Navigation – Plan du site

Islamalgame, discours représenté et responsabilité énonciative

Soad Matar et Andrée Chauvin-Vileno

Texte intégral

1. Introduction

1Le 11 septembre et sa fracture historique devenu « mot-événement » est un des « moments discursifs » (Moirand, 2004a) majeurs de ces dernières années dont l’écho n’a pas fini de se répercuter au fil de l’actualité. Notre réflexion s’inscrit dans une recherche sur le « traitement à chaud »1 de l’événement par les quotidiens Le Monde, Le Figaro Libération2 et la manière dont tendent à être mis en circulation (voire en accusation conjointe) nouveaux visages du terrorisme et représentations de l’Islam. Le mot valise islamalgame3 nous paraît commode pour désigner non seulement le procédé argumentatif localisé de l’amalgame mais les avatars lexicaux et discursifs d’un phénomène diffus et implicite, l’assimilation plus ou moins marquée et délibérée entre terrorisme et Islam4 ainsi que les chaînes associatives variées qui gravitent autour de matrices de « formule »5.

2L’ambition initiale de comparer les journaux et de débusquer les lieux et modes de l’amalgame s’est heurtée à des difficultés de plusieurs ordres :

3- Nul n’assume ouvertement l’amalgame ; suspecté à des fins de contre-argumentation chez l’adversaire, il peut faire l’objet de dénégation, de procès d’intention, de récupération. Il s’agit d’une catégorie normative (Doury, 2003) qui confronte à la question explorée en profondeur par R. Koren de la subjectivité du chercheur. Le discours médiatique et politique implique très fortement le citoyen surtout s’agissant d’un événement aussi traumatique6. »Ce qui distingue un amalgame (compris comme analogie fallacieuse) d’une analogie légitime, ce n’est pas un schéma argumentatif spécifique […] ce sont les faits et leur interprétation », écrit Doury (2003 : 18). Comment éviter ce double piège : démontrer ce qu’on pensait déjà au prix d’une instrumentalisation de la description, tomber dans l’illusion positiviste d’atteindre la vérité du discours7 ?

4- Il est difficile d’identifier le discours de « la » presse écrite voire d’un journal car l’évolution des grands titres va d’une presse d’opinion à une presse « miroir » ou « écho » (cf. Mouillaud Têtu, 1989) se déclarant d’information générale ; les journaux sont largement ouverts aux tribunes, débats, « horizons » etc., qui viennent selon les cas renforcer ou contre-balancer les éditoriaux et chroniques. Le Figaro occupe une position prévisible un peu à part : il comporte notamment des articles que l’on ne trouve (trouverait) pas ailleurs.

5- Comme le montre Lits, 2004, la presse française notamment écrite a voulu affirmer son pluralisme et ne pas être une caisse de résonance des USA. Le consensus s’affiche sur l’émotion, la réprobation, la condamnation de l’amalgame précisément. Mais on repère des positions antagonistes nettement prises en charge après le 11 septembre et surtout au moment du déclenchement des opérations militaires en Afghanistan ; les points de vue (à la fois au sens de « rubriques » et de « positionnements énonciatifs ») se répondent et s’opposent dans un espace dialogique qui se structure au sein d’un même organe de presse et d’un média à l’autre.

6La problématique de la « construction du miroir social » dans et par le discours médiatique (Charaudeau) nous a permis de passer de la traque de l’islamalgame plus ou moins clandestin au questionnement des positions et des représentations telles que les manifeste le discours mouvant et conflictuel de la presse, notamment à travers l’émergence et la stabilisation de configurations lexico-thématiques et la dynamique dialogique autour du discours de Bush.

7L’exploration lexicale8 du corpus a permis de dégager des associations récurrentes qui gravitent autour d’une formule en voie de stabilisation − « terrorisme islamiste (islamique) »9 − et de mettre en relief deux univers de discours dominants, les valeurs universelles et la guerre. Ces univers de discours sont fortement articulés à la définition d’un Nous dont les courants qui s’expriment dans la presse se font les porte-parole en rapportant, voire relayant le discours des protagonistes politiques qui prétendent incarner des valeurs10, et en définissant leur appartenance11. Face à ce Nous, auditoire et figures de l’autre sont mis en scène au titre d’interlocuteurs, de tiers, d’adversaires, d’ennemis, à travers la représentation et la hiérarchisation des discours et des voix. L’étude lexicale s’associe donc très étroitement à celle d’une responsabilité énonciative qui recoupe l’engagement politique.

8Les discours de presse font émerger ou réactivent des représentations collectives, des « images de soi » et des images de l’autre, spécifiquement au moyen de la « représentation du discours autre » (Authier-Revuz) qui se combine aux degrés d’inscription ou de désinscription énonciative, aux contraintes génériques, aux visées argumentatives explicites ou non.

9Pour étudier la circulation interdiscursive constitutive du discours médiatique à travers ses marquages énonciatifs le modèle de Rabatel nous paraît particulièrement pertinent en compatibilité avec le cadre théorique d’ensemble et la description linguistique précise de J. Authier-Revuz12. A. Rabatel relativise l’opposition dialogisme (Bakthine) et polyphonie (Ducrot)13 au profit d’une topique énonciative interactionnelle affinée (relations de coénonciation, sousénonciation, surénonciation). Celle-ci suppose, dans la lignée de Bally et Ducrot la distinction entre actualisation déictique /actualisation modale, donc la déliaison locuteur/ énonciateur(s) et partant la « multiplicité et hiérarchisation des instances énonciatives » (2004 a). La dimension pragmatique et les relation discours/contre-discours de corpus de presse traversés par des affrontements idéologiques, et fréquemment caractérisés par le « régime de l’allusion et de la simulation » (Moirand 2004b) sont pris en compte. En effet énonciation et responsabilité sont étroitement associées « pour déterminer qui assume quoi » car « l’énonciateur n’est pas simplement une instance privilégiée d’expression de la subjectivité » mais « un point nodal des visées argumentatives des locuteurs » (Rabatel, 2005) Le « discours représenté » est intégrateur ; il se définit comme « mise en représentation d’espaces énonciatifs distincts et hiérarchisés par le locuteur citant » qu’il s’agisse de « locuteurs différents », de « points de vue distincts d’un seul locuteur », « d’un énonciateur à l’origine des points de vue sans être représenté dans le DR comme locuteur » (Rabatel 2004b : 92). Sans renoncer aux catégories bien balisées du discours rapporté, la description s’ouvre au foisonnement des marques linguistiques et rassemble avec cohérence des phénomènes indûment séparés. Le continuum instauré de la perception aux paroles en passant par les pensées permet d’insister sur la mixité foncière du « discours ».

