Navigation – Plan du site

Du traitement différent de l’intertexte selon les genres convoqués dans les événements scientifiques à caractère politique

Sophie Moirand

Texte intégral

1Dans le cadre de travaux portant sur l'analyse de moments discursifs tels que l'Affaire de la vache folle, la conférence de Kyoto sur l'effet de serre, les aliments transgéniques dans différents médias (presse, télévision, radio, forums Internet)1, analyses que l'on poursuit, que l'on vérifie, que l'on élargit actuellement aux problèmes de dioxine, d'amiante, de listériose, c'est-à-dire aux événements scientifiques ou technologiques à caractère politique, j’ai personnellement étudié les dimensions communicatives de ce type d'événement dans la presse quotidienne française. Cette recherche sur la texture énonciative des textes, sur les places énonciatives que le discours construit ainsi que sur les représentations qu'il donne du discours des autres, m’a conduite à retravailler le concept de dialogisme de Bakhtine et à m’interroger sur les différentes formes de son inscription dans la matérialité textuelle des genres rédactionnels rencontrés.

1. Remarques préliminaires

2L'hypothèse que je formule, c'est que les différents fonctionnements dialogiques repérés lors du traitement de ces événements pourraient contribuer à affiner les classifications proposées des genres rédactionnels de la presse écrite, tels que les rappelle Adam (1997 : 3-18). Dans cette tentative qui vise à articuler hétérogénéité textuelle et hétérogénéité énonciative et à étudier la diversité de cette articulation selon les genres rédactionnels convoqués par l'hyperstructure (Lugrin ici même, Adam et Lugrin 2000 : 133-150), je suis partie d'une définition « basique » du dialogisme (ou dialogue que le texte entretient avec les discours antérieurs déjà-là et les discours présents et à venir qu’il prévoit chez ses destinataires) et d'une distinction « sommaire » que j’ai posée (Moirand 2000 : 47) entre genre à « énonciation objectivisée » (textes d'information générale ou spécialisée, brèves, enquêtes, comptes-rendus, chronologies, repères, glossaires, tableaux, graphiques...) et genres à « énonciation subjectivisée » (éditoriaux, chroniques, tribunes, analyses, dessins de presse...), le rôle du dialogisme dans les différents types de texture énonciative des textes rencontrés me paraissant en effet ici déterminant.

3Le point de départ de cette réflexion remonte à une étude exploratoire réalisée en 1996 au début de l'affaire dite de la vache folle sur Libération, le Monde et le Parisien : ainsi, dans une même page du Monde (Exemple 1), Jean-Yves Nau, journaliste scientifique régulier, signe deux articles2 sur les cinq de la page consacrée à ce thème dans la rubrique Aujourd'hui sciences : un article d'information scientifique dont l'essentiel du contenu est repris d'un texte de la revue scientifique anglophone Nature, Les risques de transmission du prion bovin à l'homme se précisent, et un article d'analyse sur les relations entre science et politique, Science-politique, un rapport difficile. Or, l'utilisation différente de l'intertexte, qui ici saute aux yeux dès le premier regard porté (citations avec italiques, guillemets ; références dans le premier, allusions sans marques typographiques dans l'autre), permet de poser qu’elle serait due, de façon plus générale, au genre, et non au thème ni à la rubrique ni au rédacteur :

1. Le Monde, 26/04/96, page 21, articles de Jean-Yves Nau

a - Les risques de transmission du prion bovin à l'homme se précisent [titre]

Des scientifiques britanniques de l'université d'Oxford... [sous-titre] un groupe de chercheurs britanniques, dirigé par David C. Krakauer (université d'Oxford), annonce, dans l'hebdomadaire scientifique Nature (daté du 25 avril), ...

Ces chercheurs révèlent notamment que ....

Les chercheurs britanniques, spécialistes de biologie et de virologie moléculaires, ...

Au terme de leur étude phylogénétique, les auteurs de la publication de Nature annoncent...

« ... », estiment les auteurs de la publication de Nature.

Les chercheurs britanniques rappellent, en conclusion, ...

* « Phylogenesis of prion protein », le texte publié par Nature dans son édition du 25 avril, est signé par quatre biologistes moléculaires travaillant dans deux équipes de l'université d'Oxford. Les auteurs sont...

b - Science-politique, un rapport difficile

LA CRISE internationale de la « vache folle » illustre la complexité des rapports pouvant exister entre les experts disposant de l'information scientifique et le pouvoir politique.

Les craintes nourries auparavant par certains scientifiques et par les responsables de quelques associations consuméristes...

Toutes les publications dans ce domaine se concluaient de manière presque toujours rassurante...

La version officielle fait valoir que les autorités sanitaires de Londres n’ont fait que suivre les avis des experts désignés par ces mêmes autorités.

II reste aussi à comprendre le comportement de ces experts. Ces derniers ont, de fait, préféré donner de manière confidentielle les informations dont ils disposaient à leurs autorités gouvernementales plutôt que de partager ces informations avec leurs homologues étrangers...

Tout comme il reste à savoir si les informations publiées aujourd'hui par Nature [...] ont, ces dernières semaines, été portées à la connaissance du gouvernement britannique avant d'être soumises à la publication.

4Je présenterai ici l'état de cette réflexion, qui s'appuiera, à titre d'illustration, sur quelques extraits des différents corpus collectés de 1996 à aujourd'hui (soit les numéros des journaux eux-mêmes, soit, pour Libération, les corpus en ligne, qui permettent de travailler sur le genre sans se fier à l'aspect scripto-visuel du texte3), en opposant d'abord une construction plurilogale à une construction monologale de l'intertexte montré, en distinguant ensuite, dans les genres à énonciation objectivisée à visée didactique, des fonctionnements dialogiques intertextuels constitutifs ou montrés, en traitant brièvement enfin du rôle de l'allusion dans la constitution d'une mémoire interdiscursive médiatique et des traces de son inscription dans les textes à énonciation subjectivisée.

