Skip to navigation – Site map

Argumentation, enjeux et pratique de l’« engagement neutre » 1 : le cas de l’écriture de presse 2

Roselyne Koren

Full text

1« Neutralité », « impartialité » appartiennent à la catégorie de ces « mots magiques » qui « ont force de loi » « sur le marché des valeurs sociales du signe » et « ne souffrent pas de remise en cause ni d’élucidation », affirme Charaudeau (1992 : 107-108). Leur énonciation a pour fin d’exhiber la fidélité de l’énoncé à la doxa de la collectivité dont on convoite la légitimation. Ils serviraient aussi à produire, ajoute-t-il, « un effet d’éblouissement (on ne voit rien d’autre, l’esprit critique est neutralisé) » et le danger de réfutation momentanément écarté. Contrairement à « prise de position » dont l’énonciation, la justification et la négociation impliquent bien des précautions verbales,3 le « jeu du paraître » (Charaudeau 1997 : 38, 163) neutre remplit donc une fonction centrale dans la quête de la reconnaissance sociale : le droit à la parole serait notamment à ce prix dans de nombreux genres de discours. Il l’est tout particulièrement dans les médias comme l’indique cet extrait d’un article de Pierre Marcelle publié dans la rubrique « Rebonds » de Libération et intitulé « L’objectivité » : «  Son obsession [il s’agit de la télévision] de déontologie, qui dissimule cependant bien mal l’extravagant grand écart entre ce qui s’y montre et ce qui s’y dit. […] l’important est moins de maîtriser les plans que d’en affirmer la maîtrise : le fait télévisuel inédit dans War in Irak II, réside dans le souci de fournir la recette avec le menu, comme un certificat d’origine […]. En résulte […] pas mal de friendly fires, quand l’émotion bouscule » cette « objectivité » « revendiquée sur un mode incantatoire » (25.03.03). «  Obsession de déontologie », « dissimule », « affirmer la maîtrise » opposé à « maîtriser », « objectivité revendiquée sur un mode incantatoire » montrent de façon éloquente quel est le prix du droit à la parole dans une doxa objectiviste et le rôle compensatoire joué par les apparences ou effets d’objectivité 4 quand il faut à tout prix paraître « médiatiquement correct »…

2Les journalistes ne sont pas les seuls à devoir se soumettre au diktat de l’impartialité, les universitaires littéraires etou linguistes, par exemple, sont également contraints de pratiquer la non-intervention axiologique, mais la nécessité de respecter les règles de ce jeu doxique est particulièrement cruciale dans leur cas. La légitimation des dires du porte-parole de l’opinion publique dépendrait avant tout du degré d’impartialité et donc de vérité référentielle des informations diffusées.

3La neutralisation de la prise de position serait dans ce cas un mode de protection contre le risque de l’engagement idéologique militant, mais serait compatible, aussi paradoxal que cela puisse paraître, avec l’exercice d’une fonction critique qui a pour enjeu l’évaluation de la vérité et de la validité des dires des hommes politiques. L’engagement du journaliste est « censé paraître neutre du point de vue politique », affirme Charaudeau (1997 : 262), mais il se veut « engagé du point de vue de la morale sociale ». Les journalistes oscilleraient ainsi entre deux pôles hétérogènes dont l’un est « neutre » entendu comme informatif et strictement descriptif et l’autre engagé, autrement dit argumentatif. Ils n’ont pas de mots assez fermes pour exiger la séparation des faits (discours « neutre » de rigueur) et des commentaires (prise de position autorisée) et font donc comme si chaque sujet d’énonciation pouvait choisir librement son camp discursif. Ils semblent ignorer ce faisant qu’il est linguistiquement impossible de séparer la part référentielle de la sémantique de ses dimensions pragmatiques et argumentatives et que les subjectivités énonciative et intersubjective sont inhérentes à la langue, mode de vie sociale et donc à toute mise en mots quelle qu’elle soit…

4Je me propose de tenter de répondre, tout d’abord, à la question suivante : pourquoi les journalistes ne distinguent-ils pas entre neutralité et apparences neutres ? Mon hypothèse est qu’il existe un lien de cause à effet entre leur conception de la nature du langage et leur rapport à l’ objectivité discursive. « On ne peut pas réaliser l’ethos moral sans réaliser en même temps l’ethos neutre, objectif ou stratégique, affirme le rhétoricien Ekkehard Eggs5. Il faut agir et argumenter stratégiquement pour pouvoir réaliser la sobriété morale du débat. Ces deux faces de l’ethos constituent donc deux éléments essentiels de la même procédure : convaincre par le discours ». S’ils étaient conscients que la fonction de médiateur « convaincant » implique inéluctablement, pour des raisons liées entre autres à la nature du langage, l’interaction et la régulation simultanées d’ un « ethos neutre » et d’un  »ethos moral », les journalistes ne prétendraient pas, de façon aussi catégorique, pouvoir séparer l’information du commentaire et la neutralité informative de l’engagement.

5J’analyserai ensuite les justifications de l’ « engagement neutre » telles qu’elles sont présentées dans le métadiscours de journalistes qui exposent leur code déontologique dans des articles intégrés dans les colonnes de leurs journaux ou dans des brochures hors série comme Le style du Monde (février 2002, 220p.). Cette analyse sera suivie de la confrontation des principes énoncés avec les modalités de leur application dans la trame de deux exemples types. Il ne s’agit pas de prendre les auteurs des articles en flagrant délit de prise de position là où ils s’étaient engagés à user d’un style neutre. Je ne souhaite pas jouer au censeur ni chercher uniquement les traces linguistiques plus ou moins implicites de la subjectivité discursive dans des genres d’articles présentés comme des bastions de l’impartialité ( la dépêche, la synthèse, le reportage, le compte-rendu, etc. C’est pourquoi j’analyserai la rhétorique de la neutralisation de la prise de position dans un texte autorisé par son genre à pratiquer l’engagement (l’éditorial) et la « subjectivisation » de la rhétorique laconique dans un genre particulièrement « lisse » (le compte rendu) qui a pour objet la montée alarmante du racisme en France ces derniers mois. Ces deux exemples devraient me permettre de montrer, d’une part, comment et au nom de quoi un éditorialiste « désubjectivise » 6 sa prose et fait comme si les évidences pouvaient s’imposer d’elles-mêmes, directement, au lecteur, mais aussi, d’autre part, comment un rapporteur délibérément « transparent » gère discursivement l’interpellation inhérente à toute question d’éthique. C’est donc la tension entre des pôles antithétiques (apparences neutresprise de position) et la gestion de cette tension qui seront au centre de mon analyse.

