Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Figures et dénominations

Texte intégral

1. Introduction

1Il est d'assez bon ton, à l'heure actuelle, de rejeter unilatéralement toute notion de signification référentielle préétablie, de représentation conceptuelle préalablement mémorisée, associée plus ou moins arbitrairement à un mot ou à une quelconque expression, toute forme de dénomination qui ne serait pas prévisible et calculable en contexte, en fonction des règles générales de la langue et de certains principes interprétatifs. La tendance naturelle en linguistique a d'ailleurs toujours été de faire l'impasse, en tout cas de réduire au mieux le rôle de l'arbitraire et de la mémoire, au profit de ce qui peut être motivé dans la signification, si ce n'est morphologiquement ou syntaxiquement, du moins par le moyen d'une combinatoire sémantique abstraite. On a souvent relevé que l'arbitraire du signe saussurien avait fait long feu dans la tradition linguistique. C'est un peu à sa réhabilitation, en même temps qu'à celle du rôle que joue la mémoire et à quelques autres idées reçues sur la signification, selon moi pas si inutiles et trompeuses, que je voudrais m'employer dans cette étude.

2Malgré l'intérêt notamment des approches dites constructivistes de la signification (comme celle de Pierre Cadiot, ici même), ou encore argumentatives (comme celle de Jean-Claude Anscombre et Oswald Ducrot, dont s'inspire ici Patricia Schulz), il demeure à mon sens que la plupart des mots, de nombreux syntagmes et certaines phrases même ne seraient bien souvent pas interprétables si leur signification référentielle n'avait pas été préalablement éprouvée dans de nombreux contextes et finalement mémorisée par les sujets parlants. Le rôle de la mémoire ne se limite pas au simple recensement des mots de la langue et de leurs différents effets polysémiques. Comme on l'observera par la suite, la mémoire parcourt sans discontinuité et contrôle tout le champ de l'expérience des sujets parlants, des unités lexicales à certaines pratiques rhétoriques et configurations discursives. La thèse sous-jacente à ce qui sera élaboré dans cette étude — assez classique et commune en somme — est que tout discours regorge de formes linguistiques assorties de significations référentielles préalablement mémorisées, héritées de faits pragmatiques ponctuels, de figures de rhétorique la plupart du temps, souvent métaphoriques, dont on a pris l'habitude et que l'on finit parfois par entériner sous forme de dénominations. L'objectif de cette étude est de faire ressortir le rôle central de la citation dans le cadre de ce processus diachronique, dont la mémoire est le vecteur, et corrélativement dans le cadre de certaines dénominations que nous qualifierons précisément de citatives, qui font allusion au fait rhétorique dont elles dérivent.

2. Métaphores vives et métaphores figées

3Mais avant d'en arriver là, commençons par constater simplement que certaines expressions ou formulations, dans les exemples suivants, font l'objet d'un usage plutôt inhabituel, ou tout au moins remarquable, qui doit être relevé par l'interprète et imputé à une intention communicative particulière du locuteur :

(1) Moati [animateur de débats radiophoniques] est un marcassin. Rond, agité, facétieux, il ne pose pas ses questions, il les renifle, à petits coups, comme ce sylvestre animal lorsque, tout excité, il cherche sa pitance. (Libération, 11/1/00)

(2) [À propos du téléphone portable] L’indiscrète bestiole se tapit désormais aussi au fond des cartables. Pourquoi les écoliers devraient-il échapper à l’épidémie ? (24 Heures, 2/11/99)

(3) Selon certains témoignages recueillis au Locle, le forcené aurait déjà "envoyé des gens dans des chaises roulantes". Cela doit signifier en langage imagé local que cet homme irascible cogne fort et fait mal. (Le Temps, 11/7/00)

4À mon sens, les métaphores vives et autres procédés tropiques consistent à transgresser ou tout au moins à forcer, à violenter ostensiblement une représentation conceptuelle associée à la signification d'une quelconque forme linguistique, ce qui a pour effet de reconfigurer la procédure interprétative qui vient d'être engagée. Sans entrer dans le détail d'une telle approche — inspirée notamment de Michele Prandi (1992) et développée dans Perrin (1996) — je précise néanmoins que les tropes vivants nous conduisent à restructurer une interprétation de premier niveau qui est à la fois littérale (fondée sur la forme linguistique de l'énoncé) et figurale (frappée d'une inadéquation référentielle donnant lieu à une forme d'image contre-factuelle, à une représentation déformée, imaginaire, de la réalité), de manière à élaborer une interprétation de second niveau, c'est-à-dire dérivée, ou figurée (plus ou moins affranchie des contraintes ordinairement associées à la forme linguistique de l'énoncé), qui vise en quelque sorte à réparer contextuellement cette inadéquation littérale, afin de lui assurer une certaine rentabilité informationnelle.

