Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Genres de la presse écrite et ana...

Genres de la presse écrite et analyse de discours

Jean-Michel Adam

Texte intégral

1La présente livraison de Semen se présente comme un prolongement d'un numéro de la revue Pratiques (n° 94 juin 1997) que nous avions déjà consacré à l'approche des genres de la presse écrite. Les études présentées ici abordent la question des genres de la presse écrite sous un triple éclairage complémentaire : un éclairage historique attentif à l'évolution et aux différences culturelles des genres, un éclairage portant sur des aspects transversaux à plusieurs genres et un éclairage plus proprement linguistique, centré sur la description de genres spécifiques. Pour l'analyse des discours que nous préconisons (Adam 1999), la notion centrale de genre est indissociablement linguistique et historico-culturelle. La dimension générique des faits de discours rattache chaque texte à une formation socio-discursive, ici des organes de presse, c'est-à-dire des institutions. Afin de souligner cette composante non pas extralinguistique, mais englobant le linguistique, nous avons placé en tête de ce volume trois articles qui s'attardent utilement sur les variations historiques et culturelles des genres.

2L'article d'Ernst Ulrich Grosse peut être considéré comme l'introduction au présent volume. Il ouvre, en effet, le propos par une approche diachronique, attentive aux faits d'institution liés à la naissance progressive de la grande presse européenne, et il complète cette réflexion par un examen des diverses typologies existantes.

3Marc Lits et Annik Dubied, auteurs tous deux d'un excellent « Que sais-je ? » sur le fait divers (1999), prolongent l'article introductif par l'examen du cas particulier du fait divers. Le premier souligne la diversité culturelle de la catégorie et rappelle ainsi le fait que le concept de genre n'est pas séparable de ses racines historiques, géographiques, socio-culturelles. Le très large examen des catégorisations romanes et anglo-saxonnes, mais également de l'Afrique francophone à l'Amérique du Sud donne une bonne idée de la diversité culturelle des classements des genres de la presse écrite. Annik Dubied, auteure d'une thèse sur le sujet, pose quant à elle la question du statut du fait divers. Le fait divers est certainement moins un genre qu'une rubrique de la presse. La diversité de ses réalisations discursives est égale à la diversité de ses objets. Même la nature narrative du genre pose un certain nombre de problèmes. La plupart des analystes, en traitant des corpus souvent trop limités et historiquement mal définis, ont généralement masqué l'extraordinaire diversité de la rubrique.

4La question des genres, quoiqu'en pensent nombre de linguistes, d'historiens et de sociologues, est une question linguistique majeure. L'hypothèse d'un apprentissage conjoint des genres et de la langue par les sujets parlants se double, dans la « translinguistique » de M. M. Bakhtine dont nous adoptons les thèses principales, d'une hypothèse sur le caractère pragmatiquement nécessaire des genres : la catégorisation générique même vague d'un objet discursif en permet la production autant qu'elle en guide la lecture.

5Dans leur très systématique étude de la presse écrite parisienne, E. U. Grosse et E. Seibold accordent, comme nous, une place privilégiée à la question des genres et de leur utilisation dans les différents quotidiens. Selon eux, non seulement les genres conditionnent l'écriture des articles, mais « les quotidiens se distinguent par les genres qu'ils favorisent » (1996 : 13) et « regarder les genres de près sert donc à caractériser les différents journaux. [...] Il y a une échelle de genres privilégiés particulière à chaque quotidien » (ibid.). François Jost, dans un article consacré aux genres télévisuels, développe une idée comparable :

L'analyse statistique des étiquettes génériques par chaîne et par périodes nous.en apprendrait beaucoup non sur la nature même des émissions diffusées par une chaîne à un moment donné, mais sur les stratégies qu'elle entend adopter pour séduire son public. (Jost 1997 :17)

6Dirigeant un numéro spécial de la revue Réseaux (n° 81, janvier­février 1997, CNET) entièrement consacré aux genres télévisuels, F. Jost donne une définition très pragmatique de ces formes médiatiques certes différentes de celle de la presse écrite (en raison, en particulier de l'existence des « grilles » de programmes), mais dont le fonctionnement général et les fonctions restent valables pour tous les genres de discours en général :

Les étiquettes accolées au genre ne doivent pas être lues comme des traces de ce rêve cratylique du mot juste, mais comme une sorte de label ou de sceau garantissant la composition du produit. (Jost 1997 :16)

