaîne change (Antenne Rouge / Antenne 2). La musique de messe, qui ponctue l’édition intégriste ( et va avec la diction psalmodiée de son présentateur), contraste avec l’indicatif des autres éditions. L’insertion de la photo du pape, qui ne surprendrait pas pour un sujet consacré au Vatican (mais il n’y en a pas !), joue le rôle d’une toile de fond immuable en décalage comique avec les sujets des rubriques.

23On peut repérer des parallèles et des contrepoints dans la succession des éditions. Les mains jointes du présentateur de JT5 s’opposent au poing fermé du militant (JT3) ; la photo du pape qui apparaît en insert en haut et à gauche de l’image (JT5) à la fois rappelle et contre l’image en abyme de l’intello narcissique (JT4) alors que dans les autres éditions ce sont des images  relatives à l’actualité évoquée qui sont en insert.

24Les discours respectifs du militant et de l’intello (un intello à la Brétecher !) se ressemblent à certains égards : une certaine obscurité pédante, une tendance à vouloir tirer les événements vers des généralités, une tentative pour relier les événements dans la perspective d’ensemble de la lutte révolutionnaire ou de la problématisation « psy », marquée formellement par des enchaînements et des anaphores (« prenons un autre exemple », « nous interpelle en outre », « ces délires se reportent »). Ils s’opposent par exemple par le débit, très lent chez l’intello, très rapide chez le militant. Le pronom « nous » est utilisé aussi bien dans JT3 que dans JT4 mais il prend une valeur différente : deux occurrences de « je » dans JT4 (les seules de tout le corpus) et le contexte général orientent le « nous » vers une valeur d’expansion vaniteuse, tandis que dans JT3 le « nous » est celui de l’appel à la communauté et de l’appartenance politique.

25Seuls JT2 et JT5 modifient les noms propres avec diminutifs familiers dans JT2, latinisés ou périphrastiques dans JT5 et avec une transposition anachronique 8. Ce sont peut-être les deux éditions qui sont les plus difficilement compréhensibles si on s’en tient aux seuls énoncés, du fait de l’obstacle de la langue étrangère dans JT 5 et des ellipses constantes supposées créer la connivence dans JT2. Mais paradoxalement ce sont aussi celles qui explicitent le plus certaines informations (même si pas nécessairement sur le plan du verbal). On peut considérer que, face à un fonds commun potentiel d’informations, chaque JT opère des choix et des interprétations. Les journaux parodiques auraient eux une fonction de dévoilement  et de mise en question de la notion d’information télévisée et de son traitement dans le journal standard.

26Dans cette perspective du traitement de l’information, si on retient la première rubrique (politique étrangère), le JT1 formule une position officielle et solennelle, le présentateur se bornant à rapporter le discours du pouvoir : « La France ne tolérera aucune agression en Afrique ». On pourrait croire que le JT 2 se contente d’opérer un dépoussiérage lexical, de donner une version new look , François Mitterrand devenant Tonton, blacky étant l’équivalent d’Africain, show de sommet avec une nette orientation vers le spectacle etc.  La solennité est battue en brèche mais la transposition n’est pas exclusivement lexicale et un apport d’informations intervient avec la caractérisation négative du sommet « ça swinguait pas un max », « un show râpé » « les arpèges à côté des baskets »9 . Dans la phrase « Tonton nous fait son vieux plan blacky », le pronom « nous » et l’adjectif « vieux » indiquent que François Mitterrand est coutumier du fait. Une autre information ajoutée est l’hilarité des Africains (qui témoignerait d’une lucidité ironique ?).

27Le détail de JT5 est difficilement intelligible, cependant l’intégriste est celui qui va le plus loin en pointant le néo-colonialisme (« Africa nostra »), le rôle des intérêts économiques de la France dans sa politique africaine (« quando fricus Galli minisciato »). En effet le geste familier de frottement des doigts met en exergue le mot « fricus », lui-même pas très mystérieux.

3.2. Cohérence imitative

28La cohérence des éditions parodiques tient tout d’abord à leur forte unité. D’une façon générale, il faut faire intervenir la globalité de la séquence. Ouverture et clôture y sont systématisées et provoquent l’impression d’avoir affaire à un journal en entier (ce qui n’est pas le cas pour JT1 où seule l’ouverture figure). En outre, ouverture et clôture sont des lieux d’interpellation et d’autodéfinition du dire, des lieux de mise en scène de l’interlocution10. L’impression de continuité et de complétude est ainsi plus forte que dans le journal standard.