5Ainsi en (1), par exemple, dans la phrase Moati est un marcassin, le mot marcassin renvoie bel et bien à la notion de petit sanglier, mais une telle représentation doit alors être reconnue comme inadéquate, comme une image déformée de Moati, ce qui nous conduit à retraiter sélectivement ce premier niveau d'interprétation, à la fois littéral et figural, autrement dit à élaborer une interprétation figurée plus ou moins affranchie des contraintes associées au mot marcassin. Et de même en (2), l'interprétation passe nécessairement par l'élaboration extensive d'une image de bestiole indiscrète, par une représentation imaginaire, parfaitement contre-factuelle et figurale, dont la fonction est de nous permettre ensuite d'accéder, non plus par extension, mais par soustraction, à ce que le locuteur prétend communiquer figurément au sujet des téléphones portables. Et dans l'exemple (3) enfin, l'expression envoyer des gens dans des chaises roulantes doit elle aussi être interprétée comme une formulation figurale, de nature hyperbolique en l'occurrence, dont certains effets doivent être retranchés pour prétendre accéder à ce que vise à communiquer figurément aussi bien le journaliste qui la reprend à son compte que ses informateurs.

6Dans le cadre de certaines analyses récentes comme celles de Sperber et Wilson (1989) ou de Lakoff et Johnson (1985), par exemple, ainsi que dans toute perspective unilatéralement constructiviste de la signification, les métaphores ne sont plus considérées comme des formes d'écart à l'égard d'une norme, mais au contraire comme la norme, ou tout au moins comme une forme ou une autre de fait sémantico-pragmatique ordinaire. Or ce qui frappe d'entrée de jeu lorsqu'on prend connaissance de telles approches, c'est qu'elles s'appliquent en fait prioritairement, non à des métaphores vives, comme celles qui sont impliquées dans les exemples ci-dessus, mais à des métaphores qui sont toutes plus ou moins figées, ou lexicalisées, et qui de ce fait peuvent aisément être dénuées de leurs dernières virtualités figurales. Des énoncés comme Cette pièce est une porcherie (cité par Sperber et Wilson) ou Pierre a gagné du terrain face aux arguments de Paul (inspiré d'exemples analysés par Lakoff et Johnson) ne produisent plus nécessairement, en contexte, le moindre effet relatif à une porcherie fermière ou à une stratégie guerrière. La métaphore ne subsiste alors que sous forme de valeur polysémique accessoire et virtuelle, qui n'a généralement pas lieu d'être réactivée dans l'interprétation sous forme d'image, de représentation déformée de la réalité. Dès lors qu'une métaphore devient usuelle, elle commence à se dissoudre en tant que figure, absorbée par une diffusion ou une diversification des dénominations susceptibles d'être associées à telle ou telle unité lexicale.

7Mais dans le cas d'une métaphore vive, ce qui est communiqué tient bel et bien alors à une violation de la signification référentielle d'une expression, à une inadéquation référentielle de la représentation conceptuelle qui s'y trouve associée, et dans ces conditions sa dimension figurale ne peut être ignorée sauf à admettre, contre toute évidence, que le mot marcassin ne renvoie pas à la notion de petit sanglier en (1), ni l'expression indiscrète bestiole à celle d'un animal en (2), ou encore qu'il n'est pas question de rendre qui que ce soit invalide en (3). Or il me semble incontestable, quelle que soit l'explication qu'on en donne, qu'un animateur de débats radiophoniques est alors qualifié de bébé sanglier, que les téléphones portables sont assimilés à de vivantes bestioles et, comme le commente d'ailleurs le journaliste en (3), que le fait de cogner fort et douloureusement équivaut, dans le langage imagé local, à rendre des gens invalides. Les approches qui ne prennent pas en compte ce genre d'observations ne se contentent pas de faire fi des tropes vivants, de ce qui les oppose aux énoncés ordinaires — qui quant à eux n'engendrent aucune violation de la signification d'une quelconque unité linguistique. Plus gravement peut-être, elles se retirent aussi tout moyen d'expliquer comment certaines figures vives, à force d'être répétées et reprises d'un discours à l'autre, en viennent non seulement à se figer progressivement et finalement à s'éteindre, mais ce faisant à façonner plus ou moins arbitrairement de nouvelles dénominations.

