Skip to navigation – Site map

Le polémiste et le comique

Mongi Madini

Full text

1J’ai un projet d’ensemble d’étude sémiotique et argumentative de productions médiatiques récentes ayant pour dominante le comique et/ou la polémique pour lequel je voudrais articuler le cadre de l’argumentation dans la langue défini par Ducrot et une orientation sémio-énonciative qui privilégie la présence dans le discours du discours (de l’) autre, mise en scène du tiers-parlant et hétérogénéité constitutive (Bakthine, Peytard, Authier-Revuz). Une partie de mon corpus d’ensemble est constitué par une production télévisuelle spécifique qui appartient à l’histoire récente des médias, l’émission Droit de réponse1. Les problématiques que je mets en place croisent la question du sujet, plus précisément du sujet de l’énonciation envisagé comme principe de rassemblement d’une série de traces linguistiques et sémiotiques. Le discours polémique et le discours comique ne constituent pas des genres du discours mais pénètrent ces derniers (ici le débat télévisuel) et les structurent (cf. Bakhtine, Adam) en tant que dispositifs pragmatiques engageant deux positions différentes du sujet même si, bien entendu, comique et polémique peuvent faire alliance et si Droit de réponse propose justement beaucoup de séquences qui les mêlent.

2Je procèderai d’abord à une présentation de l’émission. Je retiendrai ensuite dans les définitions du discours polémique les éléments en adéquation avec la production discursive orale et plurisémiotique qui m’intéresse ; je rappellerai plus rapidement certaines caractéristiques du discours comique. Je dégagerai enfin quelques stratégies spécifiques et leurs manifestations du point de vue de l’inscription du sujet dans son discours.

1. La formule de l’émission

3Droit de réponse de 1981 à 1986, a mis au point une formule particulièrement séduisante et efficace dont polémique et humour sont des composantes-clés. L’émission, créée juste après la victoire des socialistes aux présidentielles au moment où le paysage télévisuel change du fait de l’introduction des chaînes libres, a remporté un grand succès en créant un espace de liberté d’expression, une sorte de forum médiatique.

4 Si l’émission doit en partie sa force à son réalisateur Maurice Dugowson2, elle est très marquée par son animateur, Michel Polac, journaliste de formation littéraire.

5L’émission a un titre double qui met en relief l’importance de l’interdiscours. « Droit de réponse » suppose un discours préalable d’attaque ; « esprit de contradiction » reconsidère positivement une attitude associée à la mauvaise foi et vue comme un défaut et aussi remotive un syntagme figé. Les deux titres préparent une valorisation de la polémique et de la confrontation d’idées. Chaque émission a en outre un titre spécifique.

6J’en ai choisi deux ici qui témoignent déjà du caractère provocateur et/ou parodique de la plupart des titres.

7Faut-il tuer Coluche ? (18 juin 1983). L’épisode de la candidature de Coluche aux présidentielles de 1981, annoncée puis retirée est encore présente dans les esprits et un certain désenchantement, une certaine déception est apparue face au gouvernement socialiste. Ce contexte est déterminant pour interroger la relation des Français au politique même si ce n’est pas le sujet explicite. Ce sont des conceptions du comique et de son rapport à la vie publique qui sont en jeu. L’émission est très marquée par la mise en scène.

8Inch Allah (25 mai 1986). L’émission reste d’actualité en 2000 en ce qui concerne l’Islam en France mais le contexte de 1986 est assez différent ; la référence à la relation entre Islam et terrorisme passe alors non par l’Algérie mais par la révolution iranienne ; des otages français sont à l’époque toujours prisonniers au Liban et Michel Seurat a été exécuté peu de temps auparavant. L’émission permet d’observer un exercice sérieux de la polémique même si l’humour n’est pas absent.

9Le direct tout d’abord en fait une « émission à risque »3, un événement de parole hebdomadaire ; l’effet d’authenticité va avec le dérapage possible (et attendu ?). L’émission se caractérise par un dosage entre préparation et spontanéité. Une part d’improvisation est maintenue.

10La disposition spatiale participe à la construction du sens dans les relations interdiscursives du polylogue et l’échange polémique. Les participants, présents en grand nombre, ne se départagent pas strictement entre intervenants et public. Ils sont tous des interlocuteurs potentiels même si certains invités sont présentés. Ces interlocuteurs ne sont pas forcément proches les uns des autres ni en face-à-face ; pas de cercle et d’arrière-plan, ni d’amphithéâtre (comme dans La Marche du siècle).

11C’était une innovation et peut-être qu’aucune autre émission n’a adopté exactement cette disposition, dans un espace mi-public, mi-intime. Les participants sont assis à des tables, un peu comme dans un café, et les regroupements font attendre des échanges, par exemple que ceux d’une même table parlent entre eux, ce qui n’est pas le cas (à l’écran au moins). La disposition globale est celle d’un cercle au centre duquel se trouve Polac ; les zones qui sont les plus proches de l’animateur sont plus fortes que les autres, mais n’importe qui peut intervenir de n’importe où à n’importe quel moment sans demander la parole officiellement. L’effet de surprise qui en résulte peut aller jusqu’à la déstabilisation du locuteur du moment et peut créer un sentiment d’insécurité, la volonté de Polac étant que des rebondissements puissent intervenir à n’importe quel moment.

