Navigation – Plan du site

Écriture de l’oralité et contre-discours féminin dans Loin de Médine d’Assia Djebar

Fatima Zohra Lalaoui

Texte intégral

Ecrire ne tue pas la voix, mais la réveille, surtout pour ressusciter tant de sœurs disparues. (Assia Djebar)

1. Introduction

1Pour Assia Djebar, la nécessité d’intégrer l’oralité dans la littérature écrite fut, dès ses premiers romans, une manière de surmonter l’exil dans la langue par le biais de la littérature qui l'aide, sinon à dépasser cet exil, du moins à faire le deuil de la langue, à le prendre avec soi, à l'imprimer en/sur soi. Dès l'instant où il est impossible de se dire dans la langue étrangère, Assia Djebar se retourne vers l'oralité. C’est dans ces termes que l’oralité sera considérée chez cette romancière : à la fois comme compensation linguistique et particularité culturelle1.

2Ecrit en 1990, Loin de Médine est une reconstitution et une réflexion historiques particulièrement sensibles à la participation féminine. Ce roman d’Assia Djebar évoque les événements qui entourent les derniers jours du Prophète remontant aux années de son exil de la Mecque et aux incessantes batailles menées pour consolider son pouvoir, batailles pour lesquelles le recours aux femmes fut décisif.

3Afin d’éviter de voir sombrer dans l’oubli le destin fascinant de ces femmes musulmanes, combattantes de l’Islam, le roman Loin de Médine se propose de raconter dix-huit destins féminins dans leur héroïsme et leur courage. L’inscription des personnages féminins ayant réellement existé se réalise par celle de l’oralité. Celle-ci s’annonce comme un procédé romanesque qui, en s’opposant aux écrits des historiens arrive à signaler le décalage existant entre les événements racontés et la vision que nous en transmet l’Histoire. L’écrit renvoie essentiellement aux discours masculins des historiens tel que Tabari ; leur notoriété a fait de leurs textes des textes sacrés et même si l’image de la femme a été largement déformée c’est celle qui habite tout l’imaginaire collectif. L’oralité bien que transcrite insère un autre signifié scriptural : la voix des femmes que rejoint celle de l’auteur jette le discrédit sur l’écriture théologique. L’oralité permet à l’auteur d’inventer une nouvelle écriture dans laquelle les voix des femmes s’élèvent, pour opposer aux récits des chroniqueurs, misogynes pour la plupart, une détermination à changer l’ordre des choses.

4Loin de Médine pose le problème de la transmission de la mémoire, inscrivant au sein du roman une réflexion sur les rapports de l’Histoire et de la littérature, dans une perspective résolument féministe qui transcende le cadre du roman historique traditionnel.

5Dans la quête du passé, les chemins de l’Histoire et de la fiction finissent nécessairement par s’entrecroiser car l’une et l’autre usent de procédés narratifs similaires et sont principalement guidées par un authentique effort de persuasion.

2. L’inscription orale dans le récit

6Le roman Loin de Médine est consacré aux récits de femmes que l'écrivain recueille et réécrit, renouant ainsi avec sa tradition et ses racines : la transmission du conte et du récit. Cette trace de l'oralité est la clé qui lui permet d'accéder au plus profond d'elle-même, à l'Histoire pour pouvoir ensuite réviser l'historiographie officielle. Grâce aux contes, aux ahaddits2 et aux réminiscences de l’auteur, les voix féminines échappent à l'asphyxie et sortent de l’ombre des traditions islamiques.

7Au sein du récit Assia Djebar devient la principale narratrice, elle entreprend de faire entendre les voix que l'hégémonie masculine a condamnées au silence pendant des siècles, et par conséquent, à l'extinction. Elle tente de faire revivre le passé par le biais, volontaire ou forcé, de l'écriture, de son écriture en langue française, et d'enraciner la langue de l'Autre dans l'oralité des femmes. De transmettre en langue française ce qu'elle a pu entendre et apprendre dans la langue maternelle.

