Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13La nécrologie : un genre rédactio...

Texte intégral

1. Les genres journalistiques

  • 1  Voir ici-même l'article introductif de J.-M. Adam.

1Le problème du statut des genres, si souvent abordé par les théoriciens de la littérature, mérite d'être discuté dans le cadre d'une analyse du discours journalistique.1 Malgré les différences entre les deux domaines, il apparaît que le constat de Schaeffer (1989) à propos des genres littéraires concerne également les genres de la presse écrite, la question étant invariablement « Qu'est-ce qui lie les textes aux genres ?  » :

Du point de vue générique il n'y a d'identité textuelle que relative au(x) niveau(x) du message investi(s) par le nom de genre. A l’apparente relation toute simple entre un texte et son genre se substituent des relations complexes et hétérogènes entre divers aspects d'actes communicationnels et de réalisations textuelles, ou diverses façons d'identifier le texte et divers noms de genres : dire d'un texte qu'il est un sermon et d'un autre qu'il est un sonnet ne revient pas simplement à les classer selon deux genres différents, mais encore par rapport à des critères d'identité textuelle différents : acte communicationnel dans le premier cas, organisation formelle dans le second. (Schaeffer, 1989 :129)

2De même, dire d'un article que c'est une nécrologie et d'un autre que c'est un éditorial, c'est les classer selon des critères différents thématique dans le premier cas, communicationnel dans le second.

3Si le genre n'est certes pas une catégorie causale qui explique toutes les propriétés des textes, il constitue cependant une catégorie pratique reconnaissable à un ensemble de traits communs. En ce sens, se demander si la nécrologie est un genre c'est chercher à savoir si cette catégorie pratique empirique - dont la désignation semble opératoire tant à la production qu'à la réception - présente ou non une configuration de traits caractéristiques permettant de la distinguer de genres journalistiques proches (comme le portrait, par exemple).

2. Les critères de définition

4Pour répondre à la question de la généricité de la nécrologie, je me suis fixé un cadre d'analyse qui emprunte ses critères à l'analyse des discours (cf. Maingueneau 1996 et Adam 1997).

5Les cinq critères suivants semblent suffisants pour pouvoir définir les genres de la presse écrite :

61. Critère pragmatique : finalités et buts visés par le texte.

72. Critère énonciatif : identité et degré d'engagement de l'énonciateur.

83. Critère sémantique : thèmes abordés.

94. Critère compositionnel : plans de texte et séquences.

105. Critère stylistique : texture micro-linguistique.

11Dans mes analyses, j’ai retenu certains paramètres et volontairement omis d'autres. Le critère sémantique (3), par exemple, apparaît comme le plus prégnant dans la désignation de la catégorie. Défini d'entrée, soit par le nom de rubrique (« Décès »), soit par les surtitres (« Décès », « Disparition », « Deuil »), il ne m'a pas semblé nécessiter de longs commentaires. Le critère énonciatif (2) m'a permis de distinguer les nécrologies qui émanent d'une agence de presse de celles qui sont signées par un journaliste. Quant au degré d'engagement, je ne l’ai pas vraiment analysé dans le détail. De même, je n'ai pas retenu le critère pragmatique (1), préférant me centrer, pour une première approche, sur les critères (4) et (5), l’idée clé étant de repérer en priorité les indices péritextuels et textuels qui conditionnent la production et la réception des articles. Concernant le critère compositionnel (4), je l’ai détaillé afin d'observer deux aspects importants des nécrologies : la composition typographico-visuelle (longueur du texte, nombre de colonnes, titraille, iconographie), d'une part, la composition textuelle proprement dite (plans de texte et séquences), d'autre part.

3. Constitution du corpus

12Dans la mesure où cette recherche est avant tout exploratoire, j'ai décidé de restreindre les variables en observant les articles nécrologiques d'un seul journal : Le Temps, quotidien suisse édité à Genève. II s'agira par la suite, bien sûr, d'étendre l'observation à d'autres journaux, en Suisse et ailleurs, avant de tirer des conclusions plus définitives sur le genre de la nécrologie dans la presse écrite. Sous l'étiquette « nécrologie », j'ai retenu uniquement les articles dont la source était, soit une agence de presse, soit un journaliste. Il ne s'agit donc pas du même type de corpus que celui étudié, par exemple, par Ringlet (1992) dans Ces chers disparus. Essai sur les annonces nécrologiques, où il est question des faire-part de deuils rédigés par les proches du défunt.

13Ayant récolté un total de 80 nécrologies entre avril 1999 et janvier 2000, j'ai constaté qu'elles se répartissaient de fait en trois groupes :

141. les brèves (N = 41) : seule catégorie auto-désignée, constituée d'articles très courts (entre 4 et 31 lignes) émanant exclusivement des agences de presse.