12L’émission fait se succéder des événements sonores : la musique, indicateur classique, les voix off des Rebuts de presse, certaines annonces (celle des Rebuts de presse justement) à valeur démarcative ; la variation des intensités est importante, et il y a des phases différentes : superpositions de voix, tirades, brouhaha, reprise en main, rires. L’augmentation de l’intensité correspond à des tentatives de se faire entendre dans la cohue éventuellement ou d’imposer la force de son dit par le dire.

13Droit de réponse se caractérise aussi par un dispositif sémiodiscursif, plus ou moins original que j’envisagerai beaucoup plus du point de vue de l’émission que de celui de la réception. La pluralité des instances est classique dans une production télévisuelle : chaîne - qui est à l’origine de la décision de suppression de l’émission en 86 -, producteur, réalisateur, animateur. Dans cette émission fortement marquée pour de nombreux aspects par la personnalité de Polac, on peut distinguer deux lieux de production sémiotique (le plateau et l’écran) et quatre instances énonciatives complémentaires (Michel Polac, les participants, les dessinateurs et vidéographes, le réalisateur). Le plateau est occupé par le meneur de jeu et les participants et l’écran est investi par les dessinateurs et vidéographes, et contrôlé par le réalisateur.

14Polac a une place centrale sur le plateau et un rôle essentiel qui ne se borne pas à celui d’animateur : meneur de jeu et régulateur il ouvre et relance le débat, déroule un questionnement, passe d’une rubrique à l’autre, règle le temps (annonçant la fin par exemple) sans se soucier beaucoup de l’équilibre des tours de parole, sauf de temps à autre. Il sollicite et interroge pour multiplier les points de vue, orienter ou réorienter le débat. Il suscite et laisse se dérouler les échanges plus qu’il ne les réglemente. Dans d’autres émissions comparables, les participants demandent la parole et l’animateur la leur accorde. Polac, lui donne ou laisse prendre la parole, demande de se taire. Il observe les échanges en interrompant rarement sauf aux moments de confusion, mais il intervient aussi comme interlocuteur, et notamment comme contradicteur qui parle en son nom propre, introduit des informations, documents et reportages, exprime des jugements et des positions. Engagé et représentant de l’esprit de contradiction qui donne son titre à l’émission, il se défend pourtant d’être partial.

15On peut distinguer parmi les participants deux sortes d’invités : ceux qui correspondent à des sources et des positions officielles (leur présentation par Polac4 constituant une forme d’investiture, d’argument d’autorité mais pas pour autant une position de force), et les anonymes qui ont quelque chose à dire par rapport au sujet traité sans pour autant être reconnus avant leur prise de parole, parfois très brillante. Si l’un des rôles de Polac est l’organisation des échanges, il joue aussi du fait que, dans les échanges polémiques, la parole est bien plus prise que donnée. Une certaine ambiguïté règne : la prise de parole est accomplie par l’acte de la prendre et non par la demande de la prendre. L’animateur est parfois considéré comme un relais mais aussi (et de plus en plus au fur et à mesure du déroulement de l’émission en raison d’une autonomisation du débat) les participants vont en interpeller d’autres directement (pas forcément en passant par l’animateur) en accompagnant cette interpellation par différents gestes.

16Les icônes humoristiques assorties de légende qui s’apparentent à des caricatures de presse instaurent un discours et un espace tiers proposé sur l’écran aux participants aussi bien qu’aux récepteurs. Au début de l’émission les Rebuts de Presse ancrent l’émission dans l’actualité de la semaine en la déroulant jour par jour sur un mode corrosif et selon un principe d’alternance qui suggère un commentaire de la presse ; des extraits de journaux apparaissent à l’écran, découpés, soulignés parfois et une voix masculine les lit, puis en contrepoint, des dessins avec des légendes que lit une voix féminine. Ces rebuts présentent de la presse écrite transformée (pages de journal, et dessins proprement dits) ; ils élargissent le champ de la polémique potentielle. Mais ce récapitulatif n’est pas la seule forme de présence des dessins. Les mêmes artistes (Loup, Siné, Cabu) interviennent en direct et à leur gré par de l’iconique et du scriptural. Ces vidéogrammes sont une originalité de l’émission ; ils la ponctuent, suscitent des réactions, cristallisent des positions. Il s’agit de dessins qui apparaissent en transparence par superposition et qui commentent les échanges de façon ironique et irrévérencieuse et participent donc à la polémique alors que leurs auteurs ne sont pas directement impliqués dans les échanges. Polac donne parfois lecture des légendes qui accompagnent le plus souvent les dessins, mais ceux-ci peuvent aussi apparaître et disparaître sans être particulièrement signalés verbalement.5

17L’animateur mène le jeu discursif mais ce que montre le réalisateur (à savoir les échanges et aussi les dessins) lui échappe en dépit de la régulation par le moniteur. Le réalisateur fait voir aux téléspectateurs ce spectacle complexe de la parole et au plateau également, sur un écran de contrôle. Il impose un rythme par des choix de cadrage, privilégie à l’image tels ou tels échanges et manifestations non-verbales. Le téléspectateur ne voit pas forcément ce (ceux) que voit l’animateur et ce que voient les autres et réciproquement ; le hors-champ est exploité.

