Navigation – Plan du site

Métonymie et métaphore : parcours partagés dans l'espace de la communication1

Michele Prandi

Texte intégral

1Les tropes en général, et les métaphores en particulier, sont considérés traditionnellement comme des figures de signifié, dont la description relève de l’analyse sémantique. De Dumarsais à Black, on attribue aux tropes un ‘signifié métaphorique’, distinct du ‘signifié littéral’ qui caractériserait les mêmes expressions dans leurs emplois courants.

2Dans le paradigme classique, le trope vivant est généralement associé à la fonction référentielle des expressions nominales. Dans ce cadre, le trope est censé modifier le contenu d’un mot, et notamment d’un nom. C’est un tel changement, en particulier, qui est censé justifier le succès de l’acte de référence confié à un désignateur conceptuellement non pertinent. Pour Dumarsais (1988 : 73) « un mot pris dans un sens métaphorique perd sa signification propre et en prend une nouvelle ». Pour Fontanier (1968 : 39) « Les tropes sont certains sens plus ou moins différents du sens primitif, qu’offrent, dans l’expression de la pensée, les mots appliqués à de nouvelles idées ».

3Dans le paradigme interactif, la métaphore est généralement associée à la fonction prédicative des noms. Cela fait que le changement de signifié ne se localise pas dans le mot isolé, mais dans la phrase, qui est le lieu de la prédication. Pour Black (1954 (1962 : § 2)), « considérer une phrase comme un exemple de métaphore, c’est dire quelque chose au sujet de son signifié ». Par conséquent, l’analyse de la métaphore « appartient à la sémantique ». C’est un changement de signifié au niveau de la phrase, notamment, qui est censé justifier l’attribution à la métaphore d’un contenu cognitif spécifique et intraduisible.

4Comme je l’ai remarqué à plusieurs reprises (par exemple Prandi 1992 ; 1998), non seulement chacune de ces conceptions est réductive, mais même leur conjonction n’arrive pas à épuiser le domaine de la métaphore. En effet, les deux conceptions ne concentrent leur attention que sur les noms saturés et leurs fonctions spécifiques de principes de classification, alors qu’elles négligent complètement l’emploi métaphorique des concepts relationnels, en premier lieu des verbes.

5Dans mon exposé, je voudrais cependant passer à côté de ce point, me bornant à la sphère nominale, car c’est dans la sphère nominale que métaphore, métonymie et synecdoque sont en compétition. Dans ces limites, je me propose trois objectifs : en premier lieu, de critiquer le projet traditionnel d’une description sémantique des tropes fondée sur l’idée d’un changement de signifié pour déplacer son objet vers les conditions structurales de mise en place du conflit conceptuel dans la structure de la phrase ; ensuite, de déplacer l’interprétation des tropes de l’aire du signifié de l’expression métaphorique vers l’espace interne de la communication, qui relie le signifié d’une expression et un message contingent. C’est dans ce cadre, finalement, que nous pourrons aborder la question de la métaphore et de la métonymie et de leurs parcours partagés.

1. Le trope : du signifié du mot à l’interprétation de la phrase

6Les noms saturés, tant en fonction prédicative qu’en fonction référentielle, sont des classificateurs. Par conséquent, les métaphores entraînant des noms saturés sont des actes de catégorisation conflictuels, qui sollicitent l’identité du référent. Or, ce résultat serait inconcevable si le signifié d’un nom dans ses emplois métaphoriques était différent du signifié du même nom dans ses emplois cohérents.

7Dans son emploi référentiel, focalisé par la rhétorique classique, un nom — par exemple bouleau — est utilisé pour référer à une entité sortant de son domaine de désignation cohérent : par exemple, à une fille. Dans ces conditions, il est aberrant de considérer la réussite de l’acte de désignation comme un argument pour soutenir que le nom acquiert un nouveau sens, cohérent avec le référent visé. En fait, cela ne se passe qu’en présence d’une catachrèse, qui adapte le contenu du nom à l’identité acquise du référent. En présence d’une métaphore vive, il se produit quelque chose de tout à fait différent.

