Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Le jeu des figures énonciatives d...

Le jeu des figures énonciatives dans Les liaisons dangereuses de Laclos. Interrogation et argumentation : la place du tiers

Claire Despierres

Texte intégral

  • 2  Citations du corpus : les parenthèses désignent le scripteur et le destinataire par une initiale ( (...)

1Les quelques réflexions que je livrerai ici sont le fruit d’un travail dont la particularité tient au corpus de départ. Constitué de toutes les interrogations directes échangées entre Le Vicomte de Valmont et La Présidente de Tourvel dans le roman par lettres de Laclos Les Liaisons dangereuses, ce corpus contraint (144 occurrences) a été analysé de manière exhaustive. Je l’ai choisi tant pour la récurrence quantitativement élevée de cette forme que pour sa valeur discursive de prime abord inhabituelle. En effet, ces interrogations présentent la particularité de ne correspondre (absolument) jamais à l’acte de langage le plus attendu, à savoir la demande d’information. On ne saurait pour autant nier la spécificité de cette opération énonciative et la réduire à une pure assertion. Ainsi quand Valmont s’adresse à la Présidente en ces termes : « Ah ! Madame, me livrerez-vous aujourd'hui à un désespoir éternel ? » (V>T, 137)2, nul doute qu’il vise à l’accabler, à anéantir ses dernières forces, mais c’est néanmoins bien une réponse qu’il cherche à arracher à son interlocutrice.

2Dès lors le problème se pose en ces termes : doit-on les considérer comme des figures ? s’agit-il d’interrogations rhétoriques ? Quel rôle discursif jouent-elles ?

3Dans le cadre restreint de cet article, je limiterai mon propos à quelques occurrences, celles dont le sujet syntaxique renvoie non à l’un des deux co-énonciateurs, dont l’inscription dans un genre dialogal (correspondance amoureuse) est prédominante, mais à un tiers, une non-personne selon les termes de Benveniste ; parce qu’il se révèle là, me semble-t-il, combien l’interrogation, cette modalité si explicitement intersubjective, se prête au discours oblique ; comment aussi elle noue, de façon indissociable, émotion et raisonnement, expressivité et argumentation, passion et mensonge.

1. L’interrogation : vers une approche énonciative et discursive

1.1. L’interrogation rhétorique : grammaire ou stylistique ?

4L’aspect problématique de sa description, s’il semble accentué dans notre corpus, est un phénomène constant.

5Ainsi pour Fontanier, l’interrogation oratoire ou figurée

consiste à prendre un tour interrogatif, non pas pour marquer un doute ou provoquer une réponse mais pour indiquer au contraire la plus grande persuasion, et défier ceux à qui l’on parle de pouvoir nier ou même répondre. (1827 : 154-157)

6Cette description conjugue des éléments grammaticaux et des effets de discours ; Fontanier indique d’une part que « l’interrogation figurée est quant à la forme grammaticale affirmative ou négative […] mais [on constate] une singularité frappante, c’est qu’avec la négation, elle affirme et que sans négation, elle nie » et il dresse d’autre part une liste des effets discursifs engendrés par l’interrogation : l’étonnement, le dépit, l’indignation, la crainte, la douleur…

7On admettra qu’entre ces deux perspectives, il existe pour le moins un « fossé ».

8Dans notre corpus, le lien entre l’emploi des interrogations et une « intention d’influencer l’autre » pour reprendre la formule de Benveniste est indéniable. La fréquence des interrogations peut être mise en relation avec une intensification de la volonté de convaincre et une exacerbation de l’émotion. L’interrogation semble aussi particulièrement récurrente dans un discours qui d’une manière ou d’une autre ne « veut pas dire toute la vérité » et les remarques (souvent brèves et dispersées) consacrées à l’interrogation dans les ouvrages de rhétorique de l’argumentation ont toujours associé ces trois aspects : démarche persuasive, émotion, éthique.

1.2. Interrogation et persuasion

9La question joue un rôle fondamental dans l’argumentation chez les Sophistes. La dialectique s’exerce sur le mode de l’échange de questions réponses, véritable « joute verbale, au terme de laquelle un des participants est réfuté, le terme s’entendant indifféremment de ses propos ou de sa qualité de locuteur » (Plantin, 1996 : 7).

10Un lien est établi entre le discours et la subjectivité au sens de Benveniste ; si on considère que « est ego qui dit ego », on en déduira le corollaire : en réduisant l’autre par la disqualification de ses propos, on le réduit à néant en tant que sujet. Cette conception est parfaitement illustrée par la constructiondes Liaisons qui fait de cette question du rapport entre langage et vérité le nœud de l’œuvre.

