Navigation – Plan du site

La métaphore, ou l’entrelacs des motifs et des thèmes

Pierre Cadiot

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction1

1Le jeu des arguments qui poussent à une sorte de tout métaphorique, au demeurant bien confus, peut être reconsidéré si l’on accepte de soumettre à l’analyse le statut de la première strate (« littérale », dénominative, catégorisante, souvent aussi « référentielle ») de la signification lexicale, cette sorte d’indistinction2 entre signification et référence, ce primat naturalisé du sens lexical facilement prêté au lexique dans son évidence tant psychologique que lexicographique, qu’on appelle « lexème ». On ne peut se contenter de l’idée que la signification lexicale est déposée quelque part, dans une sorte de compétence première, en accès direct. Et que le reste (les emplois non immédiatement intuitifs) serait une question seconde, de discours. Pourtant cette remise en cause linguistique rendue nécessaire par l’extrême diffusion des emplois attestés doit aussi commencer par reconnaître la force de cette présence immédiate, « intuitive » bien que construite, du lexique enregistré (dans l’apprentissage, les dictionnaires, etc.). Il faut donc tenir les deux bouts : reconnaître la prégnance du sens dénominatif lexicalisé, et en même temps s’interroger sur son statut apriorique, notamment en cessant d’en faire le point de départ des emplois moins « câblés ». Refuser au fond de confondre motivation (langue) et convention (lexique). Du point de vue de la langue3 donc, il ne nous paraît pas possible de soutenir qu’il y a d’un côté le dénominatif, et de l’autre le reste. Même si on arrivait à définir la dénomination de manière satisfaisante, cela ne dispenserait pas de reconnaître que ce n’est qu’un des régimes des noms en cause, qui sont aussi et restent des motifs figuraux (y compris quand l’intuition s’en est perdue), toujours susceptibles de rebondir vers d’autres valeurs4. Quand on les détache du contexte de leur stabilisation, les mots sont toujours entourés d’un surplus de sens, qui anticipe sur des évolutions et qui interdit de les considérer comme détachés de leurs harmoniques figuratives, « germes » pour de nouvelles extensions.

2Dans la conception « psychologique » de la signification lexicale, le sentiment que tel emploi ou valeur est métaphorique vaut comme confirmation de l’unicité (monosémie), alors que là où le sentiment métaphorique s’efface ou disparaît, on est en situation de polysémie (Victorri & Fuchs 1996). Le nouveau sens s’est détaché, mais garde sa « traçabilité ». On rappellera ainsi deux régimes bien connus de la métaphore entendue au sens large :

3(a) métaphores conventionnalisées (lexicalisées, gelées ou catachrèses). Mortes ou éteintes, elles ne méritent plus le beau nom de métaphores : pas —ou plus — d'intention ni de tension littéral/figuré, donc rattachement à la polysémie. Les exemples sont bien connus, en particulier :

4- les extensions du corps humain et animal5 : aile, bouche, bras, cœur, dos, main, nez, œil, tête ...

5- les noms exprimant des modes d'être et/ou d’apparaître, des rapports perceptuels, dynamiques, praxéologiques et/ou évaluatifs, des qualifications réciproques de fonds et de formes ( en quelque sorte le noyau dur du vocabulaire, qu’on appellera mots à généricité figurale) : abcès, ange, anguille, araignée, bébé, cachet6, cancer, cellule, corset, désert, escale, jungle, lingot, membrane, mur, noyau, nuage, oasis, ouragan, parasite, paroi, perle, peste, pieuvre, porte, prison, paralysie, pomme, rapace7, récif, tache, verrue, etc... L’intuition (fréquente) d’un sens premier est contrecarrée par la disponibilité transdomainiale de ces lexèmes. S’il y a « conflit conceptuel », ce ne peut être qu’artificiellement, à travers le projet de s’en tenir à une première intuition (ou valeur), voire de fixer un sens littéral, souvent volontiers « concret », confondu avec la signification de base. Or ce qui frappe, c’est au contraire que de tels noms ne renvoient pas par eux-mêmes à un « type » ou à une « catégorie » référentielles, pas plus qu’ils ne présupposent l’existence d’ « entités » déjà mises en extériorité. Ils signent plutôt un processus d’analogie, d’évaluation et donc de mise en rapport plus ou moins institué — avec un ensemble non constitué d’entités. Certains des usages de ces noms ont le statut conventionnel de dénomination, quand, par exemple, abcès nomme un ‘amas de pus formant une poche au sein d’un tissu’ (Petit Robert 1, p.3), d’autres non, notamment quand ils dépendent plus nettement de leur collocation (crever l’abcès, abcès de fixation). On voit ainsi que le rapport dénominatif n’est que l’un des régimes possibles du nom, et pourquoi il s’impose de distinguer la convention dénominative de la motivation linguistique8 ;

6(b) métaphores "vives"9 avec intention de rendre saillante une opposition entre sens littéral et sens figuré : peut-être le cas standard est-il celui des prédications nominales : Max est un bulldozer, une éponge, un ours, un rat, un renard, un requin, un veau. Marie est une anguille, une asperge, une bécasse, une fleur rare, une oie, une princesse, une vache, une tombe10. La signification lexicale est beaucoup moins sous-déterminée que dans le cas précédent, et s’il y a métaphore, c’est qu’il y a transfert « rhétorique », avec maintien à l’identique de la signification lexicale et de son extensivité acquise. Le sens de cette série de mots se bloque dans une première couche thématique (dénominative) et les applications non-programmées dans d’autres domaines relèvent de l’intuition métaphorique. Dans les constructions intégrées, il en va de même : le pouvoir de la métaphore vive, ou en voie de conventionnalisation, tient tout entier à cette tension souvent décrite entre une valeur d’appartenance —voire de catégorisation — sollicitée ou évoquée (mais en même temps récusée par le co-texte) et une valeur qualitative « de conformité », partielle, et non détachée de la donation subjective (impressions, affects, associations…). Soit ces trois exemples, l’un conventionnel, les autres assez inédits :

Ce ne sont que des noms qui dérivent dans les eaux grises des manuels scolaires (Girardin J.C., Lettre à l’ami Fritz , Exils Editeurs 2001).

