Navigation – Plan du site

Invasion péritextuelle et contaminations médiatiques

Le « fait divers », une catégorie complexe ancrée dans le champ journalistique
Annik Dubied

Texte intégral

De plus en plus, d'ailleurs, le fait divers envahit les journaux. (...) Des journaux d'information à énormes tirages ne sont plus que des journaux de faits divers. (...) Cela dit, le domaine des faits divers s'étend, on le voit, sur une superficie immense. Les crimes et les actes de bienfaisance, les naufrages et les sauvetages, les inondations et les épidémies, les singularités de la nature tant en rareté qu'en monstruosité, les exploits sanglants des gangsters et les mariages des têtes couronnées ou les divorces des vedettes sont matière à faits divers.

L'entreprise de Romi était vraiment hasardeuse et il fallait toute son érudite curiosité pour rassembler, grouper et faire revivre les faits divers de tous les temps afin d'en montrer la variété en même temps que la répétition périodique. II a su les classer par genres, par groupes et par familles, comme font les naturalistes.

(Maurice GARÇON [1962] « Introduction » à ROMI, Histoire des faits divers, Pont Royal, Del Duca et Laffont)

1Le fait divers se transpose difficilement d'une réalité culturelle à une autre.1 II ne se traduit pas, au niveau lexical non plus qu'au niveau de la réalité qu'il recoupe, et les autres langues n'offrent pas de terme qui correspondrait à la locution française. De même, les catégories que désignent les mots jugés équivalents en traduction ne recoupent pas celle du « fait divers ».

1. Le « fait divers », une catégorie opératoire

2Force est pourtant de constater qu’au niveau francophone, le fait divers est une catégorie très présente, souvent invoquée, et à l'évidence opératoire, quand bien même elle se laisse difficilement définir - et c'est le moins qu'on puisse dire à propos du véritable casse-tête qu'elle représente, comme le souligne la citation en exergue. Il semble en outre que cette catégorie soit largement partagée, et ne se limite pas, par exemple, au champ professionnel.

3La locution « fait divers » est figée, et ne fonctionne pas seulement dans un sens littéral - ce qui nous ramènerait à la peu satisfaisante conception du genre comme « tout ce qui ne va pas ailleurs ». Pour tenter de mieux comprendre cette généricité aussi capitale que fuyante du fait divers, l'étude du « nom de genre » (Schaeffer 1989 : 122) se révèle être un moyen intéressant, quand bien même il n’est évidemment pas unique. Plutôt que de proposer ici une définition du fait divers, il s'agit par conséquent d'aborder la catégorie par un des angles possibles, celui de son nom, pour soulever un certain nombre de questions essentielles. Cet angle d'attaque permet d'accéder au coeur même du problème et a, en outre, le mérite de renvoyer au questionnement soulevé par l'étude des manifestations transculturelles du fait divers.

4L'étude proposée ici se donne pour but d'étudier une circulation, un « usage catégoriel », afin de rendre justice à la diversité et à la complexité du fait divers. Dans ce but, elle envisage les textes « en médiation », s'inspirant (pour les élargir) des propositions que Paul Ricoeur a formulées sur les rapports entre temps et récit.2 Les récits médiatiques étudiés sont ainsi pris en compte en fonction de leur « amont » (leur production) et de leur « aval » (leur réception et l'usage qui en est fait), ainsi que de leurs parcours de médiation, qui se succèdent et s'influencent les uns les autres par le biais d'une culture médiatique forgée et modifiée au fil des discours. Il s'agit donc de travailler, moins sur certains faits de langue particuliers que sur un « cycle » de médiation, et de montrer comment on en vient, à propos d'une catégorie aussi complexe que celle du fait divers, à postuler qu’une définition est possible, et à quelles conditions.

2. Généalogie d'une locution : de « Fait divers » à « Faits divers », en passant par « Faits-divers »

5Sans vouloir expliquer le genre actuel par son histoire,3 il faut rappeler rapidement où et dans quelles circonstances la locution est apparue, et les petites nuances qu’on peut noter dans son usage dès sa naissance.

6Les premières occurrences de la locution datent de la fin des années 1830, puisque...

7° ... dès 1837, Le Tocsin, journal des renseignements mutuels, propose une rubrique « Faits divers ». Selon Kalifa (2000 : 304), qui le signale, il n’est sans doute pas le seul journal à rubriquer de la sorte.