Le genre est au cœur d'un affrontement de l’émetteur, qui impose sa sémantisation au document audiovisuel par divers moyens para- ou épitextuels (titre, générique, dossier de presse, autopromotion, etc.), je préfère le considérer comme une promesse qui entraîne chez le spectateur des attentes, que la vision du programme met à l’épreuve (l’écart entre les deux expliquant parfois la différence entre l’audience d'une émission et son indice de satisfaction. (Jost 1997 :16)

7Pour nous, comme pour Eliseo Veron, un genre est « un certain agencement de la matière langagière » (Veron 1988 : 13), et des catégories comme : interview, reportage, enquête, débat, table ronde, allocution, « désignent, plus ou moins confusément, des genres » (1988 : 14). Les travaux que nous avons entrepris ces dernières années sur un très vaste corpus1 nous ont amenés au constat d'une autodésignation limitée et variable (voir ici même ce que dit Gilles Lugrin à ce propos) des genres. Si certains articles sont très facilement caractérisables (par exemple par leur mise en forme, comme l'interview), la plupart ne restent que très vaguement identifiables. Dans ce cas, la facilitation de la lecture n'est pas prise en charge par une quelconque catégorisation générique, mais par un autre agencement de la matière linguistique : les rubriques (Herman & Lugrin 1999) et, plus largement, le péritexte du journal et celui de l'article.

8Nous partageons aujourd'hui les doutes de Simone Bonnafous :

Nos recherches pour trouver une typologie établie et reconnue par les journalistes et les rédacteurs sont restées infructueuses. De même du côté de l’analyse de discours et des analyses de presse, n'avons-nous trouvé que des analyses très ponctuelles. [...]. (Bonnafous 1991 : 47)

9Relativisant son constat « d'absence de système classificatoire préalablement établi », nous étions plus nuancés dans le numéro de Pratiques (Adam 1997) où nous avons montré que des classifications existent dans le milieu journalistique. La presse écrite comporte des catégories rédactionnelles que les manuels de journalisme détaillent avec plus ou moins de convergence et que les journaux et magazines signalent parfois explicitement : éditorial, dépêche, reportage, commentaire, analyse, courrier des lecteurs, revue de presse, etc. II existe, d'autre part, des rubriques qui sont même à la base du découpage des journaux : questions politiques, économie, questions internationales, pages régionales, culture, société, carnet, horizons-débats, horizons-documents, entreprises, finances, sports, services, etc. Ce double classement des unités rédactionnelles de la presse écrite, en genres et en rubriques, explique assez bien le fait que, quand on veut en savoir plus à propos de ces catégories, on se trouve en face d'une hétérogénéité et d'un flou définitionnel décourageants.

10Ce trouble catégoriel est accentué par le fait que, comme le constate Jacques Mouriquand dans une synthèse récente sur l'écriture journalistique, se manifeste de plus en plus, dans les médias écrits contemporains, une pernicieuse confusion des genres. Mouriquand prend l'exemple des fréquents emprunts au reportage dans l'enquête : « S'il en résulte assurément un agrément de lecture, la rigueur de la démonstration peut s'en trouver affaiblie » (1997 : 73). Pour J. Mouriquand, un article « ne peut être décliné que sur un seul genre journalistique » (1997 : 73). Proposer à la fois de montrer (genre du reportage) et de démontrer (genre de l'enquête), c'est, comme il le dit, « rompre le contrat avec son lecteur. Celui-ci ne comprendra plus très bien si on sollicite sa perception ou son sens logique ». Tout en soulignant qu'un genre comme celui du portrait peut être proche soit du reportage, soit de l'enquête, J. Mouriquand insiste sur la division et la distinction pragmatiquement nécessaire des genres

Le plus grand risque de confusion, hélas commun, se situe entre l’enquête et le reportage dont les ambitions sont sans rapport. Rien n'est pire pour le lecteur que le sentiment d'incertitude quant aux intentions de l’auteur lorsqu'un article est brouillon sur cet aspect. (Mouriquand 1997 : 73)

11Avec une phraséologie que nous ne commenterons pas, J. Mouriquand résume ainsi le rôle des genres :

