Navigation – Plan du site

Personnifications et métonymies dans la presse écrite : comment les différencier ?1

Michelle Lecolle

Texte intégral

1C'est à partir du cas particulier de la personnification, et de ses ressemblances et différences avec la métonymie que nous abordons ici la problématique du double sens dans les figures du discours. Par le terme de « double sens », nous proposons ici d'englober plusieurs types d'ambiguïté, qui seront abordées dans le fil de notre discussion :

21) Il s'agit tout d'abord d'une ambiguïté d'ordre métalinguistique : convient-il en effet de différencier, et comment, deux figures qui ont la même apparence ? Ainsi, la personnification qui « [fait] d'un être inanimé ou d'une abstraction un personnage réel » (Littré) se manifeste syntagmatiquement par l'association dans une prédication d'un SN [-Hum] et d'un prédicat [+Hum]. Elle peut, à ce titre, être confondue avec la métonymie, qui présente parfois les mêmes indices de surface, ou avec la métaphore verbale.

3Ce qui peut ajouter à la confusion est que métonymie et personnification portent parfois l'une et l'autre sur le même type de termes.

4Citons l'exemple des noms de pays :

(1) En s'inquiétant sur le sort du cousin autrichien, c'est aussi d'elle-même que l'Allemagne se soucie. (Autriche, Lbn 03/02/00)

5ou de villes :

(2) Et si Belgrade ne cédait pas ? (Kosovo, Fgr 24/03/99)

(3) La ville de Troie qu'on craint de voir renaître. (D'après Racine)2

6En (2) on a bien affaire à une métonymie : le contexte (au sens large, cf. notre corpus § 1) nécessite de voir derrière Belgrade /le président Milosevic/, ou peut-être /la Serbie/. En revanche, (3) ne conduit pas à une telle restitution, et c'est là que nous situons la différence. En effet, c'est bien à Troie en tant que ville (et non métonymiquement à /ses habitants/) qu'on attribue des qualités humaines. Il s'agit donc là pour nous d'une personnification.

72) La question du double sens trouve ensuite une autre application. C'est celle de l'interprétation des réalisations : ainsi l'exemple (1) fournit, dans le même temps nous semble-t-il, deux interprétations : a) métonymique si L'Allemagne est "mis pour" /ses habitants/ ou /son gouvernement/, et b) personnifiante si c'est le pays lui-même qui est désigné, en tant qu'institution (cf. infra § 3.1). Ici d'ailleurs, plutôt que d'ambiguïté, nous préférons parler d'ambivalence, et pour le moment dans les termes que le Goffic (1982 : 93) réserve à l'une de ses catégories d'ambivalence, à savoir : « [...] ambiguïté de l'ambiguïté, doute sur l'opposition A/B », (l'autre catégorie d'ambivalence étant "A et B"). Mais pour pouvoir parler de deux interprétations, concurrentes ou concomitantes, il nous faut commencer par les différencier. Et c'est ce à quoi nous nous emploierons ici.

83) En troisième lieu, dans le cas au moins de notre corpus journalistique, la métonymie présente par elle-même un caractère équivoque : d'une part parce que le sens propre demeure à l'état de trace aux côtés du sens métonymique, et d'autre part parce qu'on ne peut pas assigner aux réalisations métonymiques de référence précise. Cette indétermination référentielle, dont jouent d'ailleurs parfois les journalistes, est systématique dans le corpus journalistique que nous étudions.

9Mais au-delà de la description des deux figures, c'est également une réflexion sur leur usage rhétorique qui sera abordée ici. La question posée par la métonymie étant référentielle : de quoi s'agit-il ? et celle posée par la personnification, prédicative : comment en parle-t-on ?, l'enjeu est dans les deux cas d'observer le point de vue adopté par un énonciateur sur une entité et la représentation qui en est proposée dans le discours. Dans les cas qui nous intéressent, les entités étant atteintes indirectement (métonymie) ou présentées sous un jour particulier (personnification), l'effet rhétorique s'ajoute à la simple désignation. Il nous importe donc de distinguer, au moins théoriquement, ces deux procédés qui apportent chacun à leur manière, parfois même en se superposant, leur brique rhétorique à la représentation des objets de discours. Dans ce cadre, duplicité, équivoque et flou trouvent à l'occasion tout naturellement leur usage.

10Après avoir présenté le corpus étudié, nous repréciserons la différence faite généralement entre figure (ici la personnification) et trope (ici la métonymie). Après l'examen de cette première différence, qui trouve une illustration dans nos données, nous nous baserons sur l'équivocité et l'indétermination qui caractérisent nos métonymies pour proposer un test destiné à les distinguer des personnifications.

11Les métonymies et personnifications portant dans notre corpus généralement sur des noms collectifs (Ncoll ci-après), nous rappellerons ensuite quelques notions concernant ceux-ci et proposerons une distinction supplémentaire.