Plus je buvais et moins je reconnaissais ce visage caviardé de points noirs, marbré de taches rouges…, l’œil bordé de jambon pas frais que la pire des superettes du bas Berry n’aurait pas même essayé de vendre à un aveugle (P. Garnier, Nul n’est à l’abri du succès, Zulma 2000).

Ils (certains esprits) disent qu’il est bien difficile qu’Adam qui était roux et qui avait des cheveux, soit le père des nègres qui sont noirs comme de l’encre, et qui ont de la laine noire sur la tête. (Voltaire, Dictionnaire philosophique , article « âme »).

7Il n’y a ni eaux (grises) ni jambon (frais ou non) ni laine (noire) dans ces trois scènes, qui se révèlent en quelque sorte incapables de donner consistance à leurs référents supposés. Les entités convoquées restent internes aux champs subjectifs de la sensation, de la perception et de la conscience du sujet où elles évoquent figuralement et en jouant sur plusieurs registres sensoriels, ce qu’on peut appeler des modalités de la présence. On rejoint ainsi la notion classique de métaphore in praesentia (thème et phore, comparant et comparé sont actualisés en contexte), mais les traitements sémiques, analytiques, paraissent bien mal armés pour en rendre compte. On y reviendra.

8Phénomène psycho-mémoriel incontestable, cette distinction reste fragile en pratique. Un locuteur naïf et un philologue verront ces choses autrement ! « Paul est un ange » ou « Paul est un rapace » pourraient relever du cas (2). « Paul est un chien », parce que conventionnel, pourrait être rapproché de (1). Nous garderons cependant en mémoire une différence qui confirme à nos yeux la distinction : « ange » et »rapace », l’un mythique, l’autre fortement générique, ne se stabilisent pas aussi bien que « chien » sur un thème spécifié. Ils sont dans tous leurs emplois engagés dans une sorte de motif figural plus ouvert et dénominativement indéterminé. Conventionnalité et motivation figurale se dessinent ainsi comme deux approches opposées de la question de la métaphore. C’est la deuxième que nous développons dans ce texte.

9Cette mauvaise assise théorique du double-sens métaphorique appelle le recours à une vision plus sous-déterminée et plus intérieure du sens lexical. Une conception où l’unité ne désigne pas, mais est en revanche associée à un horizon sémantique, évidemment difficile à rendre précis, mais qui a d’abord pour fonction d’anticiper sur les valeurs mieux stabilisées qui pourront constituer en aval un lexique dénominatif associé à une présupposition d’existence pour les entités ainsi dénommées11. Dans les usages métaphoriques ou figurés, cette strate du sens que nous proposons d’appeler « motif » affleure mieux. Ce sont même bien souvent des promotions du motif, décisives pour son identification. Comme ange, ouragan ou rapace, s'ouvrir un couloir, rencontrer un mur d'incompréhension, se cogner contre un mur, mettre la pédale douce convoquent des acceptions de couloir, mur ou pédale induites par la mise en syntagme, où le motif se révèle comme à l'état pur. Principe d’accès et « index de valeur » (Gusdorf 1971) immédiatement transposable, le motif se dégage d’autant mieux qu’aucun cadre thématique visant à la cohérence ontologique ne le fixe.

2. Les mots comme indices de conformité

10Nous commencerons donc par des arguments plus complets contre cet horizon du sens conçu comme devant combiner référence, dénomination et appartenance catégorielle12.

2.1. Composition nominale

11Un premier argument est immédiat : nombreux sont les emplois des mots qui ne visent ni à la catégorisation ni à la dénomination. L’exemple de la composition nominale est le plus évident.

(1) argument-coup de poing, argument-missile, projet-vitrine

(2) poisson-chat, rat-taupe, bateau-mouche, grenouille-bœuf, singe-araignée

(3) arbre (0 + à cames), boîte (0 + à bac), flûte (0 + à champagne), sac (0 + à vin).

12Les N2 des exemples sous (1) ont la triple caractéristique de ne pas dénommer, de ne pas catégoriser13, de ne pas présupposer de référent. Ils sont destinés à définir des sous-classes de N1 par le biais de caractérisations qui laissent (pour N2) un sens assez inconsistant et subjectif : une analogie, une impression référentielle, une sorte d’expérience qui affecte le sujet et que les objets que les mêmes mots désignent par ailleurs emblématisent communément. Il en va de même dans (2) (et les innombrables exemples du même type dont regorgent les sciences naturelles vernacularisées) : chat, taupe, mouche, etc. renvoient à des impressions référentielles associées — de manière fortement atypique et historicisée — à tel animal : schéma perceptuel tout juste esquissé ou indice de comportement promotionnel. Enfin les exemples de (3) (parfois appelés composés exocentriques) « affaiblissent » singulièrement le sens référentiel des N1 et obligent aussi à repenser les catégories d’objets qu’ils dénomment. Ainsi si le mot « arbre » signifie selon nous (Cadiot, 1999 ; Cadiot & Visetti, 2001) une Gestalt déjà composite (tronc/branches, fixité), la question se pose en des termes exclusivement intensionnels, dans une dynamique figurative : toute entité vue comme satisfaisant à cette Gestalt élémentaire (voire seulement l’évoquant vaguement) peut être nommée « arbre » et les botanistes classent les végétaux qu’ils nomment « arbre(s) » dans un sous-ensemble de petits schémas. Parfois ces Gestalten n’ont pas de lien net avec la perception. Nous avons proposé (Cadiot, 1997) d’écrire comme suit la signification de « boîte » : X(BOîTE) CONTENIR Y pour PRODUIRE/FOURNIR Z. Bien sûr, cette signification intensionnelle est un « type » — voire un modèle mental et pratique — et non une sorte d'abrégé des propriétés attribuées au référent. De ce point de vue, et parce que motivée, elle traduit une conception du sens à l’opposé de la dénomination (sous-tendue en ce qui la concerne par l’arbitraire du signe). Un sac n’est pas une boîte, mais il peut servir de boîte, en abandonnant une partie de ses propriétés (cf. par exemple la formule on prend ça comme boîte ?).

