Navigation – Plan du site

Médias et responsabilité : pour un point de vue bakhtinien

Philippe Schepens

Texte intégral

1. Quel cadre d’analyse : linguistique énonciative ou analyse de discours ?

1Le thème de ce numéro de Semen invite à articuler une question éthique à une problématique linguistique : l’exercice d’une responsabilité dans l’écriture journalistique qui ne se défausse pas sur le leurre de l’objectivité. A cet égard, les travaux de Roselyne Koren sont de ceux qui ont ouvert la réflexion avec une grande fermeté théorique (Koren, 1996). J’aimerais d’abord en reprendre brièvement la logique. On verra qu’elle conduit cependant à une sorte d’impératif catégorique adressé au journaliste : celui-ci doit s’en tenir à la Bonne Foi. Or peu de journalistes ont la position consciente et cynique affichée par un P. Le Lay (patron de TF1) qui consiste à considérer un support éditorial comme une pure entreprise qui vend de la communication et qui est donc fonctionnellement dédiée aux profits (on se souvient de sa déclaration sur « le temps de cerveau disponible »). Chacun au contraire se référera à sa déontologie et il reste toujours difficile d’évaluer la sincérité d’un interlocuteur. Or, si nous sommes malgré tout conduits à poser ce problème éthique, c’est parce que nous sentons bien que dans l’espace démocratique, ce pouvoir non élu intervient avec une puissance si considérable dans l’Agora que l’actualité argumentative est essentiellement tributaire des choix faits par les médias dominants. Cette actualité argumentative imposée, nous l’avons subie de manière massive en France lors de la campagne présidentielle de 2002, qui s’est toute entière déroulée, on s’en rappelle, autour du « thème de l’insécurité ». A la suite de cette campagne, la grande majorité du corps électoral a vu avec stupéfaction un candidat d’extrême droite arriver au premier tour en seconde position éligible. Il est évidemment nécessaire, dans ce cadre qui a frappé les esprits, de se demander quelle responsabilité portent les médias, ceux de la presse écrite dans la mesure où les documents nous en restent entièrement accessibles, et faute d’avoir accès aux archives des médias de masse télévisuels. Notamment, il importe de savoir comment ils ont rapporté, commenté, porté ou combattu le discours sécuritaire profondément idéologique, traditionnel de l’extrême droite, repris pour l’occasion par la droite « classique », et pour une part par la gauche socialiste.

2Ceci m’amène à discuter un point de méthode qui me paraît préalable : peut-on se contenter de poser l’observateur linguiste et le journaliste comme deux « personnes » en face à face éthique ? Ne s’agit-il pas ici d’insérer les pratiques discursives des médias dans le champ des affrontements sociaux généraux d’une part, dans le champ ethnosociologique des contraintes d’écriture qui surdéterminent l’activité des médias en général et de chaque journaliste en particulier, d’autre part ? En d’autres termes je doute que le problème de la « responsabilité énonciative des médias » qui en appelle de fait immédiatement à une linguistique de l’énonciation, soit le cadre suffisant du problème, car ce cadre suppose des sujets individuels, « autonomes », libres de toute surdétermination, à l’abri des contradictions entre classes sociales. Il me paraît nécessaire d’en appeler aussi aux ressources de l’analyse du discours, à « l’observation des récits médiatiques », à une sociologie (politique) des langages du politique.

3Jean-Marie Viprey (ATST, Université de Franche-Comté) et moi-même avons réuni un corpus conséquent, actuellement en cours d’analyse, sous une double méthodologie : celle que permet l’exploration assistée par ordinateur, le comptage et la cartographie statistiques d’une part, et celle qui, se saisissant de ces résultats globaux, cherche dans le retour aux textes, à donner un sens plus interprétatif à ces résultats. On s’en doute, le traitement lexicométrique et statistique de données aussi importantes (20 millions de mots) ne peut tenir dans les limites de cet article. Aussi je ne présenterai ici que des éléments d’épistémologie et quelques premiers résultats sous ma seule responsabilité.

1.1. L’argumentation de Roselyne Koren

4Revenons pour l’heure aux travaux de Roselyne Koren : premier élément remarquable dans son travail, c’est l’enquête extrêmement approfondie qu’elle mène sur les formulations que les journalistes donnent eux-mêmes de leurs balancements permanents à l’égard de l’objectivité. J’en reprends les mouvements essentiels : Roselyne Koren remarque que pour ce groupe social l’objectivité est parfois pensée comme règle de travail indiscutable, c’est la position la plus naïve, souvent comme mythe, mais toujours comme utopie nécessaire et fondatrice, comme horizon hors d’atteinte mais indispensable à la déontologie de l’écriture journalistique, parce que cette utopie serait partagée à part égale entre journalistes et lecteurs. C’est même parce que cette utopie vit comme une donnée princeps chez les lecteurs qu’elle vertèbre si puissamment les pratiques d’écriture des journalistes, qui ne sauraient se dérober à un style qui leur donne les insignes légitimants de leur prise de parole dans l’espace public, du moins selon les valeurs et les croyances du système politique occidental. C’est le rapport à cette catégorie qui, disent les professionnels de la presse, autorise et structure dès lors la posture du journaliste, posture nécessaire pour atteindre « le vrai, le légitime, le crédible ».

