Navigation – Plan du site

Compte-rendu de l’ouvrage de Éric BORDAS Les chemins de la métaphore, « Études littéraires, Recto Verso », PUF, 2003

Andrée Chauvin-Vileno

Texte intégral

1Éric Bordas ne publie pas un petit livre de plus sur la métaphore mais une synthèse aux allures d’essai, ferme, élégante et savante. Le livre de format de poche ne dépasse pas les 128 pages, mais il est dense et documenté (bibliographie sélective et activée, notes de bas de pages extrêmement fournies, exemples ou citations soigneusement choisis et développés). Il procède moins à une compilation ou une vulgarisation qu’il ne dégage des problématisations et prend des positions. Les chemins de la métaphore élit un itinéraire nettement dessiné, se rallie à certaines orientations, configure un cadre d’analyse d’inspiration notamment bakhtinienne. Il constitue moins une introduction qu’une invitation à découvrir ou reparcourir la réflexion d’une part, et une tentative pour promouvoir un point de vue d’autre part. Sans opposer « approche linguistique » et « approche littéraire » il vise à définir une « approche stylistique » d’un mode d’énonciation, d’un type de prédication fortement lié à l’inscription du sujet dans son discours.

2L’organisation de l’ouvrage est efficace et dynamise les connaissances mobilisées et mises en perspective. Il comporte cinq chapitres sur deux sections (Théories d’une figure chapitres 0, 1, 2/ Figures d’une théorie chapitres 3 et 4)

3L’entrée en matière permet à la fois de définir un cadre et de le discuter. En effet le livre ne commence pas par une rétrospective ou une confrontation mais par un chapitre « 0 » qui choisit pour poser ses « prolégomènes » la définition en termes de trope de Du Marsais et un exemple développé qui l’illustre ; s’y articulent l’analyse structurale en sèmes, les critères de classification, le degré de lexicalisation, la question de l’analogie. Chacun des points de la présentation transhistorique de la métaphore comme trope débouche sur une perspective critique et s’oriente vers des propositions étayées par certains auteurs de référence (Détrie, Landheer, Ricoeur par exemple) : le statut de prédication indirecte dégagé par l’analyse sémique est réaffirmé mais le réductionnisme latent ou patent d’une analyse tropologique qui n’évite pas le leurre de la traductibilité et ne rend pas compte de la superposition plurivoque est dénoncé ; le rappel des critères de classifications (présence/absence du comparé, structures syntaxiques) s’accompagne d’une méfiance à l’égard des nomenclatures closes et le cas de la métaphore filée et de l’allégorie invite à dépasser la conception de la figure de mot au profit d’un potentiel de textualisation ; l’opposition binaire métaphore morte/vive est récusée au profit d’une échelle de métaphorisation ; l’analyse de la catégorie fondatrice de l’analogie (susceptible d’une large extension) remet en cause l’assimilation de la métaphore à une comparaison implicite et valorise sa modalisation spécifique et la construction discursive subjective qu’elle impulse.

4Les deux chapitres suivants de la première section (Théories d’une figure) optent pour un parcours à double entrée :

5- l’une, chronologique, retient quelques jalons significatifs de la tradition et de la modernité rhétorique (Aristote, Du Marsais, le groupe Mu et sa mouvance) ;

6- l’autre, disciplinaire, réfléchit aux rapports et aux apports de la linguistique (sémantique, pragmatique) et de la poétique.

7L’évolution de la théorisation (chap. 1) est marquée selon Bordas, d’une part par une restriction souvent signalée, d’autre part par une relative éviction du statut de « représentation langagière » de la métaphore. Si Aristote fixe l’analyse traditionnelle en termes de transfert sémantique et selon l’axe analogique il ne dissocie absolument pas la visée du discours de son identité stylistique, ménageant une dimension énonciative que ses continuateurs latins et français qui accomplissent l’absorption de la rhétorique par la poétique ne conserveront pas toujours ; les étapes retenues visent à dégager à la fois continuité et antagonismes et à problématiser les questions de la motivation, de la substitution vs modification de sens, de l’appréhension lexicale vs syntaxique, référentielle vs ornementaliste ; la perspective structurale apparaît comme innovante en ce qu’elle systématise la description sémantique et redistribue à partir d’opérations formelles constantes les relations entre figures. Une relecture du parcours historique sur la base de deux modèles complémentaires d’analyse (substitution /interaction) est suggérée sans être développée et c’est un des moments du livre où on regrette sa brièveté par ailleurs salubre. L’ensemble du chapitre renvoie aux études connues comme à de nécessaires compléments (Kleiber, Détrie en particulier).

8L’approche disciplinaire du chapitre suivant (2) ne vise pas à enrôler la métaphore sous une bannière exclusive mais au contraire à circonscrire une intersection entre poétique des textes et linguistique de l’énonciation qui pourrait être le territoire d’une stylistique refusant l’opposition entre « langue » et « littérature ». Contre l’objectivation mécaniste du trope, Bordas milite pour placer la métaphore « du côté du sujet » ; il définit cette « forme de fiction et de figuration » comme un phénomène de « désignation discursive », une activité énonciative à part entière, caractérisée par sa mobilité et sa capacité dialogique.