2.2. Noms-expériences

13Le même problème se pose autrement quand il s’agit de rappeler que l’usage de mots simples (par exemple client, fauteuil, fleur, pépin, vacances) se déploie immédiatement vers des horizons peu balisés, à condition qu’on s’intéresse sans parti-pris à tous les usages : toute personne dont on doit s’occuper d’une certaine façon peut être évoquée par « client » (la thématique commerciale est tout à fait récente), « fauteuil » peut convenir pour cerner telle situation de confort associée à une certaine assise (faire la course dans un fauteuil)14. Entre le pépin du fruit et celui de la vie quotidienne, il y a une continuité, mais non déterministe, parce que profilée de part en part par l’expérience ordinaire. Il y a donc une question du comment ? qui non seulement précède, mais modèle de l’intérieur et finalement se confond avec la question quoi ? (Lebas, 1999) : il s’agit de « savoir comment est X », ou « comment on accède à X » avant de savoir « quelle sorte de chose est X » (Eco, 2001, 99).

2.3. Paradoxes vériconditionnels

14Attardons-nous sur des formules routinisées comme :

Il n’a pas d’âge, il n’a pas d’avenir, il n’a pas eu de père.

15La « fausseté » ou le caractère paradoxal de ces énoncés tient à un rabattement de leur valeur énonciative sur un contenu propositionnel détaché de l’énonciation. Or il s’agit pour le locuteur non bien sûr d’informer, mais d’attirer l’attention sur un ‘quelque chose’ qui s’associe à tel contenu propositionnel : quelque chose dont on invite à reconsidérer la portée pragmatique dans le contexte. Dans « avant le deuxième tour, il y aura le premier » (Le Monde , 2/2/2002), le vide objectif de l’information ne nuit pas à sa valeur d’indication (il faut s’intéresser au premier tour des élections plus que vous ne le faites). Les notions devenues classiques d’implication conversationnelle ou d’implicature pragmatique (p. ex. Moeschler & Reboul, 1996 : 94) n’expliquent pas tout. Il ne s’agit pas tant pour l’interprète de mettre en œuvre un calcul pragmatique second que de saisir d’emblée les mots selon des modalités déjà qualitatives : « âge » veut dire « âge manifeste », « avenir » veut dire « avenir intéressant ou prévisible », « père » veut dire « père présent ». Autrement dit, le nom dispose d’emblée d’un espace de variation interne, qui lui permet de s’instancier non sur une entité, mais sur un certain mode (spécifié) d’être de cette entité.

2.4. Phases de l’identité

16Une situation proche s’observe encore dans ces autres exemples :

J’étais pas moi-même.

Marie, c’est pas sa sœur.

17Impossible ici encore de confondre leurs traces linguistiques avec des entités individuelles (moi-même, sa sœur) qui seraient constituées indépendamment de phases qualitatives, typiques et spécifiquement mises en scène pour ouvrir sur des horizons interprétatifs inédits.

2.5. Enoncés de double caractérisation (Cadiot & Nemo, 1997b)

18Considérons cet exemple :

Ce chien est un chat15.

19L’interprétation en termes de propriétés partagées est exclue : prononcer cette phrase, ce n’est pas dire que ce chien a un ensemble de propriétés qui en font un chat, mais que :

20a) ce chien a un comportement singulier pour un chien, par lequel il se différencie des autres chiens ;

21b) ce comportement inattendu pour un chien est en revanche conforme à ce qu’on attendrait d’un chat dans le même type de situation ;

22c) le comportement en question est caractéristique des chats.

23La caractéristique est un processus qui se situe entre propriété (détachée de l’expérience, atemporelle et cumulative) et indice (ancrage dans l’expérience immédiate, focalisation de l’attention, vocation à la typicité). À un niveau plus essentiel, plus intérieur, les noms seraient ainsi des indices de différenciation de phase susceptibles d’être appliqués dans des domaines variés : par exemple, « chat » peut servir à indiquer des spécificités de comportement à l’intérieur de la classe des humains, ou des chiens. Des indices très peu spécifiés, retravaillés par le domaine d’application, qui orientent le contenu interprétatif et traduisent une expérience immédiate avant de se développer vers une possible forme prédicative (attribution de caractéristiques-propriétés) : ‘il est très paresseux’, ‘il (essaye de) monte(r) aux arbres’, ‘il est très indépendant’, etc. De telles prédications interprétantes ont un statut sémiotique très différent de celui des CNS, ce sont plutôt des suites d’énoncés qui se constituent en stéréotypes montrant que rien n’interdit d’avoir à la fois les caractéristiques d’un chien et des caractéristiques de chat16. Autrement dit encore, le problème pour l’interprétation de tels énoncés, n’est pas du tout de savoir à quelles conditions ils pourraient être « vrais », notamment de savoir comment décrire le lexème « chat » pour tenter d’anticiper sur la vérité éventuelle de ce chien est un chat, mais plus pragmatiquement de comprendre ce qui dans une expérience donnée en valide ou invalide l’énonciation (Nemo, 2001).