1. La conception journalistique du langage au miroir des acquis de théories linguistiques contemporaines…

6Il n’est pas rare de trouver dans le métadiscours journalistique des déclarations péremptoires7 qui présentent l’objectivité discursive comme une option que chacun de nous serait libre de choisir ou de ne pas choisir. De nombreux journalistes sont convaincus que les effets d’objectivité de leur rhétorique suffisent à transformer la construction de l’information en miroir impartial en raison de leur perception de la nature du langage. Cette perception, telle qu’on peut la déduire du métadiscours de la profession sur son code déontologique, diffère de façon considérable des descriptions proposées par les linguistiques de l’énonciation, les sémantiques pragmatiques ou l’analyse du discours. La plupart des journalistes font comme si dire objectivement la « perception neutre » de faits était une option du système de la langue, comme s’il était possible, comme l’écrit Plantin (1990 : 157) dans une définition de l’ « exigence descriptiviste », de « construire les faits au cours d’une première étape soigneusement non prospective […] en faisant semblant d’ignorer à quoi ils vont servir, indépendamment de l’acte linguistique qui consiste à les présenter en vue de supporter une conclusion ». Cela ne signifie pas qu’il s’agit d’un discours à visée manipulatoire8 intrinsèque, mais cela indique assurément que cette prise de position déontologique est liée à une conception périmée du langage par des liens essentiels : le discours médiatique dominant est toujours encore objectiviste9 de façon anachronique.10 Il pourrait non seulement ignorer l’interaction inéluctable du dire conventionnel et de la parole personnelle, mais aussi le fait que le langage interpelle toujours un co-énonciateur et qu’il ne se contente pas de diffuser du savoir : dire, c’est aussi prendre position, argumenter, tenter de mobiliser. « Pour les néo-positivistes d’aujourd’hui, affirme Jean-François Kahn, (et répétons qu’ils sont majoritaires, ne serait-ce que dans les médias), tout est beaucoup plus simple : l’homme est ce qu’il dit qu’il est, il fait ce qu’il dit qu’il fait et il dit ce qu’il dit qu’il dit. Le langage n’est qu’une façon de parler le concret. »11

7La conception journalistique descriptiviste du langage n’est donc pas déstabilisée par les nombreuses théories actuelles qui tentent de rendre compte du fait que la nature subjective et pragmatique du langage invalide la thèse positiviste de la transparence référentielle. Ces théories démontrent pourtant que les mots font écran entre l’homme et l’objet, entre le sujet d’énonciation et son co-énonciateur. Si toute mise en mots implique un faisceau de sélections, de constructions et d’interventions interactionnelles, il ne peut y avoir que des apparences d’objectivité. Celles-ci seraient nécessaires à la socialisation du langage. Le discours conventionnel aux apparences neutres serait aussi important que la parole individuelle ; il en serait même la condition de possibilité et le mode discursif de légitimation.

8Le régime de l’apparence ne caractérise d’ailleurs pas que le déjà-dit pseudo-objectif, il peut également concerner l’argumentation dans la langue comme l’indique Ducrot (1993 : 246-248) : « il s’agit d’abord de savoir (‘d’un point de vue étroitement linguistique’) ce qui rend possible, et presque nécessaire, l’illusion argumentative concernant le discours » ; « une autre question est celle des rapports entre les apparents ‘topoï’ de l’apparente ‘argumentation’ avec ces contraintes sur l’enchaînement argumentatif ». « Les jeux du paraître » concernent enfin également la subjectivité discursive puisqu’elle peut passer graduellement de traces linguistiques formelles explicites et affichées à des traces minimales reléguées presque entièrement dans l’implicite.

9La régulation verbale de l’être et du paraître (être subjectif et avoir l’air neutre) est abordée par de nombreux linguistes avec « sérénité » ; ils ne cherchent pas à prouver à tout prix que les mots peuvent refléter les choses « telles qu’elles sont ». Les « jeux du paraître » objectif etou subjectif sont en fait perçus comme une aptitude constitutive du langage à faire comme si, à donner pour « le réel de ce monde » ce qui n’en est que la représentation construite, orientée et théâtrale.12 Voici quelques exemples types de cette « sérénité » : c’est dans le domaine de la « modalité épistémique » et pas, par exemple, dans celui de la « modalité axiologique » que Pottier (1992 : 210-211) évoque la dialectique de l’être et du paraître où X (le locuteur) « se déguise », « veut paraître A » mais « être B ». Yaguello affirme sans la moindre hésitation, dans une publication récente (2003 : 215-216), que dans la « construction en miroir » : « ça m’intéresse je m’y intéresse » – il n’y a pas de changement de sens ; les deux énoncés sont subjectifs ; le premier a simplement des apparences « objectives », le second est explicitement subjectif. L’énoncé « ça m’intéresse » comme « ça m’interpelle » ou «  ces thèmes nous adressent tous » ferait donc partie de cette rhétorique qui fait endosser par le monde des objets ou des concepts la responsabilité de l’intérêt que lui témoigne le sujet d’énonciation.13 Kleiber affirme enfin, dans Langages 127 (p.12-13), qu’on « peut admettre assez sereinement que ce que nous croyons être le monde réel n’est que le monde tel que nous le percevons ou tel que nous croyons qu’il est » (je souligne), « il devient inutile de préciser à chaque fois qu’on parle de réalité, que cette réalité n’est pas la vraie réalité ou réalité objective, mais seulement la réalité expériencée ou réalité phénoménologique ». Ce type de « sérénité » épistémologique permet de percevoir plus clairement l’inadéquation de la conception journalistique du langage. L’adhésion à une perception descriptiviste du rapport entre les mots et les choses empêche de penser la mise en mots discursive en termes de prise de position et de mise en scène inéluctablement subjectives. Si les journalistes étaient conscients du fait que le dit est toujours la transposition apparente construite et indirecte du référent et qu’il adresse inéluctablement un appel à l’auditoire, ils ne pourraient pas continuer à soutenir avec la même détermination qu’il leur est possible de séparer les faits des commentaires et de contrôler leurs velléités d’intervention de façon absolue.

2. Métadiscours journalistique sur « neutralité » et « engagement »

2.1. Argumentation de l’impartialité

10Je passe à présent à l’analyse du métadiscours de quelques publications types de la presse écrite actuelle sur la possibilité du choix de la neutralité etou de l’engagement. Je commencerai par des assertions qui révèlent la survivance d’un présupposé ancré dans les croyances journalistiques : l’existence, la possibilité de l’impartialité en dépit de déclarations assez fréquentes du type : « l’objectivité absolue n’existe pas ; nous en sommes parfaitement conscients ». On lit ainsi dans un article du Figaro du 20.03.03 qu’il faudrait créer « une grande chaîne d’information continue francophone » qui permettrait de résister, dans le cadre de la guerre contre l’Irak, à « l’endoctrinement médiatique généralisé » et donc au traitement partial de l’information en proposant « une information impartiale et rapide ». On peut reconstituer, à partir d’un article de Libération (28.03.03) intitulé « La Chine découvre ‘l’objectivité’ [entre guillemets] Sur la chaîne d’Etat, neutralité [sans guillemets cette fois-ci] aux antipodes de la propagande usuelle » la définition suivante de la neutralité : « reportages », « discours en direct », « experts » , mais aussi « le ton des présentateurs et des reporters, affichant une neutralité très professionnelle », refus d’ « attiser le sentiment anti-américain par une information partiale » (même si Libération traduit : « éviter d’encourir la foudre des Etats-Unis »). Compliment aussi, adressé à la chaîne arabe internationale Al-Jazira (Libération 18.04.03) : « liberté de ton », autrement dit exercice d’une fonction critique qui n’est pas considérée, apparemment, comme un type de prise de position subjective puisque ce ton est présenté comme compatible avec l’ « impartialité » de la chaîne (je reviendrai plus tard sur ce point). Michel Kik, responsable du bureau parisien d’Aljazira, semble d’ailleurs avoir intériorisé les présupposés évoqués ci-dessus puisqu’il affirme dans une interview reproduite dans le dossier du Monde : « Guerre et information » (20.03.03) : « Notre rôle n’est évidemment pas de manipuler les opinions, mais bien de rester objectif », « malgré le très fort sentiment antiaméricain actuel, nous essayons de garder une certaine neutralité », « nous sommes un miroir des contradictions du monde arabe » (on aura reconnu au passage une métaphore objectiviste notoire14).