8Pour résoudre la question « comment combiner l'écriture en langue française avec le récit oral arabe », Assia Djebar fait et refait le trajet des langues. Le français étant devenu sa seule langue d'écriture à la croisée du parcours qui se situe entre plusieurs langues, elle essaie de l'arabiser en passant par la poésie. Elle retravaille la langue française comme une sorte de double de tout ce qu'elle a pu dire dans sa langue du désir. Quand elle se sert du français pour réécrire l’oralité arabe, elle fait croître un rythme nouveau marqué par des entorses à la syntaxe et à la sémantique. En effet, l'inversion du sujet, de l'adjectif, du complément a un rapport évident avec une sensibilité que l’auteur qualifie de « maghrébine [… qui appréhende les choses par fulgurations soudaines »3. Ce serait une écriture maghrébine en français. Prétendre arabiser le français pour exprimer la fluidité, la sensibilité maghrébine, c'est prendre des libertés avec la langue française pour se sentir libre en l'écrivant. Sa langue serait donc celle de la poésie, une langue qu'il faut se forger, et, toujours et sans fin, recommencer à inventer.

9Pour insérer l’oral dans Loin de Médine, la narratrice s’attache à traduire les écrits des chroniqueurs au même titre qu’elle transcrira les récits oraux des femmes en s’appuyant tantôt sur ce que la mémoire collective rapporte (ahadits, contes et récits de vie), tantôt en fictionnalisant l’histoire. Dans ce dernier cas, la narratrice se substitue à ses héroïnes, elle entend, dans ses rêves, leur voix et se donne le droit d’imaginer une suite à leur histoire.

10Cette intériorisation du fait oral, son appropriation par la narratrice permet sa modification, sa ré-orientation idéologique.

3. Historicité, fiction et oralité

11La contamination mutuelle de l’Histoire et de la fiction –mise en évidence par Paul Ricœur4 – sert, d’une part, à authentifier le monde fictif créé par l’auteur Assia Djebar, et, d’autre part, à questionner l’histoire : à l’historicisation de la fiction répond la fictionnalisation de l’Histoire. Et c’est par l’insertion de personnages réels, mis sur le même plan que les personnages fictifs que le tumulte des voix crée un effet de réel et rattache le temps de la fiction au temps de l’Histoire.

12La seule réponse à la domination masculine serait donc la parole, puisque, une fois entamée, la prise de parole ne peut être arrêtée. Ainsi dans Loin de Médine, la parole de Fatima, « celle qui dit « non » à Médine », s’expérimente dans un  « non » affirmé sans crainte et fait prendre conscience à l’héroïne de sa capacité d’être, de sa puissance de devenir. Associée à la figure mythique d’Antigone, Fatima acquiert le statut de légende.

13Le monde des femmes, à travers une série d’anecdotes, s’inscrit dans un récit où l’oralité prend une dimension scripturale innovante : celle de pouvoir réécrire dans le sens de réorienter l’Histoire. Par la voix des femmes qu’Assia Djebar convoque, l’histoire sacrée est controversée. La suprématie masculine est défiée ; le discours féminin réalise, par le biais de la réécriture, un autre réel à la fois possible et plausible.

