Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Actualités scientifiquesComment étudier les mèmes ? Une l...

Actualités scientifiques

Comment étudier les mèmes ? Une lecture croisée de Est-ce que tu mèmes de François Jost et Mèmologie d'Albin Wagener

Fabrizio Defilippi
p. 145-158

Résumés

Depuis quelques années, les mèmes en ligne, images fixes ou animées souvent accompagnées de texte, sont devenus un objet d'étude. Cet article présente deux publications françaises de 2022 entièrement dédiées à la question des mèmes, Est-ce que tu mèmes. De la parodie à la pandémie numérique de François Jost (CNRS Éditions) et Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes d'Albin Wagener (UGA Éditions). L'article présente de manière critique les définitions élaborées par les auteurs et les méthodes d'analyse proposées. Il met aussi en évidence les points de contact entre les deux livres, notamment le rôle des émotions dans la création et diffusion des mèmes en ligne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, les mèmes sont devenus un objet d'étude, avec la parution de plusieurs œuvres et articles dédiés à la question, entre reprise de travaux anglophones et élaboration d'approches originales plus adaptées au panorama « mémétique » francophone (Kaplan & Nova (dirs 2016) ; Bédard & Girard (dirs 2021). Deux livres entièrement dédiés à la question des mèmes ont été publiés en 2022 : Est-ce que tu mèmes. De la parodie à la pandémie numérique de François Jost (avril 2022, CNRS Éditions) et Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes d'Albin Wagener (mai 2022, UGA Éditions). Ces deux livres développent une première approche systématique des mèmes dans le contexte français, entre sémiologie et sciences de l'information et de la communication, en produisant une analyse qui aborde les différentes facettes d'un phénomène complexe. L'analyse de Jost repose sur le solide bagage sémiologique qu'il a pu développer dans sa longue expérience d'étude de la télévision (Jost 2005) et des séries (Jost 2011), en continuité avec ses études plus récentes sur le rôle des images médiatiques dans nos sociétés (Jost 2016). L'approche info-communicationnelle de Wagener se situe entre analyse du discours et systémique des interactions (Wagener 2019) et représente l'étape la plus récente d'un travail de recherche sur les communautés en ligne (Wagener 2013) et sur les mèmes et les gifs (Wagener 2020).

2Nous allons présenter les deux publications en essayant de montrer les points de convergence ainsi que les approches méthodologiques mobilisées. Dans la première partie, nous reprendrons et discuterons les définitions que les auteurs proposent, le mème étant un objet d'étude parfois difficile à définir par rapport à d'autres formes visuelles en ligne. Dans la deuxième partie, nous aborderons la question commune de la constitution des corpus de mèmes et des méthodes d'analyse proposées par les auteurs. Dans la troisième partie, nous montrerons comment dans les deux livres les mèmes sont pensés comme des créations qui touchent directement la sphère émotionnelle collective, avec des conséquences socio-politiques parfois problématiques.

1. Qu'est-ce qu'un mème ?

3Une des questions communes aux deux livres concerne la tentative de définir l'objet « mème ». Dans une des premières approches de la mémétique, celle de Richard Dawkins dans The Selfish Gene (Dawkins 1976), le mème était défini comme un élément culturel se propageant de façon interindividuelle par copie ou imitation. On trouvait au centre de cette définition la question importante de l'imitation, le mot « mème » étant une abréviation de « mimème », unité d'imitation qui renvoie à « gène » et rime avec « crème », comme l'observe François Jost en ouverture du premier chapitre de son livre (Jost 2022 : 15). Si la définition de Dawkins est rapidement reprise par les deux auteurs, elle est toutefois mise en arrière-plan, car peu pertinente pour l'étude des mèmes contemporains, c'est à dire cet ensemble d'images, fixes ou animées, souvent accompagnées de textes, qui circulent sur Internet et surtout au sein des réseaux sociaux numériques. Albin Wagener observe notamment que la théorie de Dawkins laissait un espace trop restreint pour l'agentivité individuelle : pour Dawkins, les mèmes « tels des parasites, bondiraient d'un individu à l'autre pour y installer un ensemble de comportements, d'inclinaisons ou de centres d'intérêt » (Wagener 2022 : 6). Or, les mèmes qui circulent aujourd'hui ne sont pas des « réplicateurs » autonomes qui sortent de nulle part, mais un phénomène « collectif » qui dépend de l'agentivité des usagers du Web 2.0.

4Dans son approche, Jost s'attache avant tout à quelques définitions existantes des mèmes, en essayant de distinguer « le constitutif et le facultatif » (Jost 2022 : 20). Il soulève ainsi des doutes quant à l'efficacité de la distinction faite par Limor Shifman – autrice de Memes in Digital Culture (2014) et chercheuse de référence sur la thématique – entre mimicry et remix, les deux concepts renvoyant à des formes de transformation et de détournement dont les frontières sont peu claires. Jost exclut aussi que la viralité soit un élément constitutif du mème, dans la mesure où certains mèmes restent tels sans connaître un véritable succès. Inversement, il souligne que « tout ce qui est viral n'est pas un mème » (ibid. : 19). Pour Jost, on peut parler de mème lorsqu'une ou plusieurs opérations viennent modifier du « matériel » existant : des vidéos peuvent être virales sans être des mèmes, mais elles peuvent devenir des mèmes lorsqu'elles sont modifiées ou remixées ou, encore, reprises et exécutées différemment, comme dans le cas de la célèbre chorégraphie de Gangnam Style, reprise et dansée par d'autres personnes, souvent avec l'ajout de didascalies textuelles (id.). Jost définit alors le mème comme « une image ou une séquence d'images fixes ou animées résultant de la création ou de la transformation d'une image ou d'une suite d'images antérieures mise en circulation sur internet » (ibid. : 23). La reprise massive et l'aspect humoristique restent donc des éléments facultatifs, qui peuvent survenir dans un deuxième moment.