18On remarquera que toutes ces instances d’émission sont en même temps instances de réception des unes et des autres. Quant aux téléspectateurs, récepteurs non participants, ils sont plus ou moins mentionnés et pris à témoin dans les discours mais aussi par les regards, celui de l’animateur surtout.

2. Discours polémique/comique du discours et positions du sujet

19Je retiens quatre traits caractéristiques du discours polémique, considéré comme une des variétés du discours « agonique et persuasif » (Angenot, 1980 :32) : visée de disqualification, tension de l’échange, discours de réfutation, discours de persuasion. Ces traits sont empruntés essentiellement à Maingueneau (1979), Angenot (1982) et Kerbrat-Orrechioni (1980), bien que ces ouvrages traitent essentiellement de productions écrites. Sans prétendre donner une description générale du discours polémique oral, je fais l’hypothèse que celui-ci n’est pas polémique de bout en bout mais présente des séquences polémiques. Des éléments linguistiques (enchaînements, citation immédiate de ce qui vient d’être dit sous forme de reprise-écho, troncation) et paralinguistiques (prosodie) sont déterminants et la présence physique a des incidences notamment pour la manière dont l’éthos intervient. Le polémique est une composante du débat susceptible d’émerger ou d’être mobilisée à un moment ou un autre où la disqualification l’emporte. Elle peut être cultivée pour elle-même, à des fins d’affirmation d’identité par exemple ou constituer une stratégie argumentative. Dans Droit de Réponse le discours polémique n’est pas un donné, mais un construit ; il n’est pas constamment présent mais correspond à des moments saillants.

2.1. La visée de disqualification

20Le discours polémique vise une cible et tente de la disqualifier par la dévalorisation, la ridiculisation. Cette volonté de disqualification suppose une agressivité plus ou moins intense, pouvant aller jusqu’à l’injure par exemple. Ainsi Coluche dit à une dame qui dénonce sa vulgarité et qui a indiqué sa profession d’antiquaire « Allez vous occuper des antiquités qui sont de votre âge ».

21 La disqualification peut être apparentée métaphoriquement à une « exécution » de l’adversaire. Dans l’émission Faut-il tuer Coluche ? Coluche, qui y participe déguisé en Zorro, retourne son arme contre lui et fait semblant de se suicider. Une fois qu’il a quitté le plateau certains invités qui réagissent aux échanges qui ont eu lieu en sa présence et à son départ considèrent qu’il a été fragilisé, voire « mis à mort ».

22La disqualification peut dénier la légitimité de la parole de l’interlocuteur et aller de pair avec une affirmation identitaire. Le discours polémique procède à la fois « en nommant son adversaire,[et] en renforçant les limites de son individualité » (Maingueneau, 1979 : 19). Cette disqualification peut s’exercer plutôt contre une personne par tel ou tel de ses attributs ou plutôt contre un discours, en procédant notamment dans ce cas par citation.

La polémique en tant que processus réglé d’exclusion de l’Autre, constitue un moyen de renforcer sa propre clôture en l’ouvrant fictivement à cet Autre qui menace votre intégrité.[...] Par la citation, l’Autre est impérativement convié, mais c’est pour mieux être annulé (ibid. )

23La disqualification, en particulier dans l’échange télévisuel s’effectue à partir d’un repérage des lieux et des moments à déstabiliser, à déplacer sémantiquement et argumentativement en opérant sur le dit ou sur le dire (ex. intonation de la dame antiquaire).

2.2. La tension de l’échange

24Dans le discours polémique, les interlocuteurs sont des adversaires potentiels. Kerbrat-Orecchioni rappelle que métaphoriquement la polémique est une guerre verbale et que les discours qui en participent sont marqués par une vivacité, un caractère agressif qui les distingue du débat mais aussi de la querelle qui dégénère et aboutit à l’affrontement pour lui-même, le contenu important peu.

25Donc les échanges polémiques dans lesquels le contenu est déterminant sont dominés par une tension plus ou moins forte, par la délimitation de positions et par des procédures d’attaque. Mais en même temps une régulation de la tension intervient pour que le dialogue se poursuive. L’agressivité est contrôlée pour éviter la rupture de contact et pour ménager la possibilité de convaincre. Pour pouvoir relancer le discours polémique et renchérir, il faut laisser à l’autre la latitude de répliquer. Il repose sur un principe de discussion acceptée et recherchée. Le « désaccord » porte sur certains points mais il y a accord sur des « bases discursives », « un ensemble idéologique » (Kerbrat-Orecchioni, 1980 : 28). La double construction du verbe polémiquer est intéressante à cet égard : on dit « polémiquer contre » mais aussi « polémiquer avec ».

26Ainsi dans Inch Allah, il n’y a de part ni d’autre pas d’intégriste mais des intervenants relativement libéraux et modérés même s’ils défendent des positions très différentes.

