Navigation – Plan du site

De quelques affinités génériques du billet

Sylvie Durrer

Texte intégral

  • 1  Ne serait-il pas préférable de recourir au terme de linguistique générique, sur le modèle des dési (...)
  • 2  Dans la presse française, on pourrait mentionner les papiers suivants, passés ou présents, qui, à (...)

1La réflexion sur la dimension générique du billet sera entendue au double sens du terme. II s'agira d'une part d'une réflexion sur la généricité prise comme catégorisation discursive et textuelle, telle qu'on peut la rencontrer dans les médias. D'autre part, la généricité s'inscrira dans la perspective des « gender studies »1, c'est-à-dire dans le sens de l'incidence du facteur sexuel sur la construction du discours. Plus précisément, les questions qui seront posées sont les suivantes Qu'est-ce que le billet ? Quelles sont ses caractéristiques catégorielles ? Est-il pratiqué indifféremment par les hommes et les femmes ? L'appartenance générique (sexuelle) du ou de la billettiste influence-t-­elle la pratique du genre ? La réflexion sera conduite à partir d'un corpus journalistique essentiellement suisse-romand.2

  • 3  La radia est un média dans lequel on peut également trouver des billets, dont certains écrits par (...)

2Aujourd'hui, dans la presse romande en particulier, les billets sont fréquemment écrits par des femmes.3 II semble d'ailleurs qu'il existe une tradition féminine du billet - dont l'histoire serait à faire - qui comporte des figures marquantes comme Françoise Giroud et Claude Sarraute notamment.

  • 4  Dans l’hebdomadaire de l’entreprise Migros Construire, on trouve également des billets écrits par (...)

3Dans le monde médiatique romand, certaines journalistes sont ou ont été également clairement associées au billet : Ariane Ferrier (24 heures, Le Matin), Renata Libal (L'Hebdo et maintenant Dimanche.ch), Lolita (Le Nouveau Quotidien), Julie (La Tribune de Genève), Anna Lietti ou Joëlle Kuntz (Le Temps),4etc. Si certaines de ces journalistes se consacrent essentiellement au billet, d'autres en revanche ont une pratique plus diversifiée et ne touchent au billet que sporadiquement.

4Dire que le billet est souvent féminin ne signifie évidemment pas que le billet est exclusivement féminin. Certains hommes ont eu ou ont une activité de billettiste reconnue, comme Pierre Leuzinger (L'Hebdo) ou Raoul Riesen (d'abord pour le Journal de Genève etla Gazette de Lausanne, pour la Tribune de Genève par la suite).

5Toutefois, tandis que les femmes se voient régulièrement offrir quelques lignes pour écrire des billets, elles ne semblent pas pouvoir bénéficier des mêmes largesses pour se commettre à d'autres genres commentatifs, comme l'éditorial par exemple. Avant de nous engager sur ce type de réflexion, il est nécessaire de préciser ce que l'on peut mettre sous la désignation de billet.

l. Définitions du billet par les théoriciens

6Afin de tenter une définition de ce genre, voyons du côté des théoriciens les définitions élaborées des genres journalistiques. La plupart d'entre eux considèrent la brièveté, la visée humoristique et l’actualité comme faisant partie des caractéristiques de base du billet. C'est le cas de Montant (1994 : 11) mais aussi de Martin-Lagardette : court article d'humeur (généralement demi-feuillet) sur un fait ou une question d'actualité, caractérisé par sa concision et une chute inattendue : humoristique, paradoxale, impertinente, etc. Genre difficile, proche de la littérature, le billet offre un point de vue surprenant, démystificateur, en recul par rapport à l’événement. (Martin-Lagardette 1994 : 88). La notion de brièveté est variable. De Broucker accepte une bonne dizaine de lignes :

Le billet est un article court, et même très court : de dix à quinze lignes, qui exprime une vision inattendue d'un fait d'actualité. C'est le clin d'œil d'un observateur non conformiste. Il révèle le sens caché, voire le non sens des évidences convenues. (De Broucker 1995 : 207)

7Montant se montre plus généreux et concède une vingtaine de lignes :

C'est un article bref, d'une vingtaine de lignes [...] dont le but est de faire sourire ou réfléchir le lecteur sur un événement d'actualité. (Montant 1994 :11)

8II se peut pourtant que des professionnel-le-s fassent état de quelque 65 lignes :

Quant aux autres thèmes... Soit ils n'offrent pas assez de matière pour remplir mes 65 lignes réglementaires, soit trop, (Christine Ley, Construire 19, 9 mai 2000)

9Dans la pratique les billets tendent à être un peu plus longs que ne le prônent les manuels. Ceux-ci considèrent non seulement que le corps de l'article se devrait d'être bref, mais la titraille devrait également être brève et simple. Un seul titre suffirait, sans sous-titre ni surtitre ou intertitre.

10Du point de vue topographique, le billet occupe une place plutôt stable dans le journal ; il est fréquemment situé vers la fin du journal. Du point de vue typographique, il n'est pas rare qu'il soit présenté dans un caractère particulier (gras, italique, etc.) qui le détache des autres articles ; ce détachement peut-être accentué par le recours à un encadré.

Plus qu'ailleurs sans doute, l’humeur pose ses exigences formelles. Elle veut être identifiée comme telle dès les premières lignes ; elle ne supporte pas facilement l'ambiguïté sur sa nature. Et comme pour s'assurer une reconnaissance immédiate, elle se donne presque toujours, une typographie bien à elle : l’italique. Le choix de ce caractère incliné, avec ses pleins et ses déliés, n'est pas innocent. Rappelant l’écriture manuscrite, il fait oublier le clavier d'ordinateur. Il « fait voir » la main du rédacteur et affiche en surimpression la mention clignotante : « Ici, haut degré de subjectivité » et reçoit carte blanche à ses épanchements personnels. Le lecteur, qui ne déteste pas qu'on lui balise un peu son parcours, saisit d'un regard l’indication, rompu qu'il est aux conventions du genre. (Antoine, Dumont, Grevisse, Marion et Ringlet 1995 :100)

11Au détachement typographique, il faut ajouter un détachement référentiel. Le billet est souvent en porte-à-faux avec les grands thèmes de l'actualité journalistique ; il offre un commentaire de sujets qui sont relativement secondaires voire mineurs par rapport au courant dominant des informations.