2. De la diversité des constructions de l'intertexte

5Dans l’écriture du genre « information scientifique », les citations (généralement entre guillemets et en italiques), nominalement attribuées, donnent une valeur d'authenticité à ce qui est dit : elles rendent « crédibles » les dires du médiateur lui-même. Le discours indirect libre et toutes les formes d'insertion ou de représentation explicite du discours des autres participent également de ce dialogisme montré, lorsque le discours désigne en lui-même « au moyen d'un ensemble de marques linguistiques, des points d'hétérogénéité « (Authier 1985 : 118).

2.1. Une construction monologale

6Au début de l'affaire de la vache folle (dès le 20 mars 1996), l'information diffusée va donner lieu à l'apparition de genres à « énonciation objectivisée » sur l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine), la maladie de Creutzfeldt-Jacob ou le prion l’agent dit responsable de l'ESB), y compris dans la presse ordinaire, y compris dans les pages non spécialisées de Libération, du Parisien ou du Journal du dimanche. Un certain nombre de données scientifiques sont alors reprises explicitement de discours-sources, en particulier de revues scientifiques anglophones, donc de textes identifiables et repérables, et de genres énonciativement situés.

7C'est ainsi que Jean-Yves Nau, dans la page déjà signalée du Monde, multiplie les indices renvoyant au texte-source de son premier article (Exemple 1a) : il rappelle à chaque colonne la « scientificité » des énonciateurs dont il ne fait que traduire et reformuler les propos, les désignant successivement « en tant que » scientifiques britanniques, chercheurs, chercheurs britanniques, auteurs de la publication de Nature, biologistes moléculaires, équipes de l'université d'Oxford... Au-delà de cet exemple, où l'information est reprise d'un unique texte de la revue Nature, les textes d'information scientifique des médias empruntent généralement aux dires des représentants de la communauté de référence, ici la communauté scientifique des spécialistes de la biologie moléculaire, ce qui paraît conforter la représentation classique que l'on a de la diffusion des connaissances scientifiques : un médiateur reformule le discours de la science à destination de lecteurs non savants. Cela confirme par ailleurs les résultats de recherches antérieures réalisées, en particulier sur les discours de diffusion de l'astronomie dans les médias (Beacco 1999, Moirand 1997, 1998a, 1998b, 2000) : la présence explicitement marquée, volontairement montrée, d'un dialogisme intertextuel monologal, c'est-à-dire empruntant les dires d'une même communauté discursive et issus de genres discursifs conformes aux normes de la communauté (articles scientifiques, communications, exposés, rapports..., voire à la rigueur interviews) ; présence à travers laquelle ce qui compte, dans les médias ordinaires, est peut-être moins ce qui est dit que le fait que ce soit dit par les membres de cette communauté, ce que les médiateurs soulignent, jusqu’à l'exhiber (nom, spécialité, lieu d'exercice, lieu d'écriture du locuteur cité ou mentionné).

2.2. Une construction plurilogale

8Mais la presse ordinaire s'est vite lassée des incertitudes de la science à propos du prion ou de l'ESB, comme on peut le constater à l'observation de l'évolution de cet événement sur un long laps de temps : comment vulgariser en effet des savoirs non encore établis, dans un domaine touchant à la santé publique? On assiste alors, au fil du traitement médiatique de tels événements, à un glissement de l'information scientifique (et par conséquent des objets de discours des textes médiatiques d'information) vers une explication de type social ou politique (Moirand 1999a).

9Cela se traduit, dans la presse ordinaire, par la migration du traitement de ces événements des pages Actualités, Événement, Fait du jour (lorsque le moment discursif surgit) non pas vers les pages scientifiques du journal mais plutôt vers les rubriques Économie, Société, International, comme l'a confirmé l'étude quantitative réalisée sur 20 mois de Libération (Moirand 2000), Cela se traduit également par la présence conjointe, dans un même numéro et dans l'hyperstructure que constitue la page ou la double page, d'articles d'information de natures différentes (politique, économique, scientifique, juridique...) mais également de nature mixte, entremêlant des dires d'origines diverses. Cela se traduit enfin, sur le plan de la texture énonciative, par le tiraillement des médiateurs entre les dires de plusieurs communautés discursives et par une construction plurilogale de l'intertexte, soit sous forme d'emprunts à des dires antérieurs issus d'une grande diversité de communautés discursives, et qui fonctionnent en « écho » d'un article à l'autre dans un même numéro (Blondel 2000), soit sous forme d'emprunts à diverses communautés dans un même article d'information générale sur l'événement, ce qui se repère aux désignations des locuteurs cités (Moirand 2000).

10Or le monde politique, le monde économique, le monde des experts (entre science et politique, science et économie), le monde industriel, le monde associatif... sont eux-mêmes médiateurs d'informations scientifiques et donc producteurs d'opinion, avec les médias, voire à leur insu, lorsque ceux-ci contribuent à la circulation de leur propos4 :

2. Le Monde, 24/06/99, page 3, international

Un débat très « ouvert » au sein du gouvernement français [titre]

La ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement, Dominique Voynet, s'est ainsi prononcée dans Le journal du Dimanche du 20 juin pour que « la France défende l'idée d'un moratoire ». « Cela me semble raisonnable », a-t-elle insisté. Le 25 mai, elle avait déjà demandé au gouvernement de « revoir sa position sur les OGM », estimant que les données nouvelles « devaient amener le gouvernement à suspendre toute nouvelle autorisation de mise sur le marché des végétaux manipulés et à demander un réexamen des dossiers ayant bénéficié d'une autorisation de mise en culture'.

Mme Voynet faisait allusion à deux récentes études qui ont mise en doute l'innocuité des semences transgéniques pour leur environnement. La première, dans la revue Nature, soulignait... ; la deuxième - dans Science - mettait en évidence...