8° En 1839, Théophile Gautier utilise le terme dans son Histoire de l'art dramatique en France, le formulant au singulier, puisqu’il parle de « (...) la lecture d'un fait divers (...) désastreux » (ibid.).

9° Dès 1843, La Presse offre une rubrique « Nouvelles et faits divers » (ibid.).

10° Le Trésor de la langue française atteste de l'usage du mot depuis 1859 (Imbs (éd.) 1979 : 343), dans le cadre d'un texte de Ponson du Terrail, qui parle de « faits divers » dans le tome 5 de Rocambole : « En lisant aux « faits divers » des grands journaux ».

11° En 1862, les bibliographies de l'époque signalent l'existence d'un journal (vraisemblablement hebdomadaire) intitulé Faits divers (M'Sili 1992 : 105-110).

12° Le 13 février 1863, première mention du terme dans le numéro 13 du Petit Journal, en tête d'un groupe de brèves. Le Petit Parisien 4 rubriquera pour sa part d'abord « Faits Paris », avant de passer lui aussi aux « Faits divers ». Si, au début, les brèves ainsi regroupées relèvent, pour une bonne moitié d'entre elles, de la transmission de nouvelles officielles, rapidement, la catégorie se stabilise pour regrouper des faits divers semblables à ceux que nous connaissons à l'heure actuelle.

13° En 1867, c'est Zola qui, dans Thérèse Raquin, part du « fait-divers qui courait la presse » (Imbs 1979 : 343).

14° En 1886, dans le tome 2 de ses Contes et nouvelles, Maupassant note : « Ils commentaient les nouvelles du jour, les faits divers et les événements politiques » (ibid.).

15° le 26 octobre 1905 paraît le premier numéro de l'hebdomadaire Les Faits-divers illustrés, surprenant journal en couleurs, qui outre une page de publicités et trois romans-feuilletons, propose exclusivement des faits divers, sous les formes les plus variées (vignettes légendées, brèves, récits plus longs, dessins...).

16La locution semble donc prendre corps et se figer à l'approche de la fin du siècle. Le rubriquage du début, vraisemblablement très littéral, se régularise et s'institutionnalise petit à petit, au gré de la systématisation de son usage dans la presse, puis dans la presse de masse. Dès son apparition, l'expression admet des nuances dans son emploi, puisqu’elle hésite entre singulier et pluriel et s'accommode même parfois d'un trait d'union, comme pour mieux la figer. Quoi qu'il en soit, son apparition se fait dans le cadre de la presse périodique (née, en France, avec La Gazette de Th. Renaudot, en 1631), et sa cristallisation comme son essor sont indissociables du développement de la presse de masse. Notons que le terme « fait divers » apparaît dans l'usage courant au moment où décline un autre terme et la réalité qu'il recouvre : le « canard », qui a régné sur les deux premiers tiers du siècle, amorce sa décrue à l'apparition de la presse de masse - quand bien même des canards paraissent encore jusqu’en 1910. Balzac note bien lui-même dès 1843 le début de ce passage de témoin entre occasionnels et presse de masse, qui se traduira, avec quelques décennies de décalage, par un passage de « canards » à « faits divers » :

Le journal, lu aujourd'hui par les cochers de fiacre sur leur siège, a tué cette industrie. La relation du fait anormal, monstrueux, impossible et vrai, possible et faux, qui servait d'élément au canard, s'est donc appelée dans les journaux un canard, avec d'autant plus de raison qu’il ne se fait pas sans plume, et qu'il se met à toute sauce. (Honoré de Balzac [1965 (1943)] Les journalistes. Monographie de la presse parisienne, Hollande, Pauvert)

3. Un étiquetage multi-usages

17Le « fait divers » est donc bien une affaire de presse (et désormais de radio et de télévision) d'actualité. Faut-il dès lors le considérer comme un genre journalistique parmi d'autres, à l'instar de certains manuels de journalisme contemporains? Ou lui refuser ce (noble) statut, comme semblent le nier d'autres manuels, qui l'ignorent ou le citent comme un type d'informations parmi d'autres?

18L'usage de la locution dans la presse moderne, comme « étiquette », ne laisse pas de surprendre lorsqu’on le compare à celui des autres genres journalistiques traditionnellement répertoriés. Très présent, opératoire, le terme semble prendre un malin plaisir à se promener de tête en bas de page, et à brouiller du même coup les pistes menant à sa définition et à son classement...