12Le détachement référentiel se voit souvent doublé d'une distance réflexive :

Genre difficile, proche de la littérature, le billet offre un point de vue surprenant, démystificateur, en recul par rapport à l'événement. (Martin-Lagardette 1994 : 88)

13La notion de distance réflexive apparaît d'une façon ostentatoire dans le titre général du billet d'Ariane Ferrier : « Vous prendrez bien un peu de recul » (24 Heures). La distance se marque en outre par le recours à un ton humoristique, une visée polémique.

  • 5  Dupriez définit la chute de la façon suivante : « Comme les anciens, quelques modernes ont, des fi (...)

14Du point de vue énonciatif, on trouve aussi un grand investissement des billettistes dans leurs propos. Un soin tout particulier est accordé aux propositions finales qui se devraient d'adopter des allures de chutes.5

15En résumé, on peut dire que le billet est fortement décalé par rapport aux autres articles. Premièrement, il aborde des questions non prioritaires sur un ton humoristique et secondement il est soigneusement mis à part dans un encadré.

16Sur le plan situationnel, il semble que le billet émane plutôt d'un membre de la rédaction que d'un invité.

17La plupart des spécialistes classent le billet dans la catégorie très généreuse des genres à dominante commentative et l'opposent ce faisant aux genres à dominante informative. Cependant un tel choix mériterait d'être discuté dans la mesure où les billets sont rarement intégrés aux pages rubriquées OPINION à la différence des tribunes et de certaines chroniques.

18C'est pourquoi il est au moins une autre proposition de classification qu'il serait judicieux de prendre en considération. Il s'agit de la partition de Martin-Lagardette (1994), qui envisage à la fois l'opposition classique :

- « INFORMATION » : Brève, Filet, Résumé de rapport, Compte rendu, l’article, la mouture et le montage

- « COMMENTAIRE » : Article de commentaire, Critique, Editorial, Chronique, Tribune libre, Portrait (profil)

19tout en lui adjoignant une autre dichotomie :

- « DE FANTAISIE » : Echo, Billet, Courrier des lecteurs.

- « NOBLES » : Enquête, Reportage, Interview.

20Sans entrer dans les détails et critiquer cette typologie qui s'avère à certains égards problématique, j'aimerais simplement souligner un aspect qui me paraît très intéressant, à savoir le qualificatif de fantaisie.

21En effet, si toutes les définitions s'accordent à souligner l'importance de la dimension humoristique, ironique etc., des billets, elles l'oublient en fait bien vite. Or cette dimension mérite d'être mise au premier plan. En effet, le billet a autant –

22si ce n'est plus – pour intention l'amusement, le divertissement, termes que je préférerais à celui de fantaisie.

23Si le journalisme se donne pour mission de docere, il s'adonne également, ne lui en déplaise, à une autre mission qui est bien évidemment de placere. Il faut donc ajouter à la tension informer vs commenter, une autre tension instruire vs divertir. Ainsi, lorsqu'on lit un fait divers, ce n'est pas seulement pour s'informer mais aussi pour se divertir.

24On peut voir un argument en faveur du caractère premier de cette fonction dans la topographie du billet, qui est souvent logé sur la même page que les mots croisés : c'est le choix effectué, par exemple, par Le Nouvel Obs et L'Impartial. Sur cette page n'apparaissent en revanche jamais les chroniques, les éditoriaux ou les tribunes libres, Inversement, le billet n'est – à ma connaissance – jamais intégré dans la page consacrée aux commentaires et opinions.

25Il est d'ailleurs curieux que la dimension ludique soit si rapidement oubliée alors que les spécialistes définissent les billets comme étant plutôt joyeux que grinçants :

Les billets sont plutôt des papiers de bonne humeur. Quand l’humeur est mauvaise, ils prennent le ton et la forme polémiques de coups de gueule à l’ironie indignée (de Broucker 1995 : 207)

26Montant va même jusqu'à réserver le terme de billet aux papier de bonne humeur et qualifier d'humeur un « article volontairement agressif » (1994 : 19). Non content de cette distinction, il se propose de séparer encore l'humeur du pamphlet, qui se caractériserait par une plus grande virulence encore. Tandis que l'humeur s'écrirait d'un seul geste, le pamphlet ferait l’objet d'une plus longue maturation et opérerait comme « une fiole de venin » (Montant 1994 : 27), qu'il prenne la forme d'un texte au second degré, d'un « à la manière de... » (Montant 1994 : 29) ou d'une lettre ouverte, dans laquelle les lecteurs « sont [...] élevés à la dignité de témoins ou de juges » (Montant 1994 : 36).

27De telles distinctions pourraient nous amener à nous interroger s'il s'agit de variantes d'une même forme de base ou de classes différentes à proprement parler.

28Dans tous les cas, il apparaît que si pour les théoriciens les différentes dénominations ne font pas l'unanimité, en revanche, il n'y a pas de grande divergence sur les caractéristiques du genre, qu'on choisisse de l'appeler billet, humeur ou même billet d'humeur comme Antoine, Dumont, Grevisse, Marion et Ringlet (1995).

2. Choix terminologiques des journalistes

29Notons que pour les praticiens également, la désignation terminologique n'est pas rigide et prête à variation. Les dénominations de billet et d'humeur sont volontiers interchangeables :

30Les billets ne bénéficient pas toujours d'une auto-désignation, que ce soit par l'étiquette de billet ou d'humeur, à la différence des éditoriaux ou des tribunes libres, qui font quasiment toujours l'objet d'une catégorisation explicite.

