Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Portrait de l’énonciateur en faux...

Portrait de l’énonciateur en faux naïf

Alain Berrendonner

Texte intégral

1. Introduction

11. 1. Les figures d’ironie ont été, depuis vingt ans, étudiées et réétudiées sous tous les angles (Kerbrat-Orecchioni, 1976 ; Sperber & Wilson, 1978 ; Berrendonner, 1982 ; Ducrot, 1984 ; Perrin, 1996 ; Landheer, 1998…), si bien que l’on dispose pour les analyser d’un vaste jeu de notions-clefs : antiphrase, mention-écho, polyphonie, contradiction argumentative, etc. Cependant, le nombre même des tentatives de modélisation qui se sont succédé montre qu’aucune de ces notions ne rend compte du phénomène de façon définitivement satisfaisante. Les unes pèchent par manque de généralité (toutes les ironies ne sont pas des antiphrases ni des échos) ; les autres ont une extension trop large, et laissent échapper ce que la figure a de spécifique (toutes les polyphonies ne sont pas ironiques).

21. 2. Par ailleurs, il y a beaucoup d’énoncés que l’on perçoit intuitivement comme ironiques, et qui ne se laissent aisément ramener à aucune des définitions existantes. Celles-ci ne recouvrent donc apparemment pas toute l’extension du phénomène tel qu’il est perçu par les récepteurs. Si l’on entreprend par exemple d’inventorier les traits d’ironie chez Voltaire, on est surpris d’y trouver assez peu de spécimens prototypiques d’antiphrase ou de mention-écho. En revanche, toutes sortes d’autres procédés entrent en ligne de compte. Ainsi, lorsque le narrateur de Candide nous dit :

(1) Après le tremblement de terre qui avait détruit les trois quarts de Lisbonne, les sages du pays n’avaient pas trouvé de moyen plus efficace pour prévenir une ruine totale que de donner au peuple un bel autodafé. (chap. VI)

3il n’y a là, sauf à forcer le texte, ni antiphrase, ni écho parodique, ni polyphonie, ni contradiction argumentative, mais une simple ambiguïté, produite en jouant à la fois sur la polysémie du verbe et sur la portée de la négation : ne pas trouver de moyen plus efficace que X peut se comprendre soit comme (i) <juger X suprêmement efficace>, soit comme (ii) <ne pas inventer de meilleur moyen que X>. L’expression fait donc syllepse, ce qui ouvre perfidement le choix entre deux conclusions implicites aussi négatives l’une que l’autre : l’aveuglement ou l’impuissance.

4Autre exemple : lorsque dans le Tartuffe de Molière, la servante Dorine dit à Tartuffe :

(2) Et je vais à Madame annoncer par avance
La part que vous prenez à sa convalescence. (Tartuffe I,4)

5l’effet ironique ne fait guère de doute. À son origine, on ne trouve cependant rien d’autre qu’une indétermination du contenu sémantique énoncé, la part pouvant être entendu soit comme la grande part, soit comme la faible part. La fréquence de ce genre de faits donne à penser que l’ironie a fondamentalement à voir avec l’ambiguïté, et devrait être envisagée avant tout comme un cas particulier de figure d’équivoque. Le plus constant de ses caractères n’est pas l’inversion de contenu vérifonctionnel ni l’intention de railler, qui lui sont reconnus par la tradition rhétorique (Le Guern, 1976), mais le fait que l’énonciateur adopte un comportement locutoire à double entente.

61. 3. Telle est la piste que je vais suivre dans ce bref article. Je partirai de l’idée qu’il existe une classe de figures dont le point commun est la pratique d’un double jeu énonciatif. Ce procédé consiste à combiner dans une seule et même énonciation des indices aptes à provoquer des inférences divergentes, voire contradictoires, et à entretenir ainsi le doute de l’interprète sur les intentions communicatives de l’énonciateur. Outre l’ironie, entrent principalement dans cette catégorie la syllepse, la prétérition, le paradoxe sui-falsificateur, et ce que Olbrechts-Tyteca (1974 : 169) nomme « argumentation autophage » – c’est-à-dire le fait de présenter à l’appui d’une conclusion un argument qui la détruit, comme en :

(3) Pas la peine de m’apprendre le français, je le savons.