Ces résultats avaient amené le ministre de l'agriculture, Jean Glavany, à annoncer qu’il « n’excluait pas « un moratoire sur la culture de maïs transgénique.

11On assiste alors à de véritables mises en scène discursives de cette construction plurilogale de l'intertexte : l'axe horizontal du discours apparaît comme saturé de traces intertextuelles, fracturé par de multiples points d'hétérogénéité montrée (micro-segments guillemettés, îlots textuels, propos traduits ou reformulés empruntés à des genres et à des modes différents, et dont la situation de communication originelle est partiellement gommée : absence d'indications sur les destinataires d'origine, sur le lieu ou le moment d'énonciation, anonymat de certains locuteurs, etc.)

3. Fichier en ligne de Libération, 21/06/96 ·

TI•§ Les trois mois qui ont fait trembler l'Europe

TX•§ La bombe a explosé le 20 mars 1996, au beau milieu de l'après-midi à la Chambre des communes. Très nerveux, Stephen Dorrell, ministre britannique de la Santé, lit une déclaration décidée, le matin même, en Conseil des ministres : il admet, pour la première fois depuis onze ans, la possibilité d'une contagion à l'homme de l'encéphalopathie spongiforme bovine [...]. Le gouvernement, explique Dorrell, vient d'être informé par un comité d'experts qu’ « [...] », mais que, néanmoins, l'étude de dix cas de Britanniques récemment décédés [...] suggère que « [...]. C'est la phrase qui va déclencher le maelström qui secoue l'UE depuis trois mois.

Dès le 21 mars, la France [...]. Londres fustige cette réaction « disproportionnée, inutile et illégale », et, à Bruxelles, un porte-parole de la Commission se range à cet avis. En visite à Paris, Jacques Santer, le président de la Commission, rectifie le tir : l'embargo est « une réaction normale de la France ».

A Londres circulent les messages les plus contradictoires. Le gouvernement continue à juger le risque « extrêmement faible », tandis qu’un de ses experts n'exclut pas que les 11 millions de bêtes du cheptel britannique partent à l'abattoir. Résultat, c'est la psychose. Richard Lacey, un spécialiste de l'université de Leeds, fait sensation en évoquant le spectre de « 5.000 à 500.000 victimes humaines de l'ESB d'ici 2015. [...] ; les scientifiques tombent à bras raccourcis sur les gouvernements Thatcher et Major (...] « Parce que le marché du boeuf représente près de 5 milliards de livres, les autorités ont toujours voulu croire que l’ESB ne présentait aucun risque pour les humains », peste le spécialiste Stephen Dealler. II dénonce [...] Quant aux éleveurs, seulement indemnisés à 50%, ils préfèrent souvent se taire... Les médias s'arrachent les interviews du docteur Harash Narang, un virologiste réputé qui travaille sur la tremblante du mouton depuis 1970, viré parce que ses travaux risquaient d'affoler.

12Or cette tendance à exhiber la construction plurilogale de l'intertexte, qui surgit soit en surface d'un même genre rédactionnel soit dans l'ensemble constitué par plusieurs genres regroupés dans un même numéro soit au fil du déroulement de l'événement..., serait due pour moi à l'insécurité discursive du médiateur, qui n'a ici ni le temps ni les moyens de toujours vérifier les informations circulant et déjà reformulées par d'autres, et qui préférerait alors insérer quelques segments entre guillemets plutôt que de prendre à son compte des paroles qu’il ne peut contrôler.

13II arrive cependant qu’une information scientifique plus stabilisée traverse l'hyperstructure qui caractérise ce type d'événements scientifiques ou technologiques à caractère politique, mais dans d'autres genres rédactionnels distribués sur l'aire de la page ou de la double page, et que l'on a cherché à caractériser.

3. Les fonctionnements dialogiques des genres à coloration didactique

14Le traitement dans la presse ordinaire de moments discursifs tels que l'affaire de la vache folle ou le problème des organismes génétiquement modifiés se caractérise, après le surgissement de l'événement, par une reprise périodique du thème au fil des différents faits qui les concernent (embargo, découverte scientifique, nouvelle réglementation européenne) et par un éclatement des informations et des commentaires dans des genres ou micro-genres rédactionnels différents répartis entre la une et les pages intérieures.

3.1. Un dialogisme constitutif de l’explication didactique

15II s'avère alors que les objets de discours privilégiés par certains des textes repérés dans l'hyperstructure que constitue alors la page ou la double page qui leur sont consacrées (notion proposée par Seibold et Grosse 1996 et reprise par Adam et Lugrin 2000 à propos de ce type d'événements) relèvent plutôt de contenus scientifiques. Il s'avère également que les micro-genres, souvent encadrés ou tramés, que l'on rencontre tiennent plus du manuel scolaire ou parascolaire (définitions, explications, croquis...) que de l'écriture de presse.5 Il s'agit de fait de genres apparemment monologiques, et qui fonctionnent en tant que lieux d'inscription d'une intention de didacticité, comme si l'on avait préféré « sortir » des textes d'information principaux de l'hyperstructure le minimum nécessaire à la compréhension des termes scientifiques ou techniques qu’on ne peut pas ne pas diffuser (ESB, prion, transgénique, par exemple).

16Ces genres rédactionnels particuliers paraissent se caractériser par un double dialogisme, constitutif pour moi d'une représentation « spontanée »de l'acte d'expliquer, elle-même nourrie de souvenirs scolaires stéréotypés (Moirand 1999a) : un dialogisme interactionnel, qui se manifeste dans la prise en compte des questions et des interrogations que le médiateur prête à ses lecteurs (expliquer à quelqu'un) ; un diatogisme intertextuel, qui se manifeste dans le recours aux savoirs établis ou admis du domaine (expliquer quelque chose). Ce dialogisme à deux faces, qui apparaît masqué, en particulier dans les genres dont le scripteur a gommé toute trace des textes-sources comme des énonciateurs-sources et des propos imaginés de ses destinataires (dans les glossaires, lexiques, par exemple), émerge parfois ponctuellement à la surface de certains textes (ou dans les titres ou les intertitres ou dans le péritexte), montrant alors discrètement l'une ou l'autre de ses faces.