11Je ne présenterai pas ici, faute de place, les définitions ni les justifications traditionnelles d’effets d’objectivité qui ont le jeu du paraître neutre pour enjeu.15 Je me limiterai à un argument qui n’est pas nouveau, mais qui est présenté actuellement comme le plus fort, en faveur des conditions de possibilité de la neutralité : la séparation des faits et des commentaires,16 dont la possibilité est présentée comme un présupposé irréfutable. Jean-Marie Colombani signale dans Le Style du Monde que depuis le lancement en 1995 de la nouvelle formule, le journal sépare « les pages d’information de celles vouées aux débats, aux analyses et aux engagements éditoriaux »(p.3). Les premières « relèveraient des faits, qui doivent être considérés comme sacrés », les secondes relèvent du « commentaire, libre par définition ». Cette déclaration implique qu’il n’y aurait pas de différence entre le fait objectif « brut » antérieur à la mise en mots et le fait médiatisé et socialisé par le langage.17 Il serait parfaitement possible de se retenir de « faire passer son point de vue en contrebande dans les articles d’information » (p. 9). Il n’est jamais question dans ces déclarations qui construisent l’ethos du médiateur intègre, fiable et crédible de la subjectivité énonciative inhérente à la nature de toute mise en mots quelle qu’elle soit. Colombani n’envisage pas non plus dans le contexte de cet argumentaire que la liberté du commentaire puisse être investie et relativisée par une parole sociale doxique, entendue comme idéologie dominante ou idéologie de l’air du temps ou par l’obligation de ne pas transgresser le code éthique du journal. Il n’y a pas de place dans ce raisonnement pour une transposition à l’échelle textuelle de l’interaction et de la régulation graduelle de la parole sociale et de la parole individuelle inhérentes à la grammaire de la langue et du discours. On trouve certes le verbe « commentariser l’information » à deux reprises, dans la définition du « titre informatif » (p. 55) et dans celle des règles de la « légende » de photographie (p. 67). « Commentariser » y est présenté comme un type de mise en mots « interdit » dans ces deux cas. Ce verbe implique que le passage du fait au commentaire peut être réglé de façon graduelle et qu’il existerait donc un continuum entre les deux, mais son emploi ponctuel est de l’ordre du pressentiment et ne déstabilise pas l’axiome de la séparation dichotomique.

2.2. Définitions de l’engagement

12Le fait de dissocier l’information neutre du commentaire apparaît, par exemple, dans Le style du Monde comme la condition de possibilité de l’aveu explicite de la pratique de la prise de position. Les auteurs de la brochure reconnaissent qu’ils souhaitent s’engager et définissent leur engagement en ces termes :

13- »Le Monde est aussi un journal d’opinion. Loin d’être neutre, il a des engagements qui le conduisent à prendre position » (p. 7), mais ses prises de position ne pourraient être énoncées que dans le cadre des éditoriaux ou dans celui des analyses et des commentaires.

14-Le Monde évoque explicitement son  »combat pour la justice et la solidarité, le refus du racisme et de l’exclusion » (p. 6).

15-Il reconnaît que la sélection, la hiérarchisation (cf. p. 3, 62, 63, 65, 67) et la « construction » (p. 48) des informations sont déterminées par une « vision de l’actualité » (p. 6) spécifique de ses journalistes.

16Si l’on recense les dénominations des types de subjectivité discursive autorisés, disséminées dans la brochure, on obtient la liste suivante :

17- »vision », « points de vue personnels » (p. 57)

18- »mise en perspective » de ce qui est passé inaperçu (p. 57)

19- »angle original », autrement dit innovateur, contestataire, éventuellement à rebours de la doxa de l’air du temps (p. 57, 58) et qui ne craint donc plus de « surprendre » (p. 55).

20- »écriture directe et convaincue » (p. 49, 57), finies les « prudences »…

21- » ironie », « humour », « émotion », « indignation », mais strictement localisés dans le cadre de la « chronique », « rendez-vous quotidien ou hebdomadaire qui rompt avec la tonalité habituelle des articles » (p. 58). Le fait que l’énonciateur ne puisse laisser libre cours à sa subjectivité que dans le cadre rigoureusement délimité d’un genre prouve a contrario combien la méfiance dont celle-ci est l’objet est toujours encore actuelle. Seul autre texte qui dispose de privilèges du même type : l’éditorial qui a le droit de « porter ‘la plume dans la plaie’ «  à condition que cela soit fait d’une  »manière concise » (p. 59). Cette épithète implique que le coût de la prise de position est donc bien conforme à l’oxymoron du Canard enchaîné : « anarchisme cartésien ».

22- »instaurer une complicité durable avec le lecteur » (p. 58), toujours encore dans le cadre de la « chronique », autrement dit : aveu explicite dans ce seul cas du souhait d’interaction avec le public. Si l’information neutre implique la croyance dans la possibilité du renoncement à adresser un appel au lecteur – impartialité oblige – , l’intersubjectivité est présentée ici comme légitime et souhaitée.

23 

24On sent bien néanmoins, dans tous ces passages qui affichent et tentent de valider l’option de la prise de position, que l’ombre de l’axiome objectiviste : l’engagement subjectif ne peut que menacer l’ordre public et le savoir partagé sur les vérités factuelles – se profile en permanence derrière les déclarations aux apparences les plus libertaires. La prise de position ne pourrait être énoncée que sous condition, dans les limites de garde-fous. Quand les auteurs de la brochure évoquent les modalités discursives de la prise de position, ils les envisagent certes comme « explicites », mais ils n’excluent pas pour autant l’option du commentaire sur un « mode implicite (à travers le choix d’un mot péjoratif ou laudatif) » (p. 48). Quant au type d’engagement argumentatif défini et autorisé par le code éthique du Monde, il confirme la pertinence de la distinction effectuée par Ruth Amossy 2000 entre la « dimension » et « la visée » argumentatives. Le journal se situe délibérément dans les limites de la dimension argumentative : il ne souhaite pas inciter à l’action, mais à la réflexion : il se contente de « constituer un espace public où se développent le débat et le mûrissement des décisions » (p. 3), où « s’esquissent des hypothèses » et où « se cherchent des solutions » (p. 7). L’épithète « politique » qui détermine « quotidien » « d’information générale » implique qu’il se contente « de participer à la formation du citoyen » et « de l’aider à s’orienter dans l’espace public » (ibid., p. 7) ; il s’agirait de l’espace du politique et non de celui de la politique. Les enjeux informationnels n’excluent pas la prise de position argumentative, mais c’est l’information et donc la neutralisation de la prise de position qui sont présentées comme les valeurs suprêmes.