31Si le repérage des billets ne pose malgré tout pas trop de problèmes, c'est qu'il ne recourt pas exclusivement à l'auto­désignation verbale explicite. II peut passer par des indices implicites. Le signifié de nombreux énoncés évoque indirectement une prise de position en décalage par rapport au courant dominant de l'information : « Vous prendrez bien un peu de recul », « Les pieds dans le plat ».

32D'autres éléments du signifié suggèrent la catégorisation générique de billet par la dimension fortement ludique ou insolite du titre « Nouveau-T », « Gros mot » etc.

33Le genre peut également être indicié par le signifiant graphique, c'est-à-dire essentiellement par l'utilisation des caractères gras ou italiques et éventuellement d'un encadré.

34En plus de tous ces repérages que l'on peut qualifier de positifs, on mentionnera une sorte de repérage par défaut. En effet, l’encadré est une pratique qui frappe d'autres genres du commentaire, qui sont en revanche normalement explicitement catégorisés. Un texte encadré, qui n'est pas clairement catégorisé « commentaire », « éditorial » etc., et qui ne participe pas d'un hypertexte, tend donc par défaut, s'il comporte certains traits stylistiques, énonciatifs etc., à être assimilé à un billet.

35La conjonction de tous ces indices fait que l’on arrive dans la plupart des cas à catégoriser sans trop de peine un billet. Cela nous permet donc de le distinguer de genres donnés comme proches, à savoir l'éditorial, la tribune et la chronique, dont voici rapidement les définitions.

3. Les genres voisins

3.1. L'éditorial

  • 6  Il s'agit essentiellement du Monde.

36On peut définir l'éditorial comme un article bref, qui prend position sur un fait d'actualité et qui implique la responsabilité morale du journal. L'éditorial serait toujours auto-désigné et se repérerait par sa position : il est normalement situé en première page et en encadré. Par ailleurs, sur le plan énonciatif, ce genre du commentaire se caractérise par un engagement marqué de l’instance énonciative, qui ­dans quelques cas de plus en plus rares6 - ne se traduit pas par une signature individuelle.

  • 7  Pour une discussion détaillée des caractéristiques de l’éditorial, cf. ici-même l’article de Thier (...)

37 Sur le plan stylistique, l’éditorial se signalerait par le ton vigoureux et le registre soigné. Sa visée dominante est argumentative et son objet est toujours un événement significatif de l'actualité.7

38Pour Antoine et alii la différence est ainsi nette entre l'éditorial et le billet :

L'éditorial implique une responsabilité, au sens presque juridique du terme. L'auteur doit argumenter, développer logiquement sa pensée. L'éditorial tient de la démonstration, du syllogisme. L'humeur quant à elle, peut risquer l'ellipse, fréquenter la gratuité, pour autant qu'elle le fasse avec brio. Elle prend plaisir à excéder, à déborder la demande virtuelle du lecteur. Elle est un luxe de l’information. (1995 : 103)

39Un des lieux d'opposition entre l'éditorial et le billet tient au type d'argumentation et à l'importance du sujet traité :

Ayant ainsi pris ses distances par rapport à la polémique d'antan, l’éditorial n'en reste pas moins, d'abord, une prise de position. Et si « l’humeur » l'était souvent aussi, c'était dans la foulée d'une réaction à chaud et sur un motif qui pouvait n'être que mineur. Cette fois, c'est l'analyse qui nourrit l'éditorial et son auteur la réservera assez naturellement à des sujets « de fond » et de portée large : problèmes de société, grands événements, décisions politiques, options philosophiques... (Antoine, Dumont, Grevisse, Marion et Ringlet 1995 : 105-106)

3.2. Le commentaire

  • 8  Pour une présentation de cette notion, cf. ici-même l’article de Gilles Lugrin.

40Proche de l'éditorial, se trouve un genre désigné sous l'étiquette de commentaire qui se distingue du premier parce que sa signature, toujours présente, n'implique pas la rédaction toute entière. II traite d'une information déjà traitée sur la même page ; il est souvent juxtaposé à un article d'information, avec lequel il forme une hyperstructure.8 II se caractérise par son aspect bref, par la forte implication de l'auteur et parfois par un certain degré d'humeur. Il est écrit dans un style soutenu.

3.3. La tribune libre

41La tribune libre est une « prise de position ou réflexion qui n'engage pas la rédaction, par un intervenant ponctuel extérieur au journal » (Martin-Lagardette 1994 : 87). Elle se caractérise par un engagement énonciatif assez marqué et recourt à un style soutenu.

3.4. La chronique

42Enfin, le billet est assez proche de la chronique que de Broucker définit de la façon suivante :

L'article dans lequel une « signature » rapporte ses observations, impressions et réflexions au fil du temps passé. […] C'est en quelque sorte un journal d'auteur à l'intérieur d'un journal de journalistes. L'auteur en question, qui d'ailleurs peut être ou ne pas être un journaliste, a ses propres critères de sélection et d'appréciation du ou des sujets dont il désire s'entretenir selon son humeur. (de Broucker 1995 : 207)

43Le chroniqueur est parfois extérieur à la rédaction ; il s'agit alors volontiers d'un auteur célèbre, d'un écrivain connu, d'un professeur médiatique, d'un expert renommé etc. La chronique se distingue également du billet par son style, qui est souvent plus formel, plus soutenu, plus littéraire. Par ailleurs, le ton n'est pas nécessairement humoristique.

44Par rapport à la tribune, la chronique présente une régularité dont la première ne peut se targuer.

45***

  • 9  Pour une discussion des différents niveaux d'analyse impliqués, voir notamment Adam 1997.