14Dès lors, il s’agit de déconstruire les apparences, mettre à nu les blessures fondatrices et pour cela, inlassablement, relire le discours sur l'hier. « Femmes loin de Médine » est la plongée dans un passé si lointain qu'il a l'aspect débonnaire des certitudes. Mais de ces certitudes on peut extraire tant de mensonges, tant de mal, que redonner la parole aux premières rawiyates5 et non répéter inlassablement les légendes, écouter ces femmes qui furent autant que les hommes fondatrices d'une civilisation, d'une culture, c'est se livrer au sacrilège d'une libération. Les femmes qui ont entouré ou rencontré le Prophète avaient une densité, une aura qu'on leur a ôté au plus vite. Rendre à Fatima la justice de sa réclamation et, à travers cela, proclamer le droit de ses innombrables héritières à la justice, à l'humaine justice, rendre à Aïcha la vérité de sa jeunesse, ses sentiments et ses blessures, pour ne citer que ces deux exemples trop connus, c'est se retrouver en tant que femme dans l'imaginaire musulman. C'est ne plus se perdre dans le discours des mangeurs d'histoire. C'est accéder à un seuil sur lequel buttent les structures sociales les mieux ancrées et dépasser l'aveuglement douloureux du silence, du renoncement :

Aïcha « mère des croyants » parce que première des rawiyates [...] elle voit son destin se dessiner : oui, nourrir la mémoire des croyants, entreprendre cette longue patience, cet inlassable travail, distiller ce lait goutte à goutte. Préserver, pour toutes les filles d'Ismaël, parole vive. (264)6

15La narratrice fuit le silence car son regard est celui du langage, lorsqu’elle ne restitue pas la parole des femmes, elle l’imagine, la devine comme si elle passait au tamis l'indéchiffrable sable d'un temps occulté. Tournée vers l'extérieur, à la manière de ces devinettes tifinagh écrites sur le sable comme un envol de syllabes venues du fond des temps, elle exhume sans fléchir les secrets et les aveuglements qui font de la culture implicite une prison de l'esprit.

16Lorsque Assia Djebar s’approprie l’Histoire, elle décentre subversivement ses perspectives produisant ainsi des changements de focalisation, de véritables « transfocalisations narratives »7 qui, par la voix des femmes, transforment les documents des chroniqueurs et les utilisent comme un palimpseste sur lequel elles inscrivent leur propre discours vivant.

17Le palimpseste dans l’écriture de Loin de Médine est une façon de mettre en dialogue l’écrit et l’oral ou plutôt d’opposer à l’écrit un contre discours : l’oral.

4. L’oralité, l’intertexte et la citation

18Si l’oralité s’oppose à l’écrit, c’est pour déjouer les pièges des labyrinthes idéologiques et donner à voir l'instable du présent, malgré la permanence en nous de ce mouvement pendulaire du passé vers le présent. Pour cela, la narratrice a choisi de laisser résonner la clameur de ces voix jusqu'à en être remplie, façonnée.

19Et c’est par la citation que leur discours8 se trouve définitivement légitimé. Loin d’être pédante ou fortuite, la citation participe d’une intertextualité obligatoire9. L’auteur veut établir ainsi un vrai rapport avec son lectorat. Tel est le poids et l’importance de la citation dans Loin de Médine.

20La citation est à la croisée de deux discours : historique et littéraire. Elle occupe de ce fait un pôle stratégique – « quand elle assure sa validité, garantit sa recevabilité, ou au contraire les réfute. » (Compagnon, 1979 : 12) - qui remplit une pluralité de fonctions liées aux enjeux du discours.

21« La citation se construit comme une ré-énonciation » (Ibid.). Elle est marquée lorsqu’elle cite les écrits des chroniqueurs (Tabari, Ibn sa ad) attestés comme des documents officiels et dont la véracité n’est pas contestée. Elle est également marquée lorsqu’elle insère le témoignage des personnages historico-fictionnels (Le Prophète, Abou Bekr, Ali, Fatima, Aïcha, Oum Hakim, La reine du Yemen etc.) Ces personnages ont une double identité : personnage de l’Histoire et personnage de fiction.