3. Métaphores prédicatives

3.1. Considérons ces exemples :

 T’es (vraiment) un voleur !

 C’est sûr, c’est pas un saint !

24Dans l’usage, de telles caractérisations se détachent peu d’une expérience-type, d’un fond local de validation, seulement « pointé » par l’expression (Tyvaert, 1985). Elles ne comportent pas d’engagement ontologique même si elles se moulent partiellement dans un modèle classificatoire (Tamba, 1999). On retrouve en effet certains traits typiques de la classification, comme l’inadéquation d’autres marques temporelles que le présent gnomique :

 ? Le bleuet était une fleur. / ? Marie était une fleur.

 ? Le bleuet sera une fleur. / ? Marie sera une fleur.

25Mais les différences sont quasi immédiates. La relation d’implication analytique à quantifieur universel n’est pas de mise avec les usages métaphoriques17 (Pour tout x, si x est un bleuet, alors c’est une fleur vs *Pour tout x, si x est Marie, alors c’est une fleur). Au-delà, ce sont les formules les plus élémentaires du calcul des prédicats qui perdent toute pertinence. On retiendra aussi ces observations qui confirment l’analyse :

Ces derniers temps, Paul est un chien.

*Ces derniers temps, Médor est un chien.

Je trouve que Paul est un chien.

*Je trouve que Médor est un chien.

Pour moi, Paul est un chien.

*Pour moi, Médor est un chien.

C’est un chien, Paul !

 ? ? C’est un chien, Médor !

Les matons sont en général des chiens.

 ? ? Les labradors sont en général des chiens. (Kleiber 1985).

26Signalons aussi à ce propos le fait plus ou moins évident que les emplois métaphoriques annulent les relations atemporelles de type hyperonymie/hyponymie :

« Paul est un lion » n’implique pas « Paul est un animal ».

3.2. Du peu de consistance ontologique

27L’ « objet » visé dans les énoncés métaphoriques est évanescent et inconsistant. Il n’a ni extension ni parties propres, sauf requalification métaphorique des parties. L’objet est donc immédiatement requalifié avec »vidage » de l’extension (la tête par exemple n’est plus que « rection »). Il faut trouver des traits spécifiques qui, détachés, fassent métaphore.

Paul est un papillon blessé ( ? à l’aile)

28Le modifieur « (blessé) à l’aile » ne peut être investi dans le phore. De même avec les épithètes, il s’agit toujours de requalifier dans une figuralité qui concerne directement le phore : autrement dit, l ‘épithète doit être à chaque fois (re)qualifié métaphoriquement par une caractéristique « externe » valable aussi bien pour les phores que pour les thèmes. À l’opposé exact des dénominations et notamment des noms propres, la métaphore roule sur les seules propriétés extrinsèques, c’est-à-dire des caractéristiques de comportement détachables. On pourra ainsi opposer :

ours mal lêché vs ours borgne

chien enragé vs chien jaune

vieux renard (singe) vs renard (singe) malade

29Les épithètes des expressions de la colonne gauche se placent dans un extérieur détachable des entités de référence et se requalifient métaphoriquement quand on les applique à des humains.

30Dans un autre ordre d’idée, on rappellera que dans les expressions figées, les noms ne sont pas nettement susceptibles d’être repris par un pronom :

Jean dort au bord de la rivière : il y dort

Jean est au bord de la crise de nerfs : *il y est 

31En phraséologie, les noms doivent plutôt être considérés comme des complexes synesthésiques non-compositionnels de ‘qualités’. Voyons rapidement les exemples de « sac » et de « poche » :

L’affaire est dans le sac, prendre la main dans le sac, être dans le sac.

Je l’ai dans la poche, c’est dans la poche, payer de sa poche, ne pas avoir les yeux dans sa poche

32Il est évident que les notions de « sac » et de « poche » renvoient dans ces énoncés à des valeurs qualitatives, non individuantes. Sac : une sorte de par-devers soi, de repli, de zone intime présumée inexpugnable, mais dans laquelle on peut être bloqué à son détriment. Poche : une sorte de zone personnelle, presque consubstantielle, d’extérieur intériorisé, pleinement maîtrisé, mais dont certains usages risquent de vous couper du monde.

4. Thèmes et Motifs

33Motifs et thèmes : on définit ainsi deux régimes entrecroisés du sens lexical (Cadiot & Visetti, 2001). Le motif est une perspective interne au mot qui prend en compte sa vocation tant figurale que générique, indépendante des domaines thématiques. C’est donc un potentiel de sens, au contraire du thème qui traduit la stabilisation et l’actualisation dans et par un domaine « référentiel », voire aussi « conceptuel ». La version que nous cherchons à donner du dédoublement métaphorique consiste à prendre en compte le jeu de ce double-sens, potentiel et actuel. Mais, comme nous allons maintenant le voir, tous les cas sont possibles : de la mise en parallèle de deux horizons thématiques stabilisés (notamment par l’effet même de la mise en parallèle) au ressourcement explicite avec affleurement du motif. Derrière ces différences, il y a avant tout un problème de fixation de l’attention : chacun reste « libre » de relire chaque exemple à sa façon : en creusant les valeurs ou à l’inverse en bloquant son imaginaire. Une version différente de cette question a été proposée dans la théorie de l’intégration conceptuelle de Fauconnier et Turner dont le principe de base est de postuler l’existence en entrée d’espaces thématiques appelés par après à fusionner partiellement (Turner & Fauconnier, 1995).