2.3. Métadiscours sur le ton et le style

25Le métadiscours sur le concept de « style » ou la pratique d’une gamme de tons plus ou moins laconiques et impassibles ou plus ou moins « vivants » etou « convaincus » est le seul cadre où intervient la notion de régulation à ne pas confondre avec celle qui caractérise l’interaction des dimensions informative et argumentative du discours. Le « style » est présenté dans la brochure Le style du Monde comme un vernis que l’on ajouterait a posteriori au fond afin de ne pas commettre une erreur communicationnelle grave : être ennuyeux. De même que les auteurs croient et essaient de faire croire dans la possibilité discursive de séparer les faits et les commentaires, de même ils prétendent, en l’occurrence, que l’on peut dissocier le fond et la forme. Cela donne des définitions de genres d’articles placées sous le signe de la neutralité, mais dont le ton18 peut être « vif et enlevé » (p. 63) ou « convaincu ». Les responsables de cette publication (Le style du Monde) n’envisagent pas que le ton puisse produire le moindre effet de valorisation ou de délégitimation ni qu’il soit possible de le percevoir comme un mode d’intervention épidictique ou délibératif, qui compromettrait la légitimation acquise par le biais des effets d’objectivité. Au miroir d’une visée dite « pédagogique » (p. 61) ou rigoureusement informationnelle, un ton narratif « plus personnel » ne saurait être perçu comme une forme de parti-pris subjectif, il s’agit juste, affirment-ils, d’éviter l’écueil du « simple procès-verbal » (p. 59). Voici deux exemples types de ce genre de métadiscours ; le premier concerne le genre «  Horizons-portrait », le second le « reportage » :

1. « Le portrait épouse le style du récit, avec sa mise en scène, ses personnages, le fil conducteur d’une histoire. […] Remarque Le portrait ne doit être ni hagiographique ni condescendant. Il est impératif de nuancer son point de vue » (p. 61).

2. « La rigueur des informations et la précision sont ses meilleures qualités. Le reporter doit y ajouter (je souligne) le sens de l’écriture pour faire vivre les situations dont il rend compte. Un ton plus personnel est donc possible. Remarques Le souci pédagogique est primordial ». Le lecteur « doit avoir l’impression d’ ‘ y être’ […]. Le titre est impérativement informatif. »

26L’exemple 1 nous permet de voir que si l’art du récit est compatible avec l’euphémisation du point de vue, c’est sans doute parce que les auteurs de l’ouvrage ne considèrent pas le genre narratif comme un mode d’énonciation subjectif. Mais la recommandation : « ne doit être ni hagiographique ni condescendant » argumente simultanément en sens inverse et reconnaît involontairement que la dissociation fondforme est moins simple qu’elle n’en a l’air. « Hagiographique » évoque le risque de l’argumentation épidictique, « condescendant  », celui du jugement de valeur péjoratif. L’exemple 2 nous permet de voir que la vivacité du style est considérée comme un ajout inoffensif. Le ton éventuellement plus « personnel » est racheté et neutralisé par la visée d’une écriture filmique («  l’impression d’ ‘y être’ ») et  »pédagogique », mais aussi par d’autres allusions à la rhétorique des apparences neutres : « rigueur », « précision », « impérativement informatif ».

3. Des principes à la mise en pratique ou des désirs aux réalités…

27L’article qui va me servir de premier exemple type est un éditorial du Monde intitulé « Evidences » (18.04.03). Le jeu du paraître neutre y joue un rôle central en dépit du fait que l’éditorialiste y a droit à l’engagement entendu comme énonciation de l’opinion du comité de rédaction. La régulation des degrés d’objectivité et de subjectivité discursives n’y est pas significative en soi : ce type de procédure est inhérent au système de la langue. Ce qui a donc retenu mon attention, c’est l’insistance avec laquelle l’éditorialiste exhibe les apparences neutres de sa prise de position. Je passerai, ensuite, à l’analyse de deux articles publiés dans Le Figaro et Le Monde et qui traitent le même sujet. Ces deux textes sont des comptes rendus ; il est donc logique, conformément aux lois du genre, qu’ils recourent à une rhétorique impersonnelle. Ces deux textes ont de plus pour objet un rapport remis au gouvernement français et qui contient le recensement et l’évaluation de la gravité d’actes de racisme et d’antisémitisme commis ces derniers temps en France. Ils ont donc pour objet, indépendamment de la question du genre, des « comportements » dont la dénomination générique même implique une évaluation axiologique implicite ; les apparences lisses, abstraites et techniques de l’écriture intriguent donc quand même ; quel peut être l’impact de textes qui abordent un problème éthique en termes apparemment distants et strictement informatifs ? Où sont les traces discursives de la subjectivité énonciative inhérente à toute prise de parole ?

28Le titre de mon premier exemple est conforme aux règles de l’éditorial énoncées dans Le style du Monde (p. 55). La « forme » d’ »Evidences »19 est bien « averbale », elle permet en effet « de situer d’emblée le thème, le propos et la couleur de l’article » ; mais qui dit « évidences » dit faits qui s’imposent d’eux-mêmes, « d’une telle force, lit-on dans le Petit Robert, qu’il n’est besoin d’aucune autre preuve pour en connaître la vérité, la réalité ». Recourir au nom « évidences », c’est donc placer d’emblée l’éditorial sous le signe d’un effet d’objectivité notoire : le glissement du ton péremptoire à l’assertion implicite : ce que je dis est une vérité à accepter sans discuter. La suite de l’article confirme d’ailleurs le ton autoritaire du titre comme on peut le voir dans les huit énoncés suivants (l’éditorial a été publié le 18.04.03 à la fin de la guerre contre l’Irak) :

« C’était une évidence déjà c’est un fait établi désormais »

« Ces récits […] ne laissent aucune place au doute »

« la lecture des différents reportages […] était totalement éclairante »

29Ton péremptoire et intimidation présentés dans le cadre cartésien d’une déduction :

« Il faudrait donc être d’une assez détestable mauvaise foi pour ne pas reconnaître que… ».

30Les effets d’objectivité (effacement du sujet d’énonciation dans le cas de la tournure impersonnelle et de l’infinitif, ton autoritaire en dépit du conditionnel d’atténuation, vérité présupposée de la proposition subordonnée à « reconnaître ») constituent les conditions de possibilité de l’énonciation du groupe nominal subjectif axiologique « une assez détestable mauvaise foi » et contribuent ainsi à le couvrir.

« d’un mal, la guerre, est sorti un bien, sans aucun doute très fragile »

« Il est tombé, ce régime, et nul doute qu’ […] il risque de provoquer une réaction en chaîne »

« Ce n’est pas nouveau. Le régime de Saddam Hussein n’était un secret pour personne ».