7Si le propre de ces figures réside dans un comportement locutoire duplice ou non consistant, leur description devient un problème de sémiotique générale. Il faut, pour en comprendre les mécanismes, se placer d’emblée au niveau des actes d’énonciation, et aborder ceux-ci en tenant compte du fait que tous leurs ingrédients ne sont pas des signes linguistiques « à deux faces ». On sait depuis longtemps que l’ironie est une figure pluri-codique, où interviennent, outre les mots, des matériaux relevant de systèmes sémiotiques multiples : intonation, personnage joué mimo-gestuellement par l’énonciateur, évidences référentielles, etc.1. Le double jeu énonciatif consiste à utiliser deux ou plusieurs de ces ingrédients pour produire des effets communicatifs contradictoires. Le problème est donc de déterminer quels sont les matériaux qui interfèrent (comment les définir avec généralité ?), quelle est la contribution propre à chacun d’eux, sur quel mode sémiotique il opère, et comment il entre en conflit avec les autres. Voyons cela.

2. L’énonciation comme faisceau d’indices

82.1. Dans une interaction orale ordinaire, chacune des énonciations accomplies par les sujets parlants se présente comme une conduite mimo-gestuelle complexe, qui consiste à actualiser simultanément des signes empruntés à divers codes : une clause linguistique C, une modulation intonative I, des gestes co-verbaux G, ainsi que d’autres matériaux sémiotiques éventuels (images, vêtements, parfums…). La plupart de ces ingrédients, considérés dans leur système d’origine, sont des légisignes au sens de Peirce, c’est-à-dire des signes-types, des moyens de représentation virtuels fondés sur une convention. Les actualiser veut dire les mettre en acte, un peu comme un acteur de théâtre joue son texte. Le comportement A (C,I,G,…) qui en résulte est ce que Peirce appelle un sinsigne indiciel. C’est-à-dire d’une part une occurrence singulière, un signe qui ne vaut qu’une fois ; et d’autre part un indice, qui ne signifie que comme expression de la situation de discours courante, à laquelle il est existentiellement lié : il y renvoie, si l’on peut dire, parce que c’est elle qui le déclenche [Le Guern, à paraître].

92.2. Qu’une énonciation signifie sur le mode indiciel, cela veut dire qu’elle consiste seulement à montrer un faisceau d’indices concomitants, à charge pour le destinataire d’interpréter cette conduite d’ostension au regard du contexte discursif, et d’en tirer des conjectures sur ce qu’elle veut dire. L’interprétation des indices, en effet, n’a rien d’un couplage immédiat entre une expression et un contenu. Elle se fait par raisonnement, et plus précisément par abduction. Ce genre d’inférence, on le sait, consiste à remonter du conséquent à l’antécédent d’une implication, et comporte un pari probabiliste, donc un danger d’erreur. Supposons par exemple que je raisonne ainsi :

(4) Il parle fort P
Or, quand on est énervé, on parle fort. E * P
Donc, il est énervé E

10Je cours évidemment le risque de me tromper, du fait qu’il n’y a pas que les énervés qui braillent. Il y a aussi les sourds, les rustres, les militaires, les gens gênés par le bruit, etc. Conclure de P à E revient donc à exclure sans démonstration toutes ces hypothèses concurrentes, du simple fait qu’elles paraissent moins vraisemblables. Par suite de ce pari, le résultat d’une abduction se trouve affecté d’un degré de confiance variable, inversement proportionnel à l’importance du risque encouru. Ce degré de confiance dépend du nombre et de la vraisemblance des hypothèses éliminées, mais aussi du pouvoir explicatif de celle qui est retenue. S’il se trouve en effet qu’à partir de plusieurs indices indépendants P, P’, P", etc., peuvent être opérées des abductions qui concourent toutes à la même conclusion E, le degré de confiance en E s’en trouvera notablement renforcé. Cette convergence signifie en effet que E est une hypothèse à haut pouvoir explicatif, qui fournit une raison à de nombreux faits, et contribue ainsi efficacement à mettre de la cohérence dans un ensemble de connaissances. Une « bonne » abduction est donc celle qui mène à des hypothèses jouissant d’un degré de confiance élevé, parce qu’elles sont multiplement corroborées. Il est à noter qu’un degré de confiance est toujours une grandeur relative, qui dépend de celui des autres hypothèses en présence, et que la validation d’une hypothèse équivaut toujours à révoquer ses concurrentes.

