Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Actualités scientifiquesSignifiance et figure d'auteur à ...

Actualités scientifiques

Signifiance et figure d'auteur à l'horizon de La confrontation des points de vue dans la dynamique figurale des discours

Entretien avec Alain Rabatel réalisé par Andrée Chauvin-Vileno
Alain Rabatel et Andrée Chauvin-Vileno
p. 159-173

Texte intégral

1Après les sommes d'Homo narrans (Rabatel 2020a/2008) et Pour une lecture linguistique et critique des médias (Rabatel 2017a), Alain Rabatel a publié en 2021, toujours chez Lambert-Lucas, un ouvrage important à tous égards, La confrontation des points de vue dans la dynamique figurale des discours. Énonciation et interprétation (Rabatel 2021a). Dans ce livre de plus de 650 pages, il se propose d'examiner les figures dans une perspective renouvelée, à la lumière de la théorie généralisée des points de vue qu'il élabore depuis une vingtaine d'années et qui considère solidairement énonciation, référenciation et argumentation. Son objet, la figuralité, définie en termes de saillance et de rendement discursifs, dans le sillage à la fois de la rhétorique antique et d'orientations pragmatiques contemporaines, est abordé plus précisément dans une approche textuelle et sous l'angle dialogique de la confrontation des points de vue et des postures énonciatives qui s'y rattachent.

2Les 22 chapitres du livre rassemblent, réorganisent, complètent et actualisent des articles publiés entre 2007 et 2019, auxquels s'ajoute une étude inédite. La progression et l'articulation des contributions sont repensées en fonction du projet du livre, en ménageant liages, retours réflexifs et ajouts substantiels. L'architecture d'ensemble s'appuie sur une très consistante introduction générale (70 pages) et des introductions et conclusions originales pour chacune des trois parties, la conclusion générale synthétisant les résultats et prolongements ouverts. La première partie est consacrée au travail du signifiant dans les figures de mots et les jeux de mots (à-peu-près, syllepse, répétition…). La deuxième, se donnant comme seuil principal la prédication, porte sur la construction textuelle et référentielle de figures de pensée (ironie, humour, hyperbole, liste…). La troisième pose la relation des figures aux textes sous l'éclairage de l'individuation et d'une « subjectivité socialisée » (Rabatel 2021a : 484) en concevant l'idiolecte, le style et l'ethos comme des facettes de la figure d'auteur, dans une perspective qui refuse de dissocier singulier et collectif, production et réception, expression et contenu, parole et pensée. En réinterrogeant les catégories de figures de mots et de pensée et en y adjoignant la figuration du sujet-auteur, en intégrant la dimension interprétative des effets-figures, l'ouvrage vise à couvrir et explorer autrement le champ de « toutes les figures dans le texte » (ibid. : 580). Il aborde une gamme de phénomènes langagiers qui font intervenir tous les niveaux linguistiques et s'intéresse soit à des figures peu explorées (anti­métabole…), soit à des figures reines revisitées ou réévaluées (ironie, syllepse…), voire à des configurations dont le statut de figure n'est pas reconnu comme tel (lapsus, reformulation). La réflexion théorique se nourrit d'une fréquentation-analyse très précise de corpus de nature générique, historique voire sémiotique variée (des contrepèteries aux reformulations en chaîne dans un type de discours philosophique, des devinettes « du comble » aux litanies religieuses, du discours littéraire au discours universitaire…).

3L'ambition n'est pas seulement celle d'une théorie énonciative globale, continuiste, intégrative et anti-dogmatique du discours et du sens, qui affirme de plus en plus au fil du travail d'Alain Rabatel sa cohérence et son dynamisme, mais aussi celle d'une préoccupation éthique qui engage l'analyse du discours dans une pensée de l'action et de la vie sociale. En témoignent la mise en relation entre PDV et mobilité empathique dans la visée d'un mieux vivre ensemble, ou les valeurs accordées à la figuration potentiellement plus ou moins porteuse de vertus aussi bien poétiques que politiques.

  • 1 Voir notamment F. Provenzano (http://journals.openediton.org/aad/6808), M. Bonhomme (http://journal (...)
  • 2 À signaler, deux entretiens parus en 2015 et 2017 (Rabatel 201Sa et 2017b).

4L'ouvrage a fait l'objet récemment de plusieurs comptes-rendus qui en présentent une description et une discussion détaillées et complémentaires1• C'est pourquoi Semen, revue dont il est un des animateurs scientifiques au long cours, a préféré solliciter Alain Rabatel pour un entretien2. Il est invité à rappeler la pertinence épistémologique de la confrontation des PDV pour la figuralité, à faire le point sur la problématique émergente de la signifiance à laquelle son livre fait une large place et à évoquer, à partir de la dialectique production-interprétation, sa conception de la figure d'auteur sans négliger sa propre d'expérience d'écriture.

5Semen : La théorie étendue du point de vue (PDV) connaît un de ses tournants en abordant la dynamique figurale. Avant de rappeler le cadre d'ensemble de cette théorie et d'expliquer ce qu'il faut entendre par « confrontation », pourrais-tu nous dire si cette nouvelle extension de la théorie du PDV ne lui fait pas courir le risque de la dilution ?

  • 3 Lorsque le locuteur émet son PDV, il y a syncrétisme (marqué par le slash) qui concerne L1/E1 ou 12 (...)