10Dans le discours de la presse la fortune des formules, la circulation de « mots-arguments » qui cristallisent et révèlent les représentations, tendent à s’imposer comme des évidences ambiguës. La catégorie de la mémoire interdiscursive (Moirand 2004a et b), processus en devenir, toujours en construction-déconstruction (faisant droit à la réception à lacunes et échos du discours médiatique) aide à penser cette dynamique sociale. Elle relève à la fois d’un dialogisme interdiscursif et interactionnel. Interdiscursif car même si l’origine d’un mot ou d’une séquence est identifiable sa reprise participe à une série dont toutes les occurrences ne sont pas connues. Interactionnel car elle prend en compte l’anticipation, la réaction attendue que le discours peut absorber et simuler à travers une figure d’énonciateur. Enfin l’ouverture se fait aux confins du verbal et de la « mémoire des dires » vers une « mémoire-savoir » des « images et des savoirs partagés » (Moirand, 2004a).

11La représentation du discours et les mises en scène auxquelles elle donne lieu à travers la configuration des PDV énonciatifs et des positions argumentatives antagonistes sont déterminantes pour un corpus relevant de la catégorie de l’« événement commenté » (Charaudeau). Le métaterme amalgame et le « trajet discursif » d’une reprise citationnelle emblématique (croisade) seront les indicateurs interrogés ici.

2. L’amalgame pris au mot

12L’amalgame, procédé logico-rhétorique, coup de force discursif et analogie fallacieuse a une portée pragmatique de disqualification, soulignée par tous les auteurs. Pour Angenot (cité par Doury, 2003 : 18), il « repos[e] sur le mouvement contraire de la dissociation notionnelle : il consiste à rassembler sous un vocable synthétique un mélange de personnes ou de choses perçues d’abord comme de natures différentes. » Oléron (cité par Doury ibid.) considère qu’il s’appuie sur les aspects affectifs plus que sur des liens rationnels. R. Koren lui assigne un fonctionnement proportionnel rigoureux « il y a amalgame dès lors qu’une analogie fait fi des différences distinguant le phore du thème au point de poser un rapport d’équivalence entre eux : de A est à B ce que C est à D, on passe à A, c’est C » (Koren, citée par Doury ibid. : 17). Mais l’amalgame est également un méta-terme qui participe à la contre-argumentation. Dans le sillage de M. Doury qui privilégie dans l’argumentation « l’articulation du discours et du contre-discours » (ibid. : 13), nous nous intéressons ici à l’amalgame comme « catégorie d’analyse qui entre dans les procédés de construction de l’image de l’adversaire » (ibid. : 19). Cela suppose de considérer les énoncés où figure l’entrée lexicale amalgame.

13Le terme amalgame s’accompagne le plus souvent d’une expansion qui décrit son contenu et les éléments qu’il associe. Une majorité des occurrences d’amalgame se trouve dans des contextes descriptifs où la position d’un « tiers-parlant » (Peytard, 1992), d’un locuteur second, est indiqué (du type Chirac met en garde contre…/la communauté musulmane s’inquiète de …), sans engagement énonciatif du locuteur primaire. Nous avons retenu quatre articles du Figaro où figure au moins une occurrence d’amalgame et où l’énonciation fortement subjectivisée s’accompagne d’une position directement assumée par les auteurs14. Ces articles s’inscrivent également dans la perspective dialogique large d’un échange évoqué explicitement ou implicitement, d’une confrontation de points de vue.

14La condamnation ou la réfutation de l’amalgame passe par la hiérarchisation énonciative de positions dont la notion d’énonciateur permet de rendre compte. La mise en mots des PDV adverses et des PDV compatibles avec celui que le locuteur défend répond à une visée argumentative. Représenter un contre-discours pour le discréditer procède d’une posture de surénonciation caractéristique de la polémique.

15Mais comme on va le voir le simulacre énonciatif ne comporte pas qu’une cible ; la configuration, plus complexe, permet l’affirmation d’une prise de position en dessinant les contours d’une communauté de pensée et d’action. Les énonciateurs ne sont pas en effet tous sur le même plan ; des options antagonistes apparaissent nettement mais il y a aussi une relation de compatibilité entre les énonciateurs de PDV apparentés ou conciliables par rapport auquel le locuteur détermine son choix. D’autre part ces énonciateurs se voient situés dans un rapport de forces qui est aussi un rapport d’interlocution potentielle : si des discours ennemi et allié sont posés aux marges, l’adversaire peut redevenir l’interlocuteur possible. C’est un des enjeux de l’argumentation.

16L’amalgame est toujours mis hors la loi, et de ce fait, il a une fonction de discrimination dont le locuteur se sert pour adosser son discours. Très schématiquement deux articles (Clos et Del Valle) mettent fortement en cause des aspects de l’Islam en se défendant de pratiquer l’amalgame, tandis que deux autres (El Sayed et Mezri) mettent en cause l’amalgame en défendant un Islam défini comme religion et soigneusement distingué du politique. L’article de El Sayed15 fait explicitement référence à la chronique de Clos.

(1) Le terrorisme international vient de gagner une indiscutable bataille dans sa guerre contre le "Grand Satan", la première puissance militaire et économique du monde. Le président George W. Bush annonce des représailles contre les auteurs de ces attentats monstrueux et ceux qui leur portent assistance. Il est heureux que l’Union européenne, l’Otan et le président de la République française lui apportent leur appui. […] Oui, il s’agit bien d’une guerre. Et pas seulement contre les Etats-Unis. C’est tout l’Occident démocratique qui est menacé, au nom d’une religion conquérante, acharnée à imposer un système de valeurs incompatibles avec les nôtres. Dans cette guerre, les Occidentaux ont le devoir moral et l’obligation pratique, s’ils veulent survivre, de choisir leur camp. L’heure n’est plus aux pleurnicheries pseudo humanistes sur les droits de l’homme. Commençons par nous occuper du droit à la vie des hommes de notre civilisation.

[…] Faut il condamner l’Islam ?