3. Expressions idiomatiques et autres dénominations

8Comme le relève Alain Rey (1993) au début de la préface de son Dictionnaire des expressions et locutions, « parmi les éléments de la langue qu'il faut acquérir pour s'exprimer figurent non seulement les mots, mais aussi des groupes de mot plus ou moins imprévisibles, dans leur forme parfois, et toujours dans leur valeur ». La signification de ces constructions dites parfois toutes faites ou idiomatiques, comme celle de la plupart des mots de la langue, tient à une dénomination, à une représentation conceptuelle préalablement établie, qui doit avoir été antérieurement mémorisée pour pouvoir être parfaitement appréhendée. Ainsi, dans l'exemple suivant, l'expression prendre le train en marche dénomme un concept assimilé au fait de s'adjoindre à une entreprise déjà en cours, la cinquième roue du char un concept relatif à une espèce de surnuméraire superflu, qui ajoute inutilement ses forces à une équipe déjà constituée, et enfin pédaler le plus vite un concept correspondant à la production d'un effort optimal :

(4) Le Jura a pris le train en marche pour devenir le cinquième canton de l’association. Certains ont parlé de « cinquième roue du char ». « Il faut déterminer avec qui nous voulons pédaler le plus vite » déclarait le ministre Jean-François Roth. (Le Temps, 12/7/99)

9Ce genre de dénominations n'épuisent certes pas les instructions sémantiques susceptibles d'être associées aux expressions dont elles relèvent. En raison de leur structure syntagmatique complexe, les expressions soulignées dans l'exemple ci-dessus sont bel et bien analysables compositionnellement, à partir du sens des unités qui les composent, comme assorties de certains effets métaphoriques susceptibles de parasiter ce qui est communiqué par le locuteur. Mais on est ici bien loin des tropes vivants impliqués dans les exemples (1) à (3). Focalisé sur la valeur dénominative des expressions auxquelles il a recours en (4), le journaliste ne semble même pas s'être aperçu qu'elles pouvaient engendrer une accumulation disparate d'images d'équipées roulantes en tout genre susceptibles d'être gênantes en l'occurrence. Le simple fait que les images en question puissent avoir échappé à l'attention du locuteur me semble faire apparaître qu'elles tiennent désormais d'effets polysémiques plus ou moins annexes, résultant diachroniquement de certains emplois métaphoriques originels qui n'ont pas à être réactivés dans l'interprétation. Parfois le locuteur fait revivre sciemment il est vrai, comme c'est le cas en (5), telle ou telle métaphore liée à ce type d'effets polysémiques, mais un tel procédé résulte alors d'une sorte de jeu de mot sylleptique tout à fait particulier, que n'implique en rien la dénomination associée à l'expression faire valser :

(5) Smoking, nœud papillon et sourire béat, dansant la valse à un bal de Klagenfurt, Jörg Haider a fait passer son message ce week-end par une image, celle d’un chef de parti qui compte bien continuer à faire valser au tempo qui lui plaira, à commencer par le gouvernement national où il vient de placer ses hommes. (Le Temps, 7/2/00)

10Parmi les expressions idiomatiques d'une langue, certaines découlent de métaphores immémoriales dont on a perdu la trace et qui ne sont plus du tout décryptables (c'est le cas d'expressions comme piquer la mouche, avoir maille à partir ou ficher le camp), mais d'autres restent analysables compositionnellement, donnant ainsi potentiellement accès à une ancienne métaphore par exemple, ou plus généralement à un quelconque fait de parole, susceptible le cas échéant d'être réactivé par le locuteur ou l'interprète. Quoi qu'il en soit, ce genre de locutions dénomment un concept résultant de la mémorisation du sens figuré d'une ancienne métaphore devenue routinière, parfois d'un autre procédé tropique, ou simplement du sens d'un fait de parole quelconque, entré dans les mœurs et finalement absorbé par le lexique. Bien que plus ou moins décomposables et analysables figurément, la plupart des expressions idiomatiques sont désormais des dénominations qui se passent fort bien de réactiver le fait rhétorique dont elles relèvent.