6Alain Rabatel : Je ne vois pas bien où est la dilution. Certes, les conceptions restreintes sont plus pertinentes que les conceptions élargies, ne serait-ce qu'au plan épistémologique, puisque penser, analyser, c'est séparer, isoler. Elles sont aussi axiologiquement valorisées par rapport aux conceptions larges/lâches. Mais enfin, ces distinctions valent pour des objets particuliers. Elles n'ont rien à voir avec des problématiques générales, qui requièrent au contraire d'articuler des concepts isolés. C'est exactement ce qui se passe avec la question du point de vue. Comme le dit Saussure (2002 : 19,201) dans ses Écrits de linguistique générale, le point de vue est une problématique transverse qui irrigue l'ensemble des domaines et paliers de la linguistique. J'en donne une définition sémantique globale qui ne se limite pas aux perceptions, à la différence de Genette 1972. Dans le même temps (ce que ne fait pas Saussure), j'inscris cette problématique dans un ensemble plus vaste, celui de l'empathie, qui consiste à se décentrer et à se mettre projectivement à la place des autres, à se représenter ce qu'ils voient, ressentent, pensent, peuvent dire ou faire en fonction de la connaissance que l'on a d'eux (Rabatel 2017a). Cette aptitude imaginative trouve dans le langage de quoi se développer, bien au-delà de l'empathie primaire des neurones miroirs, grâce à la distinction entre locuteur et énonciateur (Ducrot 1984 : 204-205), qui rend énonciativement possible la faculté de tout locuteur à se décentrer et à modaliser en jouant de la multiplicité des centres modaux. Je distingue la source des paroles (le locuteur, L) de celle du PDV, l'énonciateur (E). Le locuteur premier (Ll) se met à la place d'un autre, qui peut parler (12/e23) ou non (e2). Ces déliaisons entre locuteur et énonciateur permettent au locuteur d'envisager les événements de son point de vue ou de celui des autres, y compris lorsqu'ils ne parlent pas, dès lors que les choix de référenciation renvoient à telle ou telle source locutrice ou à tel ou tel support énonciatif. Il y a donc des points de vue, au sens linguistique du terme, dès qu'une prédication, à travers ses choix de référenciation et d'organisation de la prédication, dénote (« objectivement ») les référents, pour que les récepteurs comprennent de quoi il est question, tout en renseignant sur le PDV subjectif de l'énonciateur sur ces mêmes référents (Rabatel 2017a : 42-44). La notion linguistique de PDV concerne tous les contenus sémantiques, sans se limiter au sens naturel de la lexie complexe : vue, vue surplombante, et, par extension, toutes les perceptions et leurs savoirs associés, ou encore opinion, jugement. Quant aux formes textuelles du PDV, elles s'inscrivent sur un gradient, depuis la forme minimale par laquelle le locuteur envisage globalement et de l'extérieur le PDV (PDV embryonnaire), jusqu'à la forme de débrayage maximal avec le PDV asserté, notamment les commentaires explicites ou des discours rapportés/représentés, en passant par la forme intermédiaire du PDV représenté, dans lequel les perceptions, pensées, sont envisagées de l'intérieur, avec une visée sécante (Rabatel 2020a, tome 1, chapitre 2).

7La prédication est la forme la plus fréquente sous laquelle peuvent se déployer, dans le modus et le dictum, la plupart des marques coréférant à tels ou tels source ou support (méso-PDV). Ces dernières relèvent de tous les paliers de la description linguistique (Rabatel 2017a : 51-57) : i. a. nomination, qualification, quantification, modalisation, temporalité, aspectualité, connexion, ordre des mots, mise en relief, progression thématique, figuralité, etc. De ce fait, le PDV ne nécessite pas l'expression d'un jugement explicite – lequel a cependant l'avantage de faciliter son repérage (ibid. : 44-45). Cependant, sa limite inférieure (micro-PDV) est la lexie, si elle fait écho à un PDV identifiable – e. g. connotation, mot-formule, phraséologie, stéréotype–, sa limite supérieure, un texte de taille variable pour peu qu'il soit subsumable par un thème/une thèse (macro-PDV). Quant aux méta-PDV, ils résultent des choix des récepteurs qui participent à la co-construction du sens du texte selon leurs hypothèses et parcours de lecture, indexés sur leur situation et leurs préoccupations.

8Ce cadre théorique permet l'analyse des formes et stratégies du PDV. Tout texte comprend, outre des PDV embryonnaires, représentés ou assertés, dans des micro-, méso-, macro- ou méta-PDV, une multitude de PDV émanant d'un support unique ou de plusieurs (entités individuelles, collectives ou anonymes) ; ces derniers peuvent multiplier les PDV sur des objets-de-discours semblables ou différents. Tous ces PDV, en première ou en troisième personnes, peuvent être explicites ou implicites ; plus ou moins synthétiques ou détaillés, subjectifs ou objectivants, originaux ou doxaux, alterner ou être enchâssés, etc. Si tout PDV n'est pas nécessairement subjectif, au plan de l'expression, il l'est, au plan de l'intention, puisqu'il correspond toujours aux calculs de l'énonciateur – même en cas d'effacement énonciatif – et qu'il vise pragmatiquement à construire des représentations et des vérités partagées.

9Je ne vois pas de dilution, mais des concepts soigneusement distingués, qui s'articulent avec d'autres concepts visant à rendre compte des questions du sens, de sa co-construction et de ses interprétations. Le PDV s'inscrit donc sur un socle anthropologique plus vaste, l'empathie, qui n'est pas totalement extérieur à la linguistique, puisque dès qu'il y a confrontation de PDV, il y a dialogisme. Et c'est dans ce cadre dialogique et pragma-énonciatif qu'il faut comprendre la constellation des notions que j'ai rassemblées autour du concept de PDV, prise en charge (avec ses déclinaisons), responsabilité énonciative, démultiplication des centres d'intentionnalité, de subjectivité et de modalité, altérité (avec les autres que soi et les autres de soi), déplacement et mobilité empathiques, ainsi que des liens entre énonciation et argumentation directe ou indirecte (Rabatel 2017a, 202 la). Au total, si je devais juger de la productivité de ce cadre articulé de notions congruentes et resserrées, à l'aune de son rendement descriptif, analytique et interprétatif, je dirais qu'il est vraiment performant, parce qu'il est économe et permet de se confronter à des discours très variés sans appareillages théoriques hypercomplexes et sophistiqués qui nécessitent de très longs développements pour aboutir à des analyses triviales.

10Reste la question de la confrontation des PDV. Ce phénomène éclaire d'un jour nouveau la figuralité, en articulant conflits cognitifs et jeux interactionnels au plus près de la production pragma-énonciative de l'effet figural, à travers les postures énonciatives. Ces dernières, comme les figures, ne relèvent pas que du sensible, de l'intelligible : elles peuvent aussi déboucher sur le domaine du praxique. Cette hypothèse relative à la dynamique figurale ne fait pleinement sens que dans un cadre anthropo-politique, plus global, que j'ai analysé dans mon livre sur les médias (Rabatel 2017a : 185-189). Les confrontations de PDV peuvent servir au pire comme au meilleur. Le pire, c'est de conclure au relativisme absolu des représentations et d'abandonner toute recherche de la vérité (celle-ci étant toujours relative à l'état des recherches) ; c'est aussi de verser dans des polémiques qui durcissent les conflits (Rabatel 2021b). Le meilleur, ce sont les confrontations de PDV qui essaient d'analyser les objets sous toutes leurs dimensions, selon leurs usages, les usagers (ce n'est pas exactement pareil), qui recherchent en quoi elles sont compatibles, obligent à ne pas rester prisonnier de son point de vue initial : ce que j'appelle la mobilité empathique (ibid. : 62-72). Ce qui devrait nous importer, ce n'est pas la conflictualité, c'est la façon dont on la gère pour en faire émerger du positif. On n'a jamais raison tout seul, on n'a jamais raison de façon définitive. Nous n'habitons pas ni n'habiterons jamais le Bien, l'Absolu ; ce qui devrait faire l'objet d'attentions constantes, c'est la recherche obstinée du mieux possible. Cela vaut pour chacun, et a fortiori, pour les forces sociales, les corps intermédiaires, souvent arcboutés sur leur vision du monde et incapables de gérer la diversité de leurs propres mandants – ne parlons pas des autres, invisibles ou considérés comme des adversaires, voire, parfois, comme des ennemis !

