Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Les articles dits d’information :...

Les articles dits d’information : la relation de déclarations politiques

Clara-Ubaldina Lorda

Texte intégral

1. De l'inégalité des genres journalistiques

1Comme le rappelle J.-M. Adam, les classements des unités rédactionnelles de la presse écrite sont affligés « d'une hétérogénéité et d'un flou définitionnel décourageants » (1997 : 4). En effet, dans les manuels de journalisme, la notion de genre est parfois appliquée à des éléments du péritexte (titre, chapeau), elle renvoie à l'origine des messages (dépêche, courrier des lecteurs) ou encore à des techniques d'écriture ou d'organisation des textes (mouture, montage) ; s'agissant du classement des articles, les dénominations sont très variées (Adam, 1997 : 4-11). Mais certains auteurs s'accordent à considérer les événements comme base thématique de la classification et/ou à établir une frontière entre les genres de l’information et les genres du commentaire.

2D'autre part, on peut s'étonner du statut inégal des différents articles de journal. Alors que certains jouissent, en tant que genres, d'une dénomination et d'une définition établies, d'autres sont hâtivement entassés dans des paniers fourre-tout, et cela est particulièrement vrai pour les articles qu'on peut rattacher aux genres de l’information. Parmi ceux dont l'identité n'est pas contestée, je citerai les cas, bien différents, de l'éditorial, genre classé dans le commentaire, noble s'il en est, et celui du fait divers, genre considéré de l’information. Ce dernier, malgré son hétérogénéité et le caractère parfois secondaire des événements qui y sont rapportés, a fait l'objet de nombreuses études, et des propositions d'application foisonnent en didactique des langues.1

3On se trouve donc face à un paradoxe qui veut que les articles qui rapportent les faits, tout court, de domaines précis de la vie publique (politique, science, culture, sport) n'aient point d'identité générique comparable (compte rendu, chronique, 'article' tout court ?), bien qu'ils constituent la partie la plus substantielle des quotidiens, du moins de nos jours. II me semble, toutefois, que nous possédons à l'heure actuelle, dans la perspective de la linguistique, des outils théoriques qui nous permettent de nous aventurer dans la forêt enchevêtrée du discours journalistique, considéré comme macro-genre englobant, pour essayer de retracer les contours de ses différents sous-­genres et pouvoir dégager par la suite des modalités génériques propres à différents journaux, à différentes époques ou à différents pays.

4Mais cette tâche implique, à mon sens, un questionnement préalable de ce clivage communément admis entre les genres de l'information et les genres du commentaire.

2. Deux grands groupes génériques ?

5Selon la littérature spécialisée, relèveraient de l’information les articles dont l’objectif serait de rapporter certains faits (sélectionnés et promus ainsi à la catégorie d'événements) avec l'objectif d'apporter un savoir sur l'actualité, à la différence des articles relevant de l'opinion, qui, eux, auraient pour but de commenter lesdits événements.

6D'ailleurs, les différentes étapes de l'évolution de la presse écrite apparaissent liées à la dominance de l’une ou l'autre de ces modalités de représentation linguistique de l'actualité. Lieu de bataille des idées et farouchement partisane au XIXe siècle,2 la presse écrite aurait plutôt penché vers l'information au XXe siècle, tout en devenant, d'autre part, une tribune ouverte à la libre circulation des opinions ; aujourd'hui, dans cette transition au XXIe siècle, elle renforcerait ses flancs commentatifs pour se frayer une voie et faire entendre sa voix personnelle face à ses jeunes concurrentes plus rapides, la radio et la télévision (Lochard & Boyer, 1998 : 43-45).

7Néanmoins, si cette distinction oppose bien deux grandes tendances dans la médiatisation des événements, à la regarder de plus près, on peut se demander si elle permet de départager deux groupes génériques de la presse écrite. En effet, dans les genres dits du commentaire, on trouve des stratégies discursives visant à montrer et à étayer des opinions sur les faits. Dans ces articles, le mode argumentatif, matérialisé dans les textes sous forme de séquences, y est dominant. En revanche, dans les genres dits de l'information les stratégies discursives permettant de rapporter les faits relèvent plutôt des modes narratif, descriptif et explicatif, comme le montrent également les différentes séquences qui composent ces articles. Mais il convient de ne pas oublier que, bien que l'on puisse déterminer des dominantes, les articles du journal n'échappent pas à l'hétérogénéité propre à tout texte.