2.3. Discours de réfutation/discours de persuasion

27Le discours polémique installe et circonscrit ses « autres » de manière contrastée. Ce « contre discours », comme le nomme Kerbrat-Orecchioni dans la ligne de Bakhtine, est toujours plus ou moins porteur du discours de l’autre même quand la médiation citationnelle ou l’effet d’écho n’intervient pas explicitement. Le discours polémique est éminemment dialogique. La tentative de « falsifier la parole de l’autre » (Kerbrat-Orecchioni) suppose la reprise et l’altération

Dans un espace discursif de type polémique chacun des deux discours peut se trouver en position de discours-agent ou de discours patient : le « discours-agent », c’est celui du point de vue duquel (et donc au profit duquel s’exerce l’activité polémique), tandis que le « discours-patient » sera le discours adverse en tant qu’il est intégré et défait par le discours agent. Les règles de traduction interdiscursive peuvent alors se définir comme règles de transformation d’un discours-agent en discours-patient ; dans la polémique le discours traducteur est nécessairement agent (Maingueneau, 1979, p. 20).

28Mais le discours polémique se définit aussi comme un discours de persuasion. « Le polémiste établit sa position, réfute l’adversaire, marque les divergences en cherchant un terrain commun d’où il puisse déployer ses thèses » (Angenot, 1982 : 21). La disqualification elle-même n’est pas une visée ultime, elle est au service de la persuasion. Qui s’agit-il de convaincre ? L’adversaire, l’interlocuteur ou des tiers, spectateurs dans le cas de l’émission ou autres participants potentiels ?

29Les échanges peuvent apparaître comme une tentative d’élimination symbolique de l’autre, mais ils interviennent forcément entre des locuteurs qui se considèrent comme des interlocuteurs au sens plein du terme.

2.4. Comique du discours

30Olbrechts-Tyteca dont les travaux font toujours autorité dans le domaine, établit un lien fort entre comique et argumentation : le discours argumentatif en général vise la persuasion et le discours comique le rire, l’un pouvant être mis au service de l’autre et réciproquement. Je reprends (cf. Madini, 1993) les traits qui sont considérés comme fédérateurs du comique du discours (plutôt que de discours comiques difficiles à délimiter) sous l’angle des stratégies de communication.

31Depuis Aristote et sa définition de la comédie par le « bas », en passant par Bergson et l’idée d’une action de dégradation par le comique, jusqu’aux analyses de Freud portant sur le mot d’esprit tendancieux, le caractère offensif, voire agressif du rire est bien connu. Il peut rejoindre par là et sa dimension critique (par exemple dans la satire) se rapproche de la visée de disqualification du polémique. Le comique peut donc viser une cible mais la dégradation doit s’exercer sur le plan discursif et non réel. La dévalorisation est d’abord une relativisation, le déplacement vers le bas de la valeur sur une échelle (cf. Sareil, Defays).

32Le discours comique peut se définir par la prééminence des effets perlocutoires (réaction de rire provoquée chez le récepteur). Il faut l’envisager à la fois spécifiquement et solidairement aux deux pôles de la production et de la réception-consommation-interprétation. Souvent il joue avec l’attente du récepteur qui anticipe sur une certaine conclusion et dont le calcul est déjoué. C’est une conclusion inattendue qui apparaît ou qu’il incombe au récepteur d’élaborer. Celui-ci est mis à l’épreuve mais aussi soumis à une tentative de séduction.

33Non seulement le comique discursif se caractérise par une mobilisation très forte et très particulière de l’implicite avec le travail d’interprétation que cela suppose, mais encore, comme le discours fictionnel en général ou encore comme le discours poétique, il suspend le contrat tacite de vérité qui fonde les échanges verbaux. Il est paradoxal, car il repose sur une feinte, mais celle-ci doit être reconnue comme telle grâce à certains indices pour qu’il soit possible d’accéder au contenu sémantique. Ce détachement par rapport au réel produit une mise à distance. Mais on assiste aussi à un dédoublement des identités énonciatives et à leur mise en scène.

34Alors que le discours polémique suppose un fort engagement du sujet, une adhésion manifestée de celui-ci à son dit et des marques de présence très explicites et insistantes, le discours à dominante comique suppose des masques, va avec une mise en scène, exige une reconstitution de parcours.

35La différenciation opérée par Ducrot (1984) dans sa théorie de la polyphonie énonciative entre énonciateur et locuteur et certains concepts hérités d’Aristote (éthos-pathos-logos) est éclairante. Le polémiste vise un agir direct, tandis que le comique est toujours dans « le discours indirect ».6 Le polémiste cherche à agir par et sur le logos certes (raisonnement, mécanismes discursifs) mais en disqualifiant, il intervient sur le plan du pathos. Qu’il s’agisse du polémiste ou de sa cible, même s’ils restent distincts (notamment quand la cible n’est pas une personne mais un discours), énonciateur et locuteur restent dans des zones de proximité. Le comique même s’il dénonce, s’accompagne d’une dérision et d’un rappel de son caractère discursif ; l’éthos de l’énonciateur est nettement dissocié de celui du locuteur.

3. Quelques stratégies

3.1. Ethos et disqualification

36Cette notion d’éthos issue de la rhétorique antique et plus particulièrement aristotélicienne a retrouvé une grande place dans le champ pragmatique notamment7 et permet d’appréhender sous un certain angle la question de la manifestation du sujet dans le discours. Elle insiste sur le rôle de la perception de la personnalité du locuteur dans la réception de son discours et sur la force persuasive qui en découle ou non. L’éthos peut être vu comme exclusivement manifesté par le discours ou comme un arrière-plan du discours qui conditionne sa réception (les fameuses « mœurs oratoires »), comme construit à partir des dires ou à partir du vécu réel.