29Les éditions parodiques donnent  donc à voir une transformation selon une certaine figure de l’émetteur. Des effets de redondance et de convergence permettent d’identifier le locuteur pastiché sur les plans a) intracodique et b) intercodique. Par exemple : a) Linguistiquement et discursivement le JT 2 met en écho l’ouverture (« ciao les petits loups ») et la clôture ( « salut les branchés »), et se caractérise par l’anaphore du démonstratif « ça » en tête de chaque annonce de rubrique. b) Le syntagme Antenne Rouge qui s’affiche  dans JT3 à la place du logo A2, est relayé par l’écharpe rouge que porte le présentateur. L’écharpe dit la même chose que le poing fermé ou que la rhétorique lourde du militant.

30L’outrance procède à la fois de l’exagération et de l’accumulation. Elle fait saillir les différences et est garante d’un marquage comique. Selon Genette, la charge ou pastiche caricatural fait apparaître la manière d’écrire de l’auteur imité comme un jargon, une langue étrangère. Le JT5 constitue, à cet égard, un point culminant (bien qu’il soit difficile de parler de gradation dans la série parodique) : le latin de cuisine en tant que limite de la compréhension globale et que limite de l’incompréhension de détail. Si le bulletin est émis en « néo-latin », c’est aussi parce que l’idéologie intégriste produit un discours à part. Dans les pastiches et les charges analysées par Genette, l’exagération du trait a une fonction critique : mettre en accusation  une façon d’écrire (parler) qui est hors norme, non conforme au bon usage de la langue. Toutes les éditions parodiques (pas seulement JT5) constituent des séquences plus ou moins intelligibles et désignées comme déviantes sur le mode de la raillerie, avec un ethos ironique.

31Un certain dispositif scénique télévisuel (ce que j’ai appelé la scénographie du JT) constitue un cadre d’imitation constant qui fonde le genre et sa reconnaissance : par exemple présence d’un présentateur, cadrage sur celui-ci, indicatif de délimitation des rubriques... En même temps ce cadre ménage un espace différentiel pour le principe de la parodie et la série de ses variations. Scénographie iconique et énoncés sont marqués pour chaque édition par des traits récurrents et convergents.

32Je vais examiner en détail  le JT3 et le JT2. Le maintien et la manière de se vêtir du présentateur suggèrent une rigidité qui caractérise aussi l’organisation discursive et rhétorique 11 ; celle-ci contraste avec une incohérence logique aboutissant à l’obscurité : par exemple les connecteurs « d’une part » « d’autre part » font attendre deux syntagmes différents ; or on a dans les deux cas « la presse bourgeoise »12. Le présentateur accumule les annonces (“le présent bulletin répond aux exigences suivantes », « une mise au point ») puis bifurque, se dérobe (« prenons un autre exemple »), se perd dans l’abstraction creuse, la généralisation vague (les « problèmes » « causes propres » « réalités plus profondes »). Aucune information n’est nettement formulée si ce n’est peut-être la démission de Rives et la présence de Mitterrand en Afrique. Le discours procède par allusions (ex. « le mauvais coup porté à notre économie » pour mentionner la hausse des prix ). La syntaxe est contournée ou incertaine, les phrases trop longues (dernière rubrique notamment), la rhétorique ampoulée. L’argumentation est réduite à un simulacre. Lexèmes obligés et syntagmes stéréotypés s’appellent et s’agglomèrent comme par automatisme : « camarade révolutionnaire », « mots d’ordre », « action politique radicale », « bourgeoisie pro-améri-caine », « télévision populaire »13. Ils n’ont pas de valeur hors contexte et ont essentiellement une portée connotative « révolutionnaire », très langue de bois. Le défaut de concision du présentateur semble sanctionné par le jingle qui retentit, signifiant le temps écoulé et provoquant par compensation une accélération du débit. Le JT du militant n’a en fait pas grand chose du discours d’un militant. La parodie du JT3 vise-t-elle à démontrer qu’un télévision militante est impossible, que les militants ne savent pas ce qu’ils racontent ?