3.2. Différents degrés de dialogisme interactionnel

17Dans les micro-genres à visée didactique rencontrés lors des événements analysés, si l'intertextualité propre au domaine a plutôt tendance à s'estomper, différents degrés de dialogisme interactionnel ont pu être en revanche étudiés, du plus montré au plus voilé.

18Ainsi, les interviews dialoguées écrites de scientifiques ou d'experts mettent en scène une représentation stérérotypée de l'interaction didactique ; dans le Journal du Dimanche, la rubrique Savoir a pour appel de titre un énoncé correspondant à la demande d'explication imaginée des lecteurs, qui introduit le thème du jour Expliquez-nous... Les plantes transgéniques, ces deux énoncés surplombant alors les propos du spécialiste, dans lesquels peut s'inscrire l'intertextualité propre au domaine, propos eux-mêmes entrecoupés des questions du médiateur censées représenter celles des lecteurs (genre interview)

4.a. Le Journal du Dimanche, 28/03/99, p. 34 Savoir

Expliquez-nous [appel de titre] Les plantes transgéniques [titre] Qu’est-ce qu’un OGM?

Un organisme génétiquement modifié ou transgénique, c'est un végétal ou un animal conçu à l’aide d'une manipulation génétique. [interview, 75% de la page]

19De même, dans les titres, les sous-titres et les intertitres des micro-­genres rencontrés dans l'hyperstructure, ce dialogisme interactionnel transparaît de manière plus voilée sous forme de questions portant sur une dénomination (qu’est-ce que c'est?), sur une démarche ou sur une procédure (comment on fait?) ou sur la compréhension d'un phénomène (pourquoi?), même si les réponses proposées sont souvent plus proches de la description didactique que d'une véritable explication scientifique :

4. b.•le Parisien, 20/06/98, p. 6, Vivre mieux

Les citoyens face aux plantes transgéniques [article + photo]

Quatre questions pour y voir plus clair [article, 4 questions en intertitre]

Clés [encadré, trois questions] Qu’est-ce qu'un OGM? Où les cultive-t-­on? Quels contrôles? [réponses]

le Parisien, 23/06/98, p.8, Vivre mieux

Alimentation

Transgénique : les citoyens veulent des précautions [article]

Comment on modifie une plante [encadré : croquis+légendes en trois étapes]

20Quant à l'observation d'énoncés de structure monologale et apparemment monologiques (lorsqu’aucune question rhétorique, du type pourquoi? parce que..., ne vient briser le fil de l'énoncé), elle tend à montrer la présence cachée, dans la tête du médiateur, des questions qu’il imagine chez ses lecteurs (voir la parenthèse de l'exemple 5a), ce qui relève pour moi du dialogisme constitutif de tout discours explicatif (Moirand 1999a, 1999b)

5a. Libération, 23/03/96

Lexique

Prion. C'est l’agent supposé des encéphalopathies spongiformes. Une protéine (grosse molécule, comme l'hémoglobine) qui se serait mal repliée et transmettrait sa mauvaise forme aux protéines voisines

21Ce que l'on remarque finalement, à l'observation de ces genres qui manifestent (typographiquement, formellement, fonctionnellement) une intention de didacticité, c'est de fait le gommage systématique de la source énonciative originelle des savoirs ou explications diffusées : qui est l'informateur du médiateur? un spécialiste? une agence ou un organisme spécialisés? un ouvrage ou un site scientifique sur l'internet? un autre média?

3.3. L'impossibilité d’une explication scientifique

22Le gommage de toute donnée permettant d'identifier les textes­sources ou les énonciateurs-sources semble se concevoir dans les manuels scolaires ou parascolaires, lorsqu'il s'agit de diffuser des connaissances encyclopédiques, des savoirs savants reconnus et partagés par l'ensemble de la communauté scientifique. Mais cela pose problème lorsque les savoirs ne sont pas stabilisés, encore incertains et controversés, à propos par exemple de la transmission du prion du bovin à l'homme ou à propos des éventuelles « nocivité » ou « innocuité » des OGM, car, comme le dit Grize (1996 : 112) « Une explication, en effet, n'est requise que si un fait est préalablement acquis. Un phénomène incertain n'a pas à être expliqué, mais à être établi, c'est tout au plus son incertitude qui demande explication « .

23On note alors l'apparition du conditionnel, y compris dans les glossaires ou les encadrés à visée didactique, et pas seulement dans les réponses des experts ou des scientifiques aux questions posées (voir Exemple 5a supra et 5b infra) :

5.b. Le Monde 24/06/99

Pourquoi modifier le patrimoine génétique

• Quels sont les risques éventuels des OGM? Les gènes introduits dans les OGM pourraient se diffuser à d'autres plantes ou organismes...

• Quels sont les avantages éventuels des OGM? Les OGM pourraient accroître significativement la productivité des espèces modifiées...

24Cela illustre pour moi cette réticence du discours médiatique à diffuser, lors du traitement de ces événements, une explication scientifique qui irait au-delà de la description de quelques termes spécialisés (prion, manipulation génétique…), et qui mettrait en relation des faits ou des phénomènes entre eux (X explique Y), et en perspective avec des savoirs savants établis ailleurs ou avant. Cela explique également pour moi cette tendance du discours informatif des médias à glisser plutôt vers une explication socio-politique de ce type d'événements, à travers notamment la diffusion de notions émergentes pas forcément scientifiques, telles que principe de précaution, transparence ou traçabilité :

6. • Le Monde, 25/06/99

De l'impossibilité de suivre un Coca à la trace [titre]

LA SECRETAIRE D'Etat au commerce, Marylise Lebranchu, a justifié la décision de retirer provisoirement de la vente les canettes de Coca-­Cola, Coca-Cola Light, Sprite et Fanta en invoquant « l'incapacité de Coca-Cola à être claire sur la traçabilité de ses produits ». Mais de quelle traçabilité parle-t-on?