152. les articles longs (N = 29) : catégorie d'articles d'un minimum de 50 lignes, signés par des journalistes différents.

  • 2  Cette catégorie de nécrologies inclassables dans les groupes 1 ou 2 présente des articles dont on (...)

163. les filets2 ou articles courts (N = 10) : catégorie hybride d'articles émanant d'agences de presse, plus longs que les brèves (minimum 35 lignes) et non désignés par le journal.

17On notera que cette répartition s'appuie sur des paramètres visibles et objectifs : l'éventuelle auto-désignation de l'article, sa source (signature de journaliste ou sigle d'agence) et sa longueur.

18Voyons maintenant les caractéristiques typographico-visuelles, textuelles et micro-linguistiques de ces 80 nécrologies.

4. Composition typographico-visuelle

19L'observation de la composition typographico-visuelle d'un article nécrologique doit être attentive tant à ses composantes péritextuelles, comme la titraille, le chapeau ou les photos, qu'à ses composantes proprement textuelles, comme le nombre de lignes, de colonnes ou de paragraphes.

4.1. Composantes péritextuelles

20Globalement, les nécrologies observées ne présentent ni sous-titre, ni chapeau. Pour le reste, les emplois diffèrent selon les catégories définies plus haut.

21La catégorie des brèves a pour particularité de ne comporter ni photo, ni intertitre. Sur 41 brèves, 10 n'ont pas de surtitre. Quand il y a un surtitre, il indique – en un seul mot écrit en caractères gras et en majuscules – le domaine d'activité du défunt (« DANSE », « JAZZ », « ATHLETISME », etc.). Dans de rares cas (6/41), il mentionne simplement « DECES » ou « DISPARITION ».

22Toutes les brèves comportent un titre en caractères gras et en minuscules. Deux structures linguistiques dominent :

23a) Structure la plus courante (34/41)

24Décès GN (+ N propre)

25Mort de N propre (+ GN)

26Disparition

27Exemples :

« Mort d'une pionnière » (29.4.99)

« Mort du dessinateur belge Marcel Remacle » (18.12.99)

« Décès de Xavier Gélin » (6.7.99)

« Décès de Claude Ballot-Léna, l'un des plus fidèles habitués du Mans » (7.12.99)

28b) Structure plus rare (5/41)

29N propre

30s'est éteint

31n'est plus

32est mort

33disparaît

34Deux titres seulement présentent une autre structure : « Nike perd un de ses fondateurs » (27.12.99) et « Les féministes en deuil » (3.12.99).

35Dans la catégorie des articles longs, sur 29 nécrologies, 15 comportent une photo (13 du défunt et 2 d'une oeuvre) ; 12 articles comportent un (ou deux) intertitre(s) ; 5 articles n'ont pas de surtitre. Quand il y a un surtitre, il se présente toujours en deux parties. La première partie – en caractères gras et en majuscules – indique le domaine d'activité (« LITTÉRATURE », « BEAUX-ARTS », « RELIGION », « CINÉMA », etc.), le lieu (« MAROC «, « ITALIE », « JURA », etc.) ou encore : « DECES », « DISPARITION «, « DEUIL «, « TRAJECTOIRE », « VIE » ou « HOMMAGE ». La deuxième partie est constituée par une (ou deux) phrase(s).

36Tous les articles longs comportent un titre en caractères gras et en minuscules. Leur variété de structures est plus grande que celle des brèves. On peut toutefois relever une structure qui revient plus fréquemment (14/29) :

37N propre (+ GN)

38GN (+ N propre)

39est mort

40s'est éteint

41s'est tu

42s'en est allé (+ indication de lieu)

43s'est échappé

44s'est éclipsé

45a largué les amarres

46a tiré sa révérence

47s'est donné la mort

48Exemples :

« Roger Frison-Roche, guide et écrivain, s'est éteint au pied du Mont¬Blanc « (18.12.99).

« Vagabond légendaire, Paul Bowles s'est éclipsé sur les routes du paradis « (19.11.99).

49Les autres titres présentent une très grande variété de structures  que je n'ai pas la place d'analyser dans le cadre de cet article.

50Sur le plan du péritexte, les filets ou articles courts présentent, à peu de chose près, les mêmes caractéristiques que les articles longs (surtitres en deux parties et présence possible de photos ou d'intertitres).

51Les titres empruntent le plus souvent aux structures dominantes des brèves ou des articles longs :

52N propre (+ GN) s'est éteint   

53GN (+ N propre) est mort (N = 4)

54Mort de  GN (+ N propre)

55Suicide (N = 3)

56Trois titres présentent une autre structure : « La bande dessinée pleure Greg » (1.11.99), « Le Havre-Carthagène endeuillée par la disparition de Paul Vatine » (22.10.99) et « Madame Safarti, orpheline d'Elfe Kakou » (11.6.99).