33L’édition branchée (JT2) paraît être bien dans l’air du temps et n’est pas liée à une appartenance politique. Etre branché ne renvoie à rien d’autre qu’à un effet de discours et d’apparence. Sinon les enchaînements et le ton général, telle ou telle de ses formulations pourrait ou aurait pu être entendue à la TV, dès 1985. Mais il faut compter aussi avec le relatif figement du JT14. Le JT2 joue sur la connivence — alors même qu’il est difficile à pénétrer — ; aussi mimique, gestuelle (pour la désignation des encadrés par exemple), sont déterminants pour la compréhension. Une certaine goguenardise, l’irrespect face aux solennités manifestent la volonté de n’être pas dupe. L’édition est très travaillée textuellement, poétiquement pourrait-on dire. Chaque rubrique commence par une phrase qui synthétise l’information et que la suite va expliciter ; elle s’achève par un commentaire « Au score, les Blacks se poilent... », « On se demande  si le fusil [...] va pas être limité aux moins tartes” « On a le droit  de craquer, non ?”. Les figures syntaxiques dominantes sont la parataxe et l’ellipse ; les phrases sont plutôt courtes et souvent nominales. Le lexique est familier ou argotique (« en avoir sa claque », « avoir la pêche », » se poiler », « le gus » ; cf. aussi les noms propres « Tonton », « Vali ») volontiers anglicisant (« show », « fun », « body buildé ») ; on trouve une métaphore filée du spectacle (« show », « polar », « tube »), sportif en particulier (« score », « manager »). L’implicite va de pair avec l’approximation : les articulations logiques sont surprenantes « correct mais râpé », « il a la pêche parce que... ». Des problèmes d’interprétation se posent : qui est « cool » ? que signifie « chafouin », « faire un bœuf »15 ? que désigne « les moins tartes » ? ceux qui atteignent leur cible ou ceux qui ne tirent pas ? Les emplois des verbes « brasser » et « schlinguer » sont curieuses. Les répétitions lexicales (« show », « un max ») supposent des tics de langage. L’allusion est le phénomène dominant (par exemple « ça décoiffe » qui renvoie à une publicité de l’époque). On constate que l’expression est très travaillée : parallélisme syntaxique produit par la reprise en tête de rubrique de la construction ça + verbe au présent +complément ; allitération cultivée « beauf barjot » « blondinet body buildé » ; présence auto-indicielle du mot « branché » et en finale anagramme syllabique (verlan) et contrepet. Cette édition en particulier montre que même si le trait caricatural est fortement appuyé, les textes sont travaillés en finesse et subtilement.

Conclusion

34La parodie est révélatrice du fonctionnement ordinaire du JT dont elle  exhibe et exploite la structuration, met en relief la réception : le JT procède à une sélection et un codage de l’actualité, propose une argumentation plus ou moins dissimulée, cible un public, lequel ne comprend pas tout mais fait semblant... Mais le public de la parodie est lui-même ciblé : usager de la TV à compétence spécifique et propension à la réflexion, le téléspectateur de Moi Je est appelé à se sentir moins consommateur qu’exégète. La parodie suppose un savoir engrangé, sa remise en jeu,  et sa valorisation par une visée critique. Elle repose sur la reconnaissance et procure une satisfaction narcissique. Elle provoque aussi le doute et la suspicion quant à sa cible « tout texte d’un genre est déjà potentiellement parodique de lui-même » écrit C. Grivel (1989 : 12). Le JT standard ne correspond pas à un état zéro ; rétrospectivement il est remis en cause dans son évidence : la « défamiliarisation » dont parle S. Golopentia (1989 :54) intervient. Les éditions parodiques, marquées, font apparaître le JT standard comme marqué lui aussi.