19En découpant un peu arbitrairement ses diverses apparitions en « niveaux »,5 on voit d'abord apparaître l'étiquette au-dessus d'articles isolés. Un usage qui semble classique en matière de genres journalistiques, dans la mesure où l'étiquette désigne le genre duquel l'article relève, comme elle le ferait, par exemple, pour un éditorial. La locution est parfois au singulier, parfois au pluriel, quand bien même elle n'annonce qu’un seul article. À ce niveau, le fait divers est plutôt dans la norme : ils sont plusieurs, ces genres qui « se déclarent » de temps à autre - même si cette annonce n’est pas systématique (éditorial, reportage, enquête, interview, billet, communiqué...).

20Cette étiquette apparaît aussi (et c'est le cas le plus fréquent) en tête d'un groupe d'articles (souvent des brèves), en rubrique (si l'on veut bien admettre ici que la rubrique consiste en une opération de regroupement et de classement référentiel et thématique qui permet de hiérarchiser les informations.6 Elle réunit plusieurs (petits) articles sans rapport direct entre eux - si ce n’est ce que plus loin nous appellerons le « motif », évitant ici à dessein d'utiliser le mot « thème ». Cet usage apparaît, comme le précédent, dans les quotidiens de référence aussi bien que dans les quotidiens populaires de faits divers, voire même dans certains hebdomadaires (et par exemple dans le Détective des débuts). Là non plus, le fait divers n’est pas un cas particulier : plusieurs autres genres apparaissent ainsi rubriqués, quand bien même il faut pour cela qu'ils puissent se concevoir au pluriel (dépêches, brèves, courriers) des lecteurs, commentaire(s), ...).

21L'étiquette figure aussi parfois en tête de page ;7 il s'agit d'un usage plus large de la division précédente, et donc, selon les définitions canoniques, d'une forme de rubriquage. La tête de page regroupe le plus souvent plusieurs faits divers différents (quand bien même il arrive que la page entière soit consacrée à une seule affaire, auquel cas on peut parler ponctuellement d'hyperstructure). Cet usage est rare, il se limite à quelques quotidiens, l'exemple le plus connu étant celui de la page « Les Faits Divers » du Parisien-Aujourd'hui. Encore une fois, d'autres genres jouent aussi, parfois, ce rôle de tête de page, même si ce sont pour la plupart des genres d'info-service (commentaires, météo, programmes TV, ...).

22Enfin, elle apparaît même parfois au niveau du titre de journal (ou de son sous-titre). Hebdomadaires, bimensuels ou mensuel, les journaux de faits divers se sont multipliés depuis le siècle passé, avec une espérance de vie peu encourageante – de quelques numéros à 3 ou 4 années de parution. Plus que leur durée de parution, c'est la vigueur qu'ils mettent à réapparaître, malgré les échecs, qui surprend. Le plus durable d'entre eux, Détective, qui paraît depuis 1928 et sort encore à l'heure actuelle sous le titre de Nouveau Détective, ne mentionne plus la locution en titre, mais l'a fait, à plusieurs reprises, au cours de son histoire : en 1928, à sa création, l'hebdomadaire s'appelle Détective, Le premier hebdomadaire des faits divers. Dans cette première version du titre, le terme apparaît parfois aussi en étiquette à l'intérieur des pages. Au fil de son histoire 8 et de ses changements de titre, le journal abandonne, puis reprend le sous-titre mentionnant le nom du genre (1946 : Qui? Détective? L'hebdomadaire des secrets du monde, 1957 : Détective, 1979 : Qui? Police, l'hebdomadaire des fais divers, 1982 : Le Nouveau Détective, 1990 9 : Le Nouveau Détective, Magazine d'enquêtes), jusqu’à aujourd'hui, où le terme n’apparaît plus. Autre exemple, avec le dernier hebdomadaire en date à avoir fait revivre, pour deux numéros, en 1995, le titre X fois utilisé de Faits divers : Les grandes plumes écrivent pour... Faits Divers.10 En matière de titre de journal comme ailleurs, le fait divers ne jouit d'aucune exclusivité, quand bien même le groupe des genres « possédant leur propre titre » est beaucoup plus restreint que précédemment 11 (reportages, jeux, programme télé,...).