46Le tableau suivant tente de résumer les tendances observées jusqu'ici 9 :

4. Genres adoptés par les femmes

47Ces précisions apportées, j'aimerais maintenant procéder à une rapide évaluation de la place des femmes dans les genres commentatifs. Afin d'avoir une meilleure analyse de la situation, j'ai procédé au décompte d'une semaine de production journalistique (1er-8 mai 1997) comprenant les titres suivants : Le Matin, Le Nouveau Quotidien, Le Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 24 Heures, La Tribune de Genève, Le Courrier, La Liberté, L'Impartial et Le Nouvelliste. A ces quotidiens, j'ai ajouté les hebdomadaires L'Illustré et L'Hebdo. Enfin, j'ai pris encore en compte 3 quotidiens français : Le Monde, Libération et Le Figaro.

48Le décompte n'a retenu que les genres clairement catégorisés, explicitement ou implicitement. La tâche n'a pas été trop difficile puisque nombreux sont les textes dits à dominante commentative qui sont auto-désignés.

49Les articles à visée commentative sont toujours signés, à l’exception des éditoriaux du Monde, que je n'ai donc pas comptabilisés ne pouvant attribuer un sexe à leur auteur-e.

50J'ai abouti aux résultats suivants

GENRES DU COMMENTAIRE

(186 articles pris en considération)

Billets, humeurs

Total 38

F17

H 21

Chroniques

Total 29

F 4

H 25

Commentaires

Total 39

F 5

H 39

Editoriaux

Total 45

F 8

H 37

Tribunes libres

Total 30

F 2

H 28

Total 186

F 36

H 150

51Plusieurs remarques s'imposent.

  • 10  Je crois que l’on peut généraliser ce chiffre. Les textes qui n'ont pas pu être comptabilisés étai (...)

52Premièrement, on observe que les genres du commentaire ne font pas la part belle aux femmes qui ne produisent qu'un petit cinquième de l’ensemble. En d'autres termes on peut dire que seulement 20% des textes à dominantes commentatives sont signés par des femmes.10

53Deuxième remarque, c'est dans le genre du billet que les femmes sont les mieux représentées, les mieux acceptées, les plus supportées, les moins discriminées, les plus entreprenantes, les plus habiles, les moins maladroites, les plus intéressées... ? Comment expliquer ce choix ? Emane-t-il des femmes ou des rédactions ? Peut-on expliquer cette corrélation entre les femmes et les billets en terme d'affinités ? Laissant pour l'heure l'interprétation de ces données, je passerai à une autre question, à savoir celle de l'existence d'une écriture féminine.

5. Quelques précisions descriptives

  • 11  Corpus Durrer 38 billets 1-8 mai 1997 ; corpus rassemblé par Nadia Kremer (Université de Zurich) : (...)

54Pour cela, j'ai ajouté à ce premier corpus de 38 billets deux autres corpus, ce qui m'a amené à prendre en considération environ 200 billets,11 que j'ai analysés d'un point de vue plus qualitatif. Cette deuxième approche permet de préciser la description des spécialistes.

55- Il n'y a pour ainsi dire jamais de billets dans les rubriques consacrées au sport, à l'économie ou à la politique (extérieure ou intérieure). Les billets sont avant tout logés dans des rubriques qui accordent une assez large place aux femmes, aussi bien en tant que sujets du discours qu'en tant qu'objets du discours, à savoir les rubriques traitant de la société et de la culture.

56- Si les billets trouvent difficilement leur place dans certaines rubriques, aucun thème ne leur semble pourtant interdit. Tout peut donner matière à billet : le sport, le chômage, la cigarette, les bonnes manières, la télévision, la maison de meubles Ikea, le journal culinaire, Betty Bossy, le féminisme, la bourse, l’emploi, le cinéma américain, les moustaches du ministre suisse Maurice Leuenberger, etc.

57- Le dénominateur commun de toutes ces thématiques est qu'elles sont présentées comme faisant partie du quotidien du ou de la billettiste, qui recourent abondamment à la première personne, instaurant une relation de personnalité et de connivence avec les destinataires.

  • 12  On peut ajouter une autre interprétation du recours au seul prénom, à savoir l’infantilisation. Su (...)

58- On peut également souligner les nombreuses formes d'adresse, qui accentuent la tonalité quasi-conversationnelle. Dans cette perspective, il n'est pas anodin que ce soit deux femmes – Lolita et Julie – qui fassent l’objet d'une identification par leur seul prénom. Ce choix accentue notamment la relation de connivence avec le lectorat.12

59- Les billets font volontiers usage d'un style familier, voire oralisé, tant sur le plan lexical que syntaxique. Cette tendance est toutefois plus marquée dans certains journaux que d'autres. Ainsi le Journal de Genève privilégiait dans l'ensemble de ses articles un registre plutôt formel, tandis que L'Hebdo, Le Nouveau Quotidien, L'Evénement du jeudi ou Libération se montrent plus accueillants au vocabulaire familier voire vulgaire.

60- II faut toutefois nuancer immédiatement cette remarque. Les billets font volontiers côtoyer style familier et style soutenu, littéraire, pédant ou même archaïsant. Les billets se caractérisent donc par une très grande liberté stylistique.

61- Le passage fréquent d'un style à un autre induit un certain effet humoristique et a pour conséquence de provoquer le recul, le décalage. II n'y a pas pure et simple adhésion au propos. Bien que l’énonciateur soit toujours très présent, il n'argumente pas de façon passionnée. Je dirai qu'il feint la passion, l’implication.

6. Tendances des billets féminins

62Des analyses plus fines permettent de mettre au jour des tendances quelque peu divergentes entre les pratiques des billettistes hommes et femmes.

63- Première constatation : les billets des femmes semblent être sensiblement plus courts que ceux des hommes.

64- Ensuite, les femmes tendent à recourir de façon plus massive aux formes personnelles (je, mon, ma, etc.) que les hommes. Elles revendiquent plus nettement encore la subjectivité de leur propos et donc les limites qui en découlent. C'est ainsi que dans le texte suivant, on peut remarquer la présence insistante du datif éthique, qui a un double effet, un effet de style oralisé certes mais aussi un effet de subjectivité :

Sans que rien ne puisse prévoir une telle aubaine, il semblerait que le mauvais garçon revienne à la mode.