Chacun des genres journalistiques est adapté pour rendre un son particulier. Le reportage, c'est la vie. Le portrait, c'est l'épaisseur humaine. L'interview, c'est la riche sonorité d'une voix. L'enquête, c'est la clarté de la démonstration. Ces caractéristiques, qu'une bonne plume doit savoir rendre, aident à donner du relief à un journal. Surtout, ces caractéristiques étant très différentes les unes des autres, l’opposition sur une même page entre la sérieuse enquête et l’interview plus légère va donner au lecteur le sentiment de la variété de ce qui lui est offert. Elle lui permettra, à diverses heures de la journée, de trouver des motifs nouveaux d'entrée dans la même publication. (Mouriquand 1997 :55)

12Cette diversité ne concerne pas seulement les articles, elle s'est, en quelque sorte, glissée au coeur des unités d'information. Comme le notent E. U. Grosse et E. Seibold (1996), depuis un certain nombre d'années, la presse magazine puis les journaux ont tendance à « faire éclater un texte en plusieurs textes plus petits qui ont pourtant des liens étroits » (1996 : 53-54). Gilles Lugrin revient ici-même sur ces unités de composition de l'information que E. U. Grosse et E. Seibold désignent par le terme d'« hyperstructures ». Cette nouvelle catégorie de la mise en page et de la mise en forme des ensembles rédactionnels regroupe - sur une demie page, une page entière ou deux pages symétriques - des articles de genres différents dans des unités rédactionnelles clairement distinguées. Les hyperstructures facilitent la lecture en luttant contre le mélange des genres au sein d'un même article. Elles confirment, de plus, l'importance du dispositif péritextuel.

13Sophie Moirand, qui s'appuie en partie sur la présentation en hyperstructures des événements scientifiques à caractère politique, poursuit ici sa réflexion sur une autre thèse majeure de Bakhtine : la dimension polyphonique et intertextuelle des faits de discours. Sur cette base, elle revient sur la division binaire classique dans le journalisme entre information et commentaire, qu'elle reformule linguistiquement en « énonciation objectivisée » et « énonciation subjectivisée ». S. Moirand profite des médiatisations d'affaires comme celle dite « de la vache folle » pour examiner ce que devient l’intertexte scientifique dans la traduction journalistique de tels événements. Avec l’intertexte, c'est, à côté des genres, une autre dimension capitale des faits de discours qui est travaillée.

14C. Ubaldina Lorda prolonge quant à elle sa réflexion sur un dialogisme montré, constitutif d'un genre oublié et rarement répertorié qui a pourtant envahi les textes journalistiques : la relation de parole. Souvent, un fait divers n'est plus que la relation des paroles des acteurs ou des témoins de tel ou tel événement dramatique. De la même façon, les pages sportives ne sont plus dominées par la relation des actions des athlètes, mais par leurs paroles et surtout celles de leurs entraîneurs. C. U. Lorda s'intéresse tout particulièrement à une catégorie de relations de paroles : les relations de déclarations politiques et la manipulation, variant avec les positions politiques des journaux, de cette mise en scène et en texte de la parole d'autrui.

15Nicole Jufer et Thierry Herman reviennent sur un des genres nobles du journalisme : l'éditorial. Ils s'interrogent sur la nature des positions que l'éditorialiste énonce. Par une analyse linguistique, centrée sur l'appareil formel de l'énonciation, ils montrent que les journaux se distinguent par le degré d'engagement énonciatif d'un locuteur-commentateur de plus en plus individuel. Les rédactions semblent ainsi se dédouaner et les journaux devenir de moins en moins des journaux d'opinions. En parlant de plus en plus au nom d'une opinion publique, la voix de l’éditorialiste tend à se désubjectiviser pour se diluer dans l'opinion commune.

16Sylvie Durrer s'attarde sur un genre où la subjectivité se déclare plus ouvertement. Le billet, billet d'humeur ou d'humour occupe une place presque aussi stable que l’éditorial. S. Durrer examine les dénominations variées d'un genre qu'elle cerne surtout à la lumière de genres d'opinion voisins : la chronique, le commentaire, l'éditorial et la tribune libre. Elle s'interroge enfin sur la tendance du genre à se féminiser, surtout en comparaison avec le sexe dominant des éditorialistes.