23Le fait divers ne se particularise donc à aucun des niveaux de mise en ordre du champ journalistique. Ce qui par contre en fait une exception, c'est sa présence partout, en comparaison avec les autres genres journalistiques. En cherchant bien, on ne trouve guère que le reportage qui puisse prétendre au même genre d'extension (si l'on écarte préalablement les genres non rédactionnels et l'info-service).12 A noter que ceux des quotidiens dans lesquels le fait divers est très présent évitent souvent d'utiliser le terme, sans doute pour éviter de référer du même coup à l'image négative accolée au genre, et à la polémique sans fin qui poursuit celui-ci depuis le XIXe siècle. C'est le cas, par exemple, de La Dernière Heure belge et du Matin suisse. Mais aussi, au niveau des hebdomadaires, de Paris Match. Ou encore, sans doute pour d'autres raisons, pour Libération, qui se distingue quant à lui depuis longtemps par un traitement du fait divers qui se veut différent.

24Le « fait divers » est donc partout, et l'on peut parler à son propos d'une véritable invasion péritextuelle, d'autant que, au-delà de son usage d'étiquette, qui apparaît à tous les niveaux signalés ci-dessus, il se promène aussi de titre en chapeau et d'intertitres jusque dans le corps du texte. Paris Match, qui n’utilise la locution en étiquette que dans sa rétrospective « 50 ans », parle par exemple de l'affaire Villemin en termes de « fait divers » (16/11/93). De même dans le Nouveau Détective qui, on l'a vu, ne sous-titre plus et ne rubrique plus « faits divers », mais parle de la même affaire Grégory comme « Le plus grand fait divers du siècle » (08/12/99). Péritexte de l'article et péritexte du journal sont donc envahis par la locution « fait divers »... Pas de doute, la catégorie fonctionne dans le contexte journalistique. Elle y a sa place. Mais laquelle?

4. Les rétrospectives du siècle et le fait divers

25On a vu que l'exercice rétrospectif poussait Paris Match à mettre en évidence un terme ordinairement voilé dans ses colonnes. Est-ce à dire que les rétrospectives seraient en mesure de nous renseigner plus globalement sur la place du fait divers?

26La piste semble intéressante, d'autant que la période est particulièrement propice à ce genre d'exercice. Et en effet, un usage particulier de l'étiquette « faits divers » est opéré dans les rétrospectives qui ont été formulées à l'occasion de cette fin de siècle/millénaire.13 Celles-ci, lorsqu’elles n'ont pas privilégié la revue une par une des années du siècle, ont abouti, dans un certain nombre d'organes de presse, à une mise en évidence des « faits divers du siècle » (parmi d'autres catégories), sur la base plus ou moins explicite de sondages ou de consultations pré-formatés.

27La première des deux rétrospectives que nous proposons de prendre en compte pour cette étude est proposée par Le Parisien­Aujourd'hui, sur la base d'un sondage CSA (l'institut « Conseil, Sondages, Analyse »14) portant sur trente thèmes dont le premier (celui qui est présenté le 1er décembre 1999) est « le fait divers du siècle ». Le choix offert aux personnes interrogées était pré-défini, et le résultat mentionne les dix premiers faits divers retenus. Le « gagnant » (le naufrage du Titanic) est re-raconté sur une demi page illustrée, alors qu’un commentaire lui aussi illustré revient sur l'ensemble du résultat et s'interroge au passage sur la catégorie du fait divers.

28La seconde rétrospective paraît dans La Nouvelle Gazette et La Meuse-La Lanterne, journaux du groupe belge Sud Presse. Le 11 décembre 1999, elle propose aux lecteurs de s'exprimer, par coupon-­réponse, sur quinze catégories aussi hétéroclites que « 4. Le salaud du siècle », « 5. La voiture du siècle », « 11. Le Belge du siècle » ou « 14. Le fait divers du siècle » ... Les résultats font l'objet d'un concours et sont publiés à partir du 28 décembre. Dix faits divers étaient proposés, parmi lesquels les lecteurs ont choisi, sans grande surprise, l'affaire Dutroux comme « fait divers du siècle ». Choix commenté et re­raconté dans un même article, alors que le second choix (l'assassinat de Kennedy), apparemment plus problématique, a lui aussi droit à un encadré illustré.

29On pourrait s'étendre longuement sur les deux consultations, sur leur méthode, sur leur choix pré-défini, sur les réécritures qui sont opérées et sur les commentaires qui sont formulés. Qu'on nous permette simplement ici de pointer quelques particularités qui nous informent sur l'usage de l'étiquette « fait divers ». Premier constat dans Le Parisien-Aujourd'hui, le fait divers est clairement employé en rubrique, et fait partie des 5 types de faits retenus (politique, économique, social, juridique). Dans les journaux du groupe Sud Presse, il est au contraire mis sur le même pied que quatorze autres catégories « en fouillis » (sans pour autant qu'aucun autre genre journalistique ne fasse partie de ces 14 catégories). Pour ces rétrospectives, il semblerait donc qu'on tienne le fait divers plutôt pour une rubrique ou un type de fait que pour un genre journalistique.