La faute à qui ?

Au féminisme, bien sûr.

Trente ans de féminisme, ça nous les a désorientés un maximum, nos hommes. Au début, ils jouaient la carte de l'intégration. Se laissaient pousser dans le désordre les cheveux et le trotskisme ascendant féminisme. Dans le but louable de ressembler à l'ennemi, donc d'être un frère pour l’ennemi (enfin, une soeur, vous suivez). Puis ils nous ont fait nouveaux pères, dans les années 80. Souvenez­-vous, en même temps que la nouvelle cuisine et les nouveaux pauvres, il y eut les nouveaux pères. Ceux qui s'étaient réconciliés avec la part féminine qui est en eux, tu vois ? (Ariane Ferrier - C'est mâle, c'est bien, 24 Heures, 3-4.5.97)

65- Les femmes tendent à adopter un style plus fortement oralisé que les hommes ; elles recourent également plus souvent que ces derniers à un lexique familier.

Sainte télé, déverrouilleuse de mentalités, comme on dirait d'un ouvre-boîte de conserves, mais télé qui nous porte à contrer ce qu'elle avance. Un exemple, entre mille : quand le gentil machiniste dit, chez Delarue, qu'il stresse parce que personne ne lui balance jamais le moindre bonjour en lui présentant la carte orange, j'aurais voulu savoir l’agglomération qu'il sillonne. Y emménager. Prendre son bahut cinq fois par semaine, lui claironner, matin ou soir, selon le fuseau horaire. Parce que je suis comme ça, je salue chaque conducteur de la RATP sans même m'enquérir s'il vote FN ou s'il bat sa légitime. (Odile Grand – Un bonjour gâché par Delarue, L'Evénernent du jeudi, 5-11.12.1996)

66- Corollairement, de nombreuses billettistes adoptent un ton très conversationnel et multiplient les adresses à leurs destinataires.

Hé, ho... Faut pas être fauché pour se garer au parking visiteurs du Chuv à Lausanne. Accrochez-vous aux essuie-glaces : 1 fr. 50 toutes les … vingt-huit minutes »!

J'ai bien dit toutes les vingt-huit minutes. Et pas les trente-deux, Deux minutes qui ont le pouvoir d'augmenter joyeusement le tarif. Ben oui, prenez une aspirine et calculez [...]. (Julie – Encre bleue, Tribune de Genève, 6.5.97)

67La confrontation plus détaillée de deux billets permettra de se faire une idée plus claire des stratégies préférentielles qui distingueraient les femmes et Les hommes. La notion de préférence est très importante, dans la mesure où il ne s'agit pas de dire que les femmes sont les seules à recourir à certaines stratégies, mais qu'elles recourent plus fréquemment à ces stratégies que les hommes.

7. Etude de cas

68Dans les deux exemples qui suivent, on notera tout d'abord qu'il s'agit du même sujet – le film Le Club des ex – qui est traité par les deux journalistes. Dans les deux cas, les journalistes posent un jugement favorable sur le film dont ils parlent et font largement état de leur subjectivité :

[...] je sors de la projection du « Club des ex », qui est la comédie new-yorkaise du moment. C'est l’histoire hilarante, précisément de trois quinquas pétulantes bien décidées à se venger de leurs gougnafiers d'anciens maris qui ont eut le mauvais goût de le plaquer pour des dindes anorexiques de 18 ans et demi. Soyons clair : sur le plan cinématographique, « le Club des ex », ça n'est pas la « Jeanne d'Arc » de Dreyer, c'est sûr. Mais, dans un sens, notez, je ne vois pas non plus ce que cette malheureuse Jeanne aurait à faire dans un film sur le divorce de la cinquantaine, pour ce qui est du drame, voyez, elle a eu son compte : elle n'a pas besoin de ça en plus. Non, ce film est juste une petite comédie charmante qui met un doigt plein d'humour sur un déséquilibre social finalement très révoltant, et je trouve que le cinéma français, toujours en panne d'inspiration, ferait bien lui aussi de s'inspirer d'un thème toujours d'actualité. (François Raynert – Des ex symboles (Le nouvel Obs, janvier 1997)

69Du point de vue du ton, le texte de Renata Libal est beaucoup plus ironique et égocentré :

Que de hâte... Le « Club des ex » était à peine sorti que j'allais le voir. Et à peine émergée de la séance, dans l'enthousiasme hilare de quelques scènes kitsch, j'ai recommandé le film à une douzaine de connaissances au moins. Ben quoi ? J'avais ri, trouvé Bette Midler truculente, savouré le venin de certaines répliques... Bref passé un agréable moment. Visiblement, je n'aurais pas dû. II ne faut jamais parler cinéma avant d'avoir lu les critiques. Tout au plus peut-on aller voir le film (discrètement), mais il vaut mieux tenir sa langue avant que d`être dûment informé sur l`avis qui prévaut. Pour le « Club des ex », c'est facile : les commentateurs hurlent au navet en un concert unanime. « V », le supplément culturel du « Nouveau Quotidien », ironise avec des louanges trop outrées pour être crédibles. Le « Journal de Genève » clame que ce morceau cinématographique « ne saurait déclencher en nous autre chose que du mépris », à moins d'être « une ménagère de 40-ans-et-plus que seul l'appât du gain et le désir de châtrer son mari exciteraient encore » (gentil pour les ménagères...). Et le joli magazine que vous tenez entre les mains estime que voilà « un film exécrable ».