11Cette fonction de l’interrogation n’est pas récusée par Aristote. Pour lui, l’interrogation possède une valeur argumentative qui tient avant tout dans une forme de maîtrise du logos. D’une manière générale, elle peut servir soit à « pousser l’adversaire à la faute » et à l’obliger ensuite à reconnaître une faille ou une impasse dans son raisonnement ( ou à le laisser sans voix), soit à se sortir soi-même d’une situation difficile :

En ce qui concerne l’interrogation, il est surtout opportun d’en user […] lorsqu’on ne peut répondre, pour détruire l’assertion avancée, que d’une manière sophistique. (Aristote, Rhétorique, 1419a-1419b)

12On le voit l’interrogation, dans le discours persuasif, a d’emblée à voir tant avec l’évitement qu’avec le mécanisme du « piège argumentatif ».

13Dans cette perspective argumentative, les travaux de Perelman et Olbrechts-Tyteca (1958) renouent avec la démarche aristotélicienne. Leur réflexion met le doigt sur le point très délicat de la relation entre figure de style et figure argumentative. Les auteurs intègrent la notion de figure dans leur perspective propre en tentant de faire tenir ensemble de manière neuve la question de la structure de la figure et la fonction de la figure.

Deux caractéristiques semblent indispensables pour qu’il y ait figure : une structure discernable, indépendante du contenu, c’est-à-dire une forme […] et un emploi qui s’éloigne de la façon normale de s’exprimer et, par là, attire l’attention (1958 : 227).

14Ces caractéristiques sont toutefois moins évidentes à repérer que ne le laisse supposer cette première définition et Perelman, pour illustrer la complexité de ce problème, cite justement l’interrogation :

Celui qui étudie les discours au point de vue structurel se trouve en présence de formes qui, d’emblée, apparaîtront comme figures […] mais aussi de formes qui paraissent normales (l’interrogation, par exemple) et qui, néanmoins peuvent dans certains cas, être considérées comme figures (ibid.).

15Pour Perelman une figure sera qualifiée d’argumentative « si, entraînant un changement de perspective, son emploi paraît normal par rapport à la nouvelle situation suggérée »(1958 : 229). La figure argumentative entraîne l’adhésion, mais la dissociation est possible entre feinte, ornement et figure argumentative :

Il se peut que l’usage d’une structure donnée, dans des conditions anormales, ait tout bonnement pour but de donner du mouvement à la pensée, de simuler les passions, de créer une situation dramatique qui n’existe pas. […] nous serons en présence d’une figure […] qui ne serait qu’une feinte (ibid. : 228) ou encore la figure sera perçue comme ornement, comme figure de style. (ibid. : 229)

16La distinction établie entre deux types de figures — figure de style et figure argumentative — pose une dichotomie, mais les auteurs se trouvent néanmoins obligés de réintroduire une notion de degré de la figure. Ils notent que « En réalité, il y a une série de degrés […]. Une même structure peut passer d’un degré à l’autre, grâce à l’effet même produit par le discours » (ibid. : 229).

17C’est bien ce qui se joue avec l’interrogation et c’est l’idée même de gradation que je retiendrai comme une piste essentielle. L’interrogation dans ce corpus, sorte d’acmé du genre, mêle argumentation, expression de la passion et feinte : aucune des interrogations du corpus ne saurait être perçue comme ornementale, surajoutée en quelque sorte. Partout la passion l’anime, même dans les raisonnements les plus construits. De même si elle comporte une fonction argumentative indéniable, elle est aussi une forme de masquage du sujet aux yeux de l’autre et à ses propres yeux, elle est encore par-delà ce jeu de mensonge / dévoilement, un lieu où affleurent des vérités qui se disent malgré elles.

18Il est donc essentiel de ne pas enfermer les occurrences dans la seule dimension de l’argumentation intentionnelle ou dans une alternative propre / figuré,mais de maintenir cette possibilité de superposition et de fusion des valeurs dans une forme. L’analyse des détails de chaque énoncé est à envisager dans le cadre de cette énonciation complète, de ce discours, que constitue le texte. C’est pourquoi j’ai opté pour une démarche qui associe une théorie linguistique, celle de la théorie des opérations énonciatives de Culioli, et une théorie apte à analyser des discours, celle de la logique naturelle de Grize.