30Second constat : lorsque vient le temps du commentaire, aucun des deux journalistes chargé de ce délicat exercice ne se met néanmoins en tête de définir thématiquement la catégorie. Sur une base purement et forcément thématique, donc (puisque le principe de la consultation exige qu’on choisisse, parmi un certain nombre d'occurrences, celles qui sont les plus marquantes), on voit revenir au galop des éléments de définition qui sont loin de l'être. Dans les commentaires qu'ils formulent, et dans la réécriture qu'ils opèrent des faits choisis par le public, les journalistes mettent en évidence un motif qui conjugue des éléments parfois thématiques, mais surtout structurels, fonctionnels et langagiers. Ainsi, Maurice Achard et Serge Grangé insistent-ils, pour Le Parisien-Aujourd'hui, sur l'universalité et l'a-temporalité des faits divers (« Mais les sentiments qu'ils éveillent en nous restent les mêmes, aujourd'hui comme au début du siècle »), sur la confrontation extraordinaire-ordinaire qui s'y fait jour et la rupture que celle-ci provoque, (« C'est l'actualité des gens de tous les jours, quand l'extraordinaire surgit du plus banal des existences quotidiennes » ), sur la fatalité ou le Destin qui y est mis en scène (...) le fait divers, « c'est ce qui, dans sa diversité, justement, raconte le mieux les imprévus d'une vie, d'un destin », ou encore sur son aspect exemplaire (« (...) ces événements souvent brutaux qui réveillent nos peurs, soulèvent notre indignation, révèlent la face la plus noire des être humains? »). M. L., quant à lui (elle?), souligne pour Sud Presse que « L'affaire Dutroux (...) n’est pas qu'un fait divers. Car (...) rien n’a plus été semblable en Belgique » – ce qui, soit dit en passant, paraît pour le moins contradictoire à propos du gagnant du concours « le fait divers du siècle », qui fut préalablement sélectionné par la rédaction... Quoi qu’il en soit, le (la?) journaliste rappelle qu’un fait divers se doit en principe d'être immanent, et pointe en outre, en filigrane, l'exemplarité qui caractérise la catégorie, en terminant son papier par les « enseignements (...) à retenir de tout cela [l'affaire Dutroux] ».

31Quant aux réécritures qui président à la présentation des faits divers « gagnants », très narratives, elles se focalisent sur les personnages. Les illustrations, Titanic mis à part, exhibent d'ailleurs, comme en confirmation, les visages de Marc Dutroux, de J. F. Kennedy, de lady Diana ou encore du petit Grégory Villemin, souriant sur la célèbre photo obtenue à l'époque par Jean Ker pour Paris Match. La catégorie relève donc, aux yeux de ceux qui sont chargés de gérer les résultats des consultations, de tout autre chose que d'un fastidieux et incomplet regroupement de thèmes.

32Troisième constat : si l'on veut se donner les moyens de comprendre la présélection, puis les résultats de ces (pseudo)sondages, il faut sortir de l'interdiscours strictement journalistique. Pour ne citer que lui, le choix de l'accident du Titanic, d'abord présélectionné, puis retenu aux premières places des deux quintés finaux, ne peut résolument se comprendre que si l'on tient compte du film que James Cameron consacra au naufrage, et de la couverture médiatique que son succès public et aux Oscars a suscitée. Force est de constater que, non content d'envahir l'ensemble du péritexte journalistique, le fait divers déborde ce champ et en « contamine » d'autres. La chose n’est pas nouvelle, et il suffit de se retourner un tant soit peu sur l'histoire du genre pour y retrouver l'attestation de cette incroyable capacité de contamination. Dès le XVIe siècle, où il apparaît dans les occasionnels, le fait divers a non seulement « pratiqué » l'ensemble des médias contemporains. disponibles 15 (les occasionnels, les gravures, les portraits d'assassin, les complaintes, les gazettes, les nouvelles à la main, les journaux de masse, le cinéma des origines, ou encore le Musée Grevin, « journal plastique »16), mais a aussi constitué un formidable foyer d'inspiration pour un nombre incalculable d'oeuvres extérieures au champ journalistique. Capacité qui est, cette fois-ci, unique au sein des genres aussi bien que des rubriques journalistiques. À chaque fois, c'est dans la presse ou les médias d'actualité que se trouve l'origine de cette expansion. Les Histoires tragiques de François de Rosset reproduisaient parfois presque tels quels des occasionnels de fait divers parus précédemment, et deux siècles plus tard, Stendhal reprenait scrupuleusement dans Le Rouge et le Noir les circonstances de la tentative de meurtre d'un dénommé Berthet sur une certaine Mme Michoud, au cours de l'Élévation d'une messe, circonstances narrées dans les canards et les journaux de l'époque.17 Plus récemment, Thierry Jonquet se défendait des poursuites judiciaires intentées contre lui en clamant qu’il avait trouvé « Dans la presse, bien entendu. Dans les pages de fait divers de tous les journaux (...) » (C. Argand, C. Ferniot et D. Sénécal 2000 : 48) l'inspiration du chapitre incriminé de son roman Moloch. Les rétrospectives que nous avons étudiées ne citent quant à elles que des faits divers « toujours déjà » médiatisés, qui naquirent dans la presse et y acquirent leur motif et leur ampleur.