11Il a été souvent relevé qu'il n'existait aucune solution de continuité entre ce genre de dénominations et les mots composés comme pomme de terre, tire-au-flanc, portefeuille, qui sont eux aussi généralement analysables en fonction d'un fait de parole originel entré dans les mœurs et finalement défunt. Et par ailleurs les processus de figement dont il vient d'être question contaminent un grand nombre de mots dérivés morphologiquement d'une base lexicale articulée à certains préfixes ou suffixes, mais dont la signification ne peut être désormais que troublée par une telle analyse. Ainsi un adjectif comme périssable, bien que dérivé du verbe périr, dénomme aujourd'hui un concept relatif à la non-durabilité de certaines denrées, notamment alimentaires, tout à fait étrangères à ce verbe. Et que dire d'un adjectif comme impérissable, applicable à la pérennité d'un chef-d'œuvre artistique ? Bien que morphologiquement assimilable à un antonyme de périssable et à un dérivé de périr, l'adjectif impérissable ne peut être correctement appréhendé par le biais d'une telle analyse. Sa signification doit avoir été préalablement mémorisée pour être saisissable. Et de même en ce qui concerne les unités lexicales simples, d'origine métaphorique. Dans un énoncé comme Marie est une bécasse, le mot bécasse dénomme la sottise attribuée à Marie. Contrairement au mot marcassin en (1), qui dénomme un animal et ne renvoie que métaphoriquement à Moati, c'est en vertu d'une mémorisation préalable que le mot bécasse représente ici la sottise, et l'allusion à l'oiseau ne tient qu'à un effet polysémique accessoire, qui n'a pas à être réactivé dans l'interprétation. Et c'est aussi en vertu d'une mémorisation préalable, c'est-à-dire d'une dénomination, que le mot boîte s'applique aujourd'hui plus naturellement à une entreprise qu'à une voiture, et que le mot caisse s'applique en revanche plus aisément à une voiture qu'à une entreprise. La notion d'expression toute faite, idiomatique ou figée se rapporte à des dénominations héritées d'un fait de parole focalisé, à l'origine, sur n'importe quel niveau d'analyse linguistique.

12Outre les mots et locutions dont il vient d'être question, les langues mettent également à notre disposition de vastes répertoires de phrases idiomatiques, proverbes, devises, et autres constructions elles aussi globalement codées, qui doivent avoir été préalablement mémorisées pour pouvoir être convenablement interprétées. Bien qu'il s'agisse désormais de phrases, c'est-à-dire de constituants discursifs grammaticalement autonomes, qui n'ont pas besoin d'être gouvernés syntaxiquement, les phrases en question sont par ailleurs des formes de lexies, des constructions dont la signification est associée, par convention plus ou moins arbitraire, à un signifiant unitaire. Comme le relève Georges Kleiber (1999), les phrases idiomatiques sont des dénominations portant sur un état de choses générique. La phrase Un ange passe dénomme conventionnellement une situation générique relative à un silence embarrassant, à un malaise entre convives, Les carottes sont cuites une situation relative à des circonstances désespérées, sans espoir, où il n'y a plus rien à faire pour se tirer d'embarras. Et de même en ce qui concerne les proverbes, L'habit ne fait pas le moine dénomme une situation selon laquelle les apparences sont trompeuses, Il n'y a pas de rose sans épines une situation relative au fait que la beauté n'est jamais parfaite, qu'aucun plaisir n'est absolu.

13Certes ces dénominations, comme celles qui sont associées aux mots et aux locutions, ne sont le plus souvent pas perçues comme intégralement arbitraires. Elles restent généralement analysables et motivables par le truchement d'une analyse compositionnelle et métaphorique. Mais une telle analyse ne motive alors la dénomination que compte tenu du fait que l'on sait déjà, que l'on a déjà préalablement mémorisé ce que l'expression dénomme. Une telle analyse reste généralement tout à fait inapte à se substituer à une telle dénomination. Dépourvue de valeur dénominative, la phrase Un ange passe pourrait fort bien représenter, en contexte, une situation agréable, liée à une apparition céleste, plutôt qu'un silence gêné. Et de même, la phrase Les carottes sont cuites pourrait représenter le fait que l'on a enfin terminé son ouvrage. Et la phrase Il n'y a pas de rose sans épines pourrait être assimilée à un proverbe masochiste, stipulant que la beauté doit être douloureuse. Il en va exactement de même, de ce point de vue, des locutions et des mots polysémiques analysés précédemment. Une locution comme prendre le train en marche ne saurait se passer de sa valeur dénominative en (4), sous peine d'entraîner des effets métaphoriques indésirables imputant au Jura une prise de risque inconsidérée, une audace extraordinaire, une grande rapidité d'action, ou que sais-je encore. Hormis leur valeur de dénomination respective, rien ne permet d'opposer une locution comme construire des châteaux en Espagne à rouler sur l'or, et rien ne voue une locution comme tirer le diable par la queue à représenter le fait d'avoir des difficultés financières. Et par ailleurs rien ne destine morphologiquement un adjectif comme périssable à s'appliquer, plutôt qu'à la triste condition d'un mourant, aux difficultés de conservation de denrées alimentaires. Et de même, toujours selon un raisonnement analogue, rien ne consacre métaphoriquement le mot boîte à désigner une entreprise plutôt qu'une voiture.