1.3. L’interrogation : une opération énonciative et une forme discursive

19En tant qu’opération énonciative, et en suivant la théorie de Culioli, nous décrirons l’interrogation comme une opération de parcours : l’énonciateur ne peut ou ne veut pas distinguer et situer une occurrence, mais en revanche parcourt les différentes occurrences de la notion sans s’arrêter sur aucune. La stabilisation de l’énoncé nécessite le recours à autrui. Dans l’interrogation Qui veut un café ?, l’énonciateur parcourt le domaine des possibles, mais quelle que soit la valeur imaginée, il n’existe aucun critère de choix. Seul le recours au second énonciateur permettra d’instancier, c’est-à-dire d’assigner une valeur référentielle à cet argument, ici le sujet de la relation prédicative.

20L’interrogation se distingue donc de l’assertion en ceci que l’énonciateur présente un énoncé dont la valeur de vérité est suspendue et sollicite du co-énonciateur la validation de l’énoncé.

21La logique naturelle, pour la perspective discursive, a élaboré la notion de schématisation. Celle-ci renvoie à un processus, l'acte de schématiser, et à son résultat, le schéma. La spécificité d'un schéma, c'est qu’il ne fournit qu'une description sommaire de son objet dont il ne reproduit que les traits pertinents par rapport à l'objectif visé. De même l'activité de discours schématise, c'est-à-dire construit un micro-univers pour son interlocuteur.

22Cette schématisation articule les représentations du locuteur et la ou les finalités de son discours qui dans le cas de notre texte seront toujours complexes. La schématisation est conçue comme une co-construction dans laquelle sont engagés les deux co-énonciateurs. Les objets d'une schématisation constituent ce dont il est question, par exemple : Valmont ou Tourvel ou l’amour dans ce texte. C'est pour rendre compte de cette idée qu'a été défini le concept de classe-objet. C'est le texte qui détermine la classe-objet que l'on peut suivre progressivement dans sa construction. On peut ainsi voir se dessiner et se remodeler l'objet au fil du discours dans une perspective stratégique. On rencontrera par exemple dans les occurrences traitées en 3, les classes-objets de Valmont et du « malheureux » habilement fondues.

23L’objet et la nature même de cette correspondance nécessitent de part et d’autre le recours à des tournures ambiguës. Pour pouvoir communiquer et faire exister cette relation, Valmont et la Présidente doivent tricher. Le biaisage est donc consubstantiel à cet échange discursif et que ce soit de manière consciente, consentie, intentionnelle ou non, importe finalement assez peu pour notre propos qui ne se donne pas pour objectif de trancher quant à cette alternative.

24L’image de l’autre, l’image de soi et l’image des relations de soi à l’autre et de l’autre à soi sont des constructions et sont sans cesse travaillées dans une perspective argumentative, on constate en même temps que celles-ci ne laissent jamais les sujets indemnes… Les schématisations sont les représentations construites par les sujets et peuvent les déborder, la signification peut excéder leur intentionnalité, ainsi là où se pavane le sujet de maîtrise se profile parfois sa déroute, ce, dans la même énonciation.

25Il devient dès lors passionnant de traquer la piste de sujets qui s’affirment et se masquent et qui croyant s’affirmer se défont et se délitent dans les ambiguïtés qu’ils instaurent et qu’ils s’échinent à maîtriser.

2. L’interrogation sur le tiers ou l’ambiguïté jusqu’à la déliaison du sujet

26On trouvera tout naturellement dans ce genre de discours une présence marquée du je et du vous. Plus que tout autre, la lettre d’amour se concentre sur la relation entre les deux partenaires. Je et vous sont les objets quasi uniques du discours, qui vise à modifier, confirmer cette relation, relation qui constitue le thème de l’échange. L’apparition du il n’y est jamais anodine : le je ou le tu se profile toujours derrière cette forme par des mécanismes d’identification et de différenciation.

27On connaît l’opposition instaurée par Benveniste entre deux plans, celui de la personne et celui de la non-personne. Le statut des formes je et tu est la condition même de la communication intersubjective. « C’est en s’identifiant comme personne unique prononçant je que chacun des locuteurs se pose tour à tour comme sujet » (Benveniste, 1966 : 254). La réversibilité des termes je et tu « est impossible entre ces deux termes et il puisque il en soi ne désigne spécifiquement rien ou personne » (ibid. : 230). Pour Benveniste, le sujet d’énonciation désigne le sujet qui se constitue dans et par l’énonciation de son discours.