5Cependant Roselyne Koren remarque immédiatement que, dans ces discours réflexifs sur la déontologie professionnelle, ces trois derniers mots semblent commuter plutôt tranquillement les uns avec les autres, pour laisser intacte des catégories idéalistes, et un point de vue nominaliste, qui supposent de poser dans un face à face sans obstacle le réel et l’observateur du réel. Cette position scotomise au passage le rôle propre de la langue et les règles propres du discours, dans le rapport du sujet au monde et dans le rapport intersubjectif à autrui.

6Elle remarque également que l’adossement à cette position est le fait d’une profession qui s’interroge sur le statut de l’observateur, en prenant comme modèle le philosophe censé atteindre un idéal de hauteur de vue, de raison, de synthèse, devenant ainsi un modèle identificatoire. Mais ce modèle semble bien peu pertinent au regard des modes et des contraintes d’écriture qui sont celles des uns et des autres.

7L’ensemble de ces quatre éléments, mythe vivant dans la réception de l’écriture de presse, utopie structurant la posture d’écriture, nominalisme langagier et naïveté dans la réflexion sur la nature de l’observation, se combinent dans des proportions diverses pour imposer un style animé de deux ressorts essentiels : l’écriture de presse comme « métaphore du miroir social », et « le devoir d’irrespect » − devoir que la profession s’est inventée dans une histoire héroïsée de son rapport au pouvoir −, et dès lors un balancement entre le gommage relatif des marques énonciatives, style institué et transmis comme le code d’écriture essentiel de la profession, et le recours aux figures de l’irrespect.

8On remarquera que ces deux derniers pôles (« miroir social » et « devoir d’irrespect ») structurent de manière contrastée l’ethos que les différents titres de presse assument séparément ou/et alternativement : « désir d’objectivité » et « effets d’objectivité » d’un côté, « devoir d’irrespect » et sa rhétorique de l’autre.

9Mais ce discours réflexif se heurte très vite aux conditions effectives d’exercice de l’argumentation journalistique dans la langue et dans l’échange interdiscursif, conditions qui sont autant d’apories indépassables, et que Roselyne Koren liste ainsi :

10- L’aporie de l’auditoire et des filtres idéologiques que les lecteurs imposent à leur journal : est vrai ce que les lecteurs considèrent comme vrai, ou plutôt ce que les journalistes imaginent comme conforme aux représentations de leurs lecteurs, d’où un désir d’objectivité d’un côté et une conformité permanente aux représentations dominantes de l’autre.

11- L’impossibilité de faire coïncider le mot et la chose, les faits et les événements. Car décrire les faits, rien que les faits, supposerait déjà de pouvoir garantir une objectivation des témoignages radicalement introuvable. C’est ainsi qu’un reportage dit Roselyne Koren, « est du discours sur les faits et non pas leur reflet dans le miroir médiatique (1996 : 36) ». Il n’y a pas de « fait ventriloque » (1996 : 49).

12- L’aporie des conditions mêmes de la prise de parole journalistique, c’est-à-dire cette « obligation incontournable » : « la sélection des informations et son corrélatif inévitable, la mise en ordre » (1996 : 39).

13- L’absence d’indépendance économique des grands titres de presse.

14- La qualité toute relative des sources, le rapport de dépendance aux informateurs, en soi un nœud de problèmes.

15- Les pressions de conformité que le groupe social impose à ses membres, et qui construit une forme de « complicité » faite « de liens étroits entre les membres de l’oligarchie journalistique (1996 : 47) » et qui a pour conséquence « d’uniformiser leurs options et leurs prises de position (1996 : 47) ».

16- Et tout particulièrement encore « l’implicite et la dimension argumentative de la langue » qui empêche « d’en faire un instrument de représentation spéculaire (1996 : 49) ».

17C’est l’ensemble de ces « oublis » dans le discours réflexif des journalistes qui conduit Roselyne Koren à proposer cette injonction éthique : « parler juste » dit-elle. Non pas « parler vrai », ni « objectivement », ni se complaire dans son envers, la pure passion, mais assumer la part subjective, forcément, de l’énonciation journalistique.