14Encore une fois, toutes ces expressions ne sont que d'anciennes métaphores ou figures, susceptibles d'être accessoirement réactivées en contexte, mais toujours sous le couvert de la dénomination qui leur est désormais associée. Celui qui ne les aurait pas préalablement mémorisées risque fort de faire face à un déficit d'information et parfois même de se trouver engagé sur une fausse piste interprétative en contexte. C'est ainsi que certaines expressions comme (ne pas) faire long feu, par exemple, ont pu faire les frais d'explorations analytiques hasardeuses, qui ont fini par contaminer définitivement leur valeur dénominative. On a tous une fois ou l'autre fait l'expérience un peu frustrante de chercher vainement à explorer la dimension potentiellement métaphorique d'une expression dont on n'avait pas préalablement mémorisé la valeur dénominative. Quel que soit le sens que l'on réussit alors à reconstituer, et même si on parvient à éviter contextuellement les pièges d'un contresens, il y aura toujours quelque chose qui nous échappe, un reste de sens que l'on ne parvient pas à saisir. Ce reste est exclusivement du ressort de la dénomination.

4. Dénominations citatives

15Ceci étant dit, il n'en reste pas moins qu'aucune dénomination n'abolit d'un seul coup ni définitivement la dimension compositionnelle et figurale associée au fait rhétorique dont elle relève. Un point essentiel, encore partiellement mystérieux à ce jour me semble-t-il, tient à ce qui permet systématiquement à ces deux dimensions du sens de se relayer, de s'articuler synchroniquement pour assurer la transition diachronique d'un état de langue à l'autre. Par quel mécanisme général certains faits de parole individuels particulièrement marquants, notamment métaphoriques, en viennent-ils progressivement à engendrer de nouvelles dénominations, de nouvelles significations lexicales ? La réponse à cette question est à chercher du côté de certaines expressions qui se situent à un point charnière de cette évolution, du côté de certaines expressions qui ne sont déjà plus assimilables à des figures absolument vives, comme celles qui sont impliquées dans nos exemples (1) à (3), et qui pour autant ne sont pas encore dissociables du fait de parole dont elles relèvent. C'est le cas notamment du mot éléphants dans l'exemple suivant :

(6) Michèle Alliot-Marie défend son bilan contre les “éléphants” [titre]. À la veille des assises du RPR, et six mois après son élection à la tête du mouvement, la présidente n’ignore rien de ce qui se murmure dans son dos. Les "éléphants" la snobent. (Le Monde, 18/6/00)

16Loin d'être encore suffisamment établi pour mériter d'être recensé dans les dictionnaires comme dénommant simplement un concept relatif aux dirigeants d'un parti politique ou d'une association quelconque, le mot éléphant ne fonctionne alors pourtant déjà plus comme une métaphore parfaitement vive et ponctuelle, analogue à celle que déclenche le mot marcassin en (1), quant à lui tout à fait dépourvu de valeur dénominative dérivée. À mon sens, le mot éléphant donne lieu à une sorte de dénomination embryonnaire en (6), portant sur un concept relatif à un sous-ensemble de ses emplois métaphoriques antérieurs, assimilant les dirigeants de partis politiques à des pachydermes. Autrement dit, le mot éléphant revêt alors une signification dérivée consistant à dénommer un concept assimilé au produit de ce que l'on a commencé à prendre l'habitude de représenter métaphoriquement, par le moyen d'une signification primitive du mot en question. Ce genre de signification lexicale inachevée, en cours de formation diachronique si l'on préfère, que j'appelle citative ou délocutive (voir à ce sujet Perrin, à paraître), consiste à dénommer un concept dérivé et embryonnaire présenté comme relatif à ce qui a été antérieurement exprimé par tel ou tel fait de parole, censément connu de l'interprète, fondé sur un concept primitif et plus ou moins distinct.