22L’aménagement discursif va enchevêtrer deux ou plusieurs énonciateurs et les amener à partager un même espace. Dans Loin de Médine, les femmes témoignent du vécu de leurs consœurs pour les maintenir dans la mémoire collective :

Toutes les femmes de Médine rapportent, ont rapporté comment, parce que je me trouvais mariée lorsque j’étais esclave, le Prophète - que Dieu lui assure le salut ! - m’a donné le choix :

-Veut-tu garder ton statut d’épouse ? J’interviendrai pour que ton mari, même esclave, soit près de toi ! Ou bien, tu peux choisir, puisque te voici libérée, de te libérer aussi des liens de mariage.Tu peux choisir de vivre comme une femme veuve ou divorcée, en attente d’un autre mari !

J’ai à peine hésité : »  Libre d’un coup ? » ai-je pensé, le cœur battant. »  Libre comme être humain et libre comme femme, pouvoir moi-même choisir quel homme je veux, ou même vivre seule, ou… » (255)

23Les signes typographiques ainsi que les traces du sujet parlant suggèrent la parenthétisation du discours cité. Celui-ci marque ses frontières et se libère de toute tutelle énonciative.

24Ce n’est pas le cas de la citation non-marquée qui, par la reformulation, permet à l’auteur d’intégrer dans son propre discours ceux d’autres personnages. C’est ainsi que la narratrice entend la voix d’Esma :

Entendre, tant de siècles après, le « non, je ne peux pas ! » ( Lla attik !) d’une Esma à demi défaillante devant l’époux agonisant, et encore amoureux, lui qui avoue ainsi sa préférence :

- C’est toi, semble-t-il dire, qui me lavera… La caresse de tes doigts. Le dernier contact humain sur mon corps. Toi, la seule à pouvoir être la purificatrice, la mort une fois présente, toi… (216)

25Et plus loin, l’auteur renchérit :

Il y a, dans ce récit du texte d’origine, en fait un double style direct, puisque c’est le souvenir même de Esma qui, bien après reconstitue l’ultime dialogue conjugal : »  Il m’a dit… J’ai dit…Il m’a répondu. » Devant cette scène privée, un rideau s’entrouvre par deux fois ; nous entendons la voix des époux comme par effraction :

- Abou Bekr m’a dit : »  Lave-moi ! » ou « Tu me laveras ! »

On ne sait si le désir du mourant ne tente de se masquer sous l’autorité de l’époux calife. Qu’importe ! A nous de revivre la charge émotive de la dénégation.(216-217)

26Qu’il s’agisse d’Esma ou de Fatima, la narratrice entend, relate et évalue la parole des personnages qu’elle cite. La reformulation ici s’inscrit comme la greffe d’un discours personnel ; la sur-inscription prend une dimension urgente : celle de reconquérir le passé des femmes qui ne sont pas en reste.

Je crois entendre, certaines nuits, la voix grave de Fatima, particulièrement cette dernière fois où je la vis vivante, allongée sur sa couche, mais parée comme une mariée : je faisais partie de la seule délégation des épouses et mères des Ançars qu’elle accepta de recevoir. Oui, parfois, au cœur de la nuit, j’entends ses derniers mots accusateurs : - Je vais être débarrassée de tous vos hommes ! Dorénavant comme ils me paraissent lourds, tous ces hommes à l’opinion indécise !

Quelle Musulmane de cette ville ou d’ailleurs perpétuera cette éloquence enflammée qui nous brûlait, qui tenait en émoi ? (96)

27Ces réminiscences témoignent du caractère fictionnel de ce que nous avons appelé la citation non-marquée.

28S’agit-il ici d’une appropriation autobiographique de l’Histoire ? Nous sommes tentés de répondre par l’affirmative car le récit autobiographique-cadre s’ouvre ici sur les récits des femmes qui, en prenant la parole, acquièrent le statut de sujets, de narratrices, inscrivant, à leur tour, sur le palimpseste des chroniqueurs arabes, leur propre histoire et par extension celle de toute l’histoire arabo-musulmane. Mais encore, la superposition du discours personnel (celui de l’auteur) sur celui des dix huit femmes évoquées révélerait la volonté de transformer l’Histoire par la fiction.