8D'autre part, il paraît raisonnable de se dire que l'apport de savoir des « articles informatifs » n'est nullement neutre bien que l'orientation argumentative soit, dans ce cas, beaucoup plus subtile, voire implicite dans certains quotidiens. Car, tout d'abord, la sélection des faits considérés comme des événements constitue à elle seule une forme de subjectivation, même si l'énonciateur ne manifeste pas un point de vue de façon explicite. Comme le notent C. Perelman & L. Olbrechts Tyteca (1988), l'interprétation constitue un choix entre plusieurs modes de signification, mais le choix préalable des données à interpréter est déjà significatif, notamment dans la presse :

[...] le rôle de la sélection est si évident que, lorsque quelqu'un mentionne des faits, on doit toujours se demander ce que ceux-ci peuvent servir à confirmer ou infirmer. La presse, gouvernementale ou d'opposition, nous a habitués à cette sélection des faits, en vue soit d'une argumentation explicite, soit d'une argumentation que l’on espère voir le lecteur effectuer par lui-même. (Perelman & Olbrechts Tyteca, 1988 : 155)

9De manière plus générale, la médiatisation journalistique implique dans tous les cas un processus de mise en mots, une construction par le langage. Si, comme le notait déjà C. Bally, la langue apparaît comme une arme que chaque interlocuteur manie en vue de l'action pour imposer sa pensée personnelle » (1965 : 21), le discours journalistique est d'autant plus tourné vers une action persuasive qu'il opère dans l'espace public.

10On peut donc faire l'hypothèse qu'une certaine prise de position, une sorte de commentaire, en somme, sous-tend la plupart des genres de l'information, bien que les stratégies discursives dominantes diffèrent de celles qui l'emportent dans les genres plus explicitement commentatifs. Mais, en retour, on peut considérer également que le commentaire remplit une fonction informative, puisqu'il permet d'en savoir plus, de mettre l'événement en rapport avec d'autres événements passés (que le lecteur se les rappelle ou qu'il les apprenne), d'en saisir la portée, d'en comprendre les causes ou d'en avancer les conséquences éventuelles. Prenons comme exemple les éditoriaux d'Ignacio Ramonet dans Le Monde Diplomatique, qui comportent régulièrement une partie explicative débordant de données concrètes de toutes sortes (Fernàndez & Lorda 1999).

11Dès lors, plutôt que la visée informative ou commentative, c'est la prise en compte des modes d'organisation ou séquences d'une part (et de leurs modalités énonciatives), et du domaine thématique d'autre part (incluant l'identité et l'activité des acteurs sélectionnés) qui me semblent pertinentes pour la définition des sous-genres de la presse écrite.

12C'est à partir de cette hypothèse que j'avais été amenée à retracer les contours et à décrire les régularités compositionnelles d'un sous­genre relativement moderne que j'ai appelé relation de déclarations politiques (1997b). Le désavantage que comporte la longueur de cette dénomination a comme contrepartie la transparence du principe de classement qui préside à la définition du sous-genre. Ces propositions se plaçaient ainsi dans le sillon de linguistes comme J.M. Adam (1999 : 17) et comme P. Charaudeau, pour qui « c'est de la combinaison entre modes discursifs et thème que l'on est en mesure de distinguer des sous-genres » (1997 : 139).

13Je m'attacherai ici à préciser mes propos précédents en décrivant, premièrement, la relation de la presse écrite comme base de deux sous­-genres dans le domaine du politique, la relation d'événements politiques (désormais REP) et la relation de déclarations politiques (désormais RDP) ; deuxièmement, en analysant en détail un texte du Monde appartenant à ce dernier sous-genre, avant de conclure sur quelques brèves considérations autour des RDP dans la presse espagnole.

3. Les relations de la presse écrite

14Dans les articles dits d'information, des événements sont rapportés. Beaucoup d'auteurs considèrent que nous avons alors affaire à des récits, comme le remarque F. Revaz (1997b :20-21). Je suivrai la linguiste genevoise quand elle propose de réserver la notion de récit pour désigner les séquences ou les textes qui contiennent une structure d'intrigue. Dans cette optique, l’agencement linguistique qui permet de rapporter les événements relève plutôt de la relation. Cette dernière notion désigne une catégorie intermédiaire entre la description et le récit : « une représentation d'actions successives formant une "unité" » (1997a : 238).