17C'est le cas également du mot tendance en (7), qui ne se confond déjà plus, me semble-t-il, avec le substantif recensé dans les dictionnaires, mais se trouve engagé dans une voie qui le conduit à se comporter depuis peu comme un nouvel adjectif fondé sur une allusion à un procédé rhétorique, à une façon de parler récente, impliquant un usage figural du substantif dont il dérive :

(7) Les minettes "tendance" qui hantent l’ouest de Tokyo […] (Le Monde, 10/4/01)

18Loin de se limiter aux unités lexicales simples, ce genre de dénominations citatives touche également un grand nombre de locutions focalisées sur une unité de rang syntagmatique. Si une locution nominale comme dommages collatéraux s'applique désormais usuellement à diverses formes de bavures guerrières ou policières, c'est en vertu d'une dénomination citative fondée sur une allusion à un usage, initialement compositionnel et figural (litotique ou euphémique en l'occurrence), inauguré par une malheureuse déclaration de l'OTAN commentant les erreurs de tir ayant entraîné la mort de civils durant la guerre de Bosnie. Et de même, si un syntagme comme vrai faux s'applique aujourd'hui usuellement à toute forme de faux officiel, c'est en vertu d'une dénomination citative renvoyant à un usage initié par un mot d'esprit relatif aux faux passeports délivrés par le ministre Charles Pasqua aux espions de la D.S.T. lors l'affaire du Rainbow Warrior. Le même genre de dénomination citative me semble devoir être associée à une locution nominale comme ami de trente ans, qui est en bonne voie de représenter conceptuellement quelque chose comme faux frère, ami auquel on ne peut se fier, par allusion à un usage figural initialement inspiré d'une remarque désabusée de Jacques Chirac à propos d'Edouard Balladur, qui venait de se déclarer candidat à l'élection présidentielle de 1995. Ainsi dans l'exemple (8), tout en faisant allusion aux protestations de Jean-Pierre Chevènement, les guillemets attestent avant tout de la dimension citative de la dénomination associée à l'expression ami de trente ans :

(8) Jean-Pierre Chevènement a surtout fustigé son " ami de trente ans", Lionel Jospin, pour sa politique dans le dossier corse. (France 2, 15/11/00)

19Les exemples de dénominations citatives abondent un peu partout notamment dans la presse et dans le langage oral. Je rapporte encore à ce sujet l'exemple (9) où la locution verbale avoir le monopole du cœur me paraît elle aussi en bonne voie d'instaurer une nouvelle dénomination par allusion à un usage inspiré d'une célèbre réplique de Valéry Giscard d'Estaing à François Mitterrand lors d'un débat télévisé à l'occasion d'une autre élection présidentielle :

(9) Sans prétendre "avoir le monopole du cœur", je revendique, en tant qu’ancien combattant, le pacifisme et son corollaire, l’antimilitarisme absolu. (Le Temps, 15/6/99)

20Toutes ces formulations ne sont fondées ni sur une figure vive et ponctuelle comme dans les exemples (1) à (3), ni sur une dénomination définitivement codée, inscrite à long terme dans le répertoire lexical du français, mais sur une dénomination citative. Il s'agit alors bel et bien d'une dénomination, fondée sur une mémorisation préalable de ce que l'expression désigne usuellement, pour tout sujet parlant accompli, mais d'une dénomination qui fait allusion à un fait de parole dont elle relève, généralement à une figure de rhétorique. Ce qui est alors dénommé, et donc préalablement mémorisé, ce n'est pas un concept pur et simple, définitivement établi, mais un concept relatif à un usage particulier de telle ou telle expression dont il dérive, relatif à un fait de parole suffisamment remarquable, mémorable précisément, pour être devenu une habitude. Une telle valeur dénominative n'est en fait qu'une instruction donnée à l'interprète de se référer à son expérience des énonciations figurales dont l'expression découle, pour identifier ce qu'elle dénomme.

21Certes il n'est pas toujours aisé d'opposer une simple reprise citative portant sur une quelconque trouvaille rhétorique individuelle comme en (3) et une dénomination citative, de même qu'il n'est pas toujours aisé de faire la différence entre une dénomination citative et une dénomination tout court, tout à fait dépourvue de dimension citative. Mais ces difficultés me semblent justement renforcer le bien-fondé de la notion de dénomination citative. À mi-chemin entre signification lexicale établie et simple expérience rhétorique ponctuelle, les dénominations citatives permettent d'expliquer très simplement le mécanisme général par lequel certaines métaphores ou autres figures, à force d'être répétées et reprises d'un discours à l'autre, en viennent à engendrer progressivement de nouvelles dénominations.