8D’une part, la désignation réussit malgré l’emploi d’un désignateur incohérent, pour d’autres raisons. Si l’on identifie le référent d’un désignateur incohérent — la fille, dans notre exemple — ce n’est évidemment pas grâce au contenu du nom, mais parce que son identité est déjà établie dans le texte ou dans la situation de discours, et donc accessible indépendamment du contenu du désignateur. De ce point de vue, le comportement du désignateur métaphorique rejoint le comportement d’un pronom anaphorique vide de contenu, dont l’emploi, loin de mettre le destinataire sur les traces du référent, présuppose son identification préalable. En décrivant les tropes référentiels, en d’autres mots, il ne faudrait pas oublier qu’un désignateur —une expression nominale comme un pronom ou une ellipse — se comporte dans le discours et dans le texte comme un indice, dont le succès dépend en premier lieu de son intégration dans la structure d’un champ d’indication contingent (au sens de Bühler, 1934).

9Une fois le référent identifié, le contenu du désignateur incohérent employé — le nom bouleau — s’applique à celui-ci — à la fille — comme un prédicat implicite déclenchant un conflit avec son identité acquise. Cela nous fait comprendre que l’identification du référent est une condition préalable à la réussite de la métaphore : comment pourrait-on appliquer au référent le concept incohérent de bouleau sans l’avoir préalablement identifié comme fille ? Mais cela implique aussi que le désignateur incohérent ne change pas son signifié : si cela se produisait, on n’aurait pas de conflit — on aurait une catachrèse. La référence est un acte occasionnel. L’application au référent d’un prédicat conflictuel entraîne un acte de catégorisation à son tour occasionnel. Cet acte contingent n’est pas à confondre avec la catégorisation de longue durée associée au contenu des noms, qui, elle, n’est pas affectée mais confirmée par l’emploi métaphorique.

10Dans l’emploi prédicatif du nom — Cette fille est un bouleau — les termes de la question ne changent pas ; ce qui change est la structure de l’interaction conflictuelle : un référent — le sujet principal — est à la fois identifié cohéremment par le sujet grammatical — cette fille — et catégorisé incohéremment par le prédicat — bouleau —qui s’y applique comme un sujet subsidiaire, et donc comme un modèle (au sens de Black, 1954 (1962)). Si dans l’emploi référentiel l’un des termes du conflit — l’identité acquise du référent visé — demeure submergée, au dessous du seuil de l’expression, dans l’emploi prédicatif tout se joue en pleine lumière. Encore une fois, pour qu’un prédicat métaphorique puisse s’appliquer à son sujet et déclencher une interaction, il faut évidemment qu’il garde son signifié, sans le changer en faveur d’un soi-disant signifié métaphorique. Black en est conscient, et c’est à cause de cela qu’il déplace la formation d’un signifié métaphorique du niveau du mot au niveau de la phrase en tant que structure unitaire.

11Une fois déplacée du niveau du mot au niveau de l’énoncé, cependant, l’idée même d’un signifié métaphorique se dissout. Si un mot utilisé pour construire une métaphore ne change pas son signifié, cela vaut à plus forte raison pour la phrase qui le contient.

12Dans une expression métaphorique, comme Davidson (1978 (1984)) le remarque, tous les mots signifient exactement ce qu’ils signifient dans leurs emplois cohérents, et trouvent leur place dans une charpente syntaxique tout à fait canonique. Cela veut dire qu’une expression métaphorique construit son contenu complexe en utilisant les mêmes ressources linguistiques qui rendent possible la construction de toute expression complexe signifiante. Comme toute autre phrase, la phrase métaphorique unifie une poignée de concepts atomiques dans une structure unitaire, qui met en forme un procès. Comme Husserl (1900 (1962 : IVème Recherche)) l’a démontré une fois pour toutes, la présence d’un conflit conceptuel dans les cas les plus typiques d’énoncés métaphoriques n’est pas la preuve d’une défaillance de la structure. Tout au contraire, c’est précisément grâce au moule formel mis en place par la structure de la phrase que des concepts incompatibles sont réunis dans un signifié unitaire. Une expression au contenu conflictuel reste une expression de plein droit, et son signifié est un signifié de plein droit.