15Comme tous les genres médiatiques, les relations se doivent de respecter le principe d'actualité. Les événements sont donc rapportés avec un décalage temporel minimal, souvent le lendemain même de leur avènement. Pour ce qui concerne le domaine du politique, on rapporte quotidiennement des actions ou des paroles ordinaires des élus. Car, les journaux ne se limitent pas à faire état des événements extraordinaires, ils rendent compte aussi des menus faits de l'activité des hommes et des femmes politiques, permettant ainsi au citoyen d'évaluer leur conduite des affaires publiques.

16Il me semble que c'est dans les relations des actions ordinaires que la sélection prend plus d'importance, puisque les événements extraordinaires sont retenus par tous les médias. Ainsi, des faits qui auraient pu passer sous silence deviennent événements et peuvent même acquérir une dimension considérable par la présentation typographique qui en est faite (page du journal, espace occupé, caractéristiques du péritexte).

17P. Charaudeau propose, pour classer les formes discursives de l'événement médiatique, la tripartition entre événements rapportés, commentés ou provoqués, et il établit, pour les premiers, deux sous­classes : le fait rapporté et le dit rapporté (1997 : 168). Pour ma part, je considère que ces deux sous-classes sont à l’origine de deux sous­genres dans le domaine du politique : la REP, où l'on rapporte les faits (les actions) politiques et la RDP, où l'on rapporte des paroles politiques.

18Ces paroles consistent en des déclarations dans des conférences de presse, dans des interventions à la radio, dans d'autres médias, dans des meetings ; il peut s'agir aussi de déclarations sollicitées à brûle­ pourpoint à l'entrée ou sortie d'un élu de quelconque activité institutionnelle. Comme je l'ai précisé ailleurs (1997b : 62-63), je fais la différence entre la tendance générale, à l'heure actuelle, de tous les genres médiatiques à faire appel à la polyphonie dans tous ses états (introduction de paroles de témoins, d'analystes, de citations diverses) et la spécificité d'un sous-genre où ce sont les déclarations mêmes qui constituent l’événement.

19D'autre part, dans les RDP, les propos sont résumés ou synthétisés en recourant aux différents modes de discours rapporté, qui s'y combinent librement. Ce sous-genre ne se confond pas, partant, avec les transcriptions complètes d'un discours oralisé à des occasions exceptionnelles (par exemple, un débat entre deux candidats à l'élection présidentielle).

20Cet ensemble de caractéristiques de la RDP implique des constantes dans la mise en texte qui m'ont permis de dégager une grille d'analyse ad hoc (1997b : 64-65). Cela ne veut évidemment pas dire que tous les articles susceptibles d'être rattachés à ce genre soient parfaitement homogènes, la notion de genre relevant d'une sémantique du prototype et se définissant « en termes tendanciels (+ ou -) plutôt que par des critères stricts » (Adam, 1997 : 12). D'ailleurs, le sous-genre REP, n'est pas non plus homogène. Ce dernier peut inclure des déclarations (souvent comme illustration) tandis que la RDP inclut forcément des événements (comme explication).

21Le sous-genre mixte existe aussi. Prenons un article daté du 10 janvier 2000 du quotidien Le Monde. Ce texte manifeste sa double appartenance par son péritexte : le titre (« Marée noire : Mme. Voynet explique avoir voulu éviter tout "catastrophisme"«) renvoie aux déclarations rapportées de la ministre de l'Environnement alors que le sous-titre (« Quatre mille personnes ont manifesté à Vannes ») renvoie à la partie de l'article où sont relatés des événements.

22Dans le même quotidien, Le 3 février 2000, un article intitulé : « L'affaire Haider divise les droites européennes », où sont relatées les positions prises par les partis conservateurs face à l'accord de la droite et de l'extrême droite autrichiennes, est une REP ; en revanche, le texte analysé ci-dessous, « Jacques Chirac entend " incarner l'intérêt général "« (même date que le premier article cité) est une RDP.

23Comme tous les genres médiatiques, ces sous-genres sont soumis à une double contrainte : le devoir de se conformer à leur visée informative tout en satisfaisant à leur visée de captation (Charaudeau, 1997 : 73-80). Ce paradoxe les amène à une jonglerie permanente avec les mots, notamment les journaux réputés les plus sérieux, comme c'est le cas du Monde.