112.3. Les figures de double jeu énonciatif apparaissent alors, en première analyse, comme des comportements destinés à empêcher l’interprète de réussir une bonne abduction. En effet, en actualisant simultanément dans la même énonciation des indices qui, loin de se corroborer, mènent à des conclusions divergentes ou contradictoires, on met l’allocutaire dans l’impossibilité de décider entre deux hypothèses concurrentes, qui demeurent revêtues d’un degré de confiance également faible. Ainsi, lorsque notre narrateur dit :

(5) Madame la baronne, qui pesait environ trois cent cinquante livres…

12il cumule dans son énonciation deux indices comportementaux contradictoires : un appellatif qui laisse conclure à son respect pour l’intéressée, et une prédication qui montre son irrespect (il est plutôt cavalier de jauger ainsi le poids des dames). Le lecteur, pris entre deux abductions équiprobables, ne peut tirer de là qu’une incertitude quant à l’image que le narrateur cherche à donner de lui : veut-il paraître respectueux ou irrespectueux ? Le doute créé porte, on le voit, non pas sur les qualités intrinsèques du locuteur (il nous suffit de savoir qu’il est capable d’impertinence pour le cataloguer comme mauvais sujet), mais sur ses intentions communicatives momentanées, sur l’image de soi qu’il entend manifester hic et nunc par sa parole. Le double jeu ironique entretient une équivoque, mais celle-ci ne concerne directement ni les valeurs en jeu, ni les partis en présence. Elle porte spécifiquement sur le portrait qu’on donne de soi en parlant, c’est-à-dire sur un point de méthode du dire.

132.4. Dresser une typologie des indices qui peuvent entrer dans une énonciation est une tâche délicate. On risque, ce faisant, de reconduire des catégories du sens commun plutôt que de parvenir à d’authentiques généralisations. Je me risquerai néanmoins à proposer un grossier début de classement.

142.5. On peut distinguer d’une part – linguistique oblige – entre indices verbaux vs posturaux. Les premiers résultent de l’actualisation des signes de la langue. Appartiennent à cette catégorie les prédications, les instructions référentielles déictiques ou autres, les indications méta-communicatives fournies à l’aide de connecteurs, le fait de poser un contenu propositionnel, etc. Quant aux indices posturaux, c’est tout le reste : gestes, mimiques, intonations, hexis et actions pratiques du locuteur…

15En particulier, le fait d’accomplir une énonciation à la suite d’une autre ou avant une autre, est un trait de comportement praxéologique qui doit être mis au nombre des indices posturaux. En d’autres termes, l’enchaînement des énonciations et l’exécution de routines macro-syntaxiques relèvent non du verbal, mais du postural. La séquence (3) ci-dessus, par exemple, se compose d’une énonciation conclusion suivie d’une énonciation argument qui prétend l’étayer. Mais ces rôles argumentatifs ne sont pas marqués linguistiquement, et la relation conclusion-argument n’est pas une primitive sémantique. C’est l’une des inférences que l’on peut tirer (abduire) du simple indice matériel que constitue le fait d’accomplir les deux énonciations à la suite.

16Il est à noter qu’à l’écrit, la plupart des indices posturaux disparaissent. La mimo-gestualité locutoire n’y est pas reproduite ; la prosodie ne l’est que très allusivement par la ponctuation (Béguelin, 2002) ; seuls subsistent les indices d’enchaînement. L’interprète se trouve donc dans l’obligation de reconstituer conjecturalement la majeure partie du postural à partir du verbal, comme l’y invitent parfois explicitement certaines parenthèses facétieuses :

(6) Qu’est-ce qu’elle peut encore me causer comme emmerdements. (soupir) Si j’avais su.

Les gens, dit le type, (geste). (Queneau, Zazie dans le métro)

17Ce caractère défectif de la trace graphique permet d’utiliser le texte écrit comme un instrument pour construire des fictions littéraires d’énonciations.