35La parodie est une altération démystifiante caractérisée par un enjeu interlocutif qui frappent d’ambiguïté l’orientation argumentative. Elle utilise une organisation qu’elle démonte par l’outrance caricaturale. La perspective parodique équivaut à une instruction d’inversion argumentative (par exemple le discours du militant n’est pas présenté de manière à convaincre). Mais l’ensemble de ces éditions est-il plus offensif contre les discours mis en scène ou contre le JT authentique ? Les éditions marquées par une individualité abusive mènent à la conclusion que les distorsions de l’information ne sont pas admissibles par rapport à un pacte standard de neutralité verbale et politique. Mais la mise en garde contre la spécialisation n’est pas forcément une apologie du statu quo. Cependant les téléspectateurs de Moi Je ne forment pas un groupe unifié. La subjectivité réintervient de manière décisive, sans qu’il soit question pour autant de s’identifier aux présentateurs parodiques relativement ridicules. L’ambiguïté essentielle tient au rapport entre la parodie et la norme. La parodie consolide-t-elle ou déstabilise-t-elle la norme ? En tout état de cause, elle change les pratiques16.

36Je pense avoir établi que la parodie ne doit pas être envisagée exclusivement comme transformation de texte mais que les paramètres de l’échange, les interlocuteurs et les représentations qui les animent sont fondamentales. Toute parodie suppose la mise en scène d’une situation de communication avec une feinte qui établit un contrat « je ne m’adresse pas à celui à qui je prétends m’adresser ». La parodie exige du lecteur, du spectateur ou du téléspectateur de reconnaître pour se reconnaître. C’est enfin une traversée des formes qui garantit la satisfaction comique.

Haut de page

Bibliographie

ARON Thomas [1984] « Pratiques du pastiche à l’Université », in Pratiques 42 L’écriture-imitation.

BRISSON Marie [1989] « Pastiche, parodie, lecture », in Dire la Parodie, Colloque de Cerisy, Thomson Clive et Pagès Alain éditeurs - Peter Lang.

GENETTE Gérard [1982], Palimpsestes - Seuil.

GOLOPENTIA-ERETESCU Sanda [1984] « La parole et la feinte » in Dire la Parodie, Colloque de Cerisy, Thomson Clive et Pagès Alain éditeurs - Peter Lang.

GRIVEL Charles [1984] « Le retournement parodique des discours à leurres constants » » in Dire la Parodie, Colloque de Cerisy, Thomson Clive et Pagès Alain éditeurs, Peter Lang.

HUTCHEON Linda [1981] « Ironie, satire, parodie » in Poétique n° 46.

MERCIER Arnaud [1996] Le Journal télévisé : politique de l’information et information politique - Presses de Sciences Po, Paris.

PETITJEAN André [1984] « Pastiche et parodie : enjeux théoriques et pédagogiques », in  Pratiques 42 L’écriture-imitation.

PEYTARD Jean [1984] « Problématique de l’altération des discours : reformulation et transcodage », Langue Française  64.

PEYTARD Jean [1992]  Syntagmes 4  De l’évaluation et de l’altération des discours - Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Les Belles-Lettres, en particulier p. 99-128.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Emission « Moi Je »

« Journal télévisé à la Carte »

Mercredi 20 mars 1985

Antenne 2

[Présentation par voix off féminine]17

« La Révolution audiovisuelle est pour demain : télévisions privées, télévisions locales, télévisions spécialisées vont se multiplier. Chaque public aura son programme sur mesure, mais qu’en adviendra-t-il du journal télévisé ? »

[Insertion incipit d’un journal présenté par B. Rapp ]

« Le Tchad au menu du 11e sommet franco-africain avec dès l’ouverture l’affirmation que la France ne tolèrera aucune agression en Afrique. »

[Suite de la présentation]

« Le journal télévisé continuera-t-il à s’adresser au téléspectateur en général ou bien à un public plus particulier ?

« Moi Je s’est amusé à imaginer ce que pourrait être un journal télévisé s’adressant à des publics plus précis, plus ciblés. Mais d’abord, voici des extraits du vrai journal, ce que vous regardez tous les jours. Ecoutez bien les informations. De ces extraits du journal pris au hasard, nous avons gardé les informations et nous avons simplement changé le texte et le style du présentateur. A vous de choisir votre journal télévisé de demain. »

[ JT1.]

[Journal présenté par Bernard Rapp, costumes sobres18, cravate, buste de face, regard vers la caméra, mains peu ou pas visibles ; il apparaît dans un rectangle sur fond de carte du monde puis il occupe tout l’écran ; en dessous son nom en incrustation]

Mesdames, Messieurs, bonsoir.

a) On est entré directement dans le vif du sujet au sommet franco-africain de Bujumbura avec une mise au point très formelle de François Mitterrand : la France ne tolérera aucune agression en Afrique. [Photo et extrait de film de Mitterrand en cours de sujet]

En politique : Raymond Barre faisait les yeux doux hier soir au Parti Républicain, avec un beau succès devant les 10000 personnes venues le voir à Toulouse où il était donc l’invité d’un parti qui est, en principe, plutôt celui de M. Giscard d’Estaing.