22Petit à petit en effet, à mesure que l'habitude s'installe et que s'estompe la perception d'un fait de parole originel, la dimension citative de la dénomination disparaît progressivement, pour faire place à un concept plus ou moins autonome à l'arrivée, qui ne fait plus allusion à aucune forme de figure ou à un quelconque fait de parole. On peut prédire ainsi qu'un jour ou l'autre, si l'on continue d'y avoir recours, le mot tendance chapeautera peut-être un nouvel adjectif, dépourvu de toute allusion à un usage particulier du substantif dont il dérive, et que le mot éléphant pourra renvoyer aux dirigeants des partis politiques sans faire allusion au pachyderme. Lorsqu'on parle aujourd'hui d'une boîte de montre en faillite, par exemple, le mot boîte ne renvoie plus à ses usages métaphoriques originels. La dénomination associée au mot boîte a perdu sa dimension citative. À l'écrit, la disparition des guillemets indique notamment que telle ou telle expression a perdu sa valeur citative. Ainsi en (10), où je souligne diverses expressions analysables comme dérivées d'une métaphore, celles qui sont entre guillemets ont indubitablement, pour le journaliste, conservé une trace de leur dimension citative :

(10) [Au Japon] le "gâteau" s’est rétréci et les mauvaises dettes "plombent" toute reprise. […] sans parler de la paralysie du Parti libéral démocrate (PLD), qui gouverne aujourd’hui avec les "béquilles" que sont ses deux alliés centristes de la coalition gouvernementale. Usé et sclérosé, le PLD […]. (Le Monde, 3/3/01)

23Toutes les unités lexicales de la langue, toutes les dénominations qui s'y trouvent associées ont forcément passé par un stade de dénomination citative de ce genre, dont la durée est relative à la popularité de l'expression d'une part, et à son degré d'élaboration compositionnelle et figurale d'autre part. Il est bien évident notamment que plus une expression est riche et complexe, plus sa dimension citative a tendance à résister à l'usage et à survivre. Même lorsque leur dimension compositionnelle et figurale n'est plus aisément décryptable et réactivable, un grand nombre de locutions semblent en effet conserver une trace, dans l'esprit des sujets parlants, de leur dimension citative. Ainsi une locution verbale comme tirer le diable par la queue ne dénomme pas simplement, à mon sens, le fait d'avoir des difficultés financières, ou plutôt, je dirais qu'elle dénomme ce fait, mais par allusion à un usage ancien ayant consisté, pour des raisons aujourd'hui plutôt obscures, à représenter métaphoriquement le fait en question à l'image d'un pauvre misérable aux prises avec le diable. Et l'usage des guillemets dans l'exemple suivant indique que l'expression mise sous cloche a conservé une trace de sa dimension citative aux yeux du locuteur :

(11) Le but n’est pas une "mise sous cloche" de ces itinéraires, mais de faire prendre conscience qu’un chemin historique est aussi digne d’intérêt que les lieux qu’il relie. (Le Temps, 10/7/00)

24À la longue évidemment, en particulier lorsque leur signification compositionnelle et figurale n'est plus du tout décryptable — comme dans le cas de piquer la mouche ou de poser un lapin — même ce genre de locutions finissent par ne plus faire allusion au fait de parole dont elles relèvent. Les seules constructions susceptibles d'échapper définitivement, à mon sens, à l'érosion progressive de leur dimension citative, ce sont les expressions idiomatiques grammaticalement indépendantes, de rang phrastique ou supérieur. Il est bien connu que les proverbes en particulier ne peuvent être prononcés sans faire allusion à leurs énonciations passées. C'est le cas également de nombreuses phrases idiomatiques de nature événementielle comme Un ange passe, La mariée est trop belle ou C'est mon petit doigt qui me l'a dit. Comme on l'a vu dans Perrin (2000), si ces constructions ont un sens, c'est essentiellement en raison du fait qu'elles dénomment une situation générique relative à ce qu'ont pu représenter figurément leurs multiples énonciations passées. Et c'est également en vertu d'une dénomination citative qu'une devise comme Liberté, égalité, fraternité, par exemple — qui dénomme une situation générique relative aux diverses énonciations dont elle a pu faire l'objet notamment lors de la Révolution française, des fêtes nationales, etc. — n'a pas les mêmes effets qu'une devise comme Liberté et patrie, par exemple, qui dénomme une situation relative à ses énonciations dans le contexte vaudois.