1.2. Responsabilité énonciative ou responsabilité politique ?

18On voit que dans cette présentation même très mutilée de l’argumentation de Roselyne Koren, il n’y a rien à objecter : qu’on s’y reporte et on verra qu’elle est très minutieuse, très avertie de ce qu’est la langue et de ce que suppose l’exercice, forcément argumentatif, du langage interhumain. Il y a cependant à remarquer qu’elle se fonde sur une représentation politique aristotélicienne de l’Agora où chaque citoyen est un sujet à égale distance du centre politique. Or nos sociétés ne sont pas composées d’individus qui ne tireraient leurs discours que d’eux-mêmes, mais de groupes sociaux, de classes sociales, d’appareils politiques, d’intérêts économiques contradictoires, de référents idéologiques alternatifs. Ce rappel pour faire remarquer que le jeu des partis et l’agonistique sociale sont les éléments incontournables auxquels rapporter le fonctionnement expressif-idéologique de la presse. Ce cadre ramène l’analyse de la responsabilité énonciative de la presse dans le giron de l’analyse de discours, entendue comme analyse critique de discours, comme sociologie politique des langages du politique. Il amène à repérer comment le discours de la presse est inéluctablement mise en scène énonciative, au sein de laquelle on ne démêlera qu’au coup par coup et non sans difficulté la bonne et la mauvaise foi. Car cette responsabilité s’exerce dans la permanence ou au moins l’insistance des choix éditoriaux. Il en résulte un système tout à fait particulier d’invariance et de variation, de redondance et de saillance, où inscrire la responsabilité énonciative, et dont un des outputs est l’ethos que chaque instance présente.

19On tracera néanmoins dans cette masse des lignes d’analyse opérationnelle si on prend quelques décisions à l’égard du discours de presse :

201° la décision de le considérer non comme un discours « autonome », non comme un discours second, au sens de Bakhtine, c'est-à-dire élaboré à partir du discours spontané, mais comme un discours qui transforme, vulgarise, diffuse un discours idéologico-politique produit ailleurs et avant dans les appareils idéologico-politiques qui structurent les champs d’affrontements sociaux.

21 2° celle de décrire la mise en scène particulière qu’un titre de presse globalement a fait jouer dans l’espace interdiscursif et dans un temps donné, construisant ainsi une responsabilité idéologique avant d’être une responsabilité éthique.

22Une fois posées ces deux éléments, on pourra analyser, cette mise en scène des discours du pouvoir, à partir de quatre dimensions constitutives, qu’on peut traduire sur le plan linguistique : adhésion ou distance, amplification ou euphémisation, et le carré opérationnel que je propose permettra d’analyser les figures persistantes d’une rhétorique.

23Ainsi, on observera la manière typique à plus d’un titre dont les médias de masse ont mis en scène, en texte, et altéré (sur le plan démocratique) la campagne des présidentielles de 2002. Certes ce sont les appareils politiques de droite et d’extrême droite qui ont délibérément décidé de la construire sur le thème dominant de L’INSÉCURITÉ. Mais que l’on examine le terme, sa valeur d’idéologème, ses entours lexicaux en contexte, les formes rhétoriques dans lesquelles il fait figure, les genres où il prend place, les rubriques où il constitue ses valeurs, les citations dont il fait l’objet, et l’on verra comment et avec quelles différences la presse écrite a tenu et porté ce discours de couverture, occultant les débats politiques de fond, et manifestant par là même et son absence d’autonomie idéologique, et pour certains organes de presse, une position politico-éthique détestable.

2. Pour une méthodologie qui associe analyse de discours et exploration assistée par ordinateur

2.1. Constitution des corpus à partir de la base LexisNexis

24Jean-Marie Viprey et moi-même avons entrepris, pour étayer cette problématique, de constituer un corpus à partir de cinq quotidiens nationaux français (La Croix, Le Figaro, L’Humanité, Libération, Le Monde) sur la période allant du 1er Janvier au 15 mai 2002. Afin de pouvoir se porter aussi directement que possible vers la texture, vers l’analyse d’énoncés, j’ai filtré les seuls articles du corpus contenant au moins une occurrence de la forme insécurité ; j’ai exclu les rubriques peu concernées par le débat politique français, les rubriques Economie, Finances, Magazine, Culture, Médias, International, les appels de Une, etc., et conservé uniquement les articles « à mise en scène commentative » : tribunes, éditoriaux, lettres de lecteurs ; et les articles à « mise en scène informative » : politique intérieure, comptes-rendus de campagne, fait-divers. Il faut certes admettre que ce choix induit diverses restrictions de point de vue (il rend par exemple impossible la comparaison avec les mises en scène habituelles de chaque journal sur d’autres périodes). De plus, contraint de manière drastique dans la présentation des méthodes et des résultats, j’ai fait le choix de ne faire apparaître ici que des travaux portant sur le seul Figaro, de ne montrer que quelques directions de travail et quelques familles de résultats aptes à poser le problème dans le champ considéré. Mais on lira cette partie de l’étude, portant tout de même sur plusieurs milliers d’énoncés, comme un premier éclairage du mode sur lequel Le Figaro a constitué son intervention dans la campagne

2.2. Un pré-requis, l’étude du signifiant insécurité : un idéologème

25En langue, le signifiant INSÉCURITÉ prend sa valeur dans le micro-système constitué par le couple de noms antonymes sécurité-insécurité, par les dérivés sécurisation, sécuriser et sécuritaire, tous formés sur la base latine securus, mais aussi par le doublonnage que sécurité représente par rapport à sûreté. Par ailleurs, les pratiques lexicographiques enregistrent des usages et des transformations dans les valeurs, liées aux pratiques verbales qui se déroulent dans les échanges de la Cité. Je renvoie, pour les mêmes raisons de place, aux brillantes études d’Emilie Nee, 2004 et 2005, en me bornant à souligner que l’ambiguïté sémantique portée par le signifiant dans les controverses politiques est propre à constituer ce que Jean-Pierre Faye appelle « un oscillateur sémantique », un signifiant pour lequel il est d’autant plus difficile de fixer un référent qu’il confond une mesure à la fois bureaucratique, abstraite, contestable et contestée, de la délinquance (qu’on trouve dans des formules du type « montée de l’insécurité, montée des chiffres de l’insécurité ») et une entrée dans la psychologie (une psychologie de comptoir), sentiment supposé propre à un groupe humain (dans des formules affirmatives comme « l’insécurité est le premier sujet de préoccupations des Français »).