Le concept de « traçabilité », en vogue dans le domaine alimentaire depuis le début du scandale de la « vache folle » en 1996, a été mis en avant pour rassurer les consommateurs. II s'agit « de suivre le produit dans toutes les étapes de sa vie, de sa production à sa commercialisation », explique Guy de Fontguyon, chercheur au laboratoire d'économie industrielle agroalimentaire qui dépend de l'Institut national pour la recherche agronomique l’INRA) [...]

En gardant cette définition, la canette de Coca-Cola est-elle traçable? Oui, répond l'entreprise américaine. Le consommateur a toutes les informations inscrites sur le fond extérieur de la canette.

Libération, 31/01/2000

Accord à l'arraché sur les OGM (titre, brève]

L'Europe obtient le principe de précaution mais pas la traçabilité [sous-­titre]

L'Union européenne devra donc renoncer pour l'instant à établir une traçabilité complète.

25Or ces nouveaux objets de discours du discours médiatique sur les événements scientifiques ou technologiques concernant l’alimentation et la santé, et qui fonctionnent généralement en écho d'un article à l’autre d'un même numéro, d'un numéro à un autre et même d'un événement à un autre, circulent également, on le voit, d'une communauté discursive à une autre, sans être toujours re-définies, et sans que l’on sache toujours le sens originel du terme : l’origine juridique, par exemple, du « principe de précaution » né en Allemagne dans les années 1970 6, l'origine scientifique (Exemple 4a) de « manipulé », que l'on attribue souvent à tort aux écologistes, lorsqu'il apparaît par exemple dans les propos de Dominique Voynet (Exemple 2), mais auquel Bruxelles a finalement préféré « modifié »...

26Cette résonance entretenue par la présence de mots-objets qui circulent d'une communauté à une autre et d'un média à un autre au fil du temps contribue à créer des liens interdiscursifs entre les différents événements analysés, en particulier au fil de leur apparition dans les genres à « énonciation subjectivisée ».

4. Le rôle de l'allusion dans les genres à « énonciation subjectivisée »

27Un simple coup d'oeil sur les pages consacrées aux OGM dans un numéro de Libération (01/11/96) et dans un numéro du Monde (24/06/99) 7 amène à distinguer les textes fracturés de marques linguistiques et typographiques d'hétérogénéité et d'autres qui le sont peu ou pas du tout. Parmi ceux-ci, il y a ceux dont les titres même affichent une intention de didacticité, comme on l'a entrevu en 3, et il y a ceux dont les titres, souvent opaques, semblent relever plutôt du commentaire ou de l'analyse : Révolution dans le numéro de Libération, Le goûteur dans le numéro du Monde. Il s'agit là de genres, ici des éditoriaux, dont les auteurs usent rarement de citations, mais qui, pour paraphraser Authier-Revuz 2000, « prennent le risque de l'allusion », comme le font d'ailleurs certains titres à la une de Libération, ici par exemple Alerte au soja fou, ou bien encore les dessins de presse, par exemple, celui de Plantu dans ce même numéro du Monde, où l'on voit un gamin au visage jaune parsemé de pustules vertes dont la mère qui le tire par la main dit à son sujet au médecin chargé de l'examiner :

IL A UNE TRAÇABILITE TRANSGENIQUE TROP MARQUÉE ET UNE BIODIVERSITE GLOBALE APPAUVRIE ! BREF : IL A TOUT VOMI !

4.1. La création de liens intertextuels

28A l'observation de la page du Monde citée dans l'exemple 1 supra, on avait remarqué l'utilisation différente que faisait Jean-Yves Nau de l'intertexte dans les deux articles qu’il signait : si dans l'article d'information scientifique sur Les risques de transmission du prion bovin à l'homme, il cite ou rapporte explicitement les propos de scientifiques auteurs d'un article de la revue Nature, dans l'analyse qu'il propose des relations entre science et politique, plutôt que de relater les dits des différents acteurs de l'événement, il commente certains de leurs actes et de leurs actions, et plutôt que de mentionner des énonciateurs précis, il se contente de désigner des classes de locuteurs auxquelles appartiennent les différents acteurs (Exemple lb) : les experts, le pouvoir politique, certains scientifiques, quelques associations consuméristes, les autorités sanitaires de Londres, les informations publiées par Nature...

29Cela rend par conséquent difficile (voire impossible) toute lecture qui isolerait ce genre de textes de son contexte spatio-temporel de production : les autres textes parus sur le même sujet dans le même numéro, les textes parus dans les numéros précédents, les textes parus sur le même thème, voire sur des thèmes proches, dans les autres médias (Moirand 1999c). II s'avère difficile de comprendre certains dessins de presse en dehors du contexte de textes dans lequel ils s'insèrent, comme par exemple celui de Plantu faisant allusion aux notions de traçabilité et de transgénique, si l'on n a pas déjà repéré ces deux termes ailleurs, dans les articles d'information de ce même numéro ; il s'avère de même impossible de comprendre la chronique de Pierre Georges dans le même numéro (p. 37), texte à « énonciation subjectivisée », qui fonctionne à coup d'allusions à des textes présents dans le même numéro, y compris sur la même page du Monde :

7, Le Monde, 24/06/99, p. 37

• [chronique de Pierre Georges]

Des goûteurs d'air, certes. Mais aussi des goûteurs de tout ce qui présente pour le malheureux consommateur-roi des indices substantiels de risque. Et notamment de risque alimentaire, sujet à multiples tiroirs du moment.

[...] II goûtera tout, notre goûteur et jusqu'à la lie de vin au sang de boeuf ! II goûtera le poulet. II goûtera les petits pois génétiquement modifiés. II goûtera le Coca-cola comme le Pepsi Cola. II goûtera l'époisses et le munster. Il goûtera le saumon de batterie. II goûtera la pâtisserie aux bons oeufs de poule dioxinée. II goûtera les sorbets à la salmonellose, les omelettes à la listériose, les bonbons gélifiés vache folle.