31Autre mode de neutralisation de l’engagement : l’emploi de l’indéfini « on » qui permet de ne pas nommer explicitement les énonciateurs ou les cibles des jugements critiques et d’atténuer ainsi la responsabilité des uns et des autres, tout en la désignant :

« La dictature de Bagdad est tombée. Et c’est une bonne chose même si l’on ne peut et ne veut préjuger de lendemains démocratiques » ;

32« c’est » 20 objectivise le jugement de valeur inhérent à « une bonne chose » du fait de l’effacement du sujet d’énonciation ; le caractère flou et général de l’indéfini « on »(le pronom peut référer à la rédaction du journal etou à une entité anonyme : l’opinion publique européenne), donne aux verbes « pouvoir » et « vouloir », conjugués au présent actuel, les apparences du jugement de fait ; l’hypothèse introduite par « même si » ne parvient donc pas à déstabiliser le ton péremptoire. Autre exemple, dans un autre cotexte : « Mais ainsi, même au niveau des chancelleries, quand le vent de l’Histoire ou de la géostratégie tourne, feint-on de découvrir des secrets de polichinelle sur l’horreur des dictatures et sur l’urgence d’y remédier ». Le rôle de « la plume dans la plaie » (p. 59) est joué ici par l’énoncé « feindre de découvrir des secrets de polichinelle », mais sa virulence est « rachetée » par le sujet indéfini de feindre qui ne donne pas explicitement les noms des diplomates et des Etats concernés ; l’attribution de l’initiative du changement historique à une entité abstraite métaphorique : « le vent de l’Histoire » (avec un H majuscule)21 permet de ne pas nommer les véritables agents du tournant politique et d’entretenir l’illusion d’une écriture descriptiviste qui se contente de rapporter la parole des faits « telle quelle ». L’articulation de deux éléments hétérogènes mène au seul type de prise de position compatible, aux yeux de l’éditorialiste, avec une scène d’énonciation publique. Il les juxtapose afin d’atténuer la force et les traces de sa prise de position ; il ne souhaite pas qu’il y ait interaction entre deux ethos perçus comme interdépendants et qui se légitimeraient réciproquement, mais que « l’ethos neutre » atténue et rachète « l’ethos moral ».

33Mode impersonnel également du verbe à l’infinitif et effacement de l’agent de l’action (les Etats-Unis, le Royaume uni) dans le cas du verbe au passif dans les dernières lignes de l’éditorial ; ceci évite de le désigner explicitement tout en soulignant son double jeu : « D’où peut-être la nécessité, en guise d’alibi à ses propres accommodements avec une situation connue et délibérément occultée, pour des intérêts supérieurs, de trouver un prétexte à l’action après des décennies d’inaction. Ce fut, cette fois, la recherche d’armes de destruction massive. En trouvera-t-on ? Ou pas ? La question reste ouverte. La réponse, elle, fut fermée et définitive » (je souligne). Les dénominations axiologiques « alibi », « prétexte », « connue et délibérément occultée » sont blanchies par l’effacement énonciatif qui caractérise « ce fut », par celui du complément d’agent de « fut fermée » et par l’emploi du pronom indéfini « on ».

34Je ne décrirai pas, faute de place, les traces linguistiques de la prise de position conformes aux règles de l’éditorial. Je me contente de signaler qu’une trentaine (26) de dénominations axiologiques etou affectives sont disséminées dans cet article de petite taille (35 lignes A4). Je voudrais juste signaler un type de prise de position qui passe souvent inaperçu et qui n’est pas catégorisé comme tel en général : le discours du rythme. Celui-ci convient parfaitement à une rhétorique qui souhaite arborer le plus possible des apparences neutres puisqu’il a le pouvoir de signifier sans laisser de traces lexicales.22 De même que la présence de structures neutres « rachète » les dénominations subjectives, de même, inversement, le rythme subjectivise, sans laisser de traces verbales, les effets d’objectivité ou augmente l’impact de dénominations évaluatives qui restent toujours partiellement implicites du fait du recours systématique à l’effacement du sujet d’énonciation. Voici deux exemples de la contribution du rythme à l’engagement de l’éditorialiste : l’énoncé de type « ça parle » : « au moins une vérité apparaît, jour après jour, au travers des découvertes et des témoignages », qui attribue à la « vérité » une existence autonome préalable, indépendante du regard de celui qui la contemple et la transcrit, a pour contexte une description où convergent une énumération et un recours au rythme binaire. Ces deux figures contribuent simultanément à la description « exhaustive » « filmique » de la situation et à l’énonciation dramatique de l’émotion. L’énumération («  Dans le tumulte, le désordre, l’anarchie, l’insécurité, la pénurie , bref, dans tout ce qui fait le quotidien d’un pays, et surtout de ses villes dévastées par la guerre ») sert d’entrée en matière à l’éditorial et précède l’énoncé « au moins une vérité apparaît ». Elle rend compte de la situation (recensement apparent de tous les « aspects du « quotidien d’un pays » et de ses villes « dévastées » par la guerre), mais elle symbolise aussi de par sa propre forme (juxtaposition de six compléments de lieu) l’ampleur pathétique irrépressible de l’anarchie ; l’énoncé aux apparences factuelles auquel elle sert de cotexte (« au moins une vérité apparaît ») est ainsi subjectivisé. L’énumération est de plus amplifiée par la répétition binaire : « Dans le tumulte, le désordre (juxtaposition de cinq noms)… », « dans tout ce qui fait le quotidien d’un pays.. » qui ajoute un sixième terme au recensement et le résume sans innover : l’enjeu n’est donc pas informationnel, mais émotionnel. L’agencement rythmique du paragraphe ne s’arrête d’ailleurs pas là. L’énoncé suivant juxtapose deux propositions : «  C’était une évidence déjà c’est un fait établi désormais », dont les apparences neutres (effacement énonciatif, sélection des dénominations « évidence », « fait établi » qui reprennent « vérité », ton péremptoire) ne résistent pas à l’érosion du discours du rythme antérieur ni à celle d’une deuxième occurrence de la répétition binaire et anaphorique. Celle-ci sert de cadre à son tour au dernier énoncé du paragraphe où convergent sept dénominations axiologiques accusatrices et la répétition quaternaire de noms, compléments de moyen du verbe « imposant » (« imposant par la terreur, la répression, la torture et les exécutions ») ; cette structure cumule dans son cadre la gradation inhérente au rythme ternaire et l’effet d’exhaustivité spécifique du rythme quaternaire (le nom coordonné transforme la cadence ternaire en cadence quaternaire). L’énonciation des sept dénominations axiologiques (« abominable dictature », « s’imposer par la terreur, la répression, la torture et les exécutions ») a donc été rendue possible par l’affichage de nombreux effets d’objectivité et par la création d’un terrain subjectif d’autant plus propice qu’il est lexicalement invisible : la parole du rythme. Second exemple : la répétition des huit énoncés péremptoires cités plus haut. Il ne s’agit pas dans ce dernier cas d’une figure de rythme comme l’anaphore ou les répétitions binaires, ternaires, etc., mais d’un type de répétition sémantique et donc d’appel incitatif au lecteur créé par des mots qui appartiennent tous au registre de la modalisation catégorique. Comme le remarquait Libération (25.03.03) dans le texte cité plus haut, « l’objectivité » peut être « revendiquée sur un mode incantatoire ».