11Semen : La signifiance apparaît à la fois dans l'ouvrage comme encadrante et émergente puisque les ajouts repérables dans la plupart des articles, les conclusions de chapitres et de parties et la conclusion générale approfondissent son appréhension et élaborent peu à peu une typologie de la signifiance, nourrie par les analyses de corpus. Quelles sont les origines de la notion, quelle part a-t-elle prise dans ta recherche et comment la conceptualises-tu dans l'ouvrage de 202l(a) et au-delà ?

12A. R. : La signifiance revient à considérer que les mots et les énoncés – actualisés en discours, dans des textes donnés, des genres particuliers, des situations spécifiques – disent plus que la dimension informative du langage, qu'ils n'abolissent cependant jamais. Autrement dit, la signifiance est référentielle, énonciative, interlocutive, pragmatique/performative et nécessite une écoute particulière du langage. Elle se manifeste à différents niveaux, qui peuvent concerner des associations de phonèmes, de morphèmes, de lexèmes (simples ou les lexies complexes), de phrasèmes, de structures textuelles translinguistiques (organisation de phrases complexes, paragraphes, etc.).

  • 4 Voir ses travaux sur la distinction entre le sémiotique et le sémantique et ses notes préparatoires (...)
  • 5 Voir les postures physiques du corps, la mimo-gestualité du locuteur/énonciateur qui fait de l'humo (...)

13Comme le PDV, la signifiance est une problématique qui se déploie sous divers aspects solidaires. C'est le cas autour de la notion de corporéité, multidimensionnelle. On pense d'abord au corps des signes, tel qu'il a été théorisé par Jakobson avec la fonction poétique et par Benveniste, en lien avec les dimensions iconiques et motivées de signes réunis en réseaux délinéarisés – de façon complémentaire à la linéarité et à la dimension arbitraire des signes4. S'ajoute la corporéité du corps des locuteurs/énonciateurs, notamment dans les approches cognitivistes, les représentations sémantiques – de la submorphémie à la chronosyntaxe (Blestel & Fortineau­Brémond 2018) ou à la syntaxe expressive à la Bally –, dans les actualisations discursives (embodiement, énaction, multimodalité), sensibles dans les interactions orales comme dans les textes écrits en lien avec les questions d'habitus, d'ethos, d'idiolecte, de style, avec la dynamique figurale5. La signifiance concerne aussi le corps actif du récepteur, ne serait-ce qu'à travers des phénomènes d'écoute mimétique, de connivence. Et elle vise aussi l'ensemble des récepteurs qui peuvent non seulement adopter des comportements individuels singuliers, mais faire corps ou se scinder en groupes distincts, voire opposés, etc. À ces derniers niveaux, la corporéité se déploie dans des pratiques linguistiques et socio-culturelles pour lesquelles la socio-linguistique est un appui précieux.

14Ainsi définie, la signifiance va plus loin que les approches de Jakobson et de Benveniste, dans la mesure où ces derniers sont moins sensibles à la corporéité du corps, des corps, aux phénomènes d'écoute et aux effets qui en résultent en termes de performativité, alors que ces derniers influent en retour sur des stratégies variées de co-construction du sens, qui peuvent aller jusqu'à la question de la sursignifiance. Je voudrais m'attarder sur la dimension performative du langage, qui fait écho davantage à ce qu'en dit Barbara Cassin qu'Austin autour de la force illocutoire de certains énoncés prononcés par des personnes habilitées, dans certaines situations conventionnelles, en première personne et au présent (ce qui fait beaucoup de conditions restrictives). Cassin insiste sur des énoncés qui font être dans et par le langage, dont le modèle est l'epideixis (Cassin 2018 : 128-132 ; Cassin 2022 : 59-63), avec notamment son exemple fétiche de l'éloge. On peut donner d'autres exemples de cette dimension performative, tels les prières, les litanies, et plus largement les phénomènes de répétition, qui se répètent dans les textes, mais qui se répètent également dans les performances (Cassin 2018 : 77-78) des récepteurs qui s'érigent en récepteurs actifs du message : c'est vrai pour les prières qui reviennent à des périodes rituelles de l'année liturgique ; pour les phénomènes de communion et d'entrainement dans les concerts, quand les spectateurs reprennent en chœur les chansons, dansent ; quand les participants d'un meeting politique reprennent des slogans et cherchent, comme dit Badiou, à se « courager » ensemble, à se donner du courage pour continuer leur lutte. On pourrait donner encore d'autres exemples, qui ne figurent pas dans le volume, je pense aux textes de Daech à destination des lecteurs francophones qu'il s'agit d'inciter au passage à l'action terroriste contre l'Occident ennemi (Rabatel 2020b, 2022a, 2023a). Avec ces phénomènes pragmatiques de co-construction du sens des messages, qui invitent au partage d'émotions, de valeurs et de formes de vie, la performativité des messages est redoublée par la performance de leur profération ; et la performance de la profération est superper­formée, pour ainsi dire, par la réception/performance en commun de communautés qui s'incorporent le message, affichent leurs engagements, leur unité, fût-ce au besoin contre d'autres.