5Cette définition minimale permet à Jost d'entamer une analyse du mème à partir d'une comparaison avec la « parodie » visuelle, celle-ci étant conçue également comme une transformation d'images préexistantes. Qu'est-ce que le mème hérite de la parodie ? En reprenant l'idée de Genette selon laquelle aucun « texte » ne se crée ex nihilo (ibid. : 24), Jost entreprend de répondre à cette question dans le chapitre 2, « Tous en Cène », dédié à l'étude des innombrables parodies de La Cène de Léonard de Vinci. Le détour par La Cène lui permet d'observer de quelle manière le tableau peut être déconstruit jusqu'à la disparition quasi complète de ses éléments constitutifs et à la dilution de son sens, sans que la référence à l'œuvre originale ne soit perdue (ibid. : 45). En analysant les parodies produites dans des contextes artistiques et publicitaires, Jost arrive ainsi à faire émerger à travers la comparaison la spécificité des mèmes dans le chapitre 3 :

Les mèmes ajoutent des éléments soit visuels soit linguistiques, pour détourner une image qui est dupliquée, tandis que les parodies préfèrent une image qui n'est que partiellement reproduite, parfois très éloignée de l'originale […]. Pour dire les choses autrement, les parodies sont des figures in absentia, les mèmes des figures in praesentia. (ibid. : 68).

  • 1 On pourrait imaginer, en revanche, des mèmes qui ne conservent pas l'image originale et fonctionnen (...)

6Dans ce sens, le mème ne tend pas à reproduire la structure d'une image par substitution, comme le fait la parodie, mais conserve en général l'image originale pour y ajouter du texte ou des éléments visuels, par exemple en ajoutant au tableau de La Cène des policiers qui viennent interpeller Jésus pour un repas interdit durant le confinement (ibid. : 77). Dans ce cas, le sens et le message originels de La Cène, qui subsistent dans les parodies analysées par Jost, sont atténués dans les mèmes, le détournement mémétique n'ayant pas une visée artistique. L'originalité de l'analyse de Jost consiste donc en la mise en évidence de cette dimension « adjonctive » du mème, qui permet de saisir une caractéristique commune de la majorité des productions mémétiques1

  • 2 Voir https://knowyourmeme.com/memes/subcultures/rage-comics, [consulté le 06/01/2023].
  • 3 Il s'agit de l'illustration d'un homme chauve avec une expression de tristesse sur son visage. Voir (...)

7Cette définition soulève néanmoins des questions quant au statut de certaines productions. Dans certains cas, en effet, il n'y a pas de reprise d'images préexistantes : des créations originales, par exemple des dessins amateurs qui n'empruntent aucun élément à d'autres œuvres, peuvent être conçues directement en tant que mèmes et diffusées dans un certain contexte numérique (ex. une page Facebook, une plateforme comme 9gag), indépendamment des opérations de modifications et ajouts qui pourraient survenir ensuite. De manière similaire, certains mèmes sont créés à partir de photos ne circulant pas précédemment en ligne et parfois prises explicitement avec l'intention d'en faire des mèmes : toute photo prise dans un contexte privé peut potentiellement être modifiée par l'auteur, par exemple avec l'ajout de texte, chargée en ligne et devenir un mème qui fait sens. Un autre cas qui interroge est représenté par les rage comics2 et le wojaks3, dessinés avec Paint, pour lesquels il est compliqué de dire s'ils naissent dès le début comme mèmes (ou mèmes de réaction) ou s'ils sont devenus tels à force de reprises et transformations.

8Loin d'invalider la démarche de Jost, ces questions montrent en réalité la difficulté de distinguer de manière stricte les mèmes d'autres formes visuelles en ligne, en sachant que le contexte de production et de réception peut exercer une influence sur la manière de percevoir ces formes en tant que mèmes. D'ailleurs, Jost annonce lui-même le besoin d'une certaine flexibilité, en soulignant qu'il convient toujours de « partir de ce que les usagers appellent mèmes plutôt que d'une définition a priori » (ibid. : 65). Sa définition permet néanmoins de repérer les caractéristiques d'une majorité des mèmes.

  • 4 Le terme indique généralement une faille dans un jeu vidéo qui permet de tricher ou d'exploiter des (...)