Des voix s’élèvent un peu partout, y compris en France, pour condamner par avance une "attitude manichéenne" qui condamnerait en bloc l’Islam. Le terrorisme islamiste ne serait, selon ces voix, qu’une déviation ne concernant qu’une petite minorité de musulmans, ne justifiant en rien une réaction militaire brutale. On répondra que le manichéisme peut certes conduire à des excès et des injustices. Mais comment ignorer que les criminels qui ont frappé le cœur des Etats-Unis, ceux qui égorgent en Algérie ou qui oppriment les femmes en Afghanistan, le font au nom d’Allah ? Souvenez-vous des paroles de cet imam, en France : "La loi d‘Allah l’emporte sur la loi française". […] On compte environ 5 millions de musulmans en France. Il est hors de question de faire l’amalgame et de les tenir tous en suspicion, mais on ne peut ignorer qu’une partie de cette population, encouragée et manipulée par certains mouvements religieux, vit dans la haine de la France. On ne peut exclure la possibilité d’un recrutement de réseaux terroristes organisés. […] La France n’est pas à l’abri d’un drame comparable à celui qui a ensanglanté les Etats-Unis. On peut évidemment se rassurer par des discours angélistes. (FIG 14/09/01 Max Clos Questions sur le terrorisme).

17Clos, locuteur primaire (L1) en posture d’analyste, s’appuie sur un locuteur second (l2) pluriel : les responsables politiques (Bush, Otan, Président de la république, Union européenne) dont les propos sont présentés comme convergents. Les tournures assertives impersonnelles (il est heureux, il est hors de question de), le on inclusif ( on ne peut ignorer ) et les adresses directes (impératif) et indirectes (question rhétorique) affirment un énonciateur collectif solidaire (E1), défenseur de l’ Occident démocratique qui préfère assumer les risques du manichéisme plutôt que le leurre de l’angélisme face à un énonciateur ennemi (e2) ; celui-ci accède transitoirement au statut de locuteur second à travers la modalisation autonymique (les USA Grand Satan ) ou l’échantillon de discours direct (les paroles de l’imam). L’énonciateur discrédité (e3) à travers une isotopie lexicale de la faiblesse (pleurnicherie, angéliste) est un collectif de voix qui s’élèvent et dont le discours est mis à distance par le conditionnel journalistique et les guillemets de l’îlot textuel. C’est cet énonciateur avec lequel le locuteur primaire est en concurrence face à l’auditoire de l’article (les Français soucieux de valeurs et de sécurité) et en interlocution potentielle puisqu’il convient de lui répondre. Et c’est à cet énonciateur-là qu’une concession est faite condamnant l’amalgame (hors de question de faire), mais en cantonnant celui-ci à une position (e 4) si extrême (les tenir tous en suspicion ce qui supposerait que tous les musulmans en France sont terroristes) que cela en exonère beaucoup d’autres, et permet de répondre par l’affirmative à la question titre.

18C’est d’une autre manière que Del Valle procède à une dénégation d’amalgame :

(2) Depuis le 11 septembre 2001, observateurs et analystes n’ont jamais autant parlé d’"islamisme" et même d’Islam, les différents commentaires souvent hâtifs et superficiels oscillant entre l’islamophobie et l’autre face du Janus de l’ignorance que constitue l’"islamiquement correct", en vertu de quoi les récurrents attentats islamistes sont toujours des occasions, sous prétexte de dénoncer l’amalgame, de vanter les qualités intrinsèques du Coran, "texte de paix", et de l’Islam "religion d’amour". Essayons d’y voir un peu plus clair.

A la différence du fondamentalisme protestant et de l’intégrisme catholique, l’islamisme (el-islamiyya) est caractérisé par sa triple dimension théocratique, conquérante et violente, ce qui en fait plus une idéologie de type totalitaire qu’un simple intégrisme religieux. […] Certes, l’Islam n’est pas l’islamisme, et les musulmans en sont les premières victimes. Mais les origines profondes du fascisme islamiste résident dans les fondements mêmes de l’orthodoxie islamique, enseignée dans les grandes universités musulmanes du monde entier et demeurée immuable depuis le XIe siècle, le Coran et les haddith, sources de la charia, proclamant explicitement la guerre sainte. Car le djihad constitue l’un des moyens d’expansion naturels de l’Islam, Mahomet ayant lui-même participé à près de 80 combats et prélevé les butins de guerre sur les "infidèles".

Les causes profondes de l’échec du réformisme musulman, et donc de la résurgence islamiste, sont à rechercher dans le caractère indiscutable des textes sacrés musulmans et dans le refus, typiquement islamique, de toute innovation (bidaà) théologique. […] (FIG 25/09/01 Alexandre Del Valle Les bases du terrorisme)

19Campant en « super-expert » à la didacticité affirmée, en taxant les autres experts (l2) d’incompétence L1 promeut au début de l’article un PDV (E1) qui renverrait dos à dos islamophobie (e2) et complaisance de l’ islamiquement correct (e3). Mais seule cette seconde position est attaquée par la démonstration polémique que l’orthodoxie de l’Islam et son immobilisme rendent impossible toute réforme (e4) et qu’une religion dont le prophète les textes et l’histoire prêchent la violence ne saurait s’amender (des citations du Coran − locuteur second − sont plus loin produites à l’appui16). Que resterait-il à l’islamophobe pour surenchérir ? Il convient de préciser que l’orientation idéologique de ces articles, l’un se voulant pragmatique, l’autre s’affichant érudit est très minoritaire même dans Le Figaro.