9Si la métaphore ne relève pas de la substitution de dénomination mais de la prédication, il convient de répudier la sémantique strictement lexicale au profit d’une sémantique de la phrase et du discours qui ne fait pas l’impasse sur la référenciation et assume sa dimension pragmatique. La théorie interactionnelle de Black (relayée par Ricoeur) qui se fonde sur la relation du terme métaphorique, du cadre énonciatif et des « contexte[s] d’usage » permet de mettre l’accent sur la « portée fondamentalement cognitive » de la métaphore. Mais l’écueil d’une démarche cognitiviste en référant à la généralité de l’expérience serait de faire fi de la singularité de l’expression.

10La seconde section (Figures d’une théorie) recompose autrement la présentation synthétique en abordant successivement la métaphore comme expérience anthropologique (chap. 3) et comme enjeu littéraire (chap. 4).

11Bordas repart de la perspective cognitiviste et de ses « concepts métaphoriques » comme permettant de comprendre et de se représenter le monde en l’associant à la problématique des stéréotypes comme « culture de partage ». Les avatars d’une reconstitution linéaire ou inversée de la perception (du propre vers le figuré ou au contraire d’une métaphore première vers une rationalisation), d’une chronologie de la conscience, sont jugés comme relativement oiseux, mais la portée idéologique de la métaphore est reconnue : « point de vue [subjectif] sur le monde » inscrit « dans un ensemble culturel cohérent qu’elle travaille à structurer ». Une autre hypothèse sur l’expérience cognitive de la métaphore comme (re)motivation d’un langage arbitraire est examinée à travers le cas de l’argot (langue inventée, ancrée dans le concret) pour conclure à la complexité des réseaux analogiques à tous les niveaux linguistiques et à la force de l’illusion logique, « effet de présence » et non essence retrouvée. Enfin la relation de la métaphore et du discours inconscient est appréhendée, non en termes naïvement oraculaires, mais en cherchant à dégager une intelligibilité réciproque, à travers l’approche psychanalytique, de la métaphore et des processus psychiques. Le fonctionnement de la métaphore témoigne de la « constitution de la représentation » que le sujet se fait du monde et de la labilité du désir qui masque, déplace et agence les métamorphoses. Le discours psychanalytique met ainsi en relief la dynamique sans commencement ni fin du transport métaphorique dont les associations toujours déjà surdéterminées ne sauraient pourtant se figer.

12Le dernier chapitre (4) s’interroge sur la qualité emblématiquement littéraire de la métaphore assimilée par nombre de théoriciens à la capacité fictionnelle et poétique de représentation/transformation du réel, sur son potentiel de textualisation que la littérature déploie, et enfin sur une spécificité sémiotique verbale. Bordas évoque les procès et les célébrations auxquels se sont livrés philosophes, poètes et critiques en montrant que disqualification ou valorisation supposent le postulat de l’écart. S’il paraît difficile d’écarter tout à fait l’écart, au moins convient-il selon l’auteur de l’appréhender non comme transgression lexicale ponctuelle mais comme unification stylistique et comme facteur de lisibilité globale. Bordas s’attache ensuite à « penser la métaphore comme unité textuelle » ; la parabole, structure essentiellement narrative ne répond pas à cette exigence ; l’enquête se poursuit alors non seulement en prenant appui sur des exemples variés (empruntés à Éluard, Zola, les Goncourt, Genet) mais en pénétrant avec précision dans les univers de ces « métaphores-textes » et en menant des analyses très ramassées, très précises et très convaincantes la fois. Ces analyses font valoir à l’échelle d’un poème, d’un passage descriptif aussi bien que d’une œuvre intégrale le rôle des métaphores filées qui redéfinissent, et le réel extra-linguistique et la langue, et proposent à travers un motif stylistique organisateur une « vision » à part entière. Une ouverture transsémiotique est ensuite esquissée mais conclut rapidement à une probable spécificité verbale de la métaphore qu’on retrouve plutôt dans le métadiscours des autres arts que dans leurs productions et qui constitue une potentialité fondamentale de la langue et des discours.

13La conclusion générale reprend quelques lignes de force : fiction discursive, « mise en soupçon de l’adéquation des mots et des choses », énonciation subjective d’une expérience.

14Cet ouvrage bref, vif et net, ne manque ni d’ambition ni de profondeur ; il rappelle, pointe ou ouvre des interrogations essentielles ; il prend position avec précision pour une approche énonciative et dialogique et la met brillamment à l’épreuve des textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrée Chauvin-Vileno, « Compte-rendu de l’ouvrage de Éric BORDAS Les chemins de la métaphore, « Études littéraires, Recto Verso », PUF, 2003 », Semen [En ligne], 19 | 2005, mis en ligne le 28 avril 2007, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/2163 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2163

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page