12La personnification est représentée significativement dans notre corpus, et sous des allures assez similaires, voire stéréotypées. Cette similitude contribue à la construction de représentations des entités. C'est ce qui nous intéressera dans un dernier paragraphe.

1. Le corpus

13Le corpus choisi est un ensemble d'articles de quotidiens : Le Monde, Libération, Le Figaro3. Les thèmes des articles ont été choisis pour leur statut d'« événements », susceptibles d'intéresser le grand public. Ces thèmes, portés à la « Une » des journaux, sont : la guerre du Kosovo (corpus Kosovo ci-après), les accords conduisant à la participation au gouvernement du parti d'extrême-droite (FPÖ) en Autriche (corpus Autriche ci-après), le report en France du Congrès pour le vote sur le Conseil Supérieur de la Magistrature (corpus CSM ci-après).

2. Figures et tropes

14Traditionnellement, les figures, dont nous gardons la définition très large de « conformation remarquable de l'énoncé [...] » (Meyer 1993 : 12), s'opposent aux tropes (métonymie, métaphore, synecdoque). Ces derniers sont des cas particuliers de figures, en ceci qu'ils ont la spécificité de porter sur un élément circonscrit, le SN ou le verbe, et de nécessiter une réévaluation sur l'axe paradigmatique de ce terme problématique. Enfin, les tropes peuvent se lexicaliser. Ainsi, dans notre corpus, les métonymies les plus fréquentes sont en réalité quasiment des catachrèses (cf. Lecolle, 2001).

2.1. Personnification

La personnification : une figure

15Prenant corps dans la prédication, et parfois « filée » sur la phrase entière voire au-delà, la personnification est pour sa part à admettre parmi les figures. Si nous admettons cette catégorisation, il nous paraît alors contradictoire de subordonner la personnification aux tropes, comme le fait Fontanier. C'est ce que nous allons examiner ici, en soulignant son caractère essentiellement syntagmatique.

Personnification et métonymie

16Le plus souvent, quand il est fait mention de la personnification, c'est pour l'associer aux tropes : Lakoff et Johnson (1985) par exemple la considèrent comme une métaphore et elle est subordonnée chez Fontanier à la métonymie, la métaphore ou la synecdoque :

La Personnification consiste à faire d'un être inanimé, insensible, ou d'un être abstrait et purement idéal, une espèce d'être réel ou physique, doué de sentiment et de vie, enfin ce qu'on appelle une personne ; et cela, par simple façon de parler, ou par fiction toute verbale, s'il faut le dire. Elle a lieu par métonymie, par synecdoque, ou par métaphore. (p. 111)

17Voici deux cas donnés en exemple4 : « [personnification] par métonymie » (p. 111) :

(4) Argos vous tend les bras, et Sparte vous appelle.

18Ici, poursuit Fontanier, Argos et Sparte « sont prises pour leurs habitans et leurs citoyens ».

19Or il nous semble qu'il faut distinguer métonymie et personnification, et ceci pour plusieurs raisons :

201) dans les exemples proposés, l'association syntagmatique, certes personnifiante, de prédicats [+Hum] avec des noms de lieux est plutôt à considérer comme indice des tropes explicités par Fontanier que comme réellement des personnifications,

212) corollairement, l'impression de personnification s'efface si l'on restitue l'entité désignée indirectement par les tropes (« les habitans et citoyens »),

223) d'autres exemples, issus de notre corpus, montrent que la personnification peut se manifester sans qu'on ait à postuler une référence indirecte ou tropique :

(5) Les marchés n'ont pas été inquiétés par les frappes militaires. (Kosovo, Fgr 26/03/99)

(6) Pour l'OTAN, le dilemme est d'autant plus insupportable qu'elle refuse d'être le bras armé de l'UCK. (Kosovo, Fgr 26/03/99)

23Respectivement, en (5) et (6), les marchés et l'OTAN ne conduisent pas dans leur contexte à la recherche d'un éventuel référent sous-jacent, ce qui serait le cas avec la métonymie. C'est en tant que telles que ces entités sont appréhendées. Naturellement le lecteur sait que ces termes réfèrent directement ou indirectement à des entités collectives, composées elles-mêmes d'êtres humains. Ce ne sont pourtant pas ici ces individus qui sont désignés, mais les entités collectives elles-mêmes. Nous y revenons plus bas (cf. § 4.2.).

Personnification : extension de la figure

24Nullement limitée à un élément circonscrit, la personnification s'évalue sur le segment de discours entier. D'ailleurs, dans son commentaire sur les personnifications par métaphore, Fontanier aboutit en réalité à une réévaluation de la phrase entière. Qu'on en juge à partir de l'exemple (« métaphore du physique au moral », toujours dans l'article personnification, p. 113) :

(7) Les Plaisirs, près de moi, vous chercheront en foule.