24Parmi les procédés qui semblent obéir au besoin de capter ou de séduire, on peut sans doute compter la sélection d'événements susceptibles de produire le plus grand impact sur le plus grand nombre de récepteurs et le différent traitement dont les événements font l'objet3. Cette tendance s'accentue dans le média le plus populaire, la télévision, où l'on arrive « à appuyer le trait en matière de tragique, de sensationnel ou de scandale » (Lochard & Boyer, 1998 : 25).

25Pour ce qui est des RDP, on remarque la tendance à sélectionner, parmi les déclarations, l'incongru et le contradictoire, le coloré et le poétique (mais aussi les maladresses, même grammaticales !) et, surtout, les propos conflictuels. Ces derniers sont particulièrement soulignés dans la presse espagnole4, mais on peut penser que de tels procédés ne sont pas absents dans d'autres pays, à en juger par ces affirmations dans un article du Herald Tribune (« Dans les médias le conflit prime toujours sur la substance »), signé par William Raspberry, et dont la traduction a été publiée par Le Nouveau Quotidien de Lausanne en 1995 :

Aujourd'hui je vois cette tendance partout : dans les polémiques sur l'avortement et l’école, dans les disputes sur la réduction du déficit et, sans l'ombre d'un doute, dans la campagne présidentielle. Le conflit prime toujours sur la substance.

L'une des principales raisons de l’intérêt des médias pour une éventuelle candidature de Colin Powell tenait au fait que sa participation aurait rendu la bataille de la campagne présidentielle plus intéressante pour les journalistes.

26Dans la RDP analysée ci-dessous c'est la contradiction qui est indirectement soulignée, en mettant en parallèle les déclarations rapportées et la réalité évoquée par le discours citant.

4. Les propos de Jacques Chirac relatés par Le Monde

27À la suite d'une étude comparative que j'ai menée sur une cinquantaine de RDP de trois journaux français (Le Figaro, Libération et Le Monde), il est apparu que dans ce dernier dominaient les procédés explicatifs, tandis que les deux autres journaux penchaient vers différentes modalités d'argumentation (plus explicite dans le premier, plus implicite dans le deuxième). Néanmoins, je précisais bien que l'orientation argumentative n'était pas absente du Monde mais qu'elle était « repérable et identifiable dans la sélection de déclarants et de déclarations, dans la synthèse du titre [...] et, bien évidemment, dans les discours intégrés et les verbes et les segments introducteurs de citation » (1997b : 73).

28J'essaierai maintenant de cerner de plus près comment, par ces procédés indirects, les RDP de ce journal manifestent une opinion, c'est-à-dire, « une attitude intellectuelle de pour ou de contre (une) vraisemblance du monde » (Charaudeau, 1997 : 96) ou encore, le témoignage « d'un point de vue du sujet à propos d'un savoir » (ibidem).

29La RDP que j'ai choisie de présenter relate les déclarations du président de la République à l'occasion de son discours de voeux devant la presse. C'est un article court, présenté sur une seule colonne, dont les seuls éléments du péritexte sont le titre et la signature Raphaëlle Bacqué ; le texte est pris en charge par Le Monde, qui appelle la journaliste « notre envoyée spéciale ».

30Un code numérique identifiant les différents composants linguistiques du discours citant précède ci-dessous la transcription de l'article, où les différents segments sont à leur tour précédés d'un numéro en accord avec ce code, sauf les extraits cités, marqués déjà par l'italique et les guillemets de citation. Ce marquage s'inspire de la grille d'analyse mentionnée plus haut.

Composants du discours citant

<1> Description des coordonnées situationnelles des déclarations (déclarant, date, circonstances).

<2> Synthèse du titre.

<3> Relation ou description d'actions. Précisions explicatives.

<4>Verbes introducteurs décrivant les déclarations. Segments attributifs.

<5> Commentaire appréciatif (généralisations, métaphores, comparaisons).

<6> Connecteurs argumentatifs.

<7> Discours intégré (indirect, dramatisé5 ou narrativisé).

<8> Discours dramatisé-cité

Transcription de la RDP

<1> Jacques Chirac <4>entend <2>« incarner l'intérêt général »

[§I]<3>Douze discours de voeux en une semaine. <5>Un marathon comme le président les aime : <3> champagne pour les invités et messages politiques étudiés sur tout ce qui fait aujourd'hui la société française : intempéries, réforme de la justice, patronat, syndicats, 35 heures et aléas de la municipalité parisienne...