37L’émission permet de constater combien la qualité du parleur, ses caractéristiques, ce qui est connu et présenté de lui peuvent être déterminants et combien l’affirmation de soi pour légitimer sa parole ou la disqualification de l’autre suppose une mise en scène du sujet dans le discours.

38On le constate notamment avec tout ce qui tourne autour de la mise en cause ou de la revendication de l’identité (sexuelle, religieuse, nationale, politique etc.). Ainsi dans Inch Allah, la sociologue marocaine F. Mernissi impose sa parole en tant que c’est celle d’une femme. Lorsqu’elle s’adresse au journaliste Peroncel en disant « Vous n’avez aucune idée de ce que ça fait du bien à un homme d’écouter une femme », en provoquant les rires, elle le contraint au silence et donne d’autant plus de force à son assertion que la condition féminine dans les pays d’Islam a été évoquée auparavant et que ce même journaliste l’a dénoncée. Un peu plus tôt la sociologue lui avait reproché indirectement d’accaparer la parole en faisant allusion à son apparence physique, sans s’adresser à lui « La prochaine fois je me raserai la tête pour pouvoir parler ». Cette même sociologue disqualifie un journaliste allemand lorsqu’il parle des Turcs en rappelant implicitement sa nationalité : elle dit en effet que les Turcs deviennent intégristes parce que les Allemands sont racistes.

39L’ancrage identitaire peut être marqué fortement par la langue ou la parlure utilisée. Quelques propos s’énoncent ou s’échangent en arabe entre les interlocuteurs de Inch Allah avec des effets de connivence et/ou de compétence ; plusieurs des participants de Faut-il tuer Coluche ? recourent à un registre très familier, comme s’ils parlaient le « coluchien ». (Ex. : « Toi tu fais ça pour la thune » « Quand tu dis aux gens de pas voter c’est un peu con » « Tu me fais plus marrer Coluche »).

40Le passé et le parcours personnel peuvent intervenir, évoqués par l’intéressé ou non. L’excès des éloges concernant l’Iran et son régime émanant d’un spécialiste que Polac a présenté avec respect (Monteil) le rend suspect ; son autorité est sapée quand il fait intervenir son expérience personnelle avec une satisfaction narcissique évidente (il a été reçu en Iran avec les honneurs) ; Coluche est plus ou moins discrédité par un interlocuteur (journaliste à L’Express) qui lui reproche de s’être abstenu de dire quoi que ce soit contre la famille princière au temps où il travaillait à RMC. Le fait que ce soit Séguéla qui défende en Coluche un poète est raillé par un participant qui rappelle le métier de publiciste de Séguéla et sa relation avec l’argent.

41Le statut des intervenants les leste plus ou moins d’une certaine légitimité avant même qu’ils s’expriment mais ils peuvent ou augmenter leurs atouts ou les ruiner. Polac est à cet égard un médiateur mais aussi celui qui détient une autorité très forte (par exemple il montre en professeur une carte des mulsumans dans le monde -Inch Allah-, il intercale les reportages, produit les archives par exemple une conférence de presse-repas de Coluche pendant la campagne électorale annonçant une grève de la faim...). Il caractérise les invités, les désignant assez souvent de manière stéréotypique : les « jeunes » ou « l’étudiant » dans l’émission Faut-il tuer Coluche ?, le « Candide » dans Inch Allah. Dans cette dernière émission il montre les livres écrits par certains des invités à la fin et non comme un préalable qui leur permettrait de s’abriter derrière leur production. Mais dans Inch Allah, qu’ils aient écrit ou non, la plupart des participants sont des intellectuel avec des degrés d’autorité différents liés à leurs éventuels travaux, à leurs prise de position, à leur degré d’implication. Ces degrés sont perceptibles notamment en fonction des références partagées ou non (intervenants qui se connaissent et sont connus ou non des téléspectateurs).

42La distance, le désintéressement peuvent jouer favorablement. Dans Faut-il tuer Coluche ? l’insistance du député PS D. Taddei à dénoncer à plusieurs reprises l’absence des autres députés invités apparaît comme une volonté de récupération des bénéfices de sa présence à lui. Le locuteur risque d’être aliéné par sa propre verve polémique comme le journaliste Peroncel qui finit par être discréditable parce qu’il a toujours quelque chose à dire.

43Les effets de la répartition inégale de la parole ne sont pas complètement prévisibles. Le fait de n’avoir encore rien dit (par exemple un immigré kabyle athée qui attend d’être sollicité dans Inch Allah puis témoigne longuement) ou le fait d’avoir beaucoup parlé (Peroncel dans Inch Allah, Séguéla dans Faut-il tuer Coluche ?) peut pour des raison inverses donner un espace et un impact de parole privilégié.

44Les participants de l’émission pratiquent plus ou moins la disqualification en relation avec l’éthos selon qu’ils s’adressent plus ou moins à un individu particulier, tendent plutôt à attaquer, une personne ou un discours, une position dans un mouvement de navette entre particularisation et généralisation du discours auquel il est réagi.

3.2. Humour et comique

45Il y a une sorte de pacte préliminaire dans Droit de réponse, pour les participants et dans une certaine mesure pour les téléspectateurs, c’est d’admettre le débat et un certain ton marqué par la dérision et un humour souvent offensif notamment dans les icônes. Certains rompent le pacte, soit sur le plan de la polémique, soit sur celui de la tonalité irrévencieuse en partant (cf. dans l’émission sur Coluche, Coluche lui-même et un prêtre, le père di Falco).