25que Fontanier glose ainsi : « Vous goûterez auprès de moi toutes sortes de plaisirs ».

26Concentrons-nous un instant sur le fait métaphorique. Certains auteurs (Gradus, 1980 : 344) rapportent en effet la personnification à une métaphore verbale : « c'est sur le verbe que porte la métaphore ».

27C'est parfois le cas :

(8) Bref, au Kosovo, l'aviation occidentale restera frappée d'une pénible myopie [...]. (Kosovo, Fgr 28/03/99)

28restera frappée d'une pénible myopie peut être considéré comme une forme verbale métaphorique.

29Mais ce n'est pas une généralité dans notre corpus (cf. infra § 4.1.). Ainsi, en (6), aucun des éléments de la proposition principale ne peut être considéré comme métaphorique. L'énoncé attribue simplement un sentiment humain (et personnel comme nous le verrons au § 4.1.) le dilemme à une entité collective.

30Il ne s'agit pourtant pas de nier que tel ou tel élément tropique (attribut ou prédicat avec la métaphore, par exemple en (3)) puisse être à l'origine de la personnification, mais de dire que ce fait éventuel n'est qu'un cas parmi d'autres de la réalisation personnifiante. Plutôt que de considérer la personnification comme subordonnée à la métonymie, la synecdoque ou la métaphore verbale, nous la situons donc à un plus haut degré de généralité, dont la constante est d'associer syntagmatiquement un argument référant à une entité abstraite, animale, collective, [-Hum], et un prédicat [+Hum], et ainsi de transmettre cette qualité [+Hum] à l'argument.

2.2. Métonymies

31Se signalant souvent, comme les personnifications, par une incompatibilité combinatoire dans la prédication, les métonymies obéissent à la spécificité du trope : elles conduisent à réévaluer un élément nominal (substitution), de sorte que, cette réévaluation une fois effectuée, l'incompatibilité disparaît.

Métonymie et substitution

32Mais la difficulté principale apparaît dès lors que l'on veut exprimer par des mots l'entité sous-jacente, c'est-à-dire en fait opérer la substitution. Comme le remarque Meyer (1993 : 131) à propos de la synecdoque partie/tout (mais c'est aussi valable plus généralement) :

Généralement, les manuels de rhétorique se contentent de proposer, sous l'étiquette de terme propre, le nom du tout auquel le terme synecdochique serait substitué, pour lequel il serait mis. Ce faisant, ils laissent souvent échapper une partie importante du message. En fait, le terme synecdochique est rarement le simple équivalent sémantique du nom du tout.

33En réalité, l'entité reconstituée doit être désignée le plus souvent au moyen d'une périphrase. C'est ce qui apparaît d'ailleurs lorsqu'on tente d'expliciter la métonymie par une ellipse :

(9) La Hongrie condamne du bout des lèvres. (Autriche, Lbn 3/02/00)

34Gloses : /Les habitants de la Hongrie condamnent du bout des lèvres/ ou /Le gouvernement de la Hongrie condamne du bout des lèvres/5.

35Mais en fait, l'aspect syntaxique mis à part, reconstituer un terme élidé est, d'un point de vue sémantique, une autre manière d'opérer une substitution, ce qui est peut-être efficient sur le plan dénotatif, mais nous paraît inadéquat pour représenter le sens. Pour notre part, nous considérons que, dans une métonymie, deux sens cohabitent, à des degrés sans doute différents : celui du signe1 (de surface) et celui du signe2 (sous-jacent). À ces sens s'ajoute le sens du rapport tropique lui-même : partie/tout, lieu/habitants etc. C'est d'ailleurs ce qui permet d'exprimer de façon condensée (fonction souvent reconnue à la métonymie) la manière dont le référent est conçu par l'énonciateur, ou doit être conçu par l'énonciataire.

36Illustrons cette duplicité, en partant de (10), exemple typique du corpus :

(10) [...] le partage des rôles entre l'Élysée et Matignon se manifeste sans aucune ambiguïté. (Kosovo, Fgr 27-28/03/99)

37Cet usage métonymique (lieu institutionnel/actant institutionnel) est semi-lexicalisé, et le lien avec le sens initial (lieu) est lointain. Cependant, en (11) ci-dessous, la cohabitation de deux sens (métonymique et locatif) est nette et le sens locatif, nous semble-t-il, persiste à l'état de trace, puisque la préposition à peut également introduire des Ncolls humains (à l'assemblée…) :

(11) Cette volonté de dramatisation est aussi affichée à Matignon. (CSM, Fgr 20/01/00)

38Glose approximative univoque : /Cette volonté de dramatisation est aussi affichée parmi les occupants de Matignon/.