9De son côté, Wagener choisit une approche différente, mais non incompatible avec celle de Jost. Avant d'aborder la question, il s'attarde sur les conditions qui ont rendu possible l'émergence du phénomène mémétique. Dans le premier chapitre, « Univers numérique et théorie postdigitale », il décrit l'évolution récente d'Internet, en se concentrant sur le passage crucial du Web 1.0 au Web 2.0, c'est-à-dire l'entrée dans un web dans lequel les usagers deviennent potentiellement tous créateurs et créatrices. Ce tournant, commencé au début des années 2000, aurait favorisé l'implication des usagers, en les rendant moins passifs face aux contenus, par exemple en donnant vie à la culture des « boards » et du « commentaire du commentaire » (Wagener 2022 : 14). Le Web 2.0 correspond dans ce sens à un moment de libération des possibilités créatives de la part des usagers grâce aux « affordances » propres des réseaux sociaux : des applications et réseaux comme WhatsApp, Facebook et Twitter ont favorisé la participation des usagers et encouragé la création de contenus, avec des dynamiques de circulation plus rapides. Wagener conçoit donc le mème comme un véritable « enfant du Web 2.0 » (ibid. : 24). Dans ce contexte, les mèmes sont « faits pour être transmis et communiqués, sur le mode de l'interaction personne à personne ou personne à groupe » (ibid. : 23). Si la viralité n'est pas un élément constitutif du mème, la transmission et circulation restent des conditions d'existence incontournables. Le mème existe seulement en tant qu'« objet de transaction et d'échange » (id.), qui évolue en accord avec les affordances des réseaux et des dispositifs dont il est issu, sur le principe du remix créatif. C'est seulement dans la transaction, et donc dans l'interaction entre usagers, textes et images, que peuvent surgir des interprétations nouvelles, qui apportent des perspectives « imprévues », selon les dynamiques propres du glitch4 (ibid. : 31).

10Par ailleurs, Wagener conçoit ces transactions au sein d'une plus large « théorie postdigitale », laquelle vise à penser les mèmes comme des objets qui tendent à effacer les frontières entre ce qu'on avait pu appeler « réel » et « virtuel » (ibid. : 26). La définition des mèmes implique donc aussi un focus sur ce que les mèmes « font » à nos manières de percevoir et d'habiter le monde, car « le Web 2.0 n'est plus un outil, mais il devient une manière d'être au monde » (ibid. : 33). L'auteur insiste alors sur le fait que nos sociétés sont de plus en plus imprégnées d'une série de pratiques et langages originaires du Web 2.0 qui ne restent pas confinées à la vie « en ligne », mais contribuent à façonner les interactions humaines tout court. Les mèmes représentent une des manifestations les plus explicites de cette « pénétration » de la culture numérique et des langages spécifiques des différents réseaux sociaux dans la vie quotidienne. Cet effort d'intégration des mèmes dans une théorie postdigitale, traité dans Mèmologie de manière plutôt théorique, mériterait peut­être d'être développé ultérieurement ailleurs, pour montrer plus précisément et de manière empirique le rôle effectif des mèmes dans la vie et dans les pratiques de communication des usagers.

  • 5 Wagener rapproche le template de la notion d'architexte (Jeanneret & Souchier 1999). En français, o (...)

11Dans le deuxième chapitre, « Écosystème du mème », Wagener parvient à définir le mème comme un « signe grapho-textuel ou vidéo-textuel », caractérisé par la « multimodalité », c'est-à-dire « une combinaison fusionnelle entre l'image et le texte qui l'accompagne » (ibid. : 50). Il reprend ensuite la définition de Christian Bauckhage (2011), qui conçoit les mèmes comme des « blagues d'initiés ou des fragments de savoir tendance et underground qui rapprochent plusieurs individus » (Wagener 2022 : 50). Wagener resitue cette définition dans le contexte actuel, dans lequel les mèmes représentent des « atomes communicationnels » non circonscrits au monde numérique. Il identifie dès lors deux étapes de la formation et de la circulation des mèmes. La première est celle du mème en tant que « technodiscours » (Paveau 2017) : les mèmes sont avant tout des technodiscours, c'est-à-dire des discours « intimement liés aux environnements numériques qui en constituent les pouponnières » (Wagener 2022 : 54). Sans les évolutions technologiques récentes qui ont simplifié la modification d'images, par exemple via les nombreux générateurs et applications qui proposent des templates5 populaires, le phénomène mémétique n'aurait pas été possible. De la même manière, l'essor des réseaux sociaux numériques et des communautés en ligne (par exemple les groupes « neurchis » sur Facebook) représente une condition d'existence pour la création, la circulation et la popularisation des mèmes, en favorisant les échanges et la créativité collective. Dans la deuxième étape, cependant, il y a une émancipation de cette dimension technodiscursive, les mèmes devenant des véritables objets « postdigitaux », capables de s'inscrire dans la vie quotidienne, en circulant comme des formes communicationnelles qui contribuent à produire des discours sociaux et des récits qui font sens.

12Les définitions de Jost et Wagener ne sont donc pas incompatibles, mais plutôt complémentaires. Le travail de Jost permet de voir les points de contact avec d'autres formes visuelles et humoristiques, comme la parodie, et soulève des questions importantes quant à la rupture ou la continuité du phénomène mémétique par rapport à ces formes. La définition de Wagener est moins attentive à ces filiations et se focalise sur les conditions d'existence du mème au sein de l'écosystème numérique et sur la manière dans laquelle nos formes de communications et nos vies quotidiennes peuvent être impactées par la circulation de mèmes.

2. Étudier les mèmes, entre expérience personnelle et grilles formelles

  • 6 Par exemple, le groupe Facebook Neurchi d'antimèmes, qui compte environ 78.000 membres en janvier 2 (...)