13Si cela est vrai, cependant, il n’y a aucune raison qui justifie l’application de prédicats comme « littéral », « non littéral » et « figuré » à des signifiés de phrase (Prandi, 2000). Ces notions, en effet, ne caractérisent pas des propriétés inhérentes aux signifiés complexes, mais la qualité d’une relation contingente entre ce signifié et une valeur de message activée lors d’un emploi particulier. Un signifié complexe peut être cohérent ou incohérent, univoque ou ambigu, déterminé, indéterminé ou vague, mais il reste toujours un signifié. Ce qui peut être littéral ou non littéral ou, le cas échéant, figuré, c’est un acte d’interprétation contingent.

14Si des prédicats comme « littéral », « non littéral » et « figuré » s’appliquent à des actes d’interprétation contingents, d’autre part, c’est à ce niveau que se localise l’interprétation des tropes. Étant donné que l’énoncé métaphorique du type que nous avons envisagé contient un acte de catégorisation conflictuelle, la question pertinente consiste à se demander quelle est la valeur et la portée contingente, dans un texte ou dans un discours donné, de ce conflit conceptuel. Il s’agit de savoir, par exemple, pourquoi une fille est décrite comme si elle était un bouleau, et ce que cela implique pour une fille donnée que d’être catégorisée comme un bouleau.

15Une telle question portant sur une valeur de message contingente, cependant, n’est pas exclusive des contenus complexes incohérents. La distance entre signifié et message n’est pas spécifique du discours figuré, mais elle est une propriété structurale de tout acte de communication2. Tout acte de langage, étant un événement contingent qui entraîne des acteurs individuels dans une scène contingente, véhicule un message qui appartient de iure à un ordre de grandeur incommensurable avec l’ordre auquel appartient le signifié des expressions linguistiques, qui est partagé par toute une communauté, et qui est fondé sur des structures grammaticales, lexicales et conceptuelles de longue durée. Face à tout acte de langage, indépendamment de la cohérence des contenus échangés, la question pertinente est la même. Il ne s’agit pas de se demander « Quel est le signifié de cette phrase ? », mais bien « Qu’est-ce que le locuteur veut me dire avec cet énoncé ? », ou « Quelle est la contribution de cet énoncé à ce texte particulier ? ». Pour répondre à ces questions, il ne suffit pas de décoder un signifié ; il faut réfléchir sur les motivations occasionnelles de son énonciation — il faut faire des inférences à la recherche du sens d’une action humaine. L’interprétation de la métaphore, et plus en général du discours figuré, n’est donc qu’un cas particulier de l’interprétation inférentielle d’un message contingent à partir d’une expression linguistique signifiante, comme Sperber et Wilson (1986) l’ont souligné.

16Dans mon exposé je voudrais partir de ces remarques pour soutenir que le bien fondé des arguments examinés jusqu’à présent n’empêche pas les cas les plus significatifs de tropes d’offrir à l’analyse une dimension sémantique spécifique. Simplement, la dimension sémantique des tropes ne se trouve pas là où elle a été traditionnellement cherchée. Elle ne se trouve pas, en effet, au sein d’une interprétation discursive qui est par définition contingente et donc imprévisible, mais du côté de la mise en place du conflit conceptuel dans la structure de l’expression métaphorique, qui est au contraire prévisible à partir de structures linguistiques et conceptuelles de longue durée.