29Quelle soit marquée ou non, la citation montre que la mise en scène du récit, au niveau de l’interaction énonciative ainsi que dans la régulation des événements, trouve dans des éléments du niveau syntaxique l’expression d’un discours emboîté et fondamentalement polyphonique : « Tout ce que je dirai, tous l’ont déjà conté ; tous ont déjà parcouru le jardin du savoir. » (9)

5. La polyphonie et le doute idéologique

30La polyphonie permet d’effacer une inscription pour la recouvrir d’une autre. En effet, pour tenter d’amender les excès des chroniqueurs arabes concernant la femme, Assia Djebar rétablit son statut en opérant ce que Genette appelle une transfocalisation narrative :

pour la première fois, une guerrière se lève en chef d’armes contre l’Islam : Salma annonce, en cette 11e année de l’Hégire, d’autres femmes indomptables et rebelles, ainsi que la plus irréductible d’entre elles, Kahina, la reine berbère… (37)

31Le plus grand intérêt de Loin de Médine réside sans doute dans sa réinterprétation et sa réorganisation de l’action. C’est dans ce sens que Fatima, Aicha, Sadjah et Oum Hakim ont fait face au despotisme masculin en essayant de prendre en main leur destinée. L’exemple de Oum Hakim est révélateur. Cette femme, vive et combattive, refuse de se séparer de son époux jusqu’alors non converti à l’Islam :

Oum Hakim n’a pas pleuré. Elle est allée trouver ses parents : »  je vais rejoindre, coûte que coûte mon… » Elle allait dire »  mon amour » ; c’était vrai, comment vivre sans Ikrima, sans l’époux auréolé à ses yeux de toutes les grâces[…] Ikrima brave et doux, conjonction rare qui a fait que Oum Hakim, connue pour son esprit de décision et sa vivacité, l’a aimé. Oum Hakim amoureuse d’Ikrima depuis tant d’années. (134-135)

32Des divers processus polyphoniques, Assia Djebar déplace ainsi, de manière subversive, la perspective des écrits de Tabari ainsi que celle des autres chroniqueurs. En un tour de force, l’auteur se sert de l’oralité, de son pouvoir et de sa légitimité dans la tradition arabe, pour controverser les écrits historiques. Elle valorise ainsi la subjectivité féminine et son histoire. Gérard Genette (1982 : 386) désigne ce phénomène sous le terme de »  transmotivation, c’est-à-dire motivation substituée à une autre ».

33Par l’insertion de l’oral, Assia Djebar superpose deux histoires « masculine et féminine » avec la volonté de les mettre en présence.

34La mémoire féminine va court-circuiter les écrits masculins et tente de construire une idéologie différente de celle des idées reçues. C’est alors que Fatima n’est plus représentée comme une femme soumise mais se révèle en vraie Antigone capable de rébellion : « Non, accuse Fatima, vous prétendez me refuser mon droit de fille ! » (79)

35Les voix de femmes s’autorisent à parler et à écrire dans l’espace public, là où n’étaient entendus jusqu’alors que les hommes. Le tumulte de la mémoire collective permet la réorganisation de l’imaginaire patriarcal, car l’idée religieuse, incarnée par l’Islam, définit le rapport homme-femme dans sa complémentarité et sa fusion.

36En insérant dans le récit la voix des femmes qui façonnèrent l’Islam, en la superposant aux documents arabes qui l’ont réduite au silence, Assia Djebar bouleverse l’idéologie dominante. De plus, il arrive que les deux sources qui sont les documents historiques d’une part, et les témoignages restitués par les femmes, d’autre part, soient en désaccord sur l’événement raconté :

« Femmes de la mer » dans l’esprit de Omar, c’est comme si le mouvement imperceptible et infrangible que cela suppose ne pouvait, en elle et autour d’elle, se contrôler…Pourtant, son émoi, et même sa révolte intérieure, ce jour où, blessée par les paroles de Omar, elle demanda audience au Prophète, font exception dans sa biographie éclairée à quelques moments clés par les chroniques. (223)

37Malgré l’identification nominative des voix, il n’en demeure pas moins que leurs discours ne sont authentifiés que dans la fiction.