[§II]<1>Jacques Chirac a achevé ce parcours, vendredi 7 janvier, devant la presse. <3> ? <7> ? Il a saisi l’occasion pour <4> répondre <3> ? <7> ? à ceux qui ont cru voir, derrière ces interventions tous azimuts, les signes d'une guerre sans répit dans la cohabitation. « Le président de la République incarne l'intérêt général » a-t-il assuré, avant d'ajouter « La politique, c'est moins que jamais les arrière-pensées, les querelles stériles, la rumeur, l'éphémère. »

[§lll]C'est <6> d'ailleurs au nom de l'« intérêt général », <4> a expliqué le chef de l'État, que « j'ai souhaité que le gouvernement d'Alain Juppé soit porté par une volonté ambitieuse de réforme » et que « la France unisse toutes ses forces pour entrer dans de bonnes conditions dans l'euro ». <3>Abordant pour la première fois, sans fard, la dissolution et ses effets désastreux pour la droite, M. Chirac <4> n'a pas craint de noter que « le coût politique et personnel a été grand » pour lui. <6> Mais c'est au nom de l'« intérêt général » qu' « au lendemain des législatives <3> [de 1997], et face au choix des Français », le président a « voulu une cohabitation constructive, car le contraire eut été contre les intérêts de la France ».

[§IV]<4>M. Chirac a ensuite tracé les contours de cette présidence au-dessus des partis qu'il veut incarner : « Le temps n'est plus à la recherche de clivages artificiels. Il est aux convictions. Il est à la reconnaissance de la diversité. Il est à la volonté de rassembler ». <7>L'abstention toujours plus grande aux élections laisse croire que les Français se détournent de la politique ? Il n'y voit pas une rupture profonde. « Simplement, ils ont un temps d'avance. C'est une certaine manière de faire de la politique qui, pour eux, est dépassée. »

[§V]<3>Mettant immédiatement en application ces bonnes résolutions, le président s'est ensuite promené parmi ses invités en évitant soigneusement les questions politiques. <4> On a donc appris que le président avait « très bien vu » le feu d'artifice du 31 décembre 1999, de son bureau de l'Élysée, et qu'en Corrèze, où il devait rejoindre pour le week-end Bernadette Chirac, l'électricité est toujours coupée, « y compris à la maison », <3> c'est-à-dire au château de Bity. <8> La cohabitation ? « Tout se passe bien, non ? <8> Et la candidature à l'élection présidentielle de Charles Pasqua ? « Sur ce sujet-là, je ne pense pas. »

 Raphaëlle Baequé

31Comme dans la plupart des RDP, le texte commence par une relation-description d'actions <3>, qui a un caractère explicatif : elle fait savoir le cadre général où se situent les déclarations relatées, les différentes interventions du président précédant celle qui est ici rapportée. On y résume aussi les thèmes traités. Comme nous le verrons par la suite, l'énumération de ces thèmes n'est pas innocente : catastrophes, problèmes institutionnels ou sociaux, affaires malencontreuses pour le parti de Chirac. À l'intérieur du paragraphe [§I], le segment marqué <5>, qui reformule les actions relatées fait basculer l'introduction explicative au commentaire appréciatif, par la métaphore utilisée (« marathon ») et par la généralisation sur les goûts du président.

32Au paragraphe [§II], les circonstances et le jour des déclarations sont précisés dans le segment précédé de <1>, qui permet d'identifier l'article comme RDP. Après cette précision, on peut hésiter à marquer le segment suivant comme <3>, considérant qu'il s'agit d'une explication du contexte des déclarations, ou comme <7>. Dans ce dernier cas, il s'agirait du résumé d'une série de questions-réponses dont les citations qui suivent constitueraient une illustration.6

33Ces citations justifient la synthèse du titre qui est commentée un peu plus bas. Notons la sélection de ce verbe « incarner » dont l'évocation de celui qui a donné son nom au gaullisme contribue à teinter d'ironie ce texte où l'on va rappeler par la suite les avatars électoraux subis par le président actuel. Dans la deuxième citation, les assertions sur un état des choses irénique (« la politique c'est moins que jamais les querelles stériles ») ont été préalablement réfutées par les thèmes énumérés dans l'introduction du paragraphe [§1].