2. Les figures du plan du contenu dans l’espace interne de la communication

17Pour aborder notre question, nous devons tout d’abord situer exactement les différentes figures du plan du contenu dans l’espace interne de la communication.

18Le clivage essentiel entre le signifié de l’expression et le message d’une part, et le caractère indical et donc contingent de leur relation de l’autre, ouvrent un espace qui caractérise structurellement la communication, et dans lequel le travail d’inférence accompli par le destinataire se charge de tracer à chaque occasion des parcours interprétatifs différents. Or, il est clair que cet espace interne de la communication ne connaît pas de chemins tracés au préalable, mais il est en principe ouvert à toute sorte de parcours. Un choix interprétatif donné ne peut être justifié que dans les circonstances d’un acte de communication contingent ou dans les limites d’un texte donné. Aucune règle ne saurait le prévoir. C’est ainsi qu’une expression comme Les poulies grincent peut finir par acquérir une valeur de message aussi imprévisible que « Il fait beau » :

Dans un quartier où nous avons habité, dans presque chaque jardin était installée une corde à sécher le linge, montée sur deux poulies. Celles-ci étaient rouillées, naturellement, et grinçaient pendant la manœuvre. Comme on pendait le linge surtout par ciel ensoleillé, la phrase Les poulies grincent avait fini par signifier, dans le cercle familial, « Il fait beau » (Henry 1971 : 21).

19Chaque interprétation non littérale est une aventure dans un espace ouvert, caractérisé par l’absence de contraintes et de rails qui limitent le jeu des inférences : la pure relation indexicale est façonnée sur place par la constellation contingente et imprévisible des facteurs constitutifs du champ d’interprétation3.

20Si nous partons d’un tel constat, ce qui nous frappe immédiatement dans le discours figuré, c’est le fait que la nébuleuse hétérogène des interprétations se laisse réduire en principe, sinon toujours dans les faits, à une typologie différenciée et caractérisée, qui a toujours fait l’objet de classifications et de descriptions. Considérée sous cet angle, la rhétorique des figures et des tropes peut être considérée comme une tentative titanique de régimentation de l’espace interne de la communication, dans l’effort de réduire à un inventaire de parcours classés et signalés, sinon de maîtriser, la dérive incontrôlable des interprétations. Les tropes, en particulier, sont vus comme autant de formes imposées au décalage entre signifiés linguistiques et messages.

21Le projet est évidemment illusoire s’il prétend maîtriser la dérive des messages en général, sur le faux présupposé que seuls les tropes subissent une interprétation non littérale, et que par conséquent l’interprétation non littérale coïncide avec l’interprétation figurée. Mais si nous renonçons au projet fou de mettre des brides à l’interprétation des messages pour nous replier sur une attitude descriptive, il est clair que ce cas particulier d’interprétation non littérale qu’est l’interprétation figurée peut être défini et isolé à l’intérieur du domaine plus général du non littéral en termes de contraintes spécifiques imposées au travail interprétatif. Chaque trope, notamment, impose au décalage entre signifié et message des parcours reconnus qui lui sont propres. Cette idée permet de récupérer dans un cadre théorique raisonnable la partie noble du projet rhétorique. En lui reconnaissant ses limites, on lui restitue sa rationalité.

3. Tropes ponctuels et tropes diffus

22Si nous considérons la phrase comme un signal atomique et l’espace interne de la communication comme le domaine d’action des stratégies d’interprétation tropiques, nous sommes en même temps poussés à réévaluer sous un jour nouveau une distinction traditionnelle de la rhétorique – la distinction entre tropes ponctuels et tropes diffus.

23Il y a en effet des tropes dont le foyer s’identifie avec la structure de la phrase dans sa totalité, comme l’allégorie, alors qu’il y a des tropes comme la métaphore dont le foyer ne coïncide qu’avec un constituant de la phrase. Dans le premier cas, le contenu cohérent de toute une phrase entre en conflit avec le texte qui l’accueille. Dans le second, le conflit est interne à la structure de la phrase : un foyer étranger entre en conflit avec un cadre cohérent4.