38A l’intérieur du récit, l’oralité s’organise sur trois plans :

39- Linguistique : Certains vocables et noms arabes sont transcrits phonétiquement en français. L’absence d’équivalent sémantique pour des vocables tels que rawiyats signale la volonté d’inscrire « cette autre langue » comme une particularité linguistique et culturelle. Aussi, certains idiomes arabes sont insérés en tant que discours cités ; c’est l’exemple de « Aïcha : Mère des croyants ». Cette appellation traduite en français ne révèle pas toute sa charge symbolique : il ne s’agit pas d’une sainte au sens chrétien du terme mais de l’épouse du prophète qui s’est chargée, après sa mort, de transmettre les ahhadits.

40- Enonciative : L’oralisation du discours des héroïnes use pour se matérialiser dans le récit de plusieurs signes typographiques tels que les guillemets, les points d’exclamation, les points d’interrogation etc. À cela, s’ajoute l’emploi des phrases inachevées, traces d’une réflexion personnelle et intime.

41- Historique : Le conte et le haddith se posent dans le récit comme deux arguments historiquement fiables qui permettent à la fiction d’opposer son idéologie à celle des chroniqueurs.

42Cet ancrage de l’oralité confère au récit la force et la détermination d’un contre-discours. Celui-ci va s’opposer durant toute la narration aux discours officiels. La tradition orale des discours féminins montre bel et bien le caractère polémique de leur recevabilité. Ils assoient une perception de l’Histoire qui donnent à lire différemment le passé.

43Dans le roman Loin de Médine la voix de l’auteur rejoint celle de ses héroïnes, une manière de donner force et légitimité à sa propre écriture. En effet, le récit tout entier devient une réplique au discours masculin autoritaire. L’appropriation de l’intertexte historique tente de transmettre un contre-discours, celui d’une parole féminine qui conteste le monologisme masculin.

6. Le contre-discours ou le double idéologique 

Au cours de la période évoquée ici, qui commence avec la mort de Mohamed, de multiples destinées de femmes se sont imposées à moi : J’ai cherché à les ressusciter… Femmes en mouvement »  loin de Médine », c’est-à-dire en dehors, géographiquement ou symboliquement, d’un lieu de pouvoir temporel qui s’écarte irréversiblement de sa lumière originelle. (7)

44Lorsque la narratrice introduit le portrait des femmes évoquées sommairement dans les écrits des premiers historiens c’est pour réhabiliter leur subjectivité clairement affirmée. Cette dernière s’opposera au caractère hégémonique d’un Islam masculin. Ces femmes, souvent décrites comme asservies et soumises, sont intégrées dans un récit nouveau et original qui témoigne de la présence active des femmes dans le monde musulman.

45L’oralité dans le récit permet à l’auteur Assia Djebar de combler les béances de la mémoire collective. Texte de la contestation, Loin de Médine permet des lectures multiples de certains événements majeurs de l’histoire musulmane.

46C’est ainsi que l’histoire de la jeune reine yéménite de Sann’a dont le nom n’est pas mentionné arrive à faire entendre et donne à lire une opinion différente de celle des chroniqueurs. L’histoire relate qu’un chef de tribu se dresse contre l’Islam en se prétendant lui-même prophète. Ce dénommé Aswad occupe avec sa troupe la ville de Sana’a et décide d’épouser la reine yéménite après avoir tué son époux.