39Terminons par cette syllepse, où les deux sens sont grammaticalement convoqués :

(12) La modération du ton, toutefois, n'a pas échappé à l'Hôtel Matignon, l'on s'employait, mercredi soir, à minimiser la différence exprimée par M. Chevènement. (CSM, Mde 26/05/99)

40Même si on peut se demander si la figure est réellement volontaire, elle nous paraît dans tous les cas significative de la cohabitation, au moins virtuelle, et ici actuelle de deux sens.

41Il nous semble donc réducteur de parler de substitution : expliciter le trope de manière univoque revient à « écraser » l'effet sémantique qui lui est inhérent.

Métonymie et indétermination référentielle

42De plus, une autre difficulté demeure, que ne résout pas la solution en termes d'ellipse : reconstituer le terme élidé signifie qu'on sait ce qui est désigné par métonymie. Dans les faits, il est souvent problématique de déterminer quel doit alors être ce terme. Par exemple en (13), que désigne le SN métonymique (ou plutôt synecdochique) sa mollesse (Albert Cohen, cité par Bacry) ?

(13) Madame Deume le tint serré contre sa mollesse.

43/Sa poitrine molle/ comme le propose cet auteur ? Sa /personne (globalement) molle/ ? Qu'est-ce qui permet de trancher entre les différentes interprétations ?

44Loin de considérer cet exemple comme un cas isolé, nous soutenons que l'indétermination référentielle est souvent un fait significatif de la métonymie6, du moins dans le discours journalistique. Ainsi également, dans :

(14) Sartre est de retour. (Titre du Nouvel Observateur, début 2001),

45que désigne Sartre ? /Ses œuvres/, /sa pensée/, /les références culturelles qui lui sont associées/, /l'homme lui-même/ finalement7 ?

46De même dans :

(15) Matignon apprend, à 14 heures, que l'ancien chef de l'État va poser une question au gouvernement. (CSM, Mde 20/01/00),

47s'agit-il du /premier ministre/, de /ses services/, puisque apprend peut être prédiqué d'une entité collective ?

3. Métonymies et personnifications

3.1. Résumé des différences

48Malgré les réserves qui précèdent, nous considérons qu'on a bien avec la métonymie un changement de référent, puisque celui qui est désigné par le SN actualisé dans la phrase n'est pas approprié au contexte phrastique, et qu'un autre référent, même indéterminé, avec lequel il est en relation de contiguïté, doit alors être reconstitué mentalement, sinon linguistiquement. Ainsi en (15), Matignon n'est pas pris dans son sens propre de nom de lieu (le seul figurant dans le Robert des noms propres).

49Avec la personnification en revanche, les SN ne nécessitent pas de réévaluation paradigmatique. Ainsi en (5), les marchés sont une entité stable, entérinée par la langue (Petit Robert), et sont interprétés en tant que tels.

50Notre exemple (9) nous servira de résumé :

(9) La Hongrie condamne du bout des lèvres.

51Ce titre de Libération peut être interprété de deux façons concurrentes : a) soit la Hongrie est métonymique et désigne /les habitants de la Hongrie/ ou /le gouvernement de la Hongrie/ ; b) soit c'est /la Hongrie-pays, en tant qu'institution politique/ qui est désignée, et dans ce cas nous avons affaire à une personnification. La même réalisation, selon le point de vue global que l'on porte sur l'énoncé sera donc classée, soit comme trope, soit comme figure.

3.2. Un test de différenciation

52Nous proposons à présent un test de différenciation entre métonymie et personnification. Celui-ci porte sur la reprise anaphorique par un pronom sujet (il, elle) du SN métonymique ou susceptible de personnification. Nous montrerons que, dans les cas de métonymies, la reprise ne fonctionne pas, alors que cette reprise est commune pour les personnifications.

Critique du test : métonymie et métonymie intégrée

53Kleiber (1992) utilise précisément le test de reprise coréférentielle pour départager ce qui relève de la métonymie (trope) et de la métonymie intégrée (non trope) : « Certaines caractéristiques de certaines parties peuvent caractériser le tout ». Ainsi, pour reprendre les exemples de l'auteur, (16) peut être suivi de (17) où le genre du pronom s'accorde sur l'entité sous-jacente (/le client/), ce qui est une indication du changement de référent (donc de métonymie), alors que (18) ne peut être suivi de (19), et sera catalogué comme métonymie intégrée :

(16) L'omelette au jambon est parti(e) sans payer.

(17) Il s'est jeté dans un taxi.

(18) Françoise Sagan est sur l'étagère de gauche.

(19) Il est relié en cuir.

54Nous basant sur nos analyses de 2.2., nous maintenons pour notre part l'explication de (18) en termes de métonymie. Si l'anaphore fonctionne difficilement, c'est en effet que la métonymie met en situation de coprésence deux entités, et donc que le « bon » référent à restituer n'est pas assez saillant pour donner lieu à une reprise anaphorique pronominale. Mais si la reprise fonctionne malgré tout en (16) suivi de (17), c'est également pour des raisons de saillance liées à la situation de communication (cf. Kleiber, 1994 : 92). D'ailleurs, elle fonctionne mal avec d'autres prédicats, non pertinents dans la situation de restaurant : (20) nous semble en effet bien moins approprié :

(20) L'omelette au jambon est parti(e) sans payer. ? Il est/était un grand linguiste.