2.3. Exploration initiale du corpus

- Qui écrit dans Le Figaro ?

26Pour la question qui est la nôtre : quelle responsabilité politique (susceptible d’une analyse linguistique et d’un jugement éthique) Le Figaro a-t-il pris dans campagne présidentielle de 2002, la première direction de travail dictée par ce type d’étude, suppose la jonction de l’analyse de discours avec les disciplines de la communication : il est en effet impératif de savoir qui écrit dans Le Figaro, quels auteurs, non pas seulement au sens de quelles individualités, quelles personnalités, mais au sens de quels auteurs représentatifs des groupes sociaux, des partis politiques qui investissent régulièrement les colonnes du journal et font vivre ses rubriques. Je ne donne cette dimension de l’analyse qu’à titre d’à valoir sur l’enquête à venir, faute de place ; cependant cette première exploration permet, on ne s’en étonnera pas, de voir que Le Figaro est le journal des droites. Droite classique, bien sûr (le RPR et l’UDF pendant la campagne), cependant mes premiers résultats montrent que c’est tout aussi bien celle de l’Action française, de l’ultra-droite royaliste, de l’extrême droite lepéniste, mégrétiste, ultra-nationaliste de De Villiers, voire des résurgences d’Occident, sans compter cette droite difficile à qualifier, qui semble tirer ses références d’un glissement de position contre le stalinisme vers un pro-américanisme agressif, qui tire en tout cas souvent ses positions sur le terrain de l’affrontement anti-arabe, civilisationnel, en idéologisant les contradictions à l’œuvre au Proche et au Moyen Orient. Il n’y a sans doute pas lieu ici de s’en formaliser, seulement à remarquer que la notion de « responsabilité énonciative » se heurte dès ce premier pas aux antagonismes sociaux et aux combats politiques d’appareils qu’ils supposent. Ce qu’on peut apprécier alors c’est le caractère d’instrumentalisation que ce journal accepte.

- Dans quel contexte politique ?

27Chacun peut entendre la nécessité de positionner cette campagne électorale dans l’histoire générale des rapports de force droite-gauche. Ici encore je ne peux qu’indiquer cette dimension de travail1, rappeler qu’à la suivre lucidement, on s’aperçoit que le succès grandissant de l’extrême droite en pourcentage (elle recule en nombre de voix) s’alimente régulièrement depuis 1988, et seulement depuis cette date, de la crise de légitimité de la droite face à la gauche centriste et communiste. Elle ne gagne absolument pas sur la crédibilité de ses propositions économiques, mais uniquement sur des thèmes profondément idéologiques, de type identitaires. On comprend dès lors pourquoi la droite, divisée depuis la première accession de la gauche au pouvoir, cherche à capter ce terrain idéologique et pourquoi la gauche social-démocrate a pu s’y laisse entraîner, sans doute faute de propositions économiques alternatives.

28C’est dans ce contexte qu’on peut maintenant examiner la couverture de la campagne présidentielle dans la presse, et situer le problème éthique dans un cadre méthodologique qui intègre la dimension de l’agonistique générale du champ politique.

2.4. Quelques directions d’analyse et quelques familles de résultats :

2.4.1. La « porosité » du rubriquage

29Ainsi, le thème idéologique de l’insécurité a d’abord été porté par les appareils politiques. Quelle distance critique ou quelles formes d’adhésion la mise en scène des rubriques, permet-elle de repérer2 ? Voici le rubriquage du thème de l’insécurité dans Le Figaro :

30Sur 116 jours de parution du 1er janvier 2002 au 15 mai 2002, on trouve 513 articles contenant au moins une occurrence de insécurité, soit une moyenne de plus de 4 articles par numéro (4,20%). Ces articles se répartissent ainsi :