28Dans ces formes où le il est installé par le discours à la fois entre et à la place du je et du vous, c’est toujours pour soutenir ce je ou ce vous, mais certains énoncés montrent en même temps que ce il est la trace de cette altération des sujets dont l’œuvre raconte parallèlement l’histoire.

29Contourner la résistance de l’autre, déplacer les objets de désaccords, se livrer à des aveux indirects sont autant de stratégies qui recourent au masquage du sujet, afin d’éviter le heurt intersubjectif définitif. La convocation du tiers dans ces interrogations toujours biaisées constitue un outil d’une grande richesse dans les stratégies discursives des co-locuteurs.

2.1. La tournure quel(le) autre que x ?

30Cette tournure apparaît dans trois occurrences, sous la plume de Valmont. L’argument renvoie soit à l’énonciateur, soit au co-énonciateur, en s’y rattachant par quelque marque subjective présente dans l’énoncé, confrontant cet autre non instancié à je ou à vous. L’autre, c’est quiconque n’est pas vous dans les occurrences 1 et 2 et quiconque n’est pas je dans l’occurrence 3.

Un « autre » du « vous »

Vous m'éloignez de vous comme on détourne ses regards d'un malheureux qu'on ne veut pas secourir. (1) Mais tandis que l'absence va redoubler mes tourments, à quelle autre qu'à vous puis-je adresser mes plaintes ? (2) de quelle autre puis-je attendre des consolations qui vont me devenir si nécessaires ? Me les refuserez-vous, quand vous seule causez mes peines ? (V>T, 42)

31Pour Valmont il s’agit dans ce fragment de parvenir à formuler et à faire accepter une demande de correspondance fermement rejetée jusqu’alors par Tourvel. Ce fragment de discours est un modèle d’énonciation oblique, on y parle d’autre chose, d’autres protagonistes… Les valeurs discursives de ces interrogations se déploient au sein d’un jeu sur la superposition des opérations d’identification et de différenciation entre cet(te) autre et ce vous renvoyant à la co-locutrice J’en signalerai trois.

L’identification sert des stratégies d’évitement

32Dans ces occurrences, l’opération de parcours porte sur le destinataire du procès adresser des plaintes dont Valmont est l’agent, il s’agit de parcourir la classe de toutes les femmes à l’exclusion de la co-énonciatrice (à quelle autre / de quelle autre). Il est bien évident que Valmont ne peut demander à Tourvel la permission d’écrire à une autre. Le déplacement sur cet(te) autre de l’opération de parcours suscite l’interprétation : il n’y a aucune autre à laquelle je puisse adresser… de laquelle je puisse attendre… Tourvel est dans l’impossibilité de suggérer à Valmont une autre correspondante possible. Les questions permettent de déplacer le véritable objet de la demande en introduisant un tiers indéfini et impossible sur lequel les deux co-énonciateurs ne peuvent qu’être d’accord.

33Si toute autre est ainsi exclu, on aboutit à un retour en boucle sur le vous. Si la place de la co-énonciatrice est doublement marquée par l’absence, - absente en tant qu’agent du procès, elle l’est aussi en tant que sujet, rejetée dans une position syntaxique déceptive (à quelle autre que vous), puis totalement effacée (de quelle autre) -, c’est pour mieux en dessiner la présence en creux (l’autre suppose toujours l’un) et pour en affirmer l’unicité absolue : je ne peux adresser mes plaintes qu’à vous / recevoir de consolations que de vous.

34Ce vous qui pourrait être sujet est néanmoins évité ou pour le moins déplacé. En plus d’un premier effacement de Tourvel comme actant, on voit que ce qui est (pourrait être) échangé, ce ne sont pas des lettres, encore moins des lettres d’amour mais des plaintes et des consolations. L’affrontement intersubjectif est écarté par cette représentation des positions agent / agi. La co-énonciatrice se trouve en quelque sorte désimpliquée dans le procès de cette correspondance. Elle n’est pas sollicitée d’agir directement, ce qui diminue sa responsabilité et la gravité de sa faute et par conséquent peut lui éviter l’obligation morale d’un refus catégorique.

La différenciation comme stratégie d’emprise

35Pour clore l’enchaînement, une troisième interrogation vient s’ajouter aux deux précédemment décrites :« Me les refuserez-vous, quand vous seule causez mes peines ? » (V>T, 42) et opère un retournement énonciatif : la co-énonciatrice est ici deux fois sujet d’énoncé avec une forme de renforcement dans la conjonctive : vous seule.