55On peut d'ailleurs trouver sans difficulté des exemples de reprise réussie sur le modèle de (18) :

(21) Françoise Sagan était resté sur mon bureau. Mais il a disparu sous les décombres.

56L'argument de la reprise anaphorique sur le référent présumé métonymique ne nous semble donc pas décisif pour déterminer si on a affaire ou non à une métonymie. Au mieux, cette reprise ne se fait qu'avec des prédicats bien spécifiques, au pire, elle ne se fait tout simplement pas. Par conséquent, pour nous /le livre de Françoise Sagan/ en (18) et (21) est bien une entité différente et disjointe de Françoise Sagan elle-même. Les exemples du type de (16) (l'omelette) et ceux du type de (18) (Françoise Sagan) ne nous paraissent donc pas fondamentalement différents quant à leur statut de métonymie. Dans les deux cas, la métonymie aboutit en quelque sorte à « brouiller » la référence.

Métonymie et personnification. Application du test

57Le test de reprise anaphorique nous semble en revanche significatif pour distinguer métonymie et personnification. Repartons de l'exemple (9) :

(9) La Hongrie condamne du bout des lèvres.

58Si la Hongrie est mis pour /les habitants/ (métonymie), une reprise anaphorique est difficile :

(22) La Hongrie condamne du bout des lèvres. ? Elle n'est pas allée manifester. ? Ils ne sont pas allés manifester.

59En revanche, une reprise sur la Hongrie en tant que pays-institution (notre interprétation personnifiante, cf. § 3.1) est possible :

(23) La Hongrie condamne du bout des lèvres. Elle n'a d'ailleurs fait aucune déclaration officielle.

60Si l'application du test sur des exemples phrastiques isolés prête à caution, les réalisations du corpus apportent en revanche une confirmation à nos analyses. En effet, dans le cas des métonymies (noms de capitales, noms de lieux institutionnels essentiellement), la reprise anaphorique est quasiment absente. L'exemple (24) ci-dessous montre même que le journaliste évite cette reprise, au prix d'une agrammaticalité (pas de COD à enjoignant) :

(24) L'OTAN adresse un ultimatum à Belgrade enjoignant de mettre fin aux combats du Kosovo sous peine de raids. (Kosovo, Lbn 25/03/99)

61En (25), la reprise anaphorique est indirecte (les Russes), confirmant là aussi une stratégie d'évitement :

(25) Si les accusations de Bakou se révélaient fondées, cette affaire embarrassante soulignerait les contradictions de Moscou sur le Kosovo : alors qu'ils s'opposent radicalement aux frappes de l'OTAN, [...], les Russes seraient en train d'armer les Serbes. (Kosovo, Fgr 24/03/99)

62Les exemples de personnification avec reprise anaphorique sont en revanche nombreux :

(26) Bref, au Kosovo, l’aviation occidentale restera frappée d’une pénible myopie aussi longtemps qu’elle n’aura pas débusqué les fameux SA 6. Elle traque [...]. (Kosovo, Fgr 27-28/03/99)

3.3. Autre indice : l'accord

63Cornish (2000) défend le rôle anaphorique de l'accord, celui-ci ayant un degré de liberté différent selon le niveau de distance structurale entre l'élément contrôleur et l'élément cible. Par exemple l'accord ne se fait pas entre morphèmes dans un mot composé (niveau 1) : grand-mère ; au niveau 2, entre les éléments d'un syntagme : article et nom, nom et épithète, l'accord « sera de nature formelle (purement syntaxique) » (p. 513) : dans un nouveau docteur, le masculin est conservé, même si le docteur est une femme. En revanche, au niveau 3 (syntagmes au sein d'un proposition, lien entre le SN sujet et l'attribut par exemple), et au-delà, l'auteur observe « la tendance plus élevée de ces types de constituants à s'accorder en fonction des traits sémantico-référentiels du contrôleur » (p. 514).

64Un des exemples proposés à ce niveau montre bien l'hésitation, ou le choix qui reste possible pour l'énonciateur entre accord grammatical et accord ad sensum :

(27) L'auteur célèbre de Hiroshima, mon amour est resté/-ée muet/-te sur la question.