4.1. Parallélisme soutenu entre deux espaces thématiques

34Considérons un premier exemple :

Les architectes savent que les fenêtres sont les virgules d'une façade, les colonnes les points-virgule d'un édifice, un fronton le point final (Drillon, Traité de la ponctuation française : 23).

35Le déroulement en parallèle bloque différentiellement les mots dans leur statut thématique, d’où le sentiment d’une « comparaison » filée, à vocation éventuellement allégorique.

4.2. Tissage intime (grammatical)

Bergère, ô tour Eiffel, le troupeau des ponts bêle ce matin 
(G. Apollinaire, Alcools ).

36Le tissage des thèmes débouche sur un certain affleurement des motifs : bergère et troupeau apparaissent comme ouverts également sur les deux thématiques .

4.3. Filages et rétroactions

Je possède ... une gouache d'Utrillo, un lavis de Chagall et un croquis de Rodin. Le tout sauvé du naufrage. Combien de temps pourrai-je encore les conserver ? Ils sont mes biscuits de mer (H. Troyat, La Dérision).

Il dit de Florine qu’elle l’aide à traverser le désert de la vie, ce qui peut faire croire qu’il la prend pour un chameau (Balzac, Illusions perdues, cité in Gréa 2001).

Toute science demeure prise dans les glaces de la conceptualisation dogmatique et le dégel sera long à venir (radio).

J’ai mis la barre très haut, mais je savais bien que je passerai dessous (radio).

37Par absence de collocation dans une thématique standard, la première partie de ces énoncés garantit aux mots-clé (naufrage, désert, glace, barre ) leur régime de motifs. La reprise seconde (biscuits de mer, chameau, dégel, passer dessous) a pour effet de rendre rétroactivement sensible leur valeur thématique, sans remettre en cause l’idiomaticité. Le « défigement » est paradoxal, puisqu’il s’agit en quelque sorte dans la reprise de montrer le motif en le bloquant !

5. Ouverture préalable des motifs : généricité et figuralité

5.1. Partons de ces quelques exemples d’expressions idiomatiques :

Jeter des ponts vers autre chose, se taper la tête contre les murs, les yeux sont les fenêtres de l’âme, une montagne de difficultés, telle construction est une verrue dans le paysage.

38Les jeux analogiques, qu’on les interprète en termes de métaphores vives, ou seulement dans des termes plus routinisés vont bien au-delà de l’identité ponctuelle ou partielle. Ce qui fait leur force, c’est qu’elles sont « filables » (Gréa, 2001). Il s’agit donc avant tout d’une ressemblance de rapport. Ainsi du virus entre biologie et informatique ou de la proportion génôme = texte, qui concentre un ensemble dense de propriétés extrinsèques : analysable, serré, dense, lisible, stocké, reproductible, transportable, etc.18

5.2. Spécification (dépli) analytique des motifs

Dans le vivier, les poissons et les langoustes au fond de leur prison s'agitent (R. Brasillach, Comme le temps passe ).

39« Prison » requalifie figuralement « vivier » en focalisant sa portée argumentative.

Je vois les choses mieux que tous les livres et je vois bien que ce monde que nous voyons n’est pas un champignon qui soit venu tout seul en une seule nuit (Molière, Don Juan).

40La glose « qui soit venu tout seul en une nuit » déploie le motif de champignon.

6. Articulations, projections et filatures 

6.1. Requalification du tout par le canal de la partie

Le poisson pourrit par la tête.

41Ici c’est le dépli de N2 entre sa valeur thématique (partie supérieure du corps) et sa valeur motivationnelle d’organe recteur (éventuellement spécifiables en gouvernement, élites…) qui déclenche la lecture idiomatique, une sorte de boucle rétroactive : pourrir se creuse et se fixe plus abstraitement. Notons de bien distinguer dans « abstrait » le processus d’approfondissement voire de creusement du sens qui aboutit à en donner une version plus « maigre », par dégagement des éléments adventices du sens et l’idée, en fait sans lien, de sens comme référence à des entités dégagées de la matérialité.

6.2. Isotopies croisées

Jeter le bébé de la morale avec l’eau du bain de la religion

6.3. Requalification idiomatique globale

L’eau a coulé sous les ponts

42Arrêt sur image (le pont), fuite inexorable, entropie et usure sous les apparences d’une certaine fixité.

6.4. Multiples espaces d’entrée

Près d’eux, se flairant de la même espèce, deux couples nouveaux venus avaient lié conversation. Après avoir proféré d’aimables vérités premières, ils avaient sorti leurs antennes, s’étaient tâtés socialement en s’informant réciproquement, sans qu’il y parût, de leurs professions et relations respectives. Rassurés, se reconnaissant de la même termitière, ils s’épanouirent et fleurirent, communièrent avec éclat, claironnèrent leur délectation (A. Cohen, Belle du Seigneur, Paris, Gallimard, 1968 : 622-3)

43L’auteur naturalise ses personnages en évoquant le monde des insectes, mais aussi le monde végétal faisant ainsi exploser une sorte de vitalisme scénique.

La nuit parfois ravive une plante singulière dont la lueur décompose les chambres meublées en massifs d’ombre. Sa feuille d’or tient impassible au creux d’une colonnette d’albâtre par un pédoncule très noir (F. Ponge, « La bougie », in Le parti pris des choses).

44Ici aussi, la visualisation s’appuie à des phores végétaux et architecturaux en les mêlant intimement.

6.5. Asymétries (E1 = 2 entités, E2 = I entité)

Si un ver à soie donnait le nom de ciel au petit duvet qui entoure sa coque, il raisonnerait aussi bien que firent tous les anciens en donnant le nom de ciel à l’atmosphère qui est, comme le dit très bien M. de Fontenelle dans ses Mondes, le duvet de notre coque (Voltaire, Dictionnaire philosophique, article Ciel des Anciens (Le)).