36Le statut de femme « unique », « exceptionnelle » de la co-énonciatrice qui invalidait toutes les autres correspondantes possibles, est à double tranchant. Illui confère aussi la place de seule coupable : « vous seule causez mes peines », et la conjonctive en quand ne lui laisse aucune issue. Elle est sommée de réparer ses fautes. Si la gravité de la faute morale que pouvait représenter aux yeux de Tourvel le fait d’accepter de correspondre avec un libertin a été soigneusement gommée par Valmont, elle se trouve ici accablée d’un tort bien plus grand encore.

De l’autre du discours à l’autre femme attestée

37Cependant au-delà de cet(te) autre qu’on brandit comme impossible, de ce tiers exclu, comment ne pas voir que l’autre prend ici une figure sexuée, celle de l’autre femme ?

38« À quelle autre […] puis-je adresser mes plaintes ? […] de quelle autre puis-je attendre des consolations… ? »

39Les interrogations renvoient alors une toute autre résonance, elles insinuent un doute, elles font peser une menace et mettent en péril la position unique de la co-énonciatrice. Une fois de retour à Paris, éloigné de Tourvel, Valmont ne laisse-t-il entendre qu’il pourrait trouver auprès d’une autre des consolations qui ne seraient plus seulement d’apaisantes paroles ? Cette autre alors pourrait bien quitter les sphères de la rhétorique dont Tourvel n’est jamais totalement dupe et s’incarner dans une de ces jolies femmes qui entourent Valmont, comme elle ne manquera pas de le lui faire remarquer dès son arrivée à Paris.

40L’autre, par un mécanisme de substitution, dessinerait alors l’espace du possible, celui dont la Présidente serait à son tour exclue.

Un « autre » du « je »

Pour prix de l'amour le plus tendre, le plus respectueux, le plus vrai, vous me rejetez loin de vous. Vous me parlez enfin de votre haine... (3) Quel autre ne se plaindrait pas d'être traité ainsi ? Moi seul, je me soumets : je souffre tout et ne murmure point ; vous frappez et j'adore. (T>V, 35)

41Cette séquence agit en quelque sorte en deux temps : requalifier la position de la co-locutrice grâce à diverses opérations de reprise, instaurer un tiers pour souligner l’unicité du locuteur.

42On parcourt la classe de tous les individus susceptibles de posséder la même propriété — celle de se trouver dans la situation dénotée par ainsi — pour voir s’il en existe un (quelconque) qui ne se plaindrait pas.

43Dans l’interrogation, ainsi, marqueur de reprise, renvoie aux énoncés précédents dans lesquels Valmont, sous forme assertive, qualifie le comportement de la Présidente à son égard (vous me rejetez, vous me parlez de votre haine). Ces relations prédicatives aboutissent clairement à une disqualification, le parcours sous sa forme interro-négative construit donc la valeur d’assertion de polarité inverse : tout autre se plaindrait

44L’autre n’a de sens qu’en ce qu’il représente l’altérité radicale par rapport à je, explicitée dans l’énoncé suivant : moi seul. Ainsi Valmont, par ce détour par l’autre et le repère fictif fraie-t-il un chemin pour l’assertion « Moi seul, je me soumets : je souffre tout et ne murmure point » ;qui en elle-même est un parfait déni.

45Dans les occurrences 1, 2 et 3, l’autre trace ainsi les contours de l’absolue solitude des deux sujets : vous seule face à moi seul. « Vous m'entourez de votre idée, plus que vous ne le faisiez de votre personne » (T>V, 56) s’exclame Tourvel. Entourer signifie se positionner tout autour, cercle protecteur ou menaçant, qui crée une frontière avec l’extérieur. Valmont par ses mots construit l’isolement, ces formes quel(le) autre que vous / que moi en sont une des manifestations linguistiques.

« Quel x ? » à valeur généralisante

46Le discours de la Présidente, même si l’ensemble du dispositif énonciatif du roman le donne comme authentique, n’est pas pour autant exempt de ces stratégies de déplacement et d’évitement et on y trouve aussi ces interrogations biaisées qui semblent laisser vacante la place du sujet comme dans les deux occurrences suivantes :

(4) Je ne veux point vous offenser ; mais avec la réputation que vous vous êtes acquise, et que, de votre aveu même, vous méritez du moins en partie, quelle femme pourrait avouer être en correspondance avec vous ?

(5) et quelle femme honnête peut se déterminer à faire ce qu'elle sent qu'elle serait obligée de cacher ? (T>V, 43)

47Cette séquence discursive est la réponse à la demande de correspondance que nous avons analysée précédemment. Tourvel répond en quelque sorte au aucune autre (que vous) de Valmont par un aucune femme (y compris moi).