15Or ces effets peuvent servir au meilleur comme au pire. On retrouve là la question de la sursignifiance. Cette dernière repose plutôt sur des dimensions macro­ et méta- (macro-structurelles, méta-énonciatives et méta-discursives), prenant en compte des mécanismes de co-construction du sens en appui sur des mises en relation d'unités rhétorico-textuelles et énonciatives dialogiques de large empan ; lesquelles sont confrontées à une écoute attentive du texte et de ses contextes de réception, au risque éventuel de dérèglements du sens sous l'effet de la survalorisation de visées subjectives, critiques, ludiques, voire délirantes (Calvet 2010, Bravo 2021, Rabatel 2023, à paraitre). La notion de sursignifiance est à entendre dans un sens positif (le refus des binarismes systématiques et, concomitamment, l'effort de saisir la complexité des dualités, des situations) comme en un sens négatif (les dérives de la signifiose, comme disait Barthes, à travers ses obsessions plaquées sur les textes au déni de ce qu'ils disent et le forçage fantasmatique de leurs situations de production ou de réception). Ces deux dimensions peuvent également s'incarner dans deux rapports différents au sens et au non-sens, tels qu'ils peuvent être résumés par les positions de Freud et de Lacan envers l'inconscient. Ici, je m'appuie sur Cassin (2022 : 414,426, 447-448) : Freud chercherait à intégrer le non-sens inconscient des rêves dans le conscient, tandis que Lacan insisterait sur l'irréductibilité du non-sens dans le sens, en fonction de l'irréductibilité de la logique des signifiants (lalangue), résistants à la logique ordinaire. C'est une présentation un peu simple, mais qui me semble éclairante.

  • 6 Vernant considère que les catégories compatibilité vs incompatibilité (équivalentes à mon oppositio (...)

16Ces considérations permettent de dégager 9 niveaux de signifiance complémentaires (Rabatel 2021a : 264-266, 287-291). Les premiers niveaux sont plutôt centrés sur le producteur des messages et la construction des effets : 1, symbolisme phonétique et iconique des signifiants ; 2, subjectivité de l'énonciateur perturbant la relation entre signifiant et référent ; 3, signifiance cryptée ; 4, signifiance involontaire ; 5, sursignifiance résultant d'une saturation et dilution sémantiques ; 6, signifiance des corps parlants et entendants. Les derniers niveaux sont davantage centrés sur les stratégies effectives des récepteurs dans leur appropriation du sens et sur un niveau méta : 7, l'opacité du langage, accrue par la subjectivité du récepteur ; 8, le poids des données situationnelles des récepteurs, pouvant donner lieu à des interprétations nouvelles non prévues par le producteur du message ; 9, une sursignifiance idéationnelle, résultant de la mise en ordre des différents PDV en confrontation selon une logique cumulative ou substitutive qui est au fondement de toutes les grandes catégories sémantiques (ibid. : 476-477, Vernant 2021 : 176-1876). C'est ici que la confrontation des PDV joue contre les lectures uniques, les hypothèses uniques, les doxas.

17Cela dit, je voudrais revenir sur ma réponse à ta première question à la lumière de ce qui précède, notamment de la signifiance n° 9. Il me semble que ce que je disais en conclusion de ma réponse est au cœur du phénomène de sursignifiance, avec ses possibles dérives négatives ou positives. Essayer de co-construire, au terme des confrontations de PDV, des positions plus justes, à tous les sens du terme, enrichies par le collectif, c'est se donner les moyens d'éviter le grand écart entre des buts politiques majestueux et les pratiques qui sont en totale contradiction avec eux. Voilà bien des gains de signifiance susceptibles d'enrayer des dynamiques ou au contraire de les renforcer ! Je prendrais volontiers une analogie pour mieux me faire comprendre. Admettons que le but, ce sont des signifiés et les pratiques, des formes signifiantes. Or l'écart entre les uns et les autres est dommageable, surtout s'il y a une volonté délibérée de tenir pour quantités négligeables les formes, par rapport à la majesté de l'Idée, a fortiori si l'Idée vise l'Idéal. En revanche, les gains de signification résultant de pratiques signifiantes marquées par l'attention aux formes et par la mobilité empathique susceptible d'en résulter sont appréciables.

18Semen : Le syntagme « jeu de mots » (JDM) se trouve fréquemment utilisé dans ton livre aussi bien pour désigner des figures affectant le signifiant que pour subsumer, par exemple, ironie et humour. Quelle validité accordes-tu à cette catégorie et comment le jeu intervient-il dans la problématique de la signifiance ?

19A. R. : De fait, je sollicite beaucoup cette notion de jeu de mots et en amont celle de jeu, en appui sur l'analyse géniale de Benveniste, 2015, pour rendre compte de confrontations de PDV jouant sur les signifiants, entre plusieurs assertions sérieuses, plusieurs assertions feintes, voire entre assertions sérieuses et feintes. Ces combinaisons enrichissent la notion d'énonciation problématisante, puisqu'elles cumulent une visée ludique avec d'autres visées, cognitives, critiques. Les JDM ont assurément à voir avec la signifiance, ne serait-ce qu'au titre du choc des signifiants dans les énonciations sérieuses et feintes, aux différents niveaux que je viens de rappeler, tant pour ce qui concerne l'objet-du-discours que pour l'image du locuteur/ énonciateur (et aussi celle de son co-énonciateur).

  • 7 [NDLR : Marie-Laure Florea (2020 § 40) utilise cette expression pour mettre en relief, à partir d'u (...)

20Semen : Le dernier chapitre du livre est consacré à la figure d'auteur d'un linguiste faisant autorité dans le domaine de l'analyse textuelle du discours, Jean­Michel Adam, qui apparaît à la fois comme un passeur et un savant. Même s'il n'appartient pas à l'auteur de déterminer sa propre figure, comment envisages-tu ta position dans ton champ scientifique et notamment à travers une publication comme l'ouvrage dont nous parlons ? Te qualifierais-tu de linguiste, de savant, d'intellectuel, de « chercheur qui cherche »7 ? Quelle est, symétriquement, la silhouette de ton lecteur modèle ?

21A. R. : Je me définis comme un linguiste, spécialiste d'énonciation, qui ne peut se satisfaire d'analyser des suites d'exemples décontextualisés, qui cherche à rendre compte des dynamiques de co-construction du sens dans des textes, dans des genres ancrés dans leur actualité. Bien sûr, autant être savant, mais enfin, la somme de mes ignorances l'emporte sur celle de mes connaissances. Aujourd'hui, il y a une fâcheuse tendance à se spécialiser dans des domaines très étroits. Il est difficile d'y échapper, mais utile de lui résister. Par ailleurs, oui, je me pense aussi comme un intellectuel, même si on n'est plus à l'époque de Dreyfus, ni même à celle des intellectuels engagés à la Jean-Paul Sartre. Mais il y a de l'intellectualité dans mon travail, à travers l'effort de penser ensemble des phénomènes connexes, complexes (sans dilution !), à travers les articulations interdisciplinaires que je revendique pour ne pas être un linguiste le nez sur le guidon de ses descriptions, sans réflexion sur les dimensions anthropologiques, socio-politiques, culturelles, esthétiques et éthiques à partir du langage.

