Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Étymologie « populaire », jeux de...

Étymologie « populaire », jeux de langage et construction du savoir lexical1

Marie-José Béguelin

Texte intégral

1Traditionnellement, le terme d'étymologie populaire qualifie le fait de rapprocher — consciemment ou non — deux unités lexicales entre lesquelles il n'existe pas de lien morphologique et sémantique historiquement avéré. En français moderne, un tel rapprochement affecte les mots payer et péage : le second est régulièrement interprété aujourd'hui comme un dérivé déverbal, avec le sens de « fait de payer, lieu où l'on paye » — et non plus avec celui de « droit de mettre le pied », conformément au sens de l'étymon latin pedaticum. Au plan formel, la réinterprétation se manifeste dans la tendance, sensible notamment dans la jeune génération, à prononcer [pEjaJ] au lieu de [pEaJ] ; occasionnellement, elle se concrétise aussi dans une graphie non standard payage.

2Du fait que ses effets sont susceptibles d'être entérinés par une collectivité parlante, l'étymologie populaire a été envisagée, dans les traités de linguistique, comme une source de changement diachronique : changement sémantique ou formel, parfois les deux. Toutefois, il est notoire que l'étymologie populaire se réalise en synchronie, c’est-à-dire dans un état de langue donné, compte non tenu de l'histoire de l'idiome concerné. L'étymologie populaire ne vise donc pas — ou du moins pas forcément — une vérité diachronique. Elle est l'oeuvre tantôt de sujets qui « cherchent à écrire l'histoire sans archives », selon la jolie formule de Chauveau (1991) tantôt de sujets qui tentent, plus simplement, de déceler une organisation au sein des unités lexicales qu'ils emploient, en vue d'un bénéfice qui peut être d’ordre cognitif, mais aussi d'ordre symbolique ou interactif. Pour ce faire, les locuteurs agissent, si l'on peut dire, avec les moyens du bord, et sans le soutien d'une enquête scientifique.

3Le terme de « populaire » qui est utilisé pour catégoriser la pratique étymologique spontanée des locuteurs n'est pas innocent : il entre en contraste avec « scientifique », et son contenu sociolinguistique se charge de connotations dépréciatives, voire méprisantes sous la plume de certains auteurs (cf. [Reichler-] Béguelin, 1993). Souvent qualifiée de « fausse » étymologie, l'étymologie populaire est ainsi opposée à l'étymologie savante qui, sur la base d'une démarche axiomatisée et d'une documentation aussi exhaustive que possible, prétend établir la filiation historique effective des mots et des significations. Il n'y a pas, il faut le relever, d'étymologie « populaire » s'il n'existe pas en parallèle une tradition savante : avant l'instauration de la méthode historique en sciences du langage, l'étymologie populaire se confondait avec l'étymologie tout court.

4La distinction entre étymologie savante et étymologie populaire mérite qu'on s'y attarde un instant. S'agit-il véritablement d'un contraste tranché entre, d'un côté, une activité scientifique solide, et, de l'autre, une démarche laxiste, à mettre au compte, comme l'ont fait beaucoup de linguistes au XXe siècle, d'une « pathologie » langagière ? Il est tentant de le croire, étant donné le caractère à première vue arbitraire de certaines spéculations étymologiques naïves. On pense, en particulier, aux bévues et contresens produits par les locuteurs quand ils entreprennent de justifier les noms propres, les mots savants ou les appellations techniques. Il peut en résulter des rapprochements lexicaux fantaisistes, dont se nourrissent les recueils de perles et autres Foires aux cancres :

1. La tour Eiffel doit son nom à ce qu'elle est effilée.

2. Notre pays s'appelait la Gaule, parce que ses habitants allaient à la pêche pour se nourrir.

3. Le pin sylvestre est appelé ainsi parce qu'on le plante le dernier jour de l'année.

4. Encyclopédie : pays des Cyclopes

5. Décadence : danse de dix personnes (ex. rapporté par Charles Bally)

5Si saugrenus qu'ils puissent paraître, ces exemples révèlent tous une tentative de percer l'opacité d'un signe en glosant l'inconnu par le connu. Dans 1 et 2, la forme d'un nom propre, en fait immotivé, est justifiée par recours (ou allusion) à la dénomination, plus ou moins homophonique, d'une propriété supposée du designatum (la forme de la tour Eiffel, la gaule qui sert à pêcher). Le procédé est grosso modo le même dans 3, à ceci près que le mot à expliquer est un adjectif déterminatif : l'auteur tente de l'interpréter en postulant une métonymie (que Fontanier eût sans doute appelée « du maître ou du patron ») à partir de (saint) Sylvestre2. Quant à 4 et 5, ils prétendent élucider un signe insolite grâce à une analyse en sous-unités, analyse dont la particularité est d'être non conventionnelle.

6Le caractère peu probant des rapprochements et/ou des segmentations mis en jeu dans de tels exemples doit-il conduire à disqualifier, une fois pour toutes, l'étymologie populaire ? Les choses sont loin d'être aussi simples. Quand un jeune francophone identifie les finales de tennisman et de mélomane3, il fait certes, d'un certain point de vue, une grossière erreur étymologique ; mais d'un autre côté, il donne un précieux témoignage sur les principes qui sous-tendent l'organisation de ses connaissances lexicales. Et par-delà la fantaisie des conjectures, on observera que 1-5 mettent en œuvre une stratégie discursive socialement prisée, consistant à invoquer des hypothèses d'ordre morpho-sémantique pour justifier l’affectation de telle ou telle dénomination à tel ou tel référent. L'échec de la conjecture étymologique ne correspond donc pas forcément à un échec au plan cognitif, ni d'ailleurs à celui de la pragmatique discursive.