31On le sait sans doute, les rubriques du Figaro coiffent essentiellement des thèmes Magazine et Finances-Economie. On remarque également que certaines rubriques ne sont créées qu’à l’occasion d’un événement : Elections présidentielles par exemple n’a été créée et alimentée qu’après les résultats du 1er tour, et a disparu après. De même Nanterre n’a été créée qu’à l’occasion du fait-divers sanglant où plusieurs membres du conseil municipal de Nanterre avaient été abattus par un déséquilibré. Le Monde, par comparaison, prévoit d’emblé une « case » pour ce qu’il considère comme devant faire l’objet d’un traitement d’actualité brûlante : la rubrique L’événement. Il tente de séparer les faits de société et le traitement de l’actualité politique. Dans Le Figaro, des rubriques provisoires sont créées au fur et à mesure, mais surtout certains auteurs circulent entre les rubriques : ainsi Claude Belmont, Cécilia Gabizon, Sophie Huet, Jean-Marc Leclerc et Marielle Court circulent entre France-Politique et France- Société ; Brezet Alexis, Jean Valbay et Paul-Henri du Limbert, entre France-Politique et Débats et Opinions ; Anne Fulda entre Paris et Ile de France et France-Politique ; Marie-Estelle Pech entre France-société et Elections présidentielles ; ce va et vient entre des rubriques de faits-divers et des rubriques politiques est un indice important du caractère confus, propice à l’argumentation idéologique, qui se met en place lors de cette période. Cependant ce qui apparaît de manière massive, c’est la confusion entre les rubriques France-politique et France-société. C’est cette porosité entre ces deux rubriques qui est proprement idéologique et dans laquelle se manifeste de manière massive un premier type de responsabilité énonciative globale du journal.

2.4.2. Le couple distance/adhésion, amplification/euphémisation dans l’écriture

32Je le disais plus haut, et j’y insiste : la presse n’est pas productrice d’idéologie, elle n’est que l’instrument de diffusion sous une forme dégradée d’idéologies pensées ailleurs ; elle n’a finalement qu’une seule fonction, assurer la production ininterrompue, le fil continu de la diffusion d’un sens commun ; en tant qu’institution émettrice de discours, elle filtre la parole en la réservant à ceux qui lui paraissent avoir les insignes nécessaires à cette scansion. C’est la raison pour laquelle évaluer la responsabilité politique que tel titre prend dans une campagne politique se ramène finalement à pointer comme autant d’actes pragmatiques les marqueurs d’adhésion qu’il manifeste à l’égard de tel discours partidaire ou son rattachement à tel fil idéologique, et le mode d’amplification particulier par lequel chaque titre de presse manifeste son ethos en reformulant ses thèses de prédilection idéologiques.

33Sur le plan méthodologique, lorsqu’on prend en charge un corpus de plusieurs millions de mots, on est forcé d’appareiller sa recherche, et notamment de trouver une procédure qui permette de filtrer les données et de sélectionner avec quelque légitimité des énoncés représentatifs. Pour ce faire, j’ai utilisé une partie des fonctionnalités du logiciel de Jean-Marie Viprey, Astartex3, de la manière suivante : une fonction du logiciel permet d’établir le dictionnaire des formes verbales, et d’indiquer le nombre de chaque forme. Mais cette première opération donne des nombres vertigineux et n’indique dans le fond pas grand-chose. Il s’agit donc de procéder à un second filtrage, permis par le logiciel, qui consiste à repérer comment telle forme verbale, dont on considère qu’elle est un pivot argumentatif, mobilise autour d’elle dans l’empan d’un énoncé telles et telles autre formes verbales récurrentes.

34Voici par exemple le tableau qu’on peut construire pour établir le vocabulaire commun aux cinq quotidiens et en même temps différencié, et qui gravite autour de insécurité :

35Ainsi, on repère que ce qui fait la singularité de la position globale de Libération, c’est sa sensibilité à ce qui s’est déroulé dans les médias de masse télévisuels, et sa façon d’opposer sentiment d’insécurité et peur à la campagne de la droite : « montée de l’insécurité, laxisme du gouvernement Jospin », tandis que sa cible principale est l’extrême droite lepéniste. L’ensemble des organes de presse s’est d’ailleurs saisi du pivot argumentatif sentiment, soit pour lui opposer « la réalité de l’insécurité », soit pour admettre de manière concessive un « sentiment d’insécurité », mais pour lui dénier une base objective. A l’inverse, on voit que Le Figaro inscrit le pivot Chirac en tête des co-occurrents de insécurité, Chirac comme porte-parole du discours sécuritaire, et si Le Figaro s’est également saisi du mot sentiment, c’est pour récuser l’argument que le mot sous-tendait dans d’autres titres de presse ou dans les interventions d’autres responsables politiques, comme on le voit dans le retour aux énoncés, et souvent pour lui opposer le terme de réalité (de l’insécurité).

36Si les fréquences sont intéressantes 4, les absences le sont également : on remarquera le nombre étonnant de « cases vides » pour La Croix. D’une manière générale, la construction de ce tableau est l’instrument qui permet de retourner aux énoncés en étant armé de directions de travail. 