•Coca-Cola : une information judiciaire a été ouverte à Dunkerque [titre]

L'AFFAIRE Coca-Cola a pris une nouvelle dimension... [début d'article]

•La source de la contamination des poulets belges a été identifiée dans une entreprise des Ardennes [titre]

L'affaire de la contamination des élevages belges par la dioxine...[début d'article]

•Des produits à base de sang de boeuf seraient utilisés dans certains vins [titre]

Après le Coca-cola qui provoquerait des troubles digestifs et le poulet à la dioxine, voilà le vin clarifié au sang de boeuf...[début d'article]

Depuis la crise de la vache folle, l'utilisation des produits à base de sang de boeuf est interdite par une directive européenne datant de novembre 1997

30Mais les genres à « énonciation subjectivisée » empruntent sans le dire explicitement, on le voit, à un ailleurs qui dépasse l'espace d'un numéro. Ils établissent alors des relations entre différents événements qui, pour des scientifiques, ne sont évidemment pas de même nature (le sang contaminé, la vache folle, le poulet à la dioxine, les OGM...), en les caractérisant souvent de la même façon, par des désignations devenues qualifiantes telles affaire, scandale, fléau et accompagnées de nouvelle ou nouveau, ce qui facilite la création de liens interdiscursifs entre ces différents événements. Or ces liens tissés à coups d'allusions contribuent à la constitution d'un domaine de mémoire (au sens de Courtine 1989 : 26-27 8), domaine de mémoire à court terme plus ou moins partagé par les producteurs et les consommateurs de médias : l'histoire récente de ces événements scientifiques et technologiques à caractère politique.

4.2. Les différentes formes d’inscription de liens interdiscursifs

31Si ici l'intertextualité n’est plus montrée, si elle ne renvoie pas à des textes précis et identifiables, il reste, comme le dit Bres (1998 : 204), que « l'instance de l'autre est là, sur le mode le plus souvent de l'implicite, présupposée ou sous-entendue « . Cette interdiscursivité se construit au travers d'allusions à des moments discursifs antérieurs, plutôt qu'aux faits eux-mêmes (sur lesquels on ne dispose de toute façon d'aucune autre donnée que le discours médiatique lui-même), allusions qui s'inscrivent dans la matérialités textuelle : dans certains sèmes récurrents, dans le sémantisme des mots, dans des constructions syntaxiques, dans des configurations sémiotiques. C'est ainsi que se constitue au fil de ces différents événements une mémoire interdiscursive renvoyant à l'axe vertical du discours « non pas la faculté psychologique d'un sujet parlant, mais ce qui se trouve en dehors des sujets dans les mots qu'ils emploient « (Lecomte 1981 : 71).

32Un premier type de fils interdiscursifs renvoient, dès le début de l'Affaire de la vache folle, à l'affaire du sang contaminé, et ainsi de suite, combinant alors désignations nominales et qualifiantes et constructions syntaxiques de type analogique :

8.a. Extraits des sous-corpus Libération

De Tchernobyl au sida en passant par le sang contaminé et la maladie de Creutzfeldt-Jakob [éditorial, 02/04/96]

Après le sang contaminé, l'hormone douteuse. Après le sida, le prion [...]. Comme dans l'affaire du sang, un principe de base de la pratique médicale a été bafoué : ne pas nuire [éditorial du 10/01/97] - hormones de croissance)

• La santé publique est comme un mille-pattes. Aujourd'hui le prion. Hier les hormones de croissance douteuses. Avant-hier le sang contaminé. Sans oublier l'amiante ou la pollution de l'air, voire de l’eau [Libération, éditorial, 15/01/97]

En pleine crise de la vache folle, le dossier OGM suscite de vifs débats dans toute l’Europe [Libération, 13/02/97)

•L'épi de maïs sera-t-il la pomme de discorde? Après la vache folle et le plomb dans l’eau, sans parler, dans un autre domaine, du sang contaminé... [Libération, 28/11/97]

33Un deuxième type de fils interdiscursifs s'inscrivent dans les mots eux-mêmes, dans le sémantisme de certains vocables, et se diffusent à partir d'un jeu (apparent) sur les titres jusqu’à finir par rebondir d'une communauté à une autre :

8.b. Extraits des sous-corpus Libération,

• « Ce ne sont pas les vaches qui sont folles, c'est le public », notait récemment le ministre de la Santé, stephen Dorrel [reportage, 28/03/96]

. On doit au chancelier d'Autriche et à Jacques Chirac une formule dont ils sont spécialement heureux et qui fait florès dans les boucheries désertes : la « presse folle ». A croire que les gouvernements seraient dispensés d'informer [éditorial, 02/04/96]

. On a appris à connaître, à travers l'affaire du sang contaminé, comment peut se construire une machine bureaucratique folle, « autistisée » dans une logique à usage interne (...]. Certes, la maladie de Creutzfeldt-Jakob… (éditorial, 02/09/96]

. [...] : comme l'on n'est pas certain que la consommation d'ovins et de caprins soit dangereuse pour l'homme, pourquoi décider de mesures coûteuses qui risquent, en outre, d'affoler davantage l'opinion publique (21/12/96]

Vache folle : ça va saigner à Florence [titre, 18/06/96]

. Le sang, la viande sont des éléments chargés de sens, qui échappent au rationnel [interview, 24/12/96]

. Vache folle : un rapport saignant [titre, 08/01/97]

. Vache folle : transmise par le sang (titre]

[...] Jusqu'à preuve du contraire, le steak saignant n'est pas menacé [fin d'article] (18/12/97]

•Alerte au soja fou (01/11/96, titre, la Une),

La faux contre le colza fou (09/07/97, titre)