  • 8 Le titre initial était Les points de vue : de la narratologie à la linguistique. Mon éditeur l'a ré (...)

22Quant à la figure de l'auteur qui émane de ce type de publication, ce n'est pas à moi de le dire. Mais j'ai quand même ma petite idée : je ne suis pas dupe de l'effet d'immodestie éventuelle produit par de forts volumes, ou par le fait de rééditer mes premiers ouvrages, Une histoire du point de vue, La construction textuelle du point de vue et Argumenter en racontant dans une trilogie intitulée De la narratologie à la linguistique (Rabatel 2023b, c, d)8. Rassembler des textes variés dans de gros ouvrages peut se lire comme un acte de résistance contre la tyrannie du court, du léger, du vite fait pas toujours bien fait, de l'éparpillement qui frappe de plus en plus les universitaires ; comme un effort pour mettre de la cohérence dans une vie qui peut être emportée par les logiques centrifuges de l'émiettement professionnel avec ses surcharges de tâches indues ou par celles des sollicitations extérieures, sources autant d'enrichissement et de renouvellement que de concessions à des modes qui vous détournent de vos préoccupations théoriques essentielles. De livre en livre, j'approfondis le travail de reprise, d'articulation, je multiplie les phases de synthèse des résultats, afin de donner sens à mon parcours et aussi de me permettre de me projeter. Alors oui, je ne ressasse pas, et, comme le dit Marie-Laure Florea (2020), je crois être un « chercheur qui cherche » ; j'espère même un chercheur qui trouve !

23Enfin, le lecteur modèle, pour moi, ce serait un peu quelqu'un qui me ressemble, têtu, opiniâtre (mais pas entêté, enfin j'espère !), capable de se plonger dans de gros ouvrages. Un lecteur qui aime la théorie en action, les grandes articulations, les mises en perspective, sensible aux corpus dont je traite. Un lecteur qui entre en dialogue avec moi comme j'essaie de le faire dans le corps du texte et sous un autre registre dans les notes. Un lecteur qui m'accompagne dans des analyses précises, et qui comprenne qu'elles sont toujours au service d'une démonstration. Cependant, vu la grosseur du livre, vu la densité et la complexité de certaines analyses, le retour sur certaines problématiques (par exemple les postures énonciatives) je conçois qu'on lise un chapitre ou un autre, sans continuité. Quand on a peu de temps pour écrire un texte sur une figure, pourquoi donc irait-on lire sur les autres ou s'interrogerait­ on sur la figuralité, voire sur ses extensions à de nouveaux domaines, tels la figure de l'auteur ? Mais ce n'est pas parce que je le comprends que je m'en satisfais…

24Semen : L'expérience de lecture que propose ton ouvrage – à travers l'explicitation, les discussions, la densité des notions et des références, allie accompagnement et exigence attentionnelle. Le livre donne aussi à voir, notamment à travers ses strates manifestes, le processus de son élaboration. Peux-tu évoquer ta pratique d'écriture au quotidien ? Comment interviennent le dialogisme interlocutif, interdiscursif, voire l'auto-dialogisme ? Quel rapport établis-tu avec tes propres textes et avec la mémoire active de ceux-ci ? Comment embrasses-tu ton œuvre dans sa globalité et dans le détail d'analyses très variées et très détaillées ?

25A. R. : En théorie, je suis un adepte du principe latin, nulla dies sine linea – pas de jour sans une ligne d'écriture– ; en pratique, le principe n'est pas toujours aisé à mettre en œuvre mais je m'y tiens autant que je peux. Cela dit, j'ai besoin, avant d'écrire, de prendre le temps de la réflexion, pour remâcher le sujet, trouver un angle d'attaque original et un corpus idoine – c'est pourquoi je peste contre les appels à article ou à communication qui laissent trop peu de temps aux lectures, à la réflexion. Pour moi, le choix d'un angle d'attaque théorique, d'une hypothèse et celui d'un corpus vont de pair. Cependant, s'il n'y pas d'hypothèse théorique en l'air, sans corpus, il ne saurait y avoir de théorisation qui ne vaille que pour un corpus ou des corpus analogues. Une fois cette étape franchie, la phase de planification proprement dite se limite à quelques lignes succinctes : le plan de ma thèse tenait en une page gribouillée dans tous les sens, avec un jeu de couleurs ou de surligneurs pour dégager les grands axes et des flèches pour les mises en rapport des thèses, arguments et exemples structurants. De même pour mes articles, mes livres. C'est assez illisible, mais je m'y retrouve. Jusqu'à ce stade, je peux mener de front la réflexion sur plusieurs textes en cours : comme j'en publie en moyenne 10 par an, depuis plus de 15 ans, j'ai toujours 4 ou 5 projets de textes que je mène de conserve. C'est une période au cours de laquelle les idées sur tel texte provoquent des idées nouvelles pour tel autre, etc. En revanche, dès que je passe à l'écriture proprement dite, je n'écris qu'un texte à la fois, dans une immersion totale, dans le calme, mais avec fièvre, enthousiasme. Il y a des moments où je me trouve super génial et où la relecture provoque de salutaires retombées… L'habitude aidant, j'écris très vite, au stade du premier jet, en étant attentif au raisonnement et aux analyses des exemples qui me permettent de le soutenir. De toute façon, le vrai travail de planification commence vraiment après avoir écrit une première version complète. C'est seule­ ment une fois que j'ai laissé mûrir, reposer, que je me suis relu en me référant aux consignes initiales que j'affine mes hypothèses et la façon de conduire la démonstration, quitte à supprimer, déplacer, voire réécrire de fond en comble. Après ces phases de réécritures successives centrées sur le fond (pour le dire vite), vient une phase de réécritures plus attentive à la formulation, car je connais mes défauts. C'est le moment où je traque les répétitions, les phrases immensément longues où je me perds et perds mon lecteur à dire trop de choses à la fois, à prendre en compte trop de variables, au détriment d'une ligne claire. Il y a aussi un gros travail entre ce qui est dans les notes, que je fais remonter dans le texte et ce que je mets finalement en bas de page, c'est-à-dire, pour l'essentiel, les variables de second rang, une fois la ligne essentielle établie ; ces notes accueillent les discussions importantes avec telle ou telle source, qui ne peuvent toutefois pas perturber le texte principal, déjà difficile à lire parce que je traite de questions complexes. J'attache beaucoup d'importance au fait qu'un texte se lit sur des portées complémentaires, et, d'une façon générale, je considère que les notes de bas de page (voir le très beau travail de Julie Lefèbvre, 2022 sur la question) sont un plus, aux conditions que j'ai dites.