3.1. La mise en place des tropes diffus dans l’espace interne de la communication

24Les tropes diffus se caractérisent par le fait qu’ils modèlent directement le décalage entre le signifié d’une expression et un message contingent, lié à la collocation dans un contexte ou un co-texte spécifique. L’allégorie est un exemple clair : un énoncé qui décrit cohéremment l’acte de semer de la graine sur des terrains différents est interprété comme s’il décrivait un procès tout à fait étranger, à savoir l’acte de transmettre la parole divine à des oreilles différemment sensibles. Poussé par le même impératif de cohérence avec le milieu textuel qui déclenche l’interprétation non littérale de tout énoncé, l’énoncé allégorique se charge d’un message qui diverge de son signifié. En même temps, les tropes diffus insinuent dans l’espace indéfiniment ouvert de la relation indexicale entre signifiés et messages contingents un éventail reconnaissable de motivations d’ordre conceptuel, et donc de rails qui restreignent sévèrement la latitude des interprétations. L’allégorie remplit l’espace entre le signifié de l’expression et le message occasionnel par une relation d’analogie projective. Les cas les plus typiques d’ironie imposent au même décalage une relation antiphrastique. Dans l’hyperbole, le contenu de l’expression amplifie le contenu du message, que l’interprétation s’efforce de réduire à ses dimensions réelles5, et ainsi de suite.

25Dans tous les cas examinés, la mise en place d’un trope diffus se produit dans le même espace dans lequel prend forme son interprétation, à savoir dans l’espace interne de la communication, sans aucune retombée sur la structure interne du contenu. C’est la raison pour laquelle l’analyse des tropes diffus n’a aucune pertinence pour la sémantique. Mais pour les tropes ponctuels, tout en va autrement.

3.2. La mise en place des tropes ponctuels dans la structure interne de la phrase

26Le trope ponctuel, nous l’avons vu, naît d’un conflit entre un cadre conceptuel cohérent et un foyer incohérent. En fonction de la localisation du foyer — nom référentiel, nom prédicatif, verbe, adjectif — le conflit reçoit une forme spécifique, qui ne se limite pas à encadrer le processus d’interaction conceptuelle, mais confère au signifié complexe de la phrase un supplément de structure. Comme je l’ai montré ailleurs (Prandi 1992 ; 1998), si le foyer est un nom, le conflit admet deux formes élémentaires, à savoir une forme paradigmatique dans l’emploi référentiel — le foyer bouleau s’oppose in absentia au concept de fille, qui catégorise cohéremment le référent visé — et une forme syntagmatique dans l’emploi prédicatif : le foyer bouleau interagit in praesentia avec le sujet fille6.

27Du fait qu’il greffe sur la structure du signifié de la phrase des relations et corrélations supplémentaires, le trope ponctuel recouvre au niveau de la construction du signifié complexe cette pertinence sémantique que les rhétoriques classiques et interactives cherchaient en vain du côté de l’interprétation. La construction d’un supplément de structure capable d’imposer aux concepts impliqués une relation est indiscutablement un phénomène sémantique.

3.3. L’interprétation des tropes ponctuels

28Si les tropes diffus donnent une forme directement au décalage entre signifié et message, les tropes ponctuels n’affectent l’interprétation du message qu’indirectement, du fait qu’ils imposent un cadre formel précis au conflit conceptuel à l’intérieur de la structure du signifié complexe de la phrase. Grâce à la présence d’un tel supplément de structure, pour les tropes ponctuels la question de l’interprétation se pose à deux niveaux.