20 Le dialogisme interlocutif se manifeste avec l’article de El Sayed :

(3) Dans son édition du 14 septembre, Le Figaro, sous la plume de Max Clos, posait la question : Faut-il condamner l’Islam ? Et, sans hésiter, il semblait y apporter une réponse positive. Après l’horrible carnage perpétré à Manhattan et à Washington, cette condamnation est caractéristique d’une réaction viscérale à travers le monde. Partout l’Islam et les musulmans ont été la cible des médias, désignés à la vindicte publique comme les terroristes, les fauteurs de trouble, les ennemis de l’Occident, les fossoyeurs de la civilisation. Dans les rues de Paris, l’Arabe, le musulman est agressé verbalement ; nos ambassades, nos entreprises présentes en France reçoivent des appels injurieux et menaçants... Dans les esprits, la perception d’une menace générale des hordes musulmanes est bien ancrée. Pourtant, ceux qui ne se contentent pas de perceptions erronées ou d’une approche superficielle comprennent parfaitement que ce n’est pas l’Islam qui a attaqué perfidement la super puissance américaine, mais une perversion de l’Islam. Et celle-ci est plus un mouvement politique qui se cache derrière l’Islam et qui brandit l’étendard d’Allah qu’une religion. Cet attentat barbare, l’Islam et les musulmans les rejettent sans équivoque. Les Etats musulmans tous, a une exception près, l’ont condamné publiquement et fermement. […] L’amalgame, facile à faire et souvent commode, est une des idées reçues que l’Occident se plaît à colporter dans un réflexe qui trouve ses racines dans l’ère des croisades et l’incompréhension de l’autre. En réalité, l’Islam est innocent des accusations des uns aussi bien que des dérives des autres. [...] Pour ma part, moi, musulman, croyant, je tiens à dire que mon Islam n’a rien à faire avec ceux qui tuent, qui assassinent ou qui jettent des bombes... Mon Islam est fait de compassion et non pas de cruauté. Mon Dieu est miséricorde et non pas haine. Je lis le Coran et je n’y trouve nulle invitation à tuer mon prochain. Je suis comme des millions et des millions de musulmans, croyant et non pas fanatique. Ma religion respecte toutes les religions et ne recherche pas la confrontation. Rien n’est plus injuste et erroné que de faire l’amalgame entre des terroristes, musulmans et l’islam ou l’ensemble des musulmans… Il ne faut pas juger l’Islam sur le comportement de quelques-uns, dévoyés, illuminés. […] Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, et tous les terroristes ne sont pas musulmans… loin de là ; en plus, l’Islam n’est en aucune façon engagé dans un conflit de civilisation, ou un clash culturel avec l’Occident, avec lequel il partage nombre de valeurs morales et d’idéaux. S’il y a eu confrontation au XXe siècle, il s'agissait d’une confrontation politique, ni culturelle, ni religieuse, qui découlait du désir légitime des nations musulmanes de sortir d’une longue domination occidentale ; cela fut un combat contre le colonialisme et non pas contre la civilisation du colonisateur, un combat pour la liberté et l’indépendance, le même que mène aujourd’hui le peuple palestinien. […] (FIG 20/09/01 Aly Maher El Sayed Une foi injustement critiquée).

21El Sayed (L1) s’attache à partir de la mention non développée de la chronique de Clos à caractériser l’amalgame, à en décrire l’origine (réaction viscérale, idées reçues de l’Occident) et à prêter à un énonciateur simulacre partiellement assimilable aux médias (e2) le fantasme de la menace générale des hordes musulmanes et les désignations péjoratives et outrancières comme ennemis de l’Occident, fossoyeurs de la civilisation. Le point de vue auquel souscrit le locuteur se précise par étapes dans l’article et relève à la fois d’un Nous universalisable et particularisé comme musulmans, égyptiens (El Sayed est ambassadeur d’Egypte à Paris à l’époque) ; c’est celui d’un énonciateur collectif raisonnable (E1) dont la réflexion nuancée (ceux qui comprennent que) différencie religion et mouvement politique pervertissant l’Islam ; celui d’une analyse historique qui n’assimile pas à un clash culturel les confrontations politiques (colonialisme, combat du peuple palestinien) ; c’est aussi celui d’un énonciateur collectif (Cet attentat barbare l’Islam et les musulmans les rejettent sans équivoque) (E1 bis) et individuel (E1 ter) dont l’identité arabe et musulmane constitue un argument contre l’amalgame étant donné la teneur du PDV. Le locuteur s’appuie sur deux locuteurs seconds : les Etats musulmans qui ont tous condamné l’attentat (l2) à une exception près et lui-même intervenant comme sujet déictique dans une déclaration solennelle, un auto-discours rapporté (pour ma part etc.).

22Mezri distingue un amalgame contre lequel il s’insurge et un autre qu’il récuse en tant que tel :

(4) Stupeur, affliction, indignation, désir de vengeance, amalgames, haine inextinguible ce sont là des sentiments humains, trop humains. Dans ce genre de situation tragique, ce qui est le plus à redouter, c’est le réductionnisme et le confusionnisme. Il est vrai que des voix sages se sont élevées pour dire : attention, pas d’amalgames, l’Islam ce n’est pas l’islamisme. Encore faut-il pousser, au-delà des distinctions sémantiques, cet antagonisme profond et irréductible, pas seulement entre l’Islam et son dérivé politico-idéologique, l’islamisme, mais aussi entre religion et sectes, foi spirituelle et fureur extrémiste, écrasante majorité de musulmans pacifistes et infime minorité d’ intégristes bellicistes, religion transcendantale et "religion séculière" […]. Mieux, il faut bannir du lexique scientifique et journalistique la notion même d’islamisme.

D’autres voix, pas seulement arabes mais également occidentales, vont sans doute s’élever pour dénoncer un autre genre d’amalgame, la confusion (qui n’en est pas une) entre les "Islamistes modérés" et les "Islamistes extrémistes", entre les "bons" et les "méchants" intégristes, entre les intégristes aseptisés et les intégristes intégraux, entre les démocrates et les théocrates, distinctions fallacieuses et d’autant plus pernicieuses qu’elles introduisent, au sein d’une doctrine qui est par définition même résolument théocratique et irrémédiablement totalitaire, des catégories qui n'ont pas lieu d’être. […] Qu’il s’agisse des talibans en Afghanistan ou du Fis en Algérie, de la Nahda en Tunisie ou des Frères musulmans en Egypte, l’idéologie théocratique et messianique est partout la même : réaliser ici et maintenant des régimes copiés sur le modèle de la cité vertueuse fondée par le prophète de l’Islam, à Médine, il y a de cela 15 siècles. L’internationale intégriste n’est donc pas une vue de l’esprit, mais une réalité bien tangible. Le dogme fondateur de cette idéologie moderne […] est le même : en Islam, et contrairement au christianisme, le temporel et le spirituel sont indissociablement liés. […] ce dogme est devenu un lieu commun des sciences islamologiques en France […] (FIG 3/10/01 Haddad Mezri Le virus théocratique)

23_Mezri (L1) se présente en qualité d’expert (universitaire) mais sans dissimuler ses orientations politiques17. Il attribue l’amalgame à un énonciateur (e2) dominé par des sentiments humains trop humains dont il se démarque. Il se range du côté des voix sages (E1bis) dont le discours est synthétisé sous une forme directe (l2) L’Islam ce n’est pas l’Islamisme et affirme lui aussi nettement, citations des textes sacrés à l’appui, la nature pacifique de l’Islam et sa potentialité laïque. Mais ce partage des énonciateurs n’est qu’un préambule car la cible du locuteur est double voire triple ; il cherche à montrer la collusion entre une thèse obscurantiste, celle de l’idéologie théocratique et messianique caractéristique de l’islamisme quel qu’il soit (e3), et celle d’une hypothèse savante erronée des islamologues en vogue, qui insistent sur la corrélation politique-religieux (e4) et enfin ceux qui (d’autres voix) parce qu’ils reconnaissent le bien-fondé d’une telle corrélation établissent un distinguo entre les islamismes et entretiennent l’illusion d’un islamisme modéré (e5 proche de e3). Le PDV du locuteur l’amène à se désolidariser de ceux qui voient un amalgame dans la condamnation globale de l’Islamisme à laquelle pour sa part E1 souscrit. Ce PDV implique également de se désolidariser des « islamologues » qui présentent comme inhérente à l’Islam le temporel et le spirituel indissociablement liés (e3-e4 mais pas e 5) en exemptant les autres monothéismes.