182.6. Sur un autre axe, les indices énonciatifs peuvent être classés en fonction de leur ordre de pertinence. Selon une conception constructiviste du discours désormais classique, les échanges verbaux ont pour but d’instituer entre les interlocuteurs un ensemble évolutif de représentations partagées, nommé selon les écoles schématisation, modèle mental, scène, contexte, et pour moi : mémoire discursive (M). Les énonciations sont les opérateurs de transformation de M : c’est en émettant ces faisceaux d’indices que chaque interlocuteur fait connaître à l’autre les changements qu’il entend apporter au savoir partagé. Or, ces indices ne renseignent pas tous sur le modèle du monde élaboré en commun ; certains fournissent aussi réflexivement des informations sur l’énonciation même qui les incorpore, et sur son agent l’énonciateur. Pour parler comme Watzlawick & al. (1972), toute énonciation méta-communique en même temps qu’elle communique : en s’exécutant, elle se montre telle ou telle, c’est-à-dire expose un commentaire sur sa propre exécution. On peut donc faire deux parts parmi les indices qui la composent : il y a les indices méta-énonciatifs, par lesquels l’instance d’énonciation s’auto-qualifie, et les autres, appelons-les primaires.

192.7. Toute trace sémantique de subjectivité, toute prédication sur je, contribue peu ou prou à alimenter l’image du sujet parlant. Mais je ne retiendrai plus spécifiquement comme indices méta-énonciatifs que ceux qui informent sur les intentions communicatives de l’énonciateur en train d’énoncer. Cela comprend notamment les propositions qui décrivent « sui-réflexivement » leur propre énonciation (Je te promets, Je te dis que P…), les clauses incidentes qui qualifient le rapport épistémique entre l’énonciateur et son dire (je crois, il paraît…), et tous les indices de ce que l’on peut appeler sa ligne argumentative. J’entends par là le fait de présenter certaines énonciations comme des arguments (= raisons de dire) à l’appui d’une autre énonciation, appelée communément conclusion. Les marques peuvent en être un simple enchaînement (indice postural) ou un signe linguistique du type « connecteur argumentatif » (car, donc…).

202.8. En outre, il n’est peut-être pas inutile de souligner qu’un même matériau signifiant peut être investi d’une double pertinence, et valoir à la fois comme indice primaire et comme indice méta-énonciatif. Ainsi, le choix d’un item lexical est souvent révélateur non seulement des intentions dénotatives ou prédicatives du sujet parlant, mais aussi de la terminologie spécialisée qu’il assume, et par là, de son propre positionnement socio-idéologique et/ou argumentatif. Selon qu’on parle d’union de la gauche ou de coalition socialo-communiste, ce n’est pas tant le référent qui change, que l’appartenance politique affichée par le locuteur, et ses intentions d’en dire du bien ou du mal. Naguère, on appelait cela des « connotations ». La plupart des faits rangés sous ce terme se ramènent à des rendements indiciels méta-énonciatifs2.

212.9. Au total, le croisement des deux distinctions que je viens de faire donne donc quatre types d’indices :

Verbaux

Posturaux

Primaires

I

II

Méta-énonciatifs

III

IV

22Convenons d’appeler équivoque énonciative l’établissement d’une relation de contradiction « * » entre deux indices actualisés simultanément. Il y a alors dix variétés d’équivoques possibles : I*I, I*II, I*III, I*IV, etc. Ces équivoques sont les procédés de base sur lesquels reposent les figures de double jeu énonciatif. Mais elles n’en sont pas des conditions suffisantes, car toute équivoque ne constitue pas en soi un fait de double jeu. Pour qu’on puisse y voir un symptôme de duplicité sémiotique, encore faut-il qu’elle soit perpétrée dans des conditions bien précises. Le problème est alors de spécifier lesquelles.

3. Petit catalogue des figures de double jeu

3.1. Contradictions primaires (I*I ou I*II)

233.1.1. La façon la plus simple de se contredire est d’inclure dans le même contenu verbal énoncé deux informations référentiellement ou vérifonctionnellement incompatibles. Cependant, il ne suffit pas de dire Oui et non, ou Même mouillées, elles sont sèches, etc. pour créer ipso facto un effet de double jeu énonciatif. Pour que celui-ci se produise, deux conditions semblent encore nécessaires. (i) La contradiction doit pouvoir être résolue par la polyphonie, c’est-à-dire en attribuant implicitement chacun de ses termes à des instances énonciatrices distinctes. (ii) Et ces deux instances énonciatrices doivent en outre être unifiables avec le même sujet parlant, dont elles constituent en quelque sorte deux rôles ou deux facettes exhibées simultanément.