37Je ne développe pas plus loin la lecture et le commentaire du tableau, qui ne prend d’ailleurs sens que dans le retour aux énoncés, sinon pour souligner que si le nom lutte ou le verbe lutter, ainsi que le nom propre Chirac sont en si grand nombre dans le voisinage d’insécurité dans Le Figaro, c’est précisément parce que ce journal adhère pleinement au discours chiraquien, et derrière, à l’argumentaire de l’extrême droite qu’il a souhaité relayer. Si je peux avancer cette donnée avec certitude, et sans avoir besoin de nuancer mon propos, c’est que j’ai examiné la totalité des occurrences de insécurité en exportant les énoncés qui les contenaient dans une liste de ce type :

<Section n°1, §78>

Depuis 1997, la première quinzaine de janvier autant que le 14 juillet permet systématiquement à Jacques Chirac de s'attaquer, parfois durement, au gouvernement. Présent à chacune de ces cérémonies, debout à côté du président, les yeux souvent rivés au plafond, le premier ministre est contraint au silence et à la longanimité. Généralement, le chef de l'Etat ne lui épargne rien : les 35 heures, les retraites, la fiscalité, l’insécurité, l'Etat tentaculaire et autiste, etc .

<Section n°1, §97>

Le chef de l'Etat a par ailleurs réclamé, une fois encore, la mise en oeuvre de 'réformes structurelles' en matière de réforme de l'Etat : impôts, retraites, simplification des réglementations, mais surtout sécurité. 'L'insécurité, a-t-il ainsi souligné, est le principal facteur d'inégalité entre les Français, la première limite de leurs libertés, un défi lancé à la cohésion de notre société.’

38En essayant de caractériser et de typifier les modes d’adhésion ou de distance au discours global tenu par les appareils politiques de droite et d’extrême droite, on voit des résultats extraordinairement réguliers et massifs autour d’un tout petit nombre de figures :

39- Jusqu’au 21 avril, on ne trouve jamais de guillemets qui isoleraient le signifiant pour interroger son rapport à ce qu’il nomme dans les articles à mise en scène informative. Des personnalités d’extrême droite seules, dans les rubriques de débat, notamment après le 21 avril, remettent en cause à quelques reprises le mot insécurité, mais soit pour récuser la distinction « insécurité/sentiment d’insécurité », soit pour le considérer comme un euphémisme, qui « élude le mot crime » ou le mot « violence » :

Notons en outre que jamais le sondage ne définit ce qu’il entend par le terme abstrait d’’insécurité5. Les sondages précisent souvent les termes dont ils usent (‘par tel mot, nous entendons que‘, etc.) Ceci n’est pas fait. Ce sondage n’évoque nul crime concret, commis récemment, pour informer un minimum les personnes interrogées. Tout au contraire, on élude le mot crime une omission qui n’est peut-être pas une étourderie. (19/03/2002. Débat et opinions. Ne pas jouer sur les maux. Xavier Raufer [Christian de Bongain, alias Xavier Raufer, ancien militant d’Occident, puis d’Ordre Nouveau, devenu « criminologiste ». Note de Ph. Schepens])

40Cependant on peut voir qu’un chroniqueur attitré du Figaro comme Dominique Jamet est tout aussi capable d’hyperboliser son discours, en usant cette fois d’une forme de récit allégorique où la défense des victimes est le drapeau légitimant du pamphlétaire :

La plupart des personnalités présentes sur le plateau, et d'abord les représentants des deux 'candidats probables', celui qui est aux affaires et celui qui y fut, restèrent cois face à un témoignage qui renvoyait à leur vacuité bavarde ou cynique les discussions sur les statistiques de la violence, les débats sur le tout préventif et le tout répressif et les distinguos subtils entre l'’insécurité’ et le sentiment d’insécurité. Quand aller au square, à la boulangerie, à la pharmacie, à la poste ou à la banque n'est pas seulement une expédition mais une aventure (22/01/2002 Débat et opinions. Sécurité. Les personnes âgées, premières victimes de la délinquance ; Le couvre-feu des vieux.

41- Des formes d’adhésion explicites des journalistes du Figaro sont également très souvent présentes, l’affirmation simple et l’usage de l’indicatif par exemple, comme dans cet entretien accordé par Douste-Blazy à Guillaume Tabard, le 18 février 2002 :

L'insécurité est la première préoccupation des Français. Allez-vous apporter samedi des réponses fortes ?

42- Le signifiant est essentiellement repris avec le déterminant le, dans des métaphores mortes : « la montée de l’insécurité » « la lutte contre l’insécurité », le plus souvent accompagnées d’éléments hyperbolisants ou généralisants : « l’insécurité mine la vie des français », « l’explosion de l’insécurité », « une insécurité galopante », « la flambée de l'insécurité », etc.

43- Il est très souvent inclus dans ce que j’ai appelé « une mention en passant » : en effet, ceux des locuteurs qui l’emploient, mentionne dans un discours général « l’insécurité » comme une donnée effective, une évidence qui ne nécessite aucun argumentaire particulier, et intervient donc comme une donnée naturalisée :

Depuis 1997, la première quinzaine de janvier autant que le 14 juillet permet systématiquement à Jacques Chirac de s'attaquer, parfois durement, au gouvernement. Présent à chacune de ces cérémonies, debout à côté du président, les yeux souvent rivés au plafond, le premier ministre est contraint au silence et à la longanimité. Généralement, le chef de l'Etat ne lui épargne rien : les 35 heures, les retraites, la fiscalité, l'insécurité, l'Etat tentaculaire et autiste, etc. (03/01/2002. France-Politique. Présidentielles. Le chef de l'Etat et le chef du gouvernement se retrouvent ce matin à l'Elysée pour le premier Conseil des ministres de l'année ; Chirac-Jospin : derniers vœux avant la bataille. Paul-Henri du Limbert).