34Dans le paragraphe [§III], « d'ailleurs » relie, dans le discours citant, des extraits de discours cité, comme c'est souvent le cas dans les RDP, le premier orientant ainsi l'interprétation du deuxième. Un peu plus bas le même procédé est appliqué au connecteur « mais ».

35Par « d'ailleurs », on met en regard les déclarations citées du président (qui décrivent sa volonté d'incarner l'intérêt général) avec celles où Chirac commente la période difficile du gouvernement d'Alain Juppé, et qui a conduit au dénouement que l'on sait. Là encore, la description explicative « abordant sans fard » et la référence à ce dénouement comme « la dissolution et ses effets désastreux pour la droite » font figure de démenti à l'atténuation et la justification que montrent les propos de Chirac, introduits par le connecteur « mais », qui, toujours dans le discours citant, marque un nouveau rebondissement argumentatif.

36Le segment qui initie le paragraphe [§1V] reprend le verbe incarner » (justification du passé et garant de l'avenir) pour attribuer au chef de l’État des énoncés où il manifeste sa volonté de rassemblement et sa reconnaissance de la diversité. Le paragraphe se termine par une reprise du procédé de mise en parallèle de perspectives opposées dans le discours citant et le discours cité. Le rythme s'accélère ici par le discours intégré dramatisé-narrativisé <7>, illustré ensuite par une citation.

37L'ironie monte à son plus haut degré dans la relation d'actions du paragraphe [§V], précédée d'une explication (« Mettant immédiatement en application... ») que l’on pourrait interpréter ainsi : le président pense que pour être branché en politique, il vaut mieux ne pas en parler.

38Dans ce dernier paragraphe, des îlots cités rapportent rapidement, presque sous forme de flash, des commentaires divers sur l'actualité, tenus au cours de ce discours de voeux. On remarquera qu'ils suggèrent une certaine naïveté du président ou sa volonté de se donner une image de proximité. L'explication (« c'est-à-dire au château de Bity ») joue encore une fois ce rôle de mise en regard de deux points de vue bien différents pour référer à la même réalité du monde.

39Le texte se termine par un rapide retour aux questions politiques dans deux segments de discours dramatisé-cité <8>, où le contraste entre les questions posées et la réponse citée reproduisent ce double mouvement qui parcourt tout le texte. Le dernier couple question­réponse n'est pas sans évoquer l'affrontement fâcheux de J. Chirac à « son ami de trente ans » à l'occasion de la présidentielle de 1995. À cette question incontournable, le chef de l'État préfère répondre par la politique de l'autruche.

40La distance que l'ensemble du discours citant montre par rapport aux propos du déclarant (ceux qui ont été sélectionnés ici) est synthétisée dans le titre par ce verbe introducteur « entendre ». Le choix de ce verbe modalise et, en quelque sorte, problématise la synthèse des déclarations entre guillemets : aussi manifeste-t-il un point de vue (il s'agit de déclarations volontaristes) sur le savoir apporté (ce que le chef de l'État a dit).

41Le discours de Chirac, tel qu'il est ici présenté, ferait croire que celui qui prétend incarner l'intérêt général des Français ignore ce qui se passe en France. En fait, il arrive que les hommes et les femmes politiques prétendent construire, par la parole, la réalité qui leur convient le mieux. Dans ce cas, il s'agit d'élimer tout conflit et de montrer la grandeur et la magnanimité du déclarant. Dans d'autres cas, on peut observer le revers du même phénomène : tout ce qui concerne les adversaires n'est que mésentente, maladresse ou mauvaise foi. C'est ce qu'on pourrait appeler l'illusion d'une parole performative, qui donnerait aux énoncés le pouvoir de transformer la réalité au gré de l'énonciateur.7

42Ainsi, dans les RDP, la mise en relief de certains traits saillants des discours de ceux dont on rapporte les propos manifeste un point de vue de l’énonciateur. C'est presque un procédé caricatural qui n'est pas sans rappeler le discours des personnages des Guignols (captation oblige). On laisse entendre ainsi, indirectement, une attitude favorable ou défavorable aux déclarants.

5. La relation de déclarations politiques dans la construction du « miroir social »

43Ces articles, parfois assez courts, qui relatent souvent des déclarations autour de sujets ordinaires, montrent l'interdépendance entre discours médiatique, discours politique, et opinion publique.