46Dans Inch Allah un partage peut s’établir entre ceux qui ont recours à l’humour pour le mettre au service de leur argumentation (l’immigré kabyle athée disant par exemple en souriant « Des non-croyants en Algérie, Dieu sait si j’en connais... », un journaliste iranien disant qu’il peut rentrer dans son pays « mais sortir, c’est une autre affaire »....) et ceux qui s’en abstiennent absolument (l’universitaire Arkoun, le vice-recteur de la Mosquée par ex.). Cet humour se manifeste comme une distance et peut consister en commentaire sur son propre dit ou celui des autres ; il peut aussi être un moyen polémique spécifique. Dans Faut-il tuer Coluche ? la situation est compliquée, voire paradoxale, par le fait que le thème est le comique et son statut dans la vie politique. Coluche n’est plus seulement le comique professionnel qui a pour vocation d’amuser ; c’est lui qui fait l’objet de la polémique et doit défendre la fonction du comique tout en faisant un numéro. Il oscille entre une position où l’éthos de Coluche- énonciateur comique et celui du locuteur-personne sont dissociés et une position où ils tendent à se rejoindre. Ce qui explique pour une part le malaise de l’émission.

47Procédant de la prise de distance, du décalage, l’humour permet d’escompter, sinon de s’assurer d’une prise d’autant plus forte qu’elle se développe en dehors de l’interlocution principale (dans le cas des vidéogrammes) ou en fonctionnant comme un commentaire dans la marge de celle-ci. Il peut certes être exclusivement verbal comme dans les répliques de la sociologue d’Inch Allah que j’ai déjà citées, mais il emprunte avec prédilection d’autres supports sémiotiques que comporte la situation télévisuelle. Lorsque Coluche, suggérant la mascarade du fait du déguisement et des accessoires, arrive en Zorro, - peu classique avec des plumes roses sur la tête et des traces de rouge à lèvres sur sa veste blanche et d’énormes gants de boxe jaunes - accompagné de toute une suite (d’autres Zorro, classiques eux, parmi lesquels son fils aussi, un groupe de jeunes femmes en maillot de bain, façon Clodettes), il place l’échange sous le signe du spectacle, d’une dérision qui devrait dédramatiser, du masque comique qu’il ne quitte pas mais il incarne aussi une figure de justicier en danger. On ne sait pas trop s’il comparaît comme un prévenu ou bénéficie d’une tribune. De façon très claire, il utilise l’humour comme une arme. Un participant, assez critique à son égard et dont le discours syndical est très orthodoxe (il s’agit d’un représentant du PCF aux Halles), dialogue gestuellement sur le même mode spectaculaire et distancié quand il sort son pistolet à eau pour répondre à Coluche qui l’a aspergé.

48Les vidéogrammes participent très systématiquement et d’un commentaire en surimpression qui accompagne le déroulement de l’émission et d’un processus de disqualification plus offensif que celui que les échanges mettent en œuvre, susceptible de relancer ou de dynamiser la polémique. Les vidéographes interviennent de biais et avec une grande force déstabilisatrice parce qu’ils le font depuis un autre lieu et sur un autre mode : absents du plateau, ils ne sont pas des participants des échanges ; d’autre part ils recourent à un autre moyen sémiotique qui synthétise comiquement une position, une appréciation. La suppression des vidéogrammes dans Inch Allah, pour ne pas choquer l’auditoire, est révélatrice de leur portée.

49Je prendrai d’abord deux exemples en dehors de mon corpus. Dans une émission sur le thème des riches et pauvres, une ancienne championne de ski devenue chef d’entreprise, affiche son appartenance politique à droite en disant à peu près « il ne faut pas donner d’argent aux fainéants, les riches paient, y en a marre ». Apparaît en transparence le vidéogramme suivant : une boîte de fromage avec la légende parodique « La vache qui skie, 0% de matière grise ». Dans une autre émission portant sur les médecines parallèles, alors que Rika Zaraï fait l’éloge des bains de siège et critique les médecins qui ne veulent pas reconnaître leurs vertus, on voit apparaître le dessin suivant : un homme en train de prendre un bain de siège et le texte « Contre le ténia faites des bains de siège de plantes carnivores ». Dans les deux cas les dessins visent l’interlocuteur alors même qu’il est en train de parler et qu’il est à l’écran. Dans Faut-il tuer Coluche ? c’est le cas pour le député Taddei. Alors qu’il minimise la candidature de Coluche et considère qu’elle a rendu service à la gauche on peut le voir caricaturé disant « Je l’avoue, j’ai voté Coluche ». Lors d’une autre des ses interventions postérieure au départ de Coluche, on voit un dessin qui représente d’un côté Coluche baissant son pantalon et faisant « Prout » et de l’autre un homme ceint d’une écharpe tricolore et appréciant « C’est très amusant ». Mais deux autres vidéogrammes constituent un commentaire critique sur l’ensemble de l’émission en renvoyant à une réflexion sur le comique ; alors que des jeunes s’expriment, plutôt favorables à Coluche, le dessin montre un quidam désolé « Merde, ils sont sérieux ! » ; plus tard, alors que plusieurs assauts ont été portés, on voit Coluche à quatre pattes, avec des banderilles plantées dans le dos disant « Je croyais que c’était pour rire ».