47Tandis que l’historien Tabari déclare que la reine yéménite s’est soumise à cet homme craignant pour sa vie, l’auteur Assia Djebar contrecarre cette lecture pour suggérer que la reine du Yémen a accepté son union avec Aswad, en raison de l’admiration qu’elle portait à cet homme :

Pourquoi Aswad l’épouse ? Seulement parce qu’elle fait partie du butin et qu’elle a dû lui paraître – lui, le Bédouin couvert encore de sa poussière, elle, la plus jeune ou la plus belle des épouses, dans son éclat juvénile et royal –une proie fascinante ? Mais il pouvait la »  prendre », sans l’épouser. Peut-être ne manifesta-t-elle pas un excès de résistance : par calcul, par curiosité, ou, comme le suppose Tabari si hâtif à l’excuser, »  par crainte ».Crainte qui la quittera vite. (20)

48Les interrogations de la narratrice s’inspirent d’un conte populaire yéménite qui raconte que leur reine était consentante lorsque Aswad lui proposa le mariage. Et c’est cette même femme qui a commandé le meurtre de son époux car l’admiration qu’elle lui vouait s’est transformée en haine.

49En dialoguant avec l’historien, Assia Djebar l’interroge sur ses lectures et ses différentes interprétations des événements historiques :

La fiction serait d’imaginer cette femme rouée, puisque les rames de la féminité demeurent, en ces circonstances, les seules inentamées. (20)

50Elle poursuit en opposant à cette image de la femme craintive un personnage féminin inventif capable d’organiser un complot visant à éliminer ce faux prophète car elle découvre qu’il se comporte comme un païen. C’est parce qu’elle est déçue et dupée que la reine yéménite décide de se venger en tentant d’assassiner Aswad.

51De même, la révolte de Fatima, fille du Prophète, dépossédée de son héritage paternel par les successeurs de Prophète est une lutte obstinée pour être reconnue, par les califes, comme une héritière légitime. Par le don de la parole, Fatima s’oppose farouchement à cette injustice et si elle meurt, elle n’en demeure pas moins résistante :

Ainsi elle a dit « non », la fille aimée. »  Non » au premier calife pour son interprétation littérale du « dit » du prophète. Peut-être que, dorénavant, an lieu de la surnommer « la fille aimée », il faudrait l’évoquer sous le vocable : »  la déshéritée » ?

 Ce »  non » total, irréductible, Fatima ne l’oppose pas à l’homme Abou Bekr, dont elle ne peut oublier l’attachement indéfectible qui le liait au prophète, mais au calife, celui qu’on a désigné calife hors la famille du prophète…(86-87)

52En utilisant la subjectivité féminine, l’auteur montre que l’articulation d’une autre histoire est possible. Celle-ci se réalise dans la souffrance et le déchirement. Elle rallume la mémoire d’un passé étouffé par l’écriture masculine.

53C’est en s’érigeant contre Tabari et l’ensemble des chroniqueurs qu’Assia Djebar légitime le contre-discours proposé : « Ultime détail du chroniqueur dont on pourrait entendre la voix soudain durcie : Salma à terre, cela ne suffit-il pas ? » (39)

54Et l’auteur ajoute en s’opposant à lui :

Khalid tue Selma. Mais si, cette fois, la responsabilité en incombait à la victime ? Ce pourrait être elle qui, à terre refuse l’agenouillement. Elle, peut-être, qui bondit comme une panthère. Une arme dans la main, ou même sans arme visible, elle a pu, de ses yeux, de son rire, provoquer : »  Tue-moi » Et Khalid, fasciné, n’a pu cette fois qu’obéir.

Selma tombant devant le général, et peut-être à sa manière, le subjuguant. (39-40)

55L’histoire personnelle, celle de l’auteur sans doute, s’imbrique dans celle de la collectivité. Face à l’histoire des hommes, Assia Djebar propose une contre histoire féminine qui met l’accent sur le courage des femmes musulmanes.