44D'une part les RDP qui soulignent le conflit provoquent, à leur tour, du conflit. En Espagne, par exemple, la mise en relief de propos agressifs suscite immédiatement des réactions et contribue à créer de nouvelles polémiques (c'est souvent le cas pour les déclarations concernant la situation au Pays Basque). De manière générale, les hommes et les femmes politiques sont interpellés par le traitement des événements, que ce soit dans la presse écrite ou dans d'autres media. Ils sont sommés de réagir sans le temps de réflexion nécessaire. L'ancien chef du gouvernement Felipe Gonzalez affirmait récemment dans une RDP (El Paìs, 07.04.00) que la politique est soumise aux règles de l’ «immédiatique ».

45Mais, d'autre part, il faut noter l'absence d'une ombre d'autocritique, le blâme de tout ce qui vient de l’adversaire et la recherche d'une action performative dans la plupart des discours politiques, du moins en Espagne. Dès lors, ces caractéristiques brouillent les notions de vrai / faux, et deviennent le terreau du discrédit de la politique.

46Finalement, les extraits cités dans les titres sont à l'origine de formules très condensées qui font parfois fortune. Elles sont reprises dans d'autres sous-genres de la presse écrite ou dans les médias audiovisuels, et permettent de référer, de façon simplifiée, à des situations complexes.8 Ces formules naissent, se transforment et meurent au fil du temps ; elles passent également aux échanges quotidiens et favorisent la création de blagues.

47Je terminerai par un exemple tout récent qui montre que l'opinion publique, lorsqu'elle peut se manifester (comme à l'occasion des élections) est capable de déplacer le sens de ces énoncés. Le chef du gouvernement actuel, José Ma Aznar, avait souvent martelé les Espagnols en affirmant : « España va bien » (« l'Espagne marche bien »). Cette assertion, soulignée dans des RDP, avait été reprise par les Guignols et elle était souvent répétée ironiquement (complétée ainsi : « ...pour quelques-uns ! »). Les opposants au parti conservateur n'ont pas manqué de souligner l'illusion performative d'une telle affirmation. Pourtant, le raz-de-marée de la droite aux dernières élections a battu en brèche ces points de vue sur la formule aznarienne : son leitmotiv a soudain changé de statut, passant de l'ironie à la vraisemblance. Cet énoncé optimiste intitulait une tribune d'opinion signée par Mario Vargas Llosa dans El Paìs, où l'écrivain péruvien faisait l'éloge et du gouvernement populaire et des électeurs que lui avaient accordé la majorité absolue.

48Ainsi, la RDP montre les traits les plus saillants dans le discours des déclarants, provoque des événements médiatiques et met en scène l'illusion d'une parole performative qui brouille l'analyse de la réalité. Elle reflète et fait circuler des représentations dans l'imaginaire collectif. Aussi, comme les autres genres de la presse écrite, contribue­-t-elle à la construction de ce « miroir social (déformant) » (Charaudeau 1997), que constitue le discours d'information. Le romancier espagnol J.J. Millás le dit plus radicalement : « Le journal est un "engin littéraire", une métaphore de la réalité » (El Paìs, 07.04.00).

Haut de page

Bibliographie

ADAM Jean-Michel [1997] « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite » in Pratiques n° 94 « Genres de la presse écrite », CRESSEF, Metz, p. 3­18.

ADAM Jean-Michel [1999] Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Nathan Université.

BALLY Charles [1925/1965] Le langage et la vie, Genève : Librairie Droz.

CHARAUDEAU Patrick [1997] Le discours d'information médiatique. La construction du miroir social, Nathan Médias,

FERNANDEZ Lydia & LORDA C. Ubaldina [1999] « La structure rhétorique d'un genre du discours journalistique » in Diklogos Hispanicos n° 23 "Las lenguas en la Europa Comunitaria III", Rodopi, Amsterdam-Atlanta, p. 559-573.

LOCHARD Guy & BOYER Henri [1998] La communication médiatique, Seuil, coll. Mémo.

LORDA C. Ubaldina [1997a] « Polémica frente a crispaciôn. Una aproximación discursiva y textual al periodismo de declaraciones » in Español Actual, n° 62/94, Arco Libros, Madrid, p. 39-52.

LORDA C. Ubaldina [1997b] « La relation de déclarations politiques : hétérogénéité et mise en scène de la parole » in Pratiques n° 94 « Genres de la presse écrite », CRESSEF, Metz, p, 62-74.