  • 9 Évidemment, le processus que je décris là concerne les textes qu'on me commande. Ce n'est pas la mê (...)

26Quelles relations au dialogisme interlocutif et interdiscursif ? Aucune, hormis le travail de références, au stade de l'écriture. Sauf pour la discussion dialogique de références que je conteste, pour poser mes hypothèses. Le dialogisme est au contraire très fort en amont de l'écriture, lors de mes lectures, nombreuses et variées, qui s'accompagnent toujours de prises de notes : d'abord, en fin de volume, avec des renvois aux passages qui m'intéressent, ensuite en prenant des notes plus élaborées, sur mon ordinateur, avec des fragments recopiés et brièvement commentés. C'est important : je ne scanne jamais de fragments ni les exemples que j'analyse, je les recopie, ce qui permet déjà une première analyse et permet d'entrer au plus près des idées, du mouvement de la pensée, du style… Cette phase initiale est celle où je souligne des mises en rapport, formule des objections, nourrit ma pensée et note rapidement des pistes pour écrire tel ou tel texte. Le moment de l'écriture proprement dite est celui d'un fort autodialogisme : le débat se passe essentiellement entre moi et moi, ou plutôt entre mon texte et moi, sans oublier mon lecteur modèle. Je n'ignore pas les autres, mais je ne veux pas perdre ma voix dans trop de références et de discussions. Le dialogisme interlocutif revient au moment des évaluations de mes textes. Je n'ai pratiquement jamais fait lire mes textes avant de les faire évaluer, j'ai des scrupules à embêter les collègues9. Je suis plutôt du genre accueillant envers les expertises, je réécris beaucoup, y compris lorsque je ne suis pas d'accord avec les relecteurs, car les désaccords et incompréhensions doivent être traités de façon à éviter les malentendus.

27Quant au rapport avec mes textes antérieurs, il est variable. D'abord, j'en ai écrit tellement (plus de trois cents), sur des sujets si divers, que je ne me rappelle pas de tous ! Je ne suis pas un auteur qui se relit (ou alors des bouts, pour un travail en cours afin d'approfondir une question ou de vérifier la cohérence des explications). Enfin, la question de savoir « comment j'embrasse mon œuvre dans sa globalité et dans le détail d'analyses très variées et très détaillées » est intimidante. D'abord – je ne suis pas du genre à éviter les questions embarrassantes ou à enjamber les présupposés qui m'arrangeraient-, je crois que oui, j'ai une œuvre derrière moi. Elle n'est pas achevée, mais enfin, j'ai, je le reconnais, l'ambition de faire une œuvre. Mais je voudrais tant que les gens comprennent que cette ambition a une base profonde et sincère de probité professionnelle : j'ai été élevé dans le culte du travail bien fait. L'École m'a fortifié dans cette éthique de vie, les gens qui ont compté dans ma vie professionnelle aussi. Je disais dans Semen 50-1 (Rabatel 2021c) que l'idée du compagnonnage, de la recherche de la belle œuvre était pour moi quelque chose de profond. C'est cela, la base de mon ambition : faire un travail dont je n'aie pas trop à rougir, de mon mieux. Si on empiète sur le temps des lecteurs, qu'au moins on ait cette politesse de ne pas leur infliger un travail salopé ! Quant à savoir comment saisir la globalité de mon œuvre, c'est prématuré : ce qui compte pour moi, c'est de creuser un sillon, d'aller toujours plus loin et plus profond, sans oublier qu'il faut creuser et défricher aussi… C'est ce que j'essaie de faire avec un chantier nouveau qui me passionne, celui de la transposabilité de la problématique du PDV à d'autres sémioses, notamment l'image (Rabatel 2022b).

28Semen : Dans l'ouvrage de 202l(a), les corpus issus du discours philosophique et la prise en considération de ce dernier comme genre(s) occupent plusieurs chapitres, en relation notamment avec formule et reformulation. Mais ce sont aussi des problématiques et/ou des concepts philosophiques qui sont discutés et réappropriés, par exemple l'altérité. Est-ce que dans une certaine mesure, ton travail relève d'un « fond philosophique » ?

29A. R. : Je n'ai aucune prétention philosophique, mon travail n'est pas de cet ordre. Mais je suis un lecteur de philosophie et d'une manière générale je lis des ouvrages de sciences humaines, d'épistémologie des sciences. C'est une habitude que j'ai prise, depuis ma formation en khâgne et mes fréquentations à l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Mais je lis en braconnant, comme disait de Certeau, et en recherchant des ouvrages d'auteurs contemporains ou anciens qui m'aident à bien penser, bien vivre. Que j'y arrive, c'est une autre chose ! Je crois cependant que si on veut avoir un point de vue surplombant, ne pas être prisonnier des descriptions, il faut lire aussi hors de son domaine de spécialité, non pas pour importer des problématiques externes à la linguistique, mais pour penser philosophiquement certaines questions linguistiques embarrassantes. Ce que j'essaie de faire avec des notions telles que l'altérité, le dialogisme, la catégorisation, la définition, le sens, le sens commun. De même pour penser le sujet, l'intentionnalité, la modalité, le temps, l'objectivité, la subjectivité, le relativisme, la relativité et son rapport à la vérité.

30Par ailleurs, il n'y a pas que la philosophie. Indépendamment des objets linguistiques précédents, il y a des sujets, des corpus qui requièrent un fort investissement interdisciplinaire. On ne peut pas traiter de religion, des animaux, du suicide, du genre, de domination, de terrorisme, etc., sans lire les travaux, du moins des travaux incontournables des spécialistes de sciences humaines sur ces questions.

31Semen : La position scientifique de linguiste, d'analyste du discours te paraît­elle compatible avec les jugements de valeur ? Plus spécifiquement, certains passages du livre assument clairement d'assigner une valeur – en termes de qualité, d'originalité, de potentiel anti-doxique et d'argumentation – aux réalisations figurales et à leurs bons ou mauvais usages. Quels sont tes critères ?