1. « Populaire » vs « savant » : les limites d’une opposition

7En fait, plus on y réfléchit, plus on s'aperçoit qu'en matière de rattachements lexicaux, l'attribution des labels de « juste, vrai » d'une part, de « faux » d'autre part, ne va pas de soi. Différentes observations conduisent, sinon à mettre en cause, du moins à relativiser l'opposition entre étymologie populaire et étymologie savante, à y voir plus un terrain d'échanges constants qu'une dichotomie ou une polarisation.

8La perméabilité de la frontière entre les deux types d'étymologie s'explique par une première raison de fond. En effet, tout linguiste occupe une position épistémologique ambiguë : il est d'abord un sujet maniant sa langue de manière irréfléchie, instinctive, avec ses usages propres, et le cas échéant, ses préférences personnelles ; mais en même temps, il se veut un témoin impartial, décrivant les faits de manière objective et distancée. Plus encore que ce n'est le cas dans d'autres sciences, le linguiste est à la fois observateur et observé, juge et partie en quelque sorte. Si l'on n'y prend garde, ces deux positions sont susceptibles d'interférer, à tel point que certains conflits théoriques en viennent à refléter des dissensions d'utilisateurs de la langue, notamment des conflits normatifs autour de l'acceptabilité de telle ou telle variante. Cette difficulté de construire une science linguistique à proprement parler concerne notamment la pratique étymologique. C'est ainsi que plus d’une analyse à prétention savante est suspecte d'être produite selon des principes assimilables à ceux qui caractérisent l'étymologie populaire, sur la base de spéculations intuitives, sans vérification suffisamment approfondie, en fonction d'a priori socio-culturels ou idéologiques…

9La seconde raison qui incite à manier prudemment l'opposition savant-populaire tient à l'évolution de la langue, qui parfois entérine les étymologies populaires au point qu'elles en deviennent linguistiquement vraies, au plein sens du terme. Tel est le sort du rattachement au radical de fr. paon (< lat. pavo, pavonis) du verbe pavaner (1611), issu de l'italien dialectal pavana < padovana « danse de Padoue ». Il s'agit là d'un appariement historiquement inexact, mais devenu si vivant en français d'aujourd'hui qu'un des dictionnaires les plus utilisés, le Petit Robert, définit le sens de se pavaner par allusion directe au comportement de l'oiseau : « marcher avec orgueil, avoir un maintien fier et superbe (comme un paon qui fait la roue) ».

10On peut comprendre, dès lors, que les grammairiens et les lexicographes manifestent une certaine perplexité devant l'étymologie populaire, enclins qu'ils sont à la réprouver, tout en se voyant obligés d'enregistrer ses répercussions dans la langue. Dans son Traité de stylistique, où il exprime par ailleurs une méfiance assez vive à l'égard de l'« instinct étymologique », Charles Bally se résignait ainsi, presque à contre-cœur, à donner « plus de valeur » à l'étymologie populaire qu'à l'étymologie historique : car, disait-il, une « grossière erreur d'étymologie » comme celle qui rattache ouvrable à ouvrir , « ne peut être simplement ignorée, puisqu'elle est dans la conscience du sujet ; en tout cas elle a plus de valeur que la véritable étymologie (operare « travailler » [d'où fr. œuvrer]), qui est perdue » (I § 69).

11Dans les deux exemples qu'on vient de voir (celui de pavaner, et celui d'ouvrable), qu'on le veuille ou non, une « fausse » étymologie est devenue une réalité concrète, présente à la conscience d'une bonne part des locuteurs francophones. Ce sont, si l'on veut, des cas de « vraies fausses étymologies » (vraies en synchronie, fausses en diachronie).

12Cependant, le cas symétrique existe aussi où une étymologie « vraie » présente toutes les caractéristiques de la « fausse » étymologie. Ainsi dans l'exemple suivant :

6. « Ici maintenant. » Cours et stages créatifs par le dessin et la peinture. (Écrit publicitaire)

13Le texte 6 a été relevé sur une affiche apposée dans une cité universitaire. Grâce aux ressources de l'italique, son rédacteur suggère une analyse à la fois morphologique et étymologique de l'adverbe maintenant (main+tenant). Or, ce qui est ainsi fourni, c'est bel et bien l'origine authentique de ce mot, issu du latin manu tenendo, lui-même gérondif de manu tenere qui a donné le verbe fr. maintenir. Le sens propre de l'expression main tenant était, au départ, « pendant qu'on tient quelque chose dans sa main », d'où l'idée de promptitude et de proximité spatiale : « aussitôt ». Depuis le XVIe siècle, maintenant « signifie toutefois 'au moment présent' et a perdu tout rapport conscient avec main », signale le Dictionnaire historique de la langue française édité par A. Rey.

14Revenons à l'intitulé des stages créatifs de dessin dont il est question dans 6. La perte du lien motivationnel entre main et maintenant est telle, en français d'aujourd'hui, que la segmentation proposée fait l'effet d'un jeu de mots plus ou moins arbitraire, d'un calembour. Par ailleurs, l'analyse du lexème est dictée non par le souci d’en retrouver l’origine historique véritable, mais par celui de suggérer une relation, peu évidente a priori, entre une dénomination (« Ici maintenant ») et la réalité qu'elle est censée évoquer : les stages de dessin et de peinture sont, en effet, des activités manuelles. Le mode de production de cette analyse est typiquement celui de la fausse étymologie, alors même que le résultat coïncide — fortuitement sans doute — avec l'étymologie historiquement garantie. Ainsi existe-t-il aussi, à côté des « vraies fausses étymologies », de « fausses vraies étymologies », c'est-à-dire des étymologies diachroniquement exactes, mais qui donnent pourtant l'irrésistible impression d'être fausses, parce qu'elles n'appartiennent plus à la conscience linguistique des locuteurs d'une époque donnée, et surtout parce qu'elles sont produites avec des visées persuasives contingentes, sans objectif scientifique désintéressé.