50Le vidéographe apparaît un peu comme un élément parasitaire qui révélerait une information cachée et donnerait une vision différente des protagonistes.

3.3. Mises en scène du tiers parlant

51La reprise en écho modifié d’un terme ou d’une phrase, la citation des propos de l’interlocuteur constituent des phénomènes discursifs fréquents dans la polémique. Dans la perspective de l’intersémioticité, un autre type de citation /monstration qui fait intervenir un morceau rapporté, qui exhibe et intègre un élément extérieur est particulièrement intéressant.

52Le discours polémique peut procéder par attaque directe ou recourir à la médiation et/ou au retournement d’un discours cité ou montré avec une pertinence particulière dans le contexte télévisuel qui rappelle la présence de la caméra et des récepteurs téléspectateurs visés qu’il s’agit en fin de compte de convaincre.

53Les échanges polémiques sont évidemment marqués par un interdiscours de proximité lié à la situation dialogale avec ses reprises et ses échos et à des stratégies rhétoriques spécifiques. Dans la mesure où je ne me livre pas ici à une analyse de détail des interactions, je n’en donnerai que quelques exemples

Peroncel Les musulmans doivent s’habituer...ils sortiront de l’impasse dans laquelle ils sont quand ils regarderont les problèmes en face

Arkoun Nous ne sommes pas dans l’impasse (Inch Allah)

Scholl-Latour Le monde musulman retourne à ses sources [...] [plusieurs tours de parole]

Mernissi M. Scholl Latour parle de ce que les chefs d’Etat disent, pas des paysans. Le paysan il n’a jamais quitté l’Islam [...] c’est le mot retour que je trouve ridicule (Inch Allah)

Un ancien combattant Je te parle au nom des 1 million 500000 morts de 14-18 que tu as insultés 

Coluche Je n’ai tué personne en 14-18 (Faut-il tuer Coluche ? )

54On y repère aussi des topoï qui s’activent à un moment ou à un autre. Ainsi dans Inch Allah le parallèle historique introduit par Polac et repris par plusieurs participants fait monter la tension ; le parallèle entre l’Allemagne nazie, la Russie communiste et l’Iran islamiste sur la base du décalage entre la réalité de l’oppression et la façade proposée aux visiteurs permet une forte incrimination d’un écrivain, Monteil, qui paraît complètement fasciné (« j’ai été serré sur leur cœur » dit-il des dirigeants iraniens qui l’ont reçu). Dans le sillage de ce topos, certains arguments avancés bien avant sont retournés : la révolution iranienne est populaire mais le national-socialisme l’était aussi ; ce qui est populaire n’est donc pas forcément positif.

55La citation-monstration constitue bien semble-t-il à la télévision une catégorie spécifique. La citation acquiert une matérialité iconique, graphique ou d’objet. Cette citation-monstration est fréquente dans l’émission Droit de Réponse. Ainsi dans Faut-il tuer Coluche ? le texte de la candidature de Coluche aux présidentielles montré d’abord en plein écran avant qu’on voie Coluche le lisant à haute voix ; dans Inch Allah, des livres en arabe montrés par la sociologue marocaine.

56Les superpositions du vidéographe et leur commentaire oblique s’en rapprochent mais font intervenir, même si la légende est relue par Polac, d’autres interlocuteurs qui s’intercalent plutôt qu’une parole rapportée.

57La monstration de documents a un caractère irréfutable de pièces à conviction ; une autorité liée à une existence prouvée. Elle est une citation mixte iconique et verbale qui s’inscrit dans une série de formes possibles de citation. Ainsi dans Inch Allah le représentant de la Ligue Arabe s’attache à démonter les stéréotypes péjoratifs fondés sur des discours faux en démystifiant la presse française qu’il produit à plusieurs reprises sur le mode de citations peu commentées mais d’autant plus dénoncées.

Amal on dit chiites, moi je sais, j’ai vécu professionnellement au Liban […] j’ai vu des chrétiens faire partie de Amal mais comme dire qu’un chrétien est terroriste n’est pas crédible, la presse française, je pense à l’Express par exemple sort une couverture « L’Express a été le premier à dévoiler le terrorisme chiite » [en parlant] par ex. Georges Ibrahim Abdallah qui est un maronite extrémiste [...] Avant-hier dans France-Soir il y avait un article Islamintern et pour parler de G. Habache [..] [plusieurs tours de parole]

 Monsieur Ladislas de Hoyos le présentateur de télévision a dit « Trente deux suspects arabes ont été arrêtés ils sont essentiellement iraniens »8

58Sans même indiquer le nom du journal (mais Le Figaro sera lisible un peu plus tard quand le journal est prêté à un autre invité), il va se contenter de montrer une double page, où une photo de musulmans en prière est surmontée du titre suivant « Marseille, capitale de la peur et de la violence »9, en lisant le titre et en rappelant que les hommes prient.

59Dans Faut-il tuer Coluche ? des images de Coluche (en spectacle-meeting, en conférence de presse-farce) extraites de films sont montrées, mais Coluche sur le plateau produit un show assez outrancier où il va dans une certaine mesure jusqu’à l’auto-parodie. Ce show comporte plusieurs moments plus indécis (entre sérieux et dérision) de mime-parodie du discours et du comportement d’homme politique (notes et mentions de chiffres officiels, allocution officielle et ennuyeuse). Le discours relaté y est donc particulièrement riche et complexe.