5. Invasion, débordements et... ancrage

33Les diverses questions que nous nous sommes posées peuvent dès lors être reprises : le fait divers est-il un genre journalistique, une rubrique, ou est-il tout simplement indéfinissable?

34On a pu constater que l'étiquette « fait divers » jouait un rôle d'ordonnancement et de hiérarchisation à plusieurs niveaux dans la presse contemporaine, et ressemblait du coup à une rubrique. Mais nous avons préféré appeler « motif » ce qui présidait à cette mise en ordre, plutôt que de dire qu'elle relevait de critères thématiques ou référentiels, comme les autres rubriques rédactionnelles. Ce que nous ont d'ailleurs rapidement interdit les définitions des journalistes­« rétrospectistes », dont les commentaires ne sont du reste que le reflet d'un rejet relativement unanime d'une définition thématique du fait divers. On serait en effet bien en peine de donner le ou les quelques thèmes susceptibles de présider à ce regroupement, et ceux qui s'y sont risqués terminent systématiquement leur longue énumération par des « ... » très déplaisants pour qui cherche à définir la catégorie. À ce propos, Roland Barthes remarquait déjà en 1962 18 que les seuls critères thématiques étaient tout à fait impropres à qualifier la catégorie. La démonstration fut plusieurs fois reprise à sa suite et peut se résumer par le constat très pessimiste que formulent deux historiens du fait divers :

Une telle énumération [la définition du Grand Larousse Universel du XIXe siècle] qui ne constitue nullement une définition dans la mesure où elle ne borne ni n’explique son objet, qui ne dit ni où le fait divers commence, ni où il finit, et n’indique surtout aucun critère permettant de rendre compte de la présence des nouvelles évoquées sous la même rubrique, donne la mesure de la difficulté qu’il y a à atteindre immédiatement la chronique dans sa nature spécifique. (...)

À la vérité, le fait divers est une catégorie d'informations qu’ on ne saurait nommer sans la trahir en partie, et la définition qu’on tenterait malgré tout de donner et dont on voit d'ailleurs mal comment elle pourrait se formuler, ne manquerait pas d'être restrictive, de ne toucher qu’une partie du domaine, risquant par voie de conséquence de compromettre, dés l'abord, l'étude qu’on voudrait en faire. (Monestier & Cheyronnaud 1982 : 51)

35Le fait divers n’est donc en tout cas pas une rubrique ordinaire (au sens thématique ou référentiel) - pas plus d'ailleurs qu’il n’est un genre journalistique ordinaire, au sens où l'entendent Jean-Michel Adam et alii,19 qui définissent une série de critères présidant à la définition des genres journalistiques (sémantique, énonciatif, longueur, pragmatique, compositionnel, stylistique et typographico­visuel). Le fait divers résiste en effet à au moins deux de ces critères. D'abord, comme l'a montré le parcours des divers niveaux auxquels l'étiquette apparaît, il ne dispose pas d'un péritexte stable, et se caractérise bien plutôt par une particulière indécision de ce péritexte. Ensuite, un survol même succinct de la catégorie telle qu’elle apparaît dans la presse contemporaine permet d'éliminer également toute prétention à un critère récurrent de longueur.