65C'est cette même hésitation que nous observons à travers certaines occurrences du corpus, les quelques rares cas où le journaliste se risque à employer la construction attributive ou appositive. Cette hésitation pourrait être due, eu égard au statut anaphorique de l'accord, au brouillage sémantico-référentiel de la métonymie :

(28) Moscou, a-t-il dit, est toujours prête à « tenter d’influencer » le président Milosevic. (Kosovo, Fgr 26/03/99)

(29) Un moment, Belgrade s'est imaginé sauvé.8 (Kosovo, Lbn 26/03/99)

(30) Belgrade est partagée entre indifférence et agacement. (Kosovo, Mde, 20/03/99)

66Dans le cas des personnifications bien entendu, pas d'hésitation, puisqu'il n'y a pas de concurrence sur le statut sémantique du contrôleur :

(31) Humiliée par la perte de son statut de grande puissance, la Russie n'accepte pas que l'Amérique se transforme en gendarme du monde. (Kosovo, Fgr 25/03/99)

4. Description des personnifications

4.1. Les réalisations personnifiantes du corpus

67Les personnifications, de réalisation plus libre que les métonymies (nous avons parlé à propos de celles-ci de stéréotypie, de semi-lexicalisation), laissent pourtant nettement apparaître des constantes : les pays (la Russie, la Hongrie...), les institutions (désignées par des sigles : l'OTAN ...) sont souvent personnifiés, et des entités comme les marchés (est-ce un hasard ?), les télévisions le sont systématiquement :

(32) L'OTAN avoue ses limites. (Kosovo, Fgr 27-28/03/99)

(33) Si l'annonce du déclenchement des frappes aériennes de l'OTAN n'a eu aucun impact sur les marchés financiers, ces derniers ont commencé à s'inquiéter vendredi 26 mars. (Kosovo, Mde 27-28/03/99)

68La prise en compte des prédicats se rapportant à des humains, nécessaire, est pourtant insuffisante pour pouvoir parler de personnification. En effet, des prédicats que nous qualifierons « d'institutionnels », du type déclarer, se porter garant, demander, parfaitement standard pour des institutions, sont bien pourtant des prédicats [+Hum] :

(34) Selon la presse, la Russie lui aurait demandé de faire des gestes de dernière minute. (Kosovo, Lbn 24/03/99)

69Ce qui détermine la personnification est l'ajout au trait [+Hum] du trait [+personnel]. Bergler (2001), qui travaille sur la métaphore et la métonymie en corpus journalistique, remarque comme nous ces différences :

[The] type of metonymic9 extension for the subject of reporting verbs, such as announce, report, release, claim, etc. is frequent while it is in general not possible with other verbs selecting for human subjects ; e.g. motion verbs [...], or verbs of contemplation (such as contemplate, consider, think) would require a distributive reading [...].

70Pour Bergler, les verbes [+Hum], [+personnel] sont impossibles, alors qu'ils sont pour nous à l'origine même des personnifications.

71Ce qui est donc déterminant pour parler de personnification dans le type de données de notre corpus, c'est la mise en relation d'une entité collective, institutionnelle, et donc d'une certaine manière abstraite, avec une représentation personnelle. C'est ce qui apparaît chez Molinié (1992 : 313) qui parle de « verbes [...], adjectifs, adverbes ou compléments quelconques impliquant une relation personnelle humaine, [...]. »

72En (6), l'entité collective qu'est l'OTAN était personnifiée par le biais de la référence à des caractéristiques proprement individuelles : le dilemme, et, peut-être dans une moindre mesure, refuse. En (32), c'est le verbe avoue qui joue ce rôle. En (33) enfin, c'est ont commencé à s'inquiéter, appliqué à la reprise anaphorique ces derniers, qui propose une vision humanisante des marchés financiers.

4.2. Explications : référence distributive/collective et Ncolls institutionnels

73Dans le cas des Ncolls, la personnification trouve son explication à partir de la différence entre référence collective et référence distributive10. Par exemple (6)' pourrait être une explicitation en termes distributifs de (6) :

(6) Pour l'OTAN, le dilemme est d'autant plus insupportable qu'elle refuse d'être le bras armé de l'UCK.

(6)' /Pour les membres de l'OTAN/, le dilemme est d'autant plus insupportable qu'ils refusent d'être le bras armé de l'UCK.

74On n'aurait alors naturellement plus affaire à une personnification, mais la référence et le sens seraient de toutes façons différents. En réalité, pour les institutions en tous cas, la collection apparaît comme ayant une vie propre, non réductible à ses caractéristiques référentielles (être composée de membres). N. Flaux (1996) parle de « la totalité comme barrière » pour des caractéristiques qui ne sauraient atteindre les membres eux-mêmes. Ici nous dirions : pour des caractéristiques qui ne concernent pas ses membres. Plus encore, nous considérons que les Ncolls institutionnels ont des spécificités par rapport aux autres Ncolls : outre les références distributive et collective, ils ont un sens correspondant à l'institution elle-même, entité à part entière. Leur spécificité apparaît si l'on compare les prédications qui peuvent leur être associées :

(35) L'OTAN/la Ligue des Droits de l'Homme a été créée/dissoute en (date)

(36) ? Le public/le troupeau a été créé/dissout en (date).