24La démultiplication polyphonique intervient ici dans une énonciation subjectivisée à visée polémique qui parle au nom ou au sein d’un collectif ; les traces formelles (on de Clos, moi musulman de El Sayed) doivent être interprétées par rapport à un ensemble discursif et non pour leur seule valeur grammaticale cotextuelle. La déliaison locuteur/énonciateur se combine à différents régimes de discours rapporté affleurant sur le mode du fragment et du simulacre.

25Les articles qui prennent nettement position n’utilisent pas forcément le terme d’amalgame. Les articles choisis ici ne sont donc pas représentatifs mais ils sont révélateurs : l’occurrence lexicale amalgame amène le locuteur qui l’emploie à figurer de micro et/ou pseudo discours et à travers la scénographie argumentative à affirmer son engagement. La stratification polyphonique participe aux mouvements argumentatifs.

3. Croisade(s), un « mot argument »

26Un autre régime du discours représenté intervient avec les discours de G. Bush dans la presse. Nombreux entre le 11 et le 20 septembre (adresse à la nation, discours au congrès, conférences de presse18), ils répondent à l’événement et font événement à leur tour. Dans les quotidiens, allocutions officielles et décisions qu’elles annoncent suscitent l’adhésion, les critiques, les réactions, constituent un point de repère par rapport auquel les auteurs des articles prennent position. Certaines formulations surtout sont relayées par les médias et focalisent les commentaires

27Le terme de croisade a une fortune particulière19 ; avec quelques autres mots-clés qui vont souvent lui être associés dans une même séquence il constitue un pivot des « dires antagonistes, qui fonctionnent comme des arguments » (Moirand, 2004a). L’écriture de presse aime à mettre en exergue petites phrases et formulations frappantes (Koren, 1996). Mais la migration et les métamorphoses des syntagmes qui constituent la mémoire interdiscursive sont caractéristiques du discours médiatique.

28Si la presse reprend et exhibe ce terme c’est pour les meilleurs et les pires raisons :

29- il synthétise des analyses antérieures sur le retour du religieux en général, sur les références religieuses spécifiques du discours politique américain, sur la prétention des USA à défendre des causes transcendant leurs intérêts, sur l’annonce du choc des civilisations ;

30- il permet une scénarisation de la situation (camper les personnages dans des rôles connus, suggérer des affrontements globaux) et conforte les grilles de lecture pré-construites (le discours attendu de tel organe, de tel courant politique) ;

31- il se prête au débat d’idées et rend plus lisible les positions des uns et des autres.

32L’emploi dominant actuel du mot selon le TLF désigne « une campagne visant à soulever l’opinion » en faveur d’une grande cause. Mais son acception originelle (« l’expédition entreprise au Moyen-Age par les chrétiens d’Europe pour délivrer la Terre Sainte de l’occupation musulmane ») n’a pas disparu et interfère évidemment avec la première. Alors que les références historiques délibérées (à Pearl Harbour et aux kamikazes notamment), à valeur explicative et/ou argumentative, abondent dans les réactions et commentaires, croisade suscite comme par inadvertance un imaginaire historique et vient polariser représentations et positions. L’instabilité sémantique est aussi une instabilité argumentative du terme que Ben Laden s’empresse d’ailleurs de reprendre. Croisade gravite donc dans les discours de toute orientation mais permet aux positions de s’identifier.

33Le terme s’autonomise par rapport à son contexte d’origine, et paradoxalement il emblématise le discours du président américain et de ceux qui s’alignent sur sa politique. En effet dans les interventions de Bush du mois de septembre, le mot croisade est prononcé lors d’un échange avec des journalistes, et suivi d’une correction ou d’un ajout quasi-synonymique20 : war, la guerre. On hésite entre le lapsus révélateur et l’amplification délibérée.

34Les allocutions suivantes non seulement ne reprennent pas le terme mais l’occultent et s’attachent à rassurer la communauté musulmane, à lui donner des gages symboliques de non-hostilité. Le mot que Bush va en revanche répéter avec insistance et qui sera repris également dans la presse est précisément celui de « guerre ». Les deux mots sont apparentés dans un complexe idéologique qu’on se risque à reformuler ainsi : la guerre contre le terrorisme est une croisade contre le mal et pour la défense des valeurs de la civilisation.

35Le terme de croisade est concédé ou reproché à Bush selon les cas mais s’il paraît propre à représenter significativement son discours, c’est moins parce qu’il est interprété comme manifestation d’un refoulé anti-arabe ou comme allusion historique que parce qu’il fait système avec le plan transcendantal sur lequel veut se placer Bush et avec le manichéisme (entre évangélisme et western) généralement relevé dans ses propos. C’est aussi peut-être parce qu’il participe à une projection des peurs en cristallisant l’inquiétude. Sa diffusion même ne donne-t-elle pas crédit aux stéréotypes réducteurs, aux pires scénarios de troisième (ou quatrième ?21) guerre mondiale ? Mais en incriminant ainsi une responsabilité collective de la presse, on ne différencie pas assez les discours et on se place sur un plan qui échappe à l’analyse énonciative proprement dite.

36On s’intéressera donc plus précisément à l’incidence des propriétés linguistiques de la « monstration » (Authier) du mot de l’autre22 sur l’orientation argumentative.

37Le terme de croisade peut être employé sans être signalé comme littéral et sans aucun commentaire dans une séquence explicitement attribuée mais relevant du discours indirect reformulant. L’acception religieuse paraît en ce cas neutralisée :

(5) George Bush prépare l’opinion à une guerre qui s’étendra sur des années. Le président américain a appelé tous ceux qui portent l’uniforme à se tenir prêts pour une longue croisade contre le terrorisme. Le Congrès va se prononcer cette semaine sur un renforcement de l’arsenal législatif (MDE 18/09/01, Jarreau)

38Mais plus fréquemment le terme croisade est mis en valeur et apparaît en tant qu’îlot textuel à valeur de modalisation autonymique, au sein d’un discours narrativisé avec des métatermes qui signalent l’emprunt (mot, formule, lapsus) et des appréciations généralement critiques :