36En outre, d'autres éléments définitoires fondamentaux pour la catégorie débordent le cadre des critères ci-dessus mentionnés - parmi lesquels l'universalité, l'exemplarité ou la rupture structurale, pour ne citer que ceux qui sont apparus dans cet article. Ce qui ne signifie pas que la définition du fait divers exclut une récurrence d'usages thématiques, compositionnels, voire stylistiques, à condition de croiser ces traits avec d'autres, notamment fonctionnels. Se dessine ainsi une définition « prototypique » de la catégorie du fait divers (selon les termes mis à l’honneur pas les cognitivistes comme Lakoff), ou « complexe « (dans la terminologie d'Edgar Morin).

37Alors, le fait divers, genre journalistique ou rubrique? Un peu des deux, sans doute, mais ni vraiment l'un, ni franchement l'autre. Nous proposons d'employer à son propos le terme de « catégorie », pour éviter la confusion avec le terme « genre », réservé ici aux genres journalistiques. Catégorie, donc, dans le sens où le terme implique, comme celui de genre, un ensemble de traits définissant une régularité, ainsi qu'un mouvement de reproduction et de renouvellement du modèle de la catégorie par les nouveaux textes qui paraissent. Dans le cas du fait divers, les traits définitoires qui se croisent sont extrêmement divers, voire hétérogènes, et la mécanique de réduplication/réinvention est exacerbée, puisque les potentialités qu'offre le champ médiatique sont exploitées au maximum.

38Cette catégorie, on l'a vu, est opératoire d'abord dans le champ journalistique, mais aussi au-delà. Et les usages au second degré du fait divers, dont nous avons signalé la fréquence dans le champ médiatique depuis plusieurs siècles, confirment sa tendance au débordement et à ce que nous avons appelé la « contamination » médiatique. Le fait divers, s'il n’est pas un genre ou une rubrique journalistique comme les autres, relève bien du champ journalistique, puisqu’il y fonctionne, et qu’il l'envahit en même temps qu'il le déborde. Mais tout débordement suppose un ancrage préalable, et si Marc Dutroux rafle haut la main le titre envié de « monstre de fait divers du siècle » dans le concours imaginé par Sud Presse, s'il talonne Titanic aux yeux des lecteurs du Parisien-Aujourd'hui, c'est bien parce que, au-delà de la proximité spatiale, temporelle et affective des faits, la couverture médiatique gigantesque qui leur a été consacrée a marqué les esprits et modifié du même coup la culture médiatique de son époque. L'« affaire Dutroux », résultante de cette gigantesque médiatisation, a du reste déjà inspiré un film de fiction et plusieurs ouvrages...

39On en revient dès lors à souligner un des traits décisifs de la définition de la catégorie, à savoir qu’il n'y a pas de fait divers sans médiatisation. Sa mise en scène dans les médias fait partie intégrante de sa définition, et ce sont les médias d'actualité qui opèrent cette mise en scène ontologique. Raison pour laquelle l'étude du fait divers doit très logiquement passer par une analyse des discours médiatiques, qui contribuera à la définition complexe dont nous espérons avoir montré la nécessité et dont nous avons esquissé ici ce qui, selon nous, en constitue les conditions de possibilité.

Haut de page

Bibliographie

ARGAND C., FERNIOT C. & SENECAL D. [mai 2000], « A-t-on encore le droit de s'inspirer des faits divers? « , in Lire. Le magazine des livres, n°285.

BARTHES Roland [1964] « Structure du fait divers », in Essais critiques, Seuil.

IMBS Paul (éd.) [1979] Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789-1960), T.7, CNRS éditions.

KALIFA Dominique [2000] « L'écriture du fait divers au XIXe siècle. De la négation à la production de l'événement », in H.J. LÜSEBRINK & J.Y. MOLLIER (dir.), Presse et événement, XVIIe-XXe siècle, Bern : Peter Lang.

MONESTIER Alain & CHEYRONNAUD Jacques [1982] Le fait divers, Catalogue de l'exposition tenue au Musée des Arts et Traditions Populaires à Paris, 19 novembre 1982-18 avril 1983, Editions de la Réunion des Musées Nationaux.

M'SILI Marine [1992] « Presse et perception de la criminalité : le cas de Marseille de 1870 à 1971 « , in Histoire et criminalité de l'Antiquité au XXe siècle. Nouvelles approches, Dijon : PUD, p. 105-110.

Ricœur Paul [1983-1985] Temps et récit I, II, III, Seuil.

SCHAEFFER Jean-Marie [1986 (1983)] « Du texte au genre. Notes sur la problématique générique, in Théorie des genres, Seuil, coll. Points.