44Cette dernière figure se double très fréquemment d’une procédure amalgamante6 permise par la mention du signifiant dans une liste :

Alors que partis politiques et patronat en tête, via le Medef, lancent leurs programmes économiques, des économistes cherchent à apporter leur contribution au débat. Fondé en 2000 et animé par Philippe Chalmin, économiste du groupe Euler, le Club Ulysse vient de publier à cet effet Le Politique saisi par l'économie (Economica) où une vingtaine d'experts et d'acteurs de la vie économique, sociale et politique (universités, entreprises, syndicats...) tentent d'éclairer 'l'honnête électeur'. Abordant les 'problèmes majeurs qui affectent l'économie et la société française' (démographie, retraite, insécurité, services publics, mondialisation...), l'ouvrage a l'avantage de ne pas apporter des solutions toutes faites (23/01/2002. France-Entreprises. Elections. Avec la publication d'un livre sur les enjeux de 2002 ; Les économistes s'invitent dans le débat politique. Marie-Laetitia Bonavita).

45Mais dans le fond, la figure la plus pénible, si j’ose dire, c’est le fait de faire jouer le signifiant comme idéologème allusif grâce à la présence dans son entour lexical d’un autre mot-clé, comme ici :

Les deux hommes se sont également attachés à suivre la consigne que Jacques Chirac leur a donnée lors des réunions élyséennes du week-end dernier : 'Engager le débat avec les Français sur le fond.' L'ancien premier ministre a longuement parlé d'insécurité, annonçant 'deux engagements précis' de l'opposition : la mise en place dans les quartiers sensibles d’'une véritable justice de proximité' et l'attribution aux maires d'un 'pouvoir de coordination sur tous les acteurs de la politique de sécurité'. (30/01/2002. France-Politique. Le maire de Neuilly recevait hier son homologue de Bordeaux ; Juppé et Sarkozy jouent la réconciliation en public. Sophie Roquelle).

46Dans ce compte rendu de paroles, chacun peut évidemment entendre ou ne pas entendre ce que signifie la proximité de la formule, « la mise en place dans les quartiers sensibles … » avec le signifiant insécurité, du fait de l’absence de marqueur d’adhésion ou de distance explicite. Cependant les journalistes du Figaro le remarquent eux-mêmes après les résultats du premier tour :

Jean-Marie Le Pen n'a pas eu besoin, cette fois, de mener campagne contre l'immigration : il suffisait de parler d'insécurité pour que ses électeurs, tout comme les immigrés et leurs enfants comprennent implicitement.

(25/04/2002. France-Politique. Présidentielles. Beurs ou blacks, ils ne s'étaient pas sentis concernés par l'élection. Ils découvrent aujourd'hui brutalement la portée des résultats du scrutin ; Les cités dans une lourde expectative. Cécilia Gabizon, Sophie Huet, Robert des Nauriers).

47Enfin, last but not least l’absence de marques séparant explicitement les voix dans les comptes-rendus de parole :

[…] Le chef de l'Etat a par ailleurs réclamé, une fois encore, la mise en oeuvre de 'réformes structurelles' en matière de réforme de l'Etat : impôts, retraites, simplification des réglementations, mais surtout sécurité. 'L'insécurité, a-t-il ainsi souligné, est le principal facteur d'inégalité entre les Français, la première limite de leurs libertés, un défi lancé à la cohésion de notre société.' De son côté, Lionel Jospin, (…) (4/01/2002. France-Politique. Présidentielle. Anne Fulda).

48Les deux modalisations « une fois encore » et « mais surtout » sont totalement ambiguës puisqu’on ne sait si elles manifestent l’appréciation évaluative d’Anne Fulda ou si celle-ci reformule une insistance et une hiérarchisation déjà présentes dans les paroles qu’elle rapporte. Ces reformulations sans marques qui sont extrêmement courantes dans le discours de presse, ne peuvent pas être prises pour un tic sans gravité de l’écriture journalistique. A mon sens, il s’agit plutôt d’un symptôme qui renvoie à l’ethno-sociologie de la profession, à l’ambiguïté d’un groupe social tellement habitué à se considérer dans la sphère du pouvoir qu’il tend en permanence à confondre sa voix propre avec celle des élus politiques, symptôme qui signale l’adhésion idéologique du journaliste aux propos de l’homme politique.

3. Conclusion : prise de la langue

49J’ai introduit mon propos en précisant que la responsabilité de la presse était une responsabilité politique, qui se manifestait tout particulièrement dans la manière dont, de fait, elle impose une actualité et un sens commun, à travers le flux ininterrompu de sa parution, de ses reprises, de ses insistances, des auteurs qu’elle mobilise, des experts qu’elle engage, etc. C’est sans doute à ce titre et de cette manière qu’elle réussit à prendre la langue, formule qu’on trouve dans Langage 117 sous la plume de Simone Bonnafous, et qui me paraît particulièrement juste, notamment pour caractériser ce qui a pu se dérouler lors de cette campagne politique : imposer un signifiant dans la langue de tout un chacun, participer puissamment à une réduction du politique.