(6) Sous le coup de l’émotion, George.W. Bush a peut-être eu tort de laisser craindre le retour d’une guerre de religion en parlant de "Croisade" et de lutte du bien contre le mal. Mais il a touché juste, en confortant l’idée, véhiculée sur toutes les antennes, qu’on ne peut prendre le parti des agresseurs sans se ranger du côté du fanatisme contre la raison (FIG 19/09/01 Slama)

39La critique peut caractériser le discours sans mentionner ce terme. On peut déduire du fait de la proximité avec le thème de l’Islam que le jugement caractérisant englobe dans sa reformulation le thème-terme de croisade :

(7) […] plutôt que des propos de matamores et des imprécations bibliques sur la victoire du bien sur le mal, on préférerait voir M. Bush montrer une sérénité et une intelligence des situations plus rassurantes. Il a fait un premier pas vers la sagesse en atténuant ses propos sur l’Islam et en visitant une Mosquée. Mais, contrairement à ce que dit M. Bush, le terrorisme tout comme l’Islam a mille visages. (FIG 25/09/01, Rouart)

40La critique peut combiner mention littérale et mise en scène polémique d’un énonciateur :

(8)[…] La doctrine militaire américaine officielle de la "guerre asymétrique" s’inscrit dans cette logique où le droit international est dissous dans la morale du plus fort, où la guerre n’est plus vraiment la guerre, mais une croisade (ce lapsus non plus n’était pas gratuit23) séculière de la civilisation contre la barbarie, une simple descente de police internationale pour châtier des délinquants. C’est pourquoi les gouvernements engagés dans ces opérations punitives se dispensent désormais de débats et de votes parlementaires : pas de guerre, pas de déclaration de guerre, pas de crimes de guerre ! Ni vu ni connu ! [.. .] (MDE 22/11/01 Saïd Pelletier)

41Le mot suivi d’un commentaire en incise constitue une bascule ironique. A partir du moment ou intervient le terme croisade le point de vue cynique d’un énonciateur cautionnant par de « grands mots » son mépris du droit se fait jour. On retrouve dans la seconde phrase un partage binaire dont la charnière est cette fois les deux points (à l’explication succède l’énumération négative et l’exclamation qui renvoie à la satisfaction de qui accomplit un forfait en escomptant l’impunité).

42Dans un article favorable à l’intervention en Afghanistan, le mot croisade est le pivot du PDV présenté comme erroné :

(9) A ceux qui doutaient encore, à ceux qui, contre l’évidence, continuaient de voir Bush en apôtre d’une croisade qui ne serait que le visage inversé du djihad, voici la dernière preuve : l’Amérique volant, pour la troisième fois en sept ans, au secours d’un peuple musulman et soutenant, de fait, sa guerre de libération [Afghanistan]. (MDE 12/11/01, B H. Lévy)

43Plusieurs articles mettent en regard croisade et djihad :

(10) Croisade et djihad : les deux imaginaires historiques et symboliques qui ont le plus puissamment modelé les civilisations chrétienne et musulmane sont à nouveau convoqués. D’un côté, les fondamentalistes talibans cherchent, dans leurs textes sacrés et l’évocation d’un Islam tour à tour puissant et humilié, une justification de la "guerre sainte" qu’ils disent vouloir mener contre la puissance américaine, archétype d’une civilisation moderne, immorale et dévoyée. De l’autre côté, à la tête d’une nation qui place Dieu comme référence ultime de toutes ses décisions, le président Bush a trouvé dans le concept de "croisade", du moins dans les premiers jours après les attentats, une justification éthico-religieuse à une vengeance qui ne pourrait s’affranchir que dans le fracas des armes. (MDE, 2/10/01 Tincq)

44Ici, les points de vue qui promeuvent ces grilles belliqueuses d’appréhension du monde sont mis à distance par la modalisation autonymique, la reprise lexicale de « justification » et le parallèle « chercher/trouver ».

45Un type d’ironie caractéristique de Libération intègre le terme sans indication d’origine, sans commentaire explicite ni contre-discours, le persiflage semblant se suffire à lui-même24 :

(11) Tony Blair se prend-il pour George Bush Jr ? […]. Tout à la fois chef de guerre, procureur, diplomate, il se comporte comme le véritable patron de la croisade antiterroriste. […] tous s’accordent pour dire que Tony Blair excelle dans le rôle de chef de guerre. Timoré en temps de paix, obsédé par les sondages et la réaction des médias, il fait montre d’audace et de détermination au son du canon. (LIB 5/10/01 Boltanski)

46Souvent plusieurs expressions parmi les plus citées semblent fusionner et redistribuer sur les différents termes constitutifs des syntagmes les connotations religieuses plutôt que de la limiter au seul croisade  

(12) Certains commentateurs, américains et européens, ont rapidement enfourché le thème du "choc des Civilisations" et de la croisade du bien contre le mal. Il faut prendre garde aux prophéties auto réalisatrices. (FIG 18/09/01 Montbrial).

47Le référent historique n’est convoqué avec précision que dans le cas de l’emploi au pluriel (les croisades), d’un syntagme développé (la énième croisade) et généralement dans un contexte plus didactique que polémique même si l’article de S. Denis (15) fournit un contre-exemple et peut-être l’unique cas relevé dans le corpus du terme assumé dans la surenchère provocatrice :

(13) En parlant de la division du monde en deux camps, celui de ceux qui ont la foi et sont sans hypocrisie, et celui des mécréants, Ben Laden reprend exactement la dichotomie de Bush entre le Bien et le Mal, souligne Diaa Rashwan, politologue au Caire. La référence, c’est le temps des croisades. Tout cela est très médiéval (LIB 09/10, Ayad, Semo)

(14) La kalachnikov remplace le glaive mais, pour le reste, l’imagerie le campe bien dans le rôle de Saladin, le héros légendaire du monde arabe qui vainquit les croisés, leur reprit Jérusalem et provoqua la troisième croisade […]. A voir les photomontages qui le représentent [Ben Laden] campant avec complaisance dans le rôle du paladin musulman, on découvre qu’il est loin d’être insensible à cette comparaison, pourtant outrée. (LIB 16/09/01 Ayad, Perrin)

 (15) Depuis que le président Bush a utilisé le mot, on dit beaucoup de mal des croisades. […] A cette époque l’Occident avait un sens. [ …] Nous avons oublié l’Occident, comme nous avons appris à rougir des croisades. Pourtant un peu de fierté ne nous ferait pas de mal. A force de démolir tout ce que nous avons été, de pleurer là-dessus et de nous excuser du reste, je ne pense pas que nos ennemis aient très peur de nous. Quand on leur parle des Occidentaux, ils voient tout de suite de gros moyens matériels et pas mal de bêtise. Il ne manquerait plus que de leur demander pardon pour les croisades. D’ailleurs je n’ai jamais entendu un Arabe s’excuser d’être allé jusqu’à Poitiers. (FIG 25/09/01 Denis)

48L’îlot textuel apparaît comme la forme dominante ; cette modalisation autonymique suppose une prise de distance assortie de différents types de caractérisation ou accompagnée de cotextes en conflit notamment par la mise en place d’énonciateurs discrédités.