Entre les lignes, la chose est entendue : tous ceux qui se sont amusés sont des imbéciles. (Renata Libal – Rire bête. L'Hebdo, 23.1.1997)

70Si dans les deux cas, on observe une forte présence des énonciateurs, on aura cependant noté que dans le billet de Libal, le je n'est pas seulement le lieu du repérage énonciatif mais le thème même de l'énoncé, ce qui semble constituer une pratique un peu plus courante chez les femmes que chez les hommes, et que l'on retrouve dans cet autre texte :

Bon, pour toutes celles et tous ceux qui auraient des doutes après m'avoir croisée ces derniers jours, je n'ai ni été passée à tabac par des lecteurs mécontents (enfin, pas encore) ni adopté le « look » hamster (pas franchement sexy). Non, non, j’ai « juste » perdu mes dents de sagesse. C'est quoi ce rire moqueur ? Ben, oui, j'en avais et même qu'elles étaient plutôt tenaces. (Sylvie Biderbost « Dentesque » sagesse, Le nouvelliste, 1.5.1997.)

71Dans le billet de L'Hebdo, par l’ironie, la journaliste se constitue en pseudo-coupable – victime d'une troisième instance puissante et autorisée – et se montre à la recherche de la compassion d'un vous.

72François Raynert a en revanche une position énonciative beaucoup plus assurée, moins ambivalente ; il n'hésite pas – même sur le mode ironique – entre deux positions, l'une favorable et l'autre défavorable au film.

  • 13  Barthes définit l’ethos de la façon suivante : « Ce sont les traits de caractère que l’orateur doi (...)

73En fait, ces deux textes construisent et représentent, simultanément, des ethos13 différents : tandis que le journaliste se représente en être réfléchi, la journaliste se donne à lire comme quelqu'un d'impulsif. Dans le cas de l’homme, l’ethos oratoire ou discursif vient confirmer, un ethos préalable ou pré-discursif, qui relève ici, comme souvent, du stéréotype.

74Dans le cas de la femme, l'ethos discursif joue également avec l'ethos pré-discursif, dont il déconstruit la stéréotypie. La billettiste dénonce en fait l'étroitesse d'esprit, le snobisme intellectuel dont font preuve les critiques cinématographiques et le mépris sexiste qui anime l'image dont les femmes se voient affublées, à travers, notamment, l'image de la « ménagère de 40-ans-et-plus que seul l’appât du gain et le désir de châtrer son mari exciteraient encore ».

75La dénonciation, dans l’extrait retenu, n'est cependant pas dite de façon explicite mais montrée à travers une énonciation ironiquement complaisante à l’égard de ses détracteurs.

76L'ethos qui émane du texte de Libal n'est pas sans rappeler l’ethos privilégié par un journal comme Libération et que Dominique Maingueneau définit de la façon suivante :

Le garant [...] est celui d'un individu décontracté, mobile, sans tabou, qui sait circuler entre les registres de langage les plus divers. L'instabilité de cet ethos définit bien le « positionnement » subtil d'un journal comme Libération dans le champ de la presse quotidienne ; un compromis entre le respect des contrats génériques (gage de « sérieux ») et la mise en scène de registres verbaux « marginaux ». Positionnement en quelque sorte ironique où l’on montre tout à la fois qu'on en est et qu'on n'en est pas, qu'on connaît les codes dominants et qu'on pactise avec les usages autres, sans se fixer sur l’un des pôles. Mobilité qui facilite l'incorporation d'un public hétérogène. (1999 : 93-94)

77Toutefois, la pratique quelque peu systématique de ce type d'ethos interroge sa validité et génère un autre ethos où la composante ironique devient un simple effet de superficialité, de jeu argumentatif sans finalité autre que le divertissement, qui n'a pas bonne presse dans les médias d'information générale.

78Tandis que le texte de Renata Libal maximalise toutes les caractéristiques du billet, il semble que le texte de François Raynert les minimalise, au point parfois de ressembler à une chronique, voire à un éditorial.

79Ainsi en va-t-il également du texte suivant, qui sur le plan stylistique et énonciatif ne se distingue en rien d'une chronique :

Les scénaristes et producteurs de cinéma ne sont pas toujours dotés d'une imagination débordante. Preuve en sont les nombreux scénarios à répétition, tels Rocky et ses frères. Idem pour les personnes chargées de traduire les titres.

Certes, « Starwars » est devenu « La guerre des étoiles ». « Fried green tomatoes » a, lui, subi une légère modification, étant francisé en « Beignets de tomates vertes ». Mais que dire entre autres films récents, de « The devil's own », devenu « Ennemis rapprochés », un titre sans connotation diabolique, comme le laissait supposer le titre anglais. (François Treuthardt- En français dans le titre, L'Impartial, 2.5.97)

8. Billets féminins, chroniques masculines ?

  • 14  Selon certains journalistes, le genre du billet se vend bien et c'est pour cela peut-être que les (...)

80Tandis que de nombreuses femmes maximalisent les caractéristiques de base du billet,14 il me semble que de nombreux hommes les minimisent, ce qui a pour effet d'amener un trouble typologique sur leur production. On ne sait plus alors très bien s'il faut considérer ces papiers comme des billets ou des chroniques, voire des éditoriaux.

81C'est par exemple le cas des articles de Pierre Leuzinger, dont la valeur de billet, malgré le genre affiché, pourrait être interrogée, tant par le ton adopté que par la topographie : les billets de Leuzinger se situent dans une des dernières pages. Cette localisation finale fait de ces billets le pendant final de l’éditorial initial.

82On peut avancer que plus un billet a pour objectif dominant et premier de commenter et d'instruire, plus il se rapproche de la chronique ou de l’éditorial. En revanche, plus un billet aurait pour objectif premier et dominant de divertir, plus il mériterait son étiquette de billet.

83S'agit-il là d'une tendance solidement installée ou récente ? Dans le second cas, faudrait-il considérer que les femmes « envahissant » ­c'est-à-dire, en fait, occupant la moitié des billets – les hommes émigreraient vers d'autres pratiques journalistiques plus glorieuses et tendraient à adopter un comportement générique ambigu ? Leurs billets tendraient alors à se chronifier, voire même s'éditorialiser, ce qui expliquerait peut-être l'éclatement de l’humour noté par certains observateurs, à la différence près que ce ne serait pas les éditoriaux qui s'égaieraient mais les billets qui certes se multiplieraient mais se rigidifieraient.