56Écrire devient cette tension qui révèle un double dans lequel l’auteur rejoint l'ensemble de ces voix dans leur simultanéité. Mais aussi, l’écriture révèle le temps, cette mesure infiniment distendue, distante même, qui les fait partie prenante d'un passé. Si l'écriture était auparavant expression du corps, (« la parole identitaire s'écrit toujours sur la peau » écrit Mireille Calle-Gruber), maintenant, c'est la voix qui devient une autre expression du corps/de la mémoire.

7. Conclusion

57Si comme l’affirme l’auteur Assia Djebar »  ce sont les femmes qui firent l’Islam », le roman Loin de Médine invite le lecteur à repenser et recréer la généalogie de l’Islam. L’auteur incite le lecteur à poser un regard critique sur ce qu’il a pensé toujours comme évident. C’est la rédaction de ces discours féminins qui fait de Assia Djebar le porte-parole de toute une génération de femmes désireuses que leur destin soit réhabilité.

58Ces voix jouissent d’une liberté narrative qui donne force à leurs discours. L’oralité a un caractère subversif, non seulement par la transcription opérée d’un discours considéré comme superficiel et donc condamné au silence, mais encore par son opposition au discours masculin dominant. La dimension idéologique du texte devient une sorte de garantie : l’écriture constitue une reformulation, une variation d’un discours verbal antérieur.

59Roman de la dénonciation, Loin de Médine annonce la possibilité de faire exister un autre discours. Le récit autobiographique inclut la parole d’autrui dans ses variantes, révèle son inaltérabilité et sa persévérance à travers le temps.

Haut de page

Bibliographie

COMPAGNON Antoine (1979) La seconde main ou le travail de la citation, Seuil,

DJEBAR Assia (1991) Loin de Médine, Edition Albin Michel.

GENETTE Gérard (1982) Palimpsestes, La littérature au second degré, Seuil.

RIFFATERRE Michael (1980) « La trace de l’intertexte », La Pensée, N°215, Octobre.

RICOEUR Paul (1983) Temps et Récit, t.1, Editions du Seuil,.

SMATI Thoria (1990) « Création et liberté : Entretien avec Assia Djebar » in Algérie Actualités n° 1276, semaine du 29 mars au 4 avril.

Haut de page

Notes

1Liliane Kesteloot emploie les termes d’exception culturelle.
2 Le haddit représente la parole du prophète que la tradition orale s’est chargée de transmettre.
3 Thoria Smati, “Création et liberté : Entretien avec Assia Djebar ”in Algérie Actualités n° 1276, semaine du 29 mars au 4 avril 1990, p.37
4 Paul Ricoeur, Temps et Récit, Tome 1, Editions du Seuil, 1983.
5 Rawiyates est une transcription phonétique d’un mot arabe qui signifie en français à la fois conteuses et historiennes. Dans une communauté où la tradition orale est forte, Aïcha est une rawiya c’est à dire à la fois une conteuse et une historienne qui s’est chargée de relater le vécu (la souna en arabe) et les ahhadits (les paroles-morales ) du prophète.
6 Sauf autre mention, toutes nos citations concernent le roman Loin de Médine, Albin Michel, 1991.
7 Gérard Genette, Palimpsestes, La littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982, p.285.
8 Le discours serait donc l’actualisation écrite des voix que la narratrice/auteur Assia Djebar entend et restitue.
9 A l’intertextualité aléatoire Michael Riffaterre (1980) oppose l’intertextualité obligatoire que « le lecteur ne peut ne pas percevoir, parce que l’intertexte laisse dans le texte une trace indélébile, une constante formelle qui joue le rôle d’un impératif de lecture, et gouverne le déchiffrement du message dans ce qu’il a de littéraire. »
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatima Zohra Lalaoui, « Écriture de l’oralité et contre-discours féminin dans Loin de Médine d’Assia Djebar », Semen [En ligne], 18 | 2004, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/2289

Haut de page

Auteur

Fatima Zohra Lalaoui

Université d’Oran - Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page