4.2. Composantes textuelles

57La taille des articles des différentes catégories a une incidence sur son aspect typographico-visuel.

58Les brèves, qui comptent une dizaine de lignes en moyenne, se présentent toujours en une seule colonne et un seul paragraphe. De façon contrastée, les articles longs, qui comptent un minimum de 50 lignes, présentent entre 4 et 8 paragraphes, en plusieurs colonnes (entre 2 et 6). La catégorie hybride des filets ou articles courts, dont la taille moyenne est d'une cinquantaine de lignes, présentent entre 2 et 5 paragraphes répartis en 1, 2 ou 3 colonnes.

5. Composition textuelle (plans de texte et séquences)

59Ringlet (1981 et 1992) parle de « schémas canoniques » à propos des hommages que l'on rencontre dans la presse locale - lors de la célébration de noces d'or ou de mises à la retraite, par exemple - et des annonces mortuaires rédigées par les familles. A sa suite, j'ai tenté de voir s'il existait également un stéréotype de l'article nécrologique. Afin de partir sans a priori personnel concernant les modes de composition, j'ai choisi d'observer les 80 nécrologies en m'arrêtant aux trois zones-­clés habituellement définies par les professionnels de l'écriture journalistique, à savoir l'ouverture de l'article (première phrase ou premier paragraphe), le corps du texte proprement dit et la chute (dernières phrases de l'article).

5.1. Composition textuelle des brèves

60A l'ouverture des brèves (première phrase, parfois deuxième), il y atoujours l'annonce du décès avec, dans l'ordre de fréquence, les indications suivantes : la profession du défunt (41/41), son âge (40/41), la date du décès (33/41), le lieu du décès (21/41) et, enfin, les causes du décès (20/41). Seule une brève mentionne les circonstances du décès (« durant son sommeil »).

61Le corps du texte comporte le plus souvent une partie qualificative. Il peut également comporter une partie chronologique qui relate les étapes de la vie, de la carrière ou de la maladie, voire un (ou plusieurs) fait(s) marquant(s) dont l'effet est souvent de qualifier le défunt. De manière générale, l'ordre d'apparition de ces éléments est relativement libre. De plus, ils n'apparaissent pas forcément tous. Dans l'article qui suit, par exemple, le corps du texte est entièrement constitué par la relation des étapes de la carrière du défunt. Le plan chronologique est souligné par les organisateurs temporels : « au début des années cinquante », « dans les années soixante », « ensuite  » et « en 1980 » :

(1) JAZZ

Mort du saxophoniste Ernie Witkins...

Le saxophoniste américain Ernie Wilkins est décédé au Danemark à l’âge de 79 ans. Né à Saint Louis au Missouri, il a commencé à jouer au saxophone à l’école. II est entré au début des années 50 dans le grand orchestre de Count Basie, pour devenir compositeur pour Basie et d'autres orchestres dirigés par Tommy Dorsey et Dizzy Gillespie. Dans les années soixante, il a travaillé notamment pour Harry James et Clark Terry et écrit ensuite plusieurs compositions pour Sonny Rollins, Oscar Peterson, Cannonbal Adderley, Lionel Hampton et Sarah Vaughan. Il a émigré en 1980 au Danemark, où il avait constitué son Almost Big Band, composé de musiciens américains locaux et danois. (AFP) (Le Temps, 7.6.99)

62Dans les brèves, il n'y a pas de chute à proprement parler. Peuvent parfois faire office de clôture la mention de la dernière oeuvre produite (livre, enregistrement ou film) ou du dernier événement de la chronologie.

  • 3  Voir plus loin le tableau récapitulatif des différents plans de texte.

63Dans la plupartdes cas, les brèves présentent le plan de texte suivant3 : annonce du décès + qualification générale. Les articles les plus courts (en deux phrases seulement) obéissent tous à ce plan. En voici quelquesexemples :

(2) DECES

Les féministes en deuil

Marie Boehlen, figure de la lutte féministe, est morte à Berne, mardi à l’âge de 88 ans. Juriste, elle fut une pionnière du combat en faveur de l’introduction du droit de vote pour les femmes. (ATS) (Le Temps, 3.12.99)

(3) BNS

Décès de Max Iklé

L'ancien directeur de la Banque nationale suisse, Max Iklé, âgé de 96 ans, est décédé vendredi. Le père de l’ex-conseillère fédérale Élisabeth Kopp avait été directeur de l’Administration fédérale des finances. (ATS) (Le Temps, 6.12.99)

(4)JAZZ

Décès de Walt Levinsky

Le clarinettiste et compositeur américain de jazz Walt Levinsky est décédé le 14 décembre à l’âge de 70 ans. Le musicien avait notamment été arrangeur pour certains titres de Frank Sinatra ou Liza Minnelli. (ATS) (Le Temps, 29,12.99)

5.2. Composition textuelle des articles longs

64Les articles longs présentent un plan de texte structuré en trois parties.