13Un des points d'intérêt de la lecture croisée des deux livres est représenté par les choix des auteurs dans la constitution du corpus et dans la méthode d'analyse. En effet, les difficultés rencontrées dans la définition des mèmes dépendent largement des choix effectués dans la constitution des corpus mémétiques. La volonté de Jost de séparer le facultatif du constitutif répond à cette exigence d'inclure des mèmes très différents (dans les gabarits, dans les contenus et dans la posture) et d'éviter des généralisations incorrectes. Si les mèmes les plus populaires sont aujourd'hui souvent constitués d'une image accompagnée de texte (souvent top et bottom text), d'autres formes de mèmes existent et les combinaisons images/textes sont potentiellement illimitées. Sur Facebook on retrouve par ailleurs plusieurs groupes qui font un véritable travail de déconstruction des formats « classiques »6.

  • 7 On parle souvent d'un processus de « nonnification », proportionnel à la diffusion, modification et (...)
  • 8 On pourrait sans doute observer des logiques de production encore différentes dans le cas des mèmes (...)
  • 9 Cette approche peut permettre aussi de constituer plus facilement des corpus empiriques circonscrit (...)

14Un autre facteur discriminant concerne le choix de la plateforme. Entre Reddit, 4chan, Facebook et lnstagram, les écarts dans la production mémétique peuvent être consistants. La culture « mèmique » (Jost 2022 : 160) nécessaire pour la création, le partage et la compréhension d'un mème change selon les plateformes et les communautés d'appartenances. Plusieurs études existent notamment sur les mèmes créés au sein de 4chan, par exemple avec une certaine attention pour la production prolifique de l'Alt-right américaine (Lolli 2017 ; Hagen 2022) et pour ses personnages-symboles (comme Pepe The Frog ou Donald Trump). Extraits de leur contexte de production, ces mèmes peuvent apparaître comme peu compréhensibles à un regard extérieur, en raison des formes d'ironie mobilisées, des références politiques spécifiques et d'une faible familiarité avec les logiques de fonctionnement de la plateforme d'origine7. De manière similaire, au sein de groupes Facebook privés, il faut remonter parfois à rebours les publications pour comprendre le sens d'un mème, souvent avec 1'aide des commentaires et des publications des membres du groupe. Sans pouvoir rentrer dans les détails8, on peut dire que la plateforme et, plus précisément, le contexte restreint de production du mème (ex. board, profil, blog, groupe) ne sont pas secondaires pour sa compréhension, le mème étant toujours déjà produit dans un but communicationnel clair. L'approche « par plateforme », capable de faire émerger, comme le souligne Wagener, les affordances et les spécificités de chaque réseau social, constitue donc une option importante à prendre en considération pour l'étude des mèmes9.

15Même s'ils sont attentifs à ces questions d'énonciation, Jost et Wagener font quant à eux le choix de ne pas se limiter à une plateforme ou à une communauté précise, en essayant d'identifier plutôt des caractéristiques transversales et d'élaborer des critères d'analyse adaptables. Ce choix dépend probablement aussi du fait que les deux livres peuvent être lus comme une introduction à l'étude des mèmes, d'où l'exigence de présenter un corpus mémétique relativement compréhensible et explicable, en dehors des contextes de production trop spécifiques qui auraient demandé la réalisation d'études de cas plus approfondies. Les auteurs tendent ainsi à présenter des templates et des formes d'humour relativement connues ou explicables, sans devoir rentrer dans le détail de l'étude de communautés en ligne et de leurs « idiolectes ». Ainsi, les deux livres soulèvent des questions d'ordre sociologique (« qui produit les mèmes et dans quel but ? », « comment les mèmes nous affectent ? »), mais se concentrent avant tout sur l'analyse de la structure formelle des mèmes.

16Une partie du travail de Jost et de Wagener renvoie, indirectement ou directement, à leur expérience personnelle avec les mèmes. Même si les auteurs ne proposent pas une auto-netographie, une réflexion sur leurs habitudes de « consommation » de mèmes est présente. Dans le cas de Jost, cette opération est explicitée et narrativisée, car l'auteur n'hésite pas à raconter ses premiers contacts avec les mèmes, notamment pendant la période du premier confinement de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Le sous-titre du livre, De la parodie à la pandémie numérique, garde une trace de ce lien entre crise sanitaire et viralité mémétique. Le livre de Jost peut aussi être lu comme la mise en récit d'une découverte personnelle à travers les yeux d'un « profane » qui aborde avec les outils de la sémiologie un objet encore « non identifié ». Ainsi, Jost procède dans le texte en posant des questions et, comme nous l'avons dit, en définissant les mèmes à partir d'autres formes déjà étudiées, comme la parodie. Il adopte aussi une posture d'enquête immersive, en s'essayant à la création et la publication de mèmes, pour mieux comprendre les règles du jeu et les codes des communautés mémétiques (Jost 2022 : 192). Cette composante autobiographique est présente aussi dans l'approche de Wagener, lequel déclare être « amateur, consommateur et producteur de mèmes » (Wagener 2022 : 75). Son corpus de mèmes est avant tout un corpus « personnel », constitué par la fréquentation du site humoristique 9gag et par des années d'archivage avec Google et d'autres plateformes : « Mon intérêt pour l'objet scientifique ne saurait pas être déconnecté de mes pratiques numériques, en tant qu'internaute, utilisateur d'applications diverses, et interactant situé dans des communautés de pratiques » (id.). Cette démarche proche des « savoirs situés » représente une clé de lecture possible expliquant la récente vague d'intérêt académique pour les mèmes : la « consommation » de mèmes à titre personnel précède souvent l'intérêt scientifique et, du moins en France, la pandémie et les confinements ont peut-être favorisé l'attention des sciences humaines pour le phénomène.