25Ce genre de dénominations citatives grammaticalement indépendantes sont souvent renforcées par certaines propriétés formelles à différents niveaux. Je pense notamment aux phrases idiomatiques provenant d'autres langues comme Alea jacta est, Time is money ou Chi va piano va sano, dont l'hétérogénéité linguistique a pour effet de souligner que, pour les comprendre, il faut avoir mémorisé ce qu'elles ont pu servir à exprimer lors de leurs énonciations passées, à l'origine dans d'autres cultures ou communautés linguistiques. À ce sujet également, la valeur de dénomination citative de séquences comme Chien qui aboie ne mord pas, Advienne que pourra, Rien ne sert de courir est renforcée par certaines propriétés syntaxiques que l'on pourrait dire archaïques, ou archaïsantes (absence de déterminants, relatives sans antécédents, ordre syntaxique, etc.), autant de propriétés qui instruisent la dénomination citative en vertu de laquelle la séquence fait allusion à ses énonciations passées, relevant notamment d'un état de langue plus ancien. Par ailleurs, comme le relève Anscombre (2000), ce genre de dénomination citative grammaticalement indépendante peut aussi être renforcée formellement par l'émergence d'un schéma prosodique structuré, d'une métrique de type poétique, souvent de structure binaire comme dans Tel père, tel fils, Autres temps, autres mœurs, parfois assortie de rimes, d'assonances ou d'allitérations. Toutes ces propriétés formelles contribuent à attribuer à la phrase la valeur d'un signifiant unitaire, donnant lieu à une dénomination citative. Ce genre de procédés permet même d'inventer de faux proverbes, simplement en produisant une phrase archaïsante et rythmée comme dans l'exemple ci-dessous, qui relève d'un corpus oral authentique :

(12) Autres gens des fois, autre mentalité puis autre éducation, c'est bien évident hein ? (11'84)

26Certains slogans comme en (13), analysé par Anscombre, exploitent également ce genre de procédés :

(13) Qui bus resquille, sa propre poche il pille. (RATP, 1996)

27De telles propriétés formelles ont automatiquement pour effet d'instaurer un signifiant unitaire dénommant une situation générique relative à diverses énonciations antérieures qui peuvent être réelles ou au contraire fictives, imaginaires, comme en (12) et (13). À mon sens, toute unité ou séquence discursive formellement reconnaissable ou tout simplement présentée, en vertu de ses propriétés formelles, comme ayant fait l'objet d'énonciations passées instaure un signifiant unitaire susceptible de faire émerger une dénomination citative. Il en va ainsi notamment des prières, chansons, comptines et autres poèmes, pour ne citer que quelques genres de discours, émanant de notre patrimoine culturel ou littéraire (et sans nous aventurer pour l'instant à tenir compte des formes ou genres de discours qui ne sont pas textuellement mémorisables). Une prière, par exemple, dès lors qu'elle est reconnue comme telle soit en vertu de ses propriétés formelles, soit tout simplement parce qu'elle a été préalablement mémorisée, instaure un signifiant unitaire qui dénomme une situation générique relative à ses énonciations antérieures en tant que prière. Fondamentalement, ce genre de dénomination me semble gouverner non seulement la formation des mots et locutions, mais la signification des proverbes, devises, et jusqu'à l'identité générique des séquences discursives. Toute forme d'intertextualité, à quelque niveau que ce soit, est propice à l'émergence d'une dénomination citative.

Haut de page

Bibliographie

ANScombre J.- C. (2000) « Parole proverbiale et structure métrique », in Langages, 139, 6-26.

Kleiber G. (1999) « Les proverbes : des dénominations d'un type très très spécial », Langue française, 123, 52-69.

Lakoff G. et Johnson M. (1985) Les métaphores dans la vie quotidienne, Minuit.

Perrin L. (1996) L'ironie mise en trope. Du sens des énoncés hyperboliques et ironiques, Kimé.

Perrin L. (2000) « Remarques sur la dimension générique et sur la dimension dénominative des proverbes », Langages, 139, 69-80.

Perrin L. (à paraître) « Citation, lexicalisation et interprétation des expressions idiomatiques », Presses Universitaires de la Sorbonne.

Prandi M. (1992) Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discursive des conflits conceptuels, Minuit.

Rey A. et Chantreau S. (1993) Dictionnaire des expressions et locutions, Le Robert.

Sperber D. et Wilson D. (1989) La Pertinence. Communication et cognition, Minuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Perrin, « Figures et dénominations », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/2410 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2410

Haut de page

Auteur

Laurent Perrin

Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique - Universités de Genève et de Bâle (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search