75Ainsi, à propos de (37) :

(37) So can a magazine survive by downright thumbing its nose at major advertisers ?

76nous nous éloignons des descriptions de Bergler qui explicite magazine dans un rapport métonymique comme : « one/several human/s associated with the institution that issues a magazine ». Pour nous, c'est l'entité magazine (l'institution) qui est visée en tant que telle dans le rapport prédicatif avec survive (métaphore pour Bergler). En d'autres termes, le sens collectif et institutionnel est privilégié, quelle que soit par ailleurs la connaissance lexicale ou extra-linguistique qui nous dit que a magazine a des décideurs, l'OTAN a des membres, etc.

5. Enjeux de l'utilisation des figures

77Les personnifications, dans leur stéréotypie, sont à ranger parmi les figures usées de la presse, aux côtés des métonymies semi-figées et des métaphores-clichés : Jospin doit rendre sa copie/monte au créneau, etc. Sans nous attarder sur les métonymies, remarquons que leur récurrence dans le corpus contribue parfois d'une certaine manière à porter des qualifications sur les entités désignées. Ainsi, Belgrade (cf. notre exemple (2)) désigne souvent dans le corpus Kosovo /Milosevic/, auquel sont systématiquement attribuées intransigeance, rigidité, etc. Mais lorsque ce terme métonymique est employé pour désigner /le pays lui-même/, ou /Milosevic + le pays/ comme c'est souvent le cas, ne transporte-t-il pas avec lui, par une sorte de collocation inter-discursive, ces mêmes qualités ?

78Quant à la personnification, quelle que soit sa stéréotypie, elle reste figurale dans l'énoncé. Elle affiche même sa non-littéralité, comme pour la présentation de quelque chose de mythique. Il est d'ailleurs intéressant de remarquer que Fontanier la classe aux côtés de l'allégorie dans les Figures de pensée. Qu'on pense en particulier aux marchés financiers, systématiquement présentés comme ayant des pensées, sentiments, frissons humains ! Comment en parler autrement d'ailleurs ? Il n'en demeure pas moins que les prédications attribuant à une entité des qualités [+Hum], [+personnel], par l'isotopie qu'elles instaurent, proposent indirectement de l'entité une catégorisation non triviale, et ceci d'autant plus que cet usage est systématique.

79Nous ne pensons pas pour autant que cet usage argumentatif est délibéré. Il est pour nous plutôt à rapporter à ce que Neveu (2001), citant Bourdieu11, nomme « la circulation circulaire », à propos des médias : chacun regarde l'autre, et tous regardent la télévision. Ainsi, les représentations d'une entité proposées par un individu journaliste sont en fait celles que propose plus globalement la profession, prise dans un inter-discours interne, une « énonciation unique ».

6. Conclusion

80Nous avons cherché à distinguer ici deux procédés rhétoriques souvent présentés comme subordonnés l'un à l'autre : personnification et métonymie. De fait, ils ont chacun des spécificités syntaxiques et sémantiques : association syntagmatique atypique pour l'un, condensation d'une dénomination complexe pour l'autre. L'un qualifie (personnification), l'autre brouille la référence (métonymie). Nous avons montré également que la récurrence même de l'un et l'autre des procédés participait à construire des représentations des objets de discours. Ainsi, personnification et métonymie sont classées par Perelman et Olbrechts-Tyteca (1970) parmi « les arguments qui jouent sur la structure du réel ».

81Métonymie et personnification peuvent être distinctes et concurrentes en contexte. C'est le cas pour (9) (la Hongrie), comme nous l'avons vu. On parlera ici d'ambiguïté. Mais il est à présent intéressant d'observer pour conclure que parfois, loin d'être exclusifs l'un de l'autre, ces deux procédés peuvent également s'ajouter. Et ceci correspond à l'ambivalence, selon Ballabriga et Vigneau-Rouayrenc (1992 : 84) :

[...] le co(n)texte impose les deux interprétations qui de ce fait sont actualisées. Il s’agit alors d’une ambiguïté positive que nous appellerons ambivalence.

82ou au deuxième type d'ambivalence de le Goffic (cf. notre introduction) : « A et B ».

83Rappelons (1) :

(1) En s'inquiétant sur le sort du cousin autrichien, c'est aussi d'elle-même que l'Allemagne se soucie. (Autriche, Lbn 03/02/00)

84Nous pouvons, nous semble-t-il, soutenir sans contradiction que, dans cet exemple, les deux interprétations sont conjointes, l'une entraînant peut-être l'autre. L'équivocité nous paraît en effet être ici partie intégrante du sens et de l'effet rhétorique qui se dégage : les sentiments qu'a une population dans son ensemble peuvent être en effet attribués au pays lui-même, et réciproquement.