15Citons encore un lieu de décloisonnement entre les deux formes d'étymologie, à travers un exemple qui illustre parfaitement le problème du statut scientifique, ou de la « valeur », des étymologies populaires. Cet exemple est emprunté à une étude de Chauveau sur le gallo, dialecte roman parlé dans l'est de la Bretagne4. Le gallo possède un mot lione « liseron » qui connaît deux interprétations :

16— Selon l'explication savante, il s'agit d'un emprunt au fr. liane, mot hérité du fr. des Antilles, lui-même inspiré par des dialectes de l'ouest de la France.

17— Selon l'explication spontanément fournie par un locuteur représentatif du dialecte en question, la plante en question est appelée lione « parce que ça se tient », ça se lie.

18Pour les locuteurs natifs, cette dernière interprétation s'impose bien plus nettement, semble-t-il, que la métaphore permettant d'expliquer une éventuelle acclimatation du fr. liane en gallo, compte tenu de la différence sémantico-référentielle constatable entre les deux idiomes. L'étymologie populaire est donc un recours possible pour le dialectologue ou l'historien qui, rencontrant un mot dont le rattachement est douteux, peut être tenté d'y voir, de manière parfaitement ad hoc, un emprunt externe. Des spécialistes comme Chambon et Chauveau ont tiré parti de tels cas pour revaloriser l'étymologie populaire, longtemps dédaignée par les partisans d'une approche dite scientifique du vocabulaire. L'appel au sentiment étymologique des locuteurs permet, selon ces auteurs, d'éviter de lourdes erreurs aux spécialistes, trop vite enclins à voir des emprunts dans des formes que les locuteurs natifs d'un parler quelconque ressentent comme parfaitement intégrées au reste de leur lexique. Un tel parti pris conduit cependant tôt ou tard à prendre au sérieux — plus qu'on ne serait porté à le faire de prime abord — le jeune homme rapprochant tennisman et mélomane, dont il a été question plus haut, ou encore l'enfant contestant que l'exclamation à la mode Cool ! soit un anglicisme : « Mais maman, ça vient du verbe couler ! »

19À ce point de notre réflexion, rappelons qu'au XXe siècle, la linguistique a fondé sa méthode sur la notion centrale de « conscience des sujets parlants ». Pour beaucoup de linguistes, le critère de validation des analyses, en même temps que la réalité à modéliser, ce qui reçoit le statut de donnée concrète dans cette discipline, c'est tout ce qui est (ou a été) perçu de quelque manière par les locuteurs ; l'objet même de la linguistique se confond donc avec la connaissance, non théorisée, que les locuteurs ont de leur langue. Tel est, du moins, le postulat instauré par Saussure, et qui a eu pour effet d'inverser la hiérarchie entre savoir savant et savoir intuitif sur la langue, en donnant la priorité au « point de vue du sujet parlant » sur celui de l'érudit ou du savant en langues (cf. [Reichler-]Béguelin, 1990). Singulière leçon de modestie, mais aussi tâche complexifiée pour le linguiste, mis en demeure de relativiser constamment son propre savoir et de le mettre à l'épreuve de la conscience des locuteurs ! Pour notre propos, il s’ensuit que si le linguiste entend rendre compte de la compétence lexicale « naturelle » des sujets, il ne peut ignorer les manifestations de l'étymologie populaire. Il doit admettre, au contraire, que la pratique étymologique spontanée puisse être instructive, révélatrice des conduites d'appariement morphologique et sémantique qui sous-tendent couramment l'activité langagière.

20Comment expliquer, dès lors, que la question de l'étymologie populaire ait pu paraître marginale ou anecdotique au point de se retrouver si souvent cantonnée en appendice dans les ouvrages de linguistique ? Certainement parce que les auteurs de ces ouvrages se sont centrés sur ses contenus plutôt que sur ses procédures. Or, à propos des exemples 1-5, nous avons vu qu'au plan des explications fournies, l'étymologie populaire est une cible facile : les rapprochements lexicaux qu'elle opère sont souvent fantaisistes et ne tiennent pas la route. Aussi l'étymologie populaire a-t-elle été dépeinte comme une force qui exerce des ravages, qui abuse l'esprit, qui déforme les mots, bref, « que la saine raison condamne » (Vendryes, 1950 : 214). Si toutefois l'on se donne pour objet d'étude non les contenus, mais les procédures mises en œuvre par l'étymologie populaire, c'est-à-dire les opérations sémantiques et formelles que son exercice présuppose, on rencontre non pas l'arbitraire et l'anarchie, mais certaines constantes régulatrices qui semblent inhérentes au fonctionnement des langues naturelles. Les pratiques étymologiques non scientifiques méritent donc toute l’attention du linguiste, dans la mesures où elles reflètent les stratégies (sémio)logiques déployées par les locuteurs en vue d’organiser leur savoir lexical.

21Deux aspects de cette riche question seront plus particulièrement retenus ci-après : en premier lieu, les conditions de manifestation de l’étymologie populaire ; en second lieu, les procédés formels spontanément mis en oeuvre dans les phénomènes d'appariement lexical.