[Extrait reportage du meeting banderole visible en début de sujet]

Un homme s’est retranché la nuit dernière dans sa maison près de Vienne dans l’Isère et depuis il tire sur tout ce qui bouge. Il a déjà tiré 200 coups de feu, sans blesser personne, fort heureusement.

[Dessin et mention Faits Divers en début de sujet et tout au long, extrait de film suggérant une scène de vente d’armes à la fin]

d) Le sport maintenant avec un peu de nostalgie puisque nous avons appris ce matin que Jean-Pierre Rives mettait un terme à sa carrière internationale. On ne verra donc plus « Casque d’Or » sur le gazon de Murry Field de Twickenham ou plus simplement du Parc des Princes.

[Dessin et mention Rugby au début, photo Rives, extrait film de match à la fin]

e) L’économie en hibernation entre les deux réveillons avec toutefois deux informations. D’abord une confirmation de l’INSEE à propos de l’indice des prix, l’INSEE qui confirme que les prix de détail ont augmenté de 0,3% au mois de Novembre. [Dessin et mention Prix tout au long du sujet]

 [Indicatif final et B . Rapp dans un rectangle encadré sur fond de carte du monde]

[JT 2.]

[Présenté par un acteur de profil, puis de face, corps de biais, mèche bouclée sur le front, veste et chemise à motif, lunettes noires, qu’il enlève en commençant à parler tandis qu’il regarde la caméra et qu’il rit ; en incrustation la mention « Edition spéciale branchée » ; le présentateur fait quelques gestes des mains ; nombreuses mimiques]

Wahou, Ciao, les petits loups.

a) ça brasse en Afrique. Tonton nous fait son vieux plan blacky. Ouais, il a la pêche parce qu’à Bujumbura ça swinguait pas un max. Un show correct mais râpé, craignos, truffé de plans en l’air, les arpèges à côté des baskets. Au score, les blacks se poilent.

Eh ! ça décoiffe pour Raymond qui a fait un boeuf au show du P.R. Chouette pour sa promo. Il les a branchés sérieux.Chafouin le gus pour son ex-manager, mais pas sympa. C’est quand même Vali qui l’a signé une première fois. Sinon, zéro sans surprise avec une prime pour Tonton et ses potes dont il aime pas le look, mais cool.

[Se cache à demi derrière l’encadré de la photo de Barre qui apparaît au début]

c) Fait divers. ça schlingue un max en Isère. Un beauf, vraiment barjot s’est calfeutré pour shooter le premier qui pointait les naseaux. Un vrai polar. On se demande si le fusil de chasse va pas être limité aux moins tartes.

[Dessin Faits Divers au début du sujet ; photo de policiers en encadré coïncidant avec « polar »]

Sport, sport. Ah, ça dégage chez les musclés. Rives en a sa claque. Notre blondinet body buildé a plus le fun. Marre d’assumer : c’est le recyclage d’un vieux tube en version techno pauvre. Bof, bof, bof. On a le droit de craquer, non ?

[Dessin Rugby au début ; photo Rives ; mouvement des mains comme pour accompagner une musique qui swingue coïncidant avec « sport, sport »]

Salut les branchés, salut les chébrans, salut les chambrés !

[JT3.]

[Présenté par l’acteur de face, cheveux plaqués, écharpe rouge au cou, pull sombre, essuyant ses lunettes et regardant sur le plateau des gens dont il semble guetter le signal ; il met ses lunettes puis commence à parler ; en incrustation la mention « Edition spéciale militant » , en encadré « Antenne Rouge vous parle » ; brandit souvent devant sa poitrine un poing fermé ; le jingle lui coupe la parole comme pour des temps de rubriques prédéterminés ce qui lui fait accélérer le débit d’un air courroucé]

Camarades. Salut militants. Le présent bulletin d’informations répond aux exigences suivantes :

- Premièrement : le mouvement actuel a senti la nécessité de prendre conscience de lui-même et d’assurer sa continuité.