29D’une part, un énoncé métaphorique, synecdochique ou métonymique est prêt à se charger globalement, comme tout énoncé, d’une valeur de message distincte de son contenu linguistique. En même temps, on ne peut pas nier que dans un trope ponctuel ce n’est pas directement la relation entre signifié et message qui reçoit une forme et un contenu spécifique, mais une relation ou, en quelques cas, un réseau de relations, dont la portée est plus limitée, et se situe à l’intérieur du contenu de l’énoncé. Quel que soit le contenu du message que Pascal confie à la métaphore de l’homme roseau — L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant — ce message dépend critiquement d’une interaction in praesentia entre les concepts conflictuels d’homme et de roseau. La force polémique qu’acquiert le message quand Zola dit d’un monsieur qu’il épouserait une grosse dot suppose en tout cas la restauration du rapport actantiel in absentia entre la fille et la dot.

30D’un certain point de vue, ces genres de relations encadrent les vecteurs du transfert isolés par la tradition et placés à la base de la classification des tropes ponctuels, à savoir la relation entre la partie et le tout qui caractérise la synecdoque, la famille de relations actantielles qui encadrent la métonymie et, pour la métaphore, cette complexe famille de relations qu’on subsume un peu superficiellement sous l’étiquette d’analogie. Or, il est clair que la classification traditionnelle des vecteurs n’est pas satisfaisante, et elle se prête à de nombreuses critiques. Mais il est tout aussi vrai que, par-delà la qualité de la réponse, elle signale une question que la tropologie ne peut pas ne pas aborder.

31À mon avis, la thématique des vecteurs repropose à l’intérieur du signifié conflictuel de l’expression tropique la même question que les tropes diffus posent au niveau de l’interprétation des messages — à savoir, si la présence de vecteurs entraîne un effet semblable de fermeture du conflit conceptuel.

4. Métonymie et métaphore : les parcours partagés

32En présence d’un trope ponctuel, l’expression contient donc un conflit entre concepts, qui peut recevoir des formes différentes et qui peut être développé selon différentes stratégies — en gros, les vecteurs de la tradition. Si nous abordons la question dans ces termes, il est facile de constater qu’entre les vecteurs qui sont à la base de la métonymie et de la synecdoque d’une part, et ce qu’on appelle d’habitude l’analogie de l’autre, il n’y a pas seulement une différence de contenu positif, mais une différence essentielle de structure et de fonction.

33En premier lieu, la synecdoque et la métonymie reposent sur des structures cognitives indépendantes de leur mise en place. La relation entre la Gestalt d’un objet complexe et ses parties, ou les relations entre rôles et procès — par exemple, entre l’instrument et l’action, ou entre l’agent et sa localisation spatiale — organiseraient notre expérience cohérente même au cas où aucune synecdoque ou métonymie n’était construite.

34Du fait que les relations qui les instituent se donnent préalablement et indépendamment, on ne peut parler de métonymie ou de synecdoque que si l’une de ces relations est identifiée entre les termes du conflit conceptuel et reconnue comme pertinente. Une expression comme La vengeance à la main (Corneille) n’est interprétée comme une métonymie que si la relation instrumentale entre l’arme et la vengeance est focalisée.

35Mais cela dit, il est clair que si une relation actantielle positive comme la relation instrumentale est activée, la cohérence du procès est tout de suite rétablie, et toute possibilité d’interaction conceptuelle entre les termes du conflit — entre la vengeance et l’arme — est bloquée. En effet, le potentiel de sollicitation conceptuel de la métonymie et de la synecdoque est nul. Leur emploi dans un texte peut certainement produire des effets appréciables : pensons à la force polémique de certains raccourcis métonymiques qui caractérisent l’écriture de Zola — Il marierait une grosse dot ; Des jupes avaient des rires languissants — ou à l’effet d’étrangeté de certaines abstractions radicales : Le tocsin sonne la peur (Huizinga) ; Des panaches de peur montent à l’horizon (Aragon) ; Il était donc assis là bas, signe et symbole d’un homme sans foi, qui tenait désespérément haut dans sa main l’espoir au milieu du désespoir (Melville). Mais il est clair que tout cela ne sollicite pas l’identité de nos concepts, dont la structure est présupposée, mais seulement la routine de leur mise en perspective.