2. Conditions de manifestation de l'étymologie spontanée

22Une remarque préliminaire : on peut très bien se servir des mots d'une langue ou de certaines expressions lexicalisées sans les analyser intégralement, et le fait passe inaperçu dans la plupart des situations de communication. Tel est plus particulièrement le cas en français parlé où ni les mots, ni les morphèmes, ne sont systématiquement démarqués par l'intonation. Prenons un exemple a contrario. Selon que je dis à mon interlocuteur « Passe-moi la patte » ou « Passe-moi le torchon », je suis susceptible de provoquer de sa part des réactions différentes. En choisissant, sur l'axe des sélections lexicales, patte, un terme régional de Suisse romande, ou torchon, un terme standard, non marqué, je puis susciter (ou au contraire esquiver) une réaction de connivence, éventuellement un réflexe de censure ou d'incompréhension. Dans tous les cas, mon choix ne pourra passer inaperçu. En revanche, quand un locuteur se sert du mot lieutenant, qu’il y découpe ou non les composants morpho-étymologiques lieu et tenant, cela ne transparaît pas obligatoirement dans son discours. L'analyse syntagmatique, comme l'a fait observer à juste titre Prieto, peut demeurer plus ou moins partielle, elle peut même être réalisée de manières divergentes par le locuteur et l'auditeur : l'option choisie restera le plus souvent indétectable, et ne suscitera pas d'incident de communication. À moins, toutefois, qu'une segmentation graphique non conventionnelle, telle la séquence dore et navant (= dorénavant) produite par un élève, ne vienne jouer le rôle de révélateur.

23En fait, il est intéressant de dresser un inventaire des indices qui manifestent l'activité analytique « spontanée » des sujets parlants. Il faudra traquer cette activité dans des circonstances de communication particulières, souvent plus ou moins accidentelles comme dans l'exemple qui vient d'être donné, ou alors dans les situations de réflexion métalinguistique délibérée. Sans prétendre à l'exhaustivité, je me propose d'énumérer ci-dessous quelques situations où transparaît la conscience étymologique des locuteurs, au sens large du terme.

24Voici, pour commencer, quelques manifestations involontaires, saisies à travers des hésitations, des lapsus, des confusions, des déformations morphologiques ou orthographiques (les exemples sont tous authentiques ; 7-9 sont des productions orales, 10 est une production écrite) :

7. orticaire...euh urticaire

8. des écrevettes

9. rénumérer (pour rémunérer)

10. En cas d'inondation le plan or sec est déclenché.

25Dans 7, le locuteur dévoile par son lapsus qu'il a conscience d'un lien étymologique entre ortie et urticaire (tous deux effectivement issus, en l'occurrence, de lat. urtica « ortie »). Dans 8, c'est un mot-valise qui associe deux termes d'origine très différente, mais désignant tous deux des crustacés : écrevisse, que les historiens rattachent à la famille de l'all. Krebs, et crevette, appellation métaphorique reflétant, sous une forme dialectale, le diminutif chevrette. La ressemblance formelle de hasard entre les deux mots, associée à leur proximité sémantique et désignative, suffit à expliquer le néologisme de la jeune locutrice. Quant à 9, dû à un adulte, la permutation des consonnes m et n n’est sans doute pas une simple métathèse, uniquement due à des facteurs phonétiques : elle indique très vraisemblablement un rattachement au radical de énumérer, numéro, etc. du verbe rémunérer, qui dérive en réalité de lat. munus « la charge ». Enfin, la faute d'orthographe contenue dans 10 révèle une remotivation originale, influencée par son contexte d'occurrence, du sigle ORSEC (abréviation acronymique de l'expression « organisation des secours »).

26Une autre grande série de faits regroupe des rapprochements syntagmatiques plus ou moins fortuits, des répétitions de séquences dans la chaîne linguistique, qui sont de nature à faire prendre conscience d'une parenté étymologique, ou à en formuler l'éventualité :

11. j'ai mis mon argent de poche dans ma poche - eh tiens c'est drôle - de l'argent pour ma poche

12. nomen omen

27Dans 11, l'analyse de la lexie (ou mot composé) argent de poche affleure à la conscience grâce à la répétition fortuite de l'unité poche qui joue le rôle de déclencheur. L'antanaclase, la paronomase, les phénomènes de rime ou d'allitération, sont autant de moyens éprouvés pour révéler ou pour suggérer, même fugitivement, une parenté sémantique ou étymologique entre les expressions concernées. C'est le cas dans le célèbre dicton latin nomen omen (« le nom est un présage »). Un même type formel est exploité dans songe, mensonge, ainsi que dans les nombreuses équations gnomiques de même structure rapprochant des paronymes. Leur efficacité repose sur un principe symbolique selon lequel l'affinité des signifiants serait de nature à cautionner l'affinité des signifiés, et à soutenir une assertion d'identité ou de ressemblance entre les référents évoqués (cf. infra ex. 21).

28Parmi les activités plus délibérément métalinguistiques, c'est la définition qui est en premier lieu concernée. L'étymologie apparaît en effet comme un moyen commode de gloser un mot et de l'expliquer en atteignant, grâce à la révélation de ses constituants, les parties composantes de l'idée qu'il signifie5. Le souci d'étayer une définition transparaissait déjà dans les exemples 1-5 ; il est manifeste dans les extraits figurant sous 14 et 15, où l'analyse étymologique donne une impulsion décisive à la paraphrase :

14. L'Événement du jeudi : Quelle définition donnez-vous de la politesse ?

René Girard : Le mot a une double origine. Il vient du grec « polis », la ville. En ce sens, il se rapproche du mot « urbanité » par opposition à rusticité : l'homme poli est l'homme civilisé. C'est l'honnête homme par rapport à l'homme sauvage. Une origine italienne ensuite : politesse vient de « pulitezza », qui veut dire propreté, netteté. Dans ce contexte le mot signifie presque « purifié », et revêt donc un sens religieux. (13-19.2.1992)

15. Rappelons pour mémoire que l'étymologie de brouillon est à chercher du côté de bouilli et de brou, ce qui s'accorde bien avec l'aspect chaotique de ces avant-textes. (Langages 69, 1983 : 8)

29Ces exemples sont intéressants, car ils montrent que même dans un discours de linguistique ou de sciences humaines, quand il s'agit de définir un mot, on n'hésite pas à recourir à deux étymologies différentes, parfois difficilement compatibles d'un point de vue historique. Dans son étude mentionnée à la note 5, Buridant rappelle d'ailleurs qu'au moyen âge, où l'étymologie était une « véritable forme de commentaire et d'argumentation » (p. 48), le cumul des explications apparaissait plus comme une stratification enrichissante que comme une contradiction potentielle ou une concurrence intenable.