24Dans les ex. (7), seule la première des deux conditions est réunie :

(7) Que ces gens d’esprit sont bêtes ! (Laclos)

25La différence entre les surréalistes et moi, c’est que moi, je suis surréaliste. (Dali)

26On réinterprète ces gens d’esprit = <ceux que l’on dit gens d’esprit>, et les surréalistes = <ceux qui se disent surréalistes>. Mais les voix ainsi abduites (on, eux) n’étant pas déférées au locuteur, la polyphonie reste un simple procédé de discours rapporté3. En (8), en revanche, la situation est différente :

(8)

Art. 1 : Le patron a toujours raison.

Art. 2 : Lorsque le patron a tort, l’article 1 s’applique immédiatement.

27La seconde phrase présuppose par sa subordonnée (i) = <Le patron a parfois tort> et pose via une anaphore (ii) = <il a toujours raison>. La contradiction peut être résolue, comme précédemment, en attribuant chacun de ses termes à des voix distinctes : on imputera (i) à une instance énonciatrice réaliste qui assume un constat de fait, et (ii) à une instance promulgatrice de réglements, qui parle en droit. Mais ces deux instances de parole ne sont pas projetables sur des personnes référentiellement distinctes. Elles sont au contraire toutes deux unifiables avec le locuteur, et c’est ce qui produit l’effet de double jeu : l’auteur de cette énonciation revêt deux ethos divergents, ou joue en même temps deux rôles antagonistes : rappeler l’universalité de la loi vs soulever une exception.

283.1.2. On obtient à peu près le même résultat en mettant en contradiction deux indices primaires dont l’un est verbal et l’autre postural, par exemple un SN désignateur et un geste picto-mimique (= qui dénote un référent en le mimant) :

(9) Ce que j’aime chez elle, c’est ses grands yeux bleus (+ geste des mains décrivant des rondeurs pectorales).

29L’interprétation est aussi polyphonique : le postural est attribué à une instance « sincère », et le verbal à une instance « hypocrite » (car les gestes, c’est bien connu, ne trompent pas, contrairement aux mots). Mais toutes deux sont unifiées avec le même individu parlant, ce qui constitue l’ironie.

3.2. Syllepse lexicale

30Selon la définition de Du Marsais, il y a syllepse quand « un même mot est pris en deux sens dans la même phrase ». Toute syllepse n’est évidemment pas l’instrument d’un double jeu énonciatif (Cf. Brûlé de plus de feux que je n’en allumai), mais certaines peuvent servir à cet effet. Exemple :

(10) L’inquisition est, comme on sait, une invention admirable et tout à fait chrétienne pour rendre le pape et les moines puissants et pour rendre tout un royaume hypocrite. (Voltaire, Dictionnaire philosophique, s.e. Inquisition)

31Cette phrase contient entre autres ambiguïtés un adjectif chrétien qui peut être entendu soit comme (i) = <typique de la religion chrétienne>, soit comme (ii) = <charitable>4. Ce qui crée l’ironie, c’est, me semble-t-il, que ces deux acceptions comportent des implications axiologiques différentes : (ii) exprime un jugement de valeur positif, et fonctionne de ce fait comme symptôme que l’énonciateur adopte une ligne argumentative favorable au référent qualifié ; tandis que (i) est axiologiquement neutre, et peut aussi bien servir à la ligne inverse (laquelle s’exprime explicitement plus loin avec hypocrite, puissant, etc.). Le double jeu consiste donc ici à actualiser simultanément deux acceptions du même mot qui ont des potentiels argumentatifs divergents.

32On peut se demander comment classer ce genre de syllepse dans ma sommaire typologie des indices et des équivoques. Tout dépend en fait du modèle sémantique choisi pour décrire les adjectifs axiologiques. Si l’on assimile leur contenu à un prédicat vérifonctionnel, et que l’on ravale leurs effets argumentatifs au rang d’inférences implicites, on doit tenir (10) pour une contradiction de type I*I. Mais on peut aussi bien soutenir, avec la « théorie de l’argumentation dans la langue » (Ducrot & Carel), que le contenu littéral d’un axiologique consiste précisément en un certain scénario argumentatif, qui est mis à exécution lorsqu’on emploie le mot. Auquel cas, (10) est à décrire comme une contradiction d’indices méta-énonciatifs, de type III*III.