35J’aborde à présent le cas des deux comptes rendus du rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme remis au premier ministre, M. Raffarin, et qui a pour objet le problème du racisme et de l’antisémitisme. Je ne traiterai pas la question de la rhétorique neutre, de rigueur dans un compte rendu, mais celle des procédures qui permettent au Monde et au Figaro d’intervenir le plus discrètement possible, sans compromettre les gratifications dues à un laconisme apparent. La comparaison des deux articles augmente la visibilité de modes de prise de position connus, mais moins fréquemment analysés que d’autres : la sélection23 et le rapprochement associatif. Dernière remarque préliminaire : le texte du Monde est deux fois plus long que celui du Figaro. Si les deux articles recourent à la subjectivité dite « interprétative » (j’emprunte ce terme à Kerbrat 1980) à l’œuvre dans les dénominations de façon aussi fréquente (une dizaine de fois24), ils pratiquent différemment une autre variante de cette subjectivité : le rapprochement associatif d’événements qui ne sont pas liés objectivement dans la réalité extra-linguistique. Le Monde souligne le rapport entre la montée du phénomène et le déclenchement de « la deuxième Intifada », « la recrudescence du conflit proche-oriental », Le Figaro souligne le rôle de « l’intervention en Irak ». Le Figaro évoque également, par ailleurs, « le conflit au Moyen-Orient », mais dès le début du texte alors que Le Monde le fait à deux reprises, au quatrième et au sixième paragraphe : il y a donc en l’occurrence identité du contexte sélectionné, mais hiérarchisation différente de l’information dans la trame textuelle. La politique de sélection des citations joue par ailleurs un rôle significatif dans l’intervention implicite des auteurs de ces deux comptes rendus. Le Monde signale en effet que le rapport a 616 pages… La nécessité de sélectionner les passages les plus pertinents est gérée différemment par les deux journaux. Le Monde cite vingt extraits alarmés et alarmants comme « Augmentation ‘considérable’  », « niveau des violences ‘jamais atteint’ », Le Figaro n’en cite que quatre (« une très forte progression  », « chiffres les plus élevés depuis »..etc.). S’il est vrai que le texte du Monde est deux fois plus long que celui du Figaro, il faut néanmoins constater qu’il y a cinq fois plus de citations alarmantes dans Le Monde et que le journal lance donc par le biais de cette technique un appel « lancinant »25aux lecteurs, appel qui devrait éveiller leur vigilance et leur sentiment que le moment de passer à l’action est venu. Dernière illustration de la sélection subjective : seul Le Figaro signale que des étudiants de l’université de Saint-Denis « ont placardé dans le hall des extraits antisémites du livre interdit de Roger Garaudy » et « qu’une mosquée a brûlé dans un incident criminel », que « des tombes ont été profanées dans le carré musulman ». Le Monde propose d’autres illustrations : des coups de feu sur l’autoroute, une « randonnée raciste », la distribution de tracts, « des boîtes aux lettres ou plaques professionnelles au nom juif arraché ». Chaque journal hiérarchise donc différemment les actes de violence et leurs enjeux, chaque journal parvient néanmoins à mobiliser et à émouvoir en dépit du prix de la prise de position : respecter rigoureusement les règles du compte rendu informationnel.

En guise de conclusion…

36Le rôle central joué par l’atténuation et la « désubjectivisation » de la prise de position peut être considéré comme une procédure rhétorique qui protège la liberté de pensée de l’auditoire et la prise de position de l’énonciateur. On peut y voir aussi, cependant, sans que cette hypothèse annule la précédente, un trait intrinsèque du discours idéologique : la dissimulation. L’idéologie n’est-elle pas, comme l’affirme Olivier Reboul, « une pensée dissimulatrice » qui « se donne toujours pour autre chose que ce qu’elle est : pour la science, le bon sens, l’évidence, la morale, les faits […]. La nature d’une idéologie est de dissimuler sa nature d’idéologie ».26 Ce type de masquage aurait pour visée de faire le jeu du pouvoir et des institutions ; tout en clamant qu’il a pour obligation de faire émerger l’information inédite, originale et déstabilisatrice, le journaliste contribuerait en fait au maintien du statu quo. C’est que, affirme le sociologue Alain Accardo dans Le Monde diplomatique de mai 2000, le journaliste «  ne peut faire ce qu’il fait, à savoir contribuer au maintien de l’ordre symbolique qu’en faisant comme s’il ne le faisait pas (je souligne), comme s’il n’avait d’autre principe que l’utilité publique et le bien commun, la vérité et la justice ». En se conformant à la contrainte de l’impartialité sans la problématiser, en exhibant les marques discursives des effets d’objectivité jusque dans l’éditorial, le journaliste s’alignerait sur « une idéologie socialement approuvée » et se protègerait ainsi des dangers de la délégitimation. L’ « engagement neutre » est de ce fait, comme l’affirme Serge Halimi du Monde diplomatique, un engagement « sans risque ».27 Il pourrait devenir une prise de position à part entière si les journalistes concernés prenaient conscience du fait que le langage est un système formel qui ne donne jamais accès directement à la vérité référentielle, s’ils acceptaient et reconnaissaient la construction subjective inhérente à toute mise en mots et s’ils veillaient à réguler en conséquence l’articulation du savoir inédit et de la mise en discours plutôt que de chercher à imposer des « évidences » artefactuelles là où ils pourraient proposer des opinions inéluctables, assumées et justifiées explicitement.

Top of page

Bibliography

ADAM J-M, BONHOMME M. [1997], L’Argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, Paris, Nathan.

ADAM J-M., HERMAN Th., et LUGRIN G., [eds]. [2000-2] : Genres de la presse écrite et analyses de discours, Semen 13, PUF-C.

AMOSSY R. [ed.] . [1999], Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

AMOSSY R. [2000], L’argumentation dans le discours. Discours Politique, Littérature d’idées, Fiction, Paris, Nathan.

BENVENISTE E. [1966 (1) et 1974 (2)], Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

BERRENDONNER A. [2001], « Portrait de l’énonciateur en faux naïf », Semen, 15[2] : 113-125, PUF-C.

BORDRON J-F., FONTANILLE J., [eds.] [mars 2000], Sémiotique du discours et tensions rhétoriques, Langages 137.

CHARAUDEAU P. [1992], Grammaire du sens et de l’expression, Paris, Hachette.

CHARAUDEAU P. [1997], Le discours d’information médiatique La construction du miroir social, Paris, Nathan.

DOURY M. [1997], Le Débat immobile. L’argumentation dans le débat médiatique sur les parasciences, Paris, Kimé.

DUCROT O. [1980], Dire et ne pas dire, Paris, Hermann.

DUCROT O. [1984], Le dire et le dit, Paris, Minuit.

DUCROT O. [1993], Les topoi dans la « Théorie de l’argumentation dans la langue », In Plantin C. [ed.], Lieux communs, Paris, Kimé, pp.233-248.

EGGS E. [1999], Ethos aristotélicien, conviction et pragmatique moderne. In Amossy, R. [ed.]. Images de soi dans le discours, Lausanne, Delachaux et Niestlé, pp. 31-59.

FLEURY-VILATTE B., HEINICH, N., THANASSEKOS, Y., WALTER, J., WIEVIORKA, A. [2002], L’engagement des chercheurs, Questions de communication, 2 : 105-143.

HERMAN Th. et JUFER N. [2000-2], L’éditorial « vitrine idéologique du journal? » Semen 13 : 135-162, PUF-C.

KAHN J-F. [1989], Esquisse d’une philosophie du mensonge, Paris, Flammarion.

KERBRAT-ORECCHIONI C. [1980], L’énonciation : de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI C. [1986], L’implicite, Paris, Armand Colin.