48La valeur énonciative comporte dans les deux cas un fort degré d’assertion de polarité inverse. Tous les termes sont orientés péjorativement et construisent la valeur détrimentale de cette correspondance. L’opération consistant à parcourir tous les éléments de la classe des femmes pour en valider un comme sujet du procès est vouée à l’échec : aucune femme ne pourrait avouer… En 5, la classe à parcourir est restreinte par l’ajout de l’épithète honnête qui constitue une sous-classe des femmes orientée laudativement, ce qui renforce l’impossibilité d’instancier l’argument : aucune femme honnête ne peut …

49L’enchaînement des occurrences s’inscrit dans un mouvement de généralisation, les marques subjectives des deux énonciateurs sont d’abord bien présentes dans la proposition assertive « Je ne veux point vous offenser », puis seule est maintenue la trace du co-énonciateur « en correspondance avec vous » qui disparaît finalement, elle aussi, dans la deuxième interrogation. La stratégie est explicite, il s’agit d’opposer une fin de non recevoir à la demande de correspondance sans offenser le co-énonciateur. La première généralisation permet d’effacer la position particulière de la Présidente par rapport à Valmont en masquant celle-ci par la classe des femmes. Dans l’occurrence suivante : « quelle femme honnête peut se déterminer à faire ce qu'elle sent qu'elle serait obligée de cacher ? » on franchit un degré supplémentaire dans la généralisation puisque, avec l’effacement du vous, la représentation se détache totalement de la situation d’énonciation. « Ce qu’aucune femme honnête ne peut faire » échappe à un choix, à une décision individuels. Par la tournure généralisante, La Présidente manifeste son désengagement dans ce refus, mais l’énoncé généralisant est convoqué pour soutenir une position, une tentative de refus bien localisée, dans cette situation d’énonciation particulière. La séquence se construit comme une généralisation progressive qui consolide l’argument. On le voit, le recours à la figure du tiers n’est pas provocation, mise au défi comme dans le discours de Valmont, mais ressortit à une stratégie de la défense et du repli, qui impose un retrait au moins momentané du sujet.

2.2. Un tiers non fictif ?

50Les occurrences précédentes mettaient en jeu des figures du tiers dont la propriété était d’être indéterminées. Celles que nous allons examiner à présent renvoient à des occurrences attestées (les malheureux effectivement secourus, puis sous la plume de Tourvel, les femmes effectivement séduites et méprisées). Donnés comme individus, supposés être dotés d’un référent identifiable dans la situation, ils s’en détachent pour devenir simple support d’un discours clairement rapporté à l’énonciateur.

51Le malheur, tant de fois convoqué dans le discours, donne lieu à une occurrence du tiers, objet à la fois situé et imaginaire :

Prouvez-moi que vous […] êtes [parfaite] en m'accordant vos soins généreux. (6) Quel malheureux avez-vous secouru, qui en eut autant de besoin que moi ? (V>T, 24)

52Sur le plan énonciatif, l’interrogation par le marqueur quel propose au co-énonciateur le parcours de la classe de < tous les malheureux secourus >. Elle porte la marque du préconstruit par son aspect accompli : vous avez secouru des malheureux. Ce parcours « Quel malheureux avez-vous secouru » est mis en relation avec un deuxième terme, celui construit par la relative « qui en eût autant de besoin que moi ? »

53Le détour par le parcours de la classe des malheureux n’a pour autre fonction que d’attribuer cette qualité portée à son extrême à l’énonciateur. Si on a porté secours au moins malheureux, on ne peut pas ne pas porter secours au plus malheureux, de là découle « tout naturellement » le sens de vous ne pouvez pas ne pas me secourir.

54En même temps, il s’agit d’une représentation purement fabriquée par le langage et d’une manipulation des classes-objets de Valmont et du malheur/malheureux. En effet ce recours au tiers sous la forme de l’entité du malheureux pour construire une position de l’énonciateur vient s’ancrer dans un travail de dérive sémantique à partir de cette notion qui subit toutes sortes de déformations au long des échanges.

55Le malheureux est dans les lettres de Tourvel celui qui se trouve dans le dénuement matériel, le domaine est celui de la charité chrétienne. Il devient dans le discours de Valmont le malheureux qui vous racontait ses souffrances rattaché ainsi à la classe-objet /Valmont/. Le faisceau de malheureux se compose de tourment cruel, désespoir, souffrances, inquiétude, siècle de douleurs... Le domaine est celui de l'affect. Le malheureux est une victime (jeu cruel).