7. Richesse et indétermination des motifs

45Pour illustrer le phénomène d’indétermination des archétypes mobilisés, on mentionnera le cas de « chien » qui est selon les cas agressif, méchant, dangereux, fidèle, soumis, sale, fourbe, opiniâtre (espagnol perro)19.

46Dans ces exemples :

Nos langues modernes ne sont que violons de village auprès des grandes langues de l’Antiquité classique (Voltaire, Dictionnaire philosophique).

Nos temps vivent dans la poussière (H. Calet, Monsieur Paul).

47le sens visé n’est pas absolument clair : on parlera plus volontiers de métaphores créatives dans la mesure où les mots-clé (violon, poussière) se chargent d’halos de sens : les violons marquent la ruralité et la poussière une vie diluée, déstructurée.

8. Conclusion

48On l’a vu tout au long de ce texte, les motifs se révèlent d’autant plus facilement que les emplois ne s’inscrivent pas dans le cadre systématique d’un paradigme d’oppositions lexicales, mais plutôt dans un schéma de lexie complexe qui joue sur des valeurs plus intenses : mur de haine, nuit des temps, odeur de scandale, noisette de beurre, jungle des sentiments, intervention de poids, le poème de la mer, etc. Un motif ne comporte pas de garantie relative à son actualisation dans tel ou tel profil lexical. On présente tel emploi comme métaphorique pour dire que le nom n’a pas le même régime de sens que dans le lexique assignatif, où la référence est en quelque sorte programmée par la signification. Mais ce découplage est avant tout un dédoublement. Le mot se dédouble : il permet d’une part de renvoyer à une entité thématisée dans un registre thématique, mais entre en tension avec une valeur plus générique ou figurative, le motif, une valeur que la signification thématique ne fait par ailleurs qu’actualiser ou emblématiser. On révoque ce faisant le principe trop commode d’identifier dans un premier temps le sens avec le dénominatif, c’est-à-dire au fond avec une complète mise en extériorité. Il y a métaphore (au sens, bien sûr « vif », qui nous retient ici) quand l’usage des mots ne s’associe pas, ou pas complètement, au projet de les enrôler dans la catégorisation, ni dans la dénomination. Aussi quand on ne peut pas vraiment dire que les entités visées sont présupposées par leur saisie linguistique. C’est avant tout pour dégager cette strate plus « intérieure » du langage, qui engage le champ phénoménal de la sensation, de la représentation et de la conscience, que nous avons repris avec Yves-Marie Visetti, le terme de motif.

Haut de page

Bibliographie

Bonhomme Marc (2002) « Figures du discours et ambiguïté ; introduction générale à la problématique » journée Semen, Besançon.

Cadiot Pierre (1997a) « Sur l’indexicalité des noms » in D. Dubois (ed.), Catégorisation et cognition, de la perception au discours, chapitre 11, Paris, Kimé.

Cadiot Pierre (1997b) Les prépositions abstraites en français, Paris, A. Colin.

Cadiot Pierre (1999) « Principe de conformité et génération analogique en sémantique nominale », in Verbum (Université Nancy II), tome 21, n° 4 : 383-407.

Cadiot Pierre (2002, à par.) « Métaphore prédicative nominale et motifs lexicaux », in Langue Française.

Cadiot Pierre & Nemo François (1997a) « Propriétés extrinsèques en sémantique lexicale », in Journal of French Language Studies, n°7 : 1-19.

Cadiot Pierre & Nemo François (1997b) « Analytique des doubles caractérisations », in Sémiotiques, n°13 : 23-54.

Cadiot Pierre & Tracy Leland (1997) « On n'a pas tous les jours sa tête sur les épaules », in Sémiotiques, n°13 : 105-122.

Cadiot Pierre & Yves-Marie Visetti (2001) Pour une théorie des formes sémantiques, Paris, P.U.F.

Charconnet Jean (2002, à par.) Analogie et logique naturelle, Une étude des traces linguistiques du raisonnement analogique à travers différents discours, CNRS-Editions.

Eco Umberto (2001) Kant et l’ornithorynque, Grasset, Le livre de poche.

Furukawa Naoyo (1997) « Les Glaneuses de Millet : emploi intensionnel de LE(S) », Revue de Sémantique et de Pragmatique 2 : 169-182.

Goodman Nelson (1984) Faits, fictions et prédictions, Paris, Minuit.

Gréa Philippe (2001) La théorie de l’intégration conceptuelle appliquée à la métaphore et à la métaphore filée, Thèse, Université Paris X-Nanterre.

Gusdorf Georges (1971) La parole, P.U.F.

Honeste Marie Luce (1998) « Polysémie et contexte : le cas des structurants », Actes du XXIIème Congrès de Linguistique et Philologie Romanes, Bruxelles.

Huguet Edmond (1967) L’évolution du sens des mots. Depuis le XVIe siècle, Genève, Droz.

Kleiber Georges (1985) « Représentation sémantique des noms chez Putnam », Modèles linguistiques tome VII, 2 : 73-104.

Kleiber Georges (2001) « Remarques sur la dénomination », Cahiers de praxématique,n°36 : 21-41, Université de Montpellier III.

Lebas Franck (1999) L'indexicalité du sens et l'opposition ‘en intension’ / ‘en extension’ , Thèse de Doctorat, Université Paris 8.

Legallois Dominique (2000) Pour une sémantique indexicale de la métaphore. Application à un corpus : Internet dans les témoignages des utilisateurs, Thèse de Doctorat, Université de Caen, Basse-Normandie.

Legallois Dominique (2002, à par.) « Incidence énonciative des adjectifs vrai et véritable en antéposition nominale », Langue Française.