Conclusions

60Michel Meyer (1993), en caractérisant le parcours historique de la rhétorique, place sa spécificité pour la modernité dans « le rôle de la subjectivité » (1993 :15) et redéfinit la rhétorique comme « la négociation de la distance entre [des] sujets [...] à propos d’une question, d’un problème ». Discours polémique et discours comique dans leur traitement de la distance illustrent des types de négociations différents.

61Droit de Réponse combine de façon originale caractère polémique et veine comique. L’activité polémique met son sujet offensif en relation avec plusieurs « autres », à attaquer de face ou de biais, à tenter de convaincre. Le comique largement entendu avec son sujet dissocié participe de la théâtralisation, donne des illustrations argumentatives constitutives avec le vidéographe et avec la position ironique (mais non désengagée) de Polac. L’émission montre que l’inscription d’un sujet ne se fait pas seulement dans son discours, mais dans et selon le genre du discours et la situation. Cette inscription polémique et/ou comique est dans tous les cas intersubjective et intersémiotique.

Top of page

Bibliography

ADAM J-M., Les Textes : Types et prototypes, Nathan Université, 1992.

ADAM J-M., Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes , Nathan Université, 1999.

ANGENOT M., La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Payot, 1982.

AMOSSY R. et alii ², Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1999.

AUTHIER-REVUZ J., Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles énonciatives et non-coïncidences du dire, Larousse, 1995.

BAKHTINE M., Le Marxisme et la philosophie du langage, Minuit, 1977.

BAKHTINE M., Esthétique de la création verbale, NRF, Gallimard, 1984.

DEFAYS J-M., Le Comique, « Mémo », Seuil, 1996.

DUCROT O., Le dire et le dit. Principes de sémantique linguistique, Minuit, 1996.

DUCROT O., Dire et ne pas dire, Hermann, 1972.

DUCROT O. et ANSCOMBRE J-C., L’Argumentation dans la langue Margada, Bruxelles, 1983.

KERBRAT-ORECCHIONI C., « Du discours polémique » in « Linguistique et Sémiologie n° 9 », PUL Lyon, 1980.

MADINI M., Dits et écrits d’un comédien de la parole. Approche sémio-linguistique du comique chez Raymond Devos (Thèse de Doctorat en Linguistique sous la dir. de J. Peytard, 1993.

MADINI M., Devos montreur de mots. Discours comique et construction du sens, Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, Les Belles Lettres, (2001, à paraître).

MAINGUENEAU D., Sémantique de la polémique. Du discours à l’interdiscours (Thèse Parix X Nanterre, microfiches), 1979.

MEYER M., Questions de rhétorique. Langage, raison, séduction, Le Livre de Poche, 1993.

OLBRECHTS-TYTECA L., Le Comique du discours , Editions de l’ULB, Bruxelles, 1974.

PEYTARD J., Syntagmes 4. De l’évaluation et de l’altération des discours, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Les Belles Lettres, 1992.

PEYTARD J. et MOIRAND S. (éd.), Semen n° 8 « Configurations discursives », Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Les Belles Lettres, 1993.

SAREIL J., L’Ecriture comique, PUF, 1984.

Top of page

Notes

1 J’ai fait une communication sur le thème « Discours polémique et intersémioticité » au colloque de Lyon II Relations Intersémiotiques en décembre 1999 en utilisant ce corpus.
2 A son actif également La Marche du siècle.
3 La différence est sensible entre les émissions diffusées en été et enregistrées à l’avance et celles du reste de l’année qui sont retransmises en direct.
4 Dans Inch Allah, Polac différencie les invités spécialistes des témoignages dont les auteurs ne seront présentées qu’au moment de parler. Dans Faut-il tuer Coluche ? pas de présentation préalable. Les « anonymes » ne sont pas différenciés des invités plus connus (Dominique Jamet ou Jacques Séguéla par exemple).
5 Dans Inch Allah, par souci de ne pas choquer le public (musulman), le vidéographe est supprimé et c’est en quelque sorte in absentia que son rôle et sa portée sont définis : la réception et les représentations qu’il suscite sont déterminantes.
6 Dans plusieurs sens du terme. Coluche déclare par exemple qu’il n’a pas inventé les histoires belges et que sinon il demanderait des droits d’auteur !
7 Cf. Ruth Amossy, 1999. Et Michel Meyer (1993) : « On assiste à un redéploiement de la rhétorique en termes de discours et d’effets de sens [...] elle sera liée à la pragmatique c’est-à-dire au lien entre l’énoncé et l’énonciation, recouvrant ainsi la vieille notion grecque d’ethos » (1993 : 17).
8 Il s’agit de montrer l’assimilation musulman = arabe
9 Polac avait montré, lui, la couverture du Nouvel Observateur, L’Islam en France avec une photo de femme voilée au regard intense en pleine page.
Top of page

References

Electronic reference

Mongi Madini, « Le polémiste et le comique », Semen [Online], 14 | 2002, Online since 30 April 2007, connection on 14 November 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/2533

Top of page

About the author

Mongi Madini

Grelis – Université de Franche-Comté

By this author

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page