  • 10 Jost identifie trois mondes (Jost 2022 : 105), qui font respectivement référence au réel (ex. un mè (...)

17Jost choisit d'étudier les dix mèmes plus populaires de 2020 parmi les usagers de Knowyourmeme.com, site anglophone de référence pour la création, le partage et l'étude des mèmes et de leur évolution. Il élabore donc une grille d'analyse (Jost 2022 : 112) qui prend en considération les plateformes où le mème a été diffusé, le ton du mème, le médium (image ou vidéo), les variants et le « monde de référence »10. L'analyse détaillée de ces dix mèmes permet à l'auteur de mettre en évidence l'hétérogénéité relative des mèmes et la difficulté d'identifier des points fixes (en termes de forme ou de contenu). Si chaque plateforme semble favoriser l'émergence de formats spécifiques, il est néanmoins difficile de faire des généralisations et de prévoir quels mèmes fonctionneront le plus à l'avenir. Dans ce sens, Jost préfère se concentrer sur les variations des mèmes identifiés, en s'attardant sur les variants (de medium, iconiques, verbaux, référentiels, etc.) de certains mèmes célèbres (ex. Wait, it 's all Ohio). Comme le dit l'auteur, « un mème est toujours un paradigme de mèmes » (id. : 114), dans la mesure où un mème n'existe pas de manière individuelle, mais est déjà toujours pris dans l'ensemble de ses propres variations (par exemple en laissant sa forme inchangée pour modifier le contenu). Ainsi, l'analyse des mèmes les plus populaires de Know Your Meme renvoie en réalité plus à des « cascades » de mèmes qu'à des mèmes individuels qui existent de manière autonome : ce que les usagers ont aimé est l'histoire du mème ou mieux l'évolution de sa forme dans le temps et la possibilité d'adapter et réinterpréter un template des centaines de fois.

  • 11 Wagener propose aussi une taxonomie des contenus mémétiques, en identifiant treize catégories génér (...)

18Dans l'analyse de Wagener, l'attention pour les variants est aussi importante, même si l'auteur n'en fournit pas une analyse empirique détaillée. Plutôt, il préfère se concentrer sur la structure des mèmes, en essayant de développer une grille interprétative capable de décrire les caractéristiques formelles des mèmes11• Ainsi, Wagener propose une « anatomie sémiologique des mèmes » (Wagener 2022 : 63). Il identifie trois ensembles distincts qui forment le « métasigne » mémétique : le « pragmasigne », le « pragmadesign » et le « pragmacontexte », qui renvoient respectivement au contenu, à la forme et au contexte de publication du mème. Dans le troisième chapitre de Mèmologie, il présente et teste cette « grille d'analyse systémique mèmologique » (GASM) sur des mèmes très hétérogènes. Cette grille analytique devrait pouvoir potentiellement s'appliquer à n'importe quel mème, en fournissant des outils pour déconstruire l'objet mème dans ses différentes parties (visuelles-textuelles et contextuelles), tout en prêtant attention aux nœuds sémantiques émergents. Cette approche semble fonctionner, car la GASM permet de révéler la structure complexe qui se cache derrière la simplicité apparente des mèmes, tout en montrant que les mèmes, en tant que production de sens, présupposent toujours une forte imbrication de la dimension communicationnelle et sociale.

19Malgré les approches méthodologiques différentes, les deux auteurs semblent parvenir à des résultats et observations similaires. Ils concordent notamment sur le fait que les mèmes constituent un langage particulièrement efficace pour véhiculer des significations communes, avec un potentiel communicationnel qui va au-delà des communautés restreintes au sein desquelles ils émergent. Jost souligne ainsi que les mèmes peuvent fonctionner comme « une sorte de lexique globalisé, une sorte d'espéranto visuel qui supplée aux difficultés de la compréhension linguistique » (Jost 2022 : 134). Cette affirmation semble être partagée par Wagener, qui pense les mèmes comme une sorte de linguafranca (Wagener 2022 : 76) et élargit le discours aux gifs dans la dernière partie de son livre (ibid. : 129). En effet, si certaines études ont pu montrer que les contenus des mèmes entretiennent un strict lien avec le contexte socio-culturel national (Xiao-Mina 2019) et qu'il faut souvent être initié au langage d'une communauté pour en comprendre la production, les templates semblent circuler sans limitations territoriales ou linguistiques évidentes. Dès lors, une étude comparée des mèmes de différentes nations pourrait apporter des éléments ultérieurs pour comprendre cette fonction du mème. Par ailleurs, cette facilité de circulation dépend probablement, comme les auteurs le suggèrent, du fait que les mèmes rendent possibles des formes de communication et de partage des émotions plus intuitives que d'autres formes discursives.

3. Les émotions au cœur du phénomène mémétique

  • 12 Simon Justine, 2021, « Partage social des mèmes : un remède en situation de crise sanitaire ? Analy (...)