50La solution méthodologique que je propose, pour envisager la question de la responsabilité des médias relève d’une stricte position bakhtinienne : car ce n’est pas seulement les concepts de polyphonie et de discours rapporté qui font la force de la pensée de cet auteur, mais la dimension diachronique et transformationnelle qu’il donne à toute prise de parole. Le carré rhétorique adhésion/distance, amplification/euphémisation en découle directement. Cet arrière-plan épistémologique permet de déplacer la question éthique, d’une interpellation de face à face, vers l’analyse des positions des médias à l’égard des appareils qui structurent idéologiquement l’Agora.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU P. [1996] « Journalisme et éthique » in Actes du colloque fondateur du centre de recherche de l’École Supérieure de Journalisme (Lille), Les cahiers du journalisme, n°1.

JOULE, R.-V., et BEAUVOIS, J. -L. [2002] Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Presses Universitaires de Grenoble.

KOREN R. [1996] Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, L’Harmattan.

NEE E. [2004] « Pour une histoire des nominations sûreté, sécurité, insécurité », dans F. Dufour, E. Dutilleul-Guerroudj, B. Laurent, La nomination : quelles problématiques, quelles orientations, quelles applications ?, Montpellier, Praxiling Université Paul Valéry - Montpellier 3, 223-234.

NEE E. [2005] « (L’) insécurité ou de la fabrication d’un objet consensuel dans le quotidien Le Monde » dans G. Cislarù, O. Guérin, K. Morim, E. Née, T. Pagnier, Actes du colloque de jeunes chercheurs « Matérialité de l’activité de nomination : formes, discours, représentations » (11 et 12 mars 2005), EA 2290 SYLED, Université Paris 3 (à paraître).

NEE E. « Insécurité et élections présidentielles dans le journal Le Monde (2001- 2002) », dans S. Fleury, A. Salem, Lexicometrica, numéro spécial Explorations textométriques (numéro en cours d’élaboration : http ://www.cavi.univ-paris3.fr/lexicometrica/numspeciaux/special8.htm).

VAN DIJK T. A. [2006] « Politique, Idéologie et Discours », in Semen 21, Catégories pour l’analyse du discours politique, PUFC, (traduction assurée par Emmanuelle Bouvard et Adèle Petitclerc de l’article en ligne : « Politics, Ideology and Discourse », 3° version, Août 2005, lui-même extrait du chapitre de Encyclopedia of Language and Linguistics, Section Language and Politics – Ed. Ruth Wodak, 2004).

VOLOCHINOV V. N. [1929] Marksizm i filosofija jazyka, Léningrad. Traduction française, 1977, M. Bakhtine (V.N. Volochinov), Le Marxisme et la Philosophie du langage, Editions de Minuit.

Haut de page

Notes

1 Voir les chiffres des résultats électoraux depuis 50 ans sur le site du Ministère de l’intérieur : http ://www.interieur.gouv.fr .
2 A l’occasion de ce travail, j’ai créée, en collaboration avec Nicole Salzard, ingénieur d’étude, une interface qui permet de visualiser et d’ordonner un corpus numérique, à partir d’un codage initial du corpus en langage XML : http ://laseldi.univ-fcomte.fr/ictena/DOC/documentation.php
3 Voir une présentation sommaire de ce logiciel sur le site du Laseldi : http ://laseldi.univ-fcomte.fr/document/viprey/page_JMV.htm
4 Il s’agit bien sûr de fréquences relatives, car on doit rapporter ces fréquences à la surface rédactionnelle de chaque titre ; or tout compte fait, on voit que c’est L’Humanité qui l’emploie le plus dans le temps de la campagne.
5 Tous les soulignements sont les miens.
6 En matière de salut et d’amicale polémique tout à la fois, j’assure Marianne Doury que j’accepte parfaitement que la position d’analyste soit, parfois sinon souvent, celle de « contre-argumentateur » : car l’histoire des sciences est là pour nous montrer qu’aucun scientifique n’échappe au fait qu’il tient une position dans les combats de la Cité, implicite ou explicite, qu’il le veuille ou non. Je fais ici allusion à son talentueux article sur « L’évaluation des arguments dans les discours ordinaires : le cas de l’accusation d’amalgame », notamment, dans Langage & Société N° 105, septembre 2003, Maison des sciences de l’Homme. Développer un point de vue logiciste, anti-normatif, objectiviste en argumentation obvie ce que les pratiques scientifiques doivent aux relativités historiques et ce que l’argumentation elle-même doit au dialogisme.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Schepens, « Médias et responsabilité : pour un point de vue bakhtinien », Semen [En ligne], 22 | 2006, mis en ligne le 02 mai 2007, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/2828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2828

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page