49Le mot croisade montré, commenté, raillé, réhabilité permet de se situer et souvent d’incriminer l’adversaire sans que soient contrôlés par aucun locuteur isolé les effets de sa diffusion. Un paquet de termes gravitent autour de croisade avec une disponibilité associative que modulent les orientations argumentatives et les parcours interprétatifs. Avatar de guerre, doublet de djihad, croisade sollicite et élabore à l’épreuve de l’actualité une réinterprétation de l’histoire

50Le terme de croisade, conservé dans sa littéralité, occurrence échappée du discours de Bush, pris dans le « fil horizontal » de celui-ci, est une sorte d’attracteur autour duquel s’organise de façon privilégiée le tissage de plusieurs « fils verticaux » (Moirand, 2004b) d’une mémoire interdiscursive émergente qui touche à la mémoire historique tout court.

4. Conclusion

51Les deux angles retenus ici associent analyse énonciative et lexicale pour déceler l’inscription argumentative des locuteurs, gage de leur prise de responsabilité et participation à une constitution progressive des camps en présence25, La représentation et le commentaire du discours autre suscitent l’évaluation26 et les désignations engagent les locuteurs dans le flux de l’islamalgame ou à rebours de celui-ci.

52Mais en changeant d’échelle et de temporalité, un autre mouvement au long cours que ce travail n’aborde pas mais sur lequel nous voudrions conclure, caractérise le flux du discours médiatique qui charrie des dénominations concurrentes et qui fait, comme le remarque S. Moirand ici même, plus interagir des discours que des interlocuteurs. Les représentations s’imposent et s’uniformisent alors même que la responsabilité individuelle paraît se diluer.

53Si dans nos exemples nous avons privilégié les énoncés explicitement assumés on perçoit cependant comment la dynamique des mots-arguments dans la presse - dont amalgame et croisade sont des cas typiques - construit du débat, mais aussi de la doxa en devenir. Ils permettent de tracer une ligne de partage, de circonscrire une aire d’affrontement idéologique tout en représentant synthétiquement ou littéralement un discours autre avec des variations scénographiques significatives et des indicateurs linguistiques repérables27 : parler d’amalgame suppose une mise en accusation des associations abusives, reprendre à son compte le mot croisade suppose de souscrire plus ou moins à la thèse du choc des civilisations. Ils enclenchent ou évoquent des scénarios argumentatifs potentiels (stock de topoï et galerie d’énonciateurs). Ils permettent en ce sens d’affirmer ou de révéler des positions, de clarifier le débat.

54Mais dans le même temps, paradoxalement, l’effet de passage lexical obligé sans forcément de revendication énonciative induit une stéréotypie verbale qui tend à l’indifférenciation. Ces dénominations attendues condensent allusivement des valeurs historiques, étymologiques, liées aux contextes originels ou seconds d’apparition et jouissent d’un bénéfice de connivence, apparaissant comme des opérateurs d’intelligibilité. Cela les conduit à accréditer des schèmes associatifs, à simplifier et naturaliser les représentations dominantes. La diffusion de croisade ne correspond que très minoritairement à une adhésion, le terme est tenu à distance mais c’est cependant l’univers discursif de la guerre qui domine dans la presse.

55A ce niveau diffus de responsabilité du discours médiatique, terreau des amalgames, doit répondre l’impératif de vigilance et d’activité critique auquel S. Moirand invite scripteurs, locuteurs et lecteurs.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER- REVUZ J. [2004] « La représentation du discours autre : un champ multiplement hétérogène » in Lopez Munoz J.M., Marnette S. & Rosier L. (éd.) Le discours rapporté dans tous ses états, L’Harmattan, 35-53.

BRES J. & VERINE B. [2003] « Le bruissement des voix dans le discours : dialogisme et discours rapporté », Faits de langues 19, 159- 169 in Rosier L. (éd.) Le discours rapporté, Faits de langues n°19

CHARAUDEAU P. [2002 ] « La vérité prise au piège de l’émotion » in A chacun son 11 septembre sous la direction de Dayan D. Dossiers de l’INA n° 104, 31-34.

CHARAUDEAU P. [1997], Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social. Nathan-INA,

DOURY M. [2003] « L’évaluation des arguments dans les discours ordinaires : le cas de l’accusation d’amalgame » Langage et Société n° 105, MSH, 9-37.

KRIEG-PLANQUE A. [2000] Emergence et emplois de la formule purification ethnique dans la presse française (1980-1984). Une analyse de discours, Thèse de doctorat, Université Paris 13.

KOREN R., 1996, Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, L’Harmattan.

LITS M. [2004] Du 11 septembre à la riposte. Les débuts d’une nouvelle guerre médiatique Ina De Boeck

MOUILLAUD M. et TÉTU J.-F. [1989], Le journal quotidien, Presses universitaires de Lyon, Lyon.

 Moirand S. [2004a] « L’impossible clôture des corpus médiatiques », TRANEL 40, 71-92.

Moirand S. [2004b] « La circulation interdiscursive comme lieu de construction de domaines de mémoire par les médias », in Lopez Munoz J.M. Marnette S. & Rosier L. (éd.) Le discours rapporté dans tous ses états 374-385.

PERRIN L. [2004] « Polyphonie et autres formes d’hétérogénéité énonciative » in Pratiques n° 123-124, CRESEF, Metz, 7-26.

PEYTARD J. [1992] Syntagmes 4 « De l’évaluation et de l’altération des discours », Les Belles-Lettres.

RABATEL A. [2004a] « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages, n° 156, 3-17.

RABATEL A. [2004b] « Les verbes de perception, entre point de vue représenté et discours représentés » in. LOPEZ MUNOZ J.M., MARNETTE S. & ROSIER L. (ed.) Le discours rapporté dans tous ses états, 81-93.