20Un élément important qui émerge dans les deux livres concerne la dimension émotionnelle des mèmes. Dans Est-ce que tu mèmes, Jost déclare la présence de cette composante dès le titre, qui renvoie à la fois à la capacité de produire des mèmes et à la capacité des ceux-ci de créer des liens affectifs. Au-delà de toute tentative de formalisation, en effet, il serait difficile d'expliquer le succès des mèmes sans faire référence au fait qu'ils nous affectent, non seulement en provoquant le rire, mais aussi en permettant de partager de manière intuitive des sentiments, comme l'angoisse ou la peur, qui sont souvent difficiles à communiquer ouvertement. Dans ce sens, on pourrait faire l'hypothèse que les mèmes ont une fonction thérapeutique, dans la mesure où ils permettent de gérer des émotions à travers le partage collectif. Ce n'est donc pas un hasard si, dans le chapitre 5, Jost relie la viralité mémétique au sentiment collectif de peur qui a accompagné la pandémie de Covid-19 (Jost 2022 : 136). Selon l'auteur, les mèmes qui sont apparus dès les premières phases de la pandémie peuvent être interprétés comme une tentative collective de gérer la panique et l'incrédulité liées à la montée des cas de contamination dans le monde12. Ces mèmes auraient permis de produire une compréhension commune sur le monde et l'actualité, en fournissant des informations, et favorisé un processus de prise de conscience et d'interprétation des dangers de la crise sanitaire globale. Ainsi, les mèmes visent avant tout à provoquer l'émotion paisible du rire, mais ils peuvent fonctionner comme un « thermomètre » de l'actualité et des émotions collectives, tout en pouvant être explicitement utilisés, comme pour le cas pandémique, pour « communiquer sur l'acceptabilité des recommandations des responsables sanitaires en jouant sur les dispositions ludiques des usagers » (ibid. : 158).

  • 13 Les mèmes du type « Quand tu… » semblent répondre notamment à ce besoin de raconter décrit par Wage (...)

21Pour Wagener également, cette dimension émotionnelle est fondamentale, de manière cohérente avec sa conception des mèmes comme des objets post-digitaux capables d'agir sur les rapports humains et sur la façon d'exprimer nos sentiments et nos visions du monde. Les mèmes apparaissent en effet au sein d'un écosystème caractérisé par ce que l'auteur définit comme un « continuum liquide entre technologie, imagination et désir » (Wagener 2022 : 30). Wagener met la dimension émotionnelle au centre des dynamiques de viralité, en pensant les mèmes comme « des capsules d'expression cognitivo-affective, puisqu'ils font appel à nos ressources à la fois cognitives et émotionnelles – et donc nous motivent à agir pour les diffuser […] » (ibid. : 60). La dimension cognitivo-émotionnelle est au cœur du fonctionnement du Web 2.0, que Wagener conçoit comme un enchevêtrement dynamique et jamais achevé de toiles de récits : « nous avons besoin de nous raconter des histoires sur nous-mêmes et sur les autres, pour faire société et faire sens dans un monde qui semble échapper à toute logique » (ibid. : 37). Les réseaux sociaux numériques, en tant qu'espaces où s'affirme une multitude dynamique et enchevêtrée de récits de « soi » et de « nous », constituent un des exemples les plus évidents de ce phénomène d'« hypernarrativité ». Dans ce cadre, les mèmes représentent potentiellement les formes visuelles idéales pour une société qui semble avoir de plus en plus besoin de créer, partager et écouter des récits. En raison de leur potentiel viral et de leur capacité à synthétiser des messages complexes, ils peuvent devenir de redoutables instruments pour propager des récits. Leur pouvoir de propagation dépend justement de leur capacité à provoquer une réponse émotionnelle, capable de capter l'attention des usagers tout en répondant au besoin de socialisation de notre époque. De cette façon, les mèmes rendraient possible l'élaboration collective de récits autour de situations et problèmes partagés13.

22Wagener inscrit donc la production et circulation massive de mèmes dans ce contexte d'hypernarrativité post-digitale, tout en étant conscient du fait que les récits véhiculés par les mèmes peuvent être problématiques : pour qu'un mème devienne viral, il doit provoquer une forte réaction émotionnelle, mais cette réaction peut ne pas aller de pair avec la véracité du message ou de l'information véhiculée. Autrement dit, cette dimension émotionnelle des mèmes peut donner vie à des distorsions de la réalité, par exemple en contribuant à nourrir des récits complotistes ou des fake news qui ont une forte emprise sur les imaginaires. Nous trouvons aussi cette question dans le chapitre 6 du livre de Jost, « Mème pas vrai », où l'auteur rappelle le fait que les mèmes ont été un instrument de propagande pour l'élection présidentielle de Donald Trump. Ainsi, Jost souligne que la diffusion de mèmes véhiculant des fakes news ou des idées politiques n'est pas due au hasard, mais dépend souvent d'une action collective concertée, dans le but d'utiliser les mèmes comme « une arme de guerre communicationnelle et de manipulation » (Jost 2022 : 166).

  • 14 Voir l'étude de Marc Tuter et Sal Hagen sur les mèmes antisémites dans 4chan, (((They))) rule: Meme (...)