Moeschler J. & Reboul A. (1996) Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Paris, Le Seuil.

Nemo François (2001) Contributions, énoncés, constructions. Eléments pour une linguistique de la signification et de l’interprétation. Synthèse d’Habilitation (Université Paris 8).

Nemo François (2002, à par.) Sémantique des pertinences énonciatives Berne, P. Lang.

Quine W.V. (1971), « The inscrutability of reference », in D.D. Steinberg & L.A. Jakobovits, Semantics, An interdisciplinary Reader, Cambridge, University Press : 142-157.

Schulz Patricia (2000) Description critique du concept traditionnel de « métaphore », Thèse, E.H.E.S.S.

Tamba Irène (1981) Le sens figuré, Paris, P.U.F.

Tamba Irène (1999) « La femme est-elle une fleur comme le bleuet est une fleur ? Métaphore et classification : les structures en « Le N1 est un N2 »« in Charbonnel & Kleiber (eds.) : 207-236.

Tracy Leland (2001) La polysémie lexicale : l’articulation entre la signification et la référence. Etude comparative de trois polysèmes en français et en anglais, Thèse de Doctorat de l’Université Paris 8, Vincennes à Saint Denis.

Turner Mark & Fauconnier Gilles (1995) « Conceptual Integration and Formal Expression » in Journal of Metaphor and symbolic Activity, vol 10 n°3.

Tyvaert Jean-Emmanuel (1985) « Formalisation de la métaphore et problème du sens », Semantikos, CNRS, Paris : 55-78.

Victorri Bernard & Fuchs Catherine (1996) La polysémie. Construction dynamique du sens, Paris, Hermès.

Visetti Yves-Marie & Cadiot Pierre (2000) »Instabilité et théorie des formes en sémantique », in revue TLE, n°18, Université Paris 8.

Haut de page

Notes

1 Merci à Franck Lebas, Dominique Legallois, François Nemo, Philippe Rocher et Yves-Marie Visetti.
2 Ou plutôt son insuffisante radicalisation. Décrire de plus en plus précisément cette clé en métal, c’est s’éloigner asymptotiquement de la signification du mot « clé », rendre de plus en plus difficile la compréhension de cette signification dont on devine qu’elle ne peut être qu’une sorte de transaction entre l’ensemble des usages : clé de voûte, mot-clé, argument-clé, clé du mystère, clé des champs, etc. On parlera alors par exemple d’impact exclusif ou encore d’accès médiatisé, mais aussi de morphologie analogique comme dans le cas de clé à molette (Tracy, 2001). Bien souvent les motifs lexicaux sont ainsi complexes et portés par une dynamique interne de différenciation (Cadiot & Visetti, 2001). Le motif relativise considérablement la métaphore, mais ce n’est pas pour autant qu’il la banalise.
3 Le lexique enregistré lui-même est bien loin de se présenter avant tout comme une nomenclature one to one : la plupart des « objets » relèvent de plusieurs dénominations, indépendamment de toute perspective cladistique (Cadiot, 1999a et b).
4 Pour des exemples historiques très stimulants, cf. Huguet (1967).
5 Il est moins banal d’observer — et dans beaucoup de langues, bien sûr — l’immédiate qualification dynamique, fonctionnelle et qualitative de ces mots : œil devient (ou mieux, « est ») directement regard, attention, main vaut pour soutien, maîtrise. Sur tête, cf. Cadiot & Tracy (1997).
6 On peut reconnaître cinq valeurs principales pour « cachet » : « plaque ou cylindre d’une matière dure gravée avec laquelle on imprime une marque sur de la cire », « empreinte », « signe distinctif », « rétribution d’un artiste, pour un engagement déterminé », « enveloppe de pain azyme dans laquelle on enferme un médicament » (Le Petit Robert, 1988 : 232). Cas de polysémie gestaltiste, mais en un sens fortement élargi, dérivant de la valeur télique d’une « pression » visant à un marquage de valeur, avec aussi un rebond plus schématique vers une notion de mise en forme et de mode de présentation.
7 Cadiot (1999b), Cadiot & Visetti (2001).
8 Certains emplois sont bien sûr — si l’on peut dire — plus dénominatifs que d’autres. On pourra convenir de distinguer les dénominations des quasi-nominations, en mettant en oeuvre certains critères métalinguistiques. Ainsi on pourra dire par exemple : « pieuvre » est le nom d’un poulpe commun, mais est un nom pour la mafia ; tel poulpe s’appelle « pieuvre », la mafia, on appelle ça « une pieuvre ».
9 Ricœur (1975).
10 Ce qui bien sûr n’empêche pas qu’il y ait des effets de conventionnalisation, donc des stockages en mémoire. Certaines de ces prédications nominales métaphoriques sont mieux stabilisées que d’autres, au double sens de mieux mémorisées et de plus univoques : anguille est à la fois codé et univoque (savoir se glisser), de même sans doute ours ou bécasse. Lion est très codé, mais assez ambigu. On peut dire aussi que certains sont devenus adjectifs : ce type est (très) ours, ou requin, mais pas *ce type est très lion ( ? elle est bécasse). Les cas adjectivaux ou à déterminant zéro semblent être ceux dont l’interprétation est plutôt univoque. Les données concernant les « hedges » épithètes confirment cette différenciation. On opposera par exemple : *ce type est un chien véritable à : ce type est un véritable chien. L’antéposition de l’épithète ne correspond pas à une incidence sur l’identité du nom, mais à la validité de l’application d’un type intensionnel à telle occurrence (Bouchard, à par.). D’où l’idée de base que la métaphore fait partie des régimes intensionnels du nom. Mais il faudrait une étude beaucoup plus complète pour expliquer des données comme : ? Marie est une (vraie + ? véritable fleur + ? authentique, parfaite…) fleur (Legallois, 2002).
11 C’est aussi la question de la sémantique des morphèmes ou bases morphémiques qu’on rencontre ici. Comme le dit François Nemo, « le propre des approches (compositionnelles) est de substituer une définition syntaxique à une définition sémantique du morphème. Nulle part n’est envisagé que ce puisse être à la sémantique de décider ce qui est un morphème et ce qui ne l’est pas, pas plus que ne sont signalés les problèmes sémantiques multiples qu’engendre la procédure ordinaire de décomposiiton. Décomposer ‘dévaliser en dé+valiser+er demanderait ainsi de préciser si l’unité valise est censée être la même que le lexème valise » (Nemo, 2001 : 92).
12 Cf. Kleiber (2001).
13 Certains composés N1 N2 supposent au contraire une catégorisation de N2 : arrêt-buffet, chasseur-cueilleur, couche-culotte, porte-fenêtre.
14 Cadiot & Nemo (1997 a, b etc), Cadiot (1999b).
15 Ou encore, « l’éléphant est un oiseau magnifique » (publicité d’Agfa, cité in M. Bonhomme, 2002).
16 Ces développements très partiels doivent être complétés par la mise en avant de bien d’autres phènoménes. Pour mémoire, je rappelle certains points analysés ailleurs :