. Le maïs transgénique affole les étiquettes (15-16/11/97, titre)

. Le maïs transgénique rend fou le PS (04/12/1997, titre)

. En dépit d'un contexte sans précédent (chute de la Commission de Bruxelles, première guerre sur le continent depuis 1945, affaire de la dioxine), les candidats ne sont pas parvenus à faire vivre le débat (...]. Certes, le « poulet fou » confirme qu'il faut une Europe sanitaire mais laquelle? Une Europe plus démocratique, quand et comment? (12- 13/06/1999)

34Je ne traiterai pas ici des différentes formes d'inscription de cette mémoire interdiscursive dans les genres à énonciation subjectivisée rencontrés lors des événements analysés. Je me contenterai de remarquer par exemple que cette dispersion sémantique du sème de la folie paraît souvent échapper à l'énonciateur lui-même (ci-dessus dans affoler), et que, quoiqu’il en soit, on ne sait plus très bien ce que ces mots charrient dans la mémoire des uns et des autres. On ne sait pas si l'allusion est « voulue » ou « subie » par l'énonciateur (pour reprendre les mots d'Authier-Revuz 2000), et si le lecteur la perçoit ou s'il la lit au-delà parfois de l'intentionnalité du médiateur. Je signalerai enfin (sans le développer ici - voir Moirand 1999c) qu'au-delà de ces réseaux d'allusions à l'histoire récente de ces événements scientifiques ou technologiques à caractère politique, apparaît également une autre interdiscursivité, qui relève cette fois du long terme (voir note 8), et qui participe au sens social de ces faits de société. Celle-ci renvoie à des conceptions du rôle de la science ou de la technologie qui s'affrontent : la science facteur de progrès ou facteur de danger, la science toute puissante ou la nature bonne fée, le rationnel et la part d'irrationnel, traces ici d'une mémoire interdiscursive enfouie que l'on repère au détour d'une incise ou d'un pré-construit, et qui affleure en arrière-­plan du domaine de mémoire constitué par l'histoire récente de ces événements.

35Les contraintes de l'exposition m’ont conduite à simplifier les catégorisations des genres rencontrés dans le traitement par la presse ordinaire des événements scientifiques ou technologiques à caractère politique : il faudrait parler, à propos de la texture énonciative des textes, de « genres à tendance subjectivisée » dans lesquels l'allusion est prédominante, et de « genres à tendance objectivisée » dans lesquels l'intertexte exhibe sa construction monologale ou plurilogale ou bien se retrouve en partie gommé sous prétexte de didacticité. On trouve bien entendu quelques allusions dans les genres « objectifs » d'information. On trouve quelques citations dans les éditoriaux ou les textes de commentaires parfois. Mais on peut calculer les proportions et dégager de grandes tendances.

36Les analyses effectuées m'amènent par ailleurs à conclure qu’il est vain de vouloir isoler un texte des autres genres qui l'enserrent et qu’une analyse de presse se doit de prendre en compte les contextes de textes et les différents indices de contextualisation, révélateurs justement de l'écriture médiatique : les indices intratextuels (paradigmes de désignation qui construisent des chaînes de référence à l'intérieur d'un même texte et qui permettent d'étudier les glissements des objets de discours), les indices spatiotextuels (les échos sémantiques et sémiotiques à l'intérieur d'un même numéro), les indices intertextuels (au fil des numéros et des événements ainsi que des textes-sources identifiés et répertoriés), les indices interdiscursifs (à travers les allusions - « voulues » ou « subies »- à des domaines de mémoire récents ou enfouis).

37Ce que traduisent enfin pour moi ces différents fonctionnements dialogiques dans l'écriture journalistique, c'est l'évolution de la position du médiateur. Informateur, il a un rôle didactique à jouer lorsqu’il peut expliquer la science. Mais, lorsqu’il n'est pas en position de le faire, et qu'il est cependant seul responsable de l'exposition discursive des citoyens, c'est un rôle mobilisateur qu’il est appelé à jouer (Sicard 1998), et qui s'est affirmé au fil de ce type d'événements celui de donner, à travers la construction d'un domaine de mémoire commun, un sens social à des événements scientifiques ou technologiques hétérogènes.

Haut de page

Bibliographie

ADAM Jean-Michel éd. (1997] Pratiques, n° 94, « Genres de la presse écrite ».

ADAM Jean-Michel et LUGRIN Gilles [2000] « L'hyperstructure : un mode privilégié de présentation des événements scientifiques? », in les Carnets du CEDISCOR, n° 6, « Rencontres discursives entre sciences et politique dans les médias » (Cusin-Berche Fabienne, éd.), Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 133-150.

AUTHIER-REVUZ Jacqueline [1985] « Dialogisme et vulgarisation scientifique », in Discoss 1, p. 117-122.

AUTHIER-REVUZ Jacqueline [2000] « Aux risques de l'allusion », Colloque sur l'allusion dans la littérature, Presses de la Sorbonne, Paris IV, à paraître.

BEACCO Jean-Claude, éd. [1999] L'astronomie dans les médias. Analyses linguistique de discours de vulgarisation, Presses de la Sorbonne nouvelle.

BLONDEL Eliane [2000] « L'espace-temps du journal quotidien : connaissances scientifiques et genres rédactionnels », in les Carnets du Cediscor, n° 6, « Rencontres discursives entre sciences et politique dans les médias » (Cusin-Berche F., éd.), Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 151­-162.

BRES Jacques [1998] « Entendre des voix : de quelques marqueurs dialogiques en français », in L'autre en discours, Université de Montpellier III, p. 191-­211.

COURTINE Jean-Jacques [1989] Corps et discours : éléments d'histoire des pratiques langagières et expressives, présentation du dossier de thèse d'Etat sur travaux, Université Paris X-Nanterre.

FAYARD Pierre [1997] « Le journaliste scientifique européen aujourd'hui », entretien, in La science populaire dans la presse et l'édition XIXe et XXe siècles. (Bensaude-Vincent B. et Rasmussen A., éds), CNRS éditions.