36Si nous considérons maintenant la métaphore, tout ce qu’on vient de dire doit être renversé.

37En premier lieu, cette relation qu’on appelle analogie n’est pas une structure accessible dans l’expérience ou dans la catégorisation des choses indépendamment de la construction de la métaphore. Elle peut de facto se réduire à cela, mais elle ne l’est pas essentiellement. Les analogies les plus intéressantes ne sont pas assumées mais créées par la métaphore. L’analogie est une étiquette qu’on colle sur une relation virtuellement vide. L’idée qu’il y a des analogies comme il y a des relations de la partie au tout n’est que la réification d’un nom, encouragée par un mauvais parallélisme avec les vecteurs de la métonymie et de la synecdoque.

38Mais si l’analogie peut aussi bien pousser la métaphore que s’ouvrir devant elle, on n’a pas besoin d’identifier au préalable une relation d’analogie substantielle pour reconnaître une métaphore. Tout au contraire, on parle de métaphore précisément dans les cas où le conflit conceptuel se déploie en l’absence de toute relation positive accessible indépendamment. La métaphore n’est pas caractérisée par un vecteur propre, différent dans le contenu substantiel mais identique dans la fonction. La métaphore est caractérisée précisément par l’absence de tout vecteur substantiel.

39Si la métaphore est en fait un conflit conceptuel ouvert, finalement, il est clair que l’absence d’une relation substantielle indépendante entre les termes du conflit ouvre à l’interaction entre concepts un espace virtuellement libre. L’effet n’est pas de fermeture mais bien d’ouverture.

40La métonymie et la synecdoque imposent au conflit conceptuel des rails aussi rigides que les contraintes imposées par les tropes diffus au parcours interprétatif. De ce fait, ils bloquent tout développement créateur du conflit conceptuel, lui imposant une solution rétrospective, basée sur la reconnaissance de modèles et structures préalablement donnés.

41La métaphore, pour sa part, reproduit au niveau local du conflit conceptuel la même ouverture virtuellement sans bornes qui caractérise au niveau global l’interprétation inférentielle de la relation indexicale entre signifiés et messages. Loin de restreindre l’ouverture de l’espace interprétatif et de replier sur une solution régressive, comme le font à différents niveaux les tropes diffus d’une part, la métonymie et la synecdoque de l’autre, la métaphore ouvre à l’interprétation une frontière supplémentaire qui lui est spécifique. Transformant le conflit conceptuel dans l’occasion d’interactions créatrices, la métaphore nous propose une tâche qui s’ouvre à l’infini devant nous.

42Sur le plan factuel, l’issue du travail d’interprétation peut s’épuiser dans le simple étiquetage d’un concept acquis sur la base d’une analogie reconnue, comme dans la catachrèse, mais elle peut aussi s’étaler jusqu’à la proposition d’un conflit indéfiniment ouvert, en passant par la fermeture précoce du concept métaphorique cohérent ou par la narcotisation du potentiel projectif opérée par la métaphore conventionnelle. Quelques unes de ces issues peuvent certainement encourager l’idée qu’au fond la métaphore repose sur une analogie substantielle préalablement reconnue. Mais il est tout aussi clair que sur le plan du droit la métaphore ne peut être définie que comme une tâche prospective, qui nous pousse à regarder en avant, à la recherche d’analogies projectives. Si cela est vrai, les chemins interprétatifs de la métaphore sont des chemins dont on connaît le début mais pas la fin, et qui se perdent tout suite dans cette forêt inexplorée que nous continuons d’appeler, par paresse, analogie.

Haut de page

Bibliographie

Bühler K. (1934) Sprachtheorie, Jena, Fischer.