- Dissimilation référentielle. Dans « Rome n’est plus dans Rome », très grossièrement dit, le dédoublement amène à distinguer deux parcours : l’un sur des valeurs thématiques dénominatives, l’autre sur des types ou parangons, synthèses purement qualitatives, axiologiques et/ou mythiques.

- Homologation interactive (Cadiot & Nemo, 1997a) : pour peu qu’il satisfasse à un minimum de contraintes, tout objet peut être homologué localement, par exemple comme cendrier.

- Polyphonies (cf. notamment les travaux d’O. Ducrot) : « ce poète comique, qui n’est ni comique ni poète » (Voltaire, Le Dictionnaire philosophique, p. 36).

- Potentiels associatifs ou zones (synecdochiques) qui enveloppent l’objet dans des réseaux de perception, d’action ou d’évaluation qui en déterminent à la fois de l’extérieur et de l’intérieur le potentiel d’actualisation. (« la trompette me plait », « Capri, c’est fini »). Le tout renvoyant à une aspectualité constitutive des choses, vues seulement dans une certaine phase, en tant qu’on est concerné par elles.

- Différenciation des points de vue sur un même objet renvoyant à des motifs internes (par exemple, parmi mille : colis/paquet, rebelles/résistants/combattants, Cadiot, 1999b).

- Remotivation d’énoncés apparemment tautologiques. Dans « les vacances, c’est les vacances ! », on interprète : ce qui est caractéristique de x (les vacances) en général vaut pour tel x en particulier (Brondal, Wierzbicka, Cadiot & Nemo 1997c).

- Parcours évaluatifs sur des types intensionnels (« Naoyo est grand pour un Japonais », Cadiot, 1997b).

- Nominaux mis en livrée quasi-intensionnelle par le déterminant défini (mourir à l’hôpital, être à la maison, aller à la mer, garer la voiture) : il s’agit d’introduire des x qui satisfassent à l’intension du nom dans un (pour un) domaine restreint (Furukawa, 1997).

- Déréférenciation par enrôlement dans des scénarios figuraux et génériques, cantonnant les noms dans le statut d’emblème possible pour un motif « idiomatique » global : « fermer les yeux sur », « tendre la main à » (Cadiot & Visetti, 2001).

- Requalification métaphorique dans des expressions figées (servir la soupe avec la louche/distribuer des compliments à la louche).

- Intégrale requalification dans et par le discours : « L’ancien tonnelier rongé d’ambition cherchait, disait-il, pour gendre quelque pair de France, à qui trois cent mille livres de rente feraient accepter tous les tonneaux passés, présents et futurs des Grandet » (Balzac, Eugénie Grandet, Poche : 21). Le mot « tonneau(x) » emblématise l’origine roturière de Grandet, et cesse de référer à des X qui sont des « tonneaux ».

17 Tamba (1999 : 202).
18 Dans cette citation, trois thématiques s’entrelacent (génétique, texte, construction) : « Tout se passe comme si l’usine que représente une cellule enfermait ses plans (gènes de l’ADN) dans une bibliothèque (le noyau) mais que, ne désirant pas commettre une fausse manœuvre, elle n’utilisait que des photocopies (ARN messagers) plutôt que l’original (ADN). La machine à photocopier (l’ARN polymérase) réalise son travail page par page (gène) ou chapitre par chapitre (opéron). Les photocopies sont glissées sous la porte de la bibliothèque ou plutôt par de petites ouvertures (les pores de la membrane nucléaire). Elles sont alors utilisées par des chaînes de montage (les ribosomes) qui possèdent la grille de décodage (code génétique) leur permettant de réaliser des produits finis (les protéines) en utilisant les briques d' (acides aminés) apportés du milieu extérieur ou fabriqués le cas échéant dans la cellule » (C. Hélène, « Les structures de l’ADN », La Recherche n°155, vol. 15, p. 672, Mai 1984), cité in Charconnet 2002, à par.
19 Il faut voir aussi que les mots s’engagent dans des profils où ils peuvent complètement se désémantiser. Ainsi dans un proverbe comme « Mieux vaut un chien vivant qu’un lion mort », le chien a perdu toute identité propre, pour n’être qu’un pôle différentiel dans une mise en équation.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Cadiot, « La métaphore, ou l’entrelacs des motifs et des thèmes », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/2374

Haut de page

Auteur

Pierre Cadiot

CNRS-Lattice - Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page