CRIZE Jean-Blaise [1996] Logique naturelle et communications, PUF.

GROSSE Ernst Ulrich et SEIBOLD Ernst [1996] Panorama de la presse française, Berlin : Peter Lang.

LECOMTE Alain [1981] « Comment Einstein raconte comment Newton expliquait la lumière (ou le rôle de la mémoire interdiscursive dans le processus explicatif) », in Revue européenne des sciences sociales et Cahiers Vilfredo Pareto, XIX, n° 56, Genève : Droz, p. 69-93.

MOIRAND Sophie [1997] « Formes discursives de la diffusion des savoirs dans les médias », in Hermès, n° 21, « Sciences et médias « (de Cheveigné S. éd.), p. 33-44.

MOIRAND Sophie [1998a] « Dialogisme et circulation des savoirs... », in Du dialogue au polylogue (Cabasino F. éd.), Rome : CISU, p. 23-139.

MOIRAND Sophie [1998b] « Eléments de théorisation d'une linguistique de discours », in Les fondements théoriques de l'analyse du discours, à paraître.

MOIRAND Sophie [I999a] « L'explication », in L'astronomie dons les médias (Beacco J : C. dir.), Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 133-158.

MOIRAND Sophie [1999b] « Les dimensions dialogiques d'une catégorie discursive : l'explication », in jalons pour le 75e anniversaire de l'enseignement du français à l'université de Turku (Suomela E. et Gambier Y, éds), Université de Turku (Finlande), p. 71-87.

MOIRAND Sophie [1999c] « Les indices dialogiques de contextualisation dans la presse écrite » in Cahiers de praxématique 33, « La sémantique de l'intertexte « (Kanellos I. éd.), Université de Montpellier III, 41 pages.

MOIRAND Sophie [2000] « Variations discursives dans deux situations contrastées de la presse ordinaire », in les Carnets du Cediscor, n° 6, « Rencontres discursives entre sciences et politique dans les médias « (Cusin-Berche F. éd.), Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 45-62.

MOIRAND Sophie et autres [1993] « Un lieu d'inscription de la didacticité. Les catastrophes naturelles dans la presse quotidienne », les Carnets du Cediscor 1, Presses de la Sorbonne nouvelle.

SICARD Marie-Noëlle [1998] Entre médias et crises technologiques, les enjeux communicationnels, Lille : Presses universitaires du Septentrion.

Haut de page

Notes

1 Ces travaux entrepris par le Centre de recherches sur les discours ordinaires et spécialisés de l'université de la Sorbonne Nouvelle (Upres Syled, EA 2290) ont bénéficié durant (année 1998 d'une subvention du CNRS dans le cadre du programme « médias et société » animé par Dominique Wolton (laboratoire Communication et politique). Ils ont donné lieu, entre autres, à une publication collective coordonnée par Fabienne Cusin-Berche : Rencontres discursives entre sciences et politiques dans les médias, Les Carnets du CEDISCOR 6, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2000.
2 Accompagnés chacun d'une vignette particulière : la première indiquant la collaboration entre la revue Nature et Le Monde (article d'information scientifique), la seconde indiquant qu’il s'agit d'une analyse (vignette que l’on retrouvera parfois dans le corpus ultérieur constitué à propos de la vache folle).
3 Obtenus grâce à la gentillesse du service de documentation de Libération.
4 C'est nous qui soulignons en gras dans les exemples.
5 Écriture nécessairement plus attractive, plus ludique si elle veut attirer le lecteur vers la science (Voir Fayard 1997, Beacco 1999).
6 On peut consulter à ce sujet le dossier réalisé par le revue Esprit, novembre 1997 : Après la « vache folle » Alimentation, santé, environnement : vers une politique de la précaution.
7 Les articles consacrés à la question dans Libération (01/11/96) commencent à la une (Titre : Alerte au soja fou) et se poursuivent dans les pages 2 et 3 l’hyperstructure constituée d'articles d'information (voir Exemple 2), d'une interview, de photos et d'un éditorial). Les articles consacrés à la question dans le Monde (24/06/99) commencent également à la une (Titre : Aliments transgéniques : l’Europe hésite) avec un dessin de Plantu et se poursuivent en page 2 et partiellement en 3 l’hyperstructure constituée d'articles d'information, d’articles à coloration didactique Pour ou contre le « principe de précaution », Pourquoi modifier le patrimoine génétique et d’un dessein de Pancho), mais on trouve également un éditorial sur le sujet en page 17 Pour un moratoire sur les OGM et en page 37 une chronique de Pierre Georges qui établit, consciemment ou pas, un lien entre ce dossier et les trois articles d’information de contamination alimentaire de cette page 37 (voir Exemple 7)
8 Courtine présente ainsi la notion, d’après la relecture qu’il fait de Foucault 1969 : « Pour Foucault en effet l’énoncé se définit, entre autres propriétés, par le fait de posséder un “domaine associé”. Celui-ci comprend notamment les formulations “auxquelles l’énoncé se réfère (implicitement ou non), soit pour les répéter, soit pour les modifier ou les adapter, soit pour s'y opposer, soit pour en parler à son tour”. On pouvait dès lors rapporter tout énoncé à un domaine de mémoire : il y figurait comme élément dans une série, comme “noeud dans un réseau”. On pouvait espérer alors combiner l’analyse linguistique de l’énonciation singulière, située et datée, d'une formulation discursive, avec la profondeur historique d'un système de formation des énoncés ; tenter d'inscrire l’événement énonciatif sur le fond de la mémoire discursive, démêler le temps court et le temps long dans l’espace des discursivités ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Moirand, « Du traitement différent de l’intertexte selon les genres convoqués dans les événements scientifiques à caractère politique », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 30 avril 2007, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/2646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2646

Haut de page

Auteur

Sophie Moirand

CEDISCOR-SYLED - Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page