3.3. mélange de connotateurs (III*III)

33Ce qui, en tous cas, crée clairement un conflit de type III*III, c’est la réunion dans le même énoncé de lexèmes relevant de terminologies spécialisées différentes. Un tel mélange revient à émettre des symptômes disparates concernant le type d’interaction en cours et le positionnement sociologique du locuteur. C’est ce procédé que pratique abondamment Voltaire dans Candide, en mettant à toutes les sauces des formules telles que meilleur des mondes possibles, causes et effets, raison suffisante, etc. :

(11) Un jour, Cunégonde, en se promenant […] vit entre des broussailles le docteur Pangloss qui donnait une leçon de physique expérimentale à la femme de chambre de sa mère, petite brune très jolie et très docile. […] Elle observa, sans souffler, les expériences réitérées dont elle fut témoin ; elle vit clairement la raison suffisante du docteur, les effets et les causes, et s’en retourna toute agitée, toute pensive, toute remplie du désir d’être savante, songeant qu’elle pourrait bien être la raison suffisante du jeune Candide, qui pouvait aussi être la sienne. (Voltaire, Candide, chap. I)

34En mêlant ainsi la terminologie philosophique avec celle du récit libertin, on campe un personnage de narrateur polymorphe et incongru qui, dans le moment même où il fait des contes, pratique de façon inopportune les mœurs oratoires d’un métaphysicien5.

3.4. Paradoxes, prétéritions, argumentations autophages

353.4.1. On peut définir d’une manière générale le paradoxe comme la mise en contradiction de deux indices méta-énonciatifs dont l’un est verbal et l’autre postural. Le dit et le dire fournissent alors sur l’énonciation, sur sa pertinence communicative, voire sur son existence même, des indications qui se démentent mutuellement. Le prototype en est le paradoxe du menteur, dont les philosophes n’ont pas le privilège :

(12) Sagittaires, attention ! Aujourd’hui, vous allez rencontrer des menteurs. (diseuse d’horoscope, à la radio, un beau matin).

363.4.2. Il existe de multiples variétés de paradoxe. La prétérition en est une, dans laquelle on asserte une proposition méta-énonciative du type <Je ne dis pas ce que je suis en train de dire>, qui nie l’existence même d’une énonciation et de ses effets communicatifs, par ailleurs bien évidents :

(13) Pour vous éviter des émotions inutiles, nous n’allons rien vous dire sur cette voiture. Par exemple, nous ne vous dirons pas à quel point le nouveau coupé BMW série 3 est beau. […] Nous tairons les performances étonnantes dont sont capables les moteurs multisoupapes 4 ou 6 cylindres développant de 140 à 192 ch. […] Oui tout cela vous sera épargné. (pub)

Monsieur W. M. ? Je n’en dirai rien. J’ai cessé d’insinuer des trucs équivoques sur des personnages acquittés par les tribunaux. (radio)

373.4.3. On peut aussi classer parmi les paradoxes les argumentations autophages telles que (14) :

(14) Il n’y a plus de cannibales dans la tribu : nous avons mangé le dernier hier soir.(Olbrechts-Tyteca)

38Dans un fragment de discours ainsi composé, on trouve en effet deux choses. D’une part, un enchaînement d’énonciations E1 + E2 qui constitue l’indice postural d’une ligne argumentative suivie par l’énonciateur : celui-ci fait ostensiblement usage de E2 pour soutenir E1. Mais d’autre part, le contenu linguistique de E2 implique logiquement la négation de E1, et fonctionne comme un argument décisif contre cette conclusion. En E2, le dit et le dire se montrent donc au service de deux lignes argumentatives opposées (III*IV).

39Souvent, dans ce genre de figure, l’indice comportemental fourni par l’enchaînement des énonciations se double d’un indice verbal en forme de connecteur, qui explicite le lien argumentatif instauré par l’énonciateur entre E1 et E2 :

(15) Tous les conciles sont infaillibles, sans doute ; car ils sont composés d’hommes. (Voltaire, Dictionnaire philo­sophique, s.e. Conciles)

40Le paradoxe a alors pour seconde source un conflit de type III*III entre deux ingrédients méta-énonciatifs du contenu : un connecteur (car) et un contenu propositionnel (ils sont composés d’hommes). Celui-là présente celui-ci comme un argument pro, tandis que celui-ci, moyennant les topoï qu’il active (errare humanum est), se présente lui-même comme un argument contra.