17Françoise Revaz enfin poursuit son exploration des genres narratifs en consacrant son étude aux différents types d'articles nécrologiques. Elle dégage des régularités qui traversent les formes les plus brèves comme les plus longues du genre pour aboutir à l'identification de deux sortes de plans de textes. Le constat d'une faible narrativisation du genre est une des conclusions importantes de cette étude d'un corpus limité aux variations et régularités propres à un seul journal.

18La méthodologie linguistique mise en place et les résultats obtenus sont destinés à être repris, confirmés ou infirmés par d'autres travaux. Les questions abordées sont tellement complexes que plusieurs articles du présent volume reviennent sur des genres déjà abordés dans le numéro de Pratiques. N. Jufer et T. Herman prolongent la réflexion menée alors par A. Dubied et M. Lits (1997) sur le genre de l'éditorial. Sylvie Durrer approfondit par l'examen de près de 200 exemples, l'étude d'un seul billet d'humeur-humour proposée alors par Bénédicte Le Clerc (1997). C. Ubaldina Lorda prolonge son travail sur les relations de déclaration politique (1997) et Françoise Revaz, tout en approfondissant, par l'analyse linguistique, les études menées dans le cadre de l’O.R.M. par G. Ringlet (1992 & 1993) sur le genre des nécrologies et autres annonces mortuaires, prolonge ses propres travaux sur le récit (1997).

19En réunissant des chercheurs allemands, belges, espagnols, français et suisses, ce numéro de Semen, issu d'un colloque tenu à l'Université de Lausanne en février 2000, illustre le travail collectif mené dans des centres de recherche relevant de domaines disciplinaires aussi différents que l'apprentissage du français langue étrangère, les sciences de la communication et la linguistique du discours. L'analyse des discours journalistiques n'apparaît plus ainsi comme un territoire réservé, mais comme un espace de confrontation de méthodes et d'éclairages complémentaires.

Haut de page

Bibliographie

ADAM Jean-Michel [1997] « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », in Pratiques n° 94, Metz.

ADAM Jean-Michel [1999] Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes, Nathan, coll. FAC.

BONNAFOUS Simone [1991] L'immigration prise aux mots, Kimé.

DUBIED Annik & LITS Marc [1997] « L'éditorial : genre journalistique ou position discursive »? », in Pratiques n° 94, Metz, pp. 49-61.

DUBIED Annik & LITS Marc [1999] Le fait divers, P.U.F., coll. « Que sais-je ? ».

GROSSE Ernst Ulrich & SEIBOLD Ernst [1996] Panorama de la presse parisienne, Berlin : Peter Lang.

HERMAN Thierry & LUGRIN Gilles [1999] Formes et fonctions des rubriques dans les quotidiens romands - Approches théorique et quantitative, Fribourg (Suisse) : Institut de journalisme et des communications sociales.

JOST François [1997] « La promesse des genres », in Réseaux n°81, CNET.

LECLERC Bénédicte [1997] « Un billet d'humeur : itinéraire de lecture », in Pratiques n° 94, Metz.

LORDA Clara Ubaldina [1997] « La relation des déclarations politiques : hétérogénéité et mise en scène de la parole », in Pratiques n° 94, Metz.

MOURIQUAND Jacques [1997] L'écriture journalistique, P.U.F., coll. « Que sais-je »? »

REVAZ Françoise [1997] « Le récit dans la presse écrite », in Pratiques n° 94, Metz.

RINGLET, Gabriel [1992] Ces chers disparus. Essai sur les annonces nécrologiques dans la presse francophone, Albin Michel.

RINGLET, Gabriel [1993] : « Et à l'heure de notre mort » in La peur, la mort et les médias, M. Lits éd., Bruxelles : EVO Communication.

VERON, Eliseo [1988] : « Presse écrite et théorie des discours sociaux production, réception, régulation », in La presse, produit, production, réception, P. Charaudeau éd., Hatier.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre d'une recherche financée par le FNRS Suisse (requête n°12.13.53822.98) à laquelle ont collaboré, outre le signataire de la présente introduction, Sylvie Durrer et Françoise Revaz, Thierry Herman, Gilles Lugrin, ainsi que, un temps, Annik Dubied et Joël Zufferey.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Adam, « Genres de la presse écrite et analyse de discours », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 30 avril 2007, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/2597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2597

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Adam

Centre de Recherches en Linguistique Textuelle et Analyse des Discours - Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search