65A l'ouverture (premier paragraphe), il y a toujours l'annonce du décès accompagnée le plus souvent d'une qualification générale du défunt :

(5) II avait le pas terrien et le regard lunaire. L'acteur genevois Gérard Carrat affirmait ainsi depuis quarante ans son sens de la gravitation, sans gravité : il bataillait sur les plateaux de théâtre ou de télévision, en grognard cuirassé par les accidents de la vie, et il lui arrivait souvent de retrouver, dans le feu du jeu, l’allant du hussard. A 68 ans, le comédien s'est éclipsé vendredi soir. (Le Temps, 3.5.99)

66Ici, la qualification précède l'annonce du décès. Rédigée à l'imparfait, cette partie descriptive a pour objet le seul comportement de l'acteur (cf. « pas terrien », « regard lunaire », etc.). C'est un portrait en action.

67Selon les cas, le corps du texte estconstitué soit d'une relation des étapes de la vie du défunt, soit de la suite de la qualification amorcée dans l'ouverture. Exceptionnellement, le corps du texte peut présenter les deux types de séquences juxtaposées. On notera que le corps du texte est souvent ponctué de brefs commentaires du journaliste ou des proches du défunt. Lorsque l'opinion des proches est rapportée, c'est toujours sous la forme d'un discours direct. Parfois, le texte peut être envahi par le discours rapporté, comme dans cet article nécrologique consacré au décès du pianiste de jazz Henri Chaix :

(6) Jean-Claude Arnaudon, spécialiste du jazz à la Radio suisse romande, réagit vivement à l’annonce de son décès : « Je l'ai connu il y a une trentaine d'années. Les Américains demandaient déjà expressément à être accompagnés par Chaix. II bénéficiait d'une crédibilité extraordinaire auprès des jazzmen d'outre-Atlantique ». Le batteur genevois Pierre Bouru, qui accompagnait occasionnellement Henri Chaix, évoque également la mémoire de son ami : « Il aurait pu aisément faire carrière aux Etats-Unis, mais il aimait passionnément sa région et devait être un peu casanier. II était certes attaché à la musique d'avant la révolution bop, mais il me surprenait parfois en admirant des modernistes tels que Thelonius Monk, par exemple. »

Henri Chaix avait d'ailleurs récemment partagé la scène avec Georges Robert, saxophoniste et directeur de la Swiss Jazz School de Berne. Celui-ci se souvient de cette expérience heureuse : « Chaix ne pensait pas pouvoir jouer du jazz moderne comme nous le pratiquons. Ce fut pourtant un plaisir immense pour moi de l'accompagner. II fut l’un des acteurs majeurs de la scène jazz en Suisse. » (Le Temps, 12.6.99, je souligne les discours directs)

68Dans cet article nécrologique dont je n'ai retiré que le premier paragraphe, consacré à l'annonce du décès et à une brève description des compétences du jazzman, le portrait est totalement assumé par les proches. Le journaliste ne fait que mettre bout à bout trois réactions d'experts.

69Dans l'exemple qui suit, le corps du texte propose une relation des différentes étapes de la vie et de la carrière de Paul Bowles :

(7) Son itinéraire commence à Long Island, le 30 décembre 1910 : comme ce fils de dentiste est un prodige, il compose son premier opéra à 9 ans, préfère la compagnie de Gide à celle des nurseries, envoie des vers précoces à la revue Transition, se fait au passage dépuceler par une Hongroise et, bientôt, s'embarque pour la France à l'insu de ses parents, avec 25 dollars en poche.

Il ne cessera plus de bourlinguer (Etats-Unis, Europe, Afrique du Nord, Amérique du Sud), puis deviendra un compositeur très prisé des cinéastes avant de revêtir sa casaque de romancier : il publie à New York Un Thé au Sahara en 1949, s'installe à Tanger, achète une île au large de Ceylan, continue à écumer la planète, signe d'autres romans (Après toi le Déluge, La Jungle rouge) et une flopée de nouvelles dont les meilleures ont été réunies dans Réveillon à Tanger. (Le Temps, 19.11.99)

70Ces deux paragraphes sont organisés selon un plan chronologique souligné par les organisateurs temporels : « le 30 décembre 1910 », « à 9 ans », « bientôt », « puis », « en 1949 ». Les procès continuatifs comme « ne cessera plus de bourlinguer », « continue à écumer la planète » et « signe d'autres romans » ajoutent à l'impression de voirdéfiler la vie de Bowles. Enfin, les événements sont présentés dans un ordre strictement linéaire (cf. la mention d'« itinéraire » au début du premier paragraphe). Aucun événement ne semble avoir une importance plus grande que les autres. L'addition des faits concourt simplement à confirmer le « portrait d'un original » brossé en début d'article.

71La chute des articles longs est généralement constituée par le commentaire évaluatif du journaliste : « D'une discrétion tout helvétique, Paul Sacher a bâti une œuvre sans laquelle notre époque serait beaucoup plus pauvre. Et beaucoup plus sourde » ou bien « Ainsi, pour beaucoup d'entre nous, la traduction littéraire gardera le visage et la voix de Gilbert : une manière d'habiter la langue en comédien ». On notera que c'est seulement en clôture d'article que le journaliste ose exprimer une opinion. Mais cette opinion est toujours le résultat d'une généralisation dont les traces sont l'emploi de ON et de NOUS (cf. « notre époque », « pour beaucoup d'entre nous »). Jamais le journaliste ne fait part d'un point de vue strictement personnel.

72Parfois, la chute est constituée par la mention d'un des derniers événements de la chronologie : « Il y eut une apparition lors de l’expo 98 à Lisbonne. Puis ce silence ultime, qui va au-delà de la mélancolie  ». Deux articles, enfin, se terminent sur une anecdote.

5.3. Composition textuelle des filets ou des articles courts

73En tant que catégorie hybride, les filets ou articles courts présentent des caractéristiques des deux autres catégories. Tout comme les brèves et les articles longs, l’annonce du décès est strictement cantonnée dans l'ouverture de l'article, avec les mêmes informations (profession, date, âge, etc.). Le plan de texte est structuré en deux parties, comme dans les brèves. IIn'y a pas de chute proprement dite. Font parfois office de clôture la mention de la dernière oeuvre produite ou du dernier événement : « Une dernière exposition de photos avait eu lieu au printemps dernier dans le Maine ». En revanche, l'ouverture présente plutôt des similitudes avec les articles longs dans la mesure où l'on peut y lire une qualification ou une relation. Quant au corps du texte, on y trouve les mêmes éléments que dans les autres catégories : relation, qualification, fait(s) marquant(s), parfois ponctués de brefs commentaires.

5.4. Conclusion sur les plans de texte et les séquences

74Cette première exploration du corpus montre l'existence de deux types de plans de texte manifestement déterminée par les critères de longueur et d'énonciation. Les articles les plus courts (brèves, filets ou articles courts) présentent un plan de texte en deux parties seulement, alors que les articles longs sont, à quelques exceptions près, structurés en trois parties. Le type d'instance énonciatrice (agence de presse ou journaliste) semble également avoir une incidence. Les articles longs, dont on a vu plus haut qu'ils étaient les seuls à être signés par un journaliste, sont ceux qui, précisément, présentent une chute explicite sous la forme d'un commentaire évaluatif.

75On peut rendre compte de ces quelques spécificités sous la forme d'un tableau récapitulatif.

  • 4  Dans ta première colonne, les chiffres romains désignent respectivement : I, la catégorie des brèv (...)

76 Tableau des plans de texte 4 :

  • 5  Pour une discussion plus approfondie de ce point, voir Revaz 1997.
  • 6  C'est le seul exemple, dans mon corpus d'une séquence chronologique fournie en ouverture d'article (...)

77Concernant les types de séquentialité rencontrés dans les nécrologies, il n'y a pas, semble-t-il, de spécificité, ni même de dominante. On y rencontre aussi bien du descriptif (cf. Qualification dans le tableau ci-dessus) que du narratif (cf. Relation). La seule chose qui apparaisse clairement c'est le faible degré de narrativité des parties biographiques (Relation).5 Régulièrement qualifiées de « récits » de vie par les analystes du discours journalistique, ces séquences ne partagent avec le récit canonique que deux aspects : un déroulement chronologique (les étapes de la vie) et un principe de transformation (de jeune à vieux, de vivant à mort, etc.). En revanche, il leur manque très clairement une structure d'intrigue pour pouvoir être considérées comme des récits canoniques. Prenons par exemple le résumé de la vie de Bowles proposé en ouverture d'article6 :

(8) Au commencement, il y a un petit blondinet qui, au début du siècle, seul dans une chambre new-yorkaise, invente des paysages imaginaires et entreprend « un guide du monde fictif », comme il le raconte dans ses Mémoires d'un nomade. A la fin, il y a un vieillard au regard transparent, reclus dans la pénombre de sa maison de la rue des Amoureux, à Tanger, la « dream city » où il avait choisi de jeter l’ancre. Entre les deux, un livre culte, qui servit d'oriflamme à la Beat Generation avant que Bertolucci en tire un film à succès : Un Thé au Sahara. (Le Temps, 19.11.99)

78Tout comme dans l'exemple (7) qui retrace avec plus de détails la vie de Bowles, on observe une structure strictement linéaire. Il y a un déroulement dans le temps, marqué à ses bornes par les deux organisateurs « Au commencement » et « A la fin ». Il y a une transformation, le passage du « petit blondinet » au « vieillard au regard transparent ». Mais il n'y a pas de structure d'intrigue. II y a certes matière à faire un récit, mais le mode de composition linéaire m'incite à considérer ce passage, tout comme les extraits (1) et (7), comme une simple relation d'actions.

79Si l'on reprend la définition du récit que propose Charaudeau (1997), définition à laquelle j'adhère par ailleurs, on voit bien que la structure des séquences biographiques des nécrologies n'a rien à voir avec la structure décrite :

Bien souvent [le] début est un état stable et non menacé, qui ne permet pas de prévoir un drame (« Valérie rentre comme tous les soirs dans son HLM ») ; puis est présenté le moment où se déclenche le drame (« soudain, tout bascule ») ; suit alors une accumulation de faits sous des qualificatifs dramatisants (« et c'est l'horreur, le cauchemar ») ; pour arriver enfin au point d'aboutissement qui retrouve le résultat posé dans l'ouverture (« Ce soir-là fut celui de son malheur »). (Charaudeau,1997 : 176)

80Un « état stable » et un « moment où se déclenche le drame » - ce que j'appelle pour ma part un état initial et un noeud - constituent effectivement les éléments minimaux d'une structure d'intrigue. Or, dans les articles nécrologiques, la vie des personnes décédées n'est jamais mise en scène de cette façon. Les événements sont retracés linéairement, sans aucun moment déclencheur. C'est pourquoi je trouve plus approprié de parler dans ce cas de relation plutôt que de récit.

6. Caractéristiques micro-linguistiques

81La lecture des 80 nécrologies montre qu'il est impossible de mettre en évidence un style général propre à ce genre d'articles. On peut cependant relever quelques caractéristiques micro-linguistiques spécifiques aux parties narratives (relations) et aux parties descriptives (qualifications) observées dans le corpus.

6.1. Caractéristiques microlinguistiques des relations

82Dans le chapitre qu'ils consacrent à la « Typologie des genres journalistiques » Grosse et Seibold (1996) affirment que, dans les biographies (ou nécrologies) journalistiques, « les temps grammaticaux dominants sont le présent et le passé composé : c'est un discours sur la vie et non pas un récit littéraire classique au passé simple et à l'imparfait » (p. 40). Une observation attentive du corpus montre une réalité un peu autre. En effet, les temps verbaux dominants sont différents selon que la partie biographique appartient à une brève ou à un article long. Ainsi, les temps de base des relations dans les brèves sont le PLUS-QUE-PARFAIT, le PASSE COMPOSE et le PRESENT, alors que dans les autres articles, c'est très nettement le PRESENT qui domine, parfois relayé par le FUTUR, comme dans ce passage biographique de la nécrologie de Frison-Roche :

(9) De parents commerçants d'origine savoyarde, Roger Frison-Roche n'est pas né dans les Alpes mais à Paris, en 1906. II découvre Chamonix à l’âge de 17 ans et s'y installe bientôt. II devient guide et moniteur de ski, fonde la première école d'escalade. II est aussi journaliste et inscrit son nom dans l’histoire de la radio en réalisant la première émission en direct, depuis le Mont-Blanc. II part comme envoyé spécial pour L'Illustration dans le Hoggar. Ce sera la source de son premier livre, L'Appel du Hoggar.

Après le débarquement en Afrique du Nord, il part comme correspondant de guerre sur le front tunisien. Fait prisonnier par les Allemands, il s'évade de sa geôle pour rejoindre les maquis savoyards. Son expérience de chasseur alpin lui inspire un ouvrage : Les Montagnards de la nuit.

Après la guerre, il reprend ses grandes expéditions dont il rend compte dans de nombreux récits. Il traverse le Sahara dans l’une des premières 2 CV, refait le voyage de Caillié à Tombouctou et explore le Grand Nord. (Le Temps, 18,12.99)

83Du point de vue du système verbal, cette courte biographie est représentative de toutes les relations observées dans les articles longs. Le temps de base est le PRESENT avec une occurrence de FUTUR, ici comme clôture du premier paragraphe.

84En général, le marquage du plan de texte des relations se fait par le biais d'organisateurs temporels : les dates, très fréquentes en début de paragraphe, et les marques comme « d'abord », « puis », « ensuite » et « enfin ».

6.2. Caractéristiques microlinguistiques des qualifications

85Il faut d'entrée distinguer deux types de qualifications : les qualifications de type FAIRE et les qualifications de type ETRE. Dans les articles nécrologiques, on les rencontre toutes les deux. Les premières constituent ce qu'on appelle un portrait en action : au lieu de caractériser une personne en détaillant ses traits physiques, on la décrit par ses actes (« a joué dans 24 longs métrages », « a secouru des dizaines de milliers de demandeurs d'asile », « s'était imposé comme un partenaire privilégié de la France », « aura au total interprété 5000 chansons », etc.). Les temps verbaux de ces portraits animés sont le PASSE COMPOSE, le PLUS-QUE-PARFAIT et le FUTUR ANTERIEUR.

86Quant aux qualifications de type ETRE, elles présentent une constante : elles ne décrivent jamais l'aspect physique. On ne sait rien de la stature, de la couleur des yeux ou des cheveux des personnes décédées. Le seul procédé descriptif utilisé est la reformulation : la personne à décrire est qualifiée par le biais d'une nouvelle formulation posée comme une équivalence. Les procédés linguistiques sont les suivants :

87a) L'attribution : « Il était l'un des peintres les plus marquants de l'après-guerre en Allemagne ».

88b) L'apposition : « Spécialiste des Dogon du Mali, Germaine Dieterlen était directrice d'études à l'Ecole pratique des hautes études ».

89c) L'anaphore nominale : « [Paul Sacher]. Immensément riche, cet homme secret et généreux passera à l'histoire pour son inestimable apport à la musique et à l'art du XXe siècle ».

90d) La comparaison : « Il fut très tôt comparé à un autre « crooner » de talent, un certain Frank Sinatra ».

91e) La renomination : « Surnommé « Sweetness » pour l’élégance de ses mouvements, il possédait le record de distance parcouru en un seul match ».

92Dans certains articles, on observe un véritable suremploi de ces divers procédés :

(10)Vagabond légendaire, Paul Bowlea s'est éclipsé sur les routes du paradis

[...] Paul Bowles sera resté, jusqu'à la dernière heure, un mage devant lequel tout le gratin des arts et des lettres venait se prosterner. Ami de Burroughs, prophète de la contre-culture d'outre-Atlantique, inspirateur des rockers (de Sting à Brian Jones), familier des paradis artificiels, cet Américain à l’âme vagabonde était en effet un mythe ambulant, qui avait squatté la maison de Gertrude Stein, travaillé avec Orson Welles et Tennessee Williams, traduit Sartre, fait la nouba avec Truman Capote et Mick Jagger. Bowles, c'était peut-être le dernier de nos Mohicans : ce météore avait successivement traversé l’Amérique de Karouac, le Paris de la génération perdue, le Berlin de la grande époque, le Broadway des stars et des paillettes, la « gay society » des années 50... Bref, une sorte de revival, la mémoire d'un siècle finissant, une bouche d'ombre qui avait embrassé toutes les célébrités de notre temps - et pas mal de jeunes gens, sa seconde passion après son épouse Jane, disparue en 1973.

[...] Bowles, c'est l'ivresse des dunes et des drogues, une quête du Graal où bouillonne le thé brûlant de l’exotisme. (Le Temps, 19.11.99, je souligne les reformulations)

93Outre deux anaphores nominales (« cet Américain à l'âme vagabonde », « ce météore ») ainsi que de nombreuses appositions (« vagabond légendaire », « ami de Burroughs », etc.), on peut relever une accumulation de la formule syntaxique prototypique de la reformulation : N1, C'EST UN N2. Chacun des trois paragraphes qui décrivent Paul Bowles présente cette formulation :

§ 1 : Paul Bowles (N1) SERA RESTE (...) un mage (N2) Cet Américain (Nl) ETAIT un mythe ambulant (N2)

§ 2 : Bowles (N1), C'ETAIT (...) le dernier de nos Mohicans (N2) Bref, (C'ÉTAIT) une sorte de revival, la mémoire d'un siècle finissant, une bouche d'ombre (...) (N2)

§ 3 : Bowles (N1), C'EST l'ivresse des dunes et des drogues, une quête du Graal (...) (N2).

94On notera que le deuxième paragraphe se clôt avec le marqueur de reformulation BREF qui sert à la fois de marqueur de récapitulation : BREF marque la fin du développement descriptif et l'institue en même temps comme formant un tout.