84En effet, selon Antoine et alii ainsi que Montant, le style résolument polémique et pamphlétaire, encore fréquent dans la presse du XIXème siècle, a largement disparu, ce qui aurait eu pour conséquence une disparition du billet :

On a vu le billet d'humeur se diversifier ces dernières années. Les divas du genre se font plus rares. Par contre, nombreux sont aujourd'hui les lieux qui accueillent des « touches » d'humeur. Même s'ils restent voués à l’argumentation, alors que l’humeur demeure un papier de tempérament, l’éditorial et la revue de presse ont perdu de leur sérieuse rigueur. Le commentaire personnel, amusé ou indigné, y remplace souvent la défense d'opinions tranchées. C'est ce qui séduit dans le billet d'humeur que les journalistes ont importé dans d'autres genres. En usant de la forme légère, on met les rieurs de son côté. Sans doute n'est-il plus tout à fait à la mode de défendre des idées avec rigueur et méthode. (Antoine, Dumont, Grevisse, Marion et Ringlet 1995 : 99)

85Notons cependant que – plus marginalement – on peut observer un autre mouvement de la part de certains hommes qui consiste à accentuer certains traits du billet – recul, humour etc. – jusqu'à la parodie. C'est la stratégie adoptée par des journalistes du Temps, dans les articles intitulés d'abord LES GENS puis CLICHES. Ces articles étaient à l'origine essentiellement signés par le journaliste Stéphane Bonvin et par la suite ont été régulièrement présentés sous le couvert de divers pseudonymes, le plus souvent à connotation féminine disqualifiante Colargol de La Playa, Eole CiDariop, Angèle de la Melass-Knoute, ou Pouffiassoc du Sainlourdingue. Cette dernière est la responsable des réflexions suivantes :

Bébé (1). Kristin Scott-Thomas, la parfaite maîtresse de maison aperçue dans « Le patient anglais », attend un troisième enfant. Elle est déjà la mère d'une Hannah (12 ans) et d'un Joseph (9 ans).

Bébé (2). La bébée de Warren Beatty et d'Annette Bening étant finalement annoncé comme un garçon, contrairement à ce que vous avez pu lire la semaine passée à l'enseigne de cette chronique décidément tout juste bonne à passer au dévaloir, bref, Warren et Annette ont décidé d'appeler leur futur enfant Gary, pour rendre hommage au monsieur qui présentait les nouvelles, à la télé, au moment, où il a été conçu.

- D'après le journal tout-terrain Gala, Philippine de Rothschild se serait fait censurer la cuvée 93 de son Château-Mouton, par une association américaine se faisant appeler « Groupe de rétorsion aux agressions sexuelles ». En cause : l’étiquette des nouvelles bouteilles, sur lesquelles Balthus a dessiné une jeune fille nue. Philippine de Rothschild a donc dévoilé, à New York, des bouteilles munies d'étiquettes vierges en déclarant : « Je trouve incroyable qu'on puisse songer au sexe en regardant une jeune fille. » (Le Temps, 6 avril 2000)

86Tant dans la signature que dans les commentaires, on aura noté une certaine tendance sexiste. Le potin ou le ragot sont donnés à lire non seulement comme de viles pratiques discursives, mais de surcroît seraient d'abord et avant tout l'apanage des femmes, qui le mériteraient bien par leurs comportements.

9. Conclusions programmatiques

87Les remarques conclusives se situeront sur un plan méthodologique et dans le prolongement d'un constat de Jean-Michel Adam :

A la variété synchronique des différentes pratiques sociodiscursives s'ajoute une variété diachronique : les genres évoluent et peuvent disparaître avec les formations sociales auxquels ils sont associés. (Adam 1999 : 88)

  • 15  Cette dimension est analysée par l’orientation médiologique de Régis Debray etc.
  • 16  Pour ces distinctions, cf. Coseriu, Eugenio, 1994, Textlinguistik, München, UTB ou Müller, Bodo, 1 (...)

88S'il est maintenant bien admis qu'il existe une variation diachronique (temps), diatopique (espace), diaphasique (situation), diamésique (canal 15), et diastratique (classes sociales, groupes) non seulement des parlers16 mais des genres (en tant que catégories textuelles et discursives), ne faut-il pas commencer à voir s'il n'y a pas aussi lieu d'envisager une variation générique des genres.

89Une telle réflexion a déjà commencé dans le champ conversationnel (confidences, bavardages, excuses, compliments, remerciements etc.) ainsi que le champ littéraire (journal intime, roman, etc.), il me semble qu'elle est encore très insuffisamment présente dans le champ journalistique. Il s'agirait alors notamment d'établir un répertoire systématique des préférences marquées par le discours écrit féminin.

90En partant de la réflexion déjà très avancée sur l’oral, on pourrait également se demander si, actuellement, l'écrit féminin présente les mêmes caractéristiques, à savoir si les atténuateurs, les minimisateurs etc. sont tendanciellement plus fréquents dans le discours journalistique des femmes que des hommes, si les femmes dans des genres fortement allocentrés adoptent plus fréquemment des positions discursives plus coopératives que conflictuelles, etc.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, Jean-Michel [1997] « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », in Pratiques 94, pp. 3-18.

ANTOINE Frédéric et alii [1995] Écrire au quotidien. Pratiques du journalisme, Louvain-la-Neuve : EVO-Communication.

BROUCKER José de (1995] Pratiques de l'information et écritures journalistiques, CFPJ.

DUBIED Annik & LITS Marc (1997] « L'éditorial : genrejournalistique ou position discursive ? », in Pratiques, n°94, pp. 49-61.