41L’argumentation autophage est un procédé d’ironie fort commun. En fait, la plupart des énoncés perçus comme des antiphrases ne le sont que parce qu’ils arrivent en guise de conclusions à la suite d’arguments qui les invalident. Ex.

(16) Cet homme n’avait jamais voulu se marier ; il avait un assez joli sérail. Il ne reconnut aucun de ses parents, vécut dans la crapule, et mourut à Paris d’indigestion. C’était un homme, comme on voit, fort utile à l’Etat. (Voltaire, L’homme aux cent écus)

423.4.4. Dans un paradoxe, les deux indices contradictoires ne sont pas simplement co-occurrents, mais interdépendants. En disant qu’on ne parle pas de X, on en parle, et il est nécessaire d’en parler pour pouvoir dire qu’on n’en parle pas. De même, en (14-15-16), c’est en argumentant pour une conclusion qu’on fournit un argument contre, et réciproquement. Cette circularité implicative fait qu’un paradoxe ne se prête pas à récupération rationnelle par le biais de la polyphonie : impossible d’y distinguer plusieurs instances énonciatrices ; les deux indices contraires sont solidaires et doivent nécessairement être attribués à une seule et même instance indivisible.

433.4.5. Les paradoxes posent néanmoins le même problème que les simples contradictions : s’ils servent souvent d’instrument à un double jeu énonciatif (ex. 13-16), ils n’en sont pas la condition suffisante. On peut très bien commettre un paradoxe sans pour autant produire un effet de double jeu. Exemples : (12) supra ou :

(17) Moi, les phrases segmentées, j’en fais jamais. (oral, prof. de grammaire)

44L’auteur d’une telle énonciation ne peut guère être soupçonné de cultiver intentionnellement l’équivoque. Si la structure syntaxique qu’il performe dément le contenu qu’il affirme, c’est tout simplement qu’il contrôle mal la pertinence de ses indices, et déclenche à son insu des effets communicatifs indésirés. En un mot, chacun y verra un symptôme de naïveté, et non de duplicité. La question est alors de savoir ce qui, en matière de paradoxe, distingue les fausses naïvetés des vraies.

453.4.6. Un élément de réponse est qu’en (12) ou (17), le paradoxe n’existe pas pour l’énonciateur. Il est la conséquence d’une certaine malignité de l’interprète, qui accorde de l’attention à des indices qu’un récepteur coopératif et de bonne foi devrait normalement négliger. Cela veut dire qu’il y a en fait pour ces énonciations une hypothèse interprétative de premier rang plus pertinente que l’interprétation paradoxale, et abductible avec un degré de confiance plus élevé. Cette meilleure hypothèse consiste à traiter le contenu énoncé comme n’étant pas méta-énonciatif, c’est-à-dire à lui assigner une extension dont ne fait pas partie l’énonciation en cours. (= <Quand elle dit ‘vous allez rencontrer des menteurs’, elle ne veut pas parler de la présente interaction> ; <Quand il dit ‘les phrases segmentées, j’en fais jamais’, il parle en général, et non de celle qu’il est en train de faire>). Cette mise hors de cause de l’énonciation courante sert au quotidien de garde-fou conventionnel contre l’irrationalité. Si elle est normalement retenue comme hypothèse de premier rang, c’est parce qu’elle évite à l’interprète l’enfermement dans un cercle vicieux qui le renvoie d’un sens à son contraire, et qu’elle reste compatible avec la présomption de pertinence optimale qui s’attache à toute énonciation (Sperber & Wilson, 1989 : 237).

46Dans les cas de double jeu, au contraire (13-16), il n’y a pas de meilleure hypothèse possible que l’interprétation paradoxale. Le contenu verbal énoncé inclut des commentaires méta-énonciatifs (prédications sui-réflexives, connecteurs, etc.) tels que leur propre énonciation ne peut y être soustraite. Et comme ils contredisent certains de ses aspects posturaux, il devient impossible de parvenir à une interprétation cohérente. Il ne reste alors d’autre issue, pour échapper au cercle vicieux et « sauver » la présomption de pertinence, que de supposer un énonciateur duplice, dont le comportement contradictoire s’explique comme un faire semblant.