30Auxiliaire de la définition, l'étymologie est aussi convoquée pour servir les objectifs de l'interaction verbale, pour rendre plausible une thèse ou une conception plutôt qu'une autre ; elle persuade grâce à un effet quasi magique de dévoilement, reposant sur l'idée que le sens caché, latent, d'un mot, est plus « vrai » que son sens usuel. Cet effet peut être obtenu même par le biais d'une étymologie calembouresque, comme celle qui figure sous 16 (cf. 6) :

16. J'étais un excellent soi-niant. (Jacques Salomé)

31Sous la plume d'un psychologue, cette analyse inédite, délibérément ludique du mot soignant (interprété comme « qui se nie soi-même »), permet de soutenir une argumentation qui vise, dans son ensemble, à dénoncer les effets néfastes d'un altruisme excessif chez le thérapeute.

32L'effet de dédoublement que permet ce type d’analyse étymologique, la recherche obstinée d'affinités lexicales non préalablement légitimées par la langue, sont un auxiliaire précieux non seulement de la psychanalyse, mais aussi de l'activité poétique. À date récente, c’est sans doute Michel Leiris qui a exploré cette veine avec le plus de constance. Chez cet auteur en effet, l'étymologie synchronique inspire une pratique littéraire qui consiste à gloser les mots et à les réunir en lexiques, sans aucune prétention à la vérité historique : un de ses recueils porte d'ailleurs le titre éloquent de Mots sans mémoire (1969) ; voir plus bas les exemples 22 et 26.

33Les problèmes d'étymologie et d'organisation du vocabulaire peuvent enfin s'exprimer dans de banales interrogations, où le sujet parlant montre que son savoir lexical est en cours de construction, et qu'il compte sur autrui pour accéder, en la matière, à une doxa. Voici encore un exemple authentique :

17. Est-ce que dans macédoine de fruits c'est le même mot que le nom du pays ?

34La préoccupation qui s'exprime ici est de trier entre homonymie et polysémie, et de vérifier l'existence d'une relation logique éventuelle entre deux significations pointant des référents très éloignés l'un de l'autre (un pays, un mets). En l'occurrence, la réponse consistera à élucider la métaphore génératrice d'une situation de polysémie : « On dit macédoine de fruits par comparaison, parce que la Macédoine, empire d’Alexandre, était un État composé de peuples très différents ». C'est dans de tels échanges conversationnels que peut se créer, petit à petit, un consensus social au moins relatif sur la structuration de certaines zones du lexique.

35Tels sont donc les lieux, à vrai dire très divers, où trouve à s'exprimer l'activité étymologique spontanée, et où l'on peut s'attendre à la surprendre. J'en viens maintenant à mon dernier point, dont, pour des raisons d'espace, je ne donnerai ici qu'un aperçu rapide (pour plus de détail, cf. [Reichler-]Béguelin, 1993). Il s'agira de montrer, à l'exemple du français, quelques-unes des procédures d'appariement lexical et d'analyse en sous-unités auxquelles recourt de manière privilégiée l'étymologie populaire

3. Procédures d’analyse caractéristiques

36Une première tendance, déjà rencontrée dans un certain nombre d'exemples examinés jusqu'ici, consiste à établir des connexités de signification entre des unités dont les signifiants se ressemblent soit totalement, soit partiellement. Il se trouve que le français comprend beaucoup d'homophones : comme l'a justement observé Bally, les mots y sont dans un relatif isolement morphologique et étymologique. Cette situation favorise les conjectures en tout genre. Elle entraîne, sans nul doute, une forte variation dans l'appréhension des sous-systèmes lexicaux, dont les dictionnaires figent artificiellement l'image, contraints qu'ils sont de lister des entrées discrètes. Ainsi, devant les trois sens du mot air :

air (qu'on respire), air « allure », air « chanson »

37combien faut-il poser d'unités lexicales distinctes ? La question n'a rien de trivial, et pose de délicats problèmes méthodologiques aux lexicographes. Devant deux formes semblables, assorties de signifiés différents, il peut être difficile, voire arbitraire, de décider une fois pour toutes s'il s'agit d'un seul mot avec deux acceptions (situation de polysémie) ou de deux mots différents (situation d'homonymie ; cf. l'exemple de macédoine évoqué plus haut. Les spécialistes eux-mêmes ne s'entendent pas toujours sur la solution qu'il convient d'adopter. Quant aux sujets parlants, chaque fois que l'occasion s'en présente, ils semblent exprimer un penchant plus marqué que les érudits pour l'option polysémique.