- Deuxièmement : dénoncer les comptes-rendus qu’ont donnés d’une part la Presse bourgeoise et d’autre part la Presse bourgeoise par une mise au point sur ce qui s’est passé.

a) Politique extérieure : Mitterrand à Bujumbura. Ses problèmes et ses causes propres. Nous estimons que derrière ces causes plus profondes se cachent des réalités encore plus profondes qu’il nous reste à déterminer clairement.

c) Fait divers : prenons un autre exemple de la violence qui nous est faite pour refuser l’action d’agitateurs à la solde du pouvoir afin de justifier des répressions comme nous l’avons vu récemment dans l’Isère.

[Dessin Faits Divers au début]

d) Sport : plusieurs tendances sont apparues quant à la conception du sport. Faut-il accepter la démission de Jean-Pierre Rives ? Faut-il de façon plus réformiste s’adjoindre une fraction sport plus importante des étudiants sur des mots d’ordre plus musclés ?

[Dessin Rugby au début]

e) Economie : au lendemain du mauvais coup porté à notre économie par un gouvernement soi-disant de gauche avec l’approbation tacite de la bourgeoisie proaméricaine d’Outre-Rhin contre les camarades révolutionnaires de l’INSEE qui, pour une fois, ont refusé de truquer l’indice des prix, nous espérons que la critique de l’information socialiste puisse déboucher sur une action politique radicale et permanente dans le cadre de la télévision critique populaire.

[Dessin Prix au début]

Salut camarades !

[Geste de contrariété- ?- en semblant prendre à témoin les gens du plateau]

[JT4.]

[Présenté par l’acteur de face, corps de biais, coiffure avec raie et cran, noeud papillon, veste en tweed noir et blanc ; il retire de sa bouche une cigarette—  pas encore allumée — puis se met à parler ; en incrustation la mention « Edition spéciale intello » , en encadré à chaque rubrique avec effet de zoom avant et arrière sa propre image en abyme ; pas d’autres insertion mais un changement de cadrage pour montrer une télévision sans image]

Bonsoir.

a) Voilà l’info que j’ai le désir de décoder face à vous. Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que c’est que ce sommet de Bujumbura dont on a entendu parler ? Eh bien c’est, quelque part, l’émergence dans une réalité plate d’un sommet qui se choisit énorme et qui n’a l’air de rien.

b) Politique intérieure : nous interpelle en outre l’acte apodictique de Raymond Barre quand il chope la parole dans un congrès qui n’est pas le sien, à lui, mais à celui d’un autre, Giscard, et que au fond il le lui dérobe.

d) Sport : au niveau du vécu sportif, enfin je veux dire le terrain nous interroge sauvagement. Rives nous indique lui-même que quelque chose a été en lui, quelque part, perturbé.

c) Fait divers : ces délires in acto se reportent dans le présent grenoblois puisque Isère il y a, avec un impact plus phénoménal. Le forcené, toujours lui, il s’enferme, il blouse les autres. Il tire le gendarme comme un lapin. Il découd l’ordre. Et chacun ne se pose-t-il pas à l’instant des problèmes qui le secouent ?

Voici les images de notre interrogation subjectivisée.

[Cadrage sur une télévision allumée sans image. Répond au téléphone « Oui oui, Ah bon ». Le coup de fil semble en rapport avec le gros plan sur la TV et avec l’annonce hâtée -?- de la fin]

Nous reprendrons demain notre analyse de l’actualité.

[JT5.]

[Présenté par l’acteur de face, cheveux plaqués, portant une soutane, tête penchée, mains jointes dans une attitude de prière ; lève les yeux quand il commence à parler ; nombreux gestes des mains jointes, ouvertes, bénissant ou mimant suggestivement ; en incrustation « Edition spéciale intégriste », en encadré presque constamment une photo du pape ; jingle remplacé par musique de messe]

Televisio parlate pro vobis ad informationes.

a) Primo. Caesare Galli [Photo Mitterrand] deplacat in Africa nostra ad conferationem superbam. Quid dici cenium [??] Nihil imprevisto sed etiam nihil cretino [?] per amici Africam : impossibilita supportare combattum in Africa nostra quando fricus Galli minasciato.