56Avec la dernière occurrence « Quel malheureux avez-vous secouru qui en ait autant besoin que moi ? »les domaines et les faisceaux des deux objets au départ distincts se confondent : l'objet malheureux/pauvres gens entraîne toujours son faisceau besoin et secours, mais il n'est plus qu'une image affaiblie, supplantée par ce malheureux Valmont qui se trouve ainsi transporté dans le domaine de la charité chrétienne.

57Ce mot malheureux d'autant plus fort qu'il vient puiser dans la langue de l'autre, le mot d'autrui selon Bakthine, opère donc ce transfert de valeur : renouer avec Valmont est devenu un acte de charité chrétienne.

58Le mécanisme est circulaire : Valmont s’appuie sur le détour par le tiers pour fonder sa position ; le je opère un recul, stratégique mais aussi effectif. Les malheureux, quant à eux, s’ils existent ou ont existé, perdent toute consistance subjective, ils ne sont convoqués par le discours que comme leurres agités pour capter le regard de la Présidente.

59Voyons la valeur argumentative que peut prendre un processus énonciatif à peu près semblable dans le discours de la Présidente.

60Valmont s’échine à repousser son image de séducteur en réécrivant l’histoire : ses exploits trop connus de libertin ne sont que quête, désespérée, toujours déçue, de l’amour absolu :

[…] passé, pour ainsi dire, de mains en mains, par une foule de femmes[…] entouré d'objets séduisants mais méprisables, aucun n'allait jusqu'à mon âme ; […] et moi-même enfin je me crus inconstant, parce que j'étais délicat et sensible. (V>T, 52)

61Valmont transforme la multitude des femmes conquises en une preuve non de son caractère volage, mais de leur médiocrité. Il construit /toutes les femmes/ versus /vous/ comme deux classes-objets totalement disjointes :

C'est en vous voyant que je me suis éclairé : bientôt j'ai reconnu que le charme de l'amour tenait aux qualités de l'âme ; qu'elles seules pouvaient en causer l'excès, et le justifier. (V>T>52)

62Mais la schématisation de Valmont se heurte à un contre-discours de la part de la Présidente :

Comme vous traitez les femmes que vous avez séduites ! avec quel mépris vous en parlez ! Je veux croire que quelques-unes le méritent. (7) mais toutes sont-elles donc si méprisables ? Ah ! sans doute, puisqu'elles ont trahi leurs devoirs pour se livrer à un amour criminel. De ce moment, elles ont tout perdu, jusqu'à l'estime de celui à qui elles ont tout sacrifié. Ce supplice est juste, mais l'idée seule en fait frémir. (T>V, 56)

63La séquence se décompose en plusieurs mouvements contradictoires : le premier mouvement reprend l’objet du discours de Valmont /(toutes) les femmes séduites/ pour en remettre en cause l’existence en tant qu’objet homogène, susceptible d’être soumis à une généralisation. L’objet est décomposé par deux opérations :

64- une opération d’extraction : {les femmes, quelques-unes} ;

65- une opération d’évaluation qui distingue les occurrences selon leur situation par rapport au centre attracteur (le degré extrême du méprisable) grâce aux marqueurs toutes / si (méprisables) et à l’interrogation.

66À une entité globale des /femmes/ sont ainsi substituées, dans la schématisation de Tourvel, des unités dotées de propriétés diverses : certaines et pas d’autres / certaines plus ou moins que d’autres.

67Ici il s’agit de déconstruire la généralisation opérée par Valmont sur l’objet /femmes séduites /. L’enjeu est d’importance car Tourvel ne peut s’exclure comme le proposait le discours de Valmont de cette classe des /femmes séduites/. Cette volonté manifeste de briser cette dimension de la généralisation n’est compréhensible qu’en prenant en compte la dimension subjective des énoncés généralisants : si Tourvel accepte de se reconnaître à ses propres yeux comme membre à part entière de cette classe des femmes séduites, elle essaie de repousser la généralisation de la propriété <méprisable>.

68La deuxième partie de la séquence marque un mouvement inverse et met en œuvre une schématisation qui superpose la représentation temporelle et aspectuelle des faits « attestés » :

Ah ! sans doute, puisqu'elles ont trahi leurs devoirs pour se livrer à un amour criminel. De ce moment, elles ont tout perdu, jusqu'à l'estime de celui à qui elles ont tout sacrifié. Ce supplice est juste, mais l'idée seule en fait frémir.