PERELMAN Chaïm & OLBRECHTS-TYTECA Lucie [1988] Traité de !’argumentation, Éd. de l'université de Bruxelles, Bruxelles.

REVAZ Françoise [1997a] Les textes d'action, Éd. de l'université de Metz.

REVAZ Françoise [1997b] « Le récit dans la presse écrite » in Pratiques n° 94 « Genres de la presse écrite », CRESSEF, Metz, p.19-34.

Haut de page

Notes

1 II y a probablement des raisons historiques qui justifient la popularité des faits divers

G. Lochard & H. Boyer relèvent le privilège qui leur est accordé au XIXe siècle du fait qu’ils « jouent comme un facteur d'attraction pour un public récemment alphabétisé » (1998 : 44).

2 « Le Journal au lieu d’être un sacerdoce est devenu un moyen pour les partis ; de moyen, il s'est fait commerce ; et comme tous les commerces, il est fait sans foi ni loi [...] Un journal n'est plus fait pour éclairer mais pour flatter les opinions. » Honoré de Salue, Illusions perdues, Garnier-Flammarion 1990, p. 320.
3 Ainsi, la façon de présenter la mort d'un personnage célèbre ne dépend pas tant de l’importance de son oeuvre ou de la bonté de ses actes que des émotions qu'il suscite dans l’imaginaire collectif. Rappelons-nous, à ce propos, les couvertures médiatiques, en France, de la mort de Diane de Galles et de celle de l’écrivain Claude Roy, survenue quelques mois plus tard.
4 Cette caractéristique du sous-genre s'était accentuée en Espagne pendant la dernière étape du gouvernement socialiste (Lorda 1997). D'ailleurs, le phénomène a été perçu et parfois analysé par ses acteurs (hommes politiques et journalistes). Certains ont même fait leur mea culpa.
5 J’ai appelé provisoirement ainsi cette variante qui consiste à rapporter les propos du journaliste sous forme de question. Mais elle n'est pas donnée comme citée (puisqu'il n'y a pas de marques de citation), mais comme une synthèse des interpellations qui ont été faites au président, dont les réponses sont d'abord narrativisées, puis illustrées par une citation (fin du paragraphe [§ IV]).
6 La difficulté pour l’analyse étant, évidemment, de ne pas connaître comment s'est déroulé exactement cette rencontre du président avec les journalistes.
7 Le journaliste catalan Josep Ramoneda affirme (je traduis) : « Rien de ce qui est humain n'est étranger aux hommes politiques. Comme tout le monde, bien qu'ils essaient de le cacher, ils vivent sous le syndrome de l’insécurité. En faisant de leurs désirs des vérités incontestables, ils cherchent deux objectifs : la protection psychologique et l’action performative » (El Paìs, 12.07.99).

J.-M. Adam (1999 : 119-136), pour sa part, discutant une interprétation d'un énoncé du général de Gaulle qui ouvrait son discours du 4 Juin 1958, selon laquelle le général aurait menti aux pieds-noirs (J. Moeschler et A. Reboul), conteste une telle conclusion par l’ambiguïté de ce « je vous ai compris » qui naît de la conviction du général que tous les Algériens se sentaient frères et égaux. Dans son analyse, J.M. Adam prend en compte cette illusion performative si souvent décelable dans le discours politique : « De Gaulle semble, en ce point du discours comme souvent ailleurs, croire qu'il lui suffit de dire pour que l’Algérie soit ce qu'il veut qu'elle devienne. On le croirait dupe de la magie de la performativité de la (sa) parole » (p. 135). D'autre part, le même auteur rappelle que ce discours a été très diversement interprété par les journaux de l’époque, en fonction de la grille de leurs orientations politiques » (p.136).

8 Deux exemples comme illustrations : « Café para todos » (« du café pour tous ») résume le discours de revendication de la part de certaines Communautés Autonomes qui réclament le même degré d'autonomie que la Catalogne ; « iY tú más ! » (« et toi, c'est pire ! » ) synthétisait le discours de réponse du gouvernement lorsque l’opposition socialiste dénonçait des affaires de corruption pendant la dernière législature.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara-Ubaldina Lorda, « Les articles dits d’information : la relation de déclarations politiques », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 30 avril 2007, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/2625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2625

Haut de page

Auteur

Clara-Ubaldina Lorda

Universitat Pompeu Fabra - Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search