38Prenons un exemple, le cas de voler qui s'est, depuis bien longtemps, différencié en deux unités que tous les dictionnaires traitent comme des homonymes :

voler1 : se déplacer dans les airs

voler2 : dérober

39Historiquement, le sens de voler2 découlerait de celui de voler1, par extension d'une acception technique initialement spécifique du vocabulaire de la chasse : « voler une perdrix » se disait du faucon fondant sur sa proie pour la ravir. Il est évident que très peu de francophones connaissent aujourd'hui cette origine. Pourtant, en dépit de la scission des signifiés et de leur appartenance actuelle à des champs sémantiques tout à fait distincts, les locuteurs restent sensibles à la ressemblance formelle, qui leur semble être un gage de connexité pour les significations (c'est peut-être une manifestation du « besoin d'assimilation » postulé par Frei, 1929). Les homonymes restent, si l'on peut dire, des candidats à la polysémie, notamment dans la mesure où ils sont disponibles pour les jeux de mots :

18. Elle était légère, et elle volait. (titre de presse)

19. aviateur = voleur (argot)

40On en a une preuve dans 18, qui joue sur la polysémie de légère (sens physique, sens moral) et actualise simultanément, par le biais d'une syllepse, les deux sens possibles du signifiant volait. De manière analogue, l'argot fait usage du mot aviateur au sens de voleur : cette fantaisie verbale serait impensable sans la conscience de l'homophonie et de l'identité formelle deux verbes voler. Dans le même ordre de faits, le français avancé des jeunes lycéens de Côte d'Ivoire possède un terme [kaOte] « amoureux », dont on ne sait s'il est dérivé de KO ; chaos, cahot : sans doute de tous les trois en même temps, par assimilation d'homophones (c'est en tout cas l'avis de Lafage, 1991, à qui j'emprunte l'exemple, et pour qui il serait parfaitement artificiel de trancher.)

41Dans son goût pour la polysémie, l'étymologie spontanée se contente aussi d'une ressemblance phonétique approximative entre les signifiants qu'elle rapproche. Prenons les productions authentiques réunies sous 20 :

20. Assumer c'est assommant. (presse)

entre fax et Max, il y a plus d'un point commun (oral, 19.2.2000)

l'humour l'amour ça tient à une voyelle (oral, 25.5.2000)

42Pour un linguiste, ces trois énoncés offrent l'exemple même de paires minimales : chacun d'entre eux fournit un couple de signes que l'opposition d'un seul phonème : [asyme] - [asOme] suffit à distinguer radicalement l'un de l'autre. Dans la pratique spontanée, rapprocher les deux termes dans des formules comme 20 revient, au contraire, à tirer argument de la ressemblance autant et plus que de la dissemblance des deux signifiants. Ainsi l'attribution de la propriété « être assommant » à l'activité d'«assumer » hérite-t-elle un caractère de naturalité : d'une certaine manière elle paraîtra couler de source. La même analyse vaut pour les paronomases in praesentia du type 21, qui sont prisées par le style gnomique au point d'être couramment empruntées d'une langue à l'autre :

21. it. traduttore traditore

grec sôma sêma (« le corps est un tombeau »)

43La confusion fréquente, dans la langue courante, des doublets paronymiques, c'est-à-dire des mots qui se ressemblent formellement sans être identiques du point de vue du signifié (collationner /collectionner, sarment /serment), conduit à la production d'une foule d'à-peu-près, fustigés par la norme quand ils ne sont pas le produit de jeux de langage délibérés (s'amuser comme des petits fours, prêter le serrement d'hypocrite...). Sous ces maladresses, autant de manifestations d'une tendance à assimiler les mots qui se ressemblent peu ou prou. Paronomase, mais aussi anagramme, verlan, contrepèterie... Peu importe le type d'analogie formelle entre les signifiants, pourvu que le matériau phonique soit en gros identique. Voici quelques-unes des gloses de Michel Leiris, illustrant in praesentia différents cas de figure au plan formel, et montrant jusqu'à quel point de raffinement le principe symbolique sous-jacent à l'étymologie populaire peut être exploité :

22. baiser = braise (anagramme)

chèvre revêche (palindrome : [SEvR] [R[π]vES])

cauchemar = cache-mort (contrepet)

paradis - pure idée (ou : parodie) (apophonie vocalique)

haine - une hyène (paronomase)

44L'étymologie non scientifique manifeste d'autres tendances remarquables qui concernent non plus seulement l'organisation des unités lexicales, mais aussi les procédés d'analyse syntagmatique.

45D'abord, elle se contente volontiers d'une analyse inachevée du mot ou de la lexie, et admet l'existence de résidus au statut sémiotique douteux. Ainsi en est-il d'un exemple rapporté par Saussure (1916 : 240) : le vieux verbe calfeter est devenu calfeutrer sous l'influence de feutre, le segment cal- restant vraisemblablement ininterprété. Ce procédé est caractéristique de l'acclimatation, souvent partielle, des emprunts : ainsi choucroute, qui vient d'une forme dialectale de l'all. Sauerkraut — où sauer signifie aigre — et a été déformé d'après chou, sans que la finale -croute ne soit, semble-t-il, associée à un signifié bien défini.

46Ensuite, la conscience linguistique spontanée semble identifier beaucoup plus nettement les morphèmes lexicaux (les bases, les mots à sens plein) que les morphèmes grammaticaux (préfixes, suffixes, désinences). Elle tend à ignorer, ou du moins à ne pas repérer nettement ces derniers, comme s'ils n'avaient pas droit au même statut cognitif que les morphèmes lexicaux.