SCHAEFFER Jean-Marie [1989] Qu’est-ce qu’un genre littéraire?, Seuil, coll. « Poétique « .

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Marc Lits dans ce même volume.
2 Voir en particulier Paul Ricoeur [1983-1985]. Si les faits divers ne sont pas tous des récits au sens strict, la catégorie gagne à être éclairée et comprise en fonction du degré de narrativité qui la parcourt et se module dans chacun de ses membres.
3 ... ce qui obligerait à reprendre le débat genre historique-genre théorique soulevé à propos de la littérature par Todorov, et repris par Jean-Marie Schaeffer. Voir notamment [1986 (1983)]
4 Dont le premier numéro paraît, rappelons-le, en octobre 1876.
5 Nous limitons nos recherches à la presse francophone européenne contemporaine, quand bien même les niveaux que nous décrivons ci-dessous s'entendent également, avec quelques nuances, dans les médias radiophoniques et télévisuels.
6 La rubrique relève d'une opération du desk. Les manuels disent parfois qu’elle est d'un niveau inférieur à la page, quand bien même on cite des exemples de « rubriques » (sportive, économique,...) qui sont des têtes de pages. La rubrique est aussi, par extension, le nom d'un groupe de rédacteurs chargé d'un secteur particulier de l’information. L'opposition rubrique-genre pourrait ainsi se résumer : Genre = détermination interne, ensemble de traits définitoires d’une régularité, positionnement, démarche. Rubrique = détermination externe, regroupement référentiel, thématique.
7 Notons que lorsque le fait divers n’est pas lui-même tête de page, il apparaît sous une tête de page différente. En vrac et sans souci d'exhaustivité : Société, Actualité, Notre époque, Faits, Région, Informations générales, Actuel ou encore Dernière heure. Lorsque c'est bien « Faits divers » qui est tête de page, il est le plus souvent mis sur le même plan que d'autres rubriques thématiques (politique, société, économie).
8 Ponctuée par une interruption de parution, de 1940 à 1946, puis par deux interdictions légales partielles, dont une, en 1979, engendrera une transformation du titre.
9 La date exacte de l’ajout du sous-titre « Magazine d'enquête » nous est inconnue.
10 Éditions Faits divers SARL
11 Rappelons que nous ne parlons ici que de genres « étiquetés », laissant donc de côté les journaux billettistes ou pamphlétaires du type Canard enchaîné.
12 Les jeux et les programmes TV parcourent eux aussi toute la gamme des niveaux, mais ils sont difficilement comparables à un genre rédactionnel.
13 On voudra bien ici laisser de coté le débat à propos du réel début du nouveau siècle/millénaire (01/01/2000 ou 01/01/2001)...
14 … à ne pas comprendre avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.
15 À cet égard, l’affaire Troppman est significative : elle fit le succès du Petit Journal, tout en envahissant l'espace public de l’époque par divers autres moyens, parmi lesquels des cartes postales, qui furent vendues sur les lieux du crime, et qui représentaient les victimes ! Voir à propos de l'invasion du fait divers dans le champ médiatique à la fin du XIXe siècle, l’ouvrage de Dominique KALIFA (1995] L'encre et le sang. Récit de crime et société à la Belle Époque, Fayard.
16 Pour plus de détails, voir « Le fait divers, une vieille histoire », in Annik Dubied et Marc Lits [1999].
17 Voir notamment La Gazette des Tribunaux du 28.12.1827, et le canard de 1827 intitulé PROCÉDURE CRIMINELLE. JUGEMENT RENDU contre le nommé BERTHET, séminariste, âgé de 25 ans, qui a commis un double crime dans l'Église de Brangues, au moment où Dieu allait paraître dans la communion ; d'avoir assassiné MME MICHOUD ; de l'avoir frappée de deux balles dans les flancs, et s'être lui-même frappé avec un autre pistolet de deux balles dans la tête (...)
18 La référence communément admise pour cet article est celle de [1964] « .Structure du fait divers », in essais critiques p.188-197. Mais l’article était paru une première fois, en été 1962, dans Médiations, pp.27-36.
19 Dans le cadre de la recherche FNRS à l’origine du colloque dont les communications sont reprises dans ce volume.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annik Dubied, « Invasion péritextuelle et contaminations médiatiques », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 30 avril 2007, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/2633

Haut de page

Auteur

Annik Dubied

Observatoire du Récit Médiatique - Université Catholique de Louvain (B)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page