69Tourvel se réfléchit dans la figure de toutes les femmes, elle voit dans ce tiers la menace de son propre destin. Par cette représentation, elle tente en même temps de le mettre à distance, de repousser ce dédoublement interne au sujet sur un extérieur constitué :

Que m'importe, après tout ? pourquoi m'occuperais-je d'elles ou de vous ? (T>V, 56).

3. Conclusion

70Les processus d’identification et de différenciation entre ce tiers et l’un ou l’autre des co-énonciateurs ne sont jamais ici univoques, mais participent de cette sorte de feuilletage du sens caractéristique de ce corpus. Si le tiers constitue une représentation susceptible d’endosser toutes les positions subjectives et intersubjectives, de permettre tous les glissements et donc toutes les manipulations, il est aussi une manifestation de l’impossibilité du sujet de s’affirmer en tant que je face au vous, et de reconnaître à ce vous une position de sujet. La base de tout dialogue est le fonctionnement en miroir des deux interlocuteurs qui caractérise l’échange des rôles : « vous, vous êtes vous mais je vous reconnais le droit de devenir je à votre tour ». En cela, le recours au tiers fragilise les identités énonciatives.

71Ce processus est associé à la reprise systématique du discours du co-locuteur. Certes, on construit son image en fonction de son auditoire, c’est une des conditions pour la réussite de l’argumentation et l’obtention de l’adhésion recherchée. Mais quand je instaure un principe de réflexion généralisée, pour assurer son pouvoir par la feinte, je peut aussi se trouver pris au piège du miroir ; à force de renvoyer une image créée de toutes pièces en puisant dans la langue de l’autre, le sujet s’en trouve ébranlé. Il devient cet objet, tiers à lui-même, tiers inclus pourrait-on dire un malheureux qui ne l'est que pour vous et qui se perd à lui-même.

72L’interrogation, dans ce texte, joue du suspens permanent qu’elle instaure et de l’instabilité / déstabilisation d’autrui. On trouve bien d’autres combinaisons allant dans le même sens, comme les interrogations infinitives qui effacent elles le sujet de l’énoncé et fictionnalisent les procès ou comme les multiples interrogations comportant des modalisations, telles que le conditionnel ou les tournures hypothétiques.

73Avec cette étude, j’ai sans doute finalement bien peu contribué à l’inscription / description de l’interrogation dans une théorie de la figure, mais j’espère avoir « fait des ronds dans l’eau » qui donneront à d’autres l’idée de ricocher avec moi sur cette interrogation.

Haut de page

Bibliographie

ALI BOUACHA A. (1991) La généralisation dans le discours. Thèse pour le doctorat d’État, Université Paris VII.

ARISTOTE (éd.1991) Rhétorique, Le Livre de poche.

BENVENISTE E. (1966, 1974) Problèmes de linguistique générale, T 1 et 2, coll. Tel, Gallimard.

BOREL M.- J., GRIZE J.- B., MIEVILLE D. (1983) Essai de logique naturelle. Francfort/M. ; New-York, Lang.

CULIOLI A. (1990) Pour une linguistique de l’énonciation, T 1, Gap, Ophrys.

FONTANIER P. (1827) Des figures du discours autres que les tropes, Paris (rééd.1968) Les figures du discours, Flammarion.

GRIZE J.- B. (1990) Logique et langage, Gap, Ophrys.

LAMY B. (1688) La rhétorique ou l’art de parler, Paris.

PERELMAN Ch. et OLBRECHTS-TYTECA L. (1958, rééd. 1976) Traité de l'argumentation, Bruxelles, éd. de l'Université.

PLANTIN C. (1996) L’argumentation, Seuil.

LACLOS de, Ch. (1782) Les Liaisons dangereuses, in Versini L. (éd.), Œuvres complètes, Gallimard, Pléiade, 1979.

Haut de page

Notes

1  Centre Gaston Bachelard de recherche sur l’imaginaire et la rationalité.

2  Citations du corpus : les parenthèses désignent le scripteur et le destinataire par une initiale (V>T) et (T>V) et le numéro de la lettre. Ex. (V>T, 24) = lettre 24 adressée par Valmont à la Présidente de Tourvel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Despierres, « Le jeu des figures énonciatives dans Les liaisons dangereuses de Laclos. Interrogation et argumentation : la place du tiers », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/2406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2406

Haut de page

Auteur

Claire Despierres

CGBRIR1 - Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search