23. maisonnette = maison où il y a une sonnette (enfant, 6 ans6)

47Dans 23, on s'aperçoit ainsi que l'interprétation par un mot-valise composé de deux mots « pleins » est préférée à l'analyse grammaticale usuelle et « correcte » qui voit dans maisonnette un dérivé diminutif en -ette fait sur maison. L'inégalité de traitement des morphèmes lexicaux et des morphèmes grammaticaux est une constante de l'étymologie non savante, qui, devant un mot à expliquer, privilégie l'interprétation par composition plutôt que par dérivation. Cela conduit souvent à expliciter tout un prédicat sous-jacent à un mot donné, selon une procédure typique de l'étymologie ancienne, cratylienne et isidorienne :

24. jeunesse = âge où les jeux naissent

pantalon = qui pend jusqu'aux talons

(étymologies en vogue sous Louis XIII)

25. cordonniers = qui donnent des cors

(attribué à Voltaire, cité par Jean Paulhan, ardent défenseur de l'étymologie synchronique)

26. parlement : parce qu'on y parle et qu'on y ment (< Hesbois, 1988)

27. transcendance : transe sans danse.

sangloter - ôter les sangles

cimetière - terre des hommes décimés, hier et avant-hier

(gloses de Michel Leiris)

48Une autre particularité qui mérite d'être relevée, c'est la tendance à justifier le signe par des propriétés externes, à rechercher une motivation naturelle à ses propriétés formelles. De manière générale, il a été observé que les jeunes enfants ont une certaine difficulté à distinguer entre le signe linguistique et la chose désignée : pain, train sont ainsi considérés comme des « mots longs » par un enfant de 5 ans, « parce qu'une baguette [i.e. une baguette de pain], c'est long », et « parce qu'il y a une locomotive et beaucoup de wagons » (cf. Berthoud-Papandropoulou, 1980). La tendance à refuser l'arbitraire linguistique et à rechercher un lien de motivation entre forme et sens du mot persiste ultérieurement : elle se traduit soit par une propension à l'explication onomatopéique des signes, soit par des phénomènes de mimologie. À titre d'exemple, on peut citer le cas de l'adverbe compendieusement, qui veut dire « en résumé », mais qui a aussi été utilisé avec le sens opposé de « en détail, avec abondance » : ce changement de sens, fustigé par Littré, est attribué à la longueur du mot, qui tend à influencer directement ses propriétés sémantico-référentielles, au mépris de la signification héritée conventionnelle.

4. Conclusion

49Les stratégies d'analyse et/ou d'appariement rapidement recensées dans cette étude reflètent le souci de détecter une logique (ou une symbolique) sous-jacente à l'organisation du vocabulaire. Au besoin, les locuteurs la construisent de leur propre initiative, fût-ce au prix de tâtonnements et d'hypothèses erronées. Les inventaires lexicaux ont en effet la propriété d'être vastes et en constant renouvellement. Ils sont impossibles à connaître dans leur totalité, par le profane comme par le savant. Devant le vocabulaire d'une langue, constitué de milliers de signes, les sujets parlants, mais aussi les dialectologues ou les lexicographes, se trouvent dans la même situation que l'observateur des objets du monde sensible, en quête d'homologies et d'associations, de taxinomies qui soient à la fois plausibles et opératoires en fonction des objectifs pratiques qu'ils se sont fixés. Mais la classification est rendue aléatoire par le fait que l'inventaire des objets n'est pas clos, que la découverte d'un objet nouveau conduit à réviser la connaissance qu'on a de l'ensemble, enfin que même en imposant au corpus une clôture artificielle, le système cognitif humain comporte des limitations : les représentations d'objets ne sont pas toutes mobilisables dans notre mémoire active pour être traitées simultanément par l'intellect. Dès lors, le savoir lexical spontanément exprimé par le locuteur ne peut être qu'instable, dépendant d'une érudition évolutive et de contenus mémoriels qui, dans une circonstance donnée, sont inégalement saillants. Pourtant, si l'on veut construire un modèle plausible du comportement langagier, tenant compte des possibilités d'erreurs et d'accidents de performance, il est utile de comprendre les mécanismes sous-jacents aux appariements lexicaux, même fugitifs, auxquels procèdent les sujets : c'est la conclusion à laquelle conduit une réflexion sur l'étymologie populaire, domaine traditionnel, mais quelque peu marginalisé de la linguistique moderne. J'espère avoir montré l'intérêt qu'il y a, pour les chercheurs d'aujourd'hui, à élaborer une pragmatique des opérations de motivation et de remotivation des unités lexicales, en vue d'enrichir les recherches sur l'accès au lexique actuellement développées en psycholinguistique et en intelligence artificielle.

Haut de page

Bibliographie

Apothéloz Denis (2002) La construction du lexique français, Ophrys.

Auroux Sylvain & alii (éds.) (1985) La linguistique fantastique, Joseph Clims et Denoël.

Bally Charles (1935) Le langage et la vie, Max Niehans.

Bally Charles (1944) Linguistique générale et linguistique française,
A. Francke S.A.

Bally Charles (1963) Traité de stylistique française, Georg.

Barthes Roland (1978) Leçon, Seuil.

Berthoud-Papandropoulou Ioanna (1980) La réflexion métalinguistique chez l'enfant, Imprimerie nationale.

Bonhomme Marc (1998) Les figures clés du discours, Seuil.

Bonnet Clairelise (1986) « Définitions et conscience du signe chez l'enfant », in Revue Suisse de Psychologie pure et appliquée n° 45 (1/2), 29-53.

Bonnet Clairelise & Tamine-Gardes Joëlle (1984) Quand l'enfant parle du langage, Mardaga.

BrÉal Michel (1982) Essai de sémantique, Gérard Montfort.

Buridant Claude (1990) « Définition et étymologie dans la lexicographie et la lexicologie médiévales », in Chaurand & Mazière, 43-59.

Chambon Jean-Pierre (1986) « Remarques sur la notion d'étymologie populaire », in TRANEL n° 11, 37-50.

Chambon Jean-Pierre & Lüdi Georges (éds.) (1991) Discours étymologiques, Max Niemeyer Verlag.

Chantraine Pierre (1970) « Étymologie historique et étymologie statique », in Académie royale de Belgique, Bulletin de la classe des Lettres et des Sciences morales et politiques n° 56, 80-95.

Chaurand Jacques & Mazière Francine (éds.) (1990) La définition, Larousse.