23Wagener et Jost touchent ici à une question importante, concernant la dimension politique des mèmes, déjà traitée de manière plus explicite dans d'autres publications, par exemple pour décrire le rôle des mèmes dans le contexte politique russe (Denisova 2019) ou dans la diffusion d'un certain imaginaire socialiste utopiste (Brown & Bristow 2019). La capacité des mèmes de créer un lien (même si éphémère) par les émotions peut contribuer à l'émergence de formes problématiques d'appartenance politique. En effet, les mèmes fonctionnent selon un principe d'inclusion/exclusion : les « couches » de sens et d'ironie employées dans la production de mèmes contribuent à créer un langage spécifique au sein d'une communauté en ligne, en opérant implicitement une sélection qui exclut ces usagers qui ne disposent pas des codes nécessaires. Comme le dit Jost, « le devenir interprétatif du mème dépend essentiellement de l'encyclopédie du récepteur » (Jost 2022 : 163). Or, ces dynamiques peuvent mener à la création délibérée de mèmes qui produisent des formes d'inclusion par l'exclusion, en renforçant des logiques politiques et identitaires problématiques et en alimentant des propos haineux en ligne14. Ainsi, la capacité des mèmes à créer du lien autour des thématiques précises, en rendant possible l'expression de sentiments et émotions socialement partagées, peut se révéler une arme à double tranchant. Leur fonction « fédératrice » peut favoriser des formes constructives de militantisme politique et de redéfinition de l'identité collective (Gal, Shifman & Kampfz 2015), à droite et à gauche, mais elle peut aussi nourrir des formes de propagande et de désinformation problématiques.

Conclusion

24Ces questions autour de l'utilisation stratégique des mèmes dans des buts politiques montrent que les mèmes ne sont pas juste une source de divertissement, mais un instrument puissant, capable de véhiculer de manière efficace et synthétique tout type de message, avec des possibilités inédites de communication pour le monde de la politique institutionnelle et de la publicité commerciale. D'où la nécessité de développer des analyses systématiques du phénomène et de ses évolutions dans le futur proche. La lecture croisée des deux livres, Est-ce que tu mèmes. De la parodie à la pandémie numérique de François Jost et de Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes d'Albin Wagener, constitue alors une étape importante pour la compréhension des phénomènes mémétiques. Les deux œuvres permettent de définir et délimiter théoriquement la question, tout en avançant une lecture critique de quelques approches théoriques internationales déjà consolidées. Les deux livres peuvent ainsi constituer une introduction utile à la question et fournissent des outils théoriques précieux pour soustraire l'objet mémétique à l'immédiateté et la simplicité apparentes qui semblent le constituer. Les outils de la sémiologie mobilisés par François Jost et l'approche communi­cationnelle d'Albin Wagener permettent de voir à l'œuvre deux approches différentes mais potentiellement complémentaires. On peut retenir notamment les efforts faits par les deux auteurs pour développer une boite à outils méthodologique applicable à d'autres corpus mémétiques. Les grilles d'analyse de Jost et Wagener pourront être reprises, enrichies et adaptées aux exigences du corpus analysé ou de la plateforme choisie. Ces grilles constituent un précieux outil pédagogique, pour l'étude de la structure formelle des mèmes, ainsi que pour identifier les liens de la forme mème avec d'autres formes visuelles et humoristiques (comme les blagues orales ou le dessin de presse).

25Par ailleurs, comme nous l'avons mis en évidence, les deux livres ont le mérite de se confronter à une question, celle des émotions, qui nous paraît fondamentale pour la compréhension du phénomène. Cette question était déjà présente notamment dans l'ouvrage collectif québécois Pour que tu mèmes encore (Bédard & Girard dirs 2021), plus explicitement dédié aux enjeux identitaires des mèmes et à ce que les mèmes « nous font ». En effet, comme le souligne dans l'introduction Stéphane Girard, « les mèmes que nous produisons, consommons, sauvegardons, partageons et chérissons révèlent quelque chose de ce que je suis, de ce que vous êtes et de ce que nous sommes » (ibid. : 30). L'ouvrage propose des études de cas qui explorent le différentes facettes sociales, politiques et identitaires des mèmes et constitue par là une troisième lecture, complémentaire des ouvrages Jost et Wagener.

26Les auteurs soulèvent aussi d'autres questions intéressantes, comme l'étude des gifs (Wagener 2022 : 129) ou le lien entre mèmes et NFT (Jost 2022 : 207), qui mériteraient d'être approfondies. Si la publication de ces deux livres est le symptôme d'un intérêt croissant pour la question des mèmes en France, d'autres pistes de recherche sont possibles et on entrevoit des collaborations fertiles entre sciences de l'information et de la communication, sémiologie et autres disciplines pour saisir les différentes facettes de ce phénomène complexe.

Haut de page

Bibliographie

Bauckhage Christian, 2011, « Insights into Internet memes » in Nicolov Nicolas & Shanahan James G. (eds.), Proceedings of the Fifth International AAAI Conference on Weblogs and Social Media, Menlo Park, The AAAI Press, 42-49.

Bédard Megan & Girard Stéphane (dirs), 2021, Pour que tu mèmes encore. Penser nos identités au prisme des mèmes numérique, Montréal, Éditions Somme Toute.

Brown Alfie & Bristow Dan (eds.), 2019, Post Memes: Seizing the Memes of Production, New York, Punctum Books.

Dawkins Richard, 1976, The Selfish Gene, Oxford, Oxford University Press.

Denisova Anastasia, 2019, Internet Memes and Society Social, Cultural, and Political Contexts, New York, Routledge.

Gal Noam, Shifman Limor & Kampf Zohar, 2015, « It gets better: Internet memes and the construction of collective identity », New Media & Society, 18(8), 1-17.

Hagen Sal, 2022, « 'Who is /ourguy/?': Tracing panoramic memes to study the collectivity of 4chan/pol/ », New Media & Society, <https://joumals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1461444822107827>, [consulté le 06/01/2023].

Jeanneret Yves & Souchier Emmanuël, 1999, « Pour une poétique des écrits d'écran », Xoana, 6, 97-107.