DURRER Sylvie [2000] « La presse romande est-elle sexiste ? Oui ! » Bulletin de l'Association suisse de linguistique appliquée, n° spécial « Sprachliche Gleichbehandlung in der Schweiz : Bilanz und neue Perspektiven », à paraître.

FONTANIER Pierre [1977] Les figures du discours, Flammarion.

LABOV William [1998] « Vers une réévalutation de l'insécurité linguistique des femmes », in Singy (1998], pp. 25-35.

MARTIN-LAGARDETTE Jean-Luc [1994] Guide de l'écriture journalistique. Écrire, informer, convaincre, Syros.

MONTANT Henri (1995] Commentaires et humeurs : Billets, éditoriaux, critiques, pamphlets, chroniques, échos… CFPJ.

MOURIQUAND Jacques [1997] L'écriture journalistique, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

PERELMAN Chaïm, OLBRECHTS-TYTECA Lucie [1958] Le traité de l'argumentation, Bruxelles : Presses Universitaires.

SINGY Pascal, dir., [1998] Les femmes et la langue. L'insécurité linguistique en question, Paris, Delachaux et Niestlé.

TRUDGILL Peter [1998] « Concept de genres, prestige latent et insécurité linguistique », in Singy [1998], pp. 37-57.

VOIROL Michel [1993] Guide de la rédaction, CFPJ.

Haut de page

Notes

1  Ne serait-il pas préférable de recourir au terme de linguistique générique, sur le modèle des désignations de linguistique textuelle, linguistique conversationnelle, linguistique pragmatique, linguistique systémique, etc. » ?

2  Dans la presse française, on pourrait mentionner les papiers suivants, passés ou présents, qui, à première vue, présentent des caractéristiques comparables au corpus romand »: « A rebrousse-poil » de Guy Sitbon (L'Événement du jeudi), « Les choses de la vie » de François Reynaert (Le Nouvel Observateur), « La télévision » par Françoise

Giroud (Le Nouvel Observateur), Pierre Georges (Le Monde), « Humeur » d'Odile Grand (L'Événement du jeudi) et les « Chroniques matutinales » de Philippe Meyer sur France Inter.

3  La radia est un média dans lequel on peut également trouver des billets, dont certains écrits par des femmes.

4  Dans l’hebdomadaire de l’entreprise Migros Construire, on trouve également des billets écrits par desfemmes. Nouveau-T de Partricia Brambilla et Frappé fraise de Christiane Favre. Ces deux billets étant réunis sous la rubrique Nid de Guêpes. On y trouve également la chronique (billet ?) d'Emile Gardaz intitulée Quatre saisons, qui apparaît à côté du courrier des lecteurs. Dans le monde médiatique français, on peut évoquer notamment les billets qu'Odile Grand écrivait pour L'Événement du jeudi.

5  Dupriez définit la chute de la façon suivante : « Comme les anciens, quelques modernes ont, des finales de phrases ou d'alinéa, un soin particulier. Loin de laisser la pensée s'achever conventionnellement, ils en soulignent quelque trait par métaphore, ou paradoxe et font sentir l’achèvement de l’ensemble par un rythme à part (1984: 113). Comme synonymes de chutes, Dupriez évoque clausule, apothèse (Lausberg), chute finale, cadence (Littré ; Verest, 92 ; Robert), désinence (Marmontel).

6  Il s'agit essentiellement du Monde.

7  Pour une discussion détaillée des caractéristiques de l’éditorial, cf. ici-même l’article de Thierry Herman et Nicole Jufer.

8  Pour une présentation de cette notion, cf. ici-même l’article de Gilles Lugrin.

9  Pour une discussion des différents niveaux d'analyse impliqués, voir notamment Adam 1997.

10  Je crois que l’on peut généraliser ce chiffre. Les textes qui n'ont pas pu être comptabilisés étaient potentiellement aussi bien le fait d'hommes que de femmes. On peut noter, en outre, que ce pourcentage est meilleur que celui que l’on obtient en lisant le livre de Montant (1994) qui, sur 32 textes cités, ne fait état que de deux textes écrits par des femmes.

11  Corpus Durrer 38 billets 1-8 mai 1997 ; corpus rassemblé par Nadia Kremer (Université de Zurich) : 92 billets de la presse francophone publiés dans le deuxième semestre 1997 + corpus Monika Hafner (Université de Zurich) : 80 billets s’échelonnant sur les années 1996-1998).

12  On peut ajouter une autre interprétation du recours au seul prénom, à savoir l’infantilisation. Sur cette assimilation médiatique entre « femme » et « enfant », cf. Durrer 2000.

13  Barthes définit l’ethos de la façon suivante : « Ce sont les traits de caractère que l’orateur doit montrer à l'auditoire (peu importe sa sincérité) pour faire bonne impression. [...] L'orateur énonce une information et en même temps il dit : “je suis ceci, je ne suis pas cela” (1966 : 212) ».

14  Selon certains journalistes, le genre du billet se vend bien et c'est pour cela peut-être que les femmes l’investissent plutôt que l'éditorial. Une telle argumentation ne semble cependant pas tout à fait convaincante. En effet si le billet se vend peut-être bien, peut­on pour autant dire que sa valeur symbolique est aussi grande que celle des éditoriaux ? Pour répondre à une telle question, on peut prendre comme indice les stratégies d'archivage sur le Net de plusieurs journaux suisses. On y constate que le billet apparaît rarement en tant que tel, à la différence des éditoriaux.

15  Cette dimension est analysée par l’orientation médiologique de Régis Debray etc.

16  Pour ces distinctions, cf. Coseriu, Eugenio, 1994, Textlinguistik, München, UTB ou Müller, Bodo, 1985, Le français d'aujourd'hui, Paris, Klinsksieck.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Durrer, « De quelques affinités génériques du billet », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/2600

Haut de page

Auteur

Sylvie Durrer

Romanisches Seminar - Université de Zurich

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page