Chauveau Jean-Paul (1991) « Discours étymologiques des locuteurs, des militants, des linguistes : à propos des rapports du gallo et du breton », in Chambon & Lüdi (éds.), 47-61.

Corbin Danielle (1987) Morphologie dérivationelle et structuration du lexique, Max Niemeyer Verlag.

Desbordes Françoise (1991) « La pratique étymologique des poètes latins à l'époque d'Auguste », in Chambon & Lüdi (éds.), 149-160.

Ferran Pierre (1982) Les perles du courrier administratif, Pierre Horay.

Fradin Bernard (1990) « L'opérationnalité de l'information lexicale », in Chaurand & Mazière, 149-171.

Frei Henri (1982) La grammaire des fautes, Slatkine.

Freud Siegmund (1901) Psychopathologie de la vie quotidienne, Payot.

Gadet Françoise (1987) Saussure, une science de la langue, PUF.

Genette Gérard (1976) Mimologiques. Voyage en Cratylie, Seuil.

Goyet Francis (1991) « Le locus ab etymologia à la Renaissance », in Chambon & Lüdi (éds.), 173-184.

GrÉsillon Almuth (1983) « Mi-fugue mi-raison. Dévaliser les mots-valises », in DRLAV n° 29, Université de Paris VIII.

Grunig Blanche (1990) Les mots de la publicité, Presses du CNRS.

Guilbert Louis (1975) La créativité lexicale, Larousse.

Guiraud Pierre (1986) Structures étymologiques du lexique français, Payot.

Hesbois Laure (1988) Les jeux de langage, Les Presses de l'Université d'Ottawa.

Kilani-Schoch Marianne (1988) Introduction à la morphologie naturelle, P. Lang.

Lafage Suzanne (1991) « L'argot des jeunes Ivoiriens, marque d'appropriation du français ? », in Langue française n° 90, 95-105.

Lallot Jean (1991) « ETYMOLOGIA : L'étymologie en Grèce ancienne d'Homère aux grammairiens alexandrins », in Chambon & Lüdi (éds.), 135-148.

Leiris Michel (1969) Mots sans mémoire, Gallimard.

Leiris Michel (1985) Langage tangage ou ce que les mots me disent, Gallimard.

Mazaleyrat Jean (1974) Éléments de métrique française, Armand Colin.

Miguet Marie (1991) « Simulacres étymologiques chez Michel Leiris », in Chambon & Lüdi (éds.), 239-250.

Nodier Charles (1984) Dictionnaire raisonné des onomatopées françoises, Trans-Europ-Repress.

Paulhan Jean (1953) Alain, ou la preuve par l'étymologie, Minuit.

Picoche Jacqueline (1986) Structures sémantiques du lexique français, Nathan.

Ponge Francis (1952) La rage de l'expression, Mermod.

Prieto Luis-J. (1975) Pertinence et pratique, Minuit.

Prieto Luis-J. (1975) Études de linguistique et de sémiologie générales, Droz.

[Reichler]-BÉguelin Marie-José (1990) « Conscience du sujet parlant et savoir du linguiste », in Sprachtheorie und Theorie der Sprachwissenschaft (R. Liver, I. Werlen & P. Wunderli [éds.]), Gunter Narr, 208-220.

[Reichler]-BÉguelin Marie-José (1993) « Motivation et remotivation des signes linguistiques », in A. Christol, C. de Lamberterie, J.-L. Perpillou (éds.), Étymologie diachronique et étymologie synchronique en Grèce ancienne, Klincksieck, 9-30 .

[Reichler]-BÉguelin Marie-José (1994) « La méthode comparative. Problèmes épistémologiques en diachronie linguistique », in Françoise Bader (éd.), Langues indo-européennes, Éditions du CNRS, 43-64.

[Reichler]-BÉguelin Marie-José (1995) « Saussure et l'étymologie populaire », in C. Normand & M. Arrivé (éds.), Saussure aujourd'hui, Numéro spécial de LINX, Université Paris X-Nanterre, 121-138.

Rosenstiehl Agnès (1983) Le français en liberté, Larousse.

Salmon Gilbert (1991) « L'étymologie populaire par attraction paronymique d'après l'exemple lyonnais », in Chambon & Lüdi (éds.), 63-98.

Saussure Ferdinand de (1974) Cours de linguistique générale, édition critique par T. De Mauro, Paris, Payot.

Tassy Pascal (éd.) (1986) L'ordre et la diversité du vivant, Fayard.

Vendryes Jules (1950) Le langage. Introduction linguistique à l'histoire, Albin Michel.

Wartburg Walther von (1934) Évolution et structure de la langue française, Teubner.

Wartburg Walther von (1969) Problèmes et méthodes de la linguistique (avec la collaboration de S. Ullmann), PUF.

Haut de page

Notes

1  Une version antérieure de la présente étude est parue dans Studi Italiani di Linguistica Teorica e Applicata, anno XiX, 2000 numero 2, 365-383. Nous remercions les éditeurs du numéro, et plus particulièrement le prof. Raffaele Simone, d’avoir permis la reproduction de cet article, sous une forme légèrement revue, dans le présent numéro de Semen.
2 « C'est la désignation d'une chose par le nom de celui qui en a la possession ou l'usage, ou qui est réputé l'avoir sous ses auspices. » (Fontanier, 1977 : 85).
3 Cet exemple m'a été aimablement rapporté par Josette Rey-Debove.
4 In Chambon & Lüdi [éds.] (1991: 47-61).
5 Cf. Buridant (1990: 43-59).
6 Cité par Bonnet (1986).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-José Béguelin, « Étymologie « populaire », jeux de langage et construction du savoir lexical », Semen [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 29 avril 2007, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/2414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2414

Haut de page

Auteur

Marie-José Béguelin

Université de Neuchâtel (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search