85Plus généralement, le caractère intrinsèquement ambivalent de la métonymie que nous avons vu en § 2.2 nous paraît propice à la production discursive de double sens. Ce double sens peut juxtaposer métonymies et personnifications, sens métonymique et sens propre (syllepse), etc.

86Terminons par un exemple :

(38) Nathalie Sarraute était entrée vivante dans le saint des saints de la littérature française : la Pléïade. (France Inter, au moment du décès de Nathalie Sarraute)

87Cet hommage en forme de clin d'œil tire bien parti, et ici de manière ludique, des deux faces de la référence métonymique.

Haut de page

Bibliographie

Bacry P. (1992) Les Figures de style, Belin, coll. Sujets.

Ballabriga M. et Vigneau-Rouayrenc C. (1992) « Ambiguïté et ambivalence ; entretien sur la pluralité des modes de coexistence sémantique et sémiotique », Champs du Signe - Cahiers de stylistique, 2, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud, : 77-91.

Bergler S. (2001) « Metonymy and metaphor Boundary Cases and the Role of a Generative Lexicon », Bouillon P. and Kanzaki K. (éds.) First International Workshop on Generative Approaches to the Lexicon, April 26-28.

Bonhomme M. (1987) Linguistique de la métonymie, Berne, Editions Peter Lang.

Cornish F. (2000) « L'accord, l'anaphore et la référence : quelques enjeux », Coene M., De Mulder W., Dendale P. D'Hulst (éds.) Studia linguistica in honorem Lilianae Tasmowski, Padoue, Unipress, : 509-533.

Dupriez B. (1980) Gradus - Les procédés littéraires, Union générale d'éditions, coll. 10/18.

Flaux N. (1998) « Les noms collectifs et la prédication », Actes du Colloque d’Uppsala : Prédication, assertion et information, juin 1996, : 173-183.

Fontanier P. ([1821] 1977) Les figures du discours, Flammarion.

Kleiber G. (1992) « Mais qui donc est sur l'étagère de gauche ? ou Faut-il multiplier les référents ? », Travaux de linguistique et de philologie, XXX, : 107-124.

Kleiber G. (1994) Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Lakoff G. et Johnson M. ([1980] 1985) Les métaphores dans la vie quotidienne, les Éditions de Minuit.

Le Goffic P. (1982) « Ambiguïté et ambivalence en linguistique », DRLAV, 27, : 83-105.

Lecolle M. (2001) « Métonymie dans la presse écrite : entre discours et langue », TRANEL, 34/35, Institut de linguistique de l’Université de Neuchâtel, : 153-170.

Meyer B. (1993) Synecdoques, étude d’une figure de rhétorique, vol. 1, Édition de l’Harmattan.

Molinié G. (1992) Dictionnaire de rhétorique, le Livre de poche.

Neveu C. (2001) Sociologie du journalisme, Éditions la Découverte.

Perelman Ch. et Olbrechts-Tyteca L. (1970) Traité de l'argumentation, la nouvelle rhétorique, Éditions de l'Institut de sociologie de l'Université Libre de Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Andrée Borillo, Michel Ballabriga et Francis Cornish pour la relecture de cet article, et les précieuses suggestions qu'ils m'ont apportées.
2 L'exemple (3) et le commentaire sont tirés de Bacry (1992 : 81).
3 Les références aux articles du corpus seront codées de la manière suivante : Lbn pour Libération, Mde pour Le Monde, Fgr pour Le Figaro.
4 Nous ne retenons ici que les exemples de métonymies, mais le raisonnement est le même avec la synecdoque. La métaphore est abordée plus bas.
5 Une interprétation concurrente (personnification) est proposée plus bas (cf. § 3.1.).
6 Bonhomme (1987 : 125) : [La métonymie est un instrument d'adaptation selon deux principes complémentaires : principe d'économie et principe de pertinence]. « Cette pertinence va de la précision lorsque le contexte exige une dénotation resserrée à l'imprécision quand on doit rendre par le langage une situation floue ou ambiguë ».
7 C'est d'ailleurs pour cette raison que, pour ce type d'énoncés, Kleiber parle dans différentes publications (par exemple 1992, cité ci-dessous) de métonymie intégrée par opposition à "métonymie".
8 Pour (29) et (30), il s’agit des habitants, dans le contexte.
9 Il s'agit dans le contexte du rapport entre the Bush administration et Bush and his administrators.
10 Un Ncoll peut être appréhendé de manière collective (référence à l'ensemble) ou de manière distributive (ses éléments). Sur ce point, cf. entre autres Kleiber (1994).
11 Bourdieu P. (1996) Sur la télévision, Paris, Liber.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Lecolle, « Personnifications et métonymies dans la presse écrite : comment les différencier ? », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/2396

Haut de page

Auteur

Michelle Lecolle

ERSS - Université de Toulouse-le-Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page