[Geste de froissement de billet entre les doigts sur les derniers mots]

b) Secundo. Raymondo Barri regnante presidentialibus mirate [?] republicani Valery Giscardi per facere malum alter ego politico Giscardi oggi. Stupidi acclament.[Photo de Barre au début]

c) Tertio. Maladus mentalus [Geste de l’index pointé vers le front] embusca in casa sua e tira due centi fuego balli [Geste des doigts figurant un pistolet] sed non escuendo quidam.

d) Quarto. Rugby [geste des mains mimant une passe comme si elles tenaient un ballon]. Rivus exit. Centurio internationis rugby decidat post multitudo marronis cambiare vitam suam in expresso. Ave Rivus Ave! [Photo Rives à la première mention de son nom]

e) Quinto. Catastropha in economia nostra ad livellum populum plegna [?] lacrima del augmentatio crescendo per semper. Chiffri attestandi. [Photo de liasses de billets de cinq cents francs au début]

Speramus et oramus.

Annexe 2. Tableau comparatif général

Annexe 3. Traitement du fait divers

Annexe 4. Ouverture/Clôture

Haut de page

Notes

1 Une transcription figure en annexe.
2  Le JT comme objet de culture partagée est au centre de ces pratiques parodiques. Les Guignols, avec leurs porte-parole marionnettes accentuent le simulacre des identités. Le phénomène est comparable avec les différents présentateurs si caricaturaux de Moi  Je.
3 Ce n’est pas le cas chez Queneau même si la figure du locuteur est parfois mise en scène.
4 Tableau comparatif général en annexe.
5 Le critère de la prosodie (débit, rythme...) a été pris en compte intuitivement mais non systématisé.
6 Elles sont nombreuses ; je ne les prends pas en compte ici.
7 Pour des comparaisons sur des points précis, voir les tableaux en annexe Traitement du fait divers, Ouverture-Clôture, Insertions iconiques.
8 C’est l’image qui permet de comprendre que « Caesare Galli » est Mitterrand dont on a beaucoup commenté en son temps la volonté d’inscription dans la tradition  historique.
9 Les enchaînements intraphrastiques ne sont pas très clairs, surtout dans les deux premières rubriques. Pourtant l’édition se présente comme vouée à  l’explicitation alors qu’elle comporte beaucoup de non-dits.
10 Voir le tableau en annexe.
11 On remarque la présence d’un préambule, des constructions binaires (« premièrement », « deuxièmement » « d’une part, d’autre part », « faut-il[...] faut-il »). Il semble que le locuteur cherche à  verrouiller le discours.  
12  A moins de comprendre cela comme une mise en accusation de l’ensemble de la presse. Cf. le « gouvernement soi-disant de gauche ». En 1985, une certaine gauche est très déçue par F. Mitterrand.
13 « Salut militants » paraît peu habituel.
14 Sauf dans ses marges ou quand des locuteurs ou des situations spécifiques interviennent ( cf. les plaisanteries de B. Masure en fin de journal).  
15 On pense à l’improvisation collective de musiciens mais on pense aussi à « l’effet bœuf » avec lequel le caractère massif de R. Barre se trouverait en accord.
16 On le constate notamment avec l’impact sur l’opinion des Guignols de Canal plus.
17 Je propose ci-après une transcription  des énoncés de l’émission, tout à fait approximative dans le cas du jargon latino-néo-babélien de l’intégriste... Entre crochets en italiques des éléments de présentation et quelques indications sommaires sur les données visuelles. Voir aussi le tableau Insertions iconiques (toutes les images, mouvantes ou fixes, qui apparaissent comme morceau rapportés, insérés, cités par rapport au film du journal proprement dit et à son plan principal constant). Je ne procèderai pas ici à une analyse de détail  de l’image qui ne rentre pas vraiment dans le cadre de ce travail. Je ne signale pas le jingle qui intervient  systématiquement en début et en fin de rubrique ni l’indicatif qui signale le début et la fin du journal.
18 Il y en a plusieurs car il s’agit déjà d’un montage de plusieurs extraits.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mongi Madini, « La parodie comme lieu d’altération interlocutive », Semen [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 13 avril 2007, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/1904

Haut de page

Auteur

Mongi Madini

Grelis, Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page