Black M. (1954 (1962)) « Metaphor », Proceedings of the Aristotelian Society 55 : 273 - 294. Réimprimé in Black M. Models and Metaphors, Ithaca - Londres, Cornell University Press.

Davidson D. (1978 (1984)) « What metaphors mean », Critical Inquiry 5. Réimprimé in Davidson D., Inquiries into Truth and Interpretation, Oxford, Clarendon Press.

Dumarsais C. (1988) Des tropes, ou des différents sens, Paris, Flammarion.

Fontanier P. (1968) Les figures du discours, Paris, Flammarion. Réunit : Manuel classique pour l’étude des tropes (1821, 4ème éd. 1830) et Traité général des figures de dis­cours autres que les tropes (1827).

Henry A. (1971) Métonymie et métaphore, Paris, Klincksieck.

Husserl E. (1900 (1962)) Logische Untersuchungen, Band 1, Halle 1900 ; Band II, Halle 1901. Édition critique : Husserliana, Vol. XVIII (1975) - XIX, I-II (1984), Nijoff, La Haye. Tr. Fr. (de la 2e éd., Halle, 1922-23) : Recherches logiques, Tome I, Paris 1959 ; Tome II, Paris, Presses Universitaires de France, 1961-62.

Malinowski B. (1923 (1952)) « The problem of meaning in primitive languages », in Ogden C. K., Richards I. A., The Meaning of Meaning, Londres, Routledge & Kegan Paul, 10e éd.

Perrin L. (1996) L'ironie mise en trope, Paris, Éditions Kimé.

Prandi M. (1992) Grammaire philosophique des tropes, Paris, Les éditions de Minuit.

- (1998) « Grammaire philosophique de la métaphore », in Charbonnel N., Kleiber G. (éds.), La métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France : 184-206.

- (2000) « Littéral, non littéral, figuré », Cahiers de praxématique 35 : Sens figuré et figuration du monde : 17-38.

Sperber D., Wilson D. (1986) « Façons de parler », Cahiers de linguistique française 7 : 9-41.

Haut de page

Notes

1 L’occasion de ces réflexions m’a été fournie par la lecture de l’ouvrage de Laurent Perrin L’ironie mise en trope, doublée de l’agréable surprise de retrouver l’étudiant d’autrefois changé en savant sensible et compétent.
2 L’idée qu’une expression linguistique signifiante fonctionne dans l’échange communicatif comme indice d’un message occasionnel est formulée indépendamment par Husserl et Malinowski. Husserl (1900 (1962, Ie Recherche : 40)) écrit que « toutes les expressions fonctionnent dans le discours communicatif comme des indices (Anzeigen). Pour l’auditeur, elles font fonction de signes des ‘pensées’ de celui qui parle ». Et Malinowski (1923 (1952 : 37)) semble lui faire écho : « Each verbal statement by a human being has the aim and function of expressing some thought or feeling actual at that moment and in that situation, and necessary for some reason or other to be made known to another person or persons ».
3 Sur la notion de champ d’interprétation, cf. Prandi (1992 : Interlude).
4 Black (1954 (1962)) utilise les termes de cadre et foyer pour définir la topographie de l’énoncé métaphorique. Le cadre est la partie du contenu de l’énoncé cohérente avec le co-texte ou le contexte, alors que le foyer introduit un concept conflictuel.
5 Sur l’hyperbole et l’ironie, voir Perrin (1996).
6 Les métaphores fondées sur le transfert de concepts relationnels – en premier lieu de verbes – présentent une structure plus complexe, incluant des relations syntagmatiques in praesentia et des corrélations paradigmatiques in absentia : cf. Prandi 1992 : Sect. I, Ch. III, § 5.1.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Prandi, « Métonymie et métaphore : parcours partagés dans l'espace de la communication », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/2386

Haut de page

Auteur

Michele Prandi

SSLiMIT – Forlì - Université de Bologne - Italie

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page