4. Et après ?

47Ce qui ressort de tout ceci, finalement, c’est bien que l’ironie n’est pas une figure, mais plutôt un rendement sémiotique commun à toute une série de figures, qui consiste à composer une conduite énonciative de double jeu, et à entretenir ainsi l’interprète dans l’incertitude quant à la procédure communicative exécutée par le locuteur. Nombreuses sont les figures qui peuvent servir à cet effet ; aucune d’elles, cependant, n’y est nécessairement vouée. Reste alors à compléter le paradigme, et à se demander quand et sous quelles conditions devien­nent aussi des instruments d’ironie l’hyperbole, la parenthèse modale (cf. sans doute, comme on voit, dans les ex. 15-16), le mot-valise, la citation, la métaphore, etc. Et, pourquoi pas, le silence même…

Haut de page

Bibliographie

BÉGUELIN M.-J. (2002) « Clause, période ou autre ? La phrase graphique et la question des niveaux d’analyse », in Verbum, à paraître.

BERRENDONNER A. (1982) Éléments de pragmatique linguistique, Minuit.

BONHOMME M. (2002) « La pragmatique de l’euphémisme dans le discours de presse », in Scolia, à paraître.

DUCROT O. (1984) Le dire et le dit, Minuit.

GRICE H.-P. (1979) « Logique et conversation », in Communications n° 30, 57-72.

KERBRAT-ORECCHIONI C. (1976) « Problèmes de l'ironie », in Linguistique & Sémiologie n° 2, P.U.L, 10-46.

LANDHEER R. (1998) « L’assertion ironique : une information à rebours », in Prédication, assertion, information. Actes du colloque d’Uppsala en linguistique française, 6-9 juin 1996, M. Forsgren, K. Jonasson et H. Kronning (éds.), Studia Romanica Upsaliensia n° 56, 299-306.

LE GUERN M. (1976) « Éléments pour une histoire de la notion d'ironie », in Linguistique & Sémiologie n° 2, P.U.L., 47-60.

LE GUERN M. (à paraître) Logique de la langue et logique du discours.

OLBRECHTS-TYTECA L. (1974) Le comique du discours, Édition de l’Université de Bruxelles.

PERRIN L. (1996) L'ironie mise en trope, Kimè.

SPERBER D. & WILSON D. (1978) « Les ironies comme mentions », in Poétique n° 36, 399-412.

SPERBER D. & WILSON D. (1989) La pertinence, Minuit.

WATZLAWICK P., BEAVIN J.-H. & JACKSON D. (1972) Une logique de la communication, Seuil (1e éd. 1967).

Haut de page

Notes

1 Cf. Quintilien, cité par Le Guern (1976) : « Ea aut pronuntiatione, aut persona, aut rei natura intelligitur ».
2 Bon nombre d’euphémismes lexicaux ont pour but de remplacer un indice méta-énonciatif défavorable au locuteur par un autre plus favorable, qui donne de lui une image politiquement et moralement correcte (Bonhomme, 2002). Voir p. ex. ce courrier des lecteurs, dont l’auteur propose de périmer certains adjectifs parce qu’à ses yeux, ils « font raciste » : Comment est-il possible de lire et d’entendre les termes de « Noir » ou de « Black » lorsqu’on parle de nos frères africains, alors que ces vocables ont une connotation tellement péjorative ? Comment voulez-vous que nous préparions un monde radieux dans la fraternité des peuples et la paix des races si l’on s’évertue à employer des termes racistes ? Je me permets modestement de suggérer l’introduction dans notre langue française d’un nouveau concept : pourquoi pas « Afro-occidental », ou « Africain occidental » ? Ceci éviterait de sombrer malencontreusement dans le racisme primaire.
3 Le second exemple de (7) pourrait à la rigueur être perçu comme un cas de double jeu, mais seulement si l’on suppose que le locuteur s’identifie mimétiquement à la voix qu’il reproduit, et l’assume en même temps que la sienne propre.
4 (ii) est une inférence prototypique de (i), qui s’est lexicalisée.
5 Je n’insiste pas sur la fonction euphémique à laquelle contribue visiblement ce double jeu énonciatif.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Berrendonner, « Portrait de l’énonciateur en faux naïf », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/2400 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2400

Haut de page

Auteur

Alain Berrendonner

Université de Fribourg (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search