32A. R. : La question non pas des valeurs, mais des jugements de valeurs, de leur discutabilité est quasi absente de la linguistique. Culioli s'étonne à juste titre que les linguistes répugnent à les émettre. Comme si c'était un garant de scientificité ! Au contraire, j'ai souligné (Rabatel 2017a : 141-172) que tout travail scientifique n'avait de sens et de pertinence que s'il pensait la subjectivité de son auteur et celle de ses contradicteurs, celle de leurs hypothèses et de leurs choix ou de leurs silences. C'est particulièrement vrai quand on se confronte à des problématiques « brûlantes » : la responsabilité énonciative va de pair avec des engagements éthiques, à la condition de ne jamais abandonner l'objectif de scientificité et d'honnêteté. Je n'ai rien d'autre à dire sur la question sinon qu'il faut objectiver et rationaliser ses jugements de valeur, les contrôler, de façon à ce que leur logique ne se borne pas à des jugements tripaux à l'emporte-pièce, afin que le débat puisse s'instaurer sans blesser. Les jugements de valeur ont une existence sociale (Bourdieu et toute la sociologie nous le rappellent !) qui mérite beaucoup de délicatesse pour ne pas heurter au-delà du nécessaire.

33J'en viens à la deuxième partie de ta question, et là, je prendrais des exemples. Chacun a fait l'expérience de porter des jugements de valeur sur les lapsus, jugés plus ou moins réussis ou drôles : tout cela dépend de la réception du lapsus, des réactions de l'auteur, au moment de sa profération, de celles des auditeurs. Ce qui est jugé drôle peut dépendre de la contradiction entre ce qu'on sait de l'auteur du lapsus et son lapsus ; des mises en relation inattendues du lapsus au plan des signifiés ou des signifiants ; des jeux qui en découlent avec les doxas ou le préconstruit ou un prédiscours… C'est la même chose pour les contrepèteries : il y en a pour lesquelles on se dit « bon, et alors » et d'autres pour lesquelles on trouve que c'est vraiment une trouvaille. De même pour les blagues et le jeu sur les antonomases, les antimétaboles : là, les critères reposent bien sûr sur des caractéristiques objectives des formes signifiantes et sur la richesse et la virtuosité avec laquelle ce qui semble un truc de potache prend des allures d'interrogation (philosophique ou sociologique, politique, esthétique) inattendue et féconde. Les critères sont variés, j'en ai listé un bon nombre, donc je me permets de renvoyer aux conclusions des chapitres qui font le bilan de ces questions (Rabatel 2021a : 127-137, 149-152, notamment). Enfin, oui, j'assume ces jugements de valeur pour une autre raison encore : il est sain de ne pas se limiter à la description formelle des figures, sauf à perdre des dimensions sociales essentielles du phénomène figurai. Ce n'est pas par hasard si ma conclusion comprend une analyse un peu vive (c'est un euphémisme) d'un ouvrage de Régis Debray que je critique (ibid. : 573-580) parce qu'il illustre la comédie sociale à laquelle se livrent ceux qui ont une certaine aisance (et une désinvolture tout aussi certaine) à « figuriser » pour se mettre en valeur, au détriment du sujet dont ils parlent. On retrouve là la problématique de la figure d'auteur, envisagée dans l'arène sociale, avec ses impositions, ses postures, et parfois ses impostures.

Haut de page

Bibliographie

Arrivé Michel, 2015, « Lettre, écriture et poésie dans la réflexion de Benveniste », in Bédouret-Larraburu Sandrine & Laplantine Chloé (dirs), Émile Benveniste : vers une poétique générale, Pau, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l'Adour, 49-64.

Benveniste Émile, 2011, Baudelaire, édition établie par Laplantine Chloé, Limoges, Lambert-Lucas.

Benveniste Émile, [1947] 2015, « Le jeu comme structure », Deucalion. Cahiers de philosophie, 2, 161-167, repris dans Émile Benveniste, Langues, cultures, religions, choix d'articles réunis par Laplantine Chloé & Pinault Georges-Jean, Limoges, Lambert-Lucas, 177-183.

Blestel Élodie & Fortineau-Brémond Chrystelle (dirs), 2018, Le signifiant sens dessus dessous. Submorphémie et chronoanalyse en linguistique hispanique, Limoges, Lambert-Lucas.

Bravo Federico, 2021, Linguisteries. Pour une grammaire des affects, Paris, Stilus.

Calvet Louis-Jean, 2010, Le jeu du signe, Paris, Seuil.

Cassin Barbara, 2018, Quand dire, c'est vraiment faire, Paris, Fayard.

Cassin Barbara, 2022, Ce que peuvent les mots, Paris, Bouquins, Laffont.

Ducrot Oswald, 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Florea Marie-Laure, 2020, « Postures énonciatives & Dialogisme intralocutif », Corela [En ligne], HS-32, <https://doi.org/10.4000/corela.12087>, [consulté le 29 janvier 2023].

Genette Gérard, 1972, Figures III, Paris, Seuil.

Lefèbvre Julie, 2022, La note de bas de page, Limoges, Lambert-Lucas.

Rabatel Alain, 2015a, « Retour sur un parcours en énonciation », in Carcassonne Marie, Cunha Doris, Donahue Christiane, François Frédéric & Rabatel Alain (dirs), Points de vue sur le point de vue. Un essai de réflexion collective, Limoges, Lambert-Lucas, 327-355.

Rabatel Alain, 2015b, « D'un mode de signifiance sémantique pathémique-iconique fréquent en poésie à un mode d'énonciation subjectif-empathique », in Bédouret Sandrine & Laplantine Chloé (dirs), Émile Benveniste : vers une poétique générale, Pau, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l'Adour, 111-137.

Rabatel Alain, 2017a, « Pour une analyse énonciative engagée et responsable des discours médiatiques », (Entretien réalisé par Michèle Monte), Mots. Les Langages du politique, 113, 117-132.

Rabatel Alain, 2017b, Pour une lecture linguistique et critique des médias. Éthique, empathie, point(s) de vue, Limoges, Lambert-Lucas.

Rabatel Alain, [2008] 2020a, Homo narrans, T. I et 2 réunis en un volume, Limoges, Lambert-Lucas, 2° édition.