KLEIBER G. [1997], Sens, référence et existence : que faire de l’extra-linguistique ? Langages, 127 : 9-37.

KOREN R. [1996], Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, Paris, L’Harmattan.

KOREN R. [1997], Remarques à propos d’un groupe nominal : le miroir virulent, Scolia, 10 : 161-182.

KOREN R. [1998], Transparence, In Fiala, P. [ed.], Mélanges offerts à Maurice Tournier, Paris, ENS éditions, pp. 479-488.

KOREN R. [2001], Quand informer, c’est dire le blanc et le noir : quelques effets pervers de l’oscillation binaire, In Bogaards P., Roonyck J.,Smith P. J. [eds.], Quitte ou Double Sens, Amsterdam New-York, Rodopi, pp.177-200.

KOREN, R. et AMOSSY R. [eds.], [2002], Après Perelman : quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques? L’argumentation dans les sciences du langage, Paris, L’Harmattan.

KOREN R. [2003], « De la mise en mots littéraire de l’information : quelques ‘carrefours’ connus etou méconnus », In Amossy R. et Maingueneau D. [eds], L’analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, PUM, pp.349-360.

LANDHEER R. [ed.], [février 1994], Les figures de rhétorique et leur actualité en linguistique, Langue française 101.

LE MONDE. [2002], Le style du Monde. Rédaction en chef : Laurent Greilsamer, Paris, Le Monde, 220p.

MAINGUENEAU D. [1991], L’analyse du discours, Paris, Hachette.

MAINGUENEAU D. [1998], Analyser les textes de communication, Paris, Dunod.

MOUILLAUD M. TETU, J-F. [1989], Le Journal Quotidien, Lyon, PUL.

PERELMAN Ch. OLBRECHTS-TYTECA L. [Quatrième édition 1983] : Le traité de l’argumentation La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.

PHILIPPE G. [ed.], [décembre 2000], L’ancrage énonciatif des récits de fiction, Langue française 128.

PLANTIN C. [1990], Essais sur l’Argumentation, Paris, Kimé.

POTTIER, B. [1992], Sémantique générale, Paris, PUF.

RABATEL A. [1998], La construction textuelle du point de vue, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

RABATEL A. [2000], Valeurs représentative et énonciative du ‘présentatif’ c’est et marquage du point de vue, In Philippe, G. [ed.], L’ancrage énonciatif des récits de fiction, Langue française 128, pp.52-73.

RABATEL A. [2003], L’effacement énonciatif et ses effets pragmatiques de sous- et de sur-énonciation, In Lopez Munoz JM., Marnette S. et Rosier L. [eds], Estudios de Lengua y Literatura francesas 14, pp. 27-48.

RABATEL A. [2004], Effacement énonciatif et argumentation indirecte. « On-perceptions », « on-représentations » et « on-vérités » dans les points de vue stéréotypés, In Raccah, P-Y. [ed.], Signes, langue et cognition, Paris, L’Harmattan, à paraître.

RASTIER F. [février 1994], Tropes et sémantique linguistique, In Landheer, R. [ed.], Les figures de rhétorique et leur actualité en linguistique, Langue française 101, pp.80-101.

REBOUL O. [1980], Langage et idéologie, Paris, PUF.

WATZLAWICK P. [1978], La réalité de la réalité, Paris, Seuil.

YAGUELLO M. [avril 2003], Le grand livre de la langue française, Paris, Seuil.