Jost François, [2005] 2017, Comprendre la télévision et ses programmes, Paris, Armand Colin.

Jost François, 2011, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, Paris, CNRS Éditions.

Jost François, 2016, Pour une éthique des médias : Les images sont aussi des actes, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube.

Jost François, 2022, Est-ce que tu mèmes ? De la parodie à la pandémie numérique, Paris, CNRS Éditions.

Kaplan Frédéric & Nova Nicolas (dirs), 2016, La culture Internet des mèmes, Lausanne, Presse polytechniques et universitaires romandes.

Lolli Alessandro, 2017, La guerra dei meme. Fenomenologia di uno scherzo infinito, Orbetello, Effequ.

Paveau Marie-Anne, 2017, L'analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

Shifman Limor, 2014, Memes in digital culture, Cambridge, MIT Press.

Tuter Marc & Hagen Sal, 2020, « (((They))) rule: Memetic antagonism and nebulous othering on 4chan », New Medias & Society, 22(12), 2218-2237.

Wagener Albin, 2013, « Émergence et diffusion d'items identitaires et culturel : le cas de la communauté en ligne 9gag », Recherches en communication, 40, 209-225.

Wagener Albin, 2019, Discours et Système, Bruxelles, Peter Lang.

Wagener Albin, 2020, « Mèmes, gifs et communication cognitivo-affective sur Internet », Communication, 37(1), <http://joumals.openedition.org/communication/1106 l>, [consulté le 06/01/2023].

Wagener Albin, 2022, Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes, Grenoble, UGA Éditions.

Xiao-Mina An, 2019, Memes to movements. How the World's Most Viral Media ls Changing Social Protest and Power, Boston, Beacon Press.

Haut de page

Notes

1 On pourrait imaginer, en revanche, des mèmes qui ne conservent pas l'image originale et fonctionnent plutôt selon le principe du découpage et du collage.

2 Voir https://knowyourmeme.com/memes/subcultures/rage-comics, [consulté le 06/01/2023].

3 Il s'agit de l'illustration d'un homme chauve avec une expression de tristesse sur son visage. Voir : https://knowyourmeme.com/memes/wojak, [consulté le 06/01/2023].

4 Le terme indique généralement une faille dans un jeu vidéo qui permet de tricher ou d'exploiter des possibilités de jeu inédites. Wagener étend la question du glitch à tout détournement et usage imprévu, en écart avec les usage prédéfinis au sein du Web 2.0. Tl conçoit les mèmes dans ces termes, comme les résultats d'interactions non-préétablies, d'interprétations inédites et de transformations créatives inattendues.

5 Wagener rapproche le template de la notion d'architexte (Jeanneret & Souchier 1999). En français, on parle parfois aussi de « gabarit ».

6 Par exemple, le groupe Facebook Neurchi d'antimèmes, qui compte environ 78.000 membres en janvier 2023.

7 On parle souvent d'un processus de « nonnification », proportionnel à la diffusion, modification et « simplification » d'un mème tout le long de la chaîne qui va de 4chan à Facebook, en passant par Reddit, Tumblr et d'autres plateformes. Jost parle de « meme elitism » (Jost 2022 : 162).

8 On pourrait sans doute observer des logiques de production encore différentes dans le cas des mèmes partagés à travers les réseaux de messagerie instantanée comme WhatsApp ou Telegram.

9 Cette approche peut permettre aussi de constituer plus facilement des corpus empiriques circonscrits, par exemple en se limitant à l'étude des mèmes d'un groupe Facebook ou d'un profil lnstagram spécifique.

10 Jost identifie trois mondes (Jost 2022 : 105), qui font respectivement référence au réel (ex. un mème qui nous dit quelque chose sur le monde réel et l'actualité), au fictif (donc à des situations inventées) et au ludique (qui renvoie à soi-même dans le but de rire). Voir aussi Comprendre la télévision et ses programmes (Jost [2005] 2017).

11 Wagener propose aussi une taxonomie des contenus mémétiques, en identifiant treize catégories générales (Wagener 2022 : 90).

12 Simon Justine, 2021, « Partage social des mèmes : un remède en situation de crise sanitaire ? Analyse sémiodiscursive de détournements humoristiques en contexte numérique », in Bedard Megan & Girard Stéphane (dirs), Pour que tu mèmes encore. Penser nos identités au prisme des mèmes numériques, Montréal, Éditions Somme Toute, 75-99.

13 Les mèmes du type « Quand tu… » semblent répondre notamment à ce besoin de raconter décrit par Wagener, à travers la mise en récit de situations sociales courantes qui facilite une identification de l'usager.

14 Voir l'étude de Marc Tuter et Sal Hagen sur les mèmes antisémites dans 4chan, (((They))) rule: Memetic antagonism and nebulous othering on 4chan (Tuter & Hagen 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrizio Defilippi, « Comment étudier les mèmes ? Une lecture croisée de Est-ce que tu mèmes de François Jost et Mèmologie d'Albin Wagener »Semen, 53 | 2023, 145-158.

Référence électronique

Fabrizio Defilippi, « Comment étudier les mèmes ? Une lecture croisée de Est-ce que tu mèmes de François Jost et Mèmologie d'Albin Wagener »Semen [En ligne], 53 | 2023, mis en ligne le 06 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/semen/19079 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.19079

Haut de page

Auteur

Fabrizio Defilippi

Université Paris Nanterre, DICEN-IDF

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search