Rabatel Alain, 2020b, « Pour une analyse conjointe de la programmation des actions et de l'incitation à l'action. Le discours de DAECH dans Dar al-Islam », Langue française, 206, 65-80.

Rabatel Alain, 2021a, La confrontation des points de vue dans la dynamique figurale des discours – énonciation et interprétation, Limoges, Lambert-Lucas.

Rabatel Alain, 2021b, « Indignation en mineur (ou hyperbolisée) en régime de controverse (ou de polémique) dans « l 'Affaire du prédicat », in Régent-Susini Anne & Grinshpun Yana (dirs), L'indignation, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 227-247.

Rabatel Alain, 2021c, « Du compagnonnage avec Semen et des évolutions qui s'ensuivirent », Semen, 50-1, 73-86.

Rabatel Alain, 2022a, « Tuer "les mécréants ennemis d'Allah" », in TURPIN Béatrice, Patiño-Lakatos Gabriela & Aubry Laurence (dirs), Les discours meurtriers aujourd'hui, Bruxelles, Peter Lang, 57-74.

Rabatel Alain, 2022b, « Des relations ente texte et image et, au-delà, entre linguistique et sémiotique », Semen, 52, 153-167.

Rabatel Alain, 2023a, « Point(s) de vue (de la haine radicale djihadiste) », in Lorenzi-Bailly Nolwen & Moïse Claudine (dirs), Discours de haine et de radicalisation. Les notions clés, Lyon, Ens Éditions, 89-98.

Rabatel Alain, [1997] 2023b, Une histoire du point de vue, Réédition sous le titre général De la narratologie à la linguistique, tome 1, avec un avant-propos inédit de l'auteur, Limoges, Lambert-Lucas.

Rabatel Alain, [1998] 2023c, La Construction textuelle du point de vue, Réédition sous le titre général De la narratologie à la linguistique, tome 2, avec un avant-propos inédit de l'auteur, Limoges, Lambert-Lucas.

Rabatel Alain, [2004] 2023d, Argumenter en racontant. (Re)lire et (ré)écrire les textes littéraires. Réédition sous le titre général De la narratologie à la linguistique, tome 3, avec un avant­ propos et un après-propos inédits de l'auteur, Limoges, Lambert-Lucas.

Rabatel Alain, à paraître, 2023, « La double articulation au défi du texte. Les substrats rhétorico­textuel et pragma-énonciatif de la (sur-) signifiance », in Bravo Federico (dir), La double articulation, on en crève ! Repenser le signifiant, Limoges, Lambert-Lucas.

Saussure Ferdinand de, 2002, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Vernant Denis, 2021, Dire pour faire. De la pragmatique à la praxéologie, UGA Éditions.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment F. Provenzano (http://journals.openediton.org/aad/6808), M. Bonhomme (http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30656), L. S. Florea (http://www.dacoromania.inst-puscariu.ro/articole/2022_2/DR%202-2022%20197-200.pdf).

2 À signaler, deux entretiens parus en 2015 et 2017 (Rabatel 201Sa et 2017b).

3 Lorsque le locuteur émet son PDV, il y a syncrétisme (marqué par le slash) qui concerne L1/E1 ou 12/e2. Mais le syncrétisme est rompu chaque fois que le locuteur se met à la place d'un autre sans lui donner la parole ou s'il rapporte le propos d'un locuteur second sans partager son PDV.

4 Voir ses travaux sur la distinction entre le sémiotique et le sémantique et ses notes préparatoires pour l'étude de Baudelaire (Benveniste 2011 : 28, 130, 140). Voir aussi Arrivé 2015, Rabatel 2015b : 112-118.

5 Voir les postures physiques du corps, la mimo-gestualité du locuteur/énonciateur qui fait de l'humour, de l'ironie, des hyperboles, des lapsus, des répétitions, etc. Toutes ces marques ne renvoient pas au corps extralinguistique du sujet parlant, elles construisent une image du locuteur/énonciateur et de sa corporéité dans le texte.

6 Vernant considère que les catégories compatibilité vs incompatibilité (équivalentes à mon opposition PDV cumulatifs vs substitutifs) relèvent d'une protologique (Urlogik) fondamentale, en amont des oppositions affirmation vs négation, conjonction vs disjonction ou de l'opération de quantification.

7 [NDLR : Marie-Laure Florea (2020 § 40) utilise cette expression pour mettre en relief, à partir d'un corpus d'articles d'A. Rabatel, une démarche assumant le cheminement d'une recherche en train de se faire. Sa contribution figure dans un numéro de Core/a faisant suite au colloque de 2018 à Toulon : Les postures énonciatives. Autour des propositions d'Alain Rabate].

8 Le titre initial était Les points de vue : de la narratologie à la linguistique. Mon éditeur l'a réduit en focalisant sur la partie rhématique, essentielle. J'ai accepté, mais cela m'a coûté : car mon titre initial soulignait que mon point de départ portait sur la question du point de vue. Cela me semblait plus circonscrit, quant à l'objet, et, surtout, plus modeste, quant à l'image de l'auteur… Cela dit, les titres engagent des logiques commerciales et bibliographiques (l'indexation des ouvrages n'est pas une question mineure) qu'il faut entendre.

9 Évidemment, le processus que je décris là concerne les textes qu'on me commande. Ce n'est pas la même chose si le texte est le résultat d'une présentation en colloque, là, le dialogisme interdiscursif et interlocutif est plus fort au cœur du travail de réécriture. Mais sur le fond, cela ne change rien : je n'ai jamais fait de communication sans avoir un texte écrit et achevé (et trois fois trop long !) ; et bien sûr, comme le texte ne correspond jamais à la présentation oralisée, le travail de réécriture est beaucoup plus intense, ne serait-ce que parce qu'il aboutit à des textes complémentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rabatel et Andrée Chauvin-Vileno, « Signifiance et figure d'auteur à l'horizon de La confrontation des points de vue dans la dynamique figurale des discours »Semen, 53 | 2023, 159-173.

Référence électronique

Alain Rabatel et Andrée Chauvin-Vileno, « Signifiance et figure d'auteur à l'horizon de La confrontation des points de vue dans la dynamique figurale des discours »Semen [En ligne], 53 | 2023, mis en ligne le 05 mars 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/semen/19159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.19159

Haut de page

Auteurs

Alain Rabatel

Université Claude Bernard Lyon 1, ICAR

Articles du même auteur

Andrée Chauvin-Vileno

Université de Franche-Comté, ÉLLIADD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search