Top of page

Notes

1 Patrick Charaudeau, 1997, Le discours d’information médiatique, p. 262.
2Je remercie cordialement Jean-Michel Adam, Ruth Amossy et Alain Rabatel pour leurs remarques et leurs suggestions.
3Paul Watzlawick (1976 : 9) constate dans La réalité de la réalité qu’ “oser jeter sur le monde un regard différent, peut alors devenir […] un ‘délit d’opinion’ au sens d’Orwell”. Cf. aussi François Rastier (1994 : 88) : “l’aristotélisme, les grands rhétoriciens romains (Cicéron, Quintilien), sans se départir du principe moral que le langage devait dire le vrai, ont mis les figures au service du vraisemblable. […] Elles sont mises au service d’un réalisme tempéré, comme si, pour désarmer les critiques, la rhétorique devait se racheter par l’apparence du vrai” (je souligne).
4 Cf. également, à propos de cette fonction de mot magique que remplissent “impartialité” ou “objectivité”, cet extrait d’un texte polémique de Régis Debray publié dans Manière de voir Le Monde diplomatique 63, p. 67 : “L’impartialité, titre de noblesse (je souligne) ou pratique de chaque jour ? Les leçons de professionnalisme n’engageraient-elles que ceux qui les écoutent ?”.
5 “Ethos aristotélicien, conviction et pragmatique moderne”, Images de soi dans le discours, sous la direction de Ruth Amossy , p. 43. Cf., également, à propos d’un autre cas où l’ énonciateur “revêt deux ethos divergents, ou joue en même temps deux rôles antagonistes” : Alain Berrendonner, “Portrait de l’énonciateur en faux naïf”, Semen 15, p. 120.
6 T. Herman & N. Jufer, “L’éditorial, ‘Vitrine idéologique du journal’? “, Semen 13, p.149,161.
7 Cf. 2., pp. 25-27 ; j’y donne plusieurs exemples types.
8 Je tiens à éviter l’écueil de la thèse qui consiste à affirmer que l’écriture de presse est intrinsèquement manipulatrice. Je ne mets pas en doute la sincérité de nombreux journalistes qui croient pouvoir dissocier de façon absolue les faits des commentaires.
9 Les auteurs du “Style du Monde” affirment que les journalistes qui rédigent les articles se doivent d’être précis ; ceci expliquerait leur aptitude à recourir aux “mots justes” (p. 48). On peut voir dans le fait que Le Monde ne problématise pas le recours à cette épithète une preuve de sa conception descriptiviste de la sémantique. “Juste” signifie en l’occurrence parfaitement adéquat au référent, transparent, direct… Le lecteur qui lira ces “mots justes” ou “orthonymes”(cf. à propos de ce concept : Rastier 1994, p. 81) aura automatiquement le sentiment d’ “y être” (pp. 61,63). Cf., quant à la conception “objectiviste” de la sémantique du langage, le mythe de l’objectivisme défini par Lakoff et Johnson dans “Les métaphores dans la vie quotidienne”, mais aussi la définition du “paradigme de l’objectivisme” proposée par Kleiber dans Langages 127, p. 10-11 et celle de Plantin 1990, p. 156-158.
10 Cette conception anachronique et le fait que la profession ne pratique pas son autocritique en la matière sont d’autant plus surprenants que, comme le remarque Maingueneau 1995 dans la présentation du numéro de Langages 117 consacré aux “analyses du discours en France”, “ les institutions se retournent de plus en plus volontiers vers les productions verbales” et “veulent à diverses fins analyser leurs propres énoncés ou celles de leurs interlocuteurs permanents. Ainsi, ce n’est plus seulement le discours qui constitue une dimension à part entière de l’activité sociale, mais c’est l’étude même de ce discours qui tend à en devenir une composante essentielle” (p. 11). Libération l’avait pressenti dès mars 1987 où Serge July évoquait dans la présentation d’un numéro spécial intitulé “ 60 écrivains signent l’actualité” : “cet énorme besoin contemporain à confronter les écritures, les modes d’expression et les médias les uns aux autres pour mieux en ressaisir les spécificités” (19.03.1987).
11 Esquisse d’une philosophie du mensonge, Paris, Flammarion, 1989, p. 264.
12 Cf. Charaudeau 1997, p. 29 et, à propos du recours épistémologique à la métaphore du théâtre, Ducrot 1984, p. 8, Fuchs et Victorri 1996, p. 200-203 et le concept de “scénographie” dans les travaux de Maingueneau.
13 Cf. Perelman (1983 : 243) : “Des jugements de valeur et même des sentiments purement subjectifs, peuvent, par des artifices de présentation, être transformés en jugements de fait. La formule “ces pommes ne me disent rien” pour “je n’aime pas ces pommes” permet d’opérer une sorte de déplacement de responsabilité. On reproche à l’objet de ne pas adresser d’appel, on considère que si l’on réagit défavorablement, cela résulte d’un comportement de l’objet. Bien entendu cette assertion porte sur un fait invérifiable et l’auditeur pourrait refuser son accord. Mais nul n’y songe jusqu’au moment où il voudrait défendre en contradicteur l’excellence de ces pommes.”.
14 Cf. Koren 1997.
15Le métadiscours sur les concepts de « rigueur », « méthode », « exhaustivité », « impartialité » et « devoir de réserve » ne diffère pas aujourd’hui de celui d’il y a dix ans (cf. Koren 1996, pp. 53-106).
16 Le fait que cet axiome joue un rôle essentiel dans la procédure de validation de l’information “neutre” sous-tend également la décision de la « chaîne qatarie », Al-Jezira, de “rapporter sans commentaire (je souligne) la nouvelle selon laquelle des militaires irakiens auraient ouvert le feu sur un millier de civils qui tentaient de fuir la ville de Bassora. Elle ne s’attarde pas davantage sur les images de camions d’aide humanitaire pris d’assaut par la population” Libération, “le spectacle de la guerre”, 18.04.03. Cf, Le Monde (08.03.03), “Après la tourmente”, “Le médiateur : La qualité de l’information” : “faire chaque jour un quotidien impeccable, qui évite scrupuleusement les mélanges de genres”. Cf. également, à propos du métadiscours sur la séparation des faits et des commentaires Koren 1996, p. 28.
17 Cf. la définition du fait, objet d’accord à établir dans le cadre des prémisses d’un débat argumentatif, proposée par Perelman et Olbrechts-Tyteca dans le Traité de l’argumentation, p. 89 et Doury 1997, pp. 10, 21, 168-169, 230-232, 238.
18 Cf. à propos du rôle discursif du “ton”, Maingueneau 1998, p. 80, 1999, p. 78 et 1991, p. 184 : “le ton confère dans l’énonciation même du texte une sorte de réalité physique aux idées défendues. […]. Cette réversibilité essentielle entre le dire et le dit n’est pas une stratégie occasionnelle destinée à emporter la conviction, c’est un des ressorts de toute discursivité. Les discours s’opposent sur cette dimension au même titre que sur les autres ; entre des journaux comme L’Humanité, Le Figaro, Libération, il n’y a pas seulement des divergences d’opinion ou de deixis instituée mais des divergences de ton qui jouent un rôle essentiel dans le processus d’identification du lecteur à la position du journal.”
19 Le concept d’“évidence”constitue l’entrée en matière d’un autre éditorial, le 10.04.03 ; le texte commence par ces mots : “D’abord, une évidence, toute simple, carrée, qui ne devrait prêter à aucune discussion”. On trouve encore trois paragraphes plus loin : “il ne faut pas se tromper sur une seconde évidence”. Cf. à propos de l’ “évidence perceptuelle” et du point de vue présenté sur un ton péremptoire Rabatel 2004 à paraître. Cf. également, Charaudeau 1997, p. 31 : “la vérité n’est pas donnée par Dame Nature. Elle n’existe pas en soi, elle ne préexiste pas à l’action humaine mais en est issue. En fait, elle résulte d’un jugement collectif qui n’appartient à personne en particulier et cependant, représentant l’opinion du plus grand nombre, vaut pour l’ensemble de la collectivité. Dès lors, le devoir d’informer des médias serait le pendant ‘naturel’ au droit du citoyen à construire la vérité ‘civile’. C’est de là que les médias tirent leur légitimité”.
20 Cf. quant aux divers emplois de “c’est” Rabatel 2000, “Valeurs représentative et énonciative du ‘présentatif’ c’est et marquage du point de vue”, p. 52-73.
21 Cf., à propos de ce type de rhétorique, Koren 1996, pp. 161-163 : “l’ironie objective” ou ironie du destin, ironie situationnelle. Cf., également, l’éditorial de Libération du 18.04.03 : “Ubuesque”.
22 Cf. Koren 1996, “le discours du rythme”, p. 174-179 et Koren 2003, “Un lieu d’énonciation méconnu : le rythme”, p. 355-359.
23 Cf. à propos de la subjectivité par sélection et d’autres types de subjectivité comme les subjectivités interprétative, affective, axiologique, modalisatrice : Kerbrat-Orecchioni 1980, L’énonciation De la subjectivité dans le langage.
24 Les dénominations du “racisme” et de l’ “antisémitisme” sont plus euphémisées dans Le Monde qui recourt fréquemment aux mots “acte”, “action” là où Le Figaro parle certes d’ “incidents” et de “comportements”, mais surtout d’ “agressions”, d’”attaques”, d’”incendies criminels” et de “tombes profanées”.
25 Cf. la fin de l’article : “Un premier pas a été effectué à Paris où la préfecture de police a annoncé la constitution d’une équipe spécialisée au sein de la police judiciaire […]. Une manière de répondre aux critiques lancinantes des associations sur l’inaction de la justice quand elle est saisie” (je souligne). La disproportion entre les vingt citations alarmantes du rapport, le contenu de l’énoncé “un premier pas” et l’énoncé de clôture “une manière de répondre aux critiques lancinantes” exerce une fonction critique et permet à l’énonciateur de “dire et de ne pas dire”que ce “premier pas” est tout à fait insuffisant.
26 Langage et Idéologie, pp. 21-25. On aura remarqué au passage le nom “évidence” qui constitue le titre de l’éditorial analysé ci-dessus…
27 Cf., également, à propos de la perception du “risque” dans un autre genre discursif, cette déclaration de l’historienne A. Wieviorka à propos du rôle du chercheur invité à exercer la fonction d’expert dans le cadre d’un procès (“le procès Papon”) : “Quand le procès a été terminé, j’ai été soulagée. J’avais été en conflit frontal avec moi-même, en raison d’une tension entre l’impératif de vérité et la façon dont les choses se nouaient pendant ce procès. Même ancré dans la neutralité, l’engagement est risqué et coûteux.”, Questions de communication, 2, p.143.
Top of page

References

Electronic reference

Roselyne Koren, « Argumentation, enjeux et pratique de l’« engagement neutre »  : le cas de l’écriture de presse  », Semen [Online], 17 | 2004, Online since 29 April 2007, connection on 23 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/2308

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page