95Dans toutes les relations du corpus, les temps verbaux dominants sont l'IMPARFAIT et, localement, le PASSE SIMPLE (avec le verbe être surtout). En ouverture ou en clôture de séquence, le PASSE SIMPLE a toujours pour fonction de résumer la personne : « Melba Liston fut la première femme à jouer dans de grands orchestres » ou bien « Juriste, elle fut une pionnière du combat en faveur de l'introduction du droit de vote pour les femmes ».

7. Conclusion

96Au terme de cette exploration partielle d'un premier corpus d'articles nécrologiques, peut-on se prononcer sur sa généricité ? Seule la généricité thématique semble évidente : il est, dans tous les cas, question de la mort d'une personne. Si l'on se réfère, en revanche, à des typologies des genres médiatiques dont les critères sont pragmatiques et énonciatifs, comme celle de Charaudeau (1997, la nécrologie ne trouve pas de place spécifique. Par exemple, dans le graphique que propose Charaudeau pour situer des genres rédactionnels dans un espace délimité par deux axes, la nécrologie occupe la place de plusieurs genres, dont celle du portrait.

97Pour l'instant, je resterais donc prudente quant à la possibilité de définir la nécrologie comme un genre rédactionnel. II faudrait poursuivre la recherche et vérifier, par exemple, si les caractéristiques micro-linguistiques observées (temps verbaux, reformulations, etc.) permettent d'opposer globalement les articles nécrologiques à d'autres types de portraits journalistiques. Il faudrait également se pencher attentivement sur les paramètres énonciatifs et sur la visée. La nécrologie n'est manifestement pas un article où l'énonciateur se permet d'exprimer un point de vue personnel, ce qui l'apparente aux genres du reportage, de l'enquête ou du portrait. Quant à la visée, elle semble dépasser la stricte volonté d'information. Le plus souvent éloge du défunt, parfois critique (lors du décès d'un dictateur, par exemple), elle présente toujours une axiologisation. Est-ce une piste pour mettre en évidence un genre ?

Haut de page

Bibliographie

ADAM Jean-Michel (1997) « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », Pratiques, n° 94, Metz, p. 3-18.

CHARAUDEAU Patrick (1997) Le discours d'information médiatique,

Nathan.

DE BROUCKER José (1995) Pratique de l'information et écritures journalistiques, CFPJ.

GROSSE Ernst Ulrich et SEIBOLD Ernst (1996) Panorama de la presse parisienne, Berne : Peter Lang.

MAINGUENEAU Dominique (1996) Les termes clés de l'analyse de discours, Seuil, coll. Mémo.

REVAZ Françoise (1997) « Le récit dans la presse écrite », Pratiques, n° 94, Metz, p. 19-33.

RINGLET Gabriel (1981) Le Mythe au milieu du village. Comprendre et analyser la presse locale, Bruxelles : Vie Ouvrière.

RINGLET Gabriel (1992) Ces chers disparus. Essai sur les annonces nécrologiques dans la presse francophone, Albin Michel.

SCHAEFFER Jean-Marie (1989) Qu'est-ce qu'un genre littéraire ?, Seuil.

Haut de page

Notes

1  Voir ici-même l'article introductif de J.-M. Adam.

2  Cette catégorie de nécrologies inclassables dans les groupes 1 ou 2 présente des articles dont on peut dire qu'ils sont des filets au sens de certains manuels de journalisme : « Le filet est la relation titrée et plus ou moins développée d'une information, alors que la brève se contraint à n'en être que la notification. La matière première est la même. La manière est différente. (_) Les phrases ne sont pas comptées. L'histoire peut se composer et se développer en plusieurs paragraphes. » (De Broucker, 1995 : 139).

3  Voir plus loin le tableau récapitulatif des différents plans de texte.

4  Dans ta première colonne, les chiffres romains désignent respectivement : I, la catégorie des brèves ; II, les articles longs ; III, les filets ou les articles courts. Le nombre d'occurrences est indiqué entre parenthèses et l’emploi de caractères gras souligne les fréquences élevées.

5  Pour une discussion plus approfondie de ce point, voir Revaz 1997.

6  C'est le seul exemple, dans mon corpus d'une séquence chronologique fournie en ouverture d'article (cf. la mention d'un cas de relation résumée dans le tableau récapitulatif). Elle est suivie, dans le corps de l’article, par l’extrait (7) analysé ici-même.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/2767/img-1.png
Fichier image/png, 314k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Revaz, « La nécrologie : un genre rédactionnel ? », Semen [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/2767 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2767

Haut de page

Auteur

Françoise Revaz

FPSE - Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search