RABATEL A. [2005], « La part de l’énonciateur dans la construction interactionnelle des points de vue », Marges linguistiques 9, 115-136. http ://www.marges-linguistiques.com

RABATEL A. [2006] « La dialogisation au coeur du couple polyphonie/ dialogisme chez Bakhtine », Revue Romane n° 41, 55-80.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de la thèse de doctorat de S. Matar. La période considérée (3 mois) va des attentats à la mise en place du gouvernement provisoire en Afghanistan.
2 MDE FIG LIB pour les références de citation.
3 Ce mot–valise créé par le journaliste Daniel Mermet (France-Inter Là-bas si j’y suis) pour intituler une série d’émissions semble attesté depuis dans d’autres contextes. Sans préjuger de sa diffusion son origine qui, loin de prendre le phénomène à la légère, vise à dénoncer la naturalisation de cet infléchissement de l’opinion convient à notre propos.
4 Les deux termes ont été les mots clés pour la sélection des articles du corpus.
5 Selon la définition de A. Krieg (2000 : 8) « A un moment du débat public, une séquence verbale, formellement repérable et relativement stable […] se met à fonctionner […] comme une séquence conjointement partagée et problématique ».
6 Il est mis en relation avec des séries d’événements au gré des interprétations : guerre d’Irak, attentats de Londres et Madrid, voire émeutes des banlieues, affaire des caricatures ou procès Moussaoui …
7 « Les faits n’ont pas de vérité en soi, c’est de leur mise en scène dans un certain dispositif que surgit au regard de celui qui est pris dans ce même dispositif une vérité subjective qui tend à s’objectiver dans un mouvement de partage universel ». (Charaudeau 2002 : 34)
8 Avec l’appui de la statistique lexicale développée par J.-M. Viprey. Cf. ici même P. Schepens.
9 L’hésitation entre les deux adjectifs est révélatrice : islamique a le sens de musulman mais un autre dérivé d’Islam, islamiste désigne un courant politique radical voire violent. La proximité lexicale menace la délimitation des deux termes d’autant plus que islamique se trouve impliqué dans des syntagmes figés récents (tel que foulard ou voile islamique) et au débat correspondant dans l’opinion française. De son côté le terme de terrorisme tend à connaître une banalisation.
10 Bush défenseur de la civilisation, Ben Laden héros de l’Islam.
11 « Nous sommes tous Américains » écrit Colombani (MDE, 12/09) Gürsel objecte « Nous ne sommes pas tous Américains » (LIB 20/09). D’Ormesson réserve le « nous » aux Européens et le « vous » aux Américains dans sa lettre ouverte à leur président (FIG 15/09).
12 Celui-ci s’inscrit dans le champ de la métadiscursivité dominé par le principe de réflexivité ; l’hétérogénéité constitutive liée au clivage du sujet et aux non-coïncidences fonde la conception du langage humain ; seule l’hétérogénéité montrée, localisable à la surface du discours est susceptible de donner lieu à une analyse discursive solidement arrimée à des catégories en langue qui permettent de différencier monstration et reformulation d’une part, prédication et modalisation d’autre part.
13 Cf. Rabatel (2004 a et 2006). Le choix de l’un ou l’autre terme ne suffit pas à caractériser les approches. Perrin, (2004 : 12) préfère la notion de polyphonie à celle de dialogisme comme « plus ouverte »«moins contraignante », moins « tributaire d’une conception locutoire de l’énonciation » (dans laquelle s’inscrit selon lui Authier), et place les « analyses bakthiniennes » sur un plan plus heuristique que descriptif. A l’inverse Bres et Verine (2003 : 168), adoptent dialogisme comme terme englobant mais précisément selon eux parce que polyphonie suggérant originellement « la combinaison de voix égales et mélodiquement indépendantes » ne met pas en relief « la hiérarchisation des instances, explicite ou implicite ».
14 Les extraits présentés ici comportent tous l’incipit des articles.
15 Paru dans la rubrique analyses comme les deux suivants.
16 La valeur de cautionnement des citations est intéressante. Del Valle cite des théologiens progressistes, dans un autre article J.-P. Chevènement mais aussi Poutine (comme rempart, avec les Serbes, de l’Occident chrétien). Mezri cite le Coran mais aussi Saint-Paul dans une visée comparative.
17 Son opposition à l’islamisme l’amène à légitimer les régimes modérés en place notamment au Maghreb, y compris dans leur répression de l’islamisme (il cite Ben Ali dans un passage non reproduit de l’article).
18 De larges extraits, voire l’intégralité du discours au congrès du 20 septembre, sont repris dans les trois quotidiens.
19 L’emploi du mot par la presse préexiste à l’occurrence lexicale précise et unique chez Bush (à notre connaissance) du 16 septembre. Il renvoie à la coloration religieuse et morale que G. Bush cherche à donner à son discours politique ou peut-être à des allocutions antérieures au 11 septembre.
20G.W. Bush Remarks by the President Upon Arrival (The South Lawn) 16/09/01 [Répond à des questions en présence de son équipe] : We need to go back to work tomorrow and we will. But we need to be alert to the fact that these evil-doers still exist. We haven't seen this kind of barbarism in a long period of time. No one could have conceivably imagined suicide bombers burrowing into our society and then emerging all in the same day to fly their aircraft - fly U.S. aircraft into buildings full of innocent people - and show no remorse. This is a new kind of - a new kind of evil. And we understand. And the American people are beginning to understand. This crusade, this war on terrorism is going to take a while. And the American people must be patient. I'm going to be patient. (Nous soulignons).

Allocutions disponibles sur le site de la Maison Blanche (www.whitehouse.gov) et du Washington Post (www.washingtonpost.com).

21 Pour Baudrillard la 3e guerre mondiale a été la guerre froide (MDE 3/11/01).
22 Telles que nombre et localisation des occurrences au sein d’un même article (et d’un même journal) ; variations typographiques, morphologiques, syntaxiques ; variations énonciatives (typologie du discours rapporté ; indication ou non du locuteur d’origine ; mot isolé de son contexte d’origine et tendant à le synthétiser ou se rattachant à tels autres ensembles ou échantillons ; effacement ou engagement énonciatif ; appréciation explicite négative ou positive).
23 Les auteurs viennent de commenter le nom de l’opération Justice sans limites.
24 Dans la même veine ce titre du Monde le 25/10 La croisade de ‘Tony cœur de Lion’.
25 Merci à Marianne Doury de cet éclairage décisif.
26 Dans la lignée de Bakthine et Labov, J. Peytard (1992) insiste sur cette dimension évaluative, ainsi que S. Moirand dans nombre de travaux.
27 Les tournures concessives, les questions rhétoriques mettent sur la piste de la dénégation d’amalgame. L’entour typographique et lexical de croisade laisse attendre une prise en charge ou une mise à l’index.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soad Matar et Andrée Chauvin-Vileno, « Islamalgame, discours représenté et responsabilité énonciative », Semen [En ligne], 22 | 2006, mis